Navigation – Plan du site
2001

Riccardo Petrella, Le bien commun : Éloge de la solidarité

Éditions Labor, 93 p., 1996
Eric Duchemin
Référence(s) :

Riccardo Petrella, Le bien commun : Éloge de la solidarité, Éditions Labor, 93 p., 1996.

Texte intégral

1Dans ce court ouvrage, Riccardo Petrella (Président du Groupe de Lisbonne) propose une réflexion sur les fondements et le fonctionnement des sociétés contemporaines, débouchant sur des propositions pour l'action. Avec une vision réconfortante de l'avenir, l'auteur explique le bien fondé du bien commun et son importance dans la structure sociale mondiale. Les principes du bien commun, seraient inclut dans le droit au travail pour tous, le plein emploi, un revenu décent pour tout travailleur et la sécurité sociale pour tous. Des principes considérés pendant de siècles comme des utopies irréalistes. Selon cet auteur, la mondialisation du libéralisme économique dont la locomotive file à vive allure doit être contrôlée et aiguillée sur une voie menant à une solidarité mondiale. Tout du moins on doit permettre au "contrôleur" social de faire contrepoids.

2Il est évident que les principes fondateurs des sociétés modernes occidentales et occidentalisées s'effritent et disparaissent avec les principes de base que sont la sécurité d'existence et la garantie des droits sur la base du respect de la réciprocité entre tous les membres d'une communauté humaine. Dans tous les pays développés, les classes dirigeantes en sont venues à considérer l'état "Welfare" (l'état qui fait bien, qui promeut le bien-être) comme un boulet aux pieds des entreprises et un frein à leur compétitivité. Les entreprises demandent la privatisation et la déréglementation au nom du développement de services essentiels tels que l'alimentation, à la distribution de l'eau, à celle de l'énergie, etc. Tout en démontrant la destruction progressive du bien commun par les tenants du néolibéralisme l'auteur illustre, l'importance du bien commun dans l'épanouissement des sociétés occidentales. Cette démonstration est particulièrement révélatrice du malaise moderne.Connaître l'importance du bien commun n'est cependant pas suffisant pour R. Petrella puisque durant ces vingt dernières années la mosaïque du bien commun a été remplacée par les lois du marché; les nouvelles Tables de la loi que sont la mondialisation, l'innovation technologique, la libéralisation, la déréglementation, la privatisation et la compétitivité. Afin d'endiguer cette hémorragie et de (re)construire le bien commun, nous devons nous donner les principes, les règles, les institutions,la culture et les moyens qui nous permettrons d'avancer sur le chemin de la gouvernance mondiale.

3La gouvernance coopérative mondiale proposée dans cet ouvrage fait appel au développement d'un contrat social mondial. Ce processus à long terme et instrument évolutif doit, tout en s'articulant entre existence de l'autre et coexistence, être axé sur un contrat de l'avoir, un contrat culturel, un contrat démocratique et un contrat de la terre.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/5208/img-1.png
Fichier image/png, 176 octets
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Duchemin, « Riccardo Petrella, Le bien commun : Éloge de la solidarité », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Lectures, mis en ligne le 01 avril 2001, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://vertigo.revues.org/5208

Haut de page

Auteur

Eric Duchemin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page