Navigation – Plan du site

Le paradoxe de la gestion des espaces verts : entre volonté de maîtrise et laissez-faire

Résistances au changement et logiques de priorités à Marseille
Anna Rouadjia

Résumés

La gestion différenciée des espaces verts urbains suggérée par les principes du développement durable suppose non seulement un changement de pratiques, mais aussi une transformation du regard porté sur la nature urbanisée. Il s'agit ainsi de passer de la maîtrise du vivant à l'accompagnement et au ménagement de la nature. À Marseille, prédomine paradoxalement une politique urbaine libérale non interventionniste que contredit une culture urbanistique de la maîtrise et un goût pour l'ordre. De ce fait, ces nouvelles politiques de gestion se révèlent être à la fois source de conflits entre acteurs locaux et une opportunité pour valoriser l'image de la ville. La réception sociale de ces politiques apparaît aux habitants tel un prétexte pour justifier la continuité de pratiques d'aménagement assimilées à un désengagement des pouvoirs publics, qu'illustre le recul plus général de la place des espaces verts en ville. Cet article vise à analyser les obstacles à l'émergence de cette culture écologique naissante, dont l'instrumentalisation des termes tend à favoriser l'entretien d'inégalités environnementales.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1En Europe et depuis l’émergence des principes du développement durable urbain déclinés dans la charte d’Aalborg adoptée en 1994, les espaces verts sont conçus comme étant irréductibles aux besoins humains, aux visées esthétiques ou sanitaires. Dès lors et afin de compenser les effets néfastes de l’urbanisation sur le capital naturel environnant, les villes se doivent de contrer cette tendance en accordant une place prépondérante à la nature présente dans les interstices de la ville. C’est dans cette optique visant l’équilibre entre la consommation et la préservation des ressources, que les espaces verts tendent à être pensés et présentés comme des espaces potentiels de « re-naturation » des villes ou comme des espaces propices à la protection de la biodiversité. Ces ambitions politiques se sont traduites par la multiplication d’études appliquées en écologie urbaine et de recherches dont l’originalité est d’associer les enjeux urbains et environnementaux (Arrif et al., 2011), et se sont également accompagnées de mesures de gestion plus écologique des espaces verts. Cet enjeu s’est manifesté dès les années 1980 avant même la charte d’Aalborg dans certaines villes pionnières d’Europe du Nord comme à Freibourg, Copenhague ou Zürich (Curdy, 2009) et aussi de France comme à Rennes, Orléans ou Paris (Allain, 1997). Sous l’influence de quelques gestionnaires engagés, ces villes ont expérimenté des méthodes de gestion des espaces verts plus respectueuses de la diversité biologique. Mais ce n’est qu’au cours de la décennie suivante que la gestion écologique des espaces verts s’est étendue à une plus grande partie des villes de France et d’Europe sous l’influence de colloques et de rencontres internationales.

2La gestion écologique est généralement appelée gestion différenciée ou bien gestion raisonnée, durable ou harmonique (Cormier, Kenderesy, 2013). Elle consiste à utiliser le moins possible de produits phytosanitaires et donc à éviter la pollution des nappes phréatiques, tout en régulant la consommation en eau, et ce en choisissant de remplacer la végétation ornementale par des plantes locales mieux adaptées au climat. Les gestionnaires opèrent des hiérarchisations entre espaces verts en fonction de leur localisation et de leur prestige en accordant à certains d’entre eux un entretien très soigné selon les codes esthétiques hérités et à d’autres, une gestion alternative et moins intensive, qui donne un aspect champêtre du fait des espèces endémiques qui s’y développent naturellement. Cette gestion écologique a pour avantage d’être plus économique, mais de rompre avec la représentation standard de l’espace vert associée à l’image du gazon verdoyant accompagné de géraniums, de bégonias et de pétunias (Curdy, 2009). Si depuis les années 1990, l’entretien horticole tend à cohabiter de plus en plus avec un modèle d’espace vert champêtre, les directions municipales n’ont eu tendance à abandonner que plus récemment l’usage de produits phytosanitaires. En France, l’abandon de ces produits pour les espaces verts publics date par exemple de 2005 à Rennes, de 2006 à Lille, de 2008 à Strasbourg et à Lyon, ou encore de 2011 à Perpignan (Cormier et al., 2013).

Une adoption politique précipitée de principes non maîtrisés scientifiquement

  • 1 Grenelle dont est issue la loi 2010-788 du 12 juillet 2010 dite Grenelle 2.

3Dans cette même optique et dans le sillon des mesures adoptées lors du sommet de Rio en 1992, la seconde rencontre du Grenelle de l’Environnement de 20101, a entériné cette approche écologique des espaces verts urbains (Vimal et al., 2012), en instituant l’outil d’aménagement des trames vertes et bleues. L’idée de trame verte diffère des précédents modèles paysagers comme de la « coulée verte » urbaine dans le sens où l’accent est porté sur l’approche naturaliste. Sa finalité n’est plus essentiellement liée aux aménités et aux promenades piétonnes même si elle peut en être le support. L’instrument phare de la trame verte et bleue promue par le Grenelle vise à faire entrer la « nature » en ville en favorisant l’épanouissement et la circulation des espèces naturelles ordinaires grâce à l’implantation de réseaux de haies, d’allées d’arbres, de talus, le long des cours d’eau (…), constituant ainsi des corridors écologiques. Cette trame entend rompre l’isolement des espèces floristiques et faunistiques induit par le bâti et donc à leur assurer une survie à plus long terme, en reliant entre eux les différents espaces de nature à l’échelle de l’agglomération, mais aussi des régions et du territoire national. Une fois dépassé l’enjeu politique et médiatique associé au Grenelle, l’analyse montre que peu d’institutions ont « dépassé les cartographies d'intention et ont réellement mis en place une politique de projet d'aménagement » (Cornier, Carcaud, 2009). Le premier obstacle mentionné par la littérature scientifique serait lié à la finalité justement scientifique d’un tel outil d’aménagement. Ainsi, l’impact de ces trames vertes sur le plan biologique ou écosystémique en milieu urbain n’a pas été validé scientifiquement (Blanc, 2009). Les statistiques menées n’ont pas abouti à des résultats permettant de valider l’efficacité de ces corridors sur la viabilité, la taille ou la diversité des populations, ni de définir les dimensions minimales d’un corridor efficace (Vanpeene Bruhier et al., 2014). L’empressement avec lequel le gouvernement s’est approprié théoriquement cet outil de la trame verte au niveau national alors que les questions relatives à la biodiversité urbaine ne sont pas entièrement maîtrisées (Consalès et al., 2012) expliquerait en partie pourquoi celle-ci peut être encore assimilée aux aménagements de coulées vertes ou de promenades plantées instituées au XIXe siècle en France (Lotfi, 2012). La question non pas tant de la pertinence de l’approche écologique en ville, mais de sa centralité est par ailleurs indirectement remise en cause par nombre de municipalités qui considèrent les trames vertes essentiellement pertinentes du point de vue du cadre de vie (Cornier, Carcaud, 2009).

4Tout comme pour les études en écologie urbaine, les recherches en sciences humaines et sociales dans ce domaine sont encore incomplètes ; en raison du caractère relativement émergent de ces dispositifs et du caractère « appliqué » et donc orienté, des recherches menées dans ce domaine. Ces politiques de gestion écologique ont fait naître auprès de certaines collectivités territoriales et de certains services d’espaces verts un besoin de connaissance, concernant l’acceptabilité sociale d’une nouvelle esthétique de la nature urbaine. Ce besoin s’est traduit par un ensemble de recherches qui abordent la question de la réception sociale de ces nouveaux aménagements ainsi que la compréhension des représentations et des attentes sociales en faveur de la nature urbanisée. Géographes et sociologues se sont particulièrement intéressées à ces thématiques et ont réalisé des études de cas dans des agglomérations de différentes tailles en amont ou en aval des expériences menées par les municipalités. Il est encore tôt pour qu’émergent des analyses sur les effets des politiques d’aménagement de trames vertes étant donné que celles-ci ont été très peu traduites aux échelles des grandes agglomérations. Quant aux difficultés rencontrées par les différentes villes pour mettre en place les trames vertes, elles ont été surtout abordées sous la forme de diagnostics qui reprennent d’emblée des notions comme celle de la gouvernance (Cormier et al., 2013). À la lecture de ces documents, plusieurs contraintes sont souvent évoquées. Certaines relèvent de la morphologie urbaine : des milieux densément urbanisés sont présentés comme pour le cas de Lille ou de Lyon. Mais la plupart des contraintes identifiées sont liées à la fragmentation des actions entre échelle communale et intercommunale, à l’absence de vision globale et de porteurs de projets (op.cit.).

Un écart grandissant entre projets et réalisations

5La ville de Marseille ne se distingue pas tant des autres agglomérations françaises par l’écart entre les projections et les réalisations, ni par sa forte propension à la consommation d’espaces naturels périphériques (Consalès et al., 2012). Mais elle se caractérise par un faible taux d’espaces verts publics urbains et par un retard prononcé dans mise en place d’une gestion écologique de ses espaces verts. En effet, la municipalité a adopté une gestion différenciée des espaces verts seulement en 2006 et disait en 2012 s’être engagée dans une démarche de suppression à court terme de produits phytosanitaires (Marseille et ses jardins. La revue culturelle de la ville de Marseille, n° 238. Oct 2012). Or, sur le terrain, cette gestion écologique est interprétée par les riverains comme le résultat d’une négligence de la part des services publics et par les jardiniers comme une solution pour pallier au manque de finances publiques de la ville et non pas comme une pratique innovante (Lizée et al., 2014). La gestion différenciée à Marseille s’apparente encore pour de nombreux acteurs à des « tentatives » ou à des expérimentations auxquels sont contraints de s’adapter les agents en charge des espaces verts (Claeys et al., 2012). Si bien que les habitants, influencés par l’aspect du paysage urbain fréquenté quotidiennement, considèrent que l’espace urbain est antinomique d’un espace naturel, contrairement aux habitants de Strasbourg pour qui l’esthétique urbaine rejoint celle induite par des aménagements tenant compte de la biodiversité (Glatron et al., 2012). Le paysage urbain de Marseille est fort contrasté, car il est pourvu de vastes espaces naturels en périphérie de l’agglomération, mais se caractérise en son cœur par une faible place accordée au végétal et par une inégale répartition du maillage vert intra-urbain. En 1892, Marseille comptait 1,6 m² d’espace vert par habitant et en 1968 ce taux atteignait 0,7 m² (Saint-Martin, 1998). Ce constat avait poussé le maire Gaston Deffere à préconiser dès les années 1970 la mise en place d’un vaste programme de création d’espaces verts de proximité afin de combler ce déficit. L’objectif des 1000 points verts à l’horizon des années 1990 et le seuil de 10 mètres carrés d’espaces verts par habitant n’ont pas été atteints puisqu’il s’est stabilisé autour de 3,1 m² en moyenne (op.cit.).

6Les principaux parcs publics de la ville comme ceux de Borély, de Pastré, de la Maison-Blanche, de Valmer, de Magalone, de François Billoux ou de Saint-Cyr, sont d’anciennes bastides qui ont été léguées par leurs propriétaires ou bien rachetées par la municipalité à partir des années soixante (op.cit.). Les créations plus récentes telles l’ouverture par la municipalité en 1977 de l’espace vert et balnéaire du Prado qui jouxte la plage du même nom, la création du Parc du 26e Centenaire en 2001 ou du square de la Joliette, ne sont pas à même de contrer la tendance qui est à la fragilisation du « capital nature » de l’agglomération (Consalès et al., 2012). La déclinaison des objectifs du Grenelle de l'environnement dans le Schéma régional de cohérence écologique (SRCE) de la région PACA ou dans les documents d’aménagements locaux, demeure faiblement contrainte par les réglementations en vigueur et ne se sont pas encore traduits à Marseille par des aménagements concrets. En matière de trames vertes, la ville de Marseille se trouve au stade de la « mutation conceptuelle ». Ce schéma qui traduit des intentions générales en termes de valorisation environnementale du patrimoine naturel est évoqué par exemple dans le document du SCOT (Schéma de cohérence territoriale) de Marseille Provence Métropole (MPM) approuvé en 2012. C'est dans cette optique environnementale qu'a été notamment éditée par l’Agence d’urbanisme de l’Agglomération marseillaise (AGAM), qui est la structure partenaire de référence des politiques publiques de la collectivité, une charte de la biodiversité urbaine2. Celle-ci dresse un état des lieux du patrimoine floristique de la ville et formule des recommandations relatives à la gestion des ressources naturelles et à la protection des espèces animales et végétales en ville. Théoriquement, les espaces verts urbains tendent à être reconsidérés comme un patrimoine dont la vocation n'est plus exclusivement sociale ou culturelle, mais également naturelle. Or ce patrimoine naturel ne se réduit pas aux espaces verts ou aux forêts péri-urbaines, cette notion de patrimoine est étendue à toutes les espèces présentes en ville, y compris les plantes spontanées qui se trouvent par exemple dans les friches et dans tous les interstices de la ville. C’est pourquoi l’AGAM s’interroge quant à la pertinence de continuer à utiliser les termes « d’espaces verts » dans un tel contexte de reconfiguration de leurs rôles et attributs (voir le numéro : « Marseille et ses jardins ». La revue culturelle de la ville de Marseille. N° 238. Oct 2012).

7Face à la tendance qui est à la densification périphérique au détriment des espaces de nature (Consalès et al., 2012), les habitants considèrent que la nature marseillaise est présente malgré l’action de la Mairie et non pas grâce à elle (Lizée et al., 2012). Le projet de trame verte issue de la loi Grenelle n’a pas eu l’effet escompté de levier, qui aurait pu être l’occasion pour les pouvoirs publics de combler le déficit d’espaces verts urbains. La conception d’une trame verte devant répondre aux enjeux environnementaux du développement durable a été confiée pour la première fois en 2004 à l’AGAM. Depuis 2004 soit douze ans plus tard, l’élaboration de cette trame à Marseille s’est matérialisée par un scénario cartographique prospectif correspondant à trois flèches grossièrement superposées (voir en page 18 du rapport : « Révision du POS. Projet municipal pour la définition du projet d’aménagement et de développement durable ». 2011, Mairie de Marseille, Agam, 30 p.) aux cours d’eau des Aygalades, du Jarret et de l’Huveaune (Consalès et al., 2012). Parmi ces trois scénarios de trames, celui de la valorisation du cours d’eau des Aygalades est le plus précis bien que des conflits liés à la maîtrise du foncier hypothèquent sa livraison d’ici à 2020 ; voir sa réalisation telle que projetée sur les plans des architectes mandataires. Ce projet de trame s’inscrit dans la vaste opération de renouvellement appelée Euroméditerranée, périmètre d’intervention caractérisé par un tissu social paupérisé et par un tissu urbain composé de friches industrielles et d’activités lié au fret maritime. Ce projet a pu bénéficier d’une labellisation écologique (label « éco-cité ») notamment au titre de l’intégration d’un projet de création de parc, de forme longitudinale et d’une superficie totale de 14 ha, adossée au ruisseau des Aygalades.

L’ambiguïté des politiques urbaines environnementales en question

8La communauté urbaine d’Angers qui contrairement à Marseille se montre volontariste sur le volet de sa politique urbaine environnementale a pourtant été condamnée et accusée en 2009 par le tribunal administratif de Nantes de porter atteinte aux espaces boisés classés (Cormier et al., 2010). Les déclassements cristallisés par le Plan local d’urbanisme (PLU) contesté d’Angers concernaient les espaces verts et boisés de l’hyper-centre ainsi que les poumons verts des couronnes secondaires (op.cit.). L’expérience d’Angers illustre le fait que les projets de trames vertes, de gestion différenciée ou écologique, peuvent se conjuguer dans une même ville avec des logiques de déclassement d’espaces verts. À Marseille, mis à part le futur parc des Aygalades, peu d’efforts sont portés sur la nature présente dans le tissu urbain et le bilan global depuis le premier sommet de Rio est largement en défaveur du « capital nature » de l’agglomération (Consalès et al., 2012). Autant l’augmentation des surfaces vertes d’une ville ne garantit pas la préservation des ressources naturelles, notamment en raison du recours encore possible aux produits phytosanitaires, autant la politique de promotion d’une gestion écologique d’espaces verts peut être compatible avec la diminution des surfaces d’espaces verts et de terres agricoles. À Marseille, quels arguments sont déployés par acteurs locaux pour justifier les difficultés et les retards dans la mise en œuvre d’un projet de trame verte ? À quelles contraintes réelles sont confrontés les acteurs locaux pour mettre en place ces mesures ? Ces principes émergents de ville écologique, verte ou naturelle, répondent-ils aux attentes des populations et aux préoccupations des gestionnaires et des élus ?

9Les projets de « renaturalisation » des villes tendent à provoquer un débat nécessairement contradictoire entre défenseurs de la conservation, acteurs de la promotion immobilière et citadins aux représentations et aux intérêts contrastés : la ville est le produit de ces logiques divergentes et la traduction de rapports de force entre acteurs. Cet article vise à présenter des résultats d’enquêtes qui mettent en évidence l’instrumentalisation dont la durabilité et l’écologie sont objets à Marseille, au profit d’une promotion qui se veut avant tout immobilière. L’analyse des attentes des populations vis-à-vis des espaces verts et des préoccupations, des contraintes et des arguments mobilisés par les gestionnaires et les élus de Marseille, s’appuie sur des résultats de recherche doctorale obtenus par des méthodes d’enquête qualitative et par la récolte et la lecture de documentations institutionnelles relatives aux planifications urbaines ainsi que d’articles de presse relatant les arguments politiques des élus locaux. L’analyse qui suit repose plus particulièrement sur la sélection de 15 entretiens sociologiques réalisés entre 2013 et 2014. Parmi les 15 individus interrogés, plusieurs catégories d’acteurs peuvent être distinguées. Les gestionnaires publics et les responsables d’espaces verts (3 personnes), les professionnels de la maîtrise d’œuvre en paysage ou en architecture de statut libéral, mais travaillant à Marseille en étroite collaboration avec les pouvoirs publics (2 personnes), des militants associatifs engagés pour la défense des espaces verts et investis en justice contre les permis de construire (3 personnes), des militants dont les actions se veulent dialogiques avec les autorités comme pour le cas des Comités d’Intérêt de Quartier (CIQ) et qui sont investis dans une moindre mesure vis-à-vis des espaces verts (3 personnes). Puis des habitants interrogés au titre de riverains ou d’usagers d’espaces verts, appartenant aux classes moyennes et populaires et qui se distinguent également par un ancrage plus ou moins récent dans la ville (4 personnes). Vont être présentées dans un premier temps les contraintes rencontrées par les gestionnaires et par les professionnels de la maîtrise d’œuvre pour la mise en place d'une politique cohérente de planification d’espaces verts à l’échelle de la ville. Seront évoqués les arguments mobilisés par les élus pour justifier le choix des actions prioritaires dans le domaine de l’urbanisme, afin de voir dans un second temps dans quelle mesure ces actions et ces planifications correspondent aux préoccupations et aux attentes des militants et des habitants de Marseille.

Résultats d’enquête

La reconnaissance d’une inégale répartition des espaces verts dans la ville

10Les déclarations des gestionnaires et des responsables en charge des espaces verts publics se rejoignent sur deux principaux constats partagés, à savoir qu'il y a reconnaissance d'une inégale répartition des espaces verts entre les différents quartiers et qu’il y a par ailleurs une méconnaissance de l’existence de la majeure partie de ces espaces verts par les citadins. Cette méconnaissance s’explique par la faible place occupée par les espaces verts dans une ville où la morphologie urbaine est caractérisée par un tissu extensif (Roncayolo, 1996). Marseille est bien plus vaste que la superficie de Paris intra-muros qui compte 14 lignes de métro alors que Marseille ne comprend que deux lignes de métro. L’étendu du territoire municipal de Marseille compte 24 000 ha, contre 15 000 ha pour Paris (Donzel, 2011). Or le facteur de prédilection des citadins interrogés pour la fréquentation d’un espace vert est la proximité par rapport à l’habitat. Parmi eux, ceux qui disposent d’un véhicule préfèrent l’emprunter pour s’extraire de la ville en se rendant vers les espaces naturels périphériques comme aux Calanques, plutôt que de se rendre dans un jardin ou dans un parc public éloigné du domicile. En comparant les données de l’AGAM sur la dispersion spatiale des revenus médians mensuels dans la ville avec celles sur l’offre d’espaces verts3 il s’observe que ce sont dans les arrondissements où les populations sont les plus riches que se trouvent le plus de parcs et jardins publics et inversement que dans les quartiers où vivent les plus pauvres ceux-ci ont le moins accès à des espaces verts publics de proximité. Les trois premiers arrondissements de la ville qui en l’occurrence sont densément peuplés, ainsi que le 15e et le 14e arrondissement sont ceux qui cumulent un contexte social de vulnérabilité économique avec un manque d’équipements verts. Aussi, la particularité du vaste territoire de la ville de Marseille c’est que son tissu urbain est plus fournit en espaces verts privatifs que publics (Barthélémy et al., 2011). Le cas du 7e arrondissement de la ville est assez exemplaire à cet égard. Les arbres et espaces verts en gestion publique y sont peu nombreux, mais une partie significative des habitants dispose néanmoins de jardins privatifs. Selon les chiffres de l’AGAM sur la dispersion spatiale des revenus médians mensuels dans la ville, le 7e arrondissement regroupe les revenus parmi les plus élevés de Marseille, en particulier dans les iris correspondants à la frange Sud du 7e, là où les espaces verts privatifs sont les plus denses.

  • 4 Constat partagé déjà en 1985 dans la publication : “Le deuxième sud. Marseille ou le présent incert (...)

11En plus des jardins publics, il est également fait mention par les gestionnaires interviewés, de la faible présence d'arbres en ville et de la nécessité de favoriser leur implantation le long des avenues et au sein des quartiers denses. En effet et contrairement aux autres grandes agglomérations de France, Marseille est une ville où il se trouve très peu d’arbres4. Le Grenelle de l’environnement est présenté par les responsables en charges des espaces verts interrogés comme un événement fondateur, marquant leur prise de conscience concernant les différentes formes de nature intra-urbaine, qui dans la ville de Marseille mériterait selon eux d’être développée et protégée. Face à la nécessité reconnue de développer les espaces verts publics, de nombreux freins sont évoqués. La condition première pour que soit créé un parc ou un jardin public est celle de la sécurité, soit notamment l’assurance qu’il puisse être fermé le soir. La propreté et l’esthétique sont également des conditions considérées comme essentielles par les élus. Au-delà du répertoire des obstacles politiques, présentés comme indépendants du service des espaces verts, sont mentionnées des contraintes techniques. Du point de vue des gestionnaires, les premiers arguments mobilisés sont les motifs géographiques et économiques.

Les contraintes au développement d'espaces verts : les arguments géo-climatiques des gestionnaires

12Les témoignages des gestionnaires font état de la composition des sols urbains et du climat local, qui constituent des contraintes au développement des formes végétales et qui nécessitent donc le savoir-faire ou l’apport d’une expertise technique. Le climat méditerranéen, le mistral et l'air salin rendent selon eux malaisés l'insertion et l’épanouissement d’espèces à vocation ornementale. L'exposition du territoire aux embruns marins, les périodes de sécheresse, la composition rocheuse des sols sont autant de facteurs qui expliquent le faible potentiel de développement des plantations végétales. Aussi pour favoriser cette présence végétale il faut des écosystèmes adaptés et donc développer une expertise qui s’acquière par l'échange de connaissances et par des expérimentations ici plus ou moins abouties comme en témoigne ce responsable en charge de la gestion municipale des espaces verts : « L'avenue de Bonneveine on a essayé du pin pignon, de planter un alignement de pins pignons, pourtant c'est un arbre résistant le pin pignon, vraiment il ne tient pas ! Même le pin pignon on est obligé de le remplacer par du pin maritime, parce que c'est le seul qui résiste vraiment dans les conditions, là on est plein mistral, dans l'axe du mistral qui vient de la mer et à proximité de la mer ». Cette expertise encore hésitante est vivement critiquée par les paysagistes et les architectes du secteur privé qui ont eu l'occasion de travailler en partenariat avec les services municipaux. Selon eux, les acteurs des services municipaux ne connaissent pas forcément la composition d'un écosystème adapté et n’ont pas encore intégré les principes de la gestion différenciée. Ils supposent que c’est le manque de connaissances des gestionnaires qui entrave le développement des espaces verts à Marseille. Or, la gestion différenciée, qui consiste à ne pas appliquer le même traitement à chaque espèce et donc à se défaire d’une gestion statistique, est dispensée dans la formation des jardiniers municipaux. Un des responsables du service des espaces verts déclare que les gestionnaires se sont engagés avec enthousiasme dans cette démarche en laissant par ailleurs entendre que les pratiques des gestionnaires de Marseille ont devancé l'annonce des engagements et des certifications écologiques : « Nous on applique complètement déjà la gestion différenciée, depuis déjà pas mal de temps et de plus en plus et dans le détail. Donc ça veut dire des essences adaptées vraiment, on utilise que des essences méditerranéennes résistantes, on essaie de maîtriser les apports d'eau, on ne traite plus du tout, on recycle les végétaux sur place en utilisant le broyant. Bon ça maintenant c'est quasiment généralisé et fait systématiquement. Et de fait on a obtenu le label éco jardin pour 3 jardins cette année, parce que c'est la première année où le label existe ». La ville de Marseille a en effet produit une série de labels, de chartes, de plans et de projets qui s'inscrivent dans la rhétorique de l’écologie et de la biodiversité urbaine depuis à peine quelques années. À l’échelle infra-urbaine, la biodiversité ordinaire commence à être valorisée comme en témoignent quelques-unes des expérimentations de gestion écologique des espaces verts qui sont déjà opérationnelles dans le parc central de Bonneveine, dans celui de la Buzine ou encore dans le parc de l'Oasis.

13Les représentations des professionnels de l’urbain, qu’ils soient gestionnaires, architectes ou paysagistes, convergent progressivement vers l’idée d’une nécessaire préservation des ressources naturelles toutes urbaines, polluées et anthropisées qu’elles soient. Le classement et la création en avril 2012 du parc national des Calanques présenté comme le premier parc péri-urbain d’Europe5 illustre cette conviction que peuvent être conciliées les activités humaines avec celles de la conservation in situ des milieux. Mais plus qu’une conviction, la gestion différenciée des espaces verts est présentée par les gestionnaires telle une nécessité face aux conditions climatiques et naturelles. À l’exception de quelques-uns des espaces verts les plus emblématiques, comme pour la surface visible depuis la rue du Parc Longchamp, la plupart n’ont que peu été « traités » dans le détail. La tonte des pelouses n'a par exemple pas été systématisée et les essences ont été nécessairement choisies pour résister au climat local. L’émergence puis la généralisation présumée d’une gestion écologique des espaces verts n'ont donc pas bouleversé radicalement les pratiques des acteurs locaux. En revanche, la labellisation et la qualification écologique des parcs et jardins ont pu servir de vitrine à la municipalité, car l'obtention du label national éco jardin signifie à la fois la reconnaissance de l'expertise locale et un témoigne de l'engagement des pouvoirs municipaux dans une démarche de développement durable.

Les contraintes au développement d'espaces verts : les arguments économiques des élus

14Les témoignages des responsables de l’urbanisme font état du manque d'assiettes foncières disponibles et de moyens dont ils disposent pour promouvoir davantage d’espaces verts en ville. Dans les premiers arrondissements de la ville, les espaces verts se font plus rares et selon le responsable des espaces verts interrogé, il est difficilement envisageable de combler ce déficit étant donné la densité du bâti et le coût que représenterait l’achat par les pouvoirs publics de terrains en zone constructible. En effet, depuis le début des années 2000 le prix du foncier et de l’immobilier de Marseille s’envole : « on assiste désormais à un découplage grandissant entre l’évolution des prix et celle des ressources financières des ménages » (Donzel, p. 27, 2011). Cette envolée est en partie causée par la mise en place du train à grande vitesse : « un effet de bulle foncière et immobilière alimentée par une spéculation sur l’effet TGV (train à grande vitesse plaçant Marseille à 3 h de Paris) et celui de grands programmes publics d’aménagement (Euroméditerranée) » (Dorier et al., 2012). La création de nouveaux espaces verts est considérée comme un luxe pour une ville que ses gestionnaires décrivent comme pauvre. L'argument de la pauvreté de la ville fait écho à la fois au budget municipal, mais aussi au niveau de vie des populations. Au-delà de la première couronne se trouvent de nombreuses friches urbaines et autres espaces publics dont la vocation n'est pas définie et dont le caractère est non aménagé, non entretenu, et qui pourraient être considérés comme des ressources pour la création de nouveaux jardins publics, mais qui restent en l'état faute de moyens mis à disposition pour les aménager. Certains de ces espaces verts en état de quasi-abandon, comme celui de la porte d'Aix, se trouvent aux portes du centre-ville. Cet espace vert d'une superficie d'un hectare est situé dans un quartier très populaire composé de copropriétés dégradées et habité en grande partie par des populations d'origine maghrébine. La pelouse de la Porte d’Aix sert tantôt de lieu de repos aux vendeurs à la sauvette, d'espace de rencontre aux retraités chibanis, de refuge aux sans domicile fixe et a été à l’occasion aussi habitée par une famille de gens du voyage plusieurs mois durant. Cet espace vert fait l'objet d'un projet de « réhabilitation » qui prévoit d'amputer une partie de cet espace arboré pour la dédier à la construction de logements. La projection de cet espace par les urbanistes ne renvoie pas ici à des contraintes de moyens municipaux, mais au contexte plus large de la pauvreté du quartier. Et à une volonté de réduire et de « normaliser » l'espace public (Garnier, 2005), soit de le soustraire aux usagers indésirables. L'aménagement prévu à cet emplacement n'est pas pensé par les gestionnaires en termes d'aspect esthétique ou naturel, mais renvoie à des considérations de type sécuritaire et normatives. Les gestionnaires en charge des espaces verts se voient donc contraints dans leurs actions à la fois par la morphologie urbaine héritée et par une politique urbaine libérale : stratégie libérale du laisser-faire qui est elle aussi historique à Marseille et plus marquée que dans d’autres grandes villes de France (Dorier et al., 2012). Comme le font remarquer les auteurs à propos de la tendance à la résidentialisation, cette logique est toujours à l’œuvre : « Au cours du vingtième siècle, les mêmes principes de lotissement au gré des opportunités restent en vigueur » (op.cit.). C’est ainsi que les espaces verts récemment créés sont le résultat d'opportunités foncières, mais dont la valorisation tend à se traduire en dynamique de densification urbaine.

Une spécificité marseillaise : un retard en matière d’écologie urbaine

15Les élus en charge des questions urbaines tendent à minimiser l'importance des espaces verts et de leur développement comparé au retard accumulé par la ville dans d’autres secteurs de l’urbanisme. Ce relativisme est également partagé par une grande partie des habitants rencontrés qui sont par exemple en attente de crèches ou d’infrastructures sportives. En matière d’urbanisme et dans les faits, les priorités des édiles municipaux se résument le plus souvent à la construction de logements et dans une moindre mesure de stationnements. Étant donné que les transports publics sont peu développés et que la ville est très étendue, l'usage de l'automobile est pour nombre d'habitants inévitable. Or la ville historique s'est construite avant que n'explose le trafic automobile et la ville contemporaine s'est développée en délaissant les équipements publics tels que les espaces verts et les stationnements de délestage. L'agglomération de Marseille rassemble en son sein une myriade de villages agrégés aux ruelles étroites, non adaptées aux flux de circulation métropolitains. Les trottoirs sont encombrés de voitures entre lesquelles le piéton se voit slalomer alors que l'automobiliste se voit contraint de se garer en chevauchant le trottoir faute de place de stationnement. Quant au cycliste, il se doit de composer avec des lignes discontinues et périlleuses en alternant trottoirs encombrés et automobilistes irrités. Or pour favoriser l’implantation d’arbres le long des rues étroites il serait avant tout nécessaire d’élargir les trottoirs et donc de favoriser les transports en commun afin de diminuer la place de la voiture en ville. Mais comme le suggère ce responsable en charge des espaces verts de la ville, cette proposition n’est pas à l’ordre du jour : « Donc si on veut faire des priorités, les priorités ce serait de faire des transports en commun, des stationnements de délestage en périphérie de Marseille et troisièmement les espaces libérés par la voiture en faire des espaces publics… des espaces de nature. Ça, ça serait un bon plan, mais ça il y en a pour un certain temps (rires) et beaucoup d’argent. C’est pas impossible, mais bon ». Le développement de lignes de tramway au centre-ville dont les stations sont loin de desservir les seuls besoins des piétons ont eu un impact quasi inopérant sur le trafic automobile à l'échelle de l'agglomération, mais a eu comme avantage de dégager quelques espaces libres et verts au cœur de la ville.

  • 6 Sur le site Internet de la Municipalité, dans l’onglet présentation : [En ligne] URL : http://envir (...)

16Mais la place de l'automobile demeure si prégnante que certains des espaces verts et des espaces publics de la ville ont été amputés pour laisser place à l'aménagement de stationnements, comme en témoigne cet habitant de 75 ans qui évoque son attachement au quartier qui l'a vu naître et son engagement continu pour la défense de la place de La Plaine : « La voiture a tué la ville. Je suis pas contre la voiture, mais la voiture a tué la ville et petit à petit La Plaine est devenue un stationnement. On a décidé de faire un stationnement souterrain et on a démoli le paysage végétal de La Plaine. Alors là je te parle des années 1950, 1960, 1970. Et l’action qu'on a mené c'était de dire on veut sauver La Plaine en tant qu'espace de contact, en tant qu'espace de vie ». Pour parer à l'encombrement du stationnement, les élus ont favorisé la création de stationnements souterrains privés au centre-ville avec des promoteurs comme Vinci or, comme le coût de ce service est élevé les habitants les empruntent finalement assez peu. La politique municipale de planification et de gestion des espaces verts s’avère à l’examen ambiguë, car d'un côté elle affiche une politique volontariste en matière de prise en compte de la biodiversité. Et de l'autre, elle ne fait rien qui puisse limiter l'emprise du bâti qui se développe au détriment de cette même nature urbanisée et des derniers espaces agricoles péri-urbains que la Mairie dit souhaiter protéger. L’emprise du bâti ne se limite pas aux vastes espaces naturels péri-urbains mais affecte également les espaces verts publics. Qu’il s’agisse de la construction de stationnements ou de logements, l’enquête de terrain menée à Marseille a révélé que de nombreux cas d'espaces verts publics situés dans la première couronne de la ville dense se trouvent soit menacés de fermeture, soit remplacés partiellement du fait de projets immobiliers. Pourtant la Mairie de Marseille déclare sur son site officiel, dans la rubrique de présentation des jardins de la ville, que le patrimoine vert de la municipalité est en constante augmentation6. Mais cette augmentation qui est évoquée doit être relativisée et comparée avec la répartition de la population, l’évolution démographique et l’augmentation progressive des surfaces bâties vers les périphéries.

17Ce qui toutefois est reconnu par les gestionnaires c’est qu’en comptant les espaces naturels périurbains le taux d’espaces verts par habitant est supérieur aux 10m2 recommandés par l’Organisme mondial de la santé (OMS), mais qu’en comptant uniquement les espaces urbains (sans le parc national des Calanques et sans les collines périphériques), le taux d’espaces verts intra-urbain est en deçà des 10m2. Si de nouveaux jardins ont effectivement été aménagés et délimités en périphérie de la ville en lieu et place d’espaces naturels déjà existants, les espaces verts du centre-ville en revanche tendent à diminuer et même à disparaître. C’est le cas du square Michel Levy (dans le 6e arrondissement) et de l’espace vert Chanterelle (dans le 1er arrondissement), qui pourtant se trouvent tous deux dans une zone densément urbanisée et faiblement dotée en espaces verts. Mais également celui du jardin de la Maternité, seul espace vert public notable du 3e arrondissement qui est menacé d'être partiellement remplacé par un projet de construction. Même les parcs emblématiques sont concernés par ces atteintes, tel le parc Longchamp avec le projet de stationnement contre lequel se battent les collectifs « Sos Longchamp » et « Stop Parking Longchamp ». Cette dynamique de densification au détriment des jardins publics concerne aussi des friches urbaines et des espaces verts privatifs appartenant au domaine public comme pour le parc attenant à la bastide La Denise qui a été rasée en 2013 ou comme pour celui de la bastide Bel-Air. Plus rares sont les projets immobiliers qui ont été abandonnés par la Mairie suite à des mobilisations de riverains, comme pour le cas du jardin de la Corderie en friche depuis des années.

L’intérêt des politiques vertes mises en doute par les élus

18Si les gestionnaires et les urbanistes locaux commencent à s’approprier l’enjeu émergent de la préservation de la biodiversité urbaine, c’est parce qu’ils sont poussés par les politiques « externes », soit par des directives nationales et par des initiatives « internes ». Les initiatives internes reposent sur des précurseurs au sein des services publics, comme pour cette ancienne responsable de projet au service des espaces verts de la Mairie, aujourd'hui retraitée et toujours engagée, qui se souvient de son enthousiasme vite essoufflé : « La première fois qu’on a commencé à reparler de trames vertes et bleues, je me suis invitée à la réunion et j’ai distribué un document sur les corridors écologiques de Grenoble et je me suis faite rire au nez. Après on m’appelait Madame Corridors pendant un moment, pour se moquer de moi bien sûr ». Ce que défend par ailleurs cette dame, c’est la nécessité de changer de regard en donnant sa place au vivant en ville et en promouvant la création de jardins naturels. Un jardin naturel pour elle, c’est un jardin qui ne soit pas trop ordonné, qui soit fertile et habité par des animaux et par une microfaune. Au-delà de l'écologie scientifique, cette philosophie incarnée notamment par les écrits du paysagiste Gilles Clément, suppose de remettre en cause la tradition bureaucratique de gestion rationalisée par quotas, inventaires et classements : tradition régit par l’idée du beau, du propre, de l’ordonné, du fleuri, du décoratif soit par une gestion hygiéniste et esthétique. Bien que les pratiques professionnelles des gestionnaires du domaine public tendent à être orientées dans le sens des mesures préconisées par le Grenelle de l’environnement, comme en témoignent les expérimentations de gestion différenciée à l’œuvre, celles-ci ne sont pas forcément valorisées et relayées par les décideurs politiques locaux.

19Quelques paysagistes, urbanistes ou gestionnaires pionniers sont à pied d’œuvre pour promouvoir une conciliation entre les logiques de préservation du vivant et celles de l'agrément. Mais ceux-ci se heurtent soit à une indifférence de la part des populations et des responsables censés les accompagner dans la démarche écologique, soit à des mécontentements de la part des citadins ou des élus condamnant le désordre suggéré par l’esthétique ordinaire de la flore spontanée, de la nature « renaturée » ou de la ville « ensauvagée » (Acceptaflore. La perception de la végétation spontanée. Plante et cité, Menozzi et al. 2011, 89 p.). Le square de la Joliette créé en 2003 dans le nouveau quartier d’affaire d’Euroméditerranée, vitrine du renouveau économique et symbolique de Marseille, se devait de faire écho aux codes esthétiques de l’écologie urbaine émergeant partout en France. Les concepteurs du square l’avaient agencé dans un style champêtre en mettant en valeur les espèces méditerranéennes, en soulignant l’élégance de la nature ordinaire dans l’esprit de sobriété et de simplicité véhiculé par les courants de la décroissance. Le résultat n’ayant pas été du goût du cercle exécutif du Maire, gêné par l’aspect désordonné de cet espace, le square a été saboté sciemment puis réhabilité par la municipalité suite à la mobilisation de la presse. Et notamment suite à l’article du correspondant régional du journal Le Monde, Michel Samson, qui avait choisi un titre quelque peu provocateur : « La mairie de Marseille n’aime pas les coquelicots et le genre “champêtre” » en date de 2005. L’appropriation par les administrations locales de la thématique de la « naturalisation de la ville » est loin d’être devenue consensuelle ou prioritaire. Ces modèles de planification écologique qui sont pour partie exogènes contredisent les cultures professionnelles et les habitudes héritées des acteurs locaux et notamment des élus, pour qui l’espace vert urbain relève d’autres vocations et attributs. Celui-ci est plutôt valorisé non pas pour ses qualités intrinsèques, mais pour ses dimensions esthétiques et ornementales. Les espaces verts à Marseille tendent encore à être considérés par les élus comme des équipements récréatifs et décoratifs et la priorité est accordée à la gestion hygiéniste, à la propreté et à la sécurité de ces espaces.

20Les architectes, paysagistes, militants écologistes et écologues interviewés à Marseille s’accordent à constater que la durabilité est encore considérée par les gestionnaires d’espaces verts telles une contrainte à intégrer et par les élus locaux comme une contrainte à contourner. Les acteurs engagés dans cette démarche se confrontent à une majorité municipale issue de la droite libérale, peu novatrice en matière d'écologie ou de développement durable. Or, comme le décrit à juste titre le politiste Jacques Theys, la notion de durabilité est le plus souvent associée à l’imposition par une élite technocratique de mesures, de normes et de principes « dont la légitimité n’est pas acquise et parfois sur des valeurs faussement partagées en dehors d’un cercle d’experts » (Theys, 2002). C’est parce que la légitimité des politiques de durabilité ne fait pas sens pour une partie des administrateurs que des écarts entre projections et réalisations se font continuellement jour, et que des conflits ponctuent les mises en œuvre de ces directives. Ce professionnel du paysage témoigne de son expérience du terrain marseillais et des rapports de force qui se jouent continuellement avec les élus et les administrateurs publics autour des représentations symboliques et esthétiques du jardin : « Ils ont une image qui va être très stéréotypée, très banalisée : on est dans une espèce de modélisation du jardin, de l'espace vert. Je pense qu'on peut faire de très beaux jardins avec du local. Les élus ne sont souvent pas près de l'entendre. Moi j'ai souvent des batailles de paysage, justement avec des élus parce qu'ils ne comprennent pas qu'on ne veuille pas planter de gazon ». Bien que des transformations soient en cours, il n’est pas possible d’affirmer qu’il existe une volonté politique forte de la part des élus en matière de promotion des espaces verts ni même en matière de gestion écologique de ces espaces.

L’instrumentalisation de l’écologie à des fins de valorisation immobilière

  • 7 Voir la présentation de la zone sur le site d’Euroméditerranée : [En ligne] URL : http://www.eurome (...)
  • 8 Voir la présentation de la rue sur le site d’Euroméditerranée : http://www.euromediterranee.fr/quar (...)

21Les deux principaux projets urbains qui font largement appel au référentiel écologique que sont l’écoquartier de Sainte-Marthe (dans le 14e arrondissement) et la création du futur parc des Aygalades (15e arrondissement) qui est censé figurer la trame verte et bleue marseillaise, servent davantage une image qu’une ambition environnementale. Les projets de trames vertes ou d'écoquartiers se basent sur des discours très abstraits et généralistes qui font référence à l'attractivité paysagère, aux ressources de biodiversité et à la richesse du patrimoine agricole (…), mais derrière ces projets événementiels et ces labels il s'agit surtout de créer de la plus-value, comme cela a été le cas pour l'écoquartier de Sainte Marthe où ont été construits des logements pavillonnaires sur un potentiel de terres agricoles au nom du développement durable. Quant au projet du parc des Aygalades, il constitue la pierre angulaire de l’extension du périmètre d’Euroméditerranée. Soit à la fois une condition et une opportunité pour que soit décerné le label « éco-cité » à l’opération urbaine. Mais plutôt que de réduire les inégalités d’accès aux espaces verts, le motif du parc, qui s’adresse prioritairement à des milieux sociaux renouvelés, dotés en capital culturel et économique (Consalès et al., 2012), tend à l’inverse à accentuer ces inégalités socio-spatiales. Car sous couvert de « renouvellement » urbain, c’est un phénomène brutal de substitution de populations qui s’opère depuis le début des opérations de renouvellement du périmètre de la « cité de la méditerranée » initiées en 20067. Les indignations causées par l’expulsion d’une partie des habitants de la rue de la République, qui selon les termes de l’établissement d’aménagement : « fait partie de la plus grande opération de réhabilitation urbaine de France »8 et plus récemment, les expropriations imposées aux habitants du quartier des Crottes ont été relatées par la presse et largement relayées par l’association un Centre-Ville Pour Tous (CVPT). Ce militant associatif écologiste, qui se remémore l'épisode de la rue de la République, témoigne de son inquiétude concernant le sort des futures populations déplacées : « Faire une trouée verte c'est bien, très bien, à condition qu'elle soit faite en concertation avec les habitants du quartier et non pas un tracé comme ça sur la ville... mais les quartiers nord par contre je sais qu'il y a une trouée verte, un projet sans concertation des personnes. C'est quelque chose qui me paraît insoutenable, c'est pas normal, les gens qui habitent là, c'est comme les gens qu'on a viré rue de la République, pour quoi ? Pour rien, c'est du vide maintenant. Ces pauvres gens qui étaient là depuis 1947-1948, même avant, on les a mis où et on leur a fait croire quoi ? » Certains des paysagistes engagés auprès des pouvoirs publics et d’Euroméditerranée se montrent par conséquent partagés et prudents face au marketing territorial et aux récupérations politiques dont le parc des Aygalades risque selon eux d’être l’objet. L’argument du parc tend en effet à servir de faire-valoir commercial et le projet de renouvellement dans lequel il s’inscrit est présenté par ses promoteurs sous le double vocable de la « reconquête » urbaine et de l’attractivité. Cette attractivité vise à redorer l'image de la ville qui souffre d’une mauvaise réputation (Boura, 2001), à la rendre attractive certes, mais à destination d’un public et de commerces triés sur le volet.

  • 9 Un des chantiers de réflexion de la mission interministérielle d’Aix-Marseille Métropole est le cha (...)

22L'abondante présence d'espaces naturels péri-urbains est régulièrement mobilisée par les élus pour justifier le fait que la création de parcs et de jardins intra-urbains ne soit pas d'une nécessité criante. Les collines alentours, les massifs du parc national des Calanques et la présence de la mer constituent des éléments naturels et paysagers structurants qui participent de l'identité de la « métropole »9 en construction et auxquels les habitants sont attachés. Or les usages sociaux de ces espaces-ci ne participent pas des mêmes fonctions et symboliques que les espaces verts urbains, appréciés davantage par les usagers pour leur insertion dans une quotidienneté et dans un rapport de proximité avec le quartier d'habitat. Des Marseillais engagés dans des associations de quartiers ont pu reprocher en de nombreuses occasions aux urbanistes de n’accorder que peu de place et de ne prêter que peu de considérations aux formes et espèces végétales présentes en ville. Comme ce fut le cas lors du ré-aménagement du vieux port, dépourvu d'arbres et dont la deuxième tranche devait comporter un espace vert, projet qui depuis a été abandonné « faute de moyen » selon la municipalité. Jean Viard, un des portes-parole politique et initiateur du ré-aménagement du vieux port répond quant à lui aux accusations de ces militants pro-espaces verts, en retournant le « stigmate » en un trait identitaire valorisant : la « minéralité » serait constitutive de l'identité de Marseille, de son arrière-pays et expliquerait la caractéristique dite « minérale » de cette place publique emblématique.

Des attentes socialement marquées vis-à-vis des espaces verts et publics

23Le manque d’espaces verts publics à Marseille est un constat que partagent la plupart des citadins interrogés, mais l’importance accordée à ces équipements et le manque évoqué varient en intensité. Tout comme les gestionnaires en charge des espaces verts, les Marseillais interviewés s'accordent tous d'emblée pour reconnaître un manque d'espaces verts urbains publics. Or à la différence des gestionnaires, des élus et des habitants, une minorité de militants soulignent une nette tendance à la diminution des espaces arborés existants. Ces militants qui se disent concernés par la place et le devenir des espaces verts publics en ville ont en commun d’appartenir aux classes moyennes, d’avoir une sensibilité écologiste, une culture du militantisme associatif ou politique et habitent plutôt des appartements dans des immeubles collectifs de la ville centre, sans accès à un jardin privatif. Pour ces personnes-ci, le besoin d'espace vert renvoie à des attentes en termes d'aménités, d’espaces publics, de lien social de voisinage, de convivialité, etc. Au-delà de l’idée de biodiversité, d’agriculture urbaine ou d’écologie qui est parfois mobilisée, les militants qui se positionnent et se questionnent sur la place occupée par les jardins dans la ville, ne sont pas poussés par un manque de contact avec la nature puisque les espaces péri-urbains de l’agglomération offrent aux citadins de vastes espaces naturels où peuvent se conjuguer des activités sportives ou contemplatives, dans un cadre naturel suffisamment déconnectant. Dans le cas de ces individus et dans le contexte spécifique de Marseille, la mobilisation en faveur de l’espace vert renvoie à une lutte pour défendre une certaine idée de l’espace public. Cette conception vise un idéal, celui d’un espace fait de rencontre, de mixité sociale, de gratuité, d’expérimentation et de liberté. Défendre cette idée de l’espace vert public revient aussi pour ces militants à lutter contre les privatisations et les processus de gentrification à l’œuvre.

24L’argument de la nature est finalement assez périphérique même auprès de cette catégorie d’habitants et de militants progressistes qui se mobilisent pour défendre ou promouvoir des espaces verts. Quelle que soit l’affiliation politique ou idéologique d’appartenance (bien que souvent représentés par des mouvances de diverses gauches, notons également une grande présence d’interviewés catholiques pratiquants parmi ces acteurs alternatifs) ; la majorité des habitants qui s’attachent à défendre les espaces verts se trouvent en fin de compte poussés à dénoncer les complaisances des responsables à l'égard des promoteurs immobiliers au détriment des arbres, du cadre de vie, des habitants et de l'histoire de la ville. Certains évoquent une « confiscation » des espaces publics ou encore un « hold up » sur la ville, organisé par les promoteurs et orchestré par les responsables politiques. Ces critiques relèvent de simples citoyens engagés, mais aussi très souvent d’anciens cadres techniques ayant une connaissance des rouages institutionnels de la ville, comme pour le cas de cet urbaniste retraité, ayant travaillé comme ingénieur en travaux publics auprès de collectivités locales : « Ah non, non, la seule tendance qui est générale à Marseille depuis des décennies, depuis même des siècles, parce que quand vous lisez Zola ou quand vous lisez tout ça, Marseille c'était pareil, la seule tendance… Disons l'esprit de Marseille c'est les promoteurs. Au 19e siècle on s'en plaignait des promoteurs, mais il restait encore des espaces ».

25Quelques-uns de ces militants tentent de transformer leurs quartiers en végétalisant eux-mêmes les rues, en promouvant des jardins partagés en lieu et place des friches urbaines ou en créant des associations et des collectifs pour défendre des espaces verts menacés. Sous l’influence de la mouvance environnementale, certains de ces alternatifs disent souhaiter que les espaces verts gérés par la municipalité soient entretenus de façon plus écologique, qu’ils soient un peu moins aménagés et un peu plus sauvages et spontanés. Au regard des personnes interviewées, il s'avère que cette demande sociale là émane surtout d'une frange minoritaire d'artistes, d'écologistes, d'intellectuels ou de néo-marseillais sous le charme du pittoresque, d'une ville paradoxale et contrastée. Mais pour autant les problématiques environnementales et les questions relatives à la démocratie locale n’intéressent pas seulement les strates socialement favorisées du microcosme marseillais. Bien qu’elles se posent en différents termes, elles interpellent aussi des militants dont les capitaux économique et culturel ne sont pas forcément privilégiés, mais qui de par leurs vécus, trajectoires familiales et cultures politiques, se sont forgé des convictions et des préoccupations qui dépassent le seul souci des conditions matérielles d’existence (Schweisquth, 1997). Ce travailleur social ayant vécu ses premières années dans le bidonville de l'Estaque, est très attaché à son quartier dénonce les transformations actuelles des espaces publics du noyau villageois : « Comme toujours, sous prétexte que ça va être beau, on recul les libertés. Ça devient aseptisé, on devient des consommateurs, le décor n’est pas fait pour être vécu ». Ainsi les problématiques environnementales de ce militant issu d’un quartier populaire de la ville ne se limitent pas au souci des pollutions héritées de la période industrielle qui inquiètent à juste titre une partie des habitants de l’Estaque. Les préoccupations évoquées à l’échelle du quartier sont mises en perspective avec les dynamiques plus larges de développement urbain à Marseille ; elles s’inscrivent dans la critique des grands chantiers de rénovation et de renouvellement urbain qui sont perçus par les habitants des quartiers concernés comme des opérations radicales d'éviction, de transformation du cadre de vie sur un mode non inclusif. En dehors de ces militants du « droit à la ville » (Lefebvre, 1972) et contrairement aux projections de quelques pionniers de l’administration municipale, la majorité des habitants interviewés ne considèrent pas les espaces verts de la ville comme des lieux pertinents pour développer tout ce qui a trait à l’écologie. Si dans les représentations collectives il va de soit que la nature doit être préservée, en revanche la protection de la nature urbanisée apparaît comme une vaine tentative du point de vue des populations enquêtées, qui considèrent l’écologie urbaine au mieux comme une lubie scientifique ou simplement comme un oxymore. En réalité et pour la majorité des habitants, la problématique est inversée : ils déplorent justement le fait que les espaces verts de Marseille soient sujets à la désorganisation et au « chaos ».

26Les entretiens réalisés dans les différents arrondissements de la ville montrent que la politique de gestion écologique de la municipalité est très peu connue des habitants. La plupart des personnes ne savent pas ce qu’est la gestion différenciée des espaces verts ni ne sont au courant qu’elle est employée par la Mairie. Cette méconnaissance s’explique en raison du choix des espaces qui sont sujets à la gestion et à la certification écologiques. L’engagement de la municipalité en faveur de la gestion différenciée se limite principalement aux parcs périphériques, dont la fréquentation est plus faible, alors que les espaces verts les plus fréquentés de la ville (comme le parc Borély ou Longchamp) relèvent de modèles paysagers et d'aménagements plus classiques et ne sont pas candidats à cette labellisation. L'espace vert présent en ville est le plus souvent décrit par les citadins interviewés à Marseille comme un espace dont la vocation est récréative et dont les qualités sont déclinées en fonction de critères également esthétiques. Or l’espace vert est rarement associé par ces citadins à l'idée de la nature. La végétation présente dans les espaces verts de Marseille est peu volubile, peu foisonnante, et les habitants la décrive comme étant d’allure fragile et polluée. Pourtant la mer est volontiers associée à l’idée de nature bien que le littoral marseillais soit pollué, ne serait-ce qu’en raison des eaux usées qui se déversent dans la mer au sud depuis les Calanques et au nord le long de la Côte Bleue. L’idée de nature à Marseille est surtout relative à la présence de la mer, des plages et des collines avoisinantes. La mer ainsi que les collines qui entourent la ville sont deux éléments que les citadins qualifient sans hésiter d’espaces naturels en raison du sentiment de vivacité qui se dégage de ces deux imposantes présences qui s’offrent aux sens, par les reliefs et l’air marin. Ces éléments sont qualifiés de naturels également en raison de la coupure nette que procurent mer et collines face à la ville.

27Plus que l’espoir de mixité sociale, d’aménités paysagères ou d’alternatives écologiques ; ce qui préoccupe plus souvent les populations à Marseille vis-à-vis de l’espace public, c’est l’aspect sécuritaire. Les classes aisées qui ont le privilège de pouvoir facilement s'extraire de la ville (grâce à un jardin privatif et à une double résidence à la campagne) tendent de fait à éviter les espaces publics du centre-ville et sont assez indifférentes vis-à-vis de la place des jardins publics. Or pour nombre d’habitants parmi ceux interrogés, appartenant aux catégories intermédiaires et populaires, les espaces verts publics sont également dépréciés, car synonymes d’agressions ou de vol potentiel. En dehors du cercle des militants pro-jardins, les individus enquêtés manifestent plus de volonté de se protéger des espaces verts et des espaces publics qu’à protéger l’environnement et la nature. Effectivement, la volonté de garantir une place de stationnement fixe et de se prémunir contre les effractions pousse les habitants à préférer se loger dans des résidences fermées et sécurisées comme il en existe des milliers à Marseille : « Parmi le millier d’ensembles fermés que nous avons inventoriés sur le terrain, 255 résidences ont été construites depuis 2000, la plupart d’entre elles conçues fermées » (Dorier et al., 2012). Comme le montrent ces auteurs, les ensembles résidentiels fermés de Marseille ne touchent pas seulement les classes aisées des quartiers sud de la ville, ils se sont depuis peu diffusés aux classes moyennes des quartiers nord comme à Sainte Marthe. Les habitants de l’écoquartier de Sainte-Marthe ayant emménagé dans la résidence en 2011 expliquent ce choix par la présence de clôtures et non pas par le caractère environnemental de la résidence.

28Autant les habitants ne se sentent pas concernés, autant les élus locaux ne sont pas non plus touchés par les valeurs émergentes de l’écologie urbaine. À l’occasion du réaménagement du Vieux-Port, les figuiers sauvages ont été enlevés alors qu’au même moment les gestionnaires de l’AGAM édictaient les nouveaux principes censés guider la préservation de la biodiversité urbaine et la valorisation des plantes endémiques et sauvages. Comme le rappelle ce militant, urbaniste de formation, en relatant le conflit survenu à la suite du réaménagement de la place du vieux Port : « Purée les habitants ont dû se battre pour préserver le seul figuier qu'il y avait sur place. Tous les arbres sauvages qui avaient poussé qui étaient magnifiques, les figuiers aussi au pied du fort Saint Jean en face de la mer, il y avait au moins 3 ou 4 figuiers qui faisaient une belle ombre, ça donnait une respiration, bah ça c'est parti ».

Un urbanisme vu comme chaotique et un goût pour l’ordre

29Certains des acteurs associatifs rencontrés sont convaincus que la gestion différenciée des espaces verts est adoptée par les politiques dans la mesure où elle est supposée réduire les dépenses municipales. Ce membre d'une association écologiste relate l'échange qu'il a eu avec l'élue déléguée aux espaces verts : « Pour moi la biodiversité c'est l'argument qui est mis en avant parce que de toute façon à nous Cadarec elle nous l'a dit qu’ils n’avaient pas les moyens d'entretenir tous les espaces verts. Après l'argument c'est de dire ah bah justement c'est pour la biodiversité, on fera moins de coupes, on laisse faire ». La gestion différenciée n’est pas appréciée par les habitants des quartiers populaires interviewés qui considèrent effectivement que c’est une manière de se dédouaner de l’entretient des espaces publics. Du point de vue de la municipalité, ce gain supposé est alors à double tranchant : la gestion différenciée valorise l'image de la ville aux yeux des acteurs et des promoteurs nationaux, mais engendre un coût social local, soit un regain de méfiance de la part des habitants. Le goût pour une nature spontanée, pour une esthétique de l’espace sauvage et libre n’est pas du goût des citadins dont l’environnement urbain est peu défini, dont les trottoirs sont mal agencés, où les espaces et les volumes sont mal emboîtés, etc. Ceux-ci sont en demande d’espaces verts et d’espaces publics qui soient au contraire bien délimités, cadrés, rectilignes, symétriques, hiérarchisés et ordonnés. Le goût pour l’ordre vient justement du contexte désordonné et déséquilibré entre espaces construits et espaces libres, mais aussi de la perception de la ville de Marseille que ses habitants définissent le plus souvent comme étant chaotique, dans un sens qui est dépréciatif. Cette préférence pour l'ordonnancement, l'aménagement plutôt que le « ménagement » de la nature urbanisée et les critiques dont les espaces verts sont objets traduisent une réaction face à l'existant. La « naturalisation » des espaces verts n’est pas du goût de tous les citadins qui pour certains ne reconnaissent dans cette esthétique du mouvement et du désordre qu’est la vie, qu’un signe supplémentaire de désengagement des services publics. Cette gestion par défaut, cette politique stationnaire du « laissez-faire » visible dans certains quartiers paupérisés incite les habitants à interpréter la moindre irrégularité comme le témoignage d'une mise à l’écart volontaire plutôt que comme un manque de conviction ou de culture « écologique ». Les réactions des habitants face à la gestion différenciée des espaces verts révèlent une crise de confiance vis-à-vis des représentants et gestionnaires. Suite à l'observation des dits aménagements et du contexte urbain plus large, caractérisé par un mauvais entretient du patrimoine vert et bâti, il peut s’avérer difficile de distinguer en effet ce qui relève d’une gestion écologique de ce qui relève d’une négligence de la mairie. Dans ce contexte, le paysagiste crée une œuvre, génère un paysage et traduit une idéologie, mais si les services de gestion n’accompagnent pas le geste dans la durée, un espace vert qui se veut « champêtre » peut effectivement rapidement présenter un aspect abandonné.

Un sentiment d'abandon par les pouvoirs publics

30Les tensions entre le centre et les périphéries ne sont pas spécifiques à la ville de Marseille, mais y sont plus visibles et exacerbées que dans le reste des villes de France. L'imaginaire d'une frontière sociale entre une zone Nord paupérisée et une zone Sud privilégiée est très présent dans les représentations des habitants. Ce qui pose problème aux habitants des quartiers populaires ce sont à la fois l'inégale répartition des espaces verts en ville (entre le Nord/le Sud, entre espaces publics/espaces privatifs) et l'inégalité supposée de traitement de ces espaces en fonction des quartiers considérés comme riches ou pauvres, centraux ou enclavés. À la fragmentation socio-spatiale se superpose un sentiment d'injustice sociale. Les gestionnaires disent concentrer en effet les efforts de leurs personnels sur les grands parcs, au détriment des petits squares et jardins, pour des raisons assumées de rentabilité et de visibilité. Or les grands parcs se trouvent dans les quartiers huppés ou favorisés de la ville. Pour le reste des espaces verts la mairie fait intervenir des entreprises privées sur la base de marchés publics et leurs prestations sont de moindre qualité, employant des intérimaires non qualifiés. Cependant, la plupart des espaces verts sont sujets de mécontentements de la part des usagers qui regrettent la mauvaise qualité des interventions et le fait que ces actions soient discontinues. Sont mis en cause par cet enseignant et paysagiste de métier, le désengagement de la municipalité, le non-respect des normes urbanistiques et le recours à des sociétés privées pour l'entretien des parcs : « On gère du minéral, on ne gère pas du végétal. Il y a eu pas mal de sociétés privées qui ont eu des attributions de marchés pour l'entretien des parcs et jardins (…). Il y a certains endroits qui ne sont plus du tout, pas entretenus, c'est un laisser-aller total. Et on paie des impôts, on a des taxes d'habitation en sans cesse augmentation chaque année, on paie des taxes locales, des impôts fonciers je veux dire, alors faut pas nous dire qu'ils font un effort considérable sur les parcs ». La plupart du temps, les rénovations de jardins se manifestent en dernière instance, dans l'urgence lorsque l'espace concerné est dégradé, quand il se pose un problème de sécurité ou d'hygiène. Le sentiment d’abandon est en fait exprimé non pas seulement par les habitants des quartiers paupérisés, mais concerne également les militants associatifs et les habitants rencontrés qui disent se sentir abandonnés par les pouvoirs locaux et non écoutés dans leurs revendications.

Conclusion

31Les politiques de promotion de la nature en ville supposent une réorientation des pratiques gestionnaires et des normes urbanistiques qui se heurtent à des résistances et engendrent des conflits de représentations entre acteurs locaux. Ces rapports de force renvoient à des définitions socialement situées de ce que doit être la nature en ville, le beau, le propre ou le durable. L'introduction du thème de l'écologie en ville dans le contexte plus large de diffusion, de densification urbaine et de fragilisation des écosystèmes révèle une volonté, encore métaphorique, de repenser les liens fragilisés entre l'homme et son environnement. Plus qu'une finalité en soit, la mise en place de la gestion différenciée des espaces verts se veut être une symbolique, une poétique du vivre-ensemble qui tient compte du vivant dans sa complexité et dans sa diversité. Cette symbolique soulève une critique qui est adressée à la modernité, au développement technique et industriel. À Marseille, cette remise en cause ne trouve que peu d’écho auprès des populations et d'adhésion auprès des élus pour qui la question écologique renvoie davantage à une opportunité pour la ville de valoriser son image. L’esthétique de la spontanéité qui est véhiculée par la gestion différenciée des espaces verts inspirée de l’écologisme contredit le modèle hérité du jardin à la française, symbole de maîtrise technique du vivant. Ce modèle de gestion, s’il venait à se généraliser, ne suffirait pas à lui seul à freiner le processus en cours de fragmentation et de densification, il ne ferait que le diluer. Or dans le contexte marseillais, la valorisation du désordre généré par le principe même qu’est la vie prend un sens particulier, dans une ville décrite par ses habitants comme chaotique.

32La confrontation entre des logiques de valorisation environnementale et de consommation foncière est souvent présentée comme étant le résultat d’un paradoxe (Mougenot, 2003). Celui-ci résulterait de politiques publiques parfois concurrentes. Ces processus de valorisation et de consommation de la nature peuvent constituer les deux versants d’une même politique. Ainsi dans le cas de Marseille, le paradoxe n’est qu’apparent. L’enquête réalisée montre que ce n’est pas le manque de connaissance scientifique ou de maîtrise des enjeux écologiques, ni seulement un manque de moyens économiques qui font obstacle à une politique volontariste en matière d’espaces verts ou de « nature en ville ». Mais un ensemble cohérent de représentations qui ont trait aux orientations politiques des élus, aux attentes des populations et aux transformations de la ville. La faible place accordée par la municipalité aux espaces verts et le peu de considérations envers l'écologie urbaine ne peut s'expliquer seulement par un manque de moyen, mais par l'héritage du milieu ainsi que par les cultures socio-politiques des gouvernants, soit par l'environnement idéologique de ces acteurs qui s'exprime par les logiques de priorité à l’œuvre. Comme le souligne Étienne Schweisquth (1997) et contrairement à la théorie de la hiérarchisation des valeurs et du changement social suggérée par Ronald Inglehart (1997), il n’est pas possible de considérer les seules conditions économiques comme déterminantes dans l’évolution du système des valeurs, y compris pour les valeurs qu’il nomme « post-matérielles ». En ce sens, la prise en compte de l’écologie et des aménités paysagères dépend également du niveau d’instruction des individus, des idéologies et des sensibilités politiques. À Marseille, les urbanistes et les élus sont de plus en plus incités à s’aligner sur la tendance et les normes nationales en matière de gestion environnementale des espaces verts. Un changement s’observe dans les pratiques de gestion sous l’influence de pressions externes et internes. Or l’appropriation par les administrateurs et les élus de la thématique de la « naturalisation de la ville », loin d’être devenue consensuelle ou prioritaire, sert en revanche de justification au renouvellement urbain et est mobilisée à des fins de plus-value immobilière ou bien pour réaliser des économies de budget.

Biographie

33Anna Rouadjia est doctorante en sociologie à l'université d'Aix-Marseille depuis 2012. Accueillie à l'IRD, UMR 151 LPED (Laboratoire Population Environnement et Développement), elle y réalise une thèse qui porte sur les modes de gestion et de représentation de la nature en ville à Alger et à Marseille. Cet article a été réalisé dans le cadre d'un financement LabexMed - Programme sur « les sciences humaines et sociales au cœur de l'interdisciplinarité pour la Méditerranée » portant la référence 10-LABX-0090. 

Haut de page

Bibliographie

Allain, Y-M., 1997, La ville : un territoire nouveau pour la nature ? La gestion différenciée en Europe, Journal d’agriculture traditionnelle et de botanique appliquée, pp. 199-217.

Arrif, T., N. Blanc et P. Clergeau, 2011, Trame verte urbaine, un rapport nature-urbain entre géographie et écologie, Cybergeo, n° 574, 24 p.

Barthélémy, C., V. Bertaudiere-Montes, J.-N. Consales, M. Deschamps-Cottin, M. Goiffon et M.-H. Lizee, 2011, Atlas analytique de la trame verte à Marseille, Rapport final du programme PIRVE 6-1025 (2008-2011), 32 p.

Blanc, N., 2009, Vers un urbanisme écologique ?, dans : Les cahiers du développement urbain durable, Urbanisme végétal et agriurbanisme, pp. 39-60.

Boura, O., 2001, Marseille ou la mauvaise réputation. Arléa, Paris, 141 p.

Calenge, C., 1997, De la nature de la ville, Les annales de la recherche urbaine, n° 74, pp. 12-19.

Claeys, C., J-N. Consales et C. Barthelemy, 2012, Marseille et ses natures : perméabilités spatiales, segmentations sociales, Desenvolvimento e Meio Ambiente, vol. 26, jul./dez 2012, pp. 69-85.

Consales, J-N., M. Goiffon et C. Barthelemy, 2012, Entre aménagement du paysage et ménagement de la nature à Marseille : la trame verte à l'épreuve du local, Développement durable et territoire, vol. 3, n° 2, 20 p., [en ligne] URL : http://developpementdurable.revues.org/9268

Cormier, L. et M. Kenderesy, 2013, Gouvernances des trames vertes et bleues urbaines. Analyse des modalités initiées lors de la mise en place d’une politique par des collectivités, Rapport du LADYSS et Plantes et cité. Décembre 2013, 40 p.

Cormier, L. et N. Carcaud, 2009, Les trames vertes : discours et matérialité, quelles réalites ?, Projets de paysage, pp. 17, [en ligne] URL : <hal-00730006>

Cormier, L., A.B. De Lajartre et N. Carcaud, 2010, La planification des trames vertes, du global au local : réalités et limites, Cybergeo : European Journal of Geography, Aménagement, Urbanisme, document 504, [En ligne] URL : http://cybergeo.revues.org/23187; DOI : 10.4000/cybergeo.23187, consulté le 18 septembre 2016.

Curdy, P., 2009, La gestion des espaces verts dans la ville : entre densification urbaine et préservation de la (bio)diversité sociale et naturelle, dans : Les cahiers du développement urbain durable, Urbanisme végétal et agriurbanisme, pp. 61-80.

Donzel, A., 2011, Les marchés fonciers et immobiliers dans l’économie résidentielle : le cas de Marseille, dans : Options Méditerranéennes - Série B (Études et Recherches), 2011, Régulation foncière et protection des terres agricoles en Méditerranée, pp. 25-34.

Dorier, E., I. Berry-Chikhaoui et S. Bridier, 2012, Fermeture résidentielle et politiques urbaines, le cas marseillais », Articulo - Journal of Urban Research, 8, [En ligne] URL : http://articulo.revues.org/1973 ; DOI : 10.4000/articulo.1973

Emelianoff, C., 2001, Les villes européennes face au développement durable : une floraison d’initiatives sur fond de désengagement politique, Working paper, [en ligne] URL : http://base.d-p-h.info/fr/dossiers/dossier-2097.html

Garnier, J-P., 2005, Un développement urbain insoutenable » Sécuriser ou rassurer ?, L'Homme et la société, 2005/1 n° 155, p. 45-67. DOI : 10.3917/lhs.155.0045

Glatron, S., Gresillon E. et N. Blanc, 2012, Les trames vertes pour les citadins : une appropriation contrastée à Marseille, Paris, Strasbourg, dans : Développement durable et territoires. Vol 3, n° 2, juillet 2012.

Inglehart. R., 1997, Modernization and postmodernization : Cultural, economic, and political change in 43 societies. Princeton, NJ, Princeton University Press.

Lefebvre, H., [1968] 1972, Le Droit à la ville suivi de Espace et politique, Paris, Anthropos

Lizee, C., C. Geneys et C. Barthelemy, 2012, Les Marseillais et leurs natures, BE C2psy, LPED, 7 p.

Lizee, M-H., C. Bourdil, C. Barthelemy et M. Deschamps-Cottin, 2014, Approche socio-écologique des parcs publics marseillais », Méditerranée, 123, [En ligne] URL : http://mediterranee.revues.org/7470, consulté le 25 mars 2016, URL 

Lotfi, M., C. Weber, F. DI Petro et S. Wissal, 2012, Évolution de la place du végétal dans la ville, de l’espace vert à la trame verte, VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement, volume 12, numéro 2 [En ligne] : URL : http://vertigo.revues.org/12670, DOI : 10.4000/vertigo.12670

Mougenot, C., 2003, Prendre soin de la nature urbaine. MSH -INRA, Paris, 230 p.

Roncayolo, M., 1996, Les Grammaires d'une ville. Essai sur la genèse des structures urbaines à Marseille. Ed. de l'Ehess, Paris, 507 p.

Saint-Martin, Y., 1998, Les espaces verts publics à Marseille : bilan d’une politique pour un meilleur environnement urbain, Méditerranée, vol. 89, n° 2, pp. 87-90.

Schweisquth, E., 1997, Le post matérialisme revisité R. Inglehart persiste et signe, Revue française de science politique, vol 47, n° 5, pp. 653-659.

Theys, J., 2002, L’approche territoriale du « développement durable », condition d’une prise en compte de sa dimension sociale, Développement durable et territoires, Dossier 1, [En ligne] URL : http://developpementdurable.revues.org/1475 ; DOI : 10.4000/developpementdurable.1475, consulté le 13 septembre 2016

Vanpeene Bruhier, S., C. Bourdil et J. Amsellem, 2014, Efficacité des corridors : qu'en savons-nous vraiment ?, Sciences Eaux et Territoires : la Revue du IRSTEA, pp. 8 -13.

Vimal Ruppert, R. Mathevet et L. Michel, 2012, Entre expertises et jeux d'acteurs : la trame verte et bleue du Grenelle de l'environnement, Natures Sciences Sociétés, 20, 4, pp. 415-424.

Haut de page

Notes

1 Grenelle dont est issue la loi 2010-788 du 12 juillet 2010 dite Grenelle 2.

2 Cette charte est disponible sur le site de l'AGAM, [En ligne] URL : http://www.agam.org/fr/publications/autres-publications/publications/charte-biodiversite-urbaine-et-charte-qualite-marseille.html

3 Voir les données diffusées sur le site officiel de l’AGAM : [En ligne] URL : http://www.agam.org/fr/ressources-et-donnees/cartotheque/viewmode/marseille__10/mode/marseille__10.html. Les données sur l’offre d’espaces verts par arrondissement n’exposent pas les modalités de calcul des superficies par habitant, mais permettent par ailleurs d’estimer les écarts entre quartiers, que confirme par ailleurs l’observation directe.

4 Constat partagé déjà en 1985 dans la publication : “Le deuxième sud. Marseille ou le présent incertain”. 1985, Actes Sud, n°4, Arles, 219 p.

5 Sur le site officiel du Parc : [En ligne] URL : http://www.calanques-parcnational.fr/nous-connaitre/carte-d-identite-du-parc-national. Ou bien également dans le guide touristique “Petit Futé” de 2014, édition sur la Provence.

6 Sur le site Internet de la Municipalité, dans l’onglet présentation : [En ligne] URL : http://environnement.marseille.fr/presentation

7 Voir la présentation de la zone sur le site d’Euroméditerranée : [En ligne] URL : http://www.euromediterranee.fr/quartiers/cite-de-la-mediterranee.html

8 Voir la présentation de la rue sur le site d’Euroméditerranée : http://www.euromediterranee.fr/quartiers/rue-de-la-republique.html

9 Un des chantiers de réflexion de la mission interministérielle d’Aix-Marseille Métropole est le chantier intitulé “ville-nature”. Voir le “document de convergence stratégique” : [En ligne] URL : http://www.mouvement-metropole.fr/Public/Files/home_resource_doc/docs_2_8d649a0374.pdf

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anna Rouadjia, « Le paradoxe de la gestion des espaces verts : entre volonté de maîtrise et laissez-faire », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 28 | avril 2017, mis en ligne le 30 avril 2017, consulté le 20 août 2017. URL : http://vertigo.revues.org/18338 ; DOI : 10.4000/vertigo.18338

Haut de page

Auteur

Anna Rouadjia

Doctorante en sociologie, Aix Marseille Université - IRD/LPED, Centre St Charles, case 10, 3, place Victor Hugo, 13331 Marseille, cedex 03, France, courriel : annarouadjia@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page