Navigation – Plan du site
2016

Afrique du Sud : Les enjeux du gaz de schiste

François Lafargue 

Résumés

Les Sud-Africains subissent régulièrement depuis plusieurs années des interruptions de distribution d’électricité, provoquées par la forte hausse de la demande, qui n’a pas été correctement anticipée et par la vétusté des installations. Les pouvoirs publics qui souhaitent réduire l’utilisation du minerai de charbon envisagent l’exploitation des réserves de gaz de schiste, jugées très prometteuses. Cet article rappelle la situation énergétique délicate du pays, puis présente l’intérêt et les limites d’une telle exploitation du gaz non conventionnel en Afrique du Sud. Le gaz de schiste est-il une solution au défi énergétique du pays et à quel prix ?

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Notes de la rédaction

Nous vous invitons à réagir à ce texte en visitant le carnet de recherche de [VertigO] : http://vertigo.hypotheses.org/2252

Texte intégral

Introduction

  • 1 BP, Statistical review of world energy, 2015, consultable à l’adresse http://www.bp.com/en/global/c (...)
  • 2 L’Afrique du Sud est notamment le premier producteur mondial de chrome et de platine.
  • 3 Les exportations de l’Afrique du Sud sont à la hauteur de moitié, constituées par des minerais et d (...)
  • 4 Données : http://www.eia.gov/analysis/studies/worldshalegas/ (juin 2013). Le ministère des Ressourc (...)
  • 5 National development plan 2030, Our future make it work, National planning commission, 2012, dispon (...)

1La puissance économique et industrielle de l’Afrique du Sud classe naturellement ce pays au premier rang des consommateurs d’énergie en Afrique. L’Afrique du Sud consomme 30 % de l’énergie primaire et 37 % de l’électricité produites sur le continent africain1. Les fréquents dysfonctionnements des infrastructures d’électricité constatés ces dernières années ont placé la question de l’énergie au centre des débats publics. Un approvisionnement régulier en électricité est indispensable pour fournir aux marchés internationaux les quantités attendues de matières premières extraites du sous-sol de l’Afrique du Sud2, pour assurer la croissance économique du pays3 et un accès équitable à l’ensemble de la population. Dans ce contexte, le président Jacob Zuma, en fonction depuis 2009, envisage depuis plusieurs années de mettre en valeur les réserves de gaz de schiste du pays, qui sont jugées prometteuses. Les dernières données de l’Agence américaine pour l’information sur l’énergie (EIA) les estiment autour de 11 000 milliards de m3, le 8e rang mondial (soit 5,5 % des réserves mondiales prouvées)4. Ce chiffre est néanmoins à prendre avec prudence tant les incertitudes subsistent comme le taux de récupération du gaz en provenance des puits. Cette estimation correspondrait à au moins un siècle de consommation annuelle du pays (3,8 milliards de m3), à son rythme actuel. Dans son rapport5 publié en 2012 portant sur le développement du pays à l’horizon 2030, le gouvernement souligne la nécessité de rechercher de nouvelles sources d’énergie et il se montre favorable à l’exploitation des hydrocarbures non conventionnels. En septembre 2012, le gouvernement de Jacob Zuma a levé le moratoire décrété un an plus tôt concernant les forages d’exploration de gaz de schiste, mais les hésitations subsistent et les premiers permis d’exploitation ne pourraient être attribués au plus tôt qu’à partir du premier semestre 2017.

2Cet article analyse la complexité de la question du gaz de schiste en Afrique du Sud, et les implications de son éventuelle exploitation. Cette contribution s’articule en trois parties. La première rappelle la situation énergétique préoccupante de l’Afrique du Sud, qui amène à considérer l’exploitation des réserves de gaz de schiste comme une solution. Puis sont évalués les obstacles que rencontre une telle entreprise. Enfin sont présentés les deux scénarii envisageables. Cette contribution s’appuie sur des matériaux rassemblés lors des recherches menées par l’auteur sur ces sujets, notamment plusieurs enquêtes au printemps 2014, dans la région du Cap occidental, et sur des publications académiques en langue anglaise éditées en Afrique du Sud et aux États-Unis.

Une situation énergétique préoccupante

  • 6 L’entreprise a été utilisée par l’État, comme un laboratoire du Black Economic Empowerment (BEE), a (...)
  • 7 Dépêche AFP, Afrique du Sud : la croissance freinée par un manque d’électricité, 18 mai 2015.

3Les Sud-Africains subissent régulièrement depuis plusieurs années des interruptions de distribution d’électricité, provoquées par la forte hausse de la demande, qui n’a pas été correctement anticipée et par la vétusté des installations. Depuis les premières élections démocratiques (avril 1994), la consommation d’électricité a augmenté de plus d’un tiers. Ce résultat s’explique par le raccordement au réseau électrique de quatre millions de nouveaux logements (en 1995, 36 % des habitations étaient reliées contre plus de 85 % dix ans plus tard), par la hausse de la production minière, et la progression de l’urbanisation (avec 17 millions de nouveaux citadins depuis 1985). Et cette consommation devrait continuer de croître, pour atteindre selon les perspectives de l’Agence internationale pour l’énergie (AIE, 2014), entre 345 à 415 TWh en 2030 contre 188 TWh en 1995 et 259 TWh en 2012. Les pouvoirs publics ont surtout eu comme priorité depuis 1994 de construire des milliers de nouveaux logements sans consentir les investissements nécessaires à l’entretien et à l’amélioration des infrastructures de production d’électricité. Jusqu’à la fin des années 1990, l’État a obligé l’entreprise publique Eskom (Electricity supply commission) à proposer des tarifs faibles à ses clients, particuliers comme industriels, une pratique qui a privé l’entreprise de ressources financières pour investir. L’objectif était de soutenir la compétitivité des entreprises sud-africaines et d’honorer la promesse électorale de l’ANC de relier au courant électrique, les millions de logements occupés par des familles noires. Les branchements illégaux (de nombreux citadins ont conservé les habitudes acquises lors des années de lutte politique, en ne payant ni leurs loyers ni les services publics), qui concerneraient de l’ordre de 5 % des habitations du pays contribuent à dégrader les résultats financiers d’Eskom. L’entreprise publique est également fragilisée par des problèmes récurrents de gouvernance6. En avril 2015, le ministre des Finances, Nhlanhla Nene reconnaissait que les prévisions de croissance économique du pays étaient décevantes et que « le risque le plus important auquel nous sommes confrontés en ce moment est la production d’électricité7 ».

Figure 1. La production d’électricité en Afrique du Sud en 2012.

Source. Agence internationale pour l’énergie, Africa energy outlook, Paris, 2014, pp. 147-149.

  • 8 Agence internationale pour l’énergie (2014, p. 149).
  • 9 Le prix de la tonne de charbon exportée par l’Afrique du Sud est passé de 45 $ en 2005 à 110 $ en 2 (...)
  • 10 Les exportations de minerais de charbon vers la Chine ont été multipliées par deux depuis 2010, et (...)
  • 11 https://www.eia.gov/beta/international/analysis.cfm?iso=ZAF

4À l’heure actuelle, le charbon fournit 72 % de l’énergie primaire consommée dans le pays8, et la combustion de ce minerai assure 94 % de la production d’électricité. L’Afrique du Sud détient les 9e réserves mondiales de charbon (et 95 % de celles de l’Afrique), et elle se classe au 5e rang mondial parmi les exportateurs mondiaux de ce minerai. Réduire la dépendance du pays au charbon est l’un des principaux objectifs des pouvoirs publics, car les centrales thermiques à charbon sont polluantes. Plus du tiers des émissions de gaz à effets de serre en Afrique sont imputables à l’Afrique du Sud et elles proviennent pour moitié de la production d’électricité contre 22 % pour l’industrie et 10 % pour les transports (Devarajan, 2009). Il est surtout plus intéressant pour l’Afrique du Sud d’exporter sa production de charbon - dont les cours ont connu une forte appréciation9 - vers les pays asiatiques, et d’utiliser pour sa propre consommation électrique une énergie moins onéreuse10. Eskom brûle dans ses centrales près de 60 % du minerai de charbon qui est extrait des mines du pays. La place de ce minerai devrait demeurer encore importante dans la production d’électricité, car l’amélioration des technologies de chaudières permet de réduire les rejets toxiques. Alstom qui a construit douze des treize centrales à charbon du pays qui fonctionnent actuellement a engagé leur rénovation. La production nationale de gaz naturel a, quant à elle, diminué de 30 % depuis 2005, selon les données de l’Agence d’information sur l’énergie11, puisque les principaux gisements de gaz du pays, situés dans la baie de Mossel, découverts au début des années 1980, arrivent à maturité et leurs rendements déclinent lentement.

La solution du nucléaire

5L’objectif d’Eskom est de diminuer la part du charbon dans la production d’électricité au profit notamment de l’énergie nucléaire et de l’hydroélectricité. À rebours des intentions des pouvoirs publics dans certains pays occidentaux comme l’Allemagne, l’Afrique du Sud n’entend pas remettre en cause son programme nucléaire et même envisage de le poursuivre (puisque le pays détient 5 % des réserves mondiales d’uranium). La construction de nouveaux réacteurs nucléaires apparaît comme une nécessité pour Eskom, et un moyen de remédier à une situation préoccupante. Les deux réacteurs actuels de la centrale de Koeberg (située à une trentaine de kilomètres au nord-ouest de la ville du Cap) construits par Framatome et mis en service en 1984 n’assurent actuellement que de l’ordre de 6 % de la production d’électricité du pays12. Eskom souhaite la construction d’au moins une nouvelle centrale, pour alimenter en électricité la région du Cap et éviter de devoir acheminer le minerai de charbon depuis la province de Mpumalanga dans le nord-est du pays, là où se trouvent les principaux gisements.

6Les négociations entreprises entre Areva et Eskom ont connu ces dernières années de nombreuses vicissitudes. Après avoir montré un réel intérêt pour les projets soumis par le groupe français (qui proposait la construction de plusieurs réacteurs de type EPR), les Sud-Africains ont annoncé à la fin de l’année 2008, la suspension de leur programme pour des raisons budgétaires. Puis des discussions ont été engagées avec le russe Rosatom, mais pour le moment sans aboutir. Les derniers documents de réflexion publiés par le ministère de l’Énergie13 indiquent que les autorités restent favorables à l’énergie nucléaire, pour répondre à la très forte demande supplémentaire en électricité attendue dans les prochaines décennies. L’opinion publique est plus partagée, car la catastrophe de Fukushima l’a amenée à s’interroger sur la sécurité des réacteurs, d’autant que la province du Cap-Occidental est située dans une zone sismique et a été le théâtre d’un tremblement de terre de forte magnitude en septembre 1969. Mais l’audience plutôt faible des mouvements écologiques comme les besoins en énergie du pays devraient amener les autorités sud-africaines à approuver la construction de nouvelles installations atomiques civiles dans les prochaines années. En février 2015, lors de son discours annuel à la nation14, Jacob Zuma a indiqué que « La France, les États-Unis, la Russie, la Chine et la Corée du Sud, qui ont signé des accords préalables avec l’Afrique du Sud, seront engagés dans un processus de compétition honnête et transparent pour sélectionner un ou des partenaires pour entreprendre notre programme nucléaire. Notre plan est de connecter la première unité au réseau en 2023 ».

  • 15 À propos des projets d’aménagement du fleuve Inga, Missier (2013).

7Dans ce même discours, le président Zuma souligne qu’un effort sera mené également pour promouvoir les énergies renouvelables dont la place dans la production d’électricité est aujourd’hui marginale. En 2030, selon l’Agence internationale pour l’énergie (AIE), ces énergies renouvelables pourraient assurer 15 % de la production électrique du pays, puis 20 % dix années plus tard. L’Afrique du Sud soutient le projet Grand Inga, en République démocratique du Congo (RDC) qui consiste à construire plusieurs barrages, à 250 km à l’ouest de la capitale Kinshasa à proximité des chutes d’Inga sur le fleuve Congo. Ce complexe hydroélectrique (qui compléterait les installations existantes), pourrait potentiellement offrir une puissance de production d’électricité de 40 000 mégawatts (MW) soit près du double de celle du barrage des Trois-Gorges sur le Yang Tsé. En mars 2013, un traité de coopération énergétique a été signé entre l’Afrique du Sud et la RDC. Le texte prévoit la construction d’une ligne à haute tension longue de 3 800 km, qui permettrait à l’Afrique du Sud d’acheter la moitié de la production d’électricité du premier des six barrages, qui devraient former le complexe Grand Inga. Ce premier ouvrage baptisé Inga III aurait une puissance de 4 800 MW. L’autre partie de la production serait destinée aux centres miniers de la province du Katanga, et à la population de la RDC. Si ce projet se concrétisait, l’Afrique du Sud serait davantage concernée par la stabilité politique de ce pays, puisque les installations actuelles (les barrages Inga I et II qui alimentent Kinshasa) ont été par le passé, la cible de mouvements rebelles15.

  • 16 Ministère de l’Énergie d’Afrique du Sud (2011, pp. 36, 44, 51) et Fig, D (2014, p.45).

8Devant cette situation énergétique peu avantageuse, la mise en valeur du gaz et du pétrole de schiste apparait comme une solution possible. L’Afrique du Sud connait aujourd’hui les mêmes débats et polémiques qu’en France ou en Pologne, portant sur la mise en valeur de ses importantes réserves de gaz non conventionnel. Les pouvoirs publics ont engagé une large réflexion à ce sujet16, marquée par de longues hésitations.

Vers une exploitation du gaz de schiste ?

  • 17 La productivité dans les mines en Afrique du Sud est de l’ordre, de trois fois inférieures à celle (...)

9L’exploitation des gisements de gaz de schiste devrait, comme aux États-Unis, entraîner une baisse des prix de gros de l’électricité et permettre d’améliorer la compétitivité de l’industrie sud-africaine, qui reste médiocre par rapport à celle de ses concurrents, notamment l’Australie17. Depuis 1998, le prix du kWh pour les industriels a été multiplié par près de six. Un relèvement des tarifs destiné à assurer le financement de la modernisation du réseau électrique, et provoqué par la hausse du cours du charbon. L’Afrique du Sud se classe maintenant parmi les pays où les tarifs de l’électricité sont les plus élevés, au 15e rang mondial en 2012, juste après la Pologne (Pouris, 2013). Pourtant les recettes demeurent encore insuffisantes pour financer de nouveaux projets et lors de son discours à la nation en février 2015, Jacob Zuma s’est engagé à accorder une subvention de 23 milliards de rands à Eskom (soit 1,75 milliard d’euros). Les principaux gisements de gaz de schiste ont été identifiés dans la région semi-désertique du Karoo, où la densité de population est très faible. Une situation a priori plus encourageante que dans certains pays européens, où les puits potentiels sont situés à proximité de zones urbaines, et comparables à celles des États-Unis (où les hydrocarbures non conventionnels sont notamment extraits du gisement de Bakken dans le Dakota du Nord, un État qui ne compte que moins de quatre habitants au km2). Pourtant, la mise en valeur des gisements de gaz de schiste se heurte à plusieurs obstacles. 

10Une partie de l’opinion publique manifeste sa profonde hostilité à une telle idée, même si l’audience électorale des mouvements écologiques reste faible. Une certaine désinvolture a longtemps prévalu devant les questions liées à l’environnement, qui n’étaient pas jugées aussi prioritaires que l’emploi ou l’amélioration des logements. Dans la région du Gauteng, le centre industriel du pays (qui assure le tiers du PIB du pays), la pollution des nappes phréatiques chargées de métaux lourds et parfois radioactifs (Ramontja, 2010), en est une triste illustration.

11L’indice de performance environnementale18 calculé par les scientifiques de l’université de Yale, en tenant compte de plusieurs critères (comme le degré de pollution des eaux, la qualité de l’air ou la progression de la déforestation) classe l’Afrique du Sud au 72e rang mondial sur 178. Les mouvements écologiques en Afrique du Sud n’ont qu’une audience limitée, alors même que le système électoral à la proportionnelle pourrait leur assurer une représentation parlementaire. À l’époque de l’apartheid, les mouvements écologiques servirent surtout de paravent pour des organisations interdites d’expression. Depuis 1994, leurs membres se mobilisent principalement contre l’énergie nucléaire et en faveur de la protection de certaines espèces animales comme les dauphins. La division des formations écologistes comme le Green Party of South Africa (GPSA) ou Ecopeace Party les empêche de peser efficacement dans le jeu électoral. Et le principal parti d’opposition, l’Alliance démocratique ne rejette pas l’idée d’exploiter ce gaz non conventionnel19. L’économie de l’Afrique du Sud repose depuis la fin du XIXe siècle sur l’extraction des minerais du sous-sol, et la défense de l’environnement reste secondaire au regard des défis sociaux. Pour autant, comme à l’époque de la lutte contre l’apartheid, des coordinations se sont constituées pour dénoncer l’hydro-fracturation (comme le Treasure Karoo action group). Les fermiers blancs du plateau du Karoo s’inquiètent des conséquences de la fracturation du sous-sol sur les nappes phréatiques, qui risquent d’être souillées par l’utilisation de produits chimiques hautement toxiques. Si la protection de l’environnement n’a jamais constitué une priorité des pouvoirs publics, les dégâts provoqués en Amérique du Nord par l’exploitation du gaz de schiste inquiètent néanmoins les Sud-africains : les derricks implantés sur des milliers de km2, les norias de camions formant d’inextricables embouteillages, l’arrivée de milliers de travailleurs logés dans des conditions précaires. Aujourd’hui près de 40 % de la population sud-africaine vit en zone rurale, et une majorité d’entre-elle tire son principal revenu du travail de la terre. Dans la partie du Karoo, située dans la province du Cap Occidental, l’agriculture ne contribue qu’à 0,5 % du PIB national, mais une vaste superficie des terres est consacrée à l’élevage, particulièrement du mouton (Rossouw, 2014).

  • 20 Le développement de l’urbanisation a impliqué de profonds aménagements hydrauliques qui commencèren (...)
  • 21 Ministère des affaires hydraulique (2013, p.8).
  • 22 Le Projet hydraulique des Hauts plateaux du Lesotho ou Lesotho Highlands Water Project (LHWP) a pou (...)
  • 23 Données de la Banque mondiale, consultables à l’adresse http://donnees.banquemondiale.org/indicateu (...)

12La rareté des ressources hydriques compromet surtout l’extraction de ces hydrocarbures non conventionnels. Le Karoo que les premiers autochtones, les San avaient baptisé « le pays de la soif », se caractérise par la présence de nappes phréatiques très réduites et une pluviométrie annuelle moyenne extrêmement basse (100 mm). Plus généralement, parmi les pays d’Afrique australe, l’Afrique du Sud est avec le Malawi et la Namibie, celui dont les ressources en eau renouvelable par habitant sont les plus rares20. L’Afrique du Sud est le 30e pays le plus aride au monde21. La pluviométrie annuelle moyenne (495 mm) est faible et seulement un tiers du territoire (principalement la région du Kwazoulou-Natal), est correctement arrosé (avec une moyenne de 1 200 mm). Par contre, 1/5e des terres du pays reçoivent moins de 200 mm (ce qui est la limite de l’aridité). Le ministère des Ressources naturelles estime que le procédé de fracturation hydraulique des roches de schiste nécessiterait de l’ordre de 24 000 m3 d’eau par puits creusé (Xiphu, 2012). Une même quantité d’eau est nécessaire à la culture de trois hectares de luzerne pendant un an. En 2010, l’assèchement du réservoir de Beaufort situé dans la province du Cap a provoqué de sérieuses pénuries d’eau dans les villes voisines particulièrement celle de Beaufort West (35 000 habitants). Il est paradoxal que l’Afrique du Sud gaspille ses ressources hydriques dans la fracturation des roches de schiste, alors même qu’elle est engagée dans un coûteux et controversé projet de construction de barrages au Lesotho (le Projet hydraulique des Hauts plateaux du Lesotho) afin de disposer de ressources en eaux plus régulières22. Plus de deux habitants sur dix en zone rurale n’ont pas accès à de l’eau potable23. Et les stations d’épuration d’eaux fonctionnent déjà à la hauteur de 80 % de leur capacité, et elles ne pourraient pas nécessairement traiter une quantité supplémentaire d’eaux usées contenant des taux élevés de substances toxiques. L’injection de fluides dans le sous-sol est non seulement une cause de graves pollutions, mais est également susceptible de provoquer des tremblements de terre, comme le soulignent plusieurs études géologiques (Horton, 2012).

13Enfin, les réserves possibles de gaz de schiste font l’objet de réévaluations régulières, puisqu’en octobre 2013, l’EIA ramenait de 14 000 à 11 000 milliards de m3 les quantités de gaz récupérable. David Van der Spuy de l’Agence pétrolière d’Afrique du Sud avance un chiffre nettement plus bas, autour de 1 300 milliards de m3, soit moins de 10 % de l’estimation initiale (Vecchiatto, 2014). Une telle révision s’explique par la géomorphologie particulière du plateau du Karoo, qui s’est formée voici 183 millions d’années. À l’ère du Crétacé, la région a subi des éruptions volcaniques qui auraient pu provoquer un échappement des gaz contenus dans la roche mère, dont l’ampleur est inconnue (Adekola, 2012).

  • 24 King et Murray (2012, p. 435).

14L’acheminement du gaz extrait est également un souci, puisque le Karoo n’est traversé par aucun gazoduc, et aucune centrale thermique ne se trouve à proximité. L’hypothèse de construire des petites unités de production d’électricité à proximité des puits n’a pas de sens, puisqu’une fois exploités, ils peuvent perdre plus de la moitié de leur volume, en douze mois24. La construction de ces infrastructures (réseau autoroutier, lignes à haute tension, aménagements hydrauliques) nécessiterait de lourds investissements, que les pouvoirs publics ne sont pas en mesure de consentir. Et les investisseurs étrangers restent assez sceptiques, quant à la capacité de l’État à gérer de tels projets (corruption, démarches administratives fastidieuses) et à honorer les remboursements. En septembre 2014, l’agence Moodys attribuait à l’Afrique du Sud, la notation financière peu flatteuse de Baa2, soit de qualité moyenne inférieure.

  • 25 Twine (2012, pp.11 et 67). Mais cette étude a fait l’objet d’une sévère critique qui en souligne le (...)

15Les pouvoirs publics écartent ces critiques en affirmant imposer des normes réglementaires strictes, et en insistant sur la perspective de créer plusieurs milliers d’emplois. Le ministre de l’Énergie, Dipuo Peters, décrivait les réserves de gaz de schiste dans la région du Karoo comme un « don de Dieu » (Warren, 2013). Selon une étude du cabinet sud-africain, Econometrix25 (commandée par le groupe Shell), le nombre d’emplois créés par cette nouvelle activité pourrait être de l’ordre de 356 000 à 855 000. Un chiffre qui demeure assez approximatif et très sujet à caution, mais même si la création d’emploi était plus modeste, elle serait bénéfique dans un pays où le quart de la population active est au chômage.

16Plusieurs groupes pétroliers ont obtenu des autorisations d’exploration : Shell, Falcon en association avec Chevron (États-Unis), Sunset Energy (Australie), et la Sasol en association avec la Statoil. Ces entreprises sont autorisées à effectuer des relevées cartographiques et des études géologiques approfondies, mais non des forages, même expérimentaux. Au printemps 2015, Royal Dutch-Shell a annoncé renoncer à l’exploitation du gaz non conventionnel en Afrique du Sud. La société anglo-néerlandaise dénonce les incertitudes juridiques, le relèvement des taux d’imposition et surtout la lenteur de l’administration qui se refuse alors à autoriser les forages. L’exploitation des hydrocarbures non conventionnels en Afrique du Sud pourrait inciter les gouvernements africains à suivre une même voie. Selon les données de la Banque africaine de développement (Kaberuka, 2013), l’Afrique détiendrait 15 % des réserves mondiales de gaz de schiste (principalement situées en Afrique du Sud, en Algérie et en Libye).

17Aujourd’hui deux hypothèses se dessinent.

Une Afrique du Sud : pionnière du gaz de schiste en Afrique ?

  • 26 En Pologne, le coût de revient du gaz de schiste est trois fois plus élevé qu’aux États-Unis. Dépêc (...)

18À une échéance de quinze ans, la production de gaz en Afrique du Sud peut satisfaire la demande intérieure en énergie, et remplacer partiellement la combustion de charbon. Les exportations de ce minerai pourraient augmenter, principalement à destination de la Chine et l’Inde, les deux principaux acheteurs mondiaux, dont la consommation devrait continuer de croître. L’Afrique du Sud importe actuellement 3,73 milliards de m3 par an de gaz naturel (soit les 3/4 de sa consommation). Les volumes de gaz non conventionnel extraits permettront de satisfaire la demande intérieure, mais peut-être aussi de dégager des surplus destinés à l’exportation, principalement vers l’Inde. Ce pays importe déjà actuellement les 3/4 de sa consommation de pétrole et plus du quart pour le gaz, et cette dépendance devrait encore s’aggraver dans les prochaines années. L’Inde souhaite limiter ses achats d’hydrocarbures au Moyen-Orient, une région non seulement instable, mais surtout qui entretient des relations étroites avec son adversaire, le Pakistan. Mais les quantités de gaz exportées par l’Afrique du Sud seront probablement trop faibles pour avoir une réelle incidence sur les prix. Par contre, l’Afrique du Sud renoncera à ses achats gaziers au Mozambique, permettant à ce pays d’accroître ses livraisons vers les pays asiatiques, mais aussi vers les États voisins comme la Tanzanie, qui connaissent une forte croissance de sa demande en électricité, liée au raccordement au réseau de millions de nouveaux foyers ruraux. Le Mozambique détient des réserves de gaz estimées autour de 3 600 milliards de m3 et ne produit actuellement que 4,8 milliards de m3 (dont 80 % sont exportés vers l’Afrique du Sud). Un chiffre qui devrait croître de manière significative dans les prochaines années, et cette production supplémentaire risque de compromettre la rentabilité de l’extraction de gaz de schiste en Afrique du Sud, dont le coût de revient reste difficile à évaluer26.

Le scénario de l’abandon

  • 27 Ministère de l’Énergie (2011, p.36).

19Les récentes évolutions de la législation minière en Afrique du Sud risquent de décourager les investisseurs étrangers. En mars 2014, le Parlement sud-africain a adopté une profonde révision de son code minier (Mineral and Petroleum Resources Development Bill). L’État peut détenir au moins 20 % des parts dans les nouveaux projets miniers et pétroliers puis accroître sa participation à des conditions financières avantageuses, mais aussi restreindre les exportations de minerais jugés stratégiques. Le président Zuma a considéré que cette législation pourrait être interprétée comme anticonstitutionnelle et a obligé le Parlement à revenir sur certaines dispositions (mars 2015). La dépréciation des cours du pétrole, lors du deuxième semestre 2014, compromet également la rentabilité de tels projets. Les critiques face à l’exploitation du gaz de schiste sont les mêmes que celles exprimées dans l’Union européenne. Ce gaz non conventionnel ne fait que retarder une échéance inéluctable, celle de l’épuisement des ressources fossiles. Et comme pour l’amiante ou certaines pollutions chimiques, les conséquences nocives d’un gain immédiat seront assumées par les générations futures. La mise en valeur du gaz de schiste ne pourrait concourir que de manière marginale à la sécurité énergétique du pays. D’ailleurs, le document Integrated Resource Plan 2010-30, n’accorde pas la priorité aux hydrocarbures non conventionnels, dont l’exploitation est qualifiée de « hautement incertaine », mais au contraire au développement des énergies renouvelables et du nucléaire27.

20Aux États-Unis, les groupes pétroliers ont activement soutenu l’extraction de gaz de schiste, mais l’Afrique du Sud ne compte pas d’entreprises capables d’engager de telles opérations longues et coûteuses, et la seule solution est de solliciter une coopération avec des entreprises étrangères.

21L’Afrique du Sud ne détient pas les atouts qui ont permis aux États-Unis de développer aussi rapidement leurs réserves de gaz de schiste (Mauger, 2013), un « éco système » où l’innovation technologique est constante, où les groupes pétroliers travaillent en étroite concertation avec leurs fournisseurs de services aux compétences reconnues comme Halliburton, KBR ou Baker-Hughes. Le droit du sol américain, qui offre la jouissance des richesses du sous-sol au propriétaire du terrain participe à l’intérêt de la prospection. Et les industriels disposent également d’un marché spot assurant la commercialisation dans des conditions financières optimales du gaz, et des infrastructures de stockage.

Conclusion

  • 28 Plusieurs rapports d’études sont consultables sur le site de la Commission, à l’adresse http://seas (...)

22En mai 2015, la ministre des Sciences et Technologies, Naledi Pandor a annoncé le lancement d’une étude d’impact de l’exploitation du gaz de schiste dans la région du Karoo, particulièrement au niveau des conséquences sur l’environnement, des techniques de fracturation hydraulique. Cette décision traduit la frilosité du gouvernement sud-africain, qui redoute que l’opposition à l’exploitation au gaz de schiste ne cristallise les rancœurs et ne dégénère en violentes manifestations. En Algérie, au printemps 2015, le ministre de l’Énergie et des Mines, Youcef Yousfi a été contraint de démissionner, face à la détermination des opposants à l’extraction du gaz de schiste dans le Sud algérien. Cette étude d’impact est menée par une Commission d’évaluation réunissant plus d’une centaine de scientifiques (Strategic Environmental Assessment for Shale Gas Development in South Africa), sous l’autorité du botaniste Bob Scholes. Les conclusions définitives ne devraient être rendues qu’au printemps 2017, mais les rapports intermédiaires28 soulignent que l’extraction du gaz de schiste dans la région du Karoo semble viable, bien que le montant des réserves soit nettement plus faible que celui escompté. En mars 2016, le gouvernement sud-africain annonçait sa décision d’autoriser l’exploitation des gisements de gaz de schiste en Afrique du Sud, dès le début de l’année prochaine. La farouche opposition d’une partie de l’opinion publique, comme les incertitudes institutionnelles rendent encore hypothétique, l’exploitation du gaz non conventionnel. Si les pouvoirs publics décidaient in fine de renoncer à cette exploitation, leur décision serait probablement imitée par les autres pays africains. L’avenir de ce gaz non conventionnel sur le continent noir dépend principalement de l’Afrique du Sud.

Remerciements

23L’auteur tient à remercier particulièrement les membres de l’ONG Treasure Karoo Action Group et particulièrement son président Jonathan Deal, et Bonang Mohale, Directeur de Shell en Afrique du Sud.

Haut de page

Bibliographie

Adekola, A., A. Akinlua et K. Mangelsdorf, 2012, Organic geochemical evaluation of cretaceous shale samples from the Orange basin, South Africa, Applied geochemistry, volume 27, issue 8, pp. 1633–1642.

Agence internationale pour l’énergie, 2014, Africa energy outlook, Paris, p. 149.

Devarajan, S. et K.Thierfelder, 2009, Tax policy to reduce carbon emissions in South Africa, Banque mondiale, policy research working paper, no 4933, p. 34.

Dubresson, A et S. Jaglin, 2015, Eskom. Électricité et pouvoir en Afrique du Sud. Paris, Karthala, 228 p.

Fig, D. et S. Scholvin, 2014, Fracking the Karoo: The barriers to shale gas extraction in South Africa based on experiences from Europe and the US, in Scholvin, S. (Dir), A new scramble for Africa?: The rush for energy resources in sub-saharan Africa, Londres, Ashgate Publishing,, pp. 131-146.

Kaberuka, D., 2013, Le gaz de schiste et ses implications pour l’Afrique, Banque africaine de développement, Abidjan, 128 p.

King, D., Murray J., 2012, Climate policy: Oil's tipping point has passed, Nature n° 481 pp. 433-435.

Horton, S., 2012, Disposal of hydrofracking waste fluid by injection into subsurface aquifers triggers earthquake swarm in central Arkansas with potential for damaging earthquake, Seismological research letters, volume 83, pp. 250-260.

Lafargue, F., 2011, Les groupes pétroliers des pays émergents de nouveaux acteurs économique et politique sur la scène internationale, Revue Management et avenir, n° 42 Géopolitique de l’Afrique du Sud, 2015, Paris, PUF, 192 p.

Mauger, L., 2013, The shale oil boom: A US phenomena. The geopolitics of energy project, Cambridge, Belfer Centre, Harvard Kennedy School.

Ministère de l’Énergie d’Afrique du Sud, 2011, Integrated resource plan for electricity (IRP) 2010-2030, Pretoria.

Ministère des Ressources minérales d’Afrique du Sud, 2012, Report on investigation of hydraulic fracturing in the Karoo basin of South Africa, Pretoria.

Missier, F., 2013, La Saga des Inga, Paris, L’Harmattan, 228 p.

Pouris, A. et G-A. Thopil, 2013, International positioning of South African electricity prices and commodity differentiated pricing , South African Journal of Science, volume 109, pp. 17-20.

Twine, T., 2012, Karoo shale gas report: special report on economic considerations surrounding potential shale gas resources in the southern Karoo of South Africa, Johannesburg: Econometrix, p. 11 et p. 67.

Rossouw R. et R. Wait, 2014, A Comparative Assessment of the Economic Benefits from Shale gas Extraction in the Karoo, South Africa. South African business review, volume 18, p. 12.

Vecchiatto, P., 2014, SA petroleum agency’s Karoo shale-gas estimate ‘far lower’, Business Day, 21 février 2014.

Warren, C., 2013, Shale gas in South Africa, African security review, volume 22, p. 68.

Xiphu, M., 2012, Report on investigation of hydraulic fracturing in the Karoo Basin of South Africa, Pretoria, Department of Mineral Resources, p. 24.

Haut de page

Notes

1 BP, Statistical review of world energy, 2015, consultable à l’adresse http://www.bp.com/en/global/corporate/energy-economics/statistical-review-of-world-energy.html

2 L’Afrique du Sud est notamment le premier producteur mondial de chrome et de platine.

3 Les exportations de l’Afrique du Sud sont à la hauteur de moitié, constituées par des minerais et des métaux.

4 Données : http://www.eia.gov/analysis/studies/worldshalegas/ (juin 2013). Le ministère des Ressources minérales de l’Afrique du Sud évoque pour sa part un chiffre de 13 700 milliards de m3. Xiphu (2012, p. 24).

5 National development plan 2030, Our future make it work, National planning commission, 2012, disponible à l’adresse électronique : http://www.gov.za/documents/national-development-plan-2030-our-future-make-it-work. Les auteurs du rapport dans le chapitre 4 (pp. 163-200), soulignent l’impérieuse nécessité d’investir dans les infrastructures d’énergie, un outil indispensable au développement.

6 L’entreprise a été utilisée par l’État, comme un laboratoire du Black Economic Empowerment (BEE), avec la nomination de cadres noirs, loyaux envers l’ANC, mais peu au fait des enjeux du secteur de l’électricité. L’entreprise a voulu privilégier parmi ses fournisseurs en charbon des entrepreneurs noirs indépendants, mais parfois incapables d’honorer les livraisons prévues (Dubresson et Jaglin, 2015, p.54).

7 Dépêche AFP, Afrique du Sud : la croissance freinée par un manque d’électricité, 18 mai 2015.

8 Agence internationale pour l’énergie (2014, p. 149).

9 Le prix de la tonne de charbon exportée par l’Afrique du Sud est passé de 45 $ en 2005 à 110 $ en 2011 puis à 61 $ en mars 2015. Données de la Banque mondiale : http://databank.worldbank.org/data/reports.aspx?source=Global-Economic-Monitor-(GEM)-Commodities

10 Les exportations de minerais de charbon vers la Chine ont été multipliées par deux depuis 2010, et devraient continuer de croître dans les prochaines années.

11 https://www.eia.gov/beta/international/analysis.cfm?iso=ZAF

12 Ministère de l’énergie de l’Afrique du Sud, donnée consultable à l’adresse http://www.energy.gov.za/files/electricity_frame.html

13 Ministère de l’Énergie d’Afrique du Sud, Integrated resource plan for electricity (IRP) 2010-2030, Pretoria (2011)

14 http://www.gov.za/state-nation-address-2015

15 À propos des projets d’aménagement du fleuve Inga, Missier (2013).

16 Ministère de l’Énergie d’Afrique du Sud (2011, pp. 36, 44, 51) et Fig, D (2014, p.45).

17 La productivité dans les mines en Afrique du Sud est de l’ordre, de trois fois inférieures à celle en Australie. Données du Bureau australien des

statistiques et de la Chambre des mines d’Afrique du Sud.

18 Données consultables à l’adresse http://epi.yale.edu/epi/country-rankings.

19 L’Alliance démocratique (AD) éprouve de grandes difficultés à définir une position définitive sur le sujet. Au nom du réalisme (la création d’emplois) et de sa proximité avec les milieux d’affaires, l’AD défend à travers notamment James Lorimer, en charge des questions minières, l’exploitation du gaz de schiste. Une idée que rejettent une part de ses propres cadres (notamment les élus du Cap-Oriental) et de ses sympathisants. « DA withdraws fracking resolution », Mail and Guardian, 25 novembre 2012.

20 Le développement de l’urbanisation a impliqué de profonds aménagements hydrauliques qui commencèrent au début du XXe siècle, et s’amplifièrent après la Seconde Guerre mondiale. Le fleuve Orange qui représente 22 % des ressources en eau de surface du pays a fait l’objet de nombreux aménagements. Quatre barrages ont été érigés sur son cours permettant une meilleure irrigation et la production d’hydroélectricité. Ces aménagements répondaient aussi à un impératif politique, favoriser l’installation de familles blanches sur des terres devenues fertiles et ainsi accroître la production agricole.

21 Ministère des affaires hydraulique (2013, p.8).

22 Le Projet hydraulique des Hauts plateaux du Lesotho ou Lesotho Highlands Water Project (LHWP) a pour objet principal de capter à partir du Lesotho, les eaux du bassin supérieur de la rivière Senqu (le nom ici du fleuve Orange), et d’inverser une partie de son cours pour le diriger vers le Gauteng. La construction de plusieurs barrages permettra non seulement de retenir l’eau peu chargée en sédiments, puis de l’acheminer vers l’Afrique du Sud, mais également de produire de l’hydroélectricité. Actuellement deux barrages fonctionnent, et fournissent 10 % des besoins en électricité de l’Afrique du Sud. En dépit de multiples controverses liées au coût du projet et de ses conséquences sur l’environnement, la première étape de la construction de cet immense complexe hydraulique a été achevée en 2003; les travaux de la phase II ont été approuvés en 2011 et devraient s’achever vers 2020.

23 Données de la Banque mondiale, consultables à l’adresse http://donnees.banquemondiale.org/indicateur/SH.H2O.SAFE.RU.ZS

24 King et Murray (2012, p. 435).

25 Twine (2012, pp.11 et 67). Mais cette étude a fait l’objet d’une sévère critique qui en souligne les faiblesses, Rossouw (2014), op.cit.

26 En Pologne, le coût de revient du gaz de schiste est trois fois plus élevé qu’aux États-Unis. Dépêche de l’agence Bloomberg : Shale-gas drilling cost in Poland triple US, Schlumberger says, 29 novembre 2011.

27 Ministère de l’Énergie (2011, p.36).

28 Plusieurs rapports d’études sont consultables sur le site de la Commission, à l’adresse http://seasgd.csir.co.za/, notamment Shale Gas Development Scenarios and Activities Summary Document, mai 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Lafargue , « Afrique du Sud : Les enjeux du gaz de schiste », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Débats et Perspectives, mis en ligne le 14 octobre 2016, consulté le 28 juin 2017. URL : http://vertigo.revues.org/17816 ; DOI : 10.4000/vertigo.17816

Haut de page

Auteur

François Lafargue 

Professeur de géopolitique, Paris School of Business, 59 Rue nationale, 75013 Paris, France, courriel : francoislafargue@francoislafargue.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page