Navigation – Plan du site

Les dépendances vertes dans les paysages agricoles : prendre en compte les milieux adjacents à la route

Francesca Di Pietro, Clémence Chaudron et Rémi Perronne

Résumés

Les infrastructures linéaires de transport terrestre (ILTT) sont souvent considérées comme des éléments défavorisant la biodiversité, mais elles peuvent également représenter, par leurs dépendances végétalisées, des supports de biodiversité en tant que corridor préférentiel ou habitat pour de nombreuses espèces. Ces influences contrastées des ILTT sur la biodiversité ont fait l’objet d’études portant principalement sur le réseau routier, un des principaux éléments de fragmentation des paysages, induisant notamment un effet barrière. Dans cette étude, nous nous sommes focalisés sur la connectivité transversale entre les bords de route et les champs cultivés adjacents dans une région de grande culture caractérisée par un gradient de fragmentation forestière. Cet espace étroit qu’est l’interface route-champ cultivé, est intensément géré, à la fois par les collectivités locales, s’orientant vers une tonte tardive du bord de route, et par les agriculteurs riverains des routes. Ces pratiques de gestion peuvent avoir des effets contrastés sur la diversité végétale du bord de route et de l’habitat adjacent, les champs cultivés, suscitant alors des tensions entre la collectivité locale gestionnaire de ces milieux et les agriculteurs. Ces tensions pourraient concerner d’autres ILTT traversant des paysages agricoles, et dont les dépendances sont soumises à des dispositifs de gestion alternative, si leur mise en place ne tient pas compte de leur influence potentielle sur les milieux adjacents.

Haut de page

Texte intégral

Introduction - des relations complexes entre infrastructures linéaires de transport terrestre et biodiversité : le cas des dépendances routières

1La présence d’infrastructures linéaires de transport terrestre (ILTT) induit des effets contrastés sur la biodiversité. De nombreux travaux ont souligné le rôle négatif des ILTT dans la fragmentation des paysages, empêchant ou réduisant le déplacement de nombreuses espèces animales et végétales. Ces conclusions reposent principalement sur l’étude de l’influence du réseau routier, dont l’expansion au cours des dernières décennies a été bien documentée (Mcgarigal et al., 2001), notamment dans le cadre de travaux sur l’évolution des paysages (Bender et al., 2005 ; Haase et al., 2007 ; Ellis et al., 2009). À titre d’exemple, une étude a estimé que, aux Pays-Bas, la surface perturbée par le réseau routier principal couvrait entre 8 % et 15 % de la surface nationale, en fonction de la sensibilité des espèces (Reijnen et al., 1997). En fragmentant des habitats ou des réseaux écologiques (Girvetz et al., 2008; Fu et al., 2010), les routes réduisent ou empêchent les déplacements entre éléments paysagers transversaux à la route. Cet effet, particulièrement influent dans le cas des autoroutes clôturées, est dit effet de barrière (Holderegger et Di Giulio, 2010). Ces questionnements scientifiques, relatifs à l’influence du réseau routier sur la biodiversité, ont conduit à l’émergence récente d’un champ de recherche : l’écologie des routes ou road ecology (Forman, 1998; Forman et Alexander, 1998; Coffin, 2007), qui a également souligné le rôle des dépendances routières comme support de biodiversité. En effet, de par leur couverture végétale permanente et leur structure linéaire, les dépendances végétalisées accompagnant les routes peuvent constituer des infrastructures écologiques (de Redon, 2008). Certaines études se sont ainsi centrées sur le rôle de corridor et d’habitat pour la faune et la flore que peuvent revêtir les dépendances végétalisées des routes (de Redon et al., 2015). Les bords de route représentent des corridors de déplacement pour différentes espèces (Holderegger et Di Giulio, 2010), favorisant notamment la dispersion des espèces végétales prairiales (Tikka et al., 2001). Ces dépendances végétalisées sont parfois considérées comme facilitant la dispersion d’espèces invasives (Gelbard et Belnap, 2003 ; Flory et Clay, 2005; Valtonen et al., 2006), telle que l’ambroisie (Ambrosia artemisiifolia), bien que cela reste débattu. En tant qu’habitat, les bords de routes peuvent également jouer un rôle de refuge pour de nombreuses espèces végétales (Hogbin et al., 1998; Cousins et Eriksson, 2002; Spooner et al., 2004; Le Viol et al., 2008). En effet, de par leur caractère herbacé pérenne, les bords de route peuvent partiellement compenser la raréfaction des surfaces de prairies permanentes, et constituer des habitats de substitution pour de nombreuses espèces (Tanghe et Godefroid, 2000; Jantunen et al., 2006; Lindborg et al., 2014), leur rôle de refuge augmentant avec l’âge de la route (Zeng et al., 2011). À l’échelle locale, des études montrent que la végétation des bords de route est notamment caractérisée par une nitrophilie décroissante avec la distance à la route, associée aux émissions automobiles (NOx and NH3) (Truscott et al., 2005 ; Bignal et al., 2007) ; cette nitrophilie est par ailleurs en augmentation au cours des dernières décennies (Sykora et al., 2002). À une échelle paysagère, d’autres études suggèrent l’existence de mécanismes de dispersion des espèces entre les dépendances routières et les milieux adjacents. Les caractéristiques des habitats environnants peuvent notamment influencer la présence d’espèces dans les bords de routes et les milieux prairiaux adjacents, promouvant la richesse spécifique de ces derniers (Hovd et Skogen, 2005 ; Lindborg et al., 2014). À travers la banque de graines du sol, les paysages environnants peuvent régir, parfois pendant plusieurs décennies, la composition taxonomique de ces petits fragments de prairie permanente que représentent les bords de route (Cousins, 2006).

2Ces rôles de corridor et d’habitat des bords de route ont été principalement mis en évidence dans des paysages intensément anthropisés et pauvres en habitats herbacés linéaires, tels que les paysages de grande culture (Pauwels et Gulinck, 2000), où la surface en prairie permanente a connu une diminution considérable au cours des dernières décennies (Xiao et al., 2015). Les emprises des ILTT (ILTTe), soit l’ensemble de l’infrastructure proprement dite et de ses dépendances, jouent ainsi un rôle complexe sur la biodiversité. Or, jusqu’à présent, l’écologie des routes s’est peu focalisée sur l’étude de la connectivité « transversale » que peuvent introduire les bords des routes vis-à-vis des milieux adjacents, notamment des parcelles agricoles. C’est sur cette connectivité entre bords de route et parcelles agricoles adjacentes que portent nos recherches.

3Sur notre site d’étude, un paysage de grande culture situé au Sud-Est du département Indre-et-Loire, en région Centre, de précédents travaux avaient mis en évidence que les bords de route représentaient près d'un quart des bords de champs, la présence d’une route constituant ainsi un facteur explicatif majeur de la composition floristique des bordures de champs (Di Pietro et al., 2003). Nos recherches ont ensuite été focalisées sur les communautés végétales des bords de route et sur les principaux déterminants influençant leur composition floristique dans les différents contextes paysagers de cet agroécosystème dominé par la production céréalière. Ce territoire se caractérise notamment par un gradient de fragmentation forestière distinguant un paysage ouvert, parsemé de rares îlots boisés (11 % de surface boisée, par la suite désignée comme paysage « ouvert » pour plus de clarté dans la lecture) et un paysage constitué d’une alternance de champs cultivés et de bois (22 % de surface boisée, par la suite désignée comme paysage « boisé ») (Chaudron et al 2016).

L’interface route-champ cultivé : un espace intensément géré

4L'interface végétalisée entre la route et le champ cultivé constitue un espace particulier, structuré généralement en cinq compartiments qui sont, depuis la route goudronnée : (1) une bande de sécurité, (2) une berme, bande de sécurité et berme constituant l’accotement, (3) un fossé, (4) un talus (sabotée, en plaine), ou bordure extérieure du champ, et (5) une bordure intérieure du champ (Le Bris, 2011, p 15). La bande de sécurité est un habitat piétiné et géré très régulièrement pour assurer la visibilité des automobilistes. Le fossé, plus ou moins marqué, présente un niveau d’eau variable, se caractérisant par des conditions environnementales très contrastées au cours de l’année. Nous nous sommes donc focalisés sur les trois compartiments présentant une végétation plus stable : la berme, le talus et la bordure intérieure du champ (Figure 1).

Figure 1. Les principaux compartiments de l’interface route-champ cultivée, parmi lesquels ceux retenus dans cette étude : berme, talus, bordure intérieure du champ / The spatial pattern of the road-field boundary and the three studied sections: the berm, the embankment, and the field margin.

Figure 1. Les principaux compartiments de l’interface route-champ cultivée, parmi lesquels ceux retenus dans cette étude : berme, talus, bordure intérieure du champ / The spatial pattern of the road-field boundary and the three studied sections: the berm, the embankment, and the field margin.

5L’interface route-champ cultivé est soumise à une double gestion : d’une part une gestion routière, effectuée par les services départementaux sur la berme et le talus; et d’autre part une gestion agricole, effectuée par chaque agriculteur dans le champ cultivé adjacent et sa bordure. Deux acteurs participent ainsi à gérer cet espace : les gestionnaires des collectivités locales ou STA (Services territoriaux d’aménagement), dépendants du Conseil départemental depuis 2006, et les agriculteurs riverains (Chaudron et al., 2014).

6La gestion routière est définie à l’échelon départemental par des principes généraux relatifs notamment aux opérations de tontes et de débroussaillage, et est organisée à une échelle plus locale, dans chacun des STA, sur la base d’un document opérationnel (le Plan d’intervention du fauchage). Cette gestion routière consiste, le plus souvent, en une succession de tontes répétées chaque année et réalisées sur l'accotement et le talus, généralement effectuées par broyage sans export de biomasse, et complétées d'un passage d’herbicide limité dans l’espace (par exemple aux pieds de pylônes et des panneaux de signalisation). Sur notre site d’étude, trois opérations mécaniques se succèdent au cours d’une saison de végétation : 1) une première tonte au printemps (avril - mai) sur la bande de sécurité, opération dite « passe de sécurité »; 2) une deuxième tonte en été (de juin à août) sur l’ensemble de l’accotement, opération dite « passe de propreté », éventuellement renouvelée au cours de la période estivale; 3) un débroussaillage sur l’ensemble de l’accotement, fossé et talus, qui s’étale de septembre à mars.

7Dans l’objectif affiché de renforcer le rôle positif des dépendances végétalisées sur la biodiversité, une gestion alternative, dite différenciée, se caractérisant par des opérations de tonte moins fréquentes et plus tardives sur la berme, est expérimentée depuis plusieurs années dans certaines collectivités locales en France (Le Bris, 2011). Dans le département d’Indre-et-Loire, 180 km de routes départementales, représentant moins de 5 % des 3.800 km de routes sous gestion départementale, font l’objet d’une gestion différenciée depuis 2009 (Le Bris, 2011). Sur notre site d’étude, la gestion différenciée consiste en la suppression de la deuxième tonte sur la berme. Les enquêtes auprès des services départementaux, ainsi que le travail de terrain reposant sur des relevés botaniques montrent que les plannings de gestion des bords de route sont souvent modifiés et adaptés aux fréquentes pannes du matériel de tonte, ainsi qu’aux demandes des riverains.

8La gestion agricole de la bordure intérieure du champ cultivé par les agriculteurs riverains, outre le travail du sol, comprend annuellement un traitement herbicide et plusieurs apports de fertilisants, ceux-ci pouvant induire une dérive involontaire des traitements sur la bordure herbacée extérieure, adjacente au champ (Kleijn et Snoeijing, 1997; de Snoo et van der Poll, 1999). Par ailleurs, une application herbicide ou, plus fréquemment, une ou plusieurs tontes, peuvent être conduites de manière volontaire par les agriculteurs riverains sur le talus, dans le but d'éviter la propagation de certaines adventices jugées problématiques jusqu'à l’intérieur du champ cultivé (Kleijn et Verbeek, 2000). Cette pratique « corrective » de la gestion routière a également été observée sur notre site d’étude, la gestion agricole du bord de route variant considérablement, même au sein d'un même compartiment, allant de l’absence d’opération de gestion, à plusieurs tontes complétées d'une application herbicide tout au long de la saison de végétation (Chaudron et al., 2014).

9La gestion, routière et agricole, sur toute l’interface route-champ cultivé, apparait donc variable. À titre d’exemple, en Indre-et-Loire, nous constatons que, sur la berme, la gestion peut se limiter à une seule tonte, réalisée de manière précoce (en juillet) ou tardive (en septembre); cette tonte peut également être répétée au cours de l’été, voire être associée à une application d’herbicide. Sur le talus, la gestion varie entre une et trois opérations de tonte, éventuellement accompagnée d’une application d’herbicide (Chaudron et al., 2014).

Une gestion qui suscite des tensions entre les gestionnaires des bords de route et les agriculteurs riverains

10La gestion des bords de route conduit à des tensions entre les services chargés de la gestion routière et les agriculteurs (Chaudron et al., 2014) ; en outre, une crainte des agriculteurs à l’égard de la gestion des bordures extérieures au champ est liée à une augmentation de la dispersion d’espèces adventices dans le champ cultivé (Mante et Gerowitt, 2009; Cordeau et al., 2011b). Afin de caractériser cette situation, nous avons étudié les représentations des bords de route et de leur gestion par les acteurs concernés : les gestionnaires des routes et les agriculteurs. Les représentations des agriculteurs influençant leurs pratiques de gestion (Friedberg, 1992; Michel-Guillou, 2006), nous avons émis l’hypothèse que les pratiques de gestion des bords de route sont liées aux représentations que les agriculteurs ont du bord de route et de sa gestion par les services départementaux. Pour valider ces hypothèses, nous avons conduit des enquêtes auprès de soixante agriculteurs riverains des routes de notre site d'étude (24 entretiens approfondis et 36 questionnaires). Le panel d'agriculteurs enquêtés est représentatif de la diversité des productions (une majorité d’exploitations céréalières et un tiers d’élevages) et constitue un échantillon équilibré entre les deux types de contextes paysagers de cette plaine céréalière (29 agriculteurs dans le paysage ouvert et 31 agriculteurs dans le paysage boisé). Les enquêtes ont porté sur les pratiques agricoles réalisées sur les bords de routes étudiés, ainsi que sur la représentation que les agriculteurs ont du bord de route et de sa gestion par les services départementaux (Chaudron et al., 2014).

11Ces enquêtes ont permis d'identifier cinq classes de pratiques de gestion des bords de route, élaborées en fonction du nombre d’opération de gestion effectué et du compartiment géré (Tableau 1), et cinq classes de représentations du bord de route et de la tonte tardive (Tableau 2). Ces dernières ont tout d’abord été définies à partir d’analyses lexicales approfondies, qui constituent une approche intéressante à l’analyse des représentations sociales (méthode Alceste; Kalampalikis, 2003) ; ces analyses ont été effectuées sur la base des entretiens (analyse du test d’assemblage de mots autour du thème du bord de route, identification des thématiques abordées sur la gestion différenciée). Les réponses à deux questions posées aux agriculteurs enquêtés par questionnaire (« Que pensez-vous du fauchage tardif? » et « Associez quatre mots ou groupes de mots au bord de route ») ont permis d’effectuer des analyses statistiques complémentaires (Classification ascendante hiérarchique basée sur la fréquence des mots), afin d’identifier les classes de représentations de l’ensemble des agriculteurs enquêtés. Ces analyses ont confirmé que les classes de représentations issues des entretiens étaient généralisables à l’ensemble des agriculteurs enquêtés (Chaudron et al., 2014). Une Analyse des correspondances multiples nous a ensuite permis d’étudier le lien entre les pratiques de gestion du bord de route, les représentations des agriculteurs concernant le bord de route et la tonte tardive, et le contexte paysager.

Tableau 1. Classes de gestion des bords de route par les agriculteurs / Classes of farmers’ road verge management.

Compartiment géré

Opération de gestion

(nombre d’agriculteurs)

Classes de gestion (nombre d’agriculteurs)

Aucun

0 (6)

G0 (6)

Un seul compartiment

(talus ou berme)

1 tonte (20)

G1 (20)

Talus

>1 tonte (11)

G2 (15)

1 tonte + 1 passage d’herbicide (3)

>1 tonte + 1 passage d’herbicide (1)

Talus et berme

1 tonte (4)

G3 (4)

>1 tonte (10)

G4 (15)

1 tonte + 1 passage d’herbicide (2)

>1 tonte + 1 passage d’herbicide (3)

Tableau 2. Classes de représentations du bord de route par les agriculteurs / Classes of farmers’ perceptions about road verges.

Éléments fréquemment évoqués

Classes

de représentations

(% du corpus classé)

Salissement du bord de route, présence d’adventices; esthétisme

R1 (16,7)

Danger

R2 (21,4)

Bouchage des buses, économie, sécurité, déchets

R3 (19,1)

Faune

R4 (19,1)

Problème, incohérence de gestion, manque de communication avec le CG, surcharge de travail…

R5 (23,8)

12À l’occasion de ces enquêtes, les échanges avec les interrogés montrent que les agriculteurs associent les bords de route à la gestion de cet espace par les services départementaux, sans distinction du type de gestion pratiquée (différenciée ou conventionnelle). Les différentes analyses montrent que les pratiques de gestion sont liées aux représentations du bord de route et de sa gestion, ainsi qu’au contexte paysager dans lequel les agriculteurs enquêtés travaillent (Figure 2). En effet, dans le paysage ouvert, les agriculteurs pratiquant une gestion intensive du talus et de la berme (classes de gestion G3 et G4) associent la tonte tardive des bords de route à une surcharge de travail (classe de représentation R5), à des motivations budgétaires et au problème d'obstruction des fossés d'écoulement (classe de représentations R3). Dans le paysage boisé, les agriculteurs gérant uniquement le talus (classe de gestion G2) associent la tonte tardive à la protection de la faune (classe de représentations R4).

Figure 2. Modalités des variables sur le premier plan factoriel de l’Analyse des correspondances multiples (variance expliquée : axe 1 : 62,05 %, axe 2 : 9,76 %). Le paysage ouvert est indiqué en orange, le paysage boisé en vert; les classes de gestion et les classes de représentations significatives (test F) sont indiquées respectivement en noir et en bleu. Se référer aux tableaux 1 et 2 pour la signification des modalités des variables / Nominal variables on the first ordination diagram of the Multiple Correspondence Analysis (inertia: axis 1 : 62.05 %, axis 2 : 9.76 %). Open landscape is indicated in orange, woody landscape in green; the statistically significant classes of management and classes of perception (F-test) are indicated respectively in black and blue. See Tables 1 and 2 for the nominal variables’ meaning.

Figure 2. Modalités des variables sur le premier plan factoriel de l’Analyse des correspondances multiples (variance expliquée : axe 1 : 62,05 %, axe 2 : 9,76 %). Le paysage ouvert est indiqué en orange, le paysage boisé en vert; les classes de gestion et les classes de représentations significatives (test F) sont indiquées respectivement en noir et en bleu. Se référer aux tableaux 1 et 2 pour la signification des modalités des variables / Nominal variables on the first ordination diagram of the Multiple Correspondence Analysis (inertia: axis 1 : 62.05 %, axis 2 : 9.76 %). Open landscape is indicated in orange, woody landscape in green; the statistically significant classes of management and classes of perception (F-test) are indicated respectively in black and blue. See Tables 1 and 2 for the nominal variables’ meaning.

13Dans le paysage ouvert, plus pauvre en habitats semi-naturels, nous pouvons supposer que les bords de route constituent une des principales sources d’adventices. Une représentation de la bordure adjacente au champ cultivé comme réservoir potentiel d’adventices est d’ailleurs partagée par les agriculteurs interrogés dans d’autres régions de grande culture (Mante et Gerowitt, 2009; Cordeau et al., 2011b). En revanche, dans le paysage boisé, où de multiples habitats semi-naturels peuvent constituer des sources potentielles d’adventices, certains agriculteurs soulignent les effets positifs de la tonte tardive pour la faune sauvage.

14Une gestion des bords de route par les services départementaux tenant compte des périodes de grenaison des espèces adventices est considérée, par une majorité d’agriculteurs riverains, comme une condition nécessaire pour tendre vers une gestion intégrée des adventices, ce qui pourrait conduire à une réduction de l’usage des herbicides dans le champ cultivé adjacent (Liebman et Gallandt, 1997).

Influence des pratiques de gestion des bords de routes sur les communautés végétales

15L’hétérogénéité des pratiques de gestion des bords des routes a pour conséquence d'influencer de façon complexe la composition des communautés végétales de ces habitats. Parmi cette hétérogénéité de pratiques, les spécificités des pratiques de tonte sur les communautés végétales du bord de route ont fait l’objet de nombreuses études depuis plusieurs décennies (Way, 1977 ; Auestad et al., 2011). Ainsi, l’influence de la fréquence de tonte sur la structure et la composition taxonomique d’une communauté végétale semble avant tout liée au contexte biogéographique de la zone d’étude. À titre d’exemple, deux tontes annuelles sont préconisées aux Pays-Bas et au Royaume-Uni afin de promouvoir la biodiversité, tandis qu’en Finlande, une seule tonte par an apparait préférable (Parr et Way, 1988 ; Schaffers, 2002 ; Jantunen et al., 2007). Par ailleurs, le choix de la gestion des résidus de tonte influence également la diversité végétale par son effet sur le niveau de fertilité du sol (Smith et al., 2010). Valtonen et al. (2006) suggèrent qu’une tonte régulière associée à un export de la biomasse limite le développement des espèces envahissantes. Outre la fréquence de tonte, la période de tonte influence également la structure et la composition taxonomique des communautés végétales (Köhler et al., 2005). Une récente méta-analyse a ainsi mis en évidence que le retard de la première date de tonte peut avoir des effets contrastés sur la richesse spécifique selon la période de tonte considérée. En effet, un décalage de la première tonte du printemps à l’été augmenterait la richesse spécifique, tandis qu’un décalage de la première tonte du début à la fin de l'été diminuerait plutôt celle-ci (Humbert et al., 2012).

16Les populations adventices observées en bords de route constituant la principale crainte des agriculteurs riverains, il apparait par ailleurs important d’identifier leurs provenances. La plupart des adventices étant thérophytes et barochores (Benvenuti, 2007), c’est-à-dire étant des espèces annuelles se reproduisant par graines et ne possédant pas de mécanisme de dispersion particulier, leur dispersion apparait pour partie dépendante des interventions humaines durant le cycle cultural, en particulier à la récolte. Les graines rejetées en bord de route peuvent ainsi provenir du champ cultivé adjacent, via le déplacement de débris lors du labour ou de graines adhérant aux machines agricoles au cours d’une intervention technique (Barroso et al., 2006; Heijting et al., 2009) ou des champs cultivés plus éloignés, via les remorques de transport de grains (Bailleul et al., 2012).

17Tandis que de nombreuses études se sont intéressées aux effets des dérives de traitement sur les communautés végétales des bordures adjacentes aux champs cultivés, les effets des pratiques de gestion de la bordure extérieure du champ cultivé sur la végétation de la bordure intérieure du champ cultivé semblent avoir fait l’objet d’un nombre restreint d’études (Smith et al., 1999). Conduire ce type d’étude apparait néanmoins crucial compte tenu de la crainte des agriculteurs d’une éventuelle propagation d’adventices problématiques des bords de routes jusqu’aux champs cultivés. En effet, malgré des différences environnementales et de gestion entre la berme d’une part, caractérisée par une végétation pérenne, et le champ cultivé d’autre part, caractérisé par une dominance d'espèces annuelles parmi lesquelles la plante cultivée et de nombreuses adventices, des échanges d’espèces peuvent avoir lieu. Par ailleurs, si une majorité d’espèces végétales sont plutôt adaptées aux conditions de la bordure herbacée ou du champ cultivé, certaines d'entre elles peuvent se développer indifféremment dans ces deux habitats (Marshall, 1989; Theaker et al., 1995 ; Rew et al., 1996 ; Cordeau et al., 2012).

18Nous avons émis l’hypothèse que les opérations de gestion effectuées dans chaque compartiment ont des conséquences sur la composition botanique des compartiments adjacents, en particulier que la gestion appliquée sur la berme et le talus a un effet sur la flore de la bordure intérieure du champ cultivé.

19Nous mettons en évidence que la composition taxonomique diffère entre la berme, le talus et la bordure intérieure du champ, et qu’elle apparait aussi largement influencée par le contexte paysager (Chaudron et al, 2016). Ainsi, si des espèces annuelles, adventices dominantes des cultures de céréales d'hiver (Fried et al., 2014), apparaissent caractéristiques de la bordure intérieure du champ (ex. le vulpin Alopecurus myosuroides et le coquelicot Papaver rhoeas), des espèces bisannuelles et pérennes dominent plutôt la berme et le talus (ex. l'avoine élevée Arrhenatherum elatius dans le paysage ouvert et le Brachypode des bois Brachypodium sylvaticum dans le paysage boisé, Chaudron et al., 2015).

20Nous montrons également que les différences de pratiques de tonte modifient l'abondance de plusieurs espèces généralistes dans la bordure intérieure du champ. Nos résultats suggèrent ainsi qu'un retard de la première date de tonte sur la berme accroît la dispersion des graines de certaines espèces adventices, se traduisant par leur abondance accrue en bordure intérieure du champ cultivé (Cirsium arvense, Heracleum sphondylium). L’augmentation de la fréquence de tonte en talus, du fait d’interventions additionnelles des agriculteurs riverains, induit par ailleurs une promotion de certaines espèces pérennes dans la bordure intérieure du champ (Sonchus asper et Rubus fruticosus ; Chaudron et al., 2015).

21Nos analyses corroborent donc pour partie les craintes des agriculteurs concernant certaines adventices considérées comme problématiques (ex. le cirse des champs, Cirsium arvense).

Conclusion

22Au-delà des rôles de corridor et d’habitat, les ILTTe dans les paysages agricoles peuvent favoriser les déplacements des espèces vers et depuis les champs cultivés, assurant ainsi une connectivité avec ces milieux adjacents. Cette connectivité écologique transversale, ainsi que le rôle d’habitat et de refuge des ILTTe, est influencée par les pratiques de gestion de cette interface, celles-ci étant d’autant plus cruciales qu’il s’agit d’un espace interstitiel étroit mêlant différents acteurs. Des pratiques de gestions alternatives sont actuellement expérimentées sur une large palette d’ILTTe afin de promouvoir la biodiversité dans ces espaces. Cependant, la synthèse bibliographique ainsi que nos recherches suggèrent que cette gestion peut présenter des effets inattendus sur les parcelles agricoles adjacentes, tels que le développement de certaines espèces adventices, pouvant conduire à des pratiques de gestion agricole des bords de route « correctives » de la gestion routière et à une certaine inefficacité des dispositifs de gestion alternative expérimentés.

  • 1 À titre d’exemple : 1,9 m en moyenne en Norvège (Hovd et Skogen, 2005) et au Danemark (Henriksen et (...)

23Par ailleurs, bien que doté d’une continuité linéaire, le bord de route est toutefois le plus souvent réduit à quelques mètres de largeur, déterminés par des choix opérés au moment de la planification des routes. Bien que l’aménagement des routes fasse l'objet d’une planification à large échelle, la largeur des bords de routes, conditionnant son rôle d’habitat (O’Farrell et Milton, 2005), reste cependant limitée à une bande de terre relativement étroite dans de nombreux pays européens1. En milieu agricole, l’une des alternatives serait de semer, entre le talus et le champ cultivé, des bandes enherbées ayant pour but de contenir le risque malherbologique et d’éviter l’entrée des adventices au sein du champ cultivé, bien que ce rôle de barrière à la dispersion dépende fortement de l’espèce adventice considérée (Cordeau et al., 2011 ; Cordeau et al., 2012). Cet élargissement des talus permettrait de créer un véritable écotone, une zone de transition comprenant un gradient de végétation depuis le fossé jusqu’à la bordure intérieure du champ; sa gestion pourrait alors être intégrée au système de culture ou bien faire l’objet d’une gestion publique (Pauwels et Gulinck, 2000).

Remerciements

24Les recherches évoquées dans cet article ont été financées par la Région Centre projet Interactions Routes-Mosaïques Agricoles, IRMA) et du programme ITTECOP (projet exploratoire Interactions Routes-Champs Cultivés, IRCC). Nous remercions F. Botté, L. Villemey et F. Rongère pour leur aide dans les relevés botaniques et les enquêtes en exploitation.

Biographie

25Francesca Di Pietro, géographe, enseignante-chercheuse, travaille sur les relations entre paysage et végétation dans les milieux anthropisés : la grande culture et la ville.

26Clémence Chaudron, ingénieur en sciences agronomiques et de l'environnement, doctorante et ingénieure d’études en sciences de l’environnement, travaille sur l’assemblage des communautés végétales et la dispersion des graines au niveau de l’interface route-champ cultivé.

27Rémi Perronne, écologue, ingénieur de recherche, travaille sur l'écologie des communautés adventices dans les agroécosystèmes, leurs structures fonctionnelles et leurs déterminants majeurs, biotiques et abiotiques.

Haut de page

Bibliographie

Auestad, I., K. Rydgren et I. Austad, 2011, Road Verges: Potential Refuges for Declining Grassland Species Despite Remnant Vegetation Dynamics, Ann. Bot. Fenn. 48, pp. 289–303.

Bailleul, D., S. Ollier, S.Huet, A. Gardarin et J. Lecomte, 2012, Seed Spillage from Grain Trailers on Road Verges during Oilseed Rape Harvest: An Experimental Survey, PLoS One 7.

Barroso, J., L. Navarrete, M. Sanchez Del Arco, C. Fernandez-Quintanilla, P. Lutman, N. Perry et R. Hull, 2006, Dispersal of Avena fatua and Avena sterilis patches by natural dissemination, soil tillage and combine harvesters, Weed Res. 46, pp. 118–128.

Bender, O., H.J. Boehmer, D. Jens et K.P. Schumacher, 2005, Analysis of land-use change in a sector of Upper Franconia (Bavaria, Germany) since 1850 using land register records, Landsc. Ecol. 20, pp. 149–163

Benvenuti, S., 2007, Weed seed movement and dispersal strategies in the agricultural environment. Weed Biol. Manag. 7, pp. 141–157.

Bignal, K.L., M.R. Ashmore, A.D. Headley, K. Stewart et K. Weigert, 2007, Ecological impacts of air pollution from road transport on local vegetation. Appl. Geochemistry 22, pp. 1265–1271.

Chaudron, C., R. Perronne, S. Bonthoux et F. Di Pietro, 2016, Influence of management practices on plant assemblages of road-field boundaries in two agricultural landscapes. Applied Vegetation Science, http://dx.doi.org/10.1111/avsc.12244

Chaudron, C., R. Perronne, S. Bonthoux et F. Di Pietro, 2015, Influence des pratiques de gestion sur l’assemblage des communautés végétales de l’interface “route-champ cultivé”, dans : Colloque Empirisme et Théorie En Écologie et Évolution, Gif-Sur-Yvette (France), 28-30 Septembre 2015, DOI: 10.13140/RG.2.1.3771.2403.

Chaudron, C., F. Rongère et F. Di Pietro, 2014, Gestion et perception de l’interface route-champs cultivés dans deux paysages agricoles, dans : 7èmes Journées Françaises de l’Écologie Du Paysage, Dijon (France), 27-30 Octobre 2014, [en ligne] URL : https://colloque6.inra.fr/iale2014/Programme.

Coffin, A.W., 2007, From roadkill to road ecology: A review of the ecological effects of roads, J. Transp. Geogr. 15, pp. 396–406.

Cordeau, S., 2010, Conséquences de la mise en place des bandes enherbées sur l’évolution de la flore adventice, Thèse de doctorat en agronomie et écologie, Université de Bougogne.

Cordeau, S., S. Petit, X. Reboud et B. Chauvel, 2012, The impact of sown grass strips on the spatial distribution of weed species in adjacent boundaries and arable fields, Agric. Ecosyst. Environ. 155, pp. 35–40.

Cordeau, S., S. Petit, X. Reboud et B. Chauvel, 2011a, Sown grass strips harbour high weed diversity but decrease weed richness in adjacent crops. Weed Res. 52, pp. 88–97.

Cordeau, S., X. Reboud et B. Chauvel, 2011b, Farmers’ fears and agro-economic evaluation of sown grass strips in France, Agron. Sustain. Dev. 31, pp. 463–473, doi:10.1007/s13593-011-0004-6

Cousins, S.A. et O. Eriksson, 2002, The influence of management history and habitat on plant species richness in a rural hemiboreal landscape, Sweden, Landsc. Ecol. 17, pp. 517–529.

Cousins, S.A.O., 2006, Plant species richness in midfield islets and road verges – The effect of landscape fragmentation, Biol. Conserv. 127, pp. 500–509.

De Redon, L., 2008, Intérêts écologiques des bords de route en milieu agricole intensif. Thèse de doctorat en écologie, Muséum National d’Histoire Naturelle, Paris, 178 p.

De Redon, L., I. Le Viol, F. Jiguet, N. Machon, O. Scher et C. Kerbiriou, 2015, Road network in an agrarian landscape: Potential habitat, corridor or barrier for small mammals?, Acta Oecologica 62, pp. 58–65.

De Snoo, G.R. et R.J. van der Poll, 1999, Effect of herbicide drift on adjacent boundary vegetation, Agric. Ecosyst. Environ, pp. 1–6.

Di Pietro, F., A. Génin et F. Botté, 2003, La flore des bordures de champ en zone de grande culture: structuration et effet des facteurs agricoles et paysagers, Symbioses, pp. 49–54.

Ellis, E.C., N. Neerchal, K. Peng, H.S. Xiao, H. Wang, Y. Zhuang, S.C. Li, J.X. Wu, J.G. Jiao, H. Ouyang, X. Cheng et L.Z. Yang, 2009, Estimating Long-Term Changes in China’s Village Landscapes, Ecosystems 12, pp. 279–297.

Flory, S.L. et K. Clay, 2005, Invasive shrub distribution varies with distance to roads and stand age in eastern deciduous forests in Indiana, USA. Plant Ecol. 184, pp. 131–141.

Forman, R.T., 1998, Road ecology: a solution for the giant embracing us, Landsc. Ecol, 13 p., iii–v.

Forman, R.T.T. et L.E. Alexander, 1998, Roads and their major ecological effects, Annu. Rev. Ecol. Syst. 29, pp. 207–231.

Fried, G., B. Chauvel, A. Rodriguez, J. Jullien et X. Reboud, 2014, Flore du blé d’hiver: quarante ans d’évolution, Phytoma, pp. 42–47.

Friedberg, C., 1992, Représentation, classification: comment l’homme pense ses rapports au milieu naturel, dans: Jollivet, M. (Ed.), Sciences de la nature, sciences de la société, CNRS Éditions, pp. 357–373.

Fu, W., S. Liu et S. Dong, 2010, Landscape pattern changes under the disturbance of road networks. Procedia Environ. Sci. 2, pp. 859–867.

Gelbard, J.L. et J. Belnap, 2003, Roads as conduits for exotic plant invasions in a semiarid landscape, Conserv. Biol. 17, pp. 420–432.

Girvetz, E.H., J.H. Thorne, A.M. Berry et J.A.G. Jaeger, 2008, Integration of landscape fragmentation analysis into regional planning: A statewide multi-scale case study from California, USA, Landsc. Urban Plan. 86, pp. 205–218.

Haase, D., U. Walz, M. Neubert et M. Rosenberg, 2007, Changes to Central European landscapes—Analysing historical maps to approach current environmental issues, examples from Saxony, Central Germany, Land use policy 24, pp. 248–263.

Heijting, S., W. Van Der Werf et M. Kropff, 2009, Seed dispersal by forage harvester and rigidtine cultivator in maize. Weed Res. 49, pp. 153–163.

Henriksen, C.I. et V. Langer, 2013, Road verges and winter wheat fields as resources for wild bees in agricultural landscapes, Agric. Ecosyst. Environ. 173, pp. 66–71.

Hogbin, P.M., D.J. Ayre et R.J. Whelan, 1998, Genetic variation and reproductive success of road verge populations of the rare shrub Grevillea barklyana (Proteaceae). Heredity (Edinb). 80, pp. 180–186.

Holderegger, R. et M. Di Giulio, 2010, The genetic effects of roads: A review of empirical evidence. Basic Appl. Ecol. 11, pp. 522–531.

Hovd, H. et A. Skogen, 2005, Plant species in arable field margins and road verges of central Norway. Agric. Ecosyst. Environ. 110, pp. 257–265.

Humbert, J.-Y., J. Pellet, P. Buri et R.Arlettaz, 2012, Does delaying the first mowing date benefit biodiversity in meadowland ? Environ. Evid. 1, p. 9.

Jantunen, J., K. Saarinen, A. Valtonen et S. Saarnio, 2007, Flowering and seed production success along roads with different mowing regimes, Appl. Veg. Sci. 10, pp. 285–292.

Jantunen, J., K. Saarinen, A. Valtonen et S. Saarnio, 2006, Grassland vegetation along roads differing in size and traffic density, Ann. Bot. Fenn., pp. 107–117.

Joly, M., P. Bertrand, R.Y. Gbangou, M.-C. White, J. Dubé et C. Lavoie, 2011, Paving the Way for Invasive Species: Road Type and the Spread of Common Ragweed (Ambrosia artemisiifolia), Environ. Manage. 48, pp. 514–522.

Kalampalikis, N., 2003, L’apport de la méthode Alceste dans l’analyse des représentations sociales, dans: Jean-Claude Abric (Ed.), Méthodes D’étude Des Représentations Sociales, ERES, pp. 147–163.

Kalwij, J.M., S.J. Milton et M.A. McGeoch, 2008, Road verges as invasion corridors ? A spatial hierarchical test in an arid ecosystem. Landsc. Ecol. 23, pp. 439–451.

Kleijn, D. et G.I.J. Snoeijing, 1997, Field Boundary Vegetation and the Effects of Agrochemical Drift: Botanical Change Caused by Low Levels of Herbicide and Fertilizer. J. Appl. Ecol. 34, pp. 1413–1425.

Kleijn, D. et M.Verbeek, 2000, Factors affecting the species composition of arable field boundary vegetation, J. Appl. Ecol. 37, pp. 256–266.

Köhler, B., A. Gigon, P.J. Edwards, B. Krüsi, R. Langenauer, A. Lüscher et P. Ryser, 2005, Changes in the species composition and conservation value of limestone grasslands in Northern Switzerland after 22 years of contrasting managements, Perspect. Plant Ecol. Evol. Syst. 7, pp. 51–67.

Le Bris, C., 2011, Gestion des dépendances routières et bordures de champs à l’échelle de la région Centre, dans le cadre du Grenelle de l'environnement et de la Trame Verte et Bleue, Association Hommes et Territoires, 79 p.

Le Viol, I., R. Julliard, C. Kerbiriou, L. de Redon, N. Carnino, N. Machon et E. Porcher, 2008, Plant and spider communities benefit differently from the presence of planted hedgerows in highway verges. Biol. Conserv. 141, pp. 1581–1590.

Liebman, M. et E. Gallandt, 1997, Many little hammers: ecological management of crop–weed interactions, in: Jackson, L.E. (Ed.), Ecology in Agriculture. Academic Press, San Diego, USA, pp. 291–343.

Lindborg, R., J. Plue, K. Andersson et S.A.O. Cousins, 2014, Function of small habitat elements for enhancing plant diversity in different agricultural landscapes, Biol. Conserv., pp. 206–213.

Marshall, E.J.P., 1989, Distribution patterns of plants associated with arable field edges, J. Appl. Ecol., pp. 247–257.

Mcgarigal, K., W.H. Romme, M. Crist et E. Roworth, 2001, Cumulative effects of roads and logging on landscape structure in the San Juan Mountains, Colorado (USA), Landsc. Ecol., pp. 327–349.

Michel-Guillou, E., 2006, Représentations sociales et pratiques sociales: l’exemple de l'engagement pro-environnemental en agriculture, Rev. Eur. Psychol. Appliquée/European Rev. Appl. Psychol. 56, pp. 157–165.

O’Farrell, P.J. et S.J. Milton, 2005, Road Verge and Rangeland Plant Communities in the Southern Karoo: Exploring What Influences Diversity, Dominance and Cover. Biodivers. Conserv. 15, pp. 921–938.

Parr, A.T.W. et J.M. Way, 1988, Management of Roadside Vegetation: The Long-Term Effects of Cutting, J. Appl. Ecol. 25, pp. 1073–1087.

Pauwels, F. et H. Gulinck, 2000, Changing minor rural road networks in relation to landscape sustainability and farming practices in West Europe, Agric. Ecosyst. Environ. 77, pp. 95–99.

Reijnen, R., R. Foppen et G. Veenbaas, 1997, Disturbance by traffic of breeding birds: evaluation of the effect and considerations in planning and managing road corridors, Biodivers. Conserv. 6, pp. 567–581.

Rew, L., R. Froud-Williams et N. Boatman, 1996, Dispersal of Bromus sterilis and Anthriscus sylvestris within arable field margins, Agric. Ecosyst. Environ., pp. 107–114.

Rytwinski, T. et L. Fahrig, 2007, Effect of road density on abundance of white-footed mice. Landsc. Ecol. 22, pp. 1501–1512.

Saarinen, K., A. Valtonen, J. Jantunen et S. Saarnio, 2005, Butterflies and diurnal moths along road verges: does road type affect diversity and abundance ?, Biol. Conserv. 123, pp. 403–412.

Schaffers, P., 2002, Soil, biomass, and management of semi-natural vegetation, Plant Ecol. 158, pp. 247–268.

Skórka, P., M. Lenda, D. Moroń, K. Kalarus et P. Tryjanowski, 2013, Factors affecting road mortality and the suitability of road verges for butterflies. Biol. Conserv. 159, pp. 148–157

Smith, H., R.E. Feber, M.D. Morecroft, M.E. Taylor et D.W. Macdonald, 2010, Short-term successional change does not predict long-term conservation value of managed arable field margins, Biol. Conserv. 143, pp. 813–822.

Smith, H., L.G. Firbank et D.W. Macdonald, 1999, Uncropped edges of arable fields managed for biodiversity do not increase weed occurrence in adjacent crops, Biol. Conserv., pp. 107–111.

Spooner, P.G., I.D. Lunt, A. Okabe et S. Shiode, 2004, Spatial analysis of roadside Acacia populations on a road network using the network K-function, Landsc. Ecol. 19, pp. 491–499.

Sykora, K., J. Kalvij et P.-J. Keizer, 2002, Phytosociological and floristic evaluation of a 15-year ecological management of roadside verges in the Netherlands, Preslia (Prague), pp. 421–436.

Tanghe, M. et S. Godefroid, 2000, Road verge grasslands in southern Belgium and their conservation value. Fragm. Florist. Geobot. 45, pp. 147–163.

Theaker, A., N. Boatman et R. Froud-Williams, 1995, Variation in Bromus sterilis on Farmland: Evidence for the Origin of Field Infestations, J. Appl. Ecol., pp. 47–55.

Tikka, P.M., H. Högmander et P.S. Koski, 2001, Road and railway verges serve as dispersal corridors for grassland plants, Landsc. Ecol. 16, pp. 659–666.

Truscott, A.M., S.C.F. Palmer, G.M. McGowan, J.N. Cape et S. Smart, 2005, Vegetation composition of roadside verges in Scotland: the effects of nitrogen deposition, disturbance and management, Environ. Pollut. 136, pp. 109–18.

Valtonen, A., J. Jantunen et K. Saarinen, 2006, Flora and lepidoptera fauna adversely affected by invasive Lupinus polyphyllus along road verges, Biol. Conserv. 133, pp. 389–396.

Vermeulen, H.J., 1993, The composition of the carabid fauna on poor sandy road-side verges in relation to comparable open areas, Biodivers. Conserv., pp. 331–350.

Way, J., 1977, Roadside verges and conservation in Britain: a review, Biol. Conserv., pp. 65–74.

Xiao, Y., C. Mignolet, J.-F. Mari et M. Benoît, 2015, Characterizing historical (1992–2010) transitions between grassland and cropland in mainland France through mining land-cover survey data, J. Integr. Agric. 14, pp. 1511–1523.

Zeng, S.-L., T.-T. Zhang, Y. Gao, Z.-T. Ouyang, J.-K. Chen, B. Li et B. Zhao, 2011, Effects of road age and distance on plant biodiversity: a case study in the Yellow River Delta of China, Plant Ecol. 212, pp. 1213–1229.

Haut de page

Notes

1 À titre d’exemple : 1,9 m en moyenne en Norvège (Hovd et Skogen, 2005) et au Danemark (Henriksen et Langer, 2013), entre 1,1 et 6,7 m en Pologne (Skórka et al., 2013), 6 m en moyenne pour les routes rurales en Finlande (Saarinen et al., 2005), et aux Pays-Bas (Vermeulen, 1993), moins de 10 m en Écosse (Truscott et al., 2005). Dans le cadre de notre étude, la largeur des bords de routes est comprise entre 0,80 m et 3,5 m.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Les principaux compartiments de l’interface route-champ cultivée, parmi lesquels ceux retenus dans cette étude : berme, talus, bordure intérieure du champ / The spatial pattern of the road-field boundary and the three studied sections: the berm, the embankment, and the field margin.
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/17307/img-1.png
Fichier image/png, 9,7k
Titre Figure 2. Modalités des variables sur le premier plan factoriel de l’Analyse des correspondances multiples (variance expliquée : axe 1 : 62,05 %, axe 2 : 9,76 %). Le paysage ouvert est indiqué en orange, le paysage boisé en vert; les classes de gestion et les classes de représentations significatives (test F) sont indiquées respectivement en noir et en bleu. Se référer aux tableaux 1 et 2 pour la signification des modalités des variables / Nominal variables on the first ordination diagram of the Multiple Correspondence Analysis (inertia: axis 1 : 62.05 %, axis 2 : 9.76 %). Open landscape is indicated in orange, woody landscape in green; the statistically significant classes of management and classes of perception (F-test) are indicated respectively in black and blue. See Tables 1 and 2 for the nominal variables’ meaning.
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/17307/img-2.png
Fichier image/png, 51k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Francesca Di Pietro, Clémence Chaudron et Rémi Perronne, « Les dépendances vertes dans les paysages agricoles : prendre en compte les milieux adjacents à la route », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 24 | juin 2016, mis en ligne le 10 juin 2016, consulté le 26 avril 2017. URL : http://vertigo.revues.org/17307 ; DOI : 10.4000/vertigo.17307

Haut de page

Auteurs

Francesca Di Pietro

Géographe, enseignante-chercheuse, UMR 7324 CITERES, Parc de Grandmont F-37200 Tours, France, courriel : dipietro@univ-tours.fr

Clémence Chaudron

Agronome, doctorante et ingénieure d’études en sciences de l’environnement, UMR 7324 CITERES, Parc de Grandmont F-37200 Tours, France, courriel : chaudron@univ-tours.fr

Rémi Perronne

Écologue, ingénieur de recherche, UMR GQE, INRA, Univ Paris-Sud, CNRS, AgroParisTech, Univ Paris-Saclay, Le Moulon, F-91190 Gif-sur-Yvette, France, courriel : remi.perronne@moulon.inra.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page