Navegação – Mapa do site
2012

Mise en œuvre opérationnelle d’un projet de compensation carbone de foyers améliorés au Niger

Fanny Joubert e Milena Begovic

Resumos

L’utilisation de foyers « ouverts » traditionnels utilisés au Niger a de lourdes conséquences au niveau environnemental, sanitaire et économique. Le projet de compensation carbone de foyers améliorés présenté ici consiste à remplacer ces foyers traditionnels par des foyers améliorés plus performants (appelés Kiva-Hybride) permettant de réduire la consommation de bois d'origine non renouvelable. La mise en œuvre d’un tel projet nécessite un travail préalable conséquent afin d’assurer sa pérennité sur le terrain : études statistiques, élaboration de différents prototypes de foyers avec tests de performance énergétique, réunions de consultations publiques avec les parties prenantes. Répondant à la méthodologie Gold Standard, ce projet permet non seulement de réduire les émissions de gaz à effet de serre à l’échelle mondiale, mais aussi d’améliorer les conditions de vie des populations locales (lutte contre la déforestation, amélioration de la qualité de l’air intérieur, économies des dépenses et de temps liés à la collecte du bois). En effet, le Kiva-Hybride permet de réduire les besoins en bois d’environ 1,5 tonne/foyer/an en moyenne conduisant à 2,79 teqCO2 d’émissions évitées par an et à l’économie de 47 500 FCFA/an par ménage.

Topo da página

Texto integral

Introduction

1Afin d’illustrer la mise en œuvre opérationnelle d’un projet de foyers améliorés, nous présentons ici la phase préliminaire d’un projet développé par EcoAct en 2010-2011 au Niger. Le but de cette phase est de préparer à la mise en place d’un projet de compensation carbone.

2Les projets de type « foyers améliorés » consistent à remplacer les foyers « ouverts » traditionnels utilisés pour la cuisine ou pour le chauffage (cf. figure 1) par des foyers plus performants afin de réduire la demande en bois non renouvelable, et ainsi réduire les émissions de gaz à effet de serre générés par sa combustion (Maccarty et al., 2008).

3En outre, dans les pays en développement la population concernée par cette problématique est importante puisque dans les zones rurales essentiellement, des millions de personnes comptent uniquement sur le bois en tant que combustible pour se chauffer et cuisiner. Cependant, bien que le foyer amélioré soit une technologie simple et connue depuis longtemps (Doat, 1982; Owsianowski et Barry, n.d.), la production et la dissémination de foyers améliorés au Niger n’ont jamais été au-delà de la phase expérimentale, car les foyers améliorés doivent être à la fois énergétiquement performants, adaptés au contexte local et peu coûteux pour que la population se "l'approprie".

4Nous présentons ici le travail préalable et indispensable à une diffusion pérenne de foyers améliorés au Niger. La description d’un tel projet permet de présenter ici les différentes étapes et difficultés pouvant survenir lors du développement d’un projet de compensation carbone et de mettre en exergue la réalité du terrain.

Figure 1. Exemples de foyers « trois pierres » (gauche) et « malgache » (droite)

Figure 1. Exemples de foyers « trois pierres » (gauche) et « malgache » (droite)

Légende : La cuisson est réalisée sur un foyer « trois pierres » alimenté par du bois. Il existe également quelques producteurs de foyers très bas de gamme, dit « malgaches », où il s’agit plus d’un « support métallique pour une marmite » que d’un véritable foyer amélioré (absence de cheminée, aucune isolation). Caption: Cooking is realized with a "three stones" cookstove fueled by wood. There are also some producers of bottom-end cookstoves, called “Madagascan stoves”; which consists more in a "metal support for a pot" than an actual improved cookstove (no chimney, no insulation).

Crédit : EcoAct, 2010

Présentation du projet

Contexte des foyers améliorés au Niger

5De par leur conception, un faible pourcentage de la chaleur est transmis à la marmite, les foyers traditionnels présentent une consommation de bois maximale. De ce fait, les conséquences de l'utilisation des foyers traditionnels sont multiples : la combustion du bois génère d’une part des émissions de gaz à effet de serre (GES), ayant un impact significatif sur le changement climatique à l’échelle mondiale, et d’autre part des particules en suspension et des fumées, engendrant une pollution domestique importante. En effet, l’utilisation de combustibles solides non traités, particulièrement le bois et le fumier, dans des foyers inefficaces et sans une ventilation correcte expose les personnes à des niveaux de pollution de l’air interne élevés (World Health Organization, 2006).

6Par ailleurs, la consommation de bois étant en croissance régulière et forte – selon la Banque Mondiale, le bois est utilisé par 95 % des ménages urbains et 100 % des ménages ruraux au Niger - l’équilibre entre les ressources disponibles et les prélèvements effectués par les populations est rompu. Ainsi, le capital forestier est largement entamé, particulièrement dans les zones proches des villes : depuis 1970, la déforestation a généré la perte de 2/3 de la surface forestière du pays (FAO, 2010).

Descriptif du projet de compensation carbone

7Dans ce contexte, EcoAct débute le développement d’un projet de foyers améliorés dans le sud-ouest du Niger dans trois zones périurbaines autour des villes de Niamey, Dosso, Tillabéry, et dans la zone rurale proche de la route principale reliant ces 3 villes. L'objectif consiste à remplacer les foyers traditionnels "trois pierres", par des foyers plus performants afin de réduire la demande en bois de 55 %. 

8Ce projet est réalisable en grande partie parce qu’il s’inscrit dans un projet de compensation carbone. Sans l'apport lié aux mécanismes de la finance carbone, les coûts de production, marketing, distribution et contrôle de qualité auraient été inabordables pour les ménages. Ces aspects sont explicités partie « Réduction des émissions de GES », sous-partie « Démonstration de l’additionnalité ».

9Par ailleurs, outre la réduction des émissions de GES, ce projet présente de nombreux co-bénéfices sociaux et environnementaux : il permet notamment de réduire le besoin en bois-énergie des ménages, et par conséquent la pression sur les ressources forestières, et la pollution de l'air intérieur.

  • 1 Méthodologie « Indicative Programme, Baseline, and Monitoring Methodology for Improved Cook-Stoves (...)

10Afin de valoriser ces aspects et d’assurer leur véracité, le projet est candidat au label Gold Standard1 sur le marché de la compensation volontaire. La fondation Gold Standard certifie les projets ayant une vocation avérée et pérenne de développement des bénéfices sociaux et économiques, tout en améliorant l'environnement et en garantissant l'atténuation du changement climatique. C’est en cela que réside la particularité de ce label de compensation volontaire : il certifie le caractère développement durable d’un projet, là où la compensation obligatoire issue du protocole de Kyoto ne prendrait en compte que la quantité d’émissions de GES réduites.

11L’objectif principal se traduit par la distribution de 15 000 foyers par an auprès des 203 988 ménages des départements de Tillabéri, Dosso et Niamey (recensement de 2001, extrapolé à 2010), sur une durée de 10 ans. La durée de vie moyenne d’un foyer est évaluée à environ 3 ans et le taux de perte est estimé à 20 % par an. Si le plan de développement se déroule correctement, le projet s’étendra à travers le Niger rural dans les années à venir.

12La fabrication et la distribution des foyers sont gérées en partenariat avec la société locale Legeni via la mise en place d’une base de production locale et d’un réseau de distribution efficace composé de femmes.

Mise en place sur le terrain

Adaptation aux pratiques culturelles

13La nouvelle technologie de foyers améliorés doit être adaptée aux pratiques des populations locales et doit donc être unique et sur mesure. En effet, un foyer amélioré développé dans un pays ne conviendrait pas si on essayait de le diffuser dans un pays culturellement proche sans enquête et étude préalable. Les barrières culturelles constituent parfois un frein à la compréhension de la demande et peuvent conduire à de mauvaises adaptations ; ce qui peut mener, à terme, à la création d’un nouveau verrou technologique. Les caractéristiques d’utilisation actuelle des foyers et les habitudes culinaires des ménages doivent être respectées (adaptation aux marmites, dimensions du foyer…). La tâche est d’autant plus ardue que l’Afrique de l’Ouest est le théâtre d’une forte diversité culturelle, ethnique et religieuse.

14De plus, la plupart des utilisateurs ne sont pas informés des multiples bénéfices associés à un foyer efficace. Au-delà de l’aspect technologique, la mise en place de concertations élargies avec les populations est donc indispensable.

15Ainsi, une enquête, communément appelée "kitchen survey", est réalisée en amont de la production du foyer, afin d’analyser qualitativement les pratiques culinaires des ménages et de mieux cerner l’usage domestique du combustible, les types de foyers utilisés, et le prix psychologique pour l'acquisition d’un foyer amélioré économiseur de bois.

16Cette enquête porte sur 150 ménages échantillonnés aléatoirement parmi l'ensemble des ménages représentatifs de la population ciblée par le projet.

17Or, pour pouvoir sélectionner l’échantillon d’une enquête selon les méthodes statistiques classiques, il faut disposer d'une base de sondage établie sur l'identification de l’ensemble des ménages parmi lesquels l’échantillon va être tiré. Cependant, considérant le manque de données démographiques nationales et le manque de précisions du dernier recensement national de 2001, une méthode statistique spécifique a dû être élaborée afin de permettre la sélection d'un échantillonnage aléatoire des ménages à enquêter.

18En particulier, au Niger le système de rues n’étant absolument pas développé, il n'est pas possible de s'appuyer sur un plan précis. La méthode utilisée et validée par l’Institut National de la Statistique de Niamey, est donc succinctement la suivante : le chef d’équipe se place devant la maison du doyen puis il se déplace suivant un schéma précis : 2e case à l’ouest, puis 3e case au nord. Cette méthode alternative permet d'interviewer aléatoirement le nombre de ménages requis (ou l'échantillonnage), considéré comme représentatif de la population cible.

Conception du foyer

19Si la connaissance scientifique existe sur les technologies de foyers, son application au contexte nigérien a nécessité l'élaboration de plusieurs prototypes successifs.

Premiers prototypes

20Après avoir étudié plusieurs techniques, deux modèles de foyers à bois de hauteurs différentes (Kiva-Haut et Kiva-Bas) ont été produits localement. Ils ont été développés notamment à partir des travaux réalisés sur la technologie RocketStove par l’Université de Berkeley (Edwards et al., 2007) et par le centre Aprovecho (Edwards et al., 2007). Les foyers sont cylindriques, à double paroi et la cendre de bois est utilisée comme isolant (cf. figures 2 et 3).

Figure 2. Schéma du foyer amélioré Kiva

Figure 2. Schéma du foyer amélioré Kiva

Crédits : EcoAct et Legeni, 2010

Figure 3. Foyer Kiva-Bas (gauche) et Kiva-Haut (droite)

Figure 3. Foyer Kiva-Bas (gauche) et Kiva-Haut (droite)

Crédits : EcoAct, 2010

Tests en laboratoire

21Des tests de simulation de cuisson ont été réalisés au sein du laboratoire CNES de Niamey afin de comparer le comportement et les performances des foyers domestiques et de connaître leur temps d’ébullition, rendement thermique et consommation spécifique.

22Les modèles Kiva-Bas et Kiva-Haut ont été testés avec deux ceintures différentes (la ceinture permettant d’ajuster le foyer à la marmite) puis le Kiva-Bas a été comparé avec un foyer 3-pierres traditionnel. Un foyer standard avec cœur céramique (technologie StoveTec) a également été importé pour être testé, car ce dernier est réputé efficace et résistant. Il s'inspire lui aussi de la technologie RocketStove originellement développée par le centre de recherche Aprovecho.

23Le tableau 1 présente le récapitulatif des principaux résultats obtenus pour la série de tests de cuisson sur Kiva-Haut, Kiva-Bas et Stove Tec, avec :

  • Te : temps pour parvenir à ébullition

  • TES : temps d’ébullition spécifique

  • P1 : Puissance durant la 1re Phase

  • PCU1 : Rendement thermique au cours de la 1re Phase

  • CS1 : Consommation spécifique 1re Phase.

Tableau 1. Récapitulatif des résultats principaux sur les quatre foyers (l’écart-type obtenu sur 5 essais est noté entre parenthèses)

Te (min)

TES (min/l)

P1 (kW)

PCU1 (%)

CS1 (kg/l)

Kiva-Haut

Grande ceinture

30,33 (2,83)

8,46 (0,82)

4,50

(0,32)

19,25

(0,01)

0,18

(0,00)

Petite ceinture

27,81 (3,66)

8,31 (1,18)

4,42

(0,60)

20,29

(0,00)

0,17

(0,00)

Kiva-Bas

Grande ceinture

25,59 (1,15)

7,91 (0,32)

4,12

(0,27)

22,46

(0,02)

0,15

(0,02)

Petite ceinture

18,55 (3,79)

5,72 (1,15)

5,22 (0,91)

24,66

(0,01)

0,14

(0,00)

StoveTec

23,40 (0,97)

6,76 (0,30)

3,95 (0,03)

27,3

(0,01)

0,12

(0,00)

3 pierres

-

-

2,8

14,70

0,34

24On constate que pour la même taille de ceinture, les performances du foyer kiva-Bas sont meilleures par rapport à celle du Kiva-Haut :

  • Avec la grande ceinture : des améliorations significatives portant sur une augmentation du rendement de plus 14 % et une diminution du temps d’ébullition d’environ 16 % bien que les puissances développées par Kiva-Haut soient plus grandes. Ces deux résultats favorables au foyer Kiva-bas s’expliquent par la distance flamme-marmite plus faible comparativement.

  • Si avec la petite ceinture les performances des deux foyers sont améliorées, elles sont plus significatives pour le foyer Kiva-bas pour lequel on enregistre des temps de montée en ébullition en diminution de plus de 33 % et une amélioration des rendements de combustion de l’ordre de 17 % par rapport au Kiva-Haut.

25En ce qui concerne le StoveTec, bien qu’il bénéficie d’une meilleure isolation thermique (céramique) comparativement aux Kiva, son rendement n’est supérieur que de 10 % par rapport au Kiva-bas (petite ceinture) ; contre un temps de montée en ébullition supérieur de 20 %. En renforçant les échanges convectifs avec la petite ceinture, les performances thermiques de Kiva-bas deviennent presque équivalentes à celles de StoveTec doté d’une isolation thermique de meilleure qualité.

26Enfin, on constate qu’en termes de consommation de bois, il est attendu du foyer Kiva-Bas une économie de plus de 60 % par rapport au foyer 3 pierres.

27Si ces essais ont permis d’obtenir des données d’appréciation des performances des différents foyers, ils ne constituent qu’une vue de laboratoire. Par conséquent, l’étude ne présage pas de l’adaptation du foyer aux contraintes locales. Ces tests ont donc été complétés par une étude sur le terrain, appelée « Kitchen Test », permettant de connaitre la quantité de bois réellement consommée par les foyers améliorés.

Expérimentations sur le terrain

28Les foyers furent par la suite laissés aux familles afin de suivre l’évolution pendant un mois.

29La préférence des femmes se porte majoritairement sur le Kiva-Bas, notamment grâce à son adaptation aux marmites nigériennes à fond rond, bien que son cœur en cendre avec cheminée en métal 7/10ème soit inadapté : en effet, les foyers sont très abimés avec en particulier le coude qui, sous l’effet de la chaleur, s’est rétréci (figure 4).

30En comparaison, le foyer StoveTec se distingue par son « cœur » en brique réfractaire résistant.

Figure 4. Kiva-Bas après un mois d’utilisation

Figure 4. Kiva-Bas après un mois d’utilisation

Crédits : EcoAct, 2010

Prototype final : le Kiva-Hybride

31Aux vues des tests décrits précédemment, un modèle intermédiaire est conçu, comportant les dimensions du Kiva-Bas mais avec un cœur céramique à l’instar du StoveTec.

32La version finale du Kiva-Hybride est présentée figure 5.

Figure 5. Schéma et photo du foyer Kiva-Hybride final en utilisation

Figure 5. Schéma et photo du foyer Kiva-Hybride final en utilisation

Crédits : EcoAct et Legeni, 2010

Tests du Kiva-Hybride sur le terrain : Kitchen Test

33Il s’agit d’une analyse quantitative de la consommation de bois à partir de mesures réalisées pendant 1 semaine sur un échantillon aléatoire de 60 familles nigériennes représentatif de la population ciblée et répartie en zone rurale et urbaine. Les tests réalisés concernent trois types de préparation : la préparation de riz, de farine de maïs (appelé localement « touo ») et de sauces. Les consommations de bois sont mesurées avant l’introduction du Kiva-Bas et après durant une période de 4 jours.

34Les tests ont été concluants et confirment les résultats du laboratoire: l’économie moyenne de bois est de 64 %, économie pouvant atteindre jusqu’à 70 % d’économie.

  • 2 Méthodologie « Indicative Programme, Baseline, and Monitoring Methodology for Improved Cook-Stoves (...)

35En effet, après exclusion des données aberrantes, la moyenne quotidienne d’économie de bois a été jugée à 4,90 kg par ménage (cf. tableau 2). La méthodologie employée2 exige que la valeur moyenne respecte l’intervalle de confiance à 90 % avec une précision de 30 %, afin d'être considérée comme représentative. La précision étant de 11 %, la valeur moyenne de 4,90 kg est utilisée pour calculer l'économie de bois moyenne annuelle. Le gain annuel moyen en bois est donc de 1788,5 kg par ménage.

36Les performances relatives à la consommation de bois sont équivalentes à celles mesurées précédemment et l’innovation a permis de rendre le foyer plus résistant, esthétique et très adaptable dans son utilisation avec la nouvelle ceinture réglable.

Tableau 2. Résultats statistiques des Kitchen test sur l’utilisation quotidienne de bois avant et après introduction du Kiva-Hybride.

Nombre de ménages testés

Quantité de bois utilisée avant l’introduction du Kiva-Hybride (référence)

Quantité de bois utilisée après l’introduction du Kiva-Hybride (projet)

51

7,59 kg/ménage/jour

2,69 kg/ménage/jour

Économies moyennes de bois

4,90 kg/ménage/jour

Déviation standard

2,36 kg/ménage/jour

COV (Coefficient de variation)

0,48

Précision

11 %

Limite supérieure 90 %

4,36 kg/ménage/jour

Limite inférieure 90 %

5,45 kg/ménage/jour

Programme de diffusion : les réunions de consultation

37Une fois le prototype élaboré et testé, il s’agit d’informer les femmes des avantages du foyer amélioré et de les sensibiliser sur les menaces de l'exploitation massive des ressources forestières.

38Pour cela, il est indispensable de réaliser en amont une évaluation des impacts du projet. Le Gold Standard propose deux outils d'évaluation : (i) la méthode du « Do no harm assessment », qui a pour but de garantir la sauvegarde des principes découlant de conventions internationales traitant des impacts environnementaux, sociaux et économiques; et (ii) la « matrice de développement durable » afin d'identifier et de quantifier les co-bénéfices locaux associés au projet.

39Les premiers résultats ont ensuite été présentés aux acteurs du projet lors de trois « réunions locales de consultation publique ». Ces réunions permettent de réaffirmer l’intérêt des foyers Kiva-Hybride nouvellement développés, puisqu’il s’agit d’un moment d’échange entre les différentes parties prenantes (utilisatrices, chefs de village, associations de femmes, ONG…) permettant de récolter l’ensemble des avis. Les réunions ont été réalisées dans les 3 régions de mise en œuvre du projet par notre partenaire nigérien, et ce dans les trois langues d'usage (houssa, zarma et français) afin de pouvoir toucher le plus de participants possibles.

40Ainsi, entre 30 et 40 personnes étaient présentes à chaque réunion, avec une participation d’environ 50 % de femmes (et jusqu’à 80 % à Tillaberi).

41Ces réunions sont d’autant plus essentielles que pour que la mise en place du foyer se fasse de manière pérenne, il est primordial de s’appuyer sur un réseau local et notamment sur les associations de femmes. C’est en formant ces associations qu’elles pourront ensuite diffuser ce nouveau savoir-faire et toucher petit à petit toute la population.

42Les participants furent invités à noter l'impact du projet par rapport à l’ensemble des 12 indicateurs de développement durable présent dans la matrice, à savoir : qualité de l'air, qualité et quantité de l'eau, état du sol, autres polluants, biodiversité, qualité de l'emploi, conditions de vie des pauvres, accès à des services énergétiques propres prix abordables, capacités humaines et institutionnelles, génération d’emplois et de revenus, balance paiements/investissements, transferts de technologie et autonomie technologique.

43La « sustainable development matrix » permet de récapituler l’ensemble des indicateurs impactés par le projet, et d’expliquer comment ils seront suivis sur la durée du projet. Sept des douze indicateurs ont été évalués positivement par les parties prenantes et cinq ont été marqués neutres (cf. tableau 3).

Tableau 3. « Matrice de Développement durable »

Indicateur

Paramètre choisi et explication

Score préliminaire

Grille de lecture

Indicateurs de développement durable du Gold Standard

Défini par le développeur de projet

Impact négatif : score ‘-’ au cas où l’impact négatif n’est pas entièrement atténué

Absence d’impact: score ‘0’

Impact positif : score ‘+’

Conditions de vie de la population locale défavorisée

La réduction de bois nécessaire à la cuisson se traduira par des économies pour les ménages, participant à l’amélioration des conditions de vie.

Paramètre: quantité de bois consommé et coût du bois

+

Qualité de l’air

Une réduction de la consommation de bois se traduira par une baisse des niveaux de PM et de monoxyde de carbone, améliorant ainsi la qualité de l'air.

Paramètre: Nombre de Kiva-Hybride opérationnel et quantité de bois consommée

+

Capacité humaine et institutionnelle

Le projet apportera des avantages importants pour les femmes (économie de temps, d’argent, amélioration des conditions pour cuisiner (moins de fumée)…).

Paramètre: Nombre de femmes actives et démonstrations culinaires

+

Qualité des emplois

La permanence des emplois et les formations liées à la production et à la distribution des foyers améliorés, ainsi qu’au suivi du projet permettront d'améliorer l’environnement de travail de la population locale.

Paramètre: nombre de formations organisées

+

Nombre d’emplois et génération de revenus

Il est supposé qu’environ 31 personnes seront directement employées pour le projet. Ce dernier permettra de créer des emplois et générer des revenus pour les populations locales impliquées dans la production, distribution et démonstration des foyers. La distribution de poêles Kiva-Hybride est basée sur l'organisation des femmes Mata Masu Dubara, générant plus de 200 emplois temporaires pour la démonstration locale.

Paramètres: Nombre de nouveaux emplois et des revenus générés à la suite du projet.

+

Accès à une énergie abordable et durable

Les ménages nigériens pourront se procurer et utiliser les foyers améliorés, plus efficaces énergétiquement, à un prix abordable.

Paramètre: bois consommation et le coût du bois

+

Transfert de technologie et l'autonomie

Le projet diffusera la technologie Kiva-Hybride dans la région, une technologie qui se veut 100 % nigérienne.

Paramètres: nombre de formations organisées et nombre de participants (8 animations pour les utilisateurs les femmes par semaine dans divers endroits), pourcentage des foyers Kiva-Hybride produits au Niger

+

Qualité et quantité de l’eau

NA

0

Biodiversité

La réduction de la consommation de bois permettra également de réduire la pression sur les habitats naturels, conduisant indirectement à la protection de la biodiversité.

Aucun paramètre choisi: cet indicateur est difficile à mesurer et à surveiller, car il n’existe aucun impact direct sur la biodiversité.

0

Conditions du sol

La réduction de la collecte de bois se traduira en partie une baisse de l'érosion du sol.

Aucun paramètre choisi: cet indicateur est difficile à mesurer et à surveiller, car il n’existe aucun impact direct mesurable sur l'état du sol.

0

Autres polluants

NA

0

Qualité et quantité de l’eau

NA

0

44Les résultats de notre analyse ont été compilés dans un rapport soumis pendant 2 mois pour commentaires aux autorités locales et nationales, aux ONG présentes sur le terrain, et expliqués aux femmes utilisatrices. Ces commentaires sont ensuite pris en compte dans la conception globale du projet et font l'objet du document final "Passeport du Gold Standard"3.

Figure 6. Réunions de consultations à Niamey (gauche) et Tillabery (droite)

Figure 6. Réunions de consultations à Niamey (gauche) et Tillabery (droite)

Crédits : EcoAct, 2010

Réduction des émissions de GES

45Comme mentionné précédemment, ce projet suit la méthodologie approuvée par la Fondation Gold Standard intitulée « Indicative Programme, Baseline, and Monitoring Methodology for Improved Cook-Stoves and Kitchen Regimes". Cette méthodologie couvre à la fois la méthode de calcul du scénario de référence et des conditions de suivi pour un tel projet.

  • 4 PDD : https://gs2.apx.com/mymodule/ProjectDoc/EditProjectDoc.asp?id1=855

46Ne sont présentées ici que les grandes lignes de l’application de cette méthodologie à ce projet. Pour plus de détails, se reporter au Project Design Document4.

Périmètre du projet

47Dans ce cas, le périmètre du projet est défini comme étant les cuisines où les foyers améliorés sont utilisés et les lieux de collecte du bois, ainsi que son transport, situés dans la zone de collecte du bois.

48De plus, les sources d'émissions incluses dans le périmètre du projet sont les suivantes : CO2, CH4, N2O, en raison de leur part importante dans les émissions. Le projet doit respecter les étapes principales suivantes.

Identification du scénario de référence

49Le scénario de référence est défini par la consommation bois parmi la population cible avant l'adoption du foyer Kiva-Hybride. Les études suivantes sont requises pour établir ce scénario de référence:

  • Évaluation de la proportion de bois d’origine non renouvelable (NRB) de référence.

  • Enquête de référence sur les caractéristiques de la population cible,

  • Tests de performance (Kitchen Test) pour évaluation de la consommation de bois.

Identification des sources de fuites possibles

50Certains projets peuvent provoquer involontairement des « fuites » d’émissions, c.-à-d. des émissions de GES provoquées par le projet et qui étaient absentes avant sa mise en œuvre par exemple.

51Bien qu’aucune fuite n’ait été identifiée, une enquête sera conduite tous les deux ans durant le suivi des « Kitchen Surveys » et « Kitchen Tests » afin de s’assurer de l’absence de ces fuites.

Démonstration de l’additionnalité

52Il s’agit de décrire comment les sources d’émissions de GES sont réduites à un niveau inférieur à celles qui auraient eu lieu en l'absence du projet :

  1. Aucune loi ou réglementation ne rend obligatoire l’utilisation de foyers améliorés au Niger. Les réductions d'émissions de GES réalisées par le projet sont donc complémentaires à celles qui sont dirigées par les politiques et réglementations nationales.

  2. Barrière financière : le Kiva-Hybride nécessite un investissement important de la part de l'utilisateur s’il est vendu sans subventions. En effet, les coûts de fabrication, la commercialisation, la distribution rendent le prix d’achat inabordable pour les ménages nigériens. En effet, en considérant les couts d’importation des matières premières (métal importé de Lomé), de production locale et de distribution, le coût du Kiva-Hybride s’élève à 15 000 FCFA (soit l’équivalent de 22,7 euros). La finance carbone a été identifiée comme étant le seul mécanisme pour financer ces foyers aux ménages via la vente de crédits carbone. Le prix du crédit carbone de ce projet est établi en fonction de l’année d’étude de faisabilité du projet, du pays, et du prix du crédit carbone sur le marché volontaire. La faisabilité de ce projet ayant été analysée en 2010, le crédit carbone pour ce projet a été évalué à 7 euros ; ce qui permet de couvrir environ 86 % du coût des Kiva-Hybrides.

  3. Barrière technologique : des recherches significatives ont été nécessaires pour designer et concevoir un foyer : produit au Niger, adapté au milieu et convenant aux habitudes culinaires des ménages nigériens. Avant le Kiva-Hybride, de tels foyers n’existent pas au Niger.

Calculs des réductions d’émissions

53Le calcul des réductions d’émission se base sur la formule suivante :

54Où :

55ERy : Réduction d’émissions pour l’année y

56Ny : nombre de Kiva-Hybrides opérationnel au cours de l’année y

57Uy : taux d’utilisation cumulatif pour l’année y, basé sur le drop-off mis en évidence par les enquêtes.

58P: économies de bois spécifiques par rapport au scénario de référence (c.-à-d. au foyer trois-pierre), en tonnes par jour, basées sur l’analyse statistique des données collectées durant les Kitchen Tests.

59NCVbois : Valeur Calorifique Nette du bois d’origine non renouvelable.

60fNRBy : fraction du bois utilisé, par année y, considéré comme étant d’origine non renouvelable.

61EFCO2 : facteur d’émission du CO2 du bois

62EFnonCO2 : facteur d’émission des GES autres que le CO2 (CH4 et N2O) du bois.

63LEy : fuites d’émissions de GES, ici elles sont nulles.

64Ainsi, après calcul, en réduisant la demande en bois, chaque foyer Kiva-Hybride permettrait d’éviter l’émission de 2,79 teqCO2 par an, ce qui se traduit par des réductions d'émissions cumulées de 627 761 teqCO2 au cours de la période de comptabilisation prévue (10 ans) (soit 62 776 teqCO2 en moyenne annuelle, voir tableau 4).

Tableau 4. projections des réductions des émissions de GES pour une période de comptabilisation de 10 ans (le drop-off estimé est de 20 % par an).

Année du projet

Nombre de nouveaux foyers

Nombre de foyers opérationnels

Estimation des réductions des émissions (tCO2é)

2012

3000

2 400

6 690

2013

13 150

12 441

34 680

2014

13 150

20 472

57 069

2015

15 000

27 149

75 681

2016

15 000

28 333

78 982

2017

15 000

29 280

81 622

2018

15 000

29 280

81 622

2019

15 000

29 280

81 622

2020

15 000

29 280

81 622

2021

0

17 280

481 170

Total

119 300

225 194

627 761

Conclusions et perspectives

65À la fin de cette phase de mise en place, le prototype final du foyer est à la fois satisfaisant du point de vue rendement thermique (économie de bois de 60 %) et largement accepté par la population. De plus, de nombreux partenaires ont été identifiés, permettant d’établir le schéma de distribution des foyers. Néanmoins, en ce qui concerne la production du foyer, il est primordial de développer une filière de céramique locale, actuellement absente, afin d’assurer l’ensemble de la production du foyer (revêtement externe et cœur) localement. Cependant, une première analyse (partenariat avec l’Institut de Radio-Isotopes de l’Université Abdou Moumouni de Niamey) montre que l’élaboration d’une céramique est compliquée et prendra du temps.

66La génération annuelle des crédits carbone est prévue en 2014, suite au processus d’enregistrement auprès du Gold Standard.

67Par ailleurs, comme évoqué précédemment, la force de ce projet réside non seulement dans sa contribution à la réduction des GES au niveau mondial, mais également dans l’amélioration des conditions de vie des populations locales :

Bénéfice environnemental

68La réduction de la consommation de bois de 1,5 t/foyer/an permettra de réduire la pression sur les ressources forestières dans une région fortement touchée par la déforestation. De plus, la protection de ce couvert forestier permet également de protéger la biodiversité, de limiter l’érosion des sols et d’améliorer les rendements agricoles.

Bénéfices sanitaires

69L’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime à 34 200 personnes/an la mortalité directement liée à la pollution atmosphérique domestique (notamment au monoxyde de carbone et aux particules en suspension) au Niger (OMS, 2002). Le projet étant caractérisé par plus de 15 000 foyers distribués chaque année dans la région de Tillabery-Niamey-Dosso, il permettrait de réduire le risque de développer des maladies auprès de plus de 90 000 personnes/an (un ménage nigérien étant composé en moyenne de 6 personnes) soit presque 1 % de la population du Niger.

Bénéfices socio-économiques

70La réduction de la consommation de bois se traduit en moyenne pour chaque ménage, par une réduction des dépenses liées au bois de plus de 47 000 FCFA/an/ménage, une économie considérable dans le contexte nigérien où la population vit en moyenne avec 170 000 FCFA/an (UNdata, 2009), représentant ainsi une économie d’environ 30 %.

71Dans le cas où le bois serait collecté manuellement (notamment dans les zones rurales), la réduction de la consommation entraîne un gain de temps pour les femmes et les enfants (généralement chargés de la collecte du bois, intensive en main d’œuvre), ouvrant ainsi la porte à des activités sociales ou économiques supplémentaires.

72De plus, l’expérience acquise à travers ce travail au Niger permet d’appréhender la difficulté d’implémentation d’un tel projet sur le terrain. Tout projet de compensation carbone est bien évidemment étroitement lié à la situation du pays et la participation de l’ensemble des parties prenantes (développeur, artisans, investisseurs, bénéficiaires, etc.) est un élément indispensable. Pour cela, chaque projet doit suivre une méthodologie précise, approuvé par un standard international et permettant d’encadrer les principales étapes de sa mise en œuvre. Enfin, il est indispensable que chaque année, un auditeur indépendant s’assure de la quantité d’émissions réduite et donc de la quantité de crédits réellement émis par le projet.

Remerciements

73Nous remercions le cabinet Legeni (Laboratoire d’études géotechniques et environnementales du Niger), et plus particulièrement Adamou Assane et Moussa Mahamane, ainsi que le cabinet Kiva-Carbone en la personne de Marc Aristegui pour avoir permis la conception du foyer Kiva-Hybride.

74Nous tenons également à remercier l’ensemble des partenaires ayant permis de mener à bien les différentes phases du travail de préparation et d’étude de ce projet de foyers améliorés au Niger, à savoir : le Centre National de l’Énergie Solaire, l’Institut National de la Statistique au Niger, le comité technique de la Fondation Gold Standard, le PNUD (Programme des Nations Unies pour le Développement), l’ONUDI (Organisation des Nations Unies pour le Développement Industriel), le Ministère des Mines et de l’Énergie au Niger, le Comité Multisectoriel Énergie du Niger (rassemblant plusieurs ministères) et l’Agence de l’efficacité énergétique de la CEDEAO.

75Enfin, nous remercions chaleureusement les familles ayant participé aux tests et particulièrement les femmes qui ont accepté de préparer les repas devant les enquêteurs.

Topo da página

Bibliografia

Bailis, R., D. Ogle, N. MacCarty et D. Still, 2007, The Water Boiling Test (WBT) - Version 3.0, for the Household Energy and Health Programme, Shell Foundation, [En ligne] URL : http://ehs.sph.berkeley.edu/hem/content/WBT_Version_3.0_Jan2007a.pdf.

Doat, J., 1982, Les foyers améliorés : une solution possible pour atténuer la pénurie en bois de feu dans les pays du tiers monde, Revue Bois et Forêts des Tropiques, 197, 3, pp 45–59.

Edwards, R. D., A. Hubbard, A. Khalakdina, D. Pennise, et K.R. Smith, 2007, Design considerations for field studies of changes in indoor air pollution due to improved stoves, Energy for Sustainable Development, XI, 2, pp 71–81.

Forestry Department - Food and Agriculture Organization of the United Nations (FAO), 2010, Global Forest Resources Assessment 2010 - Country Report Kenya, [En ligne] URL : http://www.fao.org/docrep/013/al543E/al543e.pdf

MacCarty, N., D. Ogle, D. Still, T. Bond et C. Roden, 2008, A laboratory comparison of the global warming impact of five major types of biomass cooking stoves, Energy for Sustainable Development, XII, 2, pp 5–14.

Organisation mondiale de la Santé, 2004, Estimated total deaths ('000), by cause and WHO Member State, [En ligne] URL : http://www.who.int/entity/healthinfo/statistics/bodgbddeathdalyestimates.xls

Owsianowski, J.V. et P. Barry, n.d., Improved cooking stoves for developing countries, PERACOD - Program for Rural Electrification and Sustainable Management of Household Fuels, [En ligne] URL : http://www.mepred.eu/_docs/Improved_stoves-V2.5.I.26.pdf

UNdata, 2009, [En ligne] URL : http://data.un.org/CountryProfile.aspx?crName=Niger

Usinger, J. et S. Karekezi, 1999, Project and Stove Design for Large Scale Cooking in Developing Countries - A guide book, Technische Zusammenarbeit (GTZ) et Foundation of Woodstove Disemination (FWD), 84 p.

World Health Organization, 2006, Fuel for life: Household Energy and Health, WHO Press, [En ligne] URL : http://www.who.int/indoorair/publications/fuelforlife/en/index.html Image 8.png

Topo da página

Notas

1 Méthodologie « Indicative Programme, Baseline, and Monitoring Methodology for Improved Cook-Stoves and Kitchen Regimes" version 2, approuvée par la Gold Standard Foundation en Février 2010. http://www.cdmgoldstandard.org/wp-content/uploads/2011/11/V02_08-02-10_GS_Cook-stove_Methodology.pdf

2 Méthodologie « Indicative Programme, Baseline, and Monitoring Methodology for Improved Cook-Stoves and Kitchen Regimes" version 2, approuvée par la Gold Standard Foundation en Février 2010. http://www.cdmgoldstandard.org/wp-content/uploads/2011/11/V02_08-02-10_GS_Cook-stove_Methodology.pdf

3 Pour plus de détails, consultez https://gs2.apx.com/mymodule/ProjectDoc/EditProjectDoc.asp?id1=855

4 PDD : https://gs2.apx.com/mymodule/ProjectDoc/EditProjectDoc.asp?id1=855

Topo da página

Índice das ilustrações

Título Figure 1. Exemples de foyers « trois pierres » (gauche) et « malgache » (droite)
Legenda Légende : La cuisson est réalisée sur un foyer « trois pierres » alimenté par du bois. Il existe également quelques producteurs de foyers très bas de gamme, dit « malgaches », où il s’agit plus d’un « support métallique pour une marmite » que d’un véritable foyer amélioré (absence de cheminée, aucune isolation). Caption: Cooking is realized with a "three stones" cookstove fueled by wood. There are also some producers of bottom-end cookstoves, called “Madagascan stoves”; which consists more in a "metal support for a pot" than an actual improved cookstove (no chimney, no insulation).
Créditos Crédit : EcoAct, 2010
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/13176/img-1.png
Ficheiros image/png, 261k
Título Figure 2. Schéma du foyer amélioré Kiva
Créditos Crédits : EcoAct et Legeni, 2010
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/13176/img-2.png
Ficheiros image/png, 35k
Título Figure 3. Foyer Kiva-Bas (gauche) et Kiva-Haut (droite)
Créditos Crédits : EcoAct, 2010
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/13176/img-3.jpg
Ficheiros image/jpeg, 180k
Título Figure 4. Kiva-Bas après un mois d’utilisation
Créditos Crédits : EcoAct, 2010
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/13176/img-4.jpg
Ficheiros image/jpeg, 176k
Título Figure 5. Schéma et photo du foyer Kiva-Hybride final en utilisation
Créditos Crédits : EcoAct et Legeni, 2010
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/13176/img-5.jpg
Ficheiros image/jpeg, 56k
Título Figure 6. Réunions de consultations à Niamey (gauche) et Tillabery (droite)
Créditos Crédits : EcoAct, 2010
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/13176/img-6.jpg
Ficheiros image/jpeg, 68k
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/13176/img-7.png
Ficheiros image/png, 3,4k
Topo da página

Para citar este artigo

Referência eletrónica

Fanny Joubert e Milena Begovic, « Mise en œuvre opérationnelle d’un projet de compensation carbone de foyers améliorés au Niger », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [Online], Regards / Terrain, posto online no dia 27 Dezembro 2012, consultado o 18 Novembro 2017. URL : http://vertigo.revues.org/13176 ; DOI : 10.4000/vertigo.13176

Topo da página

Autores

Fanny Joubert

Ingénieure agronome, Ingénieure recherche à EcoAct, 62 bis rue des peupliers, 92100, Boulogne Billancourt, France, Courriel : fanny.joubert@eco-act.com

Milena Begovic

PhD Environnement, Océanographie et Météorologie, Expert Climat à EcoAct, 62 bis rue des peupliers, 92100, Boulogne Billancourt, France, Courriel : milena.begovic@eco-act.com

Topo da página

Direitos de autor

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Topo da página