Navigation – Plan du site

Éco-conseil : le défi d'appliquer le développement durable au deuxième cycle universitaire

Claude Villeneuve

Résumés

Depuis 2001, l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) offre le DÉSS en éco-conseil, un programme intensif de deuxième cycle qui vise à former des professionnels du développement durable (DD). Cette formation se caractérise par sa transdisciplinarité, son ancrage dans l’action et son originalité par rapport à l’enseignement traditionnel. En 2008, un programme court de DD appliqué a été créé dans la foulée du DÉSS en éco-conseil pour accommoder les étudiants désireux d’acquérir des compétences en DD à distance et en 2010, un programme court sur la gestion durable du carbone forestier s’est ajouté. En mai 2011, l’UQAC offre une maîtrise par cumul aux diplômés du DÉSS. Un programme court « Énergie et développement durable » devrait être offert à compter de l’automne 2012.

Parmi les éléments originaux de ces formations, la mise en œuvre du DD par les étudiants tout au long de leur cursus se trouve dans la théorie comme dans la pratique. Après dix cohortes, la formule s’avère non seulement reproductible, mais les lignes de force et les clés de la réussite peuvent en être formalisées. Parmi celles-ci, la multidisciplinarité des étudiants et des formateurs, l’investissement personnel, la pensée complexe, les compétences en communication, le dialogue interculturel et une connaissance large des problèmes d’environnement sont à signaler. Depuis qu’il est dispensé au Québec, plus de 110 diplômés sont issus de ce programme qui a pris naissance en Europe. Ils se distinguent à de multiples égards sur le marché du travail. L’enjeu de la pérennité de cette expérience demeure toujours une question ouverte.

Haut de page

Texte intégral

Appliquer le développement durable

Le contexte

1Né au début des années 1970 de constats sur les limites des ressources naturelles et d’inquiétudes quant à la capacité de support de la biosphère dans un contexte de croissance démographique de l’humanité, le concept de développement durable (DD) a été introduit dans le vocabulaire dès 1980 avec la Stratégie mondiale de la conservation (SMC) (UICN, 1980) et popularisé par le dépôt du rapport Brundtland comme « un développement qui permet de répondre aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de satisfaire les leurs » (CMED, 1987: 51). Concept flou et polysémique dès le départ, il s’est raffiné et complexifié au cours des ans pour intégrer aux dimensions environnementales et économiques, les sphères sociale, éthique et culturelle, ainsi qu’une dimension liée à la gouvernance.

2À travers les sommets internationaux de Rio (1992), Johannesburg (2002) et les travaux préparatoires à Rio+20 (2012), l’approche du développement durable s’est progressivement développée et les parties prenantes (gouvernements, industries, ONG) ont proposé des outils de mise en œuvre et des pistes pour opérationnaliser le DD.

3L’évolution alarmante de divers paramètres environnementaux à l’échelle mondiale (gaz à effet de serre, biodiversité, qualité de l’eau, etc.) démontre cependant l’ampleur de la tâche à accomplir pour faire progresser le DD et infléchir la situation sur le terrain dans un contexte de croissance démographique et d’intensification de la consommation.

4Rechercher le DD est donc un projet complexe mettant en commun les points de vue de multiples acteurs, dans le respect des cultures et des personnes et faisant appel à une approche transversale, orientée vers la diversification, la connectivité et l’autonomisation (di Castri, 2003). C’est dans ce genre de contexte qu’interviennent les éco-conseillers, des généralistes formés à la communication et à la gestion de projets, travaillant en réseaux et se présentant comme des promoteurs et des acteurs du développement durable (Villeneuve et Huybens, 2002).

5Le métier d’éco-conseiller, né au début des années 1980 en Allemagne, s’est formalisé autour des instituts Éco-Conseil. Initiée à l’Institut européen pour le conseil en environnement de Strasbourg en France, qui a ensuite donné naissance à l’Institut Éco-Conseil de Namur en Belgique, la formation s’est depuis dix ans transportée à l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC).

6L’UQAC, après la tenue d’une Université d’été francophone sur le développement durable (1991-1996) a en effet initié un diplôme d’études supérieures spécialisées (DÉSS) en éco-conseil en 2001. À la suite de la création d’une Chaire de recherche et d’intervention en éco-conseil en 2003, l’offre s’est enrichie de deux programmes courts (en DD appliqué en 2008 et en gestion durable du carbone forestier en 2010) ainsi que d’une maîtrise en éco-conseil en 2011.

La problématique

7Les éco-conseillers sont donc des professionnels formés aux sciences de l’environnement, à la communication ainsi qu’à la gestion de projets et d’équipes multidisciplinaires. Ils sont des experts intégrateurs dont le parti pris est le développement durable, accepté à la fois comme objectif et cadre de référence.

8Si plusieurs formations universitaires exigent déjà une certaine dose de multidisciplinarité, dans le cas de l’éco-conseil la transdisciplinarité s’impose, comme le souligne Willets (2009) en ce qui concerne les formations de cycles supérieurs pour le DD. En effet, ce dernier se situe à la jonction de plusieurs sujets et nécessite un regard croisé sur de nombreuses disciplines. Sciences fondamentales, sciences appliquées, sciences sociales et sciences humaines apportent tour à tour un éclairage sur les problématiques auxquelles sont confrontés les éco-conseillers qui proviennent par ailleurs de tous les champs disciplinaires. Cet article traite de la transdisciplinarité telle que définie par Willets et al. (2009, p. 302-303) soit beaucoup plus que le « mélange » de disciplines variées, mais un regard croisé, se posant tout à la fois sur ce qui se trouve entre ces disciplines et sur ce qui les prolonge. Cette transdisciplinarité met de plus l’accent sur l’importance de considérer le point de vue des parties prenantes et de l’intégrer à la somme des savoirs mutuels.

9Arriver à implanter ce genre de formation constitue un défi dans un cadre universitaire conventionnel même au 2e cycle. Des conditions très particulières, bien identifiées par Willets (2009) s’avèrent nécessaires pour en arriver à former des professionnels crédibles.

10Avec le recul des dix années du programme, cet article vise à démontrer que les stratégies employées à l’UQAC ont anticipé les problèmes potentiels et que l’implantation de cette formation transdisciplinaire a été réalisée avec succès à travers un grade universitaire.

Les stratégies d’application

Le programme éco-conseil

11Ce programme de trente crédits, contingenté à seize étudiants par cohorte, vise à former des professionnels capables de gérer des équipes multidisciplinaires et de communiquer avec le public sur le DD. Il veut de plus permettre à ceux-ci d'analyser, de planifier et de mettre en application des projets de DD.

12Le programme est donné uniquement à temps plein et dure un an et demi (5 trimestres). La formation débouche sur un stage pratique en milieu de travail qui fait l’objet d’un mémoire et d’une présentation devant jury indispensable à l’obtention du diplôme. Le DÉSS donne droit au titre d’éco-conseiller diplômé, une marque de commerce déposée à l’Office canadien de la propriété intellectuelle. Dans le but d’obtenir un grade de maîtrise par cumul, le DÉSS peut cependant être complété par un programme court de quinze crédits, soit en développement durable appliqué, en développement régional, en gestion de projets ou en gestion durable du carbone forestier.

Les caractéristiques pédagogiques du programme

13Le programme en éco-conseil se distingue d’autres formations par sa transdisciplinarité, la familiarisation avec la pensée complexe, l’ancrage dans la communauté universitaire autant que dans la société et la pratique, la très forte intensité du programme, le parti pris pour la formation d’un groupe restreint, l’encouragement au maillage inter-cohortes et au maillage enseignement-recherche ainsi que l’apprentissage du travail coopératif. En bref, il s’agit d’un programme très intégré visant à faire des liens entre la théorie et la pratique.

Transdisciplinarité effective (formateurs, conférenciers, étudiants, thèmes)

14La formation en éco-conseil est bien sûr multidisciplinaire, mais ne vise pas la maîtrise de tous les savoirs des disciplines abordées. Elle tend à donner plutôt la capacité de comprendre les différents discours et les paradigmes fondateurs des disciplines ou au moins la façon de les acquérir autour d’un projet particulier. La capacité de gérer des groupes multidisciplinaires dans lesquels chaque acteur peut défendre son point de vue avec ses meilleurs arguments est aussi développée.

15Une formation multidisciplinaire se contente souvent de juxtaposer des contenus issus de disciplines différentes et les étudiants sont responsables de construire l’interdisciplinarité pour pallier aux limites de leur formation. Le DÉSS en éco-conseil vise plutôt la transdisciplinarité. L'intégration des dimensions environnementales, sociales, économiques et éthiques dans les diverses sphères de l'activité humaine caractérisant une société industrielle moderne est recherchée et la dimension humaine du processus occupe une grande part du cursus.

16Selon Willets et al. (2009), pour vraiment pouvoir qualifier de transdisciplinaire une formation post-graduée au DD, l’enseignement doit être axé sur le développement d’outils de résolution de problèmes. Il nécessite aussi une pensée holistique et l’établissement de liens entre les champs disciplinaires. Enfin, il requiert l’acquisition des bases et du vocabulaire d’un grand nombre de disciplines pour comprendre le discours et les prémisses du discours disciplinaire et être ensuite en mesure de les recadrer dans l’action pour le DD.

17Lors de leur formation, les éco-conseillers se familiarisent avec plusieurs outils de résolution de problèmes tels l’évaluation multi-critères, la gestion des controverses socio-environnementales et les méthodes participatives de prise de décisions. De plus, chaque cohorte participe, à travers son application à divers projets, à l’amélioration de la grille d’analyse du DD développée par la Chaire de recherche en éco-conseil.

18L’organisation du cursus autour de thèmes, et non pas autour de savoirs disciplinaires, entraîne l’acquisition de savoirs au service de problèmes à comprendre ou à résoudre.

19Par exemple, lors du module « Santé et gestion du risque », des questions telles que l’impact de la gestion inappropriée des ressources naturelles, l’influence de la pauvreté ou encore des dispositions génétiques sur la capacité des humains à répondre au besoin de maintenir un état de santé optimal sont abordées. Cela permet de comprendre la vulnérabilité de certaines populations face à la dégradation de leur environnement et à envisager des solutions plus globales pour leur permettre d’améliorer leur sort.

20Afin de faire le tour de cette question complexe, la formation reliée comportera une journée avec un médecin sur les interactions entre santé et environnement, des conférences sur les déterminants de la santé (génétiques, économiques et sociaux), un cours sur le thème « Santé et changements climatiques », une journée de formation sur la nature et la gestion du risque, ainsi que neuf heures d’écotoxicologie données en partie par des experts dans le domaine.

21De cette façon, des liens sont explicitement faits avec la santé et la gestion du risque à travers les thèmes traités: l’environnement et sa représentation culturelle y compris dans les cultures autochtones, l’économie et l’environnement, la pollution de l’air, les changements climatiques, le droit et l’environnement, la gestion des matières résiduelles, la consommation et la production durables, la contamination des sols, les entreprises et l’environnement, l’agriculture durable, la gestion de l’eau, l’éthique du développement durable, et finalement l’éducation relative à l’environnement.

22Les travaux effectués pendant la formation s’inscrivent eux aussi dans la transdisciplinarité. Par exemple, le travail intitulé « Le projet » exige des étudiants qu’ils organisent pour un client réel une action relative au développement durable. L’évaluation porte autant sur la capacité de l’étudiant à agir dans une organisation (psychosociologie des organisations) que sur la qualité des propositions d’actions éclairées de données des sciences fondamentales pertinentes. La note finale comporte un pourcentage associé à l’explicitation des savoirs théoriques utilisés. L’évaluation des acquis des étudiants se réalise de manière transversale pour ancrer chez les apprenants la nécessité d’intégrer les différentes compétences de manière cohérente. Les étudiants devant réaliser leurs travaux en groupe de taille variable (de 2 à 8 personnes), ils sont mis en contact avec chacun de leurs collègues et une intense formation par les pairs résulte de ce brassage continuel.

23Cette approche permet en même temps l’acquisition des bases et du vocabulaire d’un grand nombre de disciplines pour comprendre le discours et les prémisses du discours disciplinaire. De plus, les nombreux liens établis avec les thématiques permettent ensuite de les recadrer dans l’action pour le DD.

24La formation par les pairs, les études de cas et les jeux de rôles sont abondamment utilisés dans la formule pédagogique. Lors des examens, les étudiants doivent fournir des réponses complexes et éclairées par l’ensemble de l’information reçue aux cours (théories et conférences) plutôt que de simplement restituer leurs connaissances.

25Lorsque certaines problématiques très controversées sont abordées, des avis différents sont exposés par des conférenciers invités à expliquer leur point de vue. Cela permet d’élargir les représentations des étudiants.

Pensée complexe

26Dans les exemples précédents, les cours et travaux fournissent des liens entre les divers thèmes de la formation et composent un réseau complexe. La pensée complexe et la pensée systémique soudent d’ailleurs l’ensemble de la formation des éco-conseillers. Le concept de pensée complexe (de « complexus » qui signifie « ce qui est tissé ensemble »), tel qu’introduit par Edgar Morin (2005), exprime une forme de pensée acceptant les imbrications de chaque domaine de la pensée et la transdisciplinarité.

27La réalité à laquelle doit faire face un éco-conseiller est complexe ou vue comme telle pour plusieurs raisons: la réalité est représentée dans des discours dont les décodages varient selon la culture, l’appartenance organisationnelle, l’histoire de l’individu, etc. De plus, les problématiques environnementales sont complexes (ex.: les changements climatiques): elles doivent tenir compte des interrelations entre des phénomènes physiques et chimiques et entre des êtres vivants et leur milieu (Villeneuve et Richard, 2007). Le caractère multicritère des décisions relatives au développement doit donc être pris en considération de façon appropriée.

28Le DD doit aussi favoriser une prise de décision qui tient compte de toutes les visions du monde et de tous les savoirs. Puisque les situations complexes sont aussi souvent conflictuelles, les éco-conseillers sont formés à l’accompagnement de la gestion participative, à la gestion des conflits et à l’aide à la décision. Ils apprennent à aider les acteurs à dépasser leurs divergences de vues pour élaborer des solutions négociées.

Ancrage dans la communauté universitaire

29Les éco-conseillers sont invités à utiliser l’UQAC en tant que laboratoire du DD. La Chaire de recherche en éco-conseil, qui privilégie la recherche-intervention, formalise ses savoirs et les transfère aux éco-conseillers qui les mettent en pratique dans leur milieu de formation: l’implantation de la gestion des matières résiduelles au moyen d’îlots fabriqués par une entreprise de réinsertion sociale, la tenue des premiers événements éco-responsables régionaux, la valorisation des matières organiques résiduelles des institutions ainsi que l’encouragement au transport durable constituent quelques exemples. De même, les résultats observés par les éco-conseillers sont réutilisés par les enseignants et la Chaire pour participer à l’élaboration de nouveaux savoirs, d’outils améliorés, etc.

30En plus de ses cours et travaux, chaque cohorte est responsable d’organiser « l’événement éco-conseil » chaque année en janvier, jumelant sur une semaine une campagne de sensibilisation ainsi qu’un colloque sur un thème choisi par les étudiants. L’organisation de cette semaine thématique constitue l’exercice pratique pour la formation en gestion de projets.

Ancrage dans la société et la pratique

31Les projets faits par les étudiants sont ancrés dans la réalité. En plus du colloque et de la campagne de sensibilisation dans l’université, ils doivent choisir des projets réels, soumis au Bureau d’audiences publiques en environnement du Québec (BAPE) pour en faire une analyse de développement durable, répondre en équipe à des demandes provenant de commanditaires extérieurs à l’UQAC et réaliser en stage une mission professionnelle dont les attentes de la part de l’employeur sont consignées dans une entente tripartite avec l’université. Finalement, après avoir réalisé leur stage, ils doivent répondre de leurs apprentissages en public devant un jury.

32L’apprentissage par les pairs est privilégié de façon formelle et informelle. Un cours d’approfondissement multidisciplinaire permet à chaque étudiant de donner aux autres membres de la cohorte un cours sur une matière dans laquelle il est à l’aise professionnellement. Les sujets changent chaque année et sont choisis par le professeur sur la base d’une analyse des représentations des étudiants à partir de dix phrases inductrices sur lesquelles une dissertation est demandée tout au début du cursus.

33Le cours comporte de plus une forte composante interculturelle, car le DD ne peut se réaliser sans respecter et s’appuyer sur les différentes cultures. En conséquence, chaque cohorte est formée pour y retrouver un maximum d’hétérogénéité sur la base des formations initiales et des expériences de travail présentées par les étudiants dans leur dossier de candidature. De plus, les âges des étudiants varient de 24 à 48 ans et les cohortes ont jusqu’à maintenant, accueilli des ressortissants de pays d’Europe, d’Afrique, d’Amérique du Sud, d’Océanie et du Canada anglais en plus des Québécois. Les étudiants entre eux sont donc naturellement amenés à côtoyer des individus qui portent des valeurs culturelles qui ne sont pas les leurs. Ils sont aussi amenés à connaître une culture autochtone en vivant ses a priori dans la relation homme – nature à travers un résidentiel et des conférences traitant de point de vue autochtone dans des dossiers comme la gestion des ressources naturelles (forêt, faune, énergie, territoire) tout au long de la formation. Le cursus inclut aussi un cours sur la communication interculturelle pour apprendre à se distancier des a priori de n’importe quelle culture, y compris la sienne.

34L’importance accordée aux cours de communication est très grande: six crédits sur vingt sont centrés sur des contenus exclusivement relatifs aux relations humaines. Des cours de communication interpersonnelle (comprendre, écouter, convaincre, faire des conférences…), de psychosociologie des groupes restreints (résolution de problèmes et gestion des conflits dans les groupes) et de psychosociologie des organisations (management du changement dans les grands groupes), ainsi que des cours sur le « changement de mentalité », la motivation sont au programme, qui comporte aussi des moments centrés sur la connaissance de soi, sur la gestion du stress et l’assertivité.

Très forte intensité

35Le programme est très intensif: entre 35 et 40 heures par semaine annoncées, mais dans les faits, les étudiants y consacrent plus de temps encore. Cette intensité, rendue nécessaire par la somme des connaissances à acquérir, permet également des relations sociales très étroites entre les étudiants. Le DÉSS est donné uniquement à temps plein sur un an et demi (5 trimestres).

36Les étudiants doivent faire un stage supervisé de 600 à 900 heures. Ces stages permettent une mise en pratique et donc une appropriation de savoirs théoriques et procéduraux acquis en formation. Ils sont très importants pour l’insertion au marché du travail et ils permettent aussi de faire connaître le métier. L’étudiant entre dans l’organisation avec le statut de professionnel rémunéré et doit produire des livrables.

Groupes restreints

37Le programme en éco-conseil est contingenté à seize étudiants, sélectionnés sur la base de leurs antécédents académiques, mais aussi d’un texte et d’une entrevue optionnelle visant à cerner leurs motivations.

38Ce petit nombre, lié à l’intensité du programme contribue à établir des liens forts qui favorisent plus tard le maillage inter-cohortes.

Maillage inter-cohortes

39La pédagogie du programme éco-conseil est conçue pour favoriser le transfert des connaissances théoriques dans la pratique professionnelle. Elle vise aussi à permettre aux étudiants de se constituer un solide réseau de personnes-ressources dès le début de la formation et pendant tout son déroulement autant avec des pairs qu’avec les éco-conseillers en poste et les nombreux conférenciers invités. En tant que généraliste, l’éco-conseiller ne doit certes pas tout savoir, mais il est indispensable qu’il sache où aller chercher ce qu’il ne sait pas.

40Les éco-conseillers sont amenés à réseauter entre autres grâce à la plateforme Synapse dont il sera question plus loin, qui permet de lancer des « Appels à tous », de réagir à une publication, de rendre compte d’un événement, etc.

Maillage recherche-enseignement

41La Chaire de recherche en éco-conseil comporte une quinzaine de personnes: professeurs, chercheurs, professionnels de recherche et étudiants gradués. À travers ses travaux de recherche et d’intervention, des connaissances et des outils sont développés pour la pratique de l’éco-conseil. Les membres de la Chaire participent à la formation des éco-conseillers, mais aussi aux programmes courts. Certains étudiants peuvent aussi à l’occasion collaborer à des travaux de la Chaire.

Travail coopératif

42Les éco-conseillers informent, forment, sensibilisent, négocient et jouent parfois un rôle de médiateur. Proches des gens et des décideurs, ils ont pour mission de démocratiser la prise de décision en matière d’environnement et de lui donner des fondements plus explicites du point de vue du développement durable.

43Cela signifie naturellement une capacité à travailler en réseau. La multidisciplinarité des cohortes, l’intensité de la formation et l’obligation de travailler en petites, moyennes et grandes équipes pour la réalisation de travaux pratiques et pour des clients réels obligent les étudiants à développer des habitudes de travail en groupe. Ils développent ainsi une grande solidarité au sein de leur cohorte. Le travail de groupe est favorisé pour que le dialogue entre les étudiants issus de disciplines différentes enrichisse les rétroactions et les apprentissages.

Le développement durable en contexte universitaire

44Le défi d’adapter la formation des éco-conseillers à un contexte universitaire régulier en Amérique du Nord n’était pas simple. L’articulation des thèmes et modules de formation implique un découpage qui se case mal dans la structure formelle d’un programme universitaire conventionnel nord-américain normalement composé de cours totalisant des blocs de 45 heures répartis sur les 15 semaines d’un trimestre. Le cursus comprend des cours pratiques visant à développer les compétences en communication, en gestion de conflits et en gestion de projets. Chacun des modules est structuré pour se faire en une trentaine d’heures qui sont données par une diversité d’intervenants. En tout, plus d’une soixantaine de formateurs interviennent dans les trente semaines du DÉSS en éco-conseil. Cette section présente les résultats obtenus dans la mise en œuvre des programmes en éco-conseil à l’UQAC.

Figure 1. Structure d’enseignement du curriculum en éco-conseil à l’UQAC

Figure 1. Structure d’enseignement du curriculum en éco-conseil à l’UQAC

45Comme l’indique la Figure 1, la formation des éco-conseillers offerte à l’UQAC comporte trois programmes complémentaires de deuxième cycle qui permettent d’obtenir un grade de maîtrise (45 crédits au total DÉSS + 1 Programme court). Le DÉSS comporte trente crédits et ne se fait qu’à temps plein à Chicoutimi. Les effectifs sont contingentés.

46Les deux autres sont des programmes non contingentés de quinze crédits qui peuvent se faire à temps partiel et à distance. Ce sont les programmes courts respectivement en développement durable appliqué et en gestion durable du carbone forestier. Leurs contenus sont articulés autour d’une logique propre et de contenus différents et ils peuvent être suivis de manière indépendante ou combinés avec le DÉSS pour l’obtention d’un grade de maîtrise.

47Seul le DÉSS donne droit au titre « Éco-conseiller diplômé/Graduated eco-adviser » réservé par l’UQAC en Amérique du Nord auprès de l’Office de la propriété intellectuelle du Canada.

Le DÉSS en éco-conseil

48Le DÉSS fête cette année sa dixième année révolue. Plus de 110 éco-conseillers ont reçu leur diplôme et travaillent dans des secteurs variés. Depuis cette année, eux seuls ont la possibilité de compléter un MSc par cumul de programmes: les cinq premiers diplômés ont été reçus à la collation des grades en avril 2011.

49Les étudiants au DÉSS

50La première cohorte d’étudiants en éco-Conseil a débuté sa formation à l’UQAC en janvier 2002. Les premiers diplômés ont complété leur programme en 2003. Depuis, dix cohortes ont reçu leur formation pour un total de 150 étudiants. Parmi les étudiants admis aux dix premières cohortes, 110 avaient obtenu leur diplôme en octobre 2011 et 32 étaient en voie de le compléter. En déduisant ces derniers, le taux d’obtention des diplômes approche 90%, ce qui est exceptionnel pour un programme de deuxième cycle au Québec (Figure 2).

Figure 2. Statut des étudiants au sortir du DÉSS

Figure 2. Statut des étudiants au sortir du DÉSS

51Une dizaine d’étudiants ont choisi de continuer leurs études aux cycles supérieurs avec un très grand succès. La plupart des diplômés ont préféré incorporer le marché du travail, ce qui était attendu dans un programme à vocation professionnelle. Tous les diplômés ont trouvé un emploi après l’obtention de leur diplôme et ils se sont regroupés dans une association professionnelle qui gère un réseau virtuel d’entraide et de discussion connecté avec le réseau des éco-conseillers européens. Depuis 2009, la Chaire en éco-conseil offre une activité de formation continue à laquelle sont conviés les diplômés à l’occasion de la semaine éco-conseil à l’UQAC. C’est une occasion de réseautage entre les diverses cohortes et de maintien des voies de communication entre la recherche et la pratique. Cette activité est ouverte à tous les professionnels du développement durable et a regroupé une trentaine de participants en janvier 2011.

52Comme le montrent les Figures 3a et 3b, l’éco-conseiller peut provenir de tout horizon professionnel ou disciplinaire et posséder des diplômes très variés. Des sociologues, des biologistes, des journalistes, des ingénieurs, des agronomes ou des administrateurs ajoutent à leur formation initiale un diplôme comportant l’acquisition de compétences en sciences de l’environnement, bien sûr, mais aussi en éthique, en communication ainsi qu’en gestion de projets et d’équipes multidisciplinaires. À la différence des autres programmes qui forment plutôt des spécialistes en environnement, les formations éco-conseil permettent d’acquérir en plus des compétences axées sur la mise en valeur des savoirs des autres.

Figure 3. Profil des étudiants au DÉSS (n=150), domaine (a) et diplôme (b)

Figure 3. Profil des étudiants au DÉSS (n=150), domaine (a) et diplôme (b)

La Chaire en éco-conseil

53La formation universitaire de deuxième cycle doit être alimentée par des connaissances issues de la recherche de pointe. C’est pourquoi, dès 2003, l’UQAC a créé à l’initiative de l’auteur la Chaire de recherche et d’intervention en éco-conseil dont la programmation de recherche est dédiée à l’enrichissement de la pratique des éco-conseillers.

54Il s’agit d’une chaire privée, financée par les contributions de partenaires industriels ou institutionnels et par des revenus résultant du travail des professeurs qui y oeuvrent. La Chaire fonctionne selon une approche qui fait place à la recherche comme à la pratique et qui maintient le lien avec le réseau des éco-conseillers dont elle met en valeur les travaux. La Chaire reçoit des contrats de recherche ou initie avec le milieu des travaux auxquels elle associe les étudiants et les diplômés.

55La Chaire regroupe les professeurs du programme et leurs étudiants à la maîtrise et au doctorat ainsi que des professionnels de recherche qui sont tous éco-conseillers diplômés. À l’image de sa clientèle, elle est multidisciplinaire. Quatre axes de recherche sont poursuivis:

  • Changements climatiques (impacts, atténuation, adaptation)

  • Gestion du cycle de vie et gestion des matières résiduelles

  • Développement d’outils de DD

  • Aspects fondamentaux et normatifs du DD

56De plus, elle coopère avec d’autres unités de recherche comme le Consortium de recherche sur la forêt boréale commerciale, le Centre de recherches sur la boréalie, le CIRAIG et Ouranos.

57L’approche de la Chaire est de faire émerger les besoins à partir des problèmes rencontrés par les intervenants qui s’adressent à elle, d’en étudier systématiquement les composantes et, à travers sa grille d’analyse de développement durable, de trouver des pistes susceptibles d’améliorer la performance du processus sur plusieurs plans.

58La Chaire produit aussi des travaux scientifiques plus conventionnels comme la veille sur les changements climatiques ou le développement de grilles d’analyse et de tableaux de bord. Elle élabore des indicateurs de développement durable, des projets d’analyse environnementale ou de gestion du cycle de vie, particulièrement dans le domaine de l’atténuation des impacts et de l’adaptation aux changements climatiques ainsi que des projets liés à l’acceptabilité sociale ou des projets d’éducation à l’environnement et à l’éco-citoyenneté. La Chaire participe aussi aux consultations publiques dans les domaines qui la touchent.

59Les travaux de la Chaire sont étroitement liés à la formation des éco-conseillers. Elle engage des éco-conseillers diplômés et encadre les travaux de terrain de ceux en formation. Tous les dossiers qui sont acceptés par la Chaire doivent pouvoir être utilisés à des fins de formation et un transfert d’expertise utile entre les générations d’éco-conseillers est ainsi réalisé, ce qui raffermit les liens du réseau.

60Durant ses huit premières années d’existence, la Chaire aura reçu 680 000 $ de subventions de la part des ses partenaires et réalisé plus de 3 millions de dollars de contrats de recherche. Elle a organisé trois colloques internationaux pour diffuser ses travaux et publié un grand nombre d’articles. Plus de 300 conférences ont été prononcées devant diverses audiences par les professeurs et les chercheurs de la Chaire. Ces activités ont permis de capitaliser dans le fonds de développement de l’UQAC la somme de 1 000 000 $ dont les intérêts servent à donner des bourses aux étudiants qui poursuivent au doctorat, pour aider les étudiants du DÉSS pendant leur formation ou pour initier de nouveaux projets.

Les programmes courts

61Les programmes courts sont donnés en « team-teaching » par les professeurs et les professionnels associés à la Chaire de recherche en éco-conseil. Comme dans le cas du DÉSS, les cours font appel à plusieurs disciplines, mais ils sont orientés vers l’acquisition de savoirs complémentaires ou à l’approfondissement des savoirs acquis durant le DÉSS.

62Les deux programmes courts « Développement durable appliqué » et « Gestion durable du carbone forestier » comptent chacun quinze crédits de deuxième cycle soit cinq cours de trois crédits donnés de façon classique un soir par semaine (3 heures). Ces programmes ne sont pas contingentés et s’effectuent sur une période allant de un an à deux ans et demi. Ils se caractérisent par leur flexibilité et la possibilité de se former à distance en temps réel. Alimentés par la recherche de la Chaire, ils sont ouverts à tous les professionnels du DD.

63La formule retenue pour le programme court est moins intensive, mais elle reste fondamentalement la même que dans le DÉSS. Le nombre d’heures requises des étudiants se situe dans la moyenne de ce qui est normalement exigé dans d’autres programmes de deuxième cycle. Le programme court comporte beaucoup moins d’interventions de conférenciers externes. Les contenus qui y sont présentés sont complémentaires aux contenus vus dans le DÉSS. Dans certains cas, il s’agit d’un approfondissement, dans d’autres ce sont des contenus nouveaux sur des thèmes qui n’ont été qu’évoqués dans le DÉSS.

64Les programmes courts ont connu un très grand succès dès leur démarrage à l’automne 2008. Ils comptent maintenant 192 étudiants dont près des deux tiers suivent leurs cours à distance (voir Figures 4 et 5). Le taux de succès est là aussi, très élevé avec moins de 10% d’abandons ou d’échecs dans les cours. Cependant environ 20% des étudiants inscrits au programme court en développement durable appliqué ont actuellement un statut inactif.

65

Figure 4. Formation initiale des étudiants inscrits au programme court en développement durable appliqué (n=162)

Figure 4. Formation initiale des étudiants inscrits au programme court en développement durable appliqué (n=162)

Figure 5. Formation initiale des étudiants inscrits au programme court en gestion durable du carbone forestier (n=30)

Figure 5. Formation initiale des étudiants inscrits au programme court en gestion durable du carbone forestier (n=30)

Formation continue

66La Chaire offre aussi à tous les professionnels du DD de la formation continue en collaboration avec le Centre de savoir sur mesure de l’UQAC (CESAM-UQAC). Les participants ont ainsi accès à des conférences sur des expériences terrain par des éco-conseillers aussi bien qu’à un transfert d’expertise à travers les dossiers traités par la Chaire. Depuis l’automne 2011, ils peuvent de plus assister à des Webminaires sur des sujets variés sur Synapse niveau professionnel.

Carbone boréal/tropical

67Carbone boréal, est un projet initié en 2008 par la Chaire en éco-conseil sur l’atténuation et l’adaptation aux changements climatiques. Il vise à déterminer les conditions de l’absorption du CO2 dans les écosystèmes en forêt boréale.

68Cette formule originale se finance par l’émission de crédits de compensation dont les revenus sont entièrement versés à la recherche en complément des bourses obtenues des organismes subventionnaires conventionnels (http://carboneboreal.uqac.ca).

69Carbone tropical a suivi en 2010 afin de tester l’hypothèse du transfert de connaissances vers des projets de foresterie communautaire impliquant des universités dans le Sud. En 2011, un premier projet est à l’étude au Cameroun.

SYNAPSE

70Initiée par la Chaire grâce à une subvention du MDEIE en 2010, la plate-forme coopérative Web 2.0 SYNAPSE se veut un endroit d’échange, de participation et de collaboration sur des thèmes de développement durable (http://synapse.uqac.ca).

71Elle est destinée à favoriser le réseautage entre les professionnels du développement durable, mais comporte aussi un volet grand public diffusant des contenus variés sur le DD. Des chambres de recherche sécurisées sont utilisées pour la co-construction de projets à distance. Plus de 390 professionnels du développement durable participent après dix mois et seize chambres de recherche sont fonctionnelles.

Discussion

Les apprentissages

72Après plus de dix années à mettre sur pied et à améliorer le programme, certains apprentissages ont pu être identifiés.

73En premier lieu, malgré la forte multidisciplinarité des groupes et le grand nombre des intervenants, l’expérience a démontré qu’il est possible de reproduire à chacune des cohortes l’acquisition des mêmes compétences et de développer une culture commune qui se traduit par la coopération effective entre les cohortes, même à plusieurs années d’intervalle. La coopération entre les diplômés et la Chaire après leur départ de l’université milite aussi à l’appui de cette affirmation.

74L’ancrage dans la société et la capacité de s’impliquer dans la vie universitaire aident beaucoup à donner du sens aux études. Les nombreux projets réalisés par les étudiants autant dans l’Université qu’au-dehors leur démontre concrètement ce que peut faire un éco-conseiller dans son milieu de travail. Cela se traduit par un haut taux de rétention des étudiants en poste après leur stage.

75L’encadrement personnalisé offert aux étudiants ainsi que l’aide financière accordée ont été identifiés comme deux éléments favorisant l’obtention d’un très haut taux de succès et de diplomation.

76De même, la proximité de la recherche, de la pratique et de l’enseignement s’avère une formule gagnante. L’Université a été utilisée comme laboratoire de DD à travers de nombreux projets qui permettaient de concrétiser les apprentissages théoriques. Commencer par changer le monde de l’intérieur démontre aux étudiants comment l’implantation du DD suppose de gagner la confiance des gens par la pertinence de l’action, en répondant toujours adéquatement à leurs besoins et en les amenant à accepter certaines contraintes.

77Le programme a réussi à attirer la clientèle présumée, à la diplômer et les suivis ont démontré qu’elle s’intègre très bien dans le marché du travail.

78Avec le temps, quelques faiblesses sont aussi apparues et certaines ont pu être corrigées par des actions appropriées.

79Par exemple, demander à un étudiant dont la carrière est déjà entamée dans une autre région de mettre cette dernière de côté pour s’engager dans un programme intensif de plus d’une année à Chicoutimi élimine un grand nombre de candidats potentiels. En même temps, le nombre extrêmement limité d’étudiants pouvant être accueillis dans une cohorte menait chaque année à un nombre important de refus. Ces deux constatations ont mené à la mise sur pied des programmes courts afin d’offrir une formule plus souple à cette clientèle potentielle.

80Le programme se révèle assez éprouvant pour l’équipe réduite de professeurs et de professionnels de la Chaire qui assurent l’enseignement. La taille des cohortes ne peut permettre la formation de grosses équipes et les professeurs sont fortement sollicités pour l’enseignement. Ils sont donc très impliqués, ce qui se traduit par des contraintes pour la recherche et l’encadrement d’autres étudiants de cycles supérieurs.

81La formule fait aussi appel à de nombreux intervenants externes. Heureusement, ces derniers semblent très intéressés par la formule et l’opportunité de rencontrer les futurs éco-conseillers. Le fait que la très grande majorité d’entre eux est en mesure de faire défrayer ses frais de déplacement par leur employeur et participe gracieusement à la formation appuie cette affirmation. Cela représente un atout majeur pour le programme, qui autrement verrait ses coûts augmenter de 80 000 $ par an s’il fallait rémunérer et déplacer tous les intervenants.

82La question « Qu’enseigne-t-on au DÉSS qui soit propre à l’éco-conseil et non pas quelque chose qui vienne seulement d’un mélange de facultés? » s’est aussi posée afin de concrétiser l’objectif de transdisciplinarité. Ce problème a été abordé avec la création de la Chaire de recherche en éco-conseil, qui a pour objectif de formaliser de nouvelles connaissances, de développer et d’expérimenter de nouveaux outils spécifiques à l’éco-conseil et au DD à travers une unité de recherche multidisciplinaire qui engage des éco-conseillers pour faire émerger des savoirs.

La reproductibilité du modèle à long terme

83Malgré la fierté du travail accompli, force est de reconnaître la difficulté de reproduire le modèle. En effet, un contexte très particulier a permis de développer l’ensemble du programme éco-conseil à l’UQAC.

84Tout d’abord la présence de deux professeurs présentant les forces complémentaires nécessaires à l’établissement d’un programme transdisciplinaire regroupant à la fois des compétences solides en écologie, en changements climatiques, etc. tout autant qu’en communication, en psychosociologie, etc. a permis d’assurer les bases du programme. Notons que ces deux personnes avaient une expérience d’enseignement et de direction dans les instituts européens à l’origine de la formation. Il s’avère donc peu probable que des personnes qui voudraient reproduire le démarrage d’un tel programme possèdent à la fois ces mêmes compétences et l’expérience de ce type d’enseignement à moins d’être issues d’un programme en éco-conseil.

85Par ailleurs, lors de son démarrage en 2001, le programme a pu bénificier d’une subvention du Fonds d’action québécois pour le développement durable (FAQDD) qui a permis à l’UQAC de pouvoir faire preuve de plus de souplesse face aux contraintes habituelles des programmes de deuxième cycle.

86De plus, le niveau d’engagement demandé aux responsables d’un projet de transdisciplinarité, tel que l’identifie clairement Willets (2009) peut rendre rédhibitoire l’idée que n’importe quel candidat prometteur se lance dans le développement d’un programme équivalent ailleurs. On peut postuler qu’il faille une personne pouvant compter sur une réputation bien établie et qui dispose d’un bassin important de ressources pour prendre la responsabilité d’un tel dossier. Une charge de travail hors norme autant en enseignement qu’en recherche et qu’en recherche de contrats, est à prévoir, mais on peut penser qu’une équipe d’éco-conseillers aguerris et munis de doctorats pourra s’attaquer à la tâche dans des conditions institutionnelles favorables. Notons qu’en Europe, ces formations sont données en marge des universités et dirigées par des associations privées. La nécessité d’un diplôme de doctorat en éco-conseil se révèle de plus en plus une clé pour surmonter le défi de pérenniser et de développer ce secteur dans le monde universitaire.

Conclusion

87Les dix années du programme en éco-conseil ont permis de constater que l’implantation du DD ne se fait pas toute seule, que des équipes multidisciplinaires et la présence de tous les acteurs sont nécessaires. De plus, l’ancrage dans l’expérience terrain s’est révélé indispensable à la formation au DD, afin de concrétiser des notions d’un concept au départ flou et polysémique. La transdisciplinarité recherchée exige un engagement plus important des personnes, tant chez les étudiants que chez les formateurs, car elle demande d’aller entre les savoirs en silos et au-delà de ce que chacun peut apporter. Enfin, le maintien de liens étroits avec et entre les diplômés permet d’échanger des idées de projets, d’élargir l’encadrement des étudiants et de préparer la relève, tant dans l’enseignement que dans la recherche.

88De manière générale, l’expérience de Chicoutimi a aussi permis à l’initiative éco-conseil européenne de prendre une nouvelle dimension non seulement en termes de territoire, mais en termes de formalisation des savoirs et d’ancrage institutionnel.

89Toutefois, le programme en éco-conseil ne pourra être considéré comme viable tant qu’un doctorat en éco-conseil ne sera pas établi, car ce diplôme sera le gage de la reproductibilité à long terme de la formation et de la possible transposition dans d’autres universités. La confirmation de la reproductibilité du modèle devra donc attendre 2020-2025 selon cette condition ou alors, il devra être repensé et adapté dans d’autres conditions, ce qui devrait pouvoir se faire, mais demeure une question ouverte.

Biographie

90Claude Villeneuve est biologiste, professeur titulaire à l’Université du Québec à Chicoutimi, responsable des programmes en éco-Conseil et directeur de la Chaire de recherche et d’intervention en éco-Conseil.

Haut de page

Bibliographie

Commission mondiale sur l’environnement et le développement et G.H. Brundtland, 1987, Notre avenir à tous. Montréal: Les Éditions du Fleuve.

Di Castri, F., 2003, Le développement dans la société de l’information, LEF #61.

Ferrand, D., 2000, Piloter l’environnement dans l’entreprise, Ordre des ingénieurs du Québec, Montréal, 292 p.

Huybens, N. et C. Villeneuve, 2004, La professionnalisation du développement durable: au-delà du clivage ou de la réconciliation écologie-économie, VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement, Volume 5 Numéro 2 [En ligne] URL: http://vertigo.revues.org/3515, DOI: 10.4000/vertigo.3515

Gaboury, S., J-F. Boucher, C. Villeneuve, D. Lord et R. Gagnon, 2009, Estimating the net carbon balance of the afforestation of boreal open woodlands: A case-study in Québec’s closed-crown boreal forest, Forest Ecol. Manage., 257, pp. 483-494.

Morin, E., 2005, Introduction à la pensée complexe, Points (Seuil), Paris, 158 p.

Sauvé, L., T. Berryman et R. Brunelle, 2002, Éducation, environnement et développement: la culture de la filière de l’ONU, in actes du colloque: Environnements, cultures et développements, Niort, 7 et 8 novembre.

UICN, P.e.W., 1980, Stratégie mondiale de la conservation: la conservation des ressources vivantes au service du développement durable.

Villeneuve, C. N. Huybens, 2002, Les éco-conseillers, promoteurs et acteurs du développement durable, [VertigO] - la revue électronique en sciences de l'environnement, Volume 3 Numéro 3, [En ligne] URL: http://vertigo.revues.org/4185, DOI: 10.4000/vertigo.4185

Villeneuve, C., 2009, Éco-conseil, une démarche originale d'ERE pour le développement durable, Liaison Énergie-Francophonie, 82, pp. 35-42.

Wiletts, J., N. Carrard et J. Herriman, 2009, Transdisciplinarity: Realising its Potential to Support Effective Postgraduate Sustainability Teaching and Learning, in Sustainability at Universities – Opportunities, Challenges and Trends, W. L. Filho (éd.), Coll. “Environmental Education, Communication and Sustainability”, vol. 31, Peter Lang, Frankfurt, 2009, pp. 299-312.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Structure d’enseignement du curriculum en éco-conseil à l’UQAC
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/11654/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Figure 2. Statut des étudiants au sortir du DÉSS
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/11654/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Figure 3. Profil des étudiants au DÉSS (n=150), domaine (a) et diplôme (b)
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/11654/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 4. Formation initiale des étudiants inscrits au programme court en développement durable appliqué (n=162)
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/11654/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 5. Formation initiale des étudiants inscrits au programme court en gestion durable du carbone forestier (n=30)
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/11654/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Villeneuve, « Éco-conseil : le défi d'appliquer le développement durable au deuxième cycle universitaire », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 13 | janvier 2013, mis en ligne le 10 avril 2012, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://vertigo.revues.org/11654 ; DOI : 10.4000/vertigo.11654

Haut de page

Auteur

Claude Villeneuve

Professeur titulaire, directeur de la Chaire en éco-conseil, Université du Québec à Chicoutimi (UQAC), 555, boulevard de l'Université, Chicoutimi (Québec), Canada G7H 2B1, Courriel: Claude_Villeneuve@uqac.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page