Navigation – Plan du site
Section courante

La participation environnementale à la française : le citoyen, l’État… et le sociologue

Cécilia Claeys-Mekdade

Résumés

A partir de l’expérience française, cet article propose une analyse sociologique de l’évolution des modes de participation (éco)citoyens. L’originalité de la démarche repose sur une confrontation réflexive entre les « faits » empiriques et les postures théoriques de la sociologie française. Trois périodes sont identifiées par l’auteur et mises en regard avec les trois grandes postures théoriques traversant le champ sociologique contemporain : (1) l’acceptation/imposition moderniste (1950/1970), (2) l’opposition environnementale (1970-1990) et (3) la participation écocitoyenne (depuis 1990) sont successivement passées aux cribles d’une sociologie critique d’influence marxiste, d’une sociologie tourainienne, puis d’une sociologie pragmatique. Il s’agit de mettre en lumière l’influence du contexte socio-historique sur les théories sociologiques, et réciproquement. En d’autres termes, cet article analyse comment fonctionne le principe de réflexivité au sein de la sociologie française de l’environnement, concernant plus particulièrement la mise en œuvre de la démocratie participative. Pour conclure, l’expérience française est confrontée à d’autres traditions européennes.   

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Cet article propose une analyse diachronique des formes de participation citoyenne à la gestion de l’environnement. Le parti pris est celui de la confrontation entre les observations de terrain et les postures théoriques. A partir de l’expérience français, il s’agira de faire dialoguer les propositions théoriques, de mettre en lumière leurs intérêts heuristiques comme leurs faiblesses, les poussant si nécessaire dans le retranchement de leurs postulats. Le propos est de montrer en quoi la problématique environnementale fournit à la sociologie un dynamiste théorique novateur en tant qu’il bouscule son ancrage tacite dans la modernité. Cet article s’appuie sur une revue critique de la littérature sociologique, essentiellement française, ainsi que sur l’expérience de recherche de l’auteur, en sociologie de l’environnement notamment.

2Une première partie est construite sur le mode de la description « factuelle » de la « réalité sociale », mettant en lumière trois phases dans le développement de la participation citoyenne à la gestion de l’environnement depuis la seconde guerre mondiale : l’acceptation/imposition, l’opposition puis la participation écocitoyenne. Une seconde partie soumet ces trois phases, en apparence purement descriptive, à la lecture des principaux paradigmes qui ont marqué ces périodes, soulignant les éclairages et zones d’ombre de chacun d’entre eux. Enfin, une dernière partie défend les principes de la pluralité théorique et de la réflexivité afin de tenter de corriger les myopies épistémiques inhérentes aux crispations paradigmatiques de la sociologie française en général et de la sociologie de l’environnement en particulier.

Le terrain : acceptation, opposition, participation

3En France, trois grandes phases peuvent être identifiées, partant de l’imposition/acceptation moderniste de l’après-guerre et des trente glorieuses, allant vers l’opposition environnementale des années 1970-80, pour aboutir au développement de la participation écocitoyenne depuis les années 1990 .

L’imposition/acceptation moderniste

  • 1  Ecclésiastique militant français, devenu depuis l’une des grandes figures de soutien aux démunis, (...)

4Au lendemain de la seconde guerre mondiale, l’Etat Français œuvre à la reconstruction et la modernisation de la nation. Il s’agit d’abord de répondre à la crise du logement, conséquence conjointe des coups portés par les bombardements au patrimoine foncier, et de la croissance démographique du « baby-boom » caractéristique de l’après-guerre. L’appel de l’Abbé Pierre1, au cours de l’hiver 1954, exprime ce besoin criant de l’augmentation du parc foncier et notamment de l’habitat social. Puis les politiques de développement industriel et de grands aménagements animent le territoire français. La croissance de la production industrielle et plus largement la croissance économique sont accompagnées et accompagnent en retour le développement de nouvelles infrastructures de production, l’extension et la densification des réseaux de transport, ainsi que l’augmentation de la production énergétique. Il s’agit de moderniser le pays en  palliant à ce que le géographe Jean-François Gravier (1947) avait appelé « Paris et le désert français ». Les ingénieurs des grands corps d’Etat déploient tout leur savoir-faire dans la conception et la réalisation d’ouvrages d’art parfois pionniers : routes et aéroports, grands barrages et centrales nucléaires. Cet élan aménageur est orchestré par un Etat central fort s’inscrivant dans une logique de planification.

  • 2  Du grec, fin, but.

5Le plus grand nombre des Français bénéficient de cette modernisation et de la démocratisation de l’accès aux biens de consommation. Par exemple, avant 1960, le taux d’équipement  des ménages en télévision est inférieur à 20%, il atteint les 40% en 1965 et dépasse les 80% en 1975 (www.insee.fr). De même le taux d’équipement des ménages en automobile est passé de moins de 20% en 1953, à plus de 60% dès 1970, pour atteindre 78% en 1999 (www.equipement-gouv.fr). Cette société des trente glorieuse (Fourastié, 1979) place son télos2 dans la croissance économique, la consommation de masse et le progrès technique. Ce télos , au sens aristotélicien du terme, semble partagé par le plus grand nombre, patrons et syndicats, gauche et droite, urbains, ruraux. À ce titre, les aménagements sont le plus souvent les bienvenus. Si les oppositions ne sont pas inexistantes, elles sont toutefois temporisées par le jeu des négociations notabiliaires. Ce « pouvoir périphérique » décrit par Grémion (1976) est basé sur des échanges à huis clos entre notables locaux et pouvoir central, négociant au coup par coup la réalisation des aménagements, infléchissant peu ou prou les projets sans en mettre en cause le principe.

L’opposition environnementale

6L’acceptation dominante vis-à-vis des bienfaits de la modernisation commence à s’effriter à partir de la fin des années 1960 et du début des années 1970. Crises économiques et guerres de décolonisation (Algérie, Vietnam) ébranlent les certitudes placées dans le progrès et la croissance économique. Le télos des Trente Glorieuses placé dans le « plus » tend à se déplacer vers le « mieux ». Les ménages occidentaux sont équipés, sinon suréquipés. Certains commencent à s’interroger sur ce qu’est la qualité du cadre de vie.

7Les mouvements de mai 68 ont à ce titre un effet déclencheur. Cette jeunesse qui prend la rue dénonce tout à la fois les archaïsmes de la société traditionnelle persistante et les méfaits de la modernisation galopante. Les années 1970 voient naître de « nouveaux mouvements sociaux » porteurs et portés par les questions environnementales. Le mouvement de scientifiques critiques à l’égard de la science,  « Survivre » qui devient ensuite « survivre et vivre », est créé en 1970, ainsi que l’association « Les amis de la terre », filiale de l’organisation internationale « Friends of the Earth ». Cette nouvelle dynamique associative se caractérise surtout par l’éclosion foisonnante d’une multitude d’associations locales. Il s’agit là d’un trait caractéristique de l’associativisme environnemental à la française, le distinguant fortement de ce point de vue des modes de structuration anglo-saxons. Ce foisonnement d’associations environnementales échappe à la logique pyramidale des anciennes nébuleuses idéo-politiques (Ion, 1997) contournant de ce fait le « pouvoir périphérique » (Grémion, 1978) et ses notables traditionnels.

8Les luttes anti-nucléaires, la contestation du zonage du territoire planifié par la DATAR (Délégation à l’Aménagement du Territoire et à l’action régionale), comme les mobilisations contre les projets d’aménagement (autoroute des Alpes, stations de ski, TGV Sud-est, …) s’opposent aux aménageurs, et le premier d’entre eux, l’Etat central. Face à ces oppositions croissantes, l’Etat mène en un premier temps une politique de la fermeté, tout particulièrement dans le domaine sensible du nucléaire. Un ancien militant se rappelle : « la grande manifestation de Marville (31 juillet 1977) tourne au drame, avec la mort de Vital Michalon et de nombreux blessés graves par la faute des grenades offensives auxquelles recourent les forces de l’ordre » (Samuel 1981).

9Toutefois, tout se passe comme s’il n’existait plus sur le territoire métropolitain une seule localité où une association ne soit pas prête à se mobiliser contre les projets de l’Etat aménageur, comme l’illustre l’inventaire réalisé et cartographié par Bruno Charlier (1999). Et, si l’association n’existe pas, la capacité locale à en créer une pour l’occasion, s’observe très souvent (Charvolin, 1993; Charlier, 1999). On saisit ici l’originalité de ce tissage associatif inscrit dans la localité. De quartiers en villages, de vallées en plaines, ces petites associations locales s’opposent à l’Etat aménageur au point d’ébranler son monopôle de l’intérêt général et de l’expertise technique. Etonnamment, en France, la force de l’opposition environnementale a été son foisonnement, sa pluralité et son inscription dans la localité, amenant l’Etat central sur un terrain contre lequel il s’était historiquement constitué : la diversité locale, qui devient par ses actions environnementales, diversité socio-naturelle (Claeys-Mekdade 2003). C’est en cela que l’associativisme environnemental français se différentie nettement du modèle anglo-saxon, caractérisé par de grandes fédérations nationales et internationales.

10Parallèlement à ce foisonnement associatif au cœur des localités, quelques scientifiques et responsables d’associations nationales mènent un jeu d’influence auprès du pouvoir central, pénétrant les interstices Ministériels. La création du premier Ministère Français de l’Environnement, en 1971, serait à ce titre une réponse aux revendications associatives (Charvolin, 1993).

La participation « écocitoyenne »

11Cette montée contestataire a contribué à mettre en cause le « modèle français de la décision publique » (Müller 1992). L’une des réponses forte est le développement de politiques volontaristes de concertation avec la mise en place d’outils juridiques incitatifs (circulaire Bianco 1992, Charte de la concertation 1996) et plus coercitifs (principalement la loi Barnier 1995). Ainsi dans une logique d’intégration de la critique, l’Etat français issu d’une longue tradition centralisatrice et technocratique répond à la contestation par l’institutionnalisation de la participation citoyenne. La loi Barnier du 2 février 1995 est à ce jour l’outil juridique français le plus abouti dans le domaine de la démocratie participative. Elle unifie, renforce et prolonge les mesures précédentes (circulaire du 2 août 1991 sur les études et la consultation pour les projets de lignes nouvelles ferroviaires à grande vitesse, circulaire Billardon du 14 janvier 1993 sur les lignes électriques haute tension et très haute tension, mission Bouchardeau de 1993 sur le bilan de 10 ans d’application de la loi de démocratisation de l’enquête publique…). Ce faisant, elle élargit la participation du public et des associations à l’ensemble des grands projets en créant la Commission Nationale du Débat Public (CNDP). Mise en place depuis septembre 1997, la CNDP est composée de dix-huit membres, dont un tiers représente le parlement national et les collectivités locles, un tiers est composé de magistrats ou membres des juridictions, un tiers de porte-parole associatifs. Le président de la CNDP est un conseiller d’Etat en activité ou honoraire. La saisine de la CNDP peut être à l’initiative de différents acteurs, au niveau  Ministériel, pars des élus nationaux ou locaux ou bien par une association agrée de protection de l’environnement.

  • 3  Pour une présentation détaillée et commenté du Débat Public, voir Vallemont (2001).

12Le développement de processus de participation contribue au passage de l’opposition sans dialogue à la mise en œuvre de débats permettant d’exprimer propositions et contre-propositions. Le Débat Public3 au sens de la loi Barnier est pensé en amont des projets d’aménagements qu’ils relèvent de l’échelon local, régional ou national, laissant le temps aux discussions et impliquant, dans les textes tout au moins, une possible mise en cause du projet et de ses options. Ainsi, la concertation est pensée comme le moment de l’expression des oppositions au projet, mais aussi d’éventuelles propositions et alternatives. Dans ce contexte, les porte-parole associatifs s’orientent aussi de plus en plus vers un rôle d’expert. Deux domaines d’expertise, au moins, peuvent être identifiés. En premier lieu, les militants acquièrent des savoir-faire de la participation qu’ils capitalisent de projet en projet (maniement des rouages administratifs, constitution de réseaux d’interconnaissance d’élus et de techniciens, acquisition de bases juridiques). À cette expertise politico-administrative, s’ajoute des compétences techniques et scientifiques, issues de la formation antérieure des participants (capital scolaire) ou bien acquises sur le terrain au fil des expériences participatives. Cette double expertise permet aux militants de discuter et contester les choix du décideur, et de concevoir des contre-propositions argumentées.

13La loi Barnier du 2 février 1995, constitutive de la Commission Nationale du Débat public s’inscrit explicitement dans une problématique environnementale, en tant qu’elle est dans les textes juridiques comme « relative au renforcement de la protection de l’environnement ». C’est à ce titre que les associations environnementales agrées ont un droit de saisine. Ainsi, si l’existence de processus de concertation est antérieure au développement des politiques environnementales, ces dernières, souvent sous l’impulsion du milieu associatif (Charvolin 1993 et Lascoumes 1994), contribuent en revanche fortement à leur renouveau. En inscrivant la CNDP dans lune perspective environnementale, la loi Barnier ne donne pas seulement la parole au citoyen, mais aussi, sinon avant tout à l’écocitoyen. Dans une perspective rousseauiste, le citoyen est celui qui sait penser l’intérêt général, en tant qu’un intérêt qui ne peut être réduit à la somme des intérêts particuliers. Cette définition rousseauiste demeure anthropocentrique, en tant que l’intérêt général serait celui des hommes. Par extension, l’écocitoyen serait celui qui sait penser l’intérêt général, non plus seulement des hommes, mais aussi d’un collectif plus large, incluant les « êtres non humains » . L’écocitoyen serait un citoyen qui intègre la protection de l’environnement dans la définition de l’intérêt général. En d’autres termes, l’écocitoyen aurait l’aptitude de penser l’intérêt général en s’affranchissant d’une conception strictement anthropocentrique du monde.

La théorie : l’influence des tensions paradigmatiques

14Les trois formes de participation décrites ici seraient caractéristiques de trois périodes, des Trente Glorieuses jusqu’à aujourd’hui. Ces phases correspondent aussi peu ou prou à trois grands paradigmes de la sociologie française, rappelant que le regard que porte le sociologue sur la réalité sociale évolue avec cette dernière, mais aussi qu’un paradigme est une grille de lecture mettant l’accent sur une certaine facette de la réalité, pouvant dès lors accentuer cette dernière au détriment de la pluralité et de la complexité des situations observées. Il convient de revenir sur ces trois grands paradigmes afin de saisir leur influence sur l’analyse sociologique de la participation.

Influences marxistes et sociologie critique

15Dominantes pendant les années 1970, encore très présentes aux cours des années 1980, les sociologies critiques se concentrent sur l’analyse des rapports de pouvoir. Partant de cette grille de lecture, l’acceptation moderniste est appréhendée comme une conséquence de l’aliénation  de la population. Meister suggérait à ce titre que « le repli de l’individu dans son groupe familial ou avec de petits groupes informels de copains, devant l’écran de la télé ou derrière le pare-brise de la voiture, son retrait des activités militantes, son désintéressement pour la chose publique sont peut-être les symptômes d’un malaise plus profond, qui tient à deux aspects importants (…): en premier lieu, le progressif rétrécissement du champ de l’initiative personnelle, par suite des consignes de plus en plus nombreuses qui guident les comportements des citoyens, ainsi que des animateurs, hôtesses, et guides omniprésents qui les prodiguent. En deuxième lieu, l’égarement, l’incompréhension du monde chez des individus de plus en plus informés, mais aussi de plus en plus privés des clés nécessaires pour intégrer leur information, et notamment pour extraire l’utile de l’insignifiant » (Meister 1976).

16Lorsque certains acteurs s’arrachent à cette « aliénation » pour s’opposer aux projets d’aménagement, la sociologie critique, appréhende cette situation comme une lutte des classes, ou plus largement comme un rapport de domination. De ce point de vue, la puissance publique est porteuse des intérêts des classes dominantes qui la composent. L’intérêt général dont elle a le monopole ne serait que l’imposition des intérêts particuliers de la classe dominante résultant d’un processus de naturalisation du social, pour reprendre ici la formule de Pierre Bourdieu. Selon l’auteur, « toute analyse de la lutte politique doit placer à son fondement les déterminants économiques et sociaux de la division du travail politique » (Bourdieu 1981).

17Enfin, lorsque le décideur opte pour la participation des citoyens, ces sociologies mettent en évidence les rapports de domination et, de façon corollaire, les processus de sélection et d’auto-sélection dans la prise de parole. Selon Michel Anselme (2000), « le recours aux habitants, et d’abord aux associations en charge de les représenter, s’est imposé progressivement comme un moyen d’assujettir ces dernières à respecter les engagements négociés, à s’en faire les vecteurs ».

18 La participation citoyenne appelle la mise en œuvre de savoir-faire et de savoir-dire. Ce savoir-dire relèverait d’un habitus linguistique (De Fornel, 1983). En effet, il ne suffit pas d’avoir une opinion sur le projet débattu et/ou des intérêts à défendre, il est aussi nécessaire de « se sentir apte à les défendre » (Blatrix, 1996). Or, ces compétences sont essentiellement détenues par les individus bien dotés en capital culturel (Defrance, 1988). Ainsi, même si le cadre juridique de référence (comme aujourd’hui la loi Barnier, relative au Débat Public) incite à la participation d’un public large et diversifié, sur le terrain se dégage une élite associative (Blanc, 1988 ; Blatrix, 2000 ; Claeys-Mekdade, 2000 ; 2003) plus ou moins déconnectée de la population locale. Ainsi, selon Maurice Blanc (1988), « les habitants actifs dans les procédures de concertation constituent un sous-groupe spécifique, et leur donner plus de pouvoir n’est pas nécessairement une garantie de meilleure démocratie locale ».

Les nouveaux mouvements sociaux du postmatérialisme

19Face à l’émergence de ce qu’elles appellent les « nouveaux mouvements sociaux » (Touraine et al. 1980), ces sociologies voient dans ces derniers  le passage à une société postindutrielle, postmatérialisme ou postmoderne. Comme la lutte des classes et le mouvement ouvrier auraient caractérisé la société industrielle, les nouveaux mouvements sociaux seraient le propre de la société postindutrielle. De ce point de vue, Ronald Inglehart (1977) souligne le glissement des revendications du quantitatif vers le qualitatif, rendu possible par la satisfaction des besoins matériels de base. Dans le même sens, Jürgen Habermas (1981) précise que « les nouveaux conflits ne sont pas déclanchés par de problèmes de distribution, mais concernent la grammaticalité des formes de vie ». Henri Mendras défendant la thèse de la culture comme nouveau moteur du changement social, n’hésite pas à associer les mouvements de mai 68 à une « seconde révolution française ». « Dorénavant, précise-t-il, ce sont les mœurs et la culture qui provoquent le dynamisme de la société nouvelle que nous sommes en train d’édifier » (Mendras, 1988). Dans un registre proche, Alain Touraine (1984) évoque, quant à lui, une « société programmée, définie par l’importance centrale des industries culturelles ». De ce point de vue, les « nouveaux mouvements sociaux » seraient des vecteurs forts du changement social.

20Le qualificatif nouveau est attribué à ces « nouveaux mouvements sociaux » sur la base de quatre critères principaux (Neveu, 1996) :

  1. Les formes d’organisation et les modes d’action : au centralisme et aux structures pyramidales, les nouveaux militants préfèrent l’autonomie des composantes organisés en réseaux et les actions peu institutionnalisées.

  2. Le contenu des revendications, portant moins sur la redistribution des richesses que sur la qualité de vie, le rapport à l’environnement et à la nature, le rapport au corps, l’autonomie, la résistance au contrôle social.

  3. L’identité des acteurs : ce sont les nouvelles classes moyennes salariées et diplômées qui fournissent les rangs de ces nouveaux mouvements sociaux.  Ces sociologies de la postmodernité véhiculent explicitement ou implicitement la thèse de la moyennisation de la société. De ce point de vue, la pyramide stratifiée des classes sociales cèderait la place à l’image d’une Montgolfière ventrue représentant une classe moyenne majoritaire, une minorité de privilégiés en son sommet et « quelques » exclus en sa base (Lojkine, 2005).

  4. Le rapport au politique : Il ne s’agit plus de défier le pouvoir de l’Etat ou de vouloir s’en emparer (typiquement, la dictature du prolétariat), mais de concevoir des espaces autonomes, pour penser des alternatives et des contre-propositions, mais aussi des contre-expertises. A ce titre, les nouveaux mouvements sociaux seraient politiquement fondés sur le principe de la participation. De ce point de vue, le principe de l’opposition appartiendrait à la période industrielle, tandis que la société postindustrielle se caractériserait par le développement de la participation.

La critique de la critique : les sociologies pragmatiques

21A partir des années 1980 et plus fortement depuis les années 1990, de nouveaux courants sociologiques remettent en cause le principe même de la sociologie critique. Cette critique de la critique ou « sociologie de la critique » caractérise particulièrement les « Economies de la grandeur » (E.G.) proposées par Luc Boltanski et Laurent Thévenot et la sociologie de la traduction importée et développée en France par Bruno Latour et Michel Callon.

22Luc Boltanski et Laurent Thévenot (1991) partent du constat que, « la sociologie quand elle a la prétention de démasquer les faux-semblants ou les idéologies, peut-être ramenée à l’activité ordinaire des acteurs quand ils cherchent à dévaluer une forme de justification pour en faire valoir une autre. » Les auteurs proposent alors de s’attacher à l’analyse des formes de justification mobilisées par les acteurs sociaux impliqués dans des disputes. Les commentateurs et utilisateurs de ce modèle théorique ont trop souvent réduit la démarche aux « cités » : cité industrielle, cité inspirée, cité domestique, cité civique, cité marchande, cité de l’opinion, puis cité verte (Lafaye et Thévenot 1993) et cité de projet (Boltanski et Chiapello, 1999) qui constituent autant d’ordres de grandeurs, c’est-à-dire de formes de justification. Toutefois, l’intérêt des E.G. tient aussi, sinon d’abord, à ce qu’elles rendent possible une relecture des axes particulier/général et individuel/collectif, permettant de saisir la possible pluralité des formes de généralité. Les conflits d’environnement et d’aménagement se sont révélés un domaine de prédilection pour ce type d’analyse. Laurent Thévenot (1996) lui-même s’est particulièrement intéressé à cette thématique.

23A partir de cette grille de lecture, l’acceptation moderniste peut être lue comme le résultat de la prédominance de la grandeur industrielle. L’opposition environnementale serait la mise à l’épreuve de l’ordre existant prenant la forme d’une contestation du principe supérieur commun en place (la cité industrielle) au profit d’un autre ordre grandeur (la cité verte notamment). Enfin, la participation écocitoyenne serait de ce point de vue, la mise en œuvre de processus de construction de compromis entre les différents ordres de grandeur défendus par les partis impliqués.

24Toujours dans le paradigme de la critique de la critique, la sociologie de la traduction, issue de la sociologie des sciences, se focalise plus spécifiquement sur la question des savoirs.  Leur analyse du développement et du déroulement des controverses les amène à mettre en exergue le passage de la Science aux sciences en débat (Latour, 1999).

25Les trois modèles de la démocratie technique proposés par Michel Callon (1998) fournissent une grille de lecture stimulante des trois phases de la participation. L’imposition/acceptation appartiendrait au modèle de l’instruction publique. Ce modèle est fondé sur l’opposition entre les connaissances scientifiques pensées comme universelles et objectives et « les savoirs profanes ou indigènes qui sont pétris de croyances et de superstitions » (Callon, 1998). Dans ce contexte, la légitimité de la décision politique est basée non seulement sur la représentativité des élus, garantie par  le suffrage universel, mais aussi par la rationalité des choix, garantie par les technosciences. Il s’agit dès lors d’instruire le public pour lui faire comprendre les biens fondés des décisions publiques.

26L’opposition environnementale serait la contestation du modèle de l’instruction publique, amenant la mise en place du modèle du Débat public. L’opposition environnementale met en cause la légitimité scientifique des décisions publiques. Première phase de réponse à la contestation environnementale, le modèle du Débat Public conserve le postulat de l’universalité de la science tout en appréhendant les savoirs vernaculaires comme source possible d’informations de terrain complémentaire. Ici, la participation relèverait de la consultation, plus que de la concertation. La consultation « tout en accordant au public une possibilité de discuter des problèmes et de leur solution, conserve l’attribution du pouvoir d’élaboration et de décision au seul maître d’ouvrage », tandis que la concertation « suppose la capacité donnée aux publics concernés ou touchés d’influencer réellement sur la prise de décision » (Fourniau, 1997).

27Le développement, en cours selon les auteurs (Callon et coll., 2001), du modèle de la co-production des savoirs marquerait le passage de la consultation vers la concertation. La frontière entre savoir scientifique et savoir profane cède du terrain à un processus d’hybridation, la participation citoyenne contribuant à la mise en visibilité des controverses scientifiques. Non seulement la science confinée devient les sciences en débat, ouvrant sur l’espace public les conflits d’experts, mais en plus le citoyen lui-même participe à ces controverses qui deviennent dès lors socio-techniques (Callon et Rip, 1992).

28Nés de cette veine pragmatique, les travaux de Francis Chateauraynaud proposent de saisir les « formes d’expression de l’accord et du désaccord » à travers ce qu’il appelle une « sociologie pragmatique des transformations », faisant « une place centrale à la genèse et au destin des arguments élaborés par les protagonistes » (Chateauraynaud 2007). Ce faisant, l’auteur propose de faire dialoguer, d’une certaine façon, les économies des grandeurs et la sociologie de la traduction.

Echapper aux myopies épistémiques : pluralité et réflexivité

29La phase d’acceptation/imposition des Trente Glorieuses a particulièrement été analysée par les sociologies bourdieusiennes, alors dominantes dans le champ disciplinaire français. L’analyse de la phase d’opposition environnementale a en revanche était particulièrement portée par les sociologies de la postmodernité, alors prometteuses vers la fin des années 1970 et le début des années 1980. Enfin, la phase de participation écocitoyenne a particulièrement retenu l’attention des sociologies dites pragmatiques se développant au cours des années 1980 pour rencontrer un franc succès au cours des années 1990 et 2000.

30Trois formes de participation donc, pour trois périodes et trois paradigmes successivement influents font se superposer découpages situationnel, temporel, théorique. Quelles sont les limites de cette correspondance ?   

De l’orthodoxie épistémique à la boîte à outils théoriques

31Le déroulement en trois phases que donne à voir la littérature française de ces dernières décennies sur la participation des associations et du public résulte d’une évolution de la réalité sociale, mais pas seulement.

32D’un côté, les développements juridiques formalisent fortement ces évolutions sociales. De même, la multiplication des observations de terrain, notamment favorisée par les programmes de recherche nationaux (CNRS, Ministère de l’équipement, Ministère de l’Ecologie et du Développement Durable), fournit un ensemble de monographies et de suivis de conflits et de concertations appuyant ce point de vue tripartite.

33D’un autre côté, ainsi appréhendée, l’évolution de la participation paraît linéaire, voire mécanique. Cette rigidité tient, semble-t-il, à l’orthodoxie épistémique particulièrement caractéristique de la sociologie française. En effet, très tôt, trop tôt, le sociologue est amené, sinon sommé, lors de son apprentissage, puis tout au long de sa carrière, à inscrire son travail dans une école de pensée. Les conflits d’école semblent dans la sociologie française, arriver à leur paroxysme, faisant figure de « science des blasons, des grands ancêtres et (de) vérification généalogique de leurs lignées », pour reprendre la formule de Michel Verret (1988). A cela s’ajoute l’effet de domination paradigmatique. La notion de paradigme s’approche dans ce cas du sens strict proposé par Kuhn (1962). Cet axe dominant, sinon exclusif, orientant les recherches et faisant autorité serait caractéristique de la « science normale ». Bien que caractérisée par une pluralité théorique pouvant lui permettre d’échapper au schéma kuhnien, la sociologie française pourtant semble être marquée par un phénomène de crispation  paradigmatique. D’une part, elle n’échappe pas à la domination d’un paradigme au détriment des autres, d’autre part, ses oppositions théoriques internes sclérosent trop souvent les débats plutôt qu’elles ne les nourrissent. Cette crispation paradigmatique de la sociologie française affaiblit sa capacité à saisir la pluralité des situations, la mixité des modèles et la non linéarité du changement social.

34D’abord essentiellement d’influence bourdieusienne, en France, la sociologie de l’environnement s’est plus récemment enthousiasmée pour le « paradigme de la critique de la critique ». Il convient de souligner les apports heuristiques de ce nouveau paradigme, tout en signalant les faiblesses qu’il implique, en particulier au sein de la sociologie de l’environnement. Ces faiblesses sont dues à l’abandon quasi-total de la critique, produisant une myopie chronique empêchant les sociologues de voir les rapports de force et de domination à l’œuvre dans les questions environnementales. En outre, alors même que ces théories se sont développées en réaction contre l’aspect mécanique de la sociologie critique (la logique explicative des trois « P » : Pouvoir, Profit, Prestige), elles ont à leur tour produit leurs propres réductionnismes et mécanismes.  Alors que la mise en œuvre des Economies de la grandeur prend trop souvent la forme d’une recherche systématique des « cités », celle de la sociologie de la traduction ramène tout processus social au principe d’hybridation, qui en devient dissolution.

35Tel est le sens de la notion de paradigme dans la conception kuhnienne du terme : l’autorité paradigmatique amène l’observateur à ne voir que ce qui renforce la théorie. Ces myopies épistémiques pourraient pourtant être corrigées par une autre façon d’appréhender les modèles théoriques. Que la logique des blasons cède la place à une boîte à outils théoriques, et le débat pourra véritablement avoir lieu, permettant dés lors de saisir la complexité de la réalité sociale et la mixité des modèles.

36Le silence des Trente Glorieuses, la prise de parole des années 1970-80, le débat des années 1990, ce sont là des tendances certes, des modèles peut-être, mais qui ne doivent pas cacher la pluralité des situations. La participation du public est aujourd’hui inscrite dans le droit français, tout comme perdure le principe de la démocratie représentative donnant le pouvoir de décision aux élus. Et, sur le terrain, le sociologue pour autant qu’il joue le jeu du pluralisme théorique, peut observer au quotidien des débats, mais toujours aussi des oppositions, mais toujours encore des silences (Claeys-Mekdade, 2000 ; 2003, Claeys-Mekdade et coll., 2003). Il s’agit dans ce cas de croiser et faire dialoguer les différents outils théoriques existants, en postulant leur complémentarité plutôt que leur antagonisme. Le travail en équipe pluri-théorique mériterait de ce point de vue d’être développé.

  • 4  « We should not have to swear allegiance to any particular view or theoretical perspective » …  «  (...)

37Plus loin du terrain et plus dans la tradition philosophique, Ulrich Beck propose une grille de lecture permettant, semble-t-il plus que les autres, de saisir la pluralité contemporaine. Cet « électron libre » de la pensée sociologique contemporaine, dit refuser en effet « de donner allégeance à un courant théorique ou un autre »4.  Revenant sur la notion de modernité, il identifie une première et une seconde modernité. Il s’appuie pour cela sur un découpage spatio-temporel, tout en soulignant la perméabilité de ces délimitations entraînant de ce fait la pluralité des situations. La première modernité serait celle qui naît au cours du XVIII° siècle et dure jusqu’aux trente glorieuses. Elle est basée sur la société industrielle classique, la structuration en grandes classes, l’Etat providence, le contrôle (social et technique) et la foi dans le progrès. La phase d’acceptation/imposition décrite plus haut appartiendrait à cette première modernité. La seconde modernité serait en train de voir le jour, à la fois violemment et lentement, depuis le tout début des années 1970. Les phases d’opposition environnementale et de participation écocitoyenne appartiendraient à cette seconde modernité. Parce qu’il met en exergue le paradoxe de la violence couplée à la lenteur de ce passage, Beck échappe à une vision évolutionniste et linéaire du changement social.

  • 5  Beck précise à ce titre : « On the one hand, the society still makes decisions and acts on the pat (...)
  • 6  « risk societies are charaterized by th paradox of more and more environmental degradation-perceiv (...)

38Alors que les conflits sociaux de la première modernité portent sur « la distribution des richesses », les conflits sociaux de la seconde modernité porteraient sur « la distribution des risques ». A ce titre, cette seconde modernité constituerait une société du risque. Toutefois, souligne Beck (1986), « nous ne vivons pas encore dans une société du risque, mais nous ne vivons déjà plus uniquement dans les conflits de répartition des sociétés de pénurie »5. Pour saisir cette pluralité contemporaine, Beck fait sienne la notion d’hybridation. Mobilisée avec parcimonie, elle rend compte de la perméabilité croissante des frontières entre le politique et le scientifique, sans être réduite à un phénomène de dissolution. Ceci permet à l’auteur de prendre au sérieux le développement de la participation citoyenne dans le domaine de l’environnement et du risque, sans pour autant idéaliser ce phénomène, soulevant au contraire les paradoxes d’une « société du risque caractérisée par de plus en plus de dégradations (perçues et potentielles) couplées à une expansion des lois et des réglementations environnementales »6 (Beck, 2000).

  • 7  Voir notamment Beck (2003).

39Enfin, Beck ne confond pas émiettement des classes sociales issues du XIX° siècle et disparition des inégalités sociales. A ce titre, son travail prend au sérieux la question des rapports de force et de domination7, en dessinant leur réorganisation dans le passage de la première à la seconde modernité, suggérant la « naissance de solidarités de classes non liées au statut social ». « La répartition et l’augmentation des risques génèrent des situation sociales de menace, explique-t-il. Elles recoupent partiellement l’inégalité des situations de couches ou de classes, mais donnent lieu à une logique de répartition fondamentalement différente : tôt ou tard, les risques liés à la modernisation touchent aussi ceux qui les produisent ou en profitent » (Beck, 1986), tel est ce qu’il nomme l’effet boomerang. Ceci l’amène à conclure que « les riches et les puissants n’en sont pas non plus préservés ». C’est à partir de ce point, que le raisonnement de Beck devient, à mon sens, plus contestable. Sa conclusion semble en effet un peu hâtive. S’il est vrai que la radioactivité et de nombreuses autres formes de pollutions insidieuses peuvent toucher toutes les couches sociales, en revanche, certaines couches sociales peuvent mieux s’en prémunir que d’autres, même si ce n’est que partiellement. En effet, les couches sociales bien dotées en capital économique peuvent, certes jusqu’à un certain point n’atteignant pas la catastrophe planétaire, mieux se protéger (acquisition d’équipements privés dépolluants, ou tout simplement déménagement), de même que les couches sociales bien dotées en capital culturel sont plus aptes que les autres, là encore hors catastrophe planétaire, à faire entendre leur voix, pour réduire leur risque d’exposition. En outre, une lecture de la société à travers le prisme du risque peut paraître tout à la fois trop restrictive ou trop vague selon que l’on s’appuie sur une définition stricte ou élargie de cette notion.

40Ainsi, si l’analyse de Beck prend davantage en compte la pluralité contemporaine que d’autres, cela ne dispense pas pour autant de faire dialoguer son approche avec d’autres analyses, sociologie critique en tête. Ceci permettrait notamment de préciser son point de vue, parfois ambigu, sur les classes sociales, qui le font osciller entre le lieu commun sociologique de l’individualisation et l’émergence de nouvelles structures de classes.

41Aux réflexions développées par Ulrich Beck dans une posture philosophique, font écho les travaux de sociologie politique particulièrement développés aux Pays-Bas par l’équipe d’Arthur Mol à partir de la notion de « modernisation écologique » initialement proposée par Martin Jänicke (1986, cité par Spaargaren 2000). Alors que les premières revendications environnementales prônaient une « dé-modernisation » comme seule solution à la « crise environnementale annoncée » (typiquement le « Halte à la croissance » du Club de Rome), la modernité a montré sa capacité à intégrer la critique selon le double processus d’écologisation de l’économie » et « d’économisation de l’écologie » (Huber 1985, cité par Spaargaren 2000). Bien que reprochant à Ulrich Beck le pessimisme de ses analyses, les tenants de la modernisation écologique n’en partagent pas moins sa vision de la modernité en changement. Cette approche stimulante et optimiste (peut-être trop ?) permet aussi d’échapper à une vision linéaire du changement social. La notion de rationalité écologique confère tout particulièrement son caractère optimiste à la modernisation écologique, abandonnant de fait trop rapidement une posture critique.  

Pour une réflexivité choisie

  • 8  On trouvera dans l’ouvrage collectif « Protection de la nature : histoire et idéologie » (Cadoret (...)
  • 9  Pour reprendre ici la formule de Callon, Lascoumes et Barthes (2001).
  • 10  Pierre Bourdieu (2001), dans son cours au collège de France, va jusqu’à inviter les chercheurs et (...)

42Pour mieux comprendre les myopies épistémiques de la sociologie française afin de mieux les corriger, il convient aussi de les resituer dans le cadre de la relation entre le sociologue et ses commanditaires. Cette question, ancienne, se pose à nouveau frais dans le cadre de l’analyse de la participation environnementale. D’une part, la sociologie critique tend à dénoncer l’illusion de la participation et l’imposition de l’idéologie moderniste d’abord, environnementale ensuite8. D’autre part, la sociologie de la critique met en valeur la participation des profanes et leur contribution au développement d’une « démocratie dialogique »9. Pour les premiers, il est nécessaire que le sociologue se méfie de ses commanditaires, voire refuse de répondre à leur demande, afin de ne pas contribuer à asseoir scientifiquement le pouvoir des classes dirigeantes10. Pour les seconds, et notamment la sociologie de la traduction, le sociologue pourrait, voire serait invité à participer au processus d’hybridation, dans une logique « d’accompagnement » des acteurs (Callon et coll. 2001).

43D’un paradigme à l’autre, le sociologue passe de la dénonciation accompagnée d’une attitude de méfiance vis-à-vis de la demande sociale, à l’hybridation accompagnatrice. Entre bras scientifiquement armé du pouvoir et défenseur de l’opprimé, le sociologue est-il donc sommé de choisir son camp ? La « troisième voie », celle de la réflexivité, permet, en partie au moins de dépasser ce dilemme. Chère à Anthony Giddens, la notion de réflexivité permet de rompre avec la dichotomie factice, et pourtant courante dans la littérature, entre demande sociale et réponse sociologique. Selon Giddens (1994), « la réflexivité est inhérente à l’action humaine », mais elle s’intensifie avec la modernité, participant jusqu’au « fondement même de la reproduction du système ». Giddens (1994) définit ainsi la réflexivité de la vie sociale moderne comme « l’examen et la révision constantes des pratiques sociales à la lumière des informations nouvelles concernant ces pratiques mêmes, ce qui altère ainsi constitutivement leur caractère ». Ainsi, en fait de demande/réponse, se trouve un aller-retour constant, où l’observateur observé modifie, sans fin, son objet. De ce point de vue, « toute prétention de connaissance, dans la modernité, est de façon inhérente « circulaire » » (Giddens, 1994). Tels sont les effets de ce Giddens dénomme la « radication de la modernité ».

44Cette réflexivité est particulièrement intense dans le domaine de la participation citoyenne à la gestion de l’environnement. « Contre l’Etat, tout contre » (Charles et Kalaora, 2004), la sociologie de l’environnement, a produit une critique de l’Etat qui a été reprise par les associations s’y opposant, de même qu’elle a produit une critique des associations reprise par l’Etat. Mais cela va plus loin, car ces critiques respectives ont aussi servi à chacun des protagonistes, pour consolider leurs argumentaires, en les faisant parfois évoluer, reprenant notamment à  leur compte les notions d’intérêt général pluriel et de montée en généralité. Cette mobilisation du vocabulaire sociologique par les acteurs sociaux est de plus en plus explicite, devenant une forme de légitimation de l’action. En retour, le sociologue se voit non seulement amener à analyser l’utilisation et l’appropriation de ses concepts par les acteurs, mais il est aussi directement sollicité par les acteurs, étatiques comme associatifs, pour les observer dans leurs interactions. Se pose dès lors la question du « métier de sociologue ». D’observateur, il est poussé à devenir arbitre de la participation, parfois animateur. C’est là une tache importante, mais qui à mon sens ne fait pas partie du métier de sociologue. Cette fonction d’arbitre-animateur s’appuie bien sur des compétences en sciences sociales, au sens large du terme, mais relève du métier d’ingénieur social et non pas de sociologue. Le premier met en pratique et adapte les savoirs produits par le second.  La différence entre l’ingénieur social et le sociologue n’est pas hiérarchique, elle est fonctionnelle, le premier se plaçant dans la posture de l’action, le second dans celle de l’observation. Cette différence ne repose pas non plus sur un quelconque monopole de l’action pour le premier et du savoir pour le second, puisqu’on a vu selon la logique réflexive que l’acteur de terrain par son action même contribue à la production des savoirs et réciproquement que l’observateur influence l’action avec les résultats de ses analyses. Mais il convient de ne pas confondre réflexivité et abandon de l’objectivation comme fondement de la posture sociologique. L’auteur même de cette notion n’a-t-il pas fait l’expérience de ce franchissement en devenant le partenaire engagé du Premier Ministre Britannique ?

Conclusion

45Née de la modernité, la sociologie se transforme avec elle. Les grands changements socio-historiques sont parfois encore à tort associés à de grands évènements dramatiques, les guerres, les crises, les révolutions. Or, ces moments de rupture rendent visibles, plutôt qu’ils n’impulsent, le changement social. A l’instar de Tocqueville au sujet de la Révolution Française, on peut dire qu’il s’agit d’un « procédé violent et rapide à l'aide duquel on a adapté l'état politique à l'état social, les faits aux idées et les lois aux mœurs » (Tocqueville, 1856). Le changement social se livre d’autant plus difficilement à l’observateur qu’il le vit lui-même en train de se faire. La tache du sociologue est de ce fait parfois inconfortable, partagé entre le maintien de ses anciennes grilles de lectures et le prophétisme.

46En France, les Trente Glorieuses paraissent un moment fort de ce changement social et non pas un moment de répit entre la seconde guerre mondiale et le choc pétrolier de 1972. Restructuration des classes sociales traditionnelles, changement des rapports de sexes, développement exponentiel de l’économie mondiale, rapport au politique et rapport à l’environnement …, ce sont là les répercussions toujours observables des Trente Glorieuses. L’évolution des formes de participation des citoyens fait partie intégrante de ces changements en cours. La question environnementale est un moteur fort de ces redéfinitions du rapport au politique.

47Acceptation/imposition, opposition, puis participation, l’implication des citoyens dans la gestion de l’environnement et le regard qu’y pose la sociologie ont ainsi évolué depuis les trente Glorieuses. Temporalité et découpages paradigmatiques se croisent et se rencontrent. Sont en jeu ici des militants associatifs, des scientifiques, un Etat en mutation, des masses silencieuses,… tous participent au changement social en cours qui nous porte vers une autre modernité en train de se faire. Faut-il voir dans le passage de l’acceptation à la participation plus de démocratie ou une meilleure démocratie ? Ce n’est pas là le rôle du sociologue, mais celui des acteurs sociaux eux-mêmes. En revanche l’analyse sociologique permet de souligner que la participation permet l’expression d’une pluralité accrue des points de vue, sans pour autant échapper aux effets d’imposition et de domination.

48Est-ce bénéfique à l’environnement ? Ou, pour reprendre la formule de Denis Salle (2003), la participation permet-elle une meilleure « efficacité environnementale » ? Pour répondre à cette question, une équipe interdisciplinaire, sciences de l’homme et sciences de la vie et de la matière, au moins serait nécessaire. Mais là encore, ne mettra-t-elle pas en exergue la complexité du phénomène et des points de vue, s’orientant alors vers une controverse, que les acteurs sociaux ne manqueront pas de saisir ? Ainsi va la réflexivité…

Haut de page

Bibliographie

Anselme M.,2000, Du bruit à la parole, La scène politique des cités, de l’Aube, La Tour d’Aigues, 277p.

Beck U. ,2000, « Risk Society Revisited : Theory, Politics and Research Programmes », in The Risk Society and beyond. Critical Issues for Social Theory, (ed) Adam B., Beck U. and Van Loon J., Sage, London.  X p.

Beck U. (2001), La société du risque. Sur la voie d’une autre modernité, Aubier, Paris, (première édition en allemand, 1986, Suhrkamp Verlag, Frankfurt am Main).

Beck U., (2003), « Redéfinir le pouvoir à l’âge de la mondialisation : huit thèses », Le Débat N°125, mai-août.

Blanc M. (1988), Concertation, sociologie urbaine, citoyenneté, Les annales de la recherche urbaine N° 38, Juin-Juillet.

Blatrix C., (2000), La « démocratie participative » de Mai 68 aux mobilisations anti-TGV.processus de consolidation d’institutions sociales émergentes, thèse pour l’obtention du Doctorat en Science Politique  soutenue à Université Paris I, Janvier.

Blatrix C.,(1996), « Vers une démocratie participative ? Le cas de l’enquête publique », La gouvernabilité, CURAPP, Paris, PUF, pp 299-313.

Boltanski L. et Chiapello E., (1999), Le nouvel esprit du capitalisme, Gallimard, Paris, 843 p.

Boltanski L. et Thévenot L.,(1991), De la justification. Les économies de la grandeur, Gallimard, Paris.

Bourdieu P. (1981), « La représentation politique. Elements pour une théorie du champ politique », Actes de la recherche en sciences sociales, N°36-37, février-mars, pp. 3-24.

Bourdieu P. (2001), Science de la science et réflexivité. Cours et travaux, Editions Raisons d’agir, Paris.

Cadoret A. (ss la dir), Protection de la nature, Histoire et idéologie : de la nature à l’environnement, L’Harmattan, Paris.

Callon M. et Rip A., (1992), « Humains, non-humains : morale d’une coexistence », La terre outragée, les experts sont formels,   sous la direction de Kalaora B. et Theys J. , Autrement, Paris, pp 140-156.

Callon M., (1998), Des différentes formes de démocratie technique, Annales des mines, Janvier, pp 63-73.

Callon M., Lascoumes P. et Barthe Y., (2001), Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Seuil, Paris, 357 p.

Charlier B. (1999), La défense de l’environnement : entre espace et territoire. Géographie des conflits environnementaux déclenchés en France depuis 1974, Thèse de Doctorat, Université de Pau et des Pays de l’Adour, 718 p.

Charles L. et Kalaora B. (2004), « Sociologie et environnement en France : tout contre l’Etat », Séminaire Sciences sociales et environnement. Perspectives franco-allemandes, Sozialwissenschaftliche Umweltforschung. Deutsch-französische Perspektiven, Strasbourg, 12-14 février 2004, Actes à paraître chez L’Harmattan.

Charvolin F., (1993), L’invention de l’Environnement. Les pratiques documentaires d’agrégation à l’origine du ministère de la Protection de la Nature et de l’Environnement, Thèse sous double sceau pour les doctorats de science politique de l’IEP de Grenoble, et de socio-économie de l’innovation de l’école des Mines de Paris.

Chateauraynaud F. 2007), La contrainte argumentative. Les formes de l’argumentation entre cadres délibératifs et puissances d’expression politiques, Revue Européenne des Sciences Sociales. A paraître.

Claeys-Mekdade C. (2000), Les conflits d’aménagement de la Camargue : Rapports à la « nature » et rapports sociaux. Thèse de sociologie, Université de Provence, Aix-en-Provence.

Claeys-Mekdade C. (2003), Le lien politique à l’épreuve de l’environnement. Expériences camarguaises, Peter Lang, P.I.E., Bruxelles, 240p.

Claeys-Mekdade C., Leborgne M. et Ballan E. (2004), « Concertations modèles ou modèles de concertation : analyse de trois mises en débat, Arles, Marseille, le Verdon », Journées du Programme « Concertation, Décision, Environnement », 16-17 mars, Agropolis Montpellier,  A paraître à la Documentation Française.

De Fornel M. (1983), « Légitimité et actes de langage », Actes de la recherche en sciences sociales, N°46, mars, pp. 31-38.

Defrance J., (1988), « Donner la parole. La construction d’une relation d’échange », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, N° 13, Juin, pp 52-66.

Fourastier J. (1979), Les trente glorieuses ou la révolution invisible, Fayard, Paris.

Fourniau J.M., (1997), « Les figures de la concertation « à la française », Ces réseaux qui nous gouvernent ?, Gariépy M., Marié M., (Dir), L’Harmattan, Paris et Montréal, pp 373-401.

Giddens A. (1994), Les conséquences de la modernité, L’Harmattan, Paris, (première édition en anglais, 1990, Polity Press in association with Basil Blackwell, Oxford and Stanford University Press, Stanford).

Gravier J.F. (1947), Paris et le désert français, Paris, Le Portulan, 414 p.

Grémion P., (1976), Le pouvoir périphérique : bureaucrates et notables dans le système politique français, Du Seuil, Paris.

Grémion P., (1978), « Les associations et le pouvoir local », Esprit N° 18, Juin.

Habermas J., (1981), New social movements, Telos 49, 33-7, Reproduit dans Redcliff M. et Woodgate G., (1995), The Sociology of the Environment V, III, Elgar Référence Collection, UK.

Huber J. (1985), Ecologische modernisering, E. Van den Abbeele (ed), Ontmanteling van de groei, Nijmegen : Markant.

Inglehart R., (1977), The Silent Revolution. Changing Values and Political Styles Among Western Democraties, Princeton University Press, Princeton.

Ion J., (1997), La fin des militants ?, L’Atelier, Ouvrières Paris.

Jänicke M. (1988), Ökologische Modernisierung. Optionen und Restriktionen präventiver Umweltpolitik, in U.E. Simonis (ed), Präventive Umweltpolitik, Franfurt/Main : Campus.

Kuhn T. (1983), La structure des révolutions scientifiques, Flammarion, Paris, (première édition en anglais 1962, University of Chicago).

Lafaye C. et Thévenot L., (1993), « Une justification écologique ? Conflits dans l’aménagement de la nature », Revue Française de Sociologie N° 34, pp 495-524.

Lascoumes P., (1994), L’éco-pouvoir. Environnements et politiques, Les associations au risque de la démocratie participative, Paris, La Découverte, 317 p.

Latour B., (1999), Les politiques de la nature, Ou comment faire entrer les sciences en démocratie, La Découverte Paris.

Lojkine J. (2005), L’adieu à la classe moyenne, La Dispute, Paris, 246 p.

Meister A., (1976), « Aspects nouveaux de la participation », Information sur les problèmes généraux de l’urbanisme et de l’aménagement, Colloque de Marly, Ministère de l’Equipement et Ministère de l’Intérieur, La Baule, Juin ; Coll. Association des Maires de France / centre de recherches d’urbanisme.

Mendras H., (1988), La seconde Révolution Française, 1965-1984, Gallimard Paris, 336 p.

Muller P., (1992), « Entre le local et l’Europe, la crise du modèle français de politiques publiques », Revue Française de Sciences Politiques, vol. 42, N° 2, Avril,  pp.79-94.

Neveu E., (1996), Sociologie des mouvements sociaux, La Découverte, Paris, 122 p.

Salles D. (2003), « Agriculture et environnement. La mise en œuvre négociée des dispositifs agri-environnementaux », Journées du Programme « Concertation, Décision, Environnement », 11-12 mars, Marseille,  A paraître à la Documentation Française.

Samuel L. (1981), « Itinéraire écologiste », in Les révolutions minuscules, pp. 173-178), Autrement, Paris.

Spaargaren G. (2000), Ecological Modernization Theory and the Changing Discourse on environement and Modernity, in Spaargaren G., Mol and Buttel F., Environment and global modernity, SAGE, London, pp. 41-72.

Thévenot L., (1996), « Stratégies, intérêts et justifications à propos d’une comparaison France Etats-Unis », Techniques, territoires et sociétés N° 31, Ministère de l’Equipement.

Tocqueville A., (1986), L’Ancien Régime et la Révolution, Robert Laffont, Paris, (première édition 1856).

Touraine A., (1984), Le retour de l’acteur, Fayard, Paris, 349 p.

Touraine A., Hegedus Z., Dubet F. et Wwieviorka M., (1980), La prophésie anti-nucléaire, Série sociologie permanente / 3, 373p.

Vallemont S. (dir.), 2001, Le débat public : une réforme dans l'Etat., Paris, LGDJ.

Verret M. (1988), « Pour une approche de la sociologie française contemporaine, in Les champs de la sociologie française, (ss la dir) Mendras H. et Verret M., Armand Colin, Paris, pp. 9-18.

Haut de page

Notes

1  Ecclésiastique militant français, devenu depuis l’une des grandes figures de soutien aux démunis, décédé en 2007.

2  Du grec, fin, but.

3  Pour une présentation détaillée et commenté du Débat Public, voir Vallemont (2001).

4  « We should not have to swear allegiance to any particular view or theoretical perspective » …  « I do not restrict my analysis to one perspective or conceptual dogma » (Beck 2000).

5  Beck précise à ce titre : « On the one hand, the society still makes decisions and acts on the pattern of the old industrial soceiety ; on the other, debates and conflicts which originate in the dynamic of risk society are being superimposed on interest organizations, the legal system and politics » (Beck 2000).

6  « risk societies are charaterized by th paradox of more and more environmental degradation-perceived and potential- coupled with an expansion of environmental law and regulation » (Beck 2000).

7  Voir notamment Beck (2003).

8  On trouvera dans l’ouvrage collectif « Protection de la nature : histoire et idéologie » (Cadoret 1985), une belle mise en œuvre d’une sociologie critique de l’environnement.

9  Pour reprendre ici la formule de Callon, Lascoumes et Barthes (2001).

10  Pierre Bourdieu (2001), dans son cours au collège de France, va jusqu’à inviter les chercheurs et futurs chercheurs à vendre aux commanditaires des recherches réalisées et d’utiliser le financement obtenu pour une recherche nouvelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécilia Claeys-Mekdade, « La participation environnementale à la française : le citoyen, l’État… et le sociologue », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Volume 7 Numéro 3 | décembre 2006, mis en ligne le 15 décembre 2006, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://vertigo.revues.org/8446 ; DOI : 10.4000/vertigo.8446

Haut de page

Auteur

Cécilia Claeys-Mekdade

Maître de Conférences en Sociologie, Université de la Méditerranée - UMR Espace 6012 - Equipe DESMID, Département de Sciences Humaines, Faculté des Sciences de Luminy, CASE 901, 163 av. de Luminy, 13288 Marseille cedex, Courriel : mekdade@univmed.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page