Navigation – Plan du site

Résumés

Située dans l’extrême sud du Tchad, Bébédjia jouit de conditions naturelles (climat et végétation) favorables aux activités agropastorales. Ce milieu naturel attire les éleveurs nomades des zones sahélienne et saharienne du nord, menacés par de mauvaises conditions de production (sécheresse récurrente telles que celles de 1973-1975 et de 1983-1985) et l’instabilité politico-militaire. Contraints de se fixer dans cette région et de pratiquer l’agriculture en plus de leur activité traditionnelle, ces pasteurs nomades se retrouvent opposés aux agriculteurs autochtones dans le cadre de conflits fonciers de plus en plus importants compte tenu de la pression sur l’espace agropastoral, renforcée par le projet pétrolier de Doba. Loin d’exercer un arbitrage à l’amiable de ces conflits agriculteurs-éleveurs, les autorités (traditionnelles et publiques) les exacerbent et les instrumentalisent.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Du nord au sud du Tchad, se succèdent trois zones géographiques fortement contrastées.  Dans le premier temps la zone saharienne, vaste désert sablonneux couvrant environ 600 000 km2, soit près de la moitié de la superficie du pays, reçoit de faibles précipitations (moins de 200mm/an) irrégulières. Par conséquent, la végétation passe de la savane à la steppe. Puis on retrouve la zone sahélienne, elle, reçoit plus de pluies (entre 250 et 700mm/an) dans les parties sud qui sont couvertes de forêts (essentiellement épineuses à base d’acacia). Ces pluies sont aussi irrégulières. Marquée par une saison sèche plus longue (octobre à mai) que la saison des pluies, la végétation est faite de savane boisée et herbacée. Un peu plus au nord, l’on a un paysage formé de dunes de sable, de palmiers, d’oueds et d’oasis. Ces deux premières zones connaissent des périodes sèches assez difficiles qui obligent les éleveurs à aller chercher le pâturage vers le sud, dans la zone soudanienne.  Finalement, la zone soudanienne au sud, jouit d’un climat tropical mais elle ne couvre que 1/9 du territoire tchadien. Cette partie est la plus peuplée du pays. La saison des pluies y est importante et dure de mai à octobre. Sa végétation, qui s’étale de la savane arbustive à la forêt claire, lui permet de disposer des ressources qui sont indispensables aux troupeaux venant des zones saharienne et sahélienne pendant l’hivernage.

2Bébédjia qui est située dans l’extrême sud du Tchad, notamment au centre-est du département du Logone Oriental, est un espace convoité  qui subit une forte pression due non seulement à l’arrivée et à l’installation définitive des éleveurs nomades venus du nord et qui se livrent à l’agriculture, mais également d’autres immigrants qu’attire le projet pétrolier, car Bébédjia fait partie du champ pétrolier de Doba.

3Sa superficie est de 2 954 km2 ; ce qui représente 22,7% du département et seulement 0,23% du territoire national, cependant, drainé par le Logone, la Pandé, la Nya et la Loule, cette région bénéficie d’un climat tropical chaud et humide avec 800 à 1 200mm de pluies par an (Sama, 2003), d’une formation végétale soudanienne et d’un relief de plaine. Ces conditions font de Bébédjia une zone favorable aux activités agropastorales. En effet, l’agriculture y est pratiquée aisément, avec de fortes productions de céréales (mil, sorgho, maïs), de manioc, de légumes divers, de coton et d’arachide.

4Le milieu attire également les éleveurs nomades des zones sahélienne et saharienne. Ainsi, l’élevage, surtout celui des bovidés, y est en plein essor.

5La cohabitation entre les éleveurs venus du nord et les agriculteurs autochtones, était relativement harmonieuse autrefois et les quelques conflits qui émergeaient étaient réglés pacifiquement. Mais leur fréquence et leur violence ont considérablement augmenté aujourd’hui. Suite à la sécheresse et au démarrage du projet pétrolier de Doba dans la région, ils s’amplifient et se complexifient.

Figure 1. Localisation de la zone d’étude

Méthodologie

6Pour la collecte des données nécessaires à cette étude, nous avons procédé par entretiens et par questionnaire. Dans un premier temps en effet, nous sommes allés à la rencontre des responsables techniques de l’Institut Tchadien de Recherches Agronomiques pour le Développement (ITRAD), des services de l’agriculture et de l’élevage, de l’Office National du Développement Rural (ONDR). Nous avons également obtenu des informations auprès des agriculteurs, des éleveurs, des dirigeants du Comité de Dialogue et d’Entente (CDE), de la Commission Justice et Paix et des autorités administratives et traditionnelles.

7Ces entretiens avaient pour but de recueillir leurs points de vue sur les causes, les manifestations et les conséquences de la pression sur l’espace, sur les conflits qui en découlent et sur les modes de leur règlement.

8Dix neuf (19) responsables administratifs, techniques et traditionnelles, et vingt-trois (23) agriculteurs et éleveurs ont été interrogés. Les uns (responsables administratifs, techniques) ont été interrogés en français, tandis que les autres l’ont été en langue locale ou en Arabe.

9L’entretien a été complété par l’administration d’un questionnaire auprès des agriculteurs et des éleveurs des villages et ferricks de la région de Bébédjia. Le tableau 1 ci-dessous fait ressortir la répartition de l’échantillon :

10Ces trois villages où se sont déroulées les enquêtes ont été sélectionnés pour leur forte densité agricole et la cohabitation entre agriculteurs et éleveurs (Mbikou et Békormane 1). Le troisième village (Miandoum) a été sélectionné comme village témoin pour des besoins de comparaison. De même, les ferricks ont été choisis en raison de leur proximité avec les villages choisis et à cause de leur densité en bétail et éleveurs.

11Il s’agit d’un échantillon de convenance. Etant donné la mobilité des éleveurs et la réticence des autres acteurs, nous avons interrogés les personnes disponibles et volontaires. Sur deux cents (200) questionnaires administrés, seuls cent vingt trois (123) ont été exploitables. Sur les cent vingt trois (123), quatre vingt trois (83) sont des agriculteurs répartis dans trois villages et quarante (40) sont des éleveurs répartis dans quatre ferricks ou campements.

12Les différentes données recueillies ont été traitées sur le logiciel SPSS version 10.0 pour Windows.

Tableau 1 : Villages et ferricks enquêtés.

Tableau 1 : Villages et ferricks enquêtés.

 Source : Enquêtes de terrains, mars-avril 2002.

Résultats et discussion

Les facteurs explicatifs de la pression sur l’espace

13Les éleveurs venus du nord se sont progressivement installés dans la zone de transhumance de Bébédjia pour faire paître leur bétail en saison sèche et profiter des résidus de récolte et des repousses d’herbes après les feux de brousse. En saison des pluies, ils repartent vers le nord. Mais depuis trois décennies environ, ils tentent de se fixer définitivement pour profiter des conditions écologiques locales favorables. Dès lors, en plus de leur activité traditionnelle d’élevage, ils commencent à s’adonner à l’agriculture.

Les contraintes naturelles

14Le service de l’élevage estimait en 1970 le cheptel de bovins du Tchad à 4,5 millions. La plus grande partie se concentrait dans la zone sahélienne, la zone soudanienne comptant moins de 100 000 têtes. Mais, en 1992, au moins 26% du cheptel national se retrouve dans cette zone. Arditi (1997) écrit :

« Depuis une trentaine d’années, la détérioration des conditions des précipitations a considérablement bouleversé les conditions climatiques et écologiques de la zone sahélienne (descente des isohyètes, étalement restreint de pluies, etc.). Il s’en est suivi l’avancée du désert, qui se manifeste par la dégradation très importante des sols et des autres ressources naturelles (faune, flore, eau, …) ».

15Après les décennies de sécheresse de 1973-1975 et de 1983-1985, les éleveurs ont perdu une partie de leur bétail, parfois la plus importante. Ils s’installent le long des cours d’eau permanents de la zone sahélienne et vendent ce qui peut être vendu, afin de subvenir à leurs besoins essentiels (alimentation, santé, etc.). Suite à la dégradation continue des conditions d’élevage, ils émigrent vers le sud, attirés par l’eau et le pâturage. A ce sujet, Brown (1996) constate que :

16« Poussés vers le sud dans les vingt dernières années de sécheresse qui ont détruit les herbages du nord, des éleveurs nomades Bororo et des éleveurs transhumants Peul et Arabes continuent à migrer, de manière saisonnière ou permanente, vers la zone des champs de pétrole et de l’oléoduc pour profiter des riches pâturages nourris par les rivières. »

17Cette population humaine et animale qui s’accroît considérablement induit une pression insupportable sur le peu de ressources naturelles qui restent exploitables. Ce petit espace fertile que les éleveurs et les agriculteurs sont désormais obligés de partager, est également occupé par le projet pétrolier, ce qui débouche inéluctablement sur des conflits, malheureusement entretenus par la situation politico-militaire du pays.

L’instabilité politico-militaire

18Le Tchad est un pays fortement marqué par un clivage nord/sud, non seulement au plan de la géographie physique, mais aussi en ce qui concerne les groupes humains. Le nord, composé d’une population nomade (Goranes, Toubou) dans la zone saharienne et  d’une population au mode de vie plus varié (éleveurs/agriculteurs, nomades/sédentaires) dans la zone sahélienne, est un ensemble fortement islamisé. Issu d’anciens sultanats et empires, les peuples du nord ont régenté le territoire tchadien et organisé des razzias au détriment des peuples du sud -appelé Dar El Abid ou pays des esclaves.

19Le sud en revanche, moins étendu et plus peuplé, est en grande partie sédentaire et agricole, animiste et chrétien. Il s’est constitué en son sein une élite formée à l’école occidentale. La colonisation française contribue alors ainsi à inverser le rapport de force au profit du sud plus ouvert aux influences étrangères.

20A partir de 1966, les conflits sociaux et économiques entre le nord et le sud aboutissent à des révoltes, qui ont pour conséquence l’assassinat du président François G. Tombalbaye à l’occasion d’un putsch militaire (1975).

21L’instabilité politico-militaire s’installe. Le nord en profite pour rétablir sa domination. Plusieurs présidents vont se succéder au pouvoir. En dehors du Général F. Malloum (1975) qui est originaire du sud, les autres, c’est-à-dire Goukouni Oueddeï (1979), Hissène Habré (1982) et Idriss Déby (depuis 1990) sont issus du nord. Ces changements de dirigeants s’accompagnent de rebellions et de guerres civiles assez sanglantes, développant partout dans le pays un climat d’insécurité. Cette insécurité provoque dans la zone sahélienne des pertes en bétail et en vies humaines. Ici, le bétail devient non seulement la nourriture des rebelles, mais aussi une source de financement de la guerre.

22Pour s’en sortir, les éleveurs se réfugient, pour la plupart, dans le sud. L’afflux des personnes déplacées à cause de l’insécurité provoque, une fois de plus à Bébédjia, une mutation spatiale que le projet pétrolier de Doba vient renforcer.

Le projet pétrolier de Doba et l’afflux de la main d’oeuvre

23Pendant la phase d’exploitation du pétrole tchadien (25-30 ans), les besoins en main d’œuvre sont estimés à 550 emplois. Selon les études d’impact sur l’environnement (Brown, 1996 ; Koulro-Bézo, 2001, Madjidoto, 1999 ; Moutedé-Madji 2002), ce projet est susceptible de causer une vague d’immigration de 5 000 à 16 000 personnes. En 2002, on dénombre 3 000 immigrants dans la région, en plus des personnes employées par le projet. Dans le village de Komé Atan nouvellement créé, sur 366 habitants, 350 sont des immigrants. En 2001, la ville de Bébédjia compte 3 000 immigrants sur une population totale de 10 000 habitants. A ce rythme, Moutedé-Madji (2002) estime que le nombre d’immigrants atteindrait les 10 500 en 2004. La situation locale de l’emploi et de la démobilisation en 2004, donnée par les tableaux 2 et 3 est assez illustrative de l’ampleur de l’immigration provoquée par ce projet, en ce  qui concerne les populations tchadiennes.

Tableau 2 : Démobilisés pour le 3ème trimestre 2004.

Source : Rép. du Tchad, Projet de renforcement des capacités de gestion du secteur pétrolier, Comité technique National de suivi et de Contrôle.

24A elle seule, la société TCC Komé a démobilisé 1 000 travailleurs entre la phase de lancement et l’année 2003.

Tableau 3 : Personnel de sécurité associé au projet

Tableau 3 : Personnel de sécurité associé au projet

Source : Rép. du Tchad, Projet de renforcement des capacités de gestion du secteur pétrolier, Comité technique National de suivi et de Contrôle.

25Par ailleurs, la mise en place du projet et plus tard l’exploitation du pétrole a attiré beaucoup de personnes en quête d’emploi. Ainsi, d’abord les populations tchadiennes de l’arrière-pays comme ce groupe d’éleveurs de Ndaba près de Béro, qui a quitté son campement (avec 3 000 têtes de bœufs) pour aller se fixer à Komé (foyer du projet). Ces immigrants y pratiquent l’élevage ou l’agriculture s’ils ne sont pas embauchés dans le projet.

26Cette arrivée massive des immigrants accentue la pression sur les terres. Dans les villes, de nouveaux quartiers se créent. C’est le cas de Leldanoum à Bébédjia. Dans les espaces ruraux, certains immigrants cherchent à créer des exploitations agricoles, mais rencontrent l’opposition des populations autochtones. Moutedé-Madji (2002) a dénombré dans la région, une vingtaine d’exploitations appartenant aux immigrés.

Figure 2. Origine des immigrants à Bédédja en 2002

La pression sur l’espace et les mutations

27La pression sur l’espace a provoqué de profondes mutations à Bébédjia, notamment la réduction de l’espace agropastoral et la dégradation de l’environnement.

Les problèmes environnementaux

28Avec l’accroissement démographique, on défriche de nouveaux champs. On coupe certains arbres et les arbres fourragers pour le bétail, les arbustes pour les haies. Ce qui contribue à dégrader l’environnement, surtout autour des ferricks. A cet impact des éleveurs et des immigrants sur l’environnement, s’ajoute celui des agriculteurs qui prélèvent le bois (bois de chauffe), font les feux de brousse et brûlent les résidus des récoltes. Fort de ce qui précède, on peut convenir avec Guillaud (1993) que « l’extension prévisible des surfaces cultivées, et du fait de l’accroissement démographique et du contexte technique actuel de l’agriculture, on aura pour effet autant de réduire les ressources fourragères elles-mêmes que d’en limiter de plus en plus l’accès. »

29Les problèmes environnementaux constituent une autre préoccupation. En effet, l’extension du projet et les populations qu’il draine, porte un coup sérieux à l’environnement, compte tenu de la pollution de l’espace par l’accumulation des déchets. D’Appolonia et al. (2003) révèlent que malgré les mesures adoptées en vue de protéger l’environnement, « la gestion des déchets demeure un problème important… Les déchets dangereux, non dangereux et recyclables, continuent à s’accumuler en quantités importantes, notamment à Komé Base. » Plus grave, dans cette localité, l’incinération des déchets de cuisine se fait à l’air libre. Ce qui est bien reconnu par le projet comme susceptible de porter atteinte à la qualité de l’air respirable.

30La gestion des eaux usées pose également un problème d’ordre environnemental, tout comme la qualité des eaux souterraines et de surface est menacée par le déversement des produits pétroliers.

Tableau 4 : Disponibilité annuelle en pâturage (en % des agriculteurs) en 2002

Tableau 4 : Disponibilité annuelle en pâturage (en % des agriculteurs) en 2002

Source : Enquêtes de terrain, mars et avril 2002.

L’exploitation pétrolière et la réduction de l’espace

31Le projet pétrolier de Doba est l’un des facteurs de réduction de l’espace en défaveur des activités agropastorales. En effet, la construction des routes, du pipe-line, des forages et des logements pour les travailleurs, ainsi que l’immigration des populations, etc., ont largement empiété sur un espace qui était déjà disputé par les différents acteurs ruraux (agriculteurs et éleveurs).

32En effet, le bassin pétrolier est constitué de trois champs pétrolifères qui sont dans les cantons Komé, Miandoum et le village de Bolobo, tous dans la région de Bébédjia. Il y est prévu le forage de 300 puits de production et de 25 puits d’injection. On estimait à 28 000 le nombre d’habitants touchés par le projet, dans les cantons Béro, Komé et Miandoum. Les autres cantons qui devaient être touchés par l’oléoduc et les infrastructures routières sont Baibokoum, Bessao, Mbaisaye et Timberi, qui comptent en tout environ 63 000 habitants. Selon l’étude d’impact sur l’environnement réalisée pour Esso par Brown (1996), environ 150 familles devraient être déplacées. Or selon D’appolonia et al (2003), ce nombre est passé à 221 en 2003 et devrait augmenter en 2004 avec les acquisitions de terrain dans les champs de Komé et Bolobo.

33Pour drainer le pétrole jusqu’au port de Kribi au Cameroun sur une distance longue de 1 070 km, il faut traverser 170 km du territoire tchadien. L’emprise foncière de la route est large de 30 mètres, ce couloir ne devant comporter ni maison, ni arbre. Au total 2 124 ha de terrain seront occupés par le projet (Moutedé-Madji, 2002). Et selon D’Appolonia et al (2003), 666 ha sont nécessaires au programme pour ses exploitations. Sur 1 377 ha de terrain à restituer aux usagers d’avant les installations du projet, 786 ha ne sont plus économiquement viables. A la fin des travaux, 457 ha resteront fermés à l’utilisation du public, 831 ha seront restaurés et remis à la population. Mais les surfaces couvertes de latérite ne pourront être cultivées avant une vingtaine d’années.

 L’accroissement de la population et la surcharge de l’espace

34Selon le rapport de l’ONDR (Sama, 2003), la population rurale (éleveurs non compris) des six cantons de la sous-préfecture de Bébédjia est passée de 55 901 personnes en 1996 à 75 554 en 2002. Chez les éleveurs, l’effectif est passé de 250 en 1992, année de leur arrivée massive, à 437 en 2002. Le nombre d’éleveurs augmente avec le nombre de têtes de bétail. Ainsi, la sous-préfecture de Bébédjia a vu le cheptel de bœufs passer de 1 289 en 1982 à 7 635 en 2000 (ONDR, cité par Sama, 2003). Dans le même temps, il ressort des enquêtes de terrain, que 96% des autochtones ont pour activité principale l’agriculture. Seule une faible proportion de ceux-ci s’adonne à l’artisanat, au commerce et à la pêche.

35Les immigrants n’étant pas seulement des Tchadiens (en dehors des cadres européens et américains, certains viennent des pays voisins comme le Cameroun, la Centrafrique, le Niger, le Nigeria), de nouvelles cultures vivrières vont être introduites pour faire face à la nouvelle demande - les aliments de base des Tchadiens sont le sorgho, le riz et le maïs, ce qui n’est pas le cas de tous ceux qui viennent travailler dans le projet- d’où l’augmentation des superficies cultivables. On est passé de 16 688 ha en 2000 à 47 159 ha de culture en 2001 (selon les services de l’agriculture), ceci au détriment de l’élevage. A Bébédjia, l’espace tend à se raréfier. Et plus cet espace diminue, plus les tensions deviennent plus fortes entre agriculteurs et éleveurs d’une part, et entre autochtones et immigrants, d’autre part.

36L’accroissement de la population animale a provoqué une insuffisance du pâturage, comme l’indique le tableau 4.

37La plupart des agriculteurs pensent que l’insuffisance du pâturage est la conséquence de la sédentarisation des éleveurs. Cette situation oblige certains à acheter les tourteaux de la Cotontchad pour nourrir convenablement leurs bêtes pendant la saison sèche.

38L’augmentation de la taille du bétail a également influencé le mode d’abreuvement et la disponibilité annuelle en eau.

Tableau 5 : Mode d’abreuvement dans les ferricks (en % des éleveurs) en 2002

Tableau 5 : Mode d’abreuvement dans les ferricks (en % des éleveurs) en 2002

Source : Enquêtes de terrain, mars et avril 2002

39Il ressort des tableaux 5 et 6 que les éleveurs n’ont pas d’abreuvoir pour leur bétail. L’eau de surface reste alors le mode d’abreuvement dominant. Cette eau de surface, tout comme celle des puits, est également sollicitée par les agriculteurs. Ce qui ne manque pas de provoquer des frictions entre les deux communautés, tant la disponibilité en eau commence à diminuer de façon sérieuse dans certaines localités. Le tableau suivant synthétise les données y relatives.

Tableau 6 : Disponibilité annuelle en eau (en % des éleveurs) en 2002

Tableau 6 : Disponibilité annuelle en eau (en % des éleveurs) en 2002

Source : Enquêtes de terrain, mars et avril 2002

40Le développement de l’élevage pose également des problèmes aux agriculteurs qui cultivent le manioc. En effet, dans la sous-préfecture de Bébédjia, les superficies et la production du manioc sont en nette diminution. Les superficies sont passées de 4 199 ha en 2000 à 1 107 ha en 2001 (ONDR). Dans le canton de Béro par exemple, en 2002, la superficie cultivée en manioc est tout comme cela est le cas à Mbikou. Pourtant, depuis son introduction dans la région en 1930, le manioc a permis de résoudre les problèmes de famine. Aujourd’hui, sa culture est menacée par la sédentarisation des éleveurs dont les troupeaux détruisent les champs (Arditi, 1997).

Les conflits et leur exacerbation

41La pression sur l’espace et la gestion de celle-ci opposent les différentes communautés. Malheureusement, les autorités les récupèrent à des fins politiques ou économiques.

De la méfiance aux affrontements

42La pression sur l’espace a des conséquences négatives sur le milieu naturel. Elle est également responsable de la modification des rapports socio-économiques entre éleveurs et agriculteurs qui dès lors n’entretiennent plus des relations de complémentarité. Les premiers (96%) pratiquent l’agriculture comme activité secondaire et n’échangent plus leurs produits (lait, beurre) contre les céréales. Actuellement, ils les vendent. Ceci revient à dire que la pression sur l’espace induit un climat de tensions sociales, avec notamment la dévastation ou le piétinement des champs et le vol de bétail. Par conséquent, les affrontements se multiplient.

43Les conflits qui opposent les deux parties se sont progressivement aggravés avec l’augmentation de la pression sur l’espace. L’on est passé des conflits latents aux affrontements.

44Les conflits latents ou larvés sont la méfiance, la suspicion et sont instrumentalisés à des fins politiques. Les agriculteurs considèrent les éleveurs comme des conquérants venus du nord et proches du pouvoir politico-militaire. Ils souhaitent leur départ car leur présence représente un danger. Ils pensent que les éleveurs veulent les bouter hors de leur terroir. Se sentant menacés, les éleveurs préfèrent se rapprocher des autorités publiques pour avoir accès aux ressources naturelles. Ces formes de conflits sont perceptibles pendant les campagnes électorales et peuvent se transformer en conflits ouverts.

45Les conflits ouverts se manifestent sous la forme des affrontements, des destructions de biens (incendies, abattage de bêtes, etc.) et même des agressions (coups et blessures). De 1992 à nos jours, les exemples sont nombreux. On pourrait citer le conflit intercommunautaire de 1998 dans le canton Mbikou, suite à la destruction de 250 ha de champs par les bœufs. Ce conflit a coûté la vie à une personne dans chaque camp.

46La Nouvelle de BECCAD de Doba (citée par Sama, 2003) relate l’enlèvement le 30 janvier 2002 de dix bœufs d’attelage à Miandoum dans le canton Béboni, suivi de l’exécution de l’un des agriculteurs qui poursuivaient les assaillants. Toujours selon ce journal, le 31 janvier 2002 dans le canton Komé, il y a eu affrontement entre les éleveurs et les agriculteurs, suite à la dévastation des cultures. Un éleveur a été tué, trois agriculteurs blessés, une vache abattue et cinq bœufs d’attelage emportés.

47Avant cela, le 17 décembre 2001, le jour de la clôture du séminaire de réflexion et d’élaboration des textes relatifs à la transhumance et au nomadisme en territoire tchadien, les agriculteurs et les éleveurs s’étaient affrontés aux alentours de Moundou dans le Logone Occidental. Selon les sources hospitalières, le bilan était de trois morts (Ka-Ngahyguim, 2001). Ce sont là quelques exemples parmi tant d’autres.

48Qualifiés de « mamelles de l’économie tchadienne », l’agriculture et l’élevage peuvent s’intégrer harmonieusement du fait de leur complémentarité. Que fait-on pour que cet espace tropical puisse bénéficier avantageusement de cette association ? Quelles solutions pour sinon éradiquer, du moins atténuer ces conflits qui se sont dangereusement aggravés à partir de 1980 ?

 Un règlement partial des conflits et leur exacerbation

49Les conflits entre éleveurs et agriculteurs sont réglés par les chefs de canton ou de village, les sous-préfets ou les commandants de brigade. Les constats de destruction sont faits par l’Office National de Développement Rural (ONDR). Mais ces règlements de conflits ne donnent pas toujours satisfaction à l’une ou l’autre partie.

50Les éleveurs préfèrent s’adresser aux autorités publiques (sous-préfets, commandants de brigade), parce qu’ils estiment que les autorités traditionnelles (chefs de canton, chefs de village) sont partiales et prennent partie pour les agriculteurs. Ils accusent aussi les commandants de brigade dont ils considèrent que les jugements sont expéditifs (66% des éleveurs enquêtés). Même l’ONDR est pris à partie. Les éleveurs l’accusent de surévaluer les superficies dévastées par les bœufs et de fixer des amendes trop élevées. Pour eux, les conflits sont devenus un fonds de commerce pour les autorités. Le montant des amendes qu’on leur inflige est l’une des causes de leurs violences vis-à-vis des agriculteurs.

51Les agriculteurs, après dévastation des champs, vont vers les éleveurs pour un arrangement à l’amiable. Malheureusement, très souvent, les éleveurs ne l’entendent pas de cette oreille. Dans le cas du canton Mbikou où on enregistre le plus de conflits, seulement 3% d’agriculteurs sont satisfaits des jugements rendus. Ici les éleveurs refusent de répondre à la convocation des chefs traditionnels et rejettent leurs décisions. Les agriculteurs estiment que les autorités publiques cautionnent les actes des éleveurs. C’est pourquoi ils préfèrent se rendre justice eux-mêmes. Selon un agriculteur de Mbikou, « les éleveurs sont eux-mêmes l’Etat. Ils sont les gouvernants, le pays leur appartient ». Ce qui veut dire que derrière les éleveurs, il y a les grands commis de l’Etat. Certains éleveurs ne sont que des bouviers au service de ces gros propriétaires. Ce que confirme Ka-Ngahyguim. (2001) :

52« Mais devant la manière des autorités administratives et militaires des provinces de régler les problèmes locaux, on ne saurait négliger leur contribution à les aggraver. Non seulement elles exploitent les malheurs du monde rural, mais certaines d’entre elles sont parties prenantes aux conflits. Puisqu’elles font partie des grands éleveurs du pays. Dans ces conditions, il est impossible de parler de l’impartialité de l’administration. C’est à ce niveau que ce qu’on appelle conflits agriculteurs et éleveurs, qui ne datent pourtant pas d’aujourd’hui, a pris ces derniers temps des proportions inquiétantes. »

53Au Tchad, il y a des associations et des ONG qui œuvrent de manière formelle et informelle à la gestion des conflits entre agriculteurs et éleveurs. Leur rôle complète et appuie celui des autorités (traditionnelles et publiques) en charge de la prévention et de la gestion pacifique des conflits. Malheureusement, les différentes recommandations et résolutions ne sont pas (ou sont mal) appliquées par les fonctionnaires du commandement. De leur côté, les agriculteurs et les éleveurs les mettent difficilement en pratique. Très souvent, ils y sont poussés par les commis de l’Etat qui exacerbent les conflits dans leur intérêt (Ka-Ngahyguim, 2001).

54Le Comité de Dialogue et d’Entente (CDE) qui regroupe les agriculteurs et les éleveurs, a réussi à endiguer le développement des conflits dans certains cantons comme Bédjodom où les rapports agriculteurs-éleveurs se sont améliorés. Depuis sa création en 1992, le CDE de cette localité a réglé plusieurs litiges à l’amiable (Pabame, 2000). Mais dans la région de Bébédjia, ce n’est pas le cas. Les éleveurs refusent d’aller constater les dégâts causés par les bœufs et les nouveaux pasteurs ne veulent pas intégrer le comité. Dans ces cas, les règlements de conflits se soldant presque toujours par un échec, ce qui nous engage à envisager de nouvelles solutions.

Pour une fin des conflits agriclteurs-éleveurs à Bébédjia

55Les conditions naturelles favorables aux activités agropastorales et le projet pétrolier ont fait de la région de Bébédjia un espace très convoité. L’afflux des éleveurs nomades de la zone saharienne et sahéliénne du Tchad, menacés par les mauvaises conditions climatiques, la venue massive des immigrants à la recherche du travail, doublé de l’instabilité politico-militaire, a provoqué une forte pression sur l’espace.

56En effet, les conflits agriculteurs-éleveurs sont essentiellement liés à la gestion de l’espace. Que ce soit au Tchad ou ailleurs en Afrique, les causes sont presque toujours les mêmes : dévastation des champs ou vol des bœufs d’attelage suivi de représailles. Mais tout tourne autour de la gestion de l’espace et de l’accès aux ressources naturelles.

57La recherche des solutions à l’amiable et la prescription du respect des us et coutumes ne suffisent pas. En plus de la formation et de la sensibilisation des deux communautés sur le bien fondé de l’association agriculture-élevage (que beaucoup connaissent déjà), les tribunaux doivent être reconnus compétents en cas de conflit dans ce pays déjà bien affaibli par l’instabilité politico-militaire.

58Au-delà des actions de formation et de sensibilisation des différentes composantes de cette population à la paix et la sécurité, rôle assumé tant bien que mal par les associations, les ONG et les organisations religieuses, la solution ira dans le sens d’une nouvelle dynamique d’occupation de l’espace, avec une plus forte implication des associations et des ONG nationales ou internationales. Mais, avant tout, l’Etat se doit de jouer son rôle régulateur. Sa première action doit consister à désarmer les civils et faire « appliquer la loi dans toute sa rigueur ». Il doit soutenir toutes les parties prenantes dans le développement rural, ainsi que les agents du maintien de l’ordre, en apportant aux uns et aux autres les moyens financiers, juridiques, techniques et logistiques nécessaires.

Conclusion

59Avant 1980, les agriculteurs et les éleveurs vivaient en harmonie et leurs activités étaient complémentarité. Les agriculteurs bénéficiaient de la fumure animale et les éleveurs profitaient du pâturage. Ceux-ci donnaient du lait et du beurre aux agriculteurs contre les céréales (mil) puisqu’ils ne pratiquaient pas (ou très peu) l’agriculture. 87% d’éleveurs et 80% d’agriculteurs interrogés affirment que leurs relations étaient bonnes. Les rares problèmes liés à la gestion de l’espace se réglaient à l’amiable. Les éleveurs appelaient les agriculteurs « koura » (ami) ou « bamande » (amie ou sœur) en langue Ngambaye. Malheureusement, des oppositions se sont peu à peu développées. Aujourd’hui, les deux communautés ont « déterré la hache de guerre » à cause de la  pression de plus en plus forte sur l’espace dont l’une et l’autre veulent s’accaparer la gestion. C’est dire que les conflits agriculteurs-éleveurs sont essentiellement liés à la gestion d’un espace de plus en plus convoité du fait des contraintes naturelles et humaines.

60Pour venir à bout de cette situation embarrassante, les autorités, traditionnelles, administratives et politiques se doivent d’abandonner les mauvaises habitudes acquises qui pervertissent et exacerbent le mode actuel de gestion des conflits pour adopter des mesures plus courageuses et plus équitables.

61Note biographique

62Docteur en Géographie, Lieugomg Médard est chargé de cours au département de Géographie de la Faculté des Arts, Lettres et Sciences Humaines de l’Université de Ngaoundéré (Cameroun).

Haut de page

Bibliographie

Arditi C. 1997. Paysans Sara et éleveurs Arabes dans le sud du Tchad : du conflit à la cohabitation ? in Baroin C. Boutrais J. L’homme et l’animal dans le bassin du Lac Tchad, actes du colloque du réseau Méga-Tchad. Paris : IRD, 1999, P. 555-573. (Colloques et Séminaires). Réseau Méga-Tchad : Colloque, Orléans (FRA), 1997/10/15-17.

Bernus E. 1974. L’évolution récente des relations entre éleveurs et agriculteurs en Afrique tropicale : l’exemple du sahel nigérien in Cahiers de l’ORSTOM, n°2, vol. XI. pp. 137-143.

Brown E.P. 1996. Le milieu humain. Rapport socio-économique sur le projet d’exportation tchadienne, annexe B de l’impact sur l’environnement, Esso, 165 pages.

D’Appolonia et al, 2003, Rapport du Groupe Externe de Suivi de la Conformité Environnementale (ECMG), 9ème visite, octobre-novembre 2003, 108 pages.

Guillaud D. 1993. L’ombre du mil : Un système agropastoral en Aribinda (Burkina Faso), ORSTOM, Paris. 321 pages.

Ka-Ngahyguim F. 2001, vers la fin des conflits agriculteurs-éleveurs, in N’Djamena Bi-Hebdo, n°549 du 24 décembre 2001, [En ligne : http://www.panosparis.org/fichierProdFR/fichierProd1232.doc, Novembre 2007]

Koulro-Bézo B. 2001, Etude d’impacts de la mise en place du projet pétrolier tchadien sur l’agriculture et l’élevage dans sa zone soudanienne : cas des villages de Ndaba Bébo, Ndaba Dildo et Bam, mémoire de DESS, Université de Poitiers, 128 pages.

Madjidoto R. 1999, Le Logone Oriental à l’aube de l’ère pétrolière : Etat des lieux, Mémoire de DEA, Université de Paris I, 179 pages.

Mamadou Lamine L. et al, 2005, Rapport de mission 10 au Tchad et au Cameroun (25 septembre-18 octobre 2005), 56 pages.

M.H. AJR.S. 2003, La marque du pétrole sur la démocratie, in Le Progrès, n° 1386, [En ligne : http:/gramp.org/Presse%20Nationale/Article%2015.htm , novembre 2007].

Moutedé-Madji V. 2002, Les environnementaux et les conséquences  socio-économiques du projet pétrolier de Doba : cas de l’immigration dans la ville de Bébédjia et les villages Bam et Atan, Mémoire de Maîtrise, Université de N’Djamena, 112 pages.

Pabamé S. 2000, Le conflit agriculteurs-éleveurs dans la zone soudanienne : le cas du Moyen Chari au sud du Tchad, Mémoire de DEA, Centre National d’Etudes Agronomiques des Régions Chaudes, Montpellier, 53 pages.

République du Tchad, Projet de Renforcement des Capacités de Gestion du Secteur Pétrolier, Comité Technique National de Suivi et de Contrôle, troisième trimestre 2004, Rapport trimestriel n° 3, 42 pages.

Sama O. 2003, Bébédjia, d’une zone de cohabitation pacifique à un espace disputé au sud du Tchad, Mémoire de Maîtrise, Université de Ngaoundéré, 118 pages.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/805/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Tableau 1 : Villages et ferricks enquêtés.
Crédits  Source : Enquêtes de terrains, mars-avril 2002.
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/805/img-2.png
Fichier image/png, 9,4k
Crédits Source : Rép. du Tchad, Projet de renforcement des capacités de gestion du secteur pétrolier, Comité technique National de suivi et de Contrôle.
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/805/img-3.png
Fichier image/png, 8,3k
Titre Tableau 3 : Personnel de sécurité associé au projet
Crédits Source : Rép. du Tchad, Projet de renforcement des capacités de gestion du secteur pétrolier, Comité technique National de suivi et de Contrôle.
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/805/img-4.png
Fichier image/png, 3,5k
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/805/img-5.png
Fichier image/png, 4,9k
Titre Tableau 4 : Disponibilité annuelle en pâturage (en % des agriculteurs) en 2002
Crédits Source : Enquêtes de terrain, mars et avril 2002.
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/805/img-6.png
Fichier image/png, 4,5k
Titre Tableau 5 : Mode d’abreuvement dans les ferricks (en % des éleveurs) en 2002
Crédits Source : Enquêtes de terrain, mars et avril 2002
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/805/img-7.png
Fichier image/png, 5,6k
Titre Tableau 6 : Disponibilité annuelle en eau (en % des éleveurs) en 2002
Crédits Source : Enquêtes de terrain, mars et avril 2002
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/805/img-8.png
Fichier image/png, 4,7k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lieugomg Médard et Sama Ozias, « Bébédjia (sud du Tchad), un espace sous pression », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 4 | novembre 2007, mis en ligne le 11 novembre 2007, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://vertigo.revues.org/805 ; DOI : 10.4000/vertigo.805

Haut de page

Auteurs

Lieugomg Médard

Chargé de cours, Université de Ngaoundéré, B.P. 454, Ngaoundéré, Adamawa, Camerounlieugomg@yahoo.fr

Sama Ozias

Étudiant en maîtrise, Université de Ngaoundéré, B.P. 454, Ngaoundéré, Adamawa, Cameroun

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page