Navigation – Plan du site
Dossier : Le désert et la désertification : impacts, adaptation et politiques

Approche anthropique du phénomène de désertification dans un espace steppique : le cas des hautes plaines occidentales algériennes.

Mohamed Hadeid

Résumés

Il est évident qu’il y a interactions entre les sociétés et les paysages, aucun ne le nie, mais la question fondamentale qui se pose est celle de l’origine ou bien des facteurs qui sont derrière cette interaction, notamment quand elle perturbe l’équilibre écologique d’une région. Les Hautes Plaines Sud-Oranaises représentent une région steppique à vocation pastorale et dont le milieu naturel est fragile. Ne permettant pas un peuplement dense, les caractéristiques biogéographiques de la steppe ont permis à l’homme de s’y adapter en adoptant le nomadisme comme mode de vie. Ce dernier est basé sur les déplacements saisonniers des hommes et des troupeaux entre le nord et le sud. Cette forme d’adaptation de l’homme avec son milieu a engendré un certain équilibre écologique qui a duré des siècles. Actuellement, cet équilibre est rompu. Le phénomène de désertification de la steppe ne cesse de s’étendre et tend à contrarier le processus de développement d’un espace longtemps marginalisé et défavorisé. Notre intérêt portera beaucoup plus sur la dynamique de ce déséquilibre, sur sa dimension historique, économique et sociale. Autrement dit, comment cette société traditionnelle a-t-elle atteint ce degré de déstructuration ? Comment cette déstructuration a entraîné à la fois, une dégradation des paysages et un vaste processus de désertification. Les réponses sur ces questions sont fondamentales quant à la compréhension des sources de ce problème écologique : de son déclenchement, de sa propagation. La crédibilité, la faisabilité et l’efficacité des actions d’aménagements en dépendent totalement ou presque.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les Hautes Plaines occidentales font partie d’un ensemble géographique connu sous le nom de la steppe algérienne. Il s’agit d’un espace spécifique situé entre deux chaînes montagneuses : l’Atlas tellien au nord et l’Atlas saharien au sud, au sein duquel le pastoralisme représente l’activité de base de la population. La nouvelle restructuration de l’espace steppique algérien caractérisée par un développement des agglomérations et la sédentarisation des nomades dans un espace aussi fragile que la steppe, a eu des conséquences écologiques de plus en plus inquiétantes (Hadeid, 2006). L’état critique de la steppe algérienne dans sa partie occidentale est devenu un sujet très répandu au niveau national. Il s’agit de la dégradation du couvert végétal qui tend à se propager dans toute la région. Cette dégradation engendre automatiquement la désertification, plaidant ainsi en faveur de la théorie selon laquelle « le désert ne remonte pas du Sahara mais se forme sur place » (Callot, 1987). Lorsque l’on évoque ce phénomène, on a toujours tendance à accuser les pratiques anarchiques des éleveurs en matière d’élevage mais aussi la sécheresse. Pourtant, d’autres facteurs y participent fortement. Ainsi, détecter tous les facteurs qui contribuent au renforcement de ce fléau s’avère nécessaire pour tenter de freiner ses effets sur l’espace naturel (ensablement et dégradation de la végétation naturelle), mais surtout sur les activités humaines (ensablement des habitations, des équipements collectifs, des voies de communications…).

2L’objectif de présent article est de mettre en relief ce problème écologique, son ampleur et ses répercussions sur l’espace et la société pastorale de cette région. Cette recherche se base essentiellement sur l’observation dans la mesure où les résultats obtenus représentent les fruits de 15 ans de suivi de l’évolution de cet espace sur le plan spatial que social. Les données retenues de cette observation (enquêtes terrain, statistiques de la population, effectifs du cheptel, données des surfaces agricoles, documents cartographiques, photos…) ont été croisées avec les différents travaux de quelques chercheurs (géographes, économistes, agronomes…)  s’intéressant à ce type d’espace. L’approche multidisciplinaire dans ce type de recherche s’avère indispensable afin de tenter de cerner ce phénomène complexe dans son fonctionnement et dont les facteurs sont liés étroitement à l’intervention de l’homme, mais aussi, aux caprices du climat. Cette recherche se veut non comme une synthèse exhaustive de l’approche anthropique du phénomène de la désertification sur un espace steppique, mais plutôt, comme une base de réflexion qui peut être suivi par d’autres chercheurs en s’intéressant plus finement sur les différents facteurs et aspects ayant déclenché ou ayant contribué à amplifier ce fléau écologique citées dans cette présente tentative.

La désertification de la steppe : un fait d’origine coloniale.

3L’interaction entre les sociétés et les paysages est évidente, personne ne le nie (Montchaussé, 1977). Mais la question fondamentale qui se pose, concerne l’origine ou bien les facteurs qui sont derrière cette interaction, notamment quand elle perturbe l’équilibre écologique d’une région.

4Les travaux des différents chercheurs indiquent que l’origine de la désertisation de la steppe n’est pas le fait unique du climat. (Boukhobza, 1976 ; 1982 ; Couderc, 1979 ; Bedrani, 1994, Aidoud, 1993 ; Montchaussé, 1977 ; Weexteen, 1977). Elle est aussi d’ordre social : « Le déroulement de l’histoire s’inscrit dans les paysages. En effet, si l’évolution multimillénaire du climat a une origine naturelle indéniable, il n’y a pas d’exemples montrant que les grandes péjorations climatiques séculaires ou infra-séculaires ne sont pas d’origine humaine, sauf dans le cas particulier de cataclysme » (Montchaussé, 1977). Cependant, dans la steppe algérienne en général, quelques travaux sur le phénomène de désertification parus dans les années soixante dix, diffèrent dans leurs points de vues sur les véritables acteurs ayant déclenché ce phénomène écologique. Selon le géographe De Planhol (1968), « la société indigène elle-même est à l’origine de cette péjoration ou pour le moins, les musulmans et l’Islam l’auraient singulièrement aggravée ». Pour d’autres, « même s’il n’est pas question de faire abstraction d’un élément social aussi important que l’omniprésence de l’Islam, il serait encore plus coupable, sur le plan théorique de sous-estimer les vagues successives de colonisation que la terre algérienne a connues au cours de son histoire. La colonisation française ayant été le point le plus culminant de ce phénomène ».(Montchaussé, 1977).Mais, étudier l’histoire de cette région semble dire le contraire. Autrement dit, le phénomène de déclenchement de la désertification dans la steppe n’a vraiment démarré que durant le début du 20ème siècle,période durant laquelle, la steppe était colonisée par les Français. « Les Turcs qui ont précédé la colonisation française, avaient porté quelques modifications aux pratiques pastorales, mais ne les avaient pas bouleversé; l'administration turque, en s'appuyant sur des tribus pour contrôler d'autres, avait comme but principal, de faire rentrer les impôts dans les caisses du Beylik. Les Turcs incitaient dans l'Ouest, les tribus de la steppe à rester au sud de la tribu Maghzen, et donc à limiter leur rayon de migrations » (Couderc, 1979). Ce phénomène de dégradation de la steppe a été toutefois renforcé après l’indépendance dans la mesure où l’Etat dans un souci d'homogénéisation et d'encadrement de tous les espaces du pays, mais aussi pour "briser" certaines structures régionales, n’a fait que suivre ce qui a été initié durant la période coloniale : regroupement de la population steppique et abolition du nomadisme ; ce dernier étant considéré comme incompatible avec la modernité. Ainsi, l’explication de la désertification de la steppe algérienne« doit donc s’articuler sur la société autochtone – tant dans ces caractères infrastructurels que superstructurels – et l’impérialisme » (Montchaussé, 1977).

La désertification de la steppe : une rupture d’équilibre causée par une déstructuration d’une société traditionnelle.

5Le nomadisme, synonyme du pastoralisme traditionnel, tiresa raison d’être dans le paysage steppique. La fragilité du couvert végétal disparate, l’éparpillement des points d’eau et la faible valeur nutritive de la flore entraînent le déplacement des troupeaux, afin de renouveler sans cesse la pâture. Le nomadisme représente ainsi un véritable mode de vie fondé sur les transhumances vers le nord du pays en été et vers le sud durant l’hiver. Après plus d’un siècle de colonisation française, ce mode de vie allait changer profondément à cause des objectifs de la colonisation liés à la maîtrise de cette population mobile. La sédentarisation forcée des nomades a été l’un des outils de la colonisation afin d’obliger les nomades à abandonner ce mode de vie et se fixer définitivement au sein des agglomérations. La politique de regroupement appliquée à partir des années cinquante a été la plus frappante. En fait, cette date correspond à la guerre de libération nationale (1954-1962) où les autorités militaires prirent conscience de leur faiblesse face à l'hostilité des nomades. Dès lors, de véritables camps de regroupement ont été créés pour isoler les combattants de leurs bases populaires ; tout nomade était considéré comme suspect s'il n'était pas regroupé. L'emplacement des regroupements ne fut pas choisi en fonction des réalités économiques (pâturages, densités de population...), mais en fonction des impératifs militaires et de suivi de la population. Ainsi, 31 camps de regroupement furent créés dans les trois arrondissements, Mécheria, Aïn Sefra et Géryville (El Bayadh), dans lesquels près de 55 000 personnes furent rassemblées, abrités sous près de 9 000 khaïmates (tentes) ». (Couderc, 1979)

6L’Etat algérien a presque recopié les actions de la colonisation, mais cette fois-ci, dans un souci de développement et d’intégration dans l’espace national. Le nomadisme est mal vu par l’Etat soucieux d’appliquer sa politique économique et sociale sur l’ensemble du territoire national. Cette politique doit s’opérer sur une population algérienne considérée au départ comme homogène. Ainsi, l’organisation traditionnelle ou ce qui en reste, n’était pas la bienvenue dans la mesure où l’Etat avec sa politique volontariste voulait restructurer l’espace et la société en même temps et ce, afin d’instaurer sa politique de développement fondée sur le socialisme. Le nomadisme, considéré comme un acte antisocial, devait être supprimé au profit d’une exploitation collective et sédentaire des potentialités animales dans l’espace steppique. Actuellement, le quart de la population pastorale pratique encore le nomadisme contre les trois quarts en 1966, mais un nomadisme qui a changé de forme dans la mesure où il devient une simple activité. La famille nomade est fixée dans les petites agglomérations steppiques ou dans les centres urbains, alors que le père ou les fils pratiquent l’élevage transhumant avec des moyens de mécanisation modernes. Les gros éleveurs répartissent leur cheptel en plusieurs parties et les cèdent à des bergers qui se chargent eux-mêmes de pâturer. Qu’on parle de nomade ou de semi-nomade, là n’est pas la question, le plus important à retenir est que le nomadisme n’est plus le mode de vie autour duquel toute la vie nomade tournait autour, mais il s’est transformé en une simple activité basé sur l’élevage transhumant avec une logistique plus développée. (Hadeid, 2006)

7Ainsi, sur l’étude de l’évolution de cet espace et de sa société a permis de déduire que cette société pastorale est passée, durant ce dernier siècle, d’une société organisée à une société incapable de se reproduire et de prendre en charge son fonctionnement comme durant la période précoloniale, entraînant dans sa chute les paysages.En effet, la production, la répartition et la consommation des ressources sont gérées, réglées et affectées sur la base communautaire tribale (Boukhobza, 1982). Durant plus d’un siècle de colonisation de la steppe, la société pastorale traditionnelle a perdu non seulement son équilibre mais sa structuration, son organisation et ce, grâce aux moyens que s’est donnée cette colonisation (lois foncières, oppression, regroupement forcé…). Actuellement, la question qui se pose est de savoir comment cette société traditionnelle a-t-elle atteint ce degré de déstructuration ? Comment cette déstructuration a-elle entraîné à la fois, une dégradation des paysages et un vaste processus de désertification ?

L’exploitation des ressources naturelles de la steppe.

8En vivant sur le capital naturel et non sur les revenus naturels, par la suppression du rapport nécessaire existant entre les terres exploitées (céréaliculture, élevage) et les terres exploitables, les potentialités agricoles de la steppe ont décliné. L’exploitation dite minière de l’espace steppique englobe les éléments les plus connus parce que les plus visibles.

La céréaliculture : une nécessité incontournable actuellement.

9La céréaliculture était pratiquée depuis toujours dans la steppe, mais elle se limitait « aux cultures de décrue dans les bas fonds inondables produisant des rendements acceptables sans grands dommages pour les parcours » (Le Houerou, 1968)

10Ainsi, le nomade n’a jamais hésité à pratiquer de l’agriculture dans la steppe quand le besoin s’en faisait sentir. Cette pratique ne cesse de s’élargir et de s’étendre partout dans l’espace steppique. Les superficies défrichées augmentent chaque année et la culture des céréales tend à devenir l’activité productive principale de la steppe ? Cette pratique est liée plus particulièrement au souci de l’éleveur à assurer un complément de nourriture pour son cheptel et ce, quant la végétation naturelle se fait rare et/ou les aliments du bétail sont parfois inaccessibles à cause de leur prix exorbitants (tableau 1).

Tableau 1.  Évolution des superficies agricoles dans deux communes steppiques.  

Direction de l’agriculture de la wilaya de Naama (1998)

Communes.

Superficie agricole en 1995.

Superficie agricole en 1998.

Taux d’évolution.

Mécheria

2 936

4 160

41.7 %

Naama

3 012

14 356

376.6 %

11Et si les labours touchaient auparavant les bas fonds des vallées, à présent les sols les plus pauvres sont concernés et les zones les plus fragiles sont touchées. En fait, la pratique de la céréaliculture est aléatoire et empiète sur les terres de parcours elles-mêmes, contribuant ainsi à leur réduction. Progression des défrichements et réduction des parcours ne font que rendre les conditions d’élevage de plus en plus difficiles et aléatoires. En plus, si l’emblavage suit le défrichement, la récolte est suivie par l’érosion. « Le sol dénudé devient rapidement la proie du vent » (Montchaussé, 1977).

12Cependant, il faut signaler que la majorité de la population pastorale vit en économie de subsistance et que la céréaliculture est une pratique économique vitale et incontournable pour les habitants de la steppe. Cette association agriculture-élevage a été depuis longtemps une caractéristique de la vie nomade (Boukhobza, 1982). Ces pratiques sont complémentaires dans la mesure où elles constituent un apport pour l’alimentation du bétail.

13Durant cette dernière décennie caractérisée par la libéralisation du marché et l’augmentation des prix des aliments du bétail, avec la persistance de la sécheresse, la céréaliculture est devenue plus qu’une nécessité pour les nomades. Dans un moment où la dégradation de la steppe est devenue un sujet d’actualité, la pratique des labours qui a été déjà interdite dans la steppe occidentale en 1971, est actuellement formellement interdite aux éleveurs nomades. Les autorités locales ont tenté de réagir fermement dans la mesure où ce problème écologique a été enfin pris au sérieux au niveau central. Ces mesures ont été suivies par des réactions très musclées de la part des nomades, notamment dans la wilaya (équivalent de préfecture en France) d’El Bayadh, où le wali (équivalent du Préfet en France) s’est chargé personnellement de cette application.

14Pour contrôler cette opération de la pratique de la céréaliculture dans la steppe, les Services de l’agriculture des différentes communes de la région ont distribué des autorisations de labours aux nomades désirant labourer suivant des conditions définies au préalable : superficie, nature des terres… Mais, cette opération n’a pas permis un contrôle et une maîtrise du phénomène. Le nombre des nomades ayant procédé à des labours sans l’autorisation des Services agricoles dépasse largement celui autorisé. Dans la commune de Rogassa par exemple, la superficie des labours a atteint en 1998, 4780 ha pour 780 autorisations. En effectuant un autre recensement par les Services agricoles de la commune en vue d’un contrôle, il s’est avéré que la surface réellement labourée a été évaluée à plus de 5701 ha. Autrement dit, plus de 150 personnes ont effectué des labours sans autorisation, sur une superficie de près de 921 ha.

15Dans la wilaya de Naama, le phénomène semble être plus conséquent. Les chiffres obtenus pour deux communes steppiques indiquent que l’augmentation des superficies exploitées dépasse « l’imagination ». Les données que nous propose la Direction de l’agriculture de la wilaya de Naama sont peut-être imprécises ou bien surestimées, néanmoins, elles montent l’ampleur du phénomène concernant la pratique de l’agriculture en milieu steppique (tableau 1).

16A côté de cette extension des superficies destinées aux emblavures, il faut savoir que la quasi totalité des surfaces est dirigée vers la céréaliculture qui en détient plus de 90% des surfaces cultivées. Cependant, le rendement a été toujours faible dans ces zones caractérisées par l’insuffisance et l’irrégularité des précipitations (tableau 2).

Tableau 2. Rendements des céréales dans quatre communes de la wilaya de Naama.

(Source : Direction de l’agriculture de la wilaya de Naama, 1998).

Types de céréales.

Surface cultivée (Ha).

Production (Qx)

Rendement (Qx/ha).

Naama.

520

2 490

5

Mécheria.

790

4 522

6

Aïn Ben Khelil.

366

754

2

El Biod.

2 161

15 800

7

17D’après notre enquête terrain, il faut signaler que cette pratique des labours sert aussi à délimiter des aires de parcours, autrement dit, elle agit comme une sorte de clôture afin d’interdire aux troupeaux des autres éleveurs l’accès à ces terrains. Cette attitude, si elle s’avère positive puisqu’elle permet une sauvegarde de nombre de terrains de parcours, a aussi un aspect négatif puisqu’elle permet l’installation d’un certain « individualisme » de la part de ces éleveurs, en forçant les autres à chercher d’autres zones plus accessibles et donc plus soumises à une surexploitation des autres pâturages ouverts.

18A présent, essayer d’interdire à ces nomades la pratique des labours dans la steppe, ne fera qu’amplifier les résistances de ces populations envers les actions étatiques. Ce phénomène, qui contribue à la dégradation naturelle de la steppe, représente actuellement une nécessité absolue, dans une période caractérisée par la sécheresse et par la hausse des prix des aliments du bétail. Il ne peut être réglé séparément des autres éléments impliqués dans le processus de développement de la steppe.  

Le surpâturage : résultat de la réduction des aires de parcours.

19Le pastoralisme est l’activité productive traditionnelle de la steppe. Cependant, il faut signaler qu’à côté de cet élevage traditionnel, il existe un autre plus moderne, dont la préoccupation principale est la commercialisation effective de la production animale. Ni le secteur traditionnel, ni le secteur plus moderne ne semblent être favorables, par leurs logiques économiques propres, à la conservation des paysages steppiques.

20L’activité pastorale traditionnelle relève d’une logique économique basée sur l‘utilisation optimale des potentialités végétales : le pasteur considère son cheptel comme un moyen de thésaurisation, une réserve de valeur, autrement dit, « une caisse d’épargne ». Il représente l’unité de mesure quant à sa richesse et notamment celle de sa considération sociale (Montchaussé, 1977). Alors que le pastoralisme pratiqué par les gros éleveurs, obéit à une logique de marché, dirigée par la recherche du profit seulement. Dans ce cas, l’éleveur se prête toujours à retirer le maximum de bénéfices de son exploitation, sans se préoccuper d’une utilisation optimale des ressources végétales, ni du couvert végétal de la steppe. Bref, il cherche, par la commercialisation des animaux, un profit maximum.

21Ces deux logiques, traditionnelle et moderne, sont soutenues par des moyens logistiques différents. Les premiers, ne disposant pas de moyens de transport modernes, préfèrent réduire leurs aires de parcours et laisser ainsi, leur cheptel pâturer dans les environs, engendrant des auréoles de dégradation de plus en plus poussées. Alors que les seconds, équipés de moyens de transport, se permettent ainsi de déplacer leurs troupeaux là où la végétation steppique est présente. Ainsi, malgré leur antagonisme, la logique traditionnelle et moderne de l’activité pastorale concourent à la fois au surpâturage, ce qui entraîne évidemment la réduction du tapis végétal, dans la mesure où la consommation végétale dépasse les possibilités de renouvellement de la végétation.

22Cela nous amène à nous interroger sur la responsabilité de la taille du cheptel lui même, pour le surpâturage. Suivant le temps, le nombre de têtes vivant dans la steppe semble ne pas connaître de grandes différences, quoiqu’il n’est pas toujours évident de connaître le nombre exact des troupeaux sillonnant la steppe (tableau 3).

Tableau 3. Nombre de têtes des troupeaux dans la wilaya de Naama.

Source : Direction de l’agriculture de la wilaya de Naama

Années.

Ovins

Bovins

Caprins

Total

1995

702 792

16 827

8 537

  728 156

1998

786 220

16 969

17 503

820 692

1999

812 000

12 270

16 440

840 710

23Il est clair que le nombre de têtes dans la steppe semble stationnaire avec quelques nuances (près de 15% de croissance entre 1995 et 1999 pour la wilaya de Naama). La charge pastorale indique quant à elle une légère augmentation puisqu’elle varie entre 0,36 têtes/ha (1995) et 0,42 têtes/ha (1999). Notons que la charge qui permet l’équilibre a pu être estimée en 1982 à 0,25 têtes/ha (Boukhobza, 1982). En conséquence, le surpâturage est-il lié au nombre important des troupeaux ou bien c’est le système d’élevage lui-même qui n’est pas adapté à un milieu aussi fragile que celui de la steppe ?

Le surpâturage : résultat  de la modernisation des moyens de transport.

24Divers facteurs ont profondément touché les modes traditionnels d’utilisation de l’espace steppique. La colonisation a été derrière le déclenchement du déclin des modes traditionnels, seulement, après l’indépendance, ces changements allaient s’accélérer plus encore dans une étape où l’Algérie avait une grande volonté de hisser le pays à un certain degré de développement. Ce développement et cette modernité tant voulue ont aussi intéressé les éleveurs nomades pour tenter de moderniser leur activité, secouée par les sécheresses et par la dégradation des parcours. La présence de la mécanisation dans la vie de l’éleveur est devenue plus qu’indispensable. La mécanisation est sans aucun doute le moyen le plus efficace, permettant aux éleveurs de couvrir de vastes espaces de la steppe, même les plus éloignés, auparavant reconnus par le droit coutumier en matière d’utilisation et d’exploitation. Le transport mécanisé permet donc de gagner du temps en déplacements et ainsi, toucher une grande partie de pâturages durant la journée. Les déplacements traditionnels étaient lents et n’avait pas cette grande possibilité de couverture de pâturages de plus en plus vastes.

25Cette mécanisation, qui n’est pas le fait exclusif de la région des Hautes Plaines occidentales, permet aussi l’afflux même des éleveurs avec leurs troupeaux en provenance d’autres régions steppiques, notamment ceux de steppe centrale et orientale. Ces derniers cherchent généralement les bons pâturages, notamment ceux des environs de Aïn Sefra, mais aussi ceux se situant aux alentours des chotts (auréoles de végétation halophile entourant une dépression fermée; par extension, lac salé).

26Dans la wilaya de Naama, les enquêtes menées ont démontré que la mécanisation est généralisée, dans la mesure où près de 95% des éleveurs nomades enquêtés possèdent au moins un camion. Selon la Direction des transports de la wilaya concernée, près de 1 600 camions de ce genre circule dans la wilaya. Ces mêmes enquêtes ont souligné la spécificité de cette wilaya steppique, en particulier en matière du type de véhicule utilisé. Le camion GAK de Berliet est le plus utilisé puisque en sillonnant les routes, ce véhicule aux qualités remarquables d’adaptation au milieu steppique, à la facilité d’entretien et de réparation des pièces est presque partout. De part sa rapidité et son adaptation aux pistes de la steppe, ce camion s’est rapidement substitué aux moyens rudimentaires utilisés jusque là (Khaldoun, 2000).

27Le camion joue aussi un rôle primordial dans l’organisation et la tenue des souks hebdomadaires. En effet, ce moyen de transport permet aux éleveurs de sillonner le territoire d’est en ouest et du nord au sud, permettant ainsi de réduire considérablement le rôle prépondérant des intermédiaires opérant au niveau des souks. Ces moyens de transport contribuent actuellement largement à la sauvegarde de l’activité pastorale : recherche rapide des pâturages, transport aisé des citernes pour l’abreuvement sans passer par les points d’eau, transport facile et rapide vers le Tell pour l’achaba (mouvement de transhumance vers le nord). Mais, tous ces avantages ne représentent-ils pas eux-mêmes des facteurs ayant contribué et contribuent encore à la dégradation de la steppe. L’utilisation de ces moyens modernes ne correspond pas finalement avec le mode traditionnel d’élevage qui permettait la végétation steppique de se régénérer. L’utilisation rapide des pâturages accélère la dégradation du couvert végétal et ne lui donne pas le temps nécessaire de se reproduire. Par conséquent, la mécanisation est un moyen efficace pour le maintien de l’activité pastorale dans la conjoncture actuelle, mais à quel prix ?

L’arrachage des espèces ligneuses : un autre facteur de dégradation.

28La steppe est caractérisée par un hiver rigoureux. La population steppique auparavant était obligée de se réchauffer pour se protéger du froid et pour cuire les aliments. L’inaccessibilité des combustibles industriels et l’absence de véritables forêts ont conduit les nomades à arracher les plantes capables à subvenir à leurs besoins. Les types de végétation les plus touchés sont le jujubier (Ziziphus lotus) et l’armoise (Artemisia alba alba).et, quand ces dernières se font rares, ce sont les touffes d’alfa (Stippa tenacessima) qui sont victimes à leur tour des besoins des nomades. Il faut savoir que la végétation arbustive ne repousse pas et même la végétation herbacée associée à ces buissons disparaît avec eux. Ainsi, le sol qui se trouvait un peu protégé et humidifié se dessèche et s’érode automatiquement sous l’action du vent (Montchaussé, 1977).

29En ce sens, il est clair que la diffusion du gaz butane est l’opération incontournable afin de contenir à court terme et réduire à plus long terme la dégradation des plantes arbustives, processus qui a pu être accompli dans la steppe occidentale. Les nomades semi-sédentaires  pratiquant encore l’élevage itinérant et qui se sont fixés en zone éparse se localisent généralement aux environs des agglomérations et ainsi bénéficient des services (scolarité des enfants, accès au centre de santé…) situés à leurs niveaux.

30Actuellement, on assiste à un renversement du phénomène. La libéralisation du marché en Algérie a entraîné la hausse des prix des aliments mais aussi ceux des bouteilles de gaz butane. Les nomades utilisent le gaz pour cuire les aliments seulement mais pour se réchauffer, ils utilisent du bois acheté au nord. C’est ainsi que tout un commerce de bois de chauffe s’est installé dans la steppe pour cet usage notamment durant la période hivernale. Les vendeurs qui ne sont pas forcément des agriculteurs, proviennent des wilayat du nord comme Aïn-Témouchent, et proposent un chargement de bois pour une somme de 8 000 à 10 000 Dinars algérien, soit de 136 à 170 $ canadiens ou de 92 à 115 Euros .

31Ce phénomène d’importation du bois du nord du pays est apparu dans la mesure où la végétation rare existante est réservée pour la pâture du cheptel. C’est un signe irréversible de la situation critique de la dégradation naturelle de la steppe.

L’abreuvement localisé : un facteur de dégradation peu déclaré.

32L’autre facteur de dégradation, qu’on a toujours tendance à négliger (Couderc, 1979), est celui du souci constant du nomade de ne pas trop s’éloigner des points d’eau. La dégradation ou le surpâturage ne touche pas ainsi d’une façon uniforme les parcours steppiques. Les points d’eau représentant des lieux ponctuels d’abreuvement sont depuis toujours des lieux où les sols subissent une dégradation plus poussée. Le phénomène est engendré par le piétinement des animaux et par toutes les conséquences de la vie de campement : céréaliculture et exploitation de la végétation existante pour nourrir le bétail ou bien pour se réchauffer. Ce piétinement des animaux peut s’étendre sur un rayon de 5 km autour du point d’eau ou de l’agglomération s’il s’agit d’une population sédentaire. Autrement dit, la surface dégradée autour du point d’eau peut atteindre 80 km2. Si une commune steppique possède 10 points d’eau connaissant le même rythme de piétinement, on peut évaluer la surface des zones dégradées à près de 80 000 ha. Ce qui représente une surface énorme, en sachant qu’il existe plusieurs dizaines de points d’eau répartis sur la steppe. Ces auréoles apparaissent de moins en moins dégradées au fur et à mesure qu’on s’éloigne des points d’abreuvement. « Ce piétinement contribue au tassement du sol et à la constitution d’une couche très dure et relativement imperméable concourant simultanément à la diminution des possibilités d’absorption hydrique des sols et au ruissellement des eaux, facteurs de dégradation et d’érosion des sols » (Montchaussé, 1977).

La sédentarisation est-elle un facteur de dégradation de la steppe.

33L’étude de la sédentarisation a démontré que celle-ci ne s’effectue pas seulement au sein des agglomérations, mais qu’il existe un autre mode qui est celui de la sédentarisation en zone éparse. Les raisons de ce phénomène sont liées à la crainte qu’éprouvent les nomades à s’insérer dans un mode de vie citadin, mais aussi pour ne pas étaler leur misère devant les citadins aux conditions desquelles ils n'ont cessé d'aspirer. Les chiffres concernant l’évolution de la population éparse indiquent une augmentation peut-être pas aussi forte que celle du regroupement de la population steppique, mais elle est de taille pour attirer l’attention. En effet, la population de la zone éparse est passée de 28 896habitants en 1966 à plus de 47 900habitants en 1998. Notons que la densité dans la steppe occidentale est assez faible puisqu’elle est de l’ordre de 3.9 hab/km2 selon le recensement de 2008. Cette densité est plus importante en zone urbaine avec plus de 7 hab/ km2, alors qu’elle n’atteigne même pas un habitant dans deux kilomètres carrés en zone éparse.

34Dans cette dernière, la juxtaposition d’une tente et d’une habitation en dur témoigne de cette transformation du bâti résidentiel des nomades. Le nomade ne fait plus de déplacements réguliers comme auparavant. Mais il est fixé sur place avec son cheptel qu’il laisse pâturer dans les environs. Le complément de la nourriture est acheté essentiellement au marché noir. Quant à l’abreuvement, il se fait par le biais de puits situés près de la maison. Généralement, la localisation des puits conditionne la répartition des habitations en zone éparse. Les nomades se fixent dans la majorité des cas là où l’eau est disponible. D’un autre côté, les sols des environs de ces habitations sont totalement dénudés et dépourvus de végétation steppique.

35Ce phénomène de dégradation existe dans tous les secteurs où la sédentarisation en zone éparse est bien présente. En effet, dans toutes les zones où cette population éparse est présente, le sol est totalement dénudé, entraînant une grande instabilité des terres ; ces sols sont soumis automatiquement, par la sécheresse et les vents à la désertification. Il faut signaler aussi que cette dernière est renforcée par d'autres pratiques des nomades sédentarisés en zone éparse comme c’est le cas des labours, attitude dont on a déjà exposé les risques lors de l’approche de la céréaliculture dans la steppe. Cette pratique sert comme on l’a soulevé avant, à délimiter les aires de parcours pour les préserver des intrus, mais elle est utilisée aussi comme un complément de nourriture pour le cheptel dans une période où les prix des aliments de bétail sont jugés inaccessibles.

36Et si les pratiques « anarchiques » en matière d’élevage concernent plus particulièrement les gros éleveurs ayant les gros moyens, la sédentarisation en zone éparse touche pratiquement toutes les catégories d’éleveurs.

L’augmentation de la population pastorale et celle des troupeaux sont-ils synonymes de la dégradation naturelle de la steppe.

37 Cet aspect a été étudié par différents chercheurs s’intéressant plus particulièrement aux espaces steppiques (Boukhobza, 1976, 1982 ; Couderc, 1979 ; Bedrani, 1994 ; Aidoud, 1993, Montchaussé, 1977 ; Weexteen, 1977). Selon leurs analyses, il semblerait que les avis soient partagés quant à la responsabilité de la croissance de la population et la croissance du troupeau dans la dégradation de la steppe. De même, l’étude faite par le MARA (Ministère de l’agriculture et de la révolution agraire) en 1968 (MARA, 1974) n’a fait que confirmer cette hypothèse. Ainsi, tout le monde persiste que cet aspect est réellement fautif, à l’exception de R. Couderc et R. Weexteen qui nuancent ce facteur. Ces deux chercheurs soulèvent le problème des données concernant les effectifs des troupeaux d’où le caractère très variable des chiffres (figure 1) d’un côté et leur niveau d’exactitude d’un autre côté. « Les recensements du cheptel furent toujours beaucoup plus imprécis que ceux de la population : les animaux étant base d’assiette de l’impôt, le souci de dissimulation a toujours prévalu sur celui d’une connaissance précise » (Couderc, 1979). Selon ce même auteur, l’évolution globale du cheptel ovin depuis 1889 jusqu’avant la sécheresse de 1970-1971 a connu une certaine stagnation tout en supposant un taux de sous-évaluation constant, ce qui ne témoigne pas d’un accroissement continue de la charge pastorale. Ainsi, le troupeau ne s’est pas développé parallèlement à la population, d’autant plus que les nomades regroupés en masse dans les villes de la steppe ne sont pas des mangeurs de viande, ce qui implique que « la croissance démographique et l’accroissement éventuel du troupeau ne sauraient donc être tenus pour responsables que d’une faible proportion de la dégradation du milieu » (Couderc, 1979). Weexteen soulève quant à lui le problème de la sédentarisation. Cet aspect ayant conduit à la diminution progressive des nomades parcourant la steppe peut-il constituer une « décharge » de celle-ci qui va à l’encontre du processus de dégradation constaté ? « En 50 ans, la proportion de citadins dans la population totale de la steppe a donc quadruplé. Pour rendre responsable de la dégradation de la steppe l’accroissement de cette population citadine, il faut montrer que l’évolution qualitative des besoins de la population urbaine (demande de viande essentiellement) a aboutit à un accroissement du troupeau et à la dégradation de la steppe » (Weexteen, 1977). Cependant, si le taux de sédentarisation en accroissement continu a été derrière la dépossession totale d’un grand nombre de pasteurs de leur troupeau, il ne faut pas négliger le fait que nombreux sont les propriétaires sédentaires utilisant des bergers. La sédentarisation dans ce sens ne peut être considérée comme une « décharge » en prenant en compte l’évolution de la population pastorale.

Figure 1. Evolution comparative population - cheptel de l'Algérie.

Montchaussé, 1977 ; Couderc, 1979 ; Statistiques agricoles (Ministère de l’agriculture) ; ONS (Alger).

38La représentation graphique combinant l’évolution de la population et celle des troupeaux indique trois étapes différentes. Toutefois, faute de données concernant la zone d’étude, celles représentées concernent l’Algérie entière en supposant que l’accroissement de la population steppique et celui des troupeaux n’est pas très loin par rapport à celui de l’espace national. Le rapport entre ces deux variables indique une évolution qui s’est faite en trois temps :

  • La première étape (de la seconde moitié de 19ème siècle au début du 20ème siècle) : l’évolution de la population va de paire avec les effectifs des troupeaux qui connaissent des variations importantes dues essentiellement aux sécheresses. Durant cette étape, il semble que les ressources steppiques pouvaient encore absorber le surplus. Toutefois, les pics relevés dans le graphe montrent que parfois, l’équilibre entre ressources et cheptel étaient extrêmement précaires.

  • La deuxième étape (du début du 20ème siècle à l’indépendance) : les évolutions des deux paramètres ne se suivent plus, puisqu’au moment où on assiste à une augmentation légère de la population, le troupeau semble diminuer pour atteindre le niveau le plus bas de son évolution. La sécheresse de 1945 a été la plus catastrophique pour les effectifs du cheptel, cette date, connue par la famine et les épidémies, a connu en parallèle, un fort taux de mortalité de la population algérienne.

  • La troisième étape (depuis l’indépendance jusqu’à présent) : la croissance démographique assez rapide évolue presque au même rythme que la croissance du cheptel. L’amélioration des conditions de vie de la population est certes la cause de cette croissance, quant aux troupeaux, leur évolution est permise grâce à l’alimentation du bétail par le concentré. Cet aliment, quoique disponible à des prix peu accessibles, les gros éleveurs détenteurs d’une part importante du cheptel peuvent se le procurer dans la mesure où ils disposent des moyens financiers leur permettant de satisfaire une grosse partie des besoins d’aliments des troupeaux. « Ce mode d’alimentation, introduit au départ durant la décennie 70, comme complément subventionné par l’Etat en période de disette, est devenu rapidement la pratique dominante avec l’augmentation du cheptel et la régression des ressources végétales steppiques soumise à une exploitation libre. Ainsi, la part du fourrage naturel dans l’alimentation des ovins est évaluée à 10% actuellement… La possibilité de recours aux concentrés permet le maintien d’un pâturage permanent avec une charge élevée même en période de disette. La généralisation de cette pratique explique la destruction très rapide de la végétation pérenne ». (Aidoud, 1993)

39Cette étape semble conforter la thèse du rôle important que joue l’augmentation de la population et celle des troupeaux dans la dégradation de la steppe. Toutefois, il ne faut pas oublier que la dégradation naturelle de la steppe est aussi la conséquence des changements dans les pratiques de l’activité pastorale d’où le rétrécissement progressif des aires de transhumances qui ne cesse de se faire sentir. Notre dernière sortie sur terrain (mai-juin 2005), nous a permis de détecter plusieurs campements de tentes avec les troupeaux à l’intérieur de la steppe. Durant cette période, ces campements devront se trouver au nord pour le mouvement de l’achaba, mais les nomades enquêtés nous ont répondu qu’ils préfèrent rester sur place dans la mesure où le déplacement vers le nord et l’utilisation des chaumes du Tell équivaut à acheter l’aliment concentré du bétail. Cette attitude dans une région où la dégradation naturelle bat son plein ne fera qu’aggraver la situation actuelle.

40Ainsi, augmentation de la population ou augmentation du cheptel ne sont pas responsables entièrement de la dégradation de la steppe, mais les pratiques irrationnelles des éleveurs envers les ressources maigres de l’espace steppique ont aussi une part de responsabilité. Toutefois, ces pratiques sont-elles justifiées dans la mesure où les éleveurs n’ont pas d’autres alternatives ? Cette situation est-elle la conséquence des politiques de l’Etat ou celle du manque de coopération des éleveurs ? La responsabilité semble à mon avis partagée et la situation de la steppe se dégradera plus si les deux acteurs ne trouvent pas de consensus.

41En fait, ces débats indiquent non seulement l’ambiguïté de ce facteur lié à l’évolution de la population et des troupeaux et leur rôle éventuel dans la dégradation du milieu, mais bien plus, il montre la complexité des mutations socio-économiques que connaissent l’espace des Hautes Plaines sud-oranaises et qu’il faudra les prendre avec beaucoup de précautions lorsqu’il s’agit des aménagements à entreprendre.

La sécheresse est-elle un facteur sérieux de dégradation ?

42La sécheresse est avant tout un facteur climatique. Actuellement, ce phénomène touche pratiquement tout le pays si on se réfère aux données des deux dernières décennies. Il n’est pas le fait exclusif de la steppe, mais l’aridité semble se généraliser dans la partie occidentale du pays. Cependant, cet aspect est compliqué dans son étude car il est question de traiter une série assez large de données pour mieux détecter les périodes humides et les périodes sèches et ainsi, mieux situer les périodes de sécheresse.  Notre approche de la sécheresse se situe à deux niveaux : le premier est de prouver s’il y a sécheresse ou non dans la steppe occidentale, le deuxième est de tester la part des facteurs naturels dans la dégradation de la steppe.

43Pour étudier ce phénomène climatique, on a préféré utiliser deux types de données bien connus pour l’étude d’un climat : les précipitations et les températures. Le choix des stations peut jouer un rôle quant à la crédibilité de l’étude, c’est ainsi, que nous avons pris des stations réparties sur toute la steppe : El Bayadh, Mécheria, El Abiodh Sidi Cheïkh. La durée de la série est aussi importante : plus le nombre d’années est important, plus les résultats sont fiables. Une série de 30 ans et plus est idéale pour une telle étude, lorsque les données sont disponibles.

44Pour prouver cette variation du climat dans la steppe, une méthode assez simple a été adoptée. Il s’agit de calculer la moyenne d’une série de données récentes (25 ans ou plus selon la disponibilité des données), et de comparer cette moyenne avec celle calculée par Seltzer, 1946 pour la période allant de 1913 à 1938. L’opération a été faite pour chaque station et les résultats étaient sans ambigüité. Les précipitations ont bel et bien diminué alors que les températures ont augmenté. La sécheresse a été bien présente ces dernières décennies (tableau 4).

Tableau 4. Répartition des précipitations et des températures selon la moyenne (1971-1999) et la moyenne de Seltzer (1913-1938). Légende : * Moyenne de SELTZER (1913-1938), ** Calculs effectués par l’auteur, à partir des données de l’O.N.M.

El Bayadh

Mécheria

El Abiodh S.C.

P

P

P

Moyenne de Seltzer *

326

13.7

293

15.9

129

17.75

Moyenne (1971/1999) **

254.2

14.4

218.4

16.4

134.8

18.6

45Les différentes stations ont enregistré presque toutes des diminuions importantes de leur quantité de précipitations (une perte moyenne de 47 mm), et près de 0.7°C de plus en température. Ces chiffres ne représentent pas une étude approfondie sur le climat ; néanmoins, ils prouvent que la tendance vers l’aridité est bien présente dans la steppe.

46Suivant les mois de l’année, le résultat par station peut aussi nous montrer l’extension de la période sèche selon les moyennes étudiées. La répartition mensuelle des précipitations et des températures présentée par le diagramme ombrothermique, confirme cette différence dans les éléments du climat. Dans le cas d’El Bayadh par exemple, la période sèche et les deux périodes humides avant et après ont nettement changé. La période sèche s’est étendue alors que les deux périodes humides se sont rétrécies. Il faut signaler quand même qu’El Bayadh, par sa situation en plein Atlas saharien est beaucoup plus favorable en matière de précipitations que Mécheria. Cependant, Mécheria a vu sa période sèche s’étendre au détriment de la période humide beaucoup plus que dans le cas de la station d’El Bayadh (figure 2).

Figure 2.   Diagramme ombrothermique de la station  d'El Bayadh  a)Moyenne de Seltzer, b) Moyenne entre 1971 et 1996.

ONM (Office nationale de la météorologie), Alger

Le Houerou et al. (1977), modifié par l’auteur.

47D’après une étude bioclimatique faite par Le Houerou et al. (1977), on pouvait classifier les étages bioclimatiques en fonction des précipitations selon le tableau 5.

Tableau 5. Classification des étages bioclimatiques en fonction des précipitations.

* : Moyenne de Seltzer ;  ** : Moyenne (71/96) et (85/98).

48Cette classification présente la répartition des étages bioclimatiques en fonction des précipitations, calculée notamment à partir des données météorologiques anciennes (celles de Seltzer publiées en 1947 sur le climat en Algérie). La comparaison de nos chiffres des précipitations relevés dans les deux stations d’El Bayadh et de Mécheria, avec ceux de Seltzer indique ce transfert d’un étage à celui du dessous. C’est ainsi qu’El Bayadh est passée du semi-aride supérieur au semi-aride moyen. Mécheria n’est pas loin de l’étage semi-aride inférieur après avoir été dans le semi-aride moyen où les précipitations commencent à descendre à partir de 200 mm. Selon Le Houerou et al. (1977) cette limite de 200 mm est très marquée dans le paysage : « Diminution du couvert végétal, augmentation du nombre et de la surface des champs de dunes et des couvertures sableuses, apparition des espèces psammophiles pré-sahariennes ; enfin, les steppes à Remt deviennent très fréquentes et souvent dominent sur les sols plus ou moins limoneux. Du point de vue agronomique, ces modifications ont des conséquences très lourdes. Sur les sols non sableux, elle se traduit par une chute brutale des potentialités pastorales ; les parcours y sont composés en grande majorité d’espèces non appétées et les ressources fourragères sont limitées aux espèces annuelles qui sont elles-mêmes totalement dépendantes des précipitations. Seules les zones sableuses présentent des ressources fourragères suffisantes mais particulièrement sensibles au surpâturage ».

49Ainsi, la tendance vers l’aridité d’une part et les pratiques des populations pastorales (surpâturage, défrichement, mécanisation…) d’autre part, ont contribué conjointement à la dégradation progressive de la steppe. Cette dégradation de l’espace steppique est en train de mettre en péril, l’existence même de cette population. Les vents de sables très fréquents que connaît la steppe actuellement indiquent qu’il devient de plus en plus difficile de vivre dans cet espace où les hommes et les infrastructures économiques sont en danger permanent…

Les conséquences de la désertification : une contrainte supplémentaire quant au développement de la steppe.

50A présent, la dégradation naturelle de la steppe est belle et bien présente. Ce n’est pas le désert qui avance, mais celui-ci se forme sur place. L’étude des différents facteurs impliqués dans le déclenchement et dans le renforcement de ce phénomène écologique, nous a prouvé cette hypothèse. Le bilan effectué sur l’ensemble steppique du territoire national a montré que près de 70 % de la totalité des terres arides potentiellement productives sont touchées par la dégradation naturelle.

L’évaluation du phénomène de désertification des zones steppiques

51L’évaluation de ce phénomène écologique au niveau national est devenue possible grâce au développement d’outils de télédétection qui, à partir du traitement d’images captées de la steppe, permettent de cartographier les zones dégradées et en voie de dégradation. En Algérie, le CNTS (Centre national des techniques spatiales) d’Arzew a effectué une étude semblable en 1996, couvrant une superficie de 13 millions d’hectares, soit près de 70 % de l’ensemble steppique. L’objectif de l’étude est de faire une cartographie de sensibilité à la désertification sur la base :

  • de données satellitaires Landsat T.M. (Thematic Mapper) ;

  • de cartes d’occupation du sol ;

  • de cartes morpho-pédologiques.

52En étudiant chaque composante du milieu en fonction de sa sensibilité à la désertification, cinq classes de sensibilité ont pu être dégagées (Khelil, 1997). Les données que nous avons pu récupérer concernent les superficies des cinq classes de sensibilité calculées pour chaque wilaya steppique. Cependant, ces données ne sont pas exhaustives car le travail du CNTS n’a pas couvert tout l’espace des deux wilayat (El Bayadh et Naama). En fait, Naama a été touchée à plus de 80% de sa superficie alors qu’à El Bayadh, moins du quart a été étudié. Pour les deux wilayat réunies, l’étude a concerné plus de 40%. La critique qui a été soulevée par les différents utilisateurs de cette étude a été en premier lieu, le fait que l’enquête n’était pas assez exhaustif. Ainsi, notre approche est basée davantage sur des chiffres relatifs pour tenter de quantifier le phénomène de dégradation de la steppe. Les données reconstituées personnellement à partir de celles englobant la totalité de la steppe algérienne nous ont permis d’obtenir quelques résultats pertinents.

53Les zones déjà dégradées représentent plus de 4 % de la superficie étudiée où celle d’El Bayadh avec ses 6 % apparaît plus dégradée que celle de Naama (moins de 3 %). Alors que les zones très sensibles à la désertification et qui sont favorables, vu leur état actuel, à la dégradation représentent plus de 18 % pour la steppe occidentale entière. Le résultat par wilaya indique une autre fois qu’El Bayadh est plus touchée par ce phénomène. En effet, plus de 34 % des terres étudiées sont très sensibles à la désertification contre 9.1 % dans la wilaya de Naama. Mais, cela n’empêche pas que cette dernière risque aussi de rattraper El Bayadh dans sa situation de dégradation. Les zones sensibles dans la wilaya de Naama sont de l’ordre de 47.8 % contre moins de 30 % à El Bayadh.

54Cependant, ce qui montre l’ampleur du phénomène de dégradation dans la steppe occidentale, est que les zones dégradées dans cette région représentent plus du tiers du total des zones dégradées dans la steppe algérienne. Il y a aucun doute, la partie occidentale de la steppe algérienne est la plus touchée par le phénomène de la désertification.

Les conséquences socio-économiques de la désertification.

55D’après ce constat sur la situation critique que la steppe connaît actuellement, il est clair que les conséquences seront fatales pour une région qui a toujours compté sur le pastoralisme pour prendre part au développement et s’intégrer dans l’espace national. En visitant les différentes zones de la région, nous nous apercevons bien que l’ensablement se trouve presque partout ; aucun secteur pratiquement n’est épargné. Dans les agglomérations (maisons ou équipements), dans les voies de communication, dans les terres agricoles, le sable prend de plus en plus de place et gêne les hommes là où ils sont dans leur vie quotidienne. Cet aspect est devenu d’actualité dans la région ; dès que le vent souffle, les gens s’attendent à des accumulations sableuses qui s’installent après une heure seulement de passage. Ce phénomène, nous l’avons vécu en enquêtant en avril 2002 dans le périmètre de mise en valeur agricole de Draa Lahmar se situant dans la commune d’El Bayadh. Le vent a ensablé toute une partie des exploitations en une heure, ce qui indique la gravité de cet aspect auquel est confrontée la steppe actuellement. Les conséquences ont été regroupées suivant le type des objets ensablés.

L’ensablement des habitations et des équipements collectifs

56En fait, ce sont des équipements collectifs et parfois des habitations toutes entières qui ont été évacuées à cause de l’ensablement. Il existe plusieurs exemples dans la steppe dont celui d’El Biod (wilaya de Naama) où un village entier a été abandonné car il a été envahi par le sable. Dans une région où l’Etat a déployé des efforts non négligeables en matière d’équipement, notamment scolaires, ces derniers sont menacés d’être ensablés et donc abandonnés. L’exemple le plus marquant est celui de l’agglomération de Foggara dans la commune d’El Biod. Cette dernière a été abandonnée complètement après avoir été envahie par le sable. Ni l’école, ni le centre de soins et ni les habitations n’ont pu résister. Même l’agglomération chef-lieu est touchée par des dépôts de sable qui frôlent les maisons. Dans le chef-lieu de wilaya (Naama), le sable se dépose dans les quatre côtés des maisons ainsi que les routes comme c’est le cas des 540 logements sociaux construits ces dernières années. Les équipements sont concernés aussi : au centre SONELGAZ, le sable n’est pas loin de franchir la clôture extérieure, et c’est la même chose pour le nouveau siège de la Gendarmerie nationale. A Aïn Ben Khelil, des dépôts importants de sables s’accumulent aux alentours de l’agglomération, notamment dans le côté sud-ouest, sans oublier d’importantes quantités de sables stationnées à l’intérieur du tissu urbain.

L’ensablement des infrastructures routières et ferroviaires

57Dans une région aussi vaste que la steppe, il est clair que le réseau routier est difficile à construire mais aussi à entretenir. L’Etat algérien a mobilisé beaucoup d’efforts et de moyens en matière de réalisation de voies de communications. Le réseau a beaucoup évolué et de nombreuses liaisons routières ont été créées durant les deux dernières décennies, notamment celles consacrées au désenclavement des agglomérations les plus isolées. Dans la wilaya de Naama par exemple, la longueur des routes est évaluée à 1 080 km dont 498 km de routes nationales. Malgré l’importance des routes nationales qui assurent les liaisons nord-sud entre Saïda, Naama et Béchar ou celles reliant Mécheria, El Aricha et Tlemcen, l’état du réseau semble constituer un obstacle majeur quant aux déplacements des populations et des marchandises. Le réseau routier souffre d’ensablement sur de longues distances. A titre d’exemple, le long de l’axe Naama-Mécheria sur une trentaine de kilomètres, on a pu recenser cinq points où le sable recouvre la route, représentant ainsi un danger pour la circulation. Les équipes d’entretien sont dépassées et ne peuvent entretenir ces longues distances quotidiennement en débarrassant les voies du sable. Cet aspect représente un risque grave pour les populations. Le nombre de décès causés par les accidents de la route dans la wilaya de Naama a été évalué à plus d’une vingtaine en 2001.

58La voie ferroviaire reliant Mohammadia (wilaya de Mascara), Saïda, Mécheria, Naama, Aïn Sefra et Béchar est touchée aussi dans la partie située dans la wilaya de Naama. L’ensablement des voies a conduit dans plusieurs occasions à couper la voie et à perturber le roulement des wagons. Le changement de cette voie ancienne (période coloniale) par une autre nouvelle a démarré réellement en juillet 2004 allant de Mécheria jusqu’à Béchar sur une distance de 360 km. Le problème d’ensablement se pose comme principal obstacle de cette réalisation puisqu’un avis d’appel d’offre a été lancé en 2005 pour entamer une étude sur ce phénomène et proposer des aménagements en vue de concrétiser ce projet important pour la région.

L’ensablement des terres agricoles.

59L’agriculture est aussi concernée par ce phénomène. Certes, ce secteur n’est pas très répandu notamment dans les zones steppiques à vocation pastorale, toutefois les opérations de mises en valeur de plus en plus fréquentes ces dernières années, sont touchées aussi. Le sable recouvre les sols qui deviennent un obstacle majeur quant à la mise en valeur et un travail de plus pour les agriculteurs. Les terres déjà mises en valeur, ne sont pas épargnées aussi et les agriculteurs sont obligés de financer des opérations de clôture et de placement de brise-vent. Ces charges sont plus que pesantes pour des agriculteurs sans grandes ressources.

Conclusion

60Il est convenu que le nomadisme, synonyme du pastoralisme traditionnel, trouvesa raison d’être dans les caractéristiques du milieu steppique. La fragilité du couvert végétal disparate, l’éparpillement des points d’eau et la faible valeur nutritive de la flore entraînent le déplacement des troupeaux, afin de renouveler sans cesse la pâture. Mais quand cet équilibre se rompt, le paysage devient le témoin ou l’indicateur reflétant la réalité écologique qui résulte de ce déséquilibre.

61Depuis l'ère coloniale, la steppe occidentale algérienne a subi continuellement des transformations, tant de son espace que de sa société. Ces transformations ont été déclenchées par la colonisation française dont les objectifs étaient liés au contrôle de la population nomade mais aussi à l’exploitation de ses ressources naturelles (bétail, alfa). Les principales conséquences de la politique coloniale étaient la déstructuration d'un mode de vie imposé par les caractéristiques biogéographiques de la région. L’espace naturel a été le premier à être touché par ces conséquences. De ce fait, la dégradation naturelle de la steppe n’était certes pas critique durant la période coloniale, mais cette dernière représente le responsable primordial et l’initiateur du déclenchement de la dégradation du milieu steppique par la déstructuration du nomadisme à des fins coloniales. Blocage des transhumances, introduction du camion, création de limites administratives, création de centres urbains, regroupement forcé des populations ont été les principaux outils utilisés par la colonisation pour concrétiser ses objectifs. Après l’indépendance, en ne faisant que prolonger les actions de la colonisation, en matière de cloisonnement de l’espace (Révolution agraire, mise en défens…), l’Etat a favorisé, voire renforcé le phénomène de désertification. Les aléas climatiques n’ont fait en fait, qu’accélérer le processus. Ce problème qui ne cesse de prendre de l’ampleur dans plusieurs secteurs de la steppe occidentale ne semble préoccuper les autorités locales et centrales que depuis ces dernières années. Jusqu’à présent, cette préoccupation ne s’est pas matérialisée par des actions sérieuses et concrètes à l’exception des actions ponctuelles de fixation de dunes, de placement de ceintures boisées au long des routes et autour de quelques agglomérations. Ce phénomène écologique menaçant doit pourtant être appréhendé en intégrant les enjeux de développement de tous les espaces steppiques, afin d’atténuer sa propagation dans une région aussi fragile.

Glossaire et sigles :

62Alfa : végétation steppique à graminées. Appellation scientifique : Stipa Tenacissima. 

63Achaba : transhumance entre le piémont saharien et les hautes terres.

64Beylik: province. Terres Beylik : terres du gouverneur.

65Chott: auréole de végétation halophile entourant une dépression fermée; par extension, lac salé.

66Erg: massif dunaire.

67ONM : office national de la météorologie.

68ONS : Office national des statistiques

69SONELGAZ : Société nationale d’électricité et du gaz.

70Wilaya : circonscription administrative (correspondant au département en France).

Haut de page

Bibliographie

Aïdoud A., 1993, Pâturage et désertification des steppes arides en Algérie, cas de la steppe de l’Alfa (Stipa Tenacissima L.), Parallelo 37°, vol. 16, pp. 33-42.

Bedrani S., 1994, La place des zones steppiques dans la politique agricole algérienne, Parallelo 37°, n° : 16, pp. 43-52.

Boukhobza M., 1976, Nomadisme et colonisation, analyse des mécanismes de déstructuration et de disparition de la société pastorale traditionnelle en Algérie, Thèse de Troisième Cycle, Paris.

Boukhobza M., 1982, L’agro-pastoralisme algérien, de l’ordre tribal au désordre colonial, O.P.U, Alger, 458 pages.

Callot Y., 1987, Géomorphologie et paléo environnements de l’Atlas Saharien au Grand Erg Occidental. Dynamique éolienne et paléo lacs holocènes. Thèse de doctorat d’Etat, Université de Paris VI, 502 pages.

Couderc R., 1979, Géographie et développement: Les Hautes Steppes sud-oranaises, Thèse d’État, Montpellier III, 655 pages, 61 cartes, 17 tableaux et 80 figures.

De Planhol X., 1968, Les fondements géographiques de l’histoire de l’islam, Ed. Flammarion, Paris 442 p., pp. 135-136.

Hadeid M., 1998, Effets de la sédentarisation des nomades en zone éparse, dans le renforcement de la désertification de la steppe sud-oranaise, in Actes du Séminaire, « Les zones arides : Rétrospectives, enjeux et stratégies », Adrar le 25, 26 et 27 avril 1998, Edition CRSTRA, Alger.

Hadeid M., 2006, Les mutations spatiales et sociales d’un espace à caractère steppique, le cas des Hautes Plaines sud-oranaises (Algérie), Thèse de Doctorat d’Etat en Géographie, Thèse soutenue dans le cadre de la co-tutelle entre l’Université d’Oran (Algérie) et l’Université de Franche-Comté (France), 506 pages.

Khelil A., 1997, L’écosystème steppique : Quel avenir, Alger, Editions DAHLAB, 1997, 187 pages.

Le Houerou H.N., 1968, La sédentarisation du Sahara Septentrional et des steppes limitrophes (Libye, Tunisie, Algérie), in Annales Algériennes de Géographie, décembre, n° :6.

Le Houerou, H.N., J. Claudin, M. Pouget, 1977, Etude bioclimatique des steppes algériennes. In Bull. Soc. Hist. Nat de l’Afrique du Nord, t : 68, fasc. 3 et 4, Alger.

Ministère de l’agriculture et de la révolution agraire, 1974, Statistiques agricoles, numéro spécial consacré à la Steppe algérienne, n° 14, 383 pages.

Montchaussé G., 1977, La steppe algérienne : Causes et effets d’une désertisation, in Peuples méditerranéens, octobre-décembre, n° 1, Paris, Editions Anthropos, pp. 123-151.

Seltzer P., 1946, Le climat de l’Algérie. Alger : Typolitho,

Weexteen R., 1977, Révolution agraire et pastoralisme. In Problèmes agraires au Maghreb, Editions CNRS, Paris, pp. 195-201.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/5368/img-1.png
Fichier image/png, 11k
Crédits Le Houerou et al. (1977), modifié par l’auteur.
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/5368/img-2.png
Fichier image/png, 11k
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/5368/img-3.png
Fichier image/png, 6,7k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mohamed Hadeid, « Approche anthropique du phénomène de désertification dans un espace steppique : le cas des hautes plaines occidentales algériennes. », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Volume 8 Numéro 1 | avril 2008, mis en ligne le 15 avril 2008, consulté le 16 avril 2014. URL : http://vertigo.revues.org/5368 ; DOI : 10.4000/vertigo.5368

Haut de page

Auteur

Mohamed Hadeid

Maître de Conférences au département de géographie et de l’aménagement du territoire, Université d’Oran (Algérie), Membre du Laboratoire EGEAT (Université d’Oran, Chercheur associé au CRASC (ORAN)) hadidom@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page