Navigation – Plan du site
2003

Le congo desarmé face à la pollution pétrolière

Esther Pabou Mbaki

Texte intégral

1A Pointe-Noire, à la fois ville du pétrole et capitale économique du Congo-Brazzaville, la pollution pétrolière est un vrai problème qui menace dangereusement aussi bien l'environnement que la santé des populations. Fort curieusement les sociétés pétrolières n'aiment jamais entendre parler de ce problème. Prétextant qu'elles dépensent autant d'argent pour les actions sociales en faveur de ces populations de cette ville. Les autorités congolaises, quant elles, ferment les yeux. De rares résolutions prises pendant les timides séminaires n'aboutissent pas.

2"La menace est bien là. Elle est aggravée par la morphologie de la côte congolaise qui sablonneuse et basse", Vincent Tchicaya, président des associations écologistes congolais à Pointe-Noire, ville du pétrole, à 510 km, au sud de Brazzaville, la capitale, est courageux, quand il parle de la pollution pétrolière. Au Congo, petit pays d'Afrique centrale, avec 342 000 km2 pour une population de 3 millions d'habitants, le sujet est tabou dans les milieux pétroliers. Même les autorités de cette ville pétrolière n'aiment jamais en parler. Mais la situation est telle que le ministre des hydrocarbures, l'écrivain, Jean-Baptiste Taty Loutard, reconnaît "qu' en dépit des flux financiers importants que génère l'activité pétrolière, son expansion à impact, non seulement sur la nature mais aussi sur les populations proches des sites d'exploitation de pétrole ".

3Faute d'études fiables, il est encore impossible d'évaluer l'étendu de l'évolution de la pollution des côtes congolaises par les hydrocarbures. Pour se convaincre de la gravité du problème, on se contente des constats d'experts et des plaintes des populations. Le phénomène s'exprime, en effet, "en termes d'huiles déversées dans la mer, particulièrement dans les sites où se déroulent les activités pétrolières. Dans la ville de Pointe-Noire, par exemple, on a constaté q u'il y a du goudron sur la plage. Ces huiles ne sont pas uniquement des déchets de pêche", souligne Martial Makondi, cadre à la cellule anti-pollution, au Ministère des hydrocarbures. Et Habram Mossassi, licencié en relations publiques, installés au village des pêcheurs où il exerce cette activité pour échapper au chômage renchérit: " J'ai constaté que l'eau a noirci. Elle devient parfois très sale. Les pêcheurs reviennent avec peu de poisson. Et puis ces derniers temps nous sommes obligés d'aller plus loin pour espérer rentrer avec une quantité de poisson. Ce phénomène de la pollution nous empêche de mener à bien nos activités."

4Quant aux Ponténégrins qui craignent pour leur santé à cause de la consommation des produits alimentaires congelés massivement importés d'Europe, manifestent une sorte d'inquiétude en constant que le poisson de mer qu'ils achètent directement aux villages de pêches artisanaux, exhale un arrière goût des hydrocarbures.

5Pourtant, depuis le début de la production pétrolière au Congo, à la fin des années 60, aucune marée noire n'avait été constatée au large de Pointe-Noire. Ce qui n'est plus le cas ces dernières années. "Nous avons enregistré des déversements pétroliers surtout à partir d'août 1998, sur les côtes. Et nous avons prélevé du goudron, du cambouis qui remontait même très haut dans la lagune de Conkouati qui constitue aujourd'hui une des réserves protégées de l'Afrique centrale", témoigne Marcel Tati, chef des projets de conservation de la nature dans la réserve de Conkouati à 160 km de Pointe-Noire.

6Il faut aussi dire que la pollution marine est un phénomène transfrontalier. En 1997, l'expansion de l'activité pétrolière dans le Golf de Guinée représentait 3,9 millions de barils par jour à peu près 6% de la production du Congo à l'époque. Ainsi "les hydrocarbures qui menacent eaux, forêts et les eaux marines congolaises proviennent aussi des pays voisins à savoir le Gabon, l'Angola, etc.", fait remarquer Léonard Sitou, géographe. Jocelyne Mambou, comme de nombreux Ponténégrins, qui adorent se baigner à la côte sauvage, préfère maintenant contempler tout simplement cette eau salée. "Depuis, regrette t-elle, que les pétrolières déchargent leurs huiles au large, nous avons mes amis et moi, cesser de nous baigner". Fixant son regard sur la fumée qui sort des exploitations pétrolières au Warf, elle s'interroge: "Ces derniers temps il faut tellement chaud dans la ville, n'est-ce pas à cause de ces gaz qu'on brûle à longueur des journées?"

7Dans les villages situés vers la frontière du Congo et l'enclave du Cabinda (Angola), à Ndjeno, la situation agricole se détériore. Les récoltes sont détruites par les effets de la pollution. Les villageois se plaignent de la mauvaise récolte. "Ces dernières années je ne suis plus en mesure de payer les frais scolaires de mes enfants. Chose que je faisais facilement. Nous ne comprenons plus rien", se désole Jeanne Ndembe qui pense qu'il vaut mieux faire recours aux engrais chimiques pour espérer faire de bonnes récoltes. Mais ces engrais coûtent chers.

8Cela en est de même pour les agriculteurs de Loango, village à 20 km de Pointe-Noire, où les cultures sèchent de temps en temps. Les habitants accusent la pollution pétrolière d'en être responsable. Ce village est même menacé de disparition. L'érosion et la sécheresse avancent sûrement vers le continent. La mer à pratiquement engloutit plus d'un kilomètre de terre. "Ce phénomène est très menaçant. Les populations sont impuissantes. Plusieurs fois j'en ai parlé aux autorités mais celles-ci ne réagissent pas", s'indigne Makaya Goma Jean-Jacques, chefs du village, de Loango. En attendant la pauvreté s'accentue auprès de ces paysans qui représentent la couche la plus vulnérable.

9Ironie du sort. Les puissantes sociétés pétrolières vantent, quant à elles, leurs départements chargés des questions environnementales. Elles veulent faire croire que l'expansion de l'activité pétrolière n'est pas contre la protection des écosystèmes. Agip-Recherches Congo, dans un prospectus sur les champs de Kitina souligne "qu'ici est entièrement conçu en cohérence avec les critères de protection de l'environnement produit par Agip Recherches pour la République du Congo et sa zone côtière. On prend soin de respecter les exigences du pays dans lequel l'opérateur est présent et actif dés le début de l'industrie". Quant au responsable de la comptabilité d'Elf Congo qui parle sous l'anonymat strict "ces populations ont tort de penser que nous avons du mépris pour leur santé. Chaque année notre entreprise dépense d'importantes sommes d'argent pour les assister", souligne t-il. Il rappelle également que la société a accordé une aide en 1998 au Centre anti-tuberculeux, pour le suivi de malades. Il faut aussi signaler que les motifs de consultations pour la tuberculose et autres infections respiratoires ont augmenté dans les hôpitaux à Pointe-Noire.

10Les populations de leurs cotés accusent les quelques rares Organisations non gouvernementales (ONG) qui tentent de travailler dans le domaine de la protection de l'environnement. de ne pas faire assez d'efforts pour dénoncer tout cela. "Nous avons des armes de dénonciation trop limitées. C'est pourquoi nos revendications ne portent pas de fruits. D'autant plus nous ne sommes pas les décideurs", explique Yves Mbama, un des responsables de l'ONG "La cause Humanitaire". Marcel Taty, responsable de la réserve de Conkouati conseille plutôt la souplesse. Car d'après lui il faut savoir coopérer avec les pétroliers pour lutter contre la pollution. "Les Ong qui travaillent dans l'environnement doivent se rapprocher des milieux pétroliers pour pouvoir mettre en place un mécanisme qui éviterait d'aggraver davantage le problème de la pollution marine", espère t-il Il se souvient qu'en 1997, la société américaine Chevron avait financé la réalisation d'un documentaire télévisuel sur la Conkouati. De rares et timides séminaires qui ont déjà été tenus à ce propos n'ont produit aucun effet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Esther Pabou Mbaki, « Le congo desarmé face à la pollution pétrolière », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Regards / Terrain, mis en ligne le 01 mai 2003, consulté le 23 août 2014. URL : http://vertigo.revues.org/4856 ; DOI : 10.4000/vertigo.4856

Haut de page

Auteur

Esther Pabou Mbaki

Journaliste, membre du comité de rédaction de l'association "Les Amis du Pangolin-Congo",ngoubava@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page