Navigation – Plan du site
Dossier : Santé et environnement

Conditions socio-économiques des populations et risques de maladies :Le bassin versant du barrage de Yitenga au Burkina Faso

S. Yonkeu, A. H. Maïga, Joseph Wethé, M. Mampouya et G. P. Maga

Résumé

Les conditions socio-économiques des populations peuvent être perçues au travers d'un certain nombre de facteurs de bien être qui sont entre autres une alimentation suffisante, de l'eau potable, un abri sûr, de bonnes conditions sociales et un milieu environnemental et social apte à maîtriser les maladies infectieuses.

Ces facteurs ont été analysés dans le cadre du bassin versant de Yitenga dans le but de les rapprocher avec les risques de maladies des populations de la zone d'étude. Les résultats des différentes enquêtes menées dans le bassin versant du barrage de 1998 à 2002 montrent que l'évolution de la situation socio-économique s'est traduite par un important accroissement de la population urbaine et rurale, un développement de nouvelles activités économiques plus ou moins organisées, un faible développement des infrastructures sociales de base. Ces conditions ont beaucoup influé sur la vulnérabilité des populations. En effet, les pathologies identifiées aux cours des enquêtes tendent à confirmer l'interrelation entre les conditions socio-économiques et les risques sanitaires pour les populations. Des pistes de solutions ont été suggérées pour tenter de maîtriser et gérer ces risques sur la santé humaine.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Il est communément admis que l'espérance de vie et la morbidité varient avec le niveau socio-économique des populations. On meurt plus tôt et en moins bonne santé lorsque l'on est pauvre que lorsque l'on appartient à une classe sociale favorisée (Symes, 1994). Bien que cette tendance ne soit que partiellement vraie dans les pays développés où la contribution de l’environnement social à la morbidité est de plus en plus reconnue, car l’on a essentiellement réglé la majorité des problèmes d’ordre physique (Wilkinson, 1994), elle reste très significative dans les pays en développement en général et l’Afrique tropicale en particulier où les risques physiques constituent toujours une menace majeure à la santé (infrastructures sociales et sanitaires très insuffisantes, faible programme sur la salubrité de l'environnement, conditions socio-politiques et économiques précaires). Cependant même là, les problèmes de santé d’origine sociale prennent des proportions de plus en plus considérables. Le cas des populations du bassin versant du barrage de Yitenga au Burkina Faso qui constitue le cadre de cette étude en est un exemple concret.

2Les conditions socio-économiques des populations peuvent être perçues au travers d’un certain nombre de facteurs de bien être qui sont entre autres une alimentation suffisante, de l'eau potable, un abri sûr, de bonnes conditions sociales et un milieu environnemental et social apte à maîtriser les maladies infectieuses.

3L’état de pauvreté des populations d’Afrique au  sud du Sahara en général et au Burkina Faso en particulier, fait qu’elles ne peuvent pas satisfaire ces besoins. C’est pourquoi les objectifs stratégiques à l’horizon 2005, tels que définis dans la lettre d’insertion de politique de développement humain durable du Burkina Faso, s’articulent entre autres autour d’une accélération de la croissance économique qui doit aller de pair avec le développement optimal des ressources humaines, la réduction des déficits sociaux et l’amélioration du niveau de revenu des couches les plus larges de la population (Kambiré, 2002). Cela suppose la mise en place d’une stratégie de maîtrise de la croissance démographique, d’une politique dynamique de création d’emplois et de revenus, d’une politique de promotion et de valorisation du rôle de la femme dans le processus de développement.

4Le Burkina Faso est situé en région sahélienne de l’Afrique de l’Ouest. C’est un pays à vocation agropastorale. Son économie est à dominance agricole. Les secteurs de l’agriculture et de l’élevage emploient 86% de la population active et fournissent à eux seuls 30% du PIB et 80% des recettes d’exportation (Ganamtore et Idani, 2002). L’agriculture du Burkina Faso est une agriculture de subsistance basée sur les céréales vivrières (sorgho, mil, maïs) qui occupent à elles seules plus de 88% des surfaces emblavées annuellement. L’objectif d’accroissement de la production agricole et des produits de l’élevage dans le cadre de la réalisation de la sécurité alimentaire, élément nécessaire à la réduction de la pauvreté accélère la dégradation des ressources naturelles. En effet, les méthodes traditionnelles d’utilisation des terres et d’exploitation des forêts nécessaires à l’augmentation de la production rurale n’est pas compatible avec l’état de l’environnement qui subit une dégradation de plus en plus important. S’ils ne sont pas maîtrisés, les problèmes d’environnement pourraient compromettre les niveaux futurs de productivité agricole et aggraver la pauvreté, ce qui aura pour effet, la dégradation de l’état sanitaire et le renforcement de la vulnérabilité des populations pauvres.

5Les villages du bassin versant et la ville de Pouytenga présentent des caractéristiques socio-économiques typiques de celles des autres villes et villages du Burkina Faso. Cependant, l’intérêt de cet écosystème réside dans le fait qu’elle a connu aussi bien sur le plan de l’environnement physique que socio-économique, une évolution assez remarquable dans une période d’un peu plus d’une vingtaine d’année (1979-2001). Cette évolution peut être attribuée à deux facteurs essentiels : la ville de Pouytenga qui, par sa position géographique, carrefour conduisant à plusieurs pays de la sous région (Niger, Togo, Bénin, Ghana ) et son marché à bétail, est renommée pour ses activités commerciales sur le plan national et international, la construction du barrage de Yitenga et ses aménagements hydro-agricoles qui ont favorisé une immigration de populations dans les villages tout autour du barrage. Cette évolution rapide de la population et des activités économiques ne s’est malheureusement accompagnée ni d’un aménagement du cadre de vie des populations, ni d’une organisation sociale adaptée en vue de gérer les risques de conflits. Ce qui a pour conséquence une dégradation de plus en plus croissante de l’écosystème, du tissu social et une augmentation de risques sur la santé.

6L’amélioration de la santé publique et des conditions sociales passent par une meilleure compréhension des facteurs de dégradation et leur prise en charge par les différents acteurs de l’environnement considéré (les autorités administratives, les responsables des communautés locales, les institutions d’intervention publique ou privée, les populations).

7cette étude tente de cerner les interactions multiples entre les transformations environnementales, les conditions socio-économiques et les risques potentiels sur la santé des populations et propose des pistes de stratégies pour une réduction de ces risques. Les résultats pourraient servir dans d’autres sites similaires du Burkina Faso et de la sous région pour prévenir et gérer les risque sanitaires.

Matériel et Méthodes

8Cette analyse n’est qu’une partie d’une étude plus globale sur les différents facteurs de risques sur la santé des populations du bassin versant dus à la présence du barrage de Yitenga. Cette étude globale incluait des analyses géographique, écologique, socio-économique, microbiologique et épidémiologique.

Cadre de l’étude

9Le gouvernement du Burkina Faso a entrepris depuis trois décennies, la construction de barrages en vue de mobiliser des ressources en eau pour les besoins agricoles, l’alimentation humaine et du cheptel. Le barrage de Yitenga a été construit en 1987 sur un des affluents du fleuve Nakambé.Le bassin versant du barrage, qui fait l’objet de notre étude, dépend administrativement de la province du Kourritenga, dont le chef lieu est Koupela, située à 140 kms à l’est de la ville de Ouagadougou, capitale du Burkina Faso (figure 1). Il est constitué de deux grandes entités, la ville de Pouytenga et une quinzaine de villages dont les plus importants sont: Goargo, Yitenga, Poessé, Zaongo, Koulbalé, Pissalogo, Leamtenga, contenus en partie ou totalement dans la surface topographique drainée par les eaux se jetant dans le barrage. La ville de Koupela à 3 kms du barrage de Yitenga, bien que hors du bassin versant, est généralement considérée comme faisant partie de la zone  d’étude, au vu de l’importance socio-économique du barrage pour les populations de cette ville (Djeufo, 2000; Tiotsia, 2000; Yonkeu et al, 2001) .

Figure 1. La zone d’étude et la zone d’influence du  réservoir du barrage Yitenga dans la province de Kourritenga, Burkina Faso.

Figure 1. La zone d’étude et la zone d’influence du  réservoir du barrage Yitenga dans la province de Kourritenga, Burkina Faso.

La démarche socio-économique

10Les résultats présentés en ce qui concerne les déterminants de l’environnement socio-économique sont issus de plusieurs enquêtes réalisées dans le bassin versant de 1988 à 2003. Il s’agit notamment de:

  • L’enquête communale dans la ville de Pouytenga de mai 1998 menée par les responsables de la commune: elle avait pour objectif, d’établir un diagnostic de la situation de la ville pour ainsi faire paraître les atouts et les contraintes de développement de la commune;

  • L’enquête sanitaire, effectuée en juin 2001 par l’équipe de recherche et les étudiants de l’Ecole Inter-Etats d’Ingénieurs de l’Equipement Rural (EIER), qui avait pour but d’évaluer le taux de satisfaction des besoins en eau potable, en assainissement, déterminer la relation entre les conditions environnementales et les pathologies dans le bassin versant. L’étude a porté sur un échantillon de 366 concessions à Pouytenga, 173 concessions à Koupela et 32 concessions dans les villages. Cet échantillonnage couvrait environ 10% de la population de la zone d’étude;

  • L’enquête sur l’état de la pollution, l’adduction d’eau potable et l’assainissement  dans le bassin versant de Yitenga de décembre 2002, effectuer par l’équipe de recherche, les étudiants de l’EIER et une étudiante de l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL). Ces enquêtes ont concerné  166 concessions à Pouytenga , 98 à Koupela et 9 dans les villages.

  • L’enquête sur la détermination des différents types de maladies diarrhéiques existant dans quelques villages de la zone du bassin versant du barrage de Yitenga (Goargo, Zoango, Yitenga, Pissalogo et Nanourgou), conduit en février 2003, par l’équipe de recherche de l’EIER et une consultante sur un échantillon de 62 ménages.

11Ces enquêtes socio-économiques et sanitaires ont été menées à l’aide des questionnaires d’enquête et aussi des entretiens semi-structurés permettant essentiellement d’évaluer le niveau de vie des ménages, la religion pratiquée  et les activités rémunératrices.

12Les données collectées lors de l’enquête sanitaire de 2001 et celle de 2003 ont été traitées à l’aide du logiciel EPI-INFO (logiciel de traitement informatique des données des enquêtes sanitaires). Les autres enquêtes ont été traitées à l’aide du logiciel Microsoft Excel 2000.

13L’analyse de l’évolution de l’environnement et de la population s’est appuyée sur les résultats de l’étude de la modification de l’environnement du bassin versant du barrage de Yitenga effectuée par Yonkeu et coll. (2001).

Tableau 1: Dynamique de l'occupation des terres entre 1979 et 2001. * l’extension de la ville de Koupela s’est faite aussi bien en direction du bassin versant qu’à l’extérieur d’où une augmentation de la surface totale.

(source : Yonkeu et al, 2001).

Occupation des sols

Superficie occupée en 1979 en Ha

Superficie occupée en 1993 en Ha

Superficie occupée en 2001 en Ha

Variation entre 1979 et 2001

variation  entre 1979 et 2001 en %

Ville de Koupela

115

207

1663

1548

1346

Ville  Pouytenga et villages

90

182

958

868

964

Sol nu

186

292

257

71

38

Plan d’eau

24

152

131

107

446

Zone inondable pluviale

491

217

217

-274

56

Riziculture et maraîchage

10

61

79

69

690

Zone de culture

12 266

11 207

9 483

-2 783

23

Savane arborée anthropique à espèces utiles

0

543

540

560

-

Savane arborée anthropique éparse dégradée

0

466

1 206

1 206

-

Savane arbustive

822

781

781

-41

5

Forêt galerie

54

42

42

-12

22

Total*

14 058

14 150

15 357

Résultats et discussion

Occupation de l’espace

14Les études de la dynamique de l’occupation de l’espace (analyse diachronique) effectuées par Yonkeu et coll. (2001) ont permis d’établir l’état de référence et l’état actuel de la zone d’étude. Rappelons que l’état de référence est une situation d’une zone ou milieu donné à un moment de son évolution. Sa description vise à cerner les principales caractéristiques de  la zone d’étude dans une perspective évolutive et temporelle, soit avant le changement c’est à dire la construction du barrage de Yitenga dans le cas qui nous concerne. Il sert donc à décrire et à mieux comprendre les différentes composantes physiques, sociales et économique, et leurs interactions, qui caractérisent le territoire à l’étude. Cet état de référence a été obtenu par l’analyse des photos aériennes de 1979 et de la documentation existante.

15Les principaux résultats de cette étude révèlent que des modifications importantes de l’environnement qui pourraient avoir une incidence majeure sur la qualité de l’écosystème, la production agricole et les risques sanitaires des populations sont : la réduction des surfaces cultivables et pastorales, l’accroissement de la population, la présence permanente d’un plan d’eau polluée (barrage).

la réduction des surfaces  cultivables, pastorales et modifications des espèces végétales

16La réduction des surfaces cultivables et des zones pastorales disponibles est très marquée entre 1979, 1993 et 2001. Elle est essentiellement due à l’occupation des terres par l’habitat et les infrastructures urbaines ainsi que le plan d’eau du barrage et les ouvrages annexes. De même, cette pression humaine a réduit considérablement les zones forestières et de savanes.

17Le tableau 1 ci-dessous résume l’évolution de l’occupation des terres entre 1979 et 2001.

18Ce tableau comparatif montre que:

  • toutes les surfaces occupées par les éléments naturels de l’écosystème et qui servent aussi de zones pastorales ont régressé : les zones inondables ont perdu 56% de leurs superficies, la forêt galerie 22%, la savane arbustive 5%. La digue du barrage, ses aménagements  et le plan d’eau ont entraîné la disparition de 120 ha de forêt avec 5250 arbres recensés (ONBAH, 1999). Ce qui signifie également la destruction des habitats de différentes espèces et la disparition de la biodiversité,

  • les zones de cultures pluviale ont également régressés de 23 %,

  • d’autres types de formations végétales créées par l’homme sont apparues : - les savanes arborées anthropiques à espèces utiles, près de 560 ha. Ces zones étaient des savanes herbeuses anciennement cultivées, qui ont été transformées en plantation de ligneux avec des espèces utiles comme Azadirachta indica  (neem) Eucalyptus camaldulensis, Mangifera indica (manguier) et Psidium guajava (goyavier)- les savanes arborées anthropiques éparses et dégradées qui sont issues des savanes arborées arbustives et des savanes arbustives qui ont été défrichées et régulièrement mis en culture. Le défrichement a épargné quelques espèces naturelles utiles éparpillées dans l’espace telles que Butyrospermum parkii (karité), Tamarindus indica (tamarinier), Lannea microcarpum (résinier), Sclerocarya birrea, Borassus aethiopum (rônier) qu’accompagnent les espèces introduites telles que Mangifera indica et Azadirachta indica. Les sols de ces formations, dépourvus de toute végétation herbacée, sont généralement dégradés par l’érosion hydrique et éolienne qui les rendent incultes.

Effets sur les sols et l’urbanisation

  • les espaces dégradées, sols nus, ont augmenté de 38% de leur superficie d’origine. Ce sont des zones avec des affleurements rocheux ou de cuirasse, des zones érodées, indurées et incultes, et des zones de bas fonds anciennement cultivés. Ceux-ci sont en particulier dus à la baisse de la pluviométrie,  à de mauvaises pratiques agricoles et à la pression démographique.

  • les zones aménagées par l’homme ont également connu une augmentation très importante de leur superficie. Il s’agit : - des plans d’eau qui sont passé de 24 ha an 1979 (INSD, 1975) à 131 ha en 2001 (soit une augmentation de 107ha)  - les zones de riziculture et de maraîchage ont connu une augmentation significative (de 10 à 79 ha entre 1979 et 2001).

  • la ville de Pouytenga et les villages situés dans le bassin versant et la ville de Koupela en dehors ont également connu une augmentation impressionnante de leurs superficies Pouytenga est passé de 90 ha à 958 ha en 2001 tandis que Koupela est passé de 115 ha en 1979 à 1663 ha en 2001). Cette augmentation s’est faite au détriment des zones de culture pluviale et de pâturage.

19Cette réduction des zones de culture pluviale et de pâturage va accroître la pression sur les terres restantes surtout avec l’augmentation de la population dans le même temps. Ce qui pourra être une source de tension entre populations en quête de nouvelles terres de culture.

Accroissement de la population de la zone

20Les données de l’Institut Nationale de Statistique Démographique (INSD) du Burkina Faso pour les recensements de la population des années 1975 , 1985 et 1996, révèle un taux d’accroissement démographique annuel de 2,4%. Le tableau 2 montre que l’accroissement démographique de la zone de l’étude est largement supérieur à la moyenne nationale.

21Les villes de Pouytenga et Koupela ont connu un accroissement remarquable entre 1979 et 2001, respectivement 486,6% et 127,% de sa population de départ, soit respectivement un taux de croissance moyenne annuelle de 8,37% et 3,81%. Cette importante augmentation n’est pas seulement due à la présence du barrage. La position géographique de Koupela, ville carrefour pour les pays voisins (Bénin, Togo, Niger) et la vocation commerciale de la ville de Pouytenga, grand centre commercial (3ème marché à bétail du Burkina Faso), fréquenté par les commerçants venant de la Côte d’Ivoire, du Togo, du Bénin, du Ghana et du Niger, sont des facteurs déterminants dans la forte croissance de ces deux villes. Pouytenga, en plus de sa population permanente, connaît un fort accroissement tous les trois jours, du fait de son marché périodique.

  Tableau 2: Évolution de la population des villes de Pouytenga, Koupela et des villages entre 1979 et 2001Source: d'après les différentes données de l'INSD, 1985 et 1996 pour les villes et Yonkeu et al, 2001 pour les villages.

Années

1979

1993

1996

2001

Variation de

1979 à 2001

Variation

en %

Villes

Pouytenga

7 563

28 542

35509

44 363

36 800

486,6%

Koupela

9 925

15 630

17619

22 606

12 681

127,8%

Villages

Population en 1979

Population en 1993

Population en 1996

Population en 2001

Variation de

1979 à 2001

Variation

en %

Yitenga

210

242

250

260

50

23,8%

Soulgou

1675

1093

998

857

-818

-48,8%

Kolastenga

2798

292

181

80

-2 718

-97,1%

Goargo

308

1219

1634

2669

2 361

766,6%

Pissalogo

308

430

460

519

211

68,5%

Koulbalé

78

390

550

978

900

1153,8%

Zaongo

1425

1418

1416

1410

-15

-1,1%

22La plupart des villages autour du barrage ont également vu leur population s’accroître fortement (cf. tableau 2) à l’exception des villages de  Soulgou en amont qui a perdu près de 49% de sa population et  Kolastenga, situé en aval, après le périmètre irrigué a perdu  97% de sa population initiale entre 1979 et 2001 près de. Une partie de Soulgou, village en majorité Peuhl, a été envahie par le plan d’eau et le village de Kolastenga connaît l’assèchement en saison sèche de son bas-fond, lieu principale des activités culturales (Maraîchage) de ces populations en cette période de soudure.  Cette forte augmentation de la population au niveau de la ville de Pouytenga et des villages du bassin versant du barrage et de la ville de Koupela aura des conséquences néfastes sur l’environnement et la population de la zone d’influence du barrage à cause en particulier de la pollution et des conflits sociaux.

Aménagements architecturaux et paysagers de l’espace

23L’importante évolution de l’occupation de l’espace dans le bassin versant qui s’est traduite par un fort accroissement des espaces habitées et l’accroissement de la population n’ont pas été accompagnées par des aménagements architecturaux organisés..

24La voirie : La voirie est absente à Pouytenga qui est pourtant desservie par un réseau routier très dense. Le plan cadastral est bien dressé pour le centre ville et on y rencontre des rues larges ayant des emprises de 10 à 30 m qui ne possèdent malheureusement pas de caniveaux pour l’évacuation correct des eaux pluviales et des eaux usées. Ce qui met énormément à mal l’assainissement de la ville. La situation est pire dans les villages à structure urbaine peu organisée.

25Etablissements scolaires :  Dans le bassin versant de Yitenga, on dénombre : trois écoles primaires et un lycée communal à Pouytenga, quatre écoles primaires reparties dans les villages de Gaorgo, Pissalogo, Leamtenga et Poessé et un établissement d’enseignement secondaire en construction dans le village de Poessé. Aucun autre village ne dispose d’école. Ce qui fait un ratio d’une école pour trois villages, obligeant les enfants des autres villages à parcourir de longue distance pour aller à l’école ce qui est l’une des causes du faible taux de scolarisation de l’ordre de 43%, établi par le Ministère de la Santé (DEP, 1997).  Ce faible taux de scolarisation est préjudiciable pour les populations puisque l’éducation scolaire représente l’un des moyens les plus efficaces pour faire passer les messages en faveur de l’hygiène et de la salubrité.

26Marché : Pouytenga est un grand centre commercial doté de trois grands marchés : le marché de bétail qui est l’un des plus important du Burkina Faso, le marché de céréales et le marché de vivres et produits manufacturés. Ces marchés se tiennent tous les trois jours et sont l’occasion de très importantes activités de production de déchets qui restent sur place.

27Les équipements de santé : Le bassin versant compte un centre médical à Pouytenga, il est à présent doté de plusieurs services (chirurgie, pédiatrie, maternité, laboratoire etc.) nécessaires pour les premiers soins. Toujours dans la ville de Pouytenga, il existe une clinique (Clinique Pouya), un dépôt pharmaceutique et une pharmacie. Malgré une assez bonne organisation de la couverture sanitaire, la zone souffre d’une insuffisance de personnel qualifié. Cette situation, associée à l’état de pauvreté des paysans, va favoriser dans les villages le recours à l’automédication ou aux soins chez les tradipraticiens. Ce qui accroît les risques sanitaires.

28Les voies de communications : L’accès au bassin versant est possible toute l’année grâce aux routes bitumées reliant Ouagadougou à Koupela et Koupela à Pouytenga  qui sont praticable en toute saison. L’accès au barrage à partir de Koupela est praticable toute l’année par une route en terre et les villages sont interconnectés par des pistes cyclables. Un réseau de pistes cyclables permet l’accès à différents points du périmètre. Ce qui facilite le transfert des malades des villages vers la ville et la possibilité d’accéder aux centres de santé des deux grandes villes.

29Les retenues d’eau : Le Bassin versant compte trois retenues que sont: le barrage de Yitenga, la retenue de Lemtenga et la retenue de Pouytenga. Les deux premières sont destinées aux activités agricoles alors que la troisième est une digue routière permettant les activités socio-économiques dans la ville de Pouytenga (eau destinée à l’abreuvement des animaux et à plusieurs autres usages domestiques). Malheureusement ces retenues d’eau sont aussi des lieux de baignade, de lavages des vêtements, de nettoyage des légumes destinés pour la vente sur les marchés. Ces multiples activités favorise le contact homme-eau, la contamination des légumes qui seront consommés parfois dans des villages bien loin de ces barrages et facile la propagation des maladies liées à l’eau.

30Les aménagements paysagers : Que ce soit en ville ou dans les villages, il n’y a pas d’aménagement paysager type espace vert en tant que tel. Cependant, il existe des espaces verts non aménagés, faits de plantations d’alignement (Eucalyptus camaldulensis, Azadirachta indica, Mangifera indica) dans les villages, des jardins privés dans certaines concessions.

Cadre de vie communautaire et familiale

Les ethnies et la religion 

31Le bassin versant est majoritairement composée de Mossis. On y note cependant une multi-ethnicité, avec différentes ethnies du Burkina (Bissa, Gourmantché, Peuhl, Yarsé) et des étrangers (Haoussas, Yorubas), notamment dans la ville de Pouytenga. En effet, sur 166 concessions enquêtées à Pouytenga, 88,6% sont occupées par les Mossi. La zone urbaine affiche ainsi une forte diversité ethnique, culturelle et économique. En outre, la durée de résidence en ville varie énormément, avec des gens qui y habitent depuis longtemps et en permanence et d’autres qui sont de récents immigrants ou qui viennent les jours de marché et repartent. L’étroite interaction et l’interdépendance de ces groupes très divers dans le même environnement urbain peuvent fragiliser la cohésion sociale et  engendrer des stress sociaux, l’aliénation ou l’exclusion de certains groupes, ainsi que des sentiments d’insécurité chez certains individus ou au sein de communautés particulières.

32Dans les villages la différentiation ethnique est plus nette, ainsi on rencontre des villages presque essentiellement Mossi et des villages essentiellement Peuhl.

33Aussi bien en ville que dans les villages, les principales croyances et pratiques spirituelles sont le christianisme (80,7% de concessions à Pouytenga sur un effectif de 166 enquêtées), l’islam (19,3% ) et les religions traditionnelles. Cependant, les villages à dominance Peuhls sont surtout musulmans et il y’a une forte pratique de syncrétisme religieux par les peuples Mossi. Les religions traditionnelles baignent dans un occultisme qui est une caractéristique singulière dans les conduites des populations et dans leurs activités quotidiennes. Cet occultisme a un lien direct avec la santé par le biais de la divination. Le destin de l’homme est lié à des pratiques qui lui dictent les attitudes à observer pour sa survie ( DPF, 1996).  Les comportements socio-culturels des populations que ce soit en ville ou dans les villages seront assez similaires, fortement influencés par cette forte dominance des peuples Mossi et l’importance de la pratique du christianisme.

Les conditions de vie

34L’organisation de l’habitat:  L’habitat est varié. Il est en dur ou sémi-dur ou en banco à Pouytenga et en banco dans la majorité des villages. Le mode d’habitation reste généralement le même qu’on soit dans la ville ou dans les villages (seule la disposition architecturale changent dans certains cas entre la ville et le village). Il se caractérise par la présence de plusieurs bâtiments dans la même parcelle que l’on appelle communément  concession. Il s’agit très souvent de plusieurs couples ou des enfants adultes d’une même famille qui construisent auprès du bâtiment paternel, soit par manque de moyens financiers pour se procurer un terrain, ou simplement par solidarité familiale. Il ressort de l’enquête de décembre 2002, partant sur un échantillon de 176 concessions, que le nombre moyen de bâtiments par concession à Pouytenga est de 4.  D’autres données nous ont permis de constater que chaque concession à Pouytenga, abritait en moyenne 13 personnes et était constituée d’au moins 2 ménages (couples).   Ce mode d’occupation de l’espace a l’inconvénient de ne pas faire de la place à une cours interne de la concession surtout lorsqu’en plus des maisons d’habitation, il faut prévoir de la place pour la douche et la toilette, les hangars pour l’étable des animaux.

35Cohabitation homme et animal: L’un des facteurs qui causent le plus l’insalubrité dans le bassin versant (dans les villes et dans les villages) est la pratique de l’élevage de case qui favorise la cohabitation homme/animal. Dans ce système d’élevage pratiqué surtout pour les petits ruminants, les porcins, les asins, la volaille, les animaux trouvent leur pitance dans les restes de repas et autres rejets. Ainsi pour leur permettre d’assurer leur nutrition, les animaux sont en liberté dans les concessions et en divagation dehors. Rares sont les ménages qui, quotidiennement, nettoient entièrement leur concession ce qui est de nature à favoriser le développement des vecteurs de maladie et à augmenter la morbidité dans la population.  Les enquêtes effectuées sur un échantillon de 166 concessions, ont montré que cette forme d’élevage est abondamment pratiquée dans tout le bassin versant. La figure 2 en fait une illustration dans la ville de Pouytenga.

Figure 2. Élevage de case à Pouytenga

Figure 2. Élevage de case à Pouytenga

Source: Kengni Dongmo, 2002.

36Approvisionnement en eau: La disponibilité d’eau en quantité et en qualité pour les populations, est une situation très préoccupante dans le bassin versant du barrage de Yitenga. Pour leur besoin en eau, les habitants ont recours selon les conditions plus ou moins favorables à plusieurs sources : approvisionnement par l’Office National de l’Eau et de l’Assainissement (ONEA) aux moyens des bornes fontaines et des branchements particuliers ou le recours à des forages, des puits et l’eau brute des barrages.  Le niveau d’accès à l’eau saine est très faible dans toute la zone de l’étude.

37D’après la réglementation de l’eau au Burkina Faso, un forage ou une borne fontaine est installé pour approvisionner 500 personnes dans un rayon de 250 m, un branchement particulier pour desservir une concession de 10 personnes. Sur cette base, à Pouytenga par exemple, environ 17 142 habitants sur  43 512 en 2002 (Kengni Dogmo, 2002) manque de service d’eau potable tableau 4. Ainsi plusieurs ménages ont recours aux puits et même aux eaux du barrage pour combler le déficit d’apport en eau de l’ONEA.

Tableau 4: Présentation du déficit d'eau à Pouytenga. ¹Le nombre d’habitants actuel est estimé en utilisant un  taux de croissance de 3%.  

Nombre d’ouvrages

Nombre théorique de personnes

Types de source

Forage

16

16*500 = 8000

Branchement particulier

137

137*10 = 1370

Bornes fontaines

34

34*500 = 17000

Nombre total de personnes disposant de l’eau potable

26370

Déficit théorique total

43512¹-26370 = 17142

38Dans les villages, l’alimentation en eau potable se fait au niveau des forages à traction manuelle et des puits modernes ou traditionnels, exception faite du village de Yitenga qui dispose d’une borne fontaine. La qualité de cette eau reste soumise à des pollutions à cause de l’aménagement sommaire des puits qui n’arrête pas les écoulements d’eau de pluie à l’intérieur pendant les crues, mais aussi du mode d’utilisation des récipients servant à puiser l’eau des puits (récipients d’origine diverse et souvent déposés à même le sol après usage). Des analyses d’eau provenant des puits de la ville de Pouytenga ont confirmé la présence d’une pollution fécale (Manga, 2002).

39Plusieurs ménages dans les villages utilisent l’eau du barrage pour divers besoins pour combler le déficit en eau des puits. Sous certaines conditions de sécheresse entraînant l’assèchement de certains puits et des coupures d’eau fréquentes et de longue durée au niveau des bornes fontaines, certaines populations très défavorisées de la ville ou des villages utilisent l’eau du barrage comme eau de boisson (Manga, 2002,  Matokot, 2003).

40Le tableau 5 présente une enquête effectuée auprès de 366 concessions dans la ville de Pouytenga et 32 concessions au niveau des villages sur les sources et usages d’eau surtout pour la boisson. Il ressort de cette étude que dans la ville de Pouytenga, 81,1% de concessions s’approvisionnent en eau de boisson au niveau des bornes fontaine, 9,3% au niveau des puits, 7,7% au niveau des revendeurs d’eau, 4,9% au niveau des forages, 3,8% au niveau des robinets  (branchements individuels) et 1,6% au niveau du barrage (On a un total de plus de 100% parce que le même répondant peut citer plusieurs sources pour le même usage). Pour les usages autres que la boisson (fabrication du dolo, du soumbala, teinture des tissus, tannerie des peaux, fabrication des briques pour l’habitat) on relève que les bornes fontaines demeurent toujours les plus importantes sources d’approvisionnement (81,4%), le pourcentage d’usage du barrage a triplé (4,9%). Dans les villages, selon cette enquête, les seules sources d’eau utilisées pour la boisson sont les forages (93,7%) et les puits (15,6%). La tendance est la même pour les autres usages.

Tableau 5: Nombre de concessions utilisant différentes sources d'eau.

Source: Mampouya et al, 2001.

Pouytenga

Différentes sources

Barrage

Forage

Robinet

Fontaine

Revendeur

Puits

Boisson

Oui

6

18

14

296

28

34

Non

359

347

351

69

337

331

Autres utilisations

Oui

18

23

14

297

46

34

Non

347

342

351

68

319

331

Villages

Différentes sources

Barrage

Forage

Robinet

Fontaine

Revendeur

Puits

Boisson

Oui

0

30

0

0

0

5

Non

32

2

32

32

32

27

Autres utilisations

Oui

1

30

0

0

0

5

Non

31

2

32

32

32

27

41Ces résultats montrent que la situation de l’approvisionnement en eau pour les besoins domestiques dans le bassin versant de Yitenga est un facteur de risques pour la santé des populations.

42Le transport et le stockage de l’eau de  boisson et autres :  Nous avons vu que la population urbaine ou rurale s’approvisionne en eau au niveau des bornes fontaines. Il faut donc transporter de l’eau pour atteindre les concessions pour leurs stockages et leurs utilisations. La multitude de contenants intermédiaires pour le transport qu’emprunte l’eau recueillie, pourraient bien contribuer à la rendre encore plus impropre à la consommation.  Les moyens de transport rencontrés sont les hommes, qui portent sur la tête une bassine, un bidon ou un canari et les charrettes attelées ou non, transportant des fûts. On note aussi de façon sporadique le transport par les bicyclettes. Le récipient de stockage le plus utilisé est le canari en béton ou en terre cuite. Et les lieux de stockage sont soit la cour dans un coin  de la concession soit un coin à l’intérieur des maisons.  Ce mode de stockage de l’eau et le lieu de stockage (surtout lorsque c’est dans la cours de la concession) couplé à la présence des animaux dans les concessions favorisent les risques de contamination de l’eau. Les animaux de retour de leurs quêtes de nourriture cherchent à se désaltérer et plongent le museau dans les récipients d’eau à leur disposition.

43Assainissemen ::  Les problèmes de l’assainissement et du drainage se posent dans le bassin de Yitenga avec autant d’acuité que ceux de l’eau. La ville de Pouytenga est reconnue comme étant l’une des plus insalubre du Burkina. Avec une démographie galopante, il se pose le problème de gestion des déchets solides et liquides. La commune de Pouytenga ne dispose ni de service d’assainissement, ni d’unité de ramassage d’ordures.

44Les déchets solides : Ils sont constitués en grande partie d’ordures ménagères,  des déchets d’emballage des produits du commerce et des résidus de récoltes. La gestion des ordures ne semble pas être une préoccupation prioritaire pour les populations dans le bassin de Yitenga. A Pouytenga, la rue constitue le principal lieu de déversement des ordures comme le montre la figure 4.  A Pouytenga malgré ce dépôt d’ordures dans les rues, les populations en majorité agriculteurs (45,5%, figure 6) se considèrent toujours comme propriétaires de ces ordures puisqu’ils en prennent soins en les rassemblant et en les humectant fréquemment pour accélérer la décomposition, en les incinérant partiellement etc.). En effet, ces populations transporteront ces ordures dans les champs en début de la saison des pluies. Un peu partout en ville Les fosses fumières sont construites de manière très archaïque, sans esthétique, et occupent très souvent l’espace public. Dans les villages c’est un coin à l’intérieur de la  concession ou en dehors aménagé ou non en fosse fumière ou directement les parcelles de culture qui accueillent ces ordures ménagères.  Cette manière de traiter les ordures ménagères favorise la prolifération des insectes tels que les mouches, les cafards et les rongeurs tels que les rats et les souris qui cohabitent avec les hommes et sont d’excellents agents de transmission des maladies.  Sur un échantillon de 151 concessions à Pouytenga, 45.6% affirment être indisposées par cette situation (Manga, 2002) et vouloir un environnement propre. Mais la cohabitation homme/animal et l’intérêt de ces déchets pour l’agriculture rendent la population très peu sensible à cette nuisance.

Figure 4. Lieux de déversement des ordures à Pouytenga (sur 166 concessions)

Figure 4. Lieux de déversement des ordures à Pouytenga (sur 166 concessions)

(Mampouya et al, 2001)

45Les déchets liquides - eaux usées et excréta : De même que les déchets solides, le problème des eaux usées et excréta constitue un embarras pour les personnes avisées soucieuses de la santé des populations et de leur confort. A Pouytenga, les eaux des douches et celles émanant de la vaisselle sont déversées sur la voie publique ou dirigées dans des puisards à ciel ouvert. Ces eaux stagnent çà et là et les animaux domestiques viennent y patauger. Ils constituent d’excellents gîtes de développement des moustiques responsables de paludisme. Plusieurs concessions ne disposent pas encore de fosses d’aisance comme le présentent la figure 5. A Pouytenga 58,4% de concessions disposent de latrines traditionnelles (fosse dallée en surface à fond perdu) et 36,2% de concession défèquent dans la nature. Dans les villages c’est 53,1% des concessions qui défèquent dans la nature et 37,5% disposent de latrines traditionnelles.  Ces chiffres traduisent les risques de péril fécal et de contamination des eaux de surface après les premières pluies.

Figure 5. Lieu d’aisance dans les différentes concessions de Pouytenga (366) et des Villages (32)

Figure 5. Lieu d’aisance dans les différentes concessions de Pouytenga (366) et des Villages (32)

(Mampouya et al, 2001)

Figure 6.  Les professions rencontrées dans la zone d’étude

Figure 6.  Les professions rencontrées dans la zone d’étude

Les activités économiques

46Les principales activités caractéristiques de l’économie du bassin versant  sont : l’agriculture, le commerce, l’élevage, le transport, l’artisanat. La figure 6 représente les professions rencontrées dans la zone d’étude (Mampouya et al, 2001). Ces activités ne sont cependant pas exclusives les unes des autres, mais complémentaires dans le quotidien de plusieurs concessions. A Pouytenga par exemple, le commerce est majoritairement pratiqué pendant la période hivernale.

47L’agriculture :L’agriculture est l’activité la plus pratiquée dans le bassin versant. En effet, 50,3% de concession à Koupela, 45,5% à Pouytenga et 89,6% dans les villages déclarent pratiquer l’agriculture (sur un effectif de 173 concessions à Koupela, 366 à Pouytenga et 32 dans les villages).  C’est une agriculture extensive pluviale avec des spéculations essentiellement céréalières. Le système de production est celui d’une agriculture orientée vers la subsistance, l’extension des zones de cultures et donc la suppression de la jachère.

48Cette agriculture demande un effort important aux populations, pour un rendement souvent relativement faible. En effet, face à l’érosion, à la quasi-inexistence d’un couvert végétal herbacée et surtout face à la pression démographique (exploitation régulière, sans jachère, surpâturage), les sols de la zone ont progressivement perdu leur fertilité, et requièrent un abondant apport en éléments fertilisants. En l’absence de moyen financier la solution adoptée par les agriculteurs est la valorisation de leurs déchets solides, qui posent en retour des problèmes de salubrité, dus aux méthodes rustiques de conservation et de transformation.

49Le maraîchage et le riz pluvial sont les cultures de rentes pratiquées sur le périmètre et en amont du barrage de Yitenga tout le long de l’année.  Le maraîchage est la seule activité de contre saison pratiquée autour du barrage et des autres points d’eau tels que les puits. De plus le système de production est soumis à d’autres contraintes telles que le faible niveau d’équipements agricoles (charrue, charrette et autres équipements), la difficulté d’accès aux intrants chimiques NPK et Urée (coûts élevés par rapport au pouvoir d’achat des paysans) qui favorisent les  faibles rendements.

50Les conditions de pratique de l’agriculture (pluviale et irriguée) se traduisent par une grande pénibilité de travail pour un rendement faible qui entraîne sur le plan physique des agriculteurs la fatigue, les douleurs corporelles. Les agriculteurs travaillent sous la chaleur, très légèrement habillés pour les femmes et torse nu pour les hommes et les pieds sans aucune protection. Ceux qui travaillent dans les périmètres ont les pieds à longueur de journée plongés dans un mélange d’eau et de boue. Ce qui les expose à des vecteurs de maladie.

51L’élevage :L’élevage dans la zone de l’étude est l’une des principales sources d’épargne des populations car la ville de Pouytenga se présente comme le deuxième grand pôle de bétail du Burkina. Cette activité est menée à des degrés divers par la quasi-totalité de la population de la zone. Plus de 66% des concessions sur un échantillon de 151 de Pouytenga abritent des animaux domestiques (Manga, 2002).  Ces animaux sont élevés de manière extensive, et sont destinés en priorité au commerce. L’alimentation des animaux est insuffisante, ce qui entraîne le développement de la transhumance et la divagation des animaux (petits ruminants) en milieu urbain. On note une complémentarité réciproque entre élevage et agriculture, qui se traduit par l’utilisation des sous-produits agricoles par l’élevage, et l’amendement des champs par le fumier animal.

52On estime à 37 647 bovins, 166 105 ovins et caprins, 6971 asins, 70 équins et 4646 porcins, le cheptel des départements de Koupela et Pouytenga en 2001 (DPRA-Koupela, 2002). Cet important cheptel ne dispose dans la région que de deux points d’eau pérenne : le barrage de Yitenga et celui de Pouytenga. L’abreuvement d’une quantité aussi importante d’animaux au niveau des barrages, avec accès direct, au niveau du plan d’eau va contribuer à la pollution de ces retenues.

53Le cadre de travail : Aucun aménagement et équipements sanitaires, au niveau du cadre de travail, n’a accompagné cette importante diversité des activités au niveau du bassin versant. Il n’existe aucune toilette amenagée que ce soit au niveau du marché que le long du centre commercial à Pouytenga, ni au niveau du périmètre irrigué du barrage de Yitenga. Les travailleurs pour se soulager vont dans la nature.  De même, il existe très peu de points d’eau potable (bornes fontaines) au niveau du marché de Pouytenga. Les commerçant pour se désaltérer achètent de l’eau ensachée artisanalement par des personnes disposant de réfrigérateur et vendue par des enfants dans des glacières. La qualité de ses eaux de boisson n’est pas toujours garantie. Au niveau du périmètre, il n’y a aucune borne fontaine et les paysans se contentent de l’eau ramenée de chez eux ou alors tout simplement de l’eau des canaux d’irrigation,. Il n’existe aucun dispositif d’abri en cas d’extrême chaleur (ce qui est souvent le cas en saison sèche).  Toutes ces conditions prédisposent les populations du bassin versant à des risques de maladies et particulièrement les maladies liées à l’eau.

Risques de maladies dans le bassin versant

54L’ensemble des données que nous avons analysées précédemment montre que l'évolution de la situation socio-économique du bassin versant de Yitenga, pour une période d’un peu plus d’une vingtaine d’année (1979-2001), s’est traduite par un important accroissement de la population urbaine et rurale, un développement de nouvelles activités économiques plus ou moins organisées (commerces divers, cultures irriguées, élevage de case), un faible développement des infrastructures sociales de base (système d’approvisionnement d’eau potable et systèmes d’assainissement). Cette importante modification du milieu, relativement rapide, a beaucoup influé sur la vulnérabilité des populations, les exposant ainsi à des risques de maladies.

55En effet, la raréfaction de l'eau due à la faible disponibilité d’eau mobilisable dans la zone, l’insuffisance des systèmes d’alimentation en eau de consommation, oblige les gens à recourir à des sources d'eau douce de qualité médiocre, telles que les barrages, qui sont souvent contaminés, l’absence d’un système de collecte et de traitement des excrétas favorise la transmission directe des maladies ou à travers la pollution des ressources en eau, la stagnation des eaux usées domestiques et des eaux pluviales conduisent à la prolifération d’insectes vecteurs de maladies, l’accumulation des déchets solides favorise la prolifération d’insectes et de rongeurs pouvant transporter des éléments pathogènes. Tous ces facteurs pourraient entraîner une progression des maladies diarrhéiques et autres maladies infectieuses.

56Le statut socio-économique va constituer un facteur social déterminant des risques à la santé auxquels sont confrontés les populations de la zone d’étude du fait que, ce statut fixe l’essentiel des dangers de l’environnement physique auxquels ils s’exposent, tout comme d’ailleurs les avantages dont ils peuvent jouir. Le facile accès à des sanitaires hygiéniques et à l’eau potable, par exemple, sont étroitement lié aux revenus et au niveau d’instruction des individus (ce dernier influence fortement les habitudes comportementales des populations).

Tableau 11: Maladies hydriques potentielles.

Source: Kengni Dogmo, 2002

Type d’infection

Type de germe

Type de maladie

Réservoir principal

Infections dont l’agent est véhiculé passivement par l’eau et qui sont liées à la qualité de l’eau

Bactériennes

Salmonelloses (typhoïde )

Entérobactéries (E.coli, Campylobacter), choléra,

Homme

Virales

 Hépatites A, Poliomyélite, Rotavirus, Entérovirus

Homme

Parasitaires

 Amibes, Giardiases, Flagellés intestinaux,

 Homme

Infections dont la fréquence diminue lorsque les quantités d’eau disponibles augmentent

Entérites

10% à 20% des diarrhées, Oxyures

Dermatose à ectoparasites

 Ulcères, gale, teigne, typhus et fièvres de la même famille

Tréponématoses

 Pian et Bejel

Conjonctivites et otites  

 Conjonctivites bactériennes, trachoe, otites externes et moyennes

Maladies dont l’agent causal a un cycle comportant une phase aquatique obligatoire

Copépode

Ver de guinée

Homme

Poisson

Bothriocéphale, Anisiakiase  

Mollusque

Douves, Bilharzioses

Homme

Maladies dont le vecteur se reproduit dans l’eau ou pique à proximité

Moustiques

Paludisme, Filarioses lymphatico-sanguines Arbovirus : dengue, fièvre jaune Trypanosomiase

Homme

Glossine

Onchocercose

Simulie

Homme

57Du côté des dangers liés à la situation de l’environnement physique,  la ville, en particulier, doit faire face aux problèmes plus furtifs de l’environnement social qui sont engendrés par des facteurs autres que socio-économiques. L’influence de l’environnement social urbain sur la santé agit selon d’autres modalités qui sont moins évidentes et plus pernicieuses, celles des comportements à risque. En effet, nous avons relevé que sur le plan socio-culturel les habitudes de vie des populations (regroupement familial, cohabitation homme/animal), étaient restées les mêmes aussi bien dans les villages caractérisés par une forte homogénéité tribale qu’en ville caractérisée par une diversité ethnique et culturelle. Ce qui ne favorise pas l’intégration et la solidarité des populations d’origines différentes et ne permet pas de modifier certains comportements à risques qu’on aurait pu changer avec un statut socio-économique meilleur. De plus, les niveaux  élevés du chômage (surtout parmi les jeunes), provoqués par l’insuffisance des terres cultivables due à une forte croissance de la population, les changements technologiques (introduction des cultures irriguées) et économiques (développement du commerce dans la zone et introduction d’une mentalité à une forte tendance de recours à des gains rapides et faciles), peuvent avoir des effets nuisibles sur la santé physique et mentale. Ces problèmes qui, de concert avec des niveaux déjà inacceptables de privation et de misère dans bien des quartiers et les villages, pourraient menacer " la cohésion même de la société "

Maladies potentielles

58Face à cette situation plusieurs types de maladies potentielles peuvent être évoqués, comme le montre le tableau  11

59Les pathologies potentielles causées par les conditions socio-économiques du bassin versant ne se réduisent pas seulement à celles en relation avec l’eau. La pollution du sol par le péril fécal humain ou des animaux, est également une voie par laquelle les hommes contractent la maladie. Ces maladies sont généralement appelées les maladies des mains sales ou des pieds nus (helminthiases, etc.).

60Sous certaines conditions certaines maladies peuvent se transmettre des animaux (bovins) à l’homme, soit directement ou après consommation de viande. On peut citer entre autre : le charbon bactéridien, la tuberculose, la brucellose, etc.

61D’autres maladies peuvent provenir de la pénibilité du travail: le mal de dos, la hernie. Les vagues de chaleur que subissent les maraîchers pendant leurs activités ne sont pas sans rapport avec les maladies cardio-vasculaires, respiratoires et autres. La morbidité et la mortalité dues à ces facteurs pourraient augmenter, en particulier chez les personnes âgées. Un accroissement de la fréquence des journées chaudes ou torrides et des inversions thermiques (phénomène météorologique qui peut retarder la dispersion des polluants) peut provoquer une dégradation de la qualité de l'air dans les villes (Pouytenga, Koupela) et causer des maladies respiratoires.

Maladies effectives

62Les enquêtes épidémiologiques sur le terrain nous ont permis d’identifier quelques maladies sévissant dans le bassin versant. La figure 6 présentent ces résultats en ce qui concerne la ville de Pouytenga.  On retrouve ces mêmes maladies au niveau des villages avec les mêmes ordres de pourcentage.  Ainsi les pathologies courantes rencontrées dans le bassin versant de Yitenga sont : le paludisme, les maladies diarrhéiques, les affections cutanées, les affections respiratoires, la bilharziose. D’autres maladies tel que le choléra, le ver de guinée bien qu’exceptionnelles, sont encore présentes dans la région.

Figure 6. Maladies dans les 366 concessions visitées à Pouytenga

(Mampouya et al, 2001)

63Ces maladies pour la plus part, font partie du quotidien des populations du bassin versant. Ainsi des cas de diarrhée, de paludisme et autres, n’ébranlent pas la sérénité des populations, qui pratiquent très souvent de l’automédication et utilisent la pharmacopée traditionnelle. Il faut aussi noter qu’à force de vivre dans certaines conditions, l’organisme finit par développer des résistances, qui permettent à la population de vivre dans un équilibre relatif avec son milieu. C’est ainsi que dans la zone d’étude la manifestation de la bilharziose urinaire chez les jeunes garçons ne semble pas être un problème pour les populations.

Stratégies de réduction des risques

64Cette étude montre que les risques de détérioration de la santé des populations du bassin versant de Yitenga est lié à la problématique globale de l'eau, de l’assainissement et celle du développement qui forment les facettes d'une même réalité pour cette zone. Ces problématiques renvoient aux aléas climatiques, à la démographie galopante, aux conditions socio-économiques précaires de la majorité des populations, à la pollution des sources d’eau, à la détérioration de la santé publique, à l'impossibilité des pouvoirs publics de fournir les services et infrastructures de base nécessaires.

65Pour réduire les risques de ces différents facteurs du milieu, il faut cerner les problèmes environnementaux qui nuisent à la santé des membres de la collectivité, les prévenir et les corriger. La salubrité de l'environnement passe par la salubrité des sources d'eau et de nourriture, par des logements convenablement construits et entretenus et par une saine gestion des déchets. Elle ne peut porter que si les populations sont suffisamment sensibilisées et adoptent des comportements qui minimisent les risques d’insalubrité. A la salubrité environnementale, il faudra ajouter des conditions et un environnement socio-économiques aptes à maîtriser les maladies infectieuses.

66Les populations doivent  trouver des stratégies d’adaptation ou intervenir pour réduire au minimum ces risques sanitaires accrus. De nombreuses mesures efficaces peuvent être envisagées et doivent être entreprises aussi bien au niveau des politiques, des collectivités locales, des institutions d’appui que des populations concernées et en collaboration. Les stratégies d'adaptation concerneront: les programmes d'hygiène, l'éducation du public concernant les comportements à adopter, l'amélioration des mesures de contrôle de l'eau et de la pollution, la surveillance des maladies infectieuses, la formation de chercheurs et de professionnels de la santé et l'introduction de techniques de protection (amélioration de l'habitat, épuration des eaux et vaccination). De même des stratégies d’intervention doivent concerner: la nécessité et la volonté d’un investissement supplémentaire dans la capacité à l’approvisionnement en eau des populations de la zone d’étude, la sensibilisation et l’encouragement à la mise en place d’un système d’assainissement autonome des eaux usées et excréta dans la ville de Pouytenga et les villages, la formation à la gestion et à la valorisation des déchets solides domestiques (construction des fosses fumière et fabrication des compostes), l’amélioration en qualité et quantité des infrastructures de santé publique et l’amélioration des techniques de cultures et d’élevage. Le financement de ces actions pourront se faire par une collaboration entre le gouvernement, les collectivités locales, les institutions privées (bailleurs de fond, ONGs, société d’exploitation de l’eau) et les populations concernées.

67Tout comme l’approvisionnement en eau potable, le changement de comportement des populations en matière d’assainissement est une nécessité et une urgence absolue en matière de réduction des risques de maladie dans le bassin versant de Yitenga.

68L’eau est un problème difficile à résoudre, et demande une intervention en moyen financier important. En effet, le bassin versant du barrage de Yitenga est majoritairement constitué d’un sous-sol pauvre en eau mobilisable. Plusieurs sondages se sont avérés négatifs ou trop faibles. Le barrage de Yitenga, utilisé par l’ONEA pour approvisionner en eau potable les villes de Pouytenga et Koupela et pour alimenter un périmètre irrigué, s’avère très insuffisant. De plus actuellement il est menacé d’envasement et de rupture.  Sans une eau de bonne qualité et en quantité suffisante, il serait utopique de vouloir sensibiliser les populations, sur les risques de consommation d’une eau de qualité douteuse. Il est néanmoins possible, de les sensibiliser sur les méthodes plus hygiéniques de stockage d’eau et de son traitement (utilisation de filtre, bouillir de l’eau avant sa consommation). Une des stratégies d’efficacité probable serait la possibilité de rehaussement de la digue du barrage afin d’augmenter sa capacité de rétention d’eau. Une étude a été suggérée pour analyser la faisabilité technico-économique et environnementale de cette solution. Une deuxième suggestion est d’intensifier la lutte anti-érosive, déjà amorcée par les autorités administratives, les institutions techniques (ONEA, Environnement) et la population, en amont et le long des berges du barrage.

69La lutte en faveur de l’assainissement pourrait être menée avec succès par les populations de la ville de Pouytenga avec l’implication de la commune, ceci à travers des campagnes de sensibilisations à l’hygiène et à la propreté. Ces campagnes doivent être adaptées aux réalités du milieu, c’est à dire, un contexte de sous scolarisation et d’analphabétisme. Pour se faire, il faudra utiliser des techniques de proximité, qui conviendraient pour bousculer les inerties sociales, telles que, les visites à domiciles avec des explications plus pratiques, des rencontres d’échanges avec les groupes cibles (femmes, hommes, agriculteurs, éleveurs, commerçants, etc.), l’éducation des plus jeunes dans les établissements primaires et l’organisation au niveau local des actions de type «journée ville ou village propre ».

70Cette sensibilisation doit être accompagnée par l’élaboration de règles et lois applicables dans la localité, qui soumettraient les contrevenants à des sanctions dissuasives. Ainsi l’implication de la mairie devrait se concrétiser par la création d’un service d’Hygiène Communal, constitué d’un personnel permanent très limité ( deux à trois personnes), appuyés par les représentants des services techniques en relation avec l’assainissement (personnel de la santé, de l ‘environnement, agent de l’ONEA, etc.) et des ONGs. Ce service d’Hygiène Communal pourrait entreprendre des actions périodiques telles que : organiser les activités d’information d’éducation et de communication (IEC) en matière d’hygiène et de salubrité publique, effectuer des inspections et des contrôles sanitaires.

71L’organisation et la mise en place d’une caisse d’appui pour les habitants en difficulté financière pourraient aussi permettre de juguler le phénomène du péril fécal en leur permettant de construire des latrines. La gestion de cet argent devra se faire de façon rigoureuse, en s’appuyant sur plusieurs critères. On pourrait par exemple procéder à des  prêts octroyés à des personnes volontaires, sur  recommandation d’un  Comité d’Hygiène constitué et mis en place avec la collaboration de tous les acteurs de la zone sous l’initiative de la commune. Ce même comité étudiera, avec la participation des concernés, les modes de remboursement du prêt. Des remboursements périodiques pourront être envisagés, ou à défaut un recours à  des travaux d’intérêt public.

72D’autres initiatives similaires peuvent être adoptées, dans le cas des déchets solides, dans le souci de garder les villes salubres. La population étant intéressée par l’utilisation de certains types de déchets comme fumure agricole, la mairie peut s’investir avec l’aide du personnel agricole de l’Etat à une formation des agriculteurs sur la construction et l’entretien efficace des fosses fumières.

73Des séances de formation sur l’élevage de case avec stabulation peuvent être ouvertes. Cependant le problème principal des éleveurs étant le déficit d’aliments pour le bétail, il faudra penser à des méthodes efficaces de  stockage de la paille pendant les périodes des pluies pour combler le déficit de saison sèche. Des techniques simples de cultures fourragères et de fabrication de foin pourront être enseignées.

74Dans les villages le problème d’hygiène est encore plus difficile à traiter, car il faudra auparavant,  songer à élever le niveau de vie des habitants avant de leur demander des investissements pour l’assainissement. Cependant la sensibilisation à l’hygiène du milieu pourrait être initiée à l’intention de ces derniers.

75Toutes ces mesures nécessitent une organisation et une solidarité communautaire pour générer les sources de financement, l’appui des autorités, des bailleurs et des organismes de développement. Certains aspects des mesures préconisées nécessitent des études complémentaires d’approfondissement (cas de la conservation des résidus des récoltes et des cultures fourragères).

Conclusion

76Les résultats des différentes enquêtes menées dans le bassin versant de Yitenga nous ont permis de relever que: la démographie du bassin versant est galopante (le nombre d’habitants a plus que triplé à Pouytenga en 15 ans), il y a un important développement de nouvelles activités économiques plus ou moins maîtrisées par les populations (commerces divers, cultures irriguées, élevage de case). Pour l’épanouissement de cette population, des infrastructures socio-économiques de plus en plus importants (alimentation en eau, assainissement, écoles, hôpitaux, électrification, etc.) devraient être installées. Ceci demande de gros investissements, qui ne cadrent pas avec la conjoncture économique des pays sous développée comme le Burkina, où seules les capitales économiques et politiques bénéficient d’un suivi permanent des mesures d’approvisionnement en eau et d’assainissement. La conséquence immédiate est l’insalubrité du cadre de vie qui favorise l’augmentation du stress au sein de la population et les maladies infectieuses.

77La présence majoritaire d’une ethnie et d’une religion, ne permet pas toujours de remettre en cause les comportements rétrogrades dans lesquels certaines populations sont encrées. Les habitudes de vie des populations en ville, cadre caractérisé par une diversité ethnique et culturelle, qui se traduisent par une transposition de l’organisation de la vie dans les villages, cadre plus homogène sur la plan ethnique et culturel, ne favorisent pas l’intégration et la solidarité des populations d’origines différentes d’une part et ne permettent pas de modifier certains comportements à risques qu’on aurait pu changer avec un statut socio-économique meilleur d’autre part.  

78Les conditions socio-économiques actuelles de la zone d’étude ne sont pas de nature à favoriser l’accès à l’eau des populations à faibles revenus. En effet, malgré les importants efforts d’investissement dans les secteurs de l’approvisionnement en eau, la majorité des habitants des zones urbaines et rurales restent encore sans accès durable à de l’eau et à l’assainissement parce que les investissements nécessaires pour étendre le service à tous n’ont pas pu être mobilisés. Des efforts supplémentaires d’investissement avec le concours de tous les acteurs du milieu et éventuellement l’aide extérieur doivent être faits. La mobilisation et le service de l’eau coûteront plus chers dans les villages à cause de leur taille faible et de la faiblesse de leur densité d’occupation de l’espace.

Haut de page

Bibliographie

Direction des Etudes et de la Planification (DEP), 1997.- Carte Sanitaire du Burkina Faso. Ministère de la Santé, Burkina Faso.

Direction de la Promotion de la Famille (DPF), 1996.- Etude socio-anthropique sur la population et la vie familiale. Ministère de l’Action Social et de la Famille, Burkina Faso.

Djeufo C. L., 2001.- Relations entre les activités productives et la santé des populations riveraines autour du barrage de Itenga. Mémoire de fin d’étude d’Ingénieurs, EIER, Ouagadougou, Burkina Faso. 84 p.

Institut National de la Statistique et de la Démographie (INSD), 1996 : Recensement général de la population . Ministère du plan et de la coopération. Ouagadougou, Burkina Faso.

Kambiré J. M., 2002.- Environnement et lutte contre la pauvreté. In : Mamadou Amadou : Rapport d’activités 2001-2002 du Club des Amis de l’Environnement EIER-ETSHER. Communication présentée lors de la table Ronde du Club Environnement. Groupe EIER-ETSHER, Ouagadougou, Burkina Faso, 2002, pp. 15-24.

Ganamtore K. et Idani A., 2002.- Environnement et lutte contre la pauvreté. In : Mamadou Amadou : Rapport d’activités 2001-2002 du Club des Amis de l’Environnement EIER-ETSHER. Communication présentée lors de la table Ronde du Club Environnement. Groupe EIER-ETSHER, Ouagadougou, Burkina Faso, 2002, pp.24-37.

Kengni D.E, 2002. - Assainissement et approvisionnement en eau de consommation dans le bassin versant  du barrage de Yitenga, diagnostic de la situation, risques sur la santé des populations et mesures de prévention. Mémoire de fin d’études d’ingénieur, EIER. Ouagadougou Burkina Faso, 89p.

Maga G. P., 2002.- Comportement et implication des populations de la ville de Pouytenga dans le domaine de l’eau et de l’assainissement. Premier Rapport Trimestriel de stage d’appui à la recherche. Octobre-Décembre 2002, EIER, Ouagadougou, Burkina Faso, 34 p. + annexes.

Mampouya M., Wethé J., Afeiton P., 2001.- Evaluation des conditions de vie et de la santé humaine dans les zones d’influence de l’écosystème crée par le barrage d’Itenga (Koupela, Itenga, Pouytenga) au Burkina Faso. Rapport de l’enquête sanitaire.

Matokot G., 2003.- détermination des  différents types de maladies diarrhéiques existant dans la zone d’étude du bassin versant du barrage de Yitenga. Rapport d’enquête sanitaire. Groupe EIER/ETSHER, Ouagadougou, Burkina Faso. 27 p. + Annexes.

Tsiotsa A., 2001.- Dynamique des écosystèmes et relation avec la santé des populations riveraines : Cas du barrage de Itenga au Burkina Faso. Mémoire de fin d’étude d’Ingénieurs, EIER, Ouagadougou, Burkina Faso. 77 p.

Symes S. L., 1994.- The Social Environment and Health. Dædalus, Journal of the American Academy of Arts and Sciences, Health and Wealth, Fall 1994: 79-86

Wilkinson R. G., 1994.- The Epidemiological Transition: From Material Scarcity To Social Disadvantage? Dædalus, Journal of the American Academy of Arts and Sciences, Health and Wealth, Fall 1994: 61-78.

Yonkeu S., Maïga H.A., Mampouya M., Wethé J. et Mamane C., 2001.- Analyse des mécanismes de réduction des risques dus à la présence du barrage de Yitenga sur la santé de l’écosystème et des populations humaines riveraines et colons, EIER/CRDI. Ouagadougou, Burkina Faso, 95 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. La zone d’étude et la zone d’influence du  réservoir du barrage Yitenga dans la province de Kourritenga, Burkina Faso.
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/4778/img-1.png
Fichier image/png, 45k
Titre Figure 2. Élevage de case à Pouytenga
Crédits Source: Kengni Dongmo, 2002.
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/4778/img-2.png
Fichier image/png, 7,5k
Titre Figure 4. Lieux de déversement des ordures à Pouytenga (sur 166 concessions)
Crédits (Mampouya et al, 2001)
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/4778/img-3.png
Fichier image/png, 7,8k
Titre Figure 5. Lieu d’aisance dans les différentes concessions de Pouytenga (366) et des Villages (32)
Crédits (Mampouya et al, 2001)
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/4778/img-4.png
Fichier image/png, 6,7k
Titre Figure 6.  Les professions rencontrées dans la zone d’étude
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/4778/img-5.png
Fichier image/png, 6,7k
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/4778/img-6.png
Fichier image/png, 10k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

S. Yonkeu, A. H. Maïga, Joseph Wethé, M. Mampouya et G. P. Maga, « Conditions socio-économiques des populations et risques de maladies :Le bassin versant du barrage de Yitenga au Burkina Faso », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Volume 4 Numéro 1 | mai 2003, mis en ligne le 01 mai 2003, consulté le 01 octobre 2014. URL : http://vertigo.revues.org/4778 ; DOI : 10.4000/vertigo.4778

Haut de page

Auteurs

S. Yonkeu

École Inter-États d`Ingenieurs de l`Équipement Rural de Ouagadougou (EIER),03 B.P. 7023 Ouagadougou Burkina Faso Samuel.yonkeu@eier.org

A. H. Maïga

Joseph Wethé

Articles du même auteur

M. Mampouya

G. P. Maga

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page