Navigation – Plan du site
Dossier : Santé et environnement

Assainissement des eaux usées et risques socio – sanitaires et environnementaux en zones d’habitat planifié de Yaoundé (Cameroun)

Joseph Wethé, Michel Radoux et Emile Tanawa

Résumé

La problématique de l'assainissement des eaux usées, telle qu'elle se pose avec acuité dans la ville de Yaoundé, nécessite que des solutions adaptées soient prises. L'eutrophisation et le comblement élevé des zones humides de cette sont des conséquences perceptibles de cette situation. Les statistiques sur la prévalence des maladies diarrhéiques sont des signaux de l'impact d'un défaut d'hygiène et d'assainissement, quel que soit le type de tissu urbain de la ville. Le taux de prévalence des maladies diarrhéique à Yaoundé, notamment chez les enfants de moins de 5 ans est significatif (14%) et interpelle les acteurs compétents pour des solutions d'urgence et adaptées. C'est pour comprendre ce phénomène qu'un enquête ménage a été conduite auprès de 620 ménages de ces quartiers, suivie d'une campagne d'observation du fonctionnement des ouvrages d'assainissement.

Cette étude permet de constater que la situation de l'assainissement des eaux usées dans les quartiers à habitat planifié se présente comme suit :

    * Les ouvrages individuels sont dominants avec les fosses septiques (dans 30% des ménages) et les latrines (dans 21% des cas). Le réseau d'égout avec station d'épuration dessert 46% des ménages de l'échantillon.

    * Ces ouvrages ne satisfont pas aux attentes des ménages interviewés. Les raisons évoquées par les ménages sont entre autres, les défauts de construction, les insuffisances d'entretien, les odeurs et les cafards pour 75% des ouvrages individuels ; l'insuffisance de traitement des eaux usées, les dysfonctionnements et l'abandon total des stations d'épuration pour plus des 2/3 des ménages raccordés au système collectif.

    * Les conséquences sur l'environnement, le cadre de vie et la santé sont perçues par les ménages comme étant liées à la mauvaise gestion des eaux usées dans leurs quartiers. La pollution des ressources naturelles (eau et sol), le développement des vecteurs de maladies hydriques, l'insalubrité et la dégradation du patrimoine urbain (réseau de drainage, voirie) sont les conséquences les plus citées par les ménages interviewés.

Parmi les propositions évoquées, les stations d'épuration par lagunage font partir des alternatives adaptées au traitement des eaux usées dans les quartiers à habitat structuré de Yaoundé : ce sont des systèmes souples et peu coûteux dans leur conception, leur réalisation et leur gestion. La participation des ménages, principaux bénéficiaires, est une nécessité à toutes les phases du projet. L'étude a relevé une réelle volonté de ces ménages à adhérer à ces projets, en terme d'appui conseil, de contribution financière, matérielle et en main d'œuvre. La mise en œuvre de tels systèmes nécessite de maîtriser les paramètres socio-économiques, urbanistiques, sanitaires et environnement du contexte considéré. L'optimisation de l'efficacité épuratoire des stations extensives nécessite d'organiser et de structurer artificiellement les espèces aquatiques utilisées afin de maximiser la rétention des polluants présents dans les eaux usées. Tel est la principe préconisé par la méthodologie de la Mosaïque Hiérarchisée des Ecosystèmes Artificielles (MHEA) dont nous recherche les condition d'application dans un contexte de climat tropical humide tel que Yaoundé (au Cameroun).

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1En la faveur d’une démographie galopante, de la faiblesse des moyens financiers et matériels et des difficultés à maîtriser la croissance urbaine, les municipalités de Yaoundé ont de plus en plus de la peine à offrir un service de proximité approprié. Le secteur de l’assainissement n’en est pas épargné. Il est dominé par des ouvrages d’assainissement autonomes, principales sources de pollutions diffuses, difficilement maîtrisable. Les efforts fournis pour munir certains quartiers de systèmes collectifs ont porté essentiellement sur les stations par boues activées incompatibles avec les capacités techniques, matérielles et financières des municipalités à qui incombe la gestion de l’assainissement. Ces stations sont ainsi abandonnées quelques années après leur construction.

2Cette situation n’est pas particulière à Yaoundé. La plupart des villes d’Afrique au Sud du Sahara présentent des similitudes. Elles ont une croissance démographique spectaculaire et quasi-exponentielle avec des taux de croissance proche du double la moyenne mondiale : de 3,5 à 6,2% à Yaoundé (au Cameroun) entre 1977 et 2001, 4,8% entre 1988 et 2000 à Niamey (au Niger), 3,4 à 4,4% à Ouagadougou (au Burkina Faso). Les bidonvilles sont dominants car les stratégies de gestion foncière sont peu adaptées et inefficaces et les ressources matérielles, financières et humaines disponibles dans les municipalités en charge de la gestion urbaine sont limitées. Les dysfonctionnement des systèmes d’assainissement des déchets solides et liquides sont perceptibles dans toutes les villes : les eaux usées stagnent dans les espaces vides, la chaussée et les drains. Les déchets solides sont irrégulièrement enlevés. Les conséquences du dysfonctionnement des systèmes d’assainissement sur le cadre de vie et l’écosystème naturel prennent de plus en plus d’ampleur et interpellent tous les acteurs impliqués à prendre des décisions appropriées.

3Les systèmes extensifs d’épuration collective des eaux usées sont, à l’état actuel des connaissances, adaptés au contexte urbain des pays en développement. (Radoux, 1986), (Radoux, 1990), (Niang, 1995), (Kengné, 2001), (Wéthé, 2001), (Nya et al., 2002), (Koné, 2002). Plus d’une trentaine des stations de traitement par lagunage des eaux usées ont été construites, entre 1975 et 2002, dans 14 pays francophones d’Afrique de l’Ouest et du Centre, de la Mauritanie au Congo (Brazzaville) en passant par le Cameroun. Ces stations représentaient, en 2002, près de 18% des ouvrages de traitement collectif existant dans ces pays. Une étude sur une vingtaine de ces ouvrages a montré que les procédés à microphytes prédominent et représentent 75% de l’échantillon étudié. (EIER-CEREVE, 2002). Les stations à macrophytes de l’échantillon considéré sont pour la plupart à l’échelle expérimentale. La même étude relève que ces systèmes sont caractérisés par :

  • leur rusticité et la simplicité de leur conception : très peu d’ouvrages visités sont dotés d’éléments électromécaniques et les modèles de dimensionnement utilisés ne sont pas complexes ;

  • la souplesse de leur réalisation et de leur exploitation : les matériaux utilisés sont disponibles localement, la main d’œuvre qualifié est moins exigée pour les travaux d’entretien courant (désherbage, nettoyage des ouvrages de pré-traitement, extraction des macrophytes etc.) ; l’évaluation des charges d’exploitation n’a pas été possible du fait de l’insuffisance des données pertinentes ; cependant, sur les cinq réponses concernant ce volet, les coûts d’exploitation varient de 100 fCFA/m²/an, (0,015€ ; 0,024$CAD) pour les stations de grandes capacité, plus36.000 m3/j à 9.000 fCFA/m²/an (13.72€ ; 21,88$CAD) pour les stations expérimentales de petite capacité (inférieure à 5m3/j) ;

  • leur robustesse parce qu’ils supportent les variations de charge : bien que les capacités initiales de certaines stations soient dépassées, les rendements épuratoires restent relativement acceptables. Les résultats d’analyses d’échantillons d’effluents aux sorties des bassins de stabilisation pour cinq stations de lagunage montrent des taux d’abattement de 40% à 93% pour les matières solides en suspension, de 40% à 97% pour la Demande chimique (DCO) et biologique (DBO), entre 23% et 98% pour l’azote et le phosphore et enfin de 2 à 7 unités logarithmiques pour les coliformes et les streptocoques fécaux.

4Cependant, les stations étudiées rencontrent quelques problèmes liés à l’insuffisance des moyens matériels et financiers pour assurer leur exploitation, la « démotivation » du personnel exploitant et l’insuffisance du suivi de la qualité des eaux usées et des effluents.

5C’est pour contribuer à la mise place de tels systèmes à Yaoundé que nous avons amorcé, depuis octobre 1999 dans cette ville, une étude sur l’épuration par voie naturelle des eaux usées, basée sur la méthodologie de la Mosaïque Hiérarchisée des Ecosystèmes Artificielles (MHEA). Mise en place à la fin des années ’70 par le Professeur Michel Radoux (FUL – Belgique), cette technologie s’appuie sur le principe selon lequel chaque espèce aquatique utilisée en lagunage ne peut pas à elle seul offrir des rendements épuratoires maximum pour tous les polluants présents dans les eaux usées ; seule une série d’écosystèmes aquatiques et sémi-aquatiques est susceptible de le faire. La MHEA consiste donc à mieux organiser et à structurer de manière artificielle ces espèces dans le but de maximiser les capacités de rétention offerte par chacune d’elle. L’efficacité de cette approche, du point de vue épuration des eaux usées, a déjà été prouvée sous climat tempéré (Belgique, France, Canada, etc.), méditerranéen (Maroc) et sahélien (Sénégal). La finalité de notre travail est de pouvoir tester cet outil à Yaoundé, une ville située en Afrique tropicale humide.

Figure 1. Carte de la région : a) localisation de la ville de Yaoundé ; b) subdivisions administratives de Yaoundé

Figure 1. Carte de la région : a) localisation de la ville de Yaoundé ; b) subdivisions administratives de Yaoundé

6La ville de Yaoundé est située à environ 250 km de la côte Atlantique. Ses coordonnées géographiques sont, le 3O52’ latitude nord et le 16O04’ longitude Est. (Vanchi-Bonnardi, 1973). Son relief est assez accidenté avec une altitude moyenne de 800m. Ce relief est dominé par des collines, ce qui lui a valu le nom de « ville aux sept collines » en référence à sa position relative dans une vallée bordée de sept collines dont les plus élevées sont situées du côté Ouest et Nord-ouest : le mont Mbankolo (1.200m), le mont Fébé (1073m) et le mont Akokndoué (967m).

7Le climat de Yaoundé est du type équatorial à quatre saisons qui s’alternent dans l’année : la grande saison sèche (mi-novembre/mi-mars), la petite saison de pluie (mi-mars/ mi-mai, la petite saison sèche (mi-mai/mi-juillet) et la grande saison de pluie (mi-juillet/mi-novembre). Ce climat est caractérisé par l’abondance de pluies (1.650 mm/an), et une température moyenne de 23,5oC contrastée entre 16 et 31oC selon les saisons. L’hygrométrie moyenne, de 80%, varie dans la journée entre 35 et 98%. Les vents fréquents sont humides et soufflent en direction Sud-ouest/Ouest ; les vents violents sont orientés Nord/Ouest (Wéthé, 1999), (Wéthé, 2001). La végétation est du type intertropical avec prédominance de la forêt humide méridionale.

8Siège des institutions politiques et du Cameroun, Yaoundé est subdivisée sur le plan en six Arrondissements, commandés par des Sous-préfets nommés et gérés par des maires d’arrondissement élus. Ces six arrondissements, dont la limite commune se trouve au centre de la ville au niveau de la Poste centrale, sont les suivants :

  • Yaoundé 1er qui couvre l’essentielle de la zone commerciale, s’étends vers le nord de la ville et représente environ 24% de la superficie totale de Yaoundé ; il partage l’essentiel de ses frontières avec les arrondissements de Yaoundé 2 (à l’ouest) et Yaoundé 5 (à l’est) ;

  • Yaoundé 2ème s’étends vers l’ouest sur 23,2% de la superficie de la ville ; il renferme les premiers quartiers de la Société immobilière du Cameroun (SIC), (Messa, Cité verte) ; il partage ses frontières avec Yaoundé 1 (à l’est) et Yaoundé 6 (au sud) ;

  • Yaoundé 3ème qui s’étends vers le sud-ouest de la ville et renferme l’université de Yaoundé 1 ; Yaoundé 4 (à l’est) et Yaoundé 6 (à l’ouest) lui sont frontaliers ;

  • Yaoundé 4ème s’étale vers le sud-est de la ville et renferme la majeure partie des lotissements municipaux de Yaoundé ; il est limité par Yaoundé 3 (à l’ouest)  et Yaoundé 5 (au nord) ;

  • Yaoundé 5ème s’étend vers le nord où il est limitrophe de Yaoundé 1 (à l’est) et Yaoundé 4 (au sud) ; une partie des lotissement communaux (Mimboman, Essos, etc.) en font partie ;

  • Yaoundé 6ème couvre la partie ouest de la ville avec des limites avec Yaoundé 2 (à l’ouest) et Yaoundé 4 (à l’est) ; il comporte la majorité des quartiers (Biyem Assi, Nsimeyong, Etoug Ebé, etc.) lotis par la Mission d’aménagement des terrains urbains et ruraux (MAETUR).

9Cet ensemble, qui s’étend sur 13 614 ha en 2002, forme depuis 1987 la Communauté urbaine de Yaoundé, dirigée par un Délégué du Gouvernement nommé par le Chef de l’Etat.

  • 1  Taux de métropolisation = Population des villes millionnaires en 1992, rapportée à la population u (...)
  • 2  Taux d’urbanisation primatiale = Population de la capitale en rapport de la population urbaine tot (...)

10A l’instar de la ville de Douala (capitale économique du Cameroun), Yaoundé est une métropole de plus de 1 million d’habitants depuis la fin du 20ème siècle. Le taux de métropolisation1 est de 35% et le taux d’urbanisation primatiale2 représente 16,5% de la population citadine. Les prévisions de croissance démographique prévoyaient une population d’environ 1,4 millions d’habitants en 2001. Les ajustements monétaires (du francs CFA) de 1994 en Afrique vont profondément éprouver le développement de Yaoundé en particulier et des villes camerounaise en général, déjà en situation précaire depuis la fin des années ’80, date d’annonce officielle du début de la crise économique.

Ville de Yaoundé, Cameroun

Ville de Yaoundé, Cameroun

Objectif et méthodologie d’approche

11L’objectif général de ce travail est d’étudier les conditions d’application, en zone tropicale humide, de la MHEA déjà éprouvée sous d’autres climats (tempéré, méditerranéen et sahélien). L’optimisation de l’efficacité épuratoire des eaux usées que recherche la MHEA passe nécessairement par la connaissance et la maîtrise des paramètres socio-économiques, techniques, urbanistiques, sanitaires et environnementaux de la zone considérée. Tel est le but assigné au travail de recherche en cours à Yaoundé (au Cameroun). Envisager de tels systèmes, recommande que la zone ciblée soit suffisamment dotée en réseau de voirie comme support des canalisations d’égout. C’est à ce titre que l’étude s’est intéressée particulièrement aux quartiers structurés de cette ville.

12L’un de ses objectifs spécifiques est d’analyser la situation de l’assainissement des eaux usées et d’évaluer le niveau de participation des ménages à l’amélioration des systèmes utilisés. Pour atteindre cet objectif, une enquête par sondage à choix raisonné, a été conduite auprès de 620 ménages appartenant à une dizaine de quartiers structurés de la ville. En outre, des campagnes d’observations des pratiques d’assainissement et de diagnostic des ouvrages ont été effectuées dans 10% de l’échantillon final afin de compléter les données d’enquêtes. Cet échantillon a été obtenu après stratification de la ville en zones homogènes (tissus urbains), tirage au sort des quartiers structurés à enquêter et application de la méthode des quotas avec un taux de sondage au cinquantième (1/50ème ) sur l’ensemble des 30 500 ménages que comptent les quartiers choisis. (Wéthé, 2001). Cette méthode est très utilisée dans les enquêtes en milieu urbain, surtout dans un contexte comme celui de Yaoundé où les statistiques permettant d’établir une base de sondage fiable ne sont pas rigoureusement actualisées depuis 1987, date du dernier recensement général de la population et de l’habitat au Cameroun. La répartition des ménages selon les tissus urbains appartenant à la zone de l’étude est la suivante :

  • 122 ménages des quartiers aménagés par la MAETUR ; Biyem Assi-MAETUR (avec 60 ménages) et Nsimeyong (62 ménages) font partie de cette entité ;

  • 240 ménages des zones d’habitations de la SIC ; les quartiers choisis dans ce groupe sont Biyem Assi-SIC, Cité Verte, Mendong et Messa avec chacun 60 ménages interviewés ;

  • 198 ménages des quartiers lotis par la municipalité de Yaoundé (LC) ; la répartition des ménages en fonction des quartiers choisis est de 60 à Essos, 78 à Mimboman et de 56 à Nsam ;

  • 60 « ménages unitaires » de la Cité universitaire font le groupe des équipements collectifs.

13Le choix de ces quartiers s’est opéré sur la base de quatre critères :

  1. le critère géographique pour assurer une bonne représentativité spatiale de la ville avec la présence d’un maximum d’arrondissements et de tissus urbains ;

  2. le critère socio-économique qui se fonde sur la nécessaire participation des bénéficiaires aux projets futurs ; ce qui suppose que les ménages choisis aient au moins un revenu moyen ;

  3. le critère urbanistique caractérisant la présence d’une trame de voirie suffisante, susceptible de constituer un support pour les réseaux d’égout projeté ;

  4. le critère technique permet de se focaliser sur l’objet principal de notre étude, à savoir la présence d’une station d’épuration à l’exutoire d’un réseau d’égout existant.

Tableau 1 : Typologie de l’habitat et niveau de standing du cadre bâti dans les quartiers étudiés

Quartier

Typologie de l’habitat

Niveau de standing du cadre bâti

Traditionnel

Mixte

Moderne

Bas

Moyen

Haut

Très haut

Biyem Assi MAETUR

16,6%

16,7%

66,7%

13,3%

70,0%

13,3%

3,3%

Biyem Assi SIC

0,0%

0,0%

100,0%

0,0%

60,0%

36,7%

3,3%

Cité Universitaire

0,0%

3,3%

96,7%

10,0%

76,7%

10,0%

3,3%

Cité Verte

0,0%

0,0%

100,0%

0,0%

0,0%

96,7%

3,3%

Essos

15,6%

25,0%

59,4%

34,4%

37,5%

21,9%

6,3%

Mendong

0,0%

6,7%

93,3%

0,0%

23,3%

66,7%

10,0%

Messa

0,0%

3,3%

96,7%

0,0%

30,0%

53,3%

16,7%

Mimboman

12,9%

25,6%

61,5%

7,7%

56,4%

30,8%

5,1%

Nsam

14,3%

50,0%

35,7%

17,9%

64,3%

17,9%

0,0%

Nsimeyong

3,2%

22,6%

74,2%

6,5%

80,6%

12,9%

0,0%

Total

6,5%

15,5%

78,1%

9,0%

35,8%

50,0%

5,2%

14Suivant ces critères, l’échantillon stratifié final appartient à trois tissus urbains répartis dans cinq communes urbaines d’arrondissement sur les six existants. Chaque enquêteur recruté et formé a été affecté dans un quartier. Un itinéraire a été imposé à chacun afin d’assurer une couverture spatiale dans le quartier et d’éviter les risques de répétition. En outre, il a été recommandé de respecter les quotas par quartier et de ne pas sélectionner les ménages voisins.

Résultats

Caractéristiques socio-économiques des ménages des quartiers structurés de Yaoundé

Description du cadre bâti et habité

15L’organisation spatiale de l’habitat fait ressortir deux ensembles d’occupation des sols, à savoir, les parcelles individuelles ou unités d’habitation individuelle occupées par une seule maison (64% de l’échantillon) et les parcelles collectives constituées de plusieurs maisons ou d’immeubles à plusieurs appartements (36% de l’échantillon).

16Trois types d’habitat ont été identifiés dans l’ensemble de la zone étudiée (tableau 1):

  • l’habitat « moderne », 78% de l’échantillon, est doté de l’essentielle des réseaux techniques urbains et des services urbains de base de santé et d’éducation  ;

  • l’habitat « mixte » (16% l’échantillon), est caractérisé par des parcelles accessibles par une voie en bon état et desservi par les réseaux techniques urbains à des taux variant de 30% à 80%. La présence des autres services urbains de base (éducation et santé) est facultative ;

  • l’habitat dit « traditionnel », (moins de 7% de l’échantillon), est caractérisé par des parcelles difficilement accessibles (routes en mauvais état de fonctionnement) et l’éloignement, voire l’absence des réseaux d’eau et d’électricité ainsi que les services urbains de base.

17Le niveau de standing du cadre bâti est assez diversifié dans la zone d’étude et marqué par quatre grands ensembles classés selon le niveau de standing décroissant  (tableau 1):

  • les maisons de « très standing » construites en matériaux dits définitifs (parpaings/briques, carrelage, tôle/tuile, plafond en contre plaqué/plâtré, jardin, clôture, eau, électricité et téléphone). Ce type de standing est généralement caractéristique des habitats modernes ;

  • les maisons de « haut standing », identiques aux précédentes mais à un degré de finition moindre. Ce type de standing est également caractéristique des habitats modernes ;

  • les maisons de « standing moyen » de degrés de finition moins élevée, sont caractéristiques de l’habitat mixte ou moderne si l’on tient compte des évolutions possibles dans le temps ;

  • les maisons de « bas standing » construites en parpaings/briques de terre non crépis ou en matériaux provisoires (planches, torchis plus ou moins crépis).

18Deux formes d’occupation de la parcelle coexistent dans les différents quartiers étudiés :

  • les « locataires » avec près de 60% de l’échantillon, notamment dans les habitations de la SIC. Il y a autant de locataires que de propriétaires dans les autres quartiers

  • les « ménages propriétaires » ou « familiales » représentent 40% de notre l’échantillon, avec cependant des taux inversés dans les quartiers précédents.

19La responsabilité de chef de ménage incombe dans 80% des cas au genre masculin contre 20% tenus par des femmes. Chaque chef de ménage a en charge 6 personnes en moyenne.

Situation d’emploi des chefs de ménages

20Sur l’ensemble de l’échantillon, 76,1% des chefs de ménage exercent une activité « principale ou permanente » parmi lesquels 10,3% pratiquent une activité « secondaire ou temporaire » (Tableau 2).

21Le secteur public est le premier employeur des actifs (avec 63% des actifs), contre 37% pour le secteur privé. Les catégories socioprofessionnelles sont les « hauts cadres » (12% des actifs), les « cadres et assimilés » (34,2%), les « cadre moyen/agent de maîtrise » (16%) et les autres catégories (avec 1,3% des cas).

22Le (ou la) conjoint(e) exerce une activité économique dans 60% des ménages de l’échantillon. Les enfants actifs vivant encore dans la maison familiale sont présents dans 16% des ménages étudiés.

Tableau 2  : Situation d’activité des chefs de ménages.

Quartier

Activité principale

Activité secondaire

Non

Oui

Non

Oui

Biyem Assi MAETUR

13,3%

86,7%

90,0%

10,0%

Biyem Assi SIC

23,3%

76,7%

76,7%

23,3%

Cité Universitaire

100,0%

0,0%

96,7%

3,3%

Cité Verte

10,0%

90,0%

93,3%

6,7%

Essos

9,4%

90,6%

84,4%

15,6%

Mendong

3,3%

96,7%

93,3%

6,7%

Messa

3,3%

96,7%

93,3%

6,7%

Mimboman

10,3%

89,7%

82,1%

17,9%

Nsam

42,9%

57,1%

96,4%

3,6%

Nsimeyong

29,0%

71,0%

93,5%

6,5%

Total

23,9%

76,1%

89,7%

10,3%

Revenus des ménage3

  • 3  Référence : 655,96 fCFA 1€1,5951$CAD au 14/05/03

23En raison des réticences, le taux de réponse est faible (30% des réponses). L’analyse des données ainsi collectées montre qu’à partir des actifs du ménages (chefs de ménages, conjoints et enfants) :

  • moins de 9% des actifs gagnent plus 729$CAD (ou 457.35€) par mois ;

  • 16% des actifs ont un salaire de 486,3$CAD (304,9€) à 729$CAD (457,4€) par mois ;

  • 40% des actifs ont des revenus de 252,5$CAD (152,5€) à 486,3$CAD (304,9€) par mois ;

  • 17% des actifs ont des revenus mensuels entre 145,9$CAD (91,5€) et 252,5$CAD (152,5€) ;

  • 11% des actifs disposent d’un revenu entre 60,8$CAD (38,11€) et 145,9$CAD (91,5€) ;

  • moins de 9% des actifs possèdent des revenus inférieurs au SMIG camerounais (24.300 fCFA/mois, 59,1CAD ou 37,1€) ; ils correspondraient aux activités de petit commerce de rue, d’apprentis menuisiers ou maçons,

24Par ordre d’importance des revenus permanents, on peut avoir, selon le type de tissu urbain, le classement suivant :

  • les ménages interviewés dans les zones d’habitations de la SIC ont un revenu moyen de relativement plus élevé : 308.000 fCFA/mois/ménage (748,95$CAD ou 469,54€) ;

  • les ménages des aménagements de la MAETUR ont un revenus mensuel moyen d’environ 233.200 fCFA/mois/ménage ( 567,06$CAD ou 355,51€) ;

  • les quartiers des lotissements communaux viennent en troisième position avec une moyenne mensuelle de revenu permanent de 220.500 fCFA/mois (536,18$CAD ou 336,15€) ;

25Pour combler les insuffisances des données sur les revenus des ménages, une autre approche par les dépenses dans la famille a été opérée : les ménages semblent plus enclins à décliner facilement les dépenses mensuelles que de déclarer leurs revenus. Cependant, le taux de réponse n’est que de 56%. La dépense mensuelle sur l’ensemble des dix quartiers est de 197.500 fCFA/mois/ménage (480.25$CAD ; 301.09€). Si l’on exclue les ménages unitaires de la Cité Universitaire, pour ne tenir compte que des ménages classiques, la dépense « significative » s’élève à 215.500 fCFA/mois/ménage (524.02$CAD ; 328.53€). En fonction des tissus urbains, l’analyse fait remarquer que les dépenses sont relativement plus élevées dans les habitations de la SIC (en moyenne de 246.500 fCFA/mois/ménage, (599.40$CAD ; 375.79€).  Celles-ci sont proches de la moyenne dans les lotissements municipaux (215.500 fCFA/mois), et inférieures dans les quartiers aménagés par la MAETUR (139.000 FCFA/mois/ménage (330.71$CAD ; 207.33€)).

26La répartition, en fonction des rubriques, fait apparaître que les trois premiers postes de dépense dans un ménage sont respectivement la nutrition (33% des dépenses), le loyer (18%) et le transport (16%) : ces rubriques concentrent environ 67% des dépenses moyennes dans le ménage. Le payement des factures d’eau, d’électricité et de téléphone représentent 14% des dépenses mensuelles tandis que les soins de santé couvrent 6% des dépenses contre 13% pour les autres dépenses y compris l’épargne.

27L’équilibre budgétaire n’est atteint que dans les 60% des ménages où le conjoint est également en activité. En effet, dans l’ensemble des quartiers ayant fait l’objet de l’enquête, l’équilibre entre les revenus permanents et les dépenses du ménage est atteint avec un excédant d’environ 54.500 fCFA/mois/ménage (132.53$CAD ; 83.08€).

Les ouvrages d’assainissement des eaux usées et excrétas dans la zone d’étude

28Les ouvrages d’assainissement des eaux usées de la ville de Yaoundé peuvent se classer en deux catégories : les ouvrages d’assainissement individuel (fosses septiques et latrines) et les ouvrages d’assainissement collectif (réseau d’égout et stations d’épuration) (Tableau 3).

Tableau 3: Répartition selon les quartiers, des modes d’assainissement des eaux usées et excrétas.

Type Ouvrage Assainissement

Egout

Fosse septique

Fosse septique et latrine

Latrine

Biyem Assi-MAETUR

0%

55%

3%

42%

Biyem Assi-SIC

100%

0%

0%

0%

Cité universitaire

100%

0%

0%

0%

Cité verte

100%

0%

0%

0%

Essos

0%

53%

6%

41%

Messa

100%

0%

0%

0%

Mendong

87%

13%

0%

0%

Mimboman

0%

38%

7%

55%

Nsam

0%

54%

3%

43%

Nsimeyong

0%

81%

3%

16%

Moyenne zone

49%

29%

2%

20%

Les ouvrages d’assainissement individuel

29Ces ouvrages dominent dans la zone d’étude puis que 54% de l’échantillon les utilisent (tableau ). Ils sont composés, par ordre d’importance :

  • des fosses septiques identifiées dans 30% des ménages situés dans les quartiers aménagés par la MAETUR (45%) et les lotissements communaux (51%).

  • latrines utilisées par 21% des ménages des lotissements communaux (72%) contre 28% dans les zones aménagées par la MAETUR.

  • la combinaison « fosses septiques et latrines » dans un même ménage est observée dans 3% des ménages des quartiers lotis par la municipalité et des aménagements de la MAETUR

Les latrines

30Ces ouvrages, dont les deux tiers datent de 10 à 20 ans, sont utilisés par les ménages qui ne sont pas raccordés au réseau d’eau potable. Ils sont réalisés, à plus de 70% des cas, par des puisatiers et tâcherons non qualifiés, contre 22% construits par des maçons. C’est ainsi que la majorité des latrines est mal construite et les coûts de réalisation sont relativement peu élevés : en moyenne 70.000fCFA (170.22$CAD ; 106.71€). variant de 10.000 à 450.000fCFA (15.24$CAD/24.32€ à 1094.25$CAD/686.02€), selon le degré de finition des travaux. La moitié des latrines a été vidangée une seule foi et le quart l’a été au moins 3 fois depuis leur réalisation, ceci contre paiement d’une somme de 35.000 à 75.000 fCFA/vidange (85.11$CAD/53.36€ à 182.37$CAD/114.34€). Les lieux de dépôt des boues de vidanges sont les cours d’eau, les lacs et les zones marécageuses situées en périphérie de la ville.

31Plus des 4/5ème des ménages disposant de latrines ne sont pas satisfaits du fonctionnement de ces ouvrages à cause de la présence permanente de mouches, de moustiques, de cafards et de souris, le dégagement d’odeurs nauséabondes, les défauts de construction et l’insuffisance d’entretien. Pour résoudre ces problèmes, près des 3/4 des ménages considérés souhaitent, construire des ouvrages « modernes » (latrines améliorées de type Ventileted Improved Pit latrines - VIP, fosses septiques et réseau d’égout) et faire usage des déodorants.

Les fosses septiques

32Les fosses septiques, dont environ 22% sont âgés de moins de 10ans, ont été réalisées à 88% par une main d’œuvre non qualifiée à des coûts moyens de 400.000 fCFA, soit 972.66$CAD (609.80€)., variant de 140.000 à 1 million de fCFA (43$CAD/213.43€ à 2431.65$CAD/1524.49€). Les vidanges , au moyen de camions spécialisés, ont été effectuées seulement dans 35% des ouvrages identifiés contre paiement d’environ 52.000 fCFA/vidange (126.45$CAD ; 79.27€). Les lieux de dépôt des boues de vidanges sont identiques que précédemment.

33Près des 3/5ème des détenteurs de fosses septiques ne sont pas satisfaits des performances et du fonctionnement de leurs ouvrages à cause du dysfonctionnement des équipements sanitaires internes (62%), les défauts de maintenance (14%), les défauts de construction (10% des cas) et la présence de cafards et d’odeurs dans 8% des fosses septiques. Les solutions préconisées vont de la réhabilitation ou de la reconstruction de nouvelles fosses septiques (60%) à la remise en marche des services d’hygiènes municipaux (8%) en passant par les réseaux d’égout avec stations d’épuration.

 Les ouvrages d’assainissement collectif

34Ces systèmes desservent 46% des ménages de l’échantillon habitant principalement les quartiers de la SIC et à la Cité universitaire ; plus de moitié de ces ménages ignore le lieu où ils se trouvent et seulement les 2/5ème connaissent qui en est le gestionnaire. Moins de 3% des ménages reconnaissent avoir payé environ 28.000fCFA (68.09$CAD ;42.69€) pour se raccorder au réseau d’égout et en entre 800fCFA et 5000fCFA/mois/ménage, soit de 1.95$CAD (1.22€) à 12.16$CAD (7.62€) pour l’exploitation mensuelle du système.

35Plus des ¾ des usagers n’apprécient pas les performances et le fonctionnement des stations d’épuration par boues activées installées dans leurs quartiers. Les raisons avancées sont entre autres, l’absence de traitement des eaux usées (33%), la prolifération des odeurs nauséabondes et des vecteurs de maladies (26%), les pannes régulières dues à la vétusté des installations et au manque d’entretien (66%), l’absence de suivi et d’entretien des installations, la mauvaise gestion et les lenteurs d’intervention des exploitants (9%) conduisant à la mise hors service des stations. A ces problèmes s’ajoutent le défaut de maintenance et d’entretien des réseaux (38%), cause des remontées d’eaux usées sur la chaussée et dans les maisons. Parmi les solutions proposées, l’enquête note : le renouvellement des équipements des stations et l’entretien régulier des installations (38%), la réhabilitation entière ou la construction d’une nouvelle station et d’un réseau d’égout, (26%), l’interpellation et la responsabilisation des autorités et des organismes en charges d’exploitation des stations (21%), le renforcement des équipes d’entretien (personnel et matériel) ainsi que leur motivation (10%) et enfin, la sensibilisation, l’animation et l’éducation des usagers, notamment les jeunes sur les règles d’utilisation des équipements sanitaires (3,4%).

La perception des ménages des quartiers structurés sur les enjeux liés aux eaux usées

36Les eaux usées sont considérées par plus de 63% des ménages interrogés comme sources de problèmes d’environnement, de santé et de dégradation du patrimoine urbain.

Les problèmes d’environnement

37A partir des avis des populations, on peut estimer que les problèmes environnementaux, causés par les eaux usées fortement chargées, sont préoccupants dans la zone d’étude puis qu’ils sont cités par 75% des ménages qui les perçoivent en terme de :

  • pollution et la dégradation de la qualité de la ressource en eau citée par 78% des ménages avec comme conséquence la disparition des espèces aquatiques (poissons) ;

  • contamination des sols évoquée par 63% des ménages entraînant la détérioration de la qualité des sols l’érosion et le ravinement des sols ;

  • détérioration du cadre de vie, la destruction du patrimoine urbain, l’inesthétisme, l’insalubrité et la gène des voisins évoqués 40% des ménages interrogés ;

  • risques de maladies et autres malaises, le ralentissement des activités socio-économiques et les risques accrus d’accidents sont reconnus par 30,1% des ménages interrogés ;

  • pollution de l’air avec le dégagement d’odeurs nauséabondes, vue par 25% de l’échantillon.

38Les travaux de recherche et les études antérieures et récentes confirment bien la perception des ménages enquêtés. (Fonkou, 96), (Wéthé, 99), (Ngnikam, 00), (Djeuda et al., 01), (LESEAU, 01), (Wéthé, 02). De ces études, il ressort que l’impact des eaux usées (et des déchets solides), domestiques et industriels, est perceptible sur la qualité des eaux des cours d’eau. Ces eaux ont un niveau de pollution supérieur au aux directives de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) : matières solides en suspension (145 et 1900 mg/l), phosphore (de 0,3 à 33mg/l), azote ammoniacal (1,2 à 60 mg/l), nitrates ( 0,7 et 9 mg/l), fer (1,85 à 5,5 mg/l), oxygène dissous (1,1 et 5mg/l), DBO5 (de 8 à 300mg/l), coliformes et streptocoques fécaux (de 103 à 107 UFC/100ml). (Wéthé, 02). D’autres études notent la présence de métaux lourds : cadmium (5 à 21g/l), plomb (14 à 250g/l), zinc (28 à 300g/l) et cuir de 16 à 1200g/l aux exutoires des eaux usées de certaines industries (LESEAU,01).  

39Cette situation est encore aggravée par les pratiques agricoles avec usage d’engrais et pesticides chimiques dans les bas fonds marécageux de la ville. A ces facteurs s’ajoutent le comblement des bas fonds à des fins d’habitation du fait de l’insuffisance de l’offre en parcelles viabilisées, la prolifération d’activités socio-économiques informelles, etc. Les conséquences, déjà visibles, sont entre autres, l’eutrophisation et le comblement des plans d’eau (cas des lacs et étangs de Messa, de Nkolbisson, de l’Université, de Obili etc.), l’appauvrissement, voire la disparition de la faune et de flore aquatique mettant ainsi en cause la valeur écologique de ces milieux, l’inesthétisme et les nuisances diverses (dont principalement les odeurs et les moustiques).

Les problèmes de santé

40Les problèmes de santé, dus au non-traitement des eaux usées et à leur stagnation dans les drains et les espaces libres sont signalés par 56% des ménages interrogés en terme de :

  • prolifération de gîtes des vecteurs de maladies (moustiques, mouches, cafards et rongeurs) ainsi que des odeurs nauséabondes (citée par 60% des ménages de la zone) ;

  • présence, dans les eaux usées, de germes et microbes pathogènes, perçue par 30% des ménages comme facteurs de maladies chez les riverains ;

  • contamination de l’eau, des sols et des aliments avec des risques de santé : 67% de ces ménages craignent la dysenterie amibienne, la typhoïde et la diarrhée tandis que 17% évoquent le paludisme causé par les moustiques (type anophèle femelle).

41De l’avis de ces ménages, ces maladies sont susceptibles d’entraîner des invalidités, des dépenses importantes et même des décès.

42Le croisement des données précédentes, avec les maladies ayant survenues dans les ménages durant les trois derniers mois qui ont précédé l’enquête montre que ces dernières sont pour la plupart d’origine hydrique et se résument en (figure 2) :

  • le paludisme qui affecte en moyenne 35% des ménages de la zone d’étude ;

  • la diarrhée et la dysenterie dont a souffert 11% des ménages de l’échantillon ;

  • la typhoïde qui touche près de 10% des ménages étudiés, à ces maladies, l’étude permet de relever dans l’échantillon, la toux dans 17% des ménages.

43L’étude n’a pas permis d’identifié un groupe particulièrement vulnérable par ces maladies dans les ménages interrogés. La proportion des personnes touchées par ces affections est de 12% chez les enfants de moins de 4 ans, de 18% chez les jeunes de moins de 15 ans et enfin de 20% chez les adultes. Par ailleurs, le lien entre ces maladies et les défauts d’assainissement des eaux usées n’est pas clairement défini à la fin de cette étude. Cependant, on retrouve un lien entre les maladies perçues par les ménages et celle effectivement déclarées au niveau des centres de santé de la ville. En effet, une analyse des données issues du service épidémiologie et endomo-épidémies du Ministère de la santé (Direction de la santé communautaire) montre que les risques de maladies hydriques sont élevés dans toute la ville, sans distinction de tissu urbain, notamment dans les ménages riverains des cours d’eau et des zones de stagnation des eaux usées. De ces données il ressort que ces maladies sont la cause de près de 15% des affections dans les ménages de la ville de Yaoundé. Les enfants de moins de 5 ans sont les plus touchés et représentent 30% des cas déclarés dans l’ensemble des centres hospitaliers de la ville. Cette situation évolue en dents de scie entre 1996 et 2002 : 21.000 en 1996 (avec 15 décès constatés), 11.025 cas en 1999 (avec 20 décès), 19.000 cas en 2000 (dont 10 décès), 13.000 cas en 2001 (dont 31 décès) et enfin  19.500 cas de diarrhée en 2002 (dont 15 décès). (MinSanté/DSC, 2002).

Les problèmes affectant les réseaux techniques urbains

44Les problèmes dont souffrent les réseaux techniques urbains, du fait des eaux usées mal drainées, sont évoqués par 52% des ménages interviewés en termes de bouchage des égouts (50% des ménages raccordés), d’obstruction des systèmes de drainage d’eaux pluviales (23% des ménages), de cassure des canalisations et de remontée d’eaux usées sur la chaussée (7% des ménages de l’échantillon). Les conséquences évoquées par les ménages de l’échantillon sont entre autres :

  • la destruction des infrastructures urbaines, la réduction de la durée de vie des réseaux urbains, particulièrement la voirie devenue impraticable et ralentissant les activités économiques. Cette conséquence est évoquée par 70% des ménages de l’échantillon qui pensent en outre que les dépenses de réhabilitation sont importantes ;

  • la pollution de l’environnement urbain engendre l’insalubrité, les odeurs nauséabondes, l’inesthétique et des désagréments pour 24% de l’échantillon ;

Les solutions préconisées pour une gestion participative de l’assainissement des eaux usées dans les quartiers structurés de Yaoundé

45La problématique de l’assainissement des eaux usées, telle qu’elle se pose avec acuité dans les quartiers structurés de Yaoundé, nécessite que des solutions adaptées soient prises. Les conséquences sur l’environnement sont perceptibles, notamment au niveau des bas fonds marécageux et lac dont le degré d’eutrophisation et de comblement est élevé au point que certains sont en voie de disparition (lacs de Nkol Bisson à l’Ouest, de l’Université de Yaoundé 1, lac central). L’impact des eaux usées sur la santé, bien que l’étude n’ait pas établi de lien direct, est également perceptible. L’avis des ménages, à travers l’enquête conduite dans les quartiers structurés, couplé aux données statistiques sur les maladies diarrhéiques en sont des signaux. Les responsables sanitaires sont d’avis que les risques sont importants et indépendants du type de tissu urbain (bidonville, moyen standing, haut standing), même si les taux de prévalence sont relativement différents. D’une manière générale, le taux de prévalence des maladies diarrhéique dans la ville de Yaoundé, notamment chez les enfants de moins de 5 ans est significatif (14%) et interpelle les acteurs compétents pour des solutions d’urgence et adaptées. Ces solutions existent, sont nombreuses et les ménages interrogés au cours de l’étude en sont informés et conscients.

L’information et la formation des ménages sur les techniques adaptées d’assainissement

46L’enquête révèle que moins de 18% des ménages sont informés de l’existence de systèmes d’assainissement autres que ceux qu’ils utilisent : réseaux d’égout couplés à des stations d’épuration ou avec épandage souterrain, fosses septiques et latrines VIP. Cependant, plus de 80% de ces ménages n’ont aucune idée sur les performances de ces nouveaux systèmes.

47Le choix des systèmes individuels d’assainissement des eaux usées (fosses septiques et latrines) est motivé d’une part, « par leur autonomie de gestion (cas des ménages déjà raccordés au réseau d’égout avec station d’épuration) » et d’autre part, « par leur coût de réalisation et d’exploitation relativement peu élevé ainsi que la meilleure décantation des matières solides ».

Figure 3 : Principales maladies déclarées par les ménages interrogés.

Figure 3 : Principales maladies déclarées par les ménages interrogés.

48Le choix des systèmes collectifs (venant principalement des ménages dotés d’ouvrages individuels) est argumenté par « leur adaptation aux quartiers structurés, la présence de bas fond marécageux pouvant servir de sites d’implantation des stations et d’exutoire des effluents traités. Les stations sont en outre plus sécuritaires, fiables et efficaces pour le cadre de vie et l’environnement si le matériel d’exploitation et les ressources humaines y relatives sont adaptés. Elles ne nécessitent pas de vidanges régulières à la charge du ménage. En outre, leur conception répond à des règles scientifiques pour certains ménages. Elles offrent une très bonne décantation et participent efficacement à la dépollution des éléments chimiques et organiques. Elles comportent moins de risques de maladies et de contamination de l’environnement naturel. Systèmes modernes et performants, les stations d’épuration assurent l’hygiène et l’esthétisme du cadre de vie car elles traitent de manière complète les eaux usées avant leur rejet dans la nature ».

49Les avis défavorables pour l’un ou l’autre système sont entre autres :

  • Pour les systèmes individuels : « leur inadaptation aux quartiers structurés avec des parcelles de petites dimensions, la pollution diffuse du milieu aquatique, l’exigence de vidanges régulières et coûteuses, les limites des rendements et la faiblesse des capacités épuratoires ».

  • Pour les systèmes collectifs et particulièrement sur les stations d’épuration par boues activées ayant montré leurs limites pendant des décennies à Yaoundé : « les pannes régulières et l’abandon des stations construites par la SIC, la non-maîtrise de cette technique par les exploitants ». Selon ces ménages, envisager de tels systèmes revient « à courir des risques de voir les sites devenir des dépotoirs sauvages d'eaux usées non traitées et des ordures ménagères ou des abris pour les vecteurs de maladies en l’absence de contrôle et d'entretien du système ». En outre, « la maintenance de telles installations est coûteuse ».

La capitalisation des ressources humaines, matérielles et financières endogènes

50Les dysfonctionnements constatés et les désagréments que causent les eaux usées non traitées sur l’environnement, la santé et le patrimoine urbain sont tels que 75% des ménages interrogés sont d’avis pour acquérir de nouveaux systèmes d’évacuation et de traitement des eaux usées s’il est prouvé que ceux-ci sont plus performants. Quatre formes de contributions sont préconisées par ces ménages dans le but d’améliorer l’assainissement des eaux usées dans leurs quartiers respectifs :

  1. la contribution financière, envisagée par 60% de l’échantillon, à un taux moyen d’environ 3.000fCFA par mois et par ménages (7.29$CAD; 4.57€) ;

  2. la contribution sous forme de main d’œuvre préconisée par 22% de l’échantillon qui acceptent de consacrer en moyenne 3 jours de travail par semaine pour la réalisation de nouveaux systèmes d’évacuation et de traitement des eaux usées ;

  3. la contribution sous forme de matériel (brouettes, pelles, etc.) et de matériaux de construction (ciment, acier, parpaings, sables et gravier) est envisagée par 11% de l’échantillon ;

  4. les autres types de contributions portent sur l’appui technique et conseil pendant les études, le contrôle de la réalisation, la participation aux campagnes d’information, d’animation et de sensibilisation des ménages et de formation des tâcherons.

Figure 4. Mode de gestion des nouveaux systèmes d’évacuation et d’épuration des eaux usées envisagée par les ménages interrogés.

Figure 4. Mode de gestion des nouveaux systèmes d’évacuation et d’épuration des eaux usées envisagée par les ménages interrogés.

51Toutes ces formes de contribution peuvent selon les ménages, être améliorés s’ils sont mieux informés sur les coûts des ouvrages et le mode de gestion préconisé.

La sensibilisation et l’information sur d’hygiène et les risques sanitaires dus aux eaux usées

52Des programmes d’information, de formation et de sensibilisation des ménages et des jeunes scolaires en matière de maladies hydriques et de préservation de l’environnement existent à travers les médias (reconnus par 35% des ménages) et les écoles (21% des ménages). Ces ménages jugent ses programmes « insuffisants » et pensent qu’il est nécessaire de recentrer le contenu et surtout les tranches horaires à la télévision afin d’atteindre une plus grande masse. Les thèmes abordés sont en outre « moins adaptés aux contextes socioculturels de la ville » avec un niveau de langage plus spécialisé. Ces thèmes couvrent les aspects liés à l’hygiène alimentaire et corporelle, à la salubrité du cadre de vie, à la santé humaine, aux causes des maladies hydriques et aux moyens de prévention et  de lutte, et enfin, à la qualité de l’eau, la dégradation de l’environnement

53Les ménages interviewés sont conscients de l’ampleur des conséquences sur l’environnement, la santé et le cadre de vie des citadins, dues à la mauvaise gestion du secteur de l’assainissement et au non-traitement des eaux usées. Les solutions techniques qu’ils préconisent vont des ouvrages autonomes « modernes » comme les latrines améliorées de type VIP, les fosses septiques aux stations d’épurations. Pour ces dernières, les stations d’épuration par voie naturelle représentent une alternative adaptée au traitement des eaux usées dans les quartiers à habitat structuré de Yaoundé, dispersés dans le périmètre urbain. Ces systèmes sont en effet souples et peu coûteux dans leur conception, leur réalisation et leur gestion. Cependant, comme le préconise la méthodologie de la Mosaïque Hiérarchisée des Ecosystèmes Artificiels (MHEA), le choix de la « meilleure station » passe par la connaissance des paramètres socioculturels, économiques, techniques, urbanistiques et environnement du contexte dans lequel elle sera installée.

54La participation des ménages, principaux bénéficiaires, est une nécessité. L’étude a permis de relever leur volonté réelle à adhérer et à contribuer financièrement, matériellement, en main d’œuvre et en appui conseil à la mise en place de nouveaux systèmes plus performants, pour peu qu’ils soient convaincus de leur efficacité. La capitalisation des ressources humaines, matérielles et financières endogènes est donc possible dans les quartiers étudiés, à condition que :

  • des campagnes d’information, de formation et de sensibilisation des ménages en matière d’hygiène et de risques sanitaires dus aux eaux usées soient effectués ; on pourrait bénéficier des canaux tels que la télévision, la radio, les écoles et lycées ;

  • l’implication des ménages dans tout le processus de mise en œuvre des projets d’assainissement du cadre de vie ;

  • la prise en compte de leurs avis sur la forme d’organisation de la gestion des systèmes envisagés dans les quartiers afin d’assurer l’efficacité et la pérennité des systèmes d’assainissement.

Haut de page

Bibliographie

Djeuda et al. (2001) Pollution des eaux souterraines des ouvrages autonomes d’approvisionnement en eau des zones périurbaine d’une métropole tropicale : cas de Yaoundé, Cameroun. Article soumis à revue.

EIER-CEREVE (2002) Valorisation des eaux usées par lagunage dans les pays en voie de développement : Etude des cas du Burkina Faso, Cameroun, Côte d’Ivoire, Ghana, Niger et Sénégal. Rapport Scientifique du Volet Action de recherche sur le thème : Programme Solidarité Eau (pS-Eau), Projet A10 CEREVEE/EIER/UAM. Groupe EIER-ETSHER, Décembre 2002.

Fonkou T., (1996). L’épuration par voie naturelle des eaux usées du campus de l’Université de Yaoundé 1. Thèse de doctirat de 3ème cycle. Université de Yaoundé 1. Mai 1996.152p.

Kengné I.M.,et al. (2001). Assainissement des eaux usées domestiques par lagunage à macrophytes: cas du lotissement SIC – MAETUR de Biyem Assi II à Yaoundé (Cameroun). Acte du séminaire international de Gorée (Dakar au Sénégal). Faculté des sciences agronomiques de Gembloux, Université Abdou Moumouni de Niamey (Niger), Aquadev. Dakar, Décembre 2000.

MINUH, (1996). - Ministère de l’Urbanisme et de l’Habitat du Cameroun Rapport national sur les établissements humains au Cameroun, 1996. Rapport présenté lors du sommet des villes (HABITAT II), tenu à Istanbul, Turquie, juin 1996. MINUH/DAH, 1996.

Ngnikam E., (2000) Evaluation environnementale et économique de système de gestion des déchets solides municipaux : analyse de cas de Yaoundé au Cameroun. Thèse de doctorat e Sciences et Technique du déchet. LAEPSI/INSA DE Lyon. Mai 2000. 363 pages.

Niang S. (1995). Evacuation et traitement des eaux usées urbaines de Dakar – Bilan de la situation, comportements des populations et perspectives d’avenir : une première contribution pour le choix d’un système de traitement des eaux usées urbaines de Dakar par Mosaïques Hiérarchisées d’Ecosystèmes Artificiels. Thèse de Doctorat. UCAD/ISE de Dakar. Janvier 1995.

Nya et al., (2002). Le lagunage à microphytes : une technologie de traitement des eaux usées domestiques adaptée au Cameroun. 5ème Conférence Inter – Régional sur l’environnement et l’eau. Ouagadougou, Novembre 2002.

Radoux M. (1986). Epuration des eaux usées domestiques par hydrosères reconstituées sous climat tempéré. Hypothèses d’application sous climat sahélien. 39ème Journées Internationales du CEBEDEAU. Liège, 27 – 28 octobre 1986.

Radoux M. , Nemcova M. (1990). Epuration des eaux usées par écosystèmes reconstitués : la stations expérimentale de Viville. Bilan et perspectives. Viville.

Tanawa E. et al., (1998). Municipalités et services public : l'exemple de l'eau potable au Cameroun. Article accepté pour être publié dans l’ouvrage de la série "Politique Africaine", à paraître en 1999 chez Kartala.

Tanawa E., (1992). Contribution à l’étude des données relatives aux villes moyennes des pays en développement : application à la gestion de la voirie. Thèse de doctorat en Méthodes de conception du bâtiment, aménagement et techniques urbaines. INSA, Lyon. 1992. 242p.

Wéthé J. (1999). Urbanisation et protection de la ressource en eau : Une approche par les Systèmes d’Informations Géographiques (SIG) appliqués à Yaoundé – Cameroun. Mémoire de fin d'études de 3ème Cycle, en vue de l'obtention du Diplôme d’Études Professionnelles Approfondies (DEPA), Option : Gestion de l'Environnement. Université Senghor d’Alexandrie (Egypte). Avril 1999.

Wéthé J. et al (2001) Use of macrophyteses for domestic wastewaters treatment in developing countries. 2ème journée scientifique en Sciences et techniques de l’environnement. Université Paris 12, ENPC, CEREVE. Paris, Mai 2001.

Haut de page

Notes

1  Taux de métropolisation = Population des villes millionnaires en 1992, rapportée à la population urbaine totale du pays.

2  Taux d’urbanisation primatiale = Population de la capitale en rapport de la population urbaine totale du pays.

3  Référence : 655,96 fCFA 1€1,5951$CAD au 14/05/03

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Carte de la région : a) localisation de la ville de Yaoundé ; b) subdivisions administratives de Yaoundé
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/4741/img-1.png
Fichier image/png, 29k
Titre Ville de Yaoundé, Cameroun
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/4741/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 3 : Principales maladies déclarées par les ménages interrogés.
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/4741/img-3.png
Fichier image/png, 6,5k
Titre Figure 4. Mode de gestion des nouveaux systèmes d’évacuation et d’épuration des eaux usées envisagée par les ménages interrogés.
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/4741/img-4.png
Fichier image/png, 7,2k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joseph Wethé, Michel Radoux et Emile Tanawa, « Assainissement des eaux usées et risques socio – sanitaires et environnementaux en zones d’habitat planifié de Yaoundé (Cameroun) », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Volume 4 Numéro 1 | mai 2003, mis en ligne le 01 mai 2003, consulté le 18 avril 2014. URL : http://vertigo.revues.org/4741 ; DOI : 10.4000/vertigo.4741

Haut de page

Auteurs

Joseph Wethé

Ecole Inter-Etats d’Ingénieurs de l’Equipement Rural (EIER). 03BP 7023 Ouagadougou 03 (Burkina Faso) joseph.wethe@eier.org

Articles du même auteur

Michel Radoux

Fondation Universitaire Luxembourgeoise(FUL) - S. Rue de la Follmillen. B-6700 Viville – Arlon (Belgique)

Emile Tanawa

Ecole Nationale Supérieure Polytechnique de Yaoundé (ENSP). LESEAU. B.P. 8390 Yaoundé.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page