Navigation – Plan du site
Section courante

Les enjeux de la déforestation au Vietnam

Yann Roche et Rodolphe De Koninck

Entrées d’index

Lieux d'étude :

Asie
Haut de page

Texte intégral

1Le dramatique et spectaculaire recul que subit depuis un demi-siècle la forêt tropicale a fait et continue à faire l’objet de maintes études, tant à l’échelle planétaire qu’aux échelles régionale ou nationale. Ce qu'on désignait il y a à peine quelques décennies sous le nom d’Enfer Vert, est devenu le poumon vert de la planète, apparaissant de plus en plus comme un capital environnemental, associé à des enjeux politiques et commerciaux dépassant largement les frontières des États. Dans le but, somme toute louable, de protéger cette ressource, ce qu’il est convenu d’appeler la « communauté internationale » exerce de fortes pressions sur les États ayant à se débattre avec le problème, par l’intermédiaire de groupes environnementaux et notamment via les grandes ONG. L'accès aux financements internationaux est désormais subordonné aux garanties fournies en matière de protection environnementale, comme c'est notamment le cas au Brésil (Droulers, et al.). Ces pressions internationales ont considérablement réduit la marge de manœuvre des États en question, ce qui n’est pas sans conséquences dramatiques sur la forêt elle-même et sur ses habitants, prouvant à quel point les enjeux de la déforestation sont d’abord et avant tout des enjeux sociaux. À ce titre, le cas du Vietnam est fort intéressant car il est à la fois spécifique et représentatif de la dimension humaine de la déforestation.

Fronts pionniers. Province de Dak Lak, Centre du Vietnam

(Photo Christian Bouchard)

Les particularismes du Vietnam

Un fort potentiel forestier

2   Rendu célèbre notamment par la fameuse guerre du même nom, le Vietnam bénéficie sur la majeure partie de son territoire de conditions naturelles propices au développement d'une forêt luxuriante de type tropical humide. Des températures moyennes relativement élevées et des précipitations abondantes y créent un environnement particulièrement favorable même si cette forêt revêt des formes assez diversifiées auxquelles se mêlent à moyenne altitude des essences résineuses, tels les pins à deux ou trois aiguilles que l’on trouve dans les Hauts Plateaux centraux ou dans les montagnes du Nord

3    Dans la province de Lao Cai, entre 1500 et 2000 mètres, on peut même observer l'association peu fréquente de bambous et de conifères (cf photo). De manière générale, lorsque l’on emploie le terme de forêt tropicale humide on a tendance à englober deux grands types de formation forestière : la forêt tropicale pluviale aussi dite sempervirens ou ombrophile, la fameuse "rainforest", et la forêt de mousson à saison sèche. Toutes deux sont présentes au Vietnam.

Différents "visages" de la forêt vietnamienne. Province de Dak Lak, Hauts Plateaux centraux.

(Photo Yann Roche)

Lao Cai, Nord

(Photo Yann Roche)

4   Fort de cet important capital forestier, le Vietnam était encore boisé à 43% en 1943 (Vo Quy, 1996). Le rythme de la déforestation qui a suivi n'en apparaît que plus spectaculaire. Selon le World Conservation Monitoring Centre, le taux de couverture forestière était tombé 50 ans plus tard à 16% (WCMC, 1996), dont 10% en forêt protégée. Pour expliquer ce recul spectaculaire du domaine forestier, bien des raisons – dont plusieurs seront évoquées plus loin – ont été mises de l'avant, avec plus ou moins de pertinence. Mais, à toutes fins pratiques, on peut dire qu'en 2002, au Vietnam, hormis quelques rares secteurs protégés plus par leur inaccessibilité physique que par l'effet dissuasif d'une quelconque mesure politique, la forêt tropicale humide primaire est en grand danger de disparition totale. Ceci dit, la notion de déforestation est complexe et, tout comme celle de forêt, il convient de la définir. Aux fins de notre étude, nous allons considérer comme touchés par la déforestation les territoires ayant perdu 90% de leur couverture forestière (De Koninck, 1994b).

Le facteur humain

5Sans être un géant démographique, le Vietnam est un pays très peuplé. Avec ses quelque 80 millions d'habitants (estimation de juillet 2001, World Factbook) vivant sur un territoire de 325 360 km2, la densité de population moyenne y approche les 250 habitants au kilomètre carré. Cependant, ce chiffre traduit très mal les disparités territoriales de la répartition de la population, entre les principaux bassins de peuplement que sont les deltas du Fleuve Rouge au nord, les littoraux du centre du pays et le delta du Mékong au sud , où les densités varient entre 500 et l000 hab./km2 et les aires montagneuses du centre et du nord où les densités sont largement inférieures, parfois ne dépassant pas les 50 hab./km2, en particulier sur les Hauts Plateaux dits du centre (figure 1 ci-dessous). Ces chiffres donnent une idée de l'importance des pressions démographiques et confortent la perception apparemment très répandue dans l'inconscient vietnamien, selon laquelle ces Hautes terres, situées en marge du territoire national et encore relativement boisées, seraient « vacantes », offertes à la colonisation. Plusieurs, y compris des géographes français à l’époque coloniale et des cadres de l’État vietnamien aujourd’hui, en ont conclu et continuent à conclure que ces territoires sont sous-utilisés et qu’ils doivent donc servir à absorber les excédents démographiques. On retrouve une idée comparable en Indonésie, pays par excellence de la transmigration, laquelle s’effectue entre les îles centrales, plus peuplées, en particulier Java, et les îles périphériques de l’archipel.

Figure 1. Grand ensemble physiograpqiue et densité de la population au Vietnam, 1991.

(Source De Koninck, Le Défi forestier au Vietnam)

6   La structure ethnique de la population vietnamienne ressemble à celle de la plupart des autres pays d'Asie du Sud-est, en ceci qu'on y retrouve un groupe majoritaire, vivant traditionnellement dans les basses terres et les deltas rizicoles, et une mosaïque de groupes minoritaires vivant le plus souvent - mais pas exclusivement- dans les zones périphériques, les montagnes et les hauts plateaux (De Koninck, 1994c). Au Vietnam, l'ethnie majoritaire, qui se nomme Viet ou Kinh, compte pour 87% de la population nationale. Au sein de celle-ci, on dénombre officiellement 54 groupes ethniques (Khon Dien, 1995), dont le plus important est le groupe Tày, représentant 1,8% de la population du pays, et le plus connu sans doute l'ethnie Hmong (moins de 0,9% de la population).

7La question ethnique joue un grand rôle dans la manière dont l'État vietnamien considère et tente de gérer le problème de la déforestation. En effet, ces groupes ethniques dont beaucoup pratiquent traditionnellement l'agriculture itinérante, constituent des boucs émissaires rêvés lorsqu'il s'agit de pointer du doigt les principaux responsables du recul forestier (Roche et Michaud, 2000). Ne se trouvent-ils pas en effet sur les "lieux du crime" puisque les derniers pans de forêt tropicale se trouvent dans les régions où ces groupes ethniques sont majoritaires? Ne pratiquent-ils pas une agriculture sur brûlis, sur essarts, aussi appelée slash and burn, considérée comme nécessairement destructrice, bien que l’examen démontre généralement le contraire?. N’ont-ils pas des habitudes nomades hautement suspectes aux yeux de tout État autoritaire. N’ont-ils pas, pour certains, collaboré avec l'occupant français durant la période coloniale? Peu convaincantes, ces raisons servent pourtant à faire des minorités ethniques des boucs émissaires rêvés, et bien des chercheurs vietnamiens et étrangers ne se sont pas privés de les déclarer coupables.

Représentants de différents groupes ethniques du Vietnam. À gauche, des Hmong, au centre des Yao, à droite des Viet

(Photo Yann Roche)

Les causes de la déforestation

8Quelles sont les véritables causes de la déforestation? Quelles sont les parts respectives du mythe, de la désinformation et de la réalité? La principale responsabilité de la déforestation est nous l'avons vu souvent attribuée aux pratiques d'essartage et à l'agriculture itinérante des minorités ethniques. Cette interprétation de la situation n'est pas spécifique au Vietnam mais elle y est fortement implantée dans les mentalités, puisqu'elle se retrouve dans les écrits de Gourou (1940) et dans les travaux de nombreux chercheurs vietnamiens. Pourtant, les témoignages abondent à l’effet du contraire. Car il importe, comme le précisent notamment De Koninck (1994b) et Veilleux (1994), de distinguer agriculture itinérante et essartage. Ce dernier, qui correspond au terme anglais de slash-and-burn cultivation, fait référence à l'usage du feu pour éclaircir la forêt et permettre la culture. Il n'implique pas forcément l'élimination totale du couvert végétal ni un labourage dont les essarteurs "professionnels" savent qu'il peut mettre à mal la mince couche de sol entretenue par le couvert forestier tropical. L'essartage peut être pratiqué sans rotation des cultures et donc sans que le sol puisse bénéficier d’un repos nécessaire permettant à la végétation de se régénérer. Ces lacunes sont d'ailleurs une des caractéristiques de la mise en application de ce type d'agriculture sur brûlis par des "amateurs", à savoir des colons appartenant au groupe majoritaire, souvent des citadins expédiés de manière plus ou moins autoritaire vers les territoires à défricher, sans préparation ni soutien réel de la part de l'État dont ils servent ainsi les desseins géopolitiques (De Koninck, 1996 et 2000).

9Nombreux sont les chercheurs, de Condominas (1957) à De Koninck (1997 et 1999) en passant par Boulbet (1975), Dove (1983), Rambo (1995), Thrupp et al (1997), qui soulèvent à quel point l'agriculture itinérante, si décriée par les États d'Asie du Sud-Est, peut au contraire jouer un rôle de régénération de la forêt tropicale, à condition que des temps de jachère suffisamment longs soient respectés. Quant au brûlis, pratiqué à l'échelle de la zone de forêt tropicale tout entière, il est de moins en moins le fait de groupes ethniques souvent noyés démographiquement sous le flot humain des pionniers. Cela dit, il faut tout de même préciser que certains groupes ethniques, en particulier les Hmong, ne sont pas tout à fait exempts de reproches et que leurs pratiques agricoles sont parfois presque aussi destructrices que l’affirment les ethnologues vietnamiens.

Deux visages de la déforestation au Vietnam. À gauche, effet de cultures itinérantes anciennes. À droite, brûlis récent

(Photos Yann Roche)

10Une autre cause de déforestation, presque spécifique au Vietnam celle-là, est liée aux guerres successives et à leurs conséquences. Entre 1945 et 1975, les bombardements effectués par les aviations américaine et française, celle-ci ayant été la première à utiliser le napalm, ont eu des conséquences importantes, dont l'ampleur précise demeure difficile à évaluer, même si Collins a créé pour décrire l'ampleur sur la forêt et les terres cultivées des destructions liées à ces années de guerre le néologisme d'écocide (Collins, 1990). Collins lui-même, comme le souligne De Koninck, établit la superficie boisée directement détruite par les bombardement à 22 000 km2, soit 23% de la superficie boisée en 1973 ce qui est certes énorme mais moins élevé que ce que le terme d'écocide laissait supposer à prime abord (De Koninck, 1999). On s'accorde toutefois pour dire que ce ne sont pas tant les effets directs de la guerre et des bombardements qui ont eu l'impact le plus destructeur sur la forêt mais bien l'accroissement de la pression sur les ressources forestières qu'elle a impliqué (Veilleux, 1994, De Koninck, 1999).

Missions américaines d’épandage

(Source : Hatfield Consultants)

11S’agissant des bombardements, il convient de préciser qu'en plus de l'impact des opérations militaires, le conflit a eu des conséquences très spécifiques dans le Sud-Vietnam. Cela fut le cas, en particulier dans le delta du Mékong, des missions de destruction des récoltes et de l'usage intensif de défoliants, comme le tristement célèbre Agent Orange, servant à éliminer tout couvert végétal pouvant servir de refuge aux combattants Viet-Cong. En plus de viser directement la forêt, ces missions ont eu des effets écologiques durables se faisant encore ressentir dans la chaîne alimentaire de plusieurs régions du Sud, comme l'ont démontré les recherches menées par la compagnie canadienne Hatfield. Elles pèsent encore lourdement sur l'environnement et sur la santé de la population du sud du pays. Par contre, sur les Hauts Plateaux, ces effets semblent avoir complètement disparu.

Épandages par l'aviation américaine. Photos Vietnam War Internet Project

(Byrd Archives)

Le bois de feu

12Les conséquences sur la ressource forestière du prélèvement du bois aux fins du chauffage et surtout de la cuisson, notamment en milieu rural, est relativement difficile à évaluer avec précision. Il est certain que dans certaines régions périphériques, surtout en régions élevées, ces besoins sont très importants, la biomasse y étant souvent la principale source d'énergie. Brassard a effectué des mesures précises sur les besoins en bois de feu des habitants d'un district, celui de Duc Trong, dans la province de Lam Dong, dans les Hauts Plateaux centraux. Il a estimé que le volume nécessaire pour répondre aux seuls besoins énergétiques des habitants du district au cours des cinq années suivantes excédait la quantité de bois que pouvait fournir l'ensemble du couvert forestier de ce même district (Brassard, 1997 et 1998). De telles situations, qui sont loin d'être isolées, impliquent obligatoirement des prélèvements dans les ressources des districts voisins fussent-ils en forêt protégée, et laissent présager un avenir très sombre pour la forêt vietnamienne, si d’autres sources d’énergie ne sont pas trouvées.

À gauche, les troncs abattus demeurent inutilisés. À droite, avertissement en vietnamien: Forêt protégée

(Photo Yann Roche)

13Une des caractéristiques de la collecte de bois de feu comme facteur de déforestation au Vietnam est qu'elle survient rarement isolément, car elle est souvent associée à la cueillette ou au prélèvement de ressources alimentaires, En lui même inoffensif, à condition qu’un certain seuil ne soit pas dépassé, ce grignotage de la forêt peut, en marge de démarches plus radicales d'abattage de grands arbres, contribuer à la dégradation voire à la disparition du couvert forestier.

La coupe commerciale

14La coupe commerciale, légale ou non, joue aussi un rôle important puisque malgré les pressions internationales prescrivant la protection de la forêt tropicale, le marché des produits forestiers reste très actif, tant sous la forme de bois d'oeuvre que de produits transformés. La contrebande de bois et d’espèces animales et végétales rares demeure active, malgré les mesures mises en place par les autorités, et parfois avec leur consentement. Cette coupe commerciale n'est toutefois pas la première cause de déforestation et elle pourrait même avoir des effets positifs en facilitant la régénération de la forêt, à condition que la coupe à blanc reste interdite partout,. Le problème, c’est que la coupe commerciale vient généralement se greffer au principal facteur de déforestation, à savoir la colonisation agricole.

Un peu partout au Vietnam, on peut voir de gros camions transporter d'immenses troncs, d'origine douteuse

(Photo Christian Bouchard)

La colonisation agricole

15Il semble bien, en effet, que l’ouverture de nouvelles terres à l’agriculture, parfois en association avec la coupe commerciale, demeure le principal facteur de déforestation dans le monde, la forêt se trouvant être à la fois une ressource à exploiter, voire surexploiter, et un territoire à conquérir. Situé en périphérie des territoires sur lesquels l'État peut exercer le contrôle voulu, le domaine forestier offre des espaces à défricher, vers lesquels il est possible de déverser les excédents démographiques. Cela apparaît d’autant plus justifié lorsque ledit domaine forestier est situé en position stratégique, souvent frontalière. Il apparaît alors nécessaire de le sécuriser en y implantant une paysannerie plus docile que les groupes ethniques qui y vivent traditionnellement. Par la même occasion, on cherche à contraindre ces derniers à abandonner leurs pratiques de culture itinérante, grâce à des mesures dissuasives, ce qui peut comprendre la confiscation de terres adéquates (Tran, 2002). Devant de telles conditions, les essarteurs traditionnels en arrivent alors parfois à se replier vers des territoires plus difficiles à cultiver, tels les hauts versants des montagnes, y réduisant la durée des jachères. l’impact négatif sur l’environnement est désormais bien réel, ce qui conforte les détracteurs des minorités ethniques.

Front pionnier près de Ban Me Thuot, province de Dak Lak. Arbres abattus devant des caféiers, habitat caractéristique des colons Kinh.

(Photos Yann Roche)

16Sous l'effet de cette colonisation agricole et de tout ce qui l’accompagne, les forêts reculent à une vitesse impressionnante, les premières récoltes se faisant sur des parcelles encore fumantes ou encombrées de troncs dont le bois n'est que peu ou pas utilisé. Bien souvent, ce sont les monocultures commerciales, notamment le café, dans le Centre du Vietnam, qui sont privilégiées, avec l’appui explicite de l'État. Celui-ci semble alors faire fi des coûts environnementaux et sociaux liés à ces cultures intensives très vulnérables aux fluctuations des marchés mondiaux.

Les conséquences de la déforestation

17Les impacts environnementaux de la déforestation sont nombreux et de plus en plus marqués. Sur les pentes des secteurs vallonnés, les sols n'étant plus protégés des fortes pluies par le couvert forestier, en particulier sur les versants abrupts, les sols sont soumis à de fréquents glissements de terrain ou, moins spectaculairement mais tout aussi dramatiquement, lessivés au-delà de toute possibilité de régénération. La fine mais fertile couche de terres rouges basaltiques si répandue dans les Hauts plateaux centraux se retrouve ainsi dans plusieurs des affluents du Mékong, parvenant même jusque dans son delta qu'elle contribue à engorger progressivement.

Dépourvue de couvert végétal, la terre est soumise aux glissements de terrain et à l' érosion

(Photos Yann Roche)

18Ainsi, le recul du couvert forestier dans le bassin de ce grand fleuve et l’affaiblissement de son effet régulateur entraîne des crues de plus en plus fréquentes, d’une ampleur parfois catastrophique, en particulier dans la plaine deltaïque. Après la rivière des Parfums à Hué il y a trois ans, ce fut au tour du Fleuve Rouge, en juin 2001, de se faire très menaçant. Tout comme son voisin chinois, le Vietnam paie un lourd tribut économique et humain à la déforestation de ses hautes terres.

19Le problème, complexe dans ses causes et ses effets, ne résulte pas seulement de la conquête de territoires agricoles sur les superficies boisées. En effet, il existe une forte corrélation entre pauvreté et taux de déforestation, les populations appauvries, dont plusieurs vivent à proximité des forêts, ne pouvant résister à la tentation d’en prélever les ressources, voire d’en cultiver le sol, au point parfois, comme évoqué ci-dessus, de contribuer à sa dégradation et même à sa disparition (Vo, 2001). Enfin, comme l'ont souligné Vo Quy (1996) et De Koninck (1999), des terres déboisées sont souvent laissées à l'abandon et à la merci de l'érosion, au point de devenir en quelques années dénudées et impropres à quelque usage que ce soit. Selon Vo Quy, cette situation s'appliquait, récemment encore, à près de 40% des terres cultivables du Vietnam.

Les enjeux économiques

20Le Vietnam est lancé dans une course effrénée au développement. Longtemps relativement protégé des spirales de l'endettement et de l'appauvrissement par son régime politique fermé, le pays tente depuis la chute de l'URSS de s'ouvrir à une économie de marché tout en préservant sa structure politique communiste (le célèbre Doi Moi, qui signifie littéralement rénovation). Il en résulte que tout en continuant à rechercher les retombées économiques à court terme, les mesures prises par le gouvernement demeurent entachées d'un autoritarisme et d'une tradition communiste qui, à l'instar des "pays frères" du bloc de l'Est, ont toujours fait fi des considérations environnementales. La pression économique sur l'environnement vietnamien en général et sur la forêt en particulier est donc extrêmement forte. Elle s'accompagne de la nécessité de présenter aux bailleurs de fonds internationaux l'image d'un pays cherchant à protéger son "or vert", faute de quoi certaines sources de financement étrangers se tariraient.

21Il en résulte des programmes de reboisement aux noms ronflants et aux ambitions démesurées, dont les résultats sont affichés comme spectaculaires. Ainsi, des individus pris sur le fait en pleine coupe illégale sont lourdement punis pour donner l'exemple; on publie des statistiques de taux de reboisement absolument étonnants, que d'aucuns considèrent d'emblée comme fantaisistes. Selon le World Resources Institute (2001), le taux de reboisement annuel au Vietnam aurait atteint plus de 10% entre 1990 et 1995, ce qui n'a rien de spectaculaire comparativement aux 33,64 et aux 21,34% enregistrés pour la même période respectivement au Laos et aux Philippines, encore que ces chiffres apparaissent eux aussi peu crédibles. Il faut savoir que dans bien des cas, on qualifie de reboisement des activités telles que la plantation de cultures de rente.

22Qu'en est-il réellement? La réponse est loin d'être simple et tranchée. Oui, les statistiques officielles sont sans doute trop belles pour être vraies, encore qu'il soit toujours particulièrement difficile de quantifier dans quelle mesure. On peut simplement citer de quelle manière le concept d'agro-foresterie est souvent employé pour gonfler les statistiques des superficies reboisées. Ainsi, au Vietnam la culture du caféier associée à celle d’une plante couvre-sol est considérée comme un critère suffisant pour classer la plantation en question dans la catégorie agro-foresterie puis par association comme forêt. Si on ajoute à cela la forte proportion de forêt replantée qui se trouve être peuplée de bambous ou, à l'instigation des ONG australiennes, d'eucalyptus, on ne peut qu'être sceptique sur la qualité de cette forêt replantée, très pauvre au plan de la biodiversité et donc n’ayant rien en commun avec la forêt ombrophile.

À gauche, caféiers, province de Dak Lak, à droite, panneau indiquant une forêt protégée

(Photos: Yann Roche)

23Est-il permis d’être optimiste, à l’instar de Veilleux (1994), en s’appuyant sur les objectifs affichés en 1988 lors de la promulgation par le gouvernement vietnamien de la résolution numéro 10? Sans être dupe du réalisme du programme visant à replanter 300 000 ha par an et de la volonté profonde de l'État de remédier durablement et efficacement à la situation, Veilleux soulignait qu'en ce dotant en 1991 d'un Plan National pour l'Environnement et le Développement Durable, le Vietnam innovait par rapport à ses voisins d'Asie du Sud-Est. Mieux encore, elle soulignait que l'État vietnamien reconnaissait implicitement le lien pouvant et devant exister entre développement économique et protection environnementale, deux concepts trop souvent considérés comme antinomiques.

24Il faut aussi citer les exemples de réels succès dans la reforestation. L'un des plus spectaculaires exemples peut-être observé dans la réserve de Can Gio, dans le district de Ho Chi Minh-Ville. Cette zone de mangrove entièrement défoliée durant la guerre a été reconstituée avec succès au point que de nombreux chercheurs d'autres pays de la région sont venus tenter d'en percer les secrets, sans malheureusement réussir à transposer ces résultats dans les mangroves de leurs pays d'origine. Il convient de préciser que même si cette reforestation a été un succès et que la mangrove ainsi reconstituée est en zone protégée, elle continue à subir l'assaut indirect des fermes d'élevage de crevettes qui se multiplient dans le voisinage et dont l'impact sur les conditions d'approvisionnement en eau de la forêt met en danger le fragile équilibre écologique de la mangrove.

Quelles solutions?

25Où en est-on, à l'aube du troisième millénaire? Si les statistiques tendent à appuyer la thèse d'un ralentissement de la déforestation, on peut se demander si ce n'est pas plus faute de forêt à couper que par changement des mentalités. Il y a certes une prise de conscience en ce sens au niveau de l’État. Mais on peut douter de l'écho que les programmes officiels, souvent dépourvus de fondements financiers solides, trouvent auprès de populations rurales encore trop souvent aux prises avec des problèmes de survie alimentaire.

26Plusieurs solutions sont mises de l'avant, souvent par des ONG et chercheurs étrangers, et souvent à des échelles fort réduites. On peut ainsi citer l'exemple des fameux NTFP (Non Timber Forest Products), concept encourageant les populations à prélever dans la forêt des produits pouvant leur être utiles mais n'impliquant pas l'abattage d'arbres ce qui signifie un usage plus durable de la forêt et de ses ressources. Il semble en tout cas y avoir consensus pour proposer des méthodes plus réalistes que la simple interdiction de récolter des produits forestiers et pour faire comprendre aux intéressés que protéger la forêt signifie aussi prendre soin d'un capital dont eux aussi peuvent tirer bénéfice.

27En fait, parmi les questions qui se posent au sujet du Vietnam, la principale, plutôt inquiétante, est la suivante. Cette prise de conscience et ces mesures arrivent-elles trop tard et sont-elles suffisantes pour sauver la forêt vietnamienne? On connaîtra sans doute la réponse d’ici une dizaine d’années.

Haut de page

Bibliographie

Bernard, S. et De Koninck, R., 1996, « The retreat of the forest in Southeast Asia : a cartographic assessment », Singapore Journal of Tropical Geography, vol. 17, no 1, p. 1–14. Boulbet, J., 1995, Vers un sens de la terre / Towards a sense of the Earth, Hat Yai ( Songhkla, Thaïlande ), Prince of Songkla University.

Brassard, François (1997)» Le bois de feu au Vietnam: une source d’énergie non renouvelable », in De Koninck et Veilleux, L’Asie du Sud-Est face à la mondialisation: les nouveaux champs d’analyse, p. 179-185.

Brassard, François (1998) Le bois-énergie parmi les communautés des hautes terres du Vietnam, thèse de maîtrise non publiée, faculté de foresterie, Université Laval. Bureau de recensement de la province de Lam Dong, 1981, Sô liêu thông kê tinh Lâm Dông 1976–1980, Da Lat ( Viet Nam ), 262 p.

Collins, M. ( dir. ), 1990, The last rain forests: a world conservation atlas, New York ( NY, É.-U. ), Oxford University Press.

Collins, M., Sayer, J. et Whitmore, T., 1991, The conservation atlas of tropical forests: Asia and the Pacific, Toronto ( Ont., Canada ), Simon and Schuster.

De Koninck, R., 2000, « The Theory and Practice of Frontier Development: Vietnam’s Contribution », Asia Pacific Viewpoint, 41, 1: p. 7-21.

De Koninck, R., 1999, Deforestation in Vie Nam, Ed. CDRI ( Ottawa ), 100 p. http://www.idrc.ca/books/focusf.html

De Koninck, R., 1997, Le recul de la forêt au Viet Nam, Ed. CDRI ( Ottawa ), 97 p. http://www.idrc.ca/books/focusf.html

——— 1996, « The peasantry as the territorial spearhead of the state: the case of Vietnam », Sojourn: Social Issues in Southeast Asia, vol. 11, no 2, p. 231–258.

——— 1994a (dir.), Le Défi Forestier en Asie du Sud-Est, Documents du GÉRAC, no7, 162 p.

——— 1994b, « La véritable nature du défi forestier tropical », in De Koninck, Le Défi Forestier en Asie du Sud-Est, Documents du GÉRAC, no7, p. 1-15.

——— 1994c L’Asie du Sud-Est. Paris, Masson.

De Koninck, R. et Déry, S., 1997, « Agricultural expansion as a tool of population redistribution in Southeast Asia », Journal of Southeast Asian Studies, vol. 28, no 1, p. 1–26.

De Koninck, R. et Veilleux, Ch., (1997) (dir) L’Asie du Sud-Est face à la mondialisation: les nouveaux champs d’analyse, Documents du GÉRAC, no 11, 206 p.

Do Dinh Sam, 1994, Shifting cultivation in Vietnam: its social, economic and environmental values relative to alternative land use, Londres ( R.-U. ), International Institute for Environment and Development.

Droulers, M., Le Tourneau F.-M. et Machado L., 2001, « Conflits d’usage de l’espace au Rondônia (Amazonie brésilienne) » Cybergéo, 19p. http://www.cybergeo.presse.fr/geocult/tourneau/article1.htm

Dove, M., 1983, « Theories of Swidden agriculture and the political economy of ignorance », Agroforestry Systems, vol. 1, p. 85–99.

Gourou, P., 1940, L'utilisation du sol en Indochine française, Paris ( France ), Publications du Centre d'études de politique étrangère.

——— 1941, La terre et l'homme en Extrême-Orient, Paris ( France ), Armand Colin.

——— 1947, Les pays tropicaux, Paris ( France ), Presses universitaires de France.

Hickey, G.C., 1982a, Sons of the mountains: ethnohistory of the Vietnamese Central Highlands to 1954, New Haven ( CT, É.-U. ) et Londres ( R.-U. ), Yale University Press.

——— 1982b, Free in the forest: ethnohistory of the Vietnamese Central Highlands 1954–1976, New Haven ( CT, É.-U. ) et Londres ( R.-U. ), Yale University Press.

Lebar, F.M. et al., 1964, Ethnic groups of mainland Southeast Asia, New Haven ( CT, É.-U. ), Yale University Press.

Le Thac Can et Vo Quy, 1994, « Vietnam: environmental issues and possible solutions », Asian Journal of Environmental Management, vol. 2, no 2, p. 69–77.

Maurand, P., 1943, L'Indochine forestière, Hanoi ( Viet Nam ), Imprimerie d'Extrême-Orient.

Nguyen Van Thang, 1995, « The Hmong and Dzao people in vietnam: impact of traditional socioeconomic and cultural factors on the protection and development of forest resources », dans Rambo, T. et al. ( dir. ), The challenges of highland development in Vietnam, Honolulu ( HI, É.-U. ), East–West Center, Program on Environment; Hanoi ( Viet Nam ), University of Hanoi, Center for Natural Resources and Environmental Studies; Berkeley ( CA, É.-U. ), University of California, Center for Southeast Asian Studies, p. 101–119.

Rambo, A.T., 1995, « Defining highland development challenges in Vietnam », dans Rambo, T. et al. ( dir. ), The challenges of highland development in Vietnam, Honolulu ( HI, É.-U. ), East–West Center, Program on Environment; Hanoi ( Viet Nam ), University of Hanoi, Center for Natural Resources and Environmental Studies; Berkeley ( CA, É.-U. ), University of California, Center for Southeast Asian Studies, p. xi–xxvii.

Rambo, T., Reed, R.R., Le Trong Cuc et DiGregorio, M.R. ( dir. ), 1995, The challenges of highland development in Vietnam, Honolulu ( HI, É.-U. ), East–West Center, Program on Environment; Hanoi ( Viet Nam ), University of Hanoi, Center for Natural Resources and Environmental Studies; Berkeley ( CA, É.-U. ), University of California, Center for Southeast Asian Studies.

Roche, Y. et J. Michaud, 2000, ‘Mapping ethnic groups in Lao Cai Province, Vietnam. Research Note’, Asia Pacific Viewpoint, 41 (1), pp.101-110.

Sargent, C., 1991, Forestry sector review: Tropical Forestry Action Plan. Vietnam: land use issues, Hanoi ( Viet Nam ), ministère des Forêts / UNDP / FAO.

Thrupp, Lori Ann, Hecht, Susanna B., Browder, John O. et al, 1997, The Diversity and Dynamics of Shifting Cultivation: Myths, Realities and Policy Implications, Washington, World Resource Institute.

Tran Dac Dan (2002) Les fronts pionniers des paysans du delta tonkinois sur les plateaux centraux du Vietnam. Thèse de doctorat non publiée, Département de géographie, Université Laval, 339 p.

Veilleux, C. 1994, « The state of Vietnam's Forests: Historical Perspectives on a Contemporary Dilemma », in De Koninck, Le Défi Forestier en Asie du Sud-Est, p. 67-88. Vietnam Forestry Sector Review, 1991, Tropical Forestry Action Programme : main report. Hanoi ( Viet Nam ), ministère des Forêts.

Vo Quy, 1996, « The environmental challenges of Vietnam's development », dans Draft report, Regional Seminar on Environmental Education, Hanoi ( Viet Nam ), University of Hanoi, Center for Natural Resources and Environmental Studies, du 19 au 22 mars 1996.

Vo Quy et Le Thac Can, 1994, « Conservation of forest resources and the greater biodiversity of Vietnam », Asian Journal of Environmental Management, vol. 2, no 2, p. 55–59.

Vo Thanh Son, 2001, La production vivrère et la déforestation dans une région de montagnes au Vietnam : le cas du district de Na Hang, dans la province de Tuyen Quang, thèse de doctorat non publiée, Département de géographie, Université Laval.

Weltforstat Atlas, 1971, Hambourg ( Allemagne ), Paul Parey.

Whitmore, T.C., 1990, An introduction to tropical rain forests, New York ( NY, É.-U. ), Oxford University Press.

World Atlas of Agriculture, 1969, Novara ( Italie ), Instituto Geographico de Agostini.

World Conservation Monitoring Centre, 1996, « The Socialist Republic of Vietnam », http://www.wcmc.org.uk/

Haut de page

Table des illustrations

URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/4113/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/4113/img-2.png
Fichier image/png, 170k
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/4113/img-3.png
Fichier image/png, 129k
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/4113/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/4113/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/4113/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/4113/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/4113/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/4113/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/4113/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/4113/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/4113/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/4113/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/4113/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/4113/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/4113/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/4113/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/4113/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/4113/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/4113/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/4113/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/4113/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yann Roche et Rodolphe De Koninck, « Les enjeux de la déforestation au Vietnam », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Volume 3 Numéro 1 | avril 2002, mis en ligne le 01 avril 2002, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://vertigo.revues.org/4113 ; DOI : 10.4000/vertigo.4113

Haut de page

Auteurs

Yann Roche

Département de géographie, UQAM, C.P. 8888, succ. Centre-ville, Montréal, Qc, H3C 3P8  Tél : (514) 987-3000 poste 1812, Télec. (514) 987 6784 roche.yann@uqam.ca  

Articles du même auteur

Rodolphe De Koninck

Département de géographie, Université Laval, Pavillon De Koninck, Cité universitaire, Québec, Qc, G1K 7P4, Tél : (418) 656-3350,Télec. (418) 656-3960 rodolphe.dekoninck@ggr.ulaval.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page