Navigation – Plan du site
Dossier : La Lutte Biologique

La lutte biologique :
une alternative viable à l’utilisation des pesticides?

Mathias de Kouassi

Texte intégral

1    Ces dernières décennies, la protection de l’environnement s’impose de plus en plus comme une préoccupation mondiale majeure. Dans le domaine de l’agriculture, il est indéniable que l’expansion et la productivité agricole doivent dorénavant passer par une gestion optimale des insectes nuisibles et des mauvaises herbes en minimisant les effets sur l’environnement. La méthode classique de lutte chimique contre les insectes ravageurs des récoltes et des mauvaises herbes, jadis considérée comme panacée, fait de plus en plus place à la lutte intégrée et à la lutte biologique par utilisation de micro-organismes, de prédateurs, de parasitoïdes et de méthodes dites physiques. Il est admis maintenant par tous que la lutte chimique à des conséquences néfastes sur l’environnement; entre autres, par la toxicité dans la chaîne trophique, la pollution des eaux de surface et souterraine (Vereijken et Viaux, 1990; Rudd, 1974; Mellanby, 1977; Roberts, 1989; Tooby, 1989)1 , sur la santé humaine par les résidus de pesticides sur les aliments et les intoxications par inhalation (Foschi, 1989; Izraillet et al., 1975; Pimentel et al.; 1980) et surtout la résistance acquise par les insectes ravageurs et les vecteurs de maladies infectieuses chez les humains, suite à l’utilisation intempestive, inconditionnelle et irrationnelle des pesticides chimiques (Georghiou et Mellon, 1983; Poiré et Pasteur, 1991; Starnes et al., 1993; Knight et Norton, 1989).

2Malgré le développement d’autres molécules de synthèse très efficaces, l’histoire des pesticides aura démontrée qu’une gestion strictement basée sur l’emploi des insecticides chimiques restera toujours fragile à plusieurs égards quel que soit l’insecticide, car l’acquisition de résistance chez les nuisibles, la pollution environnementale et les résidus de ces molécules chimiques sur les aliments demeurent possibles. Selon Tingey, (1992) les insecticides chimiques ont une durée de vie active commerciale très éphémère, soit seulement en moyenne 3,5 années.

3Ce numéro consacré à la lutte biologique fait un état de l’immense potentiel de la lutte biologique comme alternative viable à la lutte chimique. Dans ce dossier Docteur Guy Boivin, Chercheur à Agriculture et Agro-alimentaire Canada présente la faisabilité de la lutte biologique par utilisation de parasitoïdes. Les docteurs Charles Vincent et Bernard Panneton chercheurs à Agriculture et Agro-alimentaire Canada font un descriptif des méthodes de luttes physiques. Le docteur Eric Lucas et les étudiants gradués Mathias Kouassi, candidat au doctorat en sciences de l’environnement, Annabelle Firlej et Frantz Vanoo, candidats à la maîtrise en Sciences biologiques, présentent respectivement, l’importance de la prédation Intra-guilde, un survol de la prédation en lutte biologique et les possibilités de la lutte microbiologique avec emphase sur le champignon entomopathogène B. bassiana. Ces derniers sont tous du laboratoire de lutte biologique du docteur Daniel Coderre à l’UQAM (Université du Québec à Montréal).

Généralité sur le concept de lutte biologique

4Clausen, (1972), cite Smith (1919) comme précurseur du terme « lutte biologique » pour expliquer l’utilisation d’ennemis naturels des insectes nuisibles pour leur contrôle. Cette définition offre deux options selon la nature de l’agent biocide répresseur utilisé; l’exploitation de biocides inertes (toxines dérivées de micro-organismes) et l’exploitation de biocides autonomes entomophages microbiens (champignons, virus, bactéries, protozoaires) ou animaux comme les prédateurs et les parasitoïdes. Ces biocides peuvent être utilisés selon deux stratégies; l’une curative, par la répression immédiate ou l’autre, préventive lorsque l’intervention n’est pas imminente. Les méthodes biologiques offrent des solutions viables à cause de l’automatisme des micro-organismes entomopathogènes ou phytopathogènes, de leur variété, de leur spécificité, de leur compatibilité intrinsèque avec la nature et de leur capacité d’évoluer avec et sans intervention humaine (Cloutier et Cloutier, 1992). Le concept de lutte biologique a subit une évolution au cours du temps et intègre dans sa définition actuelle toutes les formes non chimiques de contrôle des ravageurs des récoltes mais aussi des mauvaises herbes. Cette définition extensible permet d’intégrer à l’utilisation des biocides autonomes ou inertes, les méthodes culturales, la résistance variétale, les phéromones et juvénoides, les méthodes physiques de lutte, les insecticides botaniques. Il faut cependant mentionner que la définition large de la lutte biologique ne fait pas l’unanimité chez les spécialistes. D’ailleurs Monsieur Guy Boivin en fait mention dans son article.

Méthodes de lutte biologique

5Dans la littérature il existe plusieurs méthodes de lutte biologique, dont certaines sont traitées dans le dossier de ce numéro. Afin de réaliser un rapide survol des concepts sous-jacent la lutte biologique, les différentes méthodes sont rapidement expliquées ci-dessous. Certaines seront spécifiquement traitées dans les articles du dossier.

1. La lutte biologique par utilisation de prédateurs

6Les prédateurs tuent leur proie pour satisfaire leurs besoins nutritifs (Huffacker, 1976; Baker et Dunn, 1990). On distingue deux types de prédateurs à savoir les Sténophages et les Euryphages (Begon et al., 1990; Debach, 1973; Pedigo, 1988). Les premiers sont des spécialistes et leur cycle biologique est synchronisé à celui de leurs proies (Wratten, 1978). En lutte biologique, les familles les plus utilisées sont certaines espéces de Syrphidae, Cecidomyidae, Coccinellidae et Chamaeyiidae (Agarwala et Saha, 1984; Bishop et al., 1986, Clausen, 1972; Debach, 1973). Les seconds sont plutôt généralistes et peuvent utiliser d’autres sources de nutrition non-animale comme le pollen, champignon ou matière végétale (Begon et al., 1990; Debach, 1973). En lutte biologique, certaines espéces du groupe des acariens et des insectes appartenant à l’ordre des Coléoptères, Dermaptères, Hemiptères, Neuroptères sont les plus utilisés. (Voir articles du Dr Eric Lucas, Annabelle Firlej et Frantz Vanoosouyne)

2. La lutte biologique par utilisation de parasitoïdes

7Les parasitoïdes sont les entomophages qui, pour compléter leur cycle de vie tuent leur hôte (Clausen, 1972; Huffacker, 1976; Debach, 1973). Ils ont de grandes capacités d’orientation, de repérage, de recherche active et sont très spécifiques à leurs hôtes. En lutte biologique, les trois ordres les plus utilisés sont les Hyménoptères (87,3 %), les Diptères (12.5 %) et les Coléoptères (0.2 %) (Debach, 1979; Bradford, 1994). Il existe aussi les Hyperparasitoïdes, lesquels sont parasitoïdes des précédents. (Voir article du Dr Guy Boivin)

3. La lutte biologique par utilisation de méthodes culturales

8C’est l’ensemble des méthodes culturales défavorisant les ravageurs des récoltes (Herzog et Funderburk, 1986). Il existe toute une panoplie de lutte culturale comme les rotations de cultures, les bicultures ou plusieurs associations de plantes, l’anticipation ou le retardement des saisons de semis ou de récolte, l’assainissement des plantations après les récoltes, le sarclage des mauvaises herbes aux alentours des plantations, les jachères etc.

4. La lutte biologique par utilisation de la résistance variétale

9Selon McKinley, (1988), la résistance variétale est la capacité pour une variété de plante d’obtenir une bonne productivité malgré la présence de ravageurs. Deux mécanismes sous-tendent à ce concept: l’antixénose, quand la plante par sa physiologie, sa morphologie ou sa phénologie (structures des organes, goût, odeur, couleur, longueur de son cycle de développement) repousse ou amoindrit les dommages causés par le ravageurs (Benedict et al., 1983; Robert et Foster, 1983) et l’antibiose, quand la plante est capable de produire une substance pouvant empêcher le développement du ravageur (Van Edem, 1987; Smith, 1989).

5. La lutte biologique par utilisation d’insecticide botanique

10Plus de 59 familles et 188 genres de plantes sont utilisées pour la répression des insectes ravageurs (Simmons et al., 1992). Ces plantes contiennent des substances qui ont des propriétés anti-appétantes, répulsives ou même insecticides. Généralement, à part quelques propriétés intéressantes comme la répulsion ou la dissuasion de prise alimentaire, cette méthode est similaire à la lutte classique par utilisation de substances chimiques.

6. Lutte Biologique par utilisation de Méthodes physiques

11(Voir article de Dr Charles Vincent et Dr Benoît Panneton, publié dans ce dossier)

7. La lutte biologique par utilisation de micro-organismes

12(Voir article de M. Kouassi, publié dans ce dossier)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathias de Kouassi, « La lutte biologique :
une alternative viable à l’utilisation des pesticides? », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Volume 2 Numéro 2 | octobre 2001, mis en ligne le 01 octobre 2001, consulté le 26 octobre 2014. URL : http://vertigo.revues.org/4101 ; DOI : 10.4000/vertigo.4101

Haut de page

Auteur

Mathias de Kouassi

Doctorat en Sciences de l’environnement, Laboratoire de lutte biologique Université du Québec à Montréal, C.P. 8888, Succ. Centre-Ville, H3C 3P8 d231230@er.uqam.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page