Navigation – Plan du site
Dossier : La ville et l'environnement

La réhabilitation des friches industrielles: un pas vers la ville viable?

France Dumesnil et Claudie Ouellet

Texte intégral

Introduction

1Dans le contexte actuel d’urbanisation, où la ville prend de l’expansion à une vitesse accélérée, des formes d’aménagement du territoire innovatrices sont développées pour s’inscrire à l’intérieur du concept de ville viable. Cependant, les traces du passé subsistent et posent des contraintes à la planification municipale. Par exemple, on rencontre dans la majorité des grandes villes des pays développés des espaces industriels désaffectés, qui représentent un fardeau pour les municipalités qui n'arrivent pas à les "rentabiliser" ou un potentiel pour celles qui entrevoient leur potentiel de réutilisation.

  • 1  Plusieurs termes sont utilisés pour identifier les friches industrielles. En français, le terme fr (...)

2Ces espaces déstructurés, héritage du déclin de certaines activités industrielles dans la ville, sont identifiés par le terme « friche industrielle ». La prise de conscience de leur potentiel de redéveloppement étant toute récente (elle date du début des années 1990), la plupart des pays en sont encore à l’étape de définir ce qu’ils entendent par l’expression « friche industrielle » 1. De manière générale, une friche industrielle est un espace historiquement utilisé à des fins industrielles, mais qui est aujourd’hui abandonné et inutilisé. Le terrain peut être contaminé ou non, mais dans les faits, il l’est souvent. Il peut être de superficies très variables, être localisé n’importe où dans la ville ou à sa périphérie, comporter ou non des bâtiments inutilisés.

3Les données sur le nombre exact de friches industrielles présentes dans les pays développés ne sont pas disponibles présentement. Celles qui existent sont des estimations plutôt que le résultat d’un inventaire méticuleux. Toujours est-il que pour les Etats-Unis, l’Environmental Protection Agency estime à 450 000 le nombre de friches industrielles alors que la US Conference of Mayors avance plutôt le chiffre de 600 000 sites. En France, on estime qu’entre 200 000 et 300 000 sites méritent l’étiquette de friche industrielle, étant des sites ayant fait l’objet d’une activité industrielle, qui présentent une contamination plus ou moins élevée (ADEME : Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie). En Suisse, l’évaluation du nombre de friches industrielles a pour prémisse que celles-ci doivent avoir une superficie d’au moins 1 hectare, ce qui permet de dénombrer 308 friches industrielles sur le territoire (Office fédéral de l’aménagement du territoire). L’état du Luxembourg recense, quant à lui, 600 hectares de terrains qu’il qualifie de friches industrielles. Au Canada, malgré de nombreuses recherches, les données n’ont pu être trouvées, même si plusieurs projets de réhabilitation de friches industrielles ont lieu dans les régions métropolitaines du pays.

4Dans ce sens, on remarque de plus en plus une tendance quant à la revalorisation des friches industrielles. Ces sites historiquement contaminés se situent majoritairement dans des zones urbaines de valeur, à proximité du centre, et leur réhabilitation dépend grandement de la volonté des populations locales et de leurs élus. Cependant, les coûts souvent élevés de décontamination représentent un obstacle majeur pour les propriétaires fonciers, qui préfèreront laisser le terrain à l'abandon plutôt que d'y investir les sommes nécessaires à leur nettoyage.

5L’article qui suit décrit les principales caractéristiques de la reconversion des friches industrielles. Il est divisé en trois parties. La première présente le cadre théorique et décrit le cadre général dans lequel évoluent les friches industrielles. La seconde partie décrit trois études de cas détaillées, soit une située aux États-Unis, une en Suède et celle du cas Angus à Montréal, pour finalement dresser un bref portrait de la situation dans la région de Montréal. La dernière partie met en perspective les facteurs de succès des projets de réaménagement des friches industrielles et aborde leur relation avec le concept de ville viable.

Cadre théorique

6Avant d’aborder la question de la réhabilitation des friches industrielles, il importe de connaître la définition et l’origine possible de ces friches. De manière générale, les friches industrielles sont décrites comme étant des anciens sites industriels - usines ou terrains associés à des usines, tels des entrepôts ou des décharges- qui sont maintenant abandonnés ou sous-utilisés. Les friches industrielles possèdent, plus précisément, les caractéristiques suivantes : ce sont des sites vacants ou bâtis souvent contaminés (sol ou eau) par des produits chimiques ou d’autres polluants (Ministère des Affaires municipales et du Logement de l’Ontario, 2000). En urbanisme et en design de l’environnement on conçoit la friche industrielle comme un espace végétal particulier, voire un espace de voisinage à reconquérir (Sénécal et Saint-Laurent, 1999).

7On constate que la majorité de ces sites se situent dans des zones urbaines, souvent près du centre- ville des grandes agglomérations des pays industrialisés. Plus rarement, on retrouve des friches industrielles dans les petites localités et dans les collectivités rurales (frange agricole périurbaine) où se situaient, antérieurement, des établissements de nettoyage à sec, des station-services, des entrepôts ferroviaires, etc. (Ministère des Affaires municipales et du Logement de l’Ontario, 2000).

  • 2  Demathieu, Pierre (1995).

8Leurs origines dépendent de l’historique de l’industrialisation, qui est spécifique à chaque région. Par exemple, en Europe, elles s’intègrent pour beaucoup dans une tendance à long terme de replis des industries lourdes tandis qu’en Amérique du Nord, elles proviennent principalement de développements industriels sauvages et sans règle. Aussi, le type de contamination rencontré sur les terrains, nous donne une bonne idée de ses origines. « Les anciennes usines de gazéification ont créé beaucoup de soucis de par le monde, car les composés polycycliques involontairement générés au cours du processus présentent de fortes toxicité (l’un d’eux, le benzopyrène, est l’un des plus puissant carcinogènes identifiés). Quant aux solvants, en particulier les solvants chlorés, ils sont probablement à l’origine du plus grand nombre de contaminations industrielles sur la planète 2».

9La littérature afférente à la réhabilitation des friches industrielles démontre que le coût élevé de décontamination est le principal frein à leur réutilisation. Les coûts regroupent non seulement les éléments techniques de décontamination mais, aussi, ceux concernant les aspects réglementaires et judiciaires: à savoir qui doit payer et jusqu’à quel niveau doit-on payer pour décontaminer un site.

Responsabilité financière face aux coûts de décontamination

10Plusieurs principes ont été testés par différents pays afin de désigner le responsable des coûts de décontamination d’un site. Le Canada, ainsi que la majorité des pays européens, « s’efforcent d’adopter » le principe pollueur-payeur ou, comme c’est le cas en France, celui du dernier exploitant industriel payeur.

Il peut être intéressant de noter que les États-Unis ont adopté un principe très différent, celui du « propriétaire payeur ». Ce principe peut paraître injuste, mais il s’est avéré avoir un mérite d’efficacité. Bien sûr, le payeur défini par ces diverses règles peut ensuite se retourner vers le pollueur effectif, mais il est certainement dans une position relativement faible pour obtenir le remboursement de ses frais. De plus, devant les difficultés rencontrées, on a pu observer dans de nombreux pays l’émergence d’un autre principe -inavouable- celui du « deep pocket », selon lequel on cherche à faire payer la dernière personne physique ou morale solvable plus ou moins impliquée, sans trop se soucier de sa responsabilité réelle. (Demathieu, Pierre, 1995)

Jusqu'à quel niveau doit-on décontaminer ou "How clean is clean?"

11Une fois qu’est établit qui doit payer pour la décontamination, la question qui se pose concerne la fixation des objectifs de décontamination : "How clean is clean?". L’autorité qui définit les objectifs de concentration résiduelle est souvent le gouvernement, dans ses politiques stipulant les concentrations limites des différents polluants.

  • 3  Demathieu, Pierre (1995)

12Au Québec, la Politique québécoise sur la protection des sols et de réhabilitation des terrains contaminés encadre les projets de décontamination. Cette politique est faite de critères à respecter et d’une méthode à suivre pour déterminer le niveau de décontamination à atteindre. En France et dans de nombreux autres pays, on utilise « les "critères hollandais", c’est-à-dire des tableaux de concentrations limites de différents polluants dans les sols qui ont été établis par la Hollande 3». De plus, dans certains cas, les autorités prennent en référence un sol propre d’un échantillon prélevé suffisamment éloigné de la zone contaminée, mais suffisamment proche pour que les caractéristiques du sol naturel soient les mêmes, et décontaminent en fonction de cet échantillon. Il faut mettre un bémol sur cette technique, car il peut arriver qu’on atteigne un niveau de décontamination faible tout en restant au-dessus des concentrations "normales".

13Finalement, l’objectif de décontamination est souvent basé sur une étude de risque spécifique (c’est entre autre le cas du Québec). L’étude de risque consiste à prendre en considération le cheminement des contaminants dans le sol jusqu’aux récepteurs sensibles, les êtres humains, les éléments naturels, etc. À l’aide des seuils de toxicité (fonction des contaminants et des récepteurs), en considérant les effets de dilution et de dégradation qui peuvent se produire au cours du déplacement du contaminant, on détermine les concentrations maximales pour un site donné.

Intérêts des acteurs impliqués

14La décontamination des friches industrielles ne se fait pas pour le plaisir de décontaminer. En effet, des enjeux économiques sont souvent mis en lumière lorsqu’il est question de la reconversion de ces friches. Quoi faire sur ces terrains, à quel prix et qui doit en devenir propriétaire? L’intégration des friches industrielles dans la planification de l’aménagement urbain est un processus où de plus en plus d’acteurs sont mêlés, chacun avec ses objectifs spécifiques. La reconversion des friches industrielles semble souvent venir d’une volonté locale et entraîne, par la suite, des actions gouvernementales.

15Selon Sénécal et Saint-Laurent (1999), les acteurs impliqués possèdent tous des intérêts, qui sont parfois divergents. Par exemple, les intérêts des groupes communautaires rejoignent la reconversion des économies locales, la relance industrielle ou la réorientation vers le récréo-tourisme. L’administration municipale y voit plutôt un objectif de mise en valeur de ses terrains et une augmentation de sa rente foncière, alors que les écologistes souhaitent rétablir les potentiels écologiques et renaturaliser les sites. Quant aux promoteurs, c’est le recyclage à des fins résidentielles qui les intéresse, puisqu'il représente une avenue financièrement rentable.

16Il est important de mentionner que les friches ne sont pas uniquement perçues du bon œil mais qu’elles peuvent être vues comme une dépréciation du paysage, une perte sur les plans esthétique, économique et écologique. Cette perception apparaît souvent lorsque la planification urbaine est chancelante et qu’elle laisse des vides ou même de larges cicatrices dans le tissu urbain (Sénécal et Saint-Laurent, 1999). L’intérêt des acteurs les amène à envisager diverses stratégies de réhabilitation et donc, une multitude de catégories d’utilisation des friches. À titre d’exemple, le tableau 1 présente une énumération de quelques friches et la reconversion associée à chacune d’elles.

17

Tableau 1 Exemple de friches industrielles et reconversionsassociéesà celles-ci.

Tableau 1 Exemple de friches industrielles et reconversionsassociéesà celles-ci.
  • 4  Sénécal et Saint-Laurent, 1999, p. 41

18La majorité des reconversions sont souvent liées à la relance de l’activité industrielle, où les projets s’adaptent à de nouvelles industries de pointe, en particulier dans le secteur de l’informatique et de l’imagerie. Aussi, on remarque que plusieurs reconversions se font au profit de projets résidentiels, de loisirs et récréo-touristiques. Le remplacement de la fonction industrielle amène souvent la création d’espaces verts publics ou semi-publics qui vise à renforcer la mixité sociale des quartiers touchés. Selon Sénécal et Saint-Laurent (1999), les friches possèdent une très grande importance sociale lorsqu’elles s’insèrent à l’intérieur d’un système d’espaces libres qui agissent pour structurer la forme urbaine. « Elles peuvent ressouder des quartiers coupés en deux, recréer des liens ou, au contraire constituer des zones tampons entre des espaces sociaux ou fonctionnels différenciés. Plus encore, l’appropriation des friches engage la définition d’une nouvelle urbanité4 ».

Études de cas

19Trois cas de reconversion de friches industrielles seront maintenant étudiés. Le premier est la reconversion de la friche industrielle de la petite ville d’Emeryville, en Californie. La question de la gestion par le risque et de l’information des résidents sera abordée plus en détail à travers cette analyse de cas. La seconde étude de cas se situe à Stockholm, en Suède. Il s’agit de la reconversion d’une friche industrielle et portuaire de 200 hectares au sud-est du centre-ville. Il sera question de la politique environnementale adoptée par le constructeur et des principes du Natural Step, appliqués lors de la planification du projet d’Hammarby Sjöstad. Finalement, le projet de reconversion du Locoshop Angus sera présenté et démontrera l’application du concept des systèmes locaux de production dans un projet de relance de l’activité industrielle.

Emeryville, Californie

20Emeryville est une petite municipalité de 7400 habitants, située au centre de la baie de San Francisco, entre les villes de Berkeley et Oakland. Au cours du dernier siècle, elle a acquis le statut de pôle industriel régional majeur en raison de la présence d'entreprises reliées, entre autres, aux domaines de l'automobile, de la fabrication de pesticides, de l'industrie pétrochimique et du recyclage de l'acier5. Cependant, dans les années 1970, les entreprises sont parties s'établir ailleurs, laissant derrière elles des sols et des eaux souterraines fortement contaminés par des hydrocarbures, des métaux lourds, des BPC et des solvants chlorés. 60% des lots commerciaux et industriels sur le territoire d'Emeryville étaient vacants en 1995, formant une friche industrielle d'environ 300 000 pieds carrés6.

21La municipalité d'Emeryville rencontrait des difficultés à revaloriser sa friche industrielle en raison des coûts élevés de décontamination. En effet, les propriétaires des terrains trouvaient plus économique de laisser les terrains inutilisés que d'investir pour leur décontamination et leur redéveloppement 8. De plus, selon la réglementation en vigueur, même après qu'ils aient décontaminé leurs terrains, les propriétaires peuvent être tenus responsables si les eaux souterraines contaminées provenant de leurs terrains causent des problèmes environnementaux ou de santé aux occupants des propriétés environnantes. Cela ne représente pas un incitatif pour les propriétaires fonciers d'entreprendre la décontamination de leurs terrains, d'où leur inaction. Emeryville a d'ailleurs remporté, en 2001, un combat légal à la Cour de District Fédéral de San Francisco où il a été établi que l'acquisition, par la municipalité, de terrains industriels contaminés ne la rendait pas responsable des coûts de décontamination qu'ils nécessitaient 7. Elle a donc la possibilité de poursuivre à son tour les anciens propriétaires des terrains pour qu'ils assument leur part des coûts de décontamination. Emeryville a d'ailleurs récupéré 7,1 millions de dollars lors d'une médiation avec les entreprises responsables de la contamination.

22En 1996, l'Environmental Protection Agency (EPA) Américaine mettait en place son programme Brownfields Economic Redevelopment Initiative afin d'aider certaines municipalités à prendre en charge la décontamination et la réhabilitation durable des sites. Le programme a permis à Emeryville d'obtenir une aide financière de 200 000$ pour réaliser des études d'évaluation de la contamination des sols et des eaux souterraines, de mettre en place un système de gestion des eaux souterraines et pour mettre en place ce qu'elle appelle un "one-stop-shop", un guichet unique accessible à tous (citoyens, élus, investisseurs) contenant les données de contamination de tous les terrains de la ville8.

23L'approche risk-based redevelopment (gestion par le risque) a été appliquée à Emeryville pour traiter la contamination du sol et de l'eau souterraine. Cette approche vise à inciter les propriétaires fonciers à revitaliser leurs propriétés en assouplissant les lourds et coûteux mécanismes de décontamination. En effet, avec cette approche, il n'est pas nécessaire de décontaminer à 100% tous les terrains contaminés, mais plutôt de les décontaminer à un niveau sécuritaire pour la santé humaine et l'environnement, en fonction de l'utilisation projetée du terrain.

24Le projet pilote entrepris à Emeryville avec l'aide financière de l'EPA visait aider les propriétaires fonciers quant à entreprendre la décontamination des sites et à offrir à tous les acteurs intéressés une information de qualité sur la question, à l'intérieur d'un guichet unique. À cet effet, le One-stop Shop a été mis en place. Il s'agit d'une base de données interactive et facile d'utilisation, accessible à tous par le web9 et qui fournit, pour chaque terrain, une information détaillée concernant l'historique des usages du terrain, une photo aérienne, les données cadastrales, des règlements d'urbanisme (taille permise des bâtiments, densité de construction permise, etc.) et des informations à propos des contaminants présents dans le sol et dans l'eau souterraine. Le système a d'ailleurs remporté en 1999 le Stockholm Challenge Award (Globen Bangemann Challenge) dans la catégorie Technologies de l'information en environnement.

25Un premier pas a été réalisé dans le projet de reconversion de la friche industrielle de Emeryville. Cependant, plusieurs étapes restent à franchir. Tout d'abord, le système de gestion des puits et des eaux souterrains doit permettre de s'assurer que les contaminants ne fuient pas sur les autres terrains ou dans la Baie. Le projet Emeryville permettra aussi de tester la viabilité de l'approche de la gestion du risque dans la réhabilitation des friches industrielles et de réfléchir à son applicabilité à d'autres communautés.

Le projet Hammarby Sjöstad : un éco-quartier durable à Stockholm

26Le projet Hammarby Sjöstad s’implante sur une friche industrialo-portuaire, au sud-est du centre-ville de Stockholm, capitale de la Suède. Le secteur a été identifié comme secteur stratégique de développement du plan d’urbanisme de Stockholm de 1991 (Ducas, 2000) et s’inscrit à l’intérieur de la stratégie de la ville de se développer sur elle-même, plutôt que de s’étendre sur les terres agricoles qui entourent la ville. Le projet vise la création d’un quartier mixte, où cohabiteront des activités résidentielles et commerciales ainsi que des équipements collectifs (parcs, pistes cyclables, école primaire, etc.). D’ici 2015, on entend attirer sur le site 20 000 résidents et 10 000 travailleurs en construisant 8000 logements 11.

27La ville de Stockholm est le promoteur du projet, elle est responsable de la planification d'ensemble du projet. Toutefois, elle ne s'occupe pas de la construction et a octroyé des contrats à quelques entrepreneurs à cet effet. Les activités portuaires et industrielles ont longtemps pollué les terrains sur lequel s’érige le projet, et puisque la municipalité ne pouvait identifier les véritables pollueurs du sol, elle a défrayé tous les coûts de la décontamination du site. L’étendue d’eau en bordure du projet (Södermalm) a aussi fait l’objet d’un nettoyage et d’une mise en valeur à l’intérieur du projet.

28Le projet Hammarby Sjöstad vise rien de moins que de devenir un exemple de durabilité à l’échelle mondiale10. Pour ce faire, le design des bâtiments a été conçu de manière à privilégier l’efficacité énergétique et le projet possède son propre système de traitement des eaux usées et de recyclage. De plus, la conception du projet est telle que les besoins des résidents d’utiliser leur voiture sont minimums et l'accessibilité au transport en commun est maximale. La nature est mise en valeur dans le projet : conservation d’un boisé de chênes anciens, accès public aux rives, espaces verts présents en grande quantité sur le site.

29Aussi, l’entrepreneur principal du projet, JM, est un des premiers entrepreneurs à avoir adopté sa propre politique environnementale, ce qui contribue au succès du projet. En effet, depuis le début des années 1990, JM s’efforce de construire des projets où l’environnement est intégré, protégé et mis en valeur, puisque la qualité de l’environnement qu’il offre aux consommateurs est à ses yeux un critère de compétitivité majeur. JM est conscient de l’impact qu’ont certains matériaux sur la santé des humains et essaie de n’utiliser que des matériaux sécuritaires, provenant de fournisseurs dont les bonnes pratiques environnementales sont reconnues. Dans le cadre du projet Hammarby Sjöstad, JM a rédigé un programme environnemental dont les employés doivent s’efforcer de respecter les objectifs lorsqu’ils doivent prendre une décision concernant le projet.

The Natural Step

30L’entreprise adhère aux principes du mouvement Natural Step, né en Suède en 1989, mais rapidement étendu à tous les pays développés. L’objectif recherché par cette organisation internationale est de guider les communautés, les entreprises et les organisations vers l’atteinte de la durabilité. Pour ce faire, elle a constitué un cadre de référence qui comprend tout d’abord une prise de conscience des effets des activités humaines sur l’environnement et de la nécessité de planifier à long terme. L’image de l’entonnoir est utilisée pour illustrer la marge de manœuvre réduite dont dispose l’humanité pour réagir à la dégradation de l’environnement : alors que la disponibilité des ressources diminue, les besoins humains augmentent.

31Selon le cadre de référence The Natural Step, l’environnement est un système dont 4 conditions sont essentielles11 :

  1. Les substances extraites de la lithosphère ne doivent pas s'accumuler de façon systématique dans l'écosphère.

  2. Les substances produites par notre société ne doivent pas s'accumuler de façon systématique dans l'écosphère.

  3. Les conditions physiques de production et de diversité de l'écosphère ne doivent pas être détériorées de façon systématique.

  4. L'utilisation des ressources doit être efficace et correcte comparativement aux besoins humains.

32Natural Step propose à l’organisation d’établir elle-même son propre plan d’action pour agir de manière durable. En premier lieu, la sensibilisation générale des gestionnaires et des employés de l’entreprise à la dégradation de l'environnement permet à tous de se doter d'un objectif commun, nécessaire à la réussite de l’application des principes de Natural Step. Par la suite, on fait le portrait des activités de l’entreprise et de ses impacts sur l’écologie terrestre et on détermine quelles actions peuvent être posées à court, moyen et long terme pour améliorer la situation.

33L’entreprise JM applique depuis quelques années déjà les principes de Natural Step qui lui ont permis de réaliser de grandes économies et de préserver l’environnement dans ses projets. JM a réduit de 80% le volume des déchets qu’elle enfouit depuis qu’elle gère ses déchets d’une façon plus efficiente. Les critères de design écono-énergétiques qu’elle applique dans la conception des bâtiments permettent de réduire leur consommation d’énergie tout au long de leur cycle de vie. JM identifie les matériaux utilisés dans la construction de ses bâtiments de manière à ce que les consommateurs connaissent exactement tous les matériaux et toutes les substances qui ont été utilisées pour construire le bâtiment dans lequel ils habitent. Les matériaux utilisés à Hammarby Sjöstad sont sécuritaires pour la santé humaine et le choix des fournisseurs est établi selon une grille d’évaluation environnementale des entreprises. Finalement, une étroite collaboration avec les communautés permet à l’entreprise de bien répondre à leurs besoins.

34Le projet est en construction depuis 1997, et, déjà, il attire l'attention de plusieurs acteurs oeuvrant dans le domaine de l'environnement et du développement urbain. On peut déjà parler du projet comme d'une réussite en matière de durabilité, du moins sur papier. La construction finale du projet permettra de mesurer l'atteinte réelle des objectifs de durabilité que s'est fixée la ville lors de sa planification.

Le cas de Montréal

35De manière générale, le déclin des activités industrielles a laissé un grand nombre de terrains en friches, dont plusieurs font l'objet de projets de toutes sortes. À Montréal comme ailleurs, les coûts de décontamination sont élevés. On les estime à 300 000$ par hectare en moyenne dans la région (Cadre d'aménagement de la Région métropolitaine de Montréal (RMM)). Les coûts de décontamination et l'absence d'un cadre de planification intégrée sont les 2 principaux obstacles au redéveloppement des friches industrielles de la région Montréalaise.

  • 12  Orientation #3: Réhabiliter et mettre en valeur les quartiers anciens ou vétustes dans un objectif (...)

36Le cadre d'aménagement de la RMM n'aborde pas vraiment le sujet de la réhabilitation des friches industrielles. Les terrains vacants et contaminés sont discutés de manière générale, surtout au niveau de la perception négative qu'ils inspirent aux citoyens, de leur décontamination et du potentiel qu'ils présentent pour la revitalisation des quartiers anciens. À cet effet, la 3e orientation du cadre d'aménagement peut être intéressante, même si elle ne concerne pas spécifiquement les friches industrielles12. N'empêche qu'il manque, à Montréal, une stratégie d'ensemble pour réhabiliter de façon intelligente les friches industrielles.

37Quelques friches industrielles ont fait l’objet de reconversion depuis les dernières années à Montréal : le Canal de Lachine, les gares de triages Papineau et Outremont ainsi que le cas des Ateliers Angus qui sera maintenant étudié d’une manière plus approfondie.

Le Projet Angus : remettre un quartier sur ses rails

38Le projet Angus se situe géographiquement au sud-est de la ville de Montréal dans l’arrondissement Rosemont-Petite-Patrie. C’est à cet endroit que furent construits, en 1905, les Ateliers Angus du Canadien Pacifique (CP), un site industriel de 10 millions de pieds carrés qui servait à la confection et à la réparation de matériel roulant pour l’industrie du rail (Fontan, Yaccarini, 1996). Les Ateliers Angus ont occupé une place importante dans la création d’emplois dans le quartier et dans la ville: en 1945, 12 000 personnes travaillaient aux Ateliers, dans les années 50, ils n’étaient plus que 7000 et finalement en 1980, on en comptait plus que 1000. La diminution graduelle du nombre d’emplois va de paire avec le ralentissement des activités des Ateliers causée par l’avènement grandissant des transports routiers et l’absence de stratégie de relance industrielle par le CP (Fontan, Yaccarini, 1996). On indique que c’est au milieu des années 1970 que remonte la fermeture d’une première partie des Ateliers qui représente 5 millions de pieds carrés (Lévesque, Fontan et Klein, 1996). Le CP décide alors de vendre la moitié du terrain à une de ses filiales afin de construire un complexe résidentiel et commercial. C’est à partir de ce moment que se dessinent des mouvements de protestations de la part de la communauté de Rosemont-Petite-Patrie (Fontan, Yaccarini, 1996).

De 1977 à 1982, les pressions exercés par la population forcent une redéfinition du projet du CP en faveur d’une vocation purement résidentielle, lequel projet passe entre les mains d’une société paramunicipale, la Société des terrains Angus. Le nouveau projet évacue la fonction commerciale et revoit la fonction résidentielle. Cette dernière repose alors sur une partition vocationnelle des types de logement en misant sur la mixité des clientèles. L’option retenue favorise l’implantation de logements privés (condominiums), de logements à loyer modique et de logements coopératifs. Le site est ainsi devenu, à la fin des années 80, le plus grand parc de logement sociaux au Québec et au Canada. (Fontan, Yaccarini, 1996, p.67).

  • 13  Fontan, Yaccarini, 1996, p.68
  • 14  La contamination du sol est due à la présence de métaux (plomb, cuivre et arsenic). Les concentrat (...)

39Mais la reconversion ne s’arrête pas là. En effet, en 1988, ne voyant pas de projet de modernisation pour la seconde moitié des Ateliers Angus, des citoyens décident de réagir à la diminution de l’emploi local et créent la Corporation de développement économique communautaire Rosemont Petite-Patrie (CDÉC-RPP). La fermeture complète des activités Angus remonte à 1991 et un an plus tard on procède à des consultations publiques où les projets du CP et du CDÉC-RPP s’affrontent : « Le CP demande un changement de zonage sur l’ensemble de l’ancien site industriel afin de développer un vaste projet résidentiel et commercial. L’option de la CDÉC-RPP, appuyée par la plupart des intervenants du milieu, […], consiste à maintenir la vocation industrielle afin de développer un parc d’entreprises intégré (avec la création d’une société chargée du développement du parc) à partir d’une communautarisation du site Angus par la création d’une fiducie foncière communautaire »13. En 1994, une entente est signée : la CDÉC-RPP achète la moitié du site (2,5 millions de pieds carrés pour une somme de 13 millions de dollars) pour le redévelopper et le CP s’engage à décontaminer14 le sol en respectant les exigences gouvernementales (Fontan, Yaccarini, 1996). Afin de faciliter la planification et la réalisation du projet de redéveloppement industriel, la CDÉC-RPP crée la Société de développement Angus (SDA), une organisation autonome et à but non lucratif (Fontan, Yaccarini, 1999).

Le technopôle Angus et les systèmes locaux de production 

  • 15  Lévesque, Fontan et Klein, 1996, Volume I, p.18
  • 16  Fontan, Yaccarini, 1996, p.77

40Le Technopôle Angus se situe dans le Locoshop, la première partie de terrain achetée par la SDA au CP et représente une portion de l’usine de montage de locomotives n’ayant pas été démolie. L’objectif poursuivi par le Technopôle Angus est la création et le développement de petites et moyennes entreprises sur le territoire industriel des terrains Angus (Fontan, Yaccarini, 1996). Le développement du Technopôle Angus se base sur la logique de systèmes locaux de productions (Lévesque, Fontan et Klein, 1996, Volume I). Ces derniers sont « […] constitués d’un ensemble de PME en liaison ou non avec une ou plusieurs grandes entreprises situées dans un même espace de proximité (local ou sous-régional) autour d’un métier, voire de plusieurs métiers industriels. […] les entreprises d’un système local de production ne sont pas nécessairement concentrées dans une seule branche, ni spécialisées dans la production des composants d’un seul produit »15. Le Technopôle Angus vise un secteur général de production, soit le domaine de l’environnement (Fontan, Yaccarini, 1996). Ce choix repose sur plusieurs raisons faisant référence aux caractéristiques économiques, environnementales et sociales du Québec et de la région métropolitaine de Montréal : « logique de développement durable, faiblesse du Québec en matière d’industries de production de technologies et de produits verts, présence d’un bassin important d’entreprises environnementales dans l’Est de Montréal (marché existant), nécessité pour le secteur d’une main-d’œuvre qualifiée, spécialisée, ce secteur offrant des emplois intéressants »16. Aujourd’hui, le Technopôle Angus héberge une dizaine de compagnies locataires de son territoire. À titre d’exemple mentionnons l’entreprise Insertech Angus qui se concentre dans la restauration d’ordinateurs. L’originalité de cette entreprise réside dans sa mission d’insertion dans le monde du travail de jeunes adultes démunis et peu scolarisés (Site Internet de la SDA).

41La reconversion des Ateliers Angus en Technopôle environnemental est le fruit des actions de la communauté. Cette reconversion démontre, une fois de plus, que les actions promues par la base (les citoyens) peuvent entraîner une implication des autorités (municipales, provinciales et fédérales) et des acteurs économiques et devenir fonctionnelles. Le CP, en préférant la solution résidentielle, a probablement choisi l’option la plus facile et une des plus rentables. Cependant, l’originalité du projet Angus vient surtout du fait que les initiateurs ont fait un virage en ce qui concerne le développement économique de leur territoire. En favorisant des domaines relativement nouveaux tel que le domaine de l’environnement, l’insertion sociale et en encourageant des projets de développements liés à l’économie sociale, ils augmentaient, en quelque sorte, l’incertitude de la réussite du projet. Enfin, il serait intéressant de voir quelle proportion des citoyens de l’arrondissement Rosemont-Petite-Patrie sont des employés du Technopôle Angus puisque le virage environnemental et social entrepris par la SDA représente une certaine coupure avec la main-d’œuvre des anciens Ateliers Angus.

Les conditions de succès des projets de réaménagement des friches industrielles

42Les exemples de succès de réaménagement de friches industrielles sont très faciles à trouver, tandis que les échecs sont plus difficiles à documenter. À la lecture de toutes les études de cas qui ont été consultées, il apparaît que la condition essentielle du succès d’un projet de réaménagement de friche industrielle soit la collaboration entre le secteur public, le secteur privé et la population. Tous les exemples de réussites en la matière mettent l’accent sur cette condition. Dans certains cas, la déresponsabilisation financière du nouveau propriétaire du site quant à l’obligation de décontaminer le sol permet de favoriser les projets de réaménagement des friches industrielles. Ce principe est appliqué à divers niveaux dans la majorité des projets, les différents paliers de gouvernement octroyant une subvention au promoteur du projet pour la décontamination du site.

43Bien sûr, lorsqu’il est question de réussite, les auteurs ne s’en tiennent généralement qu’à l’aspect économique du projet. On dira qu’un projet est un succès sur toute la ligne si les entreprises ou les résidents viennent s’y établir rapidement, alors que la simple utilisation d’un site ne peut vouloir dire qu’il est un exemple à citer, voire à reproduire ailleurs. Il est possible que des entreprises viennent s’implanter sur un site parce que le prix est raisonnable, l’accès au transport facile et que la main-d’œuvre est suffisante dans le secteur. Par contre, cela ne signifie pas que le projet soit un succès du point de vue environnemental et social. On doit donc garder en tête la relativité des exemples de succès qui sont présentés dans la littérature et sur Internet.

  • 17  Office fédéral de l’aménagement du territoire (1999). Aménagement du territoire et friches industr (...)

44L’Office fédéral d’aménagement du territoire de Suisse a produit, en 1999, un document17 qui identifie les conditions de réussite des projets de réaménagement de friches industrielles. Selon l’organisme, les principales difficultés rencontrées lors de tels projets sont les intérêts divers des propriétaires fonciers, les incertitudes en matière de contamination des sites, le prix du sol trop élevé par rapport aux investissements importants qu’il nécessite, les processus administratifs trop compliqués et trop longs et la passivité ou le manque de collaboration des autorités responsables.

45Toujours selon l’Office fédéral d’aménagement du territoire, 10 conditions de succès existent pour faciliter la réalisation des projets de reconversion de friches industrielles. Tout d’abord, l’aménagement du territoire doit occuper un rôle majeur dans le projet et la compétitivité du site doit être assurée par une collaboration entre les autorités publiques et le milieu des affaires. Puis, la population concernée doit être impliquée dans la mise sur pied du projet et les intérêts des différents propriétaires fonciers être discutés dans le cadre d’une table ronde organisée par la municipalité. L’intégration du projet dans les infrastructures existantes doit être réfléchie de façon globale et structurée, à l’intérieur d’un plan d’aménagement par exemple. Aussi, les zones à réaménager doivent être promues activement par les autorités pour y intéresser les investisseurs potentiels et lorsque possible, une occupation provisoire du site par des locataires à court terme doit être envisagée pour éviter que le site ne soit laissé à l’abandon trop longtemps, ce qui lui ferait perdre de son attractivité. La contamination du site doit être élucidée dès le départ et les coûts de décontamination évalués, de manière à éviter les mauvaises surprises lors du projet. Enfin, les autorités doivent rendre la réalisation des projets plus rapide en diminuant les procédures administratives et s’adapter aux échéanciers souhaités par les investisseurs, dans la mesure du possible.

Un pas vers la ville viable?

46Il est établit que la réhabilitation des friches industrielles est une action qui a des conséquences positives pour une ville, à tout le moins du point de vue économique, mais parfois aussi au point de vue environnemental et social. De là, il est pertinent de s'interroger sur l'existence d'un lien entre la réhabilitation des friches industrielles et l'atteinte du développement durable à l'échelle de la ville. Comment la revitalisation des espaces industriels laissés en friche, et toute la décontamination qui entoure généralement les projets, contribue-t-elle à faire de la ville qui encadre le projet une ville viable?

  • 18  KLINE, Elisabeth (1997). Sustainable Community Indicators: how to Measure Progress, in ROSELAND, M (...)

47Kline18 définit une communauté viable comme une communauté qui est économiquement stable, vit à l'intérieur de ses limites écologiques et est socialement juste. Selon elle, 4 critères permettent de déterminer si une communauté est viable: la sécurité économique, l'intégrité écologique, la qualité de vie et l'augmentation de la participation du public à la prise de décision et leur responsabilité. Ces 4 critères font référence aux 3 pôles du développement durable: économique, environnemental et social et seront présentés sommairement en relation avec les deux études de cas dont il a été question plus haut.

48La sécurité économique fait référence à l'indépendance financière d'une collectivité, par la diversité de sa base économique. Elle nécessite la mise en valeur des potentiels et des avantages d'un lieu et une habilité de la communauté à s'adapter au changement. La réhabilitation des friches industrielles peut contribuer à donner à une collectivité une sécurité économique lorsqu'elle attire de nouvelles entreprises, qui agissent dans des crénaux économiques variés, qui emploieront des membres de la communauté et apporteront des bénéfices à toute la population. C'est le cas des 3 projets étudiés précédemment. À Stockholm, de nouvelles activités de bureau s'implanteront sur le site d'Hammarby Sjöstad alors qu'à Emeryville, des activités récréatives et commerciales lourdes, de différents secteurs économiques, viendront occuper les locaux. Pour ce qui est du cas Angus, c’est en raison de la forte implication de la communauté qu’on peut parler de sécurité économique.

49Une communauté viable réduit sa consommation de ressources et sa production de déchets. Elle réduit les risques et les impacts résultant des activités humaines sur les éléments naturels parce qu'elle comprend et agit à l'intérieur des limites des ressources. Les 3 études de cas permettent l'atteinte de l'intégrité écologique parce qu'elles ont un programme de décontamination des sols et des eaux souterraines. Cependant, seul le projet Hammarby Sjöstad a comme objectif de réduire la production de déchets et la consommation de ressources.

50Le bien-être d'un individu résulte de l'articulation, de la poursuite et de l'atteinte de ses aspirations personnelles, à travers les possibilités qui lui sont offertes par la société dans laquelle il vit, dans un contexte d'égalité. Le bien-être des personnes est aussi influencé par la propreté et la sécurité du milieu de vie dans lequel elles évoluent. La réalisation d'un projet tel qu'Hammarby Sjöstad contribue considérablement à l'augmentation de la qualité de vie de ses résidents, parce qu'il leur permet de jouir d'un milieu de vie agréable et propre, dans lequel ils sont constamment en contact avec la nature. Quant à lui, le projet Angus permet une certaine amélioration de la qualité de vie des résidents, en ce qui concerne le volet résidentiel du projet, en raison des sentiments d’appartenance et d’estime personnelle qu’il suscite. Finalement, le projet d'Emeryville ne met pas la priorité sur l'aménagement d'un milieu de vie agréable, puisqu'il ne comporte pas de résidents, seulement des locataires commerciaux et industriels.

51Pour que les gens se sentent et soient en meilleur contrôle de leur vie en tant qu'individus mais aussi en tant que membres d'une communauté, ils doivent être inclus dans la prise de décision et responsables de ses conséquences sociales. Les projets Angus et Hammarby Sjöstad impliquent la participation des citoyens à la prise de décision et au bon fonctionnement de la communauté. Quant à lui, le projet d'Emeryville offre aux résidents un accès à l'information qui leur permet de saisir les opportunités et de bien comprendre les problématiques qui concernent leur milieu de vie. Ils ont aussi été consultés lors de la planification du projet. On ignore cependant l'impact qu'a eu leur opinion sur les décisions finales.

Analyse des études de cas en fonction des critères de Kline

52À la lumière de cette analyse, il semble clair que le projet d'Hammarby Sjöstad contribue fortement à l'atteinte des objectifs de la ville de Stockholm de faire d'elle-même une ville viable. En effet, le projet apporte des bénéfices économiques, écologiques et sociaux à la communauté, tout en privilégiant l'application de mesures plus durables (matériaux de construction, efficacité énergétique, réduction de la production de déchets, etc.). Le projet est conçu dans une optique de long terme et tient compte des besoins des personnes qui vont y vivre en respect des limites de l'écosystème dans lequel il s'implante. Il est possible que ce projet provoque une synergie intéressante, et, qu'en servant d'exemple à suivre, il permette à la ville de devenir plus viable dans les prochaines années.

53Le projet d'Emeryville offre des avantages aux résidents de la municipalité, du point de vue économique et écologique, mais sa contribution au secteur social est moindre qu'à Stockholm. La décontamination des sols permet une amélioration du bilan écologique de la municipalité et l'arrivée prochaine de nouvelles entreprises sur le site, telles qu'IKEA, offrira de nouvelles opportunités d'emploi aux résidents et diversifiera la base économique sur laquelle repose la collectivité. Cependant, la qualité de vie des résidents ne sera pas améliorée du simple fait du projet de réhabilitation de la friche industrielle, même si la création d'un espace vert est prévue. Celui-ci fera partie d'un grand complexe récréatif et commercial (méga cinéma, magasins grandes surfaces) qui ne contribuera pas à le mettre en valeur. Même si un tel projet ne peut pas nuire à l'atteinte des caractéristiques de la ville durable à Emeryville, il n'en constitue pas non plus un élément déclencheur.

54Le projet Angus à Montréal permet l’atteinte de plusieurs des critères de Kline. Tout d’abord, la sécurité économique est améliorée pour l’arrondissement, par la mise en place d’entreprises vouées à un secteur économique en émergence. Celles-ci offriront des emplois aux gens du voisinage, dans un secteur porteur d’avenir. L’intégrité écologique du site est atteinte par la décontamination des sols et permet par le fait même d’améliorer la qualité du milieu de vie pour les résidents. Aussi, le projet vise le développement d’un sentiment d’appartenance pour les résidents, ainsi que la création de liens entre eux, de par sa forte mixité sociale. Finalement, l’implication des citoyens et des organismes communautaires les représentant dans la planification du projet est un facteur important de la viabilité du projet.

55Bien sûr, lorsqu'on fait l'analyse de telles études de cas, il faut être très prudent avant de poser le jugement de valeur à l'effet qu'elles contribuent ou pas à l'atteinte de la ville viable. Dans le cas du projet Hammarby Sjöstad, des investissements considérables ont été consentis par tous les paliers de gouvernement et par l'entreprise pour réaliser ce projet, qui pourra par la suite être présenté au monde entier comme "bonne pratique". À Emeryville, la réhabilitation de la friche industrielle a été rendue possible grâce à l'assouplissement des mécanismes qui établissent la responsabilité financière du propriétaire du terrain de décontaminer le site. Il faut se demander si ces projets pourraient être couronnés de succès s'ils ne bénéficiaient pas d'autant d'aide financière et d'exclusions légales. Il serait intéressant d'analyser les conditions dans lesquelles se réalisent d'autres projets similaires dans la même ville ou dans la même région, pour constater si le succès du projet ne tient pas uniquement du coup de main gouvernemental qu'il a obtenu. Le projet Angus à Montréal a été réalisé « en conditions réelles », c’est-à-dire sans trop d’investissements publics, en impliquant la population concernée et plusieurs des acteurs ayant un intérêt dans le projet. Nous posons l’hypothèse que le compromis atteint pourrait être plus représentatif de la réalité que celui des 2 autres projets.

56En conditions réelles, les propriétaires ne bénéficient pas d'autant de passe-droits, ce qui complique les choses pour eux et les empêche, jusqu'à un certain point, de réaliser des projets aussi éclatants du point de vue de leur viabilité. À Montréal, les politiques publiques ne mettent pas autant de ressources sur les projets de réhabilitation des friches industrielles. Est-ce à dire que Montréal pourrait mieux servir de baromètre sur l'état de la situation dans les pays développés qu'une ville comme Stockholm où beaucoup d'argent est investi dans le domaine de l'environnement? Pas forcément. Certaines villes s'efforcent de devenir des pionnières, qui, si elles réussissent à se faire reconnaître par leurs semblables, montreront la voie à suivre pour atteindre la viabilité urbaine.

Conclusion

57La reconversion des friches industrielles s’inscrit dans la tendance du renouvellement de la ville sur elle-même. « Ce principe correspond parfaitement au concept de développement durable : il s’agit de remettre en état plutôt que de démolir, de réutiliser les friches plutôt que de pousser à la croissance urbaine en périphérie et de renforcer par tous les moyens possibles la cohésion sociale 19». Les études de cas étudiés précédemment nous démontrent les conséquences positives que peuvent avoir les projets de reconversion des friches industrielles pour les collectivités locales et pour atteindre le développement durable.

  • 20  Sénécal et Saint-Laurent, Espaces libres et enjeux écologiques, 1999, p.37
  • 21  Sénécal et Saint-Laurent, Espaces libres et enjeux écologiques, 1999, p.50

58Cependant, comme le mentionnent Sénécal et Saint-Laurent, la requalification ne se fait pas sans difficultés. Elle comporte des enjeux majeurs « [...] que sont le maintien de la mixité fonctionnelle des terrains jouxtant les zones industrielles et encastrés dans les anciens quartiers ouvriers, l’accessibilité des espaces verts, la prise en compte des besoins des résidents, le choix entre des approches horticoles ou écologiques 20» Il existe donc un lien étroit entre la reconversion des friches industrielles et le concept de la ville verte ou viable. « La métaphore de la ville verte, assimilableà un écosystème, nourrit les espoirs de qualité de vie, de bien-être et surtout d’une réconciliation avec la nature 21». Dans l’optique d’acquérir ou à tout le moins de favoriser une ville viable et plus verte, il est de toute évidence pertinent de s’attarder à la reconversion des terrains pollués et de valoriser leur intégration au sein de la ville.

59L’originalité de la reconversion des friches industrielles provient du fait qu’elle s’appuie, dans la plupart des cas, sur des initiatives directement issues des préoccupations du terrain et portées par les divers acteurs locaux. Cependant, il ne faut pas se cacher que la volonté politique possède un poids énorme dans la finalité des projets et qu’elle doit être porteuse de nouveaux modes de pensée quant à l’aménagement du territoire. Il s’agit en fait de favoriser un urbanisme soucieux de l’environnement et de provoquer un développement fondé sur une gestion économe de l’espace et des ressources existantes. Les différents paliers gouvernementaux doivent élaborer des stratégies, afin d’endiguer la consommation de sites vierges en utilisant au maximum les infrastructures existantes.En plus de devenir une alternative à la croissance périphérique des centres urbains, la ville enrichira également son caractère multifonctionnel et favorisera un développement local.

Haut de page

Bibliographie

Sites Web :

Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (France) : www.ademe.fr

CCN Law: http://www.ccnlaw.com/News/emeryville.html

Direction Régionale de l’Environnement (DIREN), France: www.environnement.gouv.fr/ile-de-france

Environmental Protection Agency: http://www.epa.gov/epahome/hi-brownfields.htm

Government Technology : www.govtech.net/magazine/local.us/november99/brownf.phtml

Ministère de l’Environnement du Québec: http://www.menv.gouv.qc.ca/

Projet Hammarby Sjöstad: www.hammarbysjostad.stockholm.se

Société de développement Angus: www.sda-angus.com

The Natural Step: www.thenaturalstep.org

Ville d'Emeryville: www.ci.emeryville.ca.us

Monographies :

Demathieu, Pierre (1995). La réhabilitation des friches industrielles. La Jaune et La Rouge : environnement et aménagement, revue amicale des anciens élèves de l’école polytechnique de Paris.

Ducas, Sylvain (2000). Étude de cas de l'agglomération et de la municipalité de Stockholm, remis à la Ville de Montréal, au ministère des Affaires municipales et de la Métropole et à la Société d'habitation du Québec, 142 pages.

Fontant, J-M., Yaccarini, C. 1996. "Le Projet Angus: une expérience novatrice de mobilisation locale au cœur de Montréal", Économie et Solidarités, vol 28, no1, p. 65 à 81.

Fontan, J-M., Klein, J-L. et Tremblay, D-G. 1999 Entre la métropolisation et le village global, les scènes territoriales de la reconversion. Presses de l'Université du Québec. 325p.

Fontant, J-M., Yaccarini, C. 1999. « Le Technopôle Angus, un exemple communautaire de reconversion industrielle en milieu métropolitain ». In Entre la métropolisation et le village global, les scènes territoriales de la reconversion, sous la dir. de Fontan, J-M., Klein, J-L. et Tremblay, D-G. p. 269-288. Presses de l’Université du Québec.

Gouvernement du Québec (2001). Ministère des Affaires Municipales et de la Métropole. Cadre d’aménagement et orientations gouvernementales: Région métropolitaine de Montréal 2001-2021, 152 pages.

Gouvernement de l’Ontario, Ministère des Affaires municipales et du logement. 2000. Les Friches contaminées en vedette, Publication Ontario, Toronto.

Kline, Elisabeth (1997). Sustainable Community Indicators: how to Measure Progress, dans Roseland, Mark et al: Eco-city dimensions: healthy communities, healthy planet, New Society Publishers, chapitre 12.

Lévesque, B. Fontan, J-M. Klein, J-L. 1996. Les systèmes locaux de production: : conditions de mise en place et stratégie d'implantation pour le développement du Projet Angus UQAM, Service aux collectivités, Volume I : Rapport, 110p., Volume II : Annexes, 137p.

Office fédéral de l’aménagement du territoire de Suisse (1999). Aménagement du territoire et friches industrielles: utiliser les potentiels de développement, 10 pages.

Sénécal, Gilles et Saint-Laurent, Diane (1999). Espaces libres et enjeux écologiques: deux récits du développement urbain à Montréal, dans Recherches sociographiques, 40, no 1, jan-avril 1999, pp 33-54.

Sénécal, Gilles et Saint-Laurent, Diane. 2000. Les espaces dégradés : contraintes et conquêtes. Presses de l’Université du Québec, Saint-Foy, 272 pages.

US Conference of Mayors (2000). Recycling America’s Land: a National Report on Brownfields Redevelopment, 113 pages.Image7

Haut de page

Notes

1  Plusieurs termes sont utilisés pour identifier les friches industrielles. En français, le terme friche industrielle est le plus populaire. En anglais, on emploie surtout le terme « brownfield », bien que parfois l’expression «derelict land » soit aussi utilisée.

2  Demathieu, Pierre (1995).

3  Demathieu, Pierre (1995)

4  Sénécal et Saint-Laurent, 1999, p. 41

5  Source : www.govtech.net/magazine/local.us/november99/brownf.phtml

6  Source : site web de la municipalité d’Emeryville : www.ci.emeryville.ca.us

7  Source: http://www.ccnlaw.com/News/emeryville.html

8  Source: www.epa.gov/swerosps/bf/pdf/aemeryv.pdf

9  La base de données est consultable à partir de: http://www.ci.emeryville.ca.us/business/onestopshop.html

10  Source: www.hammarbysjostad.stockholm.se

11  Site web de The Natural Step: www.naturalstep.org

12  Orientation #3: Réhabiliter et mettre en valeur les quartiers anciens ou vétustes dans un objectif d'amélioration de la qualité de vie, de l'habitat, des équipements et des services collectifs ainsi que du patrimoine urbain et architectural en accordant la priorité au centre de l'agglomération.

13  Fontan, Yaccarini, 1996, p.68

14  La contamination du sol est due à la présence de métaux (plomb, cuivre et arsenic). Les concentrations dépassent de peu celles de référence du critère C du ministère de l’Environnement du Québec. Des poches de contamination à l’hydrocarbure sont également repérées. (Lévesque, Fontan et Klein, 1996, Volume II).

15  Lévesque, Fontan et Klein, 1996, Volume I, p.18

16  Fontan, Yaccarini, 1996, p.77

17  Office fédéral de l’aménagement du territoire (1999). Aménagement du territoire et friches industrielles: utiliser les potentiels de développement, 10 pages.

18  KLINE, Elisabeth (1997). Sustainable Community Indicators: how to Measure Progress, in ROSELAND, Mark et al: Eco-city dimensions: healthy communities, healthy planet, New Society Publishers, chapitre 12.

19  http://www.environnement.gouv.fr/villedurable/fiches/fiche26.html

site Internet Ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement de la France.

20  Sénécal et Saint-Laurent, Espaces libres et enjeux écologiques, 1999, p.37

21  Sénécal et Saint-Laurent, Espaces libres et enjeux écologiques, 1999, p.50

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1 Exemple de friches industrielles et reconversionsassociéesà celles-ci.
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/3812/img-1.png
Fichier image/png, 38k
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/3812/img-2.png
Fichier image/png, 56k
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/3812/img-3.png
Fichier image/png, 15k
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/3812/img-4.png
Fichier image/png, 15k
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/3812/img-5.png
Fichier image/png, 21k
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/3812/img-6.png
Fichier image/png, 18k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

France Dumesnil et Claudie Ouellet, « La réhabilitation des friches industrielles: un pas vers la ville viable? », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Volume 3 Numéro 2 | octobre 2002, mis en ligne le 01 octobre 2002, consulté le 23 août 2017. URL : http://vertigo.revues.org/3812 ; DOI : 10.4000/vertigo.3812

Haut de page

Auteurs

France Dumesnil

Claudie Ouellet

Maîtrise en sciences de l’environnement, Université du Québec à Montréal

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page