Navigation – Plan du site
Dossier : Les grands fleuves : entre conflits et concertation

Delta intérieur du fleuve Niger au Mali – quand la crue fait la loi : l’organisation humaine et le partage des ressources dans une zone inondable à fort contraste.

Marie-Laure De Noray

Résumés

Au Mali, entre Djenné, Mopti et Tombouctou, s’étend une vaste zone inondable : le delta intérieur du fleuve Niger. Un million de personnes vivent dans ce territoire d’environ 35 000 km2. Pêcheurs, éleveurs et agriculteurs exploitent tour à tour eaux et terres pour consommer et exporter les ressources du Delta. Une organisation sociale sophistiquée assure le chassé-croisé des uns et des autres en fonction de la hauteur de la crue.  Mais si le milieu bouge de façon cyclique au cours de l’année, il bouge aussi sur deux axes plus linéaires, intimement liés : celui de la dégradation du milieu naturel dû aux aléas climatiques et au fait de l’homme, celui des changements socio-économiques locaux, régionaux et mondiaux. Changements aux multiples effets sur l’équilibre homme-nature, changements auxquels l’homme doit s’adapter mais qu’il se doit aussi de limiter et de gérer.

L’article aborde l’organisation humaine ‘traditionnelle’ sous un angle à la fois historique et sociologique puis présente une analyse des changements naturels et humains qui s’opèrent dans le delta, et enfin situe présente les problématiques de développement et le rôle de la recherche scientifique dans l’appui à une gestion intégrée et efficace du delta dans l’avenir.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le Mali, pays continental d’Afrique de l’Ouest, représente bien souvent l’archétype du pays sahélien dans l’imagerie populaire des occidentaux. Le Sahel est synonyme de sécheresse, et par ricochet de famine, de pauvreté, de grande pauvreté. Ces derniers mots ne sont pas à nier, surtout depuis les trois dernières décennies. Mais ils ne recoupent qu’une partie du kaléidoscope naturel et humain que constitue ce vaste pays. On verra que l’on s’éloigne de ces clichés pour favoriser les maîtres mots : richesse – potentiel – organisation – diversité. Même si ces mots se nuancent de bémols qui cassent en partie l’harmonie générale.

2La richesse dont il est question ici a pour origine, et pour support le fleuve Niger. Et plus précisément le delta intérieur (on parle aussi de delta central) du fleuve Niger qui s’étend en une vaste zone inondable entre les villes de Djenné, Mopti et Tombouctou. Un million de personnes vivent sur  ce territoire d’environ 35 000 km2. Pêcheurs, éleveurs et agriculteurs exploitent tour à tour eaux et terres pour consommer et exporter les ressources du Delta. Une organisation sociale sophistiquée assure le chassé-croisé des uns et des autres en fonction de la hauteur de la crue.

Le Delta Intérieur du fleuve Niger

(photo. C. Coulon)

3Mais si le milieu bouge de façon cyclique au cours de l’année, il bouge aussi sur deux axes plus linéaires, intimement liés : celui de la dégradation du milieu naturel dû aux aléas climatiques et dans une moindre mesure à une pression anthropique, celui des changements socio-économiques locaux, régionaux et mondiaux. Changements – qu’il serait restrictif d’assimiler à la ‘modernisation’ – aux multiples effets sur l’équilibre homme-nature. Changements auxquels l’homme doit s’adapter mais qu’il se doit aussi de limiter et de gérer.

4Après avoir tracé quelques contours de ce qu’est, de manière générale, une zone d’inondation en Afrique sahélienne, nous aborderons le delta sous l’angle des relations entre l’homme et la nature et des problématiques engendrées. Il s’agit de l’homme en société, c’est-à-dire de la présence humaine organisée selon des règles et des usages qui assurent la survie et l’épanouissement de l’homme dans des sphères où physiologie, économie, philosophie, culture et spiritualité sont intimement liées. Dans un premier temps, on verra comment les gens du delta, ‘traditionnellement’, s’organisent pour vivre de leur environnement et pour se partager la ressource. Dans un second temps, on s’attardera sur l’adaptation des communautés et individus aux changements environnementaux et socio-économiques. On abordera enfin le rôle de la recherche scientifique dans le Delta, dans un objectif de gestion intégrée des ressources naturelles, en appui aux décideurs, usagers et intervenants du delta dans la formulation des problèmes et des recherches de solutions pour protéger tout en exploitant le mieux possible les richesses du delta.

Les zones inondables tropicales et leurs potentialités pour l’homme

5Les zones inondables en milieu sahélien sont riches, complexes et fragiles. Elles constituent des écosystèmes extrêmement productifs.  On retiendra parmi les multiples définitions, celle donnée par la Convention de Ramsar (instance internationale consacrée aux zones humides dans le monde), et dans un genre plus littéraire, celle apportée par le professeur J. Ki-Zerbo, historien burkinabé (in GEPIS, 2001).  La première définit les zones humides comme « des étendues de marais, de fagnes, de tourbières ou d’eaux naturelles ou artificielles, permanentes ou temporaires, où l’eau est stagnante ou courante, douce, saumâtre ou salée, y compris des étendues d’eau marine dont la profondeur à marée basse n’excède pas six mètres. » (p.5)

6Pour définir plus précisément les zones humides tropicales d’origine fluviale, Joseph Ki-Zerbo dans une approche large et visuelle, dit ceci : » les plaines d’inondation constituent à travers le Sahel une réalité massive qui va des mares jalonnant les bas-fonds jusqu’aux bassins fluviaux ou lacustres. Ces écosystèmes d’envergures variées obéissent à un rythme cyclique et saisonnier qui déclenche et module la vie dans son déploiement végétal, animal et même minéral. (…) dans l’espace dépouillé du Sahel, les plaines d’inondation rappellent les oasis du désert et préludent aux espaces verts de la zone guinéenne. Et c’est justement ce caractère d’espace médian, d’interface entre plusieurs écosystèmes, mais doté abondamment de la denrée rare que constitue l’eau, qui fait des plaines d’inondation au Sahel des lieux de complexité dynamique et d’opportunités. »

Une zone inondée du delta intérieur du fleuve Niger

(photo C. Coulon)

Figure 1. Le delta intérieur du fleuve Niger.

  • *  : Pour citer quelques zones inondables en Afrique, on peut évoquer la plaine inondable du fleuve L (...)

7Une plaine inondable, c’est un site qui fait partie de ce qu’on appelle les zones humides. En Afrique, il existe une vingtaine de zones humides d’envergure, c’est-à-dire suffisamment conséquente en terme écologique, économique et social pour que l’état dont elle dépend et les organismes internationaux de référence s’en préoccupent*. Certaines se situent sur le littoral, il s’agit notamment de lagunes ou de mangroves, et d’autres s’étendent à l’intérieur des terres ; ce sont en général des plaines inondées par les fleuves et cours d’eau. Elles sont très riches sur le plan écologique, - faune et flore abondent -, et se caractérisent par grande biodiversité. Sur le plan de l’exploitation, on est en présence de trois systèmes de production : pêche, élevage, agriculture. Très riches aussi sur le plan humain, les populations nomades et sédentaires s’y rencontrent. S’exerce alors un chassé-croisé de pécheurs, d’éleveurs, d’agriculteurs en fonction de la hauteur d’eau, et donc en fonction des saisons. Ainsi quand la plaine est en eau, les pêcheurs investissent les lieux. Quand l’eau se retire, viennent alors aux mêmes endroits les éleveurs transhumants, d’ethnie peule pour la plupart. Enfin, sur les îlots de terre ou en bordure de la zone inondable, on trouve quelques villages installés par des sédentaires.

Le delta intérieur du fleuve Niger : la crue et l’Homme

8Le delta intérieur du fleuve Niger (figure 1) constitue un cas fortement exemplaire. D’une surface de 40 000 hectares en inondation maximale c’est la plus vaste zone humide d’Afrique. D’autant plus particulière qu’elle fonctionne encore de manière très naturelle. Entendons par là que ce delta a été, jusqu’à présent, très peu aménagé par l’homme et que son fonctionnement hydrologique est encore très naturel. En effet, le site n’a pas – ou peu – subi de modifications notables par la construction d’ouvrages ou par des aménagements, dont la vocation serait de maîtriser la hauteur du fleuve Niger et la superficie d’inondation par le déclenchement de crues artificielles.

9Les recherches hydrologiques récentes montrent cependant que le site subit plus fortement qu’il n’y paraissait les effets du barrage de Sélingué, situé bien en amont (environ à 600 km de l’entrée du delta). Le cas est exemplaire aussi pour des raisons démographiques. Le delta est une zone suffisamment peuplée - par l’homme et par une faune des plus variées - pour que l’observateur puisse en tirer des leçons sur les réalités complexes du lien homme-nature dans une région au milieu changeant.

Histoire de l’organisation humaine

10La présence de l’homme dans le delta n’est pas récente à en croire ces peintures rupestres découvertes dans les années 80 dans le site nommé Aire Soroba, dans la région dite des lacs centraux. On y voit des hommes, des bovins, des poissons, des scènes de chasse (à l’autruche, notamment) ainsi que des pirogues emplies d'hommes et de harpons. Ce qui laisse à penser que ces activités productives sont inhérentes depuis toujours à la présence de l’homme dans la région. Mais hormis la découverte des grottes portant ces traces, peu de recherches ont été entreprises à ce jour pour définir plus précisément les contours de la vie humaine dans le delta à l’époque du néolithique et lors des premiers siècles de notre ère ; la datation de ces peintures rupestres telle qu’elle est permise à ce jour inscrit leur réalisation autour des Vième, VIIième ou VIIIième siècle.

11On peut avancer que depuis l’indatable nuit des temps, le delta est parcouru par des groupes d’éleveurs nomades ou  plus précisément pour la plupart, transhumants, la différence se situant dans l’existence d’un point d’ancrage, village ou hameau à forte référence historique et culturelle, que l’on rejoint épisodiquement (au maximum, une fois l’an, mais selon les distances à parcourir pour assurer aux troupeaux un pâturage convenable, les Peuls transhumants peuvent passer plusieurs années sans revenir à leur point d’origine.. Depuis le IXième siècle, les villes de Djenné et Tombouctou, villes phares situées aux portes du delta, regroupent une population sédentaire et attirent de nombreux voyageurs, commerçants, intellectuels, porteurs de culture et de spiritualité.

12Le delta et ses villes s'imposent tout au long du Moyen Âge comme lieu de carrefour entre le Maghreb et l’Afrique noire. L’Islam s’y installe et rayonne à Tombouctou, Djenné ou encore Hamdallaye (ville aujourd’hui disparue), les universités et médersas (collèges coraniques) attirent des milliers d’étudiants et de professeurs. Moins connue est l’existence de ces communautés juives, venues d’Espagne andalouse, région qui tisse alors des liens intellectuels avec Tombouctou, qui s’installèrent au XIVème siècle dans la ville sainte de Tombouctou (Haïdara, 1998). Une preuve de plus de l’interculturalité des lieux.

13À l’intérieur du delta, en milieu rural, la vie humaine s’organise et se gère en fonction des saisons, elles-mêmes déterminées localement par le rythme de la crue annuelle. Dans le delta, l’homme est subordonné à la nature est aux caprices de l’eau. L’eau, par sa présence, son absence et les multiples degrés de son niveau, dicte à la société ses règles de vie, son code du savoir-vivre-ensemble. Ici, le terroir se partage selon une répartition qui donne autant d’importance au temps qu’à l’espace (Poncet, 2000). Autour d’un même point géographique s’alternent période de pêche avec comme exploitants principaux les Bozos (communauté ethno-professionnelle entièrement tournée vers l’exploitation du fleuve), et période de pâturage pendant laquelle les lieux sont investis par les Peul, ethnie présente dans toute l’Afrique de l’Ouest dont la spécialité est l’élevage selon un mode de vie favorisant nomadisme et transhumance. À moyen terme l’espace peut être cultivé par les uns et par les autres, ou encore par les Marka, installés dans des villages exondés. Dans le delta, on produit essentiellement du riz rouge (oryza glaberima), une espèce traditionnelle de riz flottant.

14Pour se répartir sans heurts l’exploitation des ressources en fonction du temps et de l’espace depuis bien longtemps, éleveurs et pêcheurs ont confié aux ‘maîtres des terres’ (ou ‘dioro’, en langue peule) et aux ‘maîtres des eaux’ (titre bozo) et à leurs différents ministères, le soin d’ériger des règles et des arrêtés saisonniers  et de les faire respecter, à tour de rôle, au rythme de l’eau. L’enjeu est important, il s’agit d’assurer la paix sociale, l’harmonie entre l’homme et la nature et la régénération des ressources et des sols. Les règles et les arrêtés permettent entre autres d’éviter les pillages anarchiques des lieux de ponte ou de frayage des poissons, par exemple ou de veiller à une répartition équitable des meilleurs pâturages, d’une année sur l’autre. La Dina, sorte de constitution imposée dans toute la région du delta, par le chef musulman Cheik Amadou, au 19e siècle (à partir de 1818), a régi avec précision l’organisation des pouvoirs.

15L'organisation humaine -sociale, économique et politique- tend toute entière vers une recherche d'équilibre entre l'homme et la nature, et non pas vers la recherche sans concession d'agrandissement de son territoire. Ce respect est la condition sine qua non de la présence de l'homme dans cette zone où l'eau, la crue du fleuve, décide de la praticabilité et de l'exploitation des lieux. La gestion des conflits est une des caractéristiques principales de la vie sociale du delta (Barrière, 2002), d'où une répartition des pouvoirs à la fois complexe et rigide. Sophistiqué pourrait-on dire. Car ici la notion d'espace territorial est bien plus compliquée que dans une région écologiquement stable, occupée par des sédentaires. D'autant plus complexe que le pouvoir moderne, centralisé autour d'un état-nation, impose et superpose d'autres prérogatives et hiérarchies.  Rappelons, que cette organisation actuelle des pouvoirs a été précédée par un système hautement ‘administratisé’ mis en place par le colonisateur (la France). Le pouvoir colonial, vu la complexité de l’organisation traditionnelle des pouvoirs dans le delta, s’est assez peu imposé dans la zone et n’a drainé que très peu de nouveautés. Les grands changements étant intervenus lors des siècles précédents avec l’arrivée de l’islam, et plus particulièrement à son apogée, sous Cheikh Amadou.

L’organisation de la production

16En fonction de ses caractéristiques de zone inondable, le delta intérieur du fleuve Niger a vu se développer une activité humaine calée sur le rythme de la crue. Activité organisée autour des trois systèmes de production : pêche, élevage, agriculture. Pêche quand l'eau est présente, agriculture et élevage quand l'eau se retire et fait place à des sols fertiles et longtemps humides. Un changement d'activité qui entraîne un roulement de groupes ethnoprofessionnels, chacun spécialisé dans l’exploitation d’une ressource.

17Les modes de vie dans le delta relèvent d’un souci prioritairement écologique. L’organisation humaine est volontairement soumise aux aléas du fleuve. Cela répond plus à une nécessité qu’à un choix politique ou culturel. La présence de l’homme est conditionnée au respect et à la soumission qu’il témoigne à la nature et à ses fonctionnements, il en est bien conscient, et c’est peut-être cette philosophie qui fait le lien entre les individus et les sociétés du delta, aussi plurielles soient-ils.

Le cas de Walado, une illustration de l’organisation autour de l’activité « pêche »1

  • 1  Cette section sur Walado est une reprise du texte intitulé ‘Faubourg bozo’ paru dans l’ouvrage ill (...)

18L'exemple de Walado-daga – le mot daga, en langue bozo signifiant campement – est riche d’enseignement en ce qui concerne l’organisation de la population. On y voit comment les pêcheurs, à partir d’une organisation performante et efficiente, excellent dans l’exploitation de la crue annuelle.

19En hautes eaux, Walado est un village comme les autres. Une cinquantaine de concessions familiales se répartissent autour de ruelles à peine plus larges qu’une carrure de pêcheur. Un village que l’homme a gagné sur les eaux, en charriant du banco. Un village bien bozo, avec ses filets pendus, jetés, étalés, sa petite mosquée en forme d’obus à moitié fondue.

20Mais à la décrue, c’est la métamorphose. Sur les rives du Diaka, Walado déroule alors deux longs rubans de terre que viennent investir des migrants pêcheurs. Ils sont des milliers à s’installer côte à côte sur ces kilomètres de berges que l’on nomme Walado-daga. Une ville éphémère qui grandit, puis décline au rythme de l’eau, au rythme du poisson. Et finit engloutie. Une ville ouvrière où le temps est compté ; on y vient pour pêcher et non pas pour rêver. On produit là ce qui fera l’année entière. Plus on se donne à Walado, moins la vie est dure entre deux campagnes. Une ville minière : dans une même et immense carrière d’eau, chacun cherche sa part. Les fonds sont prospères, mais à force d’être partagée, la ressource s’épuise. Une ville qui connaît ses balises, ses règles, ses interdits. Où la vie s’organise selon une hiérarchie. Walado-daga a six quartiers bien délimités. Chacun d’eux correspond à une aire d’origine. L’ensemble du campement a son responsable. Bréhima Sinayogo, lui-même chef du quartier des ressortissants de Pondori, près de Djenné, occupe cette fonction depuis une trentaine d’années. Son rôle consiste en premier lieu à représenter la population du campement devant l’administration et plus précisément devant le percepteur. Il est aussi le porte-parole du campement devant le village autochtone de Walado. Pour tout ce qui concerne la pêche, c’est-à-dire l’essentiel, les décisions émanent en premier et dernier ressort du maître des eaux de Walado. C’est lui que les saisonniers viennent saluer en premier, et c’est auprès de lui qu’ils s’enquièrent des recommandations, des mises en garde et interdictions pour toute la saison. Une inscription en quelque sorte, où l’on s’engage moralement et devant la communauté à respecter les usages des hôtes ; la contribution est faible comparée à l’intérêt des lieux. A Walado, les eaux sont si fertiles que les migrants restent aisément jusqu’en juillet. Ils cohabitent alors pendant plusieurs mois avec les éleveurs, attirés eux aussi par ces lieux que la nature a si bien dotés. Une fois inscrite, la famille organise son lieu de vie : on dresse les cases en paille, on creuse dans le sol un espace protégé qui servira de cuisine. Enfin, les mieux équipés hissent une perche de bambou surmontée d’une antenne. Une fois installé, chacun vaque à ses occupations. On sort les nouveaux filets, on prépare les engins de pêche, on compare les prix, les origines, les qualités. Cette année, on penche plutôt pour le fil coréen, plus abordable que le japonais. Les faiseurs de plombs démontent les batteries récupérées pour l’occasion, fondent à même le feu les barrettes de métal et versent à la cuillère le liquide gris dans des trous creusés au bâtonnet dans une bassine de terre compactée. Ne pas oublier la paille de mil, laquelle une fois enlevée permettra de passer le fil. L’opération est délicate, elle demande une certaine dextérité.

Marché aux poissons dans le Delta intérieur du fleuve Niger

(photo  : G. Coulon)

21En attendant le poisson, les femmes préparent les fumoirs : de larges grilles posées au-dessus d’un feu entretenu et maîtrisé pour régler la fumée.

22A Walado, on ne récolte pas n’importe comment. Ici, les règles de pêche inspirent encore le respect. Pour assurer une reproduction décente, on interdit aux pêcheurs de prendre des poissons trop jeunes. Il ne s’agit pas de vérifier les prises après chaque sortie de pêche, mais d’imposer quelques règles sur le choix des filets et des techniques. On interdit les mailles trop fines ainsi que les grands filets, tels qu’éperviers ou sennes. Des garde-fous de bon aloi qui n’altèrent pas l’intense activité du campement. De jour comme de nuit, le poisson est débarqué, trié. Vendu frais, au cours du jour imposé, aux collecteurs venus spécialement de Mopti en pirogue à moteur, ou bien traité en vue d’être séché ou fumé. On en réserve aussi à la famille, pour la consommation du jour. Ici, on a toujours un poisson à la main. Les enfants grignotent la chair fumée à longueur de journée, et la préfèrent aux beignets.

23Ce faubourg est une vraie fourmilière. Il y règne pourtant une indicible nonchalance. La vie court sans trop de heurts, l’ambiance est conviviale. D’ailleurs, on ne néglige pas les temps de loisirs entre les efforts. Dès que la nuit tombe, les experts en modernisme s’évertuent à régler les vieux écrans de télévision pour offrir aux dizaines de regards absorbés les images de la capitale ; on commence par le journal télévisé, puis on enchaîne par Top Etoile ou autres variétés qui donnent quelques nouvelles idées pour les samedis soirs. Au campement de Walado, on est assez nombreux pour se divertir, alors on organise des bals et des concerts, on sort les balafons et les sonos à piles. On invite les jeunes du village, les sédentaires qui n’attendent que ça. On peut aussi se retrouver au cinéma : salle en plein air aux murs de paille où se joue sur un drap blanc des Rambo et des drames sentimentaux.  Quand l’eau vient à monter, le campement à nouveau s’amenuise. On repart en convoi au village natal. Repos, champ et pêche occuperont les journées, jusqu’au prochain retour.

Les changements, l'adaptation aux changements et le développement.

Quand l’environnement se fait plus rude…

24Si l'homme, contrairement à d'autres zones riveraines du fleuve Niger, est peu intervenu par de grands aménagements (comme dans la zone dite de l'Office du Niger, plus en amont, au sud-ouest) l'environnement a quand même subi, ces dernières décennies, des modifications. On pense dans un premier lieu, au climat. Avec la grande sécheresse qui a sévi dans tout le Sahel à partir de 1974 et qui s’est installée de façon récurrente dans les années 80, l’équilibre qui assure le renouvellement des ressources s’est vu sérieusement bousculé. On constate que depuis cette époque, il y a moins d’eau dans le delta. La crue dure moins longtemps, l’eau monte moins haut et se retire plus rapidement qu’avant. L’inondation couvre donc une superficie moindre de sol cultivable ou pâturable. En terme hydrologique et climatologique, cette tendance s’annoncerait inexorable, même si ponctuellement le fleuve réserve quelques surprises. L’année 1994, par exemple, a connu un niveau de crue exceptionnellement haut, à la surprise des habitants du delta. Beaucoup d’inondations, et avec elles, des récoltes perdues, du bétail noyé, des villages détruits, et une épidémie de choléra qui a tué, dans un silence médiatique, plusieurs centaines de personnes, en premier lieu des enfants.

25Le niveau des basses eaux, en saison sèche, est artificiellement maintenu par des lâchers  depuis le barrage de Sélingué, en amont de Bamako, à quelque six cents kilomètres de l’entrée du delta, vers Djenné. Ce barrage assure la fourniture électricité de la capitale, depuis 1981. Sans ces lâchers, le fleuve aurait très probablement été à sec plusieurs fois durant les années 80 et 90. La vigueur de la saison des pluies en amont, au sud de la zone sahélo-soudanienne est sans doute la principale raison de cette forte crue, qui n’a pas eu, depuis d’équivalent dans le delta.

26Les hommes ont dû s’adapter et, si l’on s’en réfère tant à leur comportement qu’à leur discours (Noray et Coulon, 2000), comprennent peu à peu que l’équilibre garant d’harmonie et de bien-être est bel et bien précaire. Moins d’eau moins longtemps, cela veut dire moins de lieux de pêche, mais aussi moins de terres arrosées qui donnent de bons pâturages et de des bons sols à cultiver. Pour survivre sans avoir à quitter le delta, les uns et les autres ont opté pour la diversification. Les pêcheurs parallèlement se mettent à cultiver, irriguant là où, avant, ils trouvaient de l’eau naturellement. Le petit élevage s’est bien développé. Chèvres, moutons, volailles, assurent de quoi enrichir le plat de riz ou de mil quand la carpe, le silure ou mieux : le gras et savoureux capitaine viennent à manquer. Un bon nombre de villageois ou nomades ont opté pour la ville et ses multiples métiers. Ils y vont quelques mois, entre deux saisons de pêche.  Aujourd’hui, le thème de la diversification est à l’ordre du jour de bon nombre de réunions villageoises, quelles soient animées ou non par des associations d’aide au développement. Ce qui fournit un beau sujet pour les sporadiques conflits de génération.

27Les difficultés de vie des uns et des autres donnent lieu à plus de conflits.  Conflits de terres et d’eaux quand les troupeaux arrivent trop tôt, pataugent dans les mares et cassent les filets de pêche. Entre droit coutumier et droit moderne, celui des codes foncier ou civil érigés par la Nation, il est bien difficile pour le juge de choisir (voir plus bas section sur le portrait et témoignage d’un magistrat du delta ). On assiste à une superposition du droit malien et des droits coutumiers qui eux-mêmes sont souvent en désaccord. S’y ajoutent de nouveaux problèmes de droit lié aux changements, à de nouvelles pratiques culturales, par exemple. Se pose la question –  et dans un moyen terme, la nécessité –  de se doter d’un droit plus adapté, qu’il reste à inventer (Barrière, 2002).

Quand les besoins de l’homme augmentent

28Il n’y a pas que le climat et l’environnement naturel qui changent, les aspirations humaines elles aussi évoluent et s’adaptent aux nouveaux besoins. Besoin d’argent pour payer des filets de pêche plus performants, pour acheter les semences, les engrais, pour s’offrir un poste de radio, et peut-être même une télévision. Un toit en tôle, et surtout, un moteur qu’il soit sur roue ou sur pirogue. Le transport des biens et d’hommes va bon train. Les éleveurs  nomades sont moins enclins à dépenser dans ce que la modernité fait miroiter. Ils préfèrent avant tout acheter des têtes de bétail, le seul patrimoine qui vaille pour assurer un héritage à la descendance.

La saison sèche dans le delta intérieur du Fleuve Niger

(photo : C. Coulon)

29Chez les Peul éleveurs, une chose change cependant profondément : on voit de plus en plus souvent des transhumants non-propriétaires des troupeaux avec lesquels ils vivent. Les propriétaires sont de grands commerçants des villes, investissant dans un troupeau  pour des raisons aussi diverses raisons que le prestige, l’éloignement du placement, la tradition retrouvée lorsqu’il s’agit de personnes ayant des origines dans la région. Beaucoup de bergers-éleveurs-propriétaires se sont vus obligés de vendre ce qui leur restait de leurs troupeaux décimés par la sécheresse parce qu’ils ne pouvaient assurer leur survie avec si peu d’actifs. Ils ne quittent pas pour autant ‘leurs’ vaches, celles qui ne leur appartiennent plus.

30Le tourisme compte lui aussi parmi les nouvelles voies d’exploitation du delta. On l’a dit plus haut, la présence de voyageurs dans le delta est une réalité très ancienne. Aujourd’hui, c’est à travers le tourisme que cette présence se manifeste. Le delta, de par la beauté naturelle et majestueuse de ses lieux, de par sa profusion d’oiseaux et sa riche diversité culturelle, et sa proximité du pays Dogon, haut lieu touristique du Mali a des atouts pour le développement d’un écotourisme. Des initiatives privées se multiplient et les associations locales commencent à réfléchir à une exploitation autogérée de cette ressource.  Il est trop tôt pour en capter de réels résultats, mais quelques indices montrent un développement relatif. Sur le port de Mopti, par exemple, on constate que le nombre de pinasses de transport réaménagées pour de petits groupes de touristes, est en pleine croissance depuis environ cinq ans (de trois ou quatre cas isolés, on passe aujourd’hui à un parc de plusieurs dizaines). Les infrastructures d’accueil (campements, hôtels, etc.) ne se développent en revanche que très lentement.

Portrait et témoignage d’un magistrat du delta : une illustration de la complexité de la gestion foncière dans le contexte actuel2.

  • 2  Cette section est une reprise du texte intitulé ‘Le juge, les hommes et la terre’ paru dans l’ouvr (...)

31« Que dois-je faire ? Appliquer le droit coutumier et aller à l’encontre de mes principes, ou bien m’en remettre aux textes de loi, c’est-à-dire à moi-même puisque, en matière de foncier, le juge est livré à lui-même. De toute façon, la loi elle-même me renvoie au droit coutumier. Le problème est de savoir en quoi peut consister la règle coutumière applicable à ce cas précis. Le propre de la coutume, c’est l’oralité. La règle change en fonction de l’ethnie, de la localité et bien souvent en fonction de critères impossibles à appréhender de l’extérieur. Dans ces conditions, il est impossible d’avoir une jurisprudence fiable. Je plonge encore une fois dans le code domanial et foncier. Je n’ai pas rêvé : à part l’article 127 qui m’indique que « les terres non immatriculées détenues en vertu des droits coutumiers font partie du domaine privé de l’Etat », je ne vois rien d’autre à mettre dans la balance. Allez expliquer au paysan du delta que ses terres ne lui appartiennent pas puisqu’il n’a pas de matricule. Il vous rira au nez, vous traitera de faux frère. Ici, on ne fait pas immatriculer ses terres, parce qu’on ne sait pas qu’il faut le faire, parce que de toute façon la démarche est trop compliquée et qu’en plus on est déjà propriétaire ou utilisateur, devant les siens, devant les anciens, et devant Dieu. Voilà. »

32Etre président du tribunal à Mopti n’est pas une sinécure. Mais Sékou Koné n’en est pas à sa première difficulté. C’est lui qu’on avait envoyé à Goundam, ville du nord du delta, pour remplacer au pied levé le juge assassiné. C’était en 1992, pendant la rébellion. Là-bas, il risquait sa vie ; ici, au pire, c’est-à-dire chaque jour, il voit ses décisions allègrement détournées, ignorées. Rien de vraiment terrible. D’autant plus qu’il ne croit qu’à moitié à tout ça. Trop de lacunes dans ce droit foncier moderne, trop de distance avec les réalités du delta, trop de confiance dans le droit coutumier. Il y a bien des assesseurs de différents bords sensés maîtriser les coutumes foncières. Encore faut-il qu’ils se présentent, et le cas échéant que leurs compétences correspondent au conflit en question. Il faut dire que l’indemnité est bien peu motivante pour ces fonctionnaires en retraite, plutôt notables, choisis par le délégué du gouvernement [nouveau titre du commandant de cercle].

33Venons-en à l’affaire du jour. L’affaire « Sambourou-Tié-Tamboura et autres, contre Ousmane Sidibé ». Très compliquée, comme toujours. L’histoire a commencé il y a vingt ans, près de Sarémala, à une vingtaine de kilomètres au sud de Mopti. Le terroir de Waldou avait fait alors l’objet d’un litige entre ces deux familles : l’une d’agriculteurs, l’autre d’éleveurs. C’est le commandant de cercle qui avait alors tranché : les uns auront le Nord, les autres le Sud. Les années passent. Les agriculteurs continuent à gérer l’espace puisque, de toute façon, les Sidibé, éleveurs peuls comme l’indique leur patronyme, ne sont presque jamais sur leurs terres. Les requérants sont des Rimaïbé, agriculteurs de métier.

34En 1995, les choses s’enveniment, le dossier s’alourdirait de coups et de blessures, et même d’un assassinat. Le tribunal saisi rappelle que la décision du commandant de cercle avait été considérée comme définitive, la cour d’appel alors sollicitée avait confirmé. Mais les parties ne sont pas plus avancées en ce qui concerne la zone centrale du terroir  : la répartition Nord-Sud si bien confirmée n’avait en effet jamais précisé où finissait le Nord et où commençait le Sud...

35« Le problème aujourd’hui est de savoir si l’endroit du litige fait partie de Waldou Nord ou de Waldou Sud. En général, je ne laisse pas les parties s’égarer dans de tels méandres. Mais aujourd’hui le conflit concerne quatre ou cinq nouvelles plaines à exploiter. Je me suis rendu sur le terrain, j’ai fait tracer des cartes. Et maintenant je ne sais pas quoi faire de l’avis des techniciens… »

36En fait, l’avis n’a rien de technique : il rappelle que le droit coutumier lègue les terres aux Peuls, et ne donne qu’un droit d’usage à ceux qui sont sur place. La balance penche donc du côté Sidibé.

37Mais le juge travaille en grand angle. Les Sidibé n’ont jamais habité la zone en question. Ce sont les Rimaïbé, ces hommes de caste qu’on appelle encore les anciens esclaves, qui revendiquent la terre. Une terre assez riche pour donner aux Sidibé l’envie de la récupérer. Esclaves ou métayers, qu’importe. Ce sont les Rimaïbé qui l’ont retournée, qui l’ont travaillée. Ils la vivent et vivent d’elle depuis toujours. Aujourd’hui ils ont décidé pour de bon qu’ils ne la rendraient pas.

38Comment statuer ? Il faut trouver un compromis. Essayer de ne pas saper le labeur des uns, sans pour autant exproprier les autres… Aménager peut-être un droit d’occupation et d’usage. Faire pour le mieux. Oui, mais comment ?

39Sékou Koné n’est ni peul, ni rimaïbé, ni bozo. Il n’est pas du delta. Il est sénoufo et vient du Sud, de Lougouani exactement, village situé à plus de cinq cents kilomètres de Mopti. Il reste quelques jours pour emplir la balance. En attendant jeudi, jour où l’affaire, parmi tant d’autres, sera présentée en audience ordinaire, le Président Koné pourra toujours rêver de champs carrés bien clôturés.

L’avenir du delta : les questions de recherche et de développement

40Par bien des côtés, le delta est un pays de cocagne au milieu du Sahel. Par bien des côtés aussi, il apparaît fragile et dépendant de ce que l’homme veut bien en faire. Parce qu’aujourd’hui, l’être humain a la capacité technique d’aménager le site, de modifier les mouvements de l’eau, la mécanique presque magique du fleuve. Beaucoup d’autres sites ont été ainsi transformés pour des cultures intensives de riz ou pour une production électrique.

41Depuis les années 60, chercheurs et techniciens se sont investis dans cette région d’eau, véritable laboratoire pour les sciences de l’eau, les sciences de la vie végétale et animale, ainsi que pour les sciences humaines. Des années de recherche d’abord par discipline puis dans une démarche pluridisciplinaire qui répond à la nécessité de mener ce que l’on appelle une gestion intégrée des ressources naturelles. La modélisation intégrée du delta et sa présentation sous forme de maquette informatique (conçue par l’IRD- Institut français de recherche pour le développement, en 1999 et 2000) traduit une volonté de synthèse et de restitution scientifique de la part des chercheurs maliens et étrangers, mais aussi la prise en compte de l’importance des la recherche pour aider décideurs et usagers à prendre les bonnes options de développement. Se posent aujourd’hui de grandes questions sur le devenir du delta. Ces questions font l’objet depuis plusieurs années de concertation entre organismes publics et privés, locaux, nationaux et internationaux. Faut-il l’aménager, en privilégiant une exploitation intensive mais restrictive de ses ressources, du riz en l’occurrence ? Faut-il se contenter de mesures écologiques, sites par sites, pour appuyer ou restaurer ça et là les fonctionnements naturels de cette zone d’inondation ? Des interrogations cruciales pour l’avenir du delta. A une échelle de temps plus réduite, décideurs, chercheurs et exploitants du delta sont de plus en plus amenés à se concerter pour poser les questions les plus pertinentes, et tenter ensemble d’y répondre. Comment observer et analyser le partage effectif  de la ressource entre les différents usagers ? Comment gérer l’étiage pour assurer le maintien minimum de ressource nécessaire à certaines activités ? Comment réguler le volume d’eau disponible ? Comment prévenir ou parer les problèmes de pollution, de qualité d’eau, de nuisibles, de salinisation des sols, d’ensablement ? Peut-on prévenir et gérer les éventuelles catastrophes naturelles et leurs répercussions sur les villes riveraines de plus en plus peuplées ? Les questions sont innombrables et les réponses doivent tenir compte d’intérêts multiples et parfois contradictoires. Mais le jeu en vaut la chandelle, car le delta, de par la diversité et la complémentarité de ses ressources, peut contribuer massivement à l’autonomie alimentaire du Mali.

Haut de page

Bibliographie

Barriere Olivier, BARRIERE Catherine « Un droit à inventer. Foncier et environnement dans le delta intérieur du Niger (Mali) » Ed. IRD, Paris 2002

GEPIS – Groupe d’experts sur les plaines d’inondation sahéliennes « Vers une gestion durable des plaines d’inondation sahéliennes » UICN –Bureau d’Afrique de l’Ouest, CH-Gland, 2000.

Haidara Ismaël « L’histoire des Juifs de Tombouctou au XVIème siècle » Ed. Donniya, Bamako, 1998.

Noray (de) Marie-Laure, COULON Gilles, ss dir° de ORANGE Didier « Delta. Vivre et travailler dans le Delta intérieur du fleuve Niger au Mali » Ed. IRD (France) et Donniya (Mali). 2000.

Orange Didier & alt. « Gestion intégrée des ressources naturelles en zones inondables tropicales » editions IRD, coll. ‘Colloques et séminaires’ Paris 2002

Pirot Jean-Yves, MEYNELL P., ELDER D. « Ecosystem management. Lessons from around the world. A guide for development and conservation practitioners. » UICN, CH-Gland, 2000.

Poncet Yveline, »  Les temps du Sahel ». Editions IRD, Paris 2000.

Haut de page

Notes

*  : Pour citer quelques zones inondables en Afrique, on peut évoquer la plaine inondable du fleuve Logone au Nord-Cameroun (Waza-Logone), la vallée du Sénégal (écologiquement, très dégradée), la vallée de la Tana (Afrique de l’Est), certaines parties du Zambèze, notamment le haut Zambèze en Zambie (Barotse floodplain). En définitive, on pourrait citer toutes les plaines d'inondation de fleuves tropicaux soumis à une forte saison des pluies dans la partie haute du bassin.

1  Cette section sur Walado est une reprise du texte intitulé ‘Faubourg bozo’ paru dans l’ouvrage illustré ‘Delta’ (Noray coll., 2000), p.26 et suite.

2  Cette section est une reprise du texte intitulé ‘Le juge, les hommes et la terre’ paru dans l’ouvrage illustré ‘Delta’ (cité plus haut), p.32 et suite.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Laure De Noray, « Delta intérieur du fleuve Niger au Mali – quand la crue fait la loi : l’organisation humaine et le partage des ressources dans une zone inondable à fort contraste. », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Volume 4 Numéro 3 | décembre 2003, mis en ligne le 01 décembre 2003, consulté le 26 juin 2017. URL : http://vertigo.revues.org/3796 ; DOI : 10.4000/vertigo.3796

Haut de page

Auteur

Marie-Laure De Noray

Sociologie et communication appliquées au développement, 4, rue Germain 34000 Montpellier, 33-4 67 02 83 03  /  33-6 16 51 86 53   mldenoray@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page