Navigation – Plan du site
Dossier : Les grands fleuves : entre conflits et concertation

Le Nil, l’Égypte et les autres

Jacques Bethemont

Entrées d’index

Lieux d'étude :

Afrique
Haut de page

Texte intégral

1L’Egypte s’est toujours identifiée au Nil, et pour envisager les problèmes du fleuve il faut partir de ce pays et y revenir, parce qu’il a été le seul utilisateur des eaux du fleuve durant quatre millénaires. Aujourd’hui, s’il en reste le principal usager il n’en a plus le monopole, alors que ses besoins en eau ne cessent de croître. De là une politique qui passe tantôt par les grands travaux gages de paix, tantôt par des grandes manœuvres politiques qui ne laissent pas d’inquiéter.

2En janvier 1963, le colonel Nasser définit le rôle du barrage d’Assouan à l’occasion de sa mise en eau  : un ouvrage d’une longueur de 3 600 mètres pour une hauteur de 111 mètres et une largeur de 40 mètres à la crête contre 980 mètres à la base, complété par une usine hydroélectrique d’une capacité de 2 100 MW et commandant une retenue de 162 km3 pour une superficie maximale de 6 540 km2. Cet ouvrage colossal répondait dans l’idée de ses promoteurs, à de multiples objectifs : régulariser le débit d’un fleuve dont les variations interannuelles ont toujours été une source d’inquiétude ; légitimer un régime né de la conjonction d’un mouvement populaire et d’un coup d’Etat militaire ; satisfaire dans un contexte de forte croissance démographique, la demande du secteur primaire afin d’assurer l’autonomie alimentaire du pays en augmentant la surface irriguée qui se confond ici avec la surface cultivée ; régler définitivement le contentieux qui oppose l’Egypte au Soudan s’agissant du partage de la ressource en eau. En somme, la réalisation du Haut-barrage devait résoudre tous les problèmes de l’Egypte et Nasser de conclure : « Avec la construction du Haut-Barrage, l’Egypte ne sera plus l’otage des pays situés à l’amont du Nil ».

3Quarante ans après la mise en œuvre d’un ouvrage présenté tantôt comme le témoignage du dynamisme égyptien, tantôt comme une œuvre pharaonique d’un intérêt contestable, il est encore difficile de faire le partage entre les deux registres de l’économie et du phantasme. Mais l’Egypte n’est pas seule en cause et la question des eaux du Nil et de leur partage entre les pays riverains est devenue une source de tensions et de conflits latents qui pourraient dégénérer dans un avenir proche.

Figure 1. Le bassin du Nil, régime, aménagements et territoire cultivé en Égypte. Cartographie : M. Trémélo, CNRS UMR 5600, 203

Régulariser le débit du fleuve

  • 1  Cf. Genèse  XLI 1-36

4Le Nil est un fleuve complexe (figure.1), ne fut-ce que par sa longueur (6 671 km) et par la superficie de son bassin versant (2 850 000 km2), deux données qui contrastent avec la médiocrité de son débit mesuré à Khartoum, soit 2 500 m3/s. En fait, l’apport moyen annuel évalué à 84 km3 sur ce même site, peut varier de 34 (1947) à 120 km3 (1878) selon les années de faible ou forte hydraulicité. Et comme l’essentiel des débits s’écoule entre août et novembre avec un maximum marqué correspondant au mois de septembre, ces écarts se traduisent très vite par des étiages et des crues également catastrophiques1. Ce régime contrasté dont les débits mensuels moyens mesurés à Khartoum varient entre 520 m3/s en mai et 8 500 m3 en septembre (figure 2) tient au fait que l’essentiel des débits se forme sur les hautes terres éthiopiennes qui sont soumises à un régime tropical et alimentent le Nil bleu sans subir de déperdition, alors que le Nil blanc issu de la zone équatoriale dissipe l’essentiel de ses eaux par évaporation dans les vastes marais du Bahr-el-Ghazal, de Kenamuke et de Machar. Du moins, son maigre débit résiduel joue-t-il un rôle essentiel dans le maintien de l’écoulement entre les mois de février et de juin. Dans un bilan établi à l’échelle du bassin, le fait essentiel, celui qui prête à de multiples spéculations, est la déperdition de 53 km3 pour un apport théorique annuel de 137 km3, ce qui ne laisse au final que 84 km3 mesurés à l’entrée du territoire égyptien. Encore faut-il observer que bien avant la zone de confluence, la traversée de la zone désertique se traduit par une constante déperdition de sorte qu’à l’état naturel, on ne mesurerait que 63 km3 à l’apex du delta (tableau 1).

Tableau 1 : Apports, déperditions et écoulements naturels dans les pays du bassin du Nil. Source : OSS-FAO. *Apports dans les hauts bassins productifs.

Tableau 1 : Apports, déperditions et écoulements naturels dans les pays du bassin du Nil. Source : OSS-FAO. *Apports dans les hauts bassins productifs.
  • 2  Le downstream complex de P. Beaumont (1994)

5En fait, le régime « naturel » du fleuve ne constitue qu’une référence théorique depuis la construction du premier barrage d’Assouan en 1902. Depuis cette date, de multiples ouvrages de stockage ont été réalisés avec, notamment, le réservoir de Sennar à l’amont de la Djézireh soudanienne et le relèvement du seuil à la sortie du lac Victoria. D’autres projets concernent le lac Tana et la Quatrième cataracte. Dans ce contexte, l’ouvrage d’Assouan constitue le dernier maillon d’une chaîne commandée par les Etats riverains d’amont. Cette situation de dépendance est à l’origine d’un « complexe d’aval2 » souvent évoqué par les Egyptiens.

6Cette dépendance qui pourrait évoluer de façon dramatique dans un proche avenir ne constitue que l’un des griefs portés à l’encontre du Haut-barrage. Parmi ceux-ci, le rôle de machine évaporatoire avec un prélèvement par évaporation qui totalise 10 km3 par an et induit un accroissement de la salinité des eaux qui passe de 160 mg/l au niveau de Wadi Halfa, à 225 mg/l en aval d’Assouan. S’y ajoutent la perte des limons qui constituaient un apport fertilisant renouvelé chaque année dans l’état antérieur, l’agressivité érosive des eaux décantées à l’aval de la retenue et la substitution d’un régime lentique à un régime lotique. Au niveau du delta, la disparition des apports solides se traduit par l’érosion du littoral et un recul de la ligne de rivage, difficilement contré par la mise en place d’enrochements qui sont progressivement déstabilisés et qui n’entravent pas les ingressions d’eau de mer dans le sous-sol. D’autres études – au vrai peu crédibles - ont fait état d’un risque sismique consécutif au poids de la masse d’eau sur le substrat rocheux. De façon plus sérieuse, il se pourrait qu’en dépit de sa capacité de stockage, l’ouvrage ne soit pas à même de sécuriser la production agricole dans le cas, nullement hypothétique, d’une sécheresse prolongée sur plus de deux années, puisque sa capacité de stockage utile serait seulement de 90 km3.

  • 3  1 feddan =  0,42 ha.

7Face à ces critiques, il faut porter à l’actif du barrage une capacité de régulation modulable en fonction d’un calendrier agricole qui nécessite le lâcher de 7 km3 en juillet contre 3 km3 en décembre. Concrètement, ce dispositif a permis le passage d’une récolte annuelle commandée par la crue à une utilisation continue du sol permettant deux à trois récoltes par an. A cela s’ajoute la progression des surfaces cultivées qui sont passées de 5,2 M° de feddans3 en 1952 à 7,5 M° en 2002. Cela dans un pays désertique ou la vallée du Nil fait figure d’une oasis à l’échelle d’une nation.

Logique et dérives du projet

8Rétrospectivement, la véhémence des critiques portées à l’encontre du barrage ne peut s’expliquer qu’en fonction du contexte politique à l’époque de sa mise en œuvre. Initialement soutenu par la Banque Internationale pour le Développement et les Etats-Unis dans un contexte d’unanimité entre les décideurs économiques, les instances internationales et les techniciens, le projet a été vilipendé lorsqu’il a perdu la garantie américaine et britannique suite à la nationalisation du canal de Suez en 1956. L’opprobre, alors jetée sur l’ouvrage, s’est aggravée lorsque les Soviétiques ont offert leur aide financière et technique pour la poursuite du chantier. Cette aide a eu pour contrepartie la mise en œuvre d’une politique de socialisation de la terre avec pour principaux ressorts, la limitation de la grande propriété à 50 feddans et la distribution des terres expropriées aux métayers qui les cultivaient ; la création sur les terres bonifiées à l’ouest du delta, de coopératives agricoles conçues sur le modèle soviétique du kolkhoze ; la création sur ces mêmes terres de vastes exploitations collectives sur le modèle du sovkhoze (Bakre et collabs, 1980). Ces réformes qui ont porté sur près d’un million de feddans dont 400 000 pour les coopératives avaient pour principal objectif moins la satisfaction des aspirations foncières de la paysannerie que la légitimation du gouvernement né du coup d’Etat militaire de 1952.

Figure 2. Formation du débit du Nil au niveau d'Assouan

(d'après Hurst, 1996)

  • 4  Gamal Abd-el-Nasser, Discours d’Assouan, premier janvier 1963.

9La Réforme agraire n’explique pas tout et on ne peut comprendre la logique d’un projet pharaonique qu’en admettant que le Haut-barrage constitue le pendant à l’époque contemporaine, de ce que furent en leur temps les pyramides. En témoigne le discours inaugural de la centrale par Anouar-el-Sadate : « après les pyramides des pharaons, le Haut-barrage restera la plus grande construction érigée par les Egyptiens au cours de leur Histoire ». De là à soutenir comme le fait T. Allan (1983) que les grands ouvrages ne sont que des fantaisies dont l’objectif premier serait la satisfaction de l’ego des grands hommes, il y a un pas qu’on peut ne pas franchir : la construction du barrage a rempli de fierté tout un peuple longtemps oppressé par le colonialisme et qui a totalement souscrit au propos de Nasser pour qui le barrage était … » l’expression matérialisée de la toute puissance des peuples lorsqu’ils décident que rien ne doit prévaloir sur l’affirmation de leur souveraineté et la sauvegarde de leur dignité nationale »4.

10Quoi qu’il en soit, et Nasser disparu en 1970, un retour au libéralisme s’est effectué de façon progressive et sans heurts : les attributaires de parcelles ont pu garder celles-ci jusqu’à ce qu’elles leur soient reprises par les usuriers ; les terres des coopératives ont été redistribuées aux coopérateurs ; les terres des grandes fermes collectives ont été vendues, soit à des entrepreneurs parmi lesquels quelques spéculateurs cairotes soit à des dignitaires des monarchies pétrolières opérant sur de vastes superficies. Dans la région de Balbeis, beaucoup de terres proches de la route du canal ont été vendues à des agriculteurs venus du delta et travaillant sur des lots pouvant atteindre jusqu’à trois hectares. L’Etat a d’ailleurs gardé une certaine maîtrise sur les terres nouvellement bonifiées et il continue à fonder de nouveaux villages où les fellahs tiennent moins de place que les « diplômés » issus des écoles d’agriculture, regroupés en coopératives gérant à la fois un lot dont la superficie varie entre un et cinq hectares selon la qualité des sols, une dotation en eau et l’utilisation d’un matériel mécanique léger. En fait, sur ces terres nouvellement conquises, l’intérêt se porte souvent moins sur les activités agricoles que sur la création de villages pourvus d’infrastructures médicales, scolaires et commerciales regroupées autour de la mosquée. Ces villages, souvent forts de plusieurs milliers d’habitants, comptent moins d’agriculteurs que de non agriculteurs travaillant dans des entreprises artisanales ou industrielles.

L’impossible pari de l’autosuffisance alimentaire

11L’objectif de la Réforme agraire était double : d'une part, satisfaire les aspirations foncières d’une population qui comptait encore 65% d’agriculteurs dans la population active ; d'autre part, accroître les superficies cultivées et intensifier leur productivité de façon à garantir dans la mesure du possible l’autonomie alimentaire du pays.

  • 5  A l’échelle nationale, le nombre d’enfants par femme est passé de 6,5 en 1960 à 3,6 en 1995 mais c (...)

12Sur le premier point, la pression foncière reste forte bien qu’on ne compte plus que 35% d’agriculteurs dans la population active et que beaucoup de ceux-ci, exercent une double activité à moins qu’ils ne travaillent sur les grandes exploitations pour compléter le revenu de lopins de terre dont la superficie ne cesse de se réduire en fonction de la croissance démographique qui constitue le paramètre essentiel des problèmes de l’agriculture. Alors que l’Egypte comptait 9,7 millions d’habitants en 1900 et 20 millions en 1950, elle en compte 71 millions en 2002 et les projections démographiques les plus modérées, mais les plus improbables tablent sur 98 millions en 20255. Durant la même période, la superficie cultivée est passée de 5,3 millions de feddans en 1900 à 7,5 millions en 2000 et la superficie récoltée de 7,5 à 13,9 millions de feddans. L’extension de la superficie agricole, acquise à grands frais constitue indéniablement une donnée positive, mais le rapport entre la croissance démographique et l’accroissement des superficies cultivées ou récoltées n’a pas cessé de se dégrader : on comptait 0,50 feddan cultivé par habitant en 1900 et seulement 0,10 feddan en 2000. Dans ce contexte et à terme, la place de l’agriculture ne peut être que récessive, qu’il s’agisse de la proportion des actifs ruraux, de la consommation en eau ou de la superficie agricole qui passera pour partie dans la superficie urbanisée.

  • 6  Déduction faite des 10 km3 perdus par évaporation dans le lac d’Assouan. En fait, ce sont 66 km3 q (...)
  • 7  Le Plan Bleu pour la Méditerranée limite sa prospective à 2010 avec deux scénarios dont l’un corre (...)

13Abstraction faite des données et enjeux impliquant l’ensemble des pays riverains du Nil et en limitant l’analyse à la seule Égypte, la récession de l’agriculture est déjà sensible au vu de la part que tient le secteur primaire dans un bilan hydrique global6 (OSS-UNESCO 2001) portant sur 56 km3, soit 82% contre 91% en 1975, le solde étant réparti entre la consommation urbaine (7%) et le secteur industriel (11%). Encore faut-il observer que la consommation agricole inclut, outre 41 km3 d’eau du Nil, 4,7 km3 d’eau de drainage recyclée, 3 km3 d’eau plus ou moins salée, pompée dans les aquifères et 0,7 km3 d’eaux usées municipales. Sachant que selon les « Prévisions tendancielles modérées des consultants arabes »7, la demande  égyptienne devrait porter en 2025 sur 118,17 km3/an dont 95,13 km3 pour le seul secteur agricole, l’impression première est celle d’une situation sans issue. Il convient toutefois de relativiser la situation sur plusieurs plans et de faire état de fortes améliorations potentielles.

  • 8  Calculs faits par le Service des Etudes du Canal de Provence. A titre de comparaison pour la Franc (...)

14Il apparaît tout d’abord que le rendement de l’eau dans le secteur agricole reste encore  très médiocre : le calcul des besoins effectué en 1996 par la FAO (2000) aboutit à un total de 28,25 km3 effectivement utilisés par année, alors que le volume prélevé s’élève à 47,8 km3/an. Plusieurs facteurs contribuent à ce piètre résultat dont le plus évident est le recours à l’irrigation gravitaire distribuée par des canaux non cimentés sur des sols le plus souvent poreux. Il faut également compter avec des apports excessifs : alors que les besoins en eau sont déjà plus élevés que sur la rive nord de la Méditerranée avec des normes à l’hectare allant de 2 900 m3 dans le delta à 5 226 m3 et, au niveau d’Assouan  6 400 pour le pour le blé et 12 000 pour le maïs8, on relève des chiffres bien supérieurs dans les directives transmises aux fermes coopératives avec, pour le delta : 3 500 m3 pour le blé et 7 000 pour le maïs (Bakre et collabs. 1980). Encore faut-il préciser que ces normes officielles sont le plus souvent dépassées : « l’eau est un bienfait de Dieu et on ne saurait abuser des bienfaits de Dieu » soutiennent certains agronomes qui ne font qu’exprimer une réaction unanime après des millénaires de frustration. Ces excès sont facilités par le fait que l’eau n’est pas payée mais distribuée au tour d’eau de façon assez laxiste, cette gratuité étant compensée par la faiblesse des prix fixés par l’Etat sur les cultures obligatoires, blé et coton. De plus, avec le passage de la sakkiéh actionnée par une vache à la motopompe transportable, les volumes distribués à chaque tour se sont considérablement accrus. Ces apports excessifs ont pour conséquence immédiate le maintien à fleur de sol, d’une frange humide qui facilite la remontée capillaire des sels. A terme, et en dépit d’un plan de drainage systématique, on estime que 30 à 40% des sols sont affectés par la salinisation, notamment dans les secteurs utilisant des eaux recyclées.

  • 9  Certaines des grandes fermes d’Etat avaient recours à l’aspersion et lors de leur liquidation, les (...)

15Il serait possible de remédier à ces excès et impacts et donc d’améliorer la productivité de l’eau, en jouant sur deux tableaux : d’une part le paiement de l’eau au volume consommé et non au tour d’eau, d’autre part le passage de l’arrosage gravitaire à l’arrosage par aspersion si ce n’est au-goutte-à-goutte. Malheureusement, dans le droit coranique on ne peut faire payer l’eau puisque celle-ci est un don de Dieu, donc gratuit ce qui exclut la pose de compteurs. Il n’est pas davantage question de passer du gravitaire à l’aspersion en fonction de coûts d’équipement qui sont peu compatibles avec les possibilités égyptiennes d’investissement9. La question des arrosages excessifs et du gaspillage affectant une ressource rare reste donc entière. Du moins peut-on observer que dans les grandes agglomérations, les réseaux d’adduction vétustes dont le rendement était inférieur à 50% sont en voie de modernisation à l’initiative (et au profit) de compagnies étrangères comme l’Américain Black & Veatch Int. ou le Français Degrémont qui font payer non pas l’eau mais le service rendu.

16Ce serait une erreur, au vu de ce tableau qui pointe l’accent sur d’incontestables routines, de qualifier l’agriculture égyptienne d’arriérée. Certes, il s’agit d’une agriculture de pays pauvre où la main-d’œuvre occupée de façon intensive supplée à un très faible recours à la mécanisation, mais c’est aussi une agriculture riche de savoir-faire, utilisant au mieux le sol, le calendrier agricole, les choix culturaux et les intrants. La progression des rendements et des volumes récoltés atteste de ces qualités. De 1952 à 2002, la production de blé est passée de 1,45 à 6,18 M°t., celle de maïs de 1,71 à 6,8 M°t., celle de la canne à sucre de 6,97 à 15,70 M°t. Des spéculations nouvelles se développent comme l’agrumiculture et seule la culture du coton stagne ou tend à régresser. En dépit de cet accroissement général de la productivité et de la production, l’objectif recherché de l’autonomie alimentaire ne cesse de s’éloigner : en 1960, l’Egypte produisait encore 65% du blé qu’elle consommait, en 2002, le ratio est tombé à 25% soit l’équivalent de 90 jours.

  • 10  En dépit de ces annulations et de l’étalement de la dette vis-à-vis d’autres fournisseurs, la dett (...)

17Cette dégradation qui ne peut qu’aller en s’accentuant est lourde de conséquences sur plusieurs plans. Tout d’abord, elle obère gravement la balance commerciale du pays qui présente en 2002, un solde déficitaire de $ 5,7 milliards dans lequel les importations de produits alimentaires comptent pour 3,4 milliards. Surtout, les soldes déficitaires s’accumulant, l’Égypte a obtenu à deux reprises que sa dette vis-à-vis des États-Unis soit annulée10. Est-il besoin d’insister sur la situation de dépendance qu’implique ce type de rapport avec une puissance hégémonique ? Et que se passerait-il si la politique internationale de l’Égypte, notamment ses relations avec Israël venait à changer ?

Les grands projets : réalisme ou fuite en avant ?

18Dans le contexte international de la gestion de l’eau dans le bassin du Nil, tout accroissement de la dotation égyptienne semble exclu, ce qui devrait mettre un terme à la politique des grands travaux hydrauliques qui conditionnent l’expansion du territoire cultivé. Pourtant, après la phase d’expansion qui a  élargi l’espace occupé de part et d’autre du delta, deux grands projets sont en voie de réalisation, le canal Cheikh Jaber et le canal de Toshka commandant ce qu’on appelle la Nouvelle Vallée.

19Le premier de ces ouvrages, initialement connu sous le nom de Canal de la Paix mais rebaptisé (si l’on ose dire) du nom d’un généreux donateur koweïtien, collecte les excédents d’eau du canal Bahr-el-Bagar  branché sur la branche de Damiette à l’est du delta. Il passe en siphon sous le canal de Suez et domine la branche morte du delta ou branche pélusienne (coupée du système nilotique par la construction du canal de Suez) et se dirigera  ultérieurement vers El Arish. En l’état, la mise en valeur de la section située à l’ouest du canal est déjà occupée par plusieurs villages de colonisation voués pour l’essentiel à la riziculture ; à l’est du canal, les canaux secondaires sont déjà en place dont une branche parallèle au canal de Suez et des cultures de luzerne permettent de désaliniser le sol avant son partage entre des compagnies d’investissement et des coopératives de jeunes agronomes. Cet ouvrage qui devrait desservir 400 000 feddans (plus 100 000 le long du canal) pose de multiples problèmes : ses eaux sont de qualité médiocre et les terres basses qu’il domine sont attaquées par l’érosion littorale et sujettes à des ingressions d’eau de mer. Surtout, les bonnes terres qu’il doit traverser au-delà de la branche pélusienne relèvent de tribus bédouines qui utilisent depuis quelques années l’eau de la nappe commandée par le Sinaï, développent des plantations d’oliviers, pratiquent la maraîchage et entendent rester maîtres du terrain face à un Etat qui entend mieux contrôler par la maîtrise de l’eau, une province marginale. À cette fin, le Plan prévoit la création dans la province du Sinaï de 27 centres urbains regroupant plus de 3 millions d’habitants, de sorte que la turbulente population autochtone, qui ne compte que 350 000 personnes serait noyée dans la masse.

20La Nouvelle Vallée située à l’ouest du Nil, correspond à une suite de dépressions plus ou moins reliées entre elles par le lit d’un Proto-Nil, abandonné à la suite du mouvement de failles qui ont scindé l’ancien tracé et formé une suite de lits desséchés et de cuvettes dont certaines sont occupées par les oasis de Kharga, Dakhla, Farafra et Beyariha qui exploitent la nappe fossile du bassin de Nubie. Dès la mise en eau du Grand barrage, un plan prévoyait le déversement des eaux excédentaires dans ce système. Les travaux, petitement amorcés dès 1979, comprennent maintenant un déversoir branché sur le Grand barrage et pouvant servir de trop-plein, une station de pompage et l’amorce d’un canal qui aboutira dans une dépression permettant de stocker 120 km3. À partir de ce relais, des canaux ou des tubes achemineront l’eau par pompage ou par gravité vers les oasis. Une année de bonne hydraulicité a déjà permis le déversement de plusieurs millions de mètres cubes qui pourraient à tout le moins transiter vers les oasis sous forme d’inféro-flux. A terme, il serait question d’irriguer selon des estimations plus ou moins réalistes, de 500 000 à 3 millions de feddans.

21Ces deux projets posent en première instance le problème de leur crédibilité. Où trouver le financement de travaux dont le coût unitaire a décuplé en vingt ans, si ce n’est en recourant aux dons des États arabes producteurs non seulement de pétrole, mais d’une idéologie rétrograde ? Où trouver les 4 kilomètres cubes du canal Cheikh Jaber ? Et où les 5 kilomètres cubes évoqués dans le cadre du projet de la Nouvelle Vallée ? Les perspectives les plus réalistes laissent entendre que l’Égypte a peu de chances de voir sa dotation en eau augmenter, à supposer même que cette dotation ne vienne pas à diminuer. Ceci étant, il est certain que ces projets alimentent les rêves de grandeur égyptien. Il est également possible, qu’ils servent de prétexte à de futures revendications sur les eaux du Nil. Mais on peut également soutenir qu’ils s’inscrivent dans un plan d’occupation du territoire. A ce jour, l’essentiel de la population égyptienne s’entasse sur quelque 35 000 km2 et les projets du gouvernement visent explicitement  à desserrer le lien qui unit trop étroitement la population à la vallée du Nil. C’est à cette fin que des villes nouvelles comme Medinet el Obour et Medinet Ashara Ramadan ont été implantées sur la route qui relie Le Caire à Ismaïlia. Les projets concernant le Sinaï et les oasis s’inscrivent dans cette perspective qui vise également à occuper et contrôler la totalité du territoire national. On saisit là une logique qui vise moins à la valorisation de l’eau par l’agriculture, qu’à la production et au contrôle du territoire par l’eau. Pour autant, cette logique se heurte à la dure réalité du partage actuel et futur des eaux du Nil.

Les États riverains d’amont et la question des eaux du Nil

  • 11  11 Etats en théorie mais la place et l’apport du Congo restent marginaux

22Ce problème que pose la gestion des eaux du Nil défini comme un fleuve international traversant dix États11 n’est apparu dans les pages qui précèdent que de façon allusive. Aussi bien le problème d’ensemble ne peut-il être abordé qu’en fonction de sa composante principale, l’Égypte qui est l’État le plus peuplé, le plus riche – encore que cette richesse soit toute relative - dans une cohorte de pays pauvres, le plus important par sa position stratégique qui lui confère le contrôle du Canal de Suez, celui dont l’armée est la plus puissante, celui qui utilise les eaux du Nil depuis plus de 4 000 ans et dont l’existence dépend totalement du fleuve, celui pourtant qui est non pas l’un des plus pauvres s’agissant de la dotation en eau par habitant (tableau 2), mais celui dont la position est la plus menacée du fait de sa situation en aval du bassin et sans autre ressource que les eaux venues d’amont et donc contrôlées ou contrôlables par d’autres États. D’où l’acuité du problème des relations politiques avec ces autres.

23En fait, dans l’imaginaire des Égyptiens, la représentation du Nil

24s’arrête aujourd’hui comme autrefois, à la seconde cataracte, celle d’Assouan, comme si ce qui se passe à l’amont, terres et hommes n’existait pas ou n’était que de minime importance. Cette représentation héritée de la tradition pharaonique et longtemps valable est pourtant devenue caduque à la fin du XIXe siècle, lorsque les Anglais ont introduit la culture irriguée du coton au Soudan et prélevé pour le système d’irrigation de la Djezireh une dotation de 2 km3  portée à 4 km3 en 1929 dans le cadre du Nile Water Agreement qui laissait à l’Égypte dans l’état des aménagements réalisés à l’époque, 48 km3. À partir de 1956, le Soudan devenu un État indépendant a développé une politique de mise en valeur par grandes fermes mécanisées qui couvrent 2 millions d’hectares en 2002. Si l’intérêt économique de ces fermes n’est pas évident, elles n’en demandent pas moins de fortes dotations hydrauliques, d’où un conflit soudano-égyptien, résolu provisoirement par les accords de 1959 conclus sur la base d’un partage annuel entre 18,5 km3 pour le Soudan et 55,5 km3 pour l’Égypte. Ces accords conclus entre les deux États d’aval et sans consultation des Etats d’amont ont été immédiatement dénoncés et tenus pour nul par ceux-ci. Par ailleurs, le nouveau partage de l’eau n’a été rendu possible que grâce à la construction d’ouvrages de stockage et de régulation des eaux permettant d’accroître les dotations initiales : Owen Falls (Lac Victoria) et Djebel Aulia sur le Nil blanc, Roseires et Sinnar sur le Nil bleu, Kashm-el-Djirba sur l’Atbara. Ces ouvrages dont certains ont été réalisés dans le cadre de l’administration britannique ce qui facilitait les prises de décision, ont tous été programmés avec l’accord de l’Égypte sous réserve d’un accroissement de sa dotation en eau. Il n’en va pas de même pour le barrage de Hamdab, en cours de réalisation à hauteur de la quatrième cataracte sur initiative soudanaise, sans accord avec l’Égypte et destiné à produire de l’énergie. Les modalités de son exploitation pourraient perturber la gestion du Haut-barrage.

25Depuis les accords de 1959, l’Égypte constate qu’elle utilise plus que sa dotation, soit près de 57 km3, alors que le Soudan a porté unilatéralement ses prélèvements à 20 km3. Le conflit potentiel résultant de cet état de fait rendu possible par quelques années de bonne hydraulicité, pourrait être réglé par la récupération des eaux perdues par évaporation dans les grands marais tropicaux, soit un total théorique de 45 km3 à prélever sur les bassins du Bahr-el-Djebel (14 km3), du Bahr-el-Ghazal (14 km3) et du Sobat-Machar (19 km3). Ces projets et les volumes qu’ils évoquent alimentent en Égypte des phantasmes de grandeur, mais leur mise en œuvre s’avère illusoire. Sans parler du désastre écologique que représenterait l’assèchement de marais qui constituent les sites d’hivernage de l’avifaune européenne, il faut compter avec les implications politiques de projets comme celui du Jongleï. Il s’agit d’un canal à large section qui drainerait les eaux perdues dans le Sudd et le Bahr-el-Ghazal et les conduirait vers l’aval en recoupant la boucle du Nil entre Bor et Malakal. Entre autres avantages, cet ouvrage permettrait à des canonnières venues de Khartoum et du Nord islamiste, de gagner les provinces chrétiennes et insurgées du Sud tout en mettant la main sur les gisements pétroliers de ces lointaines régions. C’est pour parer à cette éventualité que les chrétiens du Sud, sans doute aidés par les Éthiopiens, ont saboté le chantier à deux reprises et mis fin à la réalisation du canal.

Tableau 2. Les Etats riverains du Nil, population, richesse et données relatives aux ressources en eau. Source : Banque mondiale et OSS-FAO.

Tableau 2. Les Etats riverains du Nil, population, richesse et données relatives aux ressources en eau. Source : Banque mondiale et OSS-FAO.
Organisation pour l’aménagement du Nil bleucasus belli3
  • 12  Entretien avec Joyce Starr, 4 février 1985, cité par cette auteure dans Covenant over Middle Easte (...)

26L’Éthiopie n’est pas seule en cause, et l’Érythrée qui n’irrigue encore que 28 000 hectares fait état de projets utilisant les eaux de l’Atbara. Plus au sud, la Tanzanie a déjà réuni les fonds qui lui permettront d’irriguer 250 000 hectares sur le plateau du Wemberé à partir des eaux pompées dans le lac Victoria. Enfin, l’Ouganda et le Kénya font état de projets encore flous mais dont le financement est envisagé. Au total, ces projets concernant la région de Grands lacs et dont l’emprise spatiale pourrait s’élever à 4,5 M°ha  auraient pour première incidence, un prélèvement total de 25 km3 sur les eaux du Nil blanc. Au stade actuel, ces projets sont peut-être trop peu réalistes pour que l’Égypte puisse réagir autrement que par des mises en garde. Celles-ci n’en sont pas moins inquiétantes et l’avertissement de l’ancien ministre des Affaires étrangères Boutros Boutros-Ghali doit être pris au sérieux : « La prochaine guerre dans notre région sera livrée pour de l’eau »12.

27Dans ce contexte, il importe de prendre en compte deux données l’une négative, l’autre positive.

28De façon négative, il n’existe aucun cadre législatif international permettant de régler les conflits avérés ou latents qui concernent les eaux du Nil. Il existe bien une Commission de l’ONU en charge depuis 1970 d’une étude sur le droit des fleuves internationaux, mais ses travaux n’ont donné suite à aucun corpus législatif à ce jour, puisqu’il faudrait concilier deux principes contraires, les droits d’usage acquis qui fondent la cause égyptienne, et la nécessité d’un partage raisonnable et équitable que revendiquent les États d’amont.

29De façon positive, les Nations Unies agissant dans le cadre de l’Agence pour le Développement, ont créé en 1999, une Initiative pour le Bassin du Nil (Nile Basin Initiative) qui regroupe les dix États concernés, concentre les crédits venus de divers horizons et cherche à définir les termes d’une politique d’aménagement global. Reste à savoir si un tel programme ne relève pas de la mission impossible.

30Se pose également la question d’une éventuelle alternative aux perspectives alarmantes qu’on voit se profiler à brève échéance. Sur ce point, les travaux les plus autorisés, synthétisés par J.A. Allan (2001), ne prêtent pas à l’optimisme, puisqu’ils préconisent le recours à ce que cet auteur appelle « l’eau virtuelle » importée de pays mieux arrosés que ceux du Moyen-Orient sous forme de céréales… option qui implique le maintien et le renforcement de la dépendance de l’Égypte vis-à-vis des États-Unis qui restent son principal fournisseur.

31*  

32Le Nil offre le cas exemplaire des difficultés auxquelles se heurtent les pays pauvres en mal de développement : une ressource limitée dans son potentiel, des problèmes alimentaires urgents et même dramatiques dans des pays en voie d’explosion démographique, des moyens financiers octroyés par des bailleurs de fonds étrangers, une dépendance très forte vis-à-vis des techniques importées depuis les pays riches, le tout induisant des conflits larvés qui pourraient bien devenir des conflits ouverts.

  • 13  Notamment Ayeb (1998), Lasserre et Descroix (2003), Majzoub (1994) et Mutin (2000) sont moins opti (...)

33L’Égypte se situe au cœur de ces tensions multiples : ce pays est sans doute le seul parmi les États riverains du Nil, à disposer d’un corps de techniciens de très haut niveau, le seul également dont la paysannerie est théoriquement rompu aux techniques de l’irrigation, le seul enfin à disposer d’une armée qui surclasse celles des autres pays en compétition. Or, qu’en est-il au terme d’une quarantaine d’années durant lesquelles le pays a fourni un effort considérable pour maîtriser le fleuve et conquérir de nouvelles terres ? Les nouveaux rapports entre la terre et les hommes sont difficilement maîtrisés comme en témoignent le gaspillage de l’eau et la salinisation des sols ; l’autonomie alimentaire ne sera jamais acquise ; la dépendance vis-à-vis de l’étranger, institutions internationales, techniciens de tous ordres ou donateurs arabes génère des situations difficiles si ce n’est intolérable. On conçoit de reste la somme des frustrations qui affligent ce pays et l’incitent à revendiquer, sa longue tradition hydraulique aidant, un rôle prépondérant dans la gouvernance des eaux. En dépassant le cadre des données matérielles du problème, il apparaît enfin qu’aucun des autres pays riverains du Nil n’entretient avec le fleuve ce lien fusionnel qui est spécifiquement égyptien. La formule classique aut Nilus aut nihil est toujours valable et il se pourrait que l’Égypte mette en jeu son existence pour défendre ce qu’elle considère comme ses droits imprescriptibles. Quoi qu’en pensent de bons auteurs13, la réponse n’est pas évidente à la simple question de savoir s’il y aura une guerre de l’eau.  

Haut de page

Bibliographie

Allan, J.A., 1983 : Natural resources as national fantasies, Geoforum, pp.243-247.

Allan, J.A., 2001 : The Middle East Water Question, Tauris, London.

Ayeb, H., 1998 : L’eau au Proche-Orient : la guerre n’aura pas lieu, Karthala, Paris.

Bakre, M., Bethemont, J., Commère, R. et Vant, A., 1980 : L’Égypte et le barrage d’Assouan : de l’impact à la valorisation, Saint-Etienne, Presses de l’Université.

Beaumont, P., 1994 : “The myth of water wars and the future of irrigated agriculture in the Middle-East”, International Journal of Water Resources Research, X-1, pp. 9-21.

Bethemont, J., 1999 : « L’eau, le pouvoir, la violence dans le monde méditerranéen », Hérodote, N° 103, pp. 175-200.

Bethemont, J. et Faggi, P. (1998) : « Originalité, potentialités et limites de l’griculture dans le Nord-Sinaï » Géocarrefour, 73-3, pp. 239-245.

Boutet, A., 2001 : L’Egypte et le Nil : pour une nouvelle lecture de la question de l’eau, Paris, L’Harmattan.

Collins, R., 1996 : The Waters of the Nile, Marcus Wiener, Princeton.

Howell, P. & Allan, J.A., 1994 : The Nile : Sharing a scarce resource, Cambridge Univ. Press, Cambridge.

Hurst,H.,1966, The Nile Basin, Cairo, Ministry of Public Works.

Lasserre, F. et Descroix, L., 2003 : Eaux et territoires, tensions, coopérations et géopolitiques de l’eau, Paris, L’Harmattan (repris de l’ouvrage édité en 2002 par les Presses de l’Université du Québec).

Majzoub, T. , 1994 : Les fleuves du Moyen-Orient, Paris, L’Harmattan.

Mutin, G., 2000 : L’eau dans le monde arabe, Paris, Ellipses.

OSS-UNESC0, 2001 : Les ressources en eau des pays de l’Observatoire du Sahara et du Sahel, Paris, UNESCO.

WWC, 1999 : The Arab countries consultation on a Vision for water in the XXIst Century (World Water Council, Marseille.

Haut de page

Notes

1  Cf. Genèse  XLI 1-36

2  Le downstream complex de P. Beaumont (1994)

3  1 feddan =  0,42 ha.

4  Gamal Abd-el-Nasser, Discours d’Assouan, premier janvier 1963.

5  A l’échelle nationale, le nombre d’enfants par femme est passé de 6,5 en 1960 à 3,6 en 1995 mais ce nombre varie entre 2,8 pour Le Caire et 5,9 pour la moyenne vallée. Le ralentissement de la croissance démographique semble lié à un processus d’urbanisation qui se laisse mal définir dans un pays où certains « villages » comptent 10 fois plus d’habitants que leur chef-lieu « urbain » de rattachement.

6  Déduction faite des 10 km3 perdus par évaporation dans le lac d’Assouan. En fait, ce sont 66 km3 qui passent la frontière soudano-égyptienne.

7  Le Plan Bleu pour la Méditerranée limite sa prospective à 2010 avec deux scénarios dont l’un correspond à une croissance modérée avec 115 km3/an et l’autre à un développement durable avec 72,6 km3/an. Même dans cette hypothèse dite souhaitable mais peu réaliste, les perspectives offertes à l’Egypte restent inquiétantes.

8  Calculs faits par le Service des Etudes du Canal de Provence. A titre de comparaison pour la France méridionale,  la demande s’élève à 1 500 m3 pour le blé et 4 500 m3 pour le maïs.

9  Certaines des grandes fermes d’Etat avaient recours à l’aspersion et lors de leur liquidation, les acquéreurs issus de la petite et moyenne paysannerie ont hérité gratuitement de leur matériel d’arrosage qu’ils n’ont jamais utilisé.

10  En dépit de ces annulations et de l’étalement de la dette vis-à-vis d’autres fournisseurs, la dette externe représente 35% du PIB en 2002.

11  11 Etats en théorie mais la place et l’apport du Congo restent marginaux

12  Entretien avec Joyce Starr, 4 février 1985, cité par cette auteure dans Covenant over Middle Eastern Waters, Holt ed., New York.

13  Notamment Ayeb (1998), Lasserre et Descroix (2003), Majzoub (1994) et Mutin (2000) sont moins optimistes.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/3727/img-1.png
Fichier image/png, 73k
Titre Tableau 1 : Apports, déperditions et écoulements naturels dans les pays du bassin du Nil. Source : OSS-FAO. *Apports dans les hauts bassins productifs.
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/3727/img-2.png
Fichier image/png, 9,2k
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/3727/img-3.png
Fichier image/png, 15k
Titre Tableau 2. Les Etats riverains du Nil, population, richesse et données relatives aux ressources en eau. Source : Banque mondiale et OSS-FAO.
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/3727/img-4.png
Fichier image/png, 9,5k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Bethemont, « Le Nil, l’Égypte et les autres », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Volume 4 Numéro 3 | décembre 2003, mis en ligne le 01 décembre 2003, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://vertigo.revues.org/3727 ; DOI : 10.4000/vertigo.3727

Haut de page

Auteur

Jacques Bethemont

Professeur émérite Université Jean Monnet, Saint-Etienne (F), CNRS : UMR 5600 j.bethemont@chello.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page