Navigation – Plan du site
Dossier : Écologie et économie

Appropriation des ressources naturelles dans une forêt andine équatorienne : vers la gestion patrimoniale des ressources

Francisco Neira B.

Résumés

L’écosystème des forêts andines, dont la biodiversité est l’une des plus élevée au monde, a supporté plusieurs civilisations humaines au cours de l'histoire. Le développement de ces civilisations a produit divers impacts sur son paysage et l'évolution de sa biodiversité. Présentement, les modèles de gestion de ces forêts ne prennent pas en compte l'héritage culturel ni la réalité socioéconomique de ses usagers. Cette étude cherche justement à décrire les stratégies d'appropriation et les représentations que les usagers d’une communauté andine équatorienne se font de leurs ressources naturelles. La transformation des forêts est le principal soutien de "l'économie" de subsistance de ces gens. La compréhension de cette dynamique nous amènera à proposer des pistes pour la mise en œuvre d’une gestion patrimoniale des forêts andines, basées sur les principes théoriques de l’économie écologique et de l’institutionnalisme.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1The Tragedy of the Commons (Hardin, 1968) est devenue l’expression consacrée pour désigner la surexploitation ou la dégradation des ressources naturelles si elles sont utilisées à un taux supérieur à leur taux de renouvellement naturel (Miller, 2002). Dans certaines conditions, les ressources renouvelables exploitées en commun sont particulièrement sujettes à ce phénomène (Takforyan, 2000). Cette logique serait en partie responsable de la crise de la biodiversité et de la surexploitation des ressources renouvelables en général. Ainsi, la mise en œuvre d’une gestion des écosystèmes est urgente. Probablement en raison de l’urgence ressentie, la prise de décision collective par rapport à la gestion de ressources naturelles a été fortement influencée par le respect de critères écologiques (Lescuyer, 2000). Ainsi, les années 80 ont vu l’émergence de la discipline de la Biologie de la Conservation (Parizeau, 2001).

  • 1  Quelques années auparavant, des opportunités de travail nous ont amené dans les pays du sud où nou (...)

2Cependant, cette approche de gestion a été critiquée: « Several years ago, work opportunities brought us to southern countries where we discovered a completely different environment. It soon became apparent to us that the protection of the extraordinary diversity of life forms in the south could not be divorced from local people’s use of their environment’s resources for their subsistence. Thus, our concern for the tropical environment became entangled with a concern for human beings1 ». Cette citation de Potvin et Seutin (2001) résume la complexité à laquelle cette approche doit faire face surtout dans les pays du sud.

3Une première tension éthique inhérente à la mise en œuvre de la biologie de la conservation, consiste à protégerla biodiversité dans une zone donnée sans ignorer la culture des communautés qui yhabitent, ainsi que leurdroit à l’utiliser. Le problème ici est celui de l’imposition d’une sorte de colonialisme (Potvin et Seutin, 2001). L’exportation de la tradition conservationniste des États Unis, basée sur l’idée de préserver des “sanctuaires de la nature” sans considérer les êtres humains comme une valeur suprême, a été fortement critiquée (Martínez Alier & Roca Jusmet, 2001).

4D’un point de vue plus « stratégique », voire écopolitique, la vision de la biologie de la conservation semble avoir des répercussions évidentes. En effet, l’UICN(Union mondiale pour la nature)proposait en 1992 que chaque pays réserve au moins 10% de ses forêts pour la création deparcs nationaux ou autres systèmes d’aires protégées. À Rio+5, le WWF (World Wide Fund for Nature) s’est employé à faire accepter cet objectif par les nations rassemblées. Cependant la réalité est loin de coïncider avec l’ambition proclamée. En 1999, une étude publiée par l’UICN faisait apparaître que, dans dix pays forestiers importants, moins d’un quart des zones déclarées officiellement protégées étaient convenablement gérées et la plupart n’étaient pas gérées du tout (Smouts, 2001).

  • 2  Chrématistique, du grec krêmatistike « science de la richesse ». La conception chrématistique de l (...)

5Dans beaucoup de pays, la créationde vastes zones de protection n’est donc que pure apparence. D’où la prolifération de ce que l’on appelle les « parcs de papier » (Smouts, 2001). Dans les pays en développement, l’environnement est perçu comme un espace où se développent les activités humaines. Ces activités ne peuvent pas être séparées des usages auxquelles elles donnent lieu (Revéret et Webster, 2002). Ces considérations ont été entre autres prises en compte par l’Économie Écologique, laquelle mesure les flux d’énergie et les cycles des matériaux dans l’économie humaine, analyse les contradictions entre le temps économique et le temps biogéochimique et s’intéresse aussi àla coévolution entre les espèces et les êtres humains. L’objet principal de son étude est la (non)durabilitéécologique de l’économie chrématistique2 (Martínez Alier & Roca Jusmet, 2001).

6À cette vision bioéconomique des biens et services de la forêt s’ajoute l’idée simple selon laquelle des politiques d’aménagement respectueuses des ressources ne peuvent pas s’appliquer et durer sans la participation des populations locales. Ce qui paraît aujourd’hui une évidence a mis pourtant des décennies à s’imposer au sein desmouvements de conservation de la nature comme chez lesaménagistes (Smouts, 2001).

7Depuis les années 80, un ensemble relativement hétérogène de chercheurs de différentes disciplines travaillent chacun avec leurs méthodologies et dans des domaines d’application variés, c’est l’école des communs. Les liens entre ces chercheurs sont établis par l’International Association for the Study of Common Property (IASCP), qui représente un forum d’échange d’idées et de coopération scientifique.

8Les membres de cette « école » critiquent fortement The tragedy of the commons de Garret Hardin. McCay (1992), par exemple, reprend une des idées de Hardin « problems with notechnical solution » pour argumenter que si le problème de la propriété communautaire par rapport à une population humaine grandissante n’a pas de solution technique, c’est que celle-ci doit relever des sciences sociales.

9Ces critiques à la parabole de Hardin et aux recettes de gestion des ressources naturelles qui ont découlé dégagent l’importance du capital social, particulièrement des institutions locales (Ostrom, 1995). Elles démontrent que si l’accès libre entraîne bien une surexploitation des ressources, cela n’est pas nécessairement le cas de la propriété commune (Lescuyer, 2000). La propriété commune se réfère à une distribution de droits de propriété sur des ressources, pourlesquelles un certainnombre de propriétaires sont égaux dans leurs droits d’utilisation de la ressource. En conséquence, propriété commune ne veut pas dire propriété de tous ou libreaccès (Ciriacy-Wantrup et Bishop, 1975).

10Il existe plusieursexemples de dégradation de ressources naturelles suite au remplacement de systèmes de propriété communautaire adaptés aux réalités locales par des interventions gouvernementales de gestion ou suiteà la privatisation des ressources (Berkes, 1996). En conséquence, plutôt que de chercher à déterminer une solution optimale en fonction de critères mono-disciplinaires, il s’agit maintenant de parvenir à des stratégies qui satisfassent l’ensemble des acteurs. Ainsi, il faut considérerla préservation de la nature comme un des objectifs parmi d’autres de la gestion environnementale, qui s’inscrit dans une logique multicritère(non biocentrique ni utilitariste), laquelle devrait inclurela réduction des inégalités entre les humains et le droit à la viedes autres espèces(Martínez Alier & Roca Jusmet, 2001).

11Dans cette perspective, « l’approche patrimoniale de gestion des ressources naturelles est un état d’esprit permettant au plus grand nombre de titulaires d’un patrimoine d’avoir à cœurle souci du long terme, de prendre conscience des multiples interdépendances entre lesacteurs, et de se rencontrer pour décider en commun des mesures qui permettront, au coût leplus juste, de conserver ou d’augmenter ce patrimoine tout en tirant la plus grande quantité possible d’avantages » (Revéret et Webster, 2002). Le concept central de cette approche est celui de patrimoine, c’est-à-dire « l’ensemble des éléments matériels et immatériels qui concourent à maintenir et à développer l’identité et l’autonomie de son titulaire dans le temps et dans l’espace par une adaptation à unmilieu évolutif » (de Montgolfier et Natali, 1987).

12L’opposition entre propriété commune, d’une part, et propriété privée d’autre part, occulte les divers modes d’appropriation de la nature par les populations humaines. Tout groupe humain projette ses propres règles d’organisation et ses propres catégories mentales sur la nature environnante. Les représentations de la nature permettent d’interpréterce qui est consommable ou non, beau ou laid, utile ou non, propre et sale, ce qui se fait et ce qui ne se fait pas. Elles constituent ainsi le premier niveau du mode d’appropriation de l’écosystème. Les usages possibles des ressources constituent le deuxième niveau. Le troisième et quatrième niveau sontles modalités d’accès aux ressources et lecontrôle de l’accès respectivement. Le cinquième niveau définit la façon de répartir ou departager les ressources au sein du groupe (Weber et Revéret, 1993).

13La représentation de l’espace n’est pas étrangère et ne peut être dissociée de la façon dont une société se reproduit et se représente à elle-même (Sanchez-Parga, 1989). Un exemple complexe et intéressant d’un tel système de représentations a été trouvé au sein descommunautés rurales de la cordillère sud occidentale des Andes équatoriennes, plus spécifiquement dans la communauté de Molleturo, province de l’Azuay, où la présente étude s’est déroulée. Dans le but d’établir une base adéquate pour l’implantationd’une gestion patrimoniale des ressources naturelles dans cette région, cet article analyse brièvement l’histoire de la représentation des ressources naturelles par lespopulations humaines qui y viventainsi que l’utilisation actuelle de ces dernières.

Représentation des ressources naturelles à Molleturo : historique

14La nation Cañari a été constituée pendant la période d’intégration, environ 500 ans avant le présent (Bravomalo, 1992). L’occupation du territoire des Cañaris répondait à un modèle dispersé non nucléaire. Ils habitaient apparemment à l’intérieur de communautés connues comme ayllus, llajta ou parcialidad (petites unités sociales ayant à leur tête un chef, que les Espagnols ont plus tard appelé cacique) (Cliche, 1995 ; Borrero, 1989 ; Cordero, 1926). Le ayllu andin était caractérisé par deux éléments : lesliens de parenté et une certaine communauté de biens et deressources ou espace socioproductif (Sánchez-Parga, 1989). Chaque habitant possédait des champs atteignables dans une même journée avec la possibilité de revenir au lieu de résidence avant la nuit, ce phénomène ayant été appelépar Oberem (1978) “micro” verticalité. Cette philosophie permettait un contrôle en altitude de l’espace productif par les ayllus (Sánchez-Parga, 1989).

15La subsistance de ces communautés cañaris dépendait avant tout de l’agriculture, dont ils maîtrisaient des techniques d’irrigation pour améliorer le rendement des cultures. Ils pratiquaient aussi la chasse et la pêche (Borrero, 1989; Bravomalo, 1992). Ils utilisaient égalementplusieurs essences forestières pour la construction, la confection de vêtements et la délimitation des propriétés. Les produits forestiers non ligneux étaient très utilisés, surtout ceux ayant despropriétés médicinales (Cordero, 1926). Dans le territoire de la présente République de l’Équateur, il y avait des marchands qui permettaient l’échange de produits entre les différentes zones (Oberem, 1978). Ces échanges impliquaient également despopulations d’autres régions andines et amazoniennes, essentiellement par le troc. En conséquence, chaque communauté n’avait qu’une autonomie relative (Cliche, 1995).

16L’empire des Incas ou Quechuas, le Tawantinsuyu (les quatre parties du monde), s’est construit en moins d’un siècle (Cliche, 1995) à partir de l’année 1021 (Cordero, 1926), dans la vallée andine de Cuzco au Pérou. La région des cañaris tombe sous la domination inca entre1463 et1471 (Borrero, 1989). L’intérêt matériel essentiel de la domination inca était l’implantation d’un système de tribut en nature et en travail. Ainsi chaque communauté cultivait un champ de maïs et, après la moisson, la moitié de la production était accaparée par l’État Inca, l’autre moitié servant à comblerles besoins collectifs des communautés (Cliche, 1995). Pour consolider ce type de domination, les Incas accompagnaient les obligations des conquis d’un développement de forces productives, lequel donnait accès à un système de redistribution de biens et de services, dans le cadre des relations de réciprocité (Principe de réciprocité) avec le Tawantinsuyu (Cliche, 1989).

17La dynamique andine écologico-économique pendant la domination du Tawantinsuyu est résumée par le modèle du « vertical archipelago », proposé par John Murra. Les principales caractéristiques du modèle de Murra (1972) sont les suivantes : 

  1. Chaque groupe ethnique tentait de contrôler un nombre maximal d’étages et de niches écologiques, dans le but de tirer avantage d’une diversité de ressources.

  2. Bien que la majorité de la population se trouvait dans les vallées andines, l’autorité ethnique maintenait des colonies permanentes localisées en périphérie, dans le but de contrôler les ressources lointaines. Ces « îles » séparées physiquement de leur centre maintenaient pourtant un contact social et des échanges permanents avec celui-ci, formant ainsiun archipel.

  3. Les relations qui existaient entre le centre et les îles périphériques étaient celles connues en économie anthropologique comme de réciprocité et de redistribution.

  4. En certaines situations, plusieurs centres se trouvaient dans une situation de partage des ressources d’une même vallée, donnant lieu àune coexistence tendue mais véritable.

  5. Aufur et à mesure que l’empire s’agrandissait et avec lui sa population, au moins deux phénomènes de changement structurel se sont produits.

    • Les îles périphériques s’établissaient dans des zones chaque fois plus éloignées. Il est possible que des éléments d’asymétrie et d’exploitation sesoient manifestés dans ces conditionsquant aux mécanismes de réciprocité et de redistribution.

    • Ces colonies périphériques éloignées pouvaient plus librement changer leurs fonctions, surtout à des fins stratégiques et militaires.

18Ces pratiques des Incas ont été qualifiées de conservationnistes par rapport à la forêt pour deux raisons. D’abord, ellesreflétaient la vision cosmiquedes Incas selon laquelle la terre, le soleil, l’eau, la lune et les animaux sont des divinités et des soutiens idéologiques. Par conséquent, les forêts bénéficiaient de cette approche basée sur lerespect. Ensuite, la population était peu nombreuse et les pressions qu’elle exerçait sur les ressources ne menaient pas à une surexploitation des forêts (Kenny-Jordan et al., 1999).

19À la différence de la domination Inca qui ne dura que quelques décennies, le régime colonial se prolongea pendant près de trois siècles au cours desquels émergèrent moult structures et institutions (Cliche, 1995). L’ordre social établi par les Espagnols conduit à une monétarisation partielle ainsi qu’à une privatisation du tribut, lequel est passé d’une situation où il était perçu par l’État Inca à une situation où c’était l’encomendero (Espagnol qui prélevait un tribut et devenait responsable du « bien être » et de l’endoctrinement religieux d’un groupe d’indiens) qui se l’appropriait et l’écoulait sur le marché.

20L’occupation non-nucléaire du territoire par la population autochtone fut concentrée (reducida) pour l’endoctriner et la contrôler plus efficacement, et surtout pour mieux profiter des survivants du déclin démographique (lequel a touché entre 50 et 75% de la population) (Cliche, 1995). Les communautés privées de leurs terres ancestrales et donc du réseau d’échange vertical, cherchaient à compenser le déséquilibre en diversifiant la production aux niveaux d’altitude moyenne (Sánchez-Parga, 1989).

21Le début de la république fut l’âge d’or des haciendas. Le territoire des haciendas était de dimension variable, pouvant aller d’une centaine à quelques milliers d’hectares. Tout en répondant au principe de l’accès à différentes niches écologiques, il y avait à l’intérieur même de l’hacienda une tension permanente entre les intérêts du propriétaire quant auxmoyens de production et ceux de la masse paysanne. Alors que le premier induisait les paysans à consacrer le plus de temps possible à produire pour lui, ceux-ci s’orientaient d’abord et avant tout en fonction de leur autosubsistance (Cliche, 1995).

22Le déclin du système de production de l’hacienda traditionnelle est un phénomène complexe qui s’inscrit à l’intérieur d’une dynamique sociale globale à l’échelle de la sierra, du pays ainsi que du continent américain. En résumé, ce processus tendait vers la suppression des rapports de production précapitalistes (Cliche, 1995) et à la libération des Indiens des haciendas (Sánchez-Parga, 1989). Ainsi, le 11 juillet 1964, la première loi de réforme agraire visait essentiellement à intensifier le processus de transformation sociale en facilitant la remise des parcelles aux paysans souvent déplacées et regroupées dans les secteurs les moins productifs (Cliche, 1995).

23C’est donc historiquement sur cette base sociale et sur cette évolution des régimes de propriété de la terre que la communauté paysanne de Molleturo se développe présentement au sud-ouest des Andes équatoriennes.Les communautés humaines paysannes occupent une place importante de l’espace physique et social des Andes (Cliche, 1995). Elles ont développé des relations ancestrales avec ces écosystèmes, ont été des usagers de leur biodiversité et ont su développer des connaissances pour les gérer rationnellement. Ces communautés sont régulées par un système complexe et conflictuel de complémentarités et d’oppositions, de réciprocités et d’hostilités. Ce système se reproduit dans une combinaison spatiale de travail paysan communautaire, lié à une production de subsistance. Les processus de socialisation dans les cultures andines sont orientés vers la collectivisation et non pas vers l’individualisation (Sanchez-Parga, 1989).

Représentation des ressources naturelles à Molleturo 

24Les résultats de recherche présentés suite à cet historiquedécrivent les cinq niveaux d’appropriation des forêts andines à Molleturo (représentations, utilisations, accès, contrôle de cet accès et pratiques de redistributiondes ressources prélevées). Les sources des données utilisées proviennent des habitants de la commune de Molleturo qui ont participé de façon volontaire à cette étude en répondant aux questionnaires (62 au total) et en participant àtrois groupes focus (85 participants au total).

25L’occupation verticale de l’espace, à l’échelle du territoire communautaire et familial, est toujours présente dans cette communauté andine. La localité de Molleturo (2480 mètres au-dessus du niveau de la mer) représente le centre de l’archipel autour duquel les hameaux se distribuent en occupant différents étages écologiques. Les habitants perçoivent les forêts andines comme une ressource à exploiter et à transformer en vue d’assurer leur subsistance et celle de leurs familles. Cette transformation des forêts garantit un espace avec des conditions édaphiques adéquates pour soutenir une production agricole et des pâturages destinés à l’élevage. D’autres activités sont aussi pratiquées. Les tendances par rapport aux utilisations des forêts sont présentées à la figure 1.

Figure 1. Destination des produits prélevés dans les forêts de Molleturo (n=62)

26En même temps, les populations perçoivent clairement la dégradation de leurs forêts, lesquelles constituent leur soutien principal. En conséquence ils sont conscients de la nécessité de les protéger. Les principales raisons évoquées pour le faire sont présentées dans la figure 2. Il faut noter que les « autres » raisons citées sont les suivantes : respirer un air propre, empêcher l’érosion des sols, conserver les sources d’eau et maintenir l’accès aux médecines naturelles. Il faut signaler l’importance donnée au legsd’un patrimoine culturel, ainsi qu’à la valeur intrinsèque des forêts.

Figure 2. Raisons pour protéger les forêts à Molleturo (n=62)

27Le processus de transformation des forêts en terres agricoles est le suivant : aprèsun défrichage, la végétation coupée est laissée sur place à sécher. Des brûlis pendant la saison sèche permettent de l’éliminer ainsi que les gros arbres. Cette activité n’est pas sélective, en conséquence tous les organismes vivants sont éliminés. Finalement, la préparation manuelle du terrain est faite. Les habitants estiment que le taux de défrichage des forêts est de 1,5 à 4 hectares par habitant par an. Cette agriculture de subsistance sert exclusivement à la consommation familiale et dans certains cas à la vente des surplus dans les marchés locaux. Les principales cultures implantées sont le maïs et le haricot. C’est surtout dans les premières années de pratique de l’activité que ce processus est rentable, car le sol enrichi par les cendres des brûlis permet aux cultures de bien pousser. Ensuite, la rentabilité descend considérablement, car le sol appauvri ne supporte plus les demandes nutritionnelles des cultures.

28L’appauvrissement des sols entraîne l’apparition d’une nouvelle utilisation de ces terres auparavant agricoles : l’élevage.Des pâturages vont remplacer les cultures et supporteront plusieurs types d’animaux : vaches, porcs, moutons et chevaux. L’élevage se déroule en général pendant une période moyenne de 7 à 10 ans. Les produits obtenus de l’élevage servent d’abord à la subsistance. Cependant, certaines familles produisent aussi des surplus en plus deleur subsistance, surplus qui sont commercialisés sur les marchés locaux et dans certains cas provinciaux.

  • 3  Au fur et à mesure que la population et la demande d’aliments augmentent, il faut cultiver des ter (...)

29Bien qu’unepartie importante du processus d’utilisation des forêts ait été décrite, il faut préciser quece processus est dynamique, c’est à dire que les habitants n’attendent pas de finir le cycle « défrichage, établissement de la production et abandon des cultures, puis exploitation des pâturages » dans une seule portion de ses propriétés, pour recommencer à zéro dans une autre. Ils sont obligés d’entreprendre la conversion de leurs forêts en tout temps, pour ainsi garantir un approvisionnement constant et complet des différents produits de subsistance. Cependant, la tendance présente est à une nette diminution des zones cultivées par rapport à l’expansion des pâturages, en raison des rendements décroissants3, entre autres, ce qui a entraîné aussi une diminution de la production de certains produits de base dans la diète des paysans, surtout des grains et des céréales.

  • 4  L’indigence, situation de pauvreté extrême dans laquelle la consommation par habitant est inférieu (...)

30Cette diminution des zones cultivées, forestières auparavant (En Équateur, le taux de déforestation est estimé entre 1,2% et 1,7%, soit l’un des plus élevés d’Amérique Latine), force les paysans à migrer vers les zones urbaines où ils souffrent généralement l’indigence4 (PNUD, 1999).

31Pour compléter leur subsistance basée sur l’agriculture et l’élevage, les paysans exploitent leurs ressources forestières pour obtenir des produits complémentaires et aussi importants pour leur vie quotidienne que ceux fournis par les deux activités principales. La collecte de bois est une activité importante pour la subsistance des familles dans la zone d’étude, cette ressource étant utilisée surtout comme combustible pour la cuisson et comme matériel de construction. Quant à la quantité collectée, il est délicat et subjectif de tenter de l’estimer. En effet, des facteurs comme l’efficacité de chaque cueilleur pour abattre et transformer le bois en morceaux, la distance que le cueilleur doit parcourir pour trouver le bois ainsi que la qualité des voies d’accès, et la quantité de bêtes qu’il possède pour réaliser l’activité, expliquent entre autres cette subjectivité.

32Le matériel végétal est aussi collecté pour entreprendre d’autres activités comme del’artisanat et la fabrication des pieux pour l’établissement de clôtures destinées à l’élevage. La chasse est égalementune activité importante effectuée dans les forêts, constituant un complément substantiel pour la diète des colons. De même que toutes les autres activités analysées jusqu’à présent, la chasse est tout d’abord une activité de subsistance. Elle est aussi liée fortement à l’élimination de ravageurs des cultures.

33Quant à l’accès aux ressources, elle s’est d’abord manifestée historiquement parla « possession » de la terre dans les années 60 et 70, c’est-à-dire qu’un nouveau propriétaire s’installait surles terres forestières auparavant propriété de l’État, en devenant, selon la réforme agraire, le légitime propriétaire. Cette forme d’accès à la terre était encorecourante jusqu’à la générationprécédente. Ensuite, le processus d’accès à la terre a été fortement lié à la croissance démographique des communautés rurales, la propriété originale devant maintenant être repartie entre les fils et les filles du propriétaire original, mais cette fois en morceaux plus petits. Une troisième forme d’accès aux ressources naturelles et à la terre est possible : l’achat. Les modalités d’accès aux forêts andines à Molleturo sont résumées dans la figure 3.

Figure 3. Fréquence des modalités d’accès aux ressources à Molleturo (n=62)

34L’accès aux zones dédiées à l’agriculture et à l’élevage est strictement réservé aux membres de la famille immédiatedu propriétaire, les intrusionsdans ces zones constituant un vol. Dû au manque d’autorité centrale, surtout dans les hameaux plus éloignés, chaque communauté exerce la loi à sa façon. Pour établir une relation entre la grandeur des morceaux de terre possédés par chaque habitant et leurs pratiques de subsistance, on a déterminé par des enquêtes de terrain la superficie dédiée à chaque utilisation de la terre par propriétaire. Ainsi, la répartition de la terre au sein de chaque propriété est de30 à 40% enpâturages, 10% en moyenne pour l’agriculture et 40% laissé enforêts.

35Par rapport au contrôle de l’accès, la plupart des propriétaires signalent qu’ils permettent aux autres membres de la communauté de pratiquer des activités extractives dans les zones forestières, exclusivement, incluse dans leurs propriétés. Une autorisation informelle doit alorsêtre donnée. Si les activités impliquent la collecte de grandes quantités de bois, une vente d’un permis informel de coupe a lieu. En général, les enquêtés indiquent que les limites de leurs propriétés sont marquées et qu’il n’y aurait pas deviolations majeures. Quelques répondants n’exercent aucun contrôle sur les zones forestières de leurs propriétés. La figure 4 présente les fréquences des stratégies de contrôle de l’accès. Finalement, l’État équatorien est aussi propriétaire des forêts andines. Cependant, il n’exerce pas ses droits de propriété. En conséquence une situation d’accès libre est susceptible de se présenter, surtout à partir des 3000 mètres d’altitude au-dessus du niveau de la mer.

Figure 4. Fréquence des stratégies de contrôle de l’accès aux forêts à Molleturo (n=62).

36La redistribution des ressources dans la zone d’étude, ainsi que dans la majorité des communautés andines équatoriennes, se fait encore par l’intermédiaire du modèle complexe de relations et de solidarités communautaires que représente la Minga, cette pratique millénaire ayant présentement la forme d’une collectivisation du travail et de prestation de services particuliers (Sánchez-Parga, 1989). Son objectif est d’arriver au fonctionnement autonome des communautés andines, cependant il faut souligner que cet idéal autarciqueest encadré par un individualisme bien affirmé, ainsi, la cohabitation entre le besoin d’échanger et l’individualisme est aussi source de conflits. Ce phénomène est observé à tous les niveaux à l’intérieur de l’organisation sociale andine traditionnelle (Pratlong, 1989).

37D’autre part, la redistribution proprement dite des ressources de la forêt s’effectue encore au centre de Molleturo, c’est-à-dire au centre de l’archipel vertical de notre zone d’étude. Bien que cet échange soit présentement de nature marchande, un fort caractère symbolique de redistribution communautaire peut être perçu. Les habitants transportent leurs produits à cheval. Bien que ladistance soit variable entre chaque localité et lecentre deMolleturo, on peut affirmerqu’une journée complète est nécessaire pour arriver à la foire, vendre les produits et rentrer. Les conditions pour réaliser ces voyages sont vraiment dures, tel que l’a constaté l’auteur. L’effort de transport ne se reflète pas dans les prix des produits, car cela affecterait leurcompétitivité. Ainsi, l’échange entre les différentes zones de l’archipel sert plutôt à redistribuer entre tous les habitants de la zone les différents produits obtenus par chaque communauté dans son étage écologique respectif.

Discussion

38Les représentations de la problématique de la forêt andine de Molleturo sont diverses. Deux logiques principales se côtoient: d’abord celle des membres des communautés paysannes (qui cherchent conserver les forêts et ses ressources à court terme), ensuite celle des ONGs nationales et internationales et du gouvernement représenté par ses institutions ministérielles (lesquels ont la tâche de conserver les forêts à long terme). Ces logiques semblent a priori irréconciliables, cependant elles pourraient converger et cohabiter dans le processus de création et de reconnaissance d’un patrimoine forestier.

39La forêt andine est un espace qui assure le gagne-pain quotidien des habitants de la zone de Molleturo. L’exploitation des forêts est perçue comme une nécessité et en même temps comme une nuisance. En effet, la dégradation de la ressource apparaît évidente pour les habitants. La qualité ancestrale des forêts, en termes de biodiversité et de biomasse, est reconnue comme exceptionnelle. En conséquence, les forêts andines sont perçues aussi comme une ressource à protéger. Cependant, le niveau de protection de ces forêts s’insère dans une perspective à court terme, puisque la profitabilité des bénéfices de cette possible protection doit être immédiate.

40Cette promptitude à récolter les résultats de la protection des ressources naturelles s’explique par le caractère même de l’économie de subsistance des communautés andines. Il est impossible de cesser ces activités de subsistance en s’engageant dans un processus de gestion à long terme, car il faut survivre au quotidien. Cette perception culturale (qui n’est pas nécessairement occidentale) ainsi que leur droit (historique et déjà établit de facto) à utiliser les ressources naturelles justifierait en grande partie le manque d’intérêt souvent démontré par les communautés rurales andines face aux projets de conservation exécutés à long terme.

41D’autre part, ces communautés sont fortement marquées par la verticalité. Cette caractéristique ne peut pas être ignorée au moment d’envisager la viabilité dela gestion des ressources naturelles dans la zone d’étude. Cette caractéristique fait partie d’une tradition millénaire. Mais elle semble ignorée par plusieurs fonctionnaires, scientifiques et décideurs. Le schéma de l’archipel vertical caractérise jusqu’à aujourd’hui les contreforts des Andes. La verticalité marque en même temps la complexité sociale et communautaire de cette région du monde.

42Ainsi, les anciens ayllu (présentement descommunautés andines) sont caractérisés par les aspects suivants : lesliens de parenté, les droits de propriété communautaire, la religiosité et les mythes, la territorialité et la complémentarité de leur organisation sociale. Deux conclusions peuvent être tirées de ces caractéristiques. D’abord, la réciprocité, la redistribution et l’échange ne sont pas simplement des formes de transaction économique, mais bien un ordre d’organisation sociale en soi. Ensuite, la pratique du travail communautaire, la minga, est orientée dans le but de réparer les désordres physiques et l’érosion naturelle, donnant une base solide pour résoudre les désordres sociaux et les changements structuraux de l’organisation sociale (Sánchez-Parga, 1989).

43Par rapport à la redistribution des ressources, Sánchez-Parga (1989) affirme que tous les éléments qui définissent la communauté andine sont caractérisés par le principe de réciprocité. Dans le monde des Andes, comme on l’a déjà vu, l’idéal de l’autonomie économique est de produire une quantité minimale suffisante pour répondre aux besoins les plus élémentaires. Cependant, la production de la totalité de cette quantité minimale peut être atteinte seulement sur la base d’un système extensif d’échanges de produits et surtout de force de travail.

44D’autre part, le rapport « La Biodiversidad del Ecuador : Informe 2000 », préparé par le ministère de l’Environnement de l’Équateur et deux ONGs reconnues au niveau national (EcoCiencia) et international (UICN) (2001), montre clairement les tendances que suivra le pays en matière de conservation et de développement des ressources naturelles. Ce rapport reconnaît que le bien-être de la population de l’Équateur dépend, entre autres choses, des biens et services dérivés de la biodiversité. En conséquence le rapport recommande la conservation efficace de la biodiversité à long terme. Les priorités pour accomplir cette tâche sont les suivantes :

  1. Renforcer le système national d’aires protégées de l’Équateur (SNAP), en le transformant selon l’axe principal de planification territoriale du pays.

  2. Redéfinir les catégories de gestion des aires déjà établies, en empêchant l’exploitation minière et pétrolière, en organisant la propriété de la terre et en arrêtant la construction de routes qui incitent l’établissement désorganisé de villages.

  3. Considérer l’établissement de nouvelles aires protégées dans certains écosystèmes terrestres, aquatiques, marins et côtiers.

  4. Renforcer la capacité scientifique, technique et institutionnelle de la gestion des aires protégées, pour qu’elles ne soient plus considérées comme un obstacle, mais plutôt comme un puits de ressources, nécessaire pour le bien-être économique des acteurs locaux.

  5. Établir les coûts des services environnementaux, et la distribution équitable des gains générés par ces services ou l’utilisation des autres ressources naturelles.

  6. Élaborer et exécuter une stratégie institutionnelle qui pourra définir les rôles des différentes institutions publiques et encourager la participation de la société civile, spécialement des acteurs locaux dans la conservation et l’utilisation durablede la biodiversité.

45Toutefois, l’expérience nous montre que l’application de ce type de initiatives en Équateur n’est pas régulière et, dans certains cas, on ne tente même pas de le faire soit à cause des crises financières ou encore, à cause de la faiblesse institutionnelle du système environnemental publique (PNUD, 1999). En conséquence, les répercutions pratiques de ces « tâches » théoriques risquent d’être très insuffisantes.

46De l’analyse des logiques des acteurs, deux conclusions peuvent être dégagées. D’une part l’État et les ONG ont une logique d’appropriation des forêts andines qui cherche à établir un cadre juridique de propriété qui garantirait la conservation de la biodiversité à long terme, dans le contexte inaliénable du patrimoine naturel de l’État et même de sa sécurité. D’autre part, les populations locales qui se sont appropriées des territoires forestiers andins et le font encore par possession (de facto), cherchent aussi la conservation des ressources, mais ce, dans une perspective à court terme, afin de garantir leur subsistance jour après jour.

47Ces logiques d’appropriation des forêts andines semblent être irréconciliables. Cependant, l’objectif commun de la perpétuation de la ressource garantit au moins une incitation suffisante pour créer un cadre de négociation pertinent pour viabiliser la gestion de la ressource. L’application des logiques d’appropriation mentionnées n’est pas nécessairement le problème, car celles-ci n’impliquent pas l’exclusion de l’une par l’autre. Le problème réside plutôt dans la superposition des stratégies d’appropriation des forêts andines, lesquelles se déroulent presque toujours dans un cadre conflictuel.

48Ce constat permettrait d’affirmer que la coordination des usages est un premier pas pour arriver à la résolution du problème. Cette coordination peut se dérouler dans le cadre de l’établissement d’un patrimoine qui aurait les caractéristiques d’une propriété commune. Un des principaux enjeux de cette gestion communautaire sera tout d’abord le maintien du niveau présent de biodiversité et à long terme son amélioration. Cependant, à notre avis, cet objectif sera atteint seulement sur la base du développement économique et social des communautés humaine rurales andines.

49L’approche patrimoniale de gestion des ressources naturelles proposée dans cette étude est bien adaptée aux réalités multidimensionnelles, elle considèrela participation citoyenne démocratique et la notion de « qualité » d’une importance majeure. Dans cette perspective, les problèmes d’environnement découlent d’une prise en charge insuffisante de la qualité du milieu naturel et d’une incapacité à négocier ces enjeux. La gestion est alors conçue comme la définition d’un ensemble de règles visant à maintenir un état voulu de la qualité d’un milieu. Pour être opérationnelle, la gestion patrimoniale formule deux prescriptions principales : d’une part créer un nouveau « bien commun » entre acteurs aux logiques différentes et, d’autre part, instaurer une négociation entre ces acteurs afin d’élaborer des stratégies de gestion adéquates (Lescuyer, 2000).

50Les discussions entourant le processus de négociation entre les acteurs cherchent à établir des objectifs de gestion à long terme (horizon de 25 à 30 ans). Les acteurs présents sont ainsi obligés de négocier non seulement pour eux mais aussi au nom de leurs enfants, cette caractéristique confère à cette approche son caractère « successoral ». La négociation implique d’abord un processus de médiation. Ce premier pas prépare le terrain pour les confrontations entre des perceptions également subjectives et légitimes (Revéret et Webster, 2002).

51Le défi est d’induire les acteurs à élaborer une charte de compromis à long terme, une sorte de contrat social. Étant donné que les objectifs sont de nature successorale, ils doivent être légitimés et ritualisés. La légitimation est le processus grâce auquel un accord entre un groupe de personnes est accepté comme un lien entre les acteurs, présents et absents. Souvent les termes de l’accord sont rendus publics, par le biais d’une déclaration écrite en présence d’une autorité assez élevée pour exercer une médiation dans le règlement des problèmes qui pourraient se présenter. La ritualisation est une expression publique des termes de l’accord dans la forme d’une cérémonie appropriée au contexte et à la culture. Son but est celui de situer l’accord dans un ordre symbolique difficile à transgresser (Revéret et Webster, 2002).

52Cette approche ne constitue pas une recette magique pour résoudre les problématiques liées aux forêts andines, mais plutôt un élément ou une possibilité supplémentaire qui devrait enrichir les processus de réflexion liés au développement durable des communautés andines et à la conservation de leurs ressources naturelles.

Mes remerciements à Jean-Pierre Revéret (Directeur de recherche), Audrey Wu, Tanya Calle, Stéphanie Giguet, Emmanuelle Champion, Fabián Rodas, Gustavo Chacón, Edwin Zárate, Edouard Buffière, Guillaume Simonet et Nicolas Gagnon. Merci à l’Organisation des États Américains (OEA) et au Conseil de Recherche en Sciences Humaines du Canada pour le financement alloué à cette recherche.

Haut de page

Bibliographie

Berkes, Fikret. 1996. « Social systems, ecological systems, and property rights » In Rights to nature, ecological, economic, cultural, and political principles of the institutions for the environment, sous la dir. De Susan Hanna, Carl Folke et Karl-Göran Mäler, p. 87-107. Washington D.C. : Island Press.

Borrero, Ana Luz. 1989. El Paisaje Rural en el Azuay. Coll. « Biblioteca de Geografía Ecuatoriana » no 5. Cuenca (Équateur) : Banco Central del Ecuador, Centro de Investigación y Cultura, 270 p.

Bravomalo, Aurelia. 1992. Ecuador Ancestral. Quito (Ecuador): Banco Central del Ecuador.

Ciriacy-Wantrup, Siegfried et Richard Bishop. 1975. « “Common property” as a concept in natural resources policy ». Natural Resources Journal, vol. 15, no 4, p. 713-727.

Cliche, Paul. 1995. Anthropologie des communautés andines équatoriennes. Entre diable et patron. Montréal (Qué) : Recherches amérindiennes au Québec, 284 p.

Cordero, Octavio. 1926. « El Azuay histórico ». In Monografia del Azuay, sous la dir. de Mora, Luis et Arquímides Landázuri. Cuenca (Équateur) : Biblioteca de la Casa de la Cultura Ecuatoriana.

De Montgolfier J. et Natali J.M. 1987. Le patrimoine du futur. Approches pour une gestion patrimoniale des ressources naturelles. Economica, collection « Economie agricole et agroalimentaires ». Paris, 253 p.

Hardin, Garrett. 1968. « The tragedy of the commons ». Science, vol 162, p. 1243-1248.

Kenny-Jordan, Charles, Carlos Herz, Mario Añazco et Miguel Andrade.1999. Construyendo Cambios, una Propuesta de Manejo Participativo de los Recursos Naturales Renovables para el Nuevo Milenio. Quito (Équateur) : Organización de las Naciones Unidas para la Agricultura y la Alimentación (FAO), 446 p.

Lescuyer, Guillaume. 2000. Évaluation économique et gestion viable de la forêt tropicale : Réflexion sur un mode de coordination des usages d’une forêt de l’est-Cameroun. Thèse de Doctorat, Paris, École des Hautes Études en Sciences Sociales, 414 p.

Martínez Alier, Joan y Jordi Roca Jusmet. 2001. Economía Ecológica y Política Ambiental. México (D.F.): Fondo de Cultura Económica 499 p.

McCay, Bonnie. 1992. « Everyone’s concern, whose responsibility? The problem of the commons ». In Understanding economic process, sous la dir. De Sutti Ortiz et Susan Lees, p 189-210. Lanham (Maryland): University Press of America.

Miller, Tyler. 2002. Living in the environment: principles, connections, and solutions. Belmont (Cal.) : Thomson Learning, Inc. 758 p.

Ministerio del Ambiente, EcoCiencia et Unión Mundial para la Naturaleza (UICN). 2001. La Biodiversidad del Ecuador Informe 2000, sous la dir. De Carmen Josse. Quito (Équateur): Ministerio del Ambiente, EcoCiencia et Unión Mundial para la Naturaleza (UICN), 368 p.

Murra, John. 1972. « El “control vertical” de un máximo de pisos ecológicos en la economía de las sociedades andinas ». In Visita de la provincia de León de Huanuco (1562), Iñigo Ortiz Zúñiga, visitador. T. 2. Universidad Hermilio Valdizán, Huanuco-Perú, p. 429-476.

Oberem, Udo. 1978. “El acceso a recursos naturales de diferentes ecologías en la sierra ecuatoriana (siglo XVI)”. Actas del XLII Congreso Internacional de Americanistas. París, 1976, vol. 4, p. 51-64.

Ostrom, Elinor. 1995. « Constituting social capital and collective action ». In Local commons and global interdependence, heterogeneity and cooperation in two domain, sous la dir. De Keohane, Robert et Elinor Ostrom, p. 125-160. Londres (Ang) : Sage Publications.

Parizeau, Marie-Hélène. 2001. « Considerations on a code of ethics for conservation biologists ». In Protecting biological diversity roles and responsibilities, sous la dir. de Potvin, Catherine, Margaret Kraenzel et Gilles Seutin, p. 12-25. Montreal: McGill-Queen’s University Press.

Programme des Nations Unies pour le Développement. 1999. Informe sobre desarrollo humano Ecuador 1999, Quito (Équateur): PNUD, 231 p.

Potvin, Catherine et Gilles Seutin. 2001. « Introduction ». In Protecting biological diversity roles and responsibilities, sous la dir. de Potvin, Catherine, Margaret Kraenzel et Gilles Seutin. Montréal : McGill-Queen’s University Press.

Pratlong, Georges. 1989.“Individualisme et échange dans la culture andine traditionnelle”. Bulletin de l’Institut Français d’Études Andines, vol 18, no 1, pp. 23-53.

Revéret, Jean-Pierre et Alain Webster. 2002. « Economics and biodiversity management ». In The Construction of a New International Biological Order, sous la dir. de Le Prestre, Philippe. Aldershot, Hampshire : Ashgate Publishing Ltd (sous presse).

Sánchez-Parga, José. 1989. Faccionalismo, Organización y Proyecto Etnico en los Andes. Quito (Équateur): Centro Andino de Acción Popular, 316 p.

Smouts, Marie-Claude. 2001. Forêts tropicales jungle internationale: les revers d’une écopolitique mondiale. Paris (France) : Presses de Sciences Po, 349 p.

Takforyan, Ani. 2000. « Chasse villageoise et gestion locale de la faune sauvage en Afrique : Une étude de cas dans une forêt de l’est-Cameroun. Thèse de doctorat, Paris, École des Hautes Études en Sciences Sociales, 314 p.

Weber, Jacques et Jean-Pierre Revéret. 1993. « Biens communs : les leurres de la privatisation » Savoirs Le monde diplomatique, p. 71-73.Image5

Haut de page

Notes

1  Quelques années auparavant, des opportunités de travail nous ont amené dans les pays du sud où nous avons découvert un environnement complètement différent. Nous avons vite réalisé que la protection de cette extraordinaire biodiversité ne pouvait pas être isolée des usages que les acteurs locaux font del’environnement pour leur subsistance. Ainsi, notre souci pour l’environnement tropical s’est mélangé avec l’intérêt pour les êtres humains [traduction de l’auteur]

2  Chrématistique, du grec krêmatistike « science de la richesse ». La conception chrématistique de l’économie prône la production intensive des biens de consommation, sans considération de leur utilité.

3  Au fur et à mesure que la population et la demande d’aliments augmentent, il faut cultiver des terres chaque fois moins fertiles (ou situées moins favorablement). Cette inférence a été exprimé par David Ricardo comme la « loi des rendements décroissants ».

4  L’indigence, situation de pauvreté extrême dans laquelle la consommation par habitant est inférieure à la quantité de nutriments nécessaires pour satisfaire les besoins nutritionnels de base, touche 20% de la population de l’Équateur (PNUD, 1999).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Francisco Neira B., « Appropriation des ressources naturelles dans une forêt andine équatorienne : vers la gestion patrimoniale des ressources », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Volume 5 Numéro 2 | novembre 2004, mis en ligne le 01 novembre 2004, consulté le 30 avril 2017. URL : http://vertigo.revues.org/3573 ; DOI : 10.4000/vertigo.3573

Haut de page

Auteur

Francisco Neira B.

Professeur d’Économie Écologique à l’Université SEK (Quito, Équateur), fneirab@yahoo.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page