Navigation – Plan du site
Dossier : Écologie et économie

Environnement et économie : une relation équivoque

Olivier Boiral

Résumés

La réduction des impacts environnementaux peuvent représenter des investissements considérables pour les entreprises industrielles. Confrontées, d’une part, à des pressions réglementaires ou sociétales exigeant l’adoption de systèmes de dépollution efficaces et, d’autre part, à des contraintes économiques et concurrentielles qui limitent les investissements non productifs, ces entreprises ont souvent une marge de manoeuvre très étroite. Les implications économiques des actions environnementales semblent d’autant plus difficiles à appréhender que les études sur la question donnent des résultats contradictoires. L’objectif de ce texte est de rappeler les principaux débats sur ce thème en soulignant le caractère équivoque et circonstanciel de la relation entre environnement et économie. La complexité de cette relation tend à remettre en cause l’opposition souvent simpliste entre les hypothèses « win-win » et « win-loose » qui dominent les débats sur ce thème.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les questions environnementales représentent aujourd’hui un enjeu stratégique pour les entreprises. Longtemps subordonnée aux besoins de l’activité économique et considérée comme un ensemble de ressources illimitées, l’environnement apparaît aujourd’hui comme une préoccupation collective qui doit être intégrée aux activités productives. Les pressions réglementaires et sociétales pour le respect des écosystèmes imposent des contraintes auxquelles les entreprises ne peuvent se soustraire sans compromettre la légitimité de leurs activités. Dès lors, l’ouverture aux valeurs environnementales et les investissements dans des équipements de dépollution apparaissent comme une nécessité pour assurer la pérennité des activités industrielles. La réponse de la firme aux pressions externes et aux contestations sociales est d’ailleurs un thème classique de réflexion de la stratégie et de l’analyse économique. De nombreux modèles, souvent repris dans l’étude des politiques environnementales, se sont ainsi attachés à analyser la réaction plus ou moins « proactive » de l’entreprise face aux pressions sociétales (Schuman, 1995 ; Freeman, 1984; Pasquero, 1980; Ackerman et Bauer, 1976; Jolly, 1990). Cependant, depuis quelques années, ces questions tendent à apparaître davantage comme une source  d’opportunités économiques que comme une contrainte à laquelle les entreprises doivent se soumettre (Elkington, 1987; Comolet, 1991; Winter, 1989; Dilorenzo, 1991; Shrivastava, 1995; Lanoie et Tanguay, 1999). Le concept de développement durable, omniprésent dans le discours des entreprises et des gouvernements depuis la fin des années 80 a largement contribué à populariser cette vision « win-win » des relations entre les actions environnementales et les intérêts économiques. Selon Michael Porter en particulier, les pressions environnementales et les investissements verts contribuent à améliorer la compétitivité des entreprises ainsi que celle des nations où la réglementation est la plus sévère (Porter, 1991; Porter et Van Der Linde, 1995). En effet, la réduction de la pollution tend à stimules l’innovation, à réduire les quantités de matières et d’énergies utilisées, et donc à accroître la productivité, laquelle se définit comme le « rapport du produit aux facteurs de production (quantité d’énergie, temps de travail, etc.) » (dict Robert). Cette logique vertueuse, qui entend minimiser les ressources utilisées et les contaminants rejetés pour améliorer l’efficacité des procédés est au centre de la quête d’éco-efficience qui connaît un intérêt croissant depuis la fin des années 90 (DeSimone et Popoff, 1997 ; Boiral, et Croteau, 2001).

2Cependant, les études empiriques sur l’environnement et la productivité donnent des résultats souvent contradictoires. Certains travaux accréditent « l’hypothèse de Porter » alors que d’autres confirment plutôt le modèle économique classique, qui considère la pollution comme une externalité négative dont la prise en compte entraîne des coûts pouvant hypothéquer la productivité des entreprises. Les débats sur ce thème n’ont pas seulement des implications stratégiques sur le choix des investissements environnementaux mais également des conséquences politiques et écologiques, l’argument économique étant souvent mis de l’avant pour retarder ou pour remettre en cause l’opportunité de certains programmes de réduction de la pollution. L’objectif de cet article n’est pas de prendre position pour l’une ou l’autre de ces hypothèses apparemment antinomiques mais d’en montrer le caractère réducteur et simplificateur à partir d’une approche plus contingente des liens entre économie et environnement. L’analyse de ces liens ne présuppose pas que les enjeux environnementaux des entreprises doivent être jugés uniquement à l’aune d’une vision de type « coûts-bénéfice », mais entend apporter un éclairage critique des débats économiques sur la question.

3Dans un premier temps, les principaux arguments du modèle classique et de l’hypothèse de Porter seront exposés. Dans un second temps, le caractère arbitraire et contingent de l’analyse « coûts-bénéfices » traditionnelle sera souligné. En conclusion, un modèle permettant de schématiser ces principaux déterminants et de faciliter la compréhension des enjeux économiques des actions environnementales sera proposé.

Le modèle classique ou l’environnement comme une contrainte économique et sociétale

4Selon l’approche classique des relations entre les enjeux économiques et environnementaux, les pressions écologiques apparaissent comme des contraintes et des coûts susceptibles de menacer la pérennité des organisations. Cette approche repose essentiellement sur deux analyses complémentaires des enjeux environnementaux. La première s’inscrit dans une perspective sociétale dans laquelle l’entreprise est soumise à des pressions externes auxquelles elle doit impérativement répondre. Les écarts entre les attentes de la société et la perception du comportement des entreprises, souvent associées à des « pollueurs », représentent donc des menaces pour la légitimité et pour la survie des organisations (Suchman, 1995). Ainsi, les enjeux environnementaux sont la source de pressions sociales que les entreprises doivent savoir analyser et anticiper. Le renforcement de ces pressions n’est pas seulement susceptible de compromettre l’image de l’entreprise mais aussi de réduire considérablement sa marge de manœuvre en raison des contraintes réglementaires, des protestations du public, des campagnes médiatiques ou des opérations de boycott organisées par des groupes écologistes (Ackerman et Bauer, 1976 ; Pasquero, 1979 ; Boiral et Joly, 1992). La mise en échec du projet du groupe Shell de couler la plate forme Brent Spar au large de la mer du nord illustre ce « cycle de vie des pressions sociétales » (Ackerman et Bauer, 1976). Ainsi, les pressions de plus en plus virulentes à l’encontre de Shell (boycottage des stations Shell en particulier en Allemagne, occupation de la plate-forme par des militants de Greenpeace, etc.) ont conduit l’entreprise à trouver une solution plus « écologique », notamment par la récupération des matériaux de la plate-forme. Bien que cette option n’était pas la plus économique et que l’entreprise disposait de toutes les autorisations pour couler la plate-forme arrivée à la fin de sa durée de vie utile, l’intensité des pressions sociétales avait réduit considérablement la marge de manœuvre du groupe pétrolier. La perspective sociétale tend ainsi à faire des enjeux environnementaux des contraintes dont la prise en compte entraîne des coûts difficiles à éviter et proportionnels à l’intensité des pressions à l’encontre de l’entreprise.

5La théorie des externalités négatives et des coûts de dépollution constitue le pendant économique de cette perspective. Selon l’approche économique classique, les nuisances environnementales causées par l’activité industrielles se traduisent par des coûts qui ne sont pas supportés par l’entreprise ni intégrés dans le prix de ses produits : problèmes de santé, accélération de la corrosion, pertes de récoltes, détérioration d’un site récréatif ou touristique, épuisement des ressources naturelles, etc. Ces coûts sont donc externalisés, c’est-à-dire reportés à la charge de la collectivité. Les pressions environnementales et les normes réglementaires vont conduire les entreprises à internaliser ces coûts par des actions visant à réduire les impacts sur le milieu naturel. Ces actions de dépollution vont ainsi se traduire par des charges liées en particulier à l’acquisition d’équipements environnementaux (épurateurs d’air, filtres, procédés plus propres, etc) et aux dépenses de fonctionnement (main-d'oeuvre, maintenance, entretien, etc).

  • 1  Ces critiques concernent en particulier la difficulté voire impossibilité de donner une valeur éco (...)
  • 2  Cette limite de la logique économique, qui ne rend compte que des choses “mortes” et non de la nat (...)

6La relation directe entre la diminution de la pollution et l’augmentation des coûts supportés par l’entreprise conduit à calculer un « niveau optimal de pollution », défini comme le niveau à partir duquel les coûts marginaux pour réduire l’impact sur l’environnement deviennent supérieurs à la réduction des coûts associés aux dommages causés à l’environnement (Lipsey, Purvis et Steiner, 1993; Pillet, 1993; Prud’homme, 1980). Ce modèle considère donc implicitement que les actions de dépollution entraînent invariablement des charges supplémentaires pour l’entreprise. En contrepartie, les externalités négatives (dommages pour l’environnement, risques pour la santé, détérioration des biens) tendent à diminuer lorsque les dépenses pour la dépollution augmentent. Il existe donc un niveau de rejet dit « optimal » permettant d’équilibrer les coûts supportés par l’entreprise et les dommages subis par la collectivité. Outre les études d’impacts traditionnelles, ces dommages peuvent être évalués, selon certains auteurs, à partir du prix que les citoyens sont prêts à payer pour la protection de l’environnement (Gauthier, 2003). Cette analyse « coûts-avantages », qui est généralement critiquée par les environnementalistes1, suppose cependant qu’il est possible de donner un prix à la nature. Or les écosystèmes et la vie en général n’ont pas, en soi, de prix, puisqu’ils échappent à la rationalité économique, fondée sur la valeur d’échange des biens (Cairncross, 1992, Passet, 1979)2.  

7D’autres analyses économiques, plus empiriques, se sont attachées à modéliser les relations entre les investissements environnementaux et la situation économique des entreprises à partir de données statistiques globales. Ainsi, de nombreuses études ont montré, conformément au modèle classique des coûts de dépollution, que le développement de la réglementation environnementale et les investissements réalisés pour y répondre tendent à avoir un impact négatif sur la productivité des entreprises (Denison, 1978; Christainsen et Haveman, 1981; Guollop et Roberts, 1983; Dufour, Lanoie et Patry, 1992). Selon Walley et Whitehead (1994), la prédominance de la rhétorique du « win-win » dans les études récentes sur le management environnemental est en grande partie irréaliste et risque de conduire à des choix coûteux pouvant sérieusement hypothéquer la compétitivité des entreprises. L’acquisition d’équipements environnementaux implique en effet généralement des investissements très lourds et dont la rentabilité est faible. Par exemple, dans les années 90, les coûts annuels additionnels associés aux normes environnementales imposées par le Clean Air Act Américain ont été estimés à 4 à 5 milliards de dollars pour contrôler les émissions de dioxyde de soufre dans les centrales électriques américaines et par des investissements de plus de 37 milliards de dollars pour les raffineries de pétrole (Cairncross, 1992; Walley et Whitehead, 1994).

8Cette hypothèse économique de type « win-loose » a des implications environnementales et politiques qui transcendent largement les frontières de l’organisation et de sa stratégie. Ainsi, le refus, par l’administration américaine, de signer les accords de Kyoto se justifie, selon le président Georges Bush, par l’impact nuisible d’une telle mesure sur l’économie des États-Unis. De même, la décision du Canada d’adopter les accords de Kyoto annoncée lors du sommet de Johannesburg de septembre 2002  a suscité une levée de boucliers dans certaines provinces, plus particulièrement l’Alberta et Terre Neuve, qui dénoncent, à l’image du gouvernement américain, les coûts économiques prohibitifs découlant d’un tel engagement.

« L’hypothèse de Porter » ou l’environnement au service de la productivité

  • 3  Le concept de « croissance zéro » proposé par le Club de Rome au début des années 70, proposait un (...)

9Basé sur une relation conflictuelle entre l’économie et l’environnement, le modèle classique a été largement contesté, depuis la fin des années 80, par différentes approches qui se sont attachées à démontrer les bénéfices de l’intégration des préoccupations écologiques dans l’activité des entreprises. Ces approches ont été largement popularisées par le principe de « développement durable », qui est au centre des travaux de la Commission Mondiale sur l’Environnement et le Développement (1988), laquelle a inspiré de nombreuses études sur les avantages économiques des investissements environnementaux. Ainsi, contrairement aux propositions malthusiennes du Club de Rome3, la stratégie de développement durable soutient que  la reprise de la croissance, associée à une redistribution plus équitable des richesses et au respect des équilibres naturels est indispensable pour assurer un mode de développement soutenable, c’est-à-dire un développement “qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs” (Commission Mondiale sur l’Environnement et le Développement, 1988, p.51). L'optimisme de la Commission Brundtland sur les possibilités d'harmonisation de l'économie et de l'écologie va faciliter les efforts de prise en compte de la stratégie de développement durable aux niveaux tant international que national, régional et même organisationnel. La multiplication des “plans verts”, qui entendent intégrer les politiques environnementales et économiques des pays s’inscrit dans cette philosophie. Ainsi, de nombreux pays comme le Canada, le Danemark, la France, la Grande-Bretagne,  l’Irlande, l’Italie, la Norvège ou les Pays-Bas ont mis en oeuvre, à partir du début des années 90, des plans plus ou moins ambitieux pour promouvoir une stratégie de développement durable reposant sur une logique « win-win » (Theys, 1992).

10De même, à partir du début des années 90, de nombreux travaux se sont attachés à promouvoir la mise en œuvre de stratégies environnementales centrées sur les principes du développement durable (Schmidheiny et al., 1992; Landry, 1990; Sala, 1992; Robins, 1992). Ces travaux ont permis de démontrer divers avantages pouvant découler des initiatives environnementales : économies de matières et d’énergie, réduction des coûts de traitement des contaminants et des frais d’enfouissement des déchets, amélioration de l’image de l’entreprise, amélioration des procédés, innovations technologiques, etc. Quels que soient les exemples et les approches retenues par ces études, les enjeux environnementaux apparaissent la plupart du temps comme un moyen d’améliorer la productivité et la compétitivité de l’entreprise. Cette perspective « win-win » est souvent appelée « l’hypothèse de Porter », ce dernier ayant été un des premiers à remettre en cause le postulat traditionnel du lien négatif entre actions environnementales et compétitivité des entreprises (Porter, 1991 ; Porter et Van Der Linde, 1995). La remise en cause de ce postulat ne porte pas directement sur le caractère contraignant des pressions environnementales. Selon Porter, le développement de la réglementation environnementale appelle au contraire des dépenses et des transformations susceptibles d’alourdir les coûts. Cependant, la réponse à ces contraintes entraîne également des efforts d’innovation afin d’améliorer les procédés, d’utiliser de façon plus efficiente les intrants et de trouver de nouveaux débouchés pour les sous-produits de la production. Exemples à l’appui, Porter estime que les bénéfices résultant de ces mesures excèdent en définitive le plus souvent leurs coûts. De fait, le renforcement des contraintes réglementaires dans certains pays, loin de freiner la compétitivité des entreprises par rapport à des concurrents qui ne sont pas soumis aux mêmes normes, la stimule et tend à améliorer la position concurrentielle des firmes les moins polluantes sur les marchés internationaux.

  • 4  Extraits du Sustainability Report publié par l’entreprise.

11Certaines histoires à succès d’entreprises reconnues pour leur engagement environnemental ont contribué à accréditer la thèse de Porter. Par exemple, la compagnie Interface, spécialisée dans la fabrication de tapis et de textiles a mis en oeuvre une politique environnementale ambitieuse centrée sur la recherche d’éco-efficience. Cette politique a entraîné des changements majeurs dans la plupart des activités de l’entreprise: conception des produits, procédés, programmes de qualité, formation des employés, politique de commercialisation, etc. Le développement des initiatives environnementales d’Interface ne constitue pas seulement un objectif à atteindre; ces initiatives sont au centre de la vision de l’entreprise, qui s’attache à « permettre à chaque personne de continuellement apprendre et se développer » et « à devenir le premier nom dans le domaine de l’écologie industrielle »4. Depuis 1994, les efforts pour mettre en oeuvre cette vision ont permis d’économiser près de 80 millions de dollars et d’augmenter les revenus de 20 % tout en réduisant de façon significative les déchets et la consommation de matières premières (Johansen, 1998). Les acronymes du management environnemental utilisés dans plusieurs multinationales sont également révélateurs des économies qui semblent pouvoir ou vouloir être réalisées par l’amélioration del’éco-efficience : Prevention Pollution Pays (PPP) chez 3M, Waste Reduction Always Pays (WRAP) chez Dow Chemicals, “Save Money And Reduce Toxics” (SMART), chez Chevron, etc.

12Ainsi, de nombreux travaux ont fait de la découverte des synergies entre réduction de la pollution et amélioration de la productivité une justification « économiste » des actions environnementales et du renouvellement du paradigme traditionnel sur l’économie de l’environnement (Lanoie et Laplante, 1992; Shrivastava, 1995, Berry et Rondinelli, 1998). L’engagement vert des entreprises devrait ainsi être encouragé par les gouvernements et par les gestionnaires, non seulement pour sa légitimité intrinsèque mais également pour son effet d’entraînement vertueux sur la compétitivité et sur l’efficacité manufacturière.

13Cependant, des études plus systématiques menées depuis le début des années 90 pour vérifier l’hypothèse de Porter, ont donné des résultats beaucoup plus nuancés et souvent contradictoires. Ces recherches ont souvent été basées sur des analyses de corrélation entre le renforcement des normes réglementaires dans certains secteurs et l’évolution du niveau de productivité des entreprises. Alors que certains travaux tendent à valider l’hypothèse de Porter (Azzone et Bertèle, 1994 ; Shrivastava, 1995; Lanoie et Tanguay, 1999), d’autres confirment au contraire les principaux postulats du modèle classique (Boyd et McCelland, 1999 ; Palmer, Oates et Portney, 1995).

14L’analyse du lien entre actions environnementales et productivité demeure donc très controversée. Ces controverses sont liées, pour une large part, à la complexité des enjeux environnementaux et au caractère réducteur de l’analyse « coûts-bénéfices ».

Arbitraire et contingence de l’analyse « coûts-bénéfices »

15Les exemples précédents montrent que les conséquences économiques des actions environnementales n’obéissent pas à une relation linéaire simple. Si certains investissements environnementaux ont des retombées économiques positives à plus ou moins long terme et sont nécessaires pour assurer la légitimité sociale de l’entreprise, les actions de dépollution peuvent aussi exiger de lourdes dépenses et compromettre l’équilibre financier de l’entreprise. Comme le montrent Palmer, Oates et Portney (1995), s’il est aisé de trouver des histoires à succès comme le font Porter et Van Der Linde,  il est également possible d’énumérer de nombreux cas où les coûts associés aux pressions environnementales ont mis en difficulté financière des entreprises. L’opposition entre les deux logiques évoquées précédemment et qui domine les débats sur les enjeux économiques des actions environnementales paraît donc arbitraire, voire simplificatrice.

16En premier lieu, les retombées économiques globales des actions environnementales dépendent du type d’industrie et de la nature des contaminants considérés. Il est clair que, pour des entreprises spécialisées dans le traitement des eaux industrielles par exemple, le développement des préoccupations environnementales constitue une opportunité économique. Dans les industries polluantes cependant, les investissements environnementaux apparaissent au contraire souvent comme des coûts, même si de nombreuses actions écologiques, comme les mesures pour réduire les déchets et améliorer l’efficacité énergétique par exemple, peuvent se traduire par des économies substantielles. Les programmes environnementaux des entreprises et leurs impacts économiques ne constituent donc pas une réalité homogène, monolithique et universelle. Certaines initiatives débouchent sur des économies de matières ou d’énergie alors que d’autres impliquent au contraire des coûts nets souvent considérables. Par exemple, le programme de réduction à la source des déchets de la compagnie Dow Chemical, qui a rapporté un retour sur investissement de 55%, a reposé sur une multitude d’initiatives décentralisées impliquant une forte participation des travailleurs (Avila et Whitehead, 1994). Mais, de façon globale, les quelque 200 millions de dollars qui ont été investis la même année dans le domaine de l’environnement par cette entreprise se sont soldés par un retour sur investissement négatif de 16%. Dans certains cas, les investissements environnementaux représentent des coûts nets mais qui peuvent déboucher, à long terme, sur des avantages économiques inattendus. Ainsi, le leader chimique américain Du Pont a dépensé des centaines de millions de dollars dans des équipements de contrôle de la pollution, des indemnités pour dommages causés par des produits toxiques, ou encore des opérations de nettoyage consécutives à des déversements accidentels. Cependant, en développant, par la contrainte, un des services environnementaux les plus importants au monde, Du Pont a pu réaliser des revenus substantiels grâce à la vente de produits et de services environnementaux (Simon, 1990).

17En second lieu, dans les industries soumises à de fortes pressions environnementales, les investissements pour réduire la pollution apparaissent aujourd’hui beaucoup plus comme des actions nécessaires, voire indispensables, que comme des investissements discrétionnaires dont l’évaluation doit reposer exclusivement sur des critères de coûts-bénéfices économiques. Les entreprises vont donc surtout s’attacher à réaliser les investissements qui s’imposent pour respecter les normes réglementaires et répondre aux pressions sociétales, en privilégiant les solutions les plus économiques, en particulier dans un contexte de récession et de restrictions budgétaires. Cette démarche va souvent conduire à privilégier les critères d’efficience sur les critères d’efficacité dans l’atteinte des objectifs environnementaux. C’est dans cette perspective que s’inscrit par exemple le programme environnemental anglais BATNEC (« Best Available Techniques Not Entailing Excessive Cost »), qui repose sur la coopération entre les inspecteurs et les responsables de l’entreprise pour mettre en oeuvre des solutions technologiques permettant de maximiser le rapport entre l’efficacité environnementale et le coût des mesures envisagées. L’interface entre l’économie et l’environnement n’obéit pas ici à une logique dichotomique de type « gagnant-gagnant » ou « gagnant-perdant » mais plutôt à la recherche d’un compromis réaliste entre deux dimensions qui ne doivent pas être subordonnées l’une par rapport à l’autre.

Conclusion

18Les implications économiques des investissements verts peuvent varier considérablement suivant les secteurs d’activités, les objectifs visés, le contexte industriel et réglementaire ainsi que le type d’action considéré. La complexité des problèmes écologiques ainsi que la pluralité et la diversité des actions pouvant être mises en oeuvre pour réduire l’impact des activités industrielles sur le milieu naturel rendent simplificatrice l’opposition classique entre la perspective économiste traditionnelle et l’hypothèse de Porter. Les actions environnementales impliquent, comme tout investissement, un risque qui sera d’autant plus grand que les dépenses seront élevées et que l’incertitude rendra plus difficiles les prévisions des décideurs. La mise en œuvre d’une démarche préventive centrée sur une logique « d’amélioration continue » permet, dans une certaine mesure, de réduire ces coûts environnementaux voire d’apporter des économies substantielles. Cependant, les progrès en terme de performance environnementale et de productivité qu’il est possible de réaliser par cette démarche demeurent incertains et limités. L’atteinte d’objectifs environnementaux plus ambitieux appelle souvent l’adoption de technologies palliatives permettant des améliorations plus radicales, mais qui exigent des investissements coûteux et sans effets sur la productivité.

  • 5  Le développement rapide de l’écologie industrielle et de la recherche d’éco-efficience, laquelle e (...)

19Ce caractère contingent et circonstanciel des implications économiques des actions environnementales appelle un élargissement et une mise en contexte des réflexions sur ce thème. D’une part, les logiques « win-win » et « win-loose » reposent sur des hypothèses simplificatrices qui ignorent la complexité et le caractère contingent de l’interface économie et environnement. D’autre part, ces analyses tendent trop souvent à subordonner les enjeux environnementaux aux enjeux économiques, lesquels vont favoriser ou au contraire restreindre les actions écologiques en fonction des coûts ou des bénéfices anticipés. Or la question n’est pas tant de savoir si les investissements environnementaux sont ou non économiquement bénéfiques, que de comprendre et de favoriser les conditions qui permettent d’améliorer l’efficience d’actions environnementales que la réglementation, les pressions sociales ou encore la stratégie des entreprises rendent nécessaires. Comme l’indique la norme internationale ISO 9001 (version 2000), l’efficience désigne la « relation entre le résultat obtenu et les ressources utilisées ». L’amélioration de l’efficience environnementale suppose donc l’atteinte d’objectifs environnementaux ou l’amélioration des résultats dans ce domaine au moindre coût voire éventuellement en réalisant des bénéfices économiques5.

  • 6  Pour une analyse de ces différents facteurs de contingence sur l’efficience environnementale, voir (...)

20Dans les entreprises industrielles, cette quête d’efficience environnementale dépend en particulier des facteurs suivants (voir figure 1)6:

  • l’excellence manufacturière : les performances environnementales ne résultent pas seulement de programmes spécifiques dans ce domaine, mais également des efforts pour améliorer la productivité : qualité totale, gestion des opérations, innovations, management technologique, etc. Ces efforts se confondent souvent avec les approches de prévention de la pollution dans la mesure où ils permettent d’optimiser les ressources en minimisant les intrants ainsi que les rebuts (Roy, Boiral et Lagacé, 2001);

  • choix technologiques : l’installation de systèmes de dépollution en aval des procédés (logique palliative) se traduit le plus souvent par des coûts qui ont un impact négatif sur la productivité. En revanche, la réduction de la pollution à la source (approche préventive) débouche généralement sur des économies de matières et d’énergies qui améliorent l’efficience des activités de production (Klassen et Whybark, 1999; King et Lenox, 2002). Ces deux approches ne sont cependant pas mutuellement exclusives. Elles sont au contraire appelées à coexister, en particulier lorsque les objectifs environnementaux sont ambitieux et exigent une combinaison de mesures;

  • les performances environnementales actuelles et visées: le phénomène d’efficacité marginale décroissante des actions de dépollution tend à restreindre progressivement les opportunités d’amélioration de la productivité, en particulier si des efforts substantiels ont déjà été consentis (Viardot, 1993 ; Prud’homme, 1980). En conséquence, les opportunités de gains économiques seront, en principe, plus aisées pour les entreprises qui entament la mise en œuvre de programmes environnementaux que pour celles qui sont déjà avancées dans le domaine. Quel que soit le caractère de ces programmes, l’entrée en vigueur d’une réglementation environnementale beaucoup plus sévère ou d’objectifs environnementaux plus drastiques nécessitera, à terme, des systèmes de dépollution plus coûteux et peu rentables ;

  • l’anticipation des normes et le cycle de renouvellement des équipements : l’anticipation de ces pressions est particulièrement importante lorsque le cycle de renouvellement des équipements et le processus d’innovation qui en résultent sont lents. Dans ce cas, il est en effet plus difficile ou plus long d’intégrer l’évolution des contraintes environne­mentales dans la conception des nouveaux procédés. Comme le fait d’ailleurs remarquer Cairncross (1990), l’obsolescence des équipements est généralement plus lente dans les industries les plus polluantes (textile, métallurgie, agroalimentaire, etc.). Dans ces industries, le renforcement des contraintes réglementaires tend à entraîner des coûts importants afin de mettre en conformité des anciens procédés dont la conception est peu adaptée aux nouvelles exigences  Dans les secteurs d’activités plus jeunes, à forte croissance, et où l’innovation technologique est plus rapide (électronique, informa­tique, etc.), les changements fréquents dans les méthodes de production permettent au contraire d’adapter de façon plus souple et plus efficiente les procédés aux nouvelles normes environne­mentales (Russo et Fouts, 1997);

  • la mobilisation des employés : la sensibilisation environnementale et l’implication du personnel dans les programmes de réduction de la pollution peuvent déboucher sur des améliorations significatives indépendamment de changements techniques majeurs et coûteux (Boiral, 2002). D’une part, les changements de certaines habitudes de travail peuvent réduire certaines sources de rejet. D’autre part, les opérateurs de procédés ont souvent des idées simples et efficaces pour améliorer de façon économique les performances environnementales.

Figure 1 : Contingence des relations entre environnement et productivité

21Ces aspects contingents et contextuels de l’efficience environnementale tendent, de prime abord, à limiter la marge de manœuvre des dirigeants ainsi que l’autonomie des politiques environnementales. Le rôle des dirigeants et des choix stratégiques pour favoriser l’émergence d’une logique vertueuse entre environnement et productivité n’est pas pour autant absent. D’une part, indépendamment des considérations économiques, la sensibilité verte des gestionnaires n’est pas sans incidence sur les décisions d’investissements environnementaux (Bansal et Roth, 2000 ; Egri et Herman, 2000). D’autre part, comme le montre une étude sur les politiques environnementales réalisée auprès de plus de 600 entreprises américaines (King et Lenox, 2002), les dirigeants tendent à sous-estimer les bénéfices des approches préventives sur la productivité. Enfin, les actions de prévention de la pollution et la promotion d’une logique d’amélioration continue supposent une mobilisation des employés beaucoup plus large que dans le cas de mesures techniques, qui dépendent généralement des services environnementaux (Ruiz-Quintanilla, Bunge, Freeman-Gallant et Cohen-Rosenthal, 1996; Boiral, 2002). Or, le leadership des dirigeants est nécessaire voire indispensable à la sensibilisation des employés et à leur implication environnementale. L’engagement de la haute direction constitue d’ailleurs la première mesure du système de gestion environnementale ISO 14 001.

22Les effets des actions environnementales sur la productivité dépendent donc de facteurs externes et de pratiques internes qui rend arbitraire sinon simpliste la polarisation des débats dans ce domaine. La remise en cause de cette polarisation, qui semble plus idéologique que rationnelle, permet d’éviter deux types d’écueils. Le premier est de considérer que les investissements environnementaux représentent a priori des coûts prohibitifs qui doivent, de facto, être évités ou minimisés au risque de menacer la productivité économique. Ce type d’argument, souvent mis de l’avant par des entreprises et des gouvernements (comme dans le cas du refus de signer les accords de Kyoto par certains pays) apparaît comme une justification facile du statu quo. Le second écueil est de prendre pour acquis la doctrine « win-win » en investissant de façon massive dans des technologies palliatives ou, au contraire, de ne mettre en œuvre que des actions environnementales jugées « rentables » en ignorant des mesures nécessaires mais coûteuses.

23Quelles que soient les options retenues, les actions environnementales ne doivent pas être entièrement subordonnées à des considérations économiques jugées plus ou moins favorables mais reposer d’abord et avant tout sur le souci de respecter l’intégrité des écosystèmes et la santé des populations. Le respect de ces valeurs fondamentales dans toute société n’ayant pas de prix, il impose des dépenses qui ne doivent pas être jugées uniquement selon des critères économiques.

Biographie

24Directeur de la chaire de recherche du Canada sur les normes internationales de gestion et les affaires environnementales,Olivier Boiral est professeur agrégé à la Faculté des sciences de l’administration de l’Université Laval où il enseigne des cours sur la gestion environnementale et la gestion internationale. Soutenue en 1996 à l’École des HEC de Montréal, sa thèse sur la dimension humaine et préventive de la gestion environnementale a été l’objet mention spéciale du jury et d’un prix de l’Institut de recherche en économie contemporaine visant à récompenser les « meilleures thèses de doctorat pour la période 1995-1999 ». Ses recherches sont subventionnées notamment par le FQRNT. Elles portent essentiellement sur la gestion des questions environnementales et sur les normes internationales de gestion, plus particulièrement les référentiels ISO 14001 et ISO 9001. Olivier Boiral a réalisé plusieurs recherches empiriques et qualitatives sur ces questions en montrant notamment les paradoxes et les aspects rituels de la mise en œuvre de systèmes de gestion standardisés de type ISO 14 001 et ISO 9001. Ses recherches ont été l'objet d'une cinquantaine d’articles et de communications scientifiques.

Haut de page

Bibliographie

Ackerman, R. W., Bauer, R.A., Corporate Social Responsiveness: the modern dilemma, Reston, Publishing Company, 1976.

Avila, J., Whitehead, B., «Quand l’écologie devient stratégique», L’Expansion Management Review, été, 1994, p.22-29.

Azzone, G., Bertèle, U., «Exploring Green Strategies for Competitive Advantage», Long Range Planning, vol. 27, n°. 6, 1994, p. 69-81.

Bansal, P. et K. Roth. « Why Companies Goes Green: A Model of Ecological Responsiveness ». Academy of Management Journal, vol. 43, no. 4, 2000, p. 717-736.

Boiral, O. et J. Kabongo, « Le management des savoirs au service de l’écologie industrielle », Revue Française de Gestion, vol. 30, no. 149, 2004, p. 173-191.

Boiral, O., « Stratégies de dépollution et compétitivité: pour une approche contingente de l’hypothèse de Porter », XIIe Conférence de l’Association internationale de management stratégique, 6 juin 2003, Les Côtes de Carthage, Tunisie (publication des actes de colloque sur cédérom).

Boiral, O. « Tacit Knowledge and Environmental Management », Long Range Planning, vol. 35, no. 3, 2002, p. 291-317.

Boiral, O. et G. Croteau, « Du développement durable à l’écologie industrielle, ou les métamorphoses d’un concept caméléon », Xe Conférence de l’Association internationale de management stratégique, Québec, 11-13 juin 2001, Faculté des sciences de l’administration, Université Laval.

Boiral, O., Jolly, D., « Stratégie, compétitivité et écologie », Revue française de gestion, vol. 89, juin-juillet-août, 1992, p. 80-85.

Boyd, G. et J.D. McCelland, « The Impact of Environmental Constraints on Productivity Improvement in Integrated Paper Plants », Journal of Environmental Economics and Management, vol. 38, 1999, p. 121-142.

Cairncross, F., Costing the Earth, Boston, Harvard Business School Press, 1992.

Christainsen, G.B., Haveman, R.H., «Public Regulations and the Slowdown in Productivity Growth», American Economic Review Proceedings, n°.77, 1981, p.320-325.

Commission Mondiale sur l'Environnement et le Développement, Notre Avenir à Tous, Montréal, Ed Fleuve, 1988.

Comolet, A., «Le Renouveau Écologiste, de l'éco-utopie à l'éco-capitalisme», Futuribles, septembre, 1991, p.41-54.

Denison, E., «Effects of Selected Changes in the Institutional and Human Environment Upon Output per Unit of Imput», Survey of Current Business, vol. 58, n°.1, 1978, p.21-44.

DeSimone, L.D. et F. Popoff, Eco-efficiency. The Business Link to Sustainable Development, 1997, Cambridge : The MIT Press.

Dilorenzo, T., «Does Free Enterprise », Across the Board, janvier, 1991, p.34-41.

Dufour, C., Lanofcie, P. et Patry, M.,«Regulation and Productivity in the Quebec Manufacturing Sector», Cahier de Recherche, Montréal, École des HEC, 1992.

Egri, C.R. et S. Herman « Leadership in the North American Environmental Sector : Values, Leadership Styles, and Contexts of Environmental Leaders and their Organizations », Academy of Management Journal, vol. 43, no. 4, 2000, p. 571-604.

Elkington, J., The Green Capitalists, London, Victor Gollangz, 1987.

Freeman, R.E., Strategic Management: a Stakeholder Approach, Marshfield, Pitman Publishing, 1984.

Gagnon, L., Échec des Écologistes ? Bilan des décennies 70 et 80, Montréal, Méridien, 1993.

Gauthier, C. « What Level of Ecostrategy? », XIIe Conférence de l’Association internationale de management stratégique, 4-6 juin 2003, Les Côtes de Carthage, Tunisie.

Guollop, F.M., Roberts, M.J., «Environmental Regulations and Productivity Growth: the cas of fossil-fueled electric powr generation», Journal of Political Economy, août, 1983, p.654-674.

Jolly D., Les Dimensions Sociétales du Management Stratégique, Thèse de Doctorat ès Sciences de Gestion, Université d'Aix-Marseilles III (I.A.E), 1990.

King, A. et M. Lenox « Exploring the Locus of Profitable Pollution Reduction ». Management Science, vol. 48, no.2, 2002, p. 289-299.

Landry, R., «Ultramar: la gestion du développement durable», Étude de cas, École des Hautes Études Commerciales, Montréal, 1990.

Lanoie, P., Laplante, B., «Des Billets Verts pour des Entreprises "Vertes"», Revue Internationale de Gestion, vol. 17, n°.4, novembre, 1992, p.41-47.

Lanoie, P., Tanguay, G.A., « Dix exemples de rentabilité financière liés à une saine gestion environnementale », Revue Gestion, printemps, 1999, p. 30-38.

Lipsey, R.G, Purvis, D.O et Steiner, P.O., Microéconomique, Montréal, Gaëtan Morin, 1993.

King, A.A. et M.J. Lenox « Exploring the Locus of Profitable Pollution Reduction ». Management Science, 2002, vol. 48, no. 2, p. 289-299.

Klassen, R. et C. Whybark « The Impact of Environmental Technologies on Manufacturing Performance », Academy of Management Journal, vol. 42, no. 6, 1999, p. 599-615.

Ministère de L'environnement Français, Donnés économiques de l'environnement, Paris, Documentation du SRETI, 1990.

Palmer, K., Oates, W.E. et P. Portney, « Tightening Environmental Standards : The Benefit-cost Paradigm », Journal of Economic Perspectives, vol. 9, 1995, p. 119-131.

Pasquero, J., L'entreprise face aux pressions sociopolitiques de son environnement, thèse de doctorat, Université des Sciences Sociales de Grenoble, Institut d'Administration des Entreprises, 1980.

Passet, R., L'Économique et le Vivant, Paris, Payot, 1979.

Pillet, G., Économie Écologique, Genève, Georg Éditeur, 1993.

Porter, M.E., Van Der Linde, C. (1995), «Green and Competitive: ending the stalemate», Harvard Business Review, septembre-octobre, p.120-134.

Prud’homme, R., Le Ménagement de la Nature: des politiques contre la pollution, Paris, Dunod, 1980.

Robins, N., L'Impératif Ecologique, Paris, Calmann-Lévy, 1992.

Roy, M.J., Boiral, O. et Lagacé, D., « Environmental commitment and manufactu­ring excellence : A comparative study within Canadian industry », Business Strategy and the Environment, vol. 10, n° 5, 2001, p. 257-268.

Ruiz-Quintanilla, S.A., Bunge, J., Freeman-Gallant, A. et E. Cohen-Rosenthal, « Employee Participation in Pollution Reduction: A Socio-technical Perspective », Business Strategy and the Environment, 5, 1996, 137-144.

Russo, M. et P. Fouts, « A Resource-Based Perspective on Corporate Environmental Performance and Profitability », Academy of Management Journal, vol. 40, no 3, 1997, p. 534-559.

Sala, J.M., «Sécal: dix ans de progrès sur la voie du développement durable», Le Développement Durable: pour la santé, 4eme colloque de formation en santé environnementale, 20 et 21 octobre, Québec, 1992.

Schmidheiny et al., Changer de Cap, Paris, Dunod, 1992.

Shrivastava, P., «The Role of Corporations in Achieving Ecological Sustainability», Academy of Management Review, vol. 20, n°. 4, 1995, p. 936-960;

Simon, R., «Dirty Chemical In, Clean Water Out», Forbes, mars, 1990, p.54-66.

Suchman, M.C., « Managing Legitimacy : Strategic and Institutional Approaches », Academy of Management Review, vol. 20, n°. 3, 1995, p. 571-610.

Theys, J., «Environnement: le retour de la planification ?», Annales des Mines, juillet-août, 1992, p.67-71.

Viardot, E. « Les Cinq Réponses aux Pressions Écologistes », Harvard-L'Expansion, automne 1993, p. 89-95.

Walley, N., Whitehead, B., «It's Not Easy Being Green», Harvard Business Review, mai-juin, 1994, p.46-52.

Winter, G., Entreprise et Environnement, Paris, McGraw-Hill, 1989.Image2

Haut de page

Notes

1  Ces critiques concernent en particulier la difficulté voire impossibilité de donner une valeur économique aux ressources naturelles et de mesurer les effets chroniques à long terme de la pollution dont héritera les générations futures (voir par exemple Gagnon, 1993, p.344-349).

2  Cette limite de la logique économique, qui ne rend compte que des choses “mortes” et non de la nature vivante, avait déjà été soulignée par Aristote et fut par la suite reprise par Marx.

3  Le concept de « croissance zéro » proposé par le Club de Rome au début des années 70, proposait un arrêt de la croissance économique, jugée largement responsable des grands déséquilibres environnementaux. Reposant sur des calculs et des prévisions complexes, les analyses du Club de Rome reflètent  en réalité, dans leurs hypothèses et leurs conclusions, les postulats de base du modèle classique sur la relation économie-environnement

4  Extraits du Sustainability Report publié par l’entreprise.

5  Le développement rapide de l’écologie industrielle et de la recherche d’éco-efficience, laquelle entend réduire l’utilisation des ressources naturelles et amélio­rer la productivité s’inscrit clairement dans cette perspective (Boiral et Kabongo, 2004).

6  Pour une analyse de ces différents facteurs de contingence sur l’efficience environnementale, voir Boiral (2003).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/3386/img-1.png
Fichier image/png, 70k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Boiral, « Environnement et économie : une relation équivoque », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Volume 5 Numéro 2 | novembre 2004, mis en ligne le 01 novembre 2004, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://vertigo.revues.org/3386 ; DOI : 10.4000/vertigo.3386

Haut de page

Auteur

Olivier Boiral

Professeur agrégé, Faculté des sciences de l'administration, Université Laval, Québec, Canada G1K 7P4, Olivier.Boiral@mng.ulaval.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page