Navigation – Plan du site
Dossier: Les savoirs locaux dans la gestion de l'environnement

Un pied dans l’eau, un pied sur terre : trajectoires et savoirs sampaniers dans un processus de transfert de la pêche vers l’aquaculture Phù Tân (Vietnam)

Annick Thomassin

Résumés

Cet article aborde la question de la transformation et de la résilience des savoirs écologiques locaux d'un groupe de pêcheurs semi-nomades (sampaniers) vivant dans le système lagunaire de Tam Giang-Cau Hai au centre du Vietnam. Se retrouvant dans un contexte de raréfaction de la ressource, de transfert massif de la pêche vers l’aquaculture et d’encouragement à la sédentarisation, ces communautés de pêcheurs sont confrontées à une redéfinition de leur rapport au territoire marin et à la ressource. Enfin, cette étude de cas, basée sur des données recueillies lors d’un terrain associé à un projet de maîtrise en anthropologie, permet de réfléchir sur le phénomène de reconstruction des savoirs écologiques des pêcheurs sampaniers à travers ce processus de transfert de la pêche vers l’aquaculture, transfert encadré par des chercheurs principalement issus des sciences naturelles et affiliés à un projet d’élaboration d’un modèle de gestion communautaire des ressources.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Cet article porte sur la transformation des savoirs écologiques des pêcheurs semi-nomades (sampaniers) vivants depuis plusieurs générations sur les eaux du complexe lagunaire de Tam Giang-Cau Hai situé dans la région centre du Viêtnam. À travers une démarche ethnographique, j’ai cherché à explorer les multiples dimensions qui ont contribué (et contribuent encore) à la construction et reconstruction de ces savoirs. Imbriqués dans des rapports sociaux complexes et inégaux qui jalonnent l’accès aux ressources et au territoire lagunaire, ces connaissances se sont articulées de différentes manières selon les groupes de pêcheurs et ont donné naissance à des techniques d’exploitation variées. À leur tour, l’utilisation de ces différentes techniques de pêches, plus ou moins efficaces selon les cas, ont contribué à consolider les rapports de forces existants entre ces groupes.

2Aujourd’hui, les pêcheurs de la lagune se retrouvent dans un contexte de raréfaction des ressources aquatiques, d’encouragement à la sédentarisation et de transformation de l’espace lagunaire pour répondre aux impératifs d’une production aquacole centrée sur l’élevage de la crevette. Ces circonstances conduisent à des modifications importantes relativement à leur mode de vie, celles-ci s’illustrant, entre autres, par une redéfinition de leur rapport au territoire et, ultimement, par des transformations au niveau des savoirs et modes d’appréhension du milieu avec lequel ils interagissent.

3Ainsi, dans le cadre de cet article, je souhaite donner un aperçu général de la situation vécue par les sampaniers, pêcheurs et aquaculteurs de la commune de Phù Tân, principal centre d’aquaculture de la lagune. Je débuterai donc par la présentation du contexte et de la problématique de recherche sous jacente à l’élaboration de ce texte. Je ferai ensuite une brève description du système lagunaire de Tam Giang puis dresserai un portrait des sampaniers, de leur organisation sociale à travers différentes techniques de pêche et des savoirs qu’ils partagent sur leur milieu. Je poursuivrai en m’attardant aux changements tant environnementaux que socioéconomiques qui, depuis plus d’une quinzaine d’années, amènent les pêcheurs de la lagune à se tourner vers de nouvelles stratégies d’exploitation telle que l’aquaculture. Enfin, je m’intéresserai au phénomène de reconstruction des savoirs écologiques des pêcheurs sampaniers à travers ce processus de transfert de la pêche vers l’aquaculture, transfert encadré par des chercheurs principalement issus des sciences naturelles et affiliés à un projet d’élaboration d’un modèle de gestion communautaire des ressources.

Contexte et problématique de la recherche

  • 1  Community-based Coastal Resource Management

4Les données sur lesquels repose la construction de cet article ont été recueillies lors d’un travail de terrain d’une durée de quatre mois s’échelonnant d’avril 2004 au début août de la même année. Différentes contraintes administratives eurent pour effet de retarder et restreindre mes contacts avec les gens de la lagune, limitant ma présence dans la commune à environ cinq heures par semaine. Quoiqu’il en soit, avec l’aide d’une interprète qui connaît bien les sampaniers et qui participa activement au processus d’enquête, une vingtaine d’entrevues semi-dirigées purent être réalisées avec des pêcheurs et aquaculteurs des villages de Tân Dương et Tân Lập (commune de Phú Tân) qui furent rencontrés individuellement ou en groupes à leur résidence. Les critères de sélection des personnes interviewées étaient qu’elles aient été (ou soient encore) sampaniers et qu’elles soient impliquées dans les activités de pêche et/ou d’aquaculture. Comme il n’était pas possible de fixer de rendez-vous et que les familles ne disposaient pas de téléphones, les entretiens se déroulaient avec les gens qui étaient disponibles et présents à leur domicile lors de notre présence dans la commune. Le type d’échantillonnage employé dans le cadre de cette enquête est de type non probabiliste suivant la méthode dite de la commodité ou de l’aveuglette. Enfin, une dizaine d’entrevues supplémentaires furent menées avec des membres de l’équipe de chercheurs rattachée au projet « CBCRM1 in Central Vietnam » supporté par deux universités locales (Université des sciences de Huế (HUS) et Université d’agriculture et de foresterie de Huế (HUAF)) sous la supervision du Centre de recherche en développement international (CRDI, Ottawa).

  • 1

5Inscrit dans le champ de l’anthropologie maritime et inspiré des perspectives théoriques de l’écologie politique et de l’anthropologie du développement2, ce travail d’enquête visait principalement à trouver des éléments de réponse aux questions suivantes:

  • De quelles manières se transigent et se redéfinissent les rapports à l’espace lagunaire qu’entretiennent les sampaniers de la commune de Phú Tân dans un contexte de transfert de la pêche vers l’aquaculture ?

  • Sur quelles bases et de quelles façons s’articule et se négocie la rencontre entre les savoirs experts et les savoirs écologiques des pêcheurs sampaniers à l’intérieur du processus de développement de la production aquacole?

6En somme, dans le cadre de ce travail de recherche, je me suis donc intéressée aux éléments constitutifs des savoirs écologiques des sampaniers pêcheurs dans un contexte de transformations sociales, économiques et environnementales plutôt qu’aux savoirs en tant que tels bien qu’il aurait été intéressant de s’attarder plus longuement sur le sujet, ce qui aurait toutefois nécessité une présence sur le terrain plus longue et répétée.  

Complexe lagunaire de Tam Giang-Cau Hai

  • 3  L’accumulation de sédiments à l’ouverture de Tư Hiền a contribué à son engorgement. Présentement, (...)

7Couvrant une superficie de 216 km2 et s’étirant sur quelques 70 km, la lagune de Tam Giang figure parmi les plus grands complexes lagunaires d’Asie. Limite orientale de la province de Thừà Thiên–Huế, elle est bordée à l’est par un vaste et dynamique système de dunes qui forme le cordon littoral et s’ouvre sur la Mer de Chine aux estuaires de Thuận An et Tư Hiền3 situés respectivement au centre et à l’extrémité sud-est de cette dernière. Les rivières Hương (Rivière des Parfums), Bồ et Ông Lâu y déversent une quantité importante d’eau douce créant ainsi un mélange saumâtre dont la salinité varie spatialement et selon les saisons. La profondeur moyenne du système est approximativement de 2 mètres ce qui favorise la croissance d’herbes marines et d’algues, celles-ci procurant nourriture et habitats à une grande variété d’espèces tant marines que terrestres. Ainsi, la configuration de ce système lagunaire offre un environnement propice à la pratique de différents types de pêche et, plus récemment, au développement rapide de l’aquaculture (Tôn, Lê et Lê; 2002).

8La richesse de ce milieu naturel a permis de supporter une population sans cesse croissante. Selon les chiffres dont je dispose, le nombre d’habitants vivant sur le pourtour de la lagune ou directement sur ses eaux dépassait les 220 000 individus en 2000, ceux-ci répartis dans 236 villages sous la juridiction de 31 communes et de cinq districts où l’on vit principalement de pêche, d’aquaculture et de la monoculture du riz. De ce nombre, près de la moitié serait impliquée dans le secteur halieutique (Truong et Brzeski, 2000).

Les sampaniers

  • 4  On utilise le terme do en vietnamien pour qualifier ce type d’embarcation.
  • 5  Les vạn constituent de véritables villages flottant qui regroupent de 20 à 30 sampans. Le regroupe (...)

9On attribue l’apparition des activités de pêche dans la lagune aux sampaniers (Vo et Nguyen, 2000). Le nom ‘sampanier’ est le terme qui fut retenu par les français pour désigner la personne qui habite un ‘sampan’4, embarcation d’en moyenne 12 mètres de longueur dont une partie couverte sert de zone habitable. En vietnamien, les termes employés pour définir ce groupe sont multiples ; dân kẻ vạn, dân kẻ noốc, dân chài et dân thủy diện, soit respectivement ; peuple des vạn5, peuple flottant, peuple filet et, plus officiellement, peuple vivant à la surface de l’eau. Icône romantique omniprésente sur les toiles et à travers la poésie Huéenne, ces communautés flottantes demeurent toutefois en marge de la société vietnamienne tant traditionnelle que contemporaine. Le sampanier serait ainsi « l’alter ego nécessaire, qui s’inscrit dans ce jeu du même infériorisé et du différent, en contradiction avec l’ordre établi, et porteur de nombreux phantasmes » (Bertrand, 1995).

  • 6  Les rapports écrits par l’équipe de recherche vietnamienne affiliée au CRDI vont dans le sens de c (...)
  • 7  Les Kinh (ou vietnamiens) constituent environ 85% de la population totale du Vietnam.

10Les origines des sampaniers de la lagune de Tam Giang sont incertaines. Les écrits officiels6 rapportent que ces derniers feraient parti du groupe des Kinh (Viêts) formant l’ethnie majoritaire du Vietnam7. Ces documents font mention que, lors de sa migration vers le sud (du XIe au XIXe siècle), le peuple viêt aurait commencé à s’établir et à développer l’agriculture dans la province de Thừà Thiên–Huế. Progressivement, le manque de terres propices à la riziculture aurait poussé les arrivants plus tardifs à s’établir sur les bateaux et à se tourner vers un mode de vie basé sur la pêche (Vo et Nguyen, 2000). Ainsi, selon cet axiome, les sampaniers étaient à l’origine des terriens qui, par ‘mauvaise fortune’, n’auraient pas été en mesure de poursuivre leurs activités terrestres et auraient adopté ce mode de vie semi-nomade par dépit. C’est une idée partagée par les quelques chercheurs avec lesquels j’ai abordé ce sujet. Ils insistèrent d’ailleurs particulièrement sur ce fait. « Dans l’histoire, tout le monde appartenait à la communauté agricole» (Mme Lan, professeure de sociologie, HUS). Cette explication me laisse toutefois perplexe. Elle m’amène à me questionner sur les raisons qui auraient conduit ces dits ‘anciens riziculteurs’ à abandonner de façon permanente cette vie terrestre si valorisée. Devenus nomades, ils auraient bien pu poursuivre leur route vers le sud à la recherche de terres vacantes. Cela me porte donc à penser qu’il y a possiblement des motivations politiques, idéologiques ou autres qui poussent les chercheurs à faire la promotion de cette version des « faits ».

  • 8  J’emprunte cette expression à Nguyên Phat  (Nguyên, 1991) (cité dans Bertrand 1995).
  • 1

11Outre cette interprétation officielle, il existe d’autres hypothèses concernant les origines de ces « gitans »8 de la lagune. Certains indices historiques, sociaux et linguistiques laissent transparaître une association probable avec les chams, peuple d’origine austronésienne versé dans la navigation, la pêche et le commerce, dont le royaume, le Champa9, occupa toute la région côtière du centre du Vietnam du 11e au 18e siècle (Bertrand, 1995 ; Nguyen, 1998). Certains vestiges de ce royaume se dressent d’ailleurs, encore aujourd’hui, sur le cordon littoral, notamment près de Vihn Hài, village situé dans la partie méridionale de la lagune. En effet, les sampaniers de Tam Giang et de la Rivière des Parfums partagent plusieurs traits culturels s’apparentant à ce groupe. Certaines composantes lexicales ainsi que certains chants tel que l’air du Nam ai, que l’on dit typique aux sampaniers de la région de Huế, figurent parmi les exemples qui témoignent de cette influence (Nguyen, 1998). À cela s’ajoute le culte fait au génie de l’eau, Thần ngủ, Thần mặt nước ou Thần thûy entité féminine vietnamisée qui s’inspire du panthéon associé à cette ethnie (Bertrand, 1996). Qui plus est, Didier Bertrand va même jusqu’à affirmer que leur aspect physionomique laisse également croire en des origines non vietnamiennes : « physiquement aussi, nombre de sampaniers sont différents des terriens : peau plus mate, corps plus trapus, yeux moins bridés; voyant nos photos nombre de viêtnamiens pensent qu’ils s’agit de Montagnards (terme générique désignant les habitants des montagnes) et non pas de Kinh (les viêts des plaines) » (Bertrand, 1995). Lors de ma présence sur le terrain je n’ai toutefois pas porté attention aux différences d’ordre physionomique pouvant distinguer les sampaniers des vietnamiens que j’ai côtoyés.

Figure 1. Complexe lagunaire de Tam Giang –Cau Hai  (Adaption d’une carte issue de Brzeski et Newkirk, 2001).

12L’hypothèse des chams mériterait certes de faire l’objet d’études plus approfondies. Elle fournit des pistes intéressantes qui pourraient nous éclairer sur les origines de ces pêcheurs semi-nomades, sinon sur les métissages, coexistences ou échanges qui ont pu avoir lieu entre ces deux groupes et donner naissance à ce mode de vie semi-nomade axé sur la pêche. Elles amènent également à penser ces origines comme étant plurielles et permettent de sortir de la définition officielle qui enferme le sampanier dans le rôle du démuni, du pauvre (kẻ nghèo), de l’illettré qui, par sa condition, est voué à l’errance.

13Les habitants de la lagune se considèrent eux-mêmes vietnamiens. Ils partagent effectivement plusieurs de leurs coutumes, leur langue (malgré des variantes associées à des langues non kihn), ainsi que certaines pratiques religieuses telles que le culte fait aux ancêtres. Quelques-uns d’entre eux sont également bouddhistes. Enfin, quelque soit leur ascendance, il est admit que les sampaniers vivaient sur les eaux du système de Tam Giang-Cầu Hai et ses affluents à une période antérieure au règne de Tự Ðức (1847-1883). Dans les villages de Tân Dướng et Tân Lập, la plupart des pêcheurs que j’ai interrogés à ce sujet font mention d’au moins trois générations de sampaniers précédant la leur. « On vit comme ça de génération en génération. Mes arrières grands-parents, mes grands-parents, mes parents, nous, nos enfants et leurs enfants… Mon grand-père vient de Vình Hiền et on s’est déplacé au gré de la ressource » (Mme Hàng, pêcheur mobile). Au-delà de ces trois générations, ils ne donnent plus de détails mais suggèrent, pour reprendre les mots d’une sampanière interrogée par Bertrand, qu’« ainsi fut créé le monde : il fallait des gens sur terre pour faire pousser le riz et des gens sur l’eau pour attraper des poissons » (Bertrand, 1994).

14La tradition veut que les fils pratiquent le même métier que leur père, m’a-t-on répété à maintes reprises. Les techniques de pêche, tout comme les savoirs sur le milieu lagunaire reposent donc sur une riche tradition familiale et se transmettent d’une génération à l’autre du père à ses fils. Ce contact prolongé avec les différents écosystèmes du système lagunaire a permis aux sampaniers de construire des connaissances très fines sur leur environnement, connaissances qui sont inscrites dans des rapports sociaux variés et inégaux qui ont influencé leur élaboration. Enfin, aujourd’hui le nombre de gens habitant sur les bateaux a considérablement diminué compte tenu des politiques de sédentarisation mises en place par le Parti Communiste Vietnamien.

Pêcheurs de la lagune

15Antérieurement au développement de l’aquaculture, on distinguait deux catégories plus ou moins homogènes de sampaniers-pêcheurs, celles-ci faisant référence à deux corps de métiers. La première catégorie rassemblait les pêcheurs utilisant des engins fixes tels que les nò sáo, nghề đáy, et rớ giàn (corral à poisson, filet de fond et carrelet à moulin), le recours à l’une ou l’autre de ces techniques étant déterminé par la topographie du site exploité. Dans la lagune, le corral à poisson constitue l’engin fixe le plus couramment utilisé. Il s’agit d’une vaste structure en V au bout de laquelle on retrouve un piège servant à capturer poissons et crustacés. On les retrouve principalement dans les zones peu profondes et à l’embouchure des différentes rivières. Les techniques de pêche utilisant des engins fixes ont ceci en commun qu’elles sont plus coûteuses et présupposent des droits d’accès et d’utilisation sur des zones de pêche.

  • 10  Ces techniques de pêche étant plus efficaces, les pêcheurs les pratiquant furent constamment les s (...)

16Ainsi, les unités familiales exerçant ce type d’activité possèdent des droits exclusifs sur des zones marines qui leurs sont accordés en vertu d’anciennes lois datant de l’époque féodale toujours approuvées par le gouvernement actuel (Truong et Brzeski, 2000). Autrefois acquises lors d’encans annuels10, ces dernières sont depuis longtemps transmises à travers les liens filiaux. Ces pêcheurs disposent généralement des meilleurs sites de pêche, ceux-ci étant situés principalement dans les zones peu profondes riches en herbes marines où les crevettes et les poissons abondent.

17La deuxième catégorie, quant à elle, regroupe les pêcheurs qui utilisent des engins dits ‘mobiles’, soit différents types de filets que l’on déploie généralement à partir d’un ghe, petite barque utilisée pour les activités de pêche. Jusqu’à tout récemment, ils constituaient le groupe le plus nombreux. Pour décrire leur technique, plusieurs pêcheurs mentionnent qu’ils poursuivent la queue des poissons « lám nghề theo đuôi con cá » (M. Trung, pêcheur). Les engins les plus fréquemment utilisés sont les xiếc et lưới bạc. Le xiếc correspond à un filet constitué de petites mailles que l’on attache à un ghe en son centre et qui est tiré par deux pêcheurs immergés dans l’eau, technique qui n’est généralement pas utilisée en hiver à cause de la rigueur du climat. En ce qui a trait au lưới bạc, il s’agit traditionnellement d’un filet simple mesurant de deux cents à trois cents mètres de longueur dont une extrémité est fixée à une bouée et l’autre à un ghe. Le filet est déployé verticalement dans les zones où le courant est relativement faible. Il existe différentes variantes du lưới bạc, celles-ci étant adaptées aux espèces qu’elles servent à capturer (lưới một màng pour pêcher les crabes, lưới thệ pour le gobie, ‘lưới bèn’ pour les mulets, etc.) (M. Chuong, pêcheur). Cet engin est plus coûteux que le xiếc.

18Les pêcheurs de ce groupe sont décris comme étant les plus pauvres. Ces derniers ne disposent pas de droits sur les sites de pêches et pratiquent leurs activités dans les espaces libres et autours des engins de pêche fixes. L’obtention de droits d’exploitation ne leur est pas impossible, simplement difficilement accessible car rares sont ceux qui disposent de moyens financiers suffisants pour changer de technique, les engins de pêches fixes étant très dispendieux. Avant la réunification du pays en 1975, ils pouvaient pratiquer leurs activités sans restriction sur l’ensemble de l’espace lagunaire. Aujourd’hui, la plupart d’entre eux doivent limiter leurs activités au territoire aquatique de la commune à laquelle ils sont rattachés.

Savoirs associés au milieu et pratiques halieutiques

19Les savoirs acquis et transmis au fil des générations à partir de l’expérience empirique de l’espace lagunaire portent sur différents aspects du milieu. D’un point de vue strictement pratique, ces savoirs ont permis aux sampaniers, ainsi qu’à leurs descendants, de faire des choix judicieux quant aux techniques à employer selon les conditions offertes par leur environnement. Il faut souligner que tous les pêcheurs de la lagune n’ont pas la même expérience du milieu. À la lumière de ce qui a été mentionné précédemment, plusieurs considérations à la fois géographiques et socio-économiques influencent les rapports que les individus issus de différents groupes entretiennent avec le milieu aquatique. Certains savoirs écologiques semblent toutefois être partagés par la majorité des gens, qu’ils figurent parmi les plus riches ou les plus pauvres, qu’ils soient hommes ou bien femmes. Parmi ceux-ci, la maîtrise des règles des marées est décrite comme un outil essentiel à la pratique des différentes techniques de pêche. « Pour pêcher sur la lagune on se base sur la marée haute et la marée basse. Quand l’eau monte, c'est-à-dire quand l’eau de mer coule dans la lagune, il faut que l’on parte pêcher. Quand la marée redescend, le courant est trop fort. Bien sûr, cela dépend de la technique utilisée » (M. Chuong, pêcheur).

20C’est à partir du système lunaire que s’effectue le calcule des marées. À Phù Tân, comme ailleurs dans la lagune, les mois et les jours se calculent sur la base du calendrier lunaire que l’on considère être en conformité avec les saisons en opposition au calendrier dit ‘européen’, convenant davantage aux gens de la ville et au travail de fonctionnaire (M. Huu, aquaculteur). « Mồng một, trâu cột nước lên » mentionne le proverbe, celui-ci se traduisant littéralement par « le premier du mois, la marée est haute à l’heure où l’on rentre les buffles (vers 19h00) ». Le sens et les mouvements du courant sont des facteurs déterminant dans la pratique des différentes techniques de pêche. La vie des pêcheurs est rythmée par le cycle des marées. En s’ajustant par rapport à celui-ci, ils savent à quel moment ils doivent mettre leur filet à l’eau et le retirer selon les techniques auxquels ils ont recours, ce qui implique qu’ils pêchent parfois la nuit, parfois le jour. Ainsi, on mentionne qu’à l’image des enfants qui attendent leur mère, les poissons viennent avec le courant « con chò mạ, cá chò nứoc » (M. Trung, pêcheur). Les effets de la marée dans une zone donnée déterminent également l’emplacement où seront disposés les engins fixes afin de maximiser leur rendement. En observant le paysage de la lagune, à tout le moins dans la région de Phù Tân, on s’aperçoit bien vite qu’il existe des engins de pêche spécialisés et adaptés aux différentes phases de la marée.

21Les techniques utilisées par les pêcheurs s’appuient également sur des connaissances relatives aux variations saisonnières. La crue des eaux, qui accompagne la mousson, modifie la salinité de l’eau et transporte avec elle certaines espèces telles que les crevettes d’eau douce que l’on ne retrouve pas dans la région à d’autres périodes de l’année (Mme Hanh, pêcheur mobile). L’hiver, de petits crabes de mer entrent dans la lagune aux abords de l’estuaire de Thuận An (Mme Ti, Pêcheur). Ainsi, en observant et interprétant les variations météorologiques, les comportements des espèces marines, les variations quant à la turbidité, la couleur, la texture et l’odeur de l’eau, les différents pêcheurs de la lagune ont développé des savoir-faire adaptés à leur milieu qui s’actualisent à travers les activités d’extraction mais également sous forme de stratégies leur permettant de se protéger des conditions climatiques parfois violentes qui frappent régulièrement la région. Ils savent observer le ciel, mentionne le Dr. Lê Văn Miên qui est biologiste à l’HUS (Université des sciences de Huế). « Ils observent le ciel et ils peuvent sentir ce qui va arriver à la mer, le calme ou le mauvais temps » (Dr. Miên).

22Pour les sampaniers et les différents pêcheurs de la lagune, les savoirs qui viennent d’être énumérés sont considérés comme nécessaires à la pratique de leurs métiers et, par extension, à l’ensemble des dimensions qui modulent leur vie quotidienne. Présentées hors de leur contexte, ces connaissances semblent traduire une relation au milieu reposant essentiellement sur une logique utilitaire, une forme d’ethnoscience qui incorporerait une conception relativement moderne de la nature. Cette affirmation du Dr. Miên illustre d’ailleurs très bien cette idée :

«…à leur contact, j’ai tiré beaucoup de leçons sur l’environnement. Par exemple, en observant la nature, les gens savent quand il faut aller à la mer et quand il faut relever les filets pour rentrer. Ils observent le ciel, les nuages et les phénomènes climatiques ou les être vivants et à partir de ça, ils vont décider d’aller travailler ou non… Après avoir pris connaissance de ces savoirs, on a fait des expériences pour les tester et nos résultats correspondent aux savoirs des pêcheurs » (Mien, Biologiste, HUS).

23On reconnaît donc aux gens de la lagune la capacité de bien saisir les mécanismes qui régulent le cycle des marées, les migrations des différentes espèces ou les variations climatiques. On leur reconnaît, par la même occasion, une façon de penser la nature similaire à celle qui sous-tend la pensée scientifique; c’est-à-dire une nature extérieure à l’être humain, appréhendable à partir d’expériences empiriques. Suivant cette logique, leurs succès ou leurs échecs, en ce qui a trait à la quantité et la qualité des captures, sont attribuables à la qualité des connaissances de chacun par rapport aux dimensions que je viens de mentionner.

24L’interprétation que je fais de ce qui a été dit par les pêcheurs m’amène toutefois à considérer leur relation à la nature d’une manière différente bien que je ne sois pas en mesure de l’expliciter dans toute sa complexité. Loin d’être l’élément passif d’un rapport où seul l’être humain peut agir de manière intentionnelle, le milieu naturel semble investit par une certaine conscience ou volonté. À tout le moins, les êtres vivants et non vivants qui peuplent la lagune paraissent répondre aux demandes d’être supranaturels qui sont eux assurément pensés comme étant dotés d’intentionnalité. Selon cette perspective, on ne peut agir sur le milieu, on ne fait qu’interagir avec lui et on doit le faire selon certaines modalités. Il s’agit non pas d’agir sur la nature mais plutôt d’être en relation avec les éléments qui la composent. En reprenant les termes de Tim Ingold, je dirais que le pêcheur est ‘engagé’ dans son rapport avec la lagune, avec les génies et les ancêtres qui l’habitent, engagement qui semble pouvoir se traduire par ce que Bird-David qualifie de ‘relation de réciprocité’ (Ingold, 1996 ; Bird-David, 1999). Ainsi, une saison de pêche fructueuse caractérisée par une abondante quantité de crevettes, poissons ou crabes témoigne d’une relation privilégiée entre les pêcheurs et ‘la’ génie de l’eau « Thần ngủ », cette relation étant marquée par des rituels, des prières et des offrandes, mais également par la bienveillance de cette entité aquatique. « Dans ce village, il y a un rituel annuel pour que l’on puisse attraper plus de poissons » (M. Khai, pêcheur). « Le quinzième jour du septième mois lunaire c’est la cérémonie la plus importante pour les pêcheurs mobiles comme nous. Ce jour là, on se réunit pour faire des cultes, prier les génies afin qu’ils nous protègent et pour les remercier » (Mme Hang, pêcheur).

25La nature des offrandes varie selon les capacités de chacun : « au huitième mois lunaire, on fait des rituels dans la famille. On achète des fleurs, des bananes. On fait également des rituels sur la lagune. Le quinzième jour de chaque mois, on passe près de l’autel de Cồn Hợp Châu pour prier et faire des offrandes mais cela dépend beaucoup des moyens de chaque famille » (Mme Hanh, pêcheur). Du côté de Tân Lập, monsieur Chuong raconte que :

« dans un vạn, trois ou quatre ‘liên thuyền’ (groupes de bateaux) se réunissaient au 7e mois lunaire pour faire des cultes afin de remercier la génie de l’eau. Chaque pêcheur faisait une contribution équivalant à un jour de pêche. Par exemple, ma famille pouvait donner 50 000đ alors que d’autres donnaient 10 000đ ou 30 000đ. Avec cet argent on achetait un cochon et on le mangeait ensemble après. C’était pour exprimer notre reconnaissance envers la génie de l’eau. Les bûcherons font aussi des cultes pour la génie des bois, c’est comme ça. À l’ouverture de Thuận An il y a un temple sur un morceau de digue en pierre. Là, à chaque année lors du 7e mois lunaire, quand on a suffisamment d’argent, nous allons là-bas pour faire des cultes. Si l’on ne peut faire beaucoup d’offrandes, on fait ces rituels chez-soi ».

26Comme monsieur Chuong et madame Hahn l’ont mentionné, la valeur des offrandes faites au génie varie selon les capacités matérielles ou financières de chaque famille. Ainsi, nous pourrions nous poser la question à savoir si les pêcheurs et aquaculteurs de la lagune considèrent les génies comme étant sensibles à la qualité et la quantité de ces offrandes. Dans un tel contexte, les familles mieux nanties seraient constamment avantagées par rapport aux autres. Malheureusement, les données que j’ai recueillies lors de mon terrain ne me permettent pas de poursuivre la réflexion sur ce sujet.

27La relation qu’entretiennent les pêcheurs et aquaculteurs avec la génie de l’eau est inscrite dans le paysage de la commune. Près des enclos et étangs d’aquaculture flottent des fanions écarlates qui soulignent ce lien. « Au bord des pierres, à côté d’un point d’ancrage ou sur les rives de la lagune, il y aura toujours un autel dédié à celle-ci » (Mme Lan, professeur de sociologie, HUS). On retrouve de ces autels dans les enclos, près de chaque maison et parfois même sur les bateaux. Quelques temples ont également été érigés en différents endroits tel que celui situé à l’ouverture de Thuận An. « À l’époque de la colonie française, ils ont construit un barrage en pierre à l’embouchure de Thuận An. Aujourd’hui, il n’en reste qu’un seul morceau sur lequel on a bâti un temple en forme de bateau. On l’a construit là parce que c’est juste à l’embouchure. On s’y arrête souvent pour prier » (M. Chuong, pêcheur).

28Peu des chercheurs qui ont travaillé dans la lagune ont fait référence au culte du génie de l’eau lorsqu’ils parlèrent de la relation que les sampaniers entretiennent avec leur milieu. Cette dimension de la relation avec cet espace et les savoirs qui y sont associés est évacuée, pour ainsi dire, des rapports de recherche. Le professeur Lan, stipule que cette entité est issue de l’imagination des habitants de la lagune. « Dans l’imagination des sampaniers, il existe toujours un génie de la pêche ou un génie de l’eau. Ils imaginent qu’il y a un génie qui les aide dans leur travail » (Mme Lan, professeur de sociologie, HUS). Située hors des considérations bioéconomiques et perspectives de genre, ce type de ‘croyance’ ne semble pas figurer au nombre des variables retenues par les chercheurs comme ayant le potentiel d’influencer les décisions et agissement des pêcheurs par rapport à leur environnement. Pour ma part, j’estime qu’il serait intéressant d’explorer davantage cette relation particulière qu’entretiennent les gens de l’ensemble du complexe lagunaire avec ce milieu.

Détérioration des ressources naturelles, nouvelles techniques de pêche et développement de l’aquaculture

  • 11  Les sols de la province de Thừa-Thiên Huế sont pauvres. La plupart de ceux-ci requièrent l’emploi (...)

29Dans les années 1980-1990, les écosystèmes de la lagune démontrent des signes importants de stress. Les longues années de guerre furent particulièrement destructrices dans cette région située à la limite de la zone démilitarisée qui séparait, il y a 30 ans, le nord et le sud du pays. Les forêts de la province ont été soumises à un épandage massif et répété d’Agent Orange et le contaminant chimique trouva son chemin jusque dans les lagunes à travers la nappe phréatique. Qui plus est, les violents combats qui firent rage dans la région poussèrent une partie de la population à se réfugier sur des bateaux venant ainsi augmenter le nombre de sampaniers et donc de pêcheurs dans le complexe lagunaire (Brzeski et Newkirk, 2000, Nguyen, 1999). Le développement urbain, l’accentuation de la coupe forestière, l’extraction de granulat et de sable en amont de la Rivière des Parfums, la multiplication du nombre de bateaux à moteur et enfin, la pollution agricole11 et domestique provenant des zones rurales environnantes sont autant de facteurs contribuant à la dégradation de ce milieu. Les prises autrefois nombreuses diminuent en quantité et en qualité et les pêcheurs sont au premier rang pour constater cette raréfaction des ressources. De 1973 à 1997, la production halieutique serait passée de 4515 à 2700 tonnes par année (UNEP/GEF, 2003).

  • 12  La rénovation (Đổi mới) fut inaugurée lors du 6e congrès national du Parti Communiste Vietnamien t (...)

30À la même époque (1986) on assiste à l’ouverture du pays au marché économique mondial12 ce qui eût des répercussions importantes sur la production halieutique. Ainsi, les poissons et fruits de mer, qui auparavant constituaient des denrées peu coûteuses, voient leur valeur marchande augmenter de façon considérable. « Autrefois il y avait beaucoup de poissons mais on le vendait seulement aux vietnamiens. Le riz était cher tandis que les poissons étaient bon marché. Maintenant, les poissons se vendent plus cher » (M. Chuong, pêcheur). Des espèces telles que la crevette tigrée et le crabe se vendent à prix fort sur le marché d’exportation. C’est dans ce contexte qu’émerge l’aquaculture, la pêche à l’électricité et les filets au maillage fin et couches successives (lưới ba màng, lưới hai) comme stratégies pour faire face aux nouvelles conditions économiques et environnementales.

  • 13  Cette compagnie est également connue sous l’appellation ‘Compagnie crevettière de Huế’.

31Les premières tentatives d’implantation de l’aquaculture dans la commune de Phù Tân eurent lieu dans les années 80. Deux entreprises d’État, Agar Co. et la compagnie Vatex13, firent office de pionnières dans le domaine. Bien que ces compagnies cessèrent leurs activités dans la commune, elles eurent un effet d’entraînement et amenèrent plusieurs individus à vouloir se tourner vers la pratique de cette activité (Wade, Nguyen et Nguyen, 2004).

« Phù Tân commune developed aquaculture as an economic strategy since 1994. This and the effects of urbanization (as location is near Hue City) have increased family income and changed livelihoods of villagers. Therefore, the ecological system has undergone many more changes due to the economic development and the aquaculture production system…» (Duong et Tôn, 2002: 53).

32Tel que mentionné précédemment, il existe deux grandes catégories de pêcheurs dans la région. Les pêcheurs à engin fixes, plus en moyen et possédant déjà des droits d’exploitation sur certaines zones lagunaires, furent les premiers à effectuer le transfert de la pêche vers l’aquaculture. Ces derniers décidèrent tout simplement de construire des enclos autour de leurs engins de pêche (principalement des corrals à poissons).

« Avant, je ne faisais que la pêche, pêche naturelle, cela veut dire que je capturais toutes les espèces prises dans le corral. Maintenant, on entoure la zone avec des filets pour que les poissons et les crevettes ne sortent pas et on les nourrit dans leur enclos. Les plus gros, on peut les capturer mais les petits, on les remet à l’intérieur de l’enclos » (M. Huu, aquaculteur). « On utilise toujours la technique du corral à poisson. Avant on était pêcheur fixe avec cette technique. Maintenant on installe cet engin dans l’enclos pour pêcher et capturer les espèces » (M. Ho, aquaculteur).

33La transformation des zones d’exploitation en enclos d’aquaculture s’est effectuée très rapidement à partir de 1994. En 1998, sur les 500 hectares de surface lagunaire placée sous la juridiction de la commune de Phù Tân, 359,3 hectares étaient occupés par des enclos et 111,8 hectares par des étangs d’élevage (Truong, 2002). Officiellement, le cloisonnement des engins de pêche nécessite l’obtention d’un certificat d’autorisation d’utilisation de l’espace lagunaire dont l’émission relève des autorités du district. Ces droits d’utilisation, auxquels sont rattachées des taxes annuelles, permettent aux aquaculteurs ou groupes d’aquaculteurs de construire des enclos d’une superficie maximale d’un hectare par personne. Au moment de l’enquête, il n’y avait que quatre aquaculteurs qui détenaient ce permis communément appeler « carte rouge », les autres étant en attente des autorisations. Cette situation ne les empêche toutefois pas de pratiquer leur activité et de vendre leur production autant sur les marchés locaux que sur le marché d’exportation.

  • 14  Le Dr. Miên parle d’expansion anarchique des enclos d’aquaculture qui se sont multipliés sans aucu (...)

34L’arrivée de l’aquaculture marque un changement majeur en ce qui a trait au mode d’appropriation de l’espace lagunaire jusqu’alors considéré comme une propriété commune. Le statut des zones que se sont appropriés les aquaculteurs n’est pas encore très clair mais, de manière informelle, on peut parler de privatisation informelle des zones d’exploitation halieutique pour des fins de production crevettière. En très peu de temps l’espace lagunaire de Phù Tân s’est quadrillé d’enclos d’aquaculture et cela sans planification préalable14, ce qui eu pour effet de restreindre les voies navigables au minimum, c’est-à-dire, d’une largeur suffisante pour permettre le passage des embarcations (ghe et do) sans plus. Cette spécialisation de l’espace s’est effectuée au détriment des pêcheurs mobiles qui sont désormais confinés à ces seules voies pour pratiquer leurs activités.

35Bien que de nombreux producteurs n’aient toujours pas reçu les permis nécessaires à la pratique de leur activité, les autorités de commune ne font rien pour les empêcher de construire des enclos et de poursuivre leur élevage. Il existe une sorte d’entente tacite entre les deux parties. En fait, le gouvernement adopte une position favorable face aux aquaculteurs, la production aquacole étant décrite par celui-ci comme étant une solution alternative à la pêche permettant l’augmentation du niveau de vie des pêcheurs tout en réduisant la pression sur la ressource (Tôn, Lê et Lê; 2002). Le développement de l’aquaculture fait d’ailleurs partie de la stratégie nationale pour la réduction de la pauvreté mise sur pied par le Parti Communiste Vietnamien (SRV, 2002). Constituant une source de revenu considérable pour l’État, des efforts sont donc faits pour stimuler le développement de ce secteur de l’économie. Ainsi, des prêts furent octroyés à certaines familles qui souhaitaient effectuer le passage vers l’aquaculture, ce qui permit à plusieurs pêcheurs mobiles d’acheter des espaces pour y construire des enclos. D’autres ont pu obtenir des fonds auprès de l’Union des femmes ou auprès de leurs proches. « L’aquaculture est très rentable. Il y a possibilité de faire beaucoup de profits autant pour les aquaculteurs que pour le gouvernement qui perçoit des taxes sur la production. Le gouvernement va même jusqu’à financer certains pêcheurs à engins mobiles afin qu’ils se lancent dans l’aquaculture. C’est donc très tentant de se lancer » (Dr. Pháp, biologiste, HUS).

36Dans la commune, l’aquaculture ne se pratique pas de façon homogène. Les pêcheurs de chaque groupe se servent de leurs connaissances et de leurs expériences antérieures afin d’exploiter leurs enclos respectifs. De ce fait, les distinctions ‘pêcheurs avec engins fixes/mobiles’ sont encore visibles malgré le transfert effectué vers cette nouvelle stratégie d’exploitation. Ainsi, les anciens pêcheurs mobiles utilisent la technique du filet pour capturer les espèces qu’ils élèvent alors que les autres emploient leur corral à poisson.

« Avant on faisait la pêche naturelle, on utilisait certaines techniques pour capturer les poissons et les crevettes. Maintenant on fait l’élevage dans l’enclos et quand ces espèces grandissent on utilise les mêmes techniques pour capturer. L’aquaculture est différente de la pêche naturelle. Quand on faisait la pêche on capturait n’importe quelles espèces et on ne se préoccupait pas de leur taille. Quand on fait l’élevage, il faut trier. On emploi les mêmes techniques pour capturer les espèces mais les poissons et crevettes de petites tailles on les remet dans l’eau pour poursuivre l’élevage » (M. Ba, aquaculteur/pêcheur/constructeur de ghe).

37L’apprentissage des techniques d’élevages diffère selon les individus. Des formations ponctuelles sont offertes par le Service d’aquaculture de Huế ainsi que par les autorités de la commune. Des chercheurs, affiliés entre autres au Centre de recherche en développement international (CRDI, Ottawa, Canada), tentent également de former les aquaculteurs afin qu’ils puissent améliorer leur techniques mais également comprendre les impacts de leurs pratiques sur l’environnement lagunaire. Bien qu’elles soient ouvertes à tous les producteurs, plusieurs d’entre eux n’y participent pas (ou plus). « Personnellement je trouve que ces formations ne servent à rien parce que, dans cette région, personne ne fait l’élevage d’une façon industrielle » (M. Ba, aquaculteur/pêcheur/constructeur de ghe). Certains critiques également le caractère trop théorique des formations offertes. « La formation, les techniques, ce n’est que de la théorie. Ça dépend beaucoup de la qualité de la source d’eau. Bien que l’on suive correctement les techniques ; alimentation, introduction des larves… L’eau, on ne peut rien y faire et on perd beaucoup à cause de cet élément » (M. Ba, aquaculteur/pêcheur/constructeur de ghe). Ceux qui possèdent des moyens financiers réduits ne peuvent pas toujours s’offrir le luxe de sacrifier une journée de travail pour participer à ces ateliers. Une large part de l’apprentissage se fait donc de manière autodidacte et/ou par le biais d’échanges d’information entre voisins ou membres d’une même famille. Les fournisseurs de larves de crevettes donnent également des informations aux producteurs au sujet de l’introduction et de l’alimentation de ces dernières.

38Avec l’apparition de l’aquaculture, la diminution des stocks de poissons dans la lagune et l’accroissement démographique, les pêcheurs mobiles ont du modifier leurs techniques de pêche afin de s’adapter aux conditions écologiques et socioéconomiques changeantes. L’utilisation de l’électricité fut un des moyens retenus pour palier à la diminution du nombre de prises et au rétrécissement rapide de l’espace aquatique. Cette technique est caractérisée par l’utilisation d’une batterie 9 volts dont l’intensité est amplifiée par un transformateur. À l’aide de deux perches, au bout desquels sont placés des électrodes, les pêcheurs envoient des décharges dépassant les 200 volts qui ont pour effet, nous le devinerons, de tuer la plupart des poissons qui se trouvent aux alentours. Une fois électrocutés, ces derniers flottent à la surface de l’eau. Les plus gros sont recueillis à l’aide d’un petit panier fixé au bout d’une des perches, les autres sont laissés sur place (Truong, 2000). Considérée comme étant un méthode excessivement destructrice, la pêche électrique est interdite en fonction de l’article 8 portant sur la protection et le développement des ressources aquatiques (Truong, 2001). Quoiqu’il en soit, certains pêcheurs continuent d’utiliser cette technique puisqu’elle permet d’augmenter considérablement leurs revenus. « En fait, tout le monde a son gagne-pain. Notre technique est le filet, la leur c’est la pêche électrique. Si on appelle les policiers, ces gens-là vont se venger. En plus, je crois qu’ils font ça parce qu’ils n’ont pas le choix, le chômage est encore pire » (M. Trung, pêcheur). Cette méthode occasionne beaucoup de conflits entre les pêcheurs et aquaculteurs. L’argument de l’usage de l’électricité est constamment utilisé par ces derniers pour justifier l’interdiction aux pêcheurs mobiles d’approcher les enclos.

« La pêche électrique détruit beaucoup les ressources. S’il y a quelqu’un qui utilise cette technique et qu’il passe dans les voies navigables, les espèces dans nos enclos meurent aussi. Ces gens sont très audacieux. Ils ne veulent pas changer de technique. Ils pêchent parfois dans les enclos si l’on s’est endormi. S’ils voient des gens, ils cachent vite leurs outils » (M. An, aquaculteur).

39Une autre stratégie d’adaptation adoptée par la majorité des pêcheurs mobiles fut de réduire la taille des mailles des filets. Aux filets simples, on joint désormais deux autres filets à larges mailles afin d’améliorer la capacité de rétention de l’engin. Cette méthode est bien sûr beaucoup plus efficace et est reconnue comme ayant un potentiel plus destructeur pour l’environnement puisqu’elle ne laisse pratiquement rien passer. « Aujourd’hui on a lưới ba màng, avant il n’y avait pas ce filet. C’est récent. Ce filet est originaire de Corée du Sud. Ba màng, c'est-à-dire 3 couches, deux filets à grosses mailles et un filet à petites mailles. Avant, on utilisait lưới một màng (filet simple) mais on a abandonné quelques techniques anciennes parce qu’on a du mal à exercer notre activité, on ne gagne pas suffisamment » (M. Chuong, pêcheur). Enfin, certains pêcheurs mentionnent devoir doubler la longueur de leurs filets afin d’être en mesure de garder constant le nombre de prises cela nécessitant des investissements plus importants (Truong, 2004).

40L’arrivée de l’aquaculture eut pour effet de limiter l’accès aux ressources et au territoire pour les pêcheurs mobiles, contribuant à accentuer les clivages qui existent entre les deux groupes. Les zones les plus abondantes en poissons et crustacés sont désormais occupées par des enclos ‘privés’. Autrefois plusieurs pêcheurs déployaient leur filet près des îlots de Cồn Dài, Cồn Dàu et Cồn Thờ mais ces espaces ne leur sont plus accessibles. « Il y avait beaucoup de poissons à Cồn Dàu mais on ne peut plus aller pêcher là-bas. On part pêcher vers 6h du soir. On attend un peu parce que si l’on pêche tôt, il y a beaucoup de circulation. […] Tous les pêcheurs se croisent toutes les cinq à dix minutes dans les voies navigables » (Mme Hanh, pêcheur). « L’espace lagunaire est commun. Avant, tout le monde pouvait l’exploiter mais maintenant une partie exploite et les autres ont beaucoup de mal à exercer leurs activités. Les voies navigables c’est pour la circulation des bateaux. Comment peut-on y pêcher des poissons et des crevettes ? » (M. Ba, aquaculteur/pêcheur/constructeur de ghe). L’apparition des enclos a également un impact important sur les habitudes des différentes espèces. Plusieurs pêcheurs mentionnent que les poissons et crevettes se concentrent désormais le long des enclos dans les voies navigables puisque ces derniers sont attirés par les résidus de nourriture qui s’échappent des zones d’élevage. Les pêcheurs mobiles tentent de les capturer où elles se trouvent mais ils se heurtent souvent aux réprobations marquées des propriétaires d’enclos qui surveillent de près leurs déplacements à partir des stations de surveillance qui parsèment le territoire. « Les aquaculteurs empêchent aux pêcheurs mobiles de pêcher dans les voies navigables » (M. Ba, aquaculteur/pêcheur/constructeur de ghe). « Les relations sont très difficiles avec les aquaculteurs. Ceux-ci nous imposent de rester à l’écart des installations fixes. On nous empêche de pêcher près des enclos d’aquaculture » (M. Tran, pêcheur).

Vers une spécialisation de l’espace et des savoirs

41Dans l’aire lagunaire de la commune de Phú Tân, il est désormais de plus en plus difficile de se tourner vers des métiers autres que l’aquaculture tant l’espace est mobilisé par les infrastructures que suppose le développement de cette activité. Bien que l’élevage aquacole puisse être associé à une certaine forme de dégradation du milieu et que de plus en plus de problèmes menacent la qualité et l’ampleur de la production, elle demeure tout de même fortement encouragée par le gouvernement qui, à l’instar de plusieurs producteurs, souhaiterait voir les enclos se transformer en étangs d’aquaculture, ceux-ci permettant une exploitation plus intensive ainsi qu’un plus grand contrôle de l’élevage. « Expansion of the industry is being encouraged as part of a government plan to raise the seafood export target to US$3 billion, and the total area of shrimp cultivation to 500,000 ha, by 2005, a plan which is intended to increase the living standards of Vietnam’s rural communities» (EJF, 2003).

  • 15  Le Vietnam est signataire de deux conventions internationales concernées par la conservation des m (...)

42Faisant écho au credo des différentes instances internationales15 en matière d’environnement et de lutte contre la pauvreté, plusieurs projets sont en cours dans la lagune afin que les activités qui s’y déroulent répondent aux impératifs du développement ‘soutenable’ et conduisent à l’amélioration des conditions de vie de la population. À Tân Dương, les chercheurs, issus principalement du milieu des sciences naturelles, qui sont affiliés au projet ‘CBCRM in Central Vietnam’ ont pour objectif de former les membres de la ‘communauté’ afin qu’ils adoptent des comportements qui ne soient pas dommageables pour l’écosystème lagunaire. D’une part, ce projet prend la forme d’un transfert de connaissances techniques et scientifiques des chercheurs vers les aquaculteurs. D’autre part, on cherche à éduquer les sampaniers et pêcheurs mobiles pour qu’ils prennent conscience des impacts de leurs actions et mode de vie sur le milieu naturel et qu’ils puissent développer des activités économiques alternatives ‘durables’ et non destructrices.

43Les formations offertes par les chercheurs, mais également par les ingénieurs du Service de l’aquaculture, visent l’amélioration des pratiques d’élevage. « One of the objectives of the Tam Giang lagoon project is to develop methods of sustainable aquaculture production addressing issues of technology, organization and regulation » (Tôn, Lê, Lê, 2002). Ces dernières, se déroulant dans le village de Tân Dương qui fait face au principal site d’aquaculture, comprennent généralement deux volets ; le premier mettant l’accent sur le transfert de techniques et le deuxième, plus théorique, sur l’éducation environnementale. Dans le cadre du volet technique, les chercheurs conseillent les aquaculteurs sur l’alimentation des espèces, les bienfaits de la polyculture, l’importance de construire les enclos de façon à ce que la circulation de l’eau ne soit pas trop entravée, pour ne donner que ces exemples. Ils tiennent également compte des observations faites par les aquaculteurs, des problèmes avec lesquels ces derniers doivent composer et des solutions qu’ils envisagent pour y faire face. Bien que les chercheurs ne soient souvent pas en faveur de la transformation des enclos en étangs d’élevage en raison des modifications importantes qu’elles engendrent sur le milieu, des biologistes tels que le Dr. Pháp vont tout de même enseigner aux producteurs les méthodes de construction des digues et les modalités relatives à la culture en bassin.

« Le désir de transformer les enclos en étangs est exprimé à la fois par les aquaculteurs et par le gouvernement pour augmenter la productivité. Nous (biologiste de l’HUS) tentons de les en dissuader. Nous ne savons pas pendant combien de temps nous pourrons retenir cet élan. Nous voudrions arrêter cette lancée, les étangs sont trop dommageables pour l’environnement et vont complètement démolir la lagune. Cependant on ne peut pas les freiner totalement. Si on le fait, les gens vont se lancer là dedans par eux-mêmes et c’est souvent pire » (Dr. Pháp, biologiste, HUS).

44De cette façon, les biologistes tentent d’empêcher la construction ‘anarchique’ des digues en informant les aquaculteurs des effets négatifs de ce type d’utilisation du milieu. Ainsi, ces derniers estiment que, par le transfert de connaissances techniques et scientifiques, il sera possible de minimiser les tords pressentis pour les écosystèmes lagunaires. Une des initiatives projetées par les membres du projet en cours à Tân Dương est d’ailleurs d’amener quelques aquaculteurs à Nha Trang, ville côtière située à une douzaine d’heures de route au sud de Phú Tân, pour leur donner un exemple visible des problèmes associés à ce type d’élevage. « Un moyen auquel nous avons pensé pour sensibiliser les gens de la lagune aux impacts d’une aquaculture intensive en bassin, mal gérée et anarchique, c’est de leur faire visiter des sites d’aquaculture à Nha Trang. C’est un bon endroit pour faire comprendre les impacts négatifs de l’aquaculture sur l’environnement » (Dr. Pháp, biologiste, HUS).

45Selon des chercheurs tels que les Dr. Miên et Pháp de l’HUS, cet aspect éducatif des formations a pour objectif de sensibiliser les gens au fonctionnement des écosystèmes ainsi qu’à la nécessité de conserver les habitats et d’éviter de capturer les individus juvéniles pour chaque espèce. Dans ce contexte, on met donc l’emphase sur l’importance de la préservation du milieu naturel afin qu’il puisse se perpétuer, s’enrichir et profiter aux générations présentes et futures.

« Au sujet des formations, les producteurs ne perçoivent souvent pas qu’il s’agit d’outils qui peuvent leur permettre d’améliorer leurs conditions de vie en améliorant leurs connaissances au sujet des ressources naturelles, des techniques, des maladies et des écosystèmes. Tout ce qu’ils cherchent à apprendre, ce sont les techniques pour construire les étangs et autres solutions rapides » (Dr. Pháp, biologiste, HUS).

  • 16  Il est à noter que tous les membres de la communauté ne participent pas au projet ni à l’élaborati (...)

46Dans le cadre d’un projet de type gestion communautaire des ressources naturelles (GCRN) tel que celui-ci, l’acquisition de connaissances techniques et de savoirs sur l’écologie est présentée comme une opportunité pour les individus et la communauté de prendre conscience de l’impact qu’ils peuvent avoir sur leur milieu naturel, de renforcer leurs capacités à trouver des solutions concernant certains problèmes environnementaux auxquels ils font face et ainsi participer à l’élaboration de stratégies d’exploitation et d’un mode de vie qui soient soutenables. « La méthode de gestion communautaire des ressources côtières aide les gens à reconnaître leurs responsabilités et le rôle qu’ils jouent dans leur village et leur communauté. Cela permet à la population d’isoler des problèmes et de faire l’exercice d’élaborer des solutions pour ceux-ci16» (Mme Hanh, département d’aquaculture, HUAF).

47Du point de vue des aquaculteurs, il semble que ces différentes formations les rassurent sur les manières efficaces de faire l’aquaculture. Puisqu’il s’agit d’une activité relativement nouvelle pour ces gens qui font l’élevage de crevettes, crabes ou poissons en enclos, ces derniers considèrent les formations techniques comme autant d’opportunités d’améliorer la productivité de leur culture. Ainsi, l’expérience de plusieurs aquaculteurs par rapport à leur métier s’est construite en collaboration avec ces professeurs et scientifiques, les projets de recherche dans la commune (1995) étant nés presque simultanément avec l’apparition des premiers enclos en 1994.  

« On essaie toujours d’apprendre des chercheurs. Les crevettes et les crabes doivent être exportés, ce sont des produits aquatiques à fort intérêt économique. Maintenant on a des problèmes, les crevettes meurent alors il nous faut absolument une formation. On souhaite que les pêcheurs viennent ici quand on découvre que les crevettes ont attrapé une maladie. Les chercheurs nous ont déjà donné des conseils » (M. An, aquaculteur).    

48En contrepartie, ces formations semblent se substituer à un mode d’acquisition des connaissances plus autodidacte, reposant sur l’expérience du milieu et les échanges entre membres d’une même communauté. Faisant autorité pour parler du fonctionnement du système lagunaire et des espèces qui y vivent, les chercheurs amènent progressivement les producteurs à considérer le savoir scientifique et les innovations techniques comme des éléments essentiels à la résolution des problèmes qui affectent leur récolte.

« Quand il y a une épidémie, par exemple, lorsque les crevettes ont attrapé une maladie, on en ramasse quelques-unes et on téléphone aux experts qui ont des appareils pour évaluer l’ampleur de l’épidémie, les lieux contaminés, le pourcentage de la population touchée. Il faut que l’on observe les crevettes tous les jours. Comme les humains, lorsqu’elles ne sont pas en bonne forme, elles ne veulent pas manger. Quand on pense qu’il y a épidémie, soit on téléphone, soit on va directement à moto à l’Agence de protection des ressources aquatiques (Chi cục bảo vệ nguồn lợi thủy sản). Maintenant on a le téléphone parce que les chercheurs ont financé l’installation d’un appareil » (M. Huu, aquaculteur,).

49Dans la région, on met donc l’emphase sur le développement de l’aquaculture, mais d’une aquaculture qui soit planifiée, pensée, circonscrite à l’intérieur d’un cadre technoscientifique et d’un contexte économique particulier. Certes, les producteurs continuent à observer leur milieu, le comportement des espèces qu’ils élèvent en enclos ou en étangs, leurs réactions aux variations de la composition de l’eau, les signes annonciateurs de l’apparition de maladies, etc. Toutefois, une grande part de l’analyse de ces observations bascule du côté des chercheurs. Ainsi, les aquaculteurs observent et transmettent leurs ‘données empiriques’ aux biologistes qui, dans une certaine mesure, prennent en charge l’analyse de ces dernières pour ensuite les retourner aux producteurs à travers des formations et la formulation de conseils. Il en va ainsi d’une certaine forme d’uniformisation de la pensée et des pratiques des producteurs aquacoles.

« Nous, les chercheurs, nous parlons avec les gens et apprenons de leurs savoirs. Nous prenons ensuite un certain temps pour réfléchir à tout ça puis nous revenons les voir pour leur transmettre les idées qui sont nées des entretiens que nous avons réalisé avec eux. Nous les encourageons à observer, à comparer leurs observations entre eux et à les partager avec nous » (Dr. Pháp, biologiste, HUS).

50Avec les pêcheurs mobiles et les sampaniers, l’approche des chercheurs prend une forme légèrement différente. Les formations sont remplacées par des réunions diverses où les gens sont appelés à parler de leurs techniques d’exploitation mais également à s’exprimer sur les problèmes qu’ils rencontrent dans la pratique de ces activités.

« L’équipe de recherche qui vient chez moi pour travailler avec les pêcheurs mobiles ne fait que des réunions. Quand il y a des problèmes ou des difficultés ils viennent ici mais ça ne signifie pas qu’ils puissent nous aider à régler tous les problèmes. Ils viennent juste pour nous questionner sur nos techniques, sur les activités qu’on exerce. On se réunit comme ça pour essayer de proposer des solutions mais jusqu’à présent on ne trouve rien. Et puis, les réunions c’est fatiguant… » (M. Ba, pêcheur/aquaculteur/constructeur de ghe).

51Les professeurs qui participent à ces réunions informent les pêcheurs et sampaniers à propos des problèmes environnementaux engendrés par l’utilisation des filets à mailles serrées et de la pêche à l’électricité. Ils disent jouer un rôle d’éducateurs, leur principal objectif étant de convaincre cette partie de la communauté qu’à moyen et long terme, ils ont tout à gagner à remédier à l’utilisation de ces techniques destructrices et à pratiquer une pêche sélective. « Nous ne sommes que des catalyseurs », mentionne le Dr. Pháp, « nous voulons que la population locale réalise que le rôle qu’elle joue dans la gestion est important. Nous tentons ainsi d’augmenter la capacité des pêcheurs à penser par eux-mêmes à des solutions pour améliorer leurs conditions de vie» (Dr. Pháp, biologiste, HUS,). Le Dr. Miên se montre, quant à lui, désappointé du peu de portée de ces enseignements :

«On a essayé de convaincre tout le monde mais on n’a pas réussi. Et puis, comme il n’y pas vraiment de gestion, si quelqu’un voit une personne utiliser un filet à petites mailles, il va l’imiter et voilà, tout le monde finit par utiliser ces filets. Ils savent bien que ça détruit les ressources mais comme on ne cherche que des profits pour le gagne-pain quotidien, on s’en fiche de la durabilité des ressources. C’est un problème très préoccupant, les gens s’en fichent, c’est à dire qu’ils ne voient que des profits à court terme et ils négligent les profits à long terme. C’est pourquoi les ressources ont beaucoup diminué »(Dr. Miên, biologiste, HUS).

52Déjà limités dans la pratique de leurs activités du point de vue de l’accès au territoire, aux ressources et à des écosystèmes diversifiés, plusieurs pêcheurs affirment qu’il est impensable pour eux de suivre ces recommandations dans la mesure où il n’y a qu’une partie des habitants de Tân Dương qui participe à ce projet. Ils mentionnent, par ailleurs, que les habitants des villages voisins continuent, quant à eux, à utiliser les techniques désapprouvées par les chercheurs. « On nous a conseillé de pêcher les gros poissons, d’utiliser des mailles plus grosses. Mais si on utilise ces filets à grosses mailles, on ne gagne rien et si on remet les petits poissons à l’eau, les autres vont les capturer » (Mme Hang, pêcheur). Selon Monsieur Ba, il est nécessaire que l’on traite le problème dans son ensemble. Les espèces sont très mobiles, elles ne connaissent, ni ne respectent, les limites marquant les frontières entre chaque village, commune ou district. On ne peut donc pas gérer la lagune de la même manière que l’on gère la terre et il n’est pas sage de mettre sur pied des stratégies de gestion qui n’impliquent qu’une localité ou un groupe en particulier. Monsieur Bình du Service de l’aquaculture critique également cette lacune du projet :

« Les scientifiques des sciences naturelles, ils ont tendance à trop penser à la nature. Par exemple, les chercheurs demandent à un certain village de ne pas pêcher avec les techniques destructives, de ne pas faire l’aquaculture dans tel ou tel endroit. Les habitants de ce village les écoutent au début mais ensuite, ils cessent de répondre aux demandent des chercheurs parce qu’ils s’aperçoivent que les gens des autres villages pêchent n’importe quoi. Eux, ils ne pêchent pas de petits poissons mais les autres les pêchent. Alors, ils savent qu’ils sont perdants. Ces dernières années, presque tous les projets se réalisent dans un cadre limité, il n’y a pas encore de coordination entre les projets. Pour cette raison, les impacts ne sont pas répandus » (M. Bình, Service de l’aquaculture).

53Ainsi, la situation vécue par les pêcheurs et sampaniers de la commune est complexe et il n’y a pas de solutions évidentes pour résoudre le problème de l’accès à l’espace lagunaire pour ces derniers. « En réalité, même les chercheurs qui ont un haut niveau d’études ne trouvent pas encore de solution. Alors comment nous, les gens normaux, pouvons nous résoudre le problème? » (M. Ba, pêcheur/aquaculteur/constructeur de ghe). L’élargissement des voies navigables a été bien accueilli par ces derniers, toutefois ce n’est pas suffisant pour gagner un revenu décent surtout s’ils doivent renoncer aux filets à petites mailles et rejeter les juvéniles. Plusieurs chercheurs et membres du gouvernement considèrent que les activités de pêche dans la lagune sont vouées à disparaître. « Ils veulent trouver d’autres occupations pour les sampaniers et pêcheurs » (Dr. Pháp, biologiste, HUS). En plus d’être poussés à abandonner les techniques dites destructrices, les pêcheurs sont également encouragés à diversifier leurs sources de revenu et à se tourner vers l’aquaculture ou des activités économiques basées sur terre, susceptibles de générer des revenus plus importants et plus stables que ceux anticipés pour la pêche. « Il faut essayer d’augmenter les revenus de la population pour que celle-ci ne soit plus impliquée dans des activités destructrices pour l’environnement », mentionne madame Hanh du département d’aquaculture de l’HUAF (Département de l’aquaculture), reprenant ainsi le leitmotiv du développement qui associe généralement ‘pauvreté’ et ‘dégradation du milieu’.

Discussion

54Dans le cadre de cet article j’ai cherché à apporter des éléments de réponses aux deux questions qui ont été énoncées précédemment soit :  

  • De quelles manières se transigent et se redéfinissent les rapports à l’espace lagunaire qu’entretiennent les sampaniers de la commune de Phú Tân dans un contexte de transfert de la pêche vers l’aquaculture ?

  • Sur quelles bases et de quelles façons s’articule et se négocie la rencontre entre les savoirs experts et les savoirs écologiques des pêcheurs sampaniers à l’intérieur du processus de développement de la production aquacole?

55L’emphase mise sur l’aquaculture comme stratégie de développement économique vint, dans un laps de temps plutôt succinct, modifier considérablement l’environnement physique et social de la commune de Phú Tân. Il n’y a de cela qu’une décennie, l’espace lagunaire était considéré comme un milieu de vie où l’on naissait, se mariait, pêchait, fêtait et mourait. Depuis, le rapport au territoire aquatique s’est transformé de façon appréciable pour les différents groupes qui sont en relation avec celui-ci. Les eaux de la lagune ainsi que les espèces végétales et animales qu’elles abritent revêtent, plus que jamais, un caractère utilitaire et un statut de ressources, celles-ci étant presque exclusivement pensées en fonction de l’exploitation aquacole. Progressivement, l’espace lagunaire passe d’un lieu que l’on habite à un milieu que l’on exploite.

56Depuis quelques années, des pressions considérables sont faites sur les quelques pêcheurs mobiles pratiquant encore leur métier dans la lagune pour qu’ils adoptent un mode de vie autre que la pêche. On mentionne que ces derniers contribuent grandement à la dégradation des ressources halieutiques puisqu’ils capturent les espèces qui croissent de façon naturelle dans les eaux du système. Les autorités locales souhaitent que ces pêcheurs se tournent vers l’aquaculture ou des activités économiques terrestres.

« Certaines personnes veulent que les sampaniers optent pour des activités terrestres telles que l’agriculture parce que la pêche, disent-ils, est vouée à disparaître. Cette activité n’est donc pas encouragée et plusieurs souhaitent les voir sortir de l’eau. En ce qui me concerne, je pense au contraire que ceux-ci doivent pouvoir continuer à travailler sur l’eau. Leur mode de vie est entièrement lié au milieu aquatique, leurs connaissances y sont associées et il leur est parfois pénible de s’adapter au mode de vie terrestre. Ils n’ont pas de repère » (Dr. Pháp, biologiste).

57Leurs liens avec le milieu aquatique ne se résument pas qu’à des considérations utilitaires, leur identité s’est construite en relation avec celui-ci. Ainsi, les pêcheurs interrogés lors de cette enquête, conscients des difficultés associées à leur métier, souhaitaient pouvoir se lancer dans la production aquacole, option qu’ils privilégient pour améliorer leurs conditions de vie. Toutefois, ils ne possèdent pas tous les ressources financières pour effectuer le transfert. En ce qui a trait aux activités terrestres il semble y avoir un certain malaise chez les gens face à cette possibilité.

« On a voulu nous envoyer vers les nouvelles zones économiques mais on a refusé… On n’est pas paysans, on n’a pas l’habitude de faire l’agriculture. Peut-être que les autres peuvent gagner leur vie avec cette activité mais pas nous. On a toujours travaillé sur l’eau, de générations en générations mais maintenant on nous propose d’aller travailler sur terre. Je ne peux pas le faire » (Mme Mỹ, pêcheur).

58La reconnaissance des causes de la dégradation de l’environnement de la lagune comporte une dimension politico-économique importante. Alors que l’on met l’emphase sur les torts occasionnés au milieu aquatique par les pêcheurs mobiles, ceux causés par l’aquaculture, l’agriculture ou le développement urbain demeurent mitigés. La pollution de la lagune n’est pourtant pas attribuable à un seul facteur ni à un seul groupe. À cet effet le Dr. Miên mentionne d’ailleurs que :

« Les autorités ne voient pas toutes les conséquences de l’aquaculture et ils ne s’intéressent pas suffisamment à la préservation de l’écosystème. Par exemple, l’aquaculture, on ne parle que des avantages, des côtés positifs de cette activité mais on n’a pas de statistique sur les pertes engendrées par l’exploitation aquacole. Si jamais on balançait les fruits et les pertes de l’aquaculture aurait-on plus de succès que de pertes ou l’inverse ? On exagère toujours ces succès, c’est pourquoi les dirigeants ne reçoivent que des rapports positifs. Ils ne sont pas bien informés et derrière les bilans, les rapports, il existe une autre réalité qui préoccupe beaucoup les scientifiques ».

59Certes, les habitudes et activités des sampaniers et pêcheurs mobiles ont des répercussions sur leur milieu de vie. À l’instar des aquaculteurs, ils développent des techniques afin de s’adapter aux conditions changeantes de l’environnement avec lequel ils sont en relation, mais également aux valeurs économiques du contexte au sein duquel ils s’inscrivent. Les raisons pour lesquelles ce groupe est considéré comme ayant plus d’impact que les autres sur le système lagunaire outrepassent les simples considérations écologiques. Contrairement aux producteurs aquacoles, les prises de ces derniers sont destinées au marché local. Il s’agit donc d’une activité à faible rendement économique qui ne suscite pas de revenus important, sous forme de taxes, pour le gouvernement.

60La présence des chercheurs dans la région, à travers ce qui pourrait être qualifié de ‘relation de développement’, contribue à définir et encadrer les actions des aquaculteurs et des pêcheurs, insufflant, par le transfert de connaissances et de techniques, une tendance à l’uniformisation des savoirs et des pratiques. Souvent incertains quant aux techniques à privilégier à la fois pour l’élevage des crevettes, crabes et poissons, ainsi qu’en ce qui a trait au contrôle des maladies affectant ces espèces, plusieurs aquaculteurs semblent fonder beaucoup d’espoirs dans l’expertise scientifique. Le statut des chercheurs, qui leur est conféré, entre autre, par de longues années d’études contrairement aux producteurs qui ne sont que très peu scolarisés, semble se traduire par la primauté et la valorisation des savoirs ‘experts’ par rapport aux autres modes d’acquisition de connaissances. Se faisant, selon ce que j’ai pu observer, plusieurs aquaculteurs collaborant avec ces experts pour le développement d’une aquaculture dite ‘durable’, développent le réflexe de faire appel aux chercheurs au moindre signe d’apparition d’un problème, phénomène que j’interprète comme une certaine perte d’autonomie face à leurs moyens de production, une perte en ce qui a trait à la diversité des modes de production des savoirs sur le milieu ainsi qu’une confiance mitigée en leurs propres capacités décisionnelles dans un tel contexte.

61À partir d’une ‘éducation environnementale’, les chercheurs tentent également d’influencer  les comportements des pêcheurs par rapport à la ressource. Cette relation chercheurs/pêcheurs mobiles semble pouvoir se traduire par ce que j’appellerais une double disqualification. Ainsi, les biologistes disqualifient certaines pratiques de pêche jugées néfastes pour le maintien d’un environnement sain, en faisant la promotion de techniques plus écologiques qui sont reconnues par les pêcheurs comme inadaptées et irréalistes par rapport aux conditions sociales et environnementales actuelles. Les opérateurs de filets paraissent donc offrir une plus grande résistance face aux enseignements des chercheurs, résistance qui semble reposer sur une connaissance très fine de la situation, tant d’un point de vue environnemental que social. La solution, selon eux, demeure entre les mains des politiciens et ils s’offusquent de l’inertie du gouvernement en ce qui a trait à la redistribution de la surface lagunaire qui leur permettrait à eux aussi de se lancer dans l’aquaculture.

62Qui plus est, la tendance à la sédentarisation, encouragée par les fonctionnaires des différents paliers du gouvernement ainsi que par la plupart des chercheurs, représente une tentative d’uniformisation du mode de vie sampanier à celui des agriculteurs. Le mode de vie sédentaire, qui convient bien aux aquaculteurs dont le métier s’apparentent à celui des paysans, a pour effet de réduire la mobilité des pêcheurs utilisant les filets, ce qui constitue un obstacle supplémentaire à l’exercice de ce métier qui, du coup, semble moins adapté à l’objet qu’il poursuit.

63En somme, l’apparition de l’aquaculture et la présence de différents chercheurs associés au développement de cette activité semblent donc se traduire par ce que j’interprète comme une certaine tendance à l’uniformisation et la spécialisation de l’environnement spatial et social de la région de Phú Tân. Consciente du fait qu’un terrain de quatre mois, constitué de contacts limités avec les membres de la communauté concernée par cette étude, est plus qu’insuffisant pour rendre compte de la complexité des transformations et résiliences qui s’opèrent, entre autres au niveau des savoirs écologiques et techniques de ces anciens sampaniers, les réponses aux questions sous-jacentes énumérées plus tôt demeurent incomplètes et fragmentées. Il serait intéressant de s’attarder davantage aux transformations engendrées par la cohabitation des savoirs ‘experts’ et locaux au niveau du discours et des éléments du langage des sampaniers, pêcheurs et aquaculteurs sur l’espace lagunaire et les êtres qui l’habitent afin d’explorer dans quelle mesure ces derniers s’approprient, interprètent, intègrent, rejettent ou incorporent une part du discours scientifique. Par ailleurs, il serait également intéressant de porter attention à savoir de quelles façons ce contexte suscitera, ou non, le développement de nouvelles pratiques susceptibles d’émerger de ce mélange de savoirs traditionnels et scientifiques.   

Je souhaite remercier le CRDI (principalement le Dr. Gary F. Newkirk), les membres de l’équipe ‘CBCRM in Central Vietnam’, les pêcheurs et aquaculteurs de Tân Dương et Tân Lập, Lê Ahn Nhu Mỹ, Les Dr. Sylvie Poirier, Yvan Breton, Marie-Andrée Couillard et Claude Bariteau, personnes sans qui la réalisation de ce projet n’aurait pas été possible.  

Biographie

64Annick Thomassin est candidate à la maîtrise au département d’anthropologie de l’Université Laval. Ses principaux intérêts de recherche portent sur les enjeux des politiques de la gestion des ressources côtières et de leurs impacts sur la relation au territoire marin au Vietnam et en Australie (Détroit de Torres).

Haut de page

Bibliographie

Bertrand, D., 1996, « Renaissance du lên đồng à Huế, premiers éléments d’une recherche », Bulletin de l’École Française d’Extrême Orient, Paris, No.83, 271-285.

Bertrand, D., 1995, « Les sampaniers de la Rivière des Parfums, esquisse d'une relation interculturelle », Cahiers d'ethnopsychologie, le Havre, Décembre 1995, 9-31.

Bertrand, D., 1994, « Les relations des sampaniers de la Rivière des Parfums avec les montagnards », Péninsule, Vol. 29, No. 1, 79-89.

Bird-David, Nurit, 1999, « ‘Animism’ Revisited. Personhood, Environment, and Relational Epistemology » : s67-s79, Current Anthropology, Vol. 40.

Brzeski, V. J. et Newkirk, G. F., 2002, Lesson in Resource Management from the Tam Giang Lagoon, Halifax, Coastal Research Resources Network (CoRR), 225p.

Brzeski, V. J. et Newkirk, G. F., 2000 Lessons from the Lagoon : Research towards Community Based Coastal Resources Management in Tam Giang Lagoon Viet Nam, Halifax, Coastal Research Resources Network (CoRR), 237p.

Duiker, W. J., 1995, Vietnam: Revolution in Transition, Pennsylvania State University, Westview Press, 250p.

Duong, V. T. et Tôn, T. C., 2002, « Diversification of Livelihoods in Trung Lang Village »: 53-68, in Brzeski, V. J. et Newkirk, G. F., Lesson in Resource Management from the Tam Giang Lagoon, Halifax, Coastal Research Resources Network (CoRR).

EJF, 2003, Risky Business: Vietnamese Shrimp Aquaculture – Impacts and Improvements, Environmental Justice Foundation, London, 44p.

Frignani, M. et al., 2004, « Polychlorinated Biphenyls in Sediments of the Tam Giang-Cau Hai Lagoon (Central Vietnam) » : First Results, Organohahogen Compounds, Vol. 66, 3657-3663.

http://dioxin2004.abstract-management.de/pdf/p157.pdf

Ingold, T., 1996, « Hunting and Gathering as Ways of Perceiving the Environment »: 117-155, in Ellen, R. & K. Fukui (dir.), Redefining Nature. Ecology, Culture and Domestication.Oxford: Berg,.

Nguyen K. V., 1999, Vietnam, une longue histoire, Paris, L’Harmattan, 504p.

Socialist Republic of Vietnam, 2002, The Comprehensive Poverty Reduction and Growth Strategy (CPRGS), Hanoi, 137p.

Tôn, T. P., Lê, V. M. et Lê, T. N. T., 2002, « Sustainable Development of Aquaculture in Tam Giang Lagoon » : 27-38, in Brzeski, V. J. et Newkirk, G. F., Lesson in Resource Management from the Tam Giang Lagoon, Halifax, Coastal Research Resources Network (CoRR).

Truong, Q. H., 2004, Changes in Using of Lagoon Resources at Tan Duong Village, Phu Tan Commune, Phu Vang District, Research Paper, Hue, 6p.

Truong, T. V., 2002, «Dynamics of Property Rights in the Tam Giang Lagoon»: 39-52, in Brzeski, V. J. et Newkirk, G. F., Lesson in Resource Management from the Tam Giang Lagoon, Halifax, Coastal Research Resources Network (CoRR).

Truong, T. V., 2001, «Community Banning of Electric Fishing in Quang Thai, Tam Giang Lagoon, Vietnam »: 1-16, in Magsanoc-Ferrer, E., Polotan-de la Cruz, L. et G.F Newkirk (eds.), Hope Takes Root, Halifax, CBCRM Resource Center et Coastal Research Resources Network (CoRR).

Truong, T. V. et Brzeski, V, 2000, «Management of Biological Resources in Tam Giang Lagoon»: 7-14, in Brzeski, V. J. et Newkirk, G. F., Lessons from the Lagoon : Research towards Community Based Coastal Resources Management in Tam Giang Lagoon Viet Nam, Halifax, Coastal Research Resources Network (CoRR).

UNEP/GEF, 2003, Vietnam Wetland Component: Vietnam Socio-Economic Assessment in Vietnam, Phuket, 27p.

http://www.unepscs.org/Documents/RTF-E1/RTF-E.1-12%20Viet%20nam%20Wetland.pdf

Vo, T. H. et Nguyen, H. T., 2000, « Settlement of Sampan People»: 55-67, in Brzeski, V. J. et Newkirk, G. F., Lessons from the Lagoon : Research towards Community Based Coastal Resources Management in Tam Giang Lagoon Viet Nam, Halifax, Coastal Research Resources Network (CoRR).

Wade, H., Nguyen, V. V.,  et Nguyen, H. T., 2004, Preliminary Overview of Shrimp Aquaculture in Vietnam, Vietnam, International Marinelife Alliance, 7p.

http://www.marine.org/ima_vietnam/PDF/STRIMP.PDFImage2

Haut de page

Notes

1  Community-based Coastal Resource Management

3  L’accumulation de sédiments à l’ouverture de Tư Hiền a contribué à son engorgement. Présentement, il n’existe aucun échange entre la mer et la lagune de Cầu-Hai. Il y a donc modification de la teneur en sel dans cette zone et on observe une augmentation de la pollution associée à la fermeture du système. Ceci a pour effet la perturbation des activités d’aquacultures qui sont pratiquées dans la région. Il faut néanmoins se rappeler le caractère dynamique du cordon littoral, il est possible que ces conditions subissent à nouveau des modifications importantes dans l’avenir (Frignani et al., 2004).  En 1999, une ouverture s’est créée dans le cordon littoral face à la commune de Phù Tân lors de ce qu’ils ont appelé ‘l’inondation du siècle’. Cette ouverture permis l’entrée d’eau de mer dans l’espace lagunaire adjacent ce qui eu pour effet d’améliorer la qualité de l’eau. Les autorités locales ont toutefois pris la décision de la refermée puisqu’il y avait intrusion d’eau salée dans les rizières, ce qui affecta les récoltes.

4  On utilise le terme do en vietnamien pour qualifier ce type d’embarcation.

5  Les vạn constituent de véritables villages flottant qui regroupent de 20 à 30 sampans. Le regroupement s’effectue par corps de métiers selon des liens de parenté ou d’amitié. À l’époque féodale, ces villages étaient placés sous la juridiction du village terrestre le plus près.

6  Les rapports écrits par l’équipe de recherche vietnamienne affiliée au CRDI vont dans le sens de cette hypothèse.

7  Les Kinh (ou vietnamiens) constituent environ 85% de la population totale du Vietnam.

8  J’emprunte cette expression à Nguyên Phat  (Nguyên, 1991) (cité dans Bertrand 1995).

10  Ces techniques de pêche étant plus efficaces, les pêcheurs les pratiquant furent constamment les seuls à pouvoir obtenir ces droits d’utilisations. Ceux-ci étaient donc renouvelés à chaque année.

11  Les sols de la province de Thừa-Thiên Huế sont pauvres. La plupart de ceux-ci requièrent l’emploi d’une grande quantité d’engrais pour pallier à cette situation.

12  La rénovation (Đổi mới) fut inaugurée lors du 6e congrès national du Parti Communiste Vietnamien tenu en décembre 1986. Elle marque en quelque sorte un retour progressif de la propriété privée et constitue une ouverture aux échanges économiques sur le marché international (Duiker, 1995).

13  Cette compagnie est également connue sous l’appellation ‘Compagnie crevettière de Huế’.

14  Le Dr. Miên parle d’expansion anarchique des enclos d’aquaculture qui se sont multipliés sans aucune planification.

15  Le Vietnam est signataire de deux conventions internationales concernées par la conservation des milieux humides soit la ‘Convention des Nations Unies sur la diversité biologique’ et la ‘Convention de Ramsar’.  

16  Il est à noter que tous les membres de la communauté ne participent pas au projet ni à l’élaboration de stratégies de gestion.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/2978/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annick Thomassin, « Un pied dans l’eau, un pied sur terre : trajectoires et savoirs sampaniers dans un processus de transfert de la pêche vers l’aquaculture Phù Tân (Vietnam) », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Volume 6 Numéro 1 | mai 2005, mis en ligne le 01 mai 2005, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://vertigo.revues.org/2978 ; DOI : 10.4000/vertigo.2978

Haut de page

Auteur

Annick Thomassin

Candidate à la maîtrise, Département d’anthropologie de l’Université Laval, annick.thomassin@mail.mcgill.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page