Navigation – Plan du site
Section courante

Exploitation traditionnelle des végétaux spontanés en région sahélienne du Burkina Faso

Souleymane Ganaba, Jean Marie Ouadba et Ouétian Bognounou

Résumés

La région sahélienne se caractérise par l’exploitation des ressources forestières végétales pour la fabrication d’outils de travail, d’ustensiles de ménage, de mobiliers. La présente étude, conduite par des enquêtes dans des villages sahéliens et des observations de terrain dans la région sahélienne du Burkina Faso, a pour but d’une part de caractériser le savoir traditionnel dans l’artisanat des différents groupes ethniques et d’autre part de montrer leur impact sur l’évolution de ces ressources forestières végétales. En outre, une tentative d’évaluation économique de cette forme d’exploitation forestière est menée.

De nombreux outils aratoires et de chasse, des meubles, et des ustensiles de ménage sont fabriqués. Les plantes utilisées pour la fabrication de chaque produit varient en fonction de la présence ou de l’abondance de la plante considérée mais aussi des considérations socioculturelles propres à chaque groupe ethnique tout comme le choix des bois d’énergie. Les formes d’exploitation plus ou moins sévères ont contribué à amplifier les effets de la sécheresse sur la dégradation des ressources forestières. Heureusement une évolution avec l’adoption de produits industriels permettra de réduire les coupes et la tendance à la dégradation de l’environnement. Il est impérieux d’identifier, de prendre en compte et d’améliorer au besoin les connaissances endogènes de gestion des ressources naturelles pour un développement durable.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Depuis plusieurs décennies, la région sahélienne est caractérisée par des déficits pluviométriques fréquents avec des crises écologiques graves comme celles de 1972/73 et 1984/85. Ces crises se sont caractérisées par une forte mortalité sélective des plantes ligneuses avec diminution de la diversité biologique.

2La zone sahélienne étant la région la moins industrialisée du Burkina Faso, les activités socio-économiques des populations reposent essentiellement sur l'exploitation des ressources naturelles. Elles trouvent dans la brousse, la plupart des matériaux indispensables à la fabrication des objets d’usage courant, pour les besoins de ménage (Bernus, 1967). Cette exploitation des ressources  forestières constitue également une source de revenus pour les groupes sociaux défavorisés de la zone.

3L’étude représente un volet environnemental d’un programme de recherche sur la gestion des terroirs, la viabilité des ménages et la migration au Sahel dont l’hypothèse principale était que la dégradation des ressources végétales et la pauvreté économique engendraient les déplacements des populations d’éleveurs du Sahel burkinabé vers le Nord Bénin (Homewood, 1997).

4Elle a pour but de mettre en exergue des savoirs traditionnels en matière de gestion des ressources forestières en région sahélienne du Burkina Faso, puis de montrer leurs éventuels impacts sur la préservation de la diversité biologique et leur évolution adaptative avec l’environnement socio-économique et écologique. L’étude est focalisée sur l’utilisation traditionnelle des ressources végétales spontanées dans la confection des outils, meubles, objets qui caractérisent le mieux le patrimoine culturel des peuples. Les différents usages locaux et les tendances dynamiques des plantes ligneuses ont été décrits dans Ganaba et al. (1998), Ganaba et al., (2000) et Lykke et al., (2004).

5Pour répondre et mettre en oeuvre les conventions internationales de préservation de la biodiversité et de lutte contre la désertification à différentes échelles, il est impératif d’associer les communautés locales dans les programmes d’aménagement et de gestion des ressources naturelles de leur terroir. Il est impérieux d’identifier, de prendre en compte et d’améliorer au besoin les connaissances endogènes de gestion des ressources naturelles pour un développement durable.

Zone d’étude

6La zone d'étude est définie dans trois des quatre provinces sahéliennes septentrionales du Burkina Faso : l'Oudalan, le Séno et le Yagha (Barral, 1967 et 1977 ; Ganaba et al., 1998, Claude et al., 1991). L’Oudalan et Séno appartiennent au secteur phytogéographique sahélien strict et le Yagha au secteur subsahélien du domaine sahélien selon Guinko (1984), (Figure 1).

Figure 1. Zone d’étude

7La géomorphologie de la zone d’étude se caractérise par la présence de buttes cuirassées ou rocheuses, d’alignements dunaires d’orientations est-ouest se succédant du nord au sud, de glacis plus ou moins dénudés, et de mares endoréiques. La nature sableuse des sols fait que la culture du petit mil (Pennisetum glaucum) et du niébé (Vigna unguiculata) est dominante.

8La saison sèche est longue d'environ 9 mois  et la saison pluvieuse 3 mois de juin à août. Les variations inter-annuelles et spatio-temporelles de la pluviométrie engendrent des années excédentaires (1994, 2003, 2005) et des années déficitaires à l’origine de crises écologiques plus ou moins sévères (1972, 1984, 2004). De manière globale on observe une aridification croissante caractérisée par une descente des isohyètes  vers le sud (Ouattara et Ouédraogo, 2004 ).

9La végétation est composée de steppes arbustives dominées par Acacia tortilis en pleine expansion et Balanites aegyptiaca, et de brousses tigrées plus ou moins dégradées dominées par Pterocarpus lucens en forte mortalité dans la partie septentrionale (Ganaba et Guinko, 1995). Les bas-fonds et les lits des mares endoréiques sont colonisés par des prairies aquatiques constituées de bourgoutières (formation à Echinochloa ssp.) et de Voscia cuspidata, Oryza longistaminata se développant sur des sols hydromorphes.

10Plusieurs groupes ethniques habitent la région : les plus importants sont les Kel Tamachek (Touareg et Bella) dans l’Oudalan, les Peuls (Djelgobé, Gaobé, Lipatko, Yagha et Rimaïbé) dans l’Oudalan, le Séno et le Yagha et les Gourmantchés dans le Séno et Yagha . Cette répartition ethnique correspond aux différents épisodes historiques du peuplement. Les Peuls du Liptako ont été repoussés de l’Oudalan en 1827 par les Kel Tamachek dont les premiers sont les Imrad Oudalan et les Oudalan Imajaren (Barral, 1967). Puis les Gourmantchés ont aussi été vaincus et repoussés en 1910 de Dori  vers le sud, le sud-est et dans le Yagha par les Peuls Liptako.

11D’abord la colonisation, puis l’avènement du régime politique d’exception de 1983 au Burkina Faso, a créé des conditions favorables à l’émancipation des populations des groupes ethniques vivant en zone sahélienne. Les relations de dépendances entre groupes ethniques (Sonraï-Mallébé, Peul-Rimaïbé et Touareg-Bella) ont été définitivement abolies. Les sujets jadis soumis à une forme d’esclavage étaient aussi astreints aux taches artisanales de confection d’outils, de meubles, et autres objets pour les anciens maîtres. De nos jours ces castes sont spécialisées dans l’artisanat du bois et des peaux pour la vente au  marché. Les Bella constituent les véritables maîtres artisanaux de la région sahélienne par leur savoir-faire.

Méthodes d’étude

12L’étude repose sur des enquêtes de type semi directif (Kintz, 1995) conduites en saison de pluies d’août à septembre 1995, en un seul passage, des observations directes de terrain et une revue bibliographique.

13Le choix des villages est basé sur la représentativité des groupes ethniques de chaque région géographique de la région d'étude et de leur accessibilité. La saison pluvieuse est la période à laquelle les agropasteurs sont revenus de la migration ou de la transhumance dans leurs campements.

14Les personnes interrogées sont les chefs de ménage des deux genres, d'âge avancé et supposées mieux indiquées pour traduire les changements écologiques et indiquer les utilisations des espèces végétales. Vingt ménages sont choisis au hasard dans chaque village (tableau  1).

Tableau 1 : Caractéristiques démographiques des villages d'enquête. Source : recensement de la population de 2004.

Tableau 1 : Caractéristiques démographiques des villages d'enquête. Source : recensement de la population de 2004.

15L'entretien est fait à l'aide de fiches portant sur les catégories d'utilisation suivantes des ressources végétales : les besoins de construction et d'artisanat (Ganaba et al, 2004), les besoins énergétiques (Ganaba et al., 1998), les besoins fourragers, les utilisations en alimentation humaine (Ganaba et al., 2002), les utilisations en santé humaine et animale, le rôle dans le maintien et l'amélioration de la fertilité du sol (Ganaba et al., 2000) et les autres séries d'utilisation.

16Les noms des plantes sont transcrits en langues locales par des enquêteurs originaires de la région. Un lexique élaboré à partir des échantillons de plantes collectés et de la bibliographie (Ly et Schenk, 1986) a permis de faire les correspondances avec les noms scientifiques.

Résultats

17Les données ont été dépouillées manuellement et traitées aux  logiciels Excel et JMP (SAS, 2002).

18Les produits fabriqués à partir des végétaux spontanés sont les outils aratoires (manches de hache, de couteau, d’iler, semoir), et de  gardiennage (gourdin), les meubles (chaise, lit, tabouret, selle, natte), les ustensiles de ménage (bol à traire, mortier, pilon, meuble de rangement, corbeille, écuelle), et les produits d’entretien (cordage, encens, insecticide, savon) (tableau 2).

Tableau 2 : Analyse de variance des réponses par les produits fabriqués. Les outils identifiés par les mêmes lettres sont significativement comparables.

Tableau 2 : Analyse de variance des réponses par les produits fabriqués. Les outils identifiés par les mêmes lettres sont significativement comparables.

19Les plantes les plus abondamment sont Acacia nilotica, Anogeissus leiocarpa, Balanites aegyptiaca, Combretum micranthum, Commiphora africana, Grewia bicolor, Hyphaene thebaica, Mitragyna inermis et Sclerocarya birrea. Celles moyennement utilisées sont Acacia senegal/laeta, Acacia seyal, Adansonia digitata, Azadirachta indica, Combretum glutinosum et Pterocarpus lucens. A l’exception de Balanites aegyptiaca, Hyphaene thebaica et Azadirachta indica, toutes ces plantes sont aussi celles qui ont le taux le plus élevé de dégradation dans le milieu.

20Les espèces utilisées par tous les groupes ethniques dans l’artisanat, donc sans interdit, sont Balanites aegyptiaca, Combretum micranthum et Piliostigma reticulatum.

21L’analyse de variance indique une différence significative dans la confection des outils et indique la différence de plantes utilisées. Cela permet de classer les outils selon la typologie suivante :

22La typologie va du groupe de produits rarement utilisés et fabriqués à partir d’un nombre réduit de plantes (arcs, flèches, savon, encens), aux produits de grande utilisation comme l’écuelle, le mortier ou le manche d’iler en région sahélienne. Le type d’exploitation des plantes utilisées dans la confection de ces derniers produits peut influencer l’évolution du potentiel végétal de chaque localité.

Les espèces végétales utilisées dans la confection des meubles en région sahélienne

23La selle de dromadaire ou de cheval (kirke en foulfouldé) est un meuble entier taillé préférentiellement dans du bois léger de tronc de Commiphora africana ou de Balanites aegyptiaca. On utilise également du bois de Acacia nilotica et de Sclerocarya birrea.

24Les plantes utilisées pour la confection de chaises (disol horgal) sont Combretum micranthum et Mitragyna inermis considérées comme des bois faciles à travailler. Les jeunes rameaux sont associés avec des lambeaux de peau tannée. Les plantes utilisées accessoirement sont Acacia nilotica et Pterocarpus lucens.

25Le tabouret (disol horgal également) est aussi confectionné avec des rameaux de Combretum micranthum et de Mitragyna inermis liés avec des lambeaux de peau tannée. Il peut aussi être taillé dans du bois de Faidherbia albida, Sclerocarya birrea, Balanites aegyptiaca, Vitellaria paradoxa et Anogeissus leiocarpa.

Tableau 3 : Préférences des populations pour les ligneux utilisés dans la confection d’outils, meubles et ustensiles de ménage en région sahélienne burkinabé.

Tableau 3 : Préférences des populations pour les ligneux utilisés dans la confection d’outils, meubles et ustensiles de ménage en région sahélienne burkinabé.

26De nombreuses plantes entrent dans la fabrication de lits (lesso). Ce sont Combretum micranthum, Grewia bicolor, Mitragyna inermis, Acacia nilotica et Grewia villosa. Celles accessoirement utilisées sont Pterocarpus lucens, Balanites aegyptiaca, Fluggea virosa et des tiges de mil. Certaines sont utilisées pour l’ossature du lit  (Acacia nilotica, Balanites aegyptiaca, Pterocarpus lucens) et d’autres comme pièces accessoires de traverse (Combretum micranthum, Mitragyna inermis, Grewia bicolor, Fluggea virosa, tiges de mil). Face à la raréfaction du bois de service certainement, les artisans utilisent progressivement le bois industriel pour la fabrication de lits, de chaises et de tabourets.

27La natte traditionnelle (daago) est confectionnée avec des pinnules de Hyphaene thebaica (palmier doum). En outre, les rameaux de Grewia bicolor ou d’andropogon sont associés avec des fibres de Hibiscus  asper pour la confection de seccos (photo 1) ou de tabarmao différemment ornés et utilisés pour couvrir les huttes peules.

Photo 1 : Vente d’andropogons et de seccos au marché de Gorom-Gorom par des femmes.

28Le meuble de rangement des ustensiles (petual) ne semble pas être utilisé en milieu Foulbé du Séno et Gourmantché. Chez les autres groupes ethniques, il est confectionné avec du bois de Grewia villosa, Mitragyna inermis, Grewia bicolor, Pterocarpus lucens, Acacia nilotica et Ziziphus mauritiana. Les autres plantes utilisées sont Digitaria horizontalis et Balanites aegyptiaca.

Les espèces végétales utilisées dans la confection des ustensiles

29Le mortier (Wouru) est taillé préférentiellement dans un tronc de Combretum glutinosum ou de Faidherbia albida par les Peul Djelgobé et Gaobé ainsi que par les Bella, les Sonraï et les Touaregs de l’Oudalan. En revanche les Rimaïbé Liptako et les Gourmantché du Yagha utilisent davantage le bois de Sclerocarya birrea, Lannea microcarpa, Ficus sycomorus et Vitellaria paradoxa. Les autres plantes accessoirement utilisées sont Piliostigma reticulatum, Balanites aegyptiaca dont les pieds de gros diamètre sont devenus rares, Acacia tortilis, Diospyros mespiliformis confinée dans les axes de drainage bien humides et Pterocarpus lucens dans les brousses tigrées  plus ou moins dégradées (Ganaba et Guinko, 1996).

30Le pilon (hudugal) est préférentiellement fabriqué à partir de bois des acacias (Acacia nilotica, A. seyal, A. laeta, A. senegal) par tous les groupes ethniques de la région sans distinction. D’autres plantes sont fortement utilisées en fonction de leur disponibilité et des considérations socioculturelles. Ce sont Mitragyna inermis, par les Peul Gaobé, Pterocarpus lucens par les Peul Djelgobé, les Sonraï et les Touareg de l’Oudalan. D’autres plantes ligneuses sont accessoirement utilisées comme Anogeissus leiocarpa, Combretum nigricans, Combretum glutinosum, Dalbergia melanoxylon et Grewia bicolor.

31Le bol à traire (karaw et birdugal) est taillé préférentiellement dans du bois de Commiphora africana dont la légèreté, la maniabilité et la résistance par rapport à la calebasse utilisée par d’autres éleveurs, est largement reconnue ; ce qui facilite le travail de traite des animaux. Les Peul Liptako utilisent en revanche Sclerocarya birrea. Accessoirement les différents groupes ethniques utilisent Piliostigma reticulatum, Balanites aegyptiaca, Faidherbia albida et Dalbergia melonoxylon.

32L’écuelle (laal) est taillée préférentiellement dans du bois de Sclerocarya birrea et de Faidherbia albida dans tous les groupes ethniques des trois provinces sahéliennes. Les autres plantes utilisées accessoirement sont : Piliostigma reticulatum, Balanites aegyptiaca, Pterocarpus erinaceus, Commiphora africana et Faidherbia albida.

33Les cuillères en bois (girbal) sont taillées dans des tiges de Grewia bicolor dans l’Oudalan. Chez les Peul Liptako du Séno, elles sont préférentiellement taillées dans le bois de Sclerocarya birrea ou de Piliostigma reticulatum. Tous les groupes ethniques utilisent accessoirement du bois de Balanites aegyptiaca, Mitragyna inermis, Dalbergia melanoxylon et d’Acacia nilotica.

34La spatule (kurbirgal) est préférentiellement et presque exclusivement fabriquée à partir du bois de Calotropis procera chez les Peul Djelgobé, les Bella et les Touareg de l’Oudalan. Les Peul Gaobé et les Sonraï de l’Oudalan utilisent préférentiellement et respectivement Acacia polyacantha et Balanites aegyptiaca tandis que les Peuls Liptako du Séno et du Yagha recherchent Feretia apodanthera, Pterocarpus erinaceus et Grewia bicolor.

35Les autres plantes rarement utilisées sont Acacia laeta, Acacia senegal, Mitragyna inermis et Ziziphus mauritiana.

36La corbeille (Beidal) est essentiellement fabriquée à partir des racines ou rameaux de Acacia laeta ou Acacia senegal dans tous les groupes ethniques. Quelquefois les autres acacias notamment Acacia tortilis, Acacia seyal, ainsi que Combretum glutinosum, Grewia bicolor sont aussi utilisés. L’exploitation se fait en pleine saison pluvieuse par déchaussage des arbres sur les cordons dunaires. Elle est utilisée pour la récolte de fonio sauvage (Panicum laetum) en fin de saison pluvieuse

37La vannerie et la sparterie (betu) sont confectionnées avec des feuilles de palmier doum, Hyphaene thebaica, des rameaux de Mitragyna inermis et de Grewia bicolor.

38Les rameaux de Balanites aegyptiaca, malgré leur nature épineuse, sont préférentiellement coupés comme cure-dents (kosorgal) dans l’Oudalan tout comme Azadirachta indica l’est au Séno qui comporte un nombre plus abondant de pieds de ce ligneux subspontané planté à proximité des habitations et propagé par les oiseaux (Ganaba et Guinko, 1997). Les autres plantes utilisées sont Acacia laeta, Acacia nilotica, Acacia senegal, Acacia seyal, Boscia senegalensis, Piliostigma reticulatum et Pterocarpus lucens.

Les espèces végétales utilisées dans la confection des outils

39Les manches de hache et de couteau (kukuruwal et t’lingal) sont confectionnés à partir des branches de Balanites aegyptiaca chez tous les groupes ethniques interrogés dans toutes les trois provinces sahéliennes. Les autres plantes utilisées, en des proportions moindre, sont Acacia laeta, Acacia senegal, Acacia seyal, Combretum glutinosum et Pterocarpus lucens pour les manches de hache ; Dalbergia melanoxylon, Diospyros mespiliformis, Grewia bicolor et Mitragyna inermis pour le manche de couteau. Tamarindus indica est accessoirement utilisé pour les manches des deux types d’outil.

40Le manche d’iler (holiare), outil aratoire utilisé par les Sahéliens est fréquemment taillé dans du bois de Piliostigma reticulatum, Acacia seyal, Balanites aegyptiaca et Sclerocarya birrea. Les autres plantes utilisées sont Acacia laeta, Acacia senegal, Acacia nilotica, Combretum micranthum, Commiphora africana, Dalbergia melanoxylon, Diospyros mespiliformis, Grewia bicolor, Mitragyna inermis, Sclerocarya birrea et Vitex doniana,.

41Le gourdin et le bois de lance (mboduru et kalasal) sont des armes blanches de protection et des outils de gardiennage du bétail utilisés par le berger. Le gourdin a des formes plus ou moins longue et souvent poli au beurre de vache. Le gourdin tout comme le bois de lance sont taillés préférentiellement dans du bois très résistant des branches de Grewia bicolor par tous les groupes ethniques. Accessoirement on utilise du bois de Pterocarpus lucens ou encore celui d’Acacia nilotica, Combretum micranthum, Grewia tenax, pour les deux objets d’arme blanche, utilisée dans le gardiennage du bétail. Acacia laeta, Acacia senegal, Balanites aegyptiaca, Dalbergia melanoxylon, Dichrostachys cinerea et Ziziphus mauritiana sont aussi utilisées pour la taille de gourdin. Grewia flavescens est également utilisé comme bois de lance.

42Le manche de semoir (diabirgal) est taillé préférentiellement dans des branches de Balanites aegyptiaca.

43Divers objets d’art comme des masques et des animaux et personnages peuvent être taillés dans le bois (Balanites aegyptiaca, Dalbergia melanoxylon) pour magnifier la vie quotidienne des populations (photo 2).

Photo 2 : Dromadaires et personnages taillés dans du bois par des artisans de l’Oudalan pour symboliser la vie quotidienne au Sahel.

Les espèces végétales utilisées dans la confection de produits d’entretien en région sahélienne

44La colle (takè) est extraite de la résine de Acacia laeta, Acacia senegal, Acacia seyal, Combretum nigricans et Commiphora africana. Ainsi la gomme d’Acacia senegal/laeta est très consommée par les voyageurs pour limiter la soif et la faim. Elle est aussi utilisée dans des rites socioculturels.

45La corde (bogol) est confectionnée à partir de fibres de Adansonia digitata, Acacia tortilis, Piliostigma reticulatum, Hibiscus asper. Celles de Acacia laeta/senegal, Acacia nilotica, Grewia bicolor, Bauhinia rufescens et Hyphaene thebaica sont aussi utilisées. Cette exploitation se fait généralement par écorchage entier du tronc de la plante ligneuse qui le plus souvent finit par se dessécher avec la rudesse du climat en saison sèche.

46L’encens (goal) est un produit de décoration/cosmétique extrait de la résine de Commiphora africana. Associé à d’autres produits, il brûle en dégageant un parfum ayant plusieurs vertus. C’est pourquoi, il est beaucoup utilisé pour certaines pratiques culturelles et/ou religieuses. Les bulbes de Cyperus esculentus sont aussi utilisés pour leur parfum.

47Les ardoises des élèves des écoles coraniques sont taillées dans du bois de Balanites aegyptiaca. Le savon (katare) est obtenu par frottement après trempage d’écorces de son tronc ou de ses racines dans de l’eau.

48Il y a desdifférences significatives entre les villages dans l’utilisation des végétaux spontanés dans la confection d’outils et de meubles.  Toutefois une analyse de données (non illustrées) ne dénotent pas de telles différences (au seuil de 95 %)  entre les groupes ethniques. Cette typologie des villages dans l’utilisation traditionnelle des ressources végétales indique non seulement un savoir et savoir-faire des populations dans la fabrication de produits, non liés à  l’ethnie, mais également une identité des ressources de la localité (tableau 4).

Tableau  4 : Analyse de variance des réponses par villages. Les outils identifiés par les mêmes lettres sont significativement comparables.

Tableau  4 : Analyse de variance des réponses par villages. Les outils identifiés par les mêmes lettres sont significativement comparables.

Valeur socio-économique des outils et meubles fabriqués

49Les ressources forestières végétales apportent des revenus monétaires aux artisans sahéliens : 25 à 50 F CFA pour le cure-dent et la spatule, 4000 à 5 000 pour l’abreuvoir, le bol à traire et la mangeoire et pour une durée d’utilisation de 3 à 6 ans et enfin 15 000 à 50 000 pour la selle de dromadaire et de cheval pour une dizaine d’année d’utilisation (tableau 5). Sur le plan économique, les ressources forestières ligneuses contribuent peu, par rapport à l’artisanat du cuir, au relèvement du niveau de vie dont le seuil de pauvreté en 2003 est de 82 672 F CFA par personne et par an au Burkina Faso, tel que défini dans le cadre stratégique de lutte contre la pauvreté au Burkina Faso (INSD, 2003) soit 603 506 F par ménage moyen de 7,3 personnes selon Tiral (2002).

50Cette activité est le plus souvent réservée à un groupe ethnique ou une caste appelé Gargassa, du groupe ethnique bella, pour des produits nécessitant une certaine technicité comme les selles, les mortiers et les cuillères.

51C’est pourquoi, les jeunes préfèrent s’orienter vers des activités mieux rémunérées comme la migration et les nombreux sites aurifères d’exploitation artisanale de la région.

Tableau 5. Appellations, valeur économique et durée d’utilisation des mobiliers domestiques, outils agraires, ustensiles et autres produits de ménage en région sahélienne burkinabé.

Tableau 5. Appellations, valeur économique et durée d’utilisation des mobiliers domestiques, outils agraires, ustensiles et autres produits de ménage en région sahélienne burkinabé.

52Toutefois, les objets fabriqués à partir des connaissances et des ressources locales sont préférés par rapport aux industriels. Ainsi la farine de céréale pilée au mortier aurait un meilleur goût que celle écrasée au moulin tout comme le lait est préféré dans l’écuelle ou la calebasse que dans un récipient en plastique ou en métal.

Discussion

53De nombreuses plantes sont utilisées pour la confection d’outils, de mobiliers et autres produits ménagers en région sahélienne. Les plantes les plus fréquemment citées sont Balanites aegyptiaca, Grewia bicolor, Acacia laeta, Acacia senegal, Acacia nilotica et Combretum micranthum.

54Ces espèces qui sont les plus utilisées sont aussi en régression dans les steppes sahéliennes depuis la grande sécheresse de 1972-73 (Ganaba et Guinko, 1995). Toutefois, les plantes les plus touchées par la dégradation ne sont pas pourtant les plus exploitées. Si le processus d’aridification croissante du milieu est à l’origine de la dégradation des peuplements ligneux avec faible régénération, ce phénomène est certainement amplifié par les prélèvements plus ou moins sévères de la population.

55En effet, ces plantes sont pour la plupart localisées dans les axes de drainage et les zones humides sahéliennes. Toute politique d’aménagement des formations naturelles doit prendre en compte ces zones refuges de la diversité biologique pour une meilleure conservation et une utilisation durable des ressources forestières du Sahel.

56En plus des critères d’implantation écologique de la plante, d’autres considérations culturelles et religieuses ou celles liées aux propriétés du bois entrent en ligne de compte dans le choix des ligneux utilisés dans la confection des meubles, outils et ustensiles. Cela se retrouve pour les plantes utilisées comme bois d’énergie (Ganaba et al, 1998) et celles associées aux cultures en région sahélienne burkinabé (Ganaba et al., 2000).

57En effet, par exemple le jujubier, Ziziphus mauritiana, n’est pas brûlé par tous les groupes ethniques à l’exception des Gourmantché du village Gongongou de la région du Yagha. Cette plante utilisée dans les cérémonies funèbres. Les feuilles sont pilées ou écrasées et additionnées d'eau pour la toilette du mort chez les Sonraï. Les branches utilisées comme bois de tombe. Ses fruits seraient sucés par  les enfants  au paradis et les enfants morts se trouveraient sous son ombre au paradis. C’est une plante hantée par les esprits, les bons génies, les djins des enfants. Elle est aussi utilisée pour délivrer les femmes en difficulté d’accouchement (Ganaba et al., 1998).

58Acacia tortilis est une plante relativement abondante et colonise tous les milieux exondés tout comme Balanites aegyptiaca se retrouve en bordure des bas-fonds et mares sahéliennes (Ganaba et Guinko, 1995). Commiphora africana en raison de la légèreté de son bois à l’état sec est particulièrement préféré pour la confection d’objets de grande utilisation et demandant peu d’efforts. Grewia bicolor, G. flavescens et G. villosa aux rameaux droits réguliers et au diamètre constant sont recherchés pour la fabrication de nattes grossières (secco) de lits recouvertes de nattes plus fines d’Hyphaene thebaica ou d’Andropogon  (tabarmao).

59Les plantes ayant les meilleures qualités de solidité, de résistance du bois aux termites et aux insectes foreurs, et peu putrescibles sont Acacia nilotica, Anogeissus leiocarpa, Balanites aegyptiaca, Combretum micranthum, Mitragyna inermis et Pterocarpus lucens. La plupart des Acacias comme Acacia laeta, Acacia nilotica, Acacia polyacantha, Acacia seyal sont reconnues posséder un bois solide et durable. Acacia nilotica et Acacia tortilis possèdent également des bois faciles à travailler ; ils sont par contre tous putrescibles et ont un port peu intéressant. Pour ces propriétés attribuées à leur bois, les plantes seront recherchées pour la confection de lits, de récipients et autres objets de longue utilisation.

60Cependant, les formes de prélèvement des organes végétaux entrant dans la fabrication des objets sont souvent préjudiciables à la vie de la plante. Ainsi, l’écorchage sur le pourtour entier du tronc de Adansonia digitata, Acacia seyal, Acacia tortilis, à la recherche de fibres de cordage rend la plante vulnérable aux parasites, à l’aridité du climat et à la difficulté d’alimentation hydrique (phloème endommagé).

61La coupe du pied entier de Commiphora africana, Faidherbia albida, Sclerocarya birrea, Ficus sycomorus pour la taille de mortier, d’écuelles, de mangeoire d’animaux ou de bol à traire affecte les grands pieds et réduit énormément les potentialités des peuplements ligneux sahéliens.

62Il est remarquable de constater que la vie nomade ou de transhumance obligeait à une utilisation exclusive mais adaptée aux potentialités  des ressources forestières végétales pour la fabrication d’outils et d’objets de ménage d’usage courant. Ces formes d’exploitation ont certainement contribué à amplifier les effets de la sécheresse sur la dégradation des peuplements ligneux de la région. Avec la sédentarisation, l’extension de l’agriculture et les mouvements de migration saisonnière de main d’œuvre, une limitation de ces pratiques est observée avec l’introduction progressive de produits manufacturés, notamment les objets plastiques et en métal.  

63Cependant les groupes sociaux marginalisés de la région, vivant en dessous du seuil de pauvreté, soit 50,2% des ménages de l’Oudalan par exemple (Tiral, 2002), continuent d’exploiter les ressources forestières pour la satisfaction de leurs besoins de ménage. Par ailleurs la femme, a qui revient la construction de la maison d’habitation (Ganaba et al., 204), doit parcourir plusieurs centaines de km à dos d’ânes pour rechercher les andropogons pour la confection de nattes traditionnelles.

64Peut-être le désintérêt des jeunes qui s’adonnent aux migrations saisonnières vers les pays côtiers ou les sites aurifères mieux rétribués, permettra de sauver le peu de ressources végétales qui aurait survécu de l’exploitation fourragère et de la sévérité du climat. En effet, dans la zone subsahélienne de Bougou, l’exploitation artisanale des plantes est délaissée par les hommes de moins de 30 ans (Ganaba et al., 2004). Les jeunes hommes estiment que cette activité est dégradante, d’où une inquiétude des adultes pour la pérennité du savoir endogène.

65Au Sahel, seules les activités génératrices de revenus à cour terme intéressent les jeunes qui ayant fréquentés ou visités les villes ne veulent plus pratiquer ni l’élevage ni les activités artisanales toujours à l’état traditionnel. En effet, la considération sociale est maintenant davantage liée au pouvoir d’achat qu’à l’intégrité morale.

66Avec une densité de 29, 14 et 18 habitants/km2 et un taux de croissance démographique 1985-1996 de 2,7, 2,4 et 3,7 respectivement pour le Séno, l’Oudalan et le Yagha, les jeunes ayant moins de 15 ans représentent plus de 45% de la population. Ces jeunes sont confrontés au manque de cadre idéal d’encadrement et d’épanouissement au désœuvrement ou de sous-emploi au faible niveau d’instruction et aux différents vices sociaux. L’augmentation de la population va aggraver davantage le problème d’emploi et de satisfaction des besoins sociaux.

67Le cadre stratégique de lutte contre la pauvreté au niveau régional et le schéma régional d’aménagement du territoire devraient créer une meilleure politique d’aménagement de l’espace régional permettant de dynamiser les secteurs productifs de la région, favoriser le développement humain durable et désenclaver la région (MED, 2003).

68Les règles traditionnelles et coutumières de gestion des ressources naturelles ont été ignorées avec le pouvoir traditionnel à l’avènement du pouvoir révolutionnaire d’exception  en août 1983 au Burkina Faso. Il a fallu attendre une décennie plus tard pour initier une codification communautaire en partenariat avec  l’administration du territoire et les services techniques étatiques et les partenaires au développement de la gestion des ressources naturelles.

69En effet, BANZAF et al. (1997) rapportent l’existence dans la localité sahélienne de Kishi-Beiga, une forme non formelle de gestion des ressources sous l’égide du chef traditionnel touareg. La gestion était assurée par un comité de sages désignés par le chef que le projet de gestion des ressources naturelles sur financement de la coopération allemande dénommé Programme Sahel Burkinabé-GTZ (PSB/GTZ) a rétabli sous forme de cadre de concertation qui a évolué en 1996 en règles d’utilisation des ressources naturelles encore appelées règles internes de gestion des ressources naturelles (R.I.G.R.N).

70Les règles internes de gestion des ressources naturelles (R.I.G.R.N) et les commissions villageoises de gestion des terroirs (C.V.G.T) constituent une expérience de  gestion communautaire des ressources locales en partenariat  entre les organisations de producteurs, les services techniques étatiques, l’administration du territoire et les partenaires au développement.

71Mais l’application de ces règles n’est pas sans difficultés.  En effet, les compensations de défriche en plants sont fréquemment délaissées sans plantation, les coupes de bois frais sont effectuées au-delà des besoins réels, de nombreuses zones de pâture sont occupées par des champs, etc. (Ganaba et al., à paraître).  

72Malgré ses quelques insuffisances, les C.V.G.T et les R.I.G.R.N sont reconnues par tous les acteurs (partenaires au développement,  organisation des producteurs, services techniques étatiques et administration du territoire)  comme bénéfiques en créant des cadres favorables de concertation et d’expression pour la gestion responsable et démocratique des ressources naturelles locales. Elles constituent également les prémices des formes de gestion des structures de la décentralisation de l’administration du territoire au Burkina Faso.

Conclusion

73De nombreuses plantes sont utilisées dans la confection de produits ménagers, outils et meubles à partir des ressources végétales locales par les communautés locales selon des critères socioculturels et écologiques. Ces pratiques et innovations transmises de génération en génération varient en fonction des considérations socioculturelles et des potentialités végétales de la localité. Même si ces exploitations peuvent constituer des facteurs amplificateurs de la péjoration climatique à l’origine de la dégradation des formations naturelles et de la réduction de la diversité biologique, elles sont néanmoins sources de génération de revenus pour les groupes défavorisés.

74L’adoption des produits industriels et les désintérêts des jeunes à l’activité artisanale végétale pourrait contribuer à réduire la pression sur leurs ressources mais aussi à la perte d’une partie de leur identité culturelle.

75Les savoirs traditionnels fournissent des pistes pour le développement de produits, de procédés utiles (artisanat, pharmacopée,...) et des sources d’information écologiques. Ils contribuent à la préservation des diversités biologique et culturelle car les savoirs traditionnels font partie intégrante des cultures des peuples. C’est grâce à ces savoirs qu’ils ont pu vivre d’une manière écologiquement viable et conserver les ressources de leur milieu.  Ce sont des stratégies indigènes pour assurer l’utilisation durable des ressources naturelles locales.

76Alors, les astuces traditionnelles et millénaires d’utilisation des ressources végétales et le génie créateur de l’homme dans les milieux secs selon Mainguet (2003) doivent être rénovés, adaptés et améliorés au bénéfice d’une gestion durable des ressources végétales et d’une protection des ressources phytogénétiques.

Cette étude a été financée dans le cadre d’un projet INCO (Contrat TS3-CT94-0276) intitulé Gestion des Terroirs, Viabilité du Ménage et Migration au Sahel, à qui les auteurs expriment leurs sincères remerciements.

Biographie

77Souleymane Ganaba est chercheur écologue, au centre régional de recherches environnementales et agricoles (CRREA) du Sahel de l’Institut de l’Environnement et de Recherche Agricoles (INERA) du Burkina Faso, basé à Dori. Il travaille sur la dynamique des écosystèmes forestiers sahéliens notamment sur les technologies de protection des ressources forestières. Sa thèse de doctorat était basée sur une étude comparative de la dynamique du peuplement ligneux de la région de la mare d’Oursi, Burkina Faso et une étude des structures racinaires de deux plantes ligneuses Pterocarpus lucens et Acacia tortilis aux antipodes de la dynamique. Il prépare actuellement des travaux sur l’impact des aménagements de conservation des eaux et des sols sur la restauration des peuplements ligneux.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Barral H. 1967. Les populations d’éleveurs et les problèmes pastoraux dans le Nord-Est de la Haute-Volta (cercle de Dori, subdivision de l’Oudalan) 1963-1964. Cah., ORSTOM sér. Sci. Hum. vol. IV.1-1967 : 3-30.

Barral H. 1977. Les populations nomades de l’Oudalan  et leur espace pastoral ; Travaux et Documents de l’ORSTOM n°77, 119p.

Bernus E., 1967. Cueillette et exploitation des ressources spontanées du Sahel nigérien par les Kel Tamasheq. Cah. ORSTOM, sér. Sci. Hum. IV, 1-1967, 31-52.

Claude J, Grouzis M., Milleville P., 1991. Un espace sahélien. La mare d’Oursi Burkina Faso. Editions OSRTOM ; Paris, 241p.

MED, 2003. Synthèse des cadres stratégiques régionaux de lutte contre la pauvreté, Ministère de l’Economie et du Développement, Burkina Faso, 151p.

Ganaba S.  et Guinko S., 1995. Etat actuel et dynamique du peuplement ligneux de la région de la mare d'Oursi (Burkina Faso); Zunstand und Dynamik des Gehölzbestandes idner Umbebung des mare d'Oursi (Burkina Faso). Etudes Flor. Vég; Burkina Faso 2 : 3-14.

Ganaba S.  et Guinko S., 1996. Influence de quelques caractères de l'enracinement et du milieu sur la mortalité de Pterocarpus lucens Lepr. en région sahélienne de la mare d'Oursi Burkina Faso). Rev. Ecol. (Terre et Vie), vol. 51, 1996 : 125-138.

Ganaba S., 1997. A propos du neem au Burkina Faso; Nécessité d'une maîtrise de son expansion. Sci. et Tech. Vol. XXII (1) juillet-décembre 1995 - janvier-juin 1996 : 66 - 74.

Ganaba S., Ouadba J. M., Bognounou O., 1998. Les ligneux à usage de bois d'énergie en région sahélienne du Burkina Faso : préférence des différents groupes ethniques. Sécheresse 9 : 181-9.

Ganaba S., Ouadba J. M., Bognounou O., 2000. Sélection des espèces ligneuses associées aux cultures en région sahélienne du Burkina Faso. Annales Science et Technique, Sciences naturelles et agronomie, Vol. 24 (1), 2000,125-142.

Ganaba S., Ouadba J.-M., Bognounou O., 2002.  Contribution des ressources naturelles spontanées dans la sécurité alimentaire en région sahélienne du Burkina Faso. Ann. Bot. Afr. Ouest  (02) 101-112.

Ganaba S., Ouadba J.-M., Bognounou O., 2004. Plantes de construction d’habitations en

région sahélienne. Bois et Forêts des Tropiques, 2004, n°282 (4). 11-17.

Ganaba S., Ouédraogo W. E. et Samandoulougou Y., (à paraître) . Impact des règles internes de gestion des ressources naturelles dans la gestion de ces ressources et des conflits sociaux en région sahélienne du Burkina Faso. Programme Zones Arides, iied.

Guinko S., 1984. Végétation de la Haute-Volta. Thèse de doctorat ès-Sciences naturelles, Université de Bordeaux II, 1984, 364p.

Homewood K., 1997. land use, household viability and migration in the Sahel. Final report to INCO-DC, UCL, Contract TS3*CT94-0276, 57p.

INSD, 2003. Burkina Faso. La pauvreté en 2003. Résumé. Ministère de l’Economie et du Développement, Burkina Faso., 34p.

Kintz D., 1995. Recommandations méthodologique. Association « Avenir, Espaces et Sociétés », AVES. Observatoire du foncier au Mali, 32p.

Ly B. S. et Schenk S., 1986. Glossaire des termes principaux de l'élevage peul -français/français-peul. Projet GCP/RAF/175 (SWI) et GCP/UPV/027 (ITA), FAO, 142p.

Lykke A. M., 1997. Trees and shrubs of sahelian depressions : highly important but heavily threatened . SEREIN Working Paper 31 :1977. Copenhagen, Danamark, 17p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Lykke A.M., Kristensen M. K.,Ganaba S. 2004. Valuation of local use and dynamics of 56 woody species in the Sahel. Biodiversity and Conservation 13:1961-1990, 2004.
DOI : 10.1023/B:BIOC.0000035876.39587.1a

Mainguet M., 2003. Les sécheresses et le génie créateur de l’homme dans les milieux secs :

nouvelle géographie de l’adaptation ?

Site web : http://fig-st-die.education.fr/actes/actes_2003/mainguet/article.htm

Ouattara N. F. et Ouédraogo K. D., 2004. Caractérisation climatique des sites de recherche du programme sur les zones en marge du désert (DMP). Rapport d’étude, Programme DMP/GEF Burkina, 22p.

SAS, 2002. JMP version 5.The statistical Discovery Software. Introduction Guide. Statistics and Graphics Guide. SAS Institute, Cary, NC, USA.

Tiral M. S., 2002. Etudes sur les revenus des ménages de l’Oudalan 2002. Rapport final.

Programme de Développement Local de l’Oudalan (PDL-UDL), MED, 65p.Image11

Haut de page

Table des illustrations

URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/2783/img-1.png
Fichier image/png, 100k
Titre Tableau 1 : Caractéristiques démographiques des villages d'enquête. Source : recensement de la population de 2004.
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/2783/img-2.png
Fichier image/png, 73k
Titre Tableau 2 : Analyse de variance des réponses par les produits fabriqués. Les outils identifiés par les mêmes lettres sont significativement comparables.
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/2783/img-3.png
Fichier image/png, 66k
Titre Tableau 3 : Préférences des populations pour les ligneux utilisés dans la confection d’outils, meubles et ustensiles de ménage en région sahélienne burkinabé.
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/2783/img-4.png
Fichier image/png, 153k
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/2783/img-5.png
Fichier image/png, 127k
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/2783/img-6.png
Fichier image/png, 62k
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/2783/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 640k
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/2783/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Tableau  4 : Analyse de variance des réponses par villages. Les outils identifiés par les mêmes lettres sont significativement comparables.
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/2783/img-9.png
Fichier image/png, 30k
Titre Tableau 5. Appellations, valeur économique et durée d’utilisation des mobiliers domestiques, outils agraires, ustensiles et autres produits de ménage en région sahélienne burkinabé.
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/2783/img-10.png
Fichier image/png, 118k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Souleymane Ganaba, Jean Marie Ouadba et Ouétian Bognounou, « Exploitation traditionnelle des végétaux spontanés en région sahélienne du Burkina Faso », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Volume 6 Numéro 2 | septembre 2005, mis en ligne le 01 septembre 2005, consulté le 26 octobre 2014. URL : http://vertigo.revues.org/2783 ; DOI : 10.4000/vertigo.2783

Haut de page

Auteurs

Souleymane Ganaba

Articles du même auteur

Jean Marie Ouadba

Département Productions Forestières, INERA, CREAF de Kamboinsé, 03 BP 7047 Ouagadougou 03, Burkina Faso

Ouétian Bognounou

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page