Navigation – Plan du site
Dossier: Les savoirs locaux dans la gestion de l'environnement

Les savoirs - outils de distinction et de légitimation dans le cadre d’une gestion durable : le cas des pêcheurs à pied d’ormeaux

Frédérique Chlous-Ducharme

Résumés

Les activités de loisirs en milieu marin peuvent affecter la diversité biologique. La pêche à pied très développée sur la zone manche-atlantique est l’objet d’une attention particulière de la part des gestionnaires des espaces. Les observations et entretiens réalisés dans le cadre de la réserve naturelle des Sept-îles (Côtes d’Armor, France) à propos de son importante activité de pêche d’ormeaux permettent de décrire et d'analyser ces pratiques sociales. En effet, ces pratiques ne peuvent être uniquement considérées comme des activités de prélèvement ou néfastes pour l’environnement. Elles sont également mobilisation de savoirs, appropriation d’espaces, et participent aux constructions identitaires individuelles et collectives. Les pêcheurs à pied classent ainsi en fonction des savoirs et des savoir-faire les « touristes » et les pêcheurs à pied, puis distinguent les « traditionnels » des « ravageurs » à partir des savoir-être. Ces catégorisations permettent de comprendre toute la diversité d’une pratique, que des critères sociologiques (sexe, âge, lieu de résidence, profession) ne nous permettent pas de séparer. Or, il semble indispensable, pour analyser les enjeux et les positionnements face à la gestion de tels espaces d’analyser finement les différences qui peuvent exister entre les pratiques et les pratiquants. Les différenciations infèrent les légitimités revendiquées par les acteurs dans le cadre d’une gestion concertée.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Notamment grâce aux travaux d’IFREMER (Institut Français de Recherche pour l’Exploitation de la Me (...)
  • 2  Les pressions environnementales sont plus ou moins importantes selon les milieux terrestres ou mar (...)
  • 3  Zone d’oscillation des marées.

1En France, les structures environnementales de gestion et de protection concernent essentiellement la partie terrestre (exemple des parcs nationaux, et des réserves naturelles). Le littoral et les espaces maritimes sont peu à peu pris en compte dans le cadre de la gestion des espaces naturels (projet de Parc national marin d’Iroise, sites Natura 2000). À côté des activités professionnelles souvent mieux connues1, les caractéristiques et impacts des activités de loisirs en milieu marin interrogent les gestionnaires de ces espaces. Ces milieux sont en effet fragiles et parcourus par une population de plus en plus importante et variée2 ; les activités se partagent entre la pêche (à pied ou à bord d’un bateau), les activités nautiques, la connaissance naturaliste, les loisirs qu’offre la plage. Dans le cadre des procédures de concertation à l’œuvre aujourd’hui sur les espaces naturels, les gestionnaires souhaitent mieux comprendre les pratiques et les représentations qui se juxtaposent ou se confrontent. Il s’agit de quantifier des usages, de déterminer les caractéristiques sociales des acteurs, de décrire des activités, de comprendre des attentes, de révéler des représentations, et d’analyser les impacts environnementaux. Mais, comme le montre l’exemple de la pêche en milieu intertidal3, et plus spécifiquement de la pêche à pied des ormeaux sur les estrans rocheux, l’étude de ces pratiques permet de révéler qu’elles ne sont pas homogènes et qu’elles participent aux constructions identitaires individuelles et collectives différenciées.

  • 4  Ce programme du Ministère de l’Aménagement du territoire et de l’Environnement s’intitule : Contri (...)
  • 5  Le terrain d'observation est l'estran pêché qui se situe dans le triangle que forment l'île aux Mo (...)

2L’étude, menée dans le cadre du programme de recherche Espaces protégés4, analyse, avec les outils de l’ethnologue, la pêche à pied des ormeaux dans l’archipel des Sept-îles (Côtes d’Armor, 22, France). Il s’agit d’observations, de déambulations, de participations à la vie d’un espace au quotidien, d’entretiens informels ou formels sous une forme semi-directive auprès d'acteurs institutionnels ou non, reconnus ou anonymes. L’analyse de documents (articles de journaux, documents institutionnels, brochures publicitaires, sites Internet…) a également été mise en œuvre. Les observations fines, « micro » ont été réalisées en suivant des pêcheurs d'ormeaux ou en participant activement à la pêche5. Elles permettent de décrire la pêche à pied en prenant en compte les techniques utilisées, les savoirs et les savoir-faire : « une observation minutieuse et prolongée des comportements , seule forme d’approche possible pour appréhender ces savoirs qui sont  rarement verbalisés par les usagers (« ça se voit », « ça s’entend ! » se borne-t-on à dire) » (Bromberger, 1986). En effet, toute la difficulté de ce type d’enquête est de saisir une activité qui n’est pas codifiée, qui ne donne pas lieu à des énoncés, qui est fondée sur des connaissances et des compétences acquises dans l’action et par l’action. Néanmoins, il faut préciser que les enjeux de gestion, auquel est confronté l’espace sur lequel cette activité s’exerce, conduisent les acteurs à tenter de mettre en mot les pratiques et  d’initier, ou plutôt de montrer au chercheur qui s’intéresse à cette question toute la complexité des savoirs inscrits sur ce territoire.

3La pêche à pied ne peut être considérée uniquement comme une activité de prélèvement « elle est revendication, conception du temps, appropriation des espaces » (Lacombe, 2002). La compréhension de la pratique s’inscrit dans l’étude de l’homme à travers ses activités techniques Cresswell (1983). L’analyse des savoirs (connaissances), savoir-faire (habiletés) et savoir-être (attitudes) mis en œuvre permet de catégoriser des usages et nous informe sur les systèmes de valeurs et les relations à la nature. Ils sont le support d’une différenciation entre les individus qui classent des « bons » ou « mauvais » usages et sont mobilisés pour légitimer ou non la place des usagers dans les processus de concertation à côté des élus, des bureaucrates et des experts. L’identification des savoirs et de la place qu’ils occupent dans les processus de légitimation fournit aux gestionnaires des outils pour mieux comprendre les enjeux à l’œuvre dans les processus de concertation et pour élaborer une politique de gestion différenciée en fonction des types de pratiques.

4Après une description de la pêche aux ormeaux dans l’archipel des Sept-îles, il s’agit de classer et de décrire finement les savoirs, savoir-faire, savoir-être à l’œuvre au niveau de cette pratique. La réflexion menée conduira ensuite à s’interroger sur les relations entre les mobilisations de savoirs et la gestion de l’environnement dans un cadre participatif.

La pêche à pied des ormeaux : une affaire masculine sérieuse et valorisée

  • 6  L’archipel est situé en face de Perros-Guirec à 2 milles du continent. Le marnage moyen en vive ea (...)
  • 7  Ile aux Moines, île Plate, îlots aux rats, île Bono, île de Malban, île Rouzic, récif du Cerf, réc (...)
  • 8  La LPO est présente sur ce territoire depuis le début du XXe siècle (interdiction de la chasse aux (...)
  • 9  Fou de bassan, Fulmar Glacial, Puffin des Anglais, Macareux moine, Pingouin torda, Océanite tempêt (...)
  • 10  Crambe maritima
  • 11  Les dénombrements montrent que s'il peut y avoir jusqu'à 150 pêcheurs à pied sur le site, cette pr (...)
  • 12  La réglementation stipule que le domaine de la pêche à pied s’étend de la zone où l’on peut circul (...)
  • 13  La modification apportée dans le décret du 21 décembre 1999, définit ainsi la pêche maritime de lo (...)
  • 14  Le décret de 1990 fixe la taille minimale des captures autorisées et les mesures pouvant être pris (...)
  • 15  L’arrêté ministériel du 30 juillet 1996 portant règlement intérieur de la réserve des « Sept-Îles» (...)
  • 16  « Il existe 4 licences sur le quartier de Paimpol pour les ormeaux, 4 sur celui de St Malo, 4 sur (...)
  • 17  Les informations ont été recueillies lors d’entretiens semi-directifs avec les professionnels.

5L'archipel des Sept-îles, situé dans les Côtes d’Armor6, est composé de neuf îles ou îlots7 et constitue une réserve naturelle (Arrêté du 18 octobre 1976) qui est gérée par la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO)8. Cette réserve naturelle est constituée de toutes les îles et îlots de l’archipel (40 ha émergés) et de l’estran (240 ha). Dans cet archipel, se trouvent une avifaune9 et une flore10 très riches et aucune activité humaine hormis sur l’île aux Moines et sur l’estran parcouru par de nombreux11 pêcheurs à pied12 de loisir13. Ceux-ci investissent un champ de blocs rocheux interdital convoité principalement pour les ormeaux, les étrilles, les tourteaux, les crevettes14. Cet espace est particulièrement réglementé par les décrets généraux sur la pêche à pied de loisir et les contraintes particulières liées à l’archipel des Sept-îles15. Au niveau de l’archipel des Sept-îles existe également une pêche professionnelle d’ormeaux, les professionnels sont titulaires d’une licence de pêche16 qu’ils règlent chaque année au comité local des pêches. Un détour, présentant ces professionnels17, permet de mieux comprendre les pratiques et les représentations associées à la pêche à pied des ormeaux et les positions revendiquées dans le cadre de la gestion des Sept-îles.

  • 18  « Nous avons le droit de prélever 1,5 tonne par plongeur licencié et il y a généralement 3 personn (...)
  • 19  « La pêche est autorisée tous les jours sauf les week- end et les jours fériés. Il y a deux mois d (...)
  • 20  « Il faut avoir moins de 40 ans, avoir le diplôme de plongeur professionnel classe 1 B et avoir ex (...)
  • 21  « Ensuite, on pêche à la canne depuis le bateau. On attrape des lieus, des bars et des dorades. C' (...)
  • 22  Il y en a environ 7 au kg.
  • 23  Dans les côtes d’Armor les bagues sont bleues. La bague coûte 20 centimes (francs).
  • 24  Les prix sont annoncés par le professionnel : «  Le pêcheur vend au prix de 120 F au kg, le mareye (...)
  • 25  « A l'entrée de Trébeurden il y a plein de petites étoiles de mer qui font pas mal de dégâts sur l (...)
  • 26  Bien évidemment, d’autres dénoncent les licences : « Je pense que ça n’est pas forcément une bonne (...)

6Cette pêche est réglementée en ce qui concerne les quantités pêchées18, les dates19 de pêches, les caractéristiques des pêcheurs20. La journée de pêche démarre par un appel au sémaphore pour indiquer la zone pêchée, le début et la fin de la pêche, le nombre de plongeurs embarqués. La pêche dure 1h30 à 2h sous l'eau21. Sur le bateau, avec les plongeurs, il y a le pilote qui reste toujours à la surface qui surveille et « pige » chaque ormeau à l'aide d'un instrument de mesure pour ne garder que les animaux de 9 cm22. Ensuite, le pilote bague23 tous les ormeaux. Il existe plusieurs circuits de commercialisation : mareyeur, vente directe, marché japonais24.Les pêcheurs professionnels construisent un discours qui a pour objectif d’informer sur leurs pratiques « tant de rumeurs courent à ce propos » mais également de montrer l’attention portée à la ressource. Ils affirment que l’ormeau ne se raréfie pas, bien au contraire : « Le quartier est "super à bloc", on a l'impression qu'il y en a le double qu'avant ! Quand on plonge sur un caillou et qu'on en prend 30 Kg, on revient 6 mois plus tard et on en reprend à nouveau autant ». Cela tient à leur gestion de la ressource tant au niveau des secteurs pêchés, du contrôle des prédateurs25, que de la délivrance des licences : « Depuis la légalisation de la pêche, le braconnage a diminué de 90 %…  Avec le système des licences, il y a un meilleur suivi de la ressource et moins d'accidents »26. L’autre est alors mis en cause, lorsqu’il s’agit d’incriminer des pratiques. Ces sont les pêcheurs à pied qui sont vilipendés. Les quantités pêchées sont dénoncées : « 1000 personnes sur les estrans entre Perros et Plougrescant, sur 3 jours de grande marée, sachant qu'à la dernière marée sur Tomé, ils avaient tous 50 pièces, cela représente environ 13 tonnes, c’est-à-dire plus que les prises de 3 bateaux professionnels sur l'année ». Il s’agit, dans ce contexte particulier de gestion de l’archipel des Sept-îles, de légitimer sa pratique et les conditions de celles-ci en apportant des éclaircissements sur les modes de prélèvements, en insistant sur ce qui pourrait être qualifié d’éthique de l’environnement. Les pêcheurs de loisirs deviennent une cible privilégiée du fait de leur nombre, de leur visibilité, de leur faible structuration qui ne leur permet ni de fournir des données, ni d’assurer un contrôle de la pratique.

7Les individus ne possédant pas de licence seront considérés comme pêcheurs de loisirs même si, comme nous le verrons, ils enfreignent les lois qui stipulent que le pêcheur de loisir ne peut vendre sa pêche.  Ce sont ces pêcheurs non professionnels qui sont au cœur de cette étude.

8La seule possibilité pour pêcher à pied aux Sept-îles est d’avoir sa propre embarcation (amarrée dans les ports voisins de Perros-Guirec, Trégastel, Ploumanac'h, Trélevern…)  ou de profiter de celle d’un ami. Les pratiques sont saisonnières : si l'on observe principalement que des blocs sont retournés en automne, en hiver et au début du printemps, avec des dates phares (les grandes marées de septembre, février, et mars sont très attendues) pour la pêche des ormeaux ; la majorité des pratiques estivales s'oriente vers la pêche à la crevette. Cette pratique ne semble pas primordiale en matière de gestion, certains usagers s’interrogent d’ailleurs pour savoir s’il s’agit d’une « vraie pêche » (en effet, celle-ci ne rapporte pas de bénéfices économiques, ni semble-t-il symboliques aussi importants que la pêche des ormeaux) ou plutôt d’une cueillette qui peut être exercée également par les femmes et les enfants. A l’opposé, la pêche aux ormeaux est une affaire sérieuse dans ce secteur aussi bien au niveau des circulations de produits que des identifications qu’elle permet. Elle est essentiellement masculine, réputée difficile et fait partie d’une culture locale fortement revendiquée.

  • 27  Il est souvent utilisé, après l’avoir dégusté, à des fins décoratives.
  • 28  Fortier (1999) : « L’escargot de Bourgogne fait, en effet, partie des mets d’abondance que l’on ré (...)

9L’ormeau (Haliotis tuberculata) est un joyau difficile à capturer, certains n’hésitent pas à le nommer « l'or blanc » ou « la truffe bretonne ». Sa morphologie en fait un mollusque remarquable27 « délicatement ornée et irisée, sa face interne très lisse est finement nacrée » (Péjouan, 1998), et recherché. Il est considéré comme un mets d’excellence. Le prix de l’ormeau sur les étals ajoute d’ailleurs à sa réputation culinaire. Les manières de consommer les ormeaux sont aussi instructives : « les restaurateurs n'en vendent pas dans le pays car c'est mal vu… C'est un mets sacré qui se mange en famille28 » ; que ceci soit une réalité ou non, peu importe, ce discours montre toute l’importance attachée à ce mollusque. Comme les truffes ou d’autres produits rares, les ormeaux permettent de changer de l’ordinaire.

10La notion de tradition est particulièrement complexe à utiliser, mais les acteurs locaux usent (et abusent) de ce terme lorsqu’ils évoquent la pêche à pied des ormeaux. Un responsable d’un club de plongée local raconte : « la pêche à l'ormeau c'est la tradition dans le pays. J'ai eu des personnes retraitées, des vieux du coin et même un médecin à la retraite qui sont venus passer leurs diplômes de plongée uniquement pour aller pêcher l'ormeau (pratique illégale). L'ormeau c'est le sport national ici et il n'y a aucun contrôle ! ».Ainsi, lorsque l’on interroge les pêcheurs sur cette frénésie qui existe autour de l’ormeau, les réponses semblent-elles toujours les mêmes : « C'est comme ça, c'est presque dans les gènes». Il est un fait que les jours de grande marée, l’on côtoie beaucoup de retraités mais également des plus jeunes qui ont pris un jour de congé spécialement pour l’occasion. Certains affirment même : « des entreprises de la région ferment pour que tout le monde puisse participer à la marée ». Le terme de tradition est également employé en tant que concept indigène qui permet de différencier les types de pratiques, les « traditionnelles » autoproclamées et les autres. Il doit être compris comme un moyen de donner sens et visibilité à une catégorie à travers la « re-création » de valeurs ; les savoirs monopolisés dans le cadre de cette pratique prennent alors tout leur sens dans cette distinction.

Les savoirs : des éléments de différenciation

  • 29  Il ne s’agit pas d’acte technique isolé (Cresswell, 1983), mais d’un ensemble dont certains seront (...)
  • 30  Par exemple, l’étude des ouvriers soudeurs dans l’industrie navale (Tornatore, 1991) ;

11La pratique de la chasse étudiée par Dalla Bernardina montre qu’elle ne saurait être appréhendée de manière univoque : « la passion de la chasse n’est pas seulement pur instinct, elle est aussi culture. Le vrai chasseur… est un connaisseur et c’est cette compétence qui lui permet au demeurant de faire ce qui reste interdit aux autres. Il s’agit de compétences naturalistes, certes, mais plus encore de connaissances pratiques et de critères d’évaluation esthétique ayant trait aux modalités de la mise à mort » (1996, 66-67). L’analyse de la pêche à pied des ormeaux29 nous révèle toute l’importance des connaissances, habiletés et attitudes pour différencier les pratiques et des usagers. Le terme de savoir est souvent associé dans le cadre de l’anthropologie aux savoirs populaires ou autochtones et se différencie des connaissances scientifiques car ils ne sont pas codifiés et inclus dans l’expérience individuelle. Ces savoirs sont utilisés dans les sociétés traditionnelles, mais également dans nos sociétés modernes30 pour chasser, pêcher, cultiver, fabriquer, mais sont aussi des savoirs pratiques pour se déplacer, construire… Depuis Marcel Mauss, leur place existe au sein de l’anthropologie, mais ils ont pris un sens tout particulier dans l’analyse des relations homme-nature.

  • 31  Les novices se rencontrent par beau temps et viennent soulever quelques cailloux au week-end de Pâ (...)
  • 32 Cette distinction est répandue : « … la confrontation des analyses développées tant par les pêcheur (...)

12Les pêcheurs à pied d’ormeaux, dans le cadre de la pêche loisir, classent en fonction des savoirs et des savoir-faire les « touristes 31» et les pêcheurs à pied, puis distinguent les « bonnes » et les « mauvaises » pratiques32 à partir des savoir-être. Ces catégorisations révèlent toute la diversité des pratiques et nous informent sur les représentations du monde, que des critères sociologiques (sexe, âge, lieu de résidence, profession) ne nous permettent pas de mettre en évidence

  • 33  Les bateaux qui partent pour les Sept-îles sont souvent complets. Pour celui qui ne possède pas de (...)

13Les savoirs, dans le sens des connaissances, concernent la pêche en elle-même, mais également la navigation33 dans les îles. Un mémoire portant sur les Sept-îles, écrit en 1734, indique déjà la dangerosité des lieux : « Il n’y a dans ces Sept-îles que deux endroits où l’on puisse mouiller et se réfugier… Pour entrer dans ces deux mouillages, il faut absolument avoir une connaissance bien pratique des lieux… Aux environs des dites isles à une lieue et demie, ce n’est partout que bancs de rochers, que courants très violents… chaque banc de rocher ayant sa marée et son courant particulier ». Les savoirs font aussi référence aux connaissances météorologiques (vent et pression atmosphérique) qui influencent le niveau de la basse mer. Si, malgré un fort coefficient de marée annoncé, les vents ne sont pas bons, « la mer ne descendra pas » et la pêche des ormeaux sera alors peu fructueuse. Cette histoire de marée est assez complexe pour le néophyte qui se fie aux indicateurs des marées et pense ainsi posséder la solution. Les pêcheurs à pied amateurs (au vrai sens du terme) s’intéressent au « bas de l’eau ». Il ne s’agit pas alors dans ce cas de prendre en compte toutes les conditions barométriques mais d’être un fin observateur du mouvement des marées. Le bassier se construit des repères soit au niveau d’un bloc remarquable, soit en posant un caillou pour évaluer le plus finement possible comment la mer descend. Il est certain que l’utilisation de ce type de savoir est associée à une pêche que l’on pourrait qualifier de précision et qui permet au pêcheur à pied de parvenir au meilleur moment au niveau des failles ou trous qu’il connaît depuis longtemps.

14La connaissance de l’éthologie de l’ormeau est importante, « L’essentiel de l’art cynégétique chez les Achuar, comme dans de nombreuses autres sociétés (Laughlin, 1968), ne réside pas tant dans l’habileté à se servir des armes que dans la connaissance approfondie des mœurs et du comportement des animaux chassés » (Descola, 1994, 293). Les bassiers connaissent le calendrier propice à la pêche, la répartition de l’ormeau en fonction de la profondeur de l’eau, ses modes de déplacements, sa reproduction… mais dans le cas de pêche des ormeaux, il s’agit aussi de connaître l’estran parcouru et certains pêcheurs peuvent identifier les moindres blocs :

Pierre se définit lui-même (et est reconnu) comme un pêcheur à pied « traditionnel » : équipé de son croc, de solides cuissardes vertes d’un vieux jean, d’une vareuse rouge décolorée, d’un bonnet et d’un panier en osier. Pierre ne retourne que peu de cailloux sauf à quelques endroits précis comme au niveau de « sa » mare où il retournera les cailloux avec précision et précaution, tout en faisant le point sur l’état de la ressource ; c’est en effet à cet endroit qu’il a rejeté les petits à la dernière marée. Il connaît le site « comme sa poche » et s’approche des blocs où il sait qu’il existe des failles. Là, il est à 4 pattes ou presque allongé, se contorsionne, il regarde dans les failles, soulève les algues, épie la moindre anfractuosité. À certains endroits précis, il attend le bas de l’eau et m’indique de regarder près d’un gros bloc car lorsqu’il n’y a plus d’eau, les ormeaux vont vers les bords et il est plus facile de les voir. (compte-rendu d’observation)

15Le paysage de l’estran change sans arrêt et ce que l’on perçoit comme étant de simples cailloux vus de l’île aux Moines sont de véritables obstacles que l’on doit contourner. Il s’agit alors d’être capable de retrouver les « bons » coins et de détecter les blocs avec des failles propices à abriter des ormeaux. Il n’existe pas une toponymie précise pour chaque bloc important, le repérage dans l’espace s’effectue plutôt grâce à des points précis sur les différentes îles ou îlots, comme les amers pour la navigation. Cet apprentissage s’est souvent réalisé très tôt pour les pêcheurs expérimentés, ils ont parcouru cette grève très jeunes avec leur père, leur oncle ou un voisin. Au départ, ils n’avaient que le droit de pêcher la crevette ou les étrilles dans quelques trous, et peu à peu, ils se sont aventurés de plus en plus loin jusqu’à connaître parfaitement cet espace.

  • 34  La séparation entre savoirs et savoir-faire est faire ici pour les besoins de la discussion mais n (...)

16A côtés des connaissances34, les habiletés que l’on acquiert par l’exercice permettent « la sûreté du geste, la rapidité de la décision, l’élimination des temps morts » (Delbos et Jorion, 1990 : 33).  Ces savoir-faire s’incorporent, mobilisent l’ensemble des sens, se vivent quotidiennement et sont aussi efficaces car « savoir-faire serait donc disposer d’une capacité de juger et de choisir » (Chevallier 1991). A l’habileté est associée la capacité de prévoir et d’optimiser une technique. Ces savoir-faire, difficiles à percevoir car du côté de l’informel, non explicitables ou de façon très partielle , concernent dans le cadre de la pêche à pied de loisir, entre autres, les déplacements sur l’estran, les techniques de pêche et les outils.

17Pour l’ethnologue qui n’a jamais pêché dans ces champs de blocs, ni cherché d’ormeaux, les savoirs et les savoir-faire indispensables apparaissent dès la première sortie. Les premières impressions dans le journal d’enquête traduisent cette inexpérience : « ça glisse, il y a des gros rochers, pleins d’algues, je me demande ce que l’on peut trouver et où il faut chercher ». J’avais pourtant lu quelques ouvrages de vulgarisation traitant de la pêche à pied des ormeaux! L’habileté à se déplacer rapidement sur le champ de blocs est primordiale. Les pêcheurs à pied auxquels sont attribuées les qualités de « bons pêcheurs » se dénomment d’ailleurs les « coureurs de grève ». Ainsi, le corps « le premier et le plus naturel instrument de l’homme » (Mauss, 1995) intervient-il comme un élément déterminant.

18Il faut également être adroit pour débusquer et décoller l’animal. Ainsi, sa pêche délicate est-elle décrite dans un manuel de pêche à pied : « son goût pour l’ombre pousse « six-yeux » à se tapir, très mimétiquement, en se collant aux parois inférieures des socles rocheux inaccessibles… Cet haliotidé se plaque donc surtout en dessous des tables rocheuses se retranchant dans les fentes et sous les cailloux. Aussitôt découvert, il doit être décollé par surprise. Si on manque son coup, la partie sera difficile » (Péjouan, 1998). La pêche est complexe et les bassiers l’expliquent avec une pointe d’orgueil : « On retourne alors les cailloux ou alors on met la main dans les failles pour voir si l'on sent des ormeaux … il ne faut pas avoir peur de mettre la main jusqu'au fond, souvent les gens qui ne connaissent pas sont impressionnés… Une fois que l'on a localisé les ormeaux, on peut les attraper rapidement, mais cela ne marche pas à tous les coups, l'ormeau reste souvent fermement accroché ». La difficulté de la pêche a sans doute contribué à son succès et à son importance dans les processus de construction identitaire, le bon pêcheur est reconnu et respecté.  

  • 35  C’est outil est précieux, Pierre a son crochet depuis des années et raconte que celui-ci n’a pas q (...)
  • 36  Ils travaillent souvent à l’Arsenal, à la SNCF ou à la DDE.

19Les pêcheurs à pied utilisent, pour décoller l’animal d’un petit coup sec et par surprise, un crochet long de 20 à 30 cm (car il faut être capable de bouger celui-ci entre les blocs). Le terme utilisé est celui de « croc ». Ces outils sont artisanaux, ils sont donc uniques et bien sûr personnels35 et personnalisés, car fabriqués par des membres de la famille ou des amis qui ont le savoir-faire et le matériel adéquat36 pour souder l’inox. Ce matériel n’est pas anodin car « l’appartenance au groupe est révélée par le lieu de pêche, mais aussi par la technique et l’outil. Le matériel classe et définit l’identité professionnelle et collective ; il exclut aussi, bien entendu, ceux qui n’ont pas les outils adéquats et relègue le touriste à d’autres activités » (Lacombe, 2002). Sans ce « croc », la pêche des ormeaux est considérée comme une récréation pour néophyte, elle n’accède pas à son véritable statut.

20Ce sont à la fois la dimension cognitive et la perspective technique qui forment les catégories de pêcheurs, ceux qui savent pêcher et les autres, les touristes, les néophytes. La différence à l’intérieur des pêcheurs expérimentés entre les « bons » et les  « mauvais » pêcheurs se construit par le savoir-être.

21Le savoir associé au savoir-faire permet de distinguer les individus ou les groupes qui possèdent des connaissances et une réelle habileté dans la pratique de la pêche à pied, des débutants. Le savoir-être vient compléter la somme de connaissances nécessaires à une pratique, reconnue et qualifiée de « bonne pratique ». Nous sommes du côté des normes de comportement et des valeurs propres à un groupe, de la différenciation sociale : « Les savoir-faire… renvoient à des « savoir être », des « savoir-vivre » qui constituent autant de manifestations de l’appartenance à un groupe » (Chevallier, 1991). Celles qui relèvent comme l’étudient Delbos et Jorion de l’évidence : « C’est le fait qu’ils avaient été appris sans avoir été enseignés qui leur donne ce caractère d’évidence, qui fait de toute autre représentation du monde quelque chose d’irrecevable : « Ca ne se fait pas », « c’est inconcevable !… » (1990 : 141). Ces différentes formes de savoirs s’impriment dans la mémoire du corps, ce qui leur donne toute leur force.

22Les savoir-être revendiqués différencient ceux qui se réclament de la « bonne pêche » et ceux qui pratiquent, sous ses différentes formes, le braconnage. Apparaissent ainsi deux types (au sens weberien de l’idéal-type) de pêcheurs : ceux qui qualifient leurs pratiques de « bonnes » et qui pour donner plus de poids encore, dans ce contexte de gestion environnementale, se nomment  les « traditionnels » et les « autres » dont les pratiques sont dénoncées par les gestionnaires et certains pêcheurs, et qui sont largement stigmatisés en étant nommés les « ravageurs » ou « les braconniers ». Les personnes identifiées au niveau des discours ou des observations (nombre d’ormeaux très importants, vente de la pêche…) n’utilisent bien sûr pas ces termes, ils sont d’ailleurs peu diserts sur leurs pratiques préférant décrier les gestionnaires de l’espace et signifier qu’ils sont « chez eux » en s’insurgeant contre les réglementations inefficaces et illégitimes. Entre ces deux types, s’inscrivent bien sûr nombre de pratiques intermédiaires. L’identification de ces deux types par le chercheur (et non plus par les qualifications indigènes) passe par l’étude de la relation au temps, des sociabilités, de la proxémie, du rapport à la nature. Ces différents aspects sont peu exprimés dans les discours, ils sont plutôt implicites et se dévoilent lors des observations. Le terme de « traditionnel » utilisé par les acteurs sera opératoire (sans jugement de valeur) tout en l’interrogeant car il faut le replacer dans le contexte d’une discussion autour de la gestion environnementale des Sept-îles. La stigmatisation de certains, ceux qui dérogent aux normes et aux valeurs revendiquées est d’autant plus forte que ces pratiques peuvent remettre en cause l’activité du point de vue de la ressource, de sa légitimité et des codes et valeurs identitaires qu’elle est censée transmettre.

23Les « traditionnels » attendent l’heure propice, après un bon casse-croûte partagé avec les compagnons de voyage,  car il ne s’agit pas d’être trop pressé pour aller pêcher . Les temps avant et après la pêche seront d’ailleurs marqués par une convivialité affichée :

Sur la cale de Ploumanac’h, les jours de grande marée, on peut remarquer 3 à 4 heures avant la marée basse une grande animation. Les pêcheurs à pied (que nous avons qualifié de traditionnels) s’interpellent. Les équipages semblent déjà formés et chacun charge sur les annexes ou les bateaux des paniers remplis de victuailles. Le lard, la saucisse et le pâté sont le repas des grandes marées, les bouteilles de vin pour certains et de bière pour d’autres annoncent le climat qui règne dans le cadre de cette journée. Les hommes s’apostrophent et blaguent entre eux. Il s’agit d’une journée entre copains et si quelques femmes sont là au départ de leurs hommes, aucune n’est présente sur le bateau (surtout pour les marées de la fin de l’hiver). (compte-rendu d’observation)

  • 37  Il s’agit d’une grande différence avec la pêche aux coquillages sur l’estran sableux comme peuvent (...)
  • 38  Dans le cas contraire, il s’agit d’une preuve de très grande amitié et de confiance ou plus prosaï (...)

24En route sur l’estran, les bassiers prennent quelques minutes pour reconnaître les personnes présentes sur le site, et éviter de se retrouver dans les mêmes « coins ». Les pêcheurs réputés préfèrent partir seuls, le plus souvent après les autres, peut-être pour être sûr de ne pas être suivis et garder leurs « coins » secrets. La «  Proxémie » étudiée par E. T. Hall (1978) désigne l’ensemble des observations et des théories concernant l’usage que fait l’homme de l’espace en tant que produit culturel spécifique ; cela concerne notamment l’appréciation des distances convenables entre les personnes. Dans le cadre de la pêche à pied des ormeaux, une des normes à respecter est la distance entre individus, il ne faut pas se côtoyer de trop près37. Si un pêcheur à pied aperçoit un autre pêcheur déjà sur place, il s’écarte et lui laisse la place quitte à revenir ensuite sur le lieu. Ainsi, tout manquement à cette norme est-elle fortement décriée : « à la dernière marée, il y a un gars qui m’a suivi pas à pas. On allait presque retourner les cailloux à deux ». Si donner quelques ormeaux en fin de pêche est une pratique courante pour faire plaisir à ceux (peu expérimentés) qui vous ont accompagné lors de cette sortie, ou qui sont restés à terre et sont inscrits dans les sociabilités familiales ou de voisinage, il est extrêmement rare d’accepter d’être accompagné38. Le secret est présent en permanence dans les savoirs et les savoir-faire, il permet avec les conceptions de l’apprentissage de la technique d’opérer la coupure entre celui qui sait et l’ignorant (Chamoux, 1996).

  • 39  Cette observation se situe à un temps t, cela ne veut pas dire que les blocs ont toujours été remi (...)
  • 40  « Est également lié à la sobriété le principe qui veut que la suppression d’une vie animale soit m (...)
  • 41  Revendre ce qui ne peut pas être du travail et en tirer profit n’est pas acceptable tout comme le (...)

25Les pêcheurs à pied retournent les blocs sans êtres totalement immergés et prennent soin de les remettre en place39, ou au moins de ne pas tout chambouler. Le soin apporté aux blocs n’est pas spécialement consommateur de temps car la technique de pêche inclut ces précautions ; le corps en action permet de montrer les manières sujettes à approbation ou réprobation (Schlanger, 1991) . Les quantités pêchées même si elles dépassent très souvent les règles fixées par les lois, sont considérées comme raisonnables : « l’exagération est bien souvent dénoncée ; le « bon pêcheur » s’impose, comme le « bon chasseur », par sa tempérance ; il est sélectif et non cumulatif. » (Lacombe, 2002). Tout pêcheur étant plus ou moins en dehors de la légalité, la tendance du discours est de définir un seuil acceptable, ethno ou technico-centré qui exonère les pêcheurs des contrôles et les place dans la catégorie des bons pêcheurs. Mais surtout les ormeaux sont destinés à la consommation personnelle40 et à quelques dons à des voisins ou amis41, même si l’on considère comme l’ont montré les pères de l’ethnologie qu’il n’y a pas de dons gratuits. Les ormeaux entrent ainsi dans les circuits de don, contre-don qui permettent une sociabilité active, en dehors du marché. Leur valeur en fait un cadeau apprécié. Ainsi, les pêcheurs participent-ils et réactivent-ils les formes qu’ils qualifient de traditionnelles de solidarité en milieu maritime : « A chaque fois que l’on partait en mer, avec mon père, on donnait la godaille aux plus âgés et aux femmes seules… on donnait au petit père… à la mère qui habitait en bas… chacun six ormeaux et lorsqu’il y avait un couple, on en donnait douze, cela permettait d’améliorer l’ordinaire ».

  • 42  Les auteurs travaillant sur la relation homme/nature ont montré qu’en moins d’un siècle le comport (...)

26Le savoir-être, c’est aussi cette relation à la nature qui n’est ni éthique, ni strictement contemplative42 (même si la beauté des lieux est souvent mentionnée). La nature n’est ni hostile car elle est connue, ni sacralisée, elle est consommée et respectée : « Le contact avec la nature, du fait même qu’il est dégusté comme il convient, absout le chasseur de tout manque éventuel » (Dalla Bernardina, 1996, 30).

27De ce premier type de pêcheurs, ceux que l’on a qualifiés de « traditionnels » se distinguent par observation les « autres », et dès le départ sur le quai. Les « non-traditionnels » (cette appellation non indigène permet d’éviter les préjugés) ne s’apostrophent pas sur le quai et partent plus à la pêche qu’en promenade avec des amis. Leurs embarcations sont souvent des zodiacs, rapides et facilement maniables mais peu confortables pour les pique-niques. Ils chargent du matériel de plongée (combinaison et plus discrètement masques et tubas, les bouteilles de plongées sont proscrites car trop visibles et directement associées aux professionnels et donc aux prélèvements importants). Une fois sur place, ceux-ci se mettent à l’eau rapidement le plus souvent de leur zodiac. Les pêcheurs portent des combinaisons isothermes avec quelques fois des vêtements par-dessus, vieux kway, pantalon et sweat-shirt ; certains sont munis de masques et de tubas. L’étendue des pratiques est vaste, quelques-uns uns se mettent à l’eau du bateau avec palmes pour la plongée en apnée, d’autres (plus visibles !) sont dans l’eau jusqu’à la taille et y plongent leur tête en respirant grâce au tuba pour repérer les cailloux où ils sont susceptibles de trouver les ormeaux . A chaque fois, il s’agit d’anticiper la descente et la remontée de l’eau (2 heures avant la basse mer et 2 heures après) et de s’immerger pour trouver les ormeaux et soulever les cailloux plus facilement grâce à l’aide de l’eau. Ce sont les premiers sur zone et les plus efficaces « font ainsi un coin » et changent le lendemain. Ils prennent les ormeaux en quantités importantes sans avoir à l’idée de revenir. Ces pratiques s’opposent à celles décrites ci-dessus associant des pêcheurs qui ont « leur coin » et le fréquentent assidûment car ils le connaissent « comme leur poche ». Plusieurs entretiens insistent sur le fait que le braconnage des ormeaux a permis à une catégorie de la population locale de participer à une véritable économie parallèle : « c'est le braconnage des ormeaux qui a payé mes études »« de 73 à 92 j'ai vécu du braconnage… Au début, on pêchait 150 kg d'ormeaux par jour, puis c'est descendu à 50 kg à cause de la maladie ». Entre le fait de remonter quelques kilos d’Ormeaux pour se faire de l’argent de poche, le cas des pêcheurs qui « arrosent leurs réseaux pour obtenir des services en retour ou la bienveillance de certaines administrations », et le braconnage qui porte sur des quantités plus importantes et qui assure un véritable revenu, il existe une variété de pratiques réparties sur un gradient et qui sont plus ou moins stigmatisées, bien sûr par les gestionnaires et les institutions mais également par les pêcheurs à pied qui se nomment « traditionnels ».

28Les savoirs sont pertinents pour distinguer les pêcheurs entre eux, pêcheur novice ou pêcheur expérimenté bien sûr, mais ils sont également le support des constructions identitaires individuelles ou collectives. Ils deviennent particulièrement importants dans notre société moderne d’une façon générale « … crise des identités qui se décomposent et se recomposent (or, la maîtrise de savoirs spécifiques est un emblème, parmi d’autres, de l’appartenance collective) » (Bromberger, 1986). Ces savoirs prennent également un sens tout particulier lorsqu’il s’agit de la gestion d’un espace naturel : en effet, celle-ci a été et est souvent l’apanage des scientifiques, des experts. Or, il devient indispensable pour les usagers, surtout dans le cadre d’une participation à la prise de décision, de faire apparaître à côté des savoirs scientifiques, des savoirs locaux : « c’est là l’objet de plusieurs études, qui font apparaître la maîtrise différenciée de ces connaissances selon les groupes sociaux, les relations complexes qui se nouent, à l’arrière plan du savoir tel qu’il s’affiche, entre cultures savante et populaire, tradition écrite et orale, expérimentale » (Bromberger, 1986).   

Savoirs et gestion de l’environnement

  • 43  Terme utilisé par Theys (2003) : « le terme de « gouvernance » s’est imposé au cours des années 90 (...)

29La gestion environnementale caractérisée par la complexité et l’incertitude (Beck, 2003) a conduit le politique à multiplier et à diversifier les acteurs qui interviennent dans la définition ou la réalisation d'un projet. L'environnement est un bien collectif car il est le support et le produit de multiples activités sociales. Tout le discours sur le développement durable est centré autour de cette concertation et de ce qui est nommé la gouvernance (Chlous-Ducharme, 2000) ou plus spécifiquement la gouvernance environnementale43. Ces protagonistes agissent en fonction de leurs compétences scientifiques ou techniques, du pouvoir économique ou politique qu'ils détiennent ou encore de l'opposition qu'ils manifestent à l'égard du projet. Il s'agit de trouver les bases d'un accord qui doit prendre en compte les différents intérêts particuliers qui s'inscrivent dans des rationalités propres. L'efficacité de l'action peut gagner alors une dimension durable car la difficulté n'est pas seulement d'établir un accord entre les différentes parties à un temps donné, mais également de construire un dispositif qui puisse permettre la négociation des conflits à venir (Lascousmes, 1994). Dans le contexte particulier de la Réserve naturelle des Sept-îles, et de la mise en place du site Natura 2000 (Côte de granit rose de Milliau à Tome, archipel des Sept-îles, FR 5310011), les bassiers souhaitent l’accès aux espaces de discussion pour, dans un premier temps, éviter des réglementations supplémentaires, voire même des interdictions d’accès au site, puis dans un deuxième temps participer à la co-construction d’une gestion durable. La place des pêcheurs à pied ne va pas de soi ; ainsi, les différentes formes de savoirs sont-elles largement sollicitées pour revendiquer un territoire qui n’est pas uniquement un espace naturel, mettre en œuvre des actions de gestion, construire un discours de décideur de l’environnement. Du point de vue du gestionnaire, l’analyse des savoirs fournit également des éléments permettant de construire finement les actions ciblées sur les espaces et les types sociaux.

30Les estrans pêchés de l'archipel sont revendiqués comme étant un patrimoine commun, à ce titre les bassiers sont à l’instigation d’association qui se donne pour objectif de « veiller à ce qu'aucune confiscation abusive du domaine public maritime, qui constitue un patrimoine commun, ne soit effectuée au bénéfice exclusif d'associations ou de groupements d'intérêts quels qu'ils soient… En somme l'association souhaite une réappropriation de l'espace côtier par ses usagers » (le Trégor, 16-3-2000). Les savoirs participent à la construction de la légitimité de ces acteurs, ils sont une forme d’appropriation symbolique du territoire : « Bien public, l’espace maritime est, en effet, inaliénable. Il ne peut être possédé en propre par un individu ou une collectivité. Si possession il y a, elle est technique et cognitive et se fonde non sur l’espace lui-même mais sur un capital de gestes, de savoirs, de mémoire… Ceci explique donc une quasi-exclusivité des formes symboliques d’emprise sur l’espace » Dufour (1997). L'activité de pêche à pied (quand elle se réalise dans le cadre d’une « bonne pêche ») est associée à une activité patrimoniale, les savoirs, savoir-faire deviennent des patrimoines qu’il faut protéger au même titre que la faune et la flore. Ils assurent l’inscription des individus, même modernes, dans le temps du moins symboliquement : « la technicité humaine, contrairement à la technicité animale, est liée à l’existence d’une mémoire sociale, ethnique » (Cresswell, 1983).

31Les savoirs, savoir-faire, savoir-être, ceux qui distinguent les « bons » et « mauvais » usages, sont mobilisés pour se positionner face aux gestionnaires, naturalistes et scientifiques et pour exclure ceux qui ne les partagent pas. Les « bons » pêcheurs de loisirs revendiquent une gestion des espaces également par les « locaux » (ceux qui parcourent les espaces et qui les connaissent), ni confiés aux seuls administratifs, ni aux grandes associations qu’elles soient écologistes ou de protection des usagers. Les discours sont largement construits autour des savoirs locaux que possèdent les pêcheurs de cet espace, mais des actions sont aussi mises en œuvre : lors d’une marée, des bassiers ont pris des photographies pour montrer le fond chaviré y compris en ce qui concerne les gros blocs. Ils veulent également faire estimer le poids des gros blocs (retournés par 3 ou 4 plongeurs). Des expérimentations d’école de pêche sont réalisées : la première mise en œuvre concerne la pêche à la ligne, elle allie l’apprentissage de savoirs (connaissance des poissons), savoir-faire (montage des lignes), mais elle n’oublie pas le savoir-être : « Il s’agit de  pêcher et de s’amuser pour que les gens ne partent pas avec l’esprit de viandard et qu’ils se disent, je vais sortir tous les jours pour me faire une grillade, pour avoir du poisson frais plutôt que de penser qu’il faut attraper beaucoup de poisson car mon bateau m’a coûté tant, l’assurance tant … ». L’association 7-îles 2000 a également le projet de faire une école de pêche mais cette fois-ci à pied pour « connaître la grève, voir comment faire et ce qu’il ne faut pas faire ». Il s’agit d’un rôle de passeur qui était auparavant assumé par les anciens qui conduisaient les plus jeunes à la pêche. Ceux-ci devaient dans un premier temps écouter, regarder, puis petit à petit, ils se mettaient à la pratique. Ainsi, étaient acquises sans un apprentissage codifié un certain nombre de normes et de valeurs dont les pêcheurs se plaignent qu’elles ne soient plus transmises. Les pêcheurs à pied de loisirs sont alors prêts à révéler quelques uns de leurs secrets si les savoir-être qu’ils revendiquent sont respectés. La volonté de maîtriser les techniques à l’œuvre sur le territoire dans le cadre d’une activité de loisir, au sein d’une société moderne, rejoint les préoccupations des sociétés traditionnelles soucieuses d’organiser les prélèvements sur le milieu naturel : « la survie  collective exige que les hommes se donnent une organisation  capable de coordonner l’exploitation en fixant les droits et les tâches de chacun… On sait l’importance sociale donnée à des décisions techniques considérées comme engageant le groupe » (Cresswell, 1983). Il en va pour eux de la survie d’un territoire et d’une activité.

32Tout comme le font les professionnels, la légitimation des « bons usages » passe par l’explication des modes de prélèvements, en insistant sur les « bonnes attitudes », mais aussi en incriminant l’autre, celui qui ne respecte pas les normes et les valeurs considérées comme étant celles de tout « bon pêcheur ». Sont dénoncés des « manques de savoir-être » que l’on peut classer en deux parties, ceux qui concernent le savoir–être en groupe (proxémie, sociabilité), et ceux liés au rapport à la nature (période, durée de la pêche, niveau de l’eau dans lequel le pêcheur évolue, soin apporté aux blocs et les quantités pêchées). Si les premiers permettent de distinguer les groupes de pêcheurs, les seconds offrent de plus la possibilité de construire un discours imaginaire écologique du « bon usage de la nature ».

33La qualité et le nombre d’espèces présentes sur le site préoccupent les pêcheurs à pied, leur crainte n’est pas tant une diminution globale de la biodiversité, mais de voir se raréfier ou disparaître les espèces pêchées comme l’ormeau, mais également le homard, le bouquet : « Avant il y avait des oursins, il n’en reste plus, tout comme les moules, aucune langouste n’est venue sur la petite criée des marins pêcheurs l’année dernière (en 2002). Tout a été pris ». Ils parlent alors de la nécessité de conserver des espaces refuges (les gros blocs, les espaces qui demeurent sous l’eau) et « D’INTERDIRE LE BRACONNAGE ». Cette association de termes très singulière, mais fréquemment utilisée par nos interlocuteurs, illustre parfaitement le problème posé au niveau de la gestion de l’environnement. La diversité des individus rencontrés conduit à penser que personne (ou presque) ne respecte strictement la réglementation, le souci est que l’écart entre le règlement et la pratique peut être relativement faible ou très important. Nous sommes ainsi du côté du savoir-être, de la pêche avec mesure. Les pêcheurs se situent dans l’optique du « bon usage » d’un patrimoine dont ils veulent encore bénéficier et qu’ils se soucient de transmettre à leurs descendants. Ainsi, les pêcheurs à pied « traditionnels » applaudissent-ils des deux mains lorsque les contrôles adviennent. Derrière la lutte contre le braconnage, se cache également un enjeu majeur pour les bassiers, demander de faire respecter les réglementations avant de voir les gestionnaires en proposer de nouvelles. Les gestionnaires ont peu de marge de manœuvre pour protéger les espaces naturels sensibles, ils peuvent fermer les espaces aux pratiques de loisir ou trouver des outils pour accroître le respect de l’environnement et la responsabilisation. Une réflexion sur les savoirs peut alors conduire à adapter finement une gestion collective.

34La différenciation indigène des acteurs, mais également la compréhension des réalités sociales permettent de construire les actions de protection de l’environnement en fonction des catégories d’usagers :

  • Les « braconniers » : il faut faire en sorte d’appliquer les réglementations. S’il n’est pas possible évidemment de multiplier les contrôles car les moyens matériels et humains ne le permettent pas, il s’agit au moins d’agir symboliquement et de montrer toute l’importance que l’on accorde au respect des lois. Les pêcheurs à pied insistent sur ce point : « il faut de temps en temps faire respecter les réglementations ». Ces actions faciliteraient la prise de conscience des enjeux de la pêche à pied et légitimeraient le travail effectué sur le terrain par d’autres usagers. Mais elles doivent se faire sans conduire à un espace policé et contrôlé, ce qui s’opposerait vivement aux valeurs de liberté, d’évasion associées au milieu marin.

  • Les néophytes ou « touristes » : Le problème vient du nombre important de gens qui «  retournent tous les cailloux, car ils pensent que les ormeaux sont sur les cailloux et moins ils en trouvent, plus ils retournent de cailloux » (pêcheur à pied). Il faudrait pouvoir éduquer les gens, leur apprendre à pêcher, mais également informer sur la réglementation (qui est particulièrement complexe). L’exemple d’une école de pêche à pied ou de promenades accompagnées sur l’estran est intéressant. Le rôle de passeurs prend tout son sens dans la transmission de savoirs, savoir-faire, savoir-être ; de plus les savoirs locaux sont ainsi valorisés.

  • Quant aux pêcheurs locaux, il s’agit de mieux les informer sur la réglementation, de les associer à la gestion de cet espace : « une revendication pour un espace nouveau de délibération où ces problèmes impliqueraient au premier chef, dans la forme et le contenu, le citoyen ou l’homme de la cité, et non pas seulement le professionnel, l’expert ou le savant » (Gautier, Valluy, 1998). Dans ce cadre, il est intéressant de réfléchir à la transformation et l’appropriation des savoir-être sur l’estran. Il est un fait que la réglementation ne peut résoudre seule le problème de la gestion de ces espaces. D’une part parce que le manque de moyens pour la faire respecter est indéniable ; d’autre part car une sur-réglementation ne peut que renforcer le sentiment d’expropriation d’un lieu et les conflits avec les gestionnaires. On peut alors prendre en compte les développements de la psychologie sociale qui montre la construction et le changement des normes. Il s’agit des expériences et de la théorie de Sherif (1906-1988) « La norme sociale est une échelle de référence, ou d’évaluation, qui définit une marge de comportements, attitudes et opinions permis et répréhensibles ». La norme est une production collective pour atteindre des objectifs sociaux qui peuvent concerner la vie du groupe (comment se comporter avec les autres), mais aussi les relations entretenues par le groupe avec les autres groupes. Les normes peuvent se transformer, et si l’on veut obtenir un changement de comportement, il ne faut pas agir sur un individu car il résistera. Mais s’il existe une discussion faite par le groupe autour d’un sujet, il pourra y avoir décristallisation des anciennes normes et recristallisation sur une nouvelle forme. La discussion et la prise de décision en commun constituent une sorte d’engagement qui amène les personnes à être partie prenante dans le changement de norme. On pourrait alors s’appuyer sur des passeurs, des personnes appartenant au groupe pour faire évoluer ces normes, en mettant en place des discussions (avec les gestionnaires et les scientifiques) et une information importante. Plus que la sanction par un garde (qui n’est pas toujours présent et auquel on ne reconnaît pas toute la légitimité), enfreindre les normes équivaut à une sanction collective de la part du groupe.

Conclusion

35Les espaces insulaires et littoraux sont des espaces considérés comme sensibles car ils connaissent une fréquentation accrue des usagers de loisirs et concentrent, du fait de leur éloignement du continent, des qualités faunistique, floristique et paysagère. Si la réglementation élaborée unilatéralement par les gestionnaires prévalait au niveau de la protection de ces espaces, les processus de concertation dans le cadre d’une gestion durable ont obligé à prendre en compte des acteurs extérieurs, c’est-à-dire ni politiques, ni techniciens, ni experts. Introduire les professionnels exerçant sur ces espaces, dans les discussions, se fait le plus généralement par le biais des organisations professionnelles, ceci est beaucoup plus complexe en ce qui concerne les usagers de loisirs car ils sont faiblement structurés et les légitimités revendiquées interrogent.

36Il semble indispensable, pour analyser les enjeux et les positionnements des usagers face à la gestion de tels espaces d’analyser finement les différences qui peuvent exister entre les pratiques et les pratiquants. Pour paraphraser Marcel Mauss, « le fait technique total » permet de plonger au cœur d’une société, d’aborder les rapports sociaux (et pas seulement d’un point de vue marxiste) : « lorsqu’il s’agit de décrire la société, de la caractériser, de comprendre ce qui s’y passe, de saisir sa nature dans son jeu propre et à travers les individus qui la constituent, c’est vers la technique que Mauss se tourne » (Schanlger, 1991) .  Les différenciations, révélées par les différentes formes de savoir (connaissance, habileté et attitude), infèrent les légitimités revendiquées par les acteurs dans le cadre d’une gestion durable. Revendiquent une participation aux processus de concertation les usagers qui possèdent des savoirs par rapport aux néophytes, les savoirs étant liés à une forme d’appropriation et de revendication du territoire. La construction d’un discours et d’actions autour du savoir-être permet dans un deuxième temps aux usagers de manifester une certaine éthique de l’environnement compatible avec les présupposés d’une gestion durable. Ainsi, apparaissent deux types de regroupement d’usagers de loisirs : des associations concertantes qui souhaitent faire reconnaître et partager des savoirs entre les locaux, les scientifiques et les techniciens et utilisent une rhétorique commune aux différents acteurs institutionnels ou non ; des associations contestantes qui s’opposent violemment revendiquant une non-confiscation de l’espace par des institutions extérieures.

37L’identification des savoirs mobilisés par les usagers de loisirs peut conduire à une amélioration de la communication entre les pêcheurs à pied, les gestionnaires et les scientifiques qui ont tous un rapport étroit, mais différent, avec le territoire considéré. La compréhension des différenciations entre usagers, sur la base des savoirs mobilisés, permettrait en outre une gestion ciblée des espaces en proposant des objectifs et des actions corrélées aux différenciations mises à jour.

Haut de page

Bibliographie

Beck U., 2003, La société du risque. Sur la voie d’une autre modernité, Flammarion, Paris, 521p.

Bromberger C., 1986, « Les savoirs des autres », Terrain, n°6, p.6-5

Chamoux M.-N., 1996, « Les difficultés d’accès au savoir d’autrui », Technique et culture, n°28, p.1-7.

Chlous-Ducharme F., 2000, Gouvernement, gouvernance et légitimité. Analyse comparée du Technopole Brest-Iroise et de la Réserve de biosphère d'Iroise, Thèse de 3ème cycle ethnologie, Université de Bretagne Occidentale, 322p.

Chevallier D., 1991, « Des savoirs efficaces », Terrain, n°16, p.5-11.

Cresswell R., 1983, Eléments d’ethnologie. Six approches, Armand Colin, Coll U, paris, 284p..

Dalla Bernardina S., 1996, L’utopie de la nature, IMAGO, Diffusion PUF, Paris, 304p.

Delbos G., Jorion P., 1990, La transmission des savoirs, Editions de la maison des sciences de l’homme, Paris, 310p.

Descola P., 1994, La nature domestique. Symbolisme et praxis dans l’écologie des Achuar, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme, Paris, 450p.

Dufour A.-H., 1997, « Domestiquer l’espace. Quelques jalons et un exemple pour une approche ethnologique de la toponymie », Le monde alpin et Rhodanien, 2e - 4e trimestres, p. 187-200.

Fortier A., 1999, « De l’efficacité sociale d’une réglementation. Le cas du ramassage de l’Escargot de Bourgogne, Helix pomatia », Le courrier de l’environnement,  n°38, novembre, p.75-83.

Hall E.- T., 1978, La Dimension cachée, Le Seuil, Collection Point essai, Paris, 254p.

Lacombe P., 2002 « La pêche à pied: une perspective anthropologique », Loisirs et société, vol 23, n°1, Québec, p.71-98.

Lascoumes P., 1994, L’Eco-pouvoir. L’environnement entre nature et politique, Editions, La Découverte, Paris, 318p.

Mauss M., 1995 (1950), « Les techniques du corps », Sociologie et Anthropologie, Presses Universitaires de France, Paris, p.365-384.

Péjouan A., 1998, Toutes les pêches à pied, ed Gisserot, Paris, 123p.

Sainteny G., 1999, “Une politique du paysage”, Regards sur l’actualité, La documentation française, n°250, pp. 19-32.

Rasse P., 1991, « la cité aromatique. Culture, techniques et savoir-faire dans les industries de la parfumerie grassoise », Terrain, n°16, p. 12-26.

Schanlger N., 1991, « Le fait technique total. La raison pratique et les raisons pratiques dans l’œuvre de Marcel Mauss », Terrain, n°16, p.114-130.

Sigaut F., 1985, « Ethnoscience et technologie : les tâches de la technologie », Technique et culture, n°5, p.1-18.

Theys J., 2003, « La gouvernance entre innovation et impuissance : le cas de l’environnement », Développement durable et territoires, dossier 2 “Gouvernance et développement durable”, http://www.revue-ddt.org/dossier002/D002_A01.htm

Tornatore J.-L., 1991, « Etre ouvrier de la navale à Marseille. Technique(s) vice et métier », Terrain, n°16, p.88-105.Image1

Haut de page

Notes

1  Notamment grâce aux travaux d’IFREMER (Institut Français de Recherche pour l’Exploitation de la Mer).

2  Les pressions environnementales sont plus ou moins importantes selon les milieux terrestres ou maritimes. La situation des littoraux est préoccupante : « 42 % des résidences nouvelles sont construites dans les communes littorales. Entre 1979 et 1988, la superficie cultivée des communes du littoral diminue de 9 % soit trois fois plus rapidement que la moyenne. Entre les deux derniers recensements, la population dans les départements littoraux augmente de 35,5 % contre 4,2 % en moyenne nationale. On considère qu'un tiers des milieux naturels littoraux ont disparu entre 1970 et 1990. La tendance est accrue sur le littoral méditerranéen «  (Sainteny, 1999).

3  Zone d’oscillation des marées.

4  Ce programme du Ministère de l’Aménagement du territoire et de l’Environnement s’intitule : Contribution à la gestion et à la conservation des espaces marins insulaires protégés (manche-atlantique) : impacts de la pêche à pied et de la plongée sur la biodiversité de la faune marine et mise au point d'outils d'évaluation. Sous la direction de C. Hily (Lémar, UMR 6539, IUEM)

5  Le terrain d'observation est l'estran pêché qui se situe dans le triangle que forment l'île aux Moines, l'île Plate et l'île Bono. Les observations ont eu lieu pendant les grandes marées entre le mois de novembre et celui de mai durant les années 2001, 2002 et 2003.

6  L’archipel est situé en face de Perros-Guirec à 2 milles du continent. Le marnage moyen en vive eau est de 8 mètres et les courants de vive eau sont supérieurs à 3 nœuds.

7  Ile aux Moines, île Plate, îlots aux rats, île Bono, île de Malban, île Rouzic, récif du Cerf, récif des Costans.

8  La LPO est présente sur ce territoire depuis le début du XXe siècle (interdiction de la chasse aux Macareux). En 1912 des safaris sont organisés pour tirer les macareux sur les Sept-îles. Des voix protestent contre ce massacre. Elles seront entendues et la chasse sera officiellement interdite sur tout l’archipel. La première réserve naturelle française privée fut créée ainsi que la ligue française pour la protection des oiseaux (LPO) (Huet, 1999)

9  Fou de bassan, Fulmar Glacial, Puffin des Anglais, Macareux moine, Pingouin torda, Océanite tempête …

10  Crambe maritima

11  Les dénombrements montrent que s'il peut y avoir jusqu'à 150 pêcheurs à pied sur le site, cette pression est non constante : de 0, 3, 10, 34 et 50, 150 personnes dénombrées.

12  La réglementation stipule que le domaine de la pêche à pied s’étend de la zone où l’on peut circuler à pied sec jusqu’à la limite de la taille du pêcheur (Péjouan, 1998).

13  La modification apportée dans le décret du 21 décembre 1999, définit ainsi la pêche maritime de loisir : « la pêche dont le produit est destiné exclusivement à la consommation exclusive du pêcheur et de sa famille et ne peut être colporté, exposé ou vendu sous quelque forme que ce soit ou acheté en connaissance de cause ».

14  Le décret de 1990 fixe la taille minimale des captures autorisées et les mesures pouvant être prises pour fixer la liste, le nombre et l’utilisation des engins de pêche, les zones et les périodes de pêche ainsi que les espèces te les quantités pêchées. Ainsi en ce qui nous concerne, sont fixées les tailles des Ormeaux (8 cm), des crevettes grises et roses (3 cm) et pour les plus expérimentés du homard (24 cm de longueur totale).

15  L’arrêté ministériel du 30 juillet 1996 portant règlement intérieur de la réserve des « Sept-Îles» , notifie:

Article 1er : Sur le territoire de la réserve naturelle dite des « Sept-îles », à l’exception des îles Malban et Rouzic, l’exercice de la pêche à pied de loisir est autorisé de jour pendant une période de six heures allant de trois heures avant la basse mer à trois heures après la basse mer, suivant les horaires de marée donnés pour le port de Perros-Guirec.

Article 2 : la pêche ne s’exerce qu’à la main, au couteau, à l’épuisette ou croc à crabes.

Sans préjudice des réglementations spécifiques à chaque espèce en la matière, les captures sont limitées par pêcheur et par jour à 5 kg toutes espèces marines confondues.

Les pêcheurs doivent remettre dans leur position initiale les pierres qu’ils ont déplacées ou renversées.

16  « Il existe 4 licences sur le quartier de Paimpol pour les ormeaux, 4 sur celui de St Malo, 4 sur St Brieuc et 4 sur Morlaix »

17  Les informations ont été recueillies lors d’entretiens semi-directifs avec les professionnels.

18  « Nous avons le droit de prélever 1,5 tonne par plongeur licencié et il y a généralement 3 personnes sur le même bateau, donc ce qui fait 4,5 tonnes ».

19  « La pêche est autorisée tous les jours sauf les week- end et les jours fériés. Il y a deux mois de fermeture en juillet et août car les ormeaux sont en période de reproduction ».

20  « Il faut avoir moins de 40 ans, avoir le diplôme de plongeur professionnel classe 1 B et avoir exercé un minimum de 6 mois d'activité à la pêche dans la dernière année. Il faut en plus 2 mois d'école de pêche et une inscription maritime. On doit aussi avoir un bateau et une petite société ».

21  « Ensuite, on pêche à la canne depuis le bateau. On attrape des lieus, des bars et des dorades. C'est un plaisir et en plus cela rapporte peu d'argent ! »

22  Il y en a environ 7 au kg.

23  Dans les côtes d’Armor les bagues sont bleues. La bague coûte 20 centimes (francs).

24  Les prix sont annoncés par le professionnel : «  Le pêcheur vend au prix de 120 F au kg, le mareyeur lui en retire 150 F et la grande surface ou le magasin au minimum 180 F/ kg ».

25  « A l'entrée de Trébeurden il y a plein de petites étoiles de mer qui font pas mal de dégâts sur les ormeaux. Si on a le temps, on les ramasse pour en éliminer quelques-unes »

26  Bien évidemment, d’autres dénoncent les licences : « Je pense que ça n’est pas forcément une bonne chose d’avoir délivré des licences professionnelles. Par exemple,  avant la légalisation, certains coins n’étaient pas touchés parce qu’on pouvait les voir braconner  de la côte  et que c’était risqué !.. Maintenant ils ont des quotas mais ils ne les respectent pas et ils en écoulent illégalement. » (plongeur adhérent aux associations de défense des usagers).

27  Il est souvent utilisé, après l’avoir dégusté, à des fins décoratives.

28  Fortier (1999) : « L’escargot de Bourgogne fait, en effet, partie des mets d’abondance que l’on réserve le plus souvent pour les fêtes de famille : Noël, Pâques ou encore des événements à caractère religieux comme les baptêmes ou les communions ».

29  Il ne s’agit pas d’acte technique isolé (Cresswell, 1983), mais d’un ensemble dont certains seront mis en avant.

30  Par exemple, l’étude des ouvriers soudeurs dans l’industrie navale (Tornatore, 1991) ;

31  Les novices se rencontrent par beau temps et viennent soulever quelques cailloux au week-end de Pâques par exemple. Il peut y avoir des femmes et des enfants, ils sont peu équipés et préfèrent la plage de sable fin qui se découvre à l’île Bono.

32 Cette distinction est répandue : « … la confrontation des analyses développées tant par les pêcheurs professionnels que par les pêcheurs plaisanciers permet en fait de distinguer deux catégories de plaisanciers… le plus souvent responsables, ils sont généralement, parmi les plaisanciers, les meilleurs connaisseurs des milieux marins, les plus attentifs à la ressource elle-même, et les plus respectueux de l’écosystème » (CSNPSN, 1991, 22). Les autres sont désignés par le terme de braconniers.

33  Les bateaux qui partent pour les Sept-îles sont souvent complets. Pour celui qui ne possède pas de bateau, il s’agit surtout d’avoir de bons réseaux de sociabilité pour pouvoir embarquer.

34  La séparation entre savoirs et savoir-faire est faire ici pour les besoins de la discussion mais ne correspond pas à la réalité : « pour couper court à des discussions inutiles, qu’il ne faut pas concevoir les deux domaines, cognitif et technique, comme deux ensemble clos et séparés. Certaines activités sont purement cognitives, d’autres sont purement productives. Mais la plupart sont à la fois cognitives et productives » (Sigaut, 1985).

35  C’est outil est précieux, Pierre a son crochet depuis des années et raconte que celui-ci n’a pas quitté les îles depuis au moins 20 ans

36  Ils travaillent souvent à l’Arsenal, à la SNCF ou à la DDE.

37  Il s’agit d’une grande différence avec la pêche aux coquillages sur l’estran sableux comme peuvent en témoigner des observations réalisées sur l’estran de l’île Milliau. Plus de 100 personnes peuvent se retrouver sur un espace qui fait moins de 2 hectares.

38  Dans le cas contraire, il s’agit d’une preuve de très grande amitié et de confiance ou plus prosaïquement lorsque cela s’adresse à l’observateur d’un moyen permettant de légitimer une pratique, d’expliquer des savoirs, de montrer le respect des lieux pêcher, et aussi de distinguer bons et mauvais pêcheurs à pied.

39  Cette observation se situe à un temps t, cela ne veut pas dire que les blocs ont toujours été remis en lace avec soin. Les savoir-faire ont la capacité d’innover, de se recomposer (Rasse, 1991), leur mutation peut-être liée au poids de la gestion des espaces naturels.

40  « Est également lié à la sobriété le principe qui veut que la suppression d’une vie animale soit moralement acceptable si le butin ne dépasse pas la quantité consommable au cours d’un banquet » (Dalla Bernardina, 1996, 254).

41  Revendre ce qui ne peut pas être du travail et en tirer profit n’est pas acceptable tout comme le mode de prélèvement.

42  Les auteurs travaillant sur la relation homme/nature ont montré qu’en moins d’un siècle le comportement des sociétés occidentales par rapport à la nature s’est profondément modifié. De la volonté initiale de maîtriser une nature hostile , il s’est progressivement orienté vers la satisfaction de besoins éthiques (conservation de la biodiversité), économiques (protéger les ressources) ou sociaux (le tourisme, l’habitat). Le citoyen-citadin voit aujourd’hui dans la nature un lieu de repos , de loisirs, de ressourcement. Il revendique tout à la fois une « nature » attrayante (beaux paysages), accueillante (pas trop de moustiques), vivante (animaux et végétaux).

43  Terme utilisé par Theys (2003) : « le terme de « gouvernance » s’est imposé au cours des années 90 comme le symbole d’une nouvelle modernité dans les modes d’action publique… Le domaine de l’environnement, qui a joué sur ce thème un rôle précurseur, est sans doute celui où l’on mesure le mieux cette ambiguïté (promesses non tenues et innovation démocratique).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Chlous-Ducharme, « Les savoirs - outils de distinction et de légitimation dans le cadre d’une gestion durable : le cas des pêcheurs à pied d’ormeaux », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Volume 6 Numéro 1 | mai 2005, mis en ligne le 01 mai 2005, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://vertigo.revues.org/2730 ; DOI : 10.4000/vertigo.2730

Haut de page

Auteur

Frédérique Chlous-Ducharme

Maître de conférences à l’Université de Bretagne Occidentale et membre du Centre de recherche bretonne et celtique, UMR 6038, frederique.chlous-ducharme@univ-brest.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page