Navigation – Plan du site
Dossier : Les littoraux et la gestion intégrée des zones côtières

L’apport de la gestion intégrée des zones côtières (GIZC) à la gestion de l’érosion côtière : intérêt et exemple en Méditerranée française

Hélène Rey-Valette, Philippe Carbonnel, Sébastien Roussel et Alexandre Richard

Résumés

Cet article rend compte de l’apport de la Gestion Intégrée des Zones Côtières (GIZC) à la gestion de l’érosion côtière. L’analyse de l’évolution des politiques de gestion de l’érosion fait ressortir trois logiques. Après des ouvrages lourds axés sur la gestion des effets locaux, la prise de conscience de la complexité des phénomènes naturels et anthropiques conduit à tenir compte des interdépendances à travers des schémas stratégiques régionaux définissant des cellules sédimentaires. Enfin, la prise en compte des enjeux nécessite d’intégrer les représentations des acteurs et les dispositifs de gouvernance. Les modalités pratiques d’application de la GIZC à l’érosion sont ensuite abordées en insistant sur leur caractère progressif, adaptatif et concerté. Les auteurs soulignent l’intérêt des pratiques reposant sur des accords volontaires, qui pourraient se décliner par des guides de bonnes pratiques et par des actions en faveur d’un tourisme durable respectueux de la capacité de charge des plages. Il s’agit aussi de définir un espace de gouvernance cohérent évitant d’éventuels effets domino dans la répartition des pressions et des usages entre territoires. Une illustration est proposée avec l’exemple des plages de Villeneuve-lès-Maguelone dans l’Hérault. Très exposé à l’érosion, ce site fait l’objet d’un projet de gestion intégrée mené par le Département de l’Hérault, dans le cadre du projet européen INTERREG III-C Sud BEACHMED-e. Cette application montre notamment l’intérêt conjoint de raisonner à l’échelle globale de la cellule sédimentaire et du territoire ainsi qu’à celle plus fine distinguant plusieurs secteurs pour intégrer les particularismes et adapter les scénarios.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1À l’échelle européenne, le processus d’érosion côtière concerne 20% du linéaire côtier, équivalent en superficie à une perte annuelle de 15 km² (EUROSION, 2004). En France, un quart des côtes est concerné soit un linéaire de 1720 km dont les deux tiers de zones sableuses (IFEN, 2006). Outre les facteurs naturels liés aux dynamiques géologiques, aux dérives des courants, aux vents, à la houle, aux marées et aux tempêtes, l’érosion est accentuée par l’accélération de l’urbanisation (résidentielle et touristique) sur le littoral. Elle est ainsi aussi provoquée et amplifiée par les pressions anthropiques diverses dont les rétentions de sédiments liées aux aménagements locaux ou aux barrages.

2Face à l’importance des enjeux écologiques et socio-économiques associés à la conservation des plages, des politiques de lutte contre l’érosion et/ou de rechargement des plages ont été mises en place depuis de nombreuses années, avec des résultats très inégaux : certains aménagements s’étant révélés être eux-mêmes des facteurs d’érosion. Récemment la recherche de sédiments destinée au rechargement des plages tend à devenir un enjeu essentiel pour la gestion du littoral. Les gestionnaires ont donc progressivement pris conscience du caractère complexe et holiste du processus d’érosion et d’un besoin de changement de « philosophie » des politiques de gestion. Face à ces constats, la Gestion Intégrée des Zones Côtières (GIZC) qui prône une approche globale et intégrée constitue une réponse appropriée. En réponse à ces évolutions, un partenariat entre plusieurs régions méditerranéennes d’Europe a été développé dans le cadre du programme européen INTERREG III-C Sud BEACHMED, avec pour objectifs de constituer un réseau d’échange de données et d’expériences sur la gestion de l’érosion en Méditerranée et d’instituer un partage des tâches entre partenaires. Une première phase de BEACHMED (2002-2004) a permis d’étudier la faisabilité du procédé de rechargement par l’apport de grandes quantités de sables issues des fonds marins. Un second projet, BEACHMED-e1, a été engagé en 2005 et court jusqu’en 2008. Ce prolongement traduit la volonté d’action commune à l’échelle méditerranéenne et le besoin pour tous les partenaires d’élargir leurs domaines de connaissance et de compétence, en particulier concernant le recours à la GIZC. Celle-ci, qui correspond aux orientations politiques européennes en matière de développement durable, tend à devenir un cadre de référence des politiques publiques sur le littoral (UE, 2002 ; CEL, 2002 ; DIACT, 2006). En plus de sa mission initiale sur le rechargement des plages, ce second projet comporte un éventail élargi de partenaires et de thématiques de façon à tenir compte des principes de la GIZC. Le projet BEACHMED-e peut être considéré comme un programme de recherche appliquée et interdisciplinaire relatif à l’évaluation des possibilités opérationnelles de rechargement des plages, à l’utilisation de nouvelles technologies pour réaliser un suivi du trait de côte, et à l’élaboration de nouvelles méthodes de gestion du littoral, considérant aussi bien les dimensions naturelles que socio-économiques de cet espace.

3Nous étudierons ici l’érosion des plages sableuses en Région Languedoc-Roussillon (France), c’est-à-dire les 230 km de côtes qui bordent le Golfe du Lion. Ces côtes sont pour près d’un quart (22% en moyenne) soumises à l’érosion, notamment dans les Départements du Gard et de l’Hérault qui sont les plus touchés. En matière d’érosion, la morphologie des systèmes littoraux méditerranéens comporte des spécificités qui tiennent à l’extrême violence des vents, au régime torrentiel des eaux, à la faiblesse du marnage mais avec de très fortes occurrences de décôte et surcôte et à la présence d’herbiers de faible profondeur stabilisant les sédiments. En outre, tandis que la relative faiblesse de la largeur des plages les rend particulièrement vulnérables, la forte pression touristique et résidentielle dans cette zone accentue l’impact des pressions anthropiques. Ainsi, 24 ports ont été construits ou aménagés en Languedoc-Roussillon entre 1965 et 1995 (EID et SMNLR, 2005) alors que dans le même temps les apports sédimentaires du Rhône au Golfe du Lion ont été réduits de 90% du fait de la construction de barrage sur son cours (Frayssinet, 2001). En s’appuyant sur les enseignements issus d’une des mesures du projet BEACHMED-e, notre réflexion vise à rendre compte de l’intérêt qu’il y a pour les politiques de gestion de l’érosion à s’inscrire dans la logique de la gestion intégrée et à en préciser les modalités pratiques. Cette problématique suppose d’analyser les conditions de mise en œuvre de la GIZC en identifiant les changements nécessaires dans les pratiques actuelles de gestion de l’érosion.

4La première partie appréhendera l’évolution des politiques de gestion de l’érosion à partir de l’exemple du Languedoc-Roussillon. Cette dynamique sera mise en parallèle avec l’émergence des politiques de GIZC de façon à identifier les rapprochements progressifs avec la GIZC. Nous étudierons ensuite les apports de la GIZC à la gestion de l’érosion et les modalités possibles de sa généralisation dans ce domaine. Enfin, les enjeux et les voies d’application de ces politiques intégrées seront illustrés à partir d’un exemple représentatif concernant la gestion de l’érosion des plages de Villeneuve-lès-Maguelone (Hérault cf. carte en annexe) situées sur une des zones les plus touchées par l’érosion. En effet, on évalue à 20 hectares la surface de plages perdue depuis 1945 pour la partie de la côte située entre Frontignan-la-Peyrade et Palavas-les-Flots (22 km), soit un recul moyen de 0,7m/an (EID et SMNLR, 2005).

Évolution des politiques de gestion du littoral : GIZC et gestion de l’érosion côtière

Émergence de la GIZC

5Le développement durable est un référentiel aujourd’hui largement reconnu qui tend à s’appliquer à l’ensemble des politiques publiques. Dans le cas des territoires littoraux très convoités, porteurs d’enjeux économiques et écologiques importants, particulièrement vulnérables et complexes à appréhender, il se décline sous une formulation particulière : la Gestion Intégrée des Zones Côtières (GIZC). De nombreuses initiatives et recommandations en faveur de la mise en œuvre de la GIZC ont vu le jour, sous l’impulsion des organisations internationales qui en ont défini les principes clés (UE, 1999 et 2002 ; CEL, 2002 ; DIACT, 2006). On retrouve pour la GIZC le caractère non fractal du développement durable qui induit l’absence de réplication des mêmes mesures à chaque échelle et qui conduit à privilégier des arrangements locaux respectant les principes généraux. Dès lors, la GIZC ne peut être associée à une définition standard, et c’est à partir d’expérimentations pilotes et de guides de bonne conduite que les pratiques de GIZC tendent à se diffuser (UE, 1999 ; PNUE/PAM/PAP, 2001 ; UNESCO/COI, 2001 ; UICN, 2004). Ainsi, un guide pratique pour la Méditerranée (PNUE/PAM/PAP, 2001) a été réalisé à partir de 45 expérimentations conduites dès 1997, tandis que les recommandations européennes en matière de GIZC (UE, 2002) sont issues des résultats d’un programme pilote de 36 projets réalisés entre 1996 et 1999 (UE, 1999). En France, la DIACT a mis en place en 2005 un programme de 25 projets pilotes pour expérimenter et vulgariser les procédures de GIZC. A partir des enseignements de ces projets une stratégie nationale sera établie en réponse aux recommandations de l’UE (DIACT, 2006). L’émergence de la GIZC s’inscrit donc dans une logique d’apports cumulatifs, qui peut être replacée par rapport à l’évolution des référentiels des politiques publiques et des perceptions de l’espace littoral (Cf. Tableau 1).

Tableau 1. Évolution des référentiels et contexte d’émergence de la GIZC

Tableau 1. Évolution des référentiels et contexte d’émergence de la GIZC

6Le rapprochement de ces évolutions atteste d’interactions croisées entre les politique : on retrouve dans le domaine de l’érosion côtière les phases caractéristiques des politiques de protection de l’environnement.

7De l’effet domino à la définition de la cellule sédimentaire pour la gestion de l’érosion côtière : la prise en compte des interactions physiques.

8Dans un premier temps, centrées sur la gestion des effets locaux du phénomène, ces politiques relevaient essentiellement de la construction d’ouvrages lourds de défense de type épis ou brises lame. Le caractère naturel et inexorable du phénomène d’érosion était nié au profit d’une représentation alors dominante de maîtrise de la nature. On dénombre 250 ouvrages de ce type sur le littoral du Languedoc-Roussillon (EID et SMNLR, 2005).

9La mise en évidence de la nécessité de gérer non plus les effets mais les causes des phénomènes caractérise la deuxième génération de politique, qui se traduit dans le domaine de l’érosion par la prise de conscience que les aménagements lourds de types épis ou brise-lames n’interviennent que sur les effets locaux de l’érosion. En outre ceux-ci induisent du fait de la dérive littorale un déplacement latéral du phénomène avec un effet domino sur les plages voisines. Il devient alors admis que l’érosion des plages résulte de facteurs naturels et anthropiques qui doivent être appréhendés à une échelle plus large que celle de la plage pour intégrer les zones de stockage et déstockage du sable en amont (avant dune) ou en aval (partie immergée) et l’impact des aménagements résultants des usages littoraux.

10Ainsi une première étape vers la gestion intégrée intervient avec la notion de « Shoreline Management Plan (SMP) » qui met l’accent sur le caractère global et interactif de l’érosion côtière (Hansom et al., 2004 ; Brown et al., 2006), et qui nécessite de définir une échelle de gestion permettant d’appréhender l’ensemble des interactions physiques : la cellule sédimentaire. Celle-ci délimite des zones autonomes du point de vue des processus sédimentaires de façon à éviter les effets de domino entre plages. Cette nouvelle échelle nécessite aussi d’élargir la gamme des modes d’intervention au profit de dispositifs plus modulables et limitant les interactions spatiales tels les procédés de rechargement des plages (Cf. Tableau 2). Par conséquent, la définition de ces nouvelles échelles de gestions, qui dépassent le plus souvent les délimitations communales ou intercommunales, nécessite de réaliser des schémas directeurs (le plus souvent à l’échelle régionale) de façon à identifier l’emboîtement de l’ensemble de ces cellules sédimentaires. Ces schémas proposent des stratégies d’intervention définissant les zones prioritaires et les types de dispositifs les plus appropriés selon les contextes (importance croisée de l’érosion et des enjeux selon la logique des Plans de Prévention des Risques (PPR)).

Tableau 2. Typologie des politiques de lutte contre l’érosion côtière

Tableau 2. Typologie des politiques de lutte contre l’érosion côtière
  • 2 (1) Il est naturel que le littoral bouge et il est illusoire de le fixer partout ; (2) le littoral (...)

11Dans le cas du Languedoc-Roussillon, une étude stratégique (MIAL-LR, 2003) a été réalisée en 2003 selon un processus impliquant de nombreux groupes de travail, qui ont permis de rassembler les informations et points de vue de nombreux acteurs partie-prenantes. Cette étude stratégique a ainsi identifié 15 cellules sédimentaires pertinentes pour le Languedoc Roussillon et défini 10 principes2 en concordance avec la logique du développement durable et donc de la GIZC. Par la suite, un guide technique de gestion de l’érosion a été produit dans le cadre du Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux Rhône-Méditerranée-Corse (SDAGE RMC) (EID et SMNLR, 2005). Il synthétise le changement de logique des politiques de gestion de l’érosion en faveur d’approches plus globales, intégrant l’impact des aménagements et des pratiques de fréquentation et recommandant la création d’instances de concertation et de suivi. On retrouve ainsi « institutionnalisés » les 10 principes évoqués par l’étude stratégique régionale et une proposition de plan d’intervention qui met l’accent sur la concertation, présente dès les premières études.

12Même si l’élargissement de l’échelle de gestion permet d’appréhender la complexité des processus, dans cette phase cependant, le caractère intégré ne concerne pas encore les intérêts et les représentations des acteurs. L’intégration reste souvent partielle et certaines actions relèvent toujours pour partie d’une logique de gestion des effets, même si au niveau du diagnostic on cherche à identifier et à suivre l’ensemble des facteurs qui sont à l’origine du processus.

L’évolution récente vers la GIZC

13La prise de conscience de la complexité du processus s’est d’abord traduite par d’importants efforts d’intégration de l’information. Ainsi, la Figure 1 présente la structure systémique du système d’information littoral élaboré en appui à la politique de gestion intégrée de l’érosion mise en œuvre par le Département de l’Hérault (Richard, 2005). Ce cadre fonctionnel permet, dans l’esprit de la GIZC, d’organiser la collecte et la synthèse des données pour l’évaluation des politiques de gestion de l’érosion côtière. Il permet également de hiérarchiser les relations systémiques à établir par les acteurs de la gestion intégrée du littoral tout d’abord en fonction de l’échelle d’analyse qui définit des problématiques de gestion propre à chaque échelon, puis en fonction de «l’ensemble thématique » concerné, qu’il s’agisse de la Nature, de l’Homme, du Territoire.

Figure 1. Présentation systémique des facteurs à prendre en compte pour une gestion de l’érosion en termes de GIZC. (Source : Richard, 2005)

Figure 1. Présentation systémique des facteurs à prendre en compte pour une gestion de l’érosion en termes de GIZC. (Source : Richard, 2005)

14Outre la gestion de l’information, l’adaptation des dispositifs d’action aux enjeux introduit une dimension sociale et conduit à tenir compte des recommandations en faveur d’approches qui ne sont plus seulement intégrées mais aussi concertées au sens où elles prennent en compte les représentations des acteurs et les dispositifs de gouvernance des territoires. Rappelons en effet que le programme de démonstration de l’UE (1999) et l’évaluation de la Commission Environnement Littoral (CEL, 2002) ont montré que la plupart des problèmes et conflits rencontrés sur la zone côtière sont imputables à des aspects institutionnels (rigidité des procédures, absence de planification, actions sectorielles non coordonnées, décisions inadéquates et isolées…) ou à des carences relatives à l’information (manque de connaissance des processus littoraux et absence de lien entre la recherche et les utilisateurs finaux). Ces constats nécessitent d’élargir les logiques et les méthodes d’évaluation et d’aide aux décisions de gestion de façon à dépasser l’évaluation des valeurs et les logiques d’arbitrage rationnel en tenant compte de la pluralité des représentations. Il s’agit de rechercher des modes d’intégration effective des acteurs dans les politiques en réponse aux conditions de participation et d’accessibilité des informations par les usagers des politiques publiques.

15Ces nouvelles conditions et objectifs induisent une nouvelle évolution des politiques de gestion de l’érosion, ceci d’autant que, le recours à des logiques de repli et de recul stratégique nécessite d’identifier précisément les attentes, les représentations et le degré d’acceptation des populations concernées, souvent peu conscientes des risques liés à l’érosion. Ainsi, les enquêtes réalisées sur la côte Est anglaise (Myatt et al., 2003) montrent que cette acceptation est bien évidemment fonction des compensations proposées mais aussi de la confiance des populations dans la structure gestionnaire, du caractère plus ou moins ancien des constructions et aménagements concernés, et du caractère privé ou public des terrains. Plus généralement, les études sur les perceptions des acteurs effectuées en Italie (Polomé et al., 2005 ; Lamberti et Zanuttigh, 2005) montrent une préférence pour les stratégies axées sur le rechargement et pour les interventions composites alliant plusieurs types d’outils. Soulignons que ce caractère composite est conforme à l’esprit du développement durable et de la GIZC qui privilégie des réponses plurielles face à des questions complexes.

16Une telle évolution d’une gestion intégrée de l’érosion à une gestion concertée suppose non seulement un élargissement du champ des études et des évaluations mais aussi une ouverture de ces politiques de façon à intégrer l’ensemble des parties prenantes.

Intérêt et modalités de l’application de la GIZC à l’érosion côtière

Bilan de l’apport actuel de la GIZC

17Alors que la plupart des travaux récents sur les politiques d’érosion soulignent la nécessité de s’inscrire dans une logique de GIZC, les référentiels de GIZC quant à eux restent généraux, l’érosion n’y étant généralement évoquée qu’au niveau des constats. Les quelques travaux qui associent l’érosion côtière et la GIZC restent encore largement expérimentaux, et ressortent de trois catégories selon les problématiques qui ont motivé le recours à la GIZC :

  • l’érosion est abordée de façon intégrée dans le cadre de simulations par exemple du changement climatique, qui supposent des modélisations des écosystèmes côtiers. Le couplage fréquent avec des Systèmes d’Information Géographique (SIG) offre une visualisation des phénomènes qui constitue un outil pédagogique pour la sensibilisation à l’érosion ;

  • l’analyse des interactions entre érosion et tourisme s’inscrit souvent dans une logique de GIZC de façon à concilier une activité de tourisme souvent très structurante des économies littorales tout en veillant à la conservation des plages tant pour leurs enjeux environnementaux que pour leur rôle attractif par rapport à la fréquentation touristique ;

  • enfin le plus souvent, c’est à propos de la gestion de l’information que les travaux sur l’érosion se rapprochent de la GIZC. Celle-ci offre un cadre intéressant pour articuler les recherches pluridisciplinaires et proposer des outils de gestion de l’information adaptés. Cependant ces travaux se limitent à la conception des outils de gestion de l’information relative à l’érosion sans vraiment aborder la question de l’utilisation et de l’accès à cette information, comme le recommande les orientations récentes en matière de participation des acteurs aux politiques publiques.

18Peu de travaux évaluent les politiques d’érosion du point de vue de la GIZC. Dans le cas du Languedoc-Roussillon, la grille d’évaluation de la prise en compte des principes de développement durable, élaborée par le Centre d’Etudes sur les Réseaux de Transport et d’Urbanisme (CERTU) (DIREN LR et al., 2005), a été appliquée aux études réalisées en amont des aménagements (Fourrier, 2005).

Perspectives et mise en œuvre de la GIZC

19La GIZC offre un cadre adéquat pour appréhender les interactions entre activités. Or, les décisions d’aménagement ont pendant longtemps répondu à un besoin exclusif de maintien des plages et des usages et des flux économiques associés. La reconnaissance de la pluralité des objectifs du développement durable conduit à une reconnaissance élargie des fonctions des plages, y compris du point de vue de l’environnement dont il convient de tenir compte pour évaluer l’ensemble des composantes de la valeur économique et écologique de ces milieux. Outre la pluralité des fonctions et des objectifs auxquels doivent répondre les politiques de protection des plages, la logique de décentralisation et de bonne gouvernance met l’accent sur les conditions de participation de la société civile pour améliorer les décisions d’aménagement en facilitant les arbitrages entre points de vue et/ou entre activités. Pourtant, assez peu d’analyses abordent l’évaluation et la perception de la vulnérabilité des risques côtiers par les acteurs. Meur-Férec et al., (2002) ont établi dans ce sens une grille méthodologique d’évaluation des aléas et des enjeux concernant l’érosion à partir d’enquêtes auprès de la population et des acteurs parties-prenantes. Le Tableau 3 présente le détail des études qui ont précédé les aménagements pour le Département de l’Hérault. Effectuées entre 2000 et 2004 à l’échelle des cellules sédimentaires, ces études répondaient pour partie aux impératifs de la GIZC, y compris vis-à-vis de la concertation, même si comme en témoignent les types de réunions et la composition des comités de pilotage, hormis dans le cas du Lido de Sète, les acteurs mobilisés ont été le plus souvent restreints aux gestionnaires publics et organismes de recherche impliqués dans les programmes.

Tableau 3. Analyse des conditions de concertation lors des études des processus d’érosion dans l’Hérault

Tableau 3. Analyse des conditions de concertation lors des études des processus d’érosion dans l’Hérault

20Ces mêmes études ont été évaluées par rapport à l’information recueillie pour le compte du Département de l’Hérault lors de la mise en place d’un projet d’observatoire de GIZC (Richard, 2005). Il s’agissait de réaliser l’inventaire des données utilisées par rapport à la classification systémique des types d’information requis (sciences humaines, sciences naturelles, approche territoriale et données géoréférencées) précédemment présentée (Figure 1). A partir de cette classification, les données ont été répertoriées en fonction des grands champs disciplinaires dont elles sont issues (sciences naturelles, sciences humaines et gestion du territoire proprement dite) puis, au sein de chacun de ces champs, plus précisément par « sujet »  en fonction des domaines d’intérêt de la GIZC. Enfin une grille d’analyse permet un examen de l’inventaire des données en fonction de la quantité d’information (disponible par thème) représentée en ligne et de leur qualité, appréhendée en colonne par des «critères de reconnaissance » tel que la nature de la donnée, l’unité spatiale de référence, les contraintes techniques (type de données, support et format informatique, retour sur les méthodes, outils et techniques d’acquisition). Ces grilles constituent un outil intéressant en préalable à l’insertion des données dans un observatoire du littoral. En effet, les critères définis en colonnes représentent bon nombre d’attributs qui qualifieront les données et permettront un système de requête, de recherche ou de détermination selon des critères précis de description (par année, par auteur, par échelon d’analyse...). L’évaluation des thématiques abordées par ces études selon cette grille d’analyse (Figure 2) révèle des déséquilibres et montre que les principes d’intégration de la GIZC ont été mieux appliqués pour le lido de Sète et celui de Villeneuve-lès-Maguelone. Néanmoins, même dans ces deux cas, d’autres « apports » d’information auraient été intéressants du point de vue de la GIZC, tels une meilleure prise en compte des phénomènes et des processus concernant l’arrière pays qui ont de l’influence sur le littoral et l’érosion côtière.

Figure 2. Évaluation de l’information utilisée par les études sur l’érosion

Figure 2. Évaluation de l’information utilisée par les études sur l’érosion

 Richard, 2005

21L’évolution actuelle des politiques de gestion de l’érosion, quant à la prise en compte des acteurs, s’inscrit parfaitement dans les principes d’intégration et de concertation prônés par la GIZC. Cependant, ceci nécessite d’étudier plus en détail les conditions et modalités de mise en œuvre de la participation des acteurs et les modes de coordination entre les politiques locales, qui s’appuient sur des processus de planification territoriale, que l’on retrouve pour l’érosion au travers des schémas directeurs ou des Plans de Prévention des Risques (PPR). Suivant le même principe que les processus physiques pour les cellules sédimentaires, le recours aux outils de planification territoriale nécessite alors de définir des zones de cohérence du point de vue de la gouvernance. Celles-ci doivent permettre la coordination des politiques de gestion de l’érosion en tenant compte du « millefeuille » institutionnel et des recouvrements des territoires des collectivités gestionnaires, lesquels résultent de découpages institutionnels et de réseaux d’acteurs souvent instables dans le temps. À ce niveau, le projet de protocole de GIZC en Méditerranée (PAM/PNUE, 2006) met l’accent sur les risques d’effets en chaîne sur l’arrière pays des dispositions prises pour la gestion de la zone côtière. Ainsi, l’effet domino observé pour les plages pourrait aussi être abordé au niveau de la répartition des pressions et des usages entre territoires. On retrouve là, la question de la durabilité exportée et importée lorsque la durabilité s’effectue au détriment des autres territoires (Laganier et al., 2002) et du continuum d’interactions entre local et global qui caractérise le développement durable.

22Concernant la mise en œuvre et la participation des acteurs aux politiques de GIZC, le projet de protocole relatif à la GIZC en Méditerranée (PAM/PNUE, 2006) détaille ces aspects à partir de 3 rubriques ou articles (article 6 sur la coordination institutionnelle, article 12 sur la participation et article 13 sur les actions de sensibilisation et de la formation). Ces questions ont fait l’objet de nombreux débats entre experts, dont il ressort plusieurs éléments (Rey-Valette et al., 2006), à savoir :

  • la nécessité d’une adaptabilité des procédures en fonction des contextes politiques nationaux et d’une progressivité des démarches que l’on peut accompagner efficacement par la mise à disposition d’exemples et de guide de pratiques plutôt que par des mesures institutionnelles ;

  • le besoin d’outils d’appui spécifiques concernant la coordination intersectorielle, les formes de partenariat inter-institutionnel (y compris avec des acteurs privés ou associatifs), l’identification des parties prenantes, les modalités de concertation, les méthodes d’évaluation et les dispositifs juridiques permettant d’offrir des possibilités de recours ;

  • l’obligation d’évolution des pratiques et objectifs des recherches de façon à constituer un appui réel aux décisions et à répondre aux attentes sociales en matière d’accès à l’information.

23Ces éléments s'accordent avec les recommandations européennes de mise en œuvre de la GIZC (UE, 2002), qui insistent sur l’adaptation des modalités pratiques (notion de gestion adaptative) et sur l’utilisation d’une large combinaison d’outils (contrôle de l’expansion urbaine et mesures de développement régional, accords contractuels et volontaires, incitations économiques et fiscales…). De même, le rapport de la Commission Environnement Littoral (CEL, 2002) souligne aussi la nécessité de combiner une diversité d’instruments de gestion. On a par ailleurs montré la nécessité d’avoir une progressivité dans la démarche et une articulation entre des actions globales et des interventions sectorielles en faveur d’une généralisation des guides de pratiques sectorielles durables facilitant la convergence vers des chartes générales d’aménagement durable du territoire (Rey-Valette et al., 2006). L’intérêt des pratiques reposant sur des accords volontaires des acteurs est évoquée par l’évaluation des projets pilotes de Méditerranée comme une voie favorable à une mise en œuvre procédurale de la GIZC (PNUE/PAM/PAP, 2001). Par conséquent, le tourisme durable devrait être non seulement respectueux des traditions et du patrimoine local, mais il devrait aussi favoriser l’adoption de pratiques plus respectueuses de la capacité de charge des plages. Soulignons cependant que l’ensemble de ces démarches, quelles soient volontaires ou institutionnelles, nécessite de renforcer les capacités institutionnelles des acteurs et la mise en place d’innovations organisationnelles (Rey-Valette et Roussel, 2006), dont le rythme d’application et d’appropriation renvoie à des horizons souvent plus lointains.

Exemple d’une gestion intégrée de l’érosion sur le site de Villeneuve-lès-Maguelone

Problématique de la gestion de l’érosion pour la commune de Villeneuve-lès-Maguelone

24L’exemple de la gestion du littoral de la commune de Villeneuve-lès-Maguelone (dans le cadre d’un projet conduit sous la maîtrise d’ouvrage du Département de l’Hérault) permet d’illustrer l’intérêt du référentiel GIZC pour la gestion de l’érosion côtière et d’en préciser les modalités concrètes d’application. La définition d’une politique d’aménagement, permettant de concilier la protection et la mise en valeur de ce littoral, a en effet conduit à définir des priorités d’intervention en fonction des risques, évalués par croisement des enjeux socio-économiques et des aléas naturels. Il s’agit donc à l’échelle de la commune et de la cellule sédimentaire concernée d’effectuer une démarche de diagnostic similaire à celle réalisée dans le cadre de l’enquête stratégique régionale (MIAL-LR, 2003). L’élaboration des scénarios de gestion et la planification des activités sont ensuite abordées en fonction de ce diagnostic territorial, après vérification de leur conformité juridique, foncière et administrative.

25Le lido de Villeneuve-lès-Maguelone correspond à la partie médiane de la cellule sédimentaire de Frontignan-la-Peyrade au Grau du Roi, soit un linéaire de 22 km entre le port de Frontignan-la-Peyrade à l’Ouest et le grau du Prévost à l’Est. Le trait de côte est bordé par une à deux barres sédimentaires, dont la distance à la plage émergée varie de façon saisonnière. Cette partie du littoral qui ne dispose pas de stock sédimentaire du fait de son éloignement de sources potentielles d’approvisionnement en sable, est soumise à une dynamique d’érosion très active, notamment lors des tempêtes (1982, 1997, 1999) qui induit une évolution régressive. La tempête de 1982 par son effet d’arasement et de franchissement du lido a révélé la fragilité de ce secteur et permis une prise de conscience des risques et des conséquences qui pouvaient en résulter en termes de disparition de la plage et d’un milieu naturel à haute valeur patrimoniale, de modification des caractéristiques physique et biologique de l’étang de Pierre Blanche, de vulnérabilité du canal du Rhône à Sète et de salinisation des terres agricoles situées au Nord. En fonction de paramètres paysagers et physiques, ce linéaire sédimentaire qui fait l’objet de nombreux usages, peut se scinder en plusieurs secteurs :

  • une zone « naturelle » à haute valeur patrimoniale (7,5 km des Aresquiers à la cathédrale de Maguelone) dénommée « lido de Maguelone » et séparant la mer de l’étang de Pierre Blanche ;

  • la façade maritime de la cathédrale de Maguelone (500 m) qui correspond à une plage très étroite et où sont implantées des installations aquacoles (Centre d’Aide par le Travail (CAT) « Les Compagnons de Maguelone ») ;

  • une « plage urbaine » (2 km) bordant l’étang du Prévost jusqu’à son grau avec des installations aquacole et conchylicole du CAT et de la station de recherche en aquaculture d’IFREMER.

Les étapes de la GIZC dans le cas de Villeneuve-lès-Maguelone

26L’élaboration du dispositif de gestion de l’érosion a été menée en plusieurs phases en respectant l’esprit de la GIZC pour leur mise en œuvre.

Diagnostic territorial à l’échelle de la cellule sédimentaire

27Dans un premier temps, un diagnostic du territoire a permis d’évaluer les enjeux et de définir des secteurs prioritaires en fonction de l’importance de ces enjeux et des dynamiques de l’érosion. Ce diagnostic territorial offre une analyse systémique des facteurs (naturels, sociaux, technologiques, institutionnels et de gestion) et de leurs interactions par rapport au processus étudié. Il permet d’identifier les secteurs prioritaires d’intervention après évaluation des risques majeurs. Il nécessite une délimitation précise de l’espace littoral concerné et structure ainsi les besoins en information.

Définition des scénarios et des priorités à l’échelle des secteurs

28A l’issue du diagnostic, les types de travaux et d’aménagements ont ensuite été conçus en fonction de scénarios réalisés à l’échelle plus fine de chacun des secteurs identifiés de telle sorte que les interventions nuisent le moins possible aux usages et aux activités et soient conformes pour chaque secteur :

  • aux objectifs de l’intervention et les scénarios de gestion ;

  • aux implications institutionnelles et des responsabilités déléguées aux différents acteurs ;

  • à l’évaluation des budgets et du personnel nécessaire ;

  • au calendrier de mise en oeuvre.

29Le choix de la stratégie d’aménagement (plan directeur) a été effectué en simulant (à partir de modélisations établies à partir de COSMOS 2D BEACHPLAN) les impacts des différents  scénarios selon plusieurs les critères d’efficacité relatifs à :

  • la protection contre l'érosion (un indicateur d’action sur le niveau de risque d’érosion a été établi à partir d’un croisement entre les enjeux socio-économiques et les aléas naturels)

  • la gestion de la fréquentation du public dans ces espaces à dominante naturelle,

  • l’investissement financier (aménagements et foncier).

Élaboration d’un plan directeur

30La validation et la finalisation des interventions au travers d’un plan directeur ont ensuite été effectuées au sein du comité de pilotage en accord avec les principes de la GIZC. La Figure 3 présente les décisions de recul des installations et usages économiques qui ont été prises et dont les modalités précises de déplacement ont été négociées en conformité avec les contraintes juridiques et administratives (rôle des structures administratives assurant l’intégration institutionnelle, respects des préconisations législatives et foncières, des documents d’urbanisme, et des procédures financières).

Figure 3. Présentation des réalisations du projet (photomontage).

Figure 3. Présentation des réalisations du projet (photomontage).

Études d’impact, travaux et suivi des opérations

31Les premiers travaux engagés illustrent la volonté de conciliation des objectifs de protection/restauration et de valorisation économique. Il s’agit de :

  • la restauration du cordon dunaire pour protéger le lido, couplée avec la végétalisation de la dune et l’installation de ganivelles ;

  • le « recul stratégique » des bassins aquacoles, trop proches du rivage ;

  • le rechargement en sable pour élargir la plage et renforcer l’attrait touristique du site ;

  • la réalisation en 2006 d’une étude d’impact pour la nouvelle phase de travaux programmés en 2007-2008.

32Dès le démarrage du programme et des travaux, un système de suivi a été mis en place selon la structure d’information systémique (Figure 1) établie de façon à correspondre à la logique d’intégration multiple prônée par la GIZC qui recouvre à la fois :

  • l’intégration des échelons administratifs (verticale) pour harmoniser les actions locales avec les politiques et planifications régionales, nationales et internationales pour BEACHMED-e qui est conçu à l’échelle méditerranéenne ;

  • l’intégration intersectorielle (horizontale) pour tenir compte des interactions entre activités et/ou usages et faciliter leur cohabitation ;

  • l’intégration des disciplines entre scientifiques (sciences naturelles et humaines) et le développement de proximités entre chercheurs et gestionnaires pour améliorer la gestion de l’information en appui aux décisions ;

  • l’intégration spatiale et temporelle dans le respect de la cohérence globale (non limité à la seule bande côtière) du territoire ;

  • l’intégration des représentations des acteurs et de leurs intérêts par des démarches de concertation avec les parties prenantes et la population.

Conclusion

33L’analyse menée dans cet article confirme l’intérêt et la faisabilité pour les politiques de gestion de l’érosion à s’inscrire dans la logique des principes de la GIZC, c’est à dire du développement durable. La présentation du projet de Villeneuve-lès-Maguelone à l’échelle d’une partie d’une cellule sédimentaire et d’une commune littorale illustre les modalités pratiques d’application de la GIZC au processus d’érosion côtière et aux politiques de prise en compte de l’érosion. Il montre l’intérêt conjoint qu’il y a à raisonner à la fois à l’échelle de la cellule sédimentaire, à celle du territoire qui lui correspond et à celle beaucoup plus fine des sous secteurs de façon à tenir compte des particularismes et adapter les scénarios à la diversité des enjeux et des espaces. On retrouve donc pour un site donné la conjonction de pratiques locales et/ou de préconisations sectorielles, associées dans le cadre d’une approche fédérative tenant compte des interactions.

34Soulignons enfin que la gestion durable du cordon littoral doit non seulement intégrer les principes de la GIZC, mais qu’elle doit être pensée différemment avec une posture plus effacée, conduisant à renforcer les choix en faveur des options de non intervention ou de retrait. Non seulement il convient de souscrire à l’idée déterminante de modularité des réponses en fonction des aléas et des enjeux qui caractérise les PPR, mais il convient aussi de revoir les représentations que l’on peut avoir des enjeux présents. Les analyses historiques sur le long terme de certains risques, témoignent de la relativité dans le temps des diagnostics quant aux causes de ces processus et des enjeux et dommages subis. De même, dans une vision plutôt prospectiviste, Dupuy (2005) met en débat le concept de catastrophe naturelle et insiste sur le fait que c’est la vulnérabilité sociale qui transforme un événement en catastrophe et pose la question des frontières de l’action humaine. La prise en compte de cette relativité est d’autant plus importante que les perspectives de changement climatique pourraient sensiblement accentuer les tempêtes et par là, les risques d’érosion, mais aussi de submersion marine, phénomène moins étudié mais auquel il est indispensable qu’à terme les politiques de gestion intégrée de l’érosion puissent aussi s’appliquer.

Les auteurs remercient vivement Catherine Meur-Férec pour ses remarques pertinentes et constructives.

Biographie

35Hélène Rey-Valette est Maître de Conférences en sciences économiques à l’Université de Montpellier 1. Spécialiste de la Gestion Intégrée des Zones Côtières (GIZC), elle possède une solide expérience de travail pluridisciplinaire et de recherche action avec les acteurs. Elle fait partie du conseil scientifique du programme LITEAU du Ministère de l’Écologie et du Développement Durable (MEDD) et a animé l’Action de Recherche Thématique (ART) en sciences sociales du Programme National Environnement Côtier (PNEC). Elle collabore depuis 2006 au projet INTERREG III-C Sud BEACHMED-e. Dans le cadre de deux sous mesures centrées sur la GIZC, elle participe à un projet de recherche pour le Département de l’Hérault visant à évaluer la politique de gestion de l’érosion et des inondations côtières en Languedoc-Roussillon. Il s’agit d’évaluer en quoi les politiques menées répondent ou non aux principes de la GIZC et de fournir un guide et des indicateurs pour faciliter l’application de ces principes à la gestion de l’érosion et des submersions marines.

36Philippe Carbonnel est Ingénieur principal, chef du Service Travaux d'aménagements portuaires et Protection du littoral au Conseil Général de l’Hérault (CG34). Au sein d’un Pôle économique, il s’occupe à la fois d’aménagement du territoire, à travers des opérations d’équipements portuaires ou côtiers, et de protection et mise en valeur du littoral héraultais, qui est un des plus attaqués sur la façade méditerranéenne française. Océanologue de formation, son parcours professionnel l’a conduit à intégrer certains bureaux d’études renommés avant d’intervenir depuis bientôt 15 ans dans cette collectivité territoriale en pointe sur ces questions de gestion intégrée côtière. Le Département de l’Hérault est par exemple à l’initiative des programmes de coopération européenne www.beachmed.it qui est à ce jour un des plus importants projets littoraux développés au niveau européen. En tant qu’acteur institutionnel, son rôle est de fédérer et de coordonner les énergies des « sachants » pour permettre aux projets littoraux jugés porteurs d’émerger dans de bonnes conditions, et d’orienter les recherches et les actions vers des questions concrètes que se posent aujourd’hui les gestionnaires de ces espaces sensibles, aux intérêts multiples.

37Sébastien Roussel est Attaché Temporaire d’Enseignement et de Recherche (ATER) à l’Université de Montpellier 3 Paul Valéry et doctorant en sciences économiques à l’Université de Montpellier 1. Sa thèse porte sur l’étude de l’efficacité des démarches de Gestion Intégrée des Zones Côtières (GIZC). Il effectue sa thèse au sein du laboratoire de recherche LAMETA à l’Université de Montpellier 1 et du programme de recherche SYSCOLAG (SYStèmes COtiers et LAGunaires) Région Languedoc-Roussillon / IFREMER (2002-2006) sous la direction de Jean-Marie Boisson et Hélène Rey-Valette. Il collabore depuis 2006 au projet INTERREG III-C Sud BEACHMED-e (2005-2008). Dans le cadre de deux sous mesures centrées sur la GIZC, il participe à un projet de recherche pour le Département de l’Hérault visant à évaluer la politique de gestion de l’érosion et des inondations côtières en Languedoc-Roussillon. Il s’agit d’évaluer en quoi les politiques menées répondent ou non aux principes de la GIZC et de fournir un guide et des indicateurs pour faciliter l’application de ces principes à la gestion de l’érosion et des submersions marines.

38Alexandre Richard est actuellement chargé par le Département de l’Hérault du suivi des dossiers de protection et de mise en valeur du littoral. Il assure également la coordination technique et scientifique du projet INTERREG III-C Sud BEACHMED-e (2005-2008). Issu du Master 2 pluridisciplinaire Gestion des Littoraux et des Mers des Universités de Montpellier I, II et III, il participe notamment à l’élaboration d’un d’outil d’aide à la décision pour la gestion du littoral de l’Hérault sous la forme d’un observatoire. Par ailleurs, il est le Président de l’association LigaMed qui cherche à promouvoir une identité méditerranéenne à travers la Gestion Intégrée des Littoraux et des Mers.

Haut de page

Bibliographie

Brown I., Jude S., Koukoiulas S., Nicholls R., Dickson M., Walkden M., 2006. Dynamic simulation and visualisation of coastal erosion. Computers, Environment and Urban system, sous presse.

Commission Environnement Littoral (CEL), 2002. Pour une approche intégrée de gestion des zones côtières. Initiatives locales, stratégie nationale. Ministère de l’Écologie et du Développement Durable (MEDD) / DATAR / IFREMER, Rapport au gouvernement, Paris, 82 p.

Corlay, J.P., 1999. L’homme et le littoral. Quel développement durable ? Le journal du CNRS, Sept 1999 : 12-14.

Délégation à l’Aménagement du Territoire et à l’Action Régionale (DATAR), 2004. Construire ensemble un développement équilibré du littoral. La Documentation Française, 155 p.

Délégation Interministérielle à l’Aménagement et à la Compétitivité des Territoires (DIACT) et Secrétariat Général de la Mer (SGMer), 2006. Rapport français d’application de la Recommandation du parlement européen et du Conseil du 30 mai 2002 relative à la mise en œuvre d’une stratégie de gestion intégrée des zones côtières en Europe, 87 p.

Direction Régionale de l’Environnement du Languedoc-Roussillon (DIREN LR), CETE Méditerranée et CERTU 2005. Définition d’une méthode pour l’évaluation des SCoTs au regard des principes du développement durable et construction d’indicateurs environnementaux. Application au cas de l’agglomération de Montpellier, 156 p.

Dupuy J.P., 2005. Existe-t-il encore des catastrophes naturelles ? In Les catastrophes naturelles. Responsabilité et Environnement Annales des Mines. Troly G. Ed. Sci., 40, Octobre 2005, pp. 111-117.

EID et SMNLR, 2005. Guide technique n°9. Connaissance et gestion de l’érosion du littoral. Secrétariat technique du SDAGE Bassin Rhône-Méditerranée-Corse (RMC). Mars 2005, 54 p.

EUROSION, 2004. Vivre avec l’érosion côtière en Europe. Espaces et sédiments pour un développement durable. Conclusion de l’étude EUROSION. Commission Européenne (CE), 38 p.

Fourrier A., 2005. Évaluation des méthodologies et des conditions d’une gouvernance efficace en matière de récupération de la bande côtière. Mémoire de Master 2 « Gestion des Littoraux et des Mers », Université de Montpellier 3. 125 p + Document annexe : 159 p.

Frayssinet D., 2001. Le littoral un concept à géométrie variable. Groupement de la Statistique Publique en Région Languedoc-Roussillon.Dossier Littoral, pp.1-9.

Hansom J.D., Lees G., McGlashan D.J., John S., 2004. Shoreline Management Plans and coastal Cells in Scotland. Coastal Management, 32, pp. 227-242.

Institut Français de l’Environnement (IFEN), 2006. Risques : Fiche indicateur : érosion côtière sur le littoral métropolitain. Observatoire du Littoral, 5 p.

Laganier R., Villalba B. et Zuindeau B., 2002. Le développement durable face au territoire : éléments pour une recherche pluridisciplinaire. Développement Durables & Territoires, Dossier 1 : Approches territoriales du développement durable, 26 p. [En ligne : http://developpementdurable.revues.org]

Lamberti A., Zanuttigh B., 2005. An integrated approach to beach management in Lido di Dante, Italy. Estuarine Coastal and Shelf Science, 62, pp. 441-451.

Meur-Férec C., Beaurain C., Deboudt P., Deldrève V., Flanquart H., Hellequin A.P., Herbert V., Longuépée J., Morel V., Torres E., 2002. La vulnérabilité des territoires côtiers, approche méthodologique, synthèse du programme de recherche PNEC, 7 p.

Mission Interministérielle d’Aménagement de la Région Languedoc-Roussillon (MIAL-LR), 2003. Orientations stratégiques pour la gestion de l’érosion en Languedoc-Roussillon. 24 p. + cartes.

Myatt L.B., Scrimshaw M.D., Lester J.N., 2003. Public perceptions and attitude towards a forthcoming managed realignment scheme: Freiston Shore, Lincolnshire, UK., Ocean & Coastal management 46, pp. 565-582.

PAM/PNUE, 2006. Rapport de la deuxième réunion du groupe de travail d’experts désigné par les parties contractantes sur le projet de protocole relatif à la gestion intégrée des zones côtières. Réunion de Loutraki (Grèce) 6-9 Septembre 2006, 19 p. + annexes

PNUE/PAM/PAP, 2001. Principes de meilleures pratiques pour la gestion intégrée des zones côtières en Méditerranée. Split, Programme d’Actions Prioritaires, 55 p.

Polomé P., Marzetti S., van der Veen A., 2005. Economic and social demand for coastal protection. Costal Engineering, 52, pp. 819-840.

Rey-Valette H., et Roussel S., 2006. L’évaluation des dimensions territoriale et institutionnelle du développement durable : le cas des politiques de Gestion Intégrée des Zones Côtières (GIZC), Développement Durable et territoire, Dossier 8 : Méthodologies et pratiques territoriales de l’évaluation en matière de développement durable. [En ligne : http://developpementdurable.revues.org]

Rey-Valette, H., Mazouni N, Bodiguel C. et Mathé S., 2006. Les contraintes de séquençage et de conditionnalité sectorielles dans la mise en œuvre de la GIZC : l’exemple de la pêche et de l’aquaculture en Méditerranée. Communication au Workshop International « Gestion intégrée des zones côtières. Problèmes et perspectives ». 11-13 Décembre 2006, Alger, 10 p.

Richard A., 2005. Gestion intégrée des Zones Côtières. Réalisation d’outils informatiques pour la gestion du littoral. Mémoire de Master 2 « Gestion des Littoraux et des Mers », Université de Montpellier 3. 122 p.

UE, 2002. « Recommandation du Parlement européen et du Conseil du 30 mai 2002 relative à la mise en œuvre d’une stratégie de gestion intégrée des zones côtières en Europe », Journal Officiel des Communautés Européennes, L 148/24, 6.06.2002, 4 p.

UE, 1999. Vers une stratégie européenne d’Aménagement Intégré des Zones Côtières (AIZC). Principes généraux et options politiques. Document de réflexion. 28 p. + Annexes.

UICN, (2004). La conservation du littoral. Eléments de stratégie politique et outils réglementaires. Shine C. et Lefebvre C. Eds. Sci. UICN Ed. Paris, 112 p.

UNESCO/Commission Océanographique Intergouvernementale (COI), 2001. Des outils et des hommes pour une Gestion Intégrée des Zones Côtières (GIZC). Guide méthodologique. Vol II. Coll. Manuels et Guides n°42, 64 p.

Van de Graaf H. et Grin J., 1999. Policy instruments, pratiques réfléchies et apprentissage. Implications pour la gouvernabilité à long terme et la démocratie. In Gestion négociée des territoires et des politiques publiques. L’Harmattan Ed. Coll. Espaces et sociétés, pp. 63-89. Image7

Haut de page

Notes

1  “BEACHMED-evolution”, site internet : http://www.beachmed.it/

2 (1) Il est naturel que le littoral bouge et il est illusoire de le fixer partout ; (2) le littoral est un système global et les réponses à l’érosion ne peuvent être apportées durablement qu’à l’échelle minimale de la cellule sédimentaire ; (3) il est indispensable de respecter et de restaurer un espace de liberté pour le littoral ; (4) le recul stratégique doit être favorisé car il est la réponse la plus durable ; (5) le recul stratégique et la restauration du fonctionnement naturel sont les seuls modes de gestion envisageables pour les secteurs à dominante naturelle ; (6) la modification du transit doit être réservée aux secteurs à forts enjeux ; (7) la protection des cordons dunaires existants est essentielle ; (8) les plages et les ouvrages de protection nécessitent un entretien et un suivi qui doivent être pris en compte dès la mise en place du mode de gestion ; (9) la surveillance et le suivi du littoral doivent être renforcés et généralisés ; (10) des études de compréhension et de modélisation du fonctionnement global doivent être lancées.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Évolution des référentiels et contexte d’émergence de la GIZC
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/2529/img-1.png
Fichier image/png, 59k
Titre Tableau 2. Typologie des politiques de lutte contre l’érosion côtière
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/2529/img-2.png
Fichier image/png, 51k
Titre Figure 1. Présentation systémique des facteurs à prendre en compte pour une gestion de l’érosion en termes de GIZC. (Source : Richard, 2005)
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/2529/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Tableau 3. Analyse des conditions de concertation lors des études des processus d’érosion dans l’Hérault
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/2529/img-4.png
Fichier image/png, 51k
Titre Figure 2. Évaluation de l’information utilisée par les études sur l’érosion
Légende  Richard, 2005
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/2529/img-5.png
Fichier image/png, 150k
Titre Figure 3. Présentation des réalisations du projet (photomontage).
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/2529/img-6.png
Fichier image/png, 420k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Rey-Valette, Philippe Carbonnel, Sébastien Roussel et Alexandre Richard, « L’apport de la gestion intégrée des zones côtières (GIZC) à la gestion de l’érosion côtière : intérêt et exemple en Méditerranée française », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Volume 7 Numéro 3 | décembre 2006, mis en ligne le 21 décembre 2006, consulté le 22 juin 2017. URL : http://vertigo.revues.org/2529 ; DOI : 10.4000/vertigo.2529

Haut de page

Auteurs

Hélène Rey-Valette

LASER-CEP - Faculté des Sciences Economiques, Avenue de la Mer - Site de Richter, CS 79706 - 34960 Montpellier cedex 2 – France, helene.rey-valette@univ-montp1.fr

Articles du même auteur

Philippe Carbonnel

Conseil général de l'Hérault - Pôle Développement et Emploi, Direction du Développement littoral et maritime,1000 rue d'Alco 34087 Montpellier cedex 4 – France, pcarbonnel@cg34.fr

Sébastien Roussel

LAMETA - Faculté des Sciences Économiques, Avenue de la Mer - Site de Richter, CS 79706 - 34960 Montpellier cedex 2 – France, roussel@lameta.univ-montp1.fr

Alexandre Richard

Conseil général de l'Hérault - Pôle Développement et Emploi, Direction du Développement littoral et maritime,1000 rue d'Alco 34087 Montpellier cedex 4 – France, arichard@cg34.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page