Navigation – Plan du site
Dossier : L'Afrique face au développement durable

Sud, développement et développement durable : l’apport de l’économie politique

Catherine Figuière

Résumés

Cet article a pour objet de traiter la problématique du développement durable sous l’angle des enjeux pour les pays du Sud. Il tente de proposer une lecture en économie politique de l’avènement du développement durable version Brundtland. L’objectif est de montrer en quoi cette version, parce qu’elle ne nécessite pas de changement paradigmatique, ne permet pas un renouvellement de la problématique du développement. Alors que des propositions comme l’écodéveloppement, formulées au cours des années 70 auraient pu permettre une internalisation de la contrainte environnementale dans des projets motivés centralement par la satisfaction des besoins, la définition retenue sur la base du Rapport Brundtland et validé par le cadre onusien, choisit de ne pas hiérarchiser les trois pôles et donc implicitement de ne pas remettre en cause la centralité des objectifs économiques. Ainsi, le « Paradigme de Rio » constituant un prolongement thématique du « Consensus de Washington », le développement durable ne vient que complexifier la problématique du développement des pays du Sud en le rendant plus coûteux.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  La références aux bons sentiments en matière de développement durable est devenue récurrente, Brun (...)

1Alors qu’il s’annonçait comme le projet des « bons sentiments »1, le développement durable menace aujourd’hui de devenir une « chimère malfaisante » (Godard, 2004). S’il a pu être perçu pendant une courte décennie, comme un moyen du développement, les actions menées en son nom sont en effet parfois taxées aujourd’hui « d’ingérence écologique » (Rossi, 2000). En un quart de siècle, le développement durable s’est certes imposé mais les critiques à son encontre se sont développées.

2Cette distance entre les intentions et les réalisations peut assez naturellement s’expliquer par l’ampleur des ambitions fixées par le rapport Brundtland : « Le développement soutenable (sustainable) est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs. Deux concepts sont inhérents à cette notion : 1) le concept de « besoins », et plus particulièrement des besoins essentiels des plus démunis, à qui il convient d’accorder la plus grande priorité, et 2) l’idée de limitation que l’état de nos techniques et de notre organisation sociale imposent à la capacité de l’environnement à répondre aux besoins actuels et à venir » (CMED, p51).

  • 2  Gauchon et Tellene (2005, p1). Ces derniers précisent par ailleurs que cette définition amène « à (...)

3Cette distance peut également trouver des explications dans la dilution progressive des priorités qui rend aujourd’hui l’opérationnalité du projet incertaine. Dans la formulation « officielle »2 par exemple, les objectifs inhérents à la sphère sociale (besoins) précèdent clairement les contraintes environnementales. En d’autres termes, les enjeux de développement sont premiers. Pourtant, force est de constater que les acceptions ultérieures du développement durable vont s’avérer peu fidèles à l’intention affichée et « dans les faits, le développement durable se résume de plus en plus au respect de l’environnement » (Brunel, 2005b, p17).

4Si cette distance rappelle l’effectivité relative des actions en faveur du développement durable, elle ne réduit pourtant pas l’actualité de la visée « politique » du rapport Brundtland. Car comme le note I. Sachs, «le rapport Brundtland n’a rien apporté sur le plan conceptuel, mais il a énormément compté sur le plan politique. » (2002, p7). Le prologue du Rapport Brundtland, signé par Gagnon et Mead, situe d’ailleurs explicitement cette ambition politique dans une double logique d’identification des problèmes et de proposition de solutions globales. La Commission « a clairement identifié les problèmes environnementaux les plus importants » (p XIII) et elle « propose des mesures permettant de solutionner les problèmes à l’échelle mondiale » (p XIV). Le décalage entre les intentions et les réalisations masque donc un écart beaucoup plus significatif pour l’économiste : l’écart entre quelques succès -Kyoto- et des échecs massifs -la situation économique et sociale des pays du Sud.

5Le constat de ce décalage constitue la motivation première des interrogations développées dans ce texte. L’objectif est donc de progresser dans la compréhension des enjeux de l’avènement du développement durable pour les pays du Sud. En d’autres termes, cet avènement peut-il constituer une opportunité nouvelle pour les nations qui ne sont pas parvenues à se développer ? L’analyse vise à montrer que, dans la mesure où le projet initié par le rapport Brundtland ne s’accompagne pas d’un changement de paradigme, le développement durable n’entraîne pas les modifications indispensables à l‘impulsion d’un développement et , a fortiori, d’un développement durable.

6Après avoir précisé, dans un premier temps, la démarche retenue dans ce papier, qualifiée d’économie politique du développement durable, un second point éclairera les relations sémantiques, conceptuelles et historiques entre trois notions : le développement, l’écodéveloppement et le développement durable. Dans un troisième et dernier point, ce texte montrera enfin en quoi le développement durable dans sa version la plus consensuelle ne constitue pour le Nord qu’une nouvelle façon de « tirer l’échelle » au pays du Sud, en leur fermant la voie qu’ils ont eux-mêmes empruntée pour se développer.

Quelle démarche pour quel développement durable ?

  • 3  Sur ces tentatives en français se reporter notamment à Hatem (1990), Godard (1994) et Vivien (2004 (...)

7La prolifération des publications proposant des typologies des travaux consacrés au développement durable est révélatrice de la grande diversité des postures méthodologiques de ces derniers De manière générale, ces typologies mettent en avant la nécessité pour le chercheur de préciser cette posture, en amont de toute amorce de réflexion3.

8L’objectif poursuivi ici amène à proposer une démarche en économie politique, que l’on peut définir par la préférence donnée à deux angles d’attaque :

    • 4  Se référer notamment à C. Giorgetti, NYU environnemental law journal (1999) http://www.law.nyu.edu (...)

    l’analyse des stratégies d’acteurs, et en particulier les stratégies des Etats-Nations, des institutions internationales ou des ONG –y compris des « ONG, ou coalition, d’entreprises4». Ces acteurs interviennent en effet à la fois dans les choix entre projets concurrents, mais également dans celui des modalités pratiques au moment du passage à la mise en œuvre.

  • l’analyse des interactions entre les sphères politiques et économiques, essentielles à la compréhension des compromis adoptés. La définition de l’Economie Politique Internationale (EPI) formulée par G. Kébabdjian (1999, p8) permet de progresser dans la détermination d’une démarche en économie politique. En effet, l’EPI « cherche à analyser la sphère des relations économiques internationales, centrées sur les phénomènes de richesse (production et circulation de la « richesse des nations ») en prenant en compte les articulations avec la sphère du politique, centrée sur les phénomènes de pouvoir. » Cette façon de raisonner sera ici transposée à des domaines qui ne sont pas nécessairement « internationaux ».

  • 5  L’anthropologie réside dans l’étude de la dimension sociale de l’homme. L’anthropocentrisme est un (...)
  • 6  A ceux qui prétendent « qu’il faut « être deep » ou ne pas être, car si on ne prend pas une positi (...)

9Cette orientation d’« économie politique du développement durable » n’est pas sans implications analytiques fortes. Premièrement, elle entraîne un certain rapport à l’économie. Le détour par les stratégies d’acteurs tant sur le plan de la production de richesse que sur celui du pouvoir, invite en effet à une approche économique qui, par essence, se préoccupe des activités des hommes en vue de satisfaire leurs besoins, avant de lire les impacts de ces activités sur l’environnement5. Cette posture n’est pas incompatible avec une vision « forte » de la soutenabilité dans la mesure où elle reconnaît une forte spécificité au « capital » naturel, auquel le capital n’est que très partiellement substituable6. La démarche en économie politique proposée ici s’inscrit, en fait, dans une approche plus anthropocentrée, dans laquelle « le souci de préserver les ressources naturelles est justifié par l’utilité qu’elles présentent pour l’homme (…). Le développement durable se définira donc en référence au maintien ou à l’augmentation du bien-être humain. » (Hatem, 1990, p103) à la différence d’une démarche strictement écocentrée dans laquelle « la vie est supposée avoir une valeur en elle-même ; le fondement du droit à l’existence d’une vie des non-humains n’est plus utilitariste mais éthique ».

10La deuxième implication analytique de cette démarche en économie politique concerne les trois piliers du développement durable –social, environnemental et économique- et leur positionnement respectif. Dans les typologies mentionnées ci-dessus, si les auteurs ne sont pas forcément d’accord sur les positionnements de tels ou tels travaux, ils ont néanmoins en commun de définir trois catégories en fonction de la priorité affichée pour l’un ou l’autre des piliers du développement durable (Godard [1994], Vivien [2004]). L’» entrée » dans le développement durable retenue ici se fait par le social, mais se préoccupe bien des possibilités de l’articulation entre les trois piliers, sans laquelle il ne saurait être question de développement « durable ». En cela, la démarche rejoint la proposition faite par J.-P. Revéret (2004) : « le développement social et humain est un objectif, l’intégrité écologique, une condition, et le développement économique, un moyen ».

11Une troisième et dernière implication concerne l’analyse territoriale. Dans la mesure où les enjeux de l’application des principes du développement durable aux pays en voie de développement constituent l’objet de l’analyse, il convient en effet de s’interroger à la fois sur le niveau territorial pertinent pour édicter les objectifs du développement durable, mais également sur celui où sont mis en place les moyens de les atteindre. Les travaux portant sur l’ancrage territorial du développement durable peuvent là encore faire l’objet d’une typologie en trois catégories. Les premiers postulent sur « la prééminence du global », les deuxièmes se fondent sur « l’antériorité du régional » (Vivien et Zuindeau, 2001), les troisièmes enfin, travaillant sur la nécessaire articulation des niveaux territoriaux, reconnaissent la nécessité d’un niveau intermédiaire susceptible d’assurer « la rencontre des logiques ascendante et descendante » (Godard, 2005, p7). L’analyse menée ici s’inscrit directement dans ce cadre, relativement compatible avec une démarche en économie politique soucieuse de la construction des compromis entre acteurs appartenant à des niveaux territoriaux différents.

12Les critères caractéristiques d’une démarche d’économie politique ayant été précisés, il convient désormais d’analyser la signification de la succession des notions concernant le développement des pays du Sud, en prenant soin de distinguer ceux qui ont au moins fait l’objet d’une tentative d’application de ceux qui sont restés à l’état de projets.

Développement, développement durable, écodéveloppement : des notions concurrentes pour des projets différents

13La prise de conscience de la finitude du monde remonte au tout début des années 1970 avec la publication notamment du premier Rapport Meadows. Le terme de développement durable apparaît quant à lui dès 1980 dans un rapport de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature. Il n’est cependant médiatisé qu’à partir de la publication du Rapport Brundtland en 1987.

14Les projets proposés durant les années 1970 pointent davantage les contradictions entre les sphères économiques et environnementales. Ils soulignent parfois même l’irréductibilité entre le maintien de la croissance économique et la préservation des conditions de survie de l’espère humaine sur la terre. Dans ce contexte, et face à la réaction d’un certain nombre de dirigeants politiques (Kissinger suite au Sommet de Coyococ en 1974 en particulier), l’ONU va explicitement demander à Gro Harlem Brundtland de travailler sur des propositions en faveur d’un « consensus » autour du double thème du développement et de l’environnement. Il faut dépasser le conflit entre les deux sphères et les réconcilier. Pour l’initiative onusienne, le développement « durable » doit désormais se présenter comme « englobant » le développement. Le développement durable est censé relever du développement avec une dimension supplémentaire : la prise en compte de l’environnement qui entraîne nécessairement la réflexion sur les générations futures.

15L’analyse des enjeux de l’avènement du développement durable pour les pays du Sud, nécessite de revenir sur le moment précis du « basculement des propositions » en matière de développement durable : le passage « direct » du développement au développement « durable », qui s’est opéré au cours de la décennie 80. Ce passage se fait au détriment du projet d’écodéveloppement, initié au début des années 70 dans le but explicite de trouver une solution à la situation du Tiers Monde.

Développement et environnement : les projets des années 70.

16Les années 70, décennie de la médiatisation de la finitude du monde, ont vu émerger plusieurs projets de développement pour les pays du Sud, tous motivés par la prise en considération de la question environnementale.

17Le projet d’écodéveloppement proposé pour la première fois à Stockholm en 1972 s’articule autour de la nécessité de prendre en considération conjointement cinq dimensions du développement (Sachs, 1994, p54).

  1. La première est la plus importante : elle combine la pertinence sociale et l’équité des solutions proposées puisque la finalité du développement est toujours éthique et sociale.

  2. La seconde concerne la prudence écologique : (…) la survie de l’espèce humaine est en jeu et par conséquent il n’est plus possible d’externaliser les effets environnementaux de nos actions sans s’en préoccuper aucunement.

  3. La troisième dimension vise l’efficacité économique qui n’est qu’instrumentale. (…) Il s’agit de mieux situer l’économie et de mesurer son efficacité à l’aune des critères macrosociaux et non simplement de rentabilité micro-économique.

  4. Une quatrième dimension est d’ordre culturel. Les solutions proposées doivent être culturellement acceptables, ce qui renvoie à l’un des problèmes les plus difficiles pour le « développeur » : celui de proposer le changement dans la continuité culturelle en évitant d’imposer des modèles exogènes mais, en même temps, en refusant de s’enfermer dans le traditionalisme immobile.

  5. Finalement, il y a la dimension de territorialité, la nécessité de rechercher de nouveaux équilibres spatiaux, les mêmes activités humaines ayant des impacts écologiques et sociaux différents selon leur localisation. La planification socio-économique et l’aménagement du territoire doivent être pensés conjointement.

18Si dans sa version initiale, cette « approche opérationnelle », comme la qualifie Sachs lui-même, est motivée par la question du sous-développement, dès 1974 à Coyococ une nouvelle version propose un modèle de développement valable pour tous (Vivien et Zuindeau, 2001, p23).

19Ce projet d’écodéveloppement porté par des personnalités très médiatiques comme Maurice Strong et Ignacy Sachs a eu tendance à faire oublier d’autres projets de même nature conçus au cours de la même décennie. Par exemple, « L’autre développement », proposé dans un rapport sur le développement et la coopération internationale commandé à la Fondation Dag Hammarskjöld pour la 7ème session extraordinaire de l’Assemblée Générale des Nations Unies en 1975, mérite d’être mentionné. D’une part, les « cinq éléments de son cadre conceptuel » sont très proches des cinq principes de l’écodéveloppement, et d’autre part, comme le Rapport Brundtland, il voit le jour dans le cadre onusien.

20« Un autre développement

  1. « est axé tout entier vers la satisfaction des besoins, à commencer par l’élimination de la misère ;

  2. est endogène et « self-reliant », c'est-à-dire en prenant appui sur les forces mêmes des sociétés qui s’y engagent ;

  3. s’harmonise avec l’environnement ;

  4. exige des transformations de structure ;

  5. nécessite une action immédiate possible et nécessaire » (p28-40).

21Cette proposition induit la nécessité d’un « nouvel ordre international » remettant en cause notamment la validité d’un modèle unique de développement valable pour tous à tout moment de l’histoire. Centré sur la satisfaction des besoins en harmonie avec l’environnement, il n’a pas retenu l’attention alors qu’il avait pourtant pour caisse de résonnance l’Assemblée Générale des Nations Unies.

22Il est à souligner que cette tradition ne s’est pas pour autant éteinte malgré la focalisation sur le « développement durable » qui caractérise les décennies suivantes. Les travaux initiés par Juan Martinez-Allier à partir des années 80 constituent en particulier une critique à la fois du développement durable qui permet de « recommander les programmes d’ajustement écologiques » à travers une « sorte de FMI écologique » (1992, p1), mais également du paradigme à la base de l’ordre international en vigueur à travers le concept d’échange écologiquement inégal (2001).

  • 7  La distinction entre pensée dominante et pensée critique faite dans le champ du développement dura (...)

23Les projets « d’écodéveloppement » et « d’un autre développement » se situent dans la lignée des approches critiques en matière de développement7. Ils convergent sur la reconnaissance de la spécificité de la situation des pays en développement. C’est au contraire un projet porteur d’un modèle universel pour le Nord et le Sud qui va être retenu au cours de la décennie 80 avec l’avènement du « développement durable ».

Le développement durable version Brundtland : un projet pour tous

24« L’avènement du développement durable » résulte donc de l’éviction des projets de développement durable pour le Sud. Il n’y a cependant pas consensus sur les raisons de cet « avènement » au cours des années 80-90. Les deux propositions suivantes situent l’éventail des hypothèses avancées. La première explication, qualifiée d’endogène, est constitutive de la définition même du développement durable. La seconde, qui cherche ses arguments dans des évènements non constitutifs de cette définition, est quant à elle qualifiée d’exogène.

25La lecture endogène du processus mobilise, pour expliquer « les origines historiques et institutionnelles du développement durable », des arguments issus du thème des prises de conscience dans le domaine de l’environnement. Cette vision est proposée notamment par l’IRD (Institut de Recherche sur le Développement) (Martin, 2002). Dans ce cadre, « la montée en puissance du développement durable à partir des années 1980 » est caractérisée par une énumération de phénomènes allant de la « reconnaissance institutionnelle de pollutions qualifiées de globales », aux diverses catastrophes majeures du type Tchernobyl, en passant par les risques d’épuisement des ressources naturelles non renouvelables (pp56-57). Les motivations de l’ajout du thème environnemental au questionnement sur le développement se situent exclusivement dans la sphère environnementale. Cette lecture intronise « la » nécessité d’une « durabilité » sans pour autant se positionner ni par rapport au développement ni par rapport à la concurrence entre les différents projets de développement durable.

26D’autres auteurs, comme Sylvie Brunel – géographe du développement -, proposent une lecture totalement exogène de l’émergence du développement durable comme successeur du développement. Ils mobilisent des facteurs explicatifs situés dans la sphère politique.

« Le développement est un produit de la guerre froide. (…) Il s’agit d’empêcher les pays pauvres de basculer dans le camp du communisme (…) par le biais de l’aide économique aux nations (qualifiées alors) de « sous-développées ». (…) (Ce développement) sous-tend aussi que les pays pauvres doivent forcément connaître un cheminement identique à celui des pays riches, qui les conduise de la pauvreté à l’entrée dans une société de consommation ». (…) (Brunel, 2004, p26-27) « Si le concept de développement durable est apparu précocement au sein des institutions internationales, il n’a pas réussi à s’imposer immédiatement, parce que le contexte économique et géopolitique n’était pas propice. L’évolution de la donne internationale au tournant des années 1990 va, au contraire, lui permettre de s’installer. » (Brunel, 2004, p 35) (…) « l’aide publique au développement s’effondre avec la disparition du mur de Berlin en 1989 (…). Jusque là allouée pour des motifs stratégiques et géopolitiques par les grandes puissances (…) elle perd dès lors son utilité ». (Brunel, 2004 p19)

  • 8  La définition du paradigme retenue ici fédère des apports de Kuhn et d’Heidegger. Chez le premier (...)
  • 9  Cette lecture de l’avènement du développement durable permet de rajouter un élément à la liste pro (...)

27Cette lecture exogène met en avant la volonté politique qui émanent des pays du Nord : le thème du développement durable est interprété comme une tentative d’évincer les approches « développementistes » fondées sur une reconnaissance des spécificités des pays du Sud. Radicale, cette approche a néanmoins l’avantage de souligner la nécessité de resituer l’apparition d’une notion, ou concept, dans le contexte de la dynamique des relations de pouvoir existant entre les Etats-nations, et des capacités d’influence de ces derniers au sein des institutions internationales. Le choix de ces institutions en faveur de la définition du développement durable issue du Rapport Brundtland, au détriment de l’écodéveloppement d’I. Sachs, est révélateur d’une motivation spécifique : le contenu du « nouvel outil » doit être consensuel, « politiquement correct », c’est à dire compatible avec le paradigme8 en vigueur au sein d’autres grandes institutions internationales comme le FMI et la Banque Mondiale9.

28En définitive, l’explication de l’évincement des projets comme l’écodéveloppement au profit du développement durable version Brundtland relève donc d’une opposition polaire entre une analyse en termes de « dommages environnementaux majeurs » [sans politique] et une analyse en termes de « stratégies politiques » [sans environnement].

29Pour Olivier Godard, l’explication est plus médiane : elle se trouve plutôt dans les caractéristiques mêmes du Rapport Brundtland. Le projet d’écodéveloppement des années 1970 apparaît comme susceptible de conjuguer les impératifs du développement avec une prise en compte des « nouveaux » impératifs liés aux contraintes environnementales. Pourtant « ce projet (l’écodéveloppement) ne s’est pas réalisé. Politiquement, il a été écarté à la fin des années soixante-dix par l’appareil onusien car son contenu politique dérangeait les gouvernements occidentaux et en particulier la première puissance mondiale. C’est alors que vint le développement-durable. Moins précis et moins radical, dans son contenu explicite, plus œcuménique, le développement-durable a été adopté à la fin des années quatre-vingt (..). » (Godard, 2005, p18).

  • 10  L’absence de consensus sur la relation entre changement paradigmatique et développement durable es (...)

30Plus précisément, Godard (1998, p227) souligne que « l’approche néo-classique est davantage congruente (que l’écodéveloppement) à un monde dans lequel le marché représente, aux yeux de tous les acteurs, la figure centrale de la coordination économique et où, concrètement, les grands groupes industriels et les milieux financiers privés sont les acteurs leaders du développement international ». Selon lui, la version Brundtland du développement durable permet d’internaliser la contrainte environnementale sans pour autant remettre en cause le paradigme10 économique en vigueur.

31Cette lecture n’est pas marginale. Mathias Lefèvre, par exemple, (2004,) sous une formulation beaucoup plus tranchée, estime que le développement durable (dans sa version Brundtland entérinée par Rio et Johannesburg, et surtout Kyoto) ne nécessite « surtout pas » de changement de paradigme. Son analyse porte en effet sur les pratiques d’une catégorie d’acteurs dont le pouvoir est croissant dans la phase actuelle de l’histoire du capitalisme : les firmes multinationales (FMN). Analysant leurs agissements en matière de gestion du risque climatique, il qualifie ce dernier de « lieu d’une bataille plus large, entre firmes et éléments contestataires de la société, où l’enjeu devient alors la transformation des structures sociales existantes » (p1). La proacitivité de certaines FMN, issues notamment du secteur énergétique, constitue, selon Lefèvre, le signe d’une volonté de favoriser « un processus de réforme « par le haut » et par concessions, qui vise à préserver les aspects essentiels des structures sociales » (p11). Par suite, l’édification de règlementations autour du protocole de Kyoto est « une forme de compromis symbolique avec des Etats, des agences intergouvernementales et des ONG environnementales. (…) Les solutions validées, qui entretiennent l’illusion qu’un capitalisme « vert » serait possible, privilégient des valeurs, des croyances et une représentation du monde et des relations homme/nature déjà bien ancrées, consubstantielles à l’imaginaire social capitaliste ». Lefèvre conclue au non-changement de paradigme dans le registre des négociations climatiques, domaine qui constitue l’exemple le plus avancé de l’application du développement durable « onusien ».

32Cette position médiane est pertinente pour comprendre le positionnement des pays en voie de développement. Considérer que le développement durable conforte un maintien du paradigme en vigueur signifie qu’il n’est pas porteur de nouvelles opportunités de développement. Plus particulièrement, une approche du développement durable qui n’opère aucune hiérarchie entre les trois pôles laisse de fait le pôle économique dominer les deux autres.

33Le développement durable version Brundtland s’impose donc à partir des années 90 comme un projet pour tous, susceptible d’internaliser les contraintes environnementales sans remettre en cause la centralité de l’économie de marché néo-libérale.

Le développement durable : un projet nouveau, un paradigme identique

34Sans changement paradigmatique, l’écodéveloppement s’avère donc moins adéquat que le développement durable version Brundtland pour internaliser la contrainte environnementale. En d’autres termes, l’application de l’écodéveloppement aurait supposé un changement paradigmatique impliquant une révision de la place de l’économie dans la société et une minoration du rôle du marché dans l’économie afin de progresser dans la satisfaction des besoins dans un plus grand respect de l’environnement.

  • 11  « Popularisé par le rapport Brundtland, le concept de développement durable s’est propagé et souve (...)

35On peut dès lors tenter de prolonger l’interprétation : cette acception du développement durable s’est imposée face à l’écodéveloppement – voire au développement11 - parce qu’il existait, d’abord, une volonté politique suffisamment puissante en faveur de la protection du paradigme en vigueur.

  • 12  Boidin (2004) souligne que « Les différentes dimensions tendent actuellement à être considérées co (...)

36Cette imposition a pour conséquence fondamentale de fermer le débat sur la hiérarchie des préoccupations en matière de développement durable. Les projets des années 70 insistaient sur la faisabilité d’un développement durable, en particulier dans les pays du Sud, liée à une hiérarchisation et une articulation entre les pôles12. Ce besoin de hiérarchisation résulte en fait de questions assez pragmatiques dans l’action économique :

  • Dans quelle sphère se situent les objectifs et comment sont-ils hiérarchisés ?

  • Dans quelle sphère se situent les contraintes ?

  • Dans quelle sphère se situent les moyens ?

  • 13  Il semble important de souligner ici la confusion des termes employés par Sachs qui qualifie de dé (...)

37On trouve d’ailleurs un écho à ce triple questionnement dans les travaux récents d’I. Sachs (2002, p7). « le concept d’écodéveloppement implique une hiérarchie des objectifs : d’abord le social, ensuite l’environnement, et enfin seulement la recherche de la viabilité économique, sans laquelle rien n’est possible. La croissance ne doit pas devenir un but premier mais rester un instrument au service de la solidarité entre les générations, présentes et celles à venir ». Il est à noter que la réalisation de ces objectifs aurait supposé un changement de paradigme, « le développement durable, on ne le dira jamais assez n’est pas compatible avec le « fanatisme de marché ». (…) Le développement durable est un concept organisateur, il doit orienter l’ensemble des activités d’un pays. »13

  • 14  Il est à noter que la version en ligne de ce texte se termine sur « une invitation forte à faire d (...)

38La faisabilité d’un authentique développement durable reste fondée sur une hiérarchisation entre les pôles. Cette dernière est consubstantielle d’un changement de paradigme visant le réencastrement de l’économie dans la société. Comme le souligne Berr et Harribey14 (2005, p468), reprenant Polanyi, si « l’Occident n’a pas inventé l’économie. Il aurait (…) inventé le « désencastrement » de l’économie et la domination de cette instance sur les autres sphères sociales ». Cette posture est loin d’être isolée. En 1994, Coméliau soulignait déjà « le caractère très particulier d’un système social, le nôtre, très largement dominé par les préoccupations économiques, ou plutôt par les préoccupations de l’économie de marché ; c’est aussi la nécessité urgente de remettre l’économie à sa place, qui est celle d’un instrument et non d’un objectif » (p66). Cette idée se retrouve aussi chez Gendron et Revéret (2000, p121) qui mentionnent la nécessaire réarticulation, « si bien que ce n’est plus à l’aune de l’efficacité que doivent être jugées les politiques publiques mais bien en regard des objectifs sociaux et environnementaux que doit être mesurée l’efficacité des politiques économiques ».

39Après avoir progressé dans l’analyse des facteurs ayant favorisé l’avènement d’un projet de développement durable pour tous, il reste à préciser les enjeux de ce projet pour les pays du Sud.

Le Nord, champion dans l’art de « tirer l’échelle » ?

40Pour les pays du Sud, la question permanente reste toujours celle du développement. Sur un plan sémantique, l’expression développement durable offre un premier dépassement qui peut, au moins de prime abord, s’avérer redoutable. « Dans l’expression développement « durable », la durabilité semble n’être qu’un qualificatif accroché à un substantif qui a fait, et fait toujours l’objet d’une abondante littérature en sciences sociales. Or, étonnamment, la notion de « développement durable » s’est propagée de façon autonome, sans que l’arrimage avec le substantif soit toujours fait. Il semble exister un ancrage plus fort avec le monde de l’environnement qu’avec celui du développement » (Gendron et Revéret, 2000, p114).

41Ce caractère substantif de la durabilité du développement mérite d’être interrogé. Dans un premier temps, il importe de montrer l’influence de la rhétorique internationaliste qui tisse une parenté entre le développement durable incarné par le « paradigme de Rio » et le développement prôné par le consensus de Washington. Dans un second temps, il s’agit de situer quelques enjeux de la promotion des « bonnes gouvernances » dans les pays en développement.

Le paradigme de Rio, élargissement « durable » du consensus de Washington

42Le consensus de Washington (Williamson, 1990), pilier des grandes actions internationales en faveur du développement, au moins au cours des deux dernières décennies du siècle dernier, peut se résumer par un slogan à l’intention des nations du Sud : « ouvrez-vous, libéralisez votre économie, laissez faire le marché et vous vous développerez ». En d’autres termes, la libéralisation de l’économie doit susciter de la croissance qui, à son tour, entraîne « spontanément » du développement. Toutes les préconisations en matière de « bonne gouvernance » découlent de ce postulat dont les fondements s’avèrent au moins aussi idéologiques que théoriques (Hibou [1998], Berr et Combarnous [2004]).

43Le « paradigme de Rio » constitue un prolongement thématique direct de ce postulat. « La Conférence de Rio est en phase avec le « consensus de Washington » (…). La doctrine du développement extraverti est alors élargie à la protection de l’environnement et à la promotion du développement soutenable par le commerce international et la libéralisation des échanges. » (Damian & Graz, 2001, p22). En effet, ce paradigme introduit un enchaînement vertueux : la libéralisation des échanges permet une augmentation de revenu qui entraîne une protection accrue de l’environnement et donc la réalisation du projet de développement soutenable (Grossman et Krueger, 1993).

  • 15  Indice synthétique capable de mesurer les impacts d’une société à la fois en termes d’utilisation (...)

44Le paradigme de Rio peut aisément être lu comme la déclinaison « durable » du consensus de Washington : dans la mesure où l’avènement du développement durable ne s’est précisément pas traduit par un changement de paradigme mais bien par une extension du paradigme dominant. La logique mobilisée est identique : le développement durable est présenté comme la suite « spontanée » du développement dans une économie libéralisée, une sorte de sixième étape de Rostow, comme le qualifie notamment Vivien (2004, p2). Cette logique est d’ailleurs imperméable aux résultats des nombreux travaux empiriques, dont ceux d’Aurélien Boutaud (2004) sur la relation entre l’IDH (indice de développement humain) et l’empreinte écologique15, ou ceux de Prescott-Allen sur l’indice de bien-être des nations (2003), qui tous montrent que le « développement » n’est en rien « spontanément » soutenable, bien au contraire. Leurs résultats établissent même une forte corrélation positive entre développement économique et augmentation de l’empreinte écologique.

L’histoire des relations Nord-Sud « repasse les mêmes plats »

  • 16  Cet article sera suivi par la publication d’un ouvrage avec I. Grable en 2004 chez Zed Books, « Re (...)
  • 17  Le terme « institution » est ici compris au sens le plus large qui soit, englobant des pratiques, (...)

45En fait, l’histoire des relations Nord-Sud semble repasser les mêmes plats ; notamment si l’on pousse plus loin l’analyse des relations entre le paradigme de Rio et le consensus de Washington. La contribution de Chang (2003)16, dans son article « La bonne gouvernance à l’épreuve de l’histoire » est particulièrement utile sur ce point. Considérant, de manière générale, que ce Consensus véhicule la nécessité d’une « bonne gouvernance », combinaison des « bonnes politiques économiques » portées par « les bonnes institutions17 , il dresse un constat. Les relations Nord-Sud sont historiquement basées sur un premier « malentendu » : depuis la seconde guerre mondiale, et plus encore depuis l’instauration du consensus de Washington, les PAD (pays aujourd’hui développés) prônent la mise en place d’une « bonne gouvernance » dans les pays en développement - ou pays pauvres- alors que « la plupart des institutions aujourd’hui recommandées aux pays en développement comme faisant partie de la boîte à outils de la bonne gouvernance ont été le résultat, plus que les causes, du développement économique des PAD à ses débuts. » (p78). La voie vers le développement recommandée par les institutions internationales pourvoyeuses de fonds pour les PED, n’est donc clairement pas celle que les pays du Nord ont eux-mêmes suivie pour se développer.

  • 18  The National System of Political Economy, traduction de l’ouvrage allemand de 1841.

46Chang renforce son argumentaire par une image empruntée à F. List (1885)18 « C’est un ingénieux procédé, fort commun, lorsque quelqu’un a atteint le sommet de sa grandeur, qu’il tire l’échelle qui lui a permis de grimper au sommet, afin de priver les autres des moyens de le rattraper. (…) Toute nation qui, sous la protection des droits de douanes et des restrictions à la navigation, a porté sa puissance industrielle et maritime à un tel niveau de développement qu’aucun autre pays ne peut lui faire concurrence, n’a rien de plus sage à faire que de retirer ces échelles vers sa grandeur, de prêcher aux autres nations les avantages du libre-échange et de déclarer sur le ton du repentir qu’elle s’était jusqu’ici égarée, et qu’elle vient de découvrir la vérité. ». Selon Chang, c’est d’ailleurs au cours de son exil aux Etats-Unis dans les années 1820 que List aurait « fait l’éloge des Américains pour ne pas avoir écouté des économistes influents comme Adam Smith ou Jean-Baptiste Say, qui soutenaient que la protection des industries naissantes serait un désastre pour les Etats-Unis, pays riche en ressources » et en période de « rattrapage » (Chang, 2003, p67).

  • 19  Un parallèle mérite d’être fait entre la Chine d’aujourd’hui et le Japon des années 80, tout deux (...)
  • 20  JM Chevallier le 24/01/2006 répond aux questions des auditeurs de France Inter alors qu’un rapport (...)

47Ce constat dressé par Chang offre, par analogie, une capacité interprétative nouvelle aux relations qu’entretiennent le Consensus de Washington et le développement durable. En effet, si les PAD ne se sont pas développés en pratiquant le libéralisme, ils n’ont pas non plus eu pour priorité la préservation de l’environnement, ni au cours des premières phases de leur développement, ni au cours des périodes de croissance qui ont suivi. « L’image de l’échelle tirée » mobilisée par Chang à propos du développement peut donc, de ce point de vue, être transposée au développement durable : alors que les PAD se sont développés en gaspillant les ressources non renouvelables et sans se poser la question de la pollution et des risques sanitaires (et ce jusqu’à une date très récente, pour preuve le problème de l’amiante en France et les procès encore en cours en 2006), les déclarations onusiennes ne manquent pas de souligner la nécessité pour les PED de se développer « de manière plus durable » en économisant les ressources non renouvelables et en évitant les procédés trop polluants. La Chine est ainsi régulièrement montrée du doigt pour son utilisation intensive du charbon19 qui lui permet néanmoins une quasi autosuffisance énergétique, ce qui constitue un avantage non négligeable dans une phase de croissance rapide, comme celle des années 2000. Préconiser à la Chine de ne pas utiliser son charbon pour permettre à son industrie de se développer constitue sans aucun doute une nouvelle façon de « tirer d’échelle » au moment où ce pays emprunte le chemin du rattrapage économique20.

48La lecture proposée par Sylvie Brunel (2004, p36) s’inscrit dans le prolongement direct de cette analyse de Chang, bien que dans une perspective plus fonctionnaliste d’économie politique internationale : « Le Nord déguise ainsi sous des arguments sanitaires et environnementaux des réflexes protectionnistes qui visent surtout, en réalité, à préserver les secteurs industriels menacés par le décollage économique du Sud le plus compétitif ».

49Cette thèse sur l’art de « tirer d’échelle » n’est pas isolée. La thèse de« l’ingérence écologique » défendue par Georges Rossi (2000), va en effet encore plus loin en soulignant ce qu’autorise l’aspect irréversible des problèmes environnementaux. Selon lui, la prise en compte récente des contraintes environnementales dans le développement permet aux pays du Nord de considérer que certains modes d’organisation sociale du Sud sont dangereux pour l’avenir de la planète, donc pour l’avenir du Nord – de l’Occident, selon les termes de Rossi. Cet attendu donne au Nord un véritable droit d’ingérence. Si, au cours de la période précédente, le FMI ou la Banque Mondiale s’arrogeaient ce droit, c’était en cas de crise et sous couvert de programmes d’aide (à « l’ajustement » sur des « bonnes pratiques »). Désormais, l’ingérence écologique n’a, quant à elle, plus besoin d’être justifiée par une situation exceptionnelle à gérer sur une période donnée. Il suffit désormais que certains, parce qu’ils sont à l’origine de la « pensée écologique unique », estiment que les routines ancestrales mises en place ailleurs et par d’autres ne sont pas conformes aux impératifs du développement durable, pour légitimer leur intervention sur l’organisation sociétale en question. Cette intervention va s’avérer, en l’espèce, non exceptionnelle et permanente. « C’est en particulier au nom de l’hypothèse d’un futur réchauffement que l’Occident intervient dans la gestion du couple environnement/développement des pays du Sud » (p43).

50Dans cette optique, l’avènement du développement durable version Brundtland, n’est donc pas en mesure de faire progresser la problématique générale du développement. Elle favorise de plus le maintien d’une partition duale des nations au sein des relations internationales : celles qui édictent des règles valables pour tous, et celles qui doivent les appliquer sans pouvoir participer à leur définition. Il convient en effet de rappeler que « l’expression « développement durable » s‘est imposée à Rio contre la position des PED qui redoutent que ce concept ne soit un instrument dirigé contre leur développement économique » (Brunel, 2005b, p18). Néanmoins, « après avoir protesté, les pays du Sud se sont lancés à leur tour dans une diplomatie « verte », de peur de perdre leur souveraineté et pour avoir accès aux crédits internationaux ». Quelques 15 ans plus tard, force est de constater que leurs craintes n’étaient pas infondées puisque l’Asie constitue la principale destination des MDP (mécanismes de développement propres). Les anticipations de profits à moyen terme dans cette zone sont prometteuses, ces économies étant plus émergentes qu’en voie de développement. L’Afrique, une fois de plus, reste sur le bord de la route. Les entreprises du Nord vont donc bien « faire du développement durable ailleurs », mais dans des pays qui ne sont déjà plus tout à fait « du Sud », ce dernier étant loin d’être homogène bien qu’il ait été traité ici comme tel pour les facilités de l’analyse.

51Pour la seconde fois en un peu plus d’un siècle, les pays du Nord définissent, en définitive, les termes du « bon développement » sur la base de principes qu’ils n’ont pas eux-mêmes pratiqués lors de leur propre développement. Il faut néanmoins souligner une limite à cette analogie historique : l’irréversibilité de la donne environnementale. L’épuisement des ressources non renouvelables, comme l’impact des pollutions diverses, constituent désormais une réalité, il est vrai, incontournable pour tous. Ce qui ne doit pas signifier pout autant que les objectifs sont les mêmes pour tous, car, comme le souligne notamment Boidin (2004, p1), si « le développement et les objectifs du développement durable sont par nature universels, leur application ne peut être que différenciée en fonction des terrains étudiés. » En d’autres termes, si certains pays se doivent par exemple de réduire considérablement leurs émissions de CO2, d’autres vont être irrémédiablement amenés à les augmenter afin d’améliorer le niveau de vie de leur population. Il existe bien un objectif global unique mais l’atteindre suppose d’accepter la différenciation des solutions et leur nécessaire interdépendance pour ne pas dire leur solidarité.

Conclusion

52Si le concept de développement durable peut permettre de poser de nouvelles questions ou d’en reformuler d’anciennes, il n’apporte aucune solution véritable à la problématique du développement. Comme le souligne notamment Lascoumes (2005, p95), « contrairement à ce que laissent entendre les multiples registres rhétoriques du « développement durable », des plus ordinaires aux plus experts, cette notion n’est pas un vaste réservoir de solutions pour les nombreux problèmes écologiques, économiques et sociaux auxquels sont confrontés les sociétés post-industrielles. Qu’il soit conçu comme « durable » ou « soutenable », le type de développement qui doit prévaloir dans les prochaines décennies demeure, au contraire, un problème à résoudre (souligné par nous) tant par l’action publique internationale, que (régionale) et, bien sûr, nationale. »

53De plus, la version consensuelle du développement durable ou version Brundtland permettant de ne pas modifier le paradigme d’organisation sociétale en vigueur, n’autorise pas le renouvellement de la réflexion sur le problème du développement des pays du Sud. Au contraire, il s’avère qu’en pointant les problèmes environnementaux posés à tous, cette version a tendance à reléguer les problèmes de bien-être qui se posent au plus grand nombre, au second plan. Le développement durable est ainsi venu occulter pour une large part les questions spécifiques du développement, alors qu’il était originellement censé aider à les résoudre. Comme le souligne Tubiana (2001, p76) « On doit reconnaitre que les négociations environnementales sur les biens globaux ont avancé plus vite que le débat sur la réduction de la pauvreté, qui reste plus normatif que pratique. »

Biographie

54Catherine Figuière est Maître de Conférences à l’Université Pierre Mendès France de Grenoble et membre du LEPII (FRE 2664 CNRS/UPMF). Elle assure actuellement des enseignements sur le Développement Durable en Master 1 et Master 2 Recherche. Elle a auparavant beaucoup publié sur les Groupes Multisectoriels (GMS) japonais et sur l’intégration régionale en Asie Orientale.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions qui sont abonnées à un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lequelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Berr E., Combarnous F. (2004) L’impact du consensus Washington sur les pays en développement : une évaluation empirique, Communication aux 1ères journées du développement du GRES, Bordeaux, 16 et 17 septembre.

Berr E., Harribey JM (2005) Le concept de développement en débat, Economies et Sociétés, série F, n°43.

Boidin B. (2004) Développement humain, développement durable et « pays en développement » : comment articuler et mesurer les différentes dimensions ?,RevueDéveloppement durable et Territoires,http://developpementdurable.revues.org/document1120.

Boisvert V., Vivien FD. (2006) Le développement durable : une histoire de controverses économiques, dans Aubertin C., Vivien FD. (Ed) Le développement durable. Enjeux politiques, économiques et sociaux, Etudes documentaires de la Documentation Française.

Boutaud A. et alii(2004) Lorsque le développement perd le Nord ! Courbes de Kuznets environnementales : l’apport des indicateurs alternatifs, de type empreinte écologique, dans la réflexion sur le développement durable, Colloque de la francophonie, Ouagadougou, 1-4 juin.

Brunel S. (2004) Le développement durable, Que sais-je n°3719, PUF.

Brunel S. (2005a) La Terre plutôt que les Terriens ? Développement du Sud et développement durable, dans Gauchon et Tellenne.

Brunel S. (2005b) Développement durable : le lobbying des ONG, Les grands dossiers de Sciences Humaines, n°1, décembre.

Chang H-J (2003) La bonne gouvernance à l’épreuve de l’histoire, l’Economie politique, n°17.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Coméliau C. (1994) Développement du développement durable ou blocages conceptuels ? Revue Tiers Monde, n°137, janvier-mars.
DOI : 10.3406/tiers.1994.4850

Commission mondiale sur l’environnement et le développement (1988 pour la version Française, 1987 pour la 1ère version) Notre avenir à tous, (Rapport Brundtland), Editions du Fleuve et Publications du Québec.

Damian M, Graz JC (dir)(2001) Commerce international et développement soutenable, Economica, Paris.

Gauchon P. et Tellenne C. (dir) (2005) Géopolitique du développement durable, Rapport Antheios, PUF.

Gendron C. et Revéret JP (2000) Le développement durable, Economies et Sociétés, Série F, n°37.

Godard O. (1994) Le développement durable : paysage intellectuel, Natures, sciences, sociétés, n°2.

Godard O. (1998) L’écodéveloppement revisité, Economies et Sociétés, Série F, n°36.

Godard O.(2004) Le développement durable, une chimère malfaisante, La lettre de prospective du Sénat, 08/10/2004 (en ligne)

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Godard O. (2005) Le développement durable, une chimère, une mystification ?, Mouvements, n°41, septembre-octobre.
DOI : 10.3917/mouv.041.0014

Grossman G., Krueger A. (1993) Environmental Impacts of a North Americain Free Trade, in Garber PM (Ed) The Mexico-US Free Trade Agreement, The MIT Press, Cambridge Mass.

Hammarskjöld Dag Fondation (1975) Que faire? Un autre développement, Rapport sur le développement et la coopération internationale pour la 7ème session extraordinaire de l’AG des Nations Unies.

Hatem F. (1990) Le concept de « développement soutenable », Economie Prospective Internationale, n°44, 4ème trimestre

Hibou B. (1998) Economie politique du disours de la Banque Mondiale en Afrique sub-saharienne, Les Etudes du CERI, n°39, mars.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Huybens N. et Villeneuve C. (2004) La professionnalisation du Développement Durable : au-delà du clivage ou de la réconciliation écologie-économie, VertigO, Volume 5, n°2.
DOI : 10.4000/vertigo.3515

Kébabdjian G. (1999) Les théories de l’économie politique internationale, Points Seuil.

Kébabdjian G. (2006) De l’économie internationale à l’économie politique internationale, in Bertahud P., Kébabdjian G. (Dir) La question politique en économie internationale, Pais, la Découverte.

Lascoumes P. (2005) Le développement durable : une illusion motrice ? Un vecteur d’innovations politiques ?, dans Smouts (dir).

Lefèvre M. (2004) Les firmes multinationales face au risque climatique : sauver le capital en sauvant la terre ?, VertigO- la revue électronique en sciences de l’environnement, Vol5, No2, [en ligne : http://ww.vertigo.uqam.ca]

Martin J-Y. dir (2002) Développement durable ? Doctrines, pratiques, évaluations, IRD Editions, Paris.

Martinez-Alier J.(1992) Valeur économique, valeur écologique, EcologiePolitique, n°1.

Martinez-Alier J., Cabeza-Gutes M.(2001) L’échange écologiquement inégal, in Damian M. et Graz JC (Dir) Commerce international et développement soutenable, Economica, Paris.

Prescott-Allen R. (2003) Le bien-être des Nations, Editions Eska, Paris.

Revéret JP (2004) Le développement durable, une utopie ?, Présentation au congrès de l’Association des économistes du Québec, Québec, 6 mai.

Rossi G. (2000) L’ingérence écologique. Environnement et développement rural du Nord au Sud, CNRS.

Sachs I. (1993) L’écodéveloppement, Syros, Paris.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Sachs I. (1994) Le développement reconsidéré : quelques réflexions inspirées par le Sommet de la Terre, Revue Tiers Monde, n°137, janvier-mars.
DOI : 10.3406/tiers.1994.4848

Sachs I. (2002) L’imbuvable remède, entretien avec I. Sachs, Courrier de la Planète, n°68.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Sébastien L, Brodhag C. (2004) « A la recherche de la dimension sociale du développement durable, Développement Durable et Territoires, http://developpementdurable.revues.org/document1133.html.
DOI : 10.4000/developpementdurable.1133

Smouts M.C. dir. (2005) Le développement durable. Les termes du débat, Armand Colin.

Theys J. (2000) Un nouveau principe d’action pour l’aménagement du territoire à l’épreuve le développement durable et la confusion des (bons) sentiments, Notes du Centre de prospective et de veille scientifique, n°13.

Tubiana L. (2001) Le développement durable : un nouvel enjeu de la coordination internationale, Les Cahiers Français, n°302.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Vivien F.D.(2004) Un panorama des propositions économiques en matière de soutenabilité, VertigO, n°2.
DOI : 10.4000/vertigo.3620

Vivien F.D., Zuindeau B.(2001) Le développement durable et son espace : antécédents intellectuels et questions pour l’avenir, Cahiers lillois d’économie et de sociologie, n°37, 1er semestre.

Williamson J. (1990) What Washington means by policy reform, in Williamson J. (Ed) Latin America adjustment: how much has happened?, Washington Institute for International Economics.

Haut de page

Notes

1  La références aux bons sentiments en matière de développement durable est devenue récurrente, Brunel (2004) p21, Theys (2000).

2  Gauchon et Tellene (2005, p1). Ces derniers précisent par ailleurs que cette définition amène « à trop étendre le concept » et préfèrent définir le développement durable comme « la capacité de notre génération à améliorer sa situation matérielle tout en préservant le milieu pour que nos successeurs puissent en faire autant ».

3  Sur ces tentatives en français se reporter notamment à Hatem (1990), Godard (1994) et Vivien (2004).

4  Se référer notamment à C. Giorgetti, NYU environnemental law journal (1999) http://www.law.nyu.edu/JOURNALS/ENVTLLAW/issues/vol7/2/v7na2.pdf.

5  L’anthropologie réside dans l’étude de la dimension sociale de l’homme. L’anthropocentrisme est une conception, une attitude, qui rapporte toute chose à l’univers de l’homme (définitions Larousse). D’où l’impossibilité de distinguer une approche « anthropocentrée » (dans laquelle l’économie englobe les sphères environnementale et sociale) d’une démarche « socio-centrée » dans laquelle c’est la sphère sociale qui englobe les deux autres, comme le font Sébastien et Brodhag (2004).

6  A ceux qui prétendent « qu’il faut « être deep » ou ne pas être, car si on ne prend pas une position deep, finalement, la logique économique va finir de détruire entièrement l’écosystème » [Smouts, 2005, p58], il peut être répondu qu’ils réduisent une fois encore le développement durable à deux de ses pôles. Or l’optique qui est ici défendue vise au contraire un recentrage sur le pôle social comme priorité dans la hiérarchie des objectifs du développement durable ; l’environnement étant considéré comme nécessaire à la survie de l’espèce humaine. En d’autres termes, l’hypothèse d’une Terre parfaitement préservée –wilderness-, dans laquelle le bien-être des hommes ne rentre pas en ligne de compte, n’est pas notre objet.

7  La distinction entre pensée dominante et pensée critique faite dans le champ du développement durable (Boisvert et Vivien, 2006) mais également dans d’autres comme celui de l’économie politique internationale (Kébabdjian 2006) sera retenue ici. Ce dernier retient le terme de système dualiste constitué d’un pôle « mainstream » et d’un pôle « hétérodoxe ».

8  La définition du paradigme retenue ici fédère des apports de Kuhn et d’Heidegger. Chez le premier sera retenu l’idée d’un ensemble de règles admises et intériorisées comme normes par la communauté scientifique à un moment donné de son histoire pour délimiter et problématiser les faits qu’elle juge digne d’étude. Chez le second sera reprise l’idée du paradigme comme champ délimité reposant sur un système d’hypothèses dont on n’est pas a priori conscient, soit un cadre référent de pensée adapté à un certain état de développement.

9  Cette lecture de l’avènement du développement durable permet de rajouter un élément à la liste proposée par Huybens et Villeneuve (2004). Afin de qualifier le développement durable, ils distinguent les fonctions idéologique, stratégique et heuristique, auxquelles s’ajoute ici la fonction politique.

10  L’absence de consensus sur la relation entre changement paradigmatique et développement durable est en grande partie imputable à la mobilisation de définitions différentes du concept de paradigme. Ainsi pour Huybens et Villeneuve, par exemple, (2004, p4), « le développement durable (…) est un paradigme : il fait éclater les systèmes de pensées centrés sur l’économie ou sur l’écologie seulement, en y intégrant une dimension humaine et en rendant logique l’idée qu’il faut se préoccuper des trois en même temps ».

11  « Popularisé par le rapport Brundtland, le concept de développement durable s’est propagé et souvent institutionnalisé sans que le lien soit clairement fait avec les théories du développement qu’on veut lui faire remplacer » (Gendron et Revéret, 2000, p111).

12  Boidin (2004) souligne que « Les différentes dimensions tendent actuellement à être considérées comme additives (avec des effets mutuellement bénéfiques) » et insiste au contraire sur l’existence de possibles effets mutuels négatifs. En d’autres termes on ne peut agir dans un domaine sans considérer les répercussions dans les autres, car elles ne sont pas forcément positives. Ce qui repose, dans un autre registre, la question de la fractalité du développement durable soulevée par Godard (1996) à propos de son application territoriale.

13  Il semble important de souligner ici la confusion des termes employés par Sachs qui qualifie de développement durable le projet d’écodéveloppement, alors que dans ce texte le terme développement durable est strictement réservé à la version Brundtland-ONU.

14  Il est à noter que la version en ligne de ce texte se termine sur « une invitation forte à faire de l’économie politique », invitation qui a été supprimée dans la version éditée.

http://harribey.u-bordeaux4.fr/travaux/soutenabilite/developpement-debat.pdf

15  Indice synthétique capable de mesurer les impacts d’une société à la fois en termes d’utilisation des ressources et de pollution. Wackernagle M. et Rees W. (1999) Notre empreinte écologique, Ecosociété.

16  Cet article sera suivi par la publication d’un ouvrage avec I. Grable en 2004 chez Zed Books, « Reclaiming Development. An Alternative Economic Policy Manual ».

17  Le terme « institution » est ici compris au sens le plus large qui soit, englobant des pratiques, comme le libre-échange, la démocratie ou les droits de propriété notamment.

18  The National System of Political Economy, traduction de l’ouvrage allemand de 1841.

19  Un parallèle mérite d’être fait entre la Chine d’aujourd’hui et le Japon des années 80, tout deux fortement excédentaires sur les Etats-Unis et détenteurs d’un part non négligeable de Bons du Trésor américains. Tout comme le charbon chinois est aujourd’hui montré du doigt parce que non durable, les structures industrielles nippones étaient alors pointées par les américains, dans le cadre des accords SII « Structural Impediment Initiative » de 1990 en vue de la suppression des obstacles structurels aux exportations américaines, comme étant à l’origine de pratiques commerciales « déloyales ». Les fondements du rattrapage nippon devaient désormais se mettre en conformité avec les règles du commerce « loyal ».

20  JM Chevallier le 24/01/2006 répond aux questions des auditeurs de France Inter alors qu’un rapport de la Banque Mondiale sur l’énergie en Chine vient d’être publié : « La Chine ne peut pas continuer comme ça. Elle doit revoir son mode de croissance. Le recours au charbon est inacceptable. » « Si les chinois ont autant de voitures à l’européenne que nous on va droit dans le mur en termes de réserve pétrolières ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Figuière, « Sud, développement et développement durable : l’apport de l’économie politique », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Volume 7 Numéro 2 | septembre 2006, mis en ligne le 08 septembre 2006, consulté le 16 avril 2014. URL : http://vertigo.revues.org/2287 ; DOI : 10.4000/vertigo.2287

Haut de page

Auteur

Catherine Figuière

Laboratoire d'Economie de la Production et de l'Intégration Internationale, Université Pierre Mendès France de Grenoble (UPMF), BP47 38040 GRENOBLE Cedex 9, France catherine.figuiere@upmf-grenoble.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page