Navigation – Plan du site
Dossier : L'Afrique face au développement durable

Dynamique des paysages et perspectives de développement durable sur la petite cote et dans le delta du Sine – Saloum (Sénégal)

Gabriela Ackermann , Frédéric Alexandre, Julien Andrieu, Catherine Mering et Claire Ollivier

Résumés

Partant du point de vue que les scientifiques doivent s’approprier plus fortement le concept de développement durable, les auteurs analysent, dans cette perspective, deux exemples de dynamiques paysagères en rapport avec les usages des ressources et des espaces littoraux. L'évolution du bâti autour de la ville principale de la Petite Côte sénégalaise et la dynamique du couvert végétal de mangrove dans le delta du Saloum ont été étudiées. Les auteurs tentent ainsi de montrer le bien-fondé des actions de recherches au sein de coopérations Nord-Sud.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La pertinence de l’application du concept de développement durable aux questions de développement dans les Suds est souvent contestée pour au moins deux raisons : d’une part, le caractère scientifique de la notion ne fait pas l’unanimité ; d’autre part, le concept, forgé sur une prise de conscience de la menace que fait peser sur l’avenir de la planète le mode de production et de consommation qui s’est imposé à l’échelle globale (dont les pays du Nord profitent et dont ils doivent assumer les conséquences), serait non opératoire, voire inutilement culpabilisant pour les pays restés en marge de ce développement. On peut passer outre ces préventions. Les scientifiques doivent s’approprier le développement durable, d’autant qu’il s’agit d’un concept « vivant » dans la société (au risque d’ailleurs d’y être galvaudé).

  • 1  Déclaration de Rio sur l'Environnement et le Développement, Conférence des Nations Unies sur l'Env (...)

2Le développement durable, pour les Suds, est moins affaire de « prendre acte de la nature globale et interdépendante du monde » (Déclaration de Rio1), que de contribuer à la prise de conscience que le développement est affaire de mieux-être pour les populations, que ce mieux-être passe par la préservation des ressources, l’évaluation des risques et la recherche d’une meilleure utilisation de l’espace. A l’échelle internationale, se pose pour eux la question d’une redistribution équitable des richesses, d’une attention vigilante aux conséquences de l’exportation d’activités économiques et de pratiques sociales des sociétés du Nord, « irresponsables » relativement aux espaces et aux sociétés concernées. Dans cette perspective, une analyse attentive des paysages et de leur évolution apparaît comme un indicateur tout à fait pertinent des recompositions spatiales.

Figure 1. Cartes de localisation.

Pour Mbour (B) et pour Joal-Fadiouth (C) des extraits des cartes topographiques (feuilles ND 28 XIV a et c, 1: 50 000) sont montrés. Le Delta du Sine-Saloum (D).

  • 2  Présentation détaillée du programme sur le site : http://www.ird.sn/activites/c3edoa/

3Nous nous attacherons à montrer ci-après, à partir du cas particulier du programme LINUS (Littoraux, Interfaces entre Nature et Société)2, que les recherches sur les rapports environnement-société peuvent ouvrir des perspectives de développement durable pour la société sénégalaise. Organisé sur la base d'un partenariat multiple et fondé sur une démarche interdisciplinaire et systémique, ce programme se donne pour objectifs de :

  • participer à une réactualisation de l’état des activités, des ressources et des milieux littoraux de la Petite Côte et du Delta du Saloum ;

  • aider à la mise en œuvre d’un développement durable des littoraux sénégalais ;

  • favoriser le développement d’un pôle sénégalais de recherche et d’enseignement sur la gestion des littoraux par un partenariat effectif nord-sud ;

  • contribuer aux avancées théoriques en matière de gestion intégrée des littoraux.

4La démarche de développement durable est ainsi inscrite dans ce programme à deux niveaux. Le premier construit une coopération active avec les institutions universitaires et de recherche sénégalaises. Le second élabore une « veille scientifique » sur cette portion de littoral sénégalais. LINUS espère ainsi déboucher sur une meilleure définition des enjeux, par exemple en matière de risques liés à l’érosion littorale, de consommation de l’espace rural ou péri-urbain, d’altération des ressources forestières ou halieutiques. C’est plus cette deuxième dimension qui sera illustrée ci-dessous par deux exemples de travaux en cours : l’évolution du bâti autour de Mbour (Petite Côte) et l’évolution du couvert végétal de mangrove dans le delta du Sine-Saloum.

5La Petite Côte du Sénégal s’étend du sud de la presqu’île du Cap Vert jusqu’au delta du Sine-Saloum, à la frontière avec la Gambie, sur 130 km de long et 10 km de large environ (figure 1). Au nord, un linéaire côtier sableux entrecoupé de caps et de micro-baies s’adosse à un plateau marno-calcaire et à des dunes quaternaires. Au sud, l’action dominante d’une dérive littorale nord-sud induit la formation de grandes flèches sableuses abritant des dépressions maritimes sablo-vaseuses colonisées par la mangrove, comme dans le Delta du Sine-Saloum.

6Ses deux pôles urbains actuels, Mbour et Joal (figure 1), sont issus des petits villages agricoles apparus au cours du XIXe siècle. Comptant 250 000 habitants, la Petite Côte est aujourd'hui la première région de pêche artisanale du pays et la première région touristique du pays. Dakar reçoit en effet plus de visiteurs mais il s’agit plutôt d’un tourisme d’affaires.

7En bref, ce littoral constitue une ressource limitée dans l’espace et, de ce fait, convoitée par les différentes activités telles que la pêche, l’agriculture, le tourisme et les loisirs. Sa proximité avec Dakar en fait un secteur soumis depuis quelques années à une brutale flambée spéculative sur le foncier et une forte extension spatiale du bâti y compris dans des zones à risques et entraînant une dégradation sensible du paysage.

Deux exemples d’analyse de la dynamique des paysages

8Notre perspective de recherche postule l’existence d’une interface forte entre Sociétés et Environnement dont la prise en compte est nécessaire pour envisager la durabilité du développement (Levarlet, 2001) ; elle implique une appréhension de cette interface à travers les paysages et leur dynamique (Robic et Mathieu, 2001), ce qui est présenté dans les deux exemples choisis parmi d’autres approches mises en œuvre dans le programme.

9La question de l’impact sur l'environnement littoral de la concentration de populations et d'activités sur cet espace relativement limité et fragile est ici posée, de même que celle des conséquences éventuelles de la dégradation du milieu induites par l'urbanisation accélérée sur le développement futur de la région.

Les forêts de mangrove du Sine-Saloum

10La région du Sine-Saloum, labyrinthe d’îles et de rias, est située à 150 km au sud de Dakar, à la limite sud de Joal. Elle constitue la marge septentrionale de la mangrove des Rivières du Sud (Cormier-Salem, 1999) qui se prolonge de façon continue sur le littoral atlantique de l’Afrique, jusqu’au Libéria (Moreau, 1991). Les marais à mangroves sont composés de formations végétales dominées par les palétuviers qui sont associées à de grandes surfaces dénudées et sur-salées appelées tannes. La distribution des mangroves du Saloum est comparable à celles des autres régions des rivières du Sud mais se singularise par une plus grande extension des tannes et une réduction considérable des aires de palétuviers (Sow et Guiral, 1999). A l’échelle des Rivières-du-Sud, les tannes sont considérés comme un marqueur de la dégradation d’origine anthropique ou naturelle de la végétation de mangrove. Dans le delta du Saloum, elle est considérée comme entièrement liée aux conditions hydropédologiques (Sadio, 1991). L’association mangrove-tanne est omniprésente au sein des 200 000 ha du Sine-Saloum ; la préservation de la mangrove, face à l’extension des tannes, constitue un véritable enjeu pour le développement du Delta car elle est au cœur de nombreuses activités des populations Niominka du Sine-Saloum telles que la cueillette des huîtres, la pêche, le bois de chauffe ou de construction, ou encore un atout pour l’éco-tourisme qui émerge actuellement.

11L’objectif a été ici de mesurer et de cartographier l’évolution du couvert de palétuviers depuis les trente dernières années à partir de l’analyse des images satellite. La mise en évidence et la cartographie de l’évolution des forêts de mangroves a été réalisée à partir de trois scènes satellite centrées sur la région : la scène Landsat1 MSS de novembre 1972, la scène TM de mars 1988 et la scène ETM+ de novembre 1999. Il convient de souligner que la variété des saisons de ces prises de vues utilisées ne constitue pas de véritable obstacle à la cartographie des limites de la mangrove dans la mesure où il s’agit, ici, d’une végétation ligneuse pérenne qui ne subit pratiquement pas d’évolution inter-saisonnière.

12La méthode de traitement pour la mise en évidence de la mangrove est basée sur une méthode de classification multi-spectrale non dirigée qui s’est révélé une méthode pertinente pour la détection des mangroves par sa robustesse et son caractère reproductible (Mahmoud et Saleh, 2007, Thampanya et al. 2006, Murray et al. 2003). On obtient ainsi une carte numérique des mangroves aux trois dates successives : 1972, 1986 et 1999 dont le résultat est assuré par la simplicité de la détection d’un état de surface unique : la mangrove, lequel se distingue physiquement de son environnement : eau libre et tannes.

Figure 2. Evolution des mangroves du Delta du Saloum de 1972 à 1999.

Figure 2. Evolution des mangroves du Delta du Saloum de 1972 à 1999.

13Après avoir ré-échantillonné l'image Landsat MSS par rapport aux images TM, on effectue la comparaison des trois cartes pour évaluer la progression, la disparition ou la stabilité des mangroves entre les dates retenues.

14L’examen des cartes et la quantification des surfaces couvertes à chacune des dates conduit à établir deux constats.

15La superficie de mangrove oscille, tout d’abord, de 45 852 ha en 1972 à 41 865 ha en 1988 et à 43 844 ha en 1999. Compte tenu de la période de sécheresse des années 1968 à 1994, cette évolution des superficies de mangroves semblent une réponse directe aux fluctuations de la pluviosité.

16Le couvert de mangrove n’a, par ailleurs, pas évolué de façon homogène dans l’espace (figure 2). Ainsi, la dégradation du couvert végétal qui concerne essentiellement le nord de la zone considérée, a été mesurée essentiellement entre 1972 et 1986, période d’important déficit pluviométrique. Plus précisément, les secteurs les plus septentrionaux et amont ont disparu entre 1972 et 1986, ne laissant en rive nord du Saloum que quelques massifs isolés, ceux-ci continuant à régresser entre 1988 et 1999.

17La progression de la mangrove est concentrée dans la partie centre et ouest de la zone. Ceci confirme l’impact de la rupture de la flèche de Sangomar et pourrait aussi confirmer l’hypothèse d’une conséquence d’une succession d’années plus pluvieuses ; ce secteur central est celui où les variations de la salinité des sols oscillent autour d’un seuil létal pour les palétuviers (Moreau, 2004).

18Notons à ce propos que la mise en place de la Réserve de la Biosphère du Delta du Saloum (RBDS) en 1981 et des activités de reboisement pratiquées par la quasi totalité des villages du Saloum dans le cadre de la nouvelle réglementation et des mesures d’incitation à la protection de l’environnement accompagnées par un grand nombre d’ONG, (projet mangrove, UICN, JICA) ont pu contribuer, même modestement, à la reforestation récente du centre du Delta.

L’évolution du bâti le long du littoral : les cas de Mbour et Joal

19Nous nous appuyons, pour cet exemple, sur une cartographie diachronique du bâti afin de mieux comprendre la dynamique d’occupation de l’espace et d’urbanisation dans la partie septentrionale de la Petite Côte. L'organisation spatiale et temporelle des zones bâties de la Petite Côte est analysée ici à l’aide des images de télédétection. L'objectif est d'établir une cartographie de l'extension de surfaces bâties de Mbour et de Joal-Fadiouth.

20Dans des villes en croissance rapide comme Mbour, le développement extensif de l'espace périphérique de la ville prévaut sur le processus de surdensification. L'étude a donc porté sur l’établissement des limites de la ville plus que sur les caractéristiques du tissu intra-urbain.

  • 3  Pour les études des villes à partir des images satellite il s'avère plus approprié de faire référe (...)

21Les méthodes employées pour l'extraction du bâti3 sont fondées sur la notion de détection du changement et font recours aux critères relatifs à la texture des images satellite (Tournaire, 2003 ; Ackermann et al., 2004). Néanmoins, l'information apportée par la connaissance du terrain s'est avérée indispensable comme élément complémentaire pour l'interprétation des résultats. Pour chacune des dates retenues, une image délimitant l‘espace bâti a été réalisée. Leur superposition a permis de mettre en évidence et d'estimer l’extension du bâti entre 1988 et 2002, ainsi que d'évaluer le changement d'usage des sites analysés.

22Mbour, à 83 km de Dakar, chef-lieu de département, offre un grand nombre de services et abrite le principal port de pêche artisanal régional. En outre, la proximité du plus grand centre balnéaire de la côte, Saly-Portudal, à 3 km au nord, confère au tourisme une place prépondérante dans l'économie de la ville. Un solde migratoire fortement positif, couplé à l’accroissement naturel, a conduit à un rythme de doublement de la population tous les dix ans.

23Cette évolution démographique s’est traduite par une importante extension spatiale de la ville (figure 3). Le résultat obtenu met en évidence la croissance brusque de l'ensemble Mbour- Saly entre 1988 et 1999, doublant sa surface durant cette période. Cette croissance ne se fait pas sous forme radio-concentrique ; les surfaces bâties ont en effet augmenté principalement vers le nord-ouest (figure 3b) en direction du pôle touristique de Saly-Portudal construit au début des années 1980. Cette station balnéaire a joué un rôle moteur dans le développement de la région, valorisant la zone littorale et attirant les constructions de résidences secondaires d'une élite tant sénégalaise qu’étrangère jusqu’à l’établissement d’une continuité spatiale du bâti entre Mbour et ce complexe. Tout le ruban côtier se trouve loti dont une grande partie déjà en construction ou même habitée. L'extension du bâti s’est accompagnée de la diminution, voire de la disparition des surfaces agricoles observables sur la photographie aérienne de 1978, entre les deux sites ainsi qu’entre la côte et la route qui relie Mbour à Dakar (figure 3a). Nous constatons par ailleurs l'influence des axes routiers dans le sens de cette extension. En effet, un élargissement de la ville peut être constaté vers le NE, en direction de Dakar, et le NO, en direction de Kaolack. En revanche, au sud, le bâti gagne moins vite, limité par des zones inondables, en particulier par le marigot de Mballing.

Figure 3. Etude des surfaces bâties à Mbour entre 1988 et 2002.

A : Contour des surfaces bâties de Mbour et Saly-Portudal en 1988, le fond correspond à une photographie aérienne de 1978, révélant les surfaces en culture (parcellaire). B : Extension du bâti à Mbour.

24Vers l'est, la route constitue un important lieu de passage pour le commerce vers Kaolack ; la ville s'étend ici largement et de façon assez anarchique. Cette extension, occupée davantage par les secteurs moins aisés de la ville est aussi le lieu d’épandage des déchets (figure 5A).

25Joal-Fadiouth, située à 114 km de Dakar, fonde aussi son activité surles produits halieutiques tout en conservant une importante population d'agriculteurs Serer. Joal est érigée sur une flèche sableuse et Fadiouth sur un îlot de la vasière constitué d’amas coquilliers d’origine anthropique, sites qui expliquent que la densité urbaine de la ville soit dix fois plus élevée que la moyenne nationale de 37 hab./km2 (Diene, 1996). L'environnement naturel de cette ville impose aux agriculteurs un éloignement considérable du lieu de travail. En effet, les terroirs sont séparés de la ville par une large vasière colonisée en partie par la mangrove et par des surfaces tannifiées, et s’étendent jusqu’à plus de 5 km de distance.

26Entourée par l'océan, une vasière et une forêt privée, l'extension de Joal est entièrement conditionnée par son milieu naturel. Le substrat fragile et instable est soumis à une dynamique littorale rapide dont l'incidence induit une occupation irrégulière par la population : le bâti s’étend surtout dans la zone médiane de la flèche et diminue vers ses extrémités proximale et distale : en effet, d’une part, du côté continental, la partie proximale correspond à une zone d'estran (figure 5D) fréquemment soumise aux inondations ; d’autre part, aux deux extrémités, le nombre des constructions diminue sur la marge externe plus exposée aux aléas maritimes (figure 4).

27Cette commune se trouve donc confrontée aux contraintes liées à l’exiguïté de son site, face à une population croissante (presque 35 000 habitants), aux questions posées par l’extension du bâti, et la géodynamique du trait de côte. Les nouvelles constructions ne peuvent se développer que vers le NO, débordant sur l'arrière- pays et contournant la lagune (figure 4b et figure 5D et 5E), dans un secteur déprimé, inondable en saison des pluies.

28Dans les deux villes, nous avons été frappés par certains problèmes liés à l'aménagement local qui mettent en évidence les effets indirects de cette extension urbaine sur le paysage et les conséquences rétroactives sur l’espace bâti d’un développement non soucieux de l’environnement. Ainsi, l’extraction de matériaux, et plus particulièrement celle incontrôlée du sable, ainsi que la prolifération des décharges sauvages, sont la conséquence la plus visible de l’extension des constructions sur la côte sénégalaise.

29En premier lieu, devant l’absence de traitements adéquats, les déchets s’accumulent sur des hectares aux alentours des villes et le long des routes. Certaines des nouvelles constructions s’installent ainsi sur ces épandages publics (figure 5A et 5E). Il est évident que ces sites sont extrêmement insalubres et potentiellement porteurs de maladies et d'épidémies ; à Joal en particulier, cette extension concerne des terrains temporairement inondés.

Figure 4. Etude des surfaces bâties à Joal entre 1988 et 2002.

A : Contour des surfaces bâties de Joal en 1988, le fond correspond à l'image SPOT panchromatique d'origine, révélant les surfaces en culture (parcellaire), les tannes (en tons plus clairs) et la mangrove (en noir). B : Extension du bâti à Joal.

30L'autre problème, de plus grande ampleur, touche l'ensemble de la région de la Petite Côte et relève de l'érosion marine. Les impacts de ce processus, par exemple sur les infrastructures portuaires, s'observent à l’évidence sur les photographies montrées sur la figure 5B, 5F et 5G qui illustrent l'effet ravageur du recul du trait de côte sur les postes à essence destinés au ravitaillement des pirogues, et sur les dalles des halles construites vers la fin des années 1990 à Joal et à Mbour pour le débarquement du poisson. La construction de la dalle à Joal n'était pas achevée que les processus d'érosion en avait déjà détruit une partie (Gonga, 2002). Actuellement le débarquement s’effectue dans des terrains contigus à cette même dalle.

31Un autre exemple de ce phénomène d'érosion peut être constaté à la station de Saly-Portudal (figure 5C) où la plage est attaquée. La mise en valeur de l'environnement littoral et la préservation d'un site touristique balnéaire sont le garant de son existence.

32S'il est certes difficile d'établir des estimations directes entre le recul de la plage et les emprunts de sable, il n'y a pas de doute que ces extractions aggravent le déficit sédimentaire côtier (Cesaraccio et al., 2004). La dérive littorale est donc sous-alimentée, ce qui reporte le problème d’érosion sur le littoral en aval. En effet, l’anthropisation (par prélèvement ou par construction d’ouvrages de protection) de certains secteurs entraîne une perturbation du transit sédimentaire accentuant l’érosion de secteurs comme la zone de la halle de débarquement de Joal.

Conclusion

33Les premiers résultats montrent donc, sur la côte sableuse, une accélération de l’urbanisation ; dans les marais à mangrove, la forêt ne semble pas actuellement menacée par les activités humaines. Nos conclusions, à la fois intermédiaires et différenciées, montrent comment une cartographie de la dynamique des paysages à l’échelle locale et régionale peut participer, à sa manière, à la réflexion et à l’action autour de l’objectif d’un développement durable.

 Les sociétés et la dégradation de l’environnement

34L’analyse de la dynamique des paysages de mangrove du Sine-Saloum nous conduit à discuter la pertinence de certaines politiques volontaristes de conservation de la nature qui ont parfois trouvé leur justification dans une volonté de garantir un développement durable dans les régions concernées (Vivien, 2001). Les mesures et les cartes relatives à l’évolution du couvert de mangrove du Sine-Saloum, suggèrent que l’utilisation des ressources naturelles par les populations locales à travers les pratiques traditionnelles de pêche, de cueillette, voire de prélèvement de bois de chauffe, ne semble pas, menacer à elle seule l’environnement. Ainsi les conséquences des politiques conservationnistes (parc national, aire marine protégée, réserve de biosphère) impliquant une réglementation plus sévère de l’accès aux ressources naturelles par les populations doivent-elles être mûrement réfléchies.

Figure 5. Photographies prises lors de la mission de terrain 2002.

A : Nouvelles extensions à l'ouest de Mbour, sur les ordures ; B : Port de pêche et dalle de Mbour ; C : Arbres déracinés à la station de Saly-Portudal ; D : Joal, secteur de la ville face à la lagune ; E : Secteur d'extension de Joal sur les ordures et terrains inondables ; F : Postes d'essence pour les pirogues à Joal ; G : Dalle du port de pêche de Joal.

35Dans ce contexte d’urbanisation et de changements de la terre ferme, la mangrove apparaît comme une ressource ligneuse et paysagère gérée durablement et à gérer durablement dans la mesure où elle est un atout dans le développement d’une activité touristique ou écotouristique. 

Croissance du bâti et durabilité 

36L’analyse des cartes et des photographies de terrain mesurant la croissance du bâti le long de la Petite Côte met en lumière certains conflits d’usages dont les espaces littoraux du Sénégal sont actuellement le théâtre. L'occupation de plus en plus massive des côtes couplée à la multiplicité de leurs usages, entraîne une forte concurrence pour l'espace. L'importante  urbanisation contribue d'une part à la disparition des dunes et en général à la disponibilité des sédiments, par exemple suite à l'extraction de sable, mais aussi à l'augmentation des décharges. Ces processus transforment ainsi fortement le paysage, ce qui pourrait devenir une menace pour l’activité touristique. Des concurrences pour l’espace côtier entre le tourisme balnéaire et la pêche artisanale – tant pour la main d'œuvre que pour l'espace (lieu de débarquement et transformation du poisson) peuvent aussi être soulignés.  

37L’urbanisation liée au développement d’activités économiques relativement récentes telles que le tourisme est vérifiée. Cependant, si l’aménagement de Saly-Portudal a contribué au développement touristique du Sénégal en faisant de la Petite Côte le second pôle d’activités national après Dakar, on peut s’interroger aujourd’hui sur le devenir de cette région si la « mise en tourisme » se poursuit selon l'emballement actuel sur le foncier. On en observe déjà les premiers impacts dans les constructions empiétant sur le domaine maritime, où le recul du trait de côte entraîne la destruction des ouvrages.

38Par ailleurs, si l’on n’a pas encore pu observer d’impacts de l’avancée de la « ville » au détriment de l’espace agricole, on peut s’interroger sur la façon dont, à l’avenir, le mode de vie urbain se conciliera avec les modes traditionnels de partage et d’utilisation du sol et avec les savoirs et les pratiques des populations qui vivent sur ces terres et continuent de les exploiter en inventant régulièrement de nouvelles filières et de nouveaux débouchés.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie

Ackermann G., Tournaire O.et C. Mering, 2004, L’utilisation des paramètres de Haralick pour l’étude de l’extension du bâti sur le littoral sénégalais à partir d'images SPOT panchromatiques, Bull. SFPT, n°173/174, pp. 104-112.

Cesaraccio, M., Thomas Y-F., Diaw A.T. et Ouegnimaoua L, 2004,Impact des activités humaines sur la dynamique littorale: prélèvement de sables sur le site de Pointe Sarène, Sénégal, Géomorphologie: relief, processus, environnement. n°1 pp. 55-64.

Cormier-Salem, M.-C., 1999, Des littoraux aux limites mouvantes, pp. 17-30, Cormier-Salem, M.-C., Rivières du Sud, IRD, Paris, 288 p.

Diene, I., 1996, Migration et urbanisation dans la commune de Joal-Fadiouth, Mémoire de Maîtrise, Université Cheikh Anta Diop, Dakar, 96 p.

Gonga, N., 2002, Utilisation de données de télédétection et étude géomorphologique de la position charnière du secteur littoral de Joal-Fadiouth, Mémoire de maîtrise, Université de Paris 7 - Denis Diderot, 207 p.

Levarlet, F., 2001, Les modèles économiques du développement durable sous le feu de l’interdisciplinarité : quelques éléments de réflexions, pp. 215-242, Jollivet, M., Le développement durable, de l’utopie au concept,Elsevier, Paris, 288 p.

Mahmoud, A., Saleh, 2007, Assessment of mangrove vegetation on Abu Minqar Island of the Red Sea, Journal of Arid Environments, Vol. 68, Issue 2, pp. 331-336.

Moreau, N., 1991, Contribution à la télédétection à l'étude de l'évolution des paysages de mangroves de l'Afrique de l'Ouest, Thèse de doctorat, Bordeaux III, 275 p.

Moreau, N., 2004, Mise en évidence et cartographie de l’évolution des forêts de
mangrove dans les Iles du Saloum au cours des trois dernières décennies (1972 à 2001), Photo-Interprétation, n° 2004/4, pp. 23-55.

Murray, M. R., Zisman, S. A., Furley, P. A., Munro, D. M., Gibson, J., Ratter, J., Bridgewater, S., Minty C. D., et Place, C. J., 2003, The mangroves of Belize: Part 1. distribution, composition and classification, Forest Ecology and Management, Vol. 174, Issues 1-3, pp. 265-279.

Robic, M.-C. et Mathieu, N., 2001, Géographie et durabilité : redéployer une expérience et mobiliser de nouveaux savoir-faire, pp. 167-190, Jollivet, M., Le développement durable, de l’utopie au concept, Elsevier, Paris, 288 p.

Sadio, S., 1991, Pédogénèse et potentialités forestières des sols sulfatés acides salés des tannes su Sine Saloum, O.R.S.T.O.M., Paris, 283 p.

Sow, M. et Guiral, D., 1999, La végétation, pp. 80-84, Cormier-Salem, M.-C., Rivières du Sud, IRD, Paris, 288 p.

Thampanya, U., Vermaat, J.E., Sinsakul, S., et Panapitukkul, N., 2006, Coastal erosion and mangrove progradation of Southern Thailand, Estuarine, Coastal and Shelf Science, Vol. 68, Issues, pp. 75-85.

Thomas, Y.-F. et Diaw, A.T., 1997, Suivi (1984-1993) de la rupture de la flèche de Sangomar, estuaire du fleuve Saloum, Sénégal, Photo-Interprétation, n° 3-4, pp.199-208.

Tournaire, O., 2003, Analyse texturale d’images multi-résolution pour le suivi des zones urbaines. Mémoire de DEA, Université de Marne la Vallée, E.N. des Sciences Géographiques et E.N.S.T., 46 p.

Vivien, F.-D., 2001, Histoire d’un mot, histoire d’une idée : le développement durable à l’épreuve du temps, pp. 19-60, Jollivet, M., Le développement durable, de l’utopie au concept,Elsevier, Paris, 288 p.

Haut de page

Notes

1  Déclaration de Rio sur l'Environnement et le Développement, Conférence des Nations Unies sur l'Environnement et le Développement des 3-14 juin, 1992.

2  Présentation détaillée du programme sur le site : http://www.ird.sn/activites/c3edoa/

3  Pour les études des villes à partir des images satellite il s'avère plus approprié de faire référence à la notion du "bâti" qu'à celle "urbain", cette dernière impliquant une connaissance des pratiques et interrelations sociales qui ne peuvent pas être appréhendées par l'image. Cette dernière fourni juste une information sur un "état instantané de la surface du sol".

Haut de page

Table des illustrations

URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/2206/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Figure 2. Evolution des mangroves du Delta du Saloum de 1972 à 1999.
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/2206/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/2206/img-3.png
Fichier image/png, 108k
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/2206/img-4.png
Fichier image/png, 93k
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/2206/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabriela Ackermann , Frédéric Alexandre, Julien Andrieu, Catherine Mering et Claire Ollivier , « Dynamique des paysages et perspectives de développement durable sur la petite cote et dans le delta du Sine – Saloum (Sénégal) », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Volume 7 Numéro 2 | septembre 2006, mis en ligne le 08 septembre 2006, consulté le 31 juillet 2014. URL : http://vertigo.revues.org/2206 ; DOI : 10.4000/vertigo.2206

Haut de page

Auteurs

Gabriela Ackermann

Docteur, géographie, UMR PRODIG, Univ. Paris 7 - Denis Diderot gabiack@yahoo.com

Frédéric Alexandre

Maître de Conférences, géographie, UMR LADYSS, Univ. Paris 7 – Denis Diderot  alexandre@paris7.jussieu.fr   

Articles du même auteur

Julien Andrieu

Doctorant allocataire de recherche, UMR PRODIG, Université Paris 7 – Denis Diderot  julien.andrieu@paris7.jussieu.fr   

Articles du même auteur

Catherine Mering

Professeur et directrice du PPF Pôle Image de l'Université Paris 7, UMR PRODIG, Université Paris 7 – Denis Diderot mering@ccr.jussieu.fr

Articles du même auteur

Claire Ollivier

Maître de Conférences, géographie  claire.ollivier@paris7.jussieu.fr UMR SEDET, Université Paris 7 – Denis Diderot ; 1235Pôle Image, UFR GHSS, Univ. Paris 7. 2, place Jussieu, case 7001, 75251 Paris cedex 05. 4 IRD C3ED, Centre de Hann, BP 1386 Dakar Hann, Sénégal

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page