Navigation – Plan du site
Dossier : Les littoraux et la gestion intégrée des zones côtières

Engagement des communautés face au changement climatique : une expérience de gestion intégrée à Le Goulet et Pointe-du-Chêne au Nouveau-Brunswick

Omer Chouinard, Steve Plante et Gilles Martin

Résumés

Les communautés de Le Goulet et de Pointe-du-Chêne sont deux communautés côtières du nord-est et du sud-est du Nouveau-Brunswick aux prises avec des problèmes liés aux inondations et à l’érosion côtière. Depuis 2003, les chercheurs ont entrepris une recherche-action en collaboration avec certains résidents, décideurs locaux et fonctionnaires pour favoriser l’engagement de ces communautés envers la prise de décision pour des mesures d’adaptation. Le processus d’engagement comprend l’identification des perceptions, des préoccupations et des connaissances locales sur le sujet, l’identification des mesures en adaptation déjà utilisées, des activités de sensibilisation, d’information et un accompagnement dans la prise de décision lors de groupes de discussion. Les données ont été recueillies à l’aide d’entrevues semi-dirigées réalisées en début et en fin de processus. Les résultats montrent que les participants sont déjà à l’œuvre en matière d’adaptation mais manquent de ressources humaines, matérielles et de direction sur la façon de procéder. Le processus entrepris a produit un changement de direction important dans les mesures en adaptation envisagées à Le Goulet et a permis d’ajouter certains éléments nouveaux dans les deux communautés. Selon les répondants, le processus a permis d’apporter des solutions plus durables ou d’aider à confirmer et à donner de la crédibilité auprès des gouvernements aux efforts déjà entrepris. Il importerait pour les chercheurs de mieux spécifier la démarche et les résultats escomptés pour encourager une participation citoyenne plus large.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les impacts du changement climatique et la montée du niveau marin qui en résulte sont particulièrement importants pour les communautés côtières du globe où les impacts dus aux inondations et à l’érosion risquent de s’accentuer. Au Canada, certaines parties de la côte sont particulièrement vulnérables aux impacts des ondes de tempêtes et à la montée du niveau marin et cela, particulièrement sur la côte est du Nouveau-Brunswick. Selon le modèle de prédiction des ondes de tempêtes développé par l’Université Dalhousie (Dalcoast, 2005), la région du détroit de Northumberland, située dans le Golfe du Saint-Laurent, est la plus susceptible aux ondes de tempêtes de tout le Canada Atlantique. Dans cette région, l’élévation du niveau de la mer due à l’expansion thermique des eaux, est accentuée par la subsidence de la plaque tectonique. Ce mouvement est plus accentué dans le sud-est de la province qui s’enfonce à un taux d’environ 10 cm par siècle et moins accentué en allant vers le nord (Environnement Canada, 2006) mais davantage soit 30 cm dans l’axe est, tel les Iles de la Madeleine au Québec ou l’axe sud : le territoire de Truro et Halifax en Nouvelle Écosse.

2Plusieurs communautés côtières du Nouveau-Brunswick sont déjà aux prises avec des impacts liés aux inondations et à l’érosion des côtes. Alors que ce phénomène n’est pas nouveau et que plusieurs ondes de tempêtes ont frappé la région depuis l’établissement des communautés au cours des derniers siècles, le contexte du changement climatique et de la montée du niveau marin font craindre une intensification de ces impacts. Déjà en janvier 2000, les communautés côtières du N.-B. ont subi d’importants dégâts matériels en raison d’une onde de tempête importante. Suite à cet évènement, la région du sud-est a produit 198 réclamations à l’Organisation des mesures d’urgence du N.-B. dont 43 ont été acceptées pour un financement total de 1.5 millions de dollars. La même année lors d’une tempête en octobre, les réclamations suite aux dommages admissibles ont totalisé 1.3 millions de dollars pour ce même territoire (Environnement Canada, 2006). Depuis, d’autres tempêtes en 2001 et en 2004 ont causé des dommages importants aux infrastructures. Toutefois, il ne s’agit pas uniquement de dommages aux infrastructures (par exemple, route, pont, résidences, système d’aqueduc, etc.). En effet, les inondations résultant de l'onde de tempête ont isolé certaines habitations dans les territoires côtiers vulnérables, bloquant l'accès aux services d'urgence, ce qui représente une préoccupation importante au chapitre de la santé et de la sécurité des citoyens. Par exemple, autant dans le nord-est que dans le sud-est de la province, des habitants ont dû être évacués en utilisant de la machinerie lourde lors de l’inondation engendrée par l’onde de tempête de janvier 2000. Il peut aussi y avoir des impacts indirects à la santé liés aux dommages à l’infrastructure locale, le déplacement des populations ou des changements au milieu naturel (Health Canada, 2004).

Nécessité de l’adaptation et de l’anticipation face à l’augmentation du niveau marin

3Pour contrer les risques à la santé et la sécurité et minimiser les coûts associés aux impacts, il est important d’envisager des stratégies d’adaptation. On entend par adaptation un «ajustement des systèmes naturels et humains à un environnement nouveau ou changeant. » (GIEC, 2001). Les options en adaptation peuvent être regroupées en trois grandes catégories soit, le retrait, l’accommodement ou la protection (GIEC, 2001). Le retrait consiste à se déplacer de manière préventive afin d’éviter les impacts potentiels. Le déménagement de résidences, ou autres structures côtières, pour les relocaliser au delà de la ligne de côte, est un exemple d’anticipation d’événements extrêmes. L’accommodement consiste à entreprendre des actions qui permettent de compenser pour les changements qui se produisent. La construction de maisons élevées sur des remblais de terrain et les maisons sur des pilotis pour éviter les inondations ou autres impacts sont des exemples d’accommodement. La protection consiste à ériger des structures telles des murs de pierres, de béton ou encore en utilisant des éléments naturels afin de se protéger de l’érosion, des inondations ou autre impact. La protection peut être naturelle comme dans le cas de l’engraissement de plage et l’utilisation de la végétation, ou plus “rigide” comme la construction de murailles de béton ou de pierres.

4Certains auteurs soulignent le besoin d'agir de manière proactive afin d’être plus en mesure de faire face aux évènements climatiques futurs (GIEC, 2001). « Le degré de danger associé aux risques du changement du climat dans le futur dépend en grande partie de la possibilité et de l'efficacité des actions en adaptation » (traduction libre, GIEC, 2001 : 646). Toutefois, l'adaptation, voire l’anticipation, est une problématique complexe et à ce jour, peu d’orientation ou de ressources sont consacrées aux communautés pour les aider à réduire leur vulnérabilité à certains impacts du changement climatique, tels que la montée du niveau marin et les ondes de tempêtes.

Objectif général de la recherche et du cadre méthodologique

5La présente recherche-action a justement été conçue pour venir en aide aux communautés côtières aux prises avec des problèmes d’inondations et d’érosion. Pour ce faire, les chercheurs, de concert avec des résidents de deux communautés côtières, ont opté pour un processus d’engagement des communautés. Cette démarche participative vise l’information, la sensibilisation et surtout, la prise en charge par la communauté locale de la planification en vue de l’adaptation aux inondations et à l’érosion côtière.

Objectifs spécifiques

6Le processus d’engagement des citoyens qui a émergé de la recherche, fait ressortir plusieurs aspects novateurs dans ce champ d’application. Les objectifs spécifiques visés sont les suivants :

  1. identifier les perceptions et les connaissances locales des résidents en milieu côtier face aux évènements extrêmes et les impacts en lien avec la vulnérabilité du milieu ;

  2. identifier les méthodes adoptées par les résidents pour y faire face ;

  3. identifier les préoccupations des citoyens de Le Goulet et Pointe-du-Chêne face aux impacts du changement climatique et à la montée du niveau marin ;

  4. informer et sensibiliser la population aux impacts du changement climatique et à la montée du niveau marin et aux stratégies d'adaptation en insistant sur l’importance :

    • d’examiner toutes les possibilités en adaptation selon la meilleure information possible existante ;

    • de s'assurer que les éléments de coûts et bénéfices et les impacts sociaux et environnementaux soient considérés pour la prise de décision ;

    • de s'assurer que les décisions soient prises en considérant les données scientifiques sur le changement climatique et la montée du niveau marin ;

  5. accompagner les communautés au moyen de groupes de discussion dans les étapes de la prise de décision, allant de l’appropriation des meilleures données scientifiques disponibles en vue de la conception d’un plan pour l’adaptation aux inondations et érosion, au respect des recommandations identifiées et fidèles à la vision de la communauté. L’équipe de recherche a accompagné les communautés dans la priorisation des options en adaptation. Dans un effet de rétroaction, les chercheurs et les participants ont attribué des priorités en fonction de leurs connaissances, de leurs réflexions et de leurs cheminements face à ces situations et enfin, de leurs capacités à réaliser les options choisies (ressources humaines et financières) ;

  6. analyser le processus d’accompagnement des communautés ; c’est-à-dire les retombées pour chacune des communautés et les changements souhaitables au processus.

Les deux sites privilégiés de la recherche-action

7Deux communautés côtières ont été choisies pour la recherche-action en vue de l’engagement communautaire. La première, Pointe-du-Chêne est située dans le sud-est du Nouveau-Brunswick et la deuxième, Le Goulet est située dans la Péninsule acadienne, dans le nord-est de la province (Figure 1). Les deux communautés ont été choisies suite à des demandes de la part des leaders communautaires auprès des chercheurs de l’Université de Moncton afin de trouver des solutions aux problèmes d’inondation, d’érosion, d’intrusion d’eau salée dans certains puits de résidents d’une part, et aux risques pour la santé et la sécurité suite au débordement des fosses septiques lors des ondes de tempêtes d’autre part. Les deux communautés offraient également la possibilité aux chercheurs d’examiner la prise en charge sous deux modes de gouvernance différents. La communauté de Pointe-du-Chêne est une région de District de Service local, c’est à dire un territoire non incorporé relevant directement du Ministère des Gouvernements locaux, alors que Le Goulet est un village incorporé depuis 1986 avec son maire et ses conseillers élus pour représenter les citoyens et gérer le budget découlant des taxes municipales. Soulignons qu’en 2006 36% de la population de la province du Nouveau-Brunswick vivait dans des territoires non incorporés.

Figure1. Localisation du site d’étude

Figure1. Localisation du site d’étude

8Pointe-du-Chêne est une petite communauté à prédominance anglophone située sur une péninsule basse au nord-est de la ville de Shediac. C’est une région touristique très importante de la province accueillant près de 900 000 visiteurs par an dont près de la moitié visitent le quai de Pointe-du-Chêne (APÉCA, 2003). La communauté est aussi immédiatement adjacente au Parc provincial de la plage Parlee, une autre des attractions touristiques importantes de la région. La péninsule de la pointe est densément peuplée et compte près de 1000 résidents en hiver et au delà de 3000 en été. Ce territoire est situé à 30 km. à l’est du RMR (regroupement métropolitain  du Grand-Moncton) qui compte 126,000 de population.

9Le village de Le Goulet est une petite communauté acadienne francophone côtière de la Péninsule acadienne, dans le nord-est du Nouveau-Brunswick.  Le village, incorporé en municipalité depuis 1986, compte 969 citoyens (recensement de 2002) sur environ 1400 acres de terres.  Comme la pêche est la principale activité économique de la région, la plupart des résidences du village sont situées non loin de la mer, séparées de celle-ci par un marais côtier situé juste derrière une dune et d’une plage en bordure du Golfe du St Laurent.  

Démarche privilégiée

  • 1  Cette étude, financée par Environnement Canada et Ressources Naturelles Canada, avait pour objecti (...)

10La démarche utilisée s’est déroulée en trois temps. Premièrement, les chercheurs ont recueillie les connaissances et les perceptions de plus de 400 résidents de la zone côtière au sujet du changement climatique, des impacts et de l’adaptation. Ce volet de la recherche, qui s’est déroulé dans le sud-est du Nouveau-Brunswick de 2003 à 2006, a été réalisé dans le cadre du projet Impacts de l’élévation du niveau de la mer et du changement climatique sur la zone côtière du sud-est du Nouveau-Brunswick coordonné par Environnement Canada1.  Le volet engagement des communautés de la recherche visait « le renforcement des connaissances et de la compréhension, à l’échelle locale, du processus de changement du littoral et de l’adaptation à celui-ci. » (Environnement Canada, 2006).   Une partie du travail initial consistait à identifier les perceptions sociales et les connaissances face aux impacts du changement climatique et à l’adaptation.  L’apport des Connaissances Environnementales Traditionnelles (CET) des populations locales constitue une source importante de savoir traditionnel séculaire. Les CET possèdent une dimension complémentaire à la science occidentale analytique (Roots, 1998) car elles valorisent l’expérience individuelle dans un esprit collectif et favorisent l’intégration et la compréhension empirique des problèmes. Ces connaissances sont indispensables pour comprendre les réactions en chaîne que provoquent les événements associés aux changements climatiques au sein d’une communauté. Il convient dès lors de partir des perceptions et des représentations pour construire des scénarios d’adaptation.

  • 2  Aussi, 15 entrevues et un groupe de discussion ont été réalisés dans la Péninsule acadienne en 200 (...)

11Pour cette première étape, 39 entrevues semi dirigées ont également été réalisées avec différentes catégories d’acteurs du milieu côtier. Six groupes de discussion ont été tenues afin de valider et de préciser les informations recueillies lors des entrevues.  Par la suite, une quinzaine de rencontres publiques ont été réalisées dans différentes localités côtières du Nord et de l’Est de la province du Nouveau-Brunswick (par exemple Barachois, Bouctouche, Richibouctou, Shippagan, Beresford, Charlo) ayant pour but de diffuser les résultats de la recherche. Ce transfert de connaissance a permis aux chercheurs de valider les informations recueillies à d’autres secteurs du littoral néo-brunswickois.2

  • 3  ARUC-ÉS. 2007 La recherche partenariale : le modèle de l’ARUC-ÉS et du RQRP-ÉS par l’Alliance et l (...)

12La deuxième étape de la recherche, menée avec les communautés de Pointe-du-Chêne et de Le Goulet  visait l’accompagnement de ces deux communautés dans la réalisation d’un plan opérationnel pour l’adaptation aux impacts du changement climatique et de la montée du niveau marin.  Pour la première phase de cette deuxième étape, une série de six présentations ont été réalisés dans les communautés en vue d’en arriver à une co-définition de l’objet de recherche.3 Pour alimenter ces présentations, différents chercheurs et spécialistes dans les domaines liés au changement climatique et à l’adaptation sont intervenus. Un météorologue, un géomorphologue, un ingénieur en structures, un biologiste de la faune et de la flore, une économiste de l’environnement, et un chercheur en études de l’environnement ont tous présentés différents aspects de la question afin d’éclairer le processus de prise de décision. Suite à ces présentations, deux chercheurs ont coordonné cinq groupes de discussions dans ces communautés qui ont conduit à la rédaction d’un plan pour l’adaptation. Les groupes de discussion ont permis de rejoindre de 10 à 15 participants des communautés qui avaient démontré un intérêt à poursuivre le travail de réflexion nécessaire à l’élaboration d’un plan d’action. Les décideurs locaux comme le maire, les conseillers, le président de district local de service (DSL) et les membres du comité de DSL faisaient parti de ces groupes. À chacune des rencontres, les propos ont été recueillis et ont fait l’objet d’une analyse de contenu.

  • 4  Corinne Gendron et al. (avec la coll. de Christiane Gagnon), 2004. Développement durable et économ (...)

13Comme troisième et dernière étape de la recherche, les chercheurs ont voulu analyser le processus entrepris avec les communautés en vue développement durable et ce dans l’intérêt général4. Pour ce faire, six entrevues semi-dirigées ont été réalisées avec des participants de Le Goulet et six autres avec ceux de Pointe-du-Chêne.

14Enfin, il est important de souligner que l’ensemble des informations recueillies par l’entremise des entrevues, des groupes de discussion et des présentations pour les trois étapes de la recherche ont fait l’objet d’une analyse thématique (Paillé, 1996).

Résultats

Identification des perceptions et connaissances locales

15De manière générale, les participants aux entrevues dans le sud-est et le nord-est de la province du Nouveau-Brunswick perçoivent que les évènements extrêmes (par exemple verglas, ondes de tempêtes avec vents forts) ont toujours marqué le paysage côtier mais ils sont d’avis que ceux-ci se produisent plus souvent ou encore, avec plus d’impact depuis 5 ans et plus. On parle aussi d’autres impacts liés au changement climatique tels l’érosion et les inondations, la fonte des glaciers, l’absence de glace sur la côte en hiver et les risques d’érosion qui en résultent (aux plages et aux dunes notamment). Certains parlent d’hivers plus doux, d’écarts de température, de changements dans les précipitations. Dans l’ensemble, on semble être préoccupés par les impacts potentiels sur les pêches et le tourisme, deux secteurs importants de l’économie. Les répondants souhaitent que les gouvernements s’impliquent pour aider les citoyens à faire face à ces défis.

16Soulignons que ces deux communautés sont de caractéristiques organisationnelles, culturelles et politiques différentes. Tout d’abord, au plan de la localisation géographique Pointe-du-Chêne est localisée à seulement 25 kilomètres du Grand Moncton et ce territoire urbain est l’un des plus prospère du Nouveau-Brunswick. Le Goulet, quant à lui, se retrouve dans la Péninsule acadienne, un territoire éminemment rural et considéré comme un des territoires les plus défavorisés de la province. Par ailleurs, alors que Le Goulet est une municipalité constituée et peuplée par une population à plus de 99% de francophones et d’acadiens, Pointe-du-Chêne est un District de Service Local (DSL) composé de 90 % d’anglophones. En outre, l’économie du village de Le Goulet repose sur la pêche (Lavallée, 2002), tandis que celle du DSL Pointe-du-Chêne dépend davantage du secteur des services et des retraités.

Pointe-du-Chêne 

17La communauté, de part sa localisation, est très vulnérable aux inondations. Le pont du chemin de Pointe du Chêne, l’accès principal à la communauté, est inondé fréquemment lors d’ondes de tempête, voire même lors de marées astronomiques. L’accès secondaire à la communauté via le Parc de la plage Parlee, se retrouve également sous l’eau lors de ces évènements. Plusieurs des rues se retrouvent aussi sous l’eau lors d’ondes de tempêtes. Les résidents sont donc, à toutes fins pratiques, bloqués dans la péninsule, ce qui fait craindre le pire en cas de besoins des services d’urgence. Déjà, lors de l’onde de tempête de janvier 2000, un résident souffrant de malaise qui devait être évacué par ambulance a dû être transporté à bras d’homme par deux citoyens lors de la zone inondée jusqu’au lieu où le véhicule d’urgence pouvait se rendre.

18Les inondations des terrains obligent aussi les citoyens à suivre les avis de faire bouillir l’eau émis pour prévenir les cas de contamination de l’eau potable. Les résidents craignent également pour la qualité de l’eau de la baie de Shediac puisque les stations de pompage des eaux usées de la ville de Shediac se retrouvent inondées et des eaux non traitées y sont déversées.

19L’érosion est aussi un facteur non négligeable de préoccupations pour certains endroits du territoire de Pointe-du-Chêne. La communauté, et surtout l’Église Anglicane, propriétaire d’environ 70% des terrains, a investi des sommes d’argent considérables pour protéger les régions plus exposées. La principale action fut d’ériger des remparts de roches de granit, ce qui s’est avéré relativement efficace. Le quai a également nécessité des modifications importantes. En effet, en 2004, des investissements de l’ordre de 2 millions de dollars ont été réalisés pour permettre la réparation et les modifications de cette infrastructure. Les remparts du quai ont été élevés de près d’un mètre (3 pieds) de manière à mieux résister aux évènements extrêmes.

Le Goulet

20De nombreux cas d’inondations ont perturbé les activités de la communauté. Soulignons que ce village est situé à proximité de la ville de Shippagan. Ces deux territoires ont la caractéristique d’être très bas et aussi et portaient antérieurement le nom de Taylor Island. En 1995, des inondations de plusieurs résidences et routes se sont produites suite à une tempête dans le village de Le Goulet.  Les évènements extrêmes de janvier et d'octobre 2000 ont aussi été marquants pour la communauté avec des inondations importantes sur le chemin principal et autour de quelques résidences. Lors de la tempête de janvier 2000, environ 12 résidences ont dû être évacuées (Village Le Goulet, 2000). Ces évacuations ont été rendues difficiles par la présence d’eau sur le chemin principal.  Le fait que l’inondation ait eu lieu le jour a permis aux citoyens de voir venir l’onde de tempête.  Cependant, ceci fait craindre le pire pour les cas où cela se produirait en pleine nuit.  

21Environ 2000 pieds de passerelles ont été endommagés ou détruits à Le Goulet. De plus, la dune elle-même, qui offre une certaine protection naturelle à la région, a été passablement érodée lors de cette tempête, ce qui fait craindre pour les évènements de tempêtes futures. Cette dune, qui pouvait par endroit s’élever à environ 2 mètres de hauteur au dessus de la haute plage (O’Carroll et Bérubé, 1997), est aujourd’hui de moins d’un demi-mètre. Également, lors de la tempête d’octobre 2000, le chemin d’accès au quai a été inondé et les vagues ont causé des dommages au quai. Lors de ce même évènement, des sections de routes se retrouvaient sous l’eau et au moins un résident a dû être évacué en utilisant de la machinerie lourde, le niveau de l’eau étant trop élevé pour un véhicule conventionnel.

22Depuis 1997, la communauté avait placé des clôtures à neige pour tenter de capter le sable et engraisser la dune mais tous ces équipements d’une valeur d’environ 250 000 $ ont été perdus lors de la tempête de janvier 2000.

23En décembre 2003, une autre tempête faisait grimper les eaux de la mer jusqu’à la rue principale (Cochrane, 2003). Suite à toutes ces tempêtes, environ 60 résidences ont connu des intrusions d'eau salée dans les puits d'eau potable. D’autres résidences ont connu des cas de moisissures.  Depuis ce temps, environ 30 domiciles ont des problèmes de qualité d'eau. Avec les changements climatiques et la montée du niveau marin, la communauté craint que davantage de maisons soient affectées dans un avenir rapproché. On parle d’au moins 50 domiciles en zone à risque. De plus, l'érosion qui frappe depuis toujours le village de Le Goulet s'est accrue avec des changements considérables à la dune et à la plage devant l'édifice municipal et la partie centrale du village. Certains résidents parlent de pertes de plusieurs mètres de terrain de leur propriété.

24Les membres de la communauté reconnaissent que ces évènements ne sont pas nouveaux, des cas semblables d’inondations ayant eu lieu en 1995 et auparavant. Cependant, la fréquence des évènements semble changer, la dune offre moins de protection et les prédictions sur la montée du niveau marin font que les résidents craignent que de tels évènements ne se produisent plus souvent à l’avenir. De plus les glaces, qui en hiver offrent une certaine protection contre l’érosion, semblent se former de plus en plus tardivement sur le Golfe du St-Laurent.

25Ces évènements ont poussé certains résidents à effectuer des travaux de remblayage près de leur domicile pour tenter de minimiser les problèmes d’inondations, mais il existe un besoin d’actions plus concertées pour réduire efficacement les risques lors d’évènements extrêmes.

Mesures initiales en adaptation dans les communautés

26À la lumière des résultats des entrevues et des groupes de discussion réalisés dans la première phase du projet, il semble que plusieurs résidents des communautés sont déjà actifs en matière d’adaptation. Plusieurs en effet ont entrepris des travaux, surtout de protection, par l’érection de murs de pierres de granit. Les quais entre autres ont reçu des appuis financiers importants du gouvernement fédéral, ce qui a permis la construction de murs de pierres et de structures de béton. D’autres encore ont effectué des mesures d’accommodement en effectuant du remblai afin d’élever le niveau du terrain ou encore, pour dévier les eaux en cas d’inondations. Certains ont élevé la hauteur de la fondation de leur résidence. Autres que pour les quais et le travail effectué sur les propriétés de l’Église Anglicane de Pointe-du-Chêne, la majorité des travaux ont été initiés sur une base individuelle et les techniques utilisées ont été adoptées par imitation ou par essai-erreur. Notons aussi que des efforts de protection par la restauration de la dune ont été entrepris par la municipalité à Le Goulet, mais les clôtures utilisées ont été détruites par une onde de tempête. Cette approche a été abandonnée.

Contraintes à l’adaptation

27Malgré les efforts entrepris, les répondants sont d’avis qu’il faut agir beaucoup plus et plus rapidement pour mieux faire face aux évènements extrêmes. Le manque de ressources et le manque d’orientation gouvernementale claire et appropriée  ont été les deux plus importantes limites à l’adaptation identifiées. Dans le cas de Pointe-du-Chêne, le comité de DSL a depuis longtemps ciblé les impacts à la communauté résultant de l’inondation et des solutions à privilégier. Malgré leurs nombreux efforts de convaincre les gouvernements, ils ont eu peu de succès à obtenir les appuis financiers nécessaires pour les réaliser (Chouinard et Martin, 2007). Comme le comité agit à titre de comité conseil et ne dispose d’aucune ressource financière, il reste difficile dans ce contexte de planifier son propre développement. Le type de gouvernance, voire la faiblesse de la gouvernance locale étant donné la difficile coordination avec les fonctionnaires et les autorités gouvernementales, se révèle être un facteur prédominant dans la capacité adaptative des communautés (Chouinard et al., 2006). Pourtant selon Beatley et al. (2002), c’est au niveau du gouvernement local que la prise en charge pour un développement plus durable a le plus de chance d’émerger.

28Plusieurs répondants ont aussi critiqué l’absence d’une politique fonctionnelle ou de règlements pour empêcher le développement immobilier dans les zones inondables au Nouveau-Brunswick alors que la Province avait adoptée une Politique de protection des zones côtières en 2002. On déplore l’absence de règlements spécifiques liés à la politique et les zones qui tombent en dehors de la règlementation existante, considérée désuète, ne sont toujours pas protégés. Ceci est particulièrement le cas dans le sud-est de la province où le développement immobilier en milieu côtier a connu un essor important dans la dernière décennie. Pour d’autres, les éléments de la politique, comme la restriction à construire à au moins 30 mètres de la ligne des hautes eaux et à une hauteur minimale de 2 mètres au dessus du niveau des hautes eaux ne suffisent pas. L’onde de tempête de 2000 atteignait le niveau prescrit par la politique, comme quoi elle ne tient pas compte de la hausse du niveau marin à venir.

Évolution des perceptions au sujet de l’adaptation suite à l’information et la sensibilisation en vue de l’engagement des communautés

29Dans la municipalité de Le Goulet, les participants sont d’avis que le processus vécu a contribué à changer de manière significative leur point de vue sur les solutions aux problèmes d’inondations. Déjà en 2002, la municipalité avait chargé une firme de consultant en ingénierie d’évaluer les coûts associés à la construction d’un mur de protection. À ce moment, la communauté envisageait la construction d’un mur de protection de 3,8 kilomètres, ce qui représentait un coût d’environ 3,3 millions de dollars (Roy Consultants, 2002). Suite aux discussions et au processus d’engagement communautaire, les participants à la recherche-action, ont indiqué que le retrait est une option davantage souhaitable, au moins pour une trentaine de domiciles les plus touchés par l’inondation lors d’ondes de tempêtes. Le fait que ces domiciles ne jouissent plus d’une eau potable de qualité suite à l’intrusion de l’eau salée a grandement favorisé l’option de retrait. En fait, le retrait pourrait permettre d’éviter la plupart des impacts vécus par les résidents des zones inondables. Les inondations, l’intrusion d’eau salée, l’inondation des fosses septiques, la contamination par des champignons et les problèmes d’accès au domicile lorsque les routes sont inondées seraient évités par une relocalisation en terrain plus élevé des résidences. La démarche a fait ressortir certaines incertitudes par rapport aux effets de l’érection d’un mur de protection. Les participants au début du processus étaient convaincus que le mur anti-érosion préviendrait les problèmes d’intrusion d’eau salée et d’inondation en plus de ralentir l’érosion. Pourtant il est précisé dans l’étude d’ingénierie qu’une telle structure permettrait toujours l’inondation des marais côtiers situés derrière le mur par les extrémités du village (Roy Consultants, 2002). Si tel est le cas, rien n’empêcherait l’intrusion d’eau et les inondations, bien que celles-ci pourraient être ralenties. Il faudrait alors envisager d’autres moyens, tels la construction d’un aqueduc et d’un égout sanitaire municipal pour solutionner les problèmes d’eau potable. Ces mesures nécessiteraient des investissements de plus de 14 millions de dollars. Les participants ont donc identifié comme deuxième option dans leur plan pour l’adaptation qu'une étude plus en profondeur soit réalisée pour clarifier la valeur d'un mur de protection en fonction des inondations et de l'intrusion d'eau salée. Ils sont persuadés que cette information serait cruciale pour convaincre le reste de la population que le retrait est une option davantage viable tant au niveau économique, environnemental que social.

30Les impacts d’un mur sur la plage et les espèces végétales locales et l’esthétique de la communauté sont des préoccupations qui n’étaient pas ou peu présentes au départ chez les participants à la recherche-action. Pourtant, les répondants ont identifié ces éléments comme des appuis forts envers l’option du retrait plutôt que pour la protection.  

31La démarche a également permis d’élargir la vision de l’adaptation pour ajouter des mesures non envisagées au départ. Ainsi, les participants de la municipalité de Le Goulet ont choisi comme option, d’entamer des discussions avec la Commission d’aménagement de la région (CAPPA) afin d’assurer que des mesures de zonage appropriées empêcherait toute construction future dans la zone à risque. Dans le même sens, les discussions ont permis d’identifier des besoins en recherche. Des cartes détaillées de la région avec les élévations sur lesquelles différents scénarios d’inondation pourraient être projetés ce qui permettrait de mieux identifier la zone à risque. Aussi, les résidents sont préoccupés par les impacts de la construction d’un mur sur les courants marins et le taux d’érosion. C’est par mesure de vigilance et de précaution qu’ils soulignent le besoin de recherche en ce sens.

32À Pointe-du-Chêne, les options priorisées dans le plan pour l’adaptation qui a émergé de la présente recherche sont à quelques distinctions près les mêmes solutions que celles envisagées avant le début du processus (Chouinard et Martin 2007a). La réalisation d’un pont plus élevé par exemple demeure la clé de la réponse pour cette communauté. Des discussions à ce sujet avec les fonctionnaires provinciaux vont bon train. Comme deuxième mesure les participants ont choisi de conserver l’idée d’une digue et de système d’aboiteaux pour prévenir l’inondation lors d’onde de tempêtes. Les participants affirment être conscients des coûts élevés et des impacts environnementaux potentiellement élevés associés à une telle mesure, mais ils veulent voir la réalisation d’une étude plus exhaustive pour évaluer l’option. De l’avis de certains répondants, la construction d’une digue sera difficile à vendre dans une communauté qui tient au côté esthétique du milieu.

33Des mesures non envisagées au départ ont cependant émergées. Par exemple, le besoin d’un zonage plus restrictif pour les constructions futures, la nécessité de développer un plan de communication et de travailler à la sensibilisation et l’éducation de la population et l’importance de créer des liens plus étroits avec certains fonctionnaires ont été retenus comme mesures additionnelles.  

Évaluation du processus de recherche-action en lien avec la gestion intégrée

34Les répondants des deux communautés ont trouvé la démarche positive mais pour différentes raisons. À Le Goulet, les répondants ont parlé de l’importance de la démarche dans le choix de solutions plus durables et moins coûteuses. Pour les participants de Pointe-du-Chêne, la démarche a permis d’amener de nouvelles informations mais a surtout été importante pour donner plus de crédibilité aux efforts déjà entrepris par le comité de DSL. Les rencontres et les discussions ont permis aux chercheurs d’organiser et de structurer les idées existantes et de les graver sur papier. Elle a également permis de bâtir des liens plus solides avec des fonctionnaires impliqués dans le dossier. Les chercheurs ont été décrits comme créateurs de ‘ponts’ voire de ‘passerelles’ entre les fonctionnaires et citoyens. Aussi, certains ont soulevé l’importance de hiérarchiser les mesures envisagées par les groupes de discussion de 10 à 15 personnes participant à la recherche-action en leur attribuant un ordre de priorité. Ce que le processus a permis d’assurer.  

35La majorité des participants des deux communautés ont affirmé que la démarche effectuée a permis de comprendre l’importance du phénomène et aussi de renforcer l’importance d’agir sur l’adaptation. Également dans les deux cas, on signale aux chercheurs que leur appui devrait se poursuivre. Ils voient la nécessité pour les chercheurs de continuer leur implication pour ce qu’ils entrevoient comme une suite logique des choses, c’est-à-dire le travail de sensibilisation et de communication auprès de la communauté plus large. Les participants de Le Goulet surtout sont d’avis que le reste de la communauté changerait aussi de point de vue par rapport aux solutions à adopter (voire en particulier le retrait) s’ils vivaient le même processus- rencontre, échanges et discussions avec les chercheurs de divers horizons. Bien qu’à certaines nuances près avec les travaux de Levratto et Clémenceau (2006), à Le Goulet, on appréhende avec une certaine crainte l’ampleur du travail de communication qui reste à faire puisqu’on perçoit que plusieurs résidents sont encore convaincus de la nécessité d’un mur de protection. À Pointe-du-Chêne, on craint aussi que l’ensemble des citoyens ne voient pas le bien-fondé du travail entrepris. Plusieurs croient que la communauté est divisée entre les résidents qui y vivent depuis longtemps, moins fortunés en général et moins convaincus de la nécessité d’agir et les nouveaux arrivants, souvent retraités, mieux nantis, plus éduqués et ayant davantage tendance à choisir des options individuelles. De plus, la présence d’une majorité de résidents saisonniers complique les efforts de communication.

36Un élément indirect du processus d’engagement communautaire, que les chercheurs avaient peut-être sous-estimés, est l’importance de la communication et de l’implication des fonctionnaires de différents ministères tout au long du processus. Un effort constant pour inviter les fonctionnaires responsables des dossiers touchant le secteur et des présentations faites aux fonctionnaires a contribué à créer des liens plus forts avec ces derniers tout en les tenant au courant des démarches des communautés.

37La participation de chercheurs de différentes disciplines touchant la question du changement climatique et de l’adaptation a été jugée comme étant très importante par les participants. À Le Goulet cependant, on précise qu’il faut éviter les présentations en anglais, étant donné que les résidents ne sont pas nécessairement bilingues. De manière générale dans les deux communautés on a critiqué le manque de précision des objectifs au départ et des justifications de la démarche. Les participants sont d’avis qu’il aurait été possible d’attirer plus de participants aux rencontres publiques si les résultats attendus avaient été mieux explicités. En effet, la participation à certaines présentations de type grand public n’a pas eu les succès escomptés, réunissant seulement de 30 à 35 résidents plutôt que les 60 à 80 qui étaient visés. Une autre critique soulevée à Pointe-du-Chêne est le fait que la recherche-action ou la démarche entreprise en vue de l’engagement communautaire s’additionne à une liste d’études déjà réalisées et ne résulte pas en action concrète. Il y a une certaine frustration chez les participants de constater autant d’investissement en temps et de ne pas voir plus d’actions concrètes pouvant être mises en place.

38Dans les deux cas, les gens se sont impliqués et ont participé au processus parce qu’ils ont été témoins d’impacts sérieux des phénomènes d’inondation et d’érosion dans leur communauté ou encore ont eux-mêmes été exposés à des impacts. Certains ont participé avec le désir d’aider la communauté mais n’étaient pas certains que le retrait rallie la population et priorise cette option. Certains affirment que la démarche a cependant créé davantage d’optimisme et d’assurance chez les participants.

39Les deux communautés ont soulevé le bien fondé et la nécessité de poursuivre un exercice d’évaluation des coûts tel qu’envisagé par des collègues d’Environnement Canada au printemps 2007. Cette étape, qui devrait permettre d’associer des coûts aux options en adaptation identifiées par les communautés, est évaluée très importante pour mener à une décision finale sur les options retenues.

Conclusion

40La recherche-action entreprise voulait définir et mettre en œuvre une démarche participative à travers l’engagement de deux communautés côtières pour l’adoption de mesures d’adaptation aux inondations et à l’érosion côtière. Suite à des travaux de recherche effectués depuis 2003 à Pointe-du-Chêne et depuis 2005 à Le Goulet, des membres de deux communautés côtières de la province du Nouveau-Brunswick ont participé à un tel processus. Cet outil a permis aux participants de comprendre l’ampleur du phénomène de l’élévation du niveau marin, de l’adaptation aux changements climatiques et de l’élaboration de leur plan d’action. Les deux communautés admettent que beaucoup de travail reste à faire pour sensibiliser leur population et faire connaître les raisons derrière les mesures en adaptation retenues. Pour ce faire, ils désirent une suite à l’appui des chercheurs au plan d’engagement communautaire.

41Le processus enclenché a permis de constater que les citoyens des deux communautés sont déjà à l’œuvre en matière d’adaptation mais que les efforts de protection entrepris l’ont été surtout sur une base individuelle et que davantage d’actions concertées sont nécessaires. Également, la mise en commun des connaissances scientifiques et des connaissances locales a permis aux chercheurs de mieux connaître les enjeux locaux et aux participants des communautés d’élargir leur compréhension des impacts (Tableau 1).  

Tableau 1. Les résultats schématiques des étapes de la recherche dans les deux communautés.

Tableau 1. Les résultats schématiques des étapes de la recherche dans les deux communautés.

42Dans l'ensemble, l'évolution des mesures envisagées pour l'adaptation montre qu'il y a eu une certaine intégration des connaissances scientifiques pour appuyer les décisions locales. De même, il semble y avoir eu un renforcement des liens entre chercheurs, résidents, gestionnaires locaux et fonctionnaires, ce qui va dans le sens de l'augmentation de la capacité adaptative des communautés. Cependant, les chercheurs sont d'avis qu'un processus d'accompagnement pour faciliter ce passage est nécessairement long et devrait même se poursuivre sur une base continue. Il s'agit d'une question de démocratie locale et de responsabilité sociale du chercheur et des gouvernements supérieurs.  

43La démarche entreprise a permis aux chercheurs de comprendre davantage comment les communautés s’approprient le langage scientifique selon leur situation particulière. Surtout, les chercheurs ont constaté qu'il est difficile de faire les passerelles entre les intentions des chercheurs et les populations locales lorsqu'on procède après qu’un projet est déjà conçu et complètement pensé par les chercheurs uniquement. En effet, le volet engagement des communautés découlant du projet Impacts de l’élévation du niveau de la mer et du changement climatique sur la zone côtière du sud-est du Nouveau-Brunswick (Environnement Canada (2003-06) a été ajouté après la conception initiale de la recherche. Les chercheurs sont d'avis que les participants attendaient les réponses des "experts" et que les citoyens pensaient que les solutions ne pouvaient pas venir de la communauté même. En effet, les chercheurs ont entendu les participants dire "dites nous (en s'adressant aux chercheurs) c'est quoi la bonne stratégie" tout au long du processus. Alors que les chercheurs voulaient créer un processus qui soit piloté par la communauté mais appuyé par les connaissances de recherches et données scientifiques, les participants ont eu, plus souvent qu'autrement l'attitude d'attendre les réponses des chercheurs. Il fut difficile et long pour les chercheurs de provoquer le virage souhaité.

44Le travail à l'échelle de la communauté dans lequel les chercheurs ont été impliqués sur une période de temps relativement importante a permis à ceux-ci de constater les différences d'échelle qui existent entre la recherche et les besoins des localités. Alors que la recherche, de part sa nature, touche une échelle plutôt globale ou régionale, les communautés ont des besoins et présentent des situations propres à leur localité, d'où l'importance de l'engagement des chercheurs à ce niveau.

45Enfin, le travail fait ressortir la difficulté pour des petites communautés (moins de 1000 habitants dans ces cas-ci) et souvent éloignés des centres de prise décisions de trouver des ressources et des appuis au niveau des gouvernements pour agir de manière à répondre à leurs préoccupations, ce qui soulève la question de balancier entre la démocratie et l’inclusion des plus vulnérables et le restant de la société.

Nous remercions Alice Koné et Claire Kostrzewa, stagiaires à la MÉE, pour leur collaboration à la rédaction de cet article.

Haut de page

Bibliographie

Agence de promotion économique du Canada Atlantique (APÉCA), 2003,  APECA site Web – Nouvelles - Communiqués. [En ligne: http://www.acoa.ca/f/media/press/press.shtml?2341 , consulté le 2 mars 2007.]

ARUC-ÉS, 2007, La recherche partenariale : le modèle de l’ARUC-ÉS et du RQRP-ÉS par l’Alliance et le Réseau en économie sociale, Services des communication UQAM, 24 p.

Atlantic Canada Opportunities Agency (ACOA), 2003, ACOA Website - News - News Releases, [En ligne: http://www.acoa.ca/f/media/press/press.shtml?2341 , consulté le 2 mars 2007]

Beatley, Timothy, David J. Brower et Anna K. Schwab, 2002, An introduction to coastal zone management, Second edition, Washington, D.C., Island Press, 329 p.

Chouinard,O., Martin, G. et Vanderlinden, J.-P., 2006, La gouvernance et l'adaptation au changement climatique : le cas du sud-est du Nouveau-Brunswick, dans Inégalités, démocratie et développement : Des enjeux pour la gouvernance des territoires locaux et régionaux sous la direction de Martin Simard, Danielle Lafontaine, Sébastien Savard, Murielle Tremblay et Pierre-André Tremblay , Rimouski UQAR, ARUC-ÉS-CRDT-GRIDEQ-GRIR, pp. 273-287.

Chouinard, O. et G. Martin, 2007, Un plan communautaire pour l'adaptation au changement climatique pour Le Goulet, Nouveau-Brunswick: la rencontre de la science, des valeurs et des connaissances locales, Université de Moncton, Programme de Maîtrise en études de l’environnement.

Chouinard, O. et G. Martin, 2007a, A community plan for adaptation in Pointe-du-Chêne, New Brunswick: Combining science, values and local knowledge in designing a climate change adaptation plan. Université de Moncton, Programme de Maîtrise en études de l’environnement.

Cochrane, M., 9 décembre 2003, La mer est sortie de ses gonds à Le Goulet, Acadie Nouvelle

Dalhousie Coastal Ocean Prediction, 2005,  [En ligne : http://www.phys.ocean.dal.ca/~dalcoast/Dalcoast1/exper/index.html , consulté le 2 mars 2007.]

Environnement Canada, 2006, Impacts de l’élévation de la mer et du changement climatique sur la zone côtière du sud-est du Nouveau-Brunswick. [en ligne : http://atlantic-web1.ns.ec.gc.ca/slr/ , consulté le 2 mars 2007]

Gendron, C. et al. (avec la coll. de Gagnon, G.), 2004. Développement durable et économie sociale : convergences et articulations. CRISES R-17-2004. 36 p.

Health Canada, 2004, Climate change and health: research report. [En ligne : http://www.c-ciarn.ca/health/app/filerepository/A98AE248854D4C1ABC8E9B03D70A2284.pdf , Consulté le 7 Novembre, 2005]

O’Carroll, S. et D. Bérubé, 1997. Options de restauration de la dune de Le Goulet, Nouveau-Brunswick: une évaluation géomorphologique. Ministère des Ressources naturelles et de l’énergie du N.-B, Division des ressources minières et de l’énergie,  Dossier public D.P. 97-9, 43 pages.

Lavallée, J., 2002, L’histoire du village de Le Goulet, Moncton, Les éditions de la francophonie, 235 p.

Levratto, N. et I. Clémenceau, 2006, Élaboration d’un indice de vulnérabilité socio-

économique d’un littoral : une application au cas de la région Corse, VertigO, Vol. 6 no.3 [En ligne : http://www.vertigo.uqam.ca]

Paillé, P., 1996, De l’analyse qualitative en général et de l’analyse thématique en particulier. Dans Archambault, J. et Paillé, P. (Eds)., La recherche qualitative dans la santé, Recherches qualitatives, 15:181-194.

Robichaud, A., 2000, Beaubassin Planning Commission, Shediac, N.-B. January 2000 storm damage report. Non-publié.

Roots, F., 1998, Inclusion of Different Knowledge Systems in Research, Terra Borealis, Traditional and Western Scientific Environmental Knowledge, Institute for Environmental Monitoring, Workshop Proceedings, Micheline Manseau Ed., Northwest River, Labrador, 10 et 11 septembre 1997, 42-49 p.

Roy Consultants, 2002, Protection côtière et drainage du lac de Le Goulet, Aqueduc égout sanitaire, 5 avril 2002, Bathurst, N.-B.

Village Le Goulet, 2000, L’impact des désastres naturels au village de Le Goulet, N.-B. Document non publié.Image3

Haut de page

Notes

1  Cette étude, financée par Environnement Canada et Ressources Naturelles Canada, avait pour objectif de faire le point sur la vulnérabilité des communautés côtières du sud est du Nouveau-Brunswick face aux changements climatiques et au rehaussement du niveau marin. Plus de neuf volets étaient à l’étude (p. ex. climatologie ; élévation de la mer et subsidence régionale ; climatologie- ondes de tempête, vagues et glace ; modélisation des zones de tempêtes et météorologie ; modèle altimétrique numérique LIDAR ; cartographie des risques d’inondation ; érosion des côtes ; impacts sur les écosystèmes ; impacts socio-économiques ; stratégie des mesures d’adaptation ; et établissement d’une capacité d’adaptation), et l’engagement des communautés chevauche les volets socio-économiques et d’adaptation.

2  Aussi, 15 entrevues et un groupe de discussion ont été réalisés dans la Péninsule acadienne en 2006 et 2007 dans le cadre recherche toujours en cours en collaboration avec des chercheurs de l’UQAR et ont servi à l’analyse. Cette recherche examine les politiques, la gouvernance et le renforcement des capacités communautaires pour l’adaptation aux changements climatiques des zones côtières, insulaires et continentales dans la partie nord et sud du Golfe du Saint-Laurent. Les résultats de cette recherche seront publiés sous peu en collaboration avec Pascal Bernatchez, Ph.D., Université du Québec à Rimouski et Nicole Thivierge.

3  ARUC-ÉS. 2007 La recherche partenariale : le modèle de l’ARUC-ÉS et du RQRP-ÉS par l’Alliance et le Réseau, Services des communication UQAM, 24 p.

4  Corinne Gendron et al. (avec la coll. de Christiane Gagnon), 2004. Développement durable et économie sociale : convergences et articulations. CRISES R-17-2004. 36 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure1. Localisation du site d’étude
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/1912/img-1.png
Fichier image/png, 102k
Titre Tableau 1. Les résultats schématiques des étapes de la recherche dans les deux communautés.
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/1912/img-2.png
Fichier image/png, 66k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Omer Chouinard, Steve Plante et Gilles Martin, « Engagement des communautés face au changement climatique : une expérience de gestion intégrée à Le Goulet et Pointe-du-Chêne au Nouveau-Brunswick », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Volume 7 Numéro 3 | décembre 2006, mis en ligne le 21 décembre 2006, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://vertigo.revues.org/1912 ; DOI : 10.4000/vertigo.1912

Haut de page

Auteurs

Omer Chouinard

Université de Moncton, Département de sociologie et Programme de la Maîtrise en études de l’environnement, Nouveau-Brunswick, chouino@umoncton.ca

Articles du même auteur

Steve Plante

Université du Québec à Rimouski-Centre de recherche sur le développement territorial , MÉE, Université de Moncton, steve_plante@uqar.qc.ca

Articles du même auteur

Gilles Martin

Université de Moncton, Département de sociologie et Programme de la Maîtrise en études de l’environnement, Nouveau-Brunswick, chouino@umoncton.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page