Skip to navigation – Site map
2017

Espèces introduites : entre bénéfices sociétaux et dangers pour les écosystèmes

Conférence pluridisciplinaire, Université des Antilles, Campus de Schœlcher-Martinique/ 21 au 24 novembre 2017

Problématique et objectifs

La planète est confrontée à l’une de ses plus importantes crises écologiques qui aura des retentissements sociétaux considérables à long terme : les modifications des processus écosystémiques et la perte de la biodiversité dues en grande partie à l'anthropisation. Au cours de longues phases temporelles, toutes les civilisations des différentes régions bioclimatiques (des différents biomes) se sont construites au sein des écosystèmes. C’est au bout de très longs, fastidieux et méthodiques processus de domestication et d’apprivoisement que des animaux et des végétaux, objets pluraux de chasse et de cueillette, sont devenus progressivement des enjeux vitaux, des sortes de faunes et de flores reconstituées que l’on nomme de nos jours agro-systèmes. Pour le développement des sociétés, cette activité centrale de production alimentaire était consubstantielle à l’utilisation des autres composantes animales et végétales des milieux naturels. De l'aventure humaine au sein des complexes biologiques des milieux océaniques et terrestres, il en résulta une modification quantitative et qualitative des éléments de la biodiversité aussi multiples que variés en fréquence et en intensité. Ces actions humaines directes et/ou indirectes ont entrainé progressivement une perte de capacité de résilience écosystémique. Toutefois, à l'échelle mondiale, ces biosystèmes furent les milieux de vie des différents peuples. Aujourd'hui encore nombre de formes d'organisation du vivant restent des éléments assurant, en bonne partie, la survie des populations rurales. De ce fait, eu égard à leurs multiples fonctions, ils (les écosystèmes) sont fortement convoités dans le cadre du développement sociétal.

Les voyages et les conquêtes de terres nouvelles ont permis la dissémination d’espèces à partir de leur lieu de domestication. L’introduction de plantes n’est donc pas un phénomène nouveau et est consubstantielle à l’histoire de l’humanité. La dynamique migratoire de certains peuples est étroitement liée à celle de végétaux nécessaires à leur survie. L’épopée amérindienne dans le bassin caraïbe, qui se traduisit par l’introduction de nombreuses espèces végétales utiles, est un exemple éloquent. Dans les Amériques comme ailleurs dans le Monde, aux espèces exogènes importées des régions proches se sont adjoints divers taxons pantropicaux. Les introductions successives qui peuvent être accidentelles ou intentionnelles sont dues principalement à l’augmentation des échanges notamment agricoles , aux intérêts économiques grandissants associés aux productions de végétaux horticoles, aux animaux d'ornement ou de compagnie (notamment une partie de l'avifaune), à la recrudescence des collections végétales et animales dans les jardins botaniques, les parc zoologiques et les espaces verts ou paysagers. L’anthropisation progressive des milieux planétaires s’est souvent traduite par des dynamiques singulières d'envahissement d’espèces introduites au détriment de taxa autochtones. Les espèces introduites sont utilisées dans l'ensemble des activités des populations planétaires et peuvent être utiles pour la survie et le développement des sociétés ou dangereuses pour la stabilité systémique des écosystèmes.

Le colloque sera pluridisciplinaire et réunira des spécialistes de biogéographie, de biologie, de botanique, d'écologie, d'ethnobiologie, d'ethnobotanique, d'histoire, de droit, d'économie, de sociologie, et d'anthropologie. A ces derniers seront associés des professionnels publics et privés du tourisme, de la conservation de la biodiversité, de l'aménagement, de la gestion des milieux naturels et de l’ingénierie environnementale. Les littéraires, les philosophes et autres linguistes pourront y participer singulièrement dans le thème consacré aux rapports entre Homme et espèces introduites sous l'ange des perceptions et des représentations. Les enjeux liés à l'importance des espèces introduites dans le développement économique et à leurs impacts écosystémiques seront au centre des développements.

Les thèmes suivants ne sont pas définitifs, toutefois guideront les contributions : Les études proposées devront être sectorielles ou holistiques. Les cas concrets autant que les synthèses globales notamment théoriques sont à considérer.

Thème 1 - Espèces introduites et milieux naturels : Effets sur la Structure, le Fonctionnement et l'Évolution des écosystèmes

Au regard des espèces allochtones (introduites ou exogènes), il s’agira de mettre en perspective les problématiques et les méthodologies des divers champs disciplinaires regroupant l’écologie, la botanique et la biogéographie. Les cas concrets ainsi que les synthèses globales permettront de faire le point sur les résultats des récents travaux relatifs aux impacts de ces espèces introduites sur les écosystèmes terrestres et océaniques.

Thème 2 - Espèces introduites dites utiles : Diversité floristique, de types physionomiques, d'utilisations économiques et agronomiques.

Les espèces utilisées par les humanités pour leur survie et leur développement sont dites utiles. Certaines sont prélevées dans la végétation naturelle mais en généralement elles sont anthropophytes car liées à la main de l'Homme pour l'ensemble des phases de leur développement biologique. Ces espèces sont associées aux productions agricoles végétales et animales , aux pharmacopées traditionnelles , aux jardins , aux parcs zoologiques, aux espaces verts, à la foresterie (les plantes technologiques), aux techniques du génie écologique et aux pratiques magico-religieuses. Dans cet atelier, les débats devront cibler tous les enjeux en lien avec les espèces introduites associées aux différents domaines d'activités humaines.

Thème 3 - La biodiversité autochtone face aux espèces introduites : Quelle gestion future des ressources biologiques des milieux naturels ?

En fonction des territoires, les ressources liées à la biodiversité servent de support à toutes sortes d'activités mercantiles : industries du bois, énergie, industries tinctoriales, collections végétales d’espèces rares ou peu communes, agriculture (productions animales et végétales), horticulture, pharmacopées traditionnelles, activités cynégétiques, foresterie, tourisme, etc. Quelles sont les procédures gestionnelles adéquates pour une conservation pérenne des écosystèmes face aux invasions biologiques ? Quelles sont les limites de la résilience des écosystèmes au regard des espèces exogènes ? Comment estimer la vulnérabilité des écosystèmes donc l'empreinte écologique des sociétés ? Quels sont à long terme les effets des activités anthropiques sur la dynamique spatiotemporelle des espèces introduites ? Quelles sont les méthodes d'éradication de ces espèces allochtones naturalisées en phase d'envahissement ?

Thème 4 - Perception, représentation et usages immatériels des espèces introduites.

Les rapports à l’espace des différents peuples ont conduit à l'émergence de savoirs et de pratiques agraires et environnementales, mais aussi à la production d’univers symboliques. Ceux-ci ont guidé les modalités d’utilisation des ressources écosystémiques autochtones (plantes natives des territoires) et allochtones (plantes introduites). Quelles sont les modalités de perception et de représentation de la diversité des espèces introduites ? Quelle est l’importance de ces espèces dans l’imaginaire ?

Coordinateur du Colloque

Philippe JOSEPH

Organisation

UMR ESPACE DEV-BIORECA, Collectivité Territoriale de Martinique, Parc ethnobotanique du Marin (Martinique)

Comité scientifique et de lecture

  • Micheline HOTYAT (PR- Université Paris IV : Biogéographie)

  • Yves MONNIER (PR-Muséum d'Histoires Naturelles de Paris : Ethnobiologie)

  • François RAMADE (PR-Université Paris XII : Écologie)

  • Gilbert DAVID (DR-IRD/UMR ESPACE DEV : environnement et développement des sociétés insulaires)

  • Patrick QUENEHERVE (DR-IRD : Biologie du sol-Nématologie)

  • Olivier BARRIÈRE (DR-IRD/UMR ESPACE DEV : Droit de l'Environnement)

  • Nicolae HODOR (Université de Cluj Napoca-Roumanie : Géographie de l'Environnement)

  • Philippe JOSEPH (PR-UMR ESPACE DEV/BIORECA : Écologie, Botanique et Biogéographie)

  • Jean Valery MARC (MCF-BIORECA/Université des Antilles : Biogéographie-Ethnobiologie)

  • Adrian STOICA (Institut de biologie de Cluj Napoca-Roumanie : Chercheur en Phytosociologie)

  • Corina TATAR (Université d'ORADEA-Roumanie : Biogéographie, Biodiversité et Tourisme)

  • Olivier DEHOORNE (MCF-BIORECA/ Université des Antilles : Environnement et Tourisme)

  • Margareth SIMÕES (PHD-Researcher and Professor/Embrapa and Rio de janeiro, State University (UERJ/DESC/PPGMA)- Environmental And Agriculture Planning)