Navigation – Plan du site

L’industrie du phosphate de Taïba au Sénégal : front minier et tensions locales

Mouhamadou Lamine Diallo

Résumés

L’expansion des carrières d’exploitation du phosphate dans la région de Thiès, à l’ouest du Sénégal, est source de reconfiguration territoriale et de tensions liées à l’utilisation des ressources naturelles. L’avancée du front minier sur les espaces agricoles et le déplacement des villages amènent la population riveraine à s’organiser et à développer des stratégies pour faire face aux impacts des activités extractives. Ainsi, l’article se propose d’analyser ces dynamiques territoriales à partir du site d’extraction du phosphate de Taïba dans la région de Thiès. Il s’articule autour de deux points : montrer les implications spatiales et environnementales de l’exploitation du phosphate, puis analyser les tensions entre la compagnie minière, les Industries chimiques du Sénégal et les communautés locales.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 En langue locale, le Wolof, ce terme fait allusion à un espace naturel. Caractérisée par l’existenc (...)
  • 2 Les ICS sont le fruit d’une fusion-absorption entre la société d’exploitation CSPT et celle de la t (...)

1Les carrières de phosphates, situées au nord-ouest de Thiès, s’étendent à cheval sur l’ancien bassin arachidier du Sénégal et la zone des Niayes1, région géographique dotée d’importantes potentialités agricoles. L’exploitation a commencé durant la deuxième moitié des années 1950, d’abord par la Compagnie sénégalaise des phosphates de Taïba (CSPT) puis à partir des années 1990 par les Industries chimiques du Sénégal (ICS)2. La mine qui emploie environ 2000 personnes est constituée de trois sites, dont deux situés dans la communauté rurale de Darou Khoudoss (une unité d’exploitation et une autre de transformation des phosphates en acide phosphorique). Le troisième site (l’unité de fabrication d’engrais) est localisé dans la ville de Dakar (à Mbao). L’insertion de l’industrie du phosphate dans son milieu d’accueil et l’extension continue des carrières ont généré des mutations dans l’occupation de l’espace (urbanisation), mais également dans le mode d’accès à la terre pour les agriculteurs. En effet, l’expansion des activités d’extraction se traduit par un accaparement des terres agricoles et l’exclusion des communautés riveraines. En même temps, les espaces exploités et abandonnés par la société minière sont recolonisés par les personnes déplacées. Ce phénomène d’expropriation et d’appropriation s’accompagne d’un côté, de changements dans la production agricole : les cultures de céréales sont remplacées par le maraîchage et la plantation d’arbres fruitiers. De l’autre côté, dans un contexte de pression sur l’espace pour les besoins de l’agriculture et de l’exploitation minière, le phénomène engendre des tensions notamment entre la compagnie minière et la population riveraine et des transactions foncières de diverses natures. Ainsi, la superposition des droits sur les ressources (sol et sous-sol) participe-t-elle à la définition d’un système de relations de pouvoirs à l’échelle locale, qui est par ailleurs accentuée par les enjeux environnementaux de l’exploitation minière (assèchement de la nappe, pollutions, dégradations des sols, impact sur les cultures).

  • 3 On peut citer comme exemple le plan d’investissement social de 2010 qui reste à l’état de projet et (...)

2Pour s’accommoder au contexte de course à l’espace et de tensions, les ICS se sont inscrites dans la dynamique de la responsabilité sociale des entreprises3. C’est un des mécanismes permettant d’installer un climat favorable à ses activités d’extraction à l’échelle locale, c’est-à-dire un moyen d’acquérir le permis social d’exploiter. Cependant, l’écart entre les engagements et les réalisations a souvent poussé la population à organiser des marches de contestations.

3Partant de l’hypothèse que l’expansion minière constitue une menace pour les activités agricoles, il s’agit, dans le cadre de cet article, de montrer que l’extension des carrières sur les espaces agricoles caractérisée par le déplacement du front minier soulève des tensions locales liées à l’accès aux ressources naturelles, notamment aux terres cultivables. Ainsi, nous allons aborder, dans un premier temps, les modalités d’inscription spatiale de la mine dans son espace et le front minier en tant que source d’exclusion territoriale. Nous analyserons, dans un second temps, les effets induits par la progression du front minier sur le plan social, économique et environnemental.

Méthodologie

4Cet article s’appuie essentiellement sur les résultats de collecte de données de terrain effectuée dans le cadre de la préparation d’une thèse de doctorat de géographie portant « Activités extractives et dynamiques territoriales au Sénégal : étude comparative entre l’or et le phosphate ». La méthodologie du terrain a consisté en une enquête qualitative avec en amont l’élaboration de guides d’entretiens suivant les catégories de populations (agriculteurs, ouvriers miniers, responsables de compagnies minières, autorités administratives et locales). Les résultats obtenus ont permis d’analyser, par un traitement croisé des données, les discours concernant les impacts de l’industrie du phosphate sur les activités économiques et sur l’environnement. La collette des données de terrains a été organisée en trois phases entre 2010 et 2012. Elle a concerné trois catégories de villages : les villages déplacés, ceux menacés de déplacement et les localités non affectées par l’avancée minière. Ainsi ce texte s’articule autour de deux points : montrer les dynamiques territoriales liées à l’insertion minière, puis analyser les enjeux conflictuels du front minier.

Intrusion minière, exclusion territoriale

L’enchâssement territorial

5L’insertion d’activités extractives dans un espace s’accompagne d’une exclusion de toute autre forme d’exploitation. Ainsi, en milieu rural, la délimitation de concessions minières sur des espaces initialement réservés à l’agriculture et à l’élevage constitue une menace pour les activités locales. L’emprise minière se caractérise par l’inscription du système minier dans son milieu (installations industrielles, lieux d’extraction et de traitement, réseau de communication). Cependant, les modalités d’insertion des activités industrielles minières se traduisent par l’expropriation des terres et des parcours pastoraux, mais aussi par le déplacement des populations riveraines.

6Dans le contexte de la décentralisation, elle pose aussi des problèmes de gestion des territoires. En effet, au Sénégal, comme ailleurs dans les autres pays en Afrique, les gouvernements sont au centre de la gouvernance des ressources naturelles, notamment celles du sous-sol. L’État est seul habilité à négocier et à attribuer les titres miniers aux investisseurs, par le biais du ministère des Mines. La direction des mines est représentée dans la région par un agent, interlocuteur local des entreprises minières. Le rôle des autorités administratives (gouverneur, préfets et sous-préfets) se limite à l’arbitrage entre les compagnies minières et la population. Ainsi, comme ailleurs en Afrique, au Sénégal le « droit minier est un outil de renforcement de la centralisation du pouvoir » (Licker, 2013). La libéralisation du secteur depuis la réforme de la législation minière en 2003 semble traduire un retrait stratégique du gouvernement gardant la fonction de régulation. Dans les faits on assiste à une concentration des pouvoirs de gestion des ressources naturelles dites stratégiques entre les mains du gouvernement central.

  • 4 L’origine historique du principe a montré que le « free mining » a pris de l’importance « dans des (...)
  • 5 Le titre minier est, selon l’article premier du code minier (2003), une autorisation, un permis, un (...)
  • 6 Ce sont les trois catégories de droits que l’on rencontre dans le régime minier canadien, selon Tag (...)

7Le régime minier dans lequel s’inscrivent les relations entre l’État et les multinationales s’apparente bien à celui du « free mining »4 connu en Amérique du Nord (Canada). En outre, si l’autorité gouvernementale affirme sa propriété sur les ressources du sous-sol situées sur son territoire national, le mode d’accès à ces richesses est soumis au principe du « free mining », qui est un système basé sur le « droit de libre accès à la propriété et à l’exploitation des ressources » (Lapointe, 2010 : 10). Le principe implique ainsi trois types de droits d’après Baron (cité par Lapointe, 2010 : 10) : « le droit d’accéder librement aux terres dont les ressources sont toujours sous propriété publique ; le droit de prendre possession de ces ressources par l’entremise d’un titre minier5 (…) et le droit de procéder à l’exploitation des ressources minières découvertes »6. En réalité, il s’agit de la manifestation des impacts de la libéralisation du secteur minier africain (McMahon, 2011 : 14).

  • 7 La révision des codes miniers en Afrique est motivée par la nécessité d’assouplir les contraintes l (...)

8Au Sénégal, le code minier ne fait pas mention de ce principe, mais il est clairement précisé que l’obtention du titre minier donne droit à l’accès et à la propriété des ressources exploitées. Dans les procédures d’attribution des permis d’exploitation, le privilège est accordé aux entreprises d’exploration et de recherche ayant découvert un gisement minier. Ces entreprises disposent d’une priorité, à condition qu’elles justifient les « capacités techniques et financières requises pour mener à bien l’ensemble des opérations minières ». Selon Lapointe (2010), la définition du principe du « free mining » semble insignifiante, mais sa portée est d’une grande importance. Il permet non seulement un accès libre aux ressources avec peu de contraintes,7 mais aussi des garanties de pouvoir les exploiter. Les implications du principe sont également celles liées à accorder une « priorité au développement minier devant toute autre utilisation du territoire » (Campbell et Laforce 2010 : 71), donc au détriment des activités des communautés locales.

  • 8 Au Canada, une innovation a été réalisée dans le cadre de l’implantation du projet d’exploitation d (...)

9Le choix de l’industrie extractive sur les autres formes d’utilisation des territoires (aires protégées, agriculture) est d’autant plus contraignant qu’il procède par une spoliation des terres. Par exemple, les articles 73 et 74 du code minier accordent un droit exclusif d’occupation des terrains aux détenteurs de titres miniers. Selon le code minier, les terres nécessitant l’implantation minière peuvent être déclarées « d’utilité publique ». Le principe d’utilité publique évoqué dans le code minier est contradictoire, car les périmètres miniers sont attribués à des privés dont le premier souci est de faire du profit. Il s’apparente ainsi à une spoliation des ressources au profit des multinationales. De ce fait, l’exploitation minière considérée comme un intérêt collectif est privilégiée au détriment des autres formes d’usages de l’espace. L’article 73 ne se limite pas à affecter gratuitement les terres du domaine national à la place des collectivités locales, il donne également la possibilité aux entreprises d’utiliser les autres ressources locales notamment l’eau et les forêts8. Cette gestion centralisée est contraire au principe de décentralisation et d’implication des populations dans les processus de prise de décision. La superposition territoriale est une limite à l’exercice du pouvoir des collectivités locales sur leurs territoires, malgré le transfert des 9 domaines de compétences, dont les ressources naturelles, l’environnement et l’aménagement du territoire. Les conflits autour et pour les ressources sont dans une large mesure liés à l’enchevêtrement des acteurs et à l’emboitement des échelles (Hugon, 2009). Dans certains cas, comme celui des carrières des phosphates, l’enchâssement territorial se double d’un processus d’expansion des activités extractives, qui a diverses implications.

La notion de front minier

  • 9 Nom local attribué à un milieu naturel caractérisé par un échelonnement de dépressions inter-dunair (...)
  • 10 La légende locale rapporte que la plupart des villages ont été créés dans une perspective de dévelo (...)

10La mine interagit avec son espace. En effet, l’avancée des activités d’extraction de phosphates procède par une intégration des terroirs agricoles situés sur sa trajectoire. Les villages déplacés sont réinstallés dans d’autres localités. Cette dynamique concerne plusieurs villages dans les collectivités locales affectées par l’industrie du phosphate dans la zone des Niayes9 : Darou Khoudoss, Taïba Ndiaye, Méouane, Pire Goureye. C’est un milieu rural caractérisé par des densités de peuplement élevées (150 habitants/km²) par rapport au reste du Sénégal10. L’installation de l’entreprise d’exploitation des phosphates a contribué à l’accroissement de la population dans la région. Les opportunités d’emplois à la mine ont attiré les flux migratoires des différentes régions du Sénégal. Cela explique la composition hétérogène de la population. Par exemple, la ville minière de Mboro qui compte plus 20 000 habitants au dernier recensement (en 2012) n’était qu’une station agricole installée par les colons en 1935. Entre 1980 et 2000, la population a augmenté de plus de 50 %. L’expansion des carrières minières a constitué également un facteur déterminant d’urbanisation.

11L’emprise minière (Figure 1) résultant de la progression du front minier s’est traduite par le déplacement et la réinstallation de la population autour de noyau urbain (Taïba Ndiaye, Darou Khoudoss et Mboro).

Figures 1. Zone d’emprise des carrières de phosphates.

Figures 1. Zone d’emprise des carrières de phosphates.

12Défini comme une « ligne mobile d’interface entre deux espaces » (Lévy et Lussault 2003 : 382), le front « délimite un territoire, mais un territoire en mouvement », c'est-à-dire un territoire aux contours instables. La notion de front a une connotation militaire, car elle révèle une certaine adversité. Le front exprime là une « volonté de changer le rapport de force, de modifier les territoires, voire de substituer par la contrainte une certaine représentation géopolitique par une autre » (ibidem). Ainsi, dans le cas de l’extension des carrières de phosphates, l’expropriation des terres agricoles au profit de l’activité minière et les déplacements définitifs des personnes sont illustratifs des changements de représentations dans l’espace. En ce sens, le front pourrait être assimilé à la notion de frontière pour exprimer une ligne de rapports de forces.

  • 11 Ce phénomène migratoire s’est développé dans les années 1970-80. La dégradation des conditions pédo (...)

13En effet, le front et la frontière sont des termes très souvent employés pour décrire l’expansion spatiale d’un phénomène géographique. Le « front pionnier » renvoie, par exemple aux mouvements de migrations de populations vers des régions sous-peuplées ou vierges. Ce phénomène s’est illustré au Sénégal par le déplacement de paysans wolofs à la conquête de terres cultivables au Sénégal oriental11. Dans les relations villes-campagnes, le front urbain est employé pour décrire l’empiètement des villes sur les espaces ruraux dans le cadre de l’urbanisation grandissante.

14Cette perspective n’est pas différente du sens donné à la frontière par Turner (cité par Grätz 2004) pour étudier le processus de colonisation des territoires nord-américains. Le front se rapproche également de frontière, selon la conception de Kopytoff (1987) qui a travaillé sur les migrations de populations vers des marges territoriales, sous-peuplées, en Afrique, à la conquête de nouvelles ressources. C’est dans le même sens que Grätz (2004) a employé la « frontière minière » pour analyser le caractère spatial de la migration itinérante des orpailleurs, en Afrique de l’Ouest. Les fonctions des frontières sont nombreuses et multiples : elles visent à « contrôler », à « interdire », et « parfois à exclure » (Raffestin, 1974 : 30). Dans le contexte minier, l’appropriation d’un gisement et son contrôle se manifestent par une exclusion des autres usages du même espace, en l’occurrence l’agriculture et l’élevage. Baudelle (2003) définit la « frontière minière » comme étant les limites de l’avancée de la découverte du gisement. Un « front de repérage » qui fait de l’ingénieur minier un pionnier, comme cela peut être le cas pour les paysans.

15Il ne s’agit pas en utilisant ces termes de décrire le processus de conquête d’une région naturelle quelconque, mais de montrer la compétition à l’espace entre d’un côté les activités d’extraction du phosphate et de l’autre l’agriculture. Le niveau local est un lieu révélateur de l’enjeu conflictuel lié à l’extension minière dans l’espace. En effet, la progression spatiale de l’exploitation, condition nécessaire de production continue de la ressource pour satisfaire la demande internationale de la matière, a tendance à se faire au détriment des terroirs agricoles et des habitations. Le front minier, dans cette dynamique, se transforme en source de tensions locales (infra).

16La figure 2 montre, par exemple, une partie du terroir agricole absorbée par l’avancée minière et une autre sous la menace du front extractif. La ligne rouge qui permet de matérialiser, sur cette figure, la limite temporaire de l’activité extractive se situe au centre du gisement en exploitation, celui de Tobène. En face, la population perçoit cette frontière comme une menace sur la disponibilité des terres, elle développe en conséquence des stratégies agricoles pour mieux accroître les compensations. À la place des cultures céréalières et saisonnières, ce sont des anacardiers qui sont plantés à perte de vue, car ils bénéficient des taux d’indemnisation parmi les plus élevés (voir Tableau 1) aux moments des déplacements des villages.

Figure 2. L’interface terroir agricole, territoire minier.

Figure 2. L’interface terroir agricole, territoire minier.

Source : Google earth, 14/08/2014

Tableau 1. Barème d'indemnisations arrêtées en 2001 (ICS)

Tableau 1. Barème d'indemnisations arrêtées en 2001 (ICS)

Diverses formes d’implications du front minier

Les déplacements de populations

  • 12 La concession minière de Sabodala est de 33 km², soit 3300 hectares.
  • 13 Voir la figure 4 pour les différentes générations d’exploitation.

17Le déplacement de personnes lié à la progression minière produit des effets contradictoires. Il favorise des dynamiques économiques intéressantes et contribue en même temps à la dégradation des conditions de vie de la population riveraine. Les carrières de phosphates sont en effet dévoratrices d’espace ; ce sont des milliers d’hectares qui ont été exploités depuis les années 1960. Trois générations d’exploitation se sont succédé depuis l’ouverture de la première carrière (voir figure 3) : de 1960 à 1980, les carrières de Ndomor Diop ; de 1980 à 2003 celles de Keur Mor Fall (10 500 hectares)12 ; l’exploitation du gisement de Tobène (environ 20 000 hectares) a commencé en 2004 (Bocoum, 2005)13. La zone d’exploitation de Tobène est décrite comme une zone d’habitation, d’agriculture et d’élevage. En outre, elle concerne une dizaine de villages, soit une population estimée à plus de 2500, à la date de démarrage du projet (en 2000).

Figure 3. Villages menacés par la progression du front minier.

Figure 3. Villages menacés par la progression du front minier.

Figure 4. Bassin de schlamm transformé en verger.

Figure 4. Bassin de schlamm transformé en verger.

18La carte ci-dessus montre que l’espace couvert par les concessions des ICS est un espace de peuplement. Dans cette zone, de nombreux villages situés sur la trajectoire minière sont menacés de déplacement. L’expansion minière en milieu rural se traduit par un rétrécissement des terroirs réduisant pour les populations les possibilités d’accès et de contrôle des ressources locales (terre, eau, forêt), principales sources de subsistance. L’élevage est l’activité la plus affectée, dans la mesure où son emprise spatiale n’est pas visible.

  • 14 Il y a la zone des phosphates de Taïba et celle de Ngoundiane (Kane, 2005).
  • 15 Il est difficile de dresser des statistiques à cause de l’absence de données, mais les plaintes lié (...)

19Dans les zones minières à l’ouest (région de Thiès)14 comme au sud-est du Sénégal dans la zone minière de Sabodala (Diallo, 2006), l’emprise minière sur les grands espaces des activités extractives amène les agriculteurs (non reconverties) à effectuer de longues distances pour trouver des terres de cultures15. Cette situation est d’autant plus complexe que les espaces abandonnés par les miniers ne sont pas réhabilités. Dans le bassin des phosphates de vastes étendues restent sans emploi du point de vue agricole à cause du remodelage des sols et des risques liés à l’érosion. Ces effets spatiaux des mines, associés à la croissance démographique et au développement des activités maraîchères, sont à l’origine de la course à l’espace.

  • 16 La population affectée par la mine peut se révéler plus large ou concerner des territoires n’appart (...)
  • 17 Le processus est administré par une commission, sous la direction du sous-préfet de l’arrondissemen (...)

20Quoi qu’il en soit, dans les sociétés rurales, la perte des terres agricoles, des zones de pâturage, des points d’eau dédiés à l’abreuvement du bétail est d’une grande portée économique. Il s’agit dans la réalité de « déplacements économiques » qui concernent les moyens de subsistance de la population (Leblanc, 2007 : 20), dans la mesure où l’occupation d’une partie du territoire initialement soumis aux activités traditionnelles fait perdre systématiquement à la population le droit d’usage et d’exploitation des ressources naturelles locales. Mais ce « déplacement économique » est le plus souvent associé au déplacement physique de « la population affectée »16. Dans la zone de Mboro, ce sont plus de 5 000 personnes qui ont été délocalisées par la mine, depuis le début des activités d’extraction des phosphates (Seck, 2007). Le processus de délocalisation des villages dans la zone minière des ICS est composé de plusieurs étapes : la sensibilisation, l’évaluation des biens, la négociation des barèmes d’indemnisation, le choix du site de recasement, l’aménagement (parcellisation) des nouveaux terrains d’habitat et le déménagement17. Cela implique par ailleurs un changement perpétuel de l’usage du sol et un processus d’urbanisation.

  • 18 Ces espaces appartiennent toujours à l’entreprise qui peut les retirer à tout moment en cas de beso (...)

21Par ailleurs, les populations menacées d’expropriation ont tendance à développer des stratégies permettant de maximiser les compensations. Aussi à la place des cultures céréalières faiblement rémunérées elles plantent des arbres fruitiers (anacardiers, goyaves, manguiers). Une fois déguerpis, indemnisées et relocalisées dans les territoires voisins, l’accès à la terre se fait de différentes manières : prêts, achats ou retour vers les terres perdues. La troisième option consiste à la reconquête des espaces temporairement abandonnés par la mine pour y développer des activités maraîchères18.

22Les bassins de schlamms convoités à cet effet constituent, depuis le début des années 1980, un élément déterminant du système agricole local des populations vivant autour des ICS. Ce sont des espaces exploités et transformés en excavations, qui servent de déversement des résidus du phosphate (schlamms). Il en résulte ainsi un cycle d’expropriation et d’appropriation qui manifeste par un glissement du sol entre le régime de gestion traditionnelle et coutumière et celui moderne. Le mode d’accès aux terres de ces bassins obéi aux principes traditionnels d’acquisition (le droit de hache ou droit du premier occupant). Dans ces espaces, diverses transactions foncières y sont rencontrées (achat, don, prêt, location ou métayage).

Tensions autour des compensations

23Pour analyser les problèmes liés à la réinstallation, nous avons choisi de travailler spécifiquement sur un village déplacé dans la zone des ICS, Ndoyenne, dans une situation minière. Le choix de ce village est lié au fait qu’il est le dernier à être déplacé avant la crise des ICS en 2006, mais aussi parce que le processus a été orignal par rapport au passé. En effet, Ndoyenne était localisé dans la zone d’exploitation de Tobène où la population informée du sens de progression de la mine s’est organisée pour exiger une augmentation des indemnisations.

  • 19 Il est à préciser que le domaine national est divisé en quatre zones : zones urbaines (régions urba (...)

24L’article 76 du code minier (2003) indique que « l’occupation des terrains par le titulaire de titre minier, à l’intérieur comme à l’extérieur des périmètres qui lui sont attribués, donne droit aux propriétaires des terrains ou aux occupants du sol à une indemnisation pour tout préjudice matériel causé »19. L’expropriation des terres riches en ressources minérales est facilitée par le fait que les projets miniers peuvent être déclarés d’utilité publique (code minier, 2003 : articles 73 et 74). L’article 91 du décret d’application précise que « l’attribution d’une concession minière vaut déclaration d’utilité publique (et) l’occupation des terrains nécessaires à l’exécution des travaux et des activités entrant dans l’exploitation ».

  • 20 Elles sont un droit pour la population et un devoir pour les entreprises susceptibles d’occuper leu (...)
  • 21 Décret d’application du code minier, article 93.
  • 22 Le projet de Tobène (en cours d’exploitation) couvre une superficie de 29 870 km² (soit 2987 hectar (...)

25Les compensations20 constituent cependant le point de discorde des processus de déplacement (physique et économique) de la population. Les barèmes d’indemnisations individuelles, généralement proposés par les entreprises, peuvent faire l’objet de négociation d’autant plus que les barèmes de référence sont jugés caducs, à cause de leur ancienneté, depuis 1974 (voir Annexe). Dans le cas des projets miniers comme dans d’autres projets de construction publics, le mécanisme est le même : après la phase de sensibilisation sur la nécessité de déplacer la population, une commission dirigée par l’autorité administrative locale (le sous-préfet) est mise en place pour évaluer les biens et faire le suivi du processus. Dite commission d’évaluation ou de conciliation, elle est constituée des différents services techniques déconcentrés de l’État (agriculture, élevage, eaux et forêts, mines), du président du conseil rural, des chefs des villages ciblés et des représentants de l’entreprise minière. Un désaccord sur l’indemnisation proposée peut faire intervenir un juge d’expropriation (voir décret, n° 77-563 du 3 juillet 1997). Quoi qu’il en soit, un accord doit être trouvé dans les 6 mois qui suivent la date d’entrée en vigueur du décret portant l’autorisation d’occuper les terrains, à défaut, le titulaire du titre minier peut être autorisé de les occuper « moyennant la consignation dans les caisses d’un comptable public, d’une indemnité provisionnelle dont le montant est déterminé par la commission susvisée et fixé par le ministre des Mines et Industries jusqu’à ce qu’un accord puisse être obtenu ou le tribunal compétent ait rendu sa décision »21. Dans la zone des ICS, les barèmes d’indemnisation présentés au déplacement des villages de la zone de Tobène22 ont été particulièrement intéressants (tableau 1), par rapport à ceux obtenus lors des délocalisations précédentes.

26Il y a un grand écart entre ces barèmes appliqués en 1974 et en 1994. Ils sont également différents de ceux réclamés par la population. Les changements des taux d’indemnisation résultent de plusieurs facteurs : les leçons tirées des premiers cas de déplacement, le développement des plantations et l’engagement local à travers la création de l’Association pour la sauvegarde de l’environnement de Tobène (ASET). La hausse des compensations a permis une réussite économique de certaines personnes déplacées, qui ont investi dans divers domaines (agriculture, élevage extensif, embouche bovine, transport). En effet, l’ASET a joué un rôle de premier plan dans le changement des taux des indemnisations. Constituée d’une vingtaine de villages, l’association a été créée officiellement en 2002, deux ans après le début des contestations dispersées des riverains contre le projet d’exploitation du panneau de Tobène (Kesseler et Tine, 2004). L’ASET a organisé la lutte en engageant une bataille judiciaire contre la société minière et a mobilisé le soutien des chefs religieux. Après le succès de Tobène, l’association s’est vite fragilisée par des querelles internes entre le président devenu employé de la compagnie minière et les autres membres du bureau.

27L’avancée du front minier est perçue par les riverains comme une menace, mais aussi comme une opportunité pour s’enrichir. Pour avoir constaté la réussite de certaines personnes déplacées du village de Ndoyène, les habitants des localités situées sur la trajectoire de la mine s’impatientent. Ils veulent être déplacés. Cependant, les difficultés de production que connaissent les ICS depuis 2006 ne semblent pas être favorables aux compensations que pourrait occasionner le déplacement de personnes.

L’enjeu environnemental

28La notion d’environnement est différemment perçue. En Afrique, elle concerne tout à la fois l’écologie et les ressources naturelles en tant que moyens de subsistance et principale source de revenus pour la population. Ainsi, les impacts miniers sur l’environnement posent d’abord la question de la survie des populations, car il s’agit de la perte des ressources locales (eau, terre). Les effets ne sont pas liés uniquement à l’accaparement des terres cultivables, mais aussi à la pollution des eaux et à la dégradation des sols. La rente de l’environnement et la question de l’eau en particulier sont très représentatives dans les relations conflictuelles entre l’industrie du phosphate et les communautés riveraines, car l’épuisement de la nappe est souvent attribué aux pompages effectués par la compagnie minière. La pression sur l’eau résulte principalement de l’exploitation excessive de la ressource pour approvisionner la mine, mais aussi à cause des activités agricoles. Quoi qu’il en soit, dans le cas de l’exploitation des phosphates de Taïba, ces impacts sont instrumentalisés par les riverains pour accroitre les compensations minières.

29Aussi la mine est-elle considérée comme un « mal nécessaire » (Kesseler et Tine, 2004). Ces auteurs ont montré dans leur étude que l’avancée de la mine sur les terres des communautés locales et la pollution des eaux sont au centre des tensions entre la compagnie des phosphates et la population riveraine. Au-delà des contestations, la pollution, comme la perte de terres cultivables, est utilisée en tant que « source de rente ». La pollution y est évoquée sur ses diverses formes (atmosphérique, hydrique). À Darou Khoudoss, situé à moins de 5 km de la mine, l’arrêt d’utilisation de certains puits et la faible rentabilité des cultures sont reliés à la pollution. Selon des agriculteurs rencontrés sur le terrain, la fumée issue de l’usine de Darou Khoudoss a des effets nocifs sur le rendement des productions, comme c’est le cas pour les eaux polluées. Ces impacts sont mobilisés dans les discours des riverains pour exiger le recrutement des jeunes résidants dans les villages déplacés ou menacés de déplacement, mais aussi l’approvisionnement en eau potable des localités affectées par l’activité minière. Il est à noter cependant que la crise de production que traversent les ICS depuis une décennie ne favorise pas la prise en charge de toutes ces attentes de la part des communautés locales.

  • 23 « Les populations de Mboro en colère contre les ICS : l’eau ou rien » est le titre d’un article pub (...)

30Le non-respect des engagements constitue ainsi une des sources importantes de tensions entre les populations riveraines et les ICS. En 2010, par exemple, une concertation entre l’entreprise et les différents acteurs (associations, collectivités locales, autorités administratives) avait permis de recenser les problèmes confrontés par les villages riverains et d’élaborer un document de planification des actions sociales susceptibles d’être réalisées par les ICS. Cette initiative est apparue comme une stratégie d’apaisement des tensions, car les actions sociales prévues dans ce document restent toujours à l’état de projet. Cela explique le climat tendu qui règne dans la zone23.

Conclusion

31Les territoires d’insertion minière sont des lieux de dynamiques foncières importantes. L’insertion des activités extractives dans des espaces agricoles et la progression du front minier sur les terroirs réduisent le droit d’usage et d’exploitation des populations par rapport aux ressources locales, base de leur subsistance. Paradoxalement, les indemnisations qui leur sont accordées apportent des changements positifs dans les modes de vie (rural à urbain), mais ne permettent pas d’améliorer durablement les conditions de vie de la population déplacée, d’autant plus que les compensations sont souvent faibles mal gérées. Ainsi, le cas des personnes déplacées par les ICS a montré que le retour et l’exploitation des bassins de schlamms constituent une des alternatives pour garantir la survie des familles. Les interactions entre l’économie minière et celle locale sont caractérisées dans une certaine mesure par une complémentarité. La mine de phosphate est davantage assimilée à la figure de greffe qu’à celle d’une enclave économique déconnectée de son milieu d’accueil.

Remerciements

32Nos remerciements à Jérôme Lombard, directeur du laboratoire Prodig de Paris, à Géraud Magrin, professeur à l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne et aux organisateurs des journées doctorales de LPED, 7e édition, à Marseille.

Biographie

33Mouhamadou Lamine Diallo est docteur en géographie à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne et à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis du Sénégal. Il travaille depuis une dizaine d’années sur les impacts locaux des industries minières dans les pays du Sud (Sénégal). Une partie de ses travaux est publiée dans la revue en ligne Écho géo et dans un ouvrage collectif, les Ressources mondialisées, publié dans les éditions de la Sorbonne en 2015.

Haut de page

Bibliographie

Baudelle, G., 2003, Ce que peut dire la géographie, l’exemple de l’organisation de l’espace minier dans le bassin houiller du Nord-Pas-de-Calais, approche théorique, Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, n° 110-4, pp. 54-66.

Bocoum, M., 2005, Analyse comparative des impacts environnementaux de deux schémas d’exploitation minière (dépôts externes et interne des stériles de découverture) : cas du panneau de Keur Mor Fall et Tobène des Industries Chimiques du Sénégal, mémoire de DEA en sciences de l’environnement, UCAD, 69 p.

Boitrin, K., 2004, Diagnostic agraire dans la zone de Darou Khoudoss : une intensification agricole précaire en bordure des Niayes, mémoire d’agronomie, Cnearc, 144 p.

Deshaies, M., 2007, Les territoires miniers : exploitation et reconquête, Paris, Ellipses, 224 p.

Diallo, M. L., 2006, Mines et dynamiques spatiales dans le Sénégal oriental, l’exemple de la communauté rurale de Khossanto, mémoire de maîtrise de géographie, UGB/Saint-Louis, 107 p.

Diallo, M. L., 2007, Gouvernance minière et développement durable au Sénégal : l’exemple des ICS dans les communautés rurales de Darou Khoudoss et Taiba Ndiaye et de la mine d’or de Sabodala à Khossanto, mémoire de DEA de géographie, UGB/Saint-Louis, 78 p.

Fall, A. G., 1985, Les influences de l’exploitation des phosphates sur les populations rurales autour de Taïba, mémoire de maîtrise de géographie à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD), 79 p.

Grätz, T., 2004, Les frontières de l’orpaillage en Afrique occidentale, Autrepart, pp. 135-150.

Hugon, P., 2009, Le rôle des ressources naturelles dans les conflits armés africains, Hérodote 2009/3, n° 134, pp. 63-79.

Kane, H. M., 2005, Les impacts de l'exploitation minière sur l'environnement physique et humain dans la communauté rurale de Ngoundiane, mémoire de maîtrise de géographie de l'UGB de Saint-Louis, 96 p.

Kesseler, S. et V. Tine 2004, « Un mal nécessaire », influences industrielles à l’interface urbain-rural, l’impact des ICS sur les zones de Mboro, Dakar, Département d’anthropologie et d’études africaines, GRET, Enda GRAF, ECOCITE, 48 p.

Kopytoff, I.,1987, The African Frontier: The Reproduction of Traditional African Societies. Bloomington : Indiana University Press, 296 p.

Laforce, M., B. Campbell et B. Sarrasin (dir), 2012, Pouvoir et régulation dans le secteur minier : leçons à partir de l’expérience canadienne, Presses universitaires du Québec, 277 p.

Lapointe, U., 2010, L’héritage du principe de free mining au Québec et au Canada, dans : Recherches amérindiennes au Québec, vol. XL, n° 3, pp. 9-25.

Le Meur, P-Y., 2004, Note sur la problématique des sites de Thiès et Mboro, Environnement et développement rural, GRET, Ecocité, 8 p.

Leblanc, J., 2007, Les déplacements de population dus à des projets miniers en Afrique de l’Ouest : mal nécessaire pour le développement ? Université du Québec à Montréal, 164 p.

Levy, J. et M. Lussault, 2003, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 10034 p.

Lickert, V., 2013, La privatisation de la politique minière au Cameroun : enclaves minières, rapports de pouvoirs trans-locaux et captation de la rente, dans : Politique Africaine, Micropolitiques du boom minier, n° 131, d’octobre 2013, Karthala, pp. 100-129.

Loi n° 2003-36 du 24 novembre 2003 portant code minier, République du Sénégal, ministère des Mines, de l’Énergie et de la Géologie, Direction des mines, 2003.

Magrin, G., 2013, Voyage en Afrique rentière, une lecture géographique des trajectoires du développement, Publications de la Sorbonne, 424 p.

McMahon, G., 2011, Quels impacts de la libéralisation du secteur minier africain, dans : Le secteur minier un levier de croissance pour l’Afrique, La Revue Proparco, n° 8, pp. 13-16.

Ndao, M., 2012, Dynamiques et gestion environnementale de 1970 à 2010 des zones humides au Sénégal : étude de l'occupation du sol par télédétection des Niayes avec Djiddah Thiaroye Kao (à Dakar), Mboro (à Thiès) et Saint-Louis, Thèse de doctorat, université de Toulouse (France), université Gaston Berger de St-Louis, 370 p.

Raffestin, C., 1974, Espace, temps et frontière, Cahiers de géographie de Québec, XVIII, n° 43, pp 23-34.

Raffestin, C., 1980, Pour une géographie du pouvoir, Litec, 249 p.

Rubbers, B., 2013, Les sociétés africaines face aux investissements miniers, dans : Politique Africaine, Micropolitiques du boom minier, n° 131, d’octobre 2013, Karthala, pp. 5-26.

Seck, S. M., 2007, Étude socio-économique de l’exploitation maraîchère des bassins des ICS à Mboro, Projet GOSPES, 92 p.

Haut de page

Notes

1 En langue locale, le Wolof, ce terme fait allusion à un espace naturel. Caractérisée par l’existence de nombreux bas-fonds favorables aux activités agricoles, la zone des Niayes couvre une bonne partie de la grande côte, entre Dakar et Saint-Louis. Elle est convoitée par plusieurs activités économiques : extraction minière, agriculture, élevage.

2 Les ICS sont le fruit d’une fusion-absorption entre la société d’exploitation CSPT et celle de la transformation des phosphates les ICS. Le Consortium est dominé par l’État du Sénégal, de société d’origine indienne (IFFCO), voir le site www.ics.sn.

3 On peut citer comme exemple le plan d’investissement social de 2010 qui reste à l’état de projet et le projet d’appui à la lutte contre la pauvreté dans les zones riveraines des ICS (PALPICS) de 2004, au bilan très mitigé.

4 L’origine historique du principe a montré que le « free mining » a pris de l’importance « dans des contextes de fragilité ou de l’absence d’autorité gouvernementale ». L’histoire africaine semble également marquée par ce principe.

5 Le titre minier est, selon l’article premier du code minier (2003), une autorisation, un permis, une concession ayant trait à la prospection, à la recherche et à l’exploitation de substances minérales et conférant des droits immobiliers.

6 Ce sont les trois catégories de droits que l’on rencontre dans le régime minier canadien, selon Taggart (1998) : « droit d’entrée sur les terres où le minerai est contenu; droit d’acquérir un claim sur ces terres; et le droit d’obtenir un bail minier en vue d’extraire la ressource » (Campbell et Laforce 2010 : 71).

7 La révision des codes miniers en Afrique est motivée par la nécessité d’assouplir les contraintes liées à l’accès au titre minier (voir la partie, exposé des motifs du code minier, 2003).

8 Au Canada, une innovation a été réalisée dans le cadre de l’implantation du projet d’exploitation de diamant à Ekati, dans les Territoires du Nord-Ouest. En effet, suite aux audiences publiques organisées avec les autochtones, la société minière BHP a été amenée à faire une demande d’utilisation des eaux (voir M. Laforce et J. Tardif, 2012 :87).

9 Nom local attribué à un milieu naturel caractérisé par un échelonnement de dépressions inter-dunaires temporairement inondées avec une végétation spécifique. Les Niayes se trouvent le long de la grande côte sénégalaise, entre Dakar et Saint-Louis.

10 La légende locale rapporte que la plupart des villages ont été créés dans une perspective de développement agricole. La région correspond à l’extension du bassin arachidier du Sénégal.

11 Ce phénomène migratoire s’est développé dans les années 1970-80. La dégradation des conditions pédologiques et la rareté des terres accentuées par la croissance démographique au centre ouest du pays ont conduit les paysans, soutenus par l’État, d’aller à la conquête des terres du sud-est.

12 La concession minière de Sabodala est de 33 km², soit 3300 hectares.

13 Voir la figure 4 pour les différentes générations d’exploitation.

14 Il y a la zone des phosphates de Taïba et celle de Ngoundiane (Kane, 2005).

15 Il est difficile de dresser des statistiques à cause de l’absence de données, mais les plaintes liées aux problèmes d’accès à la terre reviennent très souvent durant nos entretiens sur le terrain.

16 La population affectée par la mine peut se révéler plus large ou concerner des territoires n’appartenant pas à celui abritant effectivement la mine. Ceci à cause des effets indirects de l’exploitation (boom démographique, contamination). Ainsi, le déplacement économique peut ne pas concerner que les villages localisés sur un gisement ou à proximité (Leblanc, 2007).

17 Le processus est administré par une commission, sous la direction du sous-préfet de l’arrondissement.

18 Ces espaces appartiennent toujours à l’entreprise qui peut les retirer à tout moment en cas de besoin, grâce à un accord signé avec les occupants des terrains.

19 Il est à préciser que le domaine national est divisé en quatre zones : zones urbaines (régions urbaines, terres communautaires), zones classées (parcs nationaux, forêts classées), zones des terroirs (terres agricoles, pâturages, habitats ruraux, forêts non classées) et les zones pionnières (tout ce qui n’appartient pas aux trois premières zones). La zone concernée dans ce travail est celle des terroirs. Voir la loi n° 64-46 du 17 juin 1964, relatif au domaine national.

20 Elles sont un droit pour la population et un devoir pour les entreprises susceptibles d’occuper leurs terres (voir article 93 du décret d’application du code minier). Les compensations sont individuelles et collectives à la fois et en général financières.

21 Décret d’application du code minier, article 93.

22 Le projet de Tobène (en cours d’exploitation) couvre une superficie de 29 870 km² (soit 2987 hectares), avec plus de 63 millions de tonnes de phosphate (Bocoum, 2002). Il concerne une quinzaine de villages.

23 « Les populations de Mboro en colère contre les ICS : l’eau ou rien » est le titre d’un article publié en janvier 2013 sur http://www.leral.net/Les-populations-de-Mboro-en-colere-contre-les-Ics-l-eau-ou-rien-_a69968.html. C’était en rapport avec une marche organisée par la population réclamer de l’eau à l’entreprise. Si la presse écrite ne rapporte que rarement les marches qui s’y organisent, il est fréquent d’apprendre par les radiodiffusions privées les manifestations pour l’eau.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figures 1. Zone d’emprise des carrières de phosphates.
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/18330/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 2. L’interface terroir agricole, territoire minier.
Crédits Source : Google earth, 14/08/2014
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/18330/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Tableau 1. Barème d'indemnisations arrêtées en 2001 (ICS)
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/18330/img-3.png
Fichier image/png, 49k
Titre Figure 3. Villages menacés par la progression du front minier.
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/18330/img-4.png
Fichier image/png, 29k
Titre Figure 4. Bassin de schlamm transformé en verger.
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/18330/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mouhamadou Lamine Diallo, « L’industrie du phosphate de Taïba au Sénégal : front minier et tensions locales », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 28 | avril 2017, mis en ligne le 30 avril 2017, consulté le 26 mai 2017. URL : http://vertigo.revues.org/18330 ; DOI : 10.4000/vertigo.18330

Haut de page

Auteur

Mouhamadou Lamine Diallo

Docteur en géographie, Université Gaston Berger Saint-Louis/Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, France, courriel : laminemako@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page