Navigation – Plan du site

Compétition entre bâti et agriculture dans la conquête des bas-fonds de la ville de Bouaké : le savoir-faire ou les actions stratégiques des citadins-agriculteurs pour préserver les espaces agricoles

Jean-Michel Kouakou Attien Konan

Résumés

Dans les villes ivoiriennes comme dans la plupart des villes africaines, le foncier constitue un enjeu capital pour le bâti. Même les zones souvent dites non constructibles suscitent de plus en plus d’intérêt. Dans la ville de Bouaké, la lutte pour la conquête des bas-fonds entre bâti et agriculture prend de l’ampleur. D’une part, le bâti qui manifeste le désir de s’approprier les bas-fonds use de tous les moyens. Et d’autre part, une activité agricole pratiquée depuis des décennies qui grâce au savoir-faire et aux stratégies des citadins-agriculteurs compte bien se pérenniser dans ces zones humides de la ville.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Depuis des décennies, les bas-fonds dans les villes ivoiriennes, quel que soit leur niveau d’aménagement, ont toujours servi à la pratique agricole. Cette agriculture sert pour l’autoconsommation et de plus en plus pour le ravitaillement des marchés des villes et leurs environs. Aujourd’hui, l’urbanisation galopante en Côte d’Ivoire engendre une véritable compétition entre le bâti et les activités agricoles pour la conquête de ces zones humides. Bouaké, deuxième ville de la Côte d’Ivoire, serpenté par de nombreux bas-fonds n’est pas exempte de ce conflit. En effet, la ville de Bouaké compte aujourd’hui plus de 542.000 d’habitants (INS, 2014). Et cette population selon les estimations de l’Audit Urbain (2014) avoisinerait les 960.000 habitants en 2023. Cette pression démographique créée forcément des besoins en logement, mais surtout en alimentation. Ainsi, pour combler les attentes en bâti et pour satisfaire aussi la demande alimentaire, la conquête du foncier dans la ville de Bouaké prend des proportions considérables. Même les zones de bas-fond dites inconstructibles selon la règlementation des permis de construire et le code de l’environnement sont mises à rude contribution. Les arguments dans la lutte pour l’accaparement des zones humides à Bouaké entre bâti et agriculture sont évoqués de part et d’autre. Pour combler la demande en logement et pour la recherche d’espace en vue de réaliser des projets d’urbanisme de développement, de plus en plus, les autorités et les investisseurs privés procèdent à la réquisition/consommation des zones agricoles en milieu urbain (Réseau des territoires agriurbains d’Ile-de-France, 2013). Pour ce faire, les zones humides sont remblayées et les cultures détruites au profit du bâti (Mounganga, 2011). Cependant, malgré cette dynamique urbaine de la ville, très consommatrice d’espace, les activités agricoles continuent de se maintenir. Les espaces sont même obtenus moyennant le paiement de somme forfaitaire ou par dons en nature offerts à un propriétaire coutumier après la récolte.

2L’agriculture urbaine peut être une solution pour faire face aux enjeux urbains contemporains (Wegmuller et Duchemin, 2010). En Côte d’Ivoire, l’agriculture pratiquée dans les zones de bas-fonds et sur les espaces non mis en valeur dans la ville, depuis plusieurs décennies, permettent de répondre un tant soit peu aux sollicitations des citadins en produits alimentaires de qualité, mais surtout en grande quantité. En effet, une étude réalisée par Fondio et al. (2011) sur l’agriculture urbaine à Bouaké a révélé par ailleurs que 41 % de la population ont pour sauce préférée celle à base de gombo, 29 % pour la sauce à base d’aubergine, 20 % pour celle à base de tomate et 10 % pour les sauces à base d’autres légumes. L’approvisionnement de ces produits légumineux frais provient en grande partie des zones marécageuses. Par ailleurs, plusieurs plats consommés à bases de légumes frais sont commercialisés dans la quasi-totalité des restaurants de la ville de Bouaké. En environ 15 % de producteurs de légumes disent vendre leur production aux collectivités (hôpitaux, écoles, casernes, etc.) Cette production offre également la liberté aux citadins de choisir leur aliment en fonction de leur préférence. Aussi, ces activités agricoles pratiquées dans les bas-fonds constituent un support de développement économique et un générateur de lien social selon un responsable de l’Office national du développement de la riziculture (ONDR) à Bouaké (entretien accordé en 2014) et également selon certains auteurs (Camara, 1986 ; Chaléard, 1998 ; Duvernoy et al., 2005) et organismes (UNDP, 1996). En somme, les différentes justifications abordées ici dans le conflit opposant bâti et agriculture pour une main mise sur les bas-fonds de la ville de Bouaké comportent chacune une part de réalité et de vérité. Il s’agira donc pour nous dans cette étude de montrer la manifestation de cette compétition qui oppose le bâti et l’agriculture dans la conquête des bas-fonds de la ville de Bouaké. Ainsi, notre question de recherche est donc de savoir comment se traduit dans les zones humides de Bouaké la lutte de conquête qui oppose bâti et activités agricoles. Quelles sont les actions menées par les propriétaires pour ravir la place aux activités agricoles dans les bas-fonds d’une part et d’autre part, quelles sont les stratégies mises en place par les citadins-agriculteurs pour conserver l’agriculture sur ces espaces ? En outre, nous chercherons à vérifier l'hypothèse suivante : l’appui sur les textes de loi et l’appropriation des textes de règlements urbanistiques, l’adoption du système de rotation des cultures et la mise en place des groupements associatifs face à l’avancée du bâti en zone de bas-fonds, traduisent les ambitions des citadins-agriculteurs de pérenniser de l’agriculture sur ces sites.

La méthodologie

3Ce travail est le résultant de l’exploitation d’une littérature approfondie sur le paysage urbain ivoirien et de l’agriculture pratiquée dans cette zone. L’observation des espaces cultivables dans la ville de Bouaké et des entretiens avec les structures de recherche, d’encadrements des agriculteurs et les structures de gestion de l’espace urbain ont guidé cette étude. Les structures d’encadrements rencontrées sont : l’Office national du développement de la riziculture (ONDR) en Côte d’Ivoire, l’Agence nationale d’appui au développement rural (ANADER) et la Direction régionale du ministère de l’Agriculture. Concernant les structures de gestion de l’espace urbain, nous avons échangé avec la Direction technique de la Mairie de Bouaké, notamment le service en charge du foncier et la Direction régionale du ministère de la Construction, du Logement, de l’Assainissement et de l’Urbanisme. Enfin, le Centre international de recherche dans le secteur du riz AfricaRice (Ex-ADRAO) a été aussi approché.

4Avec les structures d’encadrement, il était question d’avoir une idée du nombre d’agriculteurs urbains dans la ville en général et particulièrement celui des zones de bas-fond. Aussi, comprendre les actions menées par ces services pour la valorisation de l’agriculture urbaine face à l’urbanisation a suscité notre intérêt. Avec les gestionnaires et aménageurs de l’espace urbain, nos échanges ont porté sur les méthodes de contrôles et les investigations menées pour le respect des normes urbanistiques. La rencontre avec les agents de la structure AfricaRice a porté sur les semences de riz proposé aux riziculteurs en fonction de la typologie des sols. Les entretiens qui ont permis de recueillir des informations auprès des différentes structures ont été structurés et non-structurés.

5Par ailleurs, un questionnaire a été adressé tant aux citadins-agriculteurs qu’aux propriétaires des bâtis des zones de bas-fonds. Pour les premiers, il était question de discerner les stratégies mises en place pour contenir l’urbanisation qui menace leur activité. Quant aux seconds, il fut question de saisir le mode d’acquisition du foncier dans ces zones basses de la ville. En outre, l’observation étant la phase première de la démarche scientifique et la plus fiable (Bastie et Dezert, 1980), nous avons sillonné toute la ville de Bouaké dans le but d’avoir un contact et circonscrire notre espace d’étude. Cette observation a été à la fois directe et indirecte. L’observation directe a été participante (aide à l’arrosage, transport des semences et récoltes, semis, etc.) et non participante (observateur externe). Quant à l’observation indirecte, elle a constitué à l’analyse de l’attitude et la communication des producteurs sur les sites de productions. Cet exercice qui s’est déroulé pendant 30 jours a été parfois en présence des agents des structures d’encadrements (ONDR, ANADER) et des responsables des producteurs. La première semaine a permis de recenser neuf (9) sites marécageux où se pratiquent de façon permanente la culture du riz et le maraichage. La vingtaine de jours restants ont été consacré aux trois sites retenus pour l’étude que sont : le site Ahougnansou-N’gattakro, le site Bellville et le site Assoumankro.

Figure 1. Localisation des sites de bas-fonds étudiés.

Figure 1. Localisation des sites de bas-fonds étudiés.

Source : Adapté de MCLAU, 2014.

6Le choix de ces sites résulte des explications suivantes :

  • Pour Ahougnansou-N’gattakro, en réalité, Ahougnansou et N’gattakro sont deux quartiers différents morphologiquement, mais leur rapprochement géographique et le fait que certains agriculteurs exercent leur activité dans les bas-fonds d’Ahougnansou et de N’gattakro nous a amené à les unifier pour en faire un seul site d’étude. Aussi, le duo Ahougnansou-N’gattakro fait partie des quartiers anciens de la ville. Il a vu le jour autour des années 1960-1980 et malgré l’urbanisation galopante, les zones de bas-fonds de cette localité continuent d’abriter encore l’agriculture.

  • Belleville est situé au nord-est de la ville. Il a été créé entre 1980 et 2000. Pendant la crise, ce quartier a vu sa population accroitre considérablement. Cette situation a favorisé un lotissement accru des bas-fonds de ce quartier pour la construction des bâtis. Par ailleurs, selon nos recensements, Belleville abriterait le plus grand nombre d’exploitants de bas-fond.

  • Enfin, le choix d’Assoumankro est fonction du fait que ce quartier situé à l’Ouest fait partie des nouveaux fronts d’urbanisme de la ville. Il abrite un nombre d’agriculteurs relativement important. Contrairement aux deux premiers sites précédemment cités, les bas-fonds d’Assoumankro sont pour l’instant moins agressés par les bâtis. Le tableau 1 définit le nombre d’agriculteurs par site.

Tableau 1. Effectifs des exploitants des bas-fonds des sites étudiés.

Sites

Localisation géographique dans la ville de Bouaké

Nombre d’exploitants par site

Type de culture pratiquée

Superficies

Hommes

Femmes

Belleville

Nord-Est

43

31 (maraichage)

Riziculture/maraichage

53 ha

Ahougnanssou-N’gattakro

Sud-Ouest

20

08 (maraichage + riz)

Riziculture/maraichage

15 ha

Assoumankro

Nord-Ouest

45

02 (maraichage + riz)

Riziculture/maraichage

32 ha

Source : Entretien avec un responsable de l’ONDR de Bouaké en 2014 et nos enquêtes de terrain, 2014 / ONDR and our field surveys, 2014.

7Ce tableau 1 nous permet d’apprécier que sur les sites d’Ahougnansou-N’gattakro et d'Assoumankro, les exploitants des bas-fonds sont en majorité de sexe masculin. Par ailleurs, à Belleville les femmes prennent une part très active dans les pratiques agricoles des zones humides. Cela dénote l’importance accordée aux plantes légumineuses sur une bonne partie de l’année qui par ailleurs est plus dévolue aux femmes.

8En outre, pour le choix de notre échantillon, concernant les producteurs, nous avons été confrontés au caractère irrégulier de leur temps de présence sur les sites. Cette réalité ne nous a pas permis d’obtenir un échantillon par la méthode empirique qui consiste à obtenir par raisonnement un échantillon qui soit représentatif de la population cible. Nous avons donc procédé à des passages à plusieurs reprises sur les différents sites pendant un mois et demi (soit 45 jours) pour interroger un maximum d’agriculteurs. Aussi, sur indication des parents, amis ou autres connaissances, nous avons pu échanger avec certains producteurs à leur domicile. Au total, sur les trois (3) sites, nous avons soumis notre questionnaire à 96 citadins-agriculteurs des zones de bas-fonds répartis comme suit dans le tableau 2.

Tableau 2. Effectifs des agriculteurs interrogés par sites.

Sites

Localisation géographique

Nombre d’exploitants interrogés par site

Hommes

Femmes

Total

Belleville

nord-est

30

17

47

Ahougnanssou-N’gattakro

sud-ouest

14

6

20

Assoumankro

nord-ouest

27

2

29

Total

71

25

96

9Au niveau des propriétaires des bâtis dans les zones de bas-fonds, nous avons pu échanger avec certains. La difficulté majeure était due au fait que les vrais propriétaires des bâtis ne vivent généralement pas sur ces espaces. Ils résident dans d’autres quartiers de la ville ou dans la métropole abidjanaise. Pour ceux qui résident à Bouaké, nous avons rencontré certains avec l’aide des locataires et des connaissances. Ainsi, nous nous sommes entretenus avec 16 propriétaires répartis dans certains quartiers de la ville (tableau 3). Après nos investigations, les informations compilées ont fait l’objet d’un dépouillement à la fois manuel et informatique. Le logiciel STATISTICA 7 a servi au dépouillement informatique. En somme, les informations recueillies par l'ensemble des données nous ont permis de structurer notre étude en trois (3) parties qui sont : l’analyse des caractéristiques des bas-fonds de la ville de Bouaké, l’intérêt manifeste des citadins de Bouaké à s’approprier les bas-fonds et les stratégies mises en place par les producteurs pour résister et pérenniser les activités agricoles des zones humides face à l’avancée urbaine.

Tableau 3. Effectifs des propriétaires terriens interrogés par sites.

Sites

Propriétaires de bâtis en zone de bas-fond interrogés

Belleville

5

Ahougnanssou-N’gattakro

8

Assoumankro

3

Total

16

Les caractéristiques des bas-fonds de la ville de Bouaké 

10Située au Centre-Nord de la Côte d’Ivoire, la ville de Bouaké est installée sur un dôme granitique. Sur une superficie d’environ 72.000 Km2, la ville qui s’étend du Nord au Sud entre le 7°30 et le 8° degré de latitude nord et de l’Ouest à l’Est entre le 5° et 5°30 degré de longitude ouest, présente un relief relativement plat avec une altitude moyenne de 310 m (Atta, 1978 ; Gbelle, 2013). Son relief est légèrement incliné vers l’Est, l’altitude occidentale est de 390 m et s’abaisse progressivement pour atteindre 240 m dans la partie orientale. En effet, sur ce relief apparait une topographie marquée par la présence de nombreux bas-fonds qui lézardent presque toute la ville (Figure 1). Selon Raunet (1985), un bas-fond des zones intertropicales est comme « un vallon, une petite vallée à fond plat ou une gouttière peu encaissée, de 20 à 500 mètres de large, sans cours d'eau important ou pérenne ». Quant à Windmeyer et Andriesse (1993) cité par Diatta (1996), ils définissent le bas-fond comme étant un « stream in land valley » (un ruisseau qui coule à l’intérieur de la vallée). En effet, les bas-fonds constituent les parties amont des réseaux de drainage imprimés dans les épaisses altérations kaoliniques des surfaces d'aplanissement sur socle cristallin (gneiss, granites, migmatites, schistes...) et des couvertures sédimentaires sub-horizontales gréso-sableuses. Ils se rencontrent souvent dans les régions à pluviosité moyenne annuelle supérieure à 700 mm et leur alimentation en eau est multiple : pluie, ruissellement, écoulements hypodermiques, nappes phréatiques ou d'altérites, qui affleurent une partie de l'année, remontées capillaires, éventuellement sources (Lavigne et al., 1996).

11La ville de Bouaké, notre zone d’étude présente des sols de bas-fonds limono-argileux à limono-sableux avec une structure prismatique grossière (Diatta, 1996). Les largeurs des bas-fonds de Bouaké dépassent pour certains les 300 mètres et la porosité de ces sols est très faible. En outre, selon Diatta, les zones de bas-fonds rencontrées à Bouaké sont pratiquement inondées pendant une bonne partie de l’année. Toutes ces caractéristiques précitées des zones hydromophes de la région de Bouaké sont favorables aux activités rizicoles et maraichères (Dabin et al., 1960).

Les sources d’alimentation en eau des bas-fonds de Bouaké

12Les bas-fonds de la ville de Bouaké reçoivent des eaux d’une hydrographique relativement dense qui s’organise selon des écoulements nord-sud. Le Bandama (avec une superficie de 97 000 km2 soit environ 30 % de la superficie de la Côte d’Ivoire) et le N’Zi un sous-bassin du fleuve Bandama (avec une superficie de 35 500 km2dont la longueur du cours d’eau principal est de 725 km), constituent les cours d’eau les plus importants de la région. En outre, trois bassins versants drainent la ville (Figure 2).

Figure 2. Le réseau hydrographie qui alimente les bas-fonds de Bouaké.

Figure 2. Le réseau hydrographie qui alimente les bas-fonds de Bouaké.

Source : MCLAU, 2014.

13Au nord, le bassin de la Loka, au sud, celui du Kan et à l’est se perçoit le bassin versant Soungouou. Leurs bas-fonds marécageux fragmentent l’espace urbain. Aussi, de nombreux cours d’eau saisonniers couvrent la région, mais insignifiants quant à leur débit. Généralement bas en saison sèche, le niveau de l’eau gonfle fortement en période de saison pluvieuse. Les lits des cours d’eau peu profonds et les pentes peu prononcées favorisent les retenues des eaux, propices pour la pratique de la riziculture et pour l’arrosage du maraîchage. Par ailleurs, le régime pluviométrie de la région de Bouaké est aussi un atout important dans l’alimentation des bas-fonds. Au cours de la décennie 2000-2013, les relevés pluviométriques de la Station AfricaRice-Bouaké M’Bé 2 (2014), indiquait des précipitations annuelles qui variaient entre 797 et 1372 mm de pluie. Ces précipitations plus ou moins importantes permettent à certains bas-fonds de rester gorgés d’eau pendant les saisons sèches. À Bouaké, les bas-fonds constituent un intérêt pour plusieurs activités sous la pression de l’urbanisation. De ce fait, le bâti manifeste de plus en plus le désir de tirer des profits notables sur ces espaces.

L’intérêt des citadins à s’approprier les bas-fonds de la ville de Bouaké pour le bâti

14Le poids du bâti dans la lutte de conquête des bas-fonds de Bouaké se perçoit tant au niveau des lotissements que des logements réalisés. Jusqu’à la crise militaro-politique de 2002 qu’a connue la Côte d’Ivoire, l’extension de la ville de Bouaké à travers la production de plans de lotissement a été, dans l’ensemble, correctement maîtrisée selon les normes urbanistiques en vigueur et respectait la préservation des zones humides dites inconstructibles. Cependant, les modes d’élaboration, la quantité et la qualité des lotissements produits ces dix dernières années entraînent de nombreux dysfonctionnements. Plusieurs explications sont à l’origine de ces nombreux lotissements des zones de bas-fonds (MCLAU, 2014). De loin, l’enjeu économique se présente comme l’une des premières explications de ces vastes lotissements des zones humides agricoles de la ville. En effet, pour les propriétaires coutumiers, en termes d’emploi et de développement économique, la contribution de l’agriculture urbaine semble insignifiante au regard des autres activités potentielles. Ainsi, ils s’attachent les services de certains pseudo-géomètres véreux pour le morcellement des espaces agricoles.

15Trop souvent, les documents produits par ces derniers ne respectent pas les servitudes non aedificandi que sont les bas-fonds marécageux, les sites protégés, les couloirs de haute et moyenne tension du réseau électrique. On constate alors des chevauchements aux jointures des lotissements ou des empiètements sur des emprises non constructibles (Figure 3). Par la suite, les parcelles sont revendues aux particuliers pour le bâti. Selon nos enquêtes, les coûts des parcelles en zone de bas-fond sont moins élevés que celles des autres non marécageuses. L’explication émane du fait que l’aménagement de ces parcelles pour l’habitat engendrerait d’énormes dépenses pour les acquéreurs. Par ailleurs, les coûts des terrains sont fonction de leur situation géographique par rapport au centre-ville. Quant au géomètre commis au lotissement, il est souvent rémunéré en nature. Des lots lui sont cédés en fonction des clauses du contrat avec les propriétaires coutumiers.

Figure 3. Des bas-fonds à Ahougnansou-n’gattakro lotis et attribués.

Figure 3. Des bas-fonds à Ahougnansou-n’gattakro lotis et attribués.

Crédit : J.-M. A. Konan, 2015.

16La crise de logements que connait la ville de Bouaké face à l’urbanisation galopante pousse de plus en plus les particuliers à bâtir dans les bas-fonds. En effet, pendant les années 2000, marquées par la crise militaro-politique (Boisbouvier, et al., 2012 ; Cogneau et al., 2003 ; MCLAU, 2014) Bouaké a enregistré un déplacement massif de sa population vers d’autres zones paisibles dans la mesure où la ville était en première ligne de front. Mais avec la normalisation de la situation militaro-politique, les années 2011 marquent un nouveau départ pour la ville qui se traduit par un retour des populations anciennes ainsi que par un afflux de nouveaux arrivants (MCLAU, 2014). Le quartier de Belleville par exemple (un quartier de notre site d’étude) a vu le nombre de sa population croitre considérablement. Avec une population estimée à 49 662 habitants, Belleville est le 3e quartier le plus peuplé de la ville. Le nombre de ménages de ce quartier est de 10 226. Actuellement, la ville de Bouaké afficherait une population de plus de 542.000 habitants selon les résultats préliminaires du Recensement general de la population et de l’habitat (RGPH) de 2014 (Tableau 4).

Tableau 4. Évolution de la population de la ville de Bouaké de 1965 à 2014.

Recensement General de la Population et de l’Habitat.

1965

1975

1988

1998

2014

85.000

175.000

323.000

460.000

542.000

Source : INS, 1988 ; INS, 1998 ; INS, 2014 ; MEMPD ; 2007.

17Cette croissance démographique indiquée dans le tableau ci-dessus a engendré un développement spatial considérable. L’attribution et l’occupation des lotissements initiés avant et après 2000 sont menées à un rythme élevé. Même les espaces humides servant à l’agriculture n’y échappent pas (Figure 4).

Figure 4. Constructions dans les bas-fonds de N'Gattakro, Assoumankro, Belleville et Ahougnansou.

Figure 4. Constructions dans les bas-fonds de N'Gattakro, Assoumankro, Belleville et Ahougnansou.

Crédit : J.-M. A. Konan, 2015.

18Les bas-fonds agricoles, comme l’indique les photos de la figure 4, abritent des bâtis. Très souvent, ces constructions dans ces zones humides se font sans aucun aménagement au préalable. Par ailleurs, le manque de contrôle régulier et rigoureux des agents du ministère de la Construction et même de la mairie plonge sans cesse toute l’administration devant les faits accomplis.

19Le développement démographique a favorisé une évolution spatiale qui dans sa manifestation empiète continuellement aussi sur les zones agricoles de bas-fonds. Les zones inondables sont loties, attribuées et construites au vu et au su des autorités dépassées parfois les lotissements de ces espaces. Cependant, malgré cette pression urbaine, les activités agricoles dans les bas-fonds de Bouaké continuent de se maintenir. Les stratégies individuelles et collectives mises en place par les citadins-agriculteurs permettent à l’agriculture d’être plus compétitive dans cette conquête des zones humides de la ville.

Les stratégies adoptées par les agriculteurs pour pérenniser l’agriculture dans les bas-fonds

20Depuis les années 1960, les zones humides de la ville de Bouaké abritent les activités agricoles. Les activités agricoles que l’on rencontre sont soit la riziculture ou/et le maraichage (choux, tomate, salade, gombo, piment, etc.). Certaines cultures vivrières comme la banane, le maïs sont aussi pratiquées dans ces espaces hydromorphes. En effet, la crise militaro-politique qu’a connue la Côte d’Ivoire ces dernières années a provoqué la fermeture de nombreuses entreprises de la ville de Bouaké (Fibako-Ivoiremball, Trituraf, etc.) Celles qui ont survécu à la crise ont dû procéder à des vagues de licenciements. Les Établissements Robert Gonfreville (ERG) et la Société ivoirienne de tabac (SITAB) par exemple ont perdu 40 % de leur effectif. Les effets de cette léthargie au niveau industriel sont le nombre incalculable de chômeurs et la paupérisation des populations. En effet, les chiffres issus du Rapport d’étape au titre de l’année 2009 du Document stratégique de réduction de la pauvreté de Côte d’Ivoire montrent que la situation de pauvreté dans la région de Bouaké est plus qu’alarmante. En 2002 par exemple, le taux de pauvreté était de 32 % contre 38,4 % pour l’ensemble du territoire national (FMI, 2009). En 2008, les chiffres vont s’alourdir à 57 % dans la région de Bouaké contre 48,9 % pour l’ensemble du pays (FMI, 2009). Face à cette crise et principalement par le manque d’emploi, l’agriculture urbaine en général et celle pratiquée dans les bas-fonds en particulier s’est présentée comme une aubaine pour de nombreuses familles. Aujourd’hui, devant la lutte imposée par l’urbanisation pour la conquête des espaces de bas-fonds, les agriculteurs s’appuient sur des textes de loi et mettre en place des stratégies pour préserver ces zones. Par ailleurs, ces mesures visent aussi à attirer l’attention des autorités sur le rôle de l’agriculture pratiquée dans la ville.

Des textes urbanistiques et environnementaux défavorables au bâti en zone de bas-fonds

21La situation d’un terrain est déterminante pour la suite d’un projet de construction, car tous les terrains ne sont pas constructibles. En principe, les possibilités de construire sur un terrain doivent obéir au respect des règles d’urbanisme. En Côte d’Ivoire, selon la loi n° 96-766 du 3 octobre 1996 portant Code de l'Environnement et le Décret n° 92-398 du 1er juillet 1992, portant règlementation du permis de construire et abrogeant le décret n° 77-941 du 29 novembre 1977, certaines zones déclarées à risques sont dites inconstructibles, inaptes à recevoir des bâtis. Au nombre de ces espaces, on a : les bas-fonds marécageux, les sites protégés, les couloirs de haute et moyenne tension du réseau électrique, etc.

22Que faire donc sur ces sites marécageux pour les valoriser et les rentabiliser ? À Bouaké, l’orientation 4 des Orientations stratégiques de développement du SDU horizon 2030 (MCLAU, 2014) et certains organismes internationaux (PNUD et FAO) préconisent la pratique de l’agriculture sur les terres urbaines, notamment dans ces zones humides qui font partie de l’espace urbanisé. Pour ces organismes, l’aménagement agricole dans les bas-fonds ne constitue pas un obstacle majeur pour l’écoulement des eaux contrairement au bâti. Les nombreux dégâts (inondations, pertes en vie humaine, dégâts matériels) causés par les pluies diluviennes sur les constructions dans les zones inondables dans le district d’Abidjan ces dernières années sont encore présents dans les mémoires. Pour les spécialistes en urbanisme en charge de l’élaboration du Schéma directeur d’urbanisme de la ville de Bouaké, les nombreux bas-fonds qui segmentent la ville méritent d’être valorisés par les activités agricoles que ces espaces sont depuis de décennies de vrais potagers. Ces textes de loi et documents d'urbanismes en vigueur et qui excluent les bâtis en zone marécageuse constituent bien souvent des argumentaires pour les producteurs face aux autorités dans leur lutte pour la préservation des parcelles agricoles devant l’avancée urbaine. En outre, les citadins-agriculteurs exploitant les bas-fonds de plus en plus se regroupent pour des actions collectives.

Des groupements associatifs mis en place

23En Côte d’Ivoire, 225 villes sont dotées de documents d’urbanisme, en particulier de Schéma directeur d’urbanisme (SDU) et Plan directeur d’urbanisme (PUD). Pour la plupart, ces documents ont été réalisés pendant les années 1980 et 1990. À l’analyse ces documents d’urbanisme, l'on constate une attention particulière faite aux activités industrielles, commerciales et toutes les activités favorisées par le facteur d'échelle constitué par la grande concentration humaine et la quasi-absence de zones réservées à l'agriculture.

24Peu d’intérêt est accordé aux activités agricoles par les planificateurs et aménageurs urbains. D’ailleurs, aucun cadre juridique et réglementaire lié à la pratique de l’agriculture urbaine n’est disponible. Ce sont les risques sanitaires et environnementaux liés à la pratique de l’agricole qui constituent selon Matthys et al (2006) les contraintes majeures qui amènent la majorité des ministères de l’Urbanisme ivoirien à ne pas poser des actions législatives pour garantir une sécurité foncière pour l’agriculture urbaine. Mais pour les responsables des citadin-agriculteurs enquêtés, ces risques évoqués par les autorités peuvent être corrigés si un encadrement adéquat et soutenu des producteurs par des structures spécialisées étatiques ou privées est effectué. Ainsi pour porter d’une voix commune les difficultés et les revendications devant les autorités dans la mesure où les approches individuelles n’aboutissent pas et aussi pour favoriser une acceptation officielle des activités agricoles dans la planification de la ville, les riziculteurs ont mis sur pied des associations (regroupement des agriculteurs). Ces associations sont de plus en plus reconnues par les autorités. Les agréments délivrés par les autorités administratives aux associations des riziculteurs d’Ahougnansou (association nommée Wobin), de Belleville (association nommée Owôho Ognon) et d'Assoumankro (association nommée Wopkoro-Wognon) respectivement en 2012, 2013, et dans le premier trimestre de 2015 montrent des avancées notables vers une reconnaissance légale des pratiques agricoles sur l’espace urbain. En outre, les groupements des riziculteurs font l’objet d’attention des structures d’encadrement comme l’ONDR, l’ANADER et le Centre national de recherche agronomique (CNRA) et des partenaires aux développements internationaux. Dans nos entretiens avec les responsables des associations de Belleville, d'Assoumankro et d'Ahougnassou-N’gattakro, les agriculteurs ont attesté de l’appui des structures précitées. Ces appuis se constituent en intrants et en semences de variété à cycle court et rentable. Certains citadins-agriculteurs participent périodiquement aux ateliers de formations organisés par l’ONDR et l’ANADER sur les techniques culturales. Par ailleurs, la mise sur pied des groupements associatifs a permis aux riziculteurs du quartier Belleville de bénéficier de la part de la Coopération japonaise d’une batteuse, d’un humidimètre, d’un peson, d’une balance, etc.

25Aujourd’hui, structures d’encadrements et partenaires internationaux au développement, qui auparavant étaient plus tournées vers l’encadrement en zone rurale, militent et apportent du matériel pour la valorisation et le développement de l’agriculture pratiquée dans les bas-fonds de la ville qui constitue l’activité principale de 85,3 % des enquêtés. Il est vrai que la législation ivoirienne n’autorise pas encore les pratiques agricoles sur le sol urbain, mais tous (ONDR, ANADER, partenaires internationaux au développement, etc.) sont unanimes à reconnaitre que l’agriculture pratiquée sur l’espace urbanisé de Bouaké constitue un appui pour le monde rural en terme de production alimentaire, permet une insertion de jeunes migrants, est pourvoyeuse d’emploi et de revenu et est aussi une alternative intéressante dans l’entretien de l’environnement. En effet, le fait que ces activités agricoles contribuent à l’amélioration des conditions de vie d’une frange de la population et favorisent un climat social apaisé, justifie pour les structures d’encadrement qu'elles méritent d’être encadrées, soutenues et intégrées dans les stratégies de développement urbain, surtout dans une ville de Bouaké où les emplois sont rares à cause d’un secteur industriel décimé par une décennie de crise et qui peine à relever.

Les stratégies d’aménagement des bas-fonds

26Pour la pérennisation des activités agricoles dans les bas-fonds les producteurs mettent en place des stratégies.

L’adoption du système de rotation des cultures pour pérenniser l’agriculture dans les zones de bas-fonds

27Selon les responsables des groupements associatifs de riziculteurs enquêtés, les bas-fonds de la ville de Bouaké étaient jadis consacrés principalement à la culture du riz du fait que certains légumes (laitue, chou, navet, courgette, etc.) produits aujourd’hui n’étaient pas encore bien ancrés dans l’habitude alimentaire des citadins. Aussi, la plupart des légumes provenant du milieu rural permettaient de nourrir les urbains peu nombreux. Les citadin-riziculteurs pouvaient donc se permettre de laisser les bas-fonds quelques mois en jachère après les récoltes de riz. Aujourd’hui avec l’urbanisation, le foncier a pris une autre valeur. En effet, la terre avant tout un bien sacré et qui ne pouvait faire l’objet de vente au fur et à mesure de l’avancée urbaine a cédé à l’économie monétaire. Les zones marécageuses dites inconstructibles ne sont pas aussi exemptées. Ainsi, les riziculteurs ont adopté dans leur quasi-totalité le système de rotation de culture depuis quelques années pour marquer leur présence constante sur les sites de bas-fonds et dissuader certains propriétaires coutumiers dans leur projet de vente de leur parcelle pour des constructions de logements et autres équipements.

28Un propriétaire terrien que nous avons rencontré à Ahougnansou affirmait ceci : « quand je vois comment ce monsieur (l’exploitant) se bat dans ce bas-fond pour nourrir sa famille, je n’ai pas le courage de vendre cette parcelle. Et puis, ça fait plusieurs années que nous nous connaissons ». Or, une absence prolongée du producteur du site pour mise en jachère de site de production amènerait sans hésitation le propriétaire à accomplir son désir de vente de parcelle.

29La région de Bouaké est caractérisée par un climat à quatre saisons, dont deux pluvieuses et deux sèches. Pendant les saisons pluvieuses (mars à juin et septembre à octobre), les producteurs s’adonnent exclusivement à la pratique de vaste superficie de riz (Figure 5). La variété de riz conseillée par les structures d’encadrements et cultivée par de nombreux producteurs (95 % des riziculteurs) est le Wita 9. Le fort taux de citadin-riziculteurs enregistré dans la production du riz Wita 9 est fonction du rendement élevé dans un temps court de cette variété.

Figure 5. Une grande superficie de riz produite en saison de pluie sur le site d’Assoumankro.

Figure 5. Une grande superficie de riz produite en saison de pluie sur le site d’Assoumankro.

Crédit : J.-M. A. Konan, 2015.

30Par ailleurs, en période de saisons sèches (juillet à aout et novembre à février), ce sont les cultures maraichères et autres vivriers qui sont cultivés. Sur les grands et larges billons constitués pour maintenir l’eau sont cultivés les plants d’aubergine, de choux, de tomate, de piment, etc. (Figure 6) Cette attitude de manipulation des cultures en fonction des saisons démontre bien la maîtrise des agriculteurs dans les bas-fonds. Le système de rotation de culture adopté ici par les agriculteurs en fonctions des saisons permet non seulement leur présence continuelle sur les sites de bas-fonds, mais constitue aussi une source de revenus économique tout le long de l’année. En outre, en dehors de la stratégie de rotation de culture, les activités agricoles sont de plus en plus transmises aux progénitures pour avoir constamment la main mise sur les parcelles.

Figure 6. Des billons conçus pour retenir l’eau en saison sèche sur le site de N’Gattakro.

Figure 6. Des billons conçus pour retenir l’eau en saison sèche sur le site de N’Gattakro.

Crédit : J.-M. A. Konan, 2015.

La transmission de l’activité agricole de père en fils pour pérenniser l’agriculture dans les zones marécageuses

31Le foncier se présente comme un facteur clé dans la production agricole en zone urbaine. De sa gestion, sa disponibilité et ses conditions accessibilités découlent la survie ou la décadence de l’agriculture dans la ville. Les cultures produites dans les zones marécageuses de la ville de Bouaké ont toujours constitué selon les producteurs une source de revenu important pour toute la famille. Il faut préserver cet acquis. Et la préservation de cette source financière passe par une main mise sur le foncier. Pour 87 % des riziculteurs enquêtés dont l’âge varie entre 25 et 35 ans, ils disent avoir hérité l’activité agricole de leur parent. Ils comptent à leur tour la léguer à leur progéniture. Ainsi pour préparer les enfants à cette relève, certaines tâches (arrosage, surveillance du champ de riz, etc.) leur sont confiées pendant les fins de semaine, les congés et les vacances scolaires. Certains jeunes enfants avec lesquels nous avons échangé sur les sites de production nous confiaient « qu’ils continueraient cette activité agricole initiée par leur parent même s’ils exercent une activité professionnelle plus tard ». Pour les exploitants, le fait de léguer l’espace agricole à son fils ou à un autre membre de la famille, leur permet de ne pas laisser une occasion ou ralentir les propriétaires terriens dans une action de vente la parcelle.

Conclusion

32La ville de Bouaké située dans la partie centrale de la Côte d’Ivoire est installée par un relief relativement plat avec une altitude plus ou moins moyenne. Sur l’ensemble de son relief, la ville de Bouaké est segmentée par un nombre important de bas-fonds caractérisés par des lits de cours d’eau peu profonds et de pentes peu prononcées. En outre, depuis des décennies, ces espaces marécageuses qui lézardent l’espace urbanisé de Bouaké servent à la pratique des activités agricoles. L’agriculture pratiquée dans ces zones humides constitue des réponses aux enjeux alimentaires, sociaux et économiques que vivent les populations de la ville en perpétuelle croissance. Par ailleurs, avec l’urbanisation galopante que connait la ville, de plus en plus les bas-fonds suscitent des intérêts pour la construction du bâti. Les zones humides sont constamment loties, attribuées et construites malgré les prescriptions en vigueur qui interdisent les constructions dans ces zones. Pour leur part, les citadins-agriculteurs qui exploitent les bas-fonds à des fins agricoles, dans cette lutte de conquête et de maintien dans les bas-fonds de la ville de Bouaké mettent en place différentes stratégies individuelles (système de rotation et lègue aux progénitures) et communes (création des groupements associatifs) pour pérenniser leur activité.

33En somme, dans cette compétition qui oppose bâti et agriculture dans la conquête des bas-fonds de la ville de Bouaké, nous nous interrogeons comme Serrano (2005) : les aménageurs de l’espace urbain ne pourraient-ils pas trouver un équilibre entre urbanisation et préservation des espaces agricoles qui constituent des enjeux importants pour les populations ?

Remerciements

34Nous voulons adresser nos sincères remerciements à la Revue scientifique VERTIGO pour avoir accepté la publication de cet article. Merci pour votre immense contribution au développement de la recherche. Aussi, voudrions-nous adresser nos remerciements et nos félicitations à toute l’équipe d’organisation de la Journée Des Doctorants (JDD 2015) qui a piloté avec brio cet évènement riche en enseignements à Marseille du 26 et 27 mars 2015.

Haut de page

Bibliographie

Atta, K., 1978, Dynamique de l'occupation de l'espace urbain et péri-urbain de Bouaké (Côte d'Ivoire), Thèse de Doctorat 3e Cycle, École des Hautes Études en Sciences sociales, ORSTOM, Paris, 309 p.

Bastie, J. et B. Dezert, 1980, L’espace urbain, Masson, Paris, 381 p.

Boisbouvier C., F. Soudan, M. Olivier et P. Airault, 2012, Côte d’Ivoire : dix ans de crise, dix énigmes, journal Jeune Afrique [en ligne], 28 septembre 2012, [En ligne] URL : http://www.jeuneafrique.com/139892/politique/c-te-d-ivoire-dix-ans-de-crise-dix-nigmes/

Cadot, E., F. Fournet, A.N. N'guessan et G. Salem, 2000, Des bas-fonds dans la ville, l'impact sanitaire des aménagements agricoles à Daloa (Côte d'Ivoire), Cahiers Agriculture, 9, 424 p.

Camara, S., 1986, L’agriculture intra et péri-urbaine au Sénégal : les exemples de Saint-Louis, Dakar, Thiès, Kaolack et Ziguinchor, Thèse de doctorat 3e cycle en Géographie, Paris7, 272 p.

Chaleard, J.-L., 1998, Croissance urbaine et production vivrière, in Afrique contemporaine, n° 185, pp. 3-18.

Cogneau, D., S. Mesple-Somps et F. Roubaud, 2003, Côte d'Ivoire : histoires de la crise, Afrique contemporaine, 2, 206, p. 5-12

Dabin, B., N. Leneuf et G. Riou, 1960, Carte pédologique de la Côte d'Ivoire au 1-2.000.000, Institut d’Enseignement et de Recherches Tropicales, Adiopodoumé (Côte d’Ivoire), ORSTOM, 39 p.

Diatta, S., 1996, Les sols gris de bas versant sur granito-gneiss en région centrale de la Côte d'Ivoire : organisation toposéquentielle et spatiale, fonctionnement hydrologique : conséquences pour la riziculture, Thèse de Doctorat, Spécialité : Agropédologie, Université Remi Poincaré Nancy I, 180 p.

Duvernoy I., F. Jarrige, P. Moustier et J. Serrano, 2005, Une agriculture multifonctionnelle dans le projet urbain : quelle reconnaissance, quelle gouvernance ?, Les Cahiers de la multifonctionnalité, 8, pp. 87-104

Fondio L., C. Kouame, A. H. Djidji et D. Traore, 2011, Caractérisation des systèmes de culture intégrant le gombo dans le maraîchage urbain et périurbain de Bouaké dans le Centre de la Côte d’Ivoire, Int. J. Biol. Chem. Sci. 5(3), pp. 1178-1189

Fonds monétaire international (FMI), 2009, Côte d’Ivoire : Stratégie de Réduction de la Pauvreté/Rapport d’Étape au titre de l’année 2009, Rapport du FMI No. 09/156, Washington, 180 p.

Gbelle, M., 2013, Cadre de Gestion Environnementale et Sociale(CGES), Rapport Final, Projet de Renaissance des Infrastructures en Côte d’Ivoire (PRI-CI), E3029v2, 148 p.

Institut National de la Statistique (INS), 1988, Recensement Général de la Population et de l’Habitat, Répartition spatiale de la population et migration, Analyse des résultats définitifs Tome 2, Volume 3, INS, Abidjan, 201 p

Institut National de la Statistique (INS), 1998, Recensement General de la Population et de l’Habitat, District de Recensement de la ville de Bouaké en 1998, 8 p.

Institut national de la statistique (INS), 2014, Principaux résultats préliminaires du Recensement General de la Population et de l’Habitat 2014, 23 p.

Lavigne, d. Ph., L. Boucher et L. Vidal, 1996, Les bas-fonds en Afrique tropicale humide : stratégies paysannes, contraintes agronomiques et aménagements, dans : Pichot et al (eds.), Fertilité du milieu et stratégies paysannes sous les tropiques humides, actes du séminaire international, CIRAD, pp. 148-161

Matthys, B., A. Francis, A. Cissé et G. Cissé, 2006, Le réseau social des maraîchers à Abidjan agit sur la perception des préoccupations et des risques sanitaires liés à l’eau, VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement, Hors-série 3, [En ligne] URL : http://vertigo.revues.org/1857 ; DOI : 10.4000/vertigo.1857, consulté le 15 août 2016.

Mounganga, M-D., 2011, le difficile équilibre entre urbanisation galopante et préservation des réservoirs forestiers des centres urbains : exemple du bassin versant de la Gué-Gué à Libreville (Gabon), 12 p.

Raunet, M., 1985, Bas-fonds et riziculture en Afrique-Approche structurale comparative. Agronomie tropicale, 40 (3), pp. 181-201.

Réseau des territoires agriurbains d’Île-de-France, 2013, Argumentation politique en faveur de l’agriculture périurbaine, Atelier technique thématique, mission 3DFI, Bergerie Nationale, 7 p.

Serrano J., 2005, Quel équilibre entre urbanisation et préservation des espaces agricoles périurbains ? Le cas d’une agglomération moyenne, Développement durable et territoires, Dossier 4, 10 p.

United Nations Development Program (UNDP), 1996, Urban agriculture. Food, jobs and sustainable cities. UNDP, New York, États-Unis, 302 p.

Ministère de la Construction, du Logement, de l’Assainissement et de l’Urbanisme (MCLAU), 2014, Schéma directeur d’urbanisme Bouaké – 2030, Phase 1 : Diagnostic stratégique, République de Côte d’Ivoire, Groupement Urbaplan-Transitec-Ioa, 202 p.

Ministère d’État, ministère du Plan et du Développement (MEMPD), 2007, Atlas des villes, bureau national d’études techniques et de développement, Ville de Bouaké, Collaboration Union européenne à travers le Programme de soutien a la décentralisation et a l’aménagement du territoire, pp. 35-48

Wegmuller F. et E. Duchemin, 2010, multifonctionnalité de l’agriculture urbaine à Montréal : étude des discours sur la base du programme des jardins communautaires, VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement, Volume 10 numéro 2, [En ligne] URL : http://vertigo.revues.org/10445 ; DOI : 10.4000/vertigo.10445

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Localisation des sites de bas-fonds étudiés.
Crédits Source : Adapté de MCLAU, 2014.
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/18302/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Figure 2. Le réseau hydrographie qui alimente les bas-fonds de Bouaké.
Crédits Source : MCLAU, 2014.
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/18302/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Figure 3. Des bas-fonds à Ahougnansou-n’gattakro lotis et attribués.
Crédits Crédit : J.-M. A. Konan, 2015.
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/18302/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 4. Constructions dans les bas-fonds de N'Gattakro, Assoumankro, Belleville et Ahougnansou.
Crédits Crédit : J.-M. A. Konan, 2015.
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/18302/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Figure 5. Une grande superficie de riz produite en saison de pluie sur le site d’Assoumankro.
Crédits Crédit : J.-M. A. Konan, 2015.
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/18302/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 6. Des billons conçus pour retenir l’eau en saison sèche sur le site de N’Gattakro.
Crédits Crédit : J.-M. A. Konan, 2015.
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/18302/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Michel Kouakou Attien Konan, « Compétition entre bâti et agriculture dans la conquête des bas-fonds de la ville de Bouaké : le savoir-faire ou les actions stratégiques des citadins-agriculteurs pour préserver les espaces agricoles », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 28 | avril 2017, mis en ligne le 30 avril 2017, consulté le 23 août 2017. URL : http://vertigo.revues.org/18302 ; DOI : 10.4000/vertigo.18302

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Kouakou Attien Konan

Doctorant Université Alassane Ouattara, Bouaké, Côte d’Ivoire, courriel : attien_2@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page