Navigation – Plan du site

Vulnérabilité et résilience des populations riveraines liées à la pollution des eaux lagunaires de la métropole d’Abidjan, Côte d’Ivoire

Koné Brama, Cissé Guéladio, Houenou Pascal Valentin, Obrist Brigit, Wyss Kaspar, Odermatt Peter et Tanner Marcel

Résumés

La lagune d’Abidjan est polluée par les déchets urbains. Les populations périurbaines, riveraines de cette lagune sont exposées à la pollution.

L’étude porte sur l’évaluation des aspects de vulnérabilité et de résilience des populations exposées. Neuf "focus groups" ou groupes de discussion ont été réalisés sur trois sites qui bordent la lagune. Les populations étudiées se disent victimes de "la ville". Les aspects de leur vulnérabilité rapportés par elles sont entre autres les mauvaises odeurs qui émanent des eaux lagunaires, les mouches et moustiques qui se multiplient en lagune et qui leur apportent des maladies comme le paludisme et les diarrhées, les démangeaisons de corps dont les pêcheurs se plaignent. En ce qui concerne les aspects de résilience, des actions individuelles d’entretien des berges lagunaires sont menées par endroit. Le capital financier, humain et social des malades ou de leur famille joue un rôle important dans leur résilience en cas de maladie.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’urbanisation est causée à la fois par la croissance de la population urbaine et par l’exode rural. L’accroissement de la population urbaine mondiale, avec le ralentissement de la croissance de la population rurale, a entraîné une redistribution de la population au cours des trois dernières décennies (PNUE, 2002). Il y a 30 ans, moins de 40% de la population mondiale vivait en ville. A ce jour, près de la moitié de cette population (48.7%) vit dans les zones urbaines et ce chiffre augmentera de 2% par an d’ici à 2025 (Nations unies, 2006). Alors qu’il y a 50 ans, les pays en développement ne comptaient que 41% des plus grandes villes du monde, en 1995, ce chiffre était passé à 64% et cette proportion n’a cessé de croître (Banque Mondiale, 2000). Le continent africain, avec une population urbaine de 38.3%, a le plus fort taux de croissance de cette population (3.04%) dans le monde  (Nations unies, 2006).

2Le développement économique et urbain de la plupart des pays en développement est accompagné et soutenu par un développement industriel. Ce dernier accroît les risques pour la santé des populations à travers les déchets solides et liquides issues de cette industrialisation. Les boîtes de conserve vides rejetées par les populations et qui deviennent des gîtes potentiels de moustiques en saison de pluies et les métaux lourds et pesticides contenus dans les eaux usées industrielles, sont des exemples de risques pour la santé liés à l’industrialisation. La croissance urbaine peu maîtrisée conduit à une mauvaise gestion des déchets solides et liquides produits par les villes. Ces déchets urbains contribuent à fragiliser la santé des populations exposées (Cissé, 1997; Lebel, 2003).

3L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) définit la santé comme un état de complet bien être physique, mental et social d’un individu et non pas seulement comme une absence de maladies ou d’infirmité. Elle définit la qualité de la vie d’un individu à partir de la perception qu’il a de sa position dans la vie, dans son système culturel et de valeurs, et mis en relation avec ses buts, ses attentes, ses normes et ses inquiétudes (The Whoqol Group, 1998). Ainsi, la qualité de vie d’un individu est liée d’une manière complexe à la santé physique, à son état psychologique, ses croyances personnelles, ses relations sociales et ses liens avec les autres composantes de l’environnement.

4La vulnérabilité se définit comme le degré auquel un individu est sous l’effet d’un facteur d’exposition (WBGU, 1998; Smith et al., 1999; Bohle, 2001; Obrist & Tanner 2002) quand la résilience est la capacité de cet individu à récupérer d’une perturbation pour revenir à un état de stabilité ou d’équilibre avec le facteur d’exposition ou de risques (WBGU, 1998; Bollig, 2003; De Haan & Zoomers 2005; Obrist, 2006). Il apparaît que la vulnérabilité et la résilience sont des déterminants de la qualité de vie d’un individu, dont l’évaluation se fait par des indicateurs métriques (quantifiables) comme une exposition ou le risque associé à cette exposition et des indicateurs non métriques comme une perception ou une pratique liée à une exposition.

5La ville d’Abidjan, capitale économique de la Côte d’Ivoire, est aujourd’hui une métropole de près de 3 600 000 habitants. Avec un taux de croissance annuelle moyenne de 3.2% entre 2000 et 2005, la population abidjanaise représente à elle seule 43.8 % de la population urbaine de la Côte d'Ivoire et 19.7% de toute la population nationale du pays (Nations unies, 2006). Il résulte de cette population urbaine et des nombreuses activités industrielles de la ville, une forte production de déchets solides et liquides, ménagers comme industriels.  La ville est bordée au sud par une lagune reliée à l’océan atlantique par un canal nommé canal de Vridi. Cette ouverture sur l’océan au milieu des années 1950 a profondément modifié la lagune qui reçoit un important volume d’eau océanique. Dans la partie ouest de la ville d’Abidjan, se trouve la commune de Yopougon. Dans cette commune, les eaux usées urbaines (domestiques, pluviales, industrielles) sont déversées dans la lagune par le biais des égouts et canaux de drainage des eaux pluviales existants, sans traitement préalable.

6Le Centre Ivoirien Anti-Pollution (CIAPOL) a effectué un suivi de la qualité physico-chimique et microbiologique des eaux lagunaires de 1993 à 1998 (CIAPOL, 1998). Certains métaux lourds et pesticides provenant des usines et de l’utilisation des produits industriels (engrais, insecticides) ont fait l’objet d’investigation en lagune. Leur présence dans le milieu lagunaire et leur concentration dans certains organismes marins (poissons, crustacés) consommés par l’homme avait déjà été documentée (Metongo, 1991; Kouassi et al., 1995). L’analyse des données microbiologiques donne des valeurs moyennes annuelles en streptocoques dépassant les normes OMS de qualité des eaux de surface à usage récréatif (WHO, 2003). Déjà en 1980, les premières études sur la pollution bactérienne de la lagune montraient que l’état de pollution des eaux lagunaires proches d’Abibjan était préoccupant (Pages et al., 1980). Le choléra fut noté pour la première fois en Octobre 1970 dans les zones côtières de la Côte d’Ivoire (Dosso et al., 1984). En 1985, une nouvelle épidémie de diarrhées cholériques est apparue au cours des mois de fortes précipitations  (Juin, Juillet), causée principalement par des virus retrouvés en lagune. Entre 1985 et 1990, de nombreuses infections cholériformes faisant intervenir d’autres vibrionacées ont périodiquement été signalées dans les zones habitées qui bordent la lagune (Kouassi et al., 1990) .

7Les perceptions des populations sur la pollution lagunaire, leurs attitudes et pratiques quotidiennes vis-à-vis de la lagune de même que leurs potentialités et capacités influent sur leur exposition et contribuent à déterminer leur vulnérabilité et résilience. Les travaux, dont les résultats font l’objet de la présente publication, visent à documenter les perceptions et pratiques des populations bordant la lagune en rapport avec la pollution lagunaire, à comprendre leur analyse des problèmes de santé liés à cette pollution et à décrire leurs réponses. Pour ce faire, des groupes de discussion ont été organisés avec les populations de trois sites périurbains longeant de lagune.

Méthodologie

Site d’étude

8L’étude a été réalisée dans la commune de Yopougon (carte 1). Elle a une superficie d’environ 85 km2. En 1998, sa population était estimée à 708 155 habitants (Institut National de la Statistique, 1998). Sur la base d'un taux de croissance annuelle moyenne de la population abidjanaise de 3.7 entre 1995 et 2000 et de 3.2 % entre 2000 et 2005 (Nations Unies, 2006), la population de Yopougon avoisine aujourd'hui 900 000 habitants. La commune est bordée au sud par la lagune Ebrié, longée par de nombreux sites d’habitation. Trois de ces sites nommés Azito, Béago et Niangon Lokoa ont été concernées par l’étude. On y trouvait respectivement 3 500, 500 et 7 500 habitants (Institut National de la Statistique, 1998).

Figure 1. Carte de la Commune de Yopougon à d’Abidjan et les sites de l’étude

Collecte de données

9De janvier à juin 2004, neuf groupes de discussion ont été organisés, soit trois par site. Sur chaque site, un groupe de discussion a été fait respectivement avec les femmes au foyer, les jeunes (hommes et femmes) et la notabilité. La méthodologie utilisée est celle de Dawson et collaborateurs (1993).

Informations collectées

10Les groupes de discussion avec les femmes au foyer ont porté sur quatre questions principales, à savoir les habitudes alimentaires, le rôle que jouent les eaux de lagune et des puits dans les ménages, les problèmes de santé dans les ménages et ceux spécifiques aux enfants. Pour chaque problème de santé, des questions subsidiaires étaient discutées. Ce sont des questions sur les symptômes du problème de santé, ses causes et le recours aux soins. Les causes de maladies signalées permettaient de savoir si la lagune est incriminée. Les habitudes alimentaires permettaient de comprendre le rôle des produits halieutiques lagunaires dans l’alimentation des populations.

11Avec les notables, nous avons échangé sur les perceptions qu’ils ont des inconvénients et avantages liés à la présence de la lagune et des canaux d’évacuation des eaux usées à proximité de leurs sites d'habitation respectifs. Ces groupes de discussion ont aussi concerné les problèmes de santé chez les adultes ainsi que leurs causes et les recours aux soins pour chaque problème de santé mentionné.

12Les groupes de discussion avec les jeunes ont porté sur l’organisation de la jeunesse de chaque site, les perceptions sur la pollution lagunaire et les activités lucratives et ludiques en rapport avec les eaux lagunaires. Enfin, la question des initiatives familiales ou de l’ensemble des jeunes des sites pour la gestion de la lagune et des berges lagunaires a été abordée.

Participants, matériel et exécution des entretiens

13Pour chaque groupe de discussion, six à huit personnes ont été choisies au sein de la population cible pour y participer. Aux chefs de communautés et aux responsables des jeunes et des femmes est revenu le rôle de proposer dans chaque groupe cible et chaque site, les personnes pour participer au groupe de discussion.

14Des guides de groupe de discussion ont été élaborés et utilisés. L’entretien était conduit par un modérateur aidé d’un assistant, assis en retrait et chargé de noter tous les faits et gestes des participants, leur expression visuelle et aussi d’enregistrer les échanges sur support audio. Le modérateur créait le débat et facilitait l’échange entre participants pour chaque question soulevée.

Traitement des données

15Les enregistrements ont été transcrits, saisis sous Microsoft Word, traités à l’aide du logiciel MAXQDA (MAXqda - Verbi GmbH) pour faciliter la relecture et l’analyse par objectif. Les informations tirées de ces entretiens ont été classées en facteurs de vulnérabilité ou en facteurs de résilience des populations.

Résultats

Participants aux groupes de discussion

16Sur le site d’Azito, 6 femmes, 7 notables et 6 jeunes ont participé aux groupes de discussion. 2 des 6 femmes ne sont pas scolarisées. Elles comprenaient cependant le français, mais ne pouvaient pas le parler correctement. Elles étaient les plus âgées des participantes et faisaient partie des femmes les plus âgées de la communauté et comprenant un peu le français. Les quatre autres étaient de niveau scolaire, comprenaient bien le français et le parlaient. Elles étaient toutes des ménagères et d’âge minimum estimé à trente ans. L’âge des jeunes variait de 23 à 35 ans ; l’un d’eux était étudiant, les autres avaient fait des formations techniques et exerçaient des activités professionnelles diverses ou étaient au chômage ; les jeunes sont regroupés au sein d’une association de jeunes, dont les président et vice président ont participé au groupe de discussion. Tous les notables ayant participé au groupe de discussion étaient des retraités, d’âge minimum estimé à 55 ans. Le chef de la communauté et son adjoint ont participé aux discussions.

17A Béago, 8 femmes au foyer, 7 notables et 7 jeunes ont participé aux discussions. Toutes les femmes avaient un niveau d’étude scolaire et collégial. 6 d’entre elles étaient productrices de couscous de manioc, appelé attiéké, quand aux deux autres, elles étaient coiffeuse pour l’une et tenancière de restaurant pour l’autre. Parmi les notables, le chef de la communauté et son adjoint ont pris part au groupe de discussion. Les jeunes ayant participé aux discussions comprenaient un pasteur, un pêcheur, un photographe, deux chômeurs, un étudiant et un manoeuvre dans une entreprise installée sur le site. Hormis le pêcheur, tous avaient au moins un niveau d’éducation scolaire. Les jeunes n’étaient pas regroupés en association.

18A Niangon Lokoa, 8 femmes au foyer, 6 notables, dont le chef de la communauté et son adjoint, 8 jeunes, dont le président de l’association des jeunes et son adjoint, ont participé aux différents groupes de discussion. Toutes les femmes sont productrices d’attiéké, comprennent et parlent correctement le français. 7 parmi elles sont de niveau d’étude scolaire quand une est de niveau collégial. Parmi les notables, seul le chef de la communauté exerce encore un emploi et est salarié. Les autres sont à la retraite. 5 jeunes ont un niveau d’étude universitaire, 2 sont de niveau scolaire et 1 est de niveau collégial.

Vulnérabilité des populations

19Les différents facteurs de vulnérabilité et de résilience sont résumés dans le tableau 1. Tous les groupes de discussion ont montré que les populations riveraines de la lagune subissent les effets de la pollution lagunaire à plusieurs niveaux de vulnérabilité. Ils estiment que les eaux lagunaires polluées sont le lieu de multiplication de moustiques et de mouches et que ces eaux leur apportent diverses maladies comme le paludisme et le cholera. De mauvaises odeurs émanent des eaux lagunaires et gênent les populations. Les propos ci-dessous confirment ces différents résultats.

La pollution de la lagune ne me plait pas. Je pense que ça donne des maladies à nos enfants. On a des enfants qui vont nager dans la lagune. D'autres ont choléra, y a pas l'argent pour les soigner, ils meurent, ce n'est pas bien (propos d’une femme au foyer).

…si la lagune était protégée (des eaux usées urbaines), il n'y allait pas avoir de moustiques et on n'allait pas avoir la fièvre. Voilà pourquoi on dit que c'est à cause de l'eau usée qu'on attrape la fièvre (propos d’un notable)

…c'est le moustique qui donne le palu (paludisme), les eaux sales aussi….parce que ce sont les eaux sales là qui provoquent tous ces moustiques (propos d’une femme au foyer).

…oui, nous avons les preuves (de ce que la pollution lagunaire donne des maladies). Nous avons des preuves et même pour nos sœurs qui traversent cette eau pour aller de l'autre côté à Kouté (autre site périurbain d’habitation, voisin des sites d’étude), elles ont des problèmes génitaux aujourd'hui. Il faut aller à l'hôpital parce que cette eau crée des problèmes ; des problèmes énormes, notre vie est en danger ;…nous sommes à un moment de fraîcheur, elle (l’eau de lagune) dégage une odeur désagréable qui couvre tout cet espace. Même à l'intérieur d'une chambre, l'odeur y pénètre. C'est que le poumon est aussi en danger et on ne peut pas quitter le site ! la seule chose que nous pouvons faire, c'est quoi ? (propos d’un jeune)

… il y'a des fois quand tu rentres dans la lagune, il y'a des boutons qui viennent sur ton pied, c'est pour dire que cette eau là, vraiment ne nous arrange pas sincèrement (propos d’un jeune).

20Les populations disent être victimes de la ville et du développement urbain et se sentent abandonnées à elles mêmes. La lagune est un bien socioculturel pour les peuples lagunaires. C’est l’habitat des génies protecteurs. Cet habitat est aujourd’hui pollué et mal entretenu. De nombreux déchets solides venants de la ville avec les eaux usées urbaines sont larguées sur les berges lagunaires par la lagune. On y trouve parfois des seringues et de nombreux autres déchets biomédicaux et ménagers.

21La pêche est de moins en moins productive en lagune à proximité des sites d’étude. Les ressources halieutiques lagunaires (poissons, crabes et crevettes) occupent une place importante dans le régime alimentaire des communautés riveraines de la lagune. Aux dires des populations, l’eau de lagune ne sert plus à soigner les malades comme par le passé :

La vraie lagune, c'était un médicament (propos d’un notable).

…oui, quand tu tombes malade et que tu te baignes, tu guéris. Même si tu tombes d'un palmier que tu vas te baigner, tu n'as plus mal (propos d’un chef de communauté).

…tu souffres, tu t'y baignes, tu es ragaillardi. Aujourd’hui, elle a perdu sa valeur. La lagune est devenue sale (propos d’un autre notable).

22Les jeunes n’organisent plus de compétitions de natation et de course de pirogues dans la lagune. L’eau de lagune est utilisée par les femmes pour laver les sacs et cuvettes qu’elles utilisent pour la fabrication de l’attiéké. Il ressort aussi des entretiens que cette même eau est souvent mélangée à l’eau de cuisson à la vapeur de l’attiéké à cause de la salinité que lui confère le contact avec l’océan.

…quelque fois même, quand on prépare l'attiéké aussi, on puise de l'eau de lagune, pour mettre dans la marmite. Lorsque l'attiéké ne se défait pas bien, c'est-à-dire, quand c'est collé-collé (grains d’attiéké collant les uns aux autres), nous utilisons l'eau de lagune (femme au foyer, productrice d’attiéké).

23Les jeunes des différents sites se disent prêts à quitter ces espaces pour de nouveaux sites de recasement si cela leur était proposé. Certains pêcheurs se plaignent de plus en plus de démangeaisons du corps et lient ce fait à la qualité décroissante de l’eau de lagune dans laquelle ils pêchent quand aux adolescents, ils continuent à s’y baigner.

Résilience face à la pollution lagunaire et aux problèmes de santé

24La résilience des populations est appréciée sur la base des atouts, des initiatives endogènes de lutte contre la pollution lagunaire et le recours aux soins en cas de maladie.

25Il ressort que les communautés ont conscience, pour la plupart, de la pollution de la lagune. Cela est un atout pour leur meilleure protection contre cette pollution. Les notables des différents sites ont rencontré au moins une fois les autorités municipales pour leur demander de trouver une solution à la pollution. Les propos suivants montrent que les démarches sont restées sans suite jusqu’à ce jour.

le problème de caniveau qui envoie les eaux sales dans la lagune, moi même, j'avais demandé qu'il y ait une usine de traitement d'eau. C'est ce qui n'a pas été fait jusqu'à présent (propos d’un chef de communauté)

oui, mais à ce niveau, ce sont les autorités compétentes qui peuvent nous aider. Parce que les riverains n'ont pas les moyens pour résoudre de tels problèmes (pollution de la lagune). Il n’y a que l'Etat ou la mairie qui peuvent nous aider à résoudre ces problèmes. Nous n’avons pas de moyens pour construire des canalisations. On a écrit une lettre pour demander qu’ils nous aident, mais rien n’est encore fait (propos d’un notable d’un autre site).

26Des initiatives individuelles de nettoyage des berges lagunaires sont menées par certains ménages en face de leurs maisons respectives pour servir de lieux de repos familiaux. Certains jeunes aménagent d’autres endroits de berges lagunaires et les transforment en lieux de repos touristiques fréquentés par les populations venant de la ville les week-ends, moyennant de l’argent :

pour ajouter à ce qu'il dit sur les activités lucratives, il y a aussi des espaces aménagés là ou les gens vont se reposer en bordure de lagune. Ce sont les jeunes d’ici qui entretiennent ça (propos d’un jeune).

27Le nombre de pêcheurs a diminué et ceux qui le sont encore ont une seconde activité rémunérée pendant le jour et font la pêche la nuit.

il y a la pêche; nous sommes des lagunaires, notre activité principale devrait être la pêche. Compte tenu de l'état de la lagune, et puis avec le développement, nous avons eu à délaisser cette pêche là (propos d’un jeune).

28En ce qui concerne les problèmes de santé, les populations ont rapporté que les maladies les plus récurrentes, liées à la pollution lagunaires sont le paludisme, les maladies diarrhéiques et les Infections Respiratoires Aiguës (IRA).

29De façon générale, les entretiens montrent qu’en cas de maladie, l’itinéraire thérapeutique est fonction du type, de l’intensité et de la durée de la maladie, mais aussi des moyens financiers et humains (réseau social) du malade ou des parents. Si la maladie commence par de légers maux de tête ou de la fièvre légère, le premier recours est généralement l’automédication quel que soit les moyens financiers. L’automédication peut se faire par achat de médicaments pharmaceutiques avec des vendeurs ambulants, dans la rue ou au marché, sur conseils ou non d’une tierce personne. Elle peut aussi consister à l’achat de médicaments en pharmacie, si le ou les médicaments en question sont vendus sans ordonnance médicale, sur conseils ou non d’une tierce personne. Elle peut enfin se faire par utilisation de plantes médicinales (herbes, feuilles, écorces et racines d’arbres,…) sur conseils ou non d’une tierce personne. Les propos ci-dessous présentent ces différentes situations.

Moi, je peux dire que quand on est malade, c'est les médicaments on prend. On achète les médicaments avec les vendeurs et puis on prend….ce sont les vendeurs ambulants de médicament (propos d’un notable)

Moi, je peux dire que, dans un premier temps, tu prends la nivaquine, flavoquine, tout ça. Maintenant si ça ne va pas, tu vas en consultation….pour acheter ces médicaments, il faut aller dans les pharmacies (propos d’un autre notable)

Si un enfant est malade et que tu as les moyens, tu envoies l'enfant à l'hôpital. Si tu n'as pas les moyens, tu fais l'indigénat (femme au foyer)

30S’il n’y a pas d’amélioration, le second recours est alors la consultation qui peut subvenir sous forme de consultation dans un centre de santé moderne, si le malade ou ses parents sont dotés de moyens financiers ou de réseaux sociaux (connaissance d’une personne dans un centre de santé) ou sous forme de consultation de guérisseurs traditionnels si ces moyens manquent :

Si on envoie l’enfant à l'hôpital et qu'il n'y a pas de mieux, on revient à la maison... vous savez qu'on n'a pas de l'argent ! on revient et on cherche encore d'autre médicaments indigénats pour renforcer. Si les premiersn'ont pas été efficaces, on en cherche d'autres encore (femme au foyer).

31Si la maladie commence avec gravité ou si les symptômes sont méconnus des populations, survient directement la consultation sous les formes mentionnées ci-dessus selon les moyens financiers ou humains du malade. Le plus souvent, lorsque survient l’étape de la consultation, la suite du traitement est mixte (traitement avec des produits pharmaceutiques et des plantes médicinales) à moins que le malade ne soit hospitalisé. Le fait de commencer directement par la consultation, n’exclut pas toujours l’utilisation de l’automédication par la suite pour « complément de traitement », généralement sur conseils de tierce personnes :

…vous savez, la maladie peut se présenter dans deux cas différents. Il y a une maladie qui peut venir avec violence. Si les parents ont les moyens, ils peuvent amener le malade à l'hôpital et puis acheter les médicaments. Il y a une autre maladie qui peut venir lentement avec fièvre, maux de tête. Bon, les parents peuvent préférer soigner le malade à la maison. Ils utilisent les feuilles traditionnelles (plantes médicinales) pour pouvoir soigner le malade. Maintenant, si la maladie fait une semaine, deux semaines, à ce moment-là, on l'envoie en consultation à l'hôpital (un notable).

32Les prières et le fétichisme (traitement spirituel) sont aussi utilisés pour certains malades. Ces prières accompagnent généralement le traitement médical et/ou traditionnel ou bien le remplacent lorsque ce traitement n’a pas apporté la guérison. Elles constituent dans ce cas le troisième et dernier recours de l’itinéraire thérapeutique :

on est en Afrique, quand ça ne guérit pas, on fait un conseil de famille pour voir ce qui se passe au juste. Ça peut être un cas de sorcellerie (propos d’un notable)

…maintenant, si malgré tout, il n'y a pas de mieux. On va envoyer le malade à la prière. On va voir les pasteurs, les évangélistes et autres hommes de Dieu. A part la prière, y a certains qui envoient leurs enfants chez  les féticheurs aussi, les guérisseurs (femme au foyer).

33De façon plus spécifique, en cas de paludisme, les populations font bouillir les feuilles de certaines plantes médicinales et des peaux de mangue et boivent le jus. Pour se soigner de la diarrhée, plusieurs mélanges de traitements peuvent être faits : le malade consomme de l’argile primaire ou Kaolin, de l’eau salée et/ou du jus de feuilles de goyavier bouillies. Pour ce qui est des IRA comme la toux et l’angine, le malade boit une solution de gingembre broyé, mélangé à du citron et du miel.

Tableau 1. Aspects de vulnérabilité et de résilience rapportés chez les populations de trois sites périurbains de Yopougon (Azito, Béago et Niangon Lokoa) exposés à la pollution lagunaire. Résultats de neuf focus groups avec les populations de janvier à juin 2004.

Facteurs de vulnérabilité

Facteurs de résilience

  • les eaux lagunaires polluées sont le lieu de multiplication de moustiques et de mouches qui apportent les maladies comme le paludisme et les diarrhées.

  • La lagune est un bien culturel pour les peuples lagunaires. C’est l’habitat des génies protecteurs. Cet habitat est aujourd’hui pollué et mal entretenu.

  • De mauvaises odeurs émanent des eaux lagunaires à certains moments de la journée et gênent les populations. Certaines populations pensent que ces odeurs sont aussi responsables de maladies.

  • Des déchets solides sont largués par la lagune sur les berges. On trouve parfois des seringues et du matériel tranchant dans ces déchets.

  • Les populations sont victimes de la ville et du développement urbain et se sentent abandonnées à elles mêmes.

  • Les jeunes disent être prêts à quitter leurs lieux d’habitation respectifs pour de nouveaux sites de recasement si cela est proposé, à cause de la pollution lagunaire.

  • La pêche est de moins en moins productive en lagune à proximité des sites d’habitation.

  • Les poissons, crabes et crevettes occupent une place importante dans le régime alimentaire des communautés riveraines. Ces ressources halieutiques viennent pour la plupart de la lagune.

  • L’eau de lagune ne sert plus à soigner les malades comme par le passé.

  • Les jeunes n’organisent plus de compétitions de natation et de course de pirogues dans la lagune.

  • L’eau de lagune est utilisée par les femmes pour laver les sacs et cuvettes qu’elles utilisent pour la fabrication de l’attiéké.

  • Cette même eau est souvent mélangée à l’eau de cuisson à la vapeur de l’attiéké.

  • Certains pêcheurs se plaignent de plus en plus de démangeaisons du corps et lient ce fait à la qualité décroissante de l’eau de lagune dans laquelle ils pêchent.

  • Certains adolescents continuent de se baigner en lagune

  • Les initiatives communautaires de gestion des berges lagunaires manquent de soutien matériel et financier.

  • En cas de maladie, forte utilisation de l’automédication, ce qui n’est pas conseillé médicalement.

  • Prise de conscience, pour la plupart des populations de ce que la lagune est polluée

  • Des initiatives individuelles de nettoyage des berges lagunaires sont initiées par certains ménages en face de leurs maisons respectives.

  • Les populations se sont tournées, dans leur majorité, vers la recherche d’emplois en ville et ceux qui continuent la pêche ont généralement un second travail rémunéré.

  • Les jeunes s’organisent en association pour rechercher des financements et réaliser des projets de développement de leur village. Seul les jeunes de Béago n’ont pas encore d’association de jeunes.

  • Les jeunes s’adonnent à d’autres jeux autres que ceux réalisés en lagune

  • Certains jeunes aménagent des endroits de berges lagunaires et les transforment en lieux de repos, prisés par les habitants de la ville qui y vont se reposer moyennant de l’argent.

  • Il existe un important réseau social dans le recours aux soins en cas de maladie (soutien matériel, financier, humain et spirituel)

  • Utilisation de nombreuses plantes médicinales et produits naturels (miel, argile blanche) dans le recours aux soins pour les maladies rapportées. L’efficacité de ces produits et plantes est prouvée scientifiquement.

Discussion

34Les discussions menées permettent de retenir que les populations sont conscientes de la pollution lagunaire. Les odeurs qui émanent des eaux lagunaires, les déchets solides largués par les eaux lagunaires sur les berges et la diminution des poissons en lagune, constatée par les pêcheurs, sont autant d'éléments qui suscitent cette prise de conscience. Les participants aux groupes de discussion se disent fragilisés par la pollution et lui attribuent des maladies comme les démangeaisons, certaines maladies diarrhéiques, le paludisme, la toux et l’angine. L’étude montre également certaines pratiques des populations vis-à-vis de la lagune. Ces pratiques augmentent leur vulnérabilité face à la pollution. Pour la gestion quotidienne de la pollution et des problèmes de santé sur les sites d'étude, certaines personnes ont initié des actions et développé des solutions qui augmentent leur résilience.

Santé et vulnérabilité

35La lagune a toujours été un bien de production pour les peuples lagunaires qui se plaignent maintenant du manque progressif de poissons à cause de la pollution. Une étude sur la pollution des lacs africains et son impact sur la pêche prouve les dires des populations lagunaires (Marshall, 1997). Le pouvoir de guérison de la lagune en cas de maladie a été remplacé par un pouvoir (ou risque ?) de rendre malade. Dosso Mireille et collaborateurs (1984) le confirment.

36Le capital physique est l'ensemble des actifs productifs, des actifs ménagers et des stocks détenus par un ou plusieurs individus. La lagune, comme réservoir de poissons, comme moyen de guérison en cas de maladie, constituait pour les populations riveraines un capital physique important. La diminution des poissons en lagune et la perte du pouvoir de guérison de la lagune qui ressortent des discussions montrent une perte partielle de ce capital physique à tel point que certains jeunes disent être disposés à quitter ces espaces de vie pour s’installer ailleurs s’ils en ont l’opportunité.

37La pêche en lagune ne sert pas seulement à la nourriture des pêcheurs et de leurs familles. Le poisson pêché est aussi commercialisé et produit ainsi de l’argent qui augmente le capital financier des familles de pêcheurs. Avec la pollution lagunaire et la raréfaction du poisson qui s’en suit, on assiste à la réduction du capital financier des ménages de pêcheurs et à l’appauvrissement de l’alimentation des populations en protéines provenant des poissons.

38Comme nous l’avons vu, les femmes utilisent l’eau de la lagune pour la cuisson de l’attiéke et le nettoyage des ustensiles et sacs utilisés tout au long du processus de production. Elles s'exposent ainsi à des risques de maladies à travers le contact avec les eaux lagunaires polluées et exposent également les consommateurs à des risques de maladies liées non pas à une contamination microbiologique de l’attiéké, mais à sa contamination par certains métaux lourds et pesticides présents en lagune. En effet, Metongo (1991) et, Kouassi et collaborateurs (1995), parmi bien d'autres auteurs, documentent la pollution physico-chimique de la lagune et montrent la présence de métaux lourds et pesticides dans les eaux lagunaires.

39Nous avons noté dans les résultats que le recours aux soins en cas de maladie, occasionne des coûts, qu'ils soient humains, matériels ou financiers. Ces coûts constituent une réduction des réserves de capitaux du patient (capital humain, physique, financier). En exemple, un individu qui a bénéficié plusieurs fois d'un réseau social pour se soigner, pourrait à la longue constater une perte d'engouement des individus de ce réseau à lui venir en aide s'il tombe malade en comparaison à quelqu'un d'autre qui pour la première fois solliciterait ce réseau.

40Les activités récréatives en lagune dont les jeunes ont fait cas au cours des discussions, contribuaient à renforcer les relations sociales entre les individus en créant pour eux des espaces et des moments communs de retrouvailles joyeuses. Aujourd’hui, le capital social issu de ces activités n’existe plus et les enfants qui continuent à se baigner en lagune s’exposent aux risques de maladies diarrhéiques et toutes autres maladies susceptibles d’être provoquées par ces eaux.

Résilience

41L’arrêt des activités récréatives en lagune, jadis organisées par les jeunes, induit une perte de capital social, mais un gain en capital humain par la préservation de la santé.

42La recherche de travail en ville, en lieu et place de la pêche ou comme seconde activité génératrice de revenus, contribue à augmenter le capital financier des ménages de pêcheurs. Un processus similaire de résilience de populations défavorisées en milieu urbain, par la recherche et la création d’emplois secondaires, est bien décrit par Ouédraogo et collaborateurs (2000) pour des populations maraîchères de Ouagadougou au Burkina Faso.

43En ce qui concerne l’itinéraire thérapeutique des malades tel que présenté dans les résultats, les études de Rita Bossart à Abidjan (2002) et de Ouendo au Bénin (2005) montrent également le rôle prépondérant du réseau social des malades dans ce processus et celui de l’automédication comme premier recours de l’itinéraire lorsque la maladie commence de façon bénigne ou "lentement." Le traitement d’une maladie ou d’un problème de santé non lié à la pollution lagunaire peut fragiliser un individu et le rendre plus vulnérable à la pollution lagunaire. C’est pourquoi les discussions sur les recours aux soins en cas de maladie ont concerné aussi bien les maladies associées par la population à la lagune que celles qui n’y sont pas associées.

44Pour les problèmes de santé les plus récurrents, à savoir le paludisme, les maladies diarrhéiques et les IRA, certaines plantes médicinales et certains produits utilisées par les populations pour se soigner ont été révélés au cours des discussions et présentés dans les résultats. Nous notons que le savoir endogène se cachant derrière l’utilisation de ces plantes médicinales et produits d’automédication est répandu à travers d’autres peuples et cultures. L'efficacité de ces traitements semble en partie, vérifiée par la science.

45Le goyavier par exemple, utilisé par les populations dans le traitement de la diarrhée, est une plante originaire d'Amérique du Sud. Les indiens des caraïbes l'utilisaient contre "le mal de ventre". Il était principalement utilisé pour soigner les douleurs gastro-intestinales et les diarrhées et l’est encore aujourd’hui. Des études cliniques montrent le pouvoir d’action de certaines substances extraites du goyavier dans le traitement des diarrhées (Lutterodt, 1989; Lozoya et al., 2002).

46Toujours dans le traitement de la diarrhée, il semble que l’argile, utilisée par nos populations riveraines de la lagune, agisse comme un bactéricide, entrave la prolifération des microbes ou autres bactéries et germes pathogènes (action antiseptique), tout en favorisant la reconstitution cellulaire saine. Une étude sur des enfants italiens souffrant de diarrhée a confirmé l’efficacité d’une argile (smectite dioctahédrale) à travers la réduction du nombre de selles par jour et l’élévation de la consistance des selles (Guarino et al., 2001). L’eau salée, quant à elle, est utilisée pour la réhydratation, comme le montre cette étude et les nombreuses campagnes de sensibilisations faites dans les médias.

47Concernant le traitement du paludisme, l'efficacité de Cassia occidentalis et Vernonia amygdalina, deux plantes utilisées par les habitants des sites d'étudesest aussi prouvée scientifiquement (Tona et al., 2004).

48Une étude sur 200 mères indiennes, dont les enfants souffraient d’infections respiratoires a montré que 25% des mères utilisaient du miel pour traiter la toux de leurs enfants quand 27% utilisaient du gingembre (Mishra et al., 1994). Cette étude confirme l'efficacité du traitement que nos populations adoptent pour soigner les IRA.

49Au vu de tout ce qui précède, nous pouvons dire que les populations riveraines de la lagune ont des méthodes d’automédication traditionnelle basées sur des savoirs endogènes ou exogènes prouvés scientifiquement et répandues dans les pays en développement. Ces pratiques concourent à augmenter leur résilience face à la pollution lagunaire et aux autres facteurs de vulnérabilité de leur milieu de vie.

50Dans sa définition de la vulnérabilité en rapport avec les changements économiques, Moser définit la pauvreté des populations urbaines en tenant compte de plusieurs facteurs que sont le travail, le capital humain, les biens de production, le capital social et les relations intra ménage (Moser, 1998). Ces différents facteurs sont assemblés en trois grands groupes de facteurs qui, selon elle, permettent de faire la différence entre le milieu urbain et le milieu rural. Ce sont le caractère monnayable de certaines biens ou monnayabilité, les risques environnementaux et la fragmentation sociale. A partir de ces trois grands groupes, elle définit la vulnérabilité comme "l’insécurité et la sensitivité dans le bien-être des individus, ménages et communauté à l’égard d’un environnement en mutation et implicitement dans ceci, leurs capacités de répondre ou de s’adapter".

51Notre étude de la vulnérabilité, au regard de la définition de Moser relève quelques difficultés. Moser donne les grandes lignes caractéristiques des risques environnementaux, de la fragmentation sociale et du caractère monnayable des biens. La première difficulté est que même si ces déterminants orientent le chercheur, leur utilisation à des fins analytiques de la vulnérabilité et l’établissement de différences entre urbains et ruraux semble encore difficile. En ce qui concerne les risques environnementaux par exemple, Moser mentionne entre autres, les problèmes d’assainissement et d’approvisionnement en eau potable. Des personnes soumises aux mêmes problèmes d’assainissement et d’approvisionnement en eau potable ne réagissent pas de la même façon par rapport à l’avènement d’un problème de santé. Même s’ils réagissaient de la même façon, le mode de résilience ou de retour à un état d’équilibre est encore fonction de facteurs non uniformément répartis et pas toujours quantifiables. Le savoir d’une personne concernant certaines plantes médicinales, son réseau social, son capital financier sont autant de facteurs qui détermineront sa résilience. Le chercheur a donc le défi d’aller plus en profondeur dans les orientations de Moser pour analyser la vulnérabilité de populations. Des années après la publication de Moser, la définition d’indicateurs clairs de mesure de la vulnérabilité constitue encore un champ important de recherche (Kasperson & Kasperson 2001; Buddemeier, 2004; Cassel-Gintz, 2006). Il en est de même de la résilience (Bollig, 2003; Obrist, 2006).

52La seconde difficulté est de savoir si le périurbain doit être considéré comme urbain ou comme rural. Même si de nombreuses similitudes entre le milieu urbain et le milieu périurbain existent, il n’en demeure pas moins que le milieu périurbain reste à cheval sur le rural et l’urbain. Où devons nous donc le placer au regard de la distinction faite par Moser entre urbain et rural. Le travail, par exemple, qui constitue l’une des choses que les urbains ont en commun, fait souvent défaut aux populations périurbaines lorsqu’elles sont moins instruites que les populations urbaines. Par contre, le fait d’acheter de la nourriture et de ne pas la produire, de payer pour l’eau, le transport et l’éducation caractérise aussi bien les populations périurbaines que les populations urbaines. Les populations périurbaines sont encore les plus exposées à certaines pollutions urbaines (pollution lagunaire) alors qu’elles sont les moins bénéficiaires des causes de ces pollutions (industries en ville). Autant la ville offre des opportunités sur le plan éducatif, sanitaire, professionnel et ludique, autant elle est à la base de nombreuses inégalités au niveau de la distribution de ces opportunités, provoquant de profondes disparités dans l’accès aux revenus, aux sols, aux services urbains de base (Bassand et al., 2000; Obrist et al., 2006). Une réflexion plus poussée sur la caractérisation des populations périurbaines dans la classification de Moser semble un champ de recherche à scruter.

Conclusion

53L’étude montre que les populations lagunaires d’une zone péri-urbaine d’Abidjan sont vulnérables aux changements introduits dans leur environnement physique. Les facteurs qui déterminent leur vulnérabilité face à la pollution lagunaire sont liés au rôle socioéconomique de la lagune dans ces communautés. En effet, avec la dégradation de l’environnement, ces populations sont privées de l’utilisation optimale de la source alimentaire, récréative et économique que représente la lagune et doivent développer une série de stratégies comme le nettoyage des berges lagunaires et la recherche d’emplois en ville en lieu et place de la pêche, jadis activité professionnelle et économique de nombreux habitants de ces zones.

Remerciements

54Nous remercions le Fond National Suisse et la Direction du Développement et la Coopération Suisse qui ont financé le présent travail à travers le programme de recherches NCCR N-S (http://www.nccr-north-south.unibe.ch/​).

Biographie

55Détenteur d’une maîtrise en hydrogéologie et un diplôme d’étude scientifique spécialisée (DESS) en Génie Sanitaire, Brama Koné est actuellement doctorant en Environnement, Option Eau et Santé. Son centre d’intérêt est l’épidémiologie de l’environnement.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Banque Mondiale. 2000. Le développement au seuil du XXIème siècle: Rapport sur le développement dans le monde, 1999-2000, résumé. ESKAS. 1-12. Washington : Banque Mondiale.

Bassand M., Du T.T.N., Tarradellas J., Cunha A., Bolay J.-C. 2000 Métropolisation, crise écologique et développement durable: l'eau et l'habitat précaire à Ho Chi Minh-Ville, Vietnam. 300 pages.

Bohle H.G. 2001. Vulnerability and criticality: perspectives from social geography. In: IHDP update 3, 3-5.

Bollig M. 2003. Vulnerability and Resilience in Africa: The creation of resilience in two African herder societies. In: IHDP update 5, 8-9.

Bossart R. 2002. Social relations and the management of illness in Abidjan (Côte d'Ivoire). In: Urban Health & Development Bulletin 5, 13-18.

Buddemeier, R. 2004. Taking the discussion on vulnerability and resilience further. Wise Coastal Practices for Sustainable Human Development Forum.

Cassel-Gintz M. 2006. Overview of different Vulnerability Approaches and Definitions. IP1 Conceptual framework and methodologies for research on syndrome mitigation. Working Paper 5. Berne: NCCR Norht-South. 45 pages.

CIAPOL (Centre Ivoirien Anti-Pollution). 1998. Synthèse de suivi des eaux lagunaires d'Abidjan, 1993-1998. Abidjan : CIAPOL.

Cissé G. 1997. Impact sanitaire de l'utilisation d'eaux polluées en agriculture urbaine: Cas du maraîchage à Ouagadougou (Burkina Faso). Lausanne : EPFL. 332 pages.

Dawson S., Manderson L., Tallo V.L. 1993. Le manuel des groupes focaux. PNUD/Banque Mondiale/OMS: Genève.

De Haan L. et Zoomers A. 2005. Exploring the Frontier of Livelihoods Research. In: Development and Change 36, 27-47.

Dosso M., Duchassin M., Lombardo A., Koné M., Edoh V. 1984. Cas sporadiques ou début d'une nouvelle épidémie de choléra. In : Bulletin de la Société de Pathologie Exotique 76, 121-125.

Guarino A., Bisceglia M., Castellucci G., Iacono G., Casali L.G., Bruzzese E., Musetta A., Greco L., SIGEP Study Group for Smectite in Acute Diarrhea. 2001. Smectite in the Treatment of Acute Diarrhea: A Nationwide Randomized Controlled Study of the Italian Society of Pediatric Gastroenterology and Hepatology (SIGEP) in collaboration with Primary Care Pediatricians. In : Journal of Pediatric Gastroenterology & Nutrition 32, 71-75.

Institut National de la Statistique, Côte d'Ivoire. 1998. Synthèse des résultats définitifs du Recensement Général de la Population et de l'Habitat (RGPH-98). 32 pages.

Kasperson J. X. and Kasperson R. E. 2001. International workshop on vulnerability and global environmental change. Stockholm : Environment Institute.

Kouassi A.M., Guiral D., Dosso M. 1990. Variations saisonnières de la contamination microbienne de la zone urbaine d'une lagune tropicale estuarienne. In : Hydrobiologie Tropicale 23, 181-194.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Kouassi A.M., Kaba N., & Metongo B.S. 1995. Land based sources of pollution and environmental quality of the Ebrié lagoon waters. In: Marine pollution bulletin 30, 295-300.
DOI : 10.1016/0025-326X(94)00245-5

Lebel J. 2003. La santé: Une approche écosystémique. Ottawa: Centre de Recherches pour le Développement International (CRDI). 85 pages

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Lozoya X., Reyes-Morales H., Chávez-Soto M.A., Martínez-García M.C., Soto-González Y., Doubova S.V. 2002. Intestinal anti-spasmodic effect of a phytodrug of Psidium guajava folia in the treatment of acute diarrheic disease. In: Journal of Ethnopharmacology 83, 19-24.
DOI : 10.1016/S0378-8741(02)00185-X

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Lutterodt G.D. 1989. Inhibition of gastrointestinal release of acetylchoune byquercetin as a possible mode of action of Psidium guajava leaf extracts in the treatment of acute diarrhoeal disease. In: Journal of Ethnopharmacology 25, 235-247.
DOI : 10.1016/0378-8741(89)90030-5

Marshall B.E. 1997. Eutrophication in African Lakes and its impact on fisheries. In: African Inland Fisheries, Aquaculture and the Environment,  166-174.

Metongo B.S. 1991. Concentration des métaux toxiques chez les huîtres de Mangrove en Zone urbaine lagunaire d'Abidjan (Côte d'Ivoire). In : Journal Ivoirien d'Oceanologie et de Limnologie 1, 16-25.

Mishra S., Kumar H., Sharma D. 1994. How do mothers recognize and treat pneumonia at home? In: Indian Pediatrics 31, 15-18.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Moser C.O.N. 1998. The asset vulnerability framework: reassessing urban poverty reduction strategies. In: World Development 26, 1-19.
DOI : 10.1016/S0305-750X(97)10015-8

Nations Unies, 2006. World Urbanization Prospects: The 2005 Revision. New York: United Nations. 210 pages.

Obrist B. 2006. >From Vulnerability to Resilience: Assessing the potential and limitation of a new conceptual approach for pathways to sustainable development. Basel:  Swiss Tropical Institute. 28 pages.

Obrist B., Cissé G., Koné B., Dongo K., Granado S., Tanner M. 2006. Interconnected slums. Water, sanitation and health at the urban-rural interface of Abidjan, Côte d'Ioire. In: The European Journal of Development Research (in press).

Obrist B. and Tanner M. 2002. Risk and vulnerability: some conceptual considerations. Input paper prepared for the NCCR N-S Integrated Training Course, 9-20 September 2002.

Ouédraogo B., Cissé G., Wyss K., Tanner M. 2000. Du jardin au moulin: naissance d'un micro-projet de femmes dans un quartier populaire de Ouagadougou: In : Wyss K., Ndiaye M., Yemadji N et Jacolin P. (eds) : Villes en sursis au sahel: Expériences au Tchad et au Sénégal. Paris : L'Harmattan, 199-213.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Ouendo E.M., Makoutode M., Paraiso M.N., Wilmet-Dramaix M., Dujardin B. 2005. Itineraire therapeutique des malades indigents au Benin (Pauvrete et soins de sante). In : Tropical Medicine and International Health 10, 179-186.
DOI : 10.1111/j.1365-3156.2004.01371.x

Pages J., Dufour Ph., Lemasson L. 1980. Pollution de la zone urbaine de la lagune Ebrié (Côte d'Ivoire). In : Document Scientifique du Centre de Recherches Océanographiques 9, 43-50.

PNUE (Programme des Nations Unies pour l’environnement). 2002. L'avenir de l'environnement mondial 3 (GEO-3). Genève: PNUE. 480 pages.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Smith K.R., Corvalán C.F., & Kjellström T. 1999. How Much Global Ill Health Is Attributable to Environmental Factors? In: Epidemiology 10, 573-584.
DOI : 10.1097/00001648-199909000-00027

The Whoqol Group 1998. The World Health Organization quality of life assessment (WHOQOL): Development and general psychometric properties. In: Social Science & Medicine 46, 1569-1585.

Tona L., Cimanga R.K., Mesia K., Musuamba C.T., Bruyne T.D., Apers S., Hernans N., Van Miert S., Pieters L., Totte J., Vlietinck A.J. 2004. In vitro antiplasmodial activity of extracts and fractions from seven medicinal plants used in the Democratic Republic of Congo. In: Journal of Ethnopharmacology 93, 27-32.

WBGU (Wissenschaftlicher Beirat der Bundesregierung Globale Umweltveränderungen). 1998. World in Transition: Strategies for Managing Global Environmental Risks. Berlin: WBGU. 30 pages.

WHO. 2003. Guidelines for safe recreational water environments. Volume 1: Coastal and fresh waters. Geneva: WHO. 253 pages.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/1828/img-1.png
Fichier image/png, 43k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Koné Brama, Cissé Guéladio, Houenou Pascal Valentin, Obrist Brigit, Wyss Kaspar, Odermatt Peter et Tanner Marcel, « Vulnérabilité et résilience des populations riveraines liées à la pollution des eaux lagunaires de la métropole d’Abidjan, Côte d’Ivoire », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 3 | décembre 2006, mis en ligne le 20 décembre 2006, consulté le 26 juillet 2016. URL : http://vertigo.revues.org/1828 ; DOI : 10.4000/vertigo.1828

Haut de page

Auteurs

Koné Brama

Université d’Abobo-Adjamé (UAA), Abidjan, 02 B.P. 801, Abidjan 02, Côte d’IvoireCentre Suisse de Recherches Scientifiques (CSRS), 01 BP 1303, Abidjan 01, Côte d’Ivoire

Articles du même auteur

Cissé Guéladio

Centre Suisse de Recherches Scientifiques (CSRS), 01 BP 1303, Abidjan 01, Côte d’Ivoire

Articles du même auteur

Houenou Pascal Valentin

Université d’Abobo-Adjamé (UAA), Abidjan, 02 B.P. 801, Abidjan 02, Côte d’Ivoire

Obrist Brigit

Institut Tropical Suisse, Boîte postale, 4002 Bâle, Suisse, Courriel: bramakone@yahoo.fr

Articles du même auteur

Wyss Kaspar

Institut Tropical Suisse, Boîte postale, 4002 Bâle, Suisse, Courriel: bramakone@yahoo.fr

Articles du même auteur

Odermatt Peter

Institut Tropical Suisse, Boîte postale, 4002 Bâle, Suisse, Courriel: bramakone@yahoo.fr

Tanner Marcel

Institut Tropical Suisse, Boîte postale, 4002 Bâle, Suisse, Courriel: bramakone@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page