Navigation – Plan du site
2017

Le mouvement de désinvestissement des énergies fossiles : une nouvelle phase de mobilisation pour le climat ?

Fanny Lajarthe et Edwin Zaccai

Résumés

Le mouvement de désinvestissement des énergies fossiles, né en 2010 aux États-Unis, s’est propagé rapidement dans les universités américaines avant de regrouper d’autres appuis, comme des organisations religieuses, des villes ou des fondations philanthropiques. Dans la mesure où il repose sur le principe d’auto-organisation, il se caractérise par une forte coordination, qui elle-même se traduit par la mise à dispositions d’outils, parmi lesquels un argumentaire à tonalité éthique et économique. L’arrivée récente du mouvement en Europe pose la question des difficultés liées à sa diffusion d’un contexte à un autre. En prenant l’exemple de sa diffusion timide en Belgique, nous illustrons la diversité des contextes nationaux qui conditionne nécessairement les stratégies de ce mouvement.

Haut de page

Notes de la rédaction

Nous vous invitons à réagir à ce texte en visitant le carnet de recherche de [VertigO] : http://vertigo.hypotheses.org/2286

Texte intégral

Introduction 

1En août 2016, la concentration de CO2 dans l’atmosphère atteignait les 404,07 parties par millions (NASA, 2016), compromettant grandement les chances de maintenir l’élévation de la température moyenne mondiale en dessous de 2°C par rapport aux niveaux préindustriels. Ces observations réitèrent pour beaucoup la motivation à agir, et en particulier les mouvements environnementaux qui militent depuis presque 40 ans pour que les problématiques environnementales soient considérées comme une question d’intérêt public (Rootes et Brulle, 2013).

2L’émergence de problèmes environnementaux mondiaux comme le changement climatique, ainsi que la création d’institutions supranationales pour y faire face ont favorisé la formation de mouvements environnementaux transnationaux (Giugni et Grasso, 2015). Ces derniers visent entre autres à créer une vision commune sur les changements nécessaires afin d’empêcher une interférence anthropique dangereuse du système Terre et du système climatique.

  • 1 350.org est une organisation environnementale d’origine américaine composée d’un réseau mondial de (...)

3Le recours aux énergies fossiles étant le principal moteur de la croissance des émissions de gaz à effet de serre ou GES (GIEC, 2014), une série d’initiatives dites « Leave it in the ground » ou LINGO se sont développées ces dernières années pour stopper ou tout du moins limiter l’extraction de ressources fossiles afin de répondre à l’objectif de 2°C décidé au niveau international (Benedikter et al, 2016). Le mouvement mondial de désinvestissement des énergies fossiles, porté entre autres par l’organisation américaine 350.org1, en fait partie.

4Ce mouvement s’est propagé très rapidement ces cinq dernières années à partir des États-Unis, selon un principe de diffusion nationale puis transnationale. Il s’est disséminé essentiellement dans des pays développés : des campagnes sont menées actuellement en Afrique du Sud, Allemagne, Australie, Belgique, Canada, Danemark, Finlande, France, Japon, Nouvelle-Zélande, Norvège, Pays-Bas, Royaume-Uni, Suède et Suisse. Le mouvement cherche aujourd’hui à atteindre des pays en développement comme le Bangladesh, l’Inde ou les Philippines (350.org, 2016).

5Notre objectif est de montrer la dynamique de mobilisation de ce mouvement, tout en illustrant les difficultés relatives à sa transnationalisation sur le cas d'un pays. Pour ce faire, nous répondons à trois questions : quel processus est mis en place pour garantir la mobilisation ? Quels sont les arguments mis en avant par le mouvement ? Un mouvement originaire d'un contexte spécifique peut-il se diffuser à l'identique dans un autre ?

Une progression rapide aux États-Unis

6Apparu en 2010 dans les milieux étudiants aux États-Unis, le mouvement de désinvestissement visait en premier lieu à convaincre les gestionnaires de fonds d’investissement universitaires de retirer leurs parts des entreprises opérant dans l’extraction et l’exploitation de combustibles fossiles. L’implication de 350.org dès 2012 a précipité son essor (Grady-Benson, 2014), en lui conférant une popularité qui contribua à rallier au mouvement des villes, des organisations (environnementales, religieuses ou culturelles), des fondations philanthropiques ou encore des fonds de pension et des entreprises. Les campagnes de désinvestissement visent à convaincre la multitude d’institutions visées de geler et de soustraire leurs investissements directs et indirects dans les entreprises fossiles afin de les rediriger vers des investissements compatibles avec l’objectif de 2°C, ou tout du moins « climatiquement neutres ».

7Le mouvement se veut « bottom-up » et fondé sur le principe d’auto-organisation, s'inspirant à cet égard du mode de fonctionnement de 350.org. La mise en réseau (par le biais d’événements et de formations) et la mise à disposition d’outils (argumentaires, protocoles de recrutement, supports de communication, etc.) visent à inciter toute personne à se mobiliser.

8En octobre 2016, 350.org affirme que 595 institutions et plus de 50 000 individus à travers le monde se sont engagés à désinvestir pour un montant dépassant les 3400 milliards de dollars. Bien que cette estimation soit discutée (NAS, 2015), et que la distinction entre promesse de désinvestissement et désinvestissement effectif soit également soulignée, la plupart des observateurs s’accordent à reconnaître que les engagements se sont multipliés de manière accélérée depuis 2014, ayant même doublé entre 2015 et 2016 (Arabella advisors, 2016).

9En outre, la capacité de mobilisation est en croissance, le nombre de campagnes menées à travers le monde ayant également fortement augmenté ces deux dernières années. Les efforts consentis par les militants en termes de communication ainsi que les rencontres au détour de sommets internationaux comme la COP21 ont par exemple favorisé la transnationalisation du mouvement. Nous souhaitons donc revenir sur les processus internes mis en place pour garantir la mobilisation.

Cadrage, mobilisation et transnationalisation

10Benford et Snow (2012) soulignent l’importance des « cadres » offerts par les mouvements sociaux, compris comme des ensembles de significations orientées vers l’action qui inspirent et légitiment leurs activités et leurs campagnes. En d’autres termes, ils considèrent la construction de sens comme une activité essentielle des mouvements sociaux, qui a pour but de favoriser la mobilisation d’adhérents potentiels. Le succès du mouvement serait ainsi lié à sa faculté à convaincre des individus de la nécessité de se mobiliser pour le climat.

11Le « cadrage » renvoie quant à lui aux processus qui permettent de générer des cadres. Ce cadrage se compose de trois tâches essentielles : le diagnostic (identification et attribution du problème), le pronostic (définition de l’action ou de la stratégie à adopter pour le résoudre), la motivation (offrir des raisons de s’engager dans une action collective). Dans cette optique, un point fort du mouvement pourrait tenir au fait qu’il réussit un cadrage complet, tant du point de vue du diagnostic (la responsabilité des entreprises fossiles dans les changements climatiques étant pointée du doigt), du pronostic (en tentant de générer une pression sociale et financière en vue de changements réglementaires) que de la motivation (en liant le désinvestissement aux concepts de justice environnementale ou encore de justice climatique). Il apparait cependant que si le diagnostic et la motivation peuvent être pensés au niveau mondial, leur déclinaison en campagnes ou actions doit s’insérer et s’adapter au contexte national. En effet, la transnationalisation du mouvement pose la question de sa diffusion, c’est-à-dire de la transmission d’un cadre et des pratiques d’une action collective d’un contexte à un autre. Le mouvement de désinvestissement s’étant développé aux États-Unis dans un contexte économique, institutionnel, politique et social spécifique, il paraît naturel de questionner sa possibilité de diffusion dans d’autres contextes avec leurs propres spécificités.

12Si les arguments utilisés sont les mêmes dans les campagnes menées à travers le monde, des divergences sont apparues dans la manière d’organiser et de penser l’objet des campagnes. Elles doivent en effet s’insérer et résonner avec le contexte dans lequel elles se développent. Cependant, avant d'expliciter les difficultés relatives à la transnationalisation, nous revenons sur les principaux arguments mis en avant par le mouvement, dans la mesure où ils participent pleinement au cadrage opéré par le mouvement.

Arguments éthiques et économiques promus par le mouvement

Le socle moral du mouvement

13Le mouvement se fonde tout d’abord sur un socle moral, qui consiste essentiellement à mettre en balance les profits générés par les entreprises fossiles (intérêts privés) avec les retombées de l’exploitation de gaz, de charbon et de pétrole en termes de pénurie de ressources, de pollution et plus généralement de souffrance humaine (intérêt général). Le leitmotiv du mouvement consiste à souligner qu’il est non seulement moralement répréhensible de détruire le climat, mais également de profiter de cette destruction (McKibben, 2012), mettant en lumière le rôle des entreprises d’énergie fossile dans la crise climatique, tout en reprenant la rhétorique de privatisation des gains et de socialisation des pertes, largement relayée à l'occasion de la crise financière de 2008.

14De manière plus générale, les partisans du désinvestissement soulignent que, dans la mesure où les bénéfices économiques à court terme d'un maintien des investissements dans la production d'énergies fossiles sont bien moins importants que leurs coûts sociétaux et environnementaux à long terme, il y aurait un impératif à désinvestir, selon le principe de « prévention des dommages non-nécessaires », développé notamment par des auteurs comme Elizabeth Cripps ou John Nolt (Lenferna, 2015).

15Ces arguments moraux sont appuyés par la référence à une série de droits fondamentaux (justice environnementale, justice économique, droit à la vie, droit à l’information, etc.). La portée morale du mouvement a soutenu l’engouement des universités, mais aussi des organisations religieuses ou des fondations philanthropiques. Elle entend positionner les désinvestisseurs comme des organisations vouées à défendre l’intérêt général.

La dimension financière de l’argumentaire

16Joint à sa dimension éthique, l'attrait du désinvestissement s’appuie aussi sur l’inclusion d’arguments financiers significatifs. Dans un premier temps, l’objectif prôné était de priver les entreprises fossiles d’une partie de leur capital utilisé pour financer le développement de nouveaux gisements et dégager des profits. Cependant, cette stratégie s’avéra infructueuse et fut l’objet de nombreuses critiques portant sur le caractère irréaliste de cet objectif (les entreprises fossiles étant considérées comme étant « too big to fail »), l’ignorance de la nature et du fonctionnement des marchés de capitaux et l’incompréhension de la manière dont est créée la richesse dans notre système économique, c'est-à-dire par la vente de biens et de services et non d'actifs (Parenti, 2012).

  • 2 Des désaccords existent sur le volume inexploitable des réserves prouvées détenues par les entrepri (...)

17L’apparition, puis la multiplication de travaux portant sur les risques financiers liés aux actifs fossiles à partir de 2011 (Leaton, 2011) ont insufflé une nouvelle dynamique argumentative. En effet, la théorie de la « bulle carbone », reprise et mise en avant par le mouvement, part du constat selon lequel le respect de l’objectif de 2°C implique qu’une quantité limitée de GES peut-être émise à l’horizon 2050 (on parle de « budget carbone »), ce qui signifie qu’une partie conséquente des réserves d’énergie fossile doivent rester dans le sol (jusqu’à 80 %)2. Or, dans la mesure où le volume déclaré des réserves des entreprises charbonnières, gazières et pétrolières détermine largement leur valorisation boursière, cela voudrait dire que les actifs fossiles sont actuellement surévalués. Cette surévaluation impliquerait la formation d’une bulle spéculative, et les investissements opérés dans le secteur seraient voués à être dévalorisés une fois la bulle éclatée (à la suite de changements dans l’environnement réglementaire par exemple).

18Le désinvestissement ne serait dans ce cas qu’un moyen de protection face au risque financier associé aux actifs fossiles. Le risque d’investissement dans des actifs carbonés se retrouve par exemple sous la plume d’un auteur aussi emblématique que Sir Nicholas Stern (2015). Certains auteurs estiment que la combinaison de la baisse des prix des fossiles et des réserves imbrûlables mettrait en péril jusqu’à 40 à 60 % de la capitalisation boursière des entreprises énergétiques (Spedding et al, 2013). Dans tous les cas, les débats autour de la bulle carbone ont contribué à pousser certains investisseurs à analyser les actifs fossiles en tant que risque d’investissement et à appeler à la création de structures de placement permettant d’isoler ces actifs au sein de portfolios plus larges (Bullard, 2014).

19Tous les analystes ne sont cependant pas aussi affirmatifs et des critiques sont apparues quant à la dangerosité d’une « bulle carbone », en raison notamment d’une faible croyance en la capacité des gouvernements à légiférer fortement et rapidement pour respecter l’objectif de 2°C (Griffin et al., 2015). D’autres auteurs ont souligné l’impact économique limité des campagnes de désinvestissement sur les marchés financiers (Ansar et al., 2013). Si les prix du charbon et du pétrole ont baissé ces dernières années, ce sont largement d’autres facteurs qui entrent en jeu, aboutissant à des performances mitigées au niveau des valorisations boursières des entreprises concernées (Albert, 2015).

20Au-delà des discussions relatives à la pertinence des arguments portés par le mouvement, on constate qu’il tire parti de la synergie entre arguments financiers et arguments éthiques dans son cadrage, et plus précisément dans les processus de diagnostic et de motivation. Cependant, la déclinaison des idées en campagnes ne peut être seulement pensée au niveau global et doit s'insérer et s'ajuster au contexte dans lequel elle est opérée. C’est ce que nous allons voir dans la section suivante.

Le défi de la transnationalisation : l’exemple belge

  • 3 À partir du mémoire de fin d’études de Fanny Lajarthe (« Le mouvement de désinvestissement des éner (...)

21Avec cet exemple, nous souhaitons montrer comment le pronostic est ajusté pour entrer en résonance avec le contexte dans lequel il se diffuse. En effet, depuis 2015 en Belgique, des campagnes de désinvestissement, limitées, visent des universités, des banques et certains fonds de pension, bien qu'elles n'aient pas encore fait l'objet d'étude3.

  • 4 Notons que des campagnes sont menées actuellement dans 7 universités belges (sur 13) et ne concerne (...)

22Notons tout d’abord que les systèmes de financements universitaires américains et belges sont très différents : alors que le financement académique américain repose grandement sur le financement privé, le financement universitaire belge est quasiment entièrement pris en charge par l’État. De plus, les universités américaines (publiques comme privées) disposent d’un organe chargé de la gestion des « endowments », c’est-à-dire des fonds que l’université reçoit sous la forme de donations (d’anciens élèves, d’entreprises, de personnalités, etc.). Ces donations constituent un fonds d’investissement, parfois considérable (plusieurs milliards de dollars) piloté par un conseil d’administration, dont les rendements servent à financer certains postes de dépenses. Les campagnes étudiantes américaines visent donc à convaincre le conseil d’administration de la nécessité de désinvestir. Dans la mesure où les universités belges ne disposent pas d’un tel organe, les étudiants concernés ont été obligés de penser différemment l’objet de leur campagne : ils ont plutôt visé les fonds de pension universitaires afin de convaincre de l’impératif de désinvestir4.

  • 5 Dans un système de retraite par répartition, les cotisations versées par les travailleurs actuels s (...)

23Une autre différence significative concerne les systèmes de retraite dans les différents pays. Le système belge repose essentiellement sur la répartition alors que le système américain se fonde essentiellement sur la capitalisation5. En conséquence, le volume des fonds de pension belges est bien moins élevé qu’aux États-Unis. De plus, le secteur se caractérise par une opacité, et une obligation de rentabilité prévue par la loi, qui pourraient constituer un frein sérieux au développement de campagnes. En dehors de celles menées dans les universités, seule une campagne vise directement un fonds de pension, celui de la société de transports de Bruxelles. Cette opacité pourrait cependant être contrebalancée, aux yeux des militants, par une autre particularité belge : le rôle significatif joué par les syndicats dans la gestion et le contrôle des activités des fonds de pension. Ceci alors que certains syndicats participent à la « Coalition Climat », une plateforme qui regroupe des organisations environnementales, des mouvements de jeunesse ou encore des associations de finance éthique. Cette plateforme a décidé en 2016 de faire du désinvestissement une de ses priorités, dénotant l'attrait du cadrage que nous avons développé ci-dessus.

24Une troisième caractéristique belge, favorable a priori à ce mouvement, est la pénétration du thème du désinvestissement dans la sphère politique. En effet, des propositions de résolution appelant au désinvestissement ont été déposées par les partis verts dans les trois Parlements régionaux et une proposition de loi a été initiée au niveau fédéral. Bien que ces quatre textes ne soient pas tout à fait similaires, ils appellent unanimement à l’instauration de critères de durabilité (y compris environnementaux) dans les investissements. Cependant, ces trois résolutions sont de nature non-contraignante, d’autant plus que les partis qui les promeuvent sont dans l’opposition dans ces gouvernements respectifs. Elles relèvent plus d’une prise de position publique de la part de certains députés que d’un intérêt régional pour la question. La proposition de loi ne vise quant à elle qu’un désinvestissement progressif pour les banques en raison de leur forte exposition aux actifs fossiles (Chambre des Représentants de Belgique, 2016), mais ne concerne ni les fonds de pension, ni les institutions publiques. De plus, elle n’a pour l’instant reçu le soutien que du groupe vert, largement minoritaire au sein du Parlement fédéral (12 sièges sur 150).

Conclusion

25La progression rapide du mouvement de désinvestissement des énergies fossiles, au-delà des difficultés liées à sa transnationalisation, pose la question de savoir s’il participe à l’émergence d’une nouvelle phase de mobilisation pour le climat. Pour certains, la Conférence de Paris (COP21) a contribué à lancer un signal fort quant à une nécessaire sortie des énergies fossiles, et à enclencher une lutte contre les résistances à une décarbonation de nos économies (Tubiana, 2016). La croissance des énergies renouvelables (et des obligations vertes) associée au cours relativement bas des énergies fossiles en 2015 et 2016 semble aller dans ce sens et renforcer l’argumentaire présenté par les partisans du mouvement. De plus, la déclinaison de l’argumentaire en moyens d’action concrets avec des cibles précises contraste avec une focalisation sur les efforts individuels à consentir en termes de réduction de l’empreinte carbone : certains partisans du désinvestissement n’hésitent pas à dénoncer ces « petits gestes » qui ne suffiront pas à faire face au défi climatique (Klein, 2015).

26Cependant, l’efficacité du désinvestissement en tant qu’arme économique pour lutter contre le changement climatique reste encore à démontrer. En effet, les actifs fossiles répondent pour l’instant à plusieurs critères essentiels pour les investisseurs : la disponibilité (en grande quantité), la liquidité, et, sous certaines conjonctures, la croissance (de la valeur) et la rentabilité (Bullard, 2014). L’accord d'octobre 2016 des pays de l’OPEP sur une baisse de la production de pétrole a par exemple entraîné une hausse immédiate du cours du brut. Au-delà de l’effet d’annonce, une hausse durable du prix du pétrole pourrait par exemple ranimer l’intérêt d’investisseurs pour les actifs fossiles, et porter préjudice aux campagnes de désinvestissement. Enfin, l'entrée en fonction du nouveau gouvernement des États unis début 2017 pose la question de savoir dans quelle mesure un virage concernant l’exploitation des énergies fossiles est encore plausible, dans ce grand pays comme au niveau mondial.

Haut de page

Bibliographie

350.org, 2016, [En ligne] URL : http://gofossilfree.org, consulté le 26 octobre 2016.

Albert E., 2015, Pétrole, charbon, gaz, des investissements boursiers médiocres, LeMonde.fr [En ligne], 18/05/2015, URL : http://www.lemonde.fr/climat/article/2015/05/18/petrole-charbon-gaz-des-investissements-boursiers-mediocres_4635470_1652612.html?xtmc=des_investissements_boursiers_mediocres&xtcr=1, consulté le31 octobre 2016.

Ansar A., B. Caldecott et J. Tilbury, 2013, Stranded assets and the fossil fuel divestment campaign: what does divestment mean for the valuation of fossil fuel assets ? [En ligne] URL : http://www.smithschool.ox.ac.uk/research-programmes/stranded-assets/SAP-divestment-report-final.pdf, consulté le 5 octobre 2016.

Arabella Advisors, 2016, The Global Fossil Fuel Divestment and Clean Energy Movement, [En ligne] URL : https://www.arabellaadvisors.com/wp-content/uploads/2016/12/Global_Divestment_Report_2016.pdf, consulté le 26 décembre 2016.

Benedikter R., K. Kühne, A. Benedikter et G. Atzeni, 2016, « Keep it in the ground ». The Paris Agreement and the Renewal of the Energy Economy : Toward an Alternative Future for Globalized Resource Policy ?, Challenge, 0 :0, pp. 1-18.

Benford, R.D et D. Snow, 2012, Processus de cadrage et mouvements sociaux : présentation et bilan (Plouchard N., trad.), Politix, 99 :3, pp. 217-255.

Bullard, N., 2014, Fossil fuel divestment, a $ 5 trillion challenge, Bloomberg [En ligne], URL : https://about.bnef.com/white-papers/fossil-fuel-divestment-5-trillion-challenge/, consulté le 15 octobre 2016.

Chambre des Représentants de Belgique, 2016, Proposition de loi modifiant la loi du 25 avril 2014 relative au statut et au contrôle des établissements de crédit, instaurant un stress test de CO2 pour les banques et organisant le désinvestissement progressif par les banques dans le secteur des énergies fossiles, [En ligne] URL : http://www.lachambre.be/FLWB/PDF/54/1719/54K1719001.pdf, consulté le 12 octobre 2016.

Grady-Benson, 2014, Fossil fuel Divestment: the Power and Promise of a Student Movement for Climate Justice, 164 p., [En ligne] URL : http://scholarship.claremont.edu/cgi/viewcontent.cgi?article=1057&context=pitzer_theses, consulté le 5 octobre 2016.

Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), 2014, Divers, trends and mitigation in Climate change 2014, Contribution of Working group III to the fifth Assessment Report to the IPCC, 60 p., [En ligne] URL : http://www.ipcc.ch/pdf/assessment-report/ar5/wg3/ipcc_wg3_ar5_chapter5.pdf, consulté le 3 octobre 2016.

Giugni M. et M.T. Grasso., 2015, Environmental Movements in Advanced Industrial Democracies : Heterogeneity, Transformation and Institutionalization, Annual Review of Environment and Resources, 40, pp. 337-361.

Griffin, P.A, A.M. Jaffe, D.H. Lont et R. Dominguez-Faus, 2015, Science and the Stock Market : Investors’ Recognition of Unburnable Carbon. Energy Economics, 52, pp. 1-12.

Haeringer, N., 2015, Zéro fossile - Désinvestir du gaz et du pétrole pour sauver le climat, Paris, Les petits matins, 107 p.

Klein, N., 2015, Tout peut changer – capitalisme et changement climatique, Paris, Actes Sud, 540 p.

Lenferna, A., 2015, Divest-Invest : a moral case for fossil fuel-divestment, [En ligne] URL : https://www.academia.edu/9667929/Divest-Invest_A_Moral_Case_for_Fossil_Fuel_Divestment, consulté le 26 décembre 2016.

Leaton, J., 2011, Unburnable carbon 2011 : Are the World’s Financial Markets Carrying a Carbon Bubble ?, [En ligne] URL : http://www.carbontracker.org/wp-content/uploads/2014/09/Unburnable-Carbon-Full-rev2-1.pdf, consulté le 5 octobre 2016.

McKibben, B., 2012, The case for fossil-fuel divestment. Rolling Stone, [En ligne] URL : http://www.rollingstone.com/politics/news/the-case-for-fossil-fuel-divestment-20130222, consulté le 12 octobre 2016.

McGlade, M. et P. Ekins, 2015, The geographical distribution of fossil fuels unused when limiting global warning to 2°C, Nature, 517, pp. 187-190.

Meinshausen, M., N. Meinshausen, W. Hare, S. Raper, K. Frieler, R. Knutti, D. Frame et M. Allen, 2009, Greenhouse-gas emission for limiting global warming to 2° degrees, Nature, 458, pp. 1158-1163.

National Association of Scholars (NAS), 2015, Inside Divestment. The illiberal movement to turn a generation against fossil fuels, 300pp. , [En ligne] URL : https://www.nas.org/images/documents/NAS_insideDivestment_fullReport.pdf, consulté le 5 octobre 2016.

National Aeronautics and Space Administration (NASA), 2016, CarbonDioxide, [En ligne] URL : http://climate.nasa.gov/vital-signs/carbon-dioxide/, consulté le 3 octobre 2016.

Parenti, C., 2012, Problems with the math: is 350’s divestment campaign complete ?, The Huffington Post. [En ligne], URL : http://www.huffingtonpost.com/christian-parenti/carbon-divestment-_b_2213124.html, consulté le 5 octobre 2016.

Rootes, C. et B. Brulle, 2013, Environmental Movements, 7 p., dans : D. Snow, D. Della Porta, B. Klandermans et D. McAdam (ed.), The Wiley-Blackwell Encyclopedia of Social and Political Movements, Blackwell Publishing Ltd.

Spedding, P., K. Mehta et N. Robbins, 2013, Oil and Carbon Revisited: Value at risk from “Unburnable” Reserves, HSBC Global Research, [En ligne] URL : http://dcdivest.org/wp-content/uploads/2015/10/HSBCOilJan13.pdf, consulté le 15 octobre 2016.

Stern, N., 2015, Why Are We Waiting ? The Logic, Urgency, and Promise of Tackling Climate Change, Cambridge, The MIT Press, 448 p.

Tubiana, L., propos recueillis par S. Roger, 2016, Laurence Tubiana : « Les entreprises devraient se désintoxiquer des énergies fossiles », LeMonde.fr [En ligne], URL : http://www.lemonde.fr/climat/article/2016/05/30/laurence-tubiana-les-entreprises-devraient-se-desintoxiquer-des-energies-fossiles_4929150_1652612.html, consulté le 15 octobre 2016.

Haut de page

Notes

1 350.org est une organisation environnementale d’origine américaine composée d’un réseau mondial de milliers de volontaires dans 188 pays (coordonné par 108 salariés en 2016).

2 Des désaccords existent sur le volume inexploitable des réserves prouvées détenues par les entreprises fossiles (publiques comme privées). Voir notamment les travaux de Meinshausen et al. (2009), de Leaton et al. (2011) et de McGlade etElkins (2015).

3 À partir du mémoire de fin d’études de Fanny Lajarthe (« Le mouvement de désinvestissement des énergies fossiles : fondements, cadrage et résonance ») basé notamment sur des interviews et des analyses d'argumentaires durant la période 2015-2016.

4 Notons que des campagnes sont menées actuellement dans 7 universités belges (sur 13) et ne concernent qu'un nombre restreint d'étudiants.

5 Dans un système de retraite par répartition, les cotisations versées par les travailleurs actuels servent à payer les pensions des retraités actuels (ce système est caractérisé par une solidarité intergénérationnelle). Dans un système par capitalisation, le travailleur finance lui-même sa pension par le biais de cotisations qui sont placées pour être capitalisées (dans des fonds de pension).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fanny Lajarthe et Edwin Zaccai, « Le mouvement de désinvestissement des énergies fossiles : une nouvelle phase de mobilisation pour le climat ? », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Débats et Perspectives, 2017, mis en ligne le 13 mars 2017, consulté le 25 mars 2017. URL : http://vertigo.revues.org/18265

Haut de page

Auteurs

Fanny Lajarthe

Centre d'études du développement durable, 50 av. F. Roosevelt, 1050 Bruxelles, Belgique, courriel : fanny.lajarthe@ulb.ac.be

Edwin Zaccai

Professeur à l’Université libre de Bruxelles, Centre d'études du développement durable, 50 av. F. Roosevelt, 1050 Bruxelles, Belgique, courriel : ezaccai@ulb.ac.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page