Navegação – Mapa do site
2016

Faut-il ajouter une aide climatique ou mieux intégrer les préoccupations climatiques dans l’aide au développement?

Jean-Paul Ledant

Resumos

L’obligation qu’ont les pays développés de soutenir les pays en développement dans leurs efforts de réponse aux enjeux climatiques conduit à s’interroger sur la relation entre cette « aide climatique » et l’aide au développement. Nous admettons que le changement climatique induit un besoin de changements qualitatifs et quantitatifs dans l’aide en faveur des pays vulnérables et que l’ajout d’une aide dédiée au climat (finance climatique) répond partiellement à ce besoin. Mais nous montrons que cette approche présente essentiellement des inconvénients par rapport à l’option qui consiste à fournir une aide au développement augmentée, avec intégration transversale des considérations climatiques dans l’ensemble de ses composantes. Nous nous attendons à ce que cette option contribue davantage à un développement découplé des émissions de gaz à effet de serre et adapté aux contraintes climatiques.

Topo da página

Notas da redacção

Nous vous invitons à réagir à ce texte en visitant le carnet de recherche de [VertigO] : https://vertigo.hypotheses.org/2265

Texto integral

Introduction

  • 1 La CCNUCC, le protocole de Kyoto, le plan d’action de Bali et l’accord de Copenhague évoquent des r (...)
  • 2 Par intervention nous entendons tout ensemble organisé d’activités financé au titre de l’APD, qu’il (...)

1L’accord de Copenhague de 2009, confirmé à Paris (2015), prévoit que les pays développés mobiliseront annuellement au moins 100 milliards de dollars, pour aider les pays en développement dans leurs efforts d’atténuation et d’adaptation au changement climatique. Les pays classés comme développés sont ainsi confrontés au défi d’honorer leurs engagements malgré leurs fréquentes difficultés budgétaires, tandis que les pays en développement se soucient légitimement du niveau des financements, de la maîtrise des fonds et de leur caractère supplémentaire1 par rapport à l’aide au développement classique. Dans ce contexte, l’attention et les discussions tendent à se focaliser sur les financements dédiés aux questions climatiques, au risque de perdre de vue les contributions du reste de l’aide aux mêmes finalités. C’est pourquoi nous nous demandons dans quelle mesure il est préférable d’ajouter une aide climatique à l’aide au développement préexistante ou plutôt d’intégrer les questions climatiques dans l’ensemble des interventions2 de développement, tout en augmentant leur financement au bénéfice des pays vulnérables.

2Par souci de simplification, nous nous concentrons sur l’aide publique au développement (APD) et laissons de côté les financements privés, ceux associés au commerce de droits d’émission et les aides à la mise en œuvre des obligations administratives envers la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements climatiques (CCNUCC). Par aide climatique, nous entendons la part de l’APD qui relève des engagements climatiques, à savoir celle qui finance des interventions labellisées « climatiques » en raison de leur canal de financement (programme ou fonds climatiques) ou de leur marquage « climat » selon la procédure (OCDE, 2011, 2016) proposée par le Comité d’aide au développement (CAD) de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). L’APD se répartit donc en une part climatique (appelée financement climatique) et une part non-climatique, certaines interventions pouvant appartenir aux deux catégories.

L’aide au développement sans préoccupation pour le changement climatique

  • 3 Le niveau moyen oscille autour de 0,4 % depuis 1970 (Charnoz et Severino, 2015). L’objectif avait é (...)

3Alors que l’APD n’a pas atteint son vieux niveau cible de 0,7 % du produit national brut3, le changement climatique apporte des justifications supplémentaires à son augmentation en faveur des pays vulnérables. Nous jugeons en effet légitime que ces pays les plus exposés aux effets négatifs du changement climatique soient davantage appuyés par les pays qui se sont enrichis à la faveur des combustions responsables du changement climatique.

4Mais l’accroissement de l’APD ne peut être souhaitable que s’il s’agit d’une aide favorable. Or, l’APD qui a dominé jusqu’ici, sans souci particulier du changement climatique, montre un bilan mitigé sur le plan du développement (Carbonnier, 2010) et sur celui du climat. En matière d’atténuation, l’APD a dans l’ensemble plutôt soutenu un modèle de croissance largement couplé aux émissions de gaz à effet de serre. De plus, la simple mise en œuvre de ses projets émet généralement de tels gaz, indépendamment de l’atteinte de leurs objectifs. Seuls certains projets ont un effet net positif (par exemple à travers le reboisement ou des gains d’efficience énergétique). En revanche, en matière d’adaptation les effets généraux d’une APD réussie sont plutôt positifs, car elle combat la pauvreté, dont divers aspects contribuent à la vulnérabilité au changement climatique. Mais il lui arrive aussi d’échouer dans ses objectifs de réduction de la pauvreté ou de voir la durabilité de certains projets compromise par le changement climatique (par exemple en cas de dimensionnement inapproprié d’ouvrages hydrauliques) ou encore d’accentuer la vulnérabilité de personnes (par exemple si celles-ci sont délogées en raison de l’emprise spatiale d’un projet). A moins de la juger irrémédiablement nuisible, nous admettons donc que l’aide a besoin d’être augmentée (en termes de financement), mais améliorée (en termes de qualité des interventions), cette amélioration impliquant une plus grande considération des enjeux climatiques, en particulier l’atténuation (ce qui peut entrainer des surcoûts renforçant le besoin d’augmenter les financements).

Les implications d’une aide spécifiquement dédiée aux changements climatiques

  • 4 Cette réflexion a été suscitée et nourrie par l’expérience d’une quarantaine de missions de prépara (...)

5Pour répondre à ce besoin de changements quantitatifs et qualitatifs, une option aurait été d’augmenter l’APD en faveur des pays vulnérables tout en veillant à la bonne intégration des préoccupations climatiques dans chaque intervention. Cependant les négociations climatiques ont privilégié l’option consistant à ajouter une aide spécifiquement climatique (les « financements climatiques ») à l’aide au développement préexistante. Sur la base de notre expérience4 de préparation et d’évaluation d’interventions labellisées ou non comme climatiques, nous identifions les implications suivantes de ce choix en faveur de l’ajout d’une aide spécifiquement climatique.

Partage des rôles préjudiciable à l’impact d’atténuation et de développement

  • 5 Ce danger se manifeste notamment par les réticences envers l’intégration des questions climatiques (...)

6Un premier effet de l’émergence d’une aide centrée sur le climat est de favoriser un partage des rôles entre les interventions ou institutions visant l’atténuation (au bénéfice du monde entier) et celles visant le développement (au bénéfice du pays hôte). Un tel partage nuirait à l’impact général sur ces deux préoccupations, car pratiquement toutes les interventions, quelle que soit leur motivation première, ont une influence (intentionnelle ou non) sur ces deux aspects à la fois. En particulier, l’impact d’atténuation serait affaibli, dans la mesure où les gestionnaires des interventions de développement se sentiraient dégagés de la responsabilité de limiter les émissions de gaz à effets de serre associées à l’atteinte de leurs objectifs5. Le partage des rôles n’est pas non plus propice à la cohérence (par exemple : une aide au développement peu soucieuse du climat peut soutenir la conversion en champs de maïs de vieilles cacaoyères, alors que l’aide climatique chercherait à les réhabiliter).

Perte de vue de la préséance des finalités de développement sur l’adaptation

7En matière d’adaptation, les financements climatiques et la promesse de les augmenter instaurent une préférence pour les interventions labellisées ou les stratégies propices à la labellisation, quand bien même d’autres choix contribueraient davantage aux finalités de développement. Par exemple, un projet agricole qui se revendique de l’adaptation peut être tenté d’introduire des variétés plus résistantes à la sécheresse, alors que la principale contrainte à la production résiderait dans l’infertilité des sols. De telles orientations seraient illogiques, car l’adaptation ne prend sens qu’envers les buts de développement dont la préséance doit donc être respectée. L’emphase sur l’adaptation (ou sur ses notions sœurs comme la vulnérabilité et la résilience) conduit également à un défaut d’explicitation des finalités de développement, ce qui expose les interventions à un manque de repères dans les objectifs à atteindre, à des tiraillements entre les visées réelles de leurs partenaires ou à un déficit d’appropriation par les bénéficiaires. Par exemple, un projet agroforestier peut annoncer une finalité d’adaptation en vue de complaire aux bailleurs, être géré par une agence de conservation dans un but de biodiversité et n’intéresser les communautés locales que pour des retombées financières davantage liées à la mise en œuvre des dépenses qu’à l’obtention de résultats durables.

Abus d’influence du secteur climatique

8La disponibilité croissante de financements dédiés au climat nourrit par ailleurs la montée en puissance d’institutions et d’experts climatiques, qui sont tentés de se substituer à leurs homologues des secteurs situés en première ligne des relations avec le climat (énergie, transport, industrie, habitat, agriculture, santé, hydraulique, etc.). Au lieu d’appuyer les institutions de ces secteurs, les acteurs climatiques entrent ainsi en rivalité avec elles, ce qui suscite des conflits, en particulier dans les pays pauvres où la compétition pour l’accès aux financements est grande. Dans ce contexte, les acteurs de ces autres secteurs se trouvent parfois marginalisés ou évincés des interventions labellisées comme climatiques au détriment de la qualité technique de ces interventions et de leur insertion socio-institutionnelle. Par exemple une direction du changement climatique dans un ministère de l’environnement pourra s’approprier un projet d’irrigation (financé au nom de l’adaptation) alors que c’est le ministère de l’Agriculture qui dispose de l’expertise et des relais de terrain nécessaires. De même nous avons vu un projet de boisement labellisé climatique manquer totalement de pertinence et d’efficacité, car mené sans consultation avec les forestiers par une organisation autoproclamée spécialiste des questions climatiques.

9A ce stade, nous n’identifions donc que des inconvénients à l’approche consistant à promouvoir une aide climatique distinguée de l’aide au développement ordinaire et ajoutée à celle-ci, au lieu d’intégrer davantage le climat dans une aide augmentée. Il reste à considérer les avantages qu’on peut en espérer.

Quelles seraient les bonnes raisons de promouvoir une aide spécifiquement climatique?

10D’après notre compréhension, l’intérêt que suscitent néanmoins les financements climatiques pourrait reposer sur les espoirs : a) de s’assurer d’une utilisation des financements à des fins climatiques ou démontrer des efforts climatiques, b) de mobiliser plus de financement, c) de faciliter la comptabilité et le suivi des contributions, d) de suivre et stimuler les progrès vers l’impact espéré, e) de tirer avantage d’une forme de spécialisation, ou f) de permettre la mise en place de mécanismes propres, dotés d’une gouvernance plus satisfaisante que celle de l’aide au développement.

Assurance et démonstration de la destination climatique des financements?

11Les donateurs peuvent tenir à ce que leur l’argent serve à des interventions dédiées au climat ou labellisées comme telles, dans le souci de répondre effectivement aux enjeux climatiques ou de démontrer qu’ils consentent des efforts en ce sens. Mais ces attentes s’ancrent dans la conviction qu’il est souhaitable de promouvoir l’aide climatique, sans étayer cette idée. Nous voyons donc là une explication au fait que les donateurs jouent volontiers le jeu des financements climatiques, mais non une justification à ceux-ci. Selon nous, les donateurs soucieux du bon usage de leurs fonds ont plutôt intérêt à l’intégration des considérations climatiques et de développement.

Plus de financement?

12Les pays en développement gagneraient à obtenir un accroissement d’aide non dédiée au lieu d’un ajout équivalent d’aide climatique, car ils auraient une plus grande liberté d’usage des fonds et pourraient les affecter plus directement aux besoins prioritaires. Malgré cela, les pays en développement défendent les financements climatiques, parce qu’ils en espèrent plus de financements supplémentaires en raison de l’obligation ou de la disposition des donateurs à dépenser spécifiquement pour le climat. Comme ci-dessus, nous avons donc affaire à des attentes qui découlent de l’option en faveur du financement climatique, mais ne l’étayent pas. En outre, nous pouvons craindre que ces espoirs restent vains, depuis que l’accord de Paris (2015) a passé sous silence le principe d’aide « nouvelle et additionnelle », ouvrant la voie à ce que les financements climatiques remplacent de plus en plus l’aide au développement non labellisée, au risque d’entrainer une diminution de l’aide totale.

Meilleur suivi des contributions financières et de leur additionnalité?

13Le suivi des financements dédiés au climat est approximatif, car la sur-labellisation est fréquente (Michaelowa et Michaelowa, 2011, Junghans et Harmeling, 2012, OCDE, 2013) et variable d’un bailleur à l’autre (Weikmans et Roberts, 2016). De plus, la mesure de leur caractère additionnel est impossible, parce que la plupart des interventions climatiques poursuivent aussi des objectifs de développement, et parce qu’à défaut d’atteindre les 0,7 % il n’existe pas de base objective pour vérifier à quel niveau de référence l’aide dédiée au climat s’ajoute sans diminution compensatoire du reste de l’aide. Le suivi des contributions financières et la vérification de leur caractère additionnel ne sont donc pas facilités par rapport à l’alternative consistant à augmenter l’aide totale.

Meilleur suivi et stimulation des progrès vers l’impact?

  • 6 Exemples de critères de marquage : degré de vulnérabilité des bénéficiaires, sensibilité au climat (...)

14Les interventions labellisées contribuent à des degrés très divers aux objectifs d’adaptation ou d’atténuation, sans toujours avoir un impact positif. En particulier les interventions portant sur l’efficience énergétique ou les énergies renouvelables sont très souvent labellisées pour l’atténuation sans examen des risques d’impact opposé, pouvant résulter d’effets rebonds ou de l’ajout (au lieu de la substitution) des énergies renouvelables aux énergies polluantes (Ledant et al., 2016). La corrélation entre les dépenses labellisées et l’impact est d’autant plus faible que l’impact total de l’aide dépend aussi des importants effets non intentionnels des interventions non labellisées (souvent négatifs en matière d’atténuation et positifs en matière d’adaptation). Le suivi de l’aide climatique ne dit donc pas grand-chose des progrès vers un meilleur impact. A cette fin, des marqueurs orientés vers les impacts conviendraient mieux que ceux du CAD (orientés sur les objectifs), surtout s’ils sont estimés de manière indépendante envers le bailleur6.

Avantages de la spécialisation entre institutions climatiques et de développement?

15Comme rappelé plus haut, une intervention d’APD (labellisée ou non) a généralement un double impact (positif ou négatif) sur l’atténuation et le développement. De plus, une intervention d’atténuation a peu de chances de réussir si elle ne produit pas de bénéfice de développement et une intervention labellisée pour l’adaptation est toujours censée contribuer au développement, car l’adaptation ne sert qu’aux finalités du développement. Les enjeux climatiques et de développement sont donc intimement liés, que ce soit au niveau de leur source (atténuation) ou au niveau des objectifs (adaptation). Par conséquent, les interventions pour le climat ne montrent aucune raison technique d’être gérées séparément des interventions pour le développement. La spécialisation serait au contraire préjudiciable à l’optimisation des impacts respectifs.

Une meilleure gouvernance?

  • 7 Ces enseignements sont notamment tirés d’une culture répandue de l’évaluation, ils se trouvent refl (...)

16Les mécanismes propres de gestion de l’aide climatique, comme les fonds climatiques, ouvrent en principe des perspectives d’une nouvelle gouvernance. Le Fonds Vert pour le Climat en particulier offre aux pays en développement un droit de regard plus grand que sur l’aide au développement classique. Mais les mêmes motifs auraient pu être invoqués pour la création de fonds dédiés à l’aide au développement des pays vulnérables (voire pour une autre gouvernance de l’APD en général). Le souci d’une autre gouvernance nous semble d’autant moins justifier la création d’institutions dédiées au climat que la séparation des financements ne nous parait pas relever d’une bonne gestion et que nous ne voyons pas en quoi les institutions dédiées à l’aide climatique pourraient échapper mieux que les autres aux effets pervers de l’aide (cela surtout si, en cherchant à se démarquer de l’aide au développement, elles renoncent à intégrer les enseignements que celle-ci a tirés de son expérience7).

17En fin de compte, nous n’identifions pas de bons arguments pour ajouter des financements climatiques à l’aide au développement au lieu d’augmenter celle-ci en y intégrant les questions climatiques. Si certains avantages attendus de l’aide climatique se concrétisent (comme le premier), c’est seulement à condition que certains acteurs soient déjà installés dans la logique des financements climatiques, donc sans justifier qu’ils y soient entrés.

L’option préférée : une aide non climatique, mais pertinente pour le climat

  • 8 La littérature à ce sujet est abondante ; l’approche résumée ici est reflétée et détaillée dans le (...)

18Notre préférence se porte donc sur une augmentation et une amélioration de l’ensemble de l’APD en faveur des pays vulnérables. Nous décrivons ici comment nous envisageons la manière d’assurer l’amélioration souhaitée du point de vue des préoccupations climatiques8.

19Le processus commence dès le diagnostic préalable à toute intervention, consistant à identifier les principaux problèmes (situations insatisfaisantes) existants et prévisibles et leurs liens de causalité. Les problèmes climatiques (à savoir les émissions de gaz à effets de serre et leurs causes, ainsi que les difficultés causées ou augmentées par le climat dans son état actuel et ses possibles états futurs) sont à reconnaître parmi les autres. Cette analyse des problèmes sert de base pour la définition des objectifs de l’intervention, à choisir comme réponse (si possible anticipative) à des problèmes clés, selon le meilleur compromis entre ce qui est souhaitable et ce qui est faisable (compte tenu des contraintes climatiques et autres).

20Une fois les objectifs fixés, l’intégration transversale des questions climatiques se poursuit doublement en « logique externe » et en« logique interne » :

    • 9 Une application sérieuse des méthodes traditionnelles d’intégration environnementale suffit largeme (...)

    En logique externe, il s’agit d’identifier et de veiller à corriger ou optimaliser les effets externes aux objectifs, y compris les émissions de gaz à effets de serre9 et les éventuelles incidences sur les vulnérabilités et les capacités d’adaptation ;

  • En logique interne, il s’agit de minimiser le risque de voir les facteurs hors de contrôle (y compris le climat), compromettre l’atteinte durable des objectifs et, au besoin, adapter la stratégie de l’intervention.

  • 10 L’objectif d’une intervention est une amélioration à obtenir et pérenniser dans le climat réel (act (...)

21Les interventions découlant de cette approche seront de fait largement « climatiques », au sens où certaines d’entre elles réduiraient les émissions par comparaison avec la situation sans intervention (atténuation véritable), où les autres chercheraient au moins à limiter les émissions qu’elles provoquent (auto-atténuation) et où, sans jamais en faire un objectif10, la plupart d’entre elles infléchiraient favorablement les effets du changement climatique sur les pays et populations vulnérables (adaptation).

22Dans ce cadre, les seules interventions spécifiquement climatiques consisteraient en appuis techniques à une telle approche d’intégration des questions climatiques dans les interventions d’aide ou dans les programmes et politiques internes du pays (par exemple à travers la préparation des scénarios et projections ou l’apport d’informations, de formations et de conseils).

Conclusion

23Ainsi, la représentation des enjeux climatiques en deux défis, l’atténuation et l’adaptation, ne devrait pas conduire à penser trop rapidement qu’afin de les surmonter il suffit d’injecter suffisamment d’argent pour des interventions axées sur de tels objectifs. Au lieu de nous référer à cette dualité adaptation-atténuation centrée sur le climat, nous préférons, du point de vue des interventions, nous représenter un binôme développement-atténuation, pour évoquer la double nécessité de satisfaire les besoins locaux de développement (auxquels l’adaptation participe) et de préserver le climat mondial. Le binôme développement-atténuation ne doit toutefois pas s’éclater en deux volets d’aide distincts, car le défi principal est de concilier ces deux préoccupations, par un effort systématique pour optimiser l’impact de toute intervention sur ces deux aspects.

24Au lieu de se fixer des objectifs quantifiés en termes de dépenses consacrées aux objectifs climatiques, il apparait donc préférable d’augmenter l’aide aux pays vulnérables et de veiller avec méthode à l’intégration systématique des questions climatiques dans tout projet, cela sans perdre de vue les autres enjeux de développement durable. Dans la mesure où cette aide corrigerait les effets du changement climatique sur le développement des pays vulnérables, elle contribuerait à leur adaptation et répondrait donc aux engagements internationaux en faveur du financement de l’adaptation. Comme les financements séparés sont néanmoins devenus une réalité qui s’auto-entretient, il convient en tout cas d’être vigilant envers les risques d’effets indésirables que nous avons identifiés, en particulier le risque de dissuader les efforts d’intégration du changement climatique dans le reste de l’aide, car ces derniers nous paraissent nécessaires en vue d’un développement qui soit découplé des émissions de gaz à effets de serre et ne soit pas compromis par le changement climatique.

Remerciements

25L’auteur remercie Romain Weikmans et Edwin Zaccaï (Université libre de Bruxelles), ainsi que Caroline Ledant, pour leurs commentaires, tout en restant seul responsable des opinions exprimées.

Topo da página

Bibliografia

ADE, 2013, Notre aide au développement est-elle verte? Evaluation thématique de l’environnement dans la coopération belge. Service de l’Évaluation spéciale de la Coopération au développement, Service public fédéral Affaires étrangères, Commerce extérieur et Coopération au Développement, Bruxelles, 123 pp (vol.1), [En ligne] URL : http://www.oecd.org/derec/belgium/Evaluation_environnement_rapport_final_fr.pdf.

Ayers, J.M. & A.C. Abeysinghe, A.C., 2013, International aid and adaptation to climate change, 21 p, Falker, R., The handbook of Global Climate Change and Environment Policy, John Wiley & Sons, Oxford, pp. 486-507.

Carbonnier, G., 2010, L’aide au développement une fois de plus sous le feu de la critique, Revue internationale de politique de développement 1, pp. 141-147.

Charnoz, O. et J.M. Severino, 2015, L’aide publique au développement, La Découverte, Paris, 126 p.

European Commission, 2010, Guidelines on the integration of environment and climate change in development cooperation, EuropeAid, Tools and Guidelines Series, Guidelines n°4, Luxembourg, 160 p.,

Junghans, L. et S. Harmeling, 2012, Different tales from different countries. A first assessment of the OECD “adaptation marker”. Germanwatch, Bonn, 23 p.

Klein, R.J.T. 2010. Mainstreaming climate adaptation into development: a policy dilemma, 17 p. Ansohn A. & B. Pleskovic, Climate Governance and Development, Berlin Workshop Series 2010. World Bank, pp. 35-52.

Ledant, J.P., B. Schuh, J. Tordy, K. Gruev et M. Beck. 2016. Evaluation of the Environment Policy of the Austrian Development Cooperation and its implementation by the main ODA Actors 2007–2014. ADE, report to ADA. Austrian Development Agency, Vienne. [En ligne] URL : http://www.entwicklung.at/en/evaluation/evaluation-reports-2016/evaluation-of-the-environment-policy/

Michaelowa A. et K. Michaelowa, 2011, Coding errors or statistical embellishment? The political economy of reporting climate aid. World Development, 39, 11, pp. 2010-2020.

OECD, 2011, Handbook on the OECD-DAC climate markers, OCDE, Paris, 18 pp.

OECD, 2016, Converged statistical reporting directives for the creditor reporting system (CRS) and the annual DAC questionnaire, 98 pp.. [En ligne] URL : http://www.oecd.org/dac/stats/DCD-DAC(2016)3-ADD2-FINAL%20-ENG.pdf, consulté le 2/9/2016

Weikmans, R. et T. Roberts, 2016, Fit for Purpose: Negotiating the New Climate Finance Accounting Systems. Climate Strategies Policy Briefs, 6 pp. [En ligne] URL : http://climatestrategies.org/publications/. consulté le 20/8/2016

Topo da página

Notas

1 La CCNUCC, le protocole de Kyoto, le plan d’action de Bali et l’accord de Copenhague évoquent des ressources « nouvelles et additionnelles ».

2 Par intervention nous entendons tout ensemble organisé d’activités financé au titre de l’APD, qu’il s’agisse de l’approche « projet » ou de l’approche « programme » (appuis sectoriels et budgétaires).

3 Le niveau moyen oscille autour de 0,4 % depuis 1970 (Charnoz et Severino, 2015). L’objectif avait été fixé par la Résolution de l’Assemblée générale des Nations unies d’octobre 1970, pour le milieu de la décennie suivante.

4 Cette réflexion a été suscitée et nourrie par l’expérience d’une quarantaine de missions de préparation et d’une trentaine de missions d’évaluation d’interventions, dont l’étroitesse des liens avec le climat est variable (outre des appuis à distance et examens de centaines de projets). Une attention spéciale aux questions climatiques a notamment été portée par l’auteur dans le cadre de ses fonctions de coordinateur du helpdesk de la Commission européenne pour l’intégration environnementale, des évaluations environnementales (multi-projets) des coopérations belge (ADE, 2013) et autrichienne (Ledant et al., 2016) et de la préparation de deux programmes nationaux de l’Alliance mondiale contre les Changements climatiques (São Tomé e Príncipe et Madagascar).

5 Ce danger se manifeste notamment par les réticences envers l’intégration des questions climatiques dans l’aide au développement, que montrent certains pays en développement craignant que cette option ne serve de prétexte pour l’aide climatique (Klein, 2010 ; Ayers et Abeysinghe, 2013).

6 Exemples de critères de marquage : degré de vulnérabilité des bénéficiaires, sensibilité au climat du problème visé par l’objectif, impact présumé (positif ou négatif) sur le bilan des gaz à effets de serre.

7 Ces enseignements sont notamment tirés d’une culture répandue de l’évaluation, ils se trouvent reflétés dans les divers manuels de bonnes pratiques et guides méthodologiques produits par les agences de développement ou le CAD, ainsi que dans les déclarations de Paris, Accra et Busan.

8 La littérature à ce sujet est abondante ; l’approche résumée ici est reflétée et détaillée dans le manuel d’intégration environnementale de la Commission européenne (European Commission, 2010), auquel l’auteur du présent article a largement contribué.

9 Une application sérieuse des méthodes traditionnelles d’intégration environnementale suffit largement à cette approche, à condition de saisir toutes les opportunités de réduire à moindre coût les émissions de gaz à effets de serre au lieu de s’en tenir à l’ancienne recommandation de se concentrer sur les impacts les plus significatifs.

10 L’objectif d’une intervention est une amélioration à obtenir et pérenniser dans le climat réel (actuel et prochain), indépendamment de toute supposition sur les conditions climatiques qui auraient prévalu sans le changement climatique. C’est pourquoi l’adaptation, en tant que correction des effets du changement climatique, ne serait pas un objectif en soi.

Topo da página

Para citar este artigo

Referência eletrónica

Jean-Paul Ledant, « Faut-il ajouter une aide climatique ou mieux intégrer les préoccupations climatiques dans l’aide au développement? », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [Online], Débats et Perspectives, posto online no dia 12 Dezembro 2016, consultado o 22 Março 2017. URL : http://vertigo.revues.org/17823 ; DOI : 10.4000/vertigo.17823

Topo da página

Autor

Jean-Paul Ledant

Consultant indépendant en environnement et développement, 56 rue de Renivaux, 1340 Ottignies, Belgique, courriel : ledantjp@outlook.com

Topo da página

Direitos de autor

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Topo da página