Skip to navigation – Site map
2016

Tourisme durable dans les Suds?

Anas Maaroufi
Bibliographical reference

Géraldine Froger, 2010, Tourisme durable dans les Suds?, Vol. 11., P.I.E. Peter Lang S.A. Editions scientifiques internationales, collection Ecopolis, 316 p.

Full text

1Alors que l’usage de la rhétorique du développement durable continue de s’immiscer au champ des études touristiques, un groupe de 13 chercheurs animé par le maître de conférences Géraldine Froger se mêle au débat et s’interroge sur les réels enjeux des diverses formes de voyages inhérentes au concept du tourisme durable. Sans sombrer dans des élucubrations fatalistes à l’égard du concept du développement durable appliqué au phénomène touristique et sans entrer dans un discours trop optimiste qui renvoie davantage à l’idée d’une « utopie généreuse », les auteurs adoptent une posture manichéiste à travers laquelle l’on avance des éléments d’analyse réfléchis et constructifs autour des complémentarités et des contradictions qui se tiennent entre le discours et la pratique du tourisme durable.

2Scindé en trois parties, leur ouvrage intitulé « Tourisme durable dans les Suds? » propose une réflexion critique sur la mise en pratique du tourisme durable dans les pays émergents et les moins avancés regroupés communément sous l’appellatif « Suds ».

3La première partie est réservée à une analyse globaliste du tourisme durable dans les pays du Sud. En tenant pour exemple l’écotourisme et le tourisme rural, mais sans cibler un pays, une région ou un contient en particulier, cette section fait le recensement des potentialités du tourisme durable, discute de ses limites et suggère des issues pour affermir et optimiser le concept de durabilité associé au voyage.

4En plus de faire office d’introduction, le premier chapitre de cette section avance l’hypothèse selon laquelle la durabilité du tourisme gagnerait en efficience par le biais de la diversité. Estienne Rodary, auteur de ce chapitre liminaire, désapprouve le modèle participationniste (intégration des communautés locales au système libéral globalisé) sur lequel se fondent les initiatives actuelles de développement durable du tourisme. L’auteur met en avant des pratiques touristiques peu institutionnalisées qui s’opèrent sur le principe de la diversification, et ce, au niveau des activités (adoption de nouvelles formes de voyages moins institutionnalisées), des touristes (réception d’un tourisme domestique et de proximité), des déplacements (acquiescement pour des moyens de transport plus lents) et enfin, des connexions (création et multiplication de véritables liens sociaux entre les visiteurs et les visités).

5Aux limites du deuxième chapitre, Géraldine Froger, Mehdi Marzouki et Jérôme Ballet s’interrogent sur le degré de durabilité de l’écotourisme et tentent de jauger les disparités qui existent entre la théorie émise sur cette forme alternative de tourisme et sa concrète application sur terrain au niveau local. Au gré de leur processus analytique, l’écotourisme se juge méritoire à l’issue du triptyque du développement durable, mais présente néanmoins plusieurs limites. Les auteurs proposent le recours aux préceptes du tourisme responsable (responsabilité des touristes et des locaux quant à l’exploitation de l’activité touristique) comme élément subsidiaire à l’écotourisme et indispensable pour assurer concrètement sa durabilité.

6Dans le troisième chapitre, Mehdi Marzouki, Jérôme Ballet et Géraldine Froger poursuivent leur analyse sur la soutenabilité de l’écotourisme, mais s’intéressent davantage à son impact environnemental sur une échelle globale. De façon originale, la triade fait usage de la notion de l’empreinte écologique et l’applique au tourisme pour estimer la demande exercée par les touristes (transport, logement, loisir et consommation) envers les services écologiques fournis par la nature. En comparant la Tunisie (cas représentatif du tourisme de masse) avec l’archipel des Seychelles (destination écotouristique), les auteurs arrivent à la conclusion que la distance qui sépare les pays émetteurs des pays récepteurs est un élément déterminant dans la durabilité du tourisme, la consommation d’énergie fossile (le transport aérien notamment) ayant un impact très significatif en termes d’empreinte écologique. En ces termes, le voyage écotouristique vers les Seychelles exerce une pression globale sur l’environnement plus importante qu’un séjour en Tunisie dit de « masse ». Bien que les auteurs font mention des diverses limites de l’empreinte écologique en tant qu’outil de mesure du tourisme durable, les résultats de leur enquête amènent, a priori, le lecteur à remettre en question la durabilité de l’écotourisme quand ce dernier est évalué au niveau global.

7Dans le cadre du quatrième chapitre, Denis Requier-Desjardins adopte une approche pleinement économique en prévision d’estimer la capacité du tourisme rural à prendre part dans le développement durable local. L’auteur met en évidence quelques repères théoriques afin de vulgariser les concepts économiques (la notion de diversification des revenus, d’économie présentielle et d’économie résidentielle, etc.) qu’il utilise pour répondre à sa question de recherche. Sommairement, le développement local d’une zone rurale doit s’appuyer sur trois facteurs : la consolidation du système productif d’une région rurale via l’exploitation de ses ressources; l’amélioration du bien-être des populations locales à travers la création de revenus, la lutte contre la pauvreté et la préservation du patrimoine et; la stimulation d’un circuit économique assez fort pour générer, par émulation, des effets d’entraînements. Au regard de ces trois déclinaisons attendues d’une initiative de développement local, les conclusions de Requiert-Desjardins sur le tourisme en tant que levier de développement des zones rurales semblent peu élogieuses. De prime à bord, le tourisme rural peut contribuer à la consolidation du système productif local, mais l’atteinte de cette fonctionnalité nécessite l’aboutissement de plusieurs conditions. Ensuite, l’auteur reste perplexe quant à la capacité du tourisme à se présenter comme une issue contre la pauvreté, l’activité touristique en zone rurale ne générant que très peu de bénéfices. Au final, le tourisme rural a, dans bien des cas, le démérite de ne pouvoir générer un circuit économique assez puissant pour stimuler de développement local en raison de la flaccidité des effets multiplicateurs que son exploitation mobilise. Par ailleurs, le tourisme peut, tout de même, apporter sa part de rétribution positive en termes de développement rural dans une économie locale déjà équilibrée là où son exploitation ne risque pas d’engendrer des effets de concurrences avec d’autres secteurs.

8La première partie du livre se clôture avec la contribution de Grégoire Chauvière le Drian qui s’incline sur la question du financement et de la promotion du tourisme durable. Partant du fait que le secteur touristique est fortement dépendant des conjonctures économiques, l’auteur choisit le cas représentatif de l’Agence française de développement pour analyser les actions d’assistance des bailleurs de fonds dans le développement durable du tourisme dans les pays du Sud. Cette étude dresse un état des lieux des interventions de l’AFD qui, le temps aidant, a fini par réformer et diriger sa vision stratégique vers une logique de durabilité. Au-delà, l’auteur propose en fin de chapitre quelques suggestions complémentaires pour consolider et optimiser la qualité du démarchage d’assistance offert par les bailleurs de fonds auprès des acteurs touristiques.

9Au travers des études de cas concrètes, la deuxième et la troisième partie apportent un peu plus de tangibilité au mandat de cet ouvrage qui examine les discordances et les concordances de la mise en pratique des formes touristiques dites « durable » dans les pays du Sud. Dans cette perspective, la seconde partie de l’ouvrage transporte le lecteur dans les milieux reculés de trois pays africains (Madagascar, la Tunisie et la Namibie) tandis que la troisième et dernière section dépeint la mise en pratique du tourisme durable dans le continent sud-américain retenant l’Argentine et le Costa Rica comme cas d’étude. L’ensemble des contributions suit une structure rédactionnelle et analytique identique qui, en trois jonctions, facilite considérablement la lecture des textes et l’appréhension des résultats. Ainsi, toutes les études de cas s’amorcent par une mise en exergue des éléments de contexte des destinations retenues aux fins de l’étude à savoir : la structuration de leur secteur touristique, un état des choses sur leur situation législative, politique, économique et sociale ainsi que le positionnement des diverses parties prenantes impliquées dans le développement et l’exploitation des formes de tourisme durable. Les auteurs étudient, en second plan, à travers ces études de cas, comment et à quel degré les formes soutenables du tourisme en Afrique et en Amérique du Sud peuvent se juger méritoires à l’issue d’une analyse multicritères fondée sur les trois piliers du développement durable. Sont soulevés au gré de cette démarche, les effets directs et indirects, positifs et négatifs des diverses formes alternatives du tourisme durable en fonction des pylônes économique, écologique et socioculturel. En dernier lieu, les auteurs recensent et étudient les facteurs influents qui jouent en faveur et défaveur des initiatives de développement du tourisme durable dans les régions retenues aux fins de leur exercice.

10En guise de conclusion générale, Géraldine Froger et Renaud Lapeyre reprennent les facteurs de réussite et d’échec du tourisme durable soulevés dans les cinq études de cas de l’ouvrage et en font une synthèse. À partir de là, les auteurs proposent une série de recommandations essentielles d’une part, pour mener à bien des projets de développement de tourisme durable réussi, et de l’autre, pour la conduite de projets de recherche-action destinés à l’évaluation des impacts des initiatives touristiques durables avant, pendant et même après leur réalisation.

11Cette contribution scientifique tire son originalité de la posture manichéiste usitée pour l’étude de la mise en pratique du tourisme alternatif d’abord d’un point de vue global et ensuite de façon concrète à travers cinq études de cas très représentatives. Au-delà, l’énonciation de mesures claires et réfléchies pour l’aboutissement d’un tourisme durable dans les Suds fait foi de la pertinence de l’ouvrage dont la rédaction a d’ailleurs bénéficié de l’assistance et du soutien du ministère des Affaires étrangères et européennes et de l’Agence française de développement. Cependant, les trois suggestions évoquées ci-dessous lèvent le voile sur quelques incomplétudes relatives au concept du tourisme durable dont la circonspection aurait apporté une meilleure compréhension et évaluation du phénomène.

12De prime à bord, il faut rappeler que le tourisme durable est un mode de gestion et non un produit touristique en soi et peut, dans cette mesure, s’appliquer aussi bien au tourisme alternatif qu’au tourisme de masse. Or, les auteurs arrêtent leur analyse sur le tourisme alternatif en passant sous silence la possibilité d’une gestion durable appliquée au tourisme de masse. Consacrer quelques réflexions sur ce volet de la durabilité touristique aurait parfait la portée de l’étude puisque c’est au cœur du tourisme de masse que la mise en pratique et les effets du développement durable sont les plus conviés.

13Secundo, exception faite du chapitre 2 qui traite, en partie, sur le tourisme responsable, l’on fait, dans ce livre, principalement référence à des formes alternatives de tourisme durable qui renvoient à des pratiques (écotourisme, tourisme de nature, tourisme culturel et tourisme communautaire). Il aurait été possible d’apporter de la diversité au contenu de cet ouvrage en considérant d’autres alternatives touristiques qui réfèrent plus à des valeurs, à savoir : le tourisme équitable de café en Colombie par exemple, ou bien, le tourisme humanitaire et solidaire au Pérou.

14La dernière critique concerne les recommandations (amenées en conclusion générale) dont l’étendue et la pertinence restent circonscrites à un développement touristique durable au niveau local. Ainsi la conclusion n’apporte, en aucun cas, une réponse aux effets négatifs que génèrent les formes alternatives du tourisme au niveau global (notamment par les émissions de gaz à effet de serre). Pourtant, en s’arrêtant sur le concept de la « diversification » dans le chapitre 1 de ce même ouvrage, Estienne Rodary ose penser une réforme profonde de l’industrie touristique vers la durabilité qui promulgue le recours à de nouveaux bassins clientélistes, à de nouvelles pratiques touristiques et à de nouvelles façons de voyager. Considérer et approfondir ces pistes de réflexion pourraient faire l’objet d’une étude subséquente qui suggérerait des issues pour le développement durable du tourisme vers les pays du Suds au niveau global.

Top of page

List of illustrations

URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/17819/img-1.jpg
File image/jpeg, 71k
Top of page

References

Electronic reference

Anas Maaroufi, « Tourisme durable dans les Suds? », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [Online], Lectures, 2016, Online since 30 November 2016, connection on 26 June 2017. URL : http://vertigo.revues.org/17819

Top of page

About the author

Anas Maaroufi

Maîtrise en développement du tourisme, Université du Québec à Montréal, Canada, C.P. 8888, Succ. Centre-Ville, Montréal, Québec, Canada, H3C 3P8, courriel : maaroufi.anas@courrier.uqam.ca

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page