Navigation – Plan du site

Fardeau économique du paludisme sur les ménages démunis des quartiers défavorisés d’Abidjan, Côte d’Ivoire

A.S. Kouadio, G. Cissé, Brigit Obrist, Kaspar Wyss et J. Zingsstag

Résumé

Les quartiers précaires d’Abidjan connaissent de graves problèmes d’assainissement exposant les habitants à d’importants risques sanitaires. Ces derniers doivent faire face quotidiennement au double poids des charges de maladie et de la pauvreté économique. Dans cette étude, 660 ménages ont été enquêtés dans 6 quartiers précaires et 3 villages lagunaires en vue d’évaluer leur vulnérabilité économique vis-à-vis du paludisme. Les résultats indiquent que les coûts directs associés au paludisme représentent en moyenne 12 à 14% du revenu des ménages dont les membres actifs perdent en outre 4 à 7 jours de travail. Le stress économique lié à cette maladie est d’autant plus important que les populations vivent avec moins d’un dollar US par habitant par jour couplé à une faible assistance de la part de la communauté. Les ménages adoptent des itinéraires thérapeutiques supposés à moindre coût mais ils ne tiennent pas compte du rapport coût efficacité de ces recours.

Disadvantaged neighbourhoods in Abidjan have serious sanitation problems exposing inhabitants to numerous health hazards. Citizens are exposed to the burden of disease and economic poverty. In this study, 660 households were surveyed in 6 low-income neighbourhoods and 3 bay settlements in view of quantifying their economic vulnerability from malaria. The results indicate that direct costs associated with malaria represent 12 to 14% of household income. Active household members further lose 4 to 7 days of income due to the inability to work. The economic stress related to the disease substantial as the majority of people live with less than 1 US $ per day per inhabitant coupled to poor/insufficient mechanisms of community solidarity. The households opt for treatment itineraries at lowest cost without taking into account the cost effectiveness of the selected treatment schedule.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Avec le VIH/SIDA et la tuberculose, le paludisme est l'un des principaux problèmes de santé publique menaçant le développement des pays les plus pauvres et le bien-être des populations (OMS/RBM, 2001). L’Afrique, au sud du Sahara, est la plus concernée par ce problème en ce sens que l'immense majorité (90%) des décès dus au paludisme y surviennent. Dans cette partie du continent, on reconnaît aujourd’hui que, le paludisme est à la fois une maladie due à la pauvreté et une cause de pauvreté (OMS/RBM, 2001). Il contribue au processus d’épuisement des capitaux des ménages et de perte de revenu et fait donc baisser la consommation de ceux-ci (Russel, 2004 ; Gallup et al., 2001).

2Selon le rapport sur l’état d’avancement du Programme National de Lutte contre le Paludisme (PNLP) de la Côte d’Ivoire en 2003, le paludisme est transmis toute l’année avec une recrudescence pendant la saison des pluies (Mémain, 2003). Il constitue 46,03 % des états morbides, 62,44% des causes d’hospitalisation et 32,53% des causes de mortalités avec une incidence annuelle de 73,58 cas pour 1000 habitants. C’est également la cause principale d’absentéisme scolaire/professionnelle avec une perte de 5 à 20jours de travail et une de réduction de la productivité et des revenus surtout en milieu agricole. Dans un tel contexte, il est utile d’analyser l’impact économique de la charge de morbidité palustre chez les ménages à faible revenu.  

3En effet, selon l’OMS/UNICEF (2003), les personnes démunies courent davantage le risque d’être infectée fréquemment. Les taux de mortalité sont notoirement plus élevés dans les foyers défavorisés et une proportion importante de décès est imputable au paludisme.  Pourtant, en Côte d’Ivoire,  peu d’études analysent le lien direct entre paludisme et pauvreté économique des ménages notamment en milieu urbain défavorisé.

Image2Figure 1. Localisation de la zone d’étude

4Capitale économique de la Côte d’Ivoire, la ville d’Abidjan renferme aujourd’hui près de 3.500.000 habitants avec une multitude de quartiers précaires dépourvus d’assainissement viable des ordures ménagères, des eaux usées et d’un système de drainage adéquat pour les eaux pluviales (Dongo, 2006 ; United Nations, 2004). Les facteurs de risque de maladies environnementales (maladies diarrhéiqes, fièvres typhoïdes, paludisme,..) y sont donc très importants (Dongo, 2006 ; Daigl, 2001). Par ailleurs, la plupart des politiques de lutte contre la pauvreté dans ces zones ont un caractère sectoriel et peu opératoire du point de vue du développement durable, c’est-à-dire prenant en compte à la fois les aspects environnementaux, sociaux et économiques du problème (Kouadio, 2000). La question de l’impact économique des maladies telles que paludisme sur les ménages à faible revenu n’est pas encore suffisamment étudié pour orienter la formulation d’actions intégrées efficaces et équitable permettant d’améliorer de façon durable le bien-être de ces populations.

5C’est dans cette optique que la présente étude s’est fixée comme principal objectif d’évaluer la vulnérabilité économique des ménages à faible revenu vis-à-vis du paludisme en vue de proposer des solutions endogènes visant à renforcer leurs capacités à y faire face. Ces capacités désignent l’ensemble des ressources dont disposent les ménages et leur aptitude à utiliser efficacement ces ressources pour faire face aux coûts liés au paludisme (Dubois et Rousseau, 2001). Il s’agit de déterminer d’une part les différentes dotations en capital (potentialités) financier, productif, humain et social des ménages et, d’autre part leur aptitude à utiliser ces capitaux face aux chocs de la vie tels que la maladie. Ainsi, un ménage sera dit moins vulnérable si face aux risques économiques liés au paludisme, ses potentialités lui permettent de résister. Par contre, il sera plus vulnérable lorsque celles-ci sont trop faibles pour lui permettre de réaliser les ajustements nécessaires qui protégeraient son bien-être (Dubois et Rousseau, 2001)

Méthodologie

6L’étude a lieu dans 6 quartiers précaires, 3 villages lagunaires et 1 quartier moderne doté d’un système d’assainissement viable. Cette zone d’étude est localisée dans le bassin versant dans la commune de Yopougon (Figure 1) et située dans le prolongement d’une fosse traversant le bassin et drainant les eaux usées industrielles et ménagères depuis la zone industrielle au nord jusqu’à la lagune Ebrié au sud. Le choix des quartiers s’inscrit dans le cadre d’un programme plus large visant, par une approche transdisciplinaire, la compréhension globale des problèmes de santé dans la zone en rapport avec l’environnement, la sociologie, le génie sanitaire et l’économie.

7Pour répondre aux objectifs fixés, une enquête transversale par questionnaire a été réalisée auprès de 660 ménages choisis de manière aléatoire sur la base des données démographiques disponibles. Cette enquête a été réalisée pendant la saison des pluies entre novembre et décembre 2003 avec deux équipes composées d’un enquêteur et d’un guide dans chaque quartier. Le chef de ménage, à défaut, le ou la conjoint (e) a été l’interlocuteur. Par ailleurs, des entretiens guidés ont eu lieu dans deux Centres de Santé Communautaire (CSC), deux infirmeries privées et deux guérisseurs traditionnels dans chaque quartier et deux pharmacies à proximité des ménages enquêtés.

Figure 2.  Proportion des malades en fonction de leur première intention de soins

8L’approche a consisté (1) à déterminer la fréquence du paludisme déclaré 15 jours avant l’enquête, (2) à estimer les coûts du paludisme et (3) à évaluer la vulnérabilité économique des ménages vis-à-vis du paludisme. La méthode d’estimation des coûts du paludisme est celle utilisée par Russell (2004). Elle concerne les coûts directs (frais de consultation, médicaments et frais accessoires) et les coûts indirects (perte de revenu liée à la période d’invalidité). L’évaluation de la vulnérabilité économique des ménages s’est appuyée sur l’approche développée par Moser (1998) et Dubois et Rousseau (2001) consistant à évaluer le niveau d’insécurité économique des ménages vis-à-vis du paludisme et les potentialités dont ils disposent pour y faire face. L’insécurité économique est évaluée d’une part, par la proportion du revenu consacré aux dépenses liées au paludisme et d’autre part, par l’importance de la perte de revenu associée à la période d’invalidité (Russel, 2004).

9Les données collectées ont fait l’objet de codification et d’un double saisi sur Epinfo version 6. Une analyse descriptive (fréquence et analyse croisé) des données a été effectuée.

Résultats

Caractéristiques des ménages étudiés et fréquence du paludisme déclaré

10L’enquête menée (n=660) révèle qu’une forte proportion (72%) des membres des ménages vivant dans les quartiers précaires et villages lagunaires n’exercent aucune activité génératrice de revenu. Les élèves et étudiants sont les plus nombreux (47%) suivis des ménagères (14%) et des chômeurs (7%). Les autres membres regroupent les hommes de Dieu (prêtres, pasteurs, etc..) (1%) et ceux n’ayant pas donnés leurs occupations (3%). Les membres ayant un revenu sont composés de 3% de salariés et de 25% de travailleurs indépendants. Le revenu moyen enregistré dans les quartiers précaires est de 71,3$/mois et de 60,3$/mois dans les villages. Ce qui correspond respectivement à un revenu par tête et par jour de 0,94$ et 0,66$. Les informations sur les revenus relatives au quartier moderne n’ont pas été révélées par la plupart des ménages enquêtés.

11Parmi les 660 ménages enquêtés, 233 cas de paludisme ont été déclaré sur la période visée (15 jours avant l’enquête), soit 35% de l’échantillon. Environ 29% de ces malades exercent une activité rémunérée dont 67% de travailleurs indépendants et 33% de salariés. Parmi eux, 94% contribuent effectivement aux dépenses quotidiennes du ménage.

Itinéraire thérapeutique et coûts du paludisme

12En première intention de soins, on relève des différences entre les milieux étudiés. Dans les quartiers précaires, les ménages optent pour la plupart pour des traitements sans consultation (automédication) (42%) alors que dans les villages l’on a le plus souvent recours à la médecine traditionnelle (35% des cas). Dans le quartier viabilisé, c’est plutôt le Centre Hospitalier Universitaire (CHU) qui est le plus sollicité avec 50% des cas (Figure 2).

13Le coût direct par cas de paludisme est estimé en moyenne à 17,45$ dont 11,3$ pour les coûts médicaux et 6,15$ pour les coûts non médicaux, tel que le transport au lieu de traitement. Ainsi, les coûts médicaux représentent ainsi 64% du coût direct total. Par ailleurs, les entretiens menés auprès des services de santé à l’intérieur ou à proximité de la zone d’étude, ont permis de déterminer la tendance des coûts du traitement des cas simples de paludisme en fonction du type de service. Ainsi, les coûts relatifs au Centre de Santé Communautaire sont les plus faibles (environ 1,95$). Ensuite viennent les guérisseurs traditionnels et les cliniques privées avec respectivement 3,65$ et 5,5$. L’automédication pharmaceutique revient plus cher aux ménages avec 6,2$ pour les soins d’un cas simple de paludisme. Ces résultats révèlent d’une part que les coûts de traitement déclarés par les ménages (11,3$) sont largement supérieurs aux coûts indiqués par les services de soins (en moyenne 3,7$) et d’autre part qu’un traitement sans consultation préalable peut s’avérer plus coûteux qu’un traitement après diagnostic d’un spécialiste moderne ou traditionnel. Ainsi, l’ignorance des ménages par rapport au choix d’un itinéraire thérapeutique approprié apparaît donc comme un facteur de risque économique des ménages vis-à-vis du paludisme.

14Ce risque est également caractérisé par la part importante du revenu mensuel que les ménages consacrent  aux dépenses liées au paludisme qui se situe entre 12 et 14%. Cette situation est d’autant plus critique que la plupart des membres actifs des ménages exercent des activités informelles à faibles revenus et ceux qui sont malades du paludisme perdent entre 4 à 7 jours de travail . Ce qui correspond à une perte supplémentaire moyenne de revenu de l’ordre de 22,72$.

Capacités des ménages à faire face stress économique lié au paludisme

15Il ressort de l’analyse que le capital financier des ménages est faible avec seulement en moyenne 36% de ceux ayant déclaré avoir une épargne dans une institution financière. Ce taux est plus faible dans les quartiers précaires, soit 18%. Les capitaux humain et social apparaissent au contraire relativement importants. En effet, le capital humain constituant l’ensemble des membres du ménage économiquement productifs tient à l’instruction, à la formation et au métiers de ces personnes (Dubois et Rousseau, 2001). Dans la zone d’étude, on enregistre un fort taux d’alphabétisation (90%) repartie comme suit : 33% au primaire, 37% au secondaire, 11% au supérieur, 2% à l’école coranique et 7% d’indéterminés. De plus, l’ensemble des activités libérales est exercé sous forme de métier avec, dans la plupart des cas, des apprentis. Ces métiers concernent surtout la mécanique et la menuiserie chez les hommes et la couture, la coiffure et le commerce de vivrier chez les femmes.

16Le capital social des ménages traduit quant à lui, les possibilités d’appuis et d’aides de toutes sortes résultant de la densité et de la bonne qualité des liens sociaux (solidarité sociale, ethnique ou familiale) (Dubois et Rousseau, 2001 ; Moser, 1998). Dans cette étude, le capital social est mesuré par rapport au degré d’adhésion des membres du ménage aux associations intra et/ou extrafamiliales et par le degré d’aides des associations à leurs adhérents en cas de problèmes. Quelque soit le type de milieu, on observe une faible adhésion des populations aux associations : 17% des ménages interrogés dans les quartiers précaires, 8% dans les villages et 14% dans le quartier viabilisé. Cependant, pas plus de 10% de ses adhérents n’ont bénéficié effectivement de l’aide de l’association. Par ailleurs, l’organisation sociale des villages et quartiers précaires apparaît comme un puissant facteur de cohésion, de solidarité et de sécurité sociale pour les populations démunies et susceptible d’améliorer ce capital social. En effet, dans ces milieux, il existe un chef central, des notables et des chefs de communautés ethniques garants de cette cohésion et du bien-être social des ménages qui ont pleine confiance en eux.

Discussion

Vulnérabilité  économique  des ménages vis-à-vis du paludisme

17Les résultats ci-dessus indiquent deux faits majeurs : l’importance des risques économiques liés au paludisme et la faiblesse des potentialités économiques et sociales des ménages à y faire face. Ces deux faits traduisent une forte vulnérabilité économique des habitants vis-à-vis du paludisme dans les quartiers précaires et villages étudiés.

18En effet, les facteurs de risque environnementaux (Dongo, 2006 ; Daigl, 2002), comportementaux (mauvaise gestion des eaux usées, choix inapproprié des itinéraires  thérapeutiques) et économiques (faiblesse relative des revenus, inflation) sont autant d’éléments susceptibles d’aggraver l’insécurité des ménages vis-à-vis du paludisme. La faiblesse des revenus mensuels ne permet pas à la plupart d’entre eux de constituer un capital financier suffisant (faiblesse du taux d’épargne) pour acquérir des actifs physiques et opérer à des investissements humains (éducation, santé). Une telle situation les amène à vivre au jour le jour et l’engouement pour les associations est atténué, les empêchant ainsi de consolider leur capital social.

19La baisse potentielle du pouvoir d’achat des services de soins de santé contribue également à rendre vulnérable les ménages démunis. Le pouvoir d’achat d’un bien ou d’un service peut être vue comme la quantité de ce bien ou de ce service que le ménage peut acquérir avec son revenu nominal. Mathématiquement, c’est le rapport entre le revenu nominal et l’indice de prix du bien en question et de ses substituts. Aux dires du personnel des services de santé rencontré, on note une stabilité des coûts des services de soins de santé relatifs au paludisme depuis 5 ans.  La baisse du pouvoir d’achat des ménages se justifie donc par la perte de revenu du au paludisme. De plus, cette vulnérabilité des ménages est aggravée par le fait que 72% des membres sont à la charge d’une minorité dont les revenus sont généralement aléatoires et faibles (activités libérales) et influencés par l’invalidité au travail des membres actifs à cause du paludisme.  

20Le paludisme, bien qu’il soit un problème majeur de santé et de développement, a bénéficié de peu de recherches consacrées à la relation entre son incidence, le statu socioéconomique et la vulnérabilité des ménages. Cependant, la plupart des études ont été menées en Afrique (Worrall, 2005). L’approche vulnérabilité recommande de tenir compte de l’importance des risques économiques liés au paludisme et des facteurs de protection des ménages vis-à-vis de ces risques (Dubois et Rousseau, 2001 ; Moser, 1998). Ces risques sont plus importants chez les ménages démunis qui sont par ailleurs les plus exposés à la contraction de la maladie. Les résultats de la présente étude montrent, en effet, que l’extrême pauvreté urbaine frappe davantage les ménages vivant dans les villages périurbains où le revenu moyen par habitant et par jour de 0,66$. Les seuils inférieur et supérieur de pauvreté en Côte d’Ivoire évalués par le Comité National de Supervision DSRP (2002) étant de 0,52$ et 0,9$. Dans les quartiers précaires, on note plutôt un taux proche du seuil supérieur avec 0,94$/tête/jour.

21Une comparaison entre les coûts de traitement (médicaux) déclarés par les ménages et ceux indiqués par les services de soins et Russell (2004) montre une différence significative entre les montants. En moyenne, les ménages enquêtés déclarent un montant de 11,3$ contre 3,7$ pour les services de soins et 3,88$ pour une étude menée en milieu urbain au Cameroun et 1,18$ au Burkina Faso (Russell, 2004). Pour leur part, Abdel-Hameed et al. (2001), donne une estimation de 5,12$ pour les cas graves de paludisme qui peut atteindre 17,2$ en cas d’hospitalisation. Ces écarts peuvent trouver une explication, tout d’abord, dans la différentiation entre le paludisme déclaré et le paludisme avéré sur le plan clinique.

22En effet, selon Othingué et al. (2005), les coûts liés au paludisme calculés sur la base de simples déclarations des ménages ou de diagnostic sommaire du personnel de santé doivent être pris avec beaucoup de réserves car les cas de paludisme déclarés ne correspondent pas toujours aux cas parasito-cliniquement diagnostiqués. Aussi, les coûts associés aux cas déclarés peuvent-ils contenir des imprécisions et être surévalués contrairement aux cas cliniquement avérés.

23La différentiation entre les coûts du paludisme peut également se justifier par la définition et les méthodes utilisées pour le calcul de ces coûts (Russell, 2004). Les résultats de Russell ne précisent pas les éléments pris en compte dans le calcul des coûts directs notamment les coûts médicaux (consultation, hospitalisation, médicaments), les coûts non médicaux ont concernés le transport et les dépenses alimentaires sur les lieux des soins. Pour Abdel-Hameed et al. (2001), les coûts varient selon le type de traitement, type de fournisseur et de la sécurité sociale. Dans le cadre de notre étude, toutes ces informations ont été demandées aux ménages. Les données révélées par les services des soins de santé ne prennent pas en compte les coûts non médicaux. Ce qui justifierait les écarts observés.

24Les coûts directs et indirects constituent une charge très lourde pour les ménages démunis. Une étude menée au nord du Ghana rapporte à cet effet que les coûts des soins pour le paludisme représentent 34% du revenu des ménages pauvres contre 1% pour les nantis (OMS/UNICEF, 2003). De même, pour Russell (2004), bien que les ménages pauvres dépensent moins pour les traitements (dû au manque d’accès, l’incapacité de payer, plus grand utilisateur des services publics), la part du revenu consacrée à ces traitements est plus élevée que pour les ménages riches. Bien que notre étude ne fasse pas une comparaison entre riches et pauvres, les résultats relatifs au poids des coûts directs dans le revenu mensuel des ménages démunis sont assez révélateurs de leur insécurité économique vis-à-vis du paludisme. Ils consacrent pour les frais de médicament et les frais accessoires, entre 13 à 23% de leur revenu mensuel. Ce constat avoisine celui de Attanayake et al. (2000) obtenu au Sri Lanka (zone endémique du paludisme comme la Côte d’Ivoire) et celui relevé par Memain (2003) obtenu au niveau national et égal 25% lorsqu’il combine coût de prévention et coûts de traitement.

Conclusion

25L’importance enregistrée des coûts indirects dans le coût total du paludisme confirme les conclusions d’autres publications (Keating et al., 2003 ; Russell, 2004) En Afrique, la proportion des coûts indirects est de l’ordre de 75% du coût total du paludisme selon Russell (2004). L’étude menée au Sri lanka, par Attanayake et al. (2000) fait plus de détail en indiquantles proportions suivantes : 24% pour les coûts directs, 44% de coûts indirects pour le patient et 32% de coûts indirects pour le ménage. Nos résultats donnent 56% de coûts indirects dans le coût total du paludisme.

26En ce qui concerne l’itinéraire thérapeutique adopté par les ménages enquêtés, on remarque que ceux-ci ont tendance à s’orienter, en première intention, vers les recours au soins les moins coûteux, ce qui confirme les résultats de Worral et al. (2005) montrant que les ménages pauvres cherchent les soins ou traitements à moindre coûts tels que l’automédication, médecine  traditionnelle, pharmacie ambulante,..). Cependant, nos résultats révèlent que lorsque cette recherche s’effectue dans l’ignorance du rapport efficacité thérapeutique/coûts directs, les ménages dépensent plus que ce à quoi ils pouvaient s’attendre.

27En perspective, toute action visant une protection durable des plus pauvres contre les maladies en général et le paludisme en particulier devrait s’appuyer, comme l’ont fortement recommandé Morduch (1999), Dubois et al. (2001) et Russell (2004), sur le renforcement des dotations en capital des ménages à travers par exemple un appui aux associations d’épargnants, à l’accès aux systèmes de microfinance et une amélioration du système d’assurance.

Biographie

28Docteur 3e cycle en économie de l’environnement, Kouadio Alain Serges prépare actuellement une thèse d’Etat sur l’économie du paludisme en milieu urbain défavorisé. Son centre d’intérêt est l’étude de la vulnérabilité économique des populations à faible revenu.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Abdel-Hameed AA, Abdalla HM, Alnaury AH. 2001. Household expenditure on malaria case management in Wad-Medani, Sudan, African Journal of Medicine Science, 30 (suppl), 35-8

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Attanayake N, Fox-Rushby J, Mills A. 2000. Household costs of 'malaria' morbidity: a study in Matale district, Sri Lanka., Tropical Medicine and International Health,  5(9), 595-606
DOI : 10.1046/j.1365-3156.2000.00612.x

Comité de Supervision DSRP, 2002. Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté, Rapport final, Draft 1, Cabinet du Premier Ministre, République de Côte d’Ivoire, Septembre 2002, 97 pages

Dagnan N. S., Koné A. B., Tiembré I., Ekra K. D., Benié V. J., Ndoutabé M., Fall A., Tagliante-Sarasino J. 2002.  Etude de la prévalence du paludisme dans la commne de Yopougo, Abidjan, Côte d’Ivoire. Revue Médecine d’Afrique Noire  49 (11) : 507-510

Daigl, M. 2002. Evaluation des facteurs de risque pour le paludisme et la diarrhée dans les quartiers Yaoséhi, Niangon Sud Sicogi et le village d'Azito - Commune de Yopougon, Abidjan, Côte d'Ivoire, Mémoire en science, , Schweiz. Tropeninstitut, University Basel, 108 pages

Dongo K. 2006, Analyse des déficiences dans la gestion du drainage urbain et des déchets solides et liquides dans les quartiers précaires de Yopougon, Abidjan, Côte d’Ivoire : approche cartographie-SIG, modélisation et socioanthropologique, Thèse Unique, Université de Cocody, Abidajn, 230 pages

Dubois J.L. et Rousseau S. 2001. Reinforcing Household’s Capabilities as a Way to Reduce Vulnerability and Prevent Poverty in Equitable Terms", Conférence Justice and Poverty: Examining Sen’s Capability Approach, 5-7 June 2001, Université de Cambridge

Gallup JL, Sachs JD. 2001. The economic burden of malaria. American Journal of Tropical Medicine and Hygiene, 64, 1-2 Suppl. , 85-96.

Keating J., Macintyre K., Mbogo C., Githeko A., Regens J. L., Swalm C., Ndenga B., Steinberg L. J., Kibe L., Githure J. I., Beier J. C. 2003. A geographic sampling strategy for studying relationship between human activity and malaria vectors in urban Africa. American Journal of Tropical Medicine and Hygiene, 68 (3): 357-365

Kouadio A. S., 2000, Impacts économiques de la pollution de la lagune Ebrié sur les populations riveraines d’Abidjan, Thèse de Doctorat, Université d’Abobo-Adjamé, Abidjan, 110 pages

Memain D. 2003. Lutte contre le paludisme en Côte d’Ivoire. Programme National de Lutte contre le paludisme, Rapport annuel sur l’état d’avancement, 65 pages.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Moser CON. 1998. The asset vulnerability framework: Reassessing urban poverty reduction strategies. World Development 26, 1-19.
DOI : 10.1016/S0305-750X(97)10015-8

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Morduch, J. 1999. Between the state and the Market: can informal insurance patch the safety net? the World Bank Research Observer, 14 (2), 187-207
DOI : 10.1093/wbro/14.2.187

Nations Unies, 2004, World Urbanization Prospects: The 2003 Revision. New York: United Nations. 195 pages

OMS/RBM. 2001. Aspects économiques du paludisme, Roll Back Malaria, Genève

OMS/UNICEF. 2003. Rapport sur le paludisme en Afrique. OMS/UNICEF, Genève. 120 pages

Othingué N, Wyss K, Tanner M, Genton. 2005 Urban malaria in the Sahel: Prevalence and seasonality of presumptive malaria and parasitaemia at primary care level in Chad. Tropical Medicine and International Health, 11 (2): 110-114

Russel S. 2004. The economic burden of illness for households in developing countries: a review of studies focusing on malaria, Tuberculosis, and human immunodeficiency virus/acquired  immunodeficiency syndrome, American Journal of Tropical Medicine and Hygiene, 71 (suppl 2), 147-155

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Worrall E., Basu S., Hanson K., 2005, Is malaria a disease of poverty? A review of the literature. Tropical Medicine and International Health 10, 10, 1047-1059.
DOI : 10.1111/j.1365-3156.2005.01476.x

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

A.S. Kouadio, G. Cissé, Brigit Obrist, Kaspar Wyss et J. Zingsstag, « Fardeau économique du paludisme sur les ménages démunis des quartiers défavorisés d’Abidjan, Côte d’Ivoire », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 3 | décembre 2006, mis en ligne le 01 décembre 2006, consulté le 27 août 2014. URL : http://vertigo.revues.org/1776 ; DOI : 10.4000/vertigo.1776

Haut de page

Auteurs

A.S. Kouadio

Université Abobo-Adjamé (UAA), Abidjan, Côte d'Ivoire, 02 BP 801 Abidjan 02, Côte d'IvoireCentre Suisse de Recherches Scientifiques en Côte d'Ivoire (CSRS), 01 BP 1303, Abidjan 01, Côte d'Ivoire

G. Cissé

Centre Suisse de Recherches Scientifiques en Côte d'Ivoire (CSRS), 01 BP 1303, Abidjan 01, Côte d'Ivoire

Brigit Obrist

Institut Tropical Suisse (ITS), Boîte postale, 4002 Bâle, Suisse

Articles du même auteur

Kaspar Wyss

Institut Tropical Suisse (ITS), Boîte postale, 4002 Bâle, Suisse

Articles du même auteur

J. Zingsstag

Institut Tropical Suisse (ITS), Boîte postale, 4002 Bâle, Suisse

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page