Navigation – Plan du site

De la dette au sale boulot : exploitation des ressources humaines et naturelles

Charles Illouz

Résumés

Cet article traite de la prédation des ressources humaines et naturelles en différents lieux de la planète. À partir de deux exemples géographiquement très distants, le Brésil et l’Indonésie. Il décrit des rapports sociaux de production articulés sur une dette marchande et caractérisés par l’exploitation d’une main d’œuvre vulnérable avec pour corolaire la destruction d’un milieu naturel. La pertinence théorique de la notion de « dette écologique » pour déterminer les responsabilités du désastre écologique sera préalablement discutée.

Haut de page

Texte intégral

1L’élégance de la formule semble immédiatement assurer à la notion de « dette écologique » un fort coefficient de vérité dans le débat crucial que nous imposent les progrès du désastre écologique. La reconnaissance tardive du pillage des ressources naturelles et de la ruine de nombreux écosystèmes trouve ainsi les mots de la responsabilité pouvant susciter la volonté collective d’une restauration durable des environnements naturels et des droits des générations futures à jouir de ressources pérennes. Pourtant, si la pratique de la dette est vieille comme le monde, la notion de dette écologique est en revanche suffisamment récente pour justifier qu’on en discute la signification. Cette notion, en effet, doit s’envisager dans une histoire qui révèle sa dimension politique et son substrat idéologique. Elle est, au début des années 1990, une réponse adressée aux pays industrialisés par les pays en voie de développement qui s’inquiètent de la dégradation rapide de leurs milieux naturels et de leur dette extérieure qui ne cesse de grossir. Cette notion est donc inscrite dans des rapports de force internationaux asymétriques et, par les logiques qu’elle est supposée dénoncer, veut démasquer les artisans d’une dette qui ne sont pas ceux sur lesquels elle pèse.

La dette écologique : critique de responsabilité ou fétichisme du marché mondial ?

  • 1 « En toute rigueur, la valeur des ressources naturelles est inestimable en termes économiques. Si c (...)

2Il n’est pas sûr néanmoins que le constat qui autorise à rechercher les responsables du désastre écologique autorise en même temps à décrire cette responsabilité dans les termes d’une dette transférée aux générations futures. Certes, le coût démesuré de l’exploitation des ressources naturelles et de leur transformation – si tant est que la destruction des milieux naturels et de la biodiversité puisse se traduire dans les termes financiers d’un équivalent général1 – ne sera pas assumé par les auteurs de la destruction. Le terme de « dette » laisse entendre qu’il pourrait l’être par les générations futures alors qu’elles se trouveront devant un « stock de ressources » dont la précarité sera aggravée. Parler du transfert d’une dette écologique sur les générations futures, c’est laisser croire qu’elles seront capables, peut-être parce qu’elles n’auront plus le choix, d’une prise de conscience qui nous fait défaut, pour régler le passif désastreux qu’elles auront reçu en héritage.

3Le terme de dette paraît inapproprié pour une autre raison, liée au sens même du mot et de la pratique qu’il désigne. Une dette repose sur l’identification préalable d’un obligé et d’un obligataire. Lorsqu’elle s’inscrit dans les pratiques du marché, elle se manifeste contractuellement. Le concept juridique de dette porte sur les formes du retour d’un bien, ou son équivalent, à son titulaire initial. Les travaux de Mauss sur le don ne disent pas autre chose. Parce qu’un individu, un groupe social ou une personne morale a cédé une part de ce qui lui est attaché en propre, le retour de cette part est stipulé sous une forme ou une autre, fût-ce, comme dans le cas du don, sous des formes discursives euphémisées, pour reprendre l’expression de Bourdieu (1994). La dette forge donc un lien éminemment social, d’obligation, puisqu’elle fixe les conditions d’une restauration calculée des droits à jouir d’un bien – quelle qu’en soit la nature – chez celui auquel ce bien fut initialement retiré. Attente et restauration calculée signifient que la durée du retour du bien est inscrite dans la pratique de la dette, selon un plan à court, moyen ou long terme, en tous cas de telle sorte que le retour du bien intervienne avant que l’ayant droit n’ait lui-même disparu. La dette suppose donc une relation d’obligations, parfois implicite, mais toujours indéniable, qui lie un obligé à un obligataire, et tous deux connaissent le fonctionnement diachronique de la dette.

  • 2 La position équatorienne est particulièrement édifiante sur la question de l’engagement étatique en (...)

4Il est donc impossible de contracter une dette auprès d’un créditeur avec lequel aucun dialogue direct n’a été formalisé. La notion de dette écologique suppose donc la transmission de la dette en tant qu’héritage (empoisonné) qu’il n’est pas possible, et pour cause de refuser. Mais même dans les termes d’une transmission, on ne voit toujours pas auprès de quel obligataire, sinon d’elles-mêmes, les générations héritières devront s’acquitter de la dette que les générations qui les ont précédées auraient contractée. À moins qu’il ne s’agisse de la Nature elle-même, érigée en alter ego de l’homme, de l’espèce humaine, avec laquelle un « contrat » mystérieux aurait été passé. Sauf à envisager Mère Nature comme l’interlocuteur immanent de l’espèce humaine, pourquoi pas sous le regard transcendant d’un dieu s’interdisant toute ingérence, l’expression « dette écologique » est techniquement inadéquate. C’est pourtant à partir d’un tel imaginaire anthropo-théomorphique que le président Correa, socialiste chrétien convaincu, a inscrit les droits de la Nature dans la constitution équatorienne (Correa, 2013)2.

5On peut imaginer une autre fiction, de type religieux également, dans laquelle les générations futures occuperaient la place d’agents contemporains selon un principe dont la simple reproduction générationnelle ne peut pas rendre compte et dont les voies seraient impénétrables. Ces générations « abstraites » – à la fois consubstantielles et non identifiables aux générations présentes – seraient toutefois les vrais dépositaires des ressources de la planète dont elles nous consentiraient une jouissance mesurée. Elles occuperaient ainsi la place de dieu(x) à l’endroit de qui la théologie chrétienne comme les spéculations politico-religieuses de l’Inde ancienne définissaient une « dette congénitale » (Malamoud, 1988, 1980).

6Dire que la notion de dette écologique est inadéquate pour établir les responsabilités du désastre écologique ne vise pas évidemment à nier le droit des générations futures à jouir des ressources de la planète au même titre que les générations qui les ont précédées. Les générations futures ont de toute évidence un droit de jouissance sur les richesses du monde au moins égal à celui de leurs ascendants, droit qu’elles sauront exercer, veut-on croire, avec plus de raison qu’eux. Mais la frustration de ce droit n’est pas explicitée par la notion de dette puisqu’on ne sait toujours pas auprès de qui celle-ci aurait été contractée.

  • 3 C’est ainsi qu’on a pu évoquer successivement les caractères écocentré, biocentré ou anthropocentré (...)

7Identifiant également sur un autre plan les agents de la dette, les pays en développement opposent leur dette extérieure, contractée auprès des organismes de financement internationaux, à la dette écologique imputable aux pays développés dont la dynamique coloniale favorisa l’enrichissement au cours des derniers siècles (Russi et al., 2003). En ce sens, les pays développés doivent assumer la dette engendrée par leurs aïeux grâce à laquelle ils jouissent encore de conditions d’existence plus favorables. Mais là encore, la liaison intergénérationnelle débiteurs et obligés semble difficile à suivre (Pouchain, 2014)3.

  • 4 La Grèce, par exemple, a récemment présenté la facture des dommages de guerre à l’Allemagne qui la (...)

8Pour relever d’une incrimination essentialiste, qui trouve son soubassement tantôt dans l’eschatologie du rachat, tantôt dans l’argument mémoriel (dette extérieure actuelle contre dette historique4), cette approche du coût du pillage des richesses naturelles fait l’économie de l’analyse d’une forme d’organisation sociale de la production, répandue partout où des ressources sont convoitées, dont la surexploitation et la destruction des milieux naturels qui les renferment sont les conséquences immédiates.

9On comprend comment cette notion en forme de dénonciation, portée initialement par certains leaders et intellectuels sud-américains pour offrir l’argument central d’une protestation reprise par la plupart des pays du Sud (Taleb, 2015, 2014), a pu circuler également dans d’autres milieux militants. Elle s’appuyait sur un « état des lieux » réalisé au début des années 1970 par le journaliste, poète et essayiste uruguayen Eduardo Galeano (1981). Énoncée en 1990 par l’ONG chilienne Instituto de Ecología Política, la notion de dette écologique est mise alors en relation avec les dommages causés à la couche d’ozone et ses conséquences sur la santé publique. Elle sera reprise ensuite pour dénoncer la logique de la dette extérieure qui soumet les pays du Sud aux pressions économiques et politiques des pays développés. L’argument qui se présente à l’origine comme un mot d’ordre de résistance à la domination néocoloniale devient ensuite une profession de foi dans les mouvements chrétiens, comme chez l’évangéliste Marina Silva, écologiste déclarée et candidate du Parti socialiste brésilien (PSB) aux élections présidentielles brésiliennes de 2014 que les sondages donnèrent un temps favorite (Pelletier, 2014). Des réminiscences créationnistes viennent ainsi investir ce concept revendicatif (Lévêque, 2013). Même lorsque les conférences internationales envisagent la répartition du coût des dommages causés à l’environnement sous l’arbitrage des États, chargés d’en répercuter éventuellement le débours aux responsables identifiés (pollueurs/exploiteurs/destructeurs : payeurs), elles prétendent stigmatiser les excès de pratiques industrielles liées à une économie outrancièrement libérale sans considérer toutefois les causes fondamentales inhérentes à une forme de rapports sociaux. Les États s’entretiennent en somme de quotas, d’équilibres de responsabilités placés sur une échelle nord-sud, etc., en éludant la question de la mise en œuvre des conditions sociales de production du désastre écologique. Le fétichisme de la dette s’est ainsi ajouté au puissant dispositif de prédation dont s’est armé le marché mondial.

10Si l’on considère, en effet, que la rentabilité de l’exploitation des ressources naturelles est liée au faible coût de production recherché, corrélé aux marchés mondiaux où les bénéfices sont maximisés, on doit s’intéresser aux « bras » corvéables à vil prix que sont les populations locales ou déplacées selon des plans migratoires d’opportunité. L’exploitation à outrance des ressources de la planète se réalise ainsi à deux niveaux : sur des stocks limités et sur des hommes misérablement payés, les deux niveaux étant étroitement solidaires. L’organisation moderne d’un esclavagisme qui ne dit pas son nom – mis en place avant et consolidé après les indépendances du xixe et xxe siècle – constitue la condition nécessaire d’une offre marchande concurrentielle que les entreprises productivistes, exerçant localement un quasi monopole sur l’offre d’emplois, peuvent soutenir. Un tel régime de prédation des ressources humaines permet de soumettre l’ensemble des ressources naturelles à la convoitise de ceux qui disposent du pouvoir d’en organiser l’exploitation.

La dette marchande, instrument d’exploitation des ressources humaines et naturelles

  • 5 Les analyses qui suivent s’appuient d’une part sur les enquêtes réalisées lors de plusieurs séjours (...)

11Deux situations très distantes l’une de l’autre – l’une en Amazonie brésilienne, l’autre dans la moitié Est de l’archipel indonésien –, peuvent nous permettre de dégager la forme constante d’une domination sociale transculturelle, et de ses conséquences écologiques, qui tire sa logique et sa force d’un rapport marchand coupé de la loi concurrentielle qui le fonde5.

12Christian Geffray nomme « paternaliste » ce type de rapports qui lient un petit exploitant et un client-patron qui exerce un monopole sur la circulation des biens (Geffray, 1995). Il montre comment l’exploitation d’un grand nombre de ressources sur le territoire amazonien brésilien repose sur la mise en place d’une dette marchande qui structure des rapports sociaux de production. La domination de grands exploitants relève, pour une part essentielle, du contrôle de la circulation des biens, dont les petits producteurs sont exclus de sorte qu’ils ne disposent jamais d’un accès direct au marché. Le client unique avec lequel ils demeurent en contact incarne ainsi la figure du patron tout puissant qui acquiert la totalité des biens produits par les petits exploitants, qu’ils soient collecteurs de latex (seringeiro), orpailleurs (garimpeiro), récolteurs de noix du Pará… Pour produire et conserver ce droit exclusif à acquérir les fruits du travail des petits producteurs, le client-patron les attire vers lui en leur offrant une avance, indispensable au lancement de leur activité, en matériels d’exploitation, en biens de première nécessité, en définissant un échéancier de remboursements prélevés sur le prix de la production que les obligés sont tenus de lui livrer. La pratique de la dette s’étend au crédit qui leur est ouvert, à discrétion, dans les magasins du client-patron où ils peuvent disposer des marchandises dont ils ont besoin. Dans ce système, l’argent en tant que tel disparaît pratiquement des échanges travail/rémunération, ce qui contribue à invisibiliser la dette. Outre que la production des petits exploitants ne suffit jamais à réduire leur dette, ils sont également sans cesse amenés à l’augmenter, la soustraction des échéances laissant trop peu de revenus à leur disposition pour assurer leur subsistance. Le client-patron veille à satisfaire les demandes d’avances qui permettent progressivement d’augmenter la dépendance de leurs obligés. Ces derniers, en effet, ne sont pas en mesure de s’adresser à d’autres acquéreurs, parce qu’ils ne disposent pas des moyens de transport adéquats pour atteindre le marché où leur offre pourrait intéresser un nombre supérieur de clients. D’où ils sont, souvent isolés et sans possibilité d’atteindre les centres d’échanges marchands, ils ne connaissent d’ailleurs pas le cours des biens sur le libre marché et n’ont d’autres possibilités que de croire, sans discussion possible, en la justesse du prix que leur annonce leur créancier. Les petits exploitants exploités ne sont toutefois jamais en mesure d’expliciter la réalité de leur aliénation puisque tout se dit dans les termes du marché : prix des marchandises, production, débouchés, contrats, prêt, remboursement, etc. Mais l’impossibilité de se tourner vers un autre client n’est jamais évoquée comme la condition objective de la relation que le petit exploitant noue avec son unique client-patron tout puissant.

  • 6 « La prédation marchande ne s'est pas imposée ici comme un appareil de ponction étranger, sur des p (...)
  • 7 Lorsque le pillage des ressources « nationales » met en question la souveraineté de l’État, comme c (...)
  • 8 Voir le catalogue d’exposition de la Bibliothèque nationale de France : Sebastião Salgado, Territoi (...)

13Parce que son objectif est la description minutieuse d’une forme d’aliénation « paternaliste », au caractère foncièrement hors la loi, soutenue, en effet, par des formes de coercition d’une extrême brutalité à l’égard des petits exploitants voulant se soustraire à l’emprise de la dette qui les étreint, Geffray ne s’intéresse pas aux conditions historiques, ou de manière marginale dans son analyse6, qui ont rendu cette main-d’œuvre disponible pour la livrer aux projets productivistes qui accomplissent en même temps le pillage des ressources. On peut s’attendre pourtant à découvrir un rapport direct entre cette forme de rapports sociaux d’exploitation et la destruction du milieu naturel dont les petits orpailleurs, par exemple, sont les artisans acharnés (Mathieu, 2014)7. Invitée par des promesses de gains avec lesquelles aucune autre offre laborieuse ne peut rivaliser, une main-d’œuvre servile s’engage au mépris de tous les dangers dans des organisations d’orpaillage, souvent clandestines, à réaliser sans état d’âme le « sale boulot », selon l’expression de Everett Hughes (1996). On reste fasciné devant cette détermination mortifère dont le témoignage photographique de Sebastião Salgado expose la démesure dans les mines de Serra Pelada où 80 000 garimperos vécurent l’enfer dans les années 808.

14Si de tels rapports sociaux se rencontrent régulièrement en Amazonie brésilienne, débordant les frontières nationales, en Guyane française notamment, ils n’ont rien de typiquement brésiliens. On les voit se dessiner partout où l’exploitation intensive de vastes ressources réclame l’emploi journalier de populations qu’il faut attirer sur place, où même déplacer selon des plans de peuplement gouvernementaux. L’instrument du nouvel ancrage de cette main-d’œuvre en errance auprès des clients-patrons est l’acompte ex nihilo qui leur est consenti pour disposer immédiatement des biens garantissant leur survie sur les lieux d’une production dont l’organisation revient à des maîtres marchands.

15En rapport avec la destruction irréversible d’un milieu, le cas des pêcheurs bajos d’Indonésie offre une nouvelle illustration de la dette marchande contractée auprès du client-patron tout puissant et « bienfaiteur paternaliste » de villages entiers. La situation de ces multiples communautés bajos dispersées sur toute la moitié Est de l’Indonésie doit être appréhendée selon une perspective historique longue. L’Asie du Sud-Est, en effet, connaît depuis fort longtemps un mode d’organisation sociale, nommée « patron-client » par Pelras à propos des Bugis et des Makassars du Sud Sulawesi. En pays bugis et makassar, un individu peut développer un puissant réseau de soutiens sociaux en accordant, avec une générosité calculée, des faveurs, en biens, en services ou en emplois divers, à l’égard d’un nombre croissant de dépendants dont il attend une loyauté irréprochable pour s’élever dans la hiérarchie sociale et rivaliser le moment venu avec d’autres « patrons » (Pelras, 2000). Le principe de la dette inhérent à un tel système opère à tous les niveaux de relations. Il n’aliène pas toutefois les dépendants ad vitam æternam puisqu’il leur est toujours possible de saisir l’opportunité de se tourner vers un nouveau patron auprès duquel ils recevront les avantages qu’ils estiment ne plus recueillir auprès de celui qui les soutient ou les emploie (Pelras, 2000 : 399). Les coordonnées des positions sociales ainsi construites s’établissent aussi bien sur le plan économique que politique puisque l’influence réticulée qu’il s’agit de développer est la traduction de la reconnaissance et du prestige obtenus auprès d’obligés reconnaissants de plus en plus nombreux.

16L’Indonésie offre diverses illustrations de la dépendance qu’un petit producteur noue avec un client tout puissant apparaissant comme le patron d’une activité économique structurée par une relation de dette marchande, notamment entre pêcheur-emprunteur et collecteur-prêteur (Meereboer, 1998 ; Fougères, 2008). C’est le cas des relations que les groupes bajos ont nouées dans le voisinage des Bugis à Sulawesi et d’autres populations sur le reste de la diaspora qu’ils forment. Partout aujourd’hui, ils dépendent entièrement de grands collecteurs de poissons. Le système patron-client, comme le décrit Pelras, qui se développe dans le même vaste espace social se réduit, en ce qui concerne les Bajos, à une pure dépendance de subsistance à laquelle quelques très rares individus seulement parviennent à échapper. Pour saisir la singularité de la situation économique et sociale des Bajos, il faut rappeler l’errance qui fut la leur au cours des siècles et souligner les conséquences de la sédentarisation à laquelle on leur commande de se soumettre depuis trois ou quatre générations.

  • 9 Au xixe siècle, l’exploitation intensive des holothuries mobilisait également les gros exploitants (...)

17La diaspora bajo couvre le « Triangle de corail » (Mélanésie exclue) où la biodiversité marine est l’une des plus riches de la planète. Durant les xviiie et xixe siècles, l’activité productive des Bajos consistait essentiellement à collecter les holothuries (Holothuroidea). Ces échinodermes appartenant à la faune benthique, peu prisés des Bajos eux-mêmes, étaient destinés exclusivement au marché chinois. La plaque tournante de ce commerce très lucratif était Makassar au Sud Célèbes. À Sulu, au nord de Bornéo, cet énorme commerce des produits halieutiques était prolongé vers la Chine (Schwerdtner & Ferse, 2010 ; Sutherland, 2000). À la recherche des gisements d’holothuries les plus éloignés, les embarcations bajos, souvent rassemblées en petites flottilles, sillonnaient les mers à la voile sur toute l’aire où on les trouve aujourd’hui et jusqu’au nord de l’Australie. La simplicité du conditionnement de l’holothurie (séchage au soleil ou au feu de bois) permettait de longues périodes de stockage sur les longues routes maritimes que les Bajos empruntaient. Spécialistes de ce commerce pendant plusieurs siècles, les Bajos, et d’autres marins au long cours comme les Bugis ou les Mandars exploitèrent de manière intensive cette ressource, conduisant à sa raréfaction, à sa disparition pure et simple de certains rivages9. Ils furent bientôt contraints de réorganiser leurs activités de production, ce qui contribua à accélérer leur sédentarisation.

18Historiquement, ce facteur est décisif pour comprendre la situation actuelle des populations bajos. Comparées au mode de vie nomade qui fut le leur depuis les époques les plus lointaines jusqu’à la fin du xixe ou le début du xxe siècle, leurs conditions d’existence se sont totalement inversées. Un nouveau mode de vie émergea rapidement infléchissant l’ensemble des pratiques culturelles. L’usage du moteur, par exemple, à partir des années 1980, est venu augmenter le coût de l’investissement minimum nécessaire à la seule activité de pêche à laquelle ils se consacrent entièrement aujourd’hui. Le caractère périssable du produit de la pêche les oblige à réduire le plus possible les délais de livraison et limite de ce fait le rayon d’exploitation des ressources halieutiques. Ces conditions objectives sont ainsi à l’opposé de celles qui permettaient à leurs aïeux d’atteindre les lointains ports marchands où ils pouvaient négocier eux-mêmes leurs cargaisons d’holothuries. Leur situation résidentielle est d’ailleurs le reflet de la précarité économique dans laquelle ils sont maintenus partout où on les rencontre. Les autorités administratives indonésiennes, avec le consentement des groupes autochtones, les ont fixés sur d’étroites bandes de terre ou de sable, ou sur de minuscules récifs. Ils habitent des maisons sommaires, souvent sur pilotis, et sont exposés à tous les déplacements autoritaires qui résultent des conflits régionaux ou des catastrophes naturelles (tremblements de terre ou tsunamis). La ségrégation matérielle qui affecte historiquement les groupes bajos au sein de rapports sociaux où sont impliqués tous les autres groupes qui composent la population des archipels considérés s’inscrit dans les contours des espaces résidentiels qui leur sont alloués. Les villages bajos sont des camps de cantonnement, et il ne serait pas abusif de parler de ghettos avec vue sur la mer. Si la mer, en effet, ne s’offre jamais à leurs yeux comme horizon d’attente, leurs regards ne s’en détachent jamais. Voués à n’occuper que de minces rubans littoraux, ils n’entrevoient pas d’autres activités que celle de la pêche. Aucun programme de développement ne les invite à s’associer à d’autres activités, et si les plus résolus d’entre eux entreprennent parfois de « faire autre chose », c’est pour trouver de l’embauche sur les thoniers taïwanais ou japonais, ou partager l’exil d’un grand nombre d’Indonésiens, de toute extraction, vers les chantiers et les plantations de Malaisie.

19Quelle que soit la variation des rapports que les Bajos entretiennent avec telle ou telle société locale qui les admet dans son voisinage, le scénario de leur vie précaire se décline presque toujours à partir d’un ensemble de facteurs qui se combinent à des degrés divers de la manière suivante (Illouz, 2013 : 143-162) : Ne disposant pas aujourd’hui du capital nécessaire à l’achat d’un bateau rapide équipé en vue de conditionner des produits fragiles et périssables, les Bajos n’ont plus la possibilité d’atteindre les ports marchands où se négocie, en bonne concurrence, le produit des pêches. Au plus près de leur lieu de résidence problématique, ils doivent le plus souvent céder à un petit nombre de riches collecteurs ou entrepreneurs le soin de trouver des clients sur les marchés nationaux (Java, Bali…) et internationaux (Hong Kong, Singapour…). Les pêcheurs bajos sont ainsi captifs d’un mode de production marchand caractérisé par leur maintien à l’écart du libre marché, auquel accèdent aisément ceux qui interceptent leur pêche. Les pêcheurs bajos sollicitent en diverses occasions de leur vie (mariage, naissance, décès, projets familiaux, achat d’un bateau, d’un moteur, de matériels de pêche, etc.) des avances auprès de leurs patrons-clients auxquels ils promettent leurs pêches, sur lesquelles sera déduit le montant du prêt selon un échéancier aussi flou que modifiable au fur et à mesure des nouveaux prêts qu’ils sont conduits à renouveler. Ils constituent par ailleurs une clientèle également captive des marchands non bajos qui dans leur voisinage répondent à leur demande de biens de subsistance. L’achat des biens domestiques de première nécessité épuise immédiatement les maigres fruits de leur labeur, les obligeant, pour maintenir leurs équipements de pêche, à s’endetter auprès des acquéreurs de leurs pêches, auxquels ils promettent les pêches suivantes. Partout où ils se trouvent, les Bajos constituent donc une main-d’œuvre dont la rétribution dépend d’acquéreurs qui ne les emploient pas réellement, mais les maintiennent dans une disponibilité laborieuse au moyen d’un système de dettes qui gouverne toute leur existence. Tenus à l’écart des pratiques concurrentielles du marché, les pêcheurs demeurent pauvres et démunis, quand leur travail est l’objet d’une exploitation très rentable pour d’autres.

20Ainsi contrainte d’accepter le jeu dont l’administration, les collecteurs locaux et les entrepreneurs ont conçu les règles inégales, et caressant chaque jour l’espoir d’une pêche exceptionnelle, la plupart des petits pêcheurs bajos pratique assez régulièrement la pêche à l’explosif ou au cyanure de sodium. La pêche au cyanure de poissons destinés à satisfaire le marché de la restauration a pour conséquence la mort du couvert corallien vivant, même si les estimations de l’ampleur de cette destruction sont plus faibles que la pêche aux explosifs ou le blanchissement des coraux causé par le changement climatique mondial. Il faudra néanmoins très longtemps aux récifs coralliens pour surmonter les effets de la pêche au cyanure (Mous et al., 2001).

21Les explosifs utilisés peuvent être des bombes artisanales fabriquées à partir d’une bouteille, de nitrate de potassium en poudre et de cailloux ou bien de nitrate d’ammonium et de kérosène. Cependant, ces explosifs « faits maison » se déclenchent souvent de manière prématurée causant de nombreux accidents (perte d’un membre) et parfois la mort. La pratique est néanmoins suffisamment lucrative pour justifier les risques (Erdmann et Pet-Soede, 1999, 1998). Elle permet surtout d’obtenir des pêches abondantes en réduisant les longues et pénibles sorties en mer qui se traduisent souvent par de maigres quantités de poissons du fait d’une surpêche industrielle plus largement responsable de l’effondrement des écosystèmes côtiers (Jackson et al., 2001).

22L’irréparable destruction des récifs de coraux accroît chaque année un peu plus la fragilité des conditions d’existence de la population, toutes origines confondues. Provisoirement plus lucrative, une telle stratégie productive constitue la réponse désastreuse à l’exploitation méthodique dont les Bajos se sentent la proie.

Conclusion : La chaîne invisible du « sale boulot »

23Si, en bonne logique économique, pour produire il faut dépenser, produire à un certain coût, il va de soi qu’en bonne logique capitaliste il faille maintenir ce coût à un niveau aussi bas que possible, seule façon de garantir des plus-values importantes sur le marché mondial. Cela signifie, au principe même d’un tel processus de production, fixer le prix de la main d’œuvre de façon à assurer seulement sa disponibilité, c’est-à-dire entretenir la survie des populations laborieuses à un niveau d’étiage plus ou moins constant. À ce tarif-là, la plupart des pays en développement qui disposent de ressources humaines et naturelles abondantes ne reculent pas devant l’exploitation indissociable des unes et des autres, quel que soit le coût environnemental, dont l’estimation tardive, à partir des critères marchands (payer des droits à polluer, par exemple), est par définition inestimable (Latouche, 2007).

  • 10 Chiffres non actualisés donnés pour 1996 par l’Insituto Brasileiro de Geografia e Estatística (IBGE (...)

24Il s’est trouvé toutefois que des logiques productivistes dévastatrices pour le milieu naturel entrent en conflit direct avec la survie de petits producteurs dont l’existence reposait sur la préservation de l’environnement duquel leur activité dépendait. On vit ainsi des populations locales s’organiser collectivement pour résister aux projets d’exploitation de grands entrepreneurs et trouver un relais dans les médias nationaux et internationaux pour soutenir leur lutte. Ce fut le cas par exemple au Brésil dans les années 1980, lorsque les propriétaires d’immenses domaines (latifúndios), souvent venus du Sud pour acquérir et spéculer sur les terres disponibles, détruisaient la forêt pour la transformer en pâturages, aujourd’hui également en cultures de soja. Encouragés dans ces pratiques dès les années 1970 et jusqu’à la fin de la dictature militaire, ils se heurtèrent néanmoins à la résistance des collecteurs de latex (seringeiros) dont l’exploitation de l’hévéa reposait sur l’intégrité forestière. Au sein de l’Union démocratique rurale, les maîtres des latifúndios ne reculaient devant rien pour briser les actions des militants de la préservation, pistoleiros appointés compris. Les meurtres des leaders indiens, du Mouvement des sans terre (MST) et de tous mouvements résistant à la domination des grands propriétaires ne se comptent plus (Mappemonde, 1991). Figure emblématique de l’action de résistance pacifique des seringeiros, Chico Mendes fut abattu en 1988 (Shoumatoff, 1991). Son combat pour sauver la forêt eut une audience mondiale et favorisa la mise en réserves d’extraction de caoutchouc sur de très vastes espaces forestiers dont la gestion devait être confiée aux populations locales. Fin avril 2012, sous la pression des « ruralistes », puissant groupe de pression dans les rangs des parlementaires brésiliens, la présidente Dilma Rousseff écornait le code forestier en leur concédant une bonne partie des revendications qu’ils exigeaient depuis longtemps (Delcourt, 2013). La raison d’État finit par s’accorder à la raison des lobbys tout puissants. Les chiffres d’ailleurs expliquent à eux seuls l’inégalité structurelle de la société brésilienne, notamment celle qui façonne la réalité économique et politique des régions du Nord, du Centre-ouest et du Nordeste : les latifúndios, qui forment la base des partis conservateurs, constituaient 1 % des propriétaires (entreprises ou grandes familles) détenant presque la moitié des terres privées (45 %), quand cinq millions de petits exploitants disposaient de surfaces mineures et quatre millions de familles produisaient une activité agricole sans posséder la moindre parcelle10.

  • 11 Hughes démontre l’efficacité de la séparation des tâches dans un ensemble organisé en vue d’une pro (...)

25Mais ces écarts quantitatifs ne rendent pas compte d’autres acteurs, moins visibles sur le terrain local où s’affrontent les oligarques impitoyables, les petits producteurs et les laissés-pour-compte de la modernité brésilienne. Comme l’a montré E. Hughes, la division du travail ne porte pas seulement sur la spécialisation des tâches productives, mais également sur la délégation du « sale boulot » le long d’une chaîne d’agents qui ignorent la totalité du processus conduisant au désastre11. Ainsi, des grands opérateurs économiques – échangeant, sans les toucher ni les voir, les ressources et les produits attendus en flux continus sur le marché mondial –, aux États nationaux – légiférant sur les conditions d’exploitation ou de fabrication des biens répondant à cette demande –, aux gros exploitants ou entrepreneurs – disposant des moyens de production et mobilisant la main-d’œuvre nécessaire –, à cette main d’œuvre enfin – mise au contact physique de la ressource à prélever ou à transformer –, une chaîne, invisible et solide, constituée de groupes externes les uns aux autres, permet de transférer de groupe en groupe le sale boulot. Reste au dernier – paysans sans terre ou pêcheurs sur des ghettos flottants –, véritable caste d’intouchables maintenue dans une indigence fonctionnelle, l’obligation d’accomplir la besogne. Ainsi recevons-nous, pour paraphraser Latouche, notre dîner aux meilleures conditions.

Haut de page

Bibliographie

Bourdieu, P., 1994, L’économie des biens symboliques, in Raisons pratiques, Seuil, Paris.

Correa, R., 2013, Équateur : de la République bananière à la Non-République - Pourquoi la révolution citoyenne ?, Utopia, Paris.

Delcourt, L., 2013, Le nouveau “ code forestier ” brésilien : décryptage d’une réforme controversée, CETRI, 16/08/13, [En ligne] URL : http://www.cetri.be/Le-nouveau-Code-forestier

Erdmann, M. et L. Pet-Soede, 1998, Blast Fishing in Southwest Sulawesi, Indonesia, Naga, The ICLARM Quarterly, April-June, pp. 4-9.

Erdmann, M. et L. Pet-Soede, 1999, Krismon & DFP : Some Observations on the Effects of the Asian Financial Crisis on Destructive Fishing Practices in Indonesia, SPC Live Reef Fish Information Bulletin, 5, pp. 18-21.

Fougères, D., 2008, Aquarian Capitalism and Transition in Indonesia, VDM Verlag Dr. Mueller e.K.

Galeano, E., 1981, Les Veines ouvertes de l’Amérique latine, Plon, Coll. Terre humaine, Paris.

Geffray, C., 1995, Chronique de la servitude en Amazonie brésilienne, Karthala, Paris.

Heffer, J., 2004, Les États-Unis et l’Océanie. De la marginalité en histoire, in Océanie, pour une géohistoire, dir. Illouz Charles, Paris, Historiens & Géographes, 386, pp. 155- 171.

Hughes, E. C., 1996, Le regard sociologique. Essais choisis, Textes rassemblés et présentés par J.-M. Chapoulie, EHESS, Paris.

Hughes, E. C., 1962, Good People and Dirty Work, in Social Problems, vol. X, Summer.

Illouz, C. et P. Grangé, 2013, L’archipel Kangean, Sumenep, Java Est, Indonésie. Recherches appliquées pour le développement, Les Indes savantes, Paris.

Illouz, C., 2013, Aperçu d’un mode de vie difficile : la dette marchande des pêcheurs bajos (Sapeken), in L’archipel Kangean, Sumenep, Java Est, Indonésie. Recherches appliquées pour le développement, Illouz & Grangé (dir.), Les Indes savantes, Paris, pp. 143-162.

Jackson, J., M. Kirby, W. Berger, K. Bjorndal, L. Botsford, B. J. Bourque, R. H. Bradbury, R. Cooke, J. Erlandson, J. A. Estes, T. P. Hughes, S. Kidwell, C. B. Lange, H. S. Lenihan, J. M. Pandolfi, C. H. Peterson, R. S. Steneck, M. J. Tegner, R. R. Warner, 2001, Historical Overfishing and the Recent Collapse of Coastal Ecosystems, Science, 293, pp. 629–638.

Latouche, S., 2007, Petit traité de la décroissance sereine, Paris, Les Milles et une nuit.

Latouche, S., 2001, Nature, écologie et économie. Une approche anti-utilitariste, Revue du MAUSS, La Découverte, n° 17, pp. 57-70, [En ligne] URL : www.cairn.info/revue-du-mauss-2001-1-page-57.htm. DOI : 10.3917/rdm.017.0057.

Lautier, B., 1997, Le Phénix paternaliste ou la modernité de la servitude, in Tiers-Monde, tome 38, n° 150, pp. 457-464.

Lévêque, C., 2013, L’écologie est-elle encore scientifique ?, Éditions Quae, Paris.

Malamoud, C. (éd.), 1988, Lien de vie, nœud mortel. Les représentations de la dette en Chine, au Japon et dans le monde indien, EHESS, Coll. Recherche d’histoire et de sciences sociales, vol. 31, Paris.

Malamoud, C. (éd.), 1980, La dette, EHESS, Coll. Purushartha, vol. 4.

Mappemonde, 1991, Conflits pour la terre et assassinats au Brésil, Programme franco-brésilien Fronteiras, 4, [En ligne] URL : http://www.mgm.fr/PUB/Mappemonde/M491/ASSASSINS.pdf

Mathieu, A. et al., 2014, Les abandonnés de la République, Albin Michel, Paris.

Meereboer, M.-T., 1998, Fishing for credit : Patronage and debt relations in the Spermonde Archipelago, Indonesia, in Robinson & Paeni (eds), Living through histories. Culture, history and social life in South-Sulawesi, Canberra, Australian National University/RSPAS, pp. 249–276.

Mous, P. J., L. Pet-Soede, M. Erdmann, H. S.J. Cesar, Y. Sadovy et S. Pet Jos, 2001, La pêche au cyanure de poissons vivants sur les récifs coralliens d’Indonésie pour la filière de la restauration : quel est le problème ?, Ressources marines et commercialisation, Bulletin de la CPS n° 7, Janvier.

Pelletier, P., 2014, Marina Silva, avant-garde de l’écolo-religion, Libération, 18/10/14, [En ligne] URL : http://libelalettredorion.blogs.liberation.fr/2014/10/18/marina-silva-avant-garde-de-lecolo-religion/

Pelras, C., 2000, Patron-client ties among the Bugis and Makassarese of South Sulawesi, in Authority and enterprise among the peoples of South Sulawesi, Leiden, Bijdragen tot de Taal-, Land- en Volkenkunde, 156, no : 3, pp. 393-432.

Pouchain, D., 2014, La dette écologique : d’une notion politique à un concept philosophique ?, Développement durable et territoires, vol. 5, n° 1, [En ligne] ULR : https://developpementdurable.revues.org/10208

Russi, D., P. I. Ventosa, J. R. Martin, C. M. Ortega et P. Ungar, 2003, Dueda ecológica ¿Quien debe a quién ?, Colectivo de Difusión de la Dueda Ecológica, CDEs Observatorio de la Dueda en la Globalización, Icaria editorial, Barcelona.

Schwerdtner, M. K. et S. C. A. Ferse, 2010, The History of Makassan Trepang Fishing and Trade, ed. Sharyn Jane Goldstien, University of Canterbury, New Zealand, PLoS ONE 5(6) : e11346, doi : 10.1371/journal.pone.0011346

Shoumatoff, A., 1991, Qui a tué Chico Mendes ?, Payot, Lausanne.

Sutherland, H., 2000, Trepang and Wangkang. The China trade of eighteenth century Makassar c. 1720s-1840, Bijdr Taal-Land-V, 156, pp. 451-472.

Taleb, M., 2014, L’Ecologie vue du Sud. Pour un anticapitalisme éthique, culturel et spirituel, Sang de la Terre, Paris.

Haut de page

Notes

1 « En toute rigueur, la valeur des ressources naturelles est inestimable en termes économiques. Si ces ressources sont une condition de la survie humaine, elles n’ont pas de prix au sens propre. Leur prix ne peut qu’être infini. Ce ne sont donc pas les ressources en tant que telles dont les économistes s’occupent, mais, dans le meilleur des cas, de la valeur économique créée ou détruite dans le cours de leur exploitation » (Latouche, 2001).

2 La position équatorienne est particulièrement édifiante sur la question de l’engagement étatique en matière d’écologie, de promesse aux communautés indiennes, des intérêts économiques de développement et de la responsabilité internationale dans les processus de négociation de la dette. L’affaire du Parc national du Yasuní (Amazonie) illustre la proposition du donnant donnant pour s’engager dans la lutte contre les émissions de dyoxide de carbone.

3 C’est ainsi qu’on a pu évoquer successivement les caractères écocentré, biocentré ou anthropocentré de la dette écologique.

4 La Grèce, par exemple, a récemment présenté la facture des dommages de guerre à l’Allemagne qui la sommait elle-même d’honorer les échéances de remboursements des prêts reçus de la Banque centrale européenne et du Fonds monétaire international.

5 Les analyses qui suivent s’appuient d’une part sur les enquêtes réalisées lors de plusieurs séjours parmi les communautés bajos des îles Kangean, de Florès est et des Célèbes sud-est entre 2003 et 2013 (Illouz et Grangé, 2013), et d’autre part sur les publications de Christian Geffray portant sur des situations observées en Amazonie brésilienne (Geffray, 1995). La mise en perspective des analyses réalisées par des chercheurs distincts sur deux terrains distincts et très éloignés l’un de l’autre permet de souligner combien la spécificité sociale et culturelle est en quelque sorte transcendée par un mode d’exploitation productiviste qui impose une forme mondialisée de rapports sociaux.

6 « La prédation marchande ne s'est pas imposée ici comme un appareil de ponction étranger, sur des populations laborieuses déjà constituées historiquement, cet appareil fut lui-même la matrice constitutive du peuplement, comme tel, et de la structure interne de ce peuplement » (op. cit. : 125). Cet aspect est soulevé par Lautier, 1997.

7 Lorsque le pillage des ressources « nationales » met en question la souveraineté de l’État, comme c’est le cas de l’exploitation illégale des orpailleurs brésiliens en Guyane française, la pollution des fleuves au mercure, la dévastation forestière et les crimes contre les Indiens constituent l’argument d’une protestation officielle, sans mesure concrète pour y mettre un terme.

8 Voir le catalogue d’exposition de la Bibliothèque nationale de France : Sebastião Salgado, Territoires et vies. [En ligne] URL : http://expositions.bnf.fr/salgado/bande/index.htm. Je remercie Françoise Martinez de m’avoir indiqué cette source.

9 Au xixe siècle, l’exploitation intensive des holothuries mobilisait également les gros exploitants américains : « Le capitaine Benjamin Morell et son épouse Abby Jane nous ont laissé des récits d’une de ces équipées dangereuses (...) en 1830. Mais les risques semblent valoir la peine d’être assumés, car la bêche-de-mer [l’holothurie] se vend de 13 à 25 dollars le picul de 60 kilos à Canton. On cite le cas du capitaine John H. Eagleston qui, en cinq ou six voyages, a ramassé 265 tonnes, dont il a tiré un chiffre d’affaires de 80 000 dollars, alors que ses coûts ne dépassaient pas 10 500 dollars (Heffer, 2004 : 157). »

10 Chiffres non actualisés donnés pour 1996 par l’Insituto Brasileiro de Geografia e Estatística (IBGE) : [En ligne] URL : http://www.ibge.gov.br/home/estatistica/economia/agropecuaria/censoagro/agri_familiar_2006/default.shtm; rapporté également par Stedile, qui cite « la revue Veja dénonça[nt] en couverture le fait que le plus grand latifundiário brésilien n’était autre que l’entreprise de construction C. R. Almeida, parvenue à accumuler rien de moins que quatre millions d’hectares dans l’État du Pará, détenant ainsi une superficie équivalente à celle de la Belgique, sans jamais y avoir cultivé le moindre pied de maïs. Elle l’utilise seulement comme une réserve de valeur afin d’y réaliser une spéculation foncière géante et de se garantir des rentrées d’argent dans un plus ou moins proche avenir » : « La lutte des sans terre, une lutte pour tous » : [En ligne] URL : http://www.laterre.fr/article.php3?id_article=14

11 Hughes démontre l’efficacité de la séparation des tâches dans un ensemble organisé en vue d’une production de masse en analysant les discours des agents différenciés qui prirent part « sans le savoir » à l’extermination des Juifs dans l’Allemagne nazie (Hughes, 1962).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles Illouz, « De la dette au sale boulot : exploitation des ressources humaines et naturelles », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 26 | septembre 2016, mis en ligne le 09 septembre 2016, consulté le 23 mai 2017. URL : http://vertigo.revues.org/17577 ; DOI : 10.4000/vertigo.17577

Haut de page

Auteur

Charles Illouz

Professeur, Université de La Rochelle, Centre de recherche en histoire internationale et atlantique (CRHIA EA 1163), FLASH - 1, parvis Fernand Braudel - 17 042 La Rochelle Cedex, France, courriel : charles.illouz@univ-lr.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page