Navigation – Plan du site

Une approche pluridisciplinaire et pluri-scalaire des dynamiques paysagères du bassin minier du Nord-Pas-de-Calais 

Fabrice Raffin, Antoine Luginbühl et Olivier Pollet

Résumés

Ce texte revient sur la démarche de recherche participative et pluridisciplinaire menée durant trois ans dans le cadre du programme ITTECOP sur le territoire de la communauté d’agglomération d’Henin Carvin (CAHC) dans le Nord-Pas-de-Calais. Une caractéristique de cette recherche est d’avoir rassemblé une équipe de paysagistes et une de sociologues. La démarche part d’une conception du paysage comme cadre intégrateur de réflexion et d’action et outil capable de faire émerger une action territoriale concertée et durable. Le propos dépasse néanmoins une définition commune et désormais assez consensuelle du paysage comme « construction sociale », en ajoutant une interrogation sur la diversité des acteurs aménageurs, au-delà de l’image erronée de la toute-puissance des acteurs publics et aménageurs légitimes du territoire (ou à l’inverse de leur perte de pouvoir et de la privatisation des espaces urbains au profit des seuls acteurs économiques devenus tout puissants). La démarche scientifique et les données produites servent alors d’éléments de débat dans la phase participative. L’identification de la diversité des acteurs aménageurs (publics, privés, associatifs) et la mise à jour des catégories qu’ils mobilisent dans leurs actions servent de fondement à une interrogation collective sur les dynamiques paysagères que nous observons.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Extrait d’un entretien conduit auprès de Madame la Maire de la commune de Bois-Bernard, lors d’une (...)

« Avant Henin Beaumont c’était triste et noir, ça fumait, ça sentait. C’était la vie industrielle. Mais maintenant tout ça, on ne l’a plus. C’est vrai. C’est vert, c’est beau. Le côté écologique est pris en compte. C’est bien, il ne faut pas le regretter. On peut aller au parc, il y a des cerfs-volants. Mais quelque part, on perd le travail ».1

  • 2 La Communauté d’agglomération d’Henin Carvin (CAHC) est une intercommunalité regroupant 14 communes (...)

1Des modèles de développement qui ont traversé et traversent aujourd’hui le territoire de la Communauté d’agglomération d’Henin Carvin2 (CAHC) dans le Nord-Pas-de-Calais, « presque tout » semble dit dans les propos de cette élue, entre nostalgies du temps des « gueules noires » et espérances contrariées d’un projet politique de reconquête. « Presque tout », car nous voudrions développer ici l’idée que le processus continu de production des territoires urbains et de leurs paysages relève moins de la mise en œuvre d’un projet, en l’occurrence d’un projet politique de passage du « gris au vert », que de la succession, de l’entremêlement de logiques, de projets et d’usages de territoire portés par différents acteurs en interaction.

2Ainsi, si les acteurs politiques locaux voudraient voir le paysage de la CAHC principalement comme le résultat de leur action à travers une vision de la réalité simplifiée à un slogan coloré, « le passage du gris au vert », pour notre part, c’est en prenant également en compte les réalités plus complexes et la diversité des acteurs des territoires que nous avons abordé ces paysages et leurs dynamiques. Prendre en compte les processus de paysages dans une perspective de recherche-action consiste ici à considérer des projets et leurs acteurs qui, d’une part, ne sont pas toujours politiques ou aménageurs « légitimes » et d’autre part, sont moins focalisés sur des enjeux paysagers et environnementaux que sur des enjeux de développement économique.

3Plus précisément, dans le déroulement de notre recherche, la production de données scientifiques va au-delà du simple diagnostic. Il s’agit de mettre à jour les catégories habituellement mobilisées par les acteurs publics et de les confronter aux qualités et dynamiques paysagères que nous observons. La démarche scientifique et les données produites servent alors d’éléments de débat dans la phase participative.

4À l’articulation de la sociologie et des pratiques paysagistes, l’objectif de cet article est de présenter les enjeux méthodologiques et épistémologiques d’une approche scientifique articulée à une dynamique participative des « paysages de projets » de la CACH.

5Ce faisant, nous pointons en plusieurs endroits et en conclusion des « principes » d’une démarche participative conduite avec des acteurs du territoire : notamment l’effet « prise de conscience » des évolutions complexes d’un territoire par des acteurs qui de fait, en ont une représentation partielle en fonction de leurs pratiques et intentions. Un effet de complexification est donc visé qui est doublé d’une mise en dialogue entre acteurs d’un même territoire qui paradoxalement se connaissent peu.

La méthode croisée et participative d’une équipe socio-paysagiste

  • 3 Retraçant les contours de l’espace occupé aujourd’hui par le paysage dans les institutions, l’ensei (...)
  • 4 Voir notamment les travaux de T.Paquot sur « l‘effacement » de l’espace public (Paquot, 2015a) et l (...)

6Une caractéristique de la recherche dont nous rendons compte ici est d’avoir rassemblé une équipe de paysagistes et une de sociologues. Un principe partagé par les deux équipes était que le paysage peut constituer un cadre intégrateur de réflexion et d’action et ainsi devenir un outil capable de faire émerger une action territoriale concertée et durable. À une définition commune et désormais assez consensuelle du paysage comme « construction sociale »3, que la démarche participative et les outils des paysagistes permettaient de déconstruire et d’objectiver, les sociologues ajoutaient une interrogation sur la diversité des acteurs aménageurs, au-delà de l’image erronée de la toute-puissance des acteurs publics et aménageurs légitimes du territoire (ou à l’inverse de leur perte de pouvoir et de la privatisation des espaces urbains au profit des seuls acteurs économiques devenus tout puissants) (Paquot, 2015a, 2015b)4. Pas d’exclusive de l’aménagement a priori dans notre approche, mais une mise à plat de la pluralité des acteurs et de leurs logiques, ainsi que des dynamiques qui les animent : entre concurrences, conflits, tensions, coopérations, accommodations, voire indifférence et ignorance. En l’occurrence, il s’agissait durant la première phase de caractériser les processus de mise en œuvre d’un projet de reconquête économique et environnementale du territoire par l’identification de ses acteurs, ses échelles de déploiement et ses origines temporelles plus ou moins lointaines.

7Cette étape apparaissait également cruciale dans le cadre du processus de concertation. En effet, elle permettait de repérer les potentiels participants aux ateliers participatifs à partir de la reconnaissance de dynamiques non prises en compte habituellement par les uns et les autres. Implicitement, il s’agissait de se donner les moyens de prendre en compte « la parole » d’acteurs moins légitimes, mais concernés (acteurs associatifs, habitants, commerçants, agriculteurs par exemple), et de les faire dialoguer avec ceux systématiquement pris en compte dans les processus de concertation (élus, aménageurs publics et privés, experts, etc.).

  • 5 Des approches où les typologies paysagistes voisineraient avec les critiques de toute tentative de (...)
  • 6 La démarche méthodologique mobilisée par l’équipe de socio-anthropologues se situe dans la traditio (...)

8Pour revenir à la démarche scientifique, l’enjeu de la rencontre entre paysagistes et sociologues était bien de « sortir de l’opposition improductive de l’objectif et du subjectif » (Joseph, 1998). Aussi, le parcours de recherche au long de ces trois années consistait largement en l’adoption d’une méthodologie à même de réconcilier les différentes approches du paysage qu’évoquait Isaac Joseph dès les années 1990 entre l’ordre factuel et matériel du paysage et l’ordre sensible et symbolique5. De ce point de vue, la diversité des compétences et les forces en présence dans l’équipe, rendaient possible la prise en compte d’une diversité d’échelles d’observations et de questionnements. Il s’agissait d’appréhender la complexité du territoire observé pour parvenir à une vision d’ensemble permettant de mettre en lien toutes les activités qui l’ont modelées, le modèlent et le modèleront. En particulier, une socio-anthropologie et une analyse paysagère de la communauté d’agglomération et des espaces logistiques permettaient une reconstruction et une analyse du processus d’émergence, de structuration et de construction de ces espaces6.

Une méthodologie par angles de questionnement des processus paysagés : projets, acteurs, échelles

9Si, comme nous allons le voir, l’évolution des processus paysagers du territoire de la CACH renvoie à différentes strates temporelles dominées chacune par un modèle économique, du moyen-âge à nos jours, les évolutions récentes de ce processus font apparaître un projet de territoire défini par le volontarisme des élites politiques locales. Bien que ce projet soit constitué avant tout par des choix économiques, il recouvre également, mais dans une moindre mesure un « intérêt paysager ». Cette préoccupation pour le paysage se traduit essentiellement par des aménagements « à la marge », la plupart du temps justifiés par la dimension écologique et répondant à un enjeu environnemental plus que de cadre de vie global.

Encadré 1. La complexité des paysages de la CAHC

La double méthodologie mise en œuvre dans la recherche procède d’une approche sociologico-paysagère des paysages et, d’autre part, d’une démarche concertée avec les acteurs locaux (responsables politiques, associatifs, aménageurs publics et privés, riverains, usagers). Cette approche permet de montrer l’écart entre les représentations des acteurs dans leur globalité et certaines réalités d’aménagement et du paysage du territoire de la CAHC. Alors que nos interlocuteurs insistent beaucoup sur des projets de développement tels que le patrimoine (Mines, terrils), l’environnement (verdissement, trame verte et bleue), la biodiversité; la réalité paysagère de la CAHC apparaît très complexe, profondément définie par des infrastructures de transports, les aménagements de la logistique des marchandises et ceux de la consommation de masse (Auchan, Ikéa à Noyelles Godault), mais également d’héritage non pris en compte comme l’agriculture. La démarche de concertation permet alors de travailler sur ces décalages, simplifications et représentations, et de renforcer la prise en compte des réalités du territoire pour mieux les intégrer à de futurs projets d’aménagement et de développement.

Ainsi, si les acteurs politiques locaux voudraient voir le paysage de la CAHC principalement comme le résultat de leur action à travers une vision de la réalité simplifiée à un slogan coloré, « le passage du gris au vert », pour notre part, c’est en prenant également en compte les réalités économiques que nous avons abordé ces paysages. Ainsi, c’est autant une activité économique dont on parle peu, mais sur laquelle on pari beaucoup, sur laquelle notre attention s’est également portée. Une activité qui est un « moteur » du traitement de l’espace dans la communauté d’agglomération : cette activité est celle de la logistique des marchandises et ses corolaires que sont le transport et le commerce des marchandises. Tout autant que des projets politiques, le développement de cette activité apparaît comme un marqueur majeur du territoire en termes de surfaces traitées tout au moins, mais d’usage également. Prendre en compte les processus de paysages consiste ici à prendre en compte des projets et leurs acteurs donc, qui d’une part, ne sont pas toujours politiques et d’autre part, sont moins focalisés sur des enjeux paysagers et environnementaux que sur des enjeux de développement économique.

Questionner le projet de paysage et ses acteurs

  • 7 Voir projet scientifique, Equipe Habiter-AEP, Anthropologie et Ecologie du Paysage, Université de P (...)

10Cependant, ce volontarisme de projet n’implique pas exclusivement les élites politiques, pas plus qu’il ne se limite à une dimension économique (bien que centrale) ou aux seules temporalités du présent. Il évolue au contraire dans le temps, en interaction avec les héritages passés et d’autres acteurs locaux pour redéfinir le paysage à venir. Projet principalement économique, il dialogue avec l’économie passée, liant tout à la fois l'aménagement du territoire, les questions écologiques, les transports, les modifications agricoles, le tourisme comme la vie quotidienne7. À travers les aménagements paysagers, c'est ainsi la nature des relations de l'homme à son environnement qui est convoquée, mais également la nature des rapports sociaux entre différents groupes, à différentes échelles spatiales et temporelles.

  • 8 Nous nous situons ici dans la continuité des approches de socio-anthropologie urbaine anglo-saxonne (...)
  • 9 Groupe social lui-même hétérogène, à l’intérieur duquel, les concurrences sont nombreuses entre sou (...)
  • 10 « En effet, les constructions neuves se réalisent pour près des deux tiers hors d’opération d’urban (...)

11Ainsi, concernant les acteurs des projets de paysage, il convient de préciser le préalable épistémologique de notre approche qui rompt avec beaucoup de perceptions contemporaines communes de l’aménagement du territoire. Ce que montre notre recherche et beaucoup de travaux récents8 est que les acteurs des projets de paysage ne se limitent pas à un seul groupe social serait-il celui des élus9.Comme le rappelle Marie-Flore Mattei, « ce qui “fait” la ville résulte certes, de volonté politique, d’opérations d’urbanisme (ZAC, lotissements, grands projets…), mais surtout de décisions privées » (Mattei, 2013)10. De fait, comme c’est le cas sur la CACH, les opérations d’urbanisme et autres grands projets mobilisent toujours des acteurs publics (élus, mais également techniciens, acteurs du patrimoine notamment et beaucoup d’autres) et des acteurs privés de différents statuts (acteurs économiques, promoteurs, acteurs de la grande distribution, de la logistique, agriculteurs, petits commerçants et artisans, acteurs associatifs, riverains, pour les principaux sur le territoire).

  • 11 Aujourd’hui différentes publications expriment cette idée, dont André Micoud (« La publicisation du (...)

12Pour le dire autrement, les acteurs du paysage sont toutes les personnes susceptibles de se constituer en public d’une question d’aménagement au sens de Daniel Céfaï (Cefaï, 2014)11. Il n’y a donc pas deux catégories d’acteurs, mais une multitude en nombre variable en fonction des situations problématiques ou non de l’aménagement, d’enjeux paysagers bien sûr, mais aussi d’enjeux économiques, politiques, patrimoniaux, de voisinage, culturels, etc. Ainsi, le paysage est avant tout le résultat des interactions entre ces acteurs, qui en négocient les contenus, les formes, les limites et une part de leurs usages. Le processus paysager ou les projets se définissent avant tout comme des processus de négociations dont les contenus ne cessent d’évoluer jusqu’à une cristallisation qui marquera le début des usages, jusqu’à leur prochaine évolution. Si de ce point de vue aucun groupe social en particulier n’a la maîtrise complète du paysage sur un territoire nous ajouterons avec Isaac Joseph que « modifications du paysage et modifications d’usages vont de pair et traduisent l’ouverture du territoire local, qu’il soit central ou périphérique, à l’ordre des réseaux » (Joseph, 1998).

Questionner les échelles des projets de paysage

13Ainsi, à travers les réseaux et à travers les réalisations paysagères, le processus qui construit le projet de paysage mobilise différentes échelles pour le constituer. Il est habituel d’interroger les échelles spatiales des projets de paysage, les échelles de leur insertion urbaine en l’occurrence, dont les limites ne sont pas toujours précises. Elles ne sont appréhendables que par la prise en compte des usages réels d’un aménagement après sa construction.

14Plus rarement prise en compte est la question des échelles temporelles du paysage. Pourtant, si l’on peut parler de stratification paysagère, c’est bien à partir de l’accumulation des héritages paysagers passés. Ces paysages passés renvoient aux activités économiques principalement. Lorsque ces activités disparaissent, comme l’activité minière en Nord-Pas-de-Calais, elles ne disparaissent pas des paysages, elles en sont toujours constitutives. Le paysage joue ainsi également d’un processus par accumulation qui pèse nécessairement sur le développement des logiques d’aménagement présentes et des projets à venir. De même, l’activité agricole largement passée sous silence chez nos interlocuteurs, reste une composante majeure des dynamiques paysagères de la CAHC, une composante qui va puiser très loin dans les siècles passés.

15Les premières impressions ressenties en parcourant le territoire de la CAHC peuvent être confuses, brouillées par le manque remarquable de repères visuels paysagers clairement identifiés (mis à part les terrils). La CACH se présente comme une conurbation quasiment interrompue ou l’entrelacement d’infrastructures linéaires est omniprésent. Mais peu à peu, les caractères paysagers apparaissent assez clairement, indiquant les différentes strates historiques, les dynamiques à l’œuvre à différentes échelles.

Des connaissances partagées du paysage à un débat sur l’avenir du territoire

16La diversité des protagonistes des processus paysagers et d’aménagements n’est pas sans conséquence sur les réalisations paysagères et d’aménagements elles-mêmes. Comme nous le constatons durant nos ateliers participatifs, chaque acteur possède une vision et une connaissance segmentée des dynamiques territoriales. Ainsi, lors des parcours que nous avons organisés à travers les paysages avec les acteurs institutionnels et les habitants de la CAHC, nous avons été surpris par l’étonnement de certains d’entre eux qui semblaient découvrir la réalité de l’espace périurbain auquel ils contribuaient supposément dans leur travail. Prenant çà et là de la hauteur sur les terrils durant nos parcours collectifs, ils semblaient plus que nous-mêmes prendre conscience des qualités paysagères et urbanistiques de leur territoire. Implicitement et subjectivement, le débat était le suivant : comment pouvaient-ils définir cette zone à la fois urbaine et rurale, ce territoire et qu’en pensaient-ils? Était-il possible de parler de durabilité, premier argument de la décision locale, au sujet d’un paysage fortement structuré par l’automobile (la CAHC apparaît comme un nœud d’autoroutes et de nationales), les activités de logistiques (Présence d’infrastructures logistiques caractéristiques du territoire : acheminement, transbordement et stockage des marchandises) et la consommation de masse (Présence de la plus grande zone de commerciale de France à Noyelles-Godault)?

17La conciliation du développement économique et du cadre de vie apparaît pourtant bien comme un enjeu majeur du territoire, lui permettant le renouvellement tant attendu de son image, s’appuyant sur la diversification de son modèle économique, en toile de fond, l’enjeu de la maîtrise d’une politique globale d’aménagement. Dans quelle mesure les connaissances partagées du paysage pouvaient-elles servir de fondement à ce processus de transformation? Établir les conditions de possibilité de connaissance complexe du territoire, mais aussi de rencontre telle pourrait être le sens de la « phase scientifique » de notre démarche. Encore fallait-il interroger la manière dont ces connaissances pouvaient répondre à une problématique méthodologique d’articulation des enjeux locaux et globaux.

18La démarche que nous avons élaborée s’est articulée autour de deux grandes phases, de production de connaissance et de prospective.

  • 12 Un travail d’immersion à visée ethnographique a ainsi pu être réalisé au salon international du tra (...)

19Un premier travail de recensement, collecte et analyse des documents-cadres s’est donné pour objectif l’identification des caractères fondamentaux de l’histoire et de l’identité culturelle du territoire et la compréhension des interactions entre les dynamiques paysagères. Cette première étape visait à mieux appréhender les réalités du territoire et permettre également l’identification des acteurs clés du territoire dans l’objectif de mieux cibler le choix des personnes enquêté (élus, gestionnaires, citoyens, associations). Une fois ces acteurs ciblés, des entretiens semi-directifs exploratoires ont été réalisés pour faire émerger et expliciter les représentations sociales et valeurs sous-jacentes, ainsi que les usages du paysage considéré dans son ensemble pour les divers groupes sociaux qui composent la population. Au total, 10 campagnes d’investigations de terrain visant à couvrir le territoire des 14 communes de l’agglomération ont été réalisées. Il est à noter que chaque campagne de terrain mobilisait entre 2 et 4 chercheurs à plein temps durant 2 à 5 jours. La double composition de notre équipe entre paysagistes et socio-anthropologues faisait varier les personnes chargées des entretiens. Ces campagnes de terrain ne se limitaient pas à la passation d’entretiens. Leur objectif principal visait à aller au plus près des réalités quotidiennes ou plus exceptionnelles du territoire. Ces journées de terrain consistent ainsi à arpenter non-stop le territoire, d’un entretien à l’autre, d’un site ou d’une visite à l’autre, d’un imprévu à un intérêt soudain. Au-delà de la liste de la trentaine d’entretiens formels qui ont fait l’objet d’un travail d’analyse approfondie, cet arpentage consistait ainsi en de multiples rencontres, discussions en des lieux aussi nombreux qu’imprévus et que nous évaluons à plusieurs dizaines : agent de sécurité Auchan, vendeurs, artisans, jogger, promeneurs, habitants dans leur jardin, hôtesse de caisse, réception d’hôtel, barman, agent immobilier, routiers, agent de quai, étudiants, clients de café, jeunes gens et retraités, etc. D’autre part, plusieurs campagnes de terrain « délocalisés » et complémentaires ont été réalisées afin d’enrichir nos questionnements dans une perspective comparative12.

20La deuxième étape, celle de la confrontation des perceptions individuelles s’est déroulée à travers des parcours sur le territoire, à la croisée des représentations et de la matérialité des paysages. Au terme de nos différentes campagnes de recueil de données, nous avons réuni un ensemble d’acteurs pour des visites collectives du territoire, en des lieux identifiés comme stratégiques du point de vue des représentations du territoire et des enjeux qu’ils pouvaient soulever par rapport à la logistique. Par l’intermédiaire de ces parcours, face à la matérialité des paysages, différents acteurs-clefs du territoire étaient amenés à débattre autour des principales problématiques liées aux paysages du territoire d’étude. Ces parcours rassemblent les participants et font prendre conscience aux uns et aux autres de la diversité des regards. Animés conjointement par les sociologues et les paysagistes l’objectif était de parvenir à une image partagée et légitime du territoire. Nous avons procédé d’une manière spécifique en cherchant à confronter et à débattre des points de vue divergents ou confirmer les points de vue convergents tirés du recueil de données le plus objectivé possible (statistiques, entretiens, observations, cartographie) de la première phase. Nos parcours in situ, s’effectuaient par exemple en bus, amenant un groupe de participants volontaires d’un site à l’autre de la CAHC. Ces sites n’étaient pas choisis au hasard, mais sur la base des éléments objectivants de la première phase, en des endroits où se cumulaient différentes dynamiques paysagères analysées. Sur la base de verbatims extraits des entretiens, le groupe d’une dizaine de personnes en moyenne parcourait le territoire en passant par certains lieux illustrant les enjeux exprimés par chacun ou par nous-mêmes. Les verbatims étaient imprimés sous forme de bulles de bande dessinée et soumis à l’ensemble des participants.

21La synthèse des débats et des entretiens nous a permis de produire une première version des enjeux de territoire et de paysage partagés par les participants illustrée par des prises de vue filmées de paysage et du parcours. Nous avons ensuite produit trois courtes vidéos illustrant les grandes familles d’enjeux afin de constituer des supports de débat en les projetant au cours des ateliers en salle. Cette série d’ateliers et d’échanges par l’intermédiaire de la plateforme web a permis de confirmer les enjeux paysagers et territoriaux et d’aboutir à la production de scénarios d’évolution du territoire de la CAHC représentant les attentes partagées des participants. Un jeu de documents vierges, cartes et photos aériennes a servi de support de travail à l’élaboration collective des scénarios. Mais c’est avant tout à travers des discussions et à partir de notes écrites que les orientations ont pu être définies puis traduites graphiquement par les paysagistes.

22La première étape a ainsi permis de constater l’écart entre les représentations de chaque protagoniste et les réalités des paysages dans toutes leurs complexités de projets et d’échelles spatiales et temporelles. La deuxième étape visait à établir les conditions d’un dialogue suffisamment symétrique entre les participants à même de construire collectivement des scénarios d’évolution. La participation des populations renvoyait ici à l’implication citoyenne dans la prise de décisions liées à la gestion de leur cadre de vie, mais également dans l’exercice d’écriture d’une histoire commune du territoire. Nous considérions ainsi que la prise de décision collective pouvait passer par la définition d’une image partagée du territoire (Auriscoste, 2005), spatiale, mais aussi temporelle, afin de permettre une réflexion et une action partagées.

23Ainsi, l’échelle territoriale de la participation a également été un enjeu important de notre recherche, méthodologique et social. En effet, depuis l’engouement récent des projets participatifs dans le domaine de l’aménagement, on constate une mobilisation dominante des populations sur des réflexions et des aménagements à court terme, sur des espaces de taille réduite, souvent résiduels ou en attente. Cette échelle de participation ne favorise que faiblement l’implication citoyenne sur des politiques globales d’aménagement du territoire et le renouvellement démocratique. Il s’agissait donc pour nous de faciliter la construction d’une culture commune du paysage et du territoire, dans l’objectif d’une prise de conscience des responsabilités collectives.

24Ayant traversé différentes périodes de développement économique mono-spécifique, le territoire a supporté différentes dynamiques paysagères entraînant l’évolution de ses paysages de façon très marquée (Figure 1). Cet enchevêtrement de modèles économiques successifs et de représentations sociales est encore à l’œuvre de manière plus ou moins affirmée selon les dynamiques paysagères en cours.

25Le travail de caractérisation et d’analyse mené entre sociologues et paysagistes montre ainsi quels paysages de la CAHC se sont peu à peu construits à travers cinq grandes logiques de projet liées à l’agriculture, au patrimoine minier, à l’environnement, au phénomène de métropolisation et à la logistique. À chacune de ces différentes strates spatio-temporelles de constitution du territoire ne correspond pas un projet de paysage, mais un ensemble d’acteurs dont les projets interagissent pour construire un processus paysager continu jusqu’à aujourd’hui. C’est du paysage comme processus interactif dont il est question ici.

Figure 1. Les grandes dynamiques en cours constituant les paysages actuels du territoire de la CAHC.

Figure 1. Les grandes dynamiques en cours constituant les paysages actuels du territoire de la CAHC.

Du « faire connaissances » à l’action collective

26Si la production de connaissances est un préalable fondamental à tout projet d’aménagement, il paraît nécessaire d’élargir ce champ dans le cas de démarches de participation citoyenne, afin de traduire les points de vue singuliers en enjeux de paysage et de territoire partagés. Le principe de concertation paysagère était que la réalisation d’actions collectives passe également par la connaissance des autres participants, de leurs points de vue et de leurs savoirs ainsi que par la prise de conscience de la diversité de regards portés sur les mêmes paysages et les décalages entre les représentations et la matérialité.

  • 13 Une démarche similaire a été mise en place dans le cadre du projet de recherche « Participation des (...)

27La transdisciplinarité de l’équipe prend tout son sens dans cette perspective. D’une part sur la nature des connaissances à produire, entre celles qui concernent la matérialité des paysages et celles qui concernent l’immatériel, les représentations sociales et les jeux d’acteurs. D’autre part sur les méthodes de production, à savoir de mobilisation, de recueil et de synthèse. Sociologues et paysagistes ont établi une trame méthodologique commune d’entretien et de mise en débat permettant d’atteindre ce double objectif : le recueil de représentations et de pratiques individuelles, le passage de l’individuel au collectif et la définition d’actions d’aménagements co-élaborées13.

  • 14 Il nous semble important de reconnaître et de souligner les limites du projet, liées au contexte de (...)
  • 15 Dans un but opérationnel, les paysagistes ont établi comme hypothèse que pour être traductibles en (...)

28Entre enquêtes, parcours in situ et ateliers collectifs, une image partagée du territoire a pu émerger14, intégrant savoirs citoyens (d’usage, militants et professionnels (Nez, 2011)), politiques et spécialistes du territoire. En composant cette image de données spatialisées15 et non spatialisées, l’équipe tentait de répondre à une première difficulté méthodologique : la conciliation des approches sociologique, liée aux relations entre les individus, et paysagiste, liée aux formes des paysages. Ce fut ainsi une manière de révéler la dimension sociale du paysage.

29Il résulte de la phase d’analyse une superposition de politiques sectorielles, interagissant plus ou moins les unes avec les autres et de manière générale, issues des modèles économiques développés au cours de chaque période de l’histoire du bassin minier. Les différentes politiques correspondent à des logiques d’acteurs par échelon territorial et aux niveaux de représentations de chaque échelle, tels que définis par Yves Luginbühl (Luginbühl, 2008).

Prospective et positionnement partagé sur l’avenir du territoire

30Une fois définie l’image partagée du territoire, forts d’éléments de caractérisation et d’enjeux territoriaux, les participants ont eu à se positionner de manière prospective afin de concevoir des scénarios d’évolution. Pour cela, l’utilisation de l’outil vidéo a joué un double rôle : celui de mobilisateur et celui de médiateur. La communication réalisée annonçait les ateliers comme des séances de projection sur les paysages, permettant de mobiliser plus largement en ayant recours au registre du ludique et de toucher de nouveaux participants. Les vidéos, illustrant les grandes familles d’enjeux de territoire, ont permis de concrétiser les discours en les associant aux images des paysages concernés et à différents documents de synthèse des entretiens. La mise en lumière des éléments convergents et divergents des discours a permis le débat et le positionnement collectif. Suite aux débats provoqués par les vidéos, un scénario fictif contre-tendanciel s’est dégagé des ateliers quasi unanimement. Pour répondre aux enjeux validés par les participants, des orientations alternatives de projet se sont dessinées, tous reconnaissant la nécessité de renouveler le projet de territoire actuel pour dessiner un projet articulant les différents secteurs de politique. Mais il s’agissait également de rééquilibrer l’importance accordée à chaque secteur en affirmant le lien entre cadre de vie et modèle économique, afin d’envisager un développement plus durable sur le territoire de la CAHC.

31Un autre intérêt de l’association « sociologie et paysage » pour traiter les questions d’aménagement du territoire dans une démarche de participation citoyenne apparaît assez clairement au regard des résultats de notre recherche. Il s’agit de dépasser le projet d’aménagement ou l’étude sociologique pour proposer un projet politique, de société, transversal, issu d’une connaissance fine des interactions entre les formes du paysage, les jeux d’acteurs et les caractéristiques socioculturelles du territoire. Dans notre cas, il s’agit également de relier aménagement du territoire et modèle économique à partir de données quantifiables et non quantifiables, scientifiques et sensibles.

Conclusion

32L’esprit général la démarche pluridisciplinaire de recherche ici présentée a consisté à appréhender les paysages de la CAHC et ses représentations comme un média privilégié permettant de cristalliser et de croiser les points de vue, les préoccupations, et connaissances sectorielles d’un territoire. Si le paysage est une conséquence des dynamiques territoriales passées et présentes, il constitue également un moyen de visualisation collective de ces dynamiques. Il permet en cela de dépasser l’objet en question pour aborder le territoire dans sa globalité et d’en appréhender des dynamiques externes.

33Ainsi, sur le territoire de la CAHC, l’analyse met en évidence, à différentes échelles, le caractère décisif de la circulation globalisée des marchandises et la multiplication des aménagements dédiés à la logistique sur ces franges métropolitaines de la région lilloise. Ces aménagements et leurs activités construisent la singularité de leurs qualités paysagères, de leurs usages et de leurs représentations. Pour le dire simplement, les caractéristiques paysagères de la CAHC ne peux pas se comprendre sans la prise en compte de la mondialisation des échanges, en témoigne la présence massive de l’activité logistique, la multiplication des hangars de voies de communication, de stockage de marchandises, de zones de transbordements qui structurent le territoire de la CAHC, ses usages et ses représentations sociales.

34Les résultats de notre recherche montrent que le périurbain, nouveau polarisateur territorial, est en proie à un phénomène très complexe qui dépasse les relations ordinaires urbain/rural, au sein duquel l’économie logistique joue un rôle fondamental, mais quasi inassumé. Aujourd’hui plus jamais, dans un contexte préoccupé par la notion de durabilité, il paraît impératif d’intégrer les acteurs de la filière logistique aux logiques de l’aménagement du territoire. Comme le souligne récemment avec acuité l’équipe dirigée par Michel Savy dans un rapport-diagnostic (Savy, 2015) sur l’offre logistique française :

« la multiplicité des acteurs et des facteurs qui contribuent au fonctionnement du secteur laisse à penser que l’innovation et le progrès ne viendront pas de l’initiative d’un seul inventeur, fût-il génial, mais de la coopération entre parties prenantes ». 

35D’autre part, la nécessaire complexification du modèle de discussion entre les acteurs passe par la réalisation d’un double diagnostic des différentes dynamiques paysagères et de ses acteurs dans leur diversité, au-delà des aménageurs et décideurs a priori légitimes. Un diagnostic dans un périmètre concerné, mais tout à fait à même de le dépasser tant certaines dynamiques s’inscrivent au-delà des découpages administratifs. Un diagnostic enfin, qui s’appuie sur des échelles temporelles variables, permettant la prise en compte des éléments construits dans un passé parfois lointain. C’est le cas de tout ce qui relève du paysage agricole, sur le territoire de la CAHC, qui n’est plus tout à fait présent dans les projets contemporains, mais qui restent tout à fait structurant des évolutions paysagères du territoire et des représentations que s’en font une part non négligeable de ses habitants, pour peu que l’on sache encore le prendre en compte.

36À toutes les étapes de la démarche, l’équipe a tenté de construire sa légitimité par son extériorité aux débats locaux et sa capacité à pointer les éléments pertinents pour l’un ou l’autre acteur. Ce positionnement a ainsi permis à l’équipe de s’approcher du rôle de médiateur entre différents acteurs qui la plupart du temps s’ignorent, ne se connaissent pas ou sont en concurrence, voire en conflit. Cela étant dit, il nous semble important de reconnaître et de souligner une des limites du projet, lié au contexte de recherche-action. Si la plupart de nos interlocuteurs ont parfaitement joué le jeu de la participation et particulièrement les citoyens et acteurs des échelons territoriaux transversaux ou supérieurs à la Communauté d’Agglomérations (département, région, mission Bassin Minier), il a en revanche été très difficile de mobiliser les acteurs politiques de la CAHC, au-delà des acteurs de l’échelon communal, techniciens ou politiques. On peut supposer qu’une étude « sans commande » programmée à un échelon national dans le cadre du programme ITTECOP a pu apparaître comme l’outil d’une volonté de gouvernance et d’orientation du local à une échelle nationale. Peut-être encore plus fondamentalement, il ressort de notre démarche qu’un des enjeux majeurs reste encore aujourd’hui celui de parvenir à convaincre les acteurs locaux des territoires du bien-fondé de la relation entre paysages et emplois. Comme nous le soulignera, en aparté et à la fin de notre dernier atelier participatif une actrice incontournable de la direction générale de l’aménagement du territoire du développement et du cadre de vie :

« c’est vrai que nous n’avons pas considéré votre projet avec grand intérêt lorsque vous nous l’avez présenté. C’est dommage. Mais ici, si vous ne parlez pas d’emplois, personne ne vous écoute… »

  • 16 « La relation entre bien-être et paysage peut passer effectivement par la traduction paysagère des (...)

37Dans cette perspective, faciliter l'innovation sociale et la participation citoyenne sur les territoires est une entreprise nécessaire qui permet de révéler la complexité des territoires tout en réinsérant la traduction paysagère des activités économiques, et ce qu’elles apportent aux populations en termes d’emploi, au cœur de la relation entre bien-être et paysage16.

Remerciements

38Les auteurs remercient le soutien financier apporté au projet Plateformes par le programme ITTECOP du MEDDE, et de l'ADEME.

Haut de page

Bibliographie

Auricoste, I., 2005, Une image partagée , entretien avec Isabelle Auricoste, L'actualité Poitou-Charente, 69, pp. 36-38.

Cefaï, D., 2014, Public, socialisation et politisation : Mead et Dewey. In Cukier A., Debray, E. (Eds). La théorie sociale de George Herbert Mead, Paris, La Découverte, pp. 340-366.

Dablanc, L. et A., Frémont (dir.), 2015, La métropole logistique. Le transport de marchandises et le territoire des grandes villes. Armand Colin, 320p.

Joseph, I., 1998, La ville sans qualité, Éditions de l'Aube, 211 p.

Luginbühl, Y., 2007, Pour un paysage du paysage, Économie rurale, 297-298, pp. 23-37.

Luginbühl, Y., 2008, Las representaciones del paisaje y sus evoluciones In Maderuelo, J. (Ed), Paisaje y territorio, CDAN Editores, Huesca, pp. 143-180.

Luginbühl, Y., 2009, Biodiversité, changement climatique et paysage, dans : Ligue ROC, Humanité et biodiversité, manifeste pour une nouvelle alliance, Descartes & Cie, pp. 212-237.

Luginbühl, Y., 2012, La mise en scène du monde, CNRS Éditions, 432 p.

Luginbühl, Y., et J.-M. Salles (dir.), 2013, Fiche technique Économie et Paysage du programme de recherche Paysage et développement durable, MEDDE, IRSTEA, 8 p.

Mattei, M., 2013, Appel à proposition de recherche, La ville ordinaire et la métropolisation, DGALN-Plan urbanisme construction architecture - ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie.

Nez, H., 2011, Nature et légitimités des savoirs citoyens dans l'urbanisme participatif. Une enquête ethnographique à Paris, Sociologie, 2011, 2, 4, [En ligne] URL : http://sociologie.revues.org/1098, Consulté le 20 janvier 2016.

Paquot, T., 2015a, L'espace public, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 128 p.

Paquot, T., 2015b, Désastres urbains. Les villes meurent aussi, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 224 p.

Raimbault, N., 2013, Les implantations logistiques entre réseaux et territoires. L’Espace géographique, 42, pp. 32-43.

Savy, M., 2015, La logistique en France : État des lieux et pistes de progrès, Rapport du comité scientifique de la conférence nationale sur la logistique présidé par Michel Savy, mars 2015, 113 p.

Voisenat, C. (Ed), 1995, Paysage au pluriel. Pour une approche ethnologique des paysages, Collection Ethnologie de la France, Cahier no° 9, 240 p.

Haut de page

Notes

1 Extrait d’un entretien conduit auprès de Madame la Maire de la commune de Bois-Bernard, lors d’une de nos premières campagnes d’investigation menées en septembre 2013.

2 La Communauté d’agglomération d’Henin Carvin (CAHC) est une intercommunalité regroupant 14 communes, située dans le département du Pas-de-Calais et la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie.

3 Retraçant les contours de l’espace occupé aujourd’hui par le paysage dans les institutions, l’enseignement, l’aménagement, la recherche, à diverses échelles, du local à l’international, Yves Luginbühl souligne que « le paysage comme construction sociale, produit perceptible des interactions entre les processus sociaux et les processus biophysiques d’une part, et entre la dimension matérielle et la dimension immatérielle de la nature, d’autre part […] prend naissance finalement assez tôt dans l’histoire récente du paysage, mais ne s’est affirmé vraiment que récemment » (Luginbühl, 2007).

4 Voir notamment les travaux de T.Paquot sur « l‘effacement » de l’espace public (Paquot, 2015a) et les « désastres urbains » (Paquot, 2015b). Cette dernière expression fait référence dans son travail aux constructions qui, sous couvert de modernité, finissent par causer le malheur de leurs habitants : « c'est-à-dire une situation qui accroit et l’enfermement et l’assujettissement ».

5 Des approches où les typologies paysagistes voisineraient avec les critiques de toute tentative de définition objectivante d’un paysage (Joseph, 1998).

6 La démarche méthodologique mobilisée par l’équipe de socio-anthropologues se situe dans la tradition de l’anthropologie sociale et culturelle anglo-saxonne des méthodes qualitatives en sociologie telles qu’elles ont été introduites par ce que l’on a appelé l’école de Chicago. L’objectif est de s’approcher au plus près des « situations naturelles des sujets » afin de produire des connaissances in situ, contextualisées, permettant de rendre compte du « point de vue de l’acteur », des représentations ordinaires, des pratiques usuelles et de leurs significations autochtones.

7 Voir projet scientifique, Equipe Habiter-AEP, Anthropologie et Ecologie du Paysage, Université de Picardie Jules Verne, décembre 2011.

8 Nous nous situons ici dans la continuité des approches de socio-anthropologie urbaine anglo-saxonnes, représentées en France par les travaux d’A. Tarrius, de D. Céfaï, ou M. Péraldi.

9 Groupe social lui-même hétérogène, à l’intérieur duquel, les concurrences sont nombreuses entre sous-groupes (locaux, départementaux, régionaux, nationaux), de même les multi-appartenances.

10 « En effet, les constructions neuves se réalisent pour près des deux tiers hors d’opération d’urbanisme ; les maisons individuelles représentant 60 % de l’ensemble » (Mattei, 2013).

11 Aujourd’hui différentes publications expriment cette idée, dont André Micoud (« La publicisation du paysage »), Yves Luginbühl dans Voisenat (1995) ou encore la Convention Européenne du Paysage.

12 Un travail d’immersion à visée ethnographique a ainsi pu être réalisé au salon international du transport et de la logistique du 1 au 4 avril 2014 à Paris, salon auquel participaient les acteurs de la plateforme multimodale Delta 3 ainsi que la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) de l’Artois. Des terrains complémentaires ont également été menés sur un certain nombre de ZAC situé en périphérie urbaine, Paris, Amiens notamment.

13 Une démarche similaire a été mise en place dans le cadre du projet de recherche « Participation des populations et renouvellement des pratiques paysagistes, une expérimentation par la comparaison des méthodes » (équipe de paysagistes –Passeurs–, géographes et sociologues coordonnée par D. Montembault) pour le programme PDD2 du MEDDE (2012-2015).

14 Il nous semble important de reconnaître et de souligner les limites du projet, liées au contexte de recherche-action. Si la plupart des participants ont parfaitement joué le jeu de la participation et particulièrement les citoyens et acteurs des échelons territoriaux transversaux ou supérieurs à la Communauté d’Agglomérations (Département, Région, Mission Bassin Minier), il a en revanche été très difficile de mobiliser les acteurs politiques de la CAHC, au- delà des acteurs de l’échelon communal, techniciens ou politiques. On peut supposer qu’une étude sur le territoire, programmée à un échelon national, a pu apparaître comme l’outil d’une volonté de gouvernance et d’orientation du local à une échelle nationale

15 Dans un but opérationnel, les paysagistes ont établi comme hypothèse que pour être traductibles en actions, les données recueillies doivent être spatialisées. Au cours des entretiens, les réponses fournies devaient être localisées sur une carte IGN 1/25000ème ou sur une photo aérienne, selon la faculté d’orientation des locuteurs.

16 « La relation entre bien-être et paysage peut passer effectivement par la traduction paysagère des activités économiques et par ce qu’elles apportent aux populations en terme d’emploi. » (Luginbühl et Salles, 2013)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Les grandes dynamiques en cours constituant les paysages actuels du territoire de la CAHC.
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/17387/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabrice Raffin, Antoine Luginbühl et Olivier Pollet, « Une approche pluridisciplinaire et pluri-scalaire des dynamiques paysagères du bassin minier du Nord-Pas-de-Calais  », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 24 | juin 2016, mis en ligne le 10 juin 2016, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://vertigo.revues.org/17387 ; DOI : 10.4000/vertigo.17387

Haut de page

Auteurs

Fabrice Raffin

Université de Picardie Jules Verne, Laboratoire Habiter-Monde EA4287, Chemin du Thil 80000 Amiens, France, courriel : fabrice.raffin@u-picardie.fr

Antoine Luginbühl

Association Passeurs, 253, cours de l'Argonne, 33 000 Bordeaux, France

Olivier Pollet

SEA Europe, 35 rue d’Hautpoul, 75011 Paris, France

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page