Skip to navigation – Site map
2016

Effets des substrats à base de fanes de haricot et de feuilles de bananier sur la productivité des souches de Pleurotus ostreatus (P969 et HK51) sur étagère et gobetage

Jean Mondo Mubalama, Espoir Mukengere Bagula, Alphonse Balezi Zihalirwa and Gustave Mushagalusa Nachigera

Abstracts

Abstract : The objective of this study was to contribute to the establishment of mushroom cultivation practices that increase productivity of the mushroom by using locally available materials. These substrates were cut and dipped in cold tap water and drained for 24 hours. Rice bran was added thereto as an additive. The bags were filled at 1 kilogram of substrate, and then pasteurized in steam in a half shaft for 2h30, then cooled for 24 hours and then inoculated with the mother culture. The pouches were incubated until the mycelium has fully colonized the substrate. At the outcome of a study, fruiting technique and substrate type influenced the weight and diameter of pileus. The highest averages in terms of weight were obtained on the technique of casing and the bean vines based substrate while the lowest average was obtained on the shelf. Effects due to strains were not significant.

Top of page

Full text

Introduction

1Au Sud-Kivu montagneux, l’insécurité alimentaire a comme causes essentielles l’épuisement des sols et la faiblesse des revenus de ménages surtout ruraux. À ces deux causes vient se greffer la forte densité démographique qui rend difficile l’acquisition des terres agricoles (De Failly, 2000). Dans des pays à fortes densités de population et aux sols dégradés, les produits forestiers non ligneux (PFNL) sont une alternative permettant aux populations rurales d’éviter les carences alimentaires et constituent une source de revenus conséquente. Parmi ces PNFL, les champignons sont particulièrement recherchés en raison de leur valeur marchande ainsi que pour les nombreux sels minéraux et vitamines qu’ils contiennent (Eyi et al., 2008 ; Mattila et al., 2001 ; Vetter, 1994 ; Breene, 1990). Les champignons ont également des vertus médicinales et sont considérés comme idéal pour les patients de l’hypertension, les complications rénales et pour les diabétiques (Chandy, 1997 ; Yip et al., 1987). De plus, ils sont souvent considérés comme aliments thérapeutiques ayant des propriétés anticholesterolémiques (Mattila et al., 2000 ; Bobek et Galbavy, 1999 ; Bobek et al., 1995). Dans certains villages de la RD Congo, les champignons font essentiellement objet de la cueillette où près de 40 % des femmes participent à celle-ci (Degreef, 1992 ;1990). Cependant, la nourriture obtenue grâce à la cueillette et qui accompagne les produits de base est saisonnière (Dibaluka et al., 2010 ; De Merode et al., 2004). C’est ainsi que pendant des milliers d’années, la mise en culture des champignons supérieurs a été pratiquée en tant que source de nourriture et de revenus tout en valorisant les résidus agricoles et industriels (Masarirambi et al., 2011 ; Lourdes et al., 2008 ; Beetz et Kustida, 2004 ; Mattila et al., 2001). Cependant, malgré la forte demande sur le marché, la production des champignons dans les pays en développement et principalement en RD Congo reste faible. Ceci peut être attribué à l’insuffisance des connaissances sur la conduite de la myciculture, le choix de souches en fonction des exigences écologiques et les types de substrats adaptés (Shongwe, 2007). La présente étude qui met en essai différentes techniques de fructification de 2 souches de Pleurotus ostreatus sur divers substrats contribuera à la mise en place des pratiques mycicoles susceptibles d’accroitre la productivité du champignon en utilisant des résidus agricoles localement accessibles.

Méthodologie

Description du dispositif d’expérimentation

2Les expérimentations ont été réalisées à Bukavu à l’est de la RD Congo dans les enceintes de l’Université Evangélique en Afrique (2° 32’ 36" de latitude sud, 28° 51’ 33" de longitude Est et à 1661 m d’altitude). Cette étude a été menée en 2 essais différents : l’un à l’intérieur d’un hangar et l’autre à l’extérieur de celui-ci. Le hangar en bâche était couvert d’une mince couche de paille pour réduire la température interne. À l’extérieur un tunnel a été aménagé et couvert d’un plastique transparent permettant le passage de lumière, mais protégeant contre les intempéries (pluies, ensoleillement direct et le vent). Les moyennes des paramètres environnementaux enregistrés pendant la fructification sont présentées dans le tableau 1.

Tableau 1. Données sur les températures moyennes et humidité de l’air au site d’étude pendant la fructification.

Technique

T °C Matin

Hum (%) Matin

T °C Midi

Hum (%) Midi

T°C Soir

Hum (%) Soir

Étagère

17,8

73,1

26,5

50,3

21,5

61,4

Gobetage intérieur

19,2

62,3

24,9

48,3

22,4

49,2

Gobetage extérieur

18,5

64,7

22,7

54,1

19,6

58,9

Légende : T°C : température en degré Celsius. Hum ( %) : humidité de l’air en pourcentage.

Matériels

3Deux souches de Pleurotus ostreatus ont été utilisées comme matériels mycicoles. La première souche est P. ostreatus var. P969 et la seconde est P. ostreatus var. HK51. Les deux ont été choisies vu leur adaptation dans la sous-région (Lin, 2006) et leur appréciabilité par les consommateurs. Les champignons du genre Pleurotus appartiennent à l’embranchement de Basidiomycètes, à l’ordre des Agaricales et à la famille des Pleurotaceae (Kirk et al., 2008 ; Pegler, 1987). Deux types de substrats locaux ont été utilisés. Il s’agit de fanes d’haricot et de feuilles sèches de bananier, choisis vu leur accessibilité dans les environs de la ville de Bukavu.

Méthodes

4L’étude a été faite suivant la méthode de Kiyuku et al. (2008). Les substrats, les fanes d’haricot et les feuilles sèches de bananier, ont été découpés et trempés dans l’eau froide de robinet et égoutté pendant 24 h. Les deux types de substrat ont été mélangés avec le son de riz à raison de 10 % par kilogramme de substrat et conditionnés dans des sachets plastiques de 30 cm x17 cm. Les sachets remplis de substrat ont été pasteurisés à la vapeur dans un demi-fût pendant 2 h 30 et refroidis ensuite pendant 24 h. L’ensemencement des substrats s’est réalisé en conditions plus ou moins aseptiques grâce à l’usage d’un bec bunsen. Le lardage s’est fait à raison de 2 cuillères à café du blanc de semis par sachet. Notons que les sachets ont été coiffés par un tampon d’ouate et serrés par un anneau en plastique pour permettre le passage d’oxygène, tout en minimisant le risque de contamination. L’incubation des substrats ensemencés s’est déroulée dans une chambre sombre durant 4 semaines.

5Après incubation, la méthode d’Oei (1993) a été appliquée afin de permettre une bonne fructification. Cette méthode a été suivie en utilisant la technique de culture en tranchées ou gobetage et sur étagère. Le gobetage a consisté de : i) creuser une tranchée de 1 m de large sur 1 m de longueur, 35 cm de profondeur dépendamment de la hauteur du substrat ; ii) enlever les sachets sur les substrats entièrement colonisés ; iii) placer côte à côte les substrats dans la tranchée à une distance de 20 cm entre les substrats puis couvrir avec une mince couche de terre ; iv) après cette implantation, une petite serre y était construite pour le contrôle des intempéries telles que les fortes pluies et l’ensoleillement excessif. Quant à la technique sur les étagères, les sachets sont troués pour permettre le passage des primordia, puis déposés sur des étagères en bois. Pour les deux techniques, l’arrosage à l’eau du robinet était fait 2 fois par jour, dès l’apparition des primordia fructifères jusqu’à la maturité des champignons (chapeaux entièrement étalés). Pour la mise en place, un dispositif en split plot a été utilisé avec 3 facteurs en étude dont la technique de fructification, le substrat et la souche. La technique de fructification a trois modalités alors que les autres en ont deux chacun. La figure 1 représente un des sous-blocs. Il y en avait, en effet, un pour chaque technique avec 3 répétitions.

Figure 1. Un sous bloc du dispositif expérimental.

Figure 1. Un sous bloc du dispositif expérimental.

Légende : HK51 : souche de P. ostreatus var. HK51; P969 : souche de P. ostreatus var. P969; FB : Feuille de bananier; FH : Fane de haricot

6Tout au long de l’étude, les paramètres suivants ont été observés et mesurés : le diamètre du pileus (carpophore, chapeau), la hauteur du stipe, le poids moyen en grammes des champignons, le nombre des pieds par touffe et le nombre des touffes par substrat et le nombre d’avortons.

Détermination du rendement

7Les logiciels R 2.15.1 et Statistix 8.0 ont été utilisés pour l’analyse des données. Les données de mesure ont été soumises à l’analyse de la variance au seuil de signification de 0.05 suivant un modèle split-plot. Pour révéler les différences entre traitements ainsi que leurs interactions, le test de Tukey a été utilisé pour la séparation des moyennes. La corrélation de Pearson a enfin été utilisée pour ressortir l’interdépendance de différents paramètres mesurés.

Résultats

8Le tableau 2 présente les effets moyens des facteurs en étude sur les moyennes des mesures pour les différents paramètres évalués.

Tableau 2. Effets des techniques de fructification sur les différents paramètres de rendement du champignon

Techniques

Diamètre de

Pileus (cm)

Hauteur

Stipes (cm)

Pieds par touffe (no)

Poids moyen

(g)

Nombre

d’avortons (no)

Gobetage ext

12,3a

2,6 b

3,7 b

179,4a

3,7 b

Gobetage int

10,5a

5,7a

4,7 b

162,9ab

4,4 b

Étagère

6,9 b

3,9ab

6,5a

93,4 b

6a

CV( %)

34,2

40,8

58,8

51,1

79,7

Légende : a, b : Les moyennes de même colonne suivies des lettres identiques ne sont pas statistiquement différentes au seuil de signification de 5 % du test LSD.

9Les cultures effectuées par gobetage à l’extérieur et à l’intérieur ont produit des champignons avec des pileus aux diamètres respectivement de 12,3 et 10,5 cm supérieurs à la culture sur étagère qui a produit des carpophores de faible diamètre (6,9 cm). En ce qui concerne la hauteur de stipes, le gobetage extérieur a produit une hauteur faible de 2,7 cm par rapport aux carpophores du gobetage sous hangar (5,7 cm) et étagère (3,9 cm). Après analyse, nous avons observé que les trois techniques influencent différemment le nombre de pieds par touffe d’une manière très significative (P =0,00756). Ainsi, la technique de production sur étagère a donné le grand nombre de pieds par touffe avec un nombre élevé d’avortons. Quant au poids moyen des champignons, les deux techniques de gobetage ne sont pas statistiquement très différentes avec 179,4 g (extérieur) et 162,9 g (intérieur). La culture sur étagère s’écarte significativement des deux premiers (93,4 g). Enfin, un nombre élevé d’avortons (6) est observé sur étagère comparée aux deux autres techniques avec respectivement 3,7 pour gobetage extérieur et 4,4 pour le gobetage intérieur.

10Le tableau 3 présente les effets moyens des substrats sur les moyennes des mesures pour les différents paramètres évalués.

Tableau 3. Effets des types de substrats sur les différents paramètres de rendement.

Substrat

Diamètre pileus (cm)

Hauteur des stipes

(cm)

Pieds par touffe (no)

Poids moyens (g)

Nombre d’avortons (no)

Fane de haricot

13a

4a

4,9a

198,7a

4,3a

Feuilles de bananier

7,9 b

4,2a

4,8a

111,5 b

4,7a

CV( %)

33,0

40,8

88,7

58,7

89,6

Légende : a,b : Les moyennes de même colonne suivies des lettres identiques ne sont pas statistiquement différentes au seuil de signification de 5 % du test LSD.

11Les fanes d’haricots ont été meilleures comparativement aux feuilles sèches de bananier. Elles ont donné des champignons avec un diamètre de pileus élevé (13 cm) contre 7,9 cm pour les feuilles de bananier. Des poids moyens élevés (198,7 g) ont été enregistrés aux fanes d’haricot comparativement aux feuilles de bananier (111,5 g). Les autres paramètres n’ont pas été statistiquement très différents en fonction des substrats.

12Le tableau 4 présente les effets moyens des souches sur les moyennes des mesures pour les différents paramètres évalués.

Tableau 4. Effets des souches utilisées sur les différents paramètres de rendement.

Substrat

Diamètre pileus (cm)

Hauteur des stipes (cm)

Pieds par touffe (no)

Poids moyens (g)

Nombre d’avortons (no)

HK51

9,5a

4,6a

4,3a

131,2a

4,2a

P969

10,8a

4,1a

5,1a

175,5a

4,4a

CV( %)

29,9

26,5

60,5

46,4

148,9

Légende : a,b : Les moyennes de même colonne suivies des lettres identiques ne sont pas statistiquement différentes au seuil de signification de 5 % du test LSD.

13En se référant aux résultats présentés dans le tableau 4 ci-dessus, la souche n’a pas d’effets significatifs sur les paramètres de rendement de champignons.

14À la lecture de la figure 2, les fanes d’haricots ont été meilleures comparativement aux feuilles sèches de bananier. Elles ont donné des champignons avec des poids moyens élevés (244g) sur gobetage extérieur sur la souche P969. La moyenne la plus faible est enregistrée aux feuilles de bananier (61,4 g) sur étagère avec la souche HK51.

Figure 2. Effets de l’interaction des techniques, souches et types de substrats sur le poids en gramme du champignon.

Figure 2. Effets de l’interaction des techniques, souches et types de substrats sur le poids en gramme du champignon.

15Le tableau 5 présente la corrélation de Pearson entre le poids moyen du champignon et les différents paramètres de rendement.

16La hauteur des stipes a un effet positif sur le nombre d’avortons, cest-à-dire qu’au fur et à mesure que les avortons sont nombreux, leurs hauteurs deviennent plus élevées et effilées. Par contre, le nombre d’avortons et la hauteur des stipes ont des effets négatifs sur le diamètre des carpophores et le poids des pleurotes. Cela signifie qu’au fur et à mesure que le nombre d’avortons augmente et les stipes s’allongent, les carpophores deviennent de plus en plus petits et les pileus ont tendance à perdre leur poids. Ce cas est aussi remarquable pour le nombre des pieds par touffe qui a un effet disproportionnel sur le diamètre des carpophores. Seul le diamètre des carpophores a un effet positif sur le poids des pleurotes (87,4 %) ; cela signifie que les sporophores ont tendance à avoir les poids élevés au fur et à mesure que les diamètres de leurs pileus augmentent.

Tableau 5. Corrélations de Pearson entre les paramètres de rendement chez le champignon

Hauteur des stipes (cm)

Nombre d’avortons

Nombre de pieds par touffe

Nombre des touffes

Diamètre

carpophores (cm)

Poids (g)

Hauteur des stipes

0,5692***

0,1571 ns

0,0769 ns

-0,7182***

-0,6875***

Nombre d’avortons

0,5692***

Nombre de pieds par touffe

0,1571 ns

0,2684 ns

Nombre des touffes

0,0769 ns

0,0316 ns

-0,2073

Diamètre des carpophores

-0,7182***

-0,7954***

-0,3667*

-0,0061 ns

Poids

-0,6875***

-0,8041***

-0,2332 ns

0,0329 ns

0,8739***

Légende : ***,* : Niveau de signification correspondant respectivement à P≤0,001, P≤0,05 ; ns : non significatif

Discussion

17La différence des moyennes observée sur les paramètres mesurés serait due à la productivité du substrat, mais aussi à l’influence de la technique sur l’humidité et la température dans le substrat. Le substrat qui contient beaucoup d’azote donne un bon rendement, autrement dit plus il y a de substances assimilables disponibles, plus le rendement en champignons est élevé. Oei (2003) avait aussi démontré cette réalité chez les espèces du genre Pleurotus. C’est pour cette raison que les fanes d’haricot (légumineuse) ont été plus productives que les feuilles des bananiers. En effet, la plupart des espèces de pleurotes se développent de façon optimale sur des substrats dont le rapport C/N = 50 (INRA, 1995).

18La technique de gobetage donne le meilleur poids en champignon que l’étagère. Cette performance serait liée aux conditions favorables dans le substrat fournies par la technique de gobetage entre autre, l’humidité et la température, qui jouent un rôle prépondérant dans la multiplication mycélienne (Jandaik et Goyal, 1995). Oei (2005) affirme que la couche du sol qui sert comme couverture de semences lors de la pratique de gobetage procure des micro-organismes indispensables, mais joue également le rôle de régulateur de l’humidité qui, à son tour, incite le mycélium à produire des sporophores ayant un poids élevé. Cette humidité du sol, la richesse de fanes d’haricot et la présence des micro-organismes que procure le gobetage pourraient être à la base de l’augmentation de rendement. Le diamètre des pileus était plus élevé en gobetage (presque le triple) que sur étagère. Les fanes d’haricot appliquées en gobetage ont donné un diamètre de pileus supérieur (16,1 cm) à celui obtenu sur étagère (5,5 cm). Sur étagère, les feuilles des bananiers ont donné de bons diamètres (7,5 cm) comparativement aux fanes d’haricot à cause de la capacité de rétention en eau dont disposent les feuilles de bananier. Le diamètre des pileus dépendrait donc de la température du milieu ambiant et de la capacité du substrat à maintenir l’humidité.

19En ce qui concerne la hauteur de stipe, Mondal et al. (2010) ont trouvé comme l’a confirmé notre étude que la qualité de Pleurotus ostreatus dépendait de la longueur du stipe ; plus elle est longue, plus le poids devient faible. Ceci pourrait justifier la différence de poids entre le gobetage fait dans le hangar et celui fait à l’extérieur. En effet, dans le premier cas, il y a une tendance à l’étiolement par défaut de lumière, ce qui rallonge le stipe et détériore le développement du sporophore. Pour ce faire, la construction d’un tunnel en plastique laissant pénétrer la lumière serait recommandable. De par la corrélation, seul le diamètre des carpophores a un effet positif sur le poids des pleurotes (87,4 %) ; cela signifie que les sporophores ont tendance à avoir les poids élevés au fur et à mesure que les diamètres de leurs pileus augmentent.

Conclusion

20Au terme de cette étude, nous avons obtenu des résultats qui permettent de tirer les conclusions suivantes : la technique de gobetage a donné le meilleur rendement en sporophores par rapport à la production en sac sur étagère sur les deux substrats utilisés. Le substrat à base de fane de haricot a donné le meilleur rendement en sporophores par rapport aux feuilles de bananier sur les deux souches. Partant de ces résultats, la culture sur gobetage est à conseiller en myciculture. De nouvelles études devraient être menées sur la combinaison substrats-additifs en vue d’améliorer davantage la productivité des pleurotes pour faire ainsi frein à l’insécurité alimentaire qui caractérise la sous-région.

Remerciements

21Nos remerciements à l’organisme allemand Pains pour le Monde (EED), au FAST Africa et à l’Université Évangélique en Afrique pour l’accord des moyens financiers et matériels, nécessaires dans la conduite de la présente étude. Que les ingénieurs Olivier Buhendwa et Dulce Cirimwami reçoivent nos remerciements, pour leur participation active dans la collecte des données.

Top of page

Bibliography

Beetz, A. et M. Kustida, 2004, Mushroom Cultivation and Marketing, ATTRA Publication, IP 087, Slot 75, Version 042705, [en ligne] URL : http://www.attra.org/attra-pub/PDF/mushroom.pdf

Bobek, P. et S. Galbavy, 1999, Hypocholesterolemic and antiatherogenic effect of oyster mushroom (Pleurotus ostreatus) in rabbits, Nahrung 43 (5), 339-342p.

Bobek, P., L. Ozdin et M. Mikus, 1995, Dietary oyster mushroom (Pleurotus ostreatus) accelerates cholesterol turnover in hypercholesterolaemic rats. Phys. Res. 44 (5), pp. 287-291

Breene, W.M., 1990, Nutritional and medicinal value of specialty mushrooms, Journal of Food Protection, 53 (10), 883-894.

Chandy, K.T., 1997, Oyster Mushroom Cultivation, Indian Social Institute, New Delhi, 12 p.

Dibaluka M.S., L.F. Lukoki, A. De Kesel et J. Degreef, 2010, Essais de culture de quelques champignons lignicoles comestibles de la région de Kinshasa (R.D. Congo) sur divers substrats lignocellulosiques, Biotechnol, Agron. Soc. Environ, 14(3), pp. 417-422

Degreef, J., 1990, Inventaire, valeur alimentaire et culture de champignons comestibles du Shaba. Mémoire fin d’études. Chaire d’Ecologie et Phytosociologie, Fac. Sciences Agron. de Gembloux, Belgique.

Degreef, J, 1992, Les champignons comestibles, leur importance pour les populations africaines. Défis - Sud nov. 1992, pp. 38-39.

De Merode, E., K. Homewood et G. Cowlishaw, 2004, The value of bush meat and other wild foods to rural households living in extreme poverty in Democratic Republic of Congo. In Biological Conservation, volume 118 num 5, 573–581p.

Eyi Ndong, H., S. Cognet, J. Degreef et C. Bracke, 2008, Valorisation des champignons comestibles du Gabon : essai de mise en culture d’une souche sauvage locale de Lentinus squarrosulus Mont. In : Vermeulen C. et Doucet J.L., eds. Les premières forêts communautaires du Gabon. Gembloux, Belgique : Faculté universitaire des Sciences agronomiques de Gembloux, 35p.

De Failly, D., 2000, L’économie du Sud-Kivu 1990-2000 : mutations profondes cachées par une panne, dans S. Maryse et Reytjens eds. L’Afrique des grands lacs, Annuaire 1999-2000, Paris : l’Harmattan, p. 163- 192.

INRA, 1995, Dossier Pleurotes, Bordeaux, 156 p

Jandaik, C.L. et S.P. Goyal, 1995, Farm and farming of oyster mushroom (Pleurotus sp). In : Singh R.P. et H.S. Chaube, editors. Mushroom Production Technology. G. B. Pant Univ. Agril. And Tech., Pantnagar India, 72-78 p.

Kirk, P.M., P.F Cannon., D.W. Minter et J.A. Stalpers, 2008, Ainsworth and Bisby’s Dictionary of the Fungi, 10th edition. CAB Europe - UK : 771p.

Kiyuku, P., S. Bigawa et M. Penninckx, 2008, Etude de l’effet des substrats utilisés pour la culture de Pleurotus spp : Cas des souches 336, 014 et HK7 sur brisures des graines de coton et fibres des fruits de palmier à huile. Revue de l’Université du Burundi n° 24. 17p

Lin, Z., 2006, Juncao technology, Fujian Agriculture & Forestry University, 143 p.

Lourdes, A.T., S.M.A. Arvin et B.R. Jeremy, 2008, Agronomic Responses of Oyster Mushroom (Pleurotus ostreatus) on Different Agricultural Wastes as Substrates . Retrieved from : http://region1.dost.gov.ph/IPSF% 20compilations/pdf %20files/agronomic % 20responses. pdf, (Accessed on : November 8, 2008).

Masarirambi, M.T., M.B. Mamba et D.M. Earnshaw, 2011, Effect of various substrates on growth and yield of oyster mushrooms, Asian J. Agric. Sci., 3(4), pp. 375-380

Mattila, P., K. Konko, M. Eurola, JM. Pihlava, J. Astola, L. Vahteristo, V. Hietaniemi, J. Kumpu, M. Valtonen et V. Piironen, 2001, Contents of vitamins, mineral elements, and some phenolic compounds in cultivated mushrooms, J. Agric. Food Chem. 49 (5), pp. 2343-2348

Mattila, P., K. Suonpää et V. Piironen, 2000, Functional properties of edible mushrooms, Nutr., 16 (7/8), pp. 694-696.

Mondal, S.R., M.J. Rehana, M.S. Noman et S.K. Adhikary, 2010, Comparative study on yield performance of oyster mushroom (Pleurotus florida) on different substrates, J. Bangladesh Agril. Univ. 8(2), pp. 213–220

Oei, P., 1993, La culture des champignons. Guide technique. Amsterdam, Pays-Bas : CTA, TOOL, FGRET, 318 p

Oei, P., 2003, Manual on Mushroom Cultivation : Techniques, Species and Opportunities for Commercial Application in Developing Countries. TOOL Publications, Amsterdam, The Netherlands, 274 p.

Oei, P., 2005, La culture des champignons à petite échelle : pleurotes, shiitakes et auriculaires. Wageningen, Pays-Bas : Fondation Agromisa, CTA, 86 p.

Pegler, D.N. et G.D. Piearce, 1980, The edible Mushrooms of Zambia, Kew Bulletin, pp. 475-491

Shongwe S., 2007, Effect of wheat bran on the yield of oyster mushrooms. Unpublished B.Sc. Thesis, University of Swaziland, Luyengo, Swaziland.

Vetter, J., 1994, Mineral elements in the important cultivated mushrooms Agaricus bisporus and Pleurotus osteratus, Food Chemistry, 50, pp. 277-279

Yip, K.P., K.P. Fung, S.T. Chang et S.C. Tam, 1987, Purification and mechanism of the hypotensive action of an extract from edible mushroom Pleurotus sajor-caju. Neurosci Lett Suppl, 21, pp. 321-324

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1. Un sous bloc du dispositif expérimental.
Caption Légende : HK51 : souche de P. ostreatus var. HK51; P969 : souche de P. ostreatus var. P969; FB : Feuille de bananier; FH : Fane de haricot
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/16899/img-1.png
File image/png, 79k
Title Figure 2. Effets de l’interaction des techniques, souches et types de substrats sur le poids en gramme du champignon.
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/16899/img-2.jpg
File image/jpeg, 48k
Top of page

References

Electronic reference

Jean Mondo Mubalama, Espoir Mukengere Bagula, Alphonse Balezi Zihalirwa and Gustave Mushagalusa Nachigera, « Effets des substrats à base de fanes de haricot et de feuilles de bananier sur la productivité des souches de Pleurotus ostreatus (P969 et HK51) sur étagère et gobetage  », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [Online], Regards / Terrain, Online since 11 April 2016, connection on 23 March 2017. URL : http://vertigo.revues.org/16899 ; DOI : 10.4000/vertigo.16899

Top of page

About the authors

Jean Mondo Mubalama

Faculté des Sciences agronomiques et Environnement, Université évangélique en Afrique, BP 3323 Bukavu, République Démocratique du Congo, courriel : mondo.mubalama@yahoo.fr/mondojean@gmail.com

Espoir Mukengere Bagula

Faculté des Sciences agronomiques et Environnement, Université évangélique en Afrique, BP 3323 Bukavu, République Démocratique du Congo, courriel : bespoir@yahoo.com

Alphonse Balezi Zihalirwa

Département de Biologie, Faculté des Sciences et Sciences appliquées, Université Officielle de Bukavu, République Démocratique du Congo, courriel : bzih2004@yahoo.fr

Gustave Mushagalusa Nachigera

Faculté des sciences agronomiques et Environnement, Université évangélique en Afrique, BP 3323 Bukavu, République Démocratique du Congo, courriel : nachigera@yahoo.fr

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page