Navigation – Plan du site

Le rôle d’Internet et des technologies de l’information et de la communication dans le partage de connaissances sur l’adaptation des communautés côtières aux changements climatiques : retour sur l’expérience de création d’un contenu en ligne

Note de recherche
Sebastian Weissenberger et Omer Chouinard

Résumés

Nous décrivons l’expérience de création d’un contenu en ligne sur l’adaptation aux changements climatiques en zone côtière dans une perspective internationale et le contexte dans lequel ce projet a évolué. L’objectif du projet était l’information, la communication, le soutien aux projets de recherche-action sur le terrain et le réseautage. L’utilisation d’Internet et des technologies de l’information et de la communication (TIC) permet en principe de favoriser la dissémination des connaissances de projets de recherche et de rejoindre les nombreuses communautés côtières du monde, mais les contextes nationaux et locaux varient, notamment en ce qui a trait à l’accès à de tels contenus. Par ailleurs, la présence de différentes audiences cible, aux connaissances et intérêts différents, oblige à évaluer la pertinence et l'intelligibilité des contenus. L’implication de partenaires de terrain peut s’avérer très utile dans ce contexte. L’adaptation à la variabilité et aux changements climatiques en zone côtière se prête particulièrement bien à un tel exercice puisque les défis environnementaux et les solutions d’adaptation se ressemblent partout dans le monde, les savoirs peuvent donc être utilisés à l’échelle mondiale.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le projet de création de contenus en ligne présenté dans le cadre de cette note de recherche s’est façonné à la suite de divers projets de recherche-action participative sur l’adaptation des zones côtières menés dans diverses municipalités du Nouveau-Brunswick par des chercheurs de l’Université de Moncton. Par la suite, grâce à l’implication de chercheurs d’autres provinces et d’autres pays, et avec le soutien de l’Université virtuelle en environnement et développement (UVED), l’ambition du projet s’est étendue au Québec et à d’autres pays francophones (Bénin, France métropolitaine et d’outre-mer, Haïti, Sénégal). Les objectifs du projet étaient de plusieurs ordres soit l'éducation, vulgarisation, la sensibilisation, le soutien des communautés et acteurs et le réseautage. Dans la création et validation du contenu, les différents partenaires de terrain ont été impliqués à divers degrés. Comme le site est en évolution continuelle, il s’agit d’un projet en cours.

Cadre théorique

2Le cadre théorique sous-jacent au projet s’inscrit dans la recherche-action participative, approche dans laquelle l’utilisation du contenu web comme outil d’aide à l’adaptation s’inscrit. Dans ce cadre, l’utilisation du web et des technologies de l’information cherche à favoriser la dissémination des connaissances et la réplication d’expériences d’adaptation réussies.

La recherche-action participative

3Les recherches au Nouveau-Brunswick qui ont été à l’origine du projet de contenu en ligne ont été menées dans une perspective de recherche-action participative (RAP) (Mackinson et al., 2015 ; Guillemot et al., 2014 ; Noblet et Chouinard, 2014 ; Savoie-Zajc, 2009). Celle-ci vise à engager un dialogue entre le chercheur et l’acteur de la communauté, ainsi que d’initier un dialogue collectif entre les différents acteurs du processus d’adaptation de la collectivité en questions. L’objectif final des projets de RAP est d’outiller les communautés pour poursuivre de manière autonome le processus d’adaptation, le rôle du chercheur est plutôt celui d’un accompagnateur et facilitateur que celui d’un expert-conseil. L’objectif de l’utilisation d’Internet et des technologies de l’information et communication (TIC) est d’étendre ce dialogue à une échelle inter-communautés dans un contexte géographiquement délocalisé.

La réplication d’expériences pilotes

4Une grande partie de la recherche et de l’intervention sur l’adaptation aux changements climatiques s’effectue à travers des projets pilotes, surtout pour des initiatives basées sur les communautés comme les préconisent des grandes agences comme le PNUD, la Commission économique des Nations unies pour l’Europe, la Banque Mondiale ou l’ONG CARE (Care, 2013 ; Uitto and Shaw, 2006 ; UNDP, 2012 ; UNECE, 2013). Le projet pilote a comme but de tester des hypothèses à petite échelle et expérimenter des approches de solution à petite échelle pour pouvoir par la suite les appliquer à plus grande échelle. Dans ce sens, il se différencie du projet de RAP, qui vise à développer en partenariat avec les communautés des solutions localement adaptées. Néanmoins, le principe de propagation d’expériences concluantes en mettant à profit la « contamination de proximité du processus de changement » (Billé, 2009) s’applique aux deux formes de projets. Au Nouveau-Brunswick, un exemple contamination de proximité a été observé dans l’adoption par des municipalités voisines de l’arrêté municipal de Beaubassin-Est incluant l’augmentation future du niveau de la mer dans les codes de construction. Ce mouvement reste cependant géographiquement limité. Parmi les autres limites de l’utilité de l’approche par projets relevées par Billé (2007) dans le cas de projets sur la gestion intégrée des zones côtières figure l’importance d’un initiateur de projet, souvent externe à la communauté et la dépendance de financement externe. L’utilisation d’Internet et des TIC peut en partie pallier ces limites.

5La communication et la diffusion des connaissances sont un prérequis pour leur réplication (UNDP, 2012). D’ailleurs, la dissémination des connaissances et les enseignements de projets à l’échelle locale sont un des trois objectifs de l’adaptation basée sur les communautés ainsi que définis par le PNUE (Uitto et Shaw, 2006). L’internet a pour avantage de pouvoir mettre à disposition gratuitement et à large échelle l’information, ce qui est rarement le cas des articles scientifiques ou des rapports techniques.

Comment rejoindre les communautés côtières

6Dans le cas de projets d’adaptation côtière aux changements climatiques, le public cible est l’ensemble des communautés côtières. Il n’existe pas de définition précise de ce que constitue la zone côtière, de sorte que les estimations du pourcentage de la population mondiale résident en zone côtière oscillent entre 30 % et 40 % (Martínez et al., 2007 ; Small et Nicholls, 2003). Au sein de la zone côtière, souvent considérée comme la zone comprise dans un périmètre de 100 km ou moins de la côte, la densité de population atteint un pic à une distance d’environ 5 km de la côte et moins de 10 m d’élévation, signifiant qu’une grande partie de cette population est à risque de la variabilité et des changements climatiques. Le nombre de communautés côtières est difficile à évaluer. En effet, alors que 11 des 15 plus grandes villes du monde se situent dans la zone côtière (incluant les estuaires), les grandes villes ne représentent que 10 % de la population côtière, le reste vivant dans des communautés souvent de très petites tailles (Small et Nicholls, 2003).

7La question comment rejoindre toutes ces communautés se pose donc à deux niveaux. L’un est le niveau géographique et technique, c'est-à-dire le moyen de communication approprié pour rejoindre la multitude de communautés côtières. L’autre est la question du contenu, c’est à dire comment les connaissances des études de cas peuvent être convoyées de manière utile et compréhensible aux communautés côtières.

L’expérience de création d’un contenu web sur l’adaptation des zones côtières aux impacts des changements et de la variabilité climatiques

Le projet de création de contenus en ligne – présentation générale

8Gardant ces deux aspects à l’esprit, nous avons entrepris de créer un site portant sur l’adaptation aux changements climatiques et à l’augmentation du niveau de la mer en zone côtière (figure 1). Le site comporte une composante internationale, présentant une demi-douzaine d’études de cas à travers le monde et une composante régionale, détaillant les travaux menés au Nouveau-Brunswick, ainsi que deux modules sur des connaissances générales. Au fur et à mesure, des études de cas continueront à être ajoutées.

Figure 1. Page d’accueil du contenu en ligne sur l’adaptation aux changements climatiques et à l’augmentation du niveau de la mer en zones côtières.

Figure 1. Page d’accueil du contenu en ligne sur l’adaptation aux changements climatiques et à l’augmentation du niveau de la mer en zones côtières.

Source : Université de Moncton, http://www8.umoncton.ca/​umcm-climat/​uved

  • 1 Université de Moncton, Université du Québec à Montréal, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Y (...)

9Le site a bénéficié du soutien matériel de l’Université virtuelle en environnement et en développement (UVED), une initiative du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche de la France, du Fonds de fiducie en environnement du Nouveau-Brunswick, du ministère des Ressources naturelles du Canada et de l’Université de Moncton. La réalisation du site a été assurée par le Groupe des technologies de l’apprentissage (GTA) de la Direction générale des technologies (DGT). Les études de cas ont été réalisées par des chercheurs et intervenants de plusieurs institutions1

10Les contributions des auteurs de ces institutions ont permis de couvrir des études de cas dans plusieurs régions soit le littoral acadien, Nouveau-Brunswick, le Québec Maritime, les littoraux en France, les littoraux de Guadeloupe et de Martinique, Haïti, le Sénégal : Petite Côte et Delta du Saloum et le Bénin : la côte sud-ouest

11La combinaison des connaissances théoriques, des exemples de stratégies d’adaptation au monde et la description plus détaillée des études de cas se veut être utile autant pour des étudiants (le contenu est labélisé comme cours UVED) que pour les acteurs des communautés.

12Le passage sur internet permet d’utiliser du matériel graphique et audiovisuel, ce qui ne serait pas possible dans des médias imprimés traditionnels. Ainsi, de nombreuses photos et figures permettent d’illustrer le contenu et de rendre plus tangibles les concepts théoriques, les outils d’adaptation et les contextes des études de cas. Quelques présentations magistrales ont été filmées, ainsi qu’une séance de recherche-intervention dans une communauté de la Gaspésie. Nous avons mené 36 entrevues avec différents intervenants gouvernementaux, du secteur académique et de la société civile (tableau 1, figure 2). Toutes les entrevues ont été découpées en clips de quelques minutes et intégrées au site ainsi qu’au Canal U (Université de Moncton, 2013). Les entrevues menées en anglais ont été traduites en sous-titre.

Tableau 1. Fonctions des intervenants des entrevues menées pour le projet en ligne

Gouvernement

Science et enseignement

Société civile

Chercheurs universitaires

1 Ancien ministre (Québec) et Secrétaire parlementaire du Ministre de l’Environnement et du Vice-premier ministre à Ottawa (Canada)

2 Maires (Nouveau-Brunswick)

3 Conseillers municipaux (Nouveau-Brunswick, Québec)

1 Fonctionnaire, ministère fédéral (Canada)

2 Fonctionnaires ministères provinciaux (Nouveau-Brunswick)

2 Urbanistes de commissions d’aménagement (Nouveau-Brunswick)

1 UNB (Nouveau-Brunswick)

3 U Moncton (Nouveau-Brunswick)

3 UQAR (Québec)

1 INSPQ (Québec)

1 OURANOS (Québec)

1 U OTTAWA (Ontario)

1 Brock U (Ontario)

1 UPEI (Ile du Prince-Edouard)

1 NS Agricultural College (Nouvelle-Écosse)

1 UVSQ (France)

1 U Rennes (France)

1 UCAD (Sénégal)

1 Sans attache

1 Ostréiculteur (Nouveau-Brunswick)

1 Directeur ZIP (Québec)

1 Représentante Mi’kmaq (Nouvelle-Écosse)

1 Représentante ONG (Sénégal)

Autres chercheurs et enseignants

1 consultant (Nouveau-Brunswick)

2 professeurs CEGEP (Québec)

  • 2 Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick, Groupe de développement durable du (...)

13Dans l’esprit d’engagement des partenaires communautaires en lien avec l’approche de RAP adoptée lors des interventions sur le terrain (Plante et al., 2011), plusieurs partenaires ont été sollicités au sein des communautés2. Afin de consulter les partenaires, nous avons tenu des réunions publiques pour présenter le matériel à plusieurs reprises aux campus de Moncton et de Shippagan de l’Université de Moncton, à une réunion des élus des communautés francophones du sud-est du Nouveau-Brunswick, à une réunion de la commission d’aménagement de Kent ainsi qu’à la formation continue de l’université de Moncton. Nous avons également sollicité des commentaires par courriel et reçu certains, mais pas de tous nos partenaires. Cette rétroaction avec les partenaires est importante dans le cas de ce projet, qui s’adresse autant aux universitaires qu’aux municipalités et aux collectivités locales. Étant donné que le contenu en ligne, en tant que cours labélisé UVED, a bénéficié d’une expertise par deux évaluateurs anonymes, le contenu a donc été assujetti à une expertise scientifique ainsi qu’une évaluation par les partenaires du milieu. De cette manière, nous espérons présenter un contenu présentant à la fois un intérêt scientifique et une utilité pour les communautés côtières.

Le contenant : Avantages potentiels du réseautage et des TIC

14Nous avons opté pour un site internet en accès libre, sous une licence Creative Commons. Une telle approche contribue à la dissémination libre et gratuite de la connaissance et respecte ainsi les principes de la « Déclaration de Berlin sur le libre accès à la connaissance en sciences exactes, sciences de la vie, sciences humaines et sociales » de 2003 (MPG, 2003).

15L’approche à travers Internet présente pour nous plusieurs avantages qui vont de la portée mondiale au sein de la francophonie au gain d’économie des communautés (augmentation de la capacité d’adaptation), en passant par la gratuité et l’indépendance de bibliothèques, le réseautage entre communautés, la mutualisation d’expériences, la dissémination des savoirs et habiletés.

16Le réseautage entre communautés a été un des facteurs importants à l’échelle locale du Nouveau-Brunswick et de l’Est du Québec pour mobiliser les communautés et les encourager à s’engager dans un processus de planification de l’adaptation aux changements climatiques (Chouinard et al., 2014). À l’exemple du plan de gestion intégrée de la zone côtière de Carleton-Saint-Omer, qui s’est inspiré d’expériences en Afrique de l’Ouest et en Angleterre, la mobilisation peut aussi dépasser les frontières). Dans ce cas cependant, la transmission d’informations s’est effectuée par l’entremise des experts consultants impliqués dans la formulation du plan de gestion intégrée. La mise à disposition de ces connaissances sur Internet permettrait aux acteurs des communautés d’y avoir accès facilement et augmente ainsi leur capacité d’adaptation. Il est aussi important de noter que dans l’exemple cité, une communauté canadienne, pays du Nord, s’est inspirée d’expériences menées en Afrique, pays du Sud. Cela n’est pas unique puisque les stratégies d’adaptation développées au Bangladesh ou dans d’autres pays du Sud sont considérées comme exemplaires (Rai et al., 2014). Le réseautage doit donc idéalement s’effectuer de manière symétrique entre le Nord et le Sud.

17En utilisant les TIC, il est important d’estimer la portée de l’outil. La progression d’Internet au cours des dernières décennies a été fulgurante. Au cours de la décennie 2003-2013, la pénétration d’Internet dans le monde a plus que triplé et a augmenté d’un facteur 8 en Afrique, où elle atteint 20 % en 2014 (ITU, 2013a; 2014). Par ailleurs, les téléphones cellulaires deviennent, en particulier dans les pays en développement, un moyen de plus en plus fréquent pour accéder à des contenus et services en ligne. En 2014, le nombre de téléphones cellulaires, presque 7 milliards, est sur le point de rejoindre le nombre d’humains sur la planète (ITU, 2014). L’Afrique est la région ou l’accès mobile à Internet augmente le plus rapidement (ITU, 2014).

  • 3 Rodrigo Baggio, fondateur du Centre pour l’inclusion numérique, lors de la 7e édition du World Entr (...)

18Il ne faut cependant pas occulter l’existence de la fracture numérique, parfois aussi qualifiée d’apartheid numérique3. Les pays en développement sont encore nettement moins connectés que les pays développés et la qualité de l’accès y est inférieure. Plus de quatre milliards de personnes ne sont pas encore en ligne du tout (ITU, 2013b). La fracture numérique touche plus particulièrement les femmes, et ce plus fortement dans les pays en développement (16 %) que dans les pays développés (2 %) (ITU, 2013b). L’Afrique est particulièrement touchée par la fracture numérique. Dans le classement de l’ITU, les 22 pays les moins bien classés se trouvent en Afrique et 35 des 43 pays les moins connectés sont africains (ITU, 2013b).

19La fracture numérique n’est pas limitée à l’échelle mondiale, elle existe aussi au sein des pays selon le revenu ou l’âge. Au Canada, le quart le plus riche de la population utilise internet à plus de 95 %, le quart le moins riche seulement à 62,5 % (CIRA, 2014). Seulement 47,5 % des Canadiens de 65 ans et plus utilisent internet comparé à une moyenne nationale de 83 % (Geist, 2013).

20Il existe aussi une fracture rurale, les petites communautés étant moins bien desservies que les zones urbaines. Au Canada, 100 % des habitants des zones urbaines peuvent accéder à internet, mais seulement 85 % des habitants des zones rurales et seulement 27 % des communautés éloignées du Nord canadien (Freeman, 2013). Le même phénomène a été mesuré en Chine, où la population rurale représente juste 0,4 % des utilisateurs d’internet du pays (Jinqiu, 2008), au Bangladesh, où la population rurale, qui représente 85 % de la population du pays, a un accès minimal à internet (Hoque et Sowrar, 2014) ou en Afrique, où une très faible partie des populations rurales bénéficie d’un accès à internet (Furuholt et Kristiansen, 2007).

Contenu : quoi communiquer

21La gestion des zones côtières et l’impact des changements climatiques présentent une opportunité d’échange d’expériences particulièrement pertinente à l’échelle mondiale puisque les problématiques rencontrées et les stratégies d’adaptation contiennent de nombreuses parallèles, de même que les comportements à risque. Dans ce contexte, l’analyse des différences géomorphologiques, démographiques, socio-économiques ou d’architecture, de réglementation ou de cohésion des communautés qui définissent la vulnérabilité et la capacité d’adaptation des communautés côtières (Brooks et al., 2005 ; Smit et Wandel, 2006), est riche en enseignement pour les étudiants, les chercheurs et les communautés.

22Le choix des contenus pour l’outil en ligne répondait à plusieurs impératifs. Premièrement, le contenu doit pouvoir être utilisé en tant que module de formation de deuxième cycle dans le cadre de sa labélisation UVED. Deuxièmement, le contenu doit être accessible et utile pour les acteurs impliqués dans le processus d’adaptation. Troisièmement, le contenu veut laisser une voix aux acteurs locaux. À cette fin, nous avons inclus des entrevues filmées avec de nombreux acteurs de différentes catégories d’acteurs. Le texte est conçu de manière à capturer la complexité scientifique des études de cas et des connaissances théoriques, tout en restant compréhensible pour des acteurs intéressés. Les modules théoriques sont rédigés dans un style plus scientifique. Les études de cas, qui seront plus intéressantes pour les acteurs locaux, sont écrites de manière un peu plus vulgarisée (dépendant cependant du style des auteurs, puisque chaque étude est rédigée par les auteurs des recherches, et éditées par la suite pour assurer l’harmonisation).

Discussion – Les défis futurs

23Dans le futur, l’utilisation des TIC pour soutenir les efforts d’adaptation offre encore plusieurs défis et opportunités.

Interaction et réseautage

24Il serait souhaitable que la communication s’établisse mutuellement, c’est à dire non seulement des chercheurs vers les communautés, mais aussi dans l’autre sens et entre communautés. À cet effet, les réseaux sociaux tels que Linkedin, Facebook, etc., ainsi que des réseaux spécialisés ouverts ou fermés offrent de nombreuses possibilités, qui sont encore relativement peu exploitées. Ces outils ont aussi des limites. Si le rapport d’information à bruit (ou discussions inutiles) est trop faible, la participation des acteurs sera faible. La question de confiance entre les acteurs se pose dans des réseaux ouverts et peut inhiber la volonté des acteurs d’engager des collaborations à partir de tels réseaux.

Adaptation et accessibilité du contenu

25Afin de garantir un contenu adapté à l’auditoire visé et accessible aux communautés côtières, il est impératif de le tester et valider auprès des publics cibles. Ainsi, dans de prochains projets, il est envisageable de mettre en place des groupes de discussion (focus groups) pour évaluer le contenu et proposer des rectificatifs. Du côté technique, l’accessibilité dans des régions côtières éloignées reposera sur les efforts entrepris pour réduire la fracture numérique. Dans les régions peu connectées à Internet, l’utilisation de contenus en ligne s’effectue surtout à travers des ONG ou d’autres acteurs.

Traduction en d’autres langues

26Très souvent, les communautés de recherche et de pratique sont cloisonnées dans des sphères linguistiques. La mise à disposition du contenu dans d’autres langues permettrait donc de rejoindre un auditoire plus large et d’intégrer d’autres études de cas. Par ailleurs, il faut aussi penser aux langues locales qui sont parlées, parfois quasi exclusivement, dans des communautés côtières de nombreux pays francophone. Cela est par exemple le cas en Afrique de l’Ouest.

Lien avec projets de recherche et intervention

27Dans la démarche chronologique adoptée ici, le site fait appel aux connaissances d’expériences pilotes passées. Le défi dans le futur sera d’incorporer les outils en ligne dans de nouveaux projets d’adaptation. En particulier, il s’agira de développer des pratiques d’utilisation autonome de ces contenus, c’est à dire sans la présence des chercheurs.

Élargissement de la banque d’expériences pilotes

28En ajoutant systématiquement de nouveaux projets de recherche et en incorporant des résultats d’autres groupes de recherche et d’intervention, le contenu pourra continuer de croître, de rester à jour et offrir un éventail le plus large possible d’études de cas dans le plus de pays possibles.

Évaluation et suivi

29Comme dans beaucoup projets de développement et d’adaptation, il n’est pas aisé de faire un suivi et une évaluation de l’utilité du site dans la pratique de l’adaptation. À l’avenir, il sera pertinent de préparer des questionnaires et outils d’évaluation à être administré à différents stages de projets d’adaptation qui feront usage du site.

Conclusion

30L’objectif ultime de cette initiative est l’émancipation des communautés côtières et l’augmentation de leur capacité d’adaptation. Pour atteindre cet objectif, il faut, selon la théorie du changement réunir trois éléments fondamentaux (Bours et al., 2014) : plausibilité (objectifs), faisabilité (moyens), testabilité (évaluation). Dans notre cas, l’atteinte de l’objectif à long terme est contingente à la présence de certains moyens ; d’un côté il y a les moyens nécessaires pour les chercheurs et intervenants pour produire des contenus en ligne et ainsi partager les connaissances et enseignements des expériences pilotes, et de l’autre côté les capacités techniques et organisationnelles des communautés côtières d’accéder à ces contenus et d’en faire une utilisation efficace. À terme, il serait souhaitable de mutualiser et démocratiser le partage de matériaux, donc d’établir une véritable communauté de pratique autour de l’échange d’expériences d’adaptation aux changements climatiques, regroupant les chercheurs, les acteurs du développement et les communautés locales. Au final, comme le formulent Bours et al. (2014), le processus du changement s’inscrit dans une analyse contextuelle et dans un processus itératif, au sein duquel nous nous trouvons aux premières itérations.

Remerciements

31La création des contenus en ligne a été possible grâce au soutien du FFENB, de Ressources Naturelles Canada, de l’Université de Moncton et de l’UVED. Nous aimerions remercier les auteurs et les partenaires qui ont gracieusement contribué aux contenus du site et l’équipe de réalisation de la DGT de l’Université de Moncton.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Billé, R., 2007, A dual-level framework for evaluating Integrated Coastal Management beyond labels, Ocean and Coastal Management, 50, 796-807.
DOI : 10.1016/j.ocecoaman.2007.01.002

Billé, R., 2009, Agir mais ne rien changer ? De l’utilisation des expériences pilotes en gestion de l’environnement. VertigO - la revue électronique en sciences de l’environnement, Débats et Perspectives, [En ligne] URL : http://vertigo.revues.org/8299 ; DOI : 10.4000/vertigo.8299, consulté le 13 novembre 2014.

Bours, D., C. McGinn et P. Pringle, 2014, Guidance note 3 : Theory of Change approach to climate change adaptation programming. SEA Change, UKCIP.

Caricom, 2011, Caribbean Planning for Adaptation to Climate Change (CPACC) Project. [En ligne] URL : http://www.caricom.org/jsp/projects/macc %20project/cpacc.jsp, Consulté le 13 novembre 2014

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Brooks, N., W.N. Adger et P.M. Kelly, 2005, The determinants of vulnerability and adaptive capacity at the national level and the implications for adaptation. Global Environmental Change, 15, Pages 151–163.
DOI : 10.1016/j.gloenvcha.2004.12.006

Canadian Internet Registration Authority (CIRA), 2014, Factobook 2014. [En ligne] URL : http://cira.ca/factbook/2014/the-canadian-internet.html, Consulté le 13 novembre 2013.

CARE, 2013, Adaptation Learning Programme (ALP). [En ligne] URL : http://www.careclimatechange.org/files/CBA_Brief_nov_13.pdf, Consulté le 13 novembre 2014.

Chouinard, O., T. Rabeniaina et S. Weissenberger, 2014, Les apprentissages sur l’aménagement côtier dans deux territoires côtiers du littoral acadien du Nouveau-Brunswick vulnérables à l’érosion et aux inondation, Études caribéennes, 26, [En ligne] URL : http://etudescaribeennes.revues.org/6663, DOI : 10.4000/etudescaribeennes.6663, consulté le 13 novembre 2014.

Freeman, S., 2013. Lack Of Rural Broadband Access Creating Divide Among Canadians. Huffington Post, 12 septembre.

Furuholt, B. et S. Kristiansen, 2007, A rural-urban Digital Divide ? Proceedings of the 9th International Conference on Social Implications of Computers in Developing Countries, São Paulo, Brazil.

Geist, M., 2013, Statscan data points to Canada’s growing digital divide. The Star, 1 novembre.

Geoffrion, P., 2009, « Le groupe de discussion ». In B. Gauthier (Ed.), Recherche sociale. De la problématique à la collecte de données, Presses de l’Université du Québec, 5ième édition.

Guillemot, J., E. Mayrand, J. Gillet et M. Aubé, 2014, La perception du risque et l’engagement dans des stratégies d’adaptation aux changements climatiques dans deux communautés côtières de la péninsule acadienne, - la revue électronique en sciences de l’environnement, Volume 14 Numéro 2, [En ligne] URL : http://vertigo.revues.org/15164, DOI : 10.4000/vertigo.15164.

Hoque, R. et G. Sorwar, 2014, E-Governance for Rural Development : A Case Study on Union information and Service Centre (UISC) of Bangladesh. Proceedings Pacific Asia Conference on Information Systems (PACIS), Association for Information Systems Electronic Library (AISeL).

International Telecommunications Unions (ITU), 2013a, Key ICT indicators for developed and developing countries and the world (totals and penetration rates)

International Telecommunication Union (ITU), 2013b, Measuring the information society. International Telecommunication Union, Geneva, Switzerland, 233 p.

International Telecommunication Union (ITU), 2014, The World in 2014 – ICT Facts and figures.

Jinqiu, Z., 2008. « Information and Communications Technology for Poverty Reduction : Bringing Technology to Rural and Disadvantaged Communities in Western China ». In P. Steele, N. Fernando et M. Weddikkara (sous la dir. de) Poverty Reduction that Works - Experience of Scaling Up Development Success. Earthscan, London, UK, UNDP, 129-146.

Kitzinger J., I. Markova et N. Kalampalikis, 2004, Qu’est ce que les focus groups ? Bulletin de psychologie, 57, 237-243.

Mackinson, S., S. Raicevich, M. Kraan, R. Magudia, K. Borrow (eds), 2015, Good Practice Guide : Participatory Research in Fisheries Science. [En ligne] URL : http://gap2.eu/outputs/pr-handbook/, consulté le 23 nov. 2015.

Martínez, M.L., A. Intralawan, G. Vázquez, O. Pérez-Maqueo, P. Sutton et R. Landgrave, 2007. The coasts of our world : Ecological, economic and social importance. Ecological Economics, 63, 254–272.

Max-Plack-Gesellschaft (MPG), 2003, Berlin Declaration on Open Access to Knowledge in the Sciences and Humanities, [En ligne] URL : http://openaccess.mpg.de/286432/Berlin-Declaration, Consulté le 13 novembre 2014.

Noblet, M. et O. Chouinard, 2014. « Le cas de la zone côtière du Sud-Est du Nouveau-Brunswick, Canada », In D. Buissière, J.-M. Fontan and J.-L. Klein (Eds). L’adaptation au changement climatique : une question de gouvernance à la lumière de la recherche partenariale, Presses de l’Université du Québec.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Plante, S., O. Chouinard et G. Martin, 2011, Gouvernance participative par l’engagement citoyen à l’heure des changements climatiques : Études de cas à Le Goulet, Pointe-du-Chêne et Bayshore Drive (Nouveau-Brunswick). Territoire en mouvement, 11, [En ligne] URL : http://tem.revues.org/1234, consulté le 13 novembre 2014.
DOI : 10.4000/tem.1234

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Rai, N., S. Huq et M.J. Huq, 2014, Climate resilient planning in Bangladesh : a review of progress and early experiences of moving from planning to implementation. Development in Practice, 24, 527-543.
DOI : 10.1080/09614524.2014.908822

Savoie-Zajc, L., 2009, « L’entrevue semi-dirigée » In B. Gauthier (Ed.) Recherche sociale. De la problématique à la collecte de données, Presses de l’Université du Québec, 5ème édition.

Small, C. et R.J. Nicholls, 2003, A global analysis of human settlement in coastal

zones. J. Coastal Res., 19, 584-599.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Smit, B. et J. Wandel, 2006, Adaptation, adaptive capacity and vulnerability. Global Environmental Change, 16, 282–292.
DOI : 10.1016/j.gloenvcha.2006.03.008

Uitto, J. I et I.R. Shaw, 2006, Adaptation to changing climate : promoting community-based approaches in the developing countries. SANSAI : An Environmental Journal for the Global Community, 1, 93-107.

United Nation Development Programme (UNDP), 2012, Final Evaluation Report for the Community Based Adaptation Programme. Evaluation Consultant : Maria Onestini. Project PIMS 3508. 65 p.

United Nations Economic Commission for Europe (UNECE), 2013, Pilot projects on adaptation to climate change in transboundary basin, [En ligne] URL : http://www.unece.org/env/water/water_climate_activ.html, Consulté le 13 novembre 2013.

Université de Moncton, 2013, Adaptation aux changements climatiques et à l’augmentation du niveau de la mer en zones côtières – une perspective globale. Canal U, [En ligne] URL : http://www.canal-u.tv/producteurs/universite_de_moncton/adaptation_aux_changements_climatiques_et_a_l_augmentation_du_niveau_de_la_mer_en_zones_cotieres_une_perspective_globale, Consulté le 13 novembre 2013.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Van Aalst, M. K., T. Cannon et I. Burton, 2008, Community level adaptation to climate change : The potential role of participatory community risk assessment. Global Environmental Change, 18, 165–179.
DOI : 10.1016/j.gloenvcha.2007.06.002

Haut de page

Notes

1 Université de Moncton, Université du Québec à Montréal, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, Université de La Rochelle, Université de Picardie Jules Verne, Université du Québec à Rimouski, Maison Européenne des Sciences de l'Homme et de la Société Lille Nord de la France, CIRADD, Université de Poitiers, Ministère de l'environnement et du développement durable du Sénégal, ACED-Bénin ONG

2 Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick, Groupe de développement durable du Pays de Cocagne, Utase Université du 3ème âge du Sud-Est, Vision H2O, Association acadienne et francophone des aînées et aînés du Nouveau-Brunswick, Éducation permanente, université de Moncton, Gouvernements Locaux Nouveau Brunswick, CIRADD au CEGEP de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine

3 Rodrigo Baggio, fondateur du Centre pour l’inclusion numérique, lors de la 7e édition du World Entrepreneurship Forum (WEF), le 11 novembre 2014. Dans Éric Desrosiers, 2014. L’apartheid numérique. Le Devoir, 12 novembre 2014.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Page d’accueil du contenu en ligne sur l’adaptation aux changements climatiques et à l’augmentation du niveau de la mer en zones côtières.
Crédits Source : Université de Moncton, http://www8.umoncton.ca/​umcm-climat/​uved
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/16748/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1008k
Titre Figure 2. Aperçu de la page d’accueil des entrevues sur le Canal U.
Crédits Source : http://www.canal-u.tv/​producteurs/​universite_de_moncton/​adaptation_aux_changements_climatiques_et_a_l_augmentation_du_niveau_de_la_mer_en_zones_cotieres_une_perspective_globale
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/16748/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1022k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sebastian Weissenberger et Omer Chouinard, « Le rôle d’Internet et des technologies de l’information et de la communication dans le partage de connaissances sur l’adaptation des communautés côtières aux changements climatiques : retour sur l’expérience de création d’un contenu en ligne », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 23 | novembre 2015, mis en ligne le 25 novembre 2015, consulté le 26 septembre 2016. URL : http://vertigo.revues.org/16748 ; DOI : 10.4000/vertigo.16748

Haut de page

Auteurs

Sebastian Weissenberger

Institut des sciences de l’environnement, Université du Québec à Montréal, CP 8888, Succ. Centre-Ville, Montréal, QC, Canada H3C 3P8, Professeur associé à la Maîtrise en études de l’environnement, Université de Moncton, courriel : weissenberger.sebastian@uqam.ca

Articles du même auteur

Omer Chouinard

Département de sociologie et Programme de Maîtrise en études de l’environnement, Université de Moncton, Campus de Moncton, Pavillon Léopold-Taillon, 18, avenue Antonine-Maillet, Moncton, NB, Canada E1A 3E9, courriel : omer.chouinard@umoncton.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page