Navigation – Plan du site

L’adaptation au changement climatique en zone côtière selon l’approche communautaire : études de cas de projets de recherche-action participative au Nouveau-Brunswick (Canada)

Omer Chouinard, Sebastian Weissenberger et Dan Lane

Résumés

Cet article présentera des études de cas de projets de recherche action collaborative sur l’adaptation aux changements climatiques, à l’érosion et à l’augmentation du niveau de la mer dans des communautés côtières et riveraines du Nouveau-Brunswick. Ces communautés sont Bathurst/Bayshore, Shippagan, Le Goulet, Cocagne, Grand-Digue, Shediac et Perth-Andover. Les projets ont été menés par des chercheurs de l’université de Moncton en collaboration avec ceux d’autres institutions, en adoptant une approche de recherche-action participative. L’analyse des études de cas met en évidence l’importance de la participation des communautés dans l’élaboration de stratégies d’adaptation et d’identifier certains thèmes récurrents dans le corpus empirique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les impacts des changements et de la variabilité climatiques mènent les communautés côtières et riveraines du Nouveau-Brunswick, Canada, comme ailleurs au monde, à évaluer leur vulnérabilité, élaborer des stratégies d’adaptation et questionner les modes de développement actuels. Nous présentons ici un ensemble de projets de recherche-action participative (RAP) qui ont été menés par l’université de Moncton et d’autres collaborateurs au cours de la dernière décennie dans les communautés côtières et riveraines de Bathurst/Bayshore, Shippagan, Le Goulet, Cocagne, Grand-Digue, Shediac et Perth-Andover au Nouveau-Brunswick. L’analyse portera sur l’identification de certains thèmes dans le corpus empirique relatif à l’importance de la participation des communautés dans l’élaboration de stratégies d’adaptation.

2Au Canada, le soutien gouvernemental provincial et fédéral aux communautés pour réduire leur vulnérabilité climatique est généralement faible (Noblet, 2015; Bureau du vérificateur général du Canada 2010). Au niveau fédéral, le Canada ne s’implique que peu dans la gestion côtière, mais s’est engagé à mettre sur pied un Programme national d’atténuation des catastrophes, dans le cadre duquel chaque province recevra un montant de base et une allocation par personne (Lane, 2012). Au Nouveau-Brunswick, le gouvernement travaille depuis 1996 sur une politique côtière, dont la version officielle a été publiée en 2002 (Doiron, 2012 ; New Brunswick, 2002). Cette politique n’a cependant pas encore force de loi et son application est à la discrétion des gouvernements locaux (CitySpaces Consulting, 2007; Fox et Daigle, 2012). Il n’y a pas non plus d’autorité provinciale responsable de l’aménagement et des risques côtiers (Guillemot et al., 2014). La gestion des zones côtières relève ainsi essentiellement des autorités locales, qui sont responsables de la formulation de plans d’aménagement et de plans d’urgence. Notons que c’est seulement depuis 2012 que les changements climatiques sont intégrés dans ces plans d’urgence (Guillemot et al., 2014). Cette gouvernance locale est d’autant plus problématique au Nouveau-Brunswick qu’on y observe un déficit de la gouvernance locale (Finn, 2008), dont la situation qu’environ 70 % du territoire et le tiers de la population relève de districts de services locaux (DSL), des entités territoriales non incorporées (au contraire des municipalités et communautés rurales), dépendant directement de la province, sans assiette fiscale et sans représentants élus ou capacités de légiférer. Pour renforcer la gouvernance locale, en 2013, 12 Commissions de services régionaux (CSR) ont été mises en place pour faciliter la gestion de services partagés tels que la gestion du territoire et les services d’urgences (figure 1).

3Dans le cadre de l’adaptation aux changements climatiques, plusieurs communautés du Nouveau-Brunswick déplorent le manque de ressources et d’orientations (Chouinard et al., 2006; Chouinard et Martin, 2007). Ainsi, les communautés doivent être largement autonomes et développer leurs propres stratégies d’adaptation climatiques, adaptées aux défis locaux et aux moyens à disposition. Dans ce contexte, l’implication des acteurs locaux est jugée cruciale (Noblet, 2015; Rabeniaina et al., 2014). La participation d’universitaires peut catalyser des changements dans la communauté et est généralement souhaitée (Le Goulet, 2008; Pointe-du--Chêne, 2007). De fait, plusieurs des projets décrits ici ont été initiés par les communautés plutôt que par les chercheurs. C’est en répondant à l’invitation des communautés que des chercheurs de l’université de Moncton (campus de Moncton et Shippagan), de l’ARUC Défis des communautés côtières à l’UQAR, de l’UQAM et de l’Université d’Ottawa ont participé aux projets. Comme il n’existe pas de financement récurrent gouvernemental et que les communautés n’ont pas les moyens de soutenir ces projets de recherche, le financement doit provenir de multiples sources et programmes, souvent ponctuels et jamais garantis sur une période pluriannuelle, p.ex. le Fonds de fiducie en environnement du Nouveau-Brunswick, des programmes d’Environnement Canada et de Ressources naturelles du Canada, le CRSH (via les Alliances de recherche universités-communautés (ARUC) sur l’économie sociale et la durabilité au Canada atlantique et Défis des communautés côtières de l’estuaire et du golfe du Saint-Laurent) et le CRDI via le volet canadien du programme C-Change).

Cadre théorique

4Les projets décrits ici ont été menés dans une perspective d’étude de cas ou encore d’analyse comparative. L’étude de cas est un cadre approprié à l’étude locale de communautés, surtout dans une approche participative, prenant en compte l’ensemble du contexte local et des intervenants (Hamel, 1997; Roy, dans Gauthier, 2009). L’étude de cas permet de reconnaître de nouveaux phénomènes, mais sa représentativité est limitée (Gauthier, 2009). L’analyse comparative, quant à elle, permet de dégager des enseignements plus universels en dissociant le phénomène de son environnement et en même temps de comprendre la spécificité d’un phénomène dans un contexte donné (Ghorra-Gobin, 1998). L’interprétation des données a suivi une méthode essentiellement qualitative (quantitative à l’occasion) axée sur l’analyse des représentations sociale des acteurs (Jodelet, 1989) et la thématisation, visant à extraire du corpus un certain nombre de thèmes représentatifs (Paillé et Mucchielli, 2009). Dans l’analyse présentée ici, nous nous sommes concentrés sur l’importance de la participation des communautés dans l’élaboration de stratégies d’adaptation et présentons les thèmes ressortant du corpus documentaire relatif à ce sujet. L’analyse ne se veut donc pas exhaustive par rapport à tous les thèmes présents dans le corpus.

Études de cas

Les lieux d’étude

5Notre analyse se basera sur 6 études de cas. Il s’agit de communautés au sein desquelles des projets de recherche-action participative (RAP) ont été entrepris autour de l’adaptation aux changements climatiques : 1) Bathurst, 2) Shippagan, 3) Le Goulet, 4) Cocagne et Grande-Digue, 5) Pointe-du-Chêne et 6) Perth-Andover (figure 1). Bien que Perth-Andover ne se situe pas sur la côte, sa situation dans une plaine inondable la confronte à des problèmes similaires aux communautés côtières étudiées. Les principales caractéristiques des territoires à l’étude sont résumées dans le tableau 1. Les projets de recherche se sont échelonnés sur presque une décennie soit de 2003 à 2012 (tableau 2). La sélection des lieux d’étude ne résulte pas d’une stratégie planifiée, mais à travers des contacts établis et souvent, les projets ont été menés suite à une demande de la communauté en question.

6

Figure 1. Carte des lieux d’étude avec les limites des commissions régionales de service et l’emplacement des littoraux du Nouveau-Brunswick

Figure 1. Carte des lieux d’étude avec les limites des commissions régionales de service et l’emplacement des littoraux du Nouveau-Brunswick

Source : adaptée de Gouvernement du Nouveau-Brunswick (2015)

Tableau 1. Caractéristiques des sites d’étude

Bathurst Bayshore (Pointe Carron)

Shippagan

Le Goulet

Cocagne et Grande-Digue

Pointe-du-Chêne

Perth-Andover

Comté

Gloucester

Gloucester

Gloucester

Kent

Westmoreland

Victoria

Statut

Municipalité

Municipalité

Municipalité

DSL

DSL

Municipalité

Population

12 275

2 603

817

Cocagne 2 545, Grande-Digue 2 182

761

1778

Densité de population

91,86 par km2

262 par km2

150 par km2

Cocagne 38 par km2, Grande-Digue 47 par km2

293 par km2

200 par km2

Superficie

91,86 km2

9,94 km2

5,46 km2

Cocagne 66,43 km2, Grande-Digue 46,04 km2

2,6 km2

8,89 km2

Langue

Français 50,6 % (8,2 % unilingue); Anglais 46,3 % (27,2 % unilingue); autochtone 1,5 %; autres 1,2 %

Français 95,9 % (unilingue 53,1 %); Anglais 2,7 % (unilingue 0,4 %); autochtone 0,6 %; autres 0,8 %

Français > 80 %, Anglais < 20 %, autochtone et autres n/a

Majorité francophone, minorité anglophone

Majorité anglophone, minorité francophone

Majorité anglophone, minorité francophone, Malécite (Première Nation de Tobique voisine)

Économie

Autrefois mines, foresterie, construction navale, pêches. Maintenant services et transports (gare ViaRail, aéroport)

Port de pêche avec 90 bateaux, une marina, une ostréiculture, une usine de transformation de produits de la mer, Aquarium et Centre Marin du Nouveau-Brunswick, Université de Moncton

La pêche est la principale source de revenus, mais en décroissance depuis 1992; plage de 5 km présentement développée pour le tourisme.

Tourisme et résidences estivales, services, agriculture, 2 marinas et 4 ports de pêche.

Tourisme et villégiature; la plage de Parlee reçoit un demi-million de visiteurs par an. Pointe-du-Chêne est situé à 25 km de Moncton et fait partie des territoires les plus prospères au NB

CP Rail jusqu’en 1987; centrale hydroélectrique (plus bas tarifs de la province); parc industriel Perth-Andover; agriculture (pomme de terre); manufacture diverse

Problèmes environnementaux et adaptation

Érosion à Pointe Carron (flèche dunaire de 12 km habitée). Depuis 1939, la pointe s’est étendue de 70 m tandis que son origine s’érode. Des murs anti-érosion de factures diverses ont été érigés sur 30 % de la côte.

Vulnérabilité aux inondations et à l’augmentation du niveau de la mer; la route 113 est vulnérable aux inondations. Une part de la côte de la baie de Shippagan est protégée par des structures en bois et en pierre.

Érosion côtière, inondations fréquentes (relief très plat), intrusion d’eau salée dans les aquifères; mur de protection construit au port en 1995; clôtures anti-érosion placées sur la dune en 1997.

Inondations et érosion, dommages aux routes et infrastructures lors de tempêtes.

Inondations et tempêtes; 2 millions $ dommages et 260 propriétés endommagées en 2000. Une grande partie de la côte protégée de l’érosion par des empierrements; érosion à la plage de Parlee, jusqu’un millier de camions de sable déversés chaque année.

Village situé dans une plaine inondable, inondation de 2012 jusqu’à 80,25 m d’élévation, scénarios de 81,5 m et 82,5 m envisagés; embâcles de glace (1987, destruction du pont du CP)

Stratégies à l’étude : enlever l’estacade, dragage, remblayage et digue, route d’urgence, suivi et alerte de crues, modélisation, gestion des glaces

Projet de recherche

2007-2009

2009

2005-2009

2009-2012

2003-2006

2012

participants

Résidents

Ville de Bathurst

Ministère des Ressources naturelles NB

Bathurst Sustainable Development

Université de Moncton

Ville de Shippagan

Institut de Recherche sur les Zones Côtières (Université de Moncton campus de Shippagan)

Municipalité

Université de Moncton

DSL Cocagne

DSL Grande-Digue

DSL Dundas

Université de Moncton

Université de Moncton

Université Ottawa

Municipalité

Représentants de groupes sociaux et religieux, de commerces et de l’industrie, professionnels

Objectif

1 Identification des perceptions des résidents;

2 Mesure des taux d’érosion à partir de photos aériennes;

3 Établir un inventaire des avantages et désavantages des structures existantes;

4 Assister le processus de prise de décision à travers des focus groups.

1 Développement du Plan Vert;

2 Enquête auprès de la population pour comprendre leurs perceptions des changements environnementaux;

3 Évaluation des changements environnementaux à partir de données scientifiques et d’analyse cartographique.

1 Coordonner l’intervention des citoyens, instances municipales et agences gouvernementales dans l’adoption de pratiques durables pour faire face aux inondations et aux changements climatiques.

À l’aide de groupes de discussion,

1 Collecter les observations des résidents sur les changements environnementaux;

2 Évaluer les solutions d’adaptation

Établir une liste de priorités pour l’adaptation aux changements climatiques à travers un processus de délibération collective

Attribution d’une perspective stratégique de la communauté à travers un cadre structuré établi à partir du profil de la communauté (modèle d’aide de prise à la décision), incluant les aspects environnementaux, économiques, sociaux et culturels

Résultats

1 Établissement d’une liste d’actions prioritaires

2 Vote de 3 amendements au règlement municipal fixant des règles pour la construction de structures de protection

3 Rédaction d’une brochure

4 Formation d’un comité Carron Erosion Study Team & Steering Committee

5 Collection de données géomorphologiques

1 Relevé LIDAR du territoire à travers le Programme régional d’adaptation;

2 Mesures dans le Plan Vert :

1) Évaluation du risque de submersion et d’érosion et identification des zones à risque;

2) Restriction du développement dans les zones à risque;

3) Évaluation des options de protection de la Route 113;

3 Éducation de la population sur les options de protection efficaces, légales et respectueuses de l’environnement.

1 Relevé LIDAR du territoire et cartographie des zones d’inondations;

2 Changement des priorités d’adaptation de l’option mur anti-inondation vers un retrait partiel (déplacement de 30 maisons proposé);

3 Proposition d’un changement de zonage de la Commission d’aménagement de la Péninsule Acadienne.

1 Collection d’observations sur les changements environnementaux et les endroits à risque

2 Cristallisation d’options d’adaptation favorisées, dont un système de digues, l’élévation ou le déplacement des bâtiments et routes, maisons sur pilotis, un programme de « buy-me-out »

3 Constitution de Cocagne en tant que communauté rurale, au contraire de Grande-Digue et Dundas (420 votes pour, 420 votes contre)

1 Relevé LIDAR de la côte et modèles d’élévation numérique

2 Les participants ont établi une liste des priorités

3 La communauté a pu négocier avec la province la construction d’un nouveau pont plus haut reliant Pointe-du-Chêne à la côte, qui n’est plus submergé lors d’inondations.

Projet en cours

Sources

Chouinard et al., 2009a; Chouinard et al., 2009b; Plante et al., 2011

Stervinou et al., 2013; City of Shippagan, 2009

Radio-Canada, 2012; Chouinard et Martin, 2007; Chouinard and Martin, 2007 ; Chouinard et al., 2009b

Chouinard et al., 2011

Chouinard et Martin, 2009; Chouinard et al., 2011

Government of New Brunswick. 2012

Perth-Andover. 2012

Lane, 2012

Tableau 2. Les études de terrain menées dans les sites d’étude

Bathurst/

Bayshore

Shippagan

Le Goulet

CSR Kent

(Cocagne, Grand Digue)

Pointe-du-Chêne

CSR Sud-Est (Shediac, Beaubassin-Est, Cap Pelé)

Entretiens semi-dirigés

20

19

6

19

6

12

Période

2007

Juillet-septembre 2010

2005-2006

automne 2012

2005-2006

été 2013

Focus group

1

1

(12 participants)

3

(10-12 participants)

1

(6 participants)

3

(10-15 participants)

1

(7 participants)

Période

2007

Mars 2011

Novembre 2006-Février 2007

Décembre 2012

2006-2007

Septembre 2013

Présentations publiques

14

3

3

6

6

3

Période

2007-2009

2011-2012

Automne-Hiver 2006-2007

2010-2012

Automne-Hiver 2006-2007

2012-2014

Source

Plante et al., 2011

Stervinou et al., 2013

Chouinard, Plante et Martin, 2006

Rabeniaina et al., 2014; Chouinard et al., 2012

Chouinard, Plante et Martin, 2006

Rabeniaina et al., 2014

Légende : un Focus group croisé CSRK-CSRSE (10 participants) a été mené en novembre 2013 (Rabeniaina et al., 2013, 2014). Dans le cadre du projet « Impacts de l’élévation du niveau de la mer et du changement climatique sur la zone côtière du sud-est du Nouveau-Brunswick » piloté par Environnement Canada, 39 entrevues, 6 groupes de discussion (10-15 participants) et 15 réunions publiques ont été menés sur l’ensemble du Littoral Acadien (Chouinard, Plante et Martin, 2006). Dans la Péninsule Acadienne, 15 entrevues et 1 groupe discussion ont été menés en 2006 (Plante et al., 2007)

L’impact des changements climatiques

7Le Nouveau-Brunswick possède 5500 km de littoral répartis en trois côtes distinctes soit le littoral acadien du Golfe du Saint-Laurent et le détroit de Northumberland, le littoral de la Baie de Fundy et la Baie des Chaleurs et le Nord de la Péninsule Acadienne faisant face à la Gaspésie (figure 1). La majorité de la population vit le long de la côte. La vallée de la rivière Saint-Jean, caractérisée par de nombreuses zones inondables, représente le seul grand axe d’habitation hors zones côtières. Étant donné que la majeure partie du littoral se caractérise par un relief et une élévation faibles, celui-ci est particulièrement vulnérable aux inondations et à l’érosion, d’autant plus que le substrat côtier est en grande partie formé de matériaux meubles : dépôts glaciaires, dunes de sables, ainsi que de marais salés. Les taux d’érosion mesurés sont de 0,26 m.an-1 en moyenne pour les falaises, 0,28 m.an-1 pour les terres humides 0,76 m.an-1 pour les plages et 0,80 m.an-1 pour les dunes (New Brunswick Department of Natural Resources, n.d.). Ils sont plus élevés sur la côte est que dans la baie des Chaleurs ou la baie de Fundy. Il est à noter que 41 % du territoire côtier est endigué (Bérubé, n.d.).

8Au cours du dernier siècle, une accélération de l’augmentation du niveau de la mer a été observée dans la partie sud-ouest du Golfe du Saint Laurent (Forbes et al., 2006). Les données suggèrent également une augmentation du nombre de tempêtes exceptionnelles et d’évènements de pluies extrêmes (plus de 50 mm en 24 h), mais pas nécessairement de nombre total de tempêtes (Parkes et al., 2006). Les tempêtes de 2000, 2005 ou 2010 auraient toutes été considérées comme exceptionnelles auparavant. La diminution de la période de couverture de glace dans le Golfe du Saint-Laurent contribue à l’impact grandissant des tempêtes hivernales. L’exposition grandissant d’infrastructures aux impacts d’évènements climatiques explique que le Nouveau-Brunswick ait connu une augmentation de 100 % du nombre de désastre nécessitant une assistance financière dans la dernière décennie (Government of New Brunswick, 2012).

9La vulnérabilité aux impacts des changements climatiques est d’autant plus grande que la zone côtière a subi des bouleversements économiques au cours des dernières décennies. Le déclin des stocks de poissons de fonds dans les années 1990 a entre autres causé une migration de population vers les grands centres urbains. Néanmoins, le Nouveau-Brunswick reste la 4e plus importante province canadienne pour la pêche (DFO, 2008 ; Noblet et Chouinard, 2014). En parallèle, le tourisme côtier croît rapidement. En 2010, il représentait 1,1 milliard de dollars de revenus, soit 3,5 % du GDP, et 34 700 emplois, 9 % du total de la province (Province of New Brunswick, 2012). Dans les territoires à l’étude, Cocagne, Grand-Digue et Pointe-du-Chêne sont des petites collectivités situées à proximité du Grand-Moncton, d’où l’importance de la villégiature et du développement résidentiel. Shippagan et Le Goulet font partie de la péninsule Acadienne, territoire figurant parmi les régions les moins prospères du Nouveau-Brunswick. Perth-Andover est une petite municipalité située dans un territoire inondable dans le nord-ouest de la province avec une économie diversifiée. Bathurst au contraire est une ville de moyenne taille qui a subi des contrecoups économiques suite à la fermeture de plusieurs mines, d’une papetière et est caractérisée par un revenu moyen légèrement inférieur à la moyenne provinciale.

Méthodologie de recherche

10Les projets de recherche se sont inspirés des différents outils de RAP (Noblet et Chouinard, 2014) : analyse bibliographique (Fontan, 2011), observation participative, entrevues semi-dirigées (Savoie-Zajc, 2009), focus groups (Kitzinger et al., 2004; Geoffrion, 2009). L’utilisation des différents outils permet d’effectuer une triangulation méthodologique visant à examiner la validité et complémentarité des données (Campbell et Fiske, 1959). Aussi, les informations obtenues ainsi que le rôle dans le processus de RAP sont complémentaires. Les entrevues semi-dirigées permettent d’obtenir des données plus détaillées de différents acteurs sélectionnés d’une manière non aléatoire, avec l’objectif d’atteindre une représentativité des acteurs et une saturation des catégories. Elles permettent aussi d’établir un dialogue avec la personne et mènent à une légitimation de celle-ci à travers la possibilité de s’exprimer (Savoir-Zajc, 2009). Les focus-group sont plus propices à discuter de manière ouverte de la vulnérabilité, des stratégies d’adaptation et à initier une dynamique alimentant le processus d’adaptation. Le focus-group permet aussi de s’assurer que les résultats des entrevues n’ont pas été teintés par l’opinion du chercheur, puisque celui-ci y joue un rôle secondaire. La composition des focus group est importante pour en assurer la représentativité, fonctionnalité et crédibilité (auprès de la communauté). Cependant, comme font remarquer les résidants du Goulet, le cheminement intellectuel effectué lors des focus group ne peut pas toujours aisément être transposé à la communauté en entier (Chouinard et al., 2006). Le choix des participants s’est effectué à travers une méthode non-probabiliste, apparentée à la technique boule-de-neige (Gautier, 2009), souvent par l’entremise des associations et municipalités.

11Afin de disséminer les résultats des projets auprès des communautés, des brochures à l’intention des résidents côtiers ont été produites (Chouinard et al., 2009a; 2011) et un site web sur l’adaptation des zones côtières aux changements climatiques a été conçu, contenant notamment plusieurs entrevues avec des scientifiques, des urbanistes, des maires et conseillers municipaux, des fonctionnaires et d’autres acteurs locaux (Chouinard et Weissenberger, 2014).

12Le processus visait à la co-construction de stratégies plutôt qu’une approche prescrite par des consultants. Dans la RAP (Mackinson et al., 2015), les termes du projet sont négociés avec les communautés, tels que les objectifs, les attentes et les limites. En favorisant l’implication des acteurs, le transfert d’information et d’outils et le partage d’idées, la RAP renforce la gouvernance locale (Plante et al., 2011).

13Les projets de RAP comprennent typiquement trois étapes (Plante et al., 2011). Avant le début du projet en tant que tel, les objectifs et termes de référence sont négociés, les acteurs clé identifiés et la communauté mobilisée. La prochaine étape est d’établir un portrait de la situation locale à travers des questionnaires et des entrevues ainsi que l’analyse de données scientifiques et cartographiques. Cette étape permet de mieux comprendre les circonstances locales, les spécificités des problématiques ainsi que la perception des résidents des changements environnementaux, des risques et des options d’adaptation. Après cela, les experts des différentes disciplines engagent un dialogue ouvert autour des implications des changements climatiques avec la communauté. Ce dialogue permet de dégager des solutions d’adaptation qui tiennent compte du contexte local.

14En pratique, le processus peut varier d’une municipalité à l’autre. Le déroulement concret peut être donné à l’exemple de Pointe-du-Chêne et Le Goulet (Chouinard et al., 2006). En premier, une série d’entrevues semi-dirigées ont été menées avec les différentes catégories d’acteurs, accompagnées de focus group et de rencontres publiques, afin d’expliquer la démarche envisagée et d’obtenir un portrait de la perception des résidents. Ensuite, une série de présentations avec des chercheurs et spécialistes de différentes disciplines (météorologie, géomorphologie, génie, biologie, économie, études de l’environnement) ont été organisées afin de co-construire l’objet de recherche. Sur la base de ce contrat de recherche, cinq groupes de discussions (10-15 participants) coordonnés par deux chercheurs ont permis d’aboutir à la rédaction d’un plan pour l’adaptation. La dernière étape a consisté en une analyse du processus à l’aide d’une demi-douzaine d’entrevues semi-dirigées par communauté.

15La démarche à Perth-Andover a été quelque peu différente puisqu’elle repose sur une analyse des préférences de la communauté au sein d’un cadre structuré de problématiques communautaires reposant sur des piliers de durabilité (environnemental, économique, social, culturel), formalisé à travers une méthode d’analyse hiérarchique selon Saary (1980). Les informations sous-jacentes à l’analyse ont été obtenues par un processus de consultation mené par la communauté suite aux inondations de 2012 et incluant divers acteurs, dont des citoyens du village de Perth-Andover, des membres de la Première Nation de Tobique, des élus du village de Perth-Andover, des représentants de la province et de NB Power (Lane, 2012; Perth-Andover and Tobique First Nation, 2012).

Résultats : L’importance de la participation des communautés dans l’élaboration de stratégies d’adaptation

16Nous avons ici analysé les résultats des projets de recherche décrits ci-dessus sous l’angle de la plus-value que peut apporter un projet de recherche participative par rapport à une recherche plus traditionnelle unidirectionnelle à la compréhension de la problématique et à la capacité des communautés à s’adapter aux changements climatiques. À travers l’analyse du corpus et des publications en ayant découlé, nous avons identifié 7 thèmes qui coïncident avec le cadre d’analyse du contenu choisi.

Le processus participatif et les solutions localement adaptées

17Les focus groups accompagnés permettent d’explorer les problèmes que la communauté veut résoudre et les options d’adaptation considérées. Le classement de priorités avec des critères déterminés collectivement s’avère un outil utile pour permettre aux participants de comparer les solutions d’adaptation entre elles (tableau 3).

Tableau 3. Classement de priorité d’options d’adaptation établi par les résidents de Pointe-du-Chêne

Option d’adaptation

Coûts

Stratégie

Impacts environnementaux

1. Modification du pont

Moyens

Accommodement

Faibles-modérés

2. Digues

Très élevés

Protection

Élevés

3. Restauration ou replacement des fossés

Faibles

Accommodement

Faibles

4. Garantir une voie d’évacuation par le parc

Faible

Accommodement

Faibles

5. Limiter les sources de contamination des terres humides durant les inondations

Moyens à élevés

Accommodement

Faibles

Source : Plante et al. (2011)

18La comparaison des mesures d’adaptation choisies comme prioritaires dans les 5 municipalités côtières montre que ces communautés ont tiré des conclusions différentes, alors qu’elles ont toutes reçu les mêmes informations (tableau 4). Ce constat illustre l’importance d’une forte implication des communautés à toutes les étapes de la planification de l’adaptation afin d’élaborer une stratégie adaptée aux conditions locales et qui sera acceptée par les acteurs locaux.

Tableau 4. Priorités d’adaptation résultant des projets de recherche-action participative

Étude de cas

Action prioritaire à la fin du projet

Bathurst/Bayshore

Structures de protection construites selon les spécifications

Shippagan

1) Évaluation du risque de submersion et d’érosion et identification de zones à risque sous différents scénarios d’augmentation du niveau de la mer;

2) Mesures de mitigation des impacts de l’augmentation du niveau de la mer :

- Restriction du développement dans les zones à risque;

- Évaluation des options de protection de la route 113;

3) Éducation de la population sur les moyens de protection efficaces, environnementalement acceptables et conformes aux lois

Le Goulet

Relevé LIDAR du territoire et cartographie des zones inondables

Cocagne et Grande-Digue

1 Protection :

- Un système de digues en fonction des prévisions du GIEC

- Barrières positionnées en angle

2 Accommodement :

- Élever les routes et les bâtiments (p.ex. sur pilotis)

3 Retraite :

- Reculer la route vers l’intérieur des terres

- Reculer des bâtiments à risque et créer des incitatifs financiers

- Un programme gouvernemental de rachat pour des bâtiments à risque (« buy-me-out »)

Pointe-du-Chêne

Rehaussement du pont connectant Pointe-du-Chêne à la terre

Perth-Andover*

1 Accommodation (dragage, démantèlement de la jetée, prévision et surveillance des inondations, modélisation, gestion des glaces)

2 Protection (protection contre les inondations, remblayage, digues, routes d’urgence)

3 Retraite (relocalisation)

4 Status quo (ne rien faire et dédommager les victimes)

Légende : * À Perth-Andover et Tobique, la priorisation s’est effectué par analyse hiérarchique des préférences collectives plutôt que par co-construction directe. Aussi, l’analyse hiérarchique a été effectuée par catégories d’adaptation et non par mesures individuelles. Certaines mesures individuelles sont favorisées par la communauté dans un ordre qui diffère de celui du classement des catégories.

19Une analyse rétrospective permet d’identifier certains facteurs qui ont influencé ces choix et qui influencent la vulnérabilité et la capacité d’adaptation. Par exemple, Le Goulet est une communauté isolée avec une population en diminution. Sa vulnérabilité socio-économique est importante. En comparaison, Pointe-du-Chêne et Bayshore Drive dépendent moins des ressources naturelles, ayant entamé une transition vers des centres de villégiature et résidence dominés par le secteur des services, favorisé par leur proximité aux centres urbains de Moncton et Bathurst. Cette transition a causé un influx de population aisée et éduquée et provoqué une augmentation de la valeur des propriétés sur le littoral.

20Il n’est ainsi pas surprenant que Pointe-du-Chêne et Bayshore aient opté pour des structures de protection, du moins au début du projet. Mais cette priorité a évolué au cours du projet. À Pointe-du-Chêne, l’exercice de priorisation a identifié comme meilleure option à court terme l’élévation du pont connectant la péninsule à la terre ferme, qui était régulièrement submergé lors de tempêtes, causant un isolement de la communauté. Cette option, relativement moins coûteuse qu’un système de digue, permet de remédier à l’impact négatif principal des ondes de tempêtes. Suite au projet, la municipalité a pu négocier avec le gouvernement la construction d’une chaussée plus haute pour le pont (figure 2).

Figure 2. Le nouveau pont de Pointe-du-Chêne surélevé, résistant à la tempête de 2010 et par temps calme

Figure 2. Le nouveau pont de Pointe-du-Chêne surélevé, résistant à la tempête de 2010 et par temps calme

Source : Doiron (2010); Weissenberger (2012)

21À Le Goulet, un mur anti-inondation était vu comme une priorité à la suite de la tempête de 2000, qui avait causé des dommages très importants. Une firme de consultant avait évalué le coût de la construction d’un mur de 3,8 km de long à 3,3 millions de dollars (Richardson, 2010). En parallèle, l’intrusion d’eau salée dans les aquifères nécessiterait la construction d’un aqueduc et de systèmes d’égout au coût de 14 millions de dollars (Richardson, 2010). Cependant, au cours des délibérations des focus groups, les participants ont pleinement réalisé que le mur anti-inondation ne pouvait pas garantir de protection absolue puisque l’eau pourrait le contourner et qu’il n’empêcherait pas non plus l’intrusion d’eau salée. Ainsi, une retraite planifiée des résidences les plus à risque est de plus en plus fortement envisagée. Cette solution ne fait cependant pas encore l’unanimité au sein de la communauté.

22Bayshore était la seule des 6 communautés à proposer un nouveau cadre règlementaire comme option d’adaptation, notamment pour pallier à l’anarchie des structures de protection érigées sur la flèche littorale (figure 3). La proximité de la ville de Bathurst et des ministères provinciaux décentralisés ainsi que le capital social important (leadership, cohésion sociale) peuvent expliquer cette orientation (Plante et al., 2011).

Figure 3. Différents types de structures de protection construites à Pointe-Carron : 1) enrochement avec de larges blocs, 2) enrochements de petites roches, 3) mur en ciment, 4) enrochement avec de larges roches.

Figure 3. Différents types de structures de protection construites à Pointe-Carron : 1) enrochement avec de larges blocs, 2) enrochements de petites roches, 3) mur en ciment, 4) enrochement avec de larges roches.

Source : Chouinard et al. (2009a)

23À Perth-Andover, les mesures d’adaptation mises en place ont suivi les recommandations du Flood Mitigation Group et incluent 8 millions de dollars octroyés par le gouvernement du Nouveau-Brunswick pour la relocalisation ou la protection contre les inondations de résidences à risque d’inondation, solution qui n’était pourtant a priori pas favorisée par le ministère de l’Environnement (CBC, 2012a, b). D’autres mesures comprennent 300 000 dollars pour la construction d’une route d’accès d’urgence à l’hôpital, 1 million de dollars pour la mitigation des inondations, la stabilisation des berges et 50 000 dollars pour la modélisation des embâcles de glace (CBC, 2012a, b). Par ailleurs, onze propriétés endommagées ont été acquises par la province pour démolition dans le cadre du programme de « buy-out » (CBC, 2012b).

Une représentation changeante de la zone côtière

24Au fil du temps, la représentation de la zone côtière a évolué en parallèle aux changements d’usages qu’elle a subis. La côte est désormais un environnement de vie et de loisirs hautement désirable. Les valeurs récréative et esthétique y sont le plus souvent associées (Coalition du Sud du Golfe du Saint Laurent, 2010 dans Noblet et Chouinard, 2014). Selon les cartes de la CSR de Kent de 1979 et 2012, la densité d’habitations a fortement augmenté durant cette période et leur prix a triplé au cours des 10 dernières années (Noblet et Chouinard, 2014). Cette évolution s’inscrit dans un mouvement plus général de population de l’arrière-pays façonnant une nouvelle perception de la zone côtière caractérisée par la nature, l’émotion et la nostalgie et ce faisant altère la vocation de la zone côtière et le rapport entre nouveaux arrivants et anciens résidents (Le Bouëdec, 2002). Dans les communautés de Cocagne, Grande-Digue ou Dundas, particulièrement touchées par ce phénomène, l’avenir des territoires est vivement discuté. Certains répondants s’inquiètent d’un développement incontrôlé, d’autres privilégient la croissance économique (Rabeniaina et Chouinard, 2014). Plus fondamentalement, la représentation de la côte façonne les attentes et objectifs des résidents par rapport au développement futur, à ce qui doit ou ne doit pas être protégé, etc. Comme le disent Daré et al. (2008) (dans une optique un peu différente) « L’explicitation des objectifs […] est une étape fondamentale ». Avant (ou souvent en même temps) de discuter des moyens d’adaptation, il est donc important d’aborder des questions de valeurs, de représentations, de désirs et d’objectifs des résidents.

La cohésion communautaire – résidents de première, seconde et troisième génération

25La cohésion au sein de la communauté est un facteur important pour atteindre des décisions consensuelles sur les stratégies d’adaptation. Quand les circonstances personnelles et les perceptions diffèrent, cette cohésion est plus difficile à atteindre. Ainsi, Pointe-du-Chêne devient de plus en plus un lieu de résidence pour des professionnels et des retraités de Moncton. Certains participants à l’étude ont exprimé une préoccupation vis-à-vis d’une fracture croissante entre ces résidents de troisième génération et ceux de deuxième génération, qui habitent le lieu depuis de nombreuses années. La présence de résidents saisonniers est aussi vue comme un facteur influençant négativement la cohésion sociale (Rabeniaina et Chouinard, 2014)

« Il faut trouver un moyen d’impliquer les résidents saisonniers dans les projets de la communauté » -Un participant au focus group de la CSR du Sud-est

« Il faut trouver une solution collective et non pas individuelle car c’est tout le monde qui est affecté par l’aménagement côtier » -Un participant au focus group de la CSR du Sud-Est

26Aussi, les différentes catégories de résidents ont tendance à favoriser différentes options d’adaptation en fonction de leur perception des risques et de leur contexte socio-économique spécifique (Chouinard et al., 2006).

Émancipation des communautés – Renforcement de la gouvernance locale et du pouvoir de négociation à travers l’appropriation de connaissances

27Les communautés impliquées dans les projets ont souligné l’importance de l’approche de co-construction, qui leur permet de se familiariser avec les enjeux ainsi que les outils et méthodes utilisés par les chercheurs (Chouinard et al., 2006). L’appropriation d’outils simples, mais efficaces comme le « mapping » (figure 4) ou des outils plus complexes comme la cartographie des zones d’inondations en fonction de scénarios d’augmentation du niveau de la mer permet aux communautés d’atteindre plus d’autonomie dans la planification de l’adaptation. Une meilleure compréhension du processus de recherche et des outils employés leur permettront aussi de gagner en confiance et en crédibilité lors des négociations avec les ministères. Par exemple, l’exercice de « mapping » avec les résidents du Goulet résultant en une carte de zone à risque utilisées par la municipalité et la commission d’aménagement et contribuant à justifier une cartographie LiDAR du territoire (voir aussi Richardson, 2010). Pointe-du-Chêne, de son côté, a obtenu la construction du pont plus élevé qui avait été identifié comme priorité lors du processus de co-construction.

Figure 4. Exercice de « mapping » avec les résidents du Goulet résultant en une carte de zone à risque

Figure 4. Exercice de « mapping » avec les résidents du Goulet résultant en une carte de zone à risque

Source : Chouinard and Martin (2007)

L’importance des connaissances locales

28Les résidents des différentes communautés du Nouveau-Brunswick perçoivent des changements dans la fréquence des évènements extrêmes comme les verglas, les tempêtes ou les inondations, qui deviennent plus fréquents selon eux, ainsi que dans une diminution du couvert de glace et une accélération de l’érosion des plages et des dunes (Chouinard et al., 2006; Guillemot et al., 2014; Stervinou et al., 2013). L’importance de connaissances locales et traditionnelles dans l’observation de l’évolution du climat est de plus en plus reconnue (Klintenberg et al., 2007; Nakashima et al., 2012). Dans plusieurs cas, les observations locales corroborent les tendances scientifiquement établies, par exemple au Burkina Faso (Thiombano, 2011), dans l’Himalaya (Chaudhary et Bawa, 2011), au Tibet (Byg et Salick, 2009) ou dans l’Arctique canadien (Ashford et Castleden, 2002). Dans d’autres cas, comme le Golfe du Saint-Laurent, la nature graduelle et lente des changements ou l’avènement d’évènements ponctuels peut fausser la perspective des changements à long terme par les résidents (Friesinger et Bernatchez, 2010). Dans une étude effectuée à Shippagan (Stervinou et al., 2013), une très bonne concordance entre les observations locales et les mesures scientifiques a été constatée sur des changements climatiques et environnementaux lors des 25 dernières années (tableau 5). Dans aucun cas, les observations ne contredisaient les données.

Tableau 5. Concordance entre les observations locales et les données scientifiques sur le territoire de Shippagan, Nouveau-Brunswick

Variable

N

Correspondance entre les observations et les mesures

Forte

(≥4)

Faible

(<4)

s/o

Températures atmosphériques hivernales

8

X

Températures de surface de la mer

1

X

Précipitations de neige

4

X

Fréquence des tempêtes

2

X

Durée du couvert de glace

7

X

Augmentation du niveau de la mer

9

X

Érosion côtière

10

X

Légende : N = nombre de répondants qui ont évoqué cette variable

Source : Stervinou et al. (2013)

29De nombreuses observations sur les changements environnementaux sont liées à des activités en lien avec la nature, comme celles des pêcheurs sur l’évolution des espèces de poisson ou des conditions marines. Comme dans le cas d’autres Premières Nations particulièrement proches de leur environnement (Ashford et Castleden, 2002 ; Yeo et Bhardwaj, 2014), les Mi’kmaq de la Première Nation d’Elsipogtog ont relaté des changements graduels observés au cours des dernières décennies (Chouinard et Weissenberger, comm. pers., 2006).

30Les observations locales sont plus détaillées et à plus long terme que les observations scientifiques. Certains résidents de Shippagan étaient en mesure de décrire des changements environnementaux durant les 40-50 dernières années. Dans des communautés avec une forte transmission intergénérationnelle de connaissances, comme chez la nation Mi’kmaq, les observations peuvent remonter à plusieurs générations. La précision et la variété des observations locales ressortent de quelques exemples d’observations de résidants de Cocagne, Grande-Digue et Dundas (Chouinard et al., 2012) :

« Diminution de la hauteur de la crête des dunes, plus de brèches dans la côte, plus de pluie et de ruissellement. On peut voir les effets du ruissellement, exemple de la plage à Cap-des-Caissie… »

« Ça s’érode beaucoup devant la maison, 30 pieds depuis 1975, l’herbe est toute partie… »

« La tendance est à l’érosion de la côte, cependant, j’ai remarqué l’avancement de la dune de l’île de Cocagne. »

« L’érosion est de plus en plus fréquente. La falaise chez moi a perdu 2 pieds depuis 6 ans. Le gel et le dégel sont de plus en plus fréquents, ils accentuent l’érosion et brisent les structures stabilisatrices. »

« Je pouvais voir les dunes de chez moi voilà 30 ans à Pointe-Cormier et le mur de roche que nous avons mis y’a 30 ans n’est déjà plus efficace. »

L’importance de la gouvernance locale

31Au Canada, la responsabilité pour le développement des zones côtières appartient aux provinces. Les ministères fédéraux interviennent sur la base de projets ponctuels. La plupart des participants des communautés étudiées déplorent un manque de législation, de politiques publiques et de volonté politique de la part du gouvernement provincial (Chouinard et al., 2014). La tâche de formuler des plans d’adaptation incombe donc en dernier lieu aux gouvernements locaux. Or la faiblesse de la gouvernance locale a été identifiée lors d’entrevues et de focus group comme un frein à la capacité d’adaptation (Chouinard et al., 2006).

32Dans le cas du Nouveau-Brunswick, il existe une différence très nette entre les municipalités ou communautés rurales et les DSL. Le statut de municipalité ou de communauté rurale offre plusieurs ressources et outils, comme la possibilité de voter des lois municipales ou de formuler des plans ruraux qui ne sont pas à la disposition des DSL, qui n’ont qu’une faible emprise sur leur territoire. Cette différence se répercute aussi sur les commissions de services régionaux (CSR) nouvellement formées. Ainsi, lors d’une étude comparative, les résidents de la CSR 6 (Kent), dominée par des DSL, s’estimaient moins à même de réagir aux changements climatiques et environnementaux que ceux de la CSR 7 (Sud-Est), regroupant surtout des municipalités (Chouinard et al., 2014). Depuis, et selon certains participants en lien avec le projet, les DSL de Cocagne, Grande-Digue et Dundas ont entamé des discussions sur leur incorporation, qui ont résulté en la création d’une communauté rurale dans le cas de Cocagne.

33Un exemple remarquable de leadership local est la décision de la communauté rurale de Beaubassin-Est d’adopter, sous l’impulsion de la Commission d’Aménagement Beaubassin, un nouveau règlement municipal (CGVD28, règlement 09-1 B, février 2011) qui inclut explicitement l’augmentation du niveau de la mer dans les limites de construction en zone côtière (Doiron, 2012). Ce règlement a depuis été repris par d’autres municipalités du Nouveau-Brunswick.

L’importance des associations et intermédiaires

34Les associations locales œuvrant dans le domaine de l’environnement et du développement jouent un rôle important dans le processus d’adaptation et dans la mobilisation citoyenne. Au Nouveau-Brunswick, les associations interviennent d’une manière collaborative et constructive et sont des acteurs importants dans l’élaboration de stratégies d’adaptation. Leur rôle est particulièrement important dans les DSL, qui ne possèdent pas de structures municipales. Dans ce type de communautés, les résidents se tournent souvent vers les associations pour initier des projets et pour agir comme courroie de transmission entre la population et les instances gouvernementales (Chouinard et al., 2012). Les associations locales jouissent de plus de confiance dans la population que ne le font les représentants de la province, sont donc mieux en mesure de mobiliser et sensibiliser la population vis-à-vis de la problématique côtière et climatique.

  • 1 Données d'entrevues menées en été 2015, non publié.

35Parmi les exemples d’associations ayant joué un rôle important dans les communautés de notre étude figurent le Groupe de développement durable du Pays de Cocagne (GDDPC), Vision H2O et du Groupe de Développement Durable de Bathurst. Le GDDPC est une OSBL qui œuvre depuis 2000 dans le bassin versant et la baie de la rivière Cocagne, englobant notamment les communautés de Grande-Digue et Cocagne. Les entrevues ont révélé que les résidents se tournent souvent vers le GDDPC pour obtenir de l’aide et du conseil par rapport aux problèmes côtiers qu’ils vivent et que le GDDPC joue le rôle d’intermédiaire entre les résidents et les pouvoirs publics, même si cela ne relève pas directement de son énoncé de mission (Chouinard et al., 2013, 2014). Fait intéressant, depuis la constitution récente de la municipalité de Cocagne en 2014, c’est celle-ci qui assume le rôle de conseiller et d’intermédiaire et beaucoup moins le GDDPC1.

36Vision H2O est un organisme de bienfaisance à vocation environnementale qui est actif depuis 2003 à Cap-Pelé et Beaubassin-est. Vision H2O s’implique dans des projets de terrain comme la restauration des dunes côtières à l’aide de sapins de Noël recyclés, mais s’implique aussi dans la gouvernance locale en partenariat avec les municipalités et d’autres intervenants locaux.

37Le Groupe de Développement Durable de Bathurst a été fortement impliqué dans le processus d’élaboration de plan d’adaptation. C’est ce groupe qui a pris en charge le processus après la fin du projet de recherche initial et qui a donc assuré le transfert des connaissances, des compétences et initiatives, le suivi des études et l’accompagnement du processus social et politique.

38Le rôle d’intermédiaire peut aussi être joué par d’autres intervenants que des associations. Un exemple pour cela est le rôle de l’Institut des Zones Côtières dans la Péninsule Acadienne. Cet institut mène depuis 2011 des travaux sur l’adaptation en collaboration avec les municipalités et DSL de la péninsule acadienne, l’Université de Moncton, campus de Shippagan, ainsi que la Commission des services régionaux de la péninsule acadienne (CSR) et les intervenants provinciaux. Il a signé un partenariat avec le forum des maires de la péninsule acadienne sur la collaboration à l’adaptation des zones côtières aux changements climatiques. Il a ainsi pu contribuer à l’élaboration des plans d’adaptation climatiques, faciliter l’accès à des ressources scientifiques et financières, et à stimuler un dialogue collectif sur les stratégies d’adaptation et de développement (Aubé et Kocyla, 2012; Guillemot et al., 2014).

Conclusion

39Les recherches réalisées dans différentes communautés du Nouveau-Brunswick ont démontré le bien-fondé de l’approche de la RAP. L’implication des communautés et des acteurs a permis d’établir des dialogues ouverts et productifs. La co-construction en vue de la coproduction de stratégies d’adaptation présente plusieurs avantages sur l’approche traditionnelle reposant sur des décisions prises en hauts lieux et informées par des consultants. Soulignons en particulier, 1) que les échanges avec les experts scientifiques augmentent les capacités de planification et de négociation des communautés. Celles-ci sont dès lors mieux outillées pour faire face aux défis climatiques et environnementaux; 2) que l’implication des acteurs locaux et la mise à profit des connaissances locales permettent de développer des plans d’adaptation qui sont appropriés pour le contexte local; 3) que l’approche délibérative et inclusive renforce la cohésion sociale des communautés. Les échanges ouverts et constructifs entre les acteurs permettent de réduire le potentiel de conflit et d’atteindre une meilleure acceptabilité sociale des solutions proposées. Comme dans d’autres contextes (gestion des ressources naturelles à Madagascar), la co-construction a permis de renforcer les capacités des acteurs et à favoriser le dialogue (ou débat) démocratique (Aubert et al., 2011).

40Comparé à l’approche de co-construction, une approche top-down pilotée par des agences gouvernementales et reposant sur des expertises scientifiques génériques ou des consultations à court terme saura moins probablement identifier la meilleure option d’adaptation sur un site donné. L’intelligence et connaissance collective des acteurs locaux sont des ajouts précieux pour la construction d’un plan d’adaptation. D’un autre côté, le processus de co-construction est généralement plus long, il peut s’échelonner sur plusieurs années. Comme le soulignent Daré et al. (2008), il doit aussi s’adapter aux contextes locaux. À Bathurst, par exemple, le processus a été facilité par l’implication active de la ville, du groupe de développement durable de Bathurst et d’autres intervenants ainsi que par la présence de fortes ressources scientifiques et administratives. Le Goulet, au contraire, est une petite municipalité prise avec des problèmes de déclin démographique, de diminution des revenus de la pêche, ce à quoi vient s’ajouter la problématique des inondations et de l’érosion; la dynamique sociale y est déjà plus polarisée et conflictuelle, la recherche de solutions et le déroulement d’un projet de RAP plus difficile. Ainsi, des scientifiques de la province ont été mal acceptés par la communauté. Les chercheurs de l’Université de Moncton l’ont mieux été, aussi en raison de partenariats déjà établis dans le cadre d’un projet d’ARUC en économie sociale et de durabilité au Canada atlantique. Néanmoins, l’économie de temps en adoptant une approche top-down peut s’avérer coûteuse en termes d’efficacité de l’action entreprise et de ressources engagées à mauvais escient. Finalement, il faut considérer que l’adaptation ne se résume pas à une action unique, mais représente plutôt un processus continu qui se poursuivra pendant des décennies, pour ne pas dire des siècles. Il est donc essentiel que les communautés côtières soient en mesure de planifier de leur propre initiative leur développement pour rester ou devenir résilient face aux défis posés par les changements climatiques.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Ashford, G. et J. Castleden, 2002, Inuit observations on climate change. Institut international du développement durable, juin 2001 et Elders Conference on Climate Change, Cambridge Bay, Nunavut, 29-31 mars 2001.

Aubé, M. et B. Kocyla, 2012, Adaptation aux changements climatiques : planification de l’utilisation du territoire à Shippagan, Le Goulet et Bas-Caraquet. Projet ASACCA-Péninsule acadienne Volet accompagnement des communautés, Institut de recherche sur les zones côtières inc.

Aubert, S., F. Rahajason et T. Ganomanana, 2011, La modélisation d’accompagnement pour le Suivi de l’Impact des Transferts de Gestion à Madagascar. [VertigO] - la revue numérique en sciences de l’environnement, Vol11 no3; DOI : 10.4000/vertigo.11888. [En ligne] URL : http://vertigo.revues.org/11888 (consulté le 13 décembre 2015).

Bureau du vérificateur général du Canada, 2010, Rapport du Commissaire à l’environnement et au développement durable : chap, 3 – l’adaptation aux impacts climatiques; 3.8 Adaptation à l’élévation du niveau de la mer au Nouveau-Brunswick, [En ligne] URL : http://www.oag-bvg.gc.ca/internet/Francais/parl_cesd_201012_03_f_34426.html#ex8 (consulté le 14 décembre 2015).

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Byg, A. et J. Salick, 2009, Local perspectives on a global phenomenon—Climate change in Eastern Tibetan villages. Global Environmental Change 19, pp. 156–166.
DOI : 10.1016/j.gloenvcha.2009.01.010

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Campbell, D.T. et D.W. Fiske, 1959, Convergent and discriminant validation by the multitrait-multimethod matrix. Psychological Bulletin, 56, 81 p.
DOI : 10.1037/h0046016

CBC, 2012a, N.B. funds $ 3M to prevent future Perth-Andover flooding. The Canadian Press, 13 septembre. [En ligne] URL : http://www.cbc.ca/news/canada/new-brunswick/n-b-funds-3m-to-prevent-future-perth-andover-flooding-1.1210385 (consulté le 13 novembre 2015)

CBC, 2012b, N.B. will pay $ 8M to relocate flooded Perth-Andover homes. CBC News, 2 octobre. [En ligne] URL : http://www.cbc.ca/news/canada/new-brunswick/n-b-will-pay-8m-to-relocate-flooded-perth-andover-homes-1.1139706 (consulté le 13 novembre 2015)

Chaudhary, P. et K.S. Bawa, 2011, Local perceptions of climate change validated by scientific evidence in the Himalayas. Biol. Lett. 7, 767–770. doi :10.1098/rsbl.2011.0269

Chouinard, O., J. Baztan et J.-P. Vanderlinden, 2011, Zones côtières et changement climatique – le défi de la gestion intégrée. Presses de l’Université du Québec, Québec, 242 p.

Chouinard, O., S. Jolicoeur, G. Martin, S. O’Carroll, D. Bérubé et B. Kelley, 2009a, Pointe Carron : Vivre dans un écosystème côtier. Vers une planification communautaire durable. Comité directeur, équipe d’étude sur le problème d’érosion à la Pointe Carron, Université de Moncton, réseau de recherche sur l’économie durable et la viabilité.

Chouinard, O. et G. Martin, 2007, Un plan communautaire pour l’adaptation au changement climatique pour Le Goulet, Nouveau-Brunswick : La rencontre de la science, des valeurs et des connaissances locales, 28 p.

Chouinard, O., S. Plante et G. Martin, 2006, Engagement des communautés face au changement climatique : une expérience de gestion intégrée à Le Goulet et Pointe-du-Chêne au Nouveau-Brunswick. [VertigO] - la revue numérique en sciences de l’environnement, Vol7 no3, DOI : 10.4000/vertigo.1912, [En ligne] URL : http://vertigo.revues.org/1912

Chouinard, O., S. Plante et G. Martin, 2008, The community engagement process : a governance approach in adaptation to coastal erosion and flooding in Atlantic Canada. Revue Canadienne des Sciences Régionales 31, 507-520.

Chouinard, O. et S. Plante, 2009a, Communauté côtière en besoin d’adaptation face à la hausse du niveau marin dans le contexte du changement climatique. Dans Breton, J.-M (sous la dir.) Patrimoine culturel et tourisme alternatif. Éditions Karthala, pp. 253-268.

Chouinard, O., S. Plante et G. Martin, 2009b, Gestion intégrée des zones côtières et engagement citoyen à l’heure des changements climatiques. Université de Moncton.

Chouinard, O., T. Rabeniaina et S. Weissenberger, 2013, Les apprentissages sur l’aménagement côtier dans deux territoires côtiers du littoral acadien du Nouveau-Brunswick vulnérables à l’érosion et aux inondations, Études caribéennes 26, DOI : 10.4000/etudescaribeennes.6663, [En ligne] URL : http://etudescaribeennes.revues.org/6663

Chouinard O., N. Tartibu et J. Gauvin, 2012, Adaptation réfléchie en milieu côtier : démarche d’engagement avec les résidents du milieu côtier des DSL de Cocagne et de Grande Digue, rapport final par le Programme de Maitrise en Études de l’environnement, Université de Moncton, pour le Fonds de Fiducie en environnement du Nouveau-Brunswick

Chouinard, O. et S. Weissenberger, 2014, « Adaptation aux changements climatiques et à l’augmentation du niveau de la mer en zones côtières – une perspective globale ». [en ligne] http://www8.umoncton.ca/umcm-climat/uved (consulté le 12 novembre 2014).

City of Shippagan, 2009, Plan vert de la ville de Shippagan, 76 p. [En ligne] URL : http://www.shippagan.ca/wp-content/uploads/2014/01/plan-vert-shippagan.pdf (consulté le 13 novembre 2014).

CitySpaces Consulting, 2007, Municipal Case Studies : Climate change and the planning process New Brunswick. Prepared for Canadian Institute of Planners, 16 p.

Daré, W., S. Aubert, A. Bah, A. Botta, I. Diop-Gaye, C. Fourage, G. Lajoie et G. Leclerc, 2008, Difficultés de la participation en recherche-action : retour d’expériences de modélisation d’accompagnement en appui à l’aménagement du territoire au Sénégal et à la Réunion. [VertigO] - la revue numérique en sciences de l’environnement, Vol8 no2, DOI : 10.4000/vertigo.5012 [En ligne] URL : http://vertigo.revues.org/5012 (consulté le 13 décembre 2015.)

Department of Fisheries and Oceans (DFO), 2008, Small craft harbours, [En ligne] URL : http://www.dfo-mpo.gc.ca/sch-ppb/home-accueil-eng.htm (consulté le 12 novembre 2014).

Doiron, S., 2012, From climate change plans to by-laws, it’s time to act. Plan Canada Winter 2012, pp. 30-34.

Finn, J.-G., 2008, Bâtir des gouvernements locaux et des régions viables : plan d’action pour l’avenir de la gouvernance locale au NouveauBrunswick. Rapport du commissaire sur l’avenir de la gouvernance locale, 212 p.

Fontan, J.-M., 2011, « La recherche partenariale en économie sociale, l’expérience québécoise » In Bouchard, M.-J. (eds.) L’économie sociale, vecteur d’innovation : L’expérience du Québec. PUQ, Québec, p. 63-88.

Forbes, D.L., G.S. Parkes et L.A. Ketch, 2006, Sea-level rise and regional subsidence. In R. Daigle. Impacts de l’élévation du niveau de la mer sur la côte sud-est du Nouveau-Brunswick, Rapport du projet recherche pilote d’Environnement Canada, pp. 34-94.

Fox, M. et M. Daigle, 2012, Planning for Sustainability in New Brunswick. Atlantic Climate Adaptation Solutions Association, 36 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Friesinger, S. et P. Bernatchez, 2010, Perceptions of Gulf of St. Lawrence coastal communities confronting environmental change : Hazards and adaptation, Québec, Canada. Ocean & Coastal Management 53, 669-678.
DOI : 10.1016/j.ocecoaman.2010.09.001

Gauthier, B., 2009, Recherche sociale : De la problématique à la collecte des données. Presses de l’Université du Québec, Québec.

Geoffrion P., 2009, « Le groupe de discussion ». In B. Gauthier (Ed.), Recherche sociale. De la problématique à la collecte de données, Presses de l’Université du Québec, 5th edition.

Ghorra-Gobin, C., 1998, La démarche comparative en sciences sociales. Gestion des Transformations Sociales – MOST, Document de discussion - No. 40. [En ligne] URL : http://www.unesco.org/most/ghorra.htm

Intergovernmentary Panel on Climate Change (IPCC), 2013. “Summary for Policymakers”. In : Climate Change 2013 : The Physical Science Basis. Contribution of Working Group I to the Fifth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change [Stocker, T.F., D. Qin, G.-K. Plattner, M. Tignor, S. K. Allen, J. Boschung, A. Nauels, Y. Xia, V. Bex, P.M. Midgley (eds.)]. Cambridge University Press, Cambridge, United Kingdom and New York, NY, USA.

Jodelet, D., 1989, Les représentations sociales. Presses universitaires de France, Paris.

Kitzinger J., I. Markova et N. Kalampalikis, 2004, Qu’est ce que les focus groups ? Bulletin de psychologie 57, 237-243.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Klintenberg, P., M. Seely et C. Christiansson, 2007, Local and national perceptions of environmental change in central Northern Namibia : Do they correspond ? Journal of Arid Environments 69, pp. 506–525.
DOI : 10.1016/j.jaridenv.2006.10.015

Lane, D., 2012, C-Change Community of Practice Meeting - Case Study : Perth-Andover, New Brunswick. 20 p.

Le Bouëdec, G., 2002, L’évolution de la perception de la zone côtière du XVe siècle, Actes de colloque à l’Université de Bretagne-Sud Lorient. [En ligne] URL : http://assoc.lorient.ccsti.pagesperso-orange.fr/AIZC/lebouedec/lebouedec.htm

Le Goulet, 2008, Communication personnelle avec le maire Denis Roussel suite aux négociations avec le Ministère de l’Environnement et des Gouvernements locaux du Nouveau-Brunswick

Mackinson, S., S. Raicevich, M. Kraan, R. Magudia et K. Borrow (eds), 2015, Good Practice Guide : Participatory Research in Fisheries Science. Site visité le 23 nov. 2015, [En ligne] URL : http://gap2.eu/outputs/pr-handbook/

Nakashima, D.J., K. Galloway McLean, H.D. Thulstrup, A. Ramos Castillo et J.T.. Rubis, 2012, Weathering Uncertainty : Traditional Knowledge for Climate Change Assessment and Adaptation. Paris, UNESCO, and Darwin, UNU, 120 pp. 

New Brunswick, 2002, A Coastal Areas Protection Policy for New Brunswick. New Brunswick Environment and Local Government 36 p.

New Brunswick Department of Natural Resources, n.d. Coastal Erosion. [En ligne] URL : http://www2.gnb.ca/content/gnb/en/departments/elg/environment/content/climate_change/content/climate_change_indicators/indicators/water/coastal_erosion.html (consulté le 12 novembre 2014).

Noblet, M. et O. Chouinard, 2014, « Le cas de la zone côtière du Sud-Est du Nouveau-Brunswick, Canada », In D. Buissière, J.-M. Fontan and J.-L. Klein (Eds). L’adaptation au changement climatique : une question de gouvernance à la lumière de la recherche partenariale, Presses de l’Université du Québec.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Paillé, P. et A. Mucchielli, 2009, L’analyse qualitative en sciences humaines et sociales. Armand Colin, Paris.
DOI : 10.3917/arco.paill.2012.01

Parkes, G.S., G.K. Manson, R. Chagnon et L.A. Ketch, 2006, Storm-surge, wind, wave and ice climatology. In R. Daigle. Impacts de l’élévation du niveau de la mer sur la côte sud-est du Nouveau-Brunswick, Rapport du projet recherche pilote d’Environnement Canada, pp. 95-262.

Perth-Andover and Tobique First Nation, 2012, Report of the Flood Mitigation Core group. [En ligne] URL : http://www.perth-andover.com/pdf/Report_from_Flood_Mitigation_Core_Group_Committee.pdf (consulté le 12 novembre 2014).

Plante, S., O. Chouinard, P. Bernatchez, avec la participation de N. Thivierge, G. Martin et C. Ouellet, 2007, Politiques, gouvernance et renforcement des capacités communautaires d’adaptation aux changements climatiques des zones côtières, insulaires et communautaires. UQAR/CRDT, rapport présenté à Ressources Naturelles Canada, Fonds d’action sur les changements climatiques, 191 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Plante, S., O. Chouinard et G. Martin, 2011, Gouvernance participative par l’engagement citoyen à l’heure des changements climatiques : Études de cas à Le Goulet, Pointe-du-Chêne et Bayshore Drive (Nouveau-Brunswick). Territoire en mouvement 11 | 2011, [En ligne] URL : http://tem.revues.org/1234
DOI : 10.4000/tem.1234

Pointe-du-Chêne, 2007, Communication personnelle avec un informateur-clé du District de service local de Pointe-du-Chêne suite aux négociations avec la Ministère de l’Environnement et des gouvernements locaux en 2007

Province of New Brunswick, 2012, New Brunswick Tourism Indicators Summary Report 2011. Fredericton, NB, 25 p.

Rabeniaina, T. et O. Chouinard, 2014, Les enjeux de la gouvernance locale et environnementale sur le littoral acadien du Canada atlantique, VertigO, soumis

Radio-Canada, 2012, Résister à l’inexorable, La Semaine Verte, Samedi 10 novembre. [En ligne] URL : http://www.radio-canada.ca/emissions/la_semaine_verte/2012-2013/chronique.asp?idChronique=256293 (consulté le 12 novembre 2014).

Richardson, G.R.A., 2010, S’adapter aux changements climatiques : Une introduction à l’intention des municipalités canadiennes, Ressources naturelles Canada, Ottawa, Ontario, 2010. [En ligne] URL : http://www.nrcan.gc.ca/environment/resources/publications/impacts-adaptation/tools-guides/16299 (consulté le 12 novembre 2014).

Saaty, T.L., 1980, The Analytic Hierarchy Method. McGraw-Hill, New York.

Savoie-Zajc, L., 2009, « L’entrevue semi-dirigée » In B. Gauthier (Ed.) Recherche sociale. De la problématique à la collecte de données, Presses de l’Université du Québec, 5th édition.

Stervinou, V., E. Mayrand, O. Chouinard et A.N. Thiombiano, 2013, La perception des changements environnementaux : le cas de la collectivité côtière de Shippagan (Nouveau-Brunswick, Canada). [VertigO] - la revue numérique en sciences de l’environnement, Vol13 no1, [En ligne] URL : http://vertigo.revues.org/13482, DOI : 10.4000/vertigo.13482

Thiombiano, A.N., 2011, Variabilité climatique et impacts sur les ressources en eau au Burkina Faso : étude de cas du bassin hydrographique du fleuve Nakanbé. Thèse de Maîtrise en études de l’environnement, Université de Moncton, 96 p.

Yeo, S.et G. Bhardwaj, 2014, Climate change is killing our Mother Earth. RTCC – Responding to climate change, [En ligne] URL : http://www.rtcc.org/2014/08/01/indigenous-people-climate-change-is-killing-our-mother-earth/

Haut de page

Notes

1 Données d'entrevues menées en été 2015, non publié.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Carte des lieux d’étude avec les limites des commissions régionales de service et l’emplacement des littoraux du Nouveau-Brunswick
Crédits Source : adaptée de Gouvernement du Nouveau-Brunswick (2015)
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/16642/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 996k
Titre Figure 2. Le nouveau pont de Pointe-du-Chêne surélevé, résistant à la tempête de 2010 et par temps calme
Crédits Source : Doiron (2010); Weissenberger (2012)
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/16642/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Figure 3. Différents types de structures de protection construites à Pointe-Carron : 1) enrochement avec de larges blocs, 2) enrochements de petites roches, 3) mur en ciment, 4) enrochement avec de larges roches.
Crédits Source : Chouinard et al. (2009a)
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/16642/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure 4. Exercice de « mapping » avec les résidents du Goulet résultant en une carte de zone à risque
Crédits Source : Chouinard and Martin (2007)
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/16642/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Omer Chouinard, Sebastian Weissenberger et Dan Lane, « L’adaptation au changement climatique en zone côtière selon l’approche communautaire : études de cas de projets de recherche-action participative au Nouveau-Brunswick (Canada) », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 23 | novembre 2015, mis en ligne le 25 novembre 2015, consulté le 10 décembre 2016. URL : http://vertigo.revues.org/16642 ; DOI : 10.4000/vertigo.16642

Haut de page

Auteurs

Omer Chouinard

Département de sociologie, Programme de Maîtrise en études de l’environnement, Université de Moncton, Campus de Moncton, Pavillon Léopold-Taillon, 18, avenue Antonine-Maillet, Moncton, NB, Canada E1A 3E9, courriel : omer.chouinard@umoncton.ca

Articles du même auteur

Sebastian Weissenberger

Institut des sciences de l’environnement, Université du Québec à Montréal, CP 8888, Succ. Centre-Ville, Montréal, QC, Canada H3C 3P8, courriel : weissenberger.sebastian@uqam.ca

Articles du même auteur

Dan Lane

C-Change Co-Director (Canada), École de gestion Telfer, Université d’Ottawa, 55 Laurier Avenue East, Ottawa, Ontario, Canada, K1N 6N5, courriel : DLane@uOttawa.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page