Navigation – Plan du site
2015

La mondialisation du tourisme : les nouvelles frontières d’une pratique

Fanny Beaulieu-Cormier
Référence(s) :

Isabelle Sacareau, Benjamin Taunay et Emmanuelle Peyvel (dir.), 2015, La mondialisation du tourisme : les nouvelles frontières d’une pratique, Presses universitaires de Rennes, Rennes, 264 pages, ISBN : 1281-6116, Illustré

Texte intégral

1L’univers du tourisme a produit deux révolutions : l’invention du tourisme au XIXe siècle, en Europe, puis l’émergence d’un tourisme de masse en provenance des pays industrialisés, durant les années 1920 et 1960. En ce sens, il représente l’une des plus vieilles expressions de la mondialisation. L’ouvrage dirigé par Isabelle Sacareau, Benjamin Taunay et Emmanuelle Peyvel, La mondialisation du tourisme : les nouvelles frontières d’une pratique, aborde une troisième révolution dans l’industrie touristique, « celle d’un tourisme mondialisé et diversifié » (p.12), au sein de laquelle les frontières sont à redéfinir.

2La pertinence de cet ouvrage collectif se confirme par la codirection d’Isabelle Sacareau, qui fut la première à organiser un colloque traitant de la troisième révolution touristique. Le colloque, tenu à Bordeaux en 2011, avait comme nom « La 3e révolution touristique : identifier et comprendre le tourisme des pays émergents ». Les trois chercheurs qui codirigent ce livre sont tous spécialisés en tourisme domestique, soit un tourisme pratiqué au sein des frontières nationales par les habitants de ce même pays- dans diverses régions du monde.

3L’objectif de cet ouvrage est de témoigner de la mondialisation, vue de l’intérieur. Plus précisément, la collection d’articles réunis dans ce livre permet d’étudier les dynamiques du tourisme au sein même d’un pays tout en mettant en lumière les nouveaux flux touristiques découlant des populations généralement considérées à l’écart de la mondialisation touristique et qui exercent aujourd’hui le tourisme à l’international. Ainsi, on parle de nouvelles frontières en signifiant l’influence de ces nouveaux flux touristiques, issus du tourisme domestique ou du tourisme international provenant des pays émergents, sur la mouvance des foyers touristiques. Ces foyers consistent en ces endroits où il y a une agglomération de touristes. On pense ici, par exemple, aux touristes issus de l’Amérique latine et qui voyagent hors de leurs pays respectifs, mais qui demeurent à l’intérieur du continent.

4Or, les statistiques de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT) qui servent souvent de point de départ aux enquêtes sur les flux touristiques ne prennent pas en considération les touristes des pays dits émergents ou encore, en voie de développement qui voyagent à l’intérieur même de leurs frontières (p. 12). Ces déplacements sont pourtant actuellement en expansion et ils généreront ainsi des changements quant aux divers foyers touristiques. En effet, les gens voyageant au sein même de leur pays ne pratiquent pas le tourisme de la même façon que les touristes internationaux qui sont visiteurs chez eux. « Les touristes étrangers ont d’autres intérêts de recherches de paradis perdus non partagés par les nationaux (…) », souligne Raymond (p.41).

5De plus, les frontières entre les sociétés industrialisées, ayant pratiquées seules le tourisme durant plusieurs années, et les pays qui débutent depuis peu le tourisme à l’international, ont tendance à se rétrécir et à se redéfinir. L’OMT confirme ce dernier énoncé en partageant que le nombre de pays ne recevant pas de touristes internationaux est passé de 45 % en 1990 à 5 % en 2005 (Sacareau, Taunay et Peyvel p. 12). La mondialisation prend donc une nouvelle forme, celle d’un tourisme mondialisé et diversifié qui va au-delà du concept réducteur dans lequel figure les relations de supériorité des pays riches envers les pays les plus pauvres.

6Afin de parvenir à bien expliquer cette nouvelle révolution touristique, le livre est divisé en trois parties distinctes regroupant trois à quatre articles rédigés par 12 collaborateurs. L’avantage de cette division du travail est de générer une vue d’ensemble du phénomène de la mondialisation touristique au sein des pays dits émergents, et ce, dans diverses régions du monde de l’Asie à l’Amérique en passant par l’Afrique et l’Océanie.

7La première partie du livre s’interroge sur la définition du terme touriste. Les auteurs se questionnent à savoir qui peut être considéré comme étant un touriste. Il s’agit donc d’« identifier, mesurer et caractériser les types de mobilités issues des nouveaux foyers touristiques de la mondialisation […] » (Sacareau, Taunay et Peyvel, p. 27). Afin de mieux répondre à cette problématique, trois auteurs s’intéressent aux pratiques qui redéfinissent ces nouveaux foyers touristiques.

8L’étude de Nathalie Raymond se penche sur les profils sociaux des populations d’Amérique latine. Leurs différences de pratiques du tourisme varient selon leurs origines et leurs appartenances sociales. Elle observe que les habitants ayant un niveau de vie modeste, voire pauvre ont également recours au tourisme. Ils visiteront un endroit particulier et n’en bougeront pas, tandis que les élites iront dans les pays avoisinants.

9Le sujet des mobilités touristiques tend à se complexifier dans les deux chapitres suivants où Jennifer Bidet étudie les Algériens ayant migré à l’étranger et retournant dans leur pays d’origine durant les vacances. Elle s’interroge à savoir si ceux-ci sont considérés comme étant des immigrés ou des touristes. Elle ajoute qu’il est facile de confondre le tourisme domestique à celui de post-migratoire. Dans cette même lignée, Anthony Goreau amène le cas des diasporas, plus particulièrement en Inde, en France et à l’île Maurice. Ce type de tourisme diasporique est souvent perçu comme étant un tourisme de racine, alors qu’il peut s’exercer ailleurs que dans le pays originaire.

10La deuxième partie fait suite à l’élaboration des diverses catégories de pratiques touristiques en précisant les modèles utilisés. On sait que le tourisme est né avant la révolution industrielle, en Europe, avec le Grand Tour, mais qu’en est-il des autres formes de tourisme qui existaient auparavant ? Quatre chapitres amènent le lecteur à se demander si les modèles servant l’intérêt des touristes internationaux aujourd’hui ne tirent pas leurs origines de pratiques anciennes. Sylvie Guichard-Anguis énonce qu’au Japon l’offre touristique dite contemporaine proviendrait d’une culture du voyage prétouristique. Le cas est le même en Inde où le pèlerinage attirant de nombreux touristes internationaux tirerait ses origines d’une vieille pratique.

11Philippe Violier et Benjamin Taunay tentent ensuite de relever les spécificités culturelles du tourisme chinois, à savoir comment le tourisme chinois domestique se différencie du tourisme des Occidentaux. Les deux derniers chapitres de cette partie portent sur les relations entre les touristes internationaux et les habitants. Caroline Blondy s’intéresse davantage au moment où la société locale est devenue touriste et par quelles instances cela s’est effectué. Pour ce faire, elle dresse un portrait de la cohabitation en Polynésie française des touristes internationaux et des habitants. Les interactions issues de cette cohabitation génèrent de nouveaux apprentissages découlant des relations sociales. Emmanuelle Peyvel, quant à elle, relève que les apprentissages sont issus des répercussions de l’implication de l’État dans la gestion des séjours touristiques au Viêt Nam. Elle décrit également l’histoire vacancière des Vietnamiens qui est aujourd’hui mise à jour par les liens existants entre le tourisme et le socialisme.

12La dernière partie du livre a pour sujet la mouvance des nouvelles frontières qui résultent de ces changements vis-à-vis les pratiques touristiques issues du tourisme domestique et du tourisme international. Cette nouvelle révolution du tourisme dit mondialisé et diversifié est qualifiée au sein de ce collectif comme étant postguerre froide et postcoloniale. La mondialisation du tourisme a pour effet de recomposer les foyers touristiques issus des flux de touristes en changement. Cette recomposition affecte le tourisme international en proposant aux touristes des lieux qui leur étaient inconnus jusqu’à alors. On assiste donc à une relecture de l’organisation des territoires. Cependant, il faut tout de même rappeler que des inégalités au sein de ces recompositions territoriales persistent encore quant à l’accès au tourisme.

13Terence Keller partage son étude de l’Amazonie en mentionnant que les pratiques touristiques y ont d’abord été la continuité des pratiques européennes, avant de devenir par la suite, une occupation des espaces sur une plus grande échelle. Cette recomposition du territoire a pris forme au sein du tourisme domestique amazonien. Elle interroge également l’intégration de ces nouvelles formes de tourisme dans un cadre mondialisé. Ekaterina Jourdain explique les recompositions territoriales liées à celles, politiques et économiques actuelles, dans la région du Caucase du Nord. C’est donc l’implication de l’État qui permet le renouveau du tourisme domestique en misant sur un espace peu connu du tourisme.

14La reconquête du territoire peut aussi être le résultat d’une déségrégation, ce qui est le cas en Afrique du Sud, à Durban. La période postapartheid a enlevé certaines barrières permettant aux populations d’exercer le tourisme qui leur était auparavant interdit dû à leur couleur de peau. Fabrice Folio, qui a étudié la question, indique que cette conquête de lieux touristiques est loin d’être terminée. Finalement, les recompositions touristiques peuvent aussi être issues d’un nouveau mode de pratique emprunté à l’Occident, comme c’est le cas des croisières. Véronique Mondoux démontre dans son chapitre que les Chinois ont adopté cette nouvelle façon de voyager. Les promoteurs du tourisme à l’international doivent donc s’adapter à ce nouveau marché. Cette adaptation est intéressante à étudier, car elle démontre bel et bien l’impact de ces nouveaux foyers touristiques sur le tourisme international.

15Avec un tel tour d’horizon, cet ouvrage devrait être considéré par tous les acteurs oeuvrant dans le domaine du tourisme et en particulier par ceux et celles qui sont interpelés par les nouveaux marchés. Le livre, propose une nouvelle avenue : celle de la troisième révolution touristique. Il dresse un portrait actuel de la mondialisation et met l’emphase sur les répercussions du tourisme issu des pays dits émergents. Ces nouvelles formes de pratique créent de nouvelles frontières et par le fait même, créent une restructuration au niveau des foyers touristiques. Ce collectif se veut, sans aucune prétention, transparent et inclusif. C’est pourquoi les termes émergents, en voie de développement, ainsi que Tiers Monde, pour n’en nommer que quelques-uns, y sont utilisés entre guillemets tout comme les concepts de tourisme domestique, tourisme intérieur et tourisme national. Cette précision dans ces définitions incite le lecteur à se questionner quant à l’utilisation à faire de ces termes. Le souhait exprimé par les auteurs est donc de susciter plusieurs réflexions desquelles émergeront de nouvelles explorations qui enrichiront à leurs tours le dialogue (Sacareau, Taunay et Peyvel, p. 12).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/16634/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fanny Beaulieu-Cormier, « La mondialisation du tourisme : les nouvelles frontières d’une pratique », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Lectures, mis en ligne le 09 décembre 2015, consulté le 30 mai 2016. URL : http://vertigo.revues.org/16634

Haut de page

Auteur

Fanny Beaulieu-Cormier

Étudiante à la maîtrise en Développement du tourisme, Département des études urbaines et touristiques, École des sciences de la gestion, Université du Québec à Montréal (ESG UQAM), Canada, courriel : beaulieu-cormier.fanny@courrier.uqam.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page