Navigation – Plan du site
2015

L’adaptation au changement climatique

Jessica Andriamasinoro
Référence(s) :

Valentine van Gameren, Romain Weikmans et Edwin Zaccai, 2014, L’adaptation au changement climatique, Editions La Découverte, collection Repères, Paris, 123 p.

Texte intégral

1Il est maintenant admis que l’adaptation demeure tout aussi importante que l’atténuation pour gérer le risque climatique. Mais qu'est-ce que l’adaptation au changement climatique? À travers cet ouvrage de synthèse, Van Gameren V., R. Weikmans et E. Zaccai, chercheurs issus du Centre d’études et du développement durable (CEDD) de l’Université libre de Bruxelles (ULB), y répondent en abordant les enjeux de l’adaptation dans le domaine du changement climatique ainsi que les futures avenues possibles qu’il implique sur le plan sociétal.

2Destiné à un public large, cet ouvrage sera particulièrement intéressant pour les néophytes qui cherchent à avoir une idée générale de ce qu’est l’adaptation au changement climatique. En effet, il aborde autant l’évolution de l’adaptation en tant que concept que son traitement politique et de mise en œuvre dans le domaine du changement climatique. En outre, la bibliographie riche et actualisée fournira aux étudiants qui souhaitent approfondir le sujet, des références tout aussi pertinentes.

3L’ouvrage s'ouvre sur une brève partie introductive qui porte sur la définition de l’adaptation au changement climatique, sur les nouvelles dimensions qu’apporte le caractère anthropique du changement climatique, pour finir sur les différences notables dans la mise en œuvre de l’adaptation versus celle de l’atténuation. Viennent par la suite six chapitres qui constituent le corps de l’ouvrage.

4Le premier chapitre traite des aspects physiques du changement climatique en commençant par présenter ce qui a été observé depuis l’ère préindustrielle pour ensuite enchaîner sur les projections climatiques pour la décennie. Un tableau dressant certains effets des changements observés et projetés suivant les scénarios de réchauffement de 2° et de 4° ainsi qu’une illustration de quelques impacts probables au niveau mondial viennent bonifier le chapitre.

5Le second chapitre est consacré aux dimensions sociales du risque. D’emblée, les auteurs classent autant l’atténuation que l’adaptation dans la catégorie des stratégies de gestion de risque. Les stratégies d’adaptation visent alors la réduction de l’exposition et de la vulnérabilité des systèmes humains destinés à réduire le risque climatique, que certains auteurs appellent aussi parfois augmentation de la résilience (p. 24). Trois paramètres d’évaluation de pertes attribuées aux catastrophes humaines que sont les décès, les personnes affectées et les pertes économiques (p.31) sont par la suite utilisés pour présenter à travers des exemples l’importance de dégâts directement et indirectement imputable aux catastrophes liées au climat. Pour les auteurs, les déficits d’adaptation sont constatés dans chaque pays indépendamment de leur niveau de croissance. Ils rappellent ensuite la responsabilité différenciée dans le changement climatique entre pays développés et ceux en développement tout en soulignant le caractère inégal des conséquences du climat entre ces pays puisque les plus fortement touchés par les effets néfastes du phénomène climatique sont et seront les pays pauvres. Le chapitre se termine sur la question de l’incertitude autour de l’évolution climatique et de celle de la société, présenté comme un facteur qui vient restreindre les anticipations d’actions d’adaptation possibles.

6Le troisième chapitre présente le cadre international des actions d’adaptation, de son émergence à son évolution dans la politique climatique internationale. Les débuts difficiles de l’adaptation sont alors soulignés, l’adaptation ayant été considéré comme un constat et une acceptation de l’échec des politiques d’atténuation. Mais le sort de l’adaptation en tant que réponse au changement climatique s’est par la suite amélioré au niveau des négociations internationales, et ce à partir de la publication du troisième rapport du GIEC en 2001 qui souligne qu’il ne suffit plus d’atténuer et qu’il faut également s’adapter au changement climatique. Des systèmes de financement ont alors été mis en place pour opérationnaliser les politiques d’adaptation. Et compte tenu de leur responsabilité limitée dans le changement climatique ainsi que leur faible niveau développement qui les rendait vulnérables, les pays en développement en étaient les bénéficiaires des fonds. Mais le constat est que ces financements étaient limités et il était difficile d’y avoir accès.

7Les politiques d’adaptation à l’échelle nationale et infranationale sont abordées dans le chapitre quatre. L’action publique d’adaptation climatique est avancée comme étant importante autant pour les pays en développement, ceux dits émergents que pour les pays développés. Des différentes manières de mettre en œuvre l’adaptation à ces échelles-là, les auteurs se sont plus penchées sur les trois actions suivantes : l’intégration (ou mainstreaming) dans les différentes politiques sectorielles, le développement de stratégie et de plan d’adaptation et enfin la mise en œuvre d’instruments politiques plus ou moins contraignants qui favoriserait l’adaptation. En général, les actions demeurent toutefois limitées pour le moment d’après les auteurs. Plusieurs raisons sont avancées pour expliquer cela, notamment : les conflits temporels entre les décisions politiques à court terme et les impacts qui sont plutôt enregistrés sur le long terme; les diverses incertitudes autour des données climatiques, des activités futures ou encore du déploiement éventuel des institutions qui prennent en charge l’adaptation.

8L’adaptation des acteurs privés constitue le thème du cinquième chapitre. Depuis les organisations comme les entreprises jusqu’à l’individu, l’adaptation peut constituer une source de risques, mais également d’opportunités. Un tableau qui illustre cette dualité pour le secteur agricole, celui de la construction et de l’immobilier, de la gestion de l’eau et en fin du tourisme est présenté pour appuyer cette idée. En outre, si les activités d’adaptation demeurent souvent confidentielles, ces deux facettes risques/opportunités ont potentiellement des impacts directs ou non sur les autres activités entreprises par les acteurs publics, et cela de manière délibérée ou non. La coopération public-privé est alors présentée comme nécessaire en vue d’une coordination.

9Le dernier chapitre (chapitre 6) est une récapitulation des mesures d’adaptation et de son évaluation. Dans ce sens, une typologie d’actions qui sert de critères d’analyse de ces mesures d’adaptation est présentée, suivie d’une discussion sur la problématique des indicateurs de vulnérabilité qui se restreignent à la dimension économique et technologique quand bien même ses dimensions sociales, institutionnelles, politiques et culturelles (p.97), sont tout aussi importantes. Le chapitre se termine par un encadré qui traite de la maladaptation ou adaptation mal placée.

10La conclusion de l’ouvrage évoque la difficulté à cerner l’adaptation au changement climatique, la nécessité d’asseoir une collaboration entre les acteurs en vue de coordonner les actions, de tisser les liens avec d’autres thématiques et de réfléchir sur notre réaction future suivant les stress naturels qui viendront faire évoluer la société.

11Dans son ensemble, cet ouvrage de synthèse constitue un bon point de départ pour traiter de l’adaptation au changement climatique. Les propos sont clairs et se limitent à l’essentiel. Cette restriction en est toutefois son point faible, puisque certains aspects auraient pu être soulevés et auraient pu, à notre avis, mériter une place dans un encadré d’illustration. Comme les auteurs ont abordé le cas des villes par exemple, il aurait été intéressant de soulever le débat qui entoure l’adaptation urbaine où la résilience urbaine est vue depuis peu comme le nouveau paradigme, une vision positive en opposition à la vulnérabilité considérée comme le côté négatif d’une même médaille, pour appréhender l’adaptation. Aucune mention n’est également faite sur les débats autour des controverses climatiques. Mais ce sont sans doute des sacrifices délibérés étant donné que c’est un livre de synthèse et compte tenu de ce fait, ne pourra donc pas tout traiter à défaut de partir dans toutes les directions.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/16629/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jessica Andriamasinoro, « L’adaptation au changement climatique », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Lectures, mis en ligne le 09 décembre 2015, consulté le 05 décembre 2016. URL : http://vertigo.revues.org/16629

Haut de page

Auteur

Jessica Andriamasinoro

Doctorante en sciences de l’environnement, Institut des sciences de l'environnement, Université du Québec à Montréal, C.P. 8888, Succ. Centre-Ville, Montréal, Québec, Canada, H3C 3P8, courriel : onitsoa1@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page