Navigation – Plan du site

Un cadre conceptuel pour explorer localement les facteurs de vulnérabilité et les options d’adaptation aux changements climatiques

Nathalie Beaulieu, Julia Santos Silva et Steve Plante

Résumés

Cet article décrit un cadre conceptuel pour explorer les facteurs affectant la vulnérabilité aux aléas reliés au climat ainsi que des options d’adaptation aux changements climatiques. Ce cadre permet de guider des réflexions dans un langage simple et non technique, tout en étant compatible avec différentes conceptualisations de la vulnérabilité. Il a été développé à travers l’élaboration d’un plan d’action pour l’adaptation avec l’administration municipale de Rivière-au-Tonnerre sur la Côte-Nord, dans la province de Québec au Canada, en collaboration avec le département d’aménagement de la Municipalité régionale de comté (MRC) de la Minganie. Le cadre consiste à séparer la chaine de causalité du développement de conséquences à partir d’aléas climatiques en trois étapes : le développement d’aléas secondaires dans le milieu naturel ; les dommages biophysiques ; et la perturbation des activités humaines. Il est mis en œuvre dans une série de deux tableaux guidant a) les facteurs favorisant les conséquences négatives, donc contribuant à la vulnérabilité et au risque, et b) les facteurs et pratiques qui peuvent réduire ces conséquences négatives, et qui contribuent à la résilience. Ce dernier tableau permet d’explorer des actions et pratiques qui peuvent être améliorées ou encore mises en place nouvellement, constituant des opportunités pour l’adaptation. L’exemple développé à Rivière-au-Tonnerre a permis de situer en ce sens le rôle de différents acteurs au niveau local, régional, provincial et fédéral. Il a permis d’identifier des facteurs qui pourraient être quantifiés pour suivre les effets de certaines initiatives d’adaptation.

Haut de page

Texte intégral

Introduction, objectif et contexte de la recherche

1Le développement de plans d’action pour l’adaptation et la résilience aux changements climatiques requiert l’identification d’actions, mais aussi une définition des termes reliés à la vulnérabilité et au risque afin de travailler autour d’un objet commun. Par contre, la définition de ces termes diffère entre les différentes communautés de professionnels travaillant sur l’adaptation et la gestion des risques. En particulier, les définitions du terme « vulnérabilité » diffèrent tant que le terme devient inutile dans un contexte interdisciplinaire si son sens n’est pas spécifié davantage (Füssel, 2010). Ceci rend difficile le travail du personnel des municipalités désirant développer de tels plans d’action. La confusion dans les discours (médias, gouvernements, experts ou universitaires) ne rend pas la tâche plus aisée pour ceux qui ont à accompagner les acteurs.

2Une définition rigoureuse des termes techniques est nécessaire lorsqu’on fait une quantification de la vulnérabilité ou du risque, ou lorsqu’on en fait une cartographie à partir d’indices exprimant les facteurs qui y contribuent. Par contre, lorsqu’il s’agit pour les acteurs locaux d’explorer les actions potentielles ou déjà mises en œuvres pour s’adapter et faire face aux perturbations reliées au climat ou aux transformations environnementales, les accompagnateurs du milieu académique peuvent rendre les discussions plus ardues en mettant un accent trop important sur la terminologie technique. Ceci pourrait même constituer un obstacle à la discussion spontanée et à la prise d’engagements pour l’adaptation ou la résilience. Néanmoins, un cadre conceptuel est nécessaire pour favoriser l’échange d’idées entre les acteurs locaux et ceux des secteurs techniques et scientifiques. Un tel cadre devrait permettre aux professionnels du milieu municipal (régional et local) facilitant l’élaboration de plans d’adaptation de :

  • systématiser et structurer l’information recueillie en langage non technique avec les acteurs locaux quant aux facteurs favorisant et réduisant les conséquences résultant d’aléas reliés au climat ainsi que les options d’adaptation proposées ;

  • explorer des opportunités d’adaptation qui pourraient ne pas avoir été considérées ;

  • aider les différents acteurs à situer leurs rôles respectifs dans la résilience et l’adaptation aux changements climatiques ;

  • identifier des facteurs qui pourront être quantifiés pour un suivi de l’avancement des processus d’adaptation.

3Dans une optique de favoriser la prise de décision basée sur un échange de connaissances locales, techniques et scientifiques, l’objectif principal de cet article est de proposer et de mettre en pratique un tel cadre conceptuel. Le cadre sera illustré par un exemple développé à travers l’élaboration d’un plan d’action pour l’adaptation avec la Municipalité de Rivière-au-Tonnerre en collaboration avec la Municipalité régionale de comté (MRC) de la Minganie. Ce plan a été réalisé dans le cadre de l’Alliance de recherche universités-communautés intitulée « Défis de communautés côtières de l’estuaire et du Golfe du Saint-Laurent à l’heure des changements climatiques » (ARUC-DCC). Cette alliance regroupe depuis 2011 des communautés territoriales (municipalités locales, MRC, District de services locaux), communautés de pratiques (ONG de concertation environnementale, praticiens de la concertation) et chercheurs universitaires au Québec et au Nouveau-Brunswick. Ils collaborent dans une recherche-action participative (RAP) qui est une démarche itérative d’acquisition de connaissances qui intègre les acteurs touchés ou concernés par le sujet d’étude ou la solution à trouver. Dans une telle recherche, ces acteurs sont des collaborateurs à parts égales dans l’entreprise de recherche (Minkler, 2004).

4La mission de l’ARUC-DCC vise le renforcement des capacités de gouvernance et de résilience des communautés côtières et riveraines dans le contexte des changements climatiques. Le but de ce dispositif de recherche est de stimuler l'émergence de démarches novatrices de prise de décision favorisant le renforcement des capacités de négociation des communautés dans l'élaboration de stratégies d'adaptation pour faire face aux effets des changements climatiques et environnementaux.

5Depuis l’automne 2011, la municipalité de Rivière-au-Tonnerre a participé à une démarche qui a abouti à un plan d’action pour l’adaptation aux changements climatiques à travers un processus participatif incluant les instances municipales, la MRC, les ONG et l’ARUC-DCC. Une première version de ce plan a été approuvée par le conseil municipal en septembre 2013 et une révision a été faite en octobre 2014 avec le nouveau conseil municipal élu en novembre 2013 (Municipalité de Rivière-au-Tonnerre, 2014). Le développement de ce plan a été une opportunité pour mettre à l’épreuve différentes approches et outils méthodologiques qui pourraient être utiles au milieu municipal au Québec, au Canada et ailleurs. Une réflexion complémentaire à celle qui est présentée ici a été faite à partir de cette expérience sur la pertinence de démarrer les discussions de planification en invitant les acteurs à exprimer leur vision pour le développement de la municipalité (Beaulieu et al., 2015).

Concepts utilisés

6Pour que notre travail puisse être utilisé par le milieu municipal au Québec, nous dressons un court inventaire des termes techniques en nous rapportant le plus souvent possible aux définitions du document « Concepts de sécurité civile » (MSP, 2008). Ce document fait lui-même la synthèse de différentes définitions provenant de différentes communautés. Lorsque nécessaire, nous avons adapté ces définitions à celles données dans le deuxième volet du cinquième rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC, IPCC, 2014). Cette section de l’article mettra aussi en exergue certaines contradictions entre différentes conceptions du risque et de la vulnérabilité.

7Le terme « aléa » se rapporte à un phénomène, manifestation physique ou activité humaine susceptible d’occasionner des pertes en vies humaines ou des blessures, des dommages aux biens, des perturbations sociales et économiques ou une dégradation de l’environnement (MSP, 2008). On dira d’un aléa qu’il est secondaire s’il résulte d’un autre aléa, par exemple des inondations causées par des pluies intenses survenant lors d’orages.

  • 1 Définition adaptée par le MSP à partir de celle de la Stratégie internationale des Nations Unies po (...)

8Le terme « vulnérabilité » exprime « les caractéristiques et les circonstances d’une communauté ou d’un système qui le rendent susceptible de subir les effets d’un danger» (UNISDR, 2009 : 32). Il se rapporte à « une condition résultant de facteurs physiques, sociaux, économiques ou environnementaux, qui prédispose les éléments exposés à la manifestation d’un aléa à subir des préjudices ou des dommages » (MSP, 2008 : 81 ).

9Le terme « risque » correspond à la «probabilité de conséquences néfastes ou la perte attendue (de vies, personnes blessées, dommages aux propriétés ou à l’environnement, problèmes avec les moyens d’existence ou activités économiques) » (UNESCO-WWAP, 2003 : 279, traduction des auteurs). Il est à noter que le mot risque est souvent utilisé dans d’autres circonstances pour se référer aux menaces externes, donc aux aléas, ce qui contribue à la confusion conceptuelle dans le domaine de l’évaluation des risques.

10La « résilience » est la capacité de systèmes sociaux, économiques et environnementaux à faire face à des événements, tendances ou perturbations dangereux en répondant ou en se réorganisant de manière à maintenir leurs fonctions, identités et structures essentielles, tout en maintenant leur capacité d’adaptation, d’apprentissage et de transformation (IPCC, 2014).

11Là où on retrouve des divergences, c’est dans la façon d’emboiter certains concepts les uns dans les autres. Le risque est parfois considéré comme étant la combinaison de la probabilité d’occurrence de l’aléa et de la vulnérabilité (UNDHA, 1992 ; UNESCO-WWAP, 2003 ; MSP, 2008), ou encore de l’aléa, de la vulnérabilité et de l’exposition (IPCC, 2014). Le cinquième rapport du GIEC (IPCC, 2014) considère l’exposition comme un facteur séparé de la vulnérabilité alors que les rapports précédents le considéraient comme inclus. Selon la définition du quatrième rapport du GIEC (2007) et reprise dans Ouranos (2011), la vulnérabilité dépend du caractère, de l’ampleur et du rythme des variations climatiques auxquelles est exposé un système, sa sensibilité et sa capacité d’adaptation . Tel que noté par Brooks (2003), cette définition est très semblable à celle du risque puisqu’elle inclut les caractéristiques de l’aléa. Elle correspond à une manière de concevoir la vulnérabilité comme étant le résultat final du changement climatique (end point ou outcome vulnerability) contrairement à des approches contextuelles (ou starting point) qui ne tiennent compte que des caractéristiques du système étudié (Füssel, 2007, 2010, O’Brien et al., 2007).

12L’utilité du concept de vulnérabilité est de pouvoir mettre en évidence des différences et des variations. Des vulnérabilités différentes entre des lieux géographiques ou des groupes de personnes pourront aider à décider où et avec qui intervenir en priorité. Des variations dans le temps pourront permettre de juger si une démarche d’adaptation fonctionne, c'est-à-dire si elle permet de réduire la vulnérabilité par rapport à ce qu’elle a été dans le passé. L’évaluation de la vulnérabilité est particulièrement pertinente dans un contexte de changement climatique où on ne peut pas mesurer les impacts d’aléas qui ne se sont pas encore produits. Comme il est prévu que les changements climatiques fassent augmenter la probabilité d’occurrence et l’intensité de certains aléas, il devient pertinent d’avoir une approche plus contextuelle, qui permettra de déceler une diminution de la vulnérabilité par rapport à un aléa donné, même si l’aléa a plus de chances de se produire ou devient plus intense à l’avenir.

13Par contre, les communautés sont soumises à de multiples aléas qui les affecteront selon des relations de causalité complexes. Il devient difficile d’identifier « l’élément » sur lequel porter l’analyse et à distinguer les facteurs contribuant à l’exposition et à la sensibilité. En effet, la sensibilité d’un élément entraînera l’exposition de l’élément suivant sur la chaîne de causalité. Par exemple, la sensibilité de la côte à l’érosion produira l’exposition des infrastructures routières qui s’y trouvent à l’érosion et à la submersion (Bernatchez et al., 2008 ; Drejza, Friesinger et Bernatchez, 2014). Si ces infrastructures sont sensibles à leur tour, leur détérioration pourra alors exposer les résidents à un autre aléa, la fermeture de la route. Ces résidents pourront par ailleurs être affectés plus directement s’ils résident près d’une côte susceptible à l’érosion et ils ressentiront les effets de dommages à leur résidence de façon différente selon leur situation socioéconomique. Par ailleurs, le blocage de la route peut être causé par d’autres aléas reliés au climat tels que des tempêtes de pluie ou de neige, des incendies.

14Pour suivre l’avancement des processus d’adaptation, on peut choisir des facteurs contribuant à la vulnérabilité et suivre leur progression dans le temps, sans pour autant prétendre tous les prendre en compte. Ici, plutôt que de définir la vulnérabilité en fonction de l’exposition, de la sensibilité et/ou de la capacité d’adaptation, nous proposons de décrire explicitement les facteurs et les pratiques qui favorisent et préviennent des conséquences néfastes pour différentes étapes de la chaîne causale entre les aléas primaires et la perturbation des activités humaines :

  • La formation d’aléas secondaires dans le milieu naturel à partir des aléas primaires ;

  • Des dommages biophysiques aux personnes, à des biens, ressources ou infrastructures ;

  • La perturbation des activités humaines.

15Les adaptations potentielles peuvent être abordées comme des modifications à ces facteurs ou pratiques en vue de réduire davantage les conséquences négatives, ou encore de profiter des opportunités engendrées par les changements climatiques.

Site d’application et méthodologie

16Notre recherche a été menée dans le contexte du développement d’un plan d’action pour l’adaptation avec l’administration de la municipalité de Rivière-au-Tonnerre. Cette dernière a été constituée en 1925 pour desservir un territoire englobant les villages de Rivière-au-Tonnerre et de Sheldrake ainsi qu’une longue bande de terrain longeant la côte. Les limites municipales actuelles couvrent un territoire de 640.5 km2 (MAMROT 2015). Le village de Rivière-au-Tonnerre est localisé à une latitude de 50° 16’Nord et une longitude de 64° 47’ Ouest. Il se situe au nord-est de la ville de Québec, à peu près à mi-chemin entre les villes de Sept-Îles et de Havre-Saint-Pierre. Depuis 1976, le territoire de Rivière-au-Tonnerre est relié au reste de la Côte-Nord par la route 138 qui le traverse sur 72 km. Le contour de la municipalité est montré à la figure 1.

Figure 1. Localisation de la municipalité de Rivière-au-Tonnerre sur la Côte-Nord du Golfe du Saint-Laurent

Figure 1. Localisation de la municipalité de Rivière-au-Tonnerre sur la Côte-Nord du Golfe du Saint-Laurent

17Nous décrirons ici l’ensemble du processus qui nous aura permis d’acquérir de l’information et de la systématiser dans les tableaux présentés dans la section sur les résultats. Capitalisant sur un forum ouvert et des activités du projet Accompagnement des communautés face aux risques côtiers (Séguin Aubé, 2013), les activités de délibération et les entrevues décrites ici ont pris place durant trois missions sur le terrain par les chercheuses de l’UQAR, l’une de 18 jours en mars 2013, une autre de 10 jours en août 2013 et une de cinq jours en octobre 2014.

18Les réunions de planification de la première mission ont impliqué 12 participants au cours de quatre réunions en petits groupes ou « assemblées de cuisine » et ont été bonifiées par des rencontres individuelles avec 15 personnes qui n’ont pu assister à ces assemblées. Une assemblée de cuisine est une activité de dialogue qui se tient chez un des participants, chargé d’inviter des personnes autour de lui dès lors qu’il considère que leur participation au projet est importante. Les rencontres ont eu lieu dans les cuisines d’organismes locaux et ont duré chacune entre 2 et 3 heures.

19Lors des assemblées de cuisine, les discussions ont porté sur quatre aspects : a) Quelle est votre vision du développement de la municipalité ? (Que souhaiteriez-vous pour vos enfants et vos petits-enfants ?) b) Comment les phénomènes climatiques peuvent-ils constituer des obstacles ou des opportunités pour ce développement ? c) Que pouvez-vous faire pour contribuer à ce développement en surmontant les obstacles ou en profitant des opportunités ? d) Que souhaiteriez-vous que fassent d’autres acteurs pour vous aider à atteindre votre vision ? Au cours de ces réunions, une liste d’actions à réaliser par les différents acteurs a été dressée de façon incrémentale, en la mettant à jour au fur et à mesure que de nouveaux engagements étaient pris. Par la suite, une réunion publique s’est tenue le 27 mars 2013 au cours de laquelle 14 personnes ont participé, dont six n’avaient pas participé aux réunions antérieures. Par ailleurs, une série de treize entrevues semi-dirigées d’une durée d’environ une heure a été réalisée au mois d’août 2013, permettant de consulter cinq personnes additionnelles. Elle abordait des questions similaires à celles des assemblées de cuisine, mais ajoutant aussi des aspects sur la capacité des acteurs à réagir, l’apprentissage et l’engagement.

20Le cadre d’analyse présenté ici a été utilisé pour organiser l’information recueillie sur le terrain, en discuter par courriel avec les collaborateurs puis en personne avec le conseil municipal. Il a été mis en œuvre dans un tableau à quatre colonnes, la première portant sur les aléas primaires, la seconde sur le développement d’aléas secondaires dans le milieu naturel, la troisième sur les dommages biophysiques et la quatrième sur la perturbation des activités humaines.

Tableau 1. Gabarit initial d’analyse définissant les différentes étapes du développement des conséquences.

Aléas primaires

Développement d’aléas secondaires dans le milieu naturel

Dommages biophysiques

Perturbation des activités humaines

21Dans un premier temps, les éléments à considérer ont été listés dans chaque colonne. Pour les deux colonnes de gauche, il s’agit des aléas eux-mêmes. Pour la troisième colonne, il s’agit des éléments pouvant subir des dommages suite à ces aléas, qu’il s’agisse des personnes, des ressources naturelles ou d’infrastructures. Pour la quatrième colonne, il s’agit des activités humaines pouvant être perturbées par les aléas ou les dommages. Cette énumération a servi de base pour les deux tableaux d’analyse. Dans le tableau 2 (présenté à la prochaine section), pour chaque élément des trois colonnes de droite, ce sont les facteurs de vulnérabilité qui ont été listés, c'est-à-dire ceux qui favorisaient la formation des aléas secondaires, des dommages biophysiques et la perturbation des activités mentionnées. Dans le tableau 3, ce sont les facteurs et pratiques permettant de prévenir les conséquences non désirables qui ont été listées, tout en faisant ressortir les changements qui pourraient être faits pour réduire davantage les risques. Ce dernier tableau a été discuté en octobre 2014 avec l’administration et le conseil municipal et a été amélioré pour tenir compte des commentaires reçus. Les résultats de cette analyse sont présentés dans la prochaine section.

Résultats

22Cette section présente d’abord les préoccupations exprimées sur les aléas, leurs conséquences, les facteurs favorisant ou prévenant celles-ci et les options d’adaptation proposées. Ensuite, celles-ci sont organisées dans des tableaux selon le cadre conceptuel présenté dans l’article, en fonction d’étapes dans la chaîne de causalité du développement des conséquences. Ces résultats sont ensuite discutés dans la section suivante en réfléchissant sur la pertinence et l’utilité du cadre conceptuel développé et en faisant ressortir d’autres leçons apprises pendant l’exercice.

23Les réunions de planification et les entrevues ont révélé que les changements climatiques ne sont pas au premier plan des préoccupations des citoyens et de l’administration municipale. Le développement économique est ressorti comme l’impératif le plus important, puisque cette municipalité est menacée par la dévitalisation et les jeunes partent travailler et élever leur propre famille ailleurs. En effet, le nombre de résidents réguliers recensés dans la municipalité est passé de 390 en 2006 à 307 en 2011 (Statistique Canada, 2015) puis à 290 en 2014 (MAMROT, 2015).

24Les participants ont remarqué que les changements climatiques peuvent créer certaines opportunités pour le développement du tourisme à cause d’une augmentation de la longueur de l’été et les canicules dans les grandes villes québécoises qui peuvent donner aux citadins l’envie de visiter des régions plus fraîches. Mais ils ont aussi reconnu que beaucoup d’aléas reliés au climat, pouvant être exacerbés par les changements climatiques, peuvent constituer des obstacles au développement économique et affecter leur vie de tous les jours.

25Ces conversations ont fait ressortir que la manifestation du changement climatique la plus probante est l’adoucissement de l’hiver. Cet adoucissement perturbe les déplacements l’hiver puisque les résidents dépendent fréquemment de la motoneige pour faire des activités de chasse et de trappe, ou pour se rendre à leur chalet situé à quelques kilomètres à l’intérieur des terres. Ceci a limité les activités récréo-touristiques hivernales de la région, incluant celles de l’agence Voyage CoSTE qui a dû annuler plusieurs forfaits hivernaux durant l’hiver 2012-2013. Le comité s’occupant des loisirs essaie maintenant de trouver les ressources pour construire une patinoire couverte pour assurer le temps d’utilisation l’hiver.

26L’adoucissement de l’hiver diminue aussi de façon notoire la couverture de glace sur le fleuve, ce qui accélère l’érosion des berges. L’érosion est considérée comme l’aléa affectant le plus la municipalité, bien que Rivière-au-Tonnerre soit moins affectée que d’autres localités de la Côte-Nord et sur la rive sud du Saint-Laurent. Les participants ont montré une bonne compréhension de l’importance du type de côte sur la sensibilité à l’érosion. La proximité des maisons du bord de l’eau dans d’autres communautés est bien perçue comme un facteur favorisant le risque. Les activités humaines qui fragilisent la végétation côtière et les dunes sont perçues comme exacerbant le problème d’érosion. Ces observations corroborent avec celles de Friesinger (2009) sur les perceptions des résidents de plusieurs localités par rapport aux risques côtiers. Les changements climatiques accélèrent l’érosion des côtes aussi à travers la modification des régimes de tempêtes, les processus cryogéniques tels que les cycles de gel et dégel, les pluies et les redoux hivernaux (Bernatchez et Dubois., 2004 ; Savard et al., 2008). La route 138 est susceptible d’être endommagée à cause de l’érosion. Le fait que seule cette route relie la municipalité au reste de la Côte-Nord et de la province rend les activités humaines susceptibles d’être perturbées par cet aléa, ainsi que par d’autres aléas tels que les inondations et les tempêtes de neige qui peuvent en causer le blocage.

27Les connaissances locales sur les changements climatiques ne sont pas seulement alimentées par l’observation des phénomènes naturels, mais aussi par la diffusion de connaissances scientifiques à la télévision et à la radio, et les nouvelles concernant des désastres naturels dans d’autres provinces et pays. La règlementation municipale limite les nouvelles constructions et les agrandissements aux résidences existantes dans les zones définies comme étant à risque. Les cartes de ces zones à risque (Dubois et al., 2005) ont été développées dans le cadre d’une entente interministérielle sur l’érosion côtière de la Côte-Nord conclue en 2005. Elles ont été incorporées dans un plan préliminaire de gestion intégrée du littoral en 2006. L’adoption conséquente de la règlementation municipale en 2006 constitue une adaptation et les habitants consultés en sont conscients. Par contre, des résidences construites avant cette règlementation sont susceptibles d’être détruites à long terme. La municipalité est présentement en train d’identifier des terrains où pourraient être relocalisées les personnes affectées si cela se produisait. Le Schéma d’Aménagement et de Développement de La Minganie est actuellement en révision et les périmètres urbains de Sheldrake et Rivière-au-Tonnerre sont en train d’être élargis. Le ministère de la Sécurité publique a un programme d’aide financière en cas de sinistre réel ou imminent (MSP, 2011), mais il ne couvre cependant pas les résidences secondaires.

28Le comité ZIP Côte-Nord du Golfe avait, en 2006, fait un projet de revégétalisation de la côte au moyen d’Élyme des sables avec les enfants de l’école primaire. Les habitants s’en rappelaient bien et ce projet avait sensibilisé la population sur l’importance de la bande d’Élyme des sables. Dans les réunions de planification, des participants ont suggéré que le comité ZIP reprenne ce projet. Lorsqu’interpellé, le personnel du comité ZIP a fourni des instructions sur la récolte de graines d’Élyme et leur semis pour que l’école et la Maison du Tonnerre, un organisme communautaire qui fait de l’animation auprès des enfants, puissent développer elles-mêmes l’activité. La municipalité et ces deux organismes ont convenu de faire de la sensibilisation pour la préservation des dunes et de la végétation côtière.

29La perspective d’un incendie est aussi redoutée, cette préoccupation ayant été exacerbée par un feu survenu à l’été 2013 dans la municipalité de Baie-Johan-Beetz qui avait beaucoup affecté la municipalité voisine d’Aguanish, le tout à environ 200 km de Rivière-au-Tonnerre. Le risque d’incendie est apparu comme une préoccupation reliée au climat lors des entrevues réalisées en août 2013, mais n’avait pas été mentionné lors des réunions de planification au mois de mars de la même année. À travers les nouvelles télévisées et leurs contacts personnels, les habitants ont pu connaître les conséquences d’un incendie sur la santé humaine, la sécurité, le développement économique et le mode de vie de leurs voisins. Les personnes interviewées comprenaient aussi que le risque d’incendie est exacerbé par temps chaud et sec, et que ces conditions peuvent survenir plus fréquemment avec les changements climatiques. Cet événement de l’été 2013 a ravivé la « mémoire » collective d’un incendie survenu en 1903 et qui a brûlé les villages de Rivière-au-Tonnerre et Sheldrake, épargnant seulement l’église. Avec les problèmes de dévitalisation que vit la municipalité, certains croient qu’elle aurait beaucoup de mal à se remettre de ce type d’événement. Ainsi, la dévitalisation peut être à la fois une conséquence redoutée et un facteur augmentant la vulnérabilité et donc le risque.

30D’autres aléas ont été mentionnés, bien que moins préoccupants que l’érosion, les incendies et l’adoucissement de l’hiver. Par exemple, des épisodes de vents violents ont causé des dommages à l’église et à certaines résidences. Des dédommagements ont pu être obtenus auprès de compagnies d’assurances et une résidente a mentionné qu’elle a demandé une garantie auprès de l’entrepreneur qui a effectué la réparation. Suite à des blocages de la route à cause de tempêtes de neige ou d’endommagement de la chaussée par le ruissellement lors de pluies intenses, les résidents ont pris l’habitude de garder des provisions de nourriture et de carburant. Une panne d’électricité prolongée lors de l’épisode de verglas en 1998 a fait prendre conscience aux familles de l’importance de garder un poêle à bois, d’avoir des lanternes électriques et a motivé certaines personnes à se procurer une génératrice. Ce sont toutes des adaptations qui se sont produites dans les dernières années qui permettent aux ménages de mieux faire face aux aléas futurs. Ces adaptations familiales peuvent être recommandées dans un guide du résident. Par contre, les adaptations visant à réduire les conséquences sur les infrastructures ou le milieu naturel requièrent une planification au niveau de la municipalité, de la MRC et de différents ministères.

31Le secteur de la pêche a subi une réduction importante de ses activités depuis le moratoire sur les poissons de fond tels que la morue (MPO, 2012) survenu au début des années 1990 au Québec et dans les provinces de l’Atlantique. Les pêcheurs qui ont continué dans le secteur se sont adaptés en modifiant les espèces pêchées, en se tournant davantage vers le crabe des neiges et le homard. L’exploitation de nouvelles espèces halieutiques pourrait constituer une adaptation face à des changements dans les stocks qui pourraient survenir suite à des modifications dans la température de l’eau et des courants marins.

32Le tableau 2 présente les aléas primaires et les éléments à considérer dans les trois étapes de la chaîne de causalité : les aléas secondaires dans le milieu naturel ; les dommages biophysiques ; la perturbation des activités humaines. Le tableau 2 présente aussi, pour chacun d’entre eux, des facteurs favorisant les conséquences alors que le tableau 3 fait ressortir les manières de prévenir ces conséquences. Il est à noter que dans le cas des ressources naturelles comme les forêts et les plages, les facteurs favorisant les dommages biophysiques sont les mêmes que pour la formation d’aléas secondaires dans le milieu. Il est à noter aussi que les colonnes portant sur les dommages biophysiques et la perturbation des activités humaines concernent les conséquences de l’ensemble des aléas primaires et secondaires identifiés dans les autres colonnes.

Tableau 2. Facteurs et pratiques favorisant les conséquences négatives des aléas reliés aux changements climatiques

Tableau 2. Facteurs et pratiques favorisant les conséquences négatives des aléas reliés aux changements climatiques

(Source : données de terrain).

Tableau 3. Facteurs et pratiques pouvant prévenir ou réduire les conséquences négatives des aléas.

Tableau 3. Facteurs et pratiques pouvant prévenir ou réduire les conséquences négatives des aléas.

Légende : les améliorations proposées, donc les options pour l’adaptation, sont identifiées par des soulignés et des italiques. Celles qui sont soulignées figurent dans le plan d’action pour l’adaptation et celles qui sont en italique y seront incorporées en cas de besoin.

Source : données de terrain

Discussion

33Les résultats obtenus sur le terrain indiquent que les acteurs locaux et régionaux ont déjà mis en place un certain nombre d’options d’adaptation, grâce à leur expérience de certains aléas tout en intégrant des connaissances et des recommandations issues du milieu académique. Le tableau 3 a d’ailleurs permis de valoriser les pratiques courantes et les adaptations passées. Il a aussi permis de représenter les principales options d’adaptation considérées dans le plan d’adaptation développé, et celles qui devront être développées si les conditions le requièrent. Les différents intervenants peuvent y apprécier leur rôle. Ce tableau pourrait être à l’avenir un bon outil pour l’administration municipale si elle souhaite solliciter la contribution d’autres organismes à sa démarche d’adaptation. Dans le document du plan d’action pour l’adaptation de Rivière-au-Tonnerre, ce tableau a été résumé et relié aux visions exprimées par les participants pour le développement de la municipalité.

34La compréhension du rôle des différents acteurs dans le cas de cette municipalité est aussi un résultat de recherche qui peut aider les administrations d’autres municipalités à savoir qui impliquer, ou d’autres acteurs à comprendre le rôle qu’ils peuvent jouer. La planification d’actions pour s’adapter aux changements climatiques a aussi permis d’apprécier l’importance des instruments existants (le Schéma d’aménagement et de développement, Plan de sécurité civile, Plan d’urbanisme, Plan directeur de tourisme et de mise en valeur) et d’identifier des actions qui pourraient y être incorporées. Il a aussi permis d’identifier des activités complémentaires.

35Touili et al. (2014), dans leur étude européenne, ont remarqué que les acteurs interviewés invoquaient souvent la complexité des systèmes et les défis de la gouvernance pour expliquer leur impuissance à agir. Le tableau 3, complémenté par le tableau 2, permet de représenter les problèmes de manière relativement simple tout en reconnaissant leur caractère multi-scalaire et leur complexité, et pourrait être un outil pour améliorer la gouvernance en permettant aux différents acteurs de mieux comprendre leurs rôles.

36Le cadre conceptuel et les tableaux d’exploration peuvent être utilisés autant par des municipalités locales que par des entités territoriales d’échelles supérieures, comme exercice préparatoire à une évaluation plus quantitative du risque et une cartographie des facteurs de vulnérabilité. Le tableau 2 a permis d’organiser les informations issues des discussions avec les acteurs locaux de manière à ce qu’elles puissent être traduites en termes de facteurs déterminants de la vulnérabilité. En effet, la vulnérabilité d’un élément par rapport à un aléa est affectée par l’ensemble des facteurs qui favoriseront des conséquences négatives suite à cet aléa. Ce tableau pourrait aider le choix de facteurs à prendre en compte dans le développement d’indices de vulnérabilité devant être spatialisés. Si l’élément considéré est un bien, une ressource ou une infrastructure, on considèrera seulement ceux des colonnes concernant le développement d’aléas secondaires et les dommages biophysiques. Si elle concerne une activité humaine, on devra en plus considérer les facteurs qui favorisent sa perturbation, soient ceux de la quatrième colonne. Les facteurs identifiés dans cette dernière correspondent au concept de vulnérabilité sociale (Adger, 1999 ; Brooks, 2003) alors que ceux des autres colonnes contribuent à la vulnérabilité biophysique.

37Le concept de chaîne de causalité employé ici se rapproche de celui de chemin ou « pathway » dans le cadre conceptuel Source-Pathway-Receptor-Consequences (SPRC, Narayan et al. ; 2012) utilisé dans la gestion des risques. Par contre, le cadre conceptuel SPRC est surtout utilisé dans des approches déterministes où l’on cherche à prédire les conséquences possibles d’un aléa donné. Le cadre proposé ici suggère une approche non déterministe, pour explorer les facteurs qui influencent les conséquences, sans essayer de les prédire. Des prédictions pour différents scénarios sont utiles, notamment, pour la conception d’ouvrages de protection ou pour la comparaison de l’efficacité de différents ouvrages (Sayers et al., 2002). Par contre, Kane et al. (2014) suggèrent d’utiliser les conséquences comme point de départ de discussions avec les acteurs locaux pour la prise de décision sur le risque. Le cadre conceptuel présenté ici pourrait aider à structurer des discussions avec les acteurs autour des conséquences. Nous notons toutefois que dans notre étude, nous l’avons utilisé pour organiser l’information recueillie sur le terrain et en discuter avec les élus.

38Tel que mentionné dans l’introduction, dans un autre article basé sur la même expérience de terrain (Beaulieu, Santos Silva et Plante, 2015), une réflexion est présentée sur la pertinence d’inviter les participants à exprimer leur vision pour le développement de la municipalité avant même de parler des effets des changements climatiques. Ces visions de l’avenir se sont avérées utiles pour articuler l’adaptation au développement de la municipalité. Elles pourraient jouer un rôle dans la motivation des participants de la planification ou aux activités de sensibilisation à agir, en permettant de relier les actions d’adaptation aux valeurs qu’ils ont exprimées. Le cadre conceptuel présenté ici permet de pousser la réflexion plus loin, d’identifier de façon plus systématique des facteurs contribuant à la vulnérabilité et des options d’adaptation. Le fait de l’utiliser dans une démarche de développement pourra éviter que l’adaptation ne se fasse seulement en réaction à des facteurs externes.

Constats pour les recherches futures

39Le développement d’un plan d’action pour l’adaptation avec la municipalité a permis de mettre à l’épreuve, dans un processus de recherche-action participative, un cadre conceptuel qui a été présenté dans cet article. À partir de ce cadre, des tableaux ont été développés qui ont permis d’organiser les préoccupations et les propositions d’actions faites par les acteurs locaux et de les exprimer dans un langage pouvant être interprété selon différentes conceptions de la vulnérabilité.

40Ce cadre permet d’explorer différentes options d’adaptation et de situer les interventions des différents acteurs (individus, ménages, organisations communautaires, municipalité, MRC, ministères) pour différentes étapes du développement de conséquences non désirées à partir d’aléas pouvant être exacerbés par les changements climatiques. Il pourrait alors servir comme outil pour améliorer la gouvernance de l’adaptation ; les municipalités locales pourraient éventuellement s’en servir pour solliciter l’appui d’instances territoriales régionales et provinciales.

41Le cadre pourrait aussi servir comme exercice préparatoire à une cartographie du risque au niveau des MRC en permettant de choisir des facteurs qui pourraient être inclus dans des indices de vulnérabilité à être spatialisés.

  • 2 Ce ministère porte maintenant le nom de Ministère du Développement durable, de l’Environnement et d (...)

42Le cadre conceptuel a été appliqué dans la municipalité de Rivière-au-Tonnerre où il n’y a pas eu de sinistre majeur relié au climat, et où des sinistres ne sont pas imminents. Au Québec, le Plan d’action 2013-2020 sur les changements climatiques (MDDEFP2, 2012) serait une opportunité de le mettre à l’épreuve dans une variété de contextes et d’en vérifier la pertinence. Le cadre peut être intégré dans des approches méthodologiques telles que proposées par Ouranos (2011) et Vasseur (2012). À Rivière-au-Tonnerre, le cadre pourrait être élargi pour inclure d’autres contraintes au développement et pour analyser le problème de la dévitalisation dans son ensemble.

Remerciements

43Cette recherche a été appuyée par une subvention du Conseil de recherche en sciences humaines du Canada (CRSH), à travers l’alliance de recherche universités-communautés « Défis des communautés côtières de l’estuaire et du Golfe du Saint-Laurent à l’heure des changements climatiques » (ARUC-DCC). Elle a aussi bénéficié de l’appui financier du ministère de Sécurité publique et du Conseil Régional des élus de la Côte-Nord, à travers le projet « Accompagnement des communautés face aux risques côtiers », coordonné par la Direction de santé publique de la Côte-Nord en partenariat avec l’Institut national de santé publique du Québec. Les auteurs remercient le conseil municipal de Rivière-au-Tonnerre et toutes les personnes qui ont participé aux réunions et aux entrevues qui ont permis l’élaboration du plan d’action pour l’adaptation de la municipalité. Pour leur contribution aux réflexions qui sous-tendent cet article, les auteurs soulignent la collaboration des maires de l’ancienne et de la nouvelle administration municipale, Jeannot Boudreau et Aline Beaudin, un membre de l’ancien conseil municipal, Leona Boudreau, la directrice générale de la municipalité Carmelle Anglehart, l’aménagiste de la MRC de la Minganie, Toufik Naili et l’agente de développement à la Direction de santé publique de la Côte-Nord, Iseult Séguin Aubé. Les auteurs remercient deux réviseurs anonymes qui ont fait des suggestions constructives permettant d’améliorer l’article.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Adger, W. N., 1999, Social vulnerability to climate change and extremes in coastal Vietnam, World development27(2), pp. 249-269.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Beaulieu, N., J. Santos Silva et S. Plante 2015, Using a vision of a desired future in climate change adaptation planning : lessons learned in the municipality of Rivière-au-Tonnerre (Québec, Canada). Climate and Development, 1-11.
DOI : 10.1080/17565529.2015.1064807

Bernatchez, P., et J.M.M. Dubois, 2004, Bilan des connaissances de la dynamique de l’érosion des côtes du Québec maritime laurentien, Géographie physique et Quaternaire, 58(1), pp. 45-71.

Bernatchez, P., C. Fraser, S. Friesinger, Y. Jolivet, S. Dugas, S. Drejza et A. Morissette, 2008, Sensibilité des côtes et vulnérabilité des communautés du golfe du Saint-Laurent aux impacts des changements climatiques, Laboratoire de dynamique et de gestion intégrée des zones côtières, Université du Québec à Rimouski, Rapport de recherche remis au Consortium OURANOS et au FACC, 256 p.

Brooks, N., 2003, Vulnerability, Risk and Adaptation : A Conceptual Framework, Tyndall Center Working Paper 38, University of East Anglia, United Kingdom, 20 p.

Dubois, J.-M.M., P. Bernatchez, J.-D. Bouchard, B. Daigneault, D. Cayer et S. Dugas, 2005, Évaluation du risque d’érosion du littoral de la Côte-Nord du Saint-Laurent pour la période de 1996-2003, Conférence régionale des élus de la Côte-Nord, 291 p. + annexes.

Drejza, S., S. Friesinger et P. Bernatchez, 2014, Vulnérabilité des infrastructures routières de l’Est du Québec à l’érosion et à la submersion côtière dans un contexte de changements climatiques : Caractérisation des côtes, dynamique hydrosédimentaire et exposition des infrastructures routières à l’érosion et à la submersion, Est du Québec, Volume I, Projet X008.1. Laboratoire de dynamique et de gestion intégrée des zones côtières, Université du Québec à Rimouski.

Friesinger, S., 2009, Géorisques côtiers : adaptation et perceptions des communautés côtières dans le golfe du Saint-Laurent, Mémoire de maîtrise à l’Université du Québec à Rimouski.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Füssel, H.M., 2007, Vulnerability : A Generally Applicable Conceptual Framework for Climate Change Research, Global Environmental Change, 17, pp. 155–167
DOI : 10.1016/j.gloenvcha.2006.05.002

Füssel, H.M., 2010, Review and quantitative analysis of indices of climate change exposure, adaptive capacity, sensitivity and impacts.

Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), 2007, Contribution du Groupe de travail II au quatrième Rapport d’évaluation du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, Résumé à l’intention des décideurs, [en ligne] URL : www.ipcc.ch/pdf/assessment-report/ar4/wg2/ar4-wg2-spm-fr.pdf

Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC), 2014, Climate Change 2014 : Impacts, Adaptation, and Vulnerability, Contribution of WG2 to AR5, Summary for Policy Makers, 44 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Kane, I.O., J.P. Vanderlinden, J. Baztan, N. Touili et S. Claus, 2014, Communicating risk through a DSS : A coastal risk centred empirical analysis, Coastal Engineering, 87, pp. 240-248.
DOI : 10.1016/j.coastaleng.2014.01.007

Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire

Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire (MAMROT), 2015, Répertoire des municipalités du Québec, [en ligne] URL : http://www.mamrot.gouv.qc.ca/repertoire-des-municipalites/fiche/municipalite/98055/

Ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs (MDDEFP), 2012, Plan d’action 2013-2020 sur les changements climatiques, Québec (Québec), 55 p., [en ligne] URL : http://www.mddefp.gouv.qc.ca/changements/plan_action/pacc2020.pdf

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Minkler, M., 2004, Ethical challenges for the « outside » researcher in community-based participatory research, Health Education & Behavior, 31(6), pp. 684-697.
DOI : 10.1177/1090198104269566

MPO (ministère : Pêches et Océans Canada), 2012, Évaluation du stock de morue du nord du golfe du Saint-Laurent (3Pn, 4RS) en 2011, Secrétariat canadien de consultation scientifique du MPO, Avis sci. 2012/005.

Ministère de la Sécurité publique (MSP), 2008, Concepts de base en sécurité civile, Québec (Québec), 60 p. [en ligne] URL : http://www.securitepublique.gouv.qc.ca/fileadmin/Documents/securite_civile/publications/concepts_base/concepts_base.pdf

Ministère de la Sécurité publique (MSP), 2011, Programme général d’aide financière lors de sinistres réels ou imminents.

Municipalité de Rivière-au-Tonnerre, 2014, Plan d’action pour l’adaptation de la municipalité de Rivière-au-Tonnerre. [en ligne] URL :

http://www.defisdescommunautescotieres.org/public/documents/rapports/index/plan_adaptation_rat_v2__21_nov_2014.pdf

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Narayan, S., S. Hanson, R.J. Nicholls, D. Clarke, P. Willems, V. Ntegeka et J. Monbaliu, 2012, A holistic model for coastal flooding using system diagrams and the Source–Pathway–Receptor (SPR) concept, Natural Hazards and Earth System Science, 12(5), pp. 1431-1439.
DOI : 10.5194/nhess-12-1431-2012

O'Brien, K., S. Eriksen, L. P. Nygaard et A. Schjolden, 2007, Why different interpretations of vulnerability matter in climate change discourses, Climate policy7(1), pp. 73-88.

Ouranos, 2011, Élaborer un plan d’adaptation aux changements climatiques, Guide destiné au milieu municipal québécois, Montréal (Québec), 45 p.

Savard, J.-P., P. Bernatchez, F. Morneau, F. Saucier, P. Gachon, S. Senneville, C. Fraser et Y. Jolivet, 2008, Étude de la sensibilité des communautés du golfe du Saint-Laurent aux impacts des changements climatiques, synthèses des résultats, 2008, 48 p., [en ligne] URL : www.ouranos.ca/media/publication/20_Rapport_Savard_maritime_2008.pdf

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Sayers, P.B., J. W. Hall et I.C. Meadowcroft, 2002, Towards risk-based flood hazard management in the UK, In Proceedings of the ICE-Civil Engineering, vol. 150, No. 5, pp. 36-42
DOI : 10.1680/cien.2002.150.5.36

Séguin Aubé, I., 2013, Les risques côtiers et leur gestion : perception des communautés et des intervenants, Projet d’accompagnement des communautés face aux risques côtiers, Rapport, direction de santé publique, Agence de santé et des services sociaux de la Côte-Nord, Baie Comeau, Canada, 24 p.

Statistique Canada, 2015, Données de recensement de 2011, [en ligne] URL : http://census2011.gc.ca/census-recensement/2011/dp-pd/prof/details/page.cfm?Lang=F&Geo1=CSD&Code1=2498055&Geo2=CSD&Code2=2498055&Data=Count&SearchText=Riviere-au-Tonnerre&SearchType=Begins&SearchPR=01&B1=All&Custom=&TABID=1

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Touili, N., J. Baztan, J. P. Vanderlinden, I. O. Kane, P. Diaz-Simal et L. Pietrantoni, 2014, Public perception of engineering-based coastal flooding and erosion risk mitigation options : Lessons from three European coastal settings, Coastal Engineering, 87, pp. 205-209.
DOI : 10.1016/j.coastaleng.2014.01.004

United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization -World Water Assessment Programme (UNESCO-WWAP), 2003, Mitigating Risk and Coping with Uncertainty, Chapter 11 in The 1st UN World Water Development Report: Water for People, Water for Life, [en ligne] URL: http://unesdoc.unesco.org/images/0012/001297/129726e.pdf

United Nations Department of Humanitarian Affairs (UNDHA), 1992, Internationally agreed glossary of basic terms related to disaster management, United Nations Department of Humanitarian Affairs, Geneva.

Stratégie internationale de prévention des catastrophes des Nations Unies (UNISDR), 2009, Terminologie pour les risques de catastrophe [en ligne] URL : http://www.unisdr.org/files/7817_UNISDRTerminologyFrench.pdf

Vasseur, L., 2012, Vers une planification de la Résilience Communautaire. Une trousse pour initier le dialogue sur la planification de la résilience communautaire face aux changements environnementaux et climatiques, Trousse de formation préparée pour la Coalition pour la viabilité du sud du golfe du Saint-Laurent et l’Alliance de recherche universités-communautés – Défis des communautés côtières, 23 p.

Haut de page

Notes

1 Définition adaptée par le MSP à partir de celle de la Stratégie internationale des Nations Unies pour la prévention des catastrophes

2 Ce ministère porte maintenant le nom de Ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Localisation de la municipalité de Rivière-au-Tonnerre sur la Côte-Nord du Golfe du Saint-Laurent
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/16603/img-1.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Tableau 2. Facteurs et pratiques favorisant les conséquences négatives des aléas reliés aux changements climatiques
Crédits (Source : données de terrain).
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/16603/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Tableau 3. Facteurs et pratiques pouvant prévenir ou réduire les conséquences négatives des aléas.
Légende Légende : les améliorations proposées, donc les options pour l’adaptation, sont identifiées par des soulignés et des italiques. Celles qui sont soulignées figurent dans le plan d’action pour l’adaptation et celles qui sont en italique y seront incorporées en cas de besoin.
Crédits Source : données de terrain
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/16603/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Beaulieu, Julia Santos Silva et Steve Plante, « Un cadre conceptuel pour explorer localement les facteurs de vulnérabilité et les options d’adaptation aux changements climatiques », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 23 | novembre 2015, mis en ligne le 25 novembre 2015, consulté le 30 août 2016. URL : http://vertigo.revues.org/16603 ; DOI : 10.4000/vertigo.16603

Haut de page

Auteurs

Nathalie Beaulieu

Stagiaire postdoctorale en développement régional, programme ARUC-DCC, Université du Québec à Rimouski, Canada, courriel : nbeaulieu1@gmail.com

Julia Santos Silva

Doctorante en développement régional, programme ARUC-DCC, Université du Québec à Rimouski Canada, courriel : JuliaSantos.Silva@uqar.ca

Steve Plante

Professeur, programme ARUC-DCC, Université du Québec à Rimouski, Canada, courriel : Steve_plante@uqar.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page