Navigation – Plan du site

Les mangroves face aux changements climatiques : Le cas à la fois typique et particulier du Vietnam

Yann Roche et Pham Van Cu

Résumés

Dans le contexte des changements climatiques dont l’une des conséquences est la montée du niveau de la mer, les régions côtières de certains pays se trouvent particulièrement exposées. C’est notamment le cas du Vietnam, dont les 3200 km de littoral sont pour la plupart des zones très sensibles du fait de leur très faible altitude. Auparavant, le pays disposait d’une importante mangrove qui constituait une protection naturelle idéale contre beaucoup d’aléas naturels. Victimes ces dernières décennies d’une alarmante déforestation, ces mangroves font maintenant l’objet d’une attention particulière de la part des autorités. À travers le cas du parc National de Xuan Thuy, dans le delta du Fleuve Rouge, le présent article passe en revue les enjeux de la mangrove en tant que protection face aux effets des changements climatiques et visualise les réussites et les échecs des mesures mises en place par le gouvernement dans ce domaine. Les spécificités du cas vietnamien sont évoquées afin que des enseignements obtenus puissent être appliqués dans d’autres régions particulièrement exposées aux changements climatiques de la montée du niveau marin.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Alors que les changements climatiques et leurs effets semblent de plus en plus faire consensus, poussant un nombre croissant de pays et organisations internationales à prendre la situation au sérieux, la question de l’atténuation de ces effets apparaît comme une question fondamentale. La lutte contre l’un des impacts les plus redoutés, la montée du niveau marin (Sea Level Rise ou SLR) est fréquemment envisagée à l’aide de méthodes infrastructurelles, mais aussi parfois en renforçant les protections naturelles, notamment les écosystèmes des zones côtières. L’un de ces écosystèmes, les mangroves, est particulièrement menacé depuis plusieurs décennies, bien qu’il joue pourtant un rôle reconnu de protection face à certains risques naturels, au point de devenir un enjeu encore plus vital qu’avant. La valeur des mangroves est bien connue au Vietnam. Leur contribution à la pêche est considérable et elles ont traditionnellement été utilisées pour le bois d’œuvre, le bois de feu, les tanins et les matériaux de chaume (Mark et al., 2010). Les mangroves dans le delta du fleuve Rouge sont également importantes dans la production commerciale de miel (Hong, 2004b). Les caractéristiques et le rôle des mangroves dans le contexte des changements climatiques sont donc ici étudiés dans le cadre géographique spécifique de ce pays. L’exemple du parc national de Xuan Thuy dans le delta du Fleuve Rouge illustre bien la dynamique de la mangrove vietnamienne, ce qui permet de mieux comprendre et définir son rôle face à la montée du niveau marin. Ce dernier n’est certes que l’un des enjeux auxquels cet écosystème est confronté, mais la manière dont la mangrove pourra être préservée et dont elle fera face à cette menace décideront de son évolution future. En conclusion, la transférabilité des enseignements du cas du Vietnam à d’autres contextes sera ici évoquée.

Les changements climatiques au Vietnam

2Si certains pays s’interrogent encore sur l’ampleur des efforts à fournir dans la lutte aux changements climatiques, ce n’est pas le cas du Vietnam. Ce dernier suit en effet avec intérêt les prédictions des modèles du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat), notamment par le biais de son ministère des Ressources naturelles et de l’Environnement (MonRE). Le Vietnam reprend à son compte les chiffres publiés par les Nations Unies et selon lesquels il se classe au 13e rang des 170 pays les plus vulnérables aux impacts des changements climatiques dans les 30 prochaines années (ONU, 2012). Selon ces mêmes sources, notamment la 4e version des prévisions du GIEC, le pays se trouve même être l’un des seize classés dans la catégorie à risque « extrême » (Dasgupta et al., 2007).

3Au Vietnam, les changements climatiques ont notamment pour effet d’accroître sa vulnérabilité face à plusieurs risques naturels, parmi lesquels on note la hausse des températures, les sécheresses, et aussi la hausse du niveau marin (le pays possède plus de 3200 km de littoral). On y observe également la plus grande fréquence d’évènements extrêmes, sécheresses, inondations et surtout typhons. En 2009, le MonRE vietnamien a publié un rapport intitulé « Climate change, sea level rise scenarios for Viet Nam ». Ce rapport, mis à jour en 2011 à partir de données statistiques collectées à l’échelle provinciale, propose de retenir officiellement comme base de planification et de projections sur les changements climatiques au Vietnam le scénario B2 du quatrième rapport du GIEC, publié en 2007. Ce scénario prévoit « une augmentation de température de 2,4 °C, avec une marge de 1,4 à 3,8 °C et une hausse probable du niveau marin de 20 à 43 cm (Unicef, 2012) ».

4La Figure 1, adaptée des données d’OXFAM, illustre les différents risques associés aux impacts des changements climatiques au Vietnam et leur répartition spatiale par région. On peut y constater que l’intérieur du pays n’est pas épargné, mais que les zones littorales apparaissent exposées aux risques les plus dévastateurs.

Figure 1. Risques associés aux changements climatiques au Vietnam.

Figure 1. Risques associés aux changements climatiques au Vietnam.

5Réalisation. André Parent, 2014. Source. Oxfam, 2008.

6La totalité du pays est exposée aux inondations liées aux typhons, aux glissements de terrain, aux sécheresses. Dans les Deltas du Fleuve Rouge et du Mékong et le long du littoral central, la hausse du niveau marin associée à des ondes de tempête peut devenir potentiellement catastrophique. Il s’agit là en effet de la conjonction d’un accroissement potentiel de l’aléa (la hausse du niveau marin) et d’une vulnérabilité particulièrement élevée, car beaucoup de personnes vivent dans les secteurs menacés. Le GIEC a d’ailleurs classé le Vietnam au 6e rang mondial pour le nombre de personnes vivant dans des zones côtières de faible altitude (Low Elevation Coastal Zones ou LECZ, GIEC, 2010). Une augmentation du niveau de la mer toucherait de ce fait 10 % de la population vietnamienne, laquelle était estimée en 2014 à 93 millions (CIA World Factbook, 2014).

7Le scénario B2 du GIEC retenu pour le Vietnam prévoyait à l’origine une hausse du niveau marin de l’ordre de 20 à 43 cm. Mais, les autorités du pays s’appuient maintenant plus volontiers sur des données plus récentes, publiées après le rapport de 2007 du GIEC. Elles envisagent maintenant plutôt une hausse de l’ordre de un mètre à l’horizon 2100, ce qui est plus proche du scénario A2 du GIEC (Unicef, 2012). C’est cette dernière valeur qui sert de base au Programme national de réponse aux changements climatiques (NTP-RCC). Le programme en question, approuvé par le Premier Ministre en décembre 2008, figure dans la Stratégie nationale sur les changements climatiques élaborée en 2011. Selon l’Unicef, cette prévision d’augmentation d’un mètre du niveau moyen des mers pour 2100 est de plus en plus crédible. Des données plus récentes donnent même à penser que ce niveau pourrait atteindre 1,5 mètre d’ici la fin du XXIe siècle (Unicef, 2012).

8En ajoutant la hausse du niveau marin à l’accroissement de la fréquence des typhons touchant chaque année le pays (qui est déjà de l’ordre de 6 à 8), on constate bien que la frange littorale du Vietnam est particulièrement sensible. Les populations y sont particulièrement exposées, leur vulnérabilité accrue, de même que les coûts sociaux et économiques potentiels. Il est donc impératif d’agir. Même si le pays peut compter sur une longue tradition de construction d’ouvrages (notamment un vaste réseau de digues dans le Delta du Fleuve Rouge), sans leur renforcement, une hausse d’un mètre du niveau marin le long du littoral vietnamien pourrait submerger jusqu’à 17 423 km2, soit 5,3 % de la superficie totale des terres du Vietnam (figure 1). Cette hausse menacerait plus particulièrement 39 % du Delta Mékong, 10 % du Delta du Fleuve Rouge, plus de 2,5 % du littoral des provinces centrales et plus de 20 % de la métropole du Sud : Ho Chi Minh Ville.

9Face à cette réelle menace, la première étape logique consiste à valoriser les défenses existantes, notamment les défenses côtières naturelles que constituent les mangroves.

Rôle des mangroves

10Les mangroves constituent un écosystème à forte productivité que l’on retrouve dans la zone de transition entre la terre et le littoral, soumis à l’influence des marées, présent dans la quasi-totalité de la zone subtropicale (figure 2). Le terme même de mangrove désigne à la fois les plantes et leur habitat. Milieu extrêmement riche sur le plan biologique, et en équilibre entre les conditions terrestres et marines, les mangroves ont été soumises à une intense exploitation et à la déforestation un peu partout dans le monde. Le Vietnam ne fait pas exception en la matière puisque, bien pourvu à l’origine du fait de sa position géographique et de son climat, il a vu ses forêts de mangrove se réduire à 155 290 hectares en 2007, soit une diminution de 50 % par rapport à 1980 (MARD et Projet UNEP/GEF East-Sea, 2007).

Figure 2. Un milieu fortement exposé aux influences marines.

Figure 2. Un milieu fortement exposé aux influences marines.

Photo. Yann Roche.

11La mangrove a pourtant bien des caractéristiques écologiques à valoriser dont notamment son importante biomasse et sa forte productivité. Dans le cadre de la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre, la mangrove représente un important puits de carbone, de faible étendue comparativement aux autres forêts du monde, mais extrêmement efficace par unité de surface (Spalding et al., 2010).

12Elle fournit également, de par sa biodiversité et sa forte productivité, plusieurs services et produits aux humains (Figure 3). On peut citer les produits forestiers, ligneux ou non, ainsi que le rôle qu’elle joue pour les diverses activités de pêche. La mangrove possède aussi un potentiel récréatif, même si elle est généralement accessible par bateau. CC et écosystème possèdent par ailleurs des capacités de régulation et de filtration des sédiments, stabilisant les sédiments et captant les nutriments en excès ainsi qu’une importante proportion de polluants (Spalding et al., 2010).

13

Figure 3. Rôle protecteur et producteur des mangroves pour les communautés.

Figure 3. Rôle protecteur et producteur des mangroves pour les communautés.

Source. Hossain, 2009.

14Face aux ondes de tempête et même face aux tsunamis, la présence de mangroves sur la frange littorale a un effet protecteur, comme ce fut le cas lors du tsunami de 2004 (Forbes et Broadhead, 2007). À cette occasion, certains observateurs ont noté que la protection offerte était loin d’être totale et qu’elle dépendait fortement de la densité de la mangrove (Miththapala, 2008).

15Malgré la richesse et les nombreux atouts que les forêts de mangrove procurent aux communautés, cela n’a pas empêché leur intense déforestation, d’autant plus destructrice que cet écosystème est très fragile. La mangrove se trouve de ce fait en butte à de nombreuses menaces, pour la plupart liées aux activités humaines (Spalding et al., 2010) :

  • Usages concurrents : Comme les autres formes de forêts dans le monde, la mangrove est menacée par les importantes superficies converties à d’autres usages, souvent considérés comme plus lucratifs, comme l’expansion urbaine, l’agriculture, ou encore l’aquaculture.

  • Surexploitation : Lorsqu’elle n’est pas l’objet d’une déforestation directe, la mangrove souffre souvent de surexploitation, notamment la surpêche ou la récolte excessive des produits qu’elle fournit. Au-delà du seuil de durabilité du milieu, ces activités peuvent se révéler particulièrement destructrices.

  • Pollution : Bien que particulièrement résiliente face à la pollution comparativement à d’autres écosystèmes forestiers, la mangrove peut être détruite par un apport excessif de nutriments ou de matières polluantes issues de l’agriculture, de l’aquaculture et surtout de la crevetticulture.

  • Changements des régimes associés aux aménagements côtiers : Milieu mixte où alternent les apports d’eau douce et d’eau salée, cet écosystème possède des mécanismes de régulation du taux de salinité dont l’efficacité dépend de la régularité de ces apports. Certains aménagements et infrastructures côtiers ont pour effet de perturber cet équilibre et de menacer sa survie.

Mangroves et changements climatiques

16Les menaces auxquelles sont soumises les mangroves ne sont pas uniquement le fait des humains. Les changements climatiques peuvent également exercer une pression qui entraîne une importante diminution de leur superficie. Parmi les conséquences de la pression qu’elles subissent, on note les changements des régimes de précipitation, surtout les périodes d’aridité plus fréquentes dans les zones qui leur sont traditionnellement favorables prévues par le GIEC (GIEC, 2007). À terme, cela aura comme effet la diminution de la productivité de l’écosystème tout en favorisant une hyper salinisation qui peut lui être fatale (Spalding et al., 2010).

17Une autre menace associée aux changements climatiques est la montée du niveau marin. Bien qu’adaptée aux milieux saumâtres, la mangrove ne peut jouer un rôle d’atténuation que pendant une courte période face à une montée rapide et importante du niveau de la mer. Si la hausse est suffisamment importante et progressive, la forêt de mangrove pourrait migrer vers l’intérieur en accompagnant cette élévation du niveau, dans la mesure où elle pourra disposer de l’espace nécessaire. En revanche, si cette élévation est importante et très rapide (ou en cas de manque d’espace d’accueil), cela pourrait entraîner sa disparition.

18Cette déforestation est d’autant plus alarmante pour la mangrove qu’elle occupe des superficies relativement peu étendues et que ces dernières sont souvent situées à faible distance des zones habitées, donc particulièrement exposées aux menaces anthropiques. Depuis le début du XXIe siècle toutefois, une prise de conscience a semblé émerger face au problème, que ce soit à l’échelon international ou auprès des autorités nationales, voire locales. Ce regain d’intérêt s’est reflété à travers deux types d’efforts qui ont été consentis à cet égard : des efforts de protection et de reboisement.

  • Efforts de protection: Ils sont déployés depuis plusieurs décennies, mais de manière suivie depuis seulement une dizaine d’années, et à différentes échelles. Ils incluent par exemple la création d’organisations comme Mangroves for the Future (MFF), à la suite du tsunami de 2004, co-dirigée par l’Union internationale pour la conservation de la nature (IUCN) et le Programme des Nations unies pour le développement (UNDP). MFF appuie les communautés dans leurs efforts de protection de leurs mangroves. Depuis 2008, cet organisme a financé près de 90 projets dans les huit pays asiatiques qui en sont membres, parmi lesquels le Vietnam (Tang, 2012).

  • Efforts de reboisement: Si ce genre de démarche est de plus en plus répandu, et soutenu surtout par des bailleurs de fonds internationaux, il semble avoir été beaucoup plus systématique et efficace pour les autres types de forêts tropicales. En ce qui concerne la mangrove, même si l’ONG allemande GTZ ou le gouvernement japonais se sont montrés très actifs, notamment au Vietnam, les efforts de reforestation ne sont pas toujours couronnés de succès à l’exception de la réserve de Can Gio, dans le Sud, à proximité d’Ho Chi Minh Ville (Fromard et Kiet, 2002).

Menaces spécifiques au Vietnam

19Le Vietnam ne manque pas de potentiel en matière de mangroves, mais ces dernières ont été soumises à d’intenses pressions, essentiellement anthropiques. Si la crevetticulture, intensive dans les deltas du Fleuve Rouge et du Mékong, est une menace de premier ordre pour les mangroves vietnamiennes, ce n’est pas une spécificité du pays. La même tendance se répète en Thaïlande ou en Indonésie, pour ne parler que des pays d’Asie du Sud-Est (Spalding et al., 2010). Et dans le centre et le sud du Vietnam, les effets de la guerre du Vietnam (plus particulièrement de la seconde guerre d’Indochine) se sont aussi fait sentir de manière extrêmement importante. L’usage intensif par les Américains de puissants herbicides, dont le tristement célèbre Agent Orange, y a détruit de manière durable de vastes pans de forêt, et notamment de mangroves dans le delta du Mékong (Fromard et Kiet, 2002).

20Afin de mieux cerner la dynamique des mangroves face aux changements climatiques et dans le contexte géographique et anthropique du Vietnam, nous nous proposons d’analyser plus en détail le cas du parc national de Xuan Thuy, situé sur le littoral du Golfe du Tonkin.

Le parc national de Xuan Thuy

  • 1 Convention internationale sur la protection des zones humides, signée en 1971 dans la ville iranien (...)

21Le site de Xuan Thuy, localisé dans le district de Giao Thuy, dans la province de Nam Dinh (figure 4) est devenu en 2003 un Parc national (Xuan Thuy National Park ou XTNP). Il s’agit d’une zone humide d’importance internationale désignée Site Ramsar en 1989 dans le cadre de la Convention de Ramsar1. C’est d’ailleurs le premier site Ramsar d’Asie du Sud-est. Cet écosystème « typique des zones humides d’estuaire du nord du Vietnam » (Nhuan et al. 2009) est par la suite devenu une réserve naturelle, en 1994, puis un Parc national en 2003. Le Parc se compose d’une zone de protection de plus de 15 000 hectares, dont 7 100 hectares pour la zone centrale et 8 000 hectares pour la zone tampon (UNEP, 2007) (Figure 4). Sa vocation initiale était d’assurer une fonction de protection écologique. La pression anthropique y est toutefois continuelle, et elle constitue un élément préoccupant.

Figure 4. Parc national de Xuan Thuy, avec la zone centrale de 7 100 ha.

Figure 4. Parc national de Xuan Thuy, avec la zone centrale de 7 100 ha.

Réalisation. Yann Roche, 2015, Source. Hong et al, 2007.

Figure 5. Forêt de mangrove dans l’aire protégée.

Figure 5. Forêt de mangrove dans l’aire protégée.

Photo. Yann Roche, 2011.

22La gestion du Parc national de Xuan Thuy est quelque peu complexe puisque les responsabilités de conservation des zones humides sont réparties à trois niveaux d’échelle. Comme l’ensemble des Parcs nationaux, Xuan Thuy dépend donc, à l’échelon national, des ministères des Ressources naturelles et de l’Environnement (MoNRE) et de l’Agriculture et du Développement rural (MARD). Il est placé directement sous la responsabilité du Comité Populaire de la province de Nam Dinh, mais la plupart des actions qui y sont entreprises relèvent du Conseil de Gestion du Parc national de Xuan Thuy en accord avec les décisions ministérielles et provinciales (Hong et al, 2007). Ces actions incluent le respect des conventions auxquelles le Parc souscrit (Convention de Ramsar, Convention sur la Diversité biologique et Réseau des Réserves de la Biophère de l’UNESCO). Bien que largement financées par les autorités vietnamiennes, ces actions comptent également sur des partenariats externes : diverses ambassades occidentales, IUCN, WWF, SIDA, etc.).

23Il apparaissait clair, dès la création du Parc national, que les objectifs recherchés étaient en premier lieu de protéger cette zone humide, ou à tout le moins d’en gérer la ressource, ce qui impliquait, selon les termes employés par les gestionnaires eux-mêmes que « les activités de gestion de la zone humide ne peuvent être dissociées du développement des communautés » (Hong et al., 2007). En effet, bien que depuis la création du Parc les nouvelles arrivées y aient été freinées, notamment dans la zone centrale, le site était déjà initialement très peuplé, et on comptait en 2005 cinq communes (Giao Thien, Giao An, Giao Lac, Giao Xuan et Giao Hai) formant la zone tampon. Ces communes représentaient une population totale de plus de 47 000 personnes (Comité Populaire du district de Giao Thuy, 2005) réparties en près de 12 000 foyers et vivant essentiellement de la riziculture et de l’élevage domestique (Hong et al., 2007). La densité de population de ces communes était de plus de 1 000 personnes par km2 illustrant assez bien la pression démographique que subit l’aire protégée, comme la plupart des mangroves, même lorsqu’elles sont situées dans des parcs nationaux.

24La forte présence humaine (Figure 6) avec ses activités agricoles et d’élevage souvent intensives (notamment l’aquaculture, la riziculture et la crevetticulture) oblige les gestionnaires du Parc à orienter leurs propres efforts de conservation de manière à tenir compte des communautés et de la pression exercée sur la ressource naturelle, dont la mangrove.

Figure 6. Les activités humaines se répandent à l’intérieur de l’aire protégée du parc.

Figure 6. Les activités humaines se répandent à l’intérieur de l’aire protégée du parc.

Photo. Yann Roche, 2011.

25Le potentiel du parc en matière de richesses naturelles et de biodiversité est particulièrement important puisqu’on y recense un large éventail d’espèces végétales et animales. On y trouve notamment des espèces d’oiseaux, y compris des oiseaux migrateurs pour lesquels il est une zone privilégiée d’étape et de repos durant les mois de novembre et décembre. Cela justifie l’implantation de la seule activité, outre la protection et la recherche scientifique, à être officiellement autorisée dans le parc, à savoir l’écotourisme. L’écotourisme est considéré comme une solution miracle, et s’appuie beaucoup sur le « birdwatching » (Figure 7)

Figure 7. Carte et brochure touristique faisant la promotion du potentiel écotouristique du parc.

Figure 7. Carte et brochure touristique faisant la promotion du potentiel écotouristique du parc.

Source. CORIN-ASIA, 2010.

26Malgré la promotion de l’écotourisme dans le Parc national de Xuan Thuy et en dépit de réelles préoccupations de la part des autorités nationales et locales en matière de protection de la mangrove, cet écosystème est fortement menacé par la pression anthropique. Insuffisamment équipées pour faire respecter les aires protégées, les autorités ont modifié leur approche avec l’appui de plusieurs ONG en décidant de promouvoir des projets de « développement de capacités » pour la gestion durable des ressources auprès des communautés de la zone tampon. En augmentant, à travers des projets ciblés et concrets, les réflexes de conservation et de protection environnementale des populations concernées, l’objectif est de les amener à valoriser durablement les ressources naturelles. Certains de ces projets incluent des activités de récolte du miel ou encore de conservation de la forêt basée sur les communautés, et sont financés conjointement par les différents organismes étatiques et des ONG internationales. Si les résultats sont officiellement considérés comme encourageants, Hong et al (2007) mentionnent qu’il est nécessaire de poursuivre et renforcer les mesures d’implication des communautés dans la protection de la ressource, et principalement de la mangrove de Xuan Thuy. Ils suggèrent également d’en renforcer les moyens de surveillance et de protection (Hong et al. 2007)

Conclusion

27À l’image des mangroves de Xuan Thuy, ces écosystèmes côtiers sont de grande valeur, possédant des atouts tant économiques qu’environnementaux sans commune mesure avec leur faible étendue géographique. Dans le contexte des changements climatiques et de la lutte contre les GES, leur fonction de piège de carbone est de plus en plus appréciable. Et dans les zones littorales basses et très exposées comme au Vietnam, les mangroves aident à diminuer certains risques dont, notamment les ondes de tempête et les tsunamis. Elles sont toutefois en recul partout au Vietnam comme ailleurs malgré un évident regain d’intérêt dont les résultats concrets se font encore attendre.

28Toutefois, des efforts de reboisement, plus ou moins efficaces, sont menés sous l’impulsion des autorités locales et aussi d’ONG étrangères. L’aire protégée de Xuan Thuy est un exemple de réussite bien que n’étant pas parfaite. Les tentatives de reboisement ont permis de freiner le recul des mangroves au Vietnam, sans pour autant inverser la tendance comme le souhaiterait le gouvernement vietnamien. La mangrove demeure soumise à d’importantes pressions anthropiques, notamment du fait du développement de la crevetticulture, et de la pression démographique. Le développement de l’écotourisme est présenté comme une alternative intéressante et surtout considéré comme un outil de sensibilisation des populations des zones tampons pour protéger et préserver le capital que représente cet écosystème. Dans le cas de Xuan Thuy, l’écotourisme, bien que mis officiellement en valeur, ne semble pas avoir élevé le niveau de vie des populations locales au point de soulager les pressions que subit la mangrove. La valorisation du potentiel écotouristique des mangroves est pourtant fortement encouragée.

29Concernant la lutte contre les impacts négatifs des changements climatiques et plus particulièrement la montée du niveau marin, qui s’annonce importante sur le littoral vietnamien d’ici la fin du XXIe siècle, la mangrove ne pourra pas jouer un rôle significatif d’atténuation, mais risque au contraire d’être la première victime de ce phénomène. En effet, la vitesse anticipée de la montée des eaux, et les conflits d’usages dans les zones littorales ne permettront pas à cet écosystème d’avoir le temps de reculer progressivement vers des secteurs dégagés à l’intérieur des terres. La mangrove risque donc de subir de nouvelles réductions de sa superficie, au Vietnam comme dans la plupart des zones côtières subtropicales.

Haut de page

Bibliographie

Arief, A. Y. et F. Herminia, 2009, Vulnerability Mapping for Southeast Asia. Rapport du Economy and Environment Program for Southeast Asia (EEPSEA).

Dasgupta, S., B. Laplante, C. Meisner, D. Wheeler et Y. Jianping, 2007, The Impact of Sea Level Rise on Developing Countries. À Comparative Analysis, World Bank Policy Research Working Paper 4136, February 2007.

Forbes, K et J. Broadhead, 2007, The role of coastal forests in the mitigation of tsunami impacts, RAP PUBLICATION 2007/1 FAO Bangkok, 2007.

Fromard, F. et L. K. Kiet, 2002, Les mangroves du Vietnam du Sud : histoire récente, dynamique actuelle et perspectives Bois et Forêts des tropiques, 2002, N° 273 (3), Dossier Vietnam du Sud/Mangrove.

Hossain, M. S., 2009, Coastal Community Resilience Assessment : Using Analytical Hierarchy Process, pp. 1-11. dans : Hossain, M.S. (Ed.), Climate Change Resilience by Mangrove Ecosystem.Prdi, Dhaka, Bangladesh, 33 pp. 

Hong, P. D. V., N. D. Tu, N. V. Cach et L. T. Binh, 2007, Xuan Thuy National Park Policy Brief. VEPA-MCD, Hanoi, Vietnam.

Miththapala, S. 2008, Mangroves. Coastal Ecosystems Series (Volume 2), Ecosystems and Livelihoods Group Asia, IUCN 2008.

Nhuan, M.T, N. T. M. Ngoc, N. Q. Huong, N. T. H. Hue, N. T. Tue et P. B. N. Ngoc, 2009, Assessment of Vietnam Coastal Wetland Vulnerability for Sustainable Use (Case Study in Xuanthuy Ramsar Site, Vietnam), Journal of Wetlands Ecology, vol. 2, pp 1-16.

Spalding, M., M. Kainuma et L. Collins, 2010, World Atlas of Mangroves, Earthscan, Londres, 319 p.

Shuto, N., 1987, The effectiveness and limit of tsunami control forests, Coastal Engineering in Japan 30, pp. 143-153.

Tang, A., 2012, Vietnam's mangroves trees threatened by rising tide of deforestation, The Guardian (24 avril 2012), [en ligne] URL : http://www.theguardian.com/society/2012/apr/24/vietnam-mangrove-deforestation-climate-change, Consulté le 20 août 2014.

United Nations International Children's Emergency Fund ou Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF), 2010, Climate Change Fact Sheet, [en ligne] URL : http://www.unicef.org/eapro/Climate_Change_Fact_Sheet_Final.pdf.

United Nations Environment Program for South China Sea, 2007, A successful case in wetland resource management : XUAN THUY NATIONAL PARK, VIET NAM, The Regional Training Course on Sustainable Use and Management of Coastal Wetlands 5-20 November 2007, Mahidol University, Thailand.

Haut de page

Notes

1 Convention internationale sur la protection des zones humides, signée en 1971 dans la ville iranienne de Ramsar

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Risques associés aux changements climatiques au Vietnam.
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/16600/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 720k
Titre Figure 2. Un milieu fortement exposé aux influences marines.
Crédits Photo. Yann Roche.
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/16600/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Figure 3. Rôle protecteur et producteur des mangroves pour les communautés.
Crédits Source. Hossain, 2009.
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/16600/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Figure 4. Parc national de Xuan Thuy, avec la zone centrale de 7 100 ha.
Crédits Réalisation. Yann Roche, 2015, Source. Hong et al, 2007.
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/16600/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 5. Forêt de mangrove dans l’aire protégée.
Crédits Photo. Yann Roche, 2011.
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/16600/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Figure 6. Les activités humaines se répandent à l’intérieur de l’aire protégée du parc.
Crédits Photo. Yann Roche, 2011.
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/16600/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Figure 7. Carte et brochure touristique faisant la promotion du potentiel écotouristique du parc.
Crédits Source. CORIN-ASIA, 2010.
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/16600/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yann Roche et Pham Van Cu, « Les mangroves face aux changements climatiques : Le cas à la fois typique et particulier du Vietnam », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 23 | novembre 2015, mis en ligne le 25 novembre 2015, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://vertigo.revues.org/16600 ; DOI : 10.4000/vertigo.16600

Haut de page

Auteurs

Yann Roche

Professeur, Département de géographie, UQAM, CP 8888 Succursale Centre Ville, Montréal, H3C 3P8, Canada, courriel : Roche.yann@uqam.ca

Articles du même auteur

Pham Van Cu

Professeur, Directeur du International Centre for Advanced Research on Global Change ICARGC, Vietnam National University, 144, Xuan Thuy str, Cau Giay, Hanoi, Vietnam, courriel : pvchanoi@vnn.vn

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page