Navigation – Plan du site

Changements climatiques et mise en tourisme du fleuve St-Laurent au Québec

Analyse critique des représentations
Dominic Lapointe, Bruno Sarrasin et Alexis Guillemard

Résumés

Les littoraux du fleuve St-Laurent sont au cœur de l’attractivité touristique du Québec, mais sont aussi des espaces qui seront fortement touchés par les changements climatiques. C’est donc à partir d’une approche basée sur une conceptualisation tripartite de l’espace que l’article analyse les représentations de l’espace à partir de deux discours étatiques que sont la stratégie de mise en valeur du Saint-Laurent touristique et la stratégie d’adaptation aux changements climatiques. Cette approche s’intéresse à la manière par laquelle les acteurs « problématisent » l’adaptation aux changements climatiques dans les deux stratégies à l’étude, de façon à mieux comprendre les convergences et les divergences d’intérêts, les alliances et les oppositions qui permettent d’éclairer les problèmes de mise en œuvre.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’espace est socialement produit à travers des discours et des représentations (Lefebvre, 1974). Ces discours, portés par des acteurs, valorisent des lieux, des usages et des groupes sociaux tout en excluant d’autres (Harvey, 1996). Ainsi, l’espace n’est pas seulement un réceptacle passif de l’action humaine, il est aussi une résultante de cette activité. Cela est particulièrement vrai dans le cas du tourisme où l’espace joue un triple rôle, en étant à la fois ressource, constituante et résultante (Dewailly et Flament, 1993 ; Lozato-Giotart, 2003). En effet, l’espace est la ressource première du tourisme, car ce dernier consomme une expérience dans un espace hors du quotidien (Urry, 1995). Ce dernier est aussi une constituante même du produit touristique, principalement à travers le paysage qui devient partie intégrante du produit touristique. Enfin, l’espace peut être une résultante du tourisme, car l’activité qu’il génère et les représentations sociales qu’elle véhicule vont transformer l’espace par la construction d’infrastructures, la modification du paysage ou encore la fermeture de l’espace pour protéger les usages réservés à la clientèle touristique. En résumé, le tourisme agit donc comme une des multiples forces organisatrices de l’espace.

2Les espaces littoraux, côtiers et maritimes sont des hauts lieux de l’attractivité et de l’activité touristique. Au Québec, le fleuve Saint-Laurent et ses côtes représentent un attrait majeur. Depuis la naissance du tourisme dans la province, les territoires côtiers, comme Baie-Saint-Paul, Tadoussac et le littoral gaspésien, sont au cœur de l’échiquier touristique québécois (Gagnon, 2003). Ces milieux fortement valorisés par des générations de touristes ont encore aujourd’hui une importance sociale et économique en tant que territoire touristique. Ce contexte place la mise en valeur du fleuve Saint-Laurent au cœur de la stratégie de développement touristique du Québec (Québec, 2014).

3Les changements climatiques auront un impact majeur sur les milieux côtiers, plus particulièrement les modifications qu’ils entraînent aux régimes hydriques, à la baisse et à la montée des eaux (GIEC, 2007 ; Jones et Phillips, 2011). Ils viennent modifier à la fois l’espace physique des littoraux, provoquent de l’érosion, des inondations et transforment les arbitrages complexes qui prévalent sur ces espaces. Ces modifications génèrent de nouveaux jeux d’acteurs et de nouveaux discours sur l’espace. Les discours sur l’adaptation traduisent en enjeux socio-économiques des transformations de l’espace physique, et ce, dans la perspective de préserver les usages actuels face aux nouvelles contraintes que les changements climatiques génèrent (Éons, 2013). Les différents territoires ne sont pas égaux devant ces changements et n’ont pas tous les mêmes capacités, comme le présente Omer Chouinard (2014). Par exemple, des territoires aux prises avec des transformations similaires n’opteront pas pour les mêmes mesures d’adaptations, ces choix étant contingent des capacités des milieux, mais aussi des représentations sociales (Moscovici, 1984) que les acteurs ont de leur milieu et de l’accès à des ressources matérielles et politiques pour supporter ces choix.

  • 1 La graphie (re)production est utilisée pour souligner que nous somme devant un phénomène de product (...)

4Dans ce contexte, les littoraux du fleuve Saint-Laurent sont au cœur de l’attractivité touristique du Québec, mais sont aussi des espaces qui seront fortement touchés par les changements climatiques. Cette situation se traduit entre autres par des préoccupations étatiques sur le développement touristique et l’adaptation aux changements climatiques, préoccupations qui s’expriment sous la forme de stratégies. Celles-ci n’étant pas neutres, elles portent des représentations sociales de l’espace et des territoires auxquels ces politiques s’adressent, étant élaborées par des acteurs en concurrence dans l’obtention des rares ressources (matérielles, symboliques, financières) disponibles. Cette dynamique participe à la production et à la (re)production1 de ces espaces touristiques, contribuant ainsi à la pertinence d’analyser et de comprendre les représentations de l’espace véhiculées notamment par l’État.

5Cet article propose d’analyser les discours de l’adaptation aux changements climatiques et du développement touristique du fleuve Saint-Laurent sous l’angle de la production de l’espace. Sur ce sujet, le discours étatique se résume aux deux documents suivants : la stratégie gouvernementale d’adaptation aux changements climatiques 2013-2020 (Québec, 2012) et Stratégie de mise en valeur du Saint-Laurent touristique : 2014-2020 (Québec, 2014) qui feront l’objet de notre première étape d’analyse. Il présentera le rôle des acteurs dans la (re)production de l’espace du fleuve Saint-Laurent pour ensuite illustrer la complexité des rapports sociaux géographiques avec le cas du projet de terminal pétrolier de Gros-Cacouna dans le but de dégager quelques enseignements. Mais avant d’analyser ces représentations, il importe de présenter l’importance du Saint-Laurent dans le système touristique du Québec et les impacts prévus des changements climatiques pour le Québec.

Le tourisme sur le Saint-Laurent

6Le tourisme fluvial se divise en deux parties : les pratiques nautiques et aquatiques et les pratiques terrestres. Il implique trois types d’espaces géographiques : le fleuve, le bord à voie d’eau et l’arrière-pays (Damien, 2001) ; et compte une grande diversité d’acteurs touristiques et de secteurs économiques. Le Saint-Laurent est érigé comme un produit phare de l’offre québécoise par une industrie touristique qui exploite ses rives, ses paysages et ses richesses naturelles. De plus, le fleuve bénéficie des deux grandes portes d’entrée de la province sur ses rives, que sont Montréal et Québec. Tourisme Québec, sous les recommandations de professionnels de l’industrie, a mis l’accent sur certaines activités qui se distinguent par leur popularité et se matérialisent dans la stratégie de développement 2012-2020 (Tourisme Québec, 2012). Le ministère présente ces activités comme les axes forts de l’intensification du tourisme sur le fleuve, car elles représentent déjà celles qui connaissent le plus de succès.

7D’abord, les activités liées à la navigation sur le Saint-Laurent se décomposent en une navigation touristique et une plaisance privée fluviale (Damien, 2001). Parmi ces activités, les croisières internationales représentent un secteur lucratif qui offre l’avantage de transporter des touristes aisés dans plusieurs escales et donc de diffuser plus largement les retombées. En effet, cette forme de tourisme permet de toucher tous les espaces du tourisme fluvial, mis en évidence par Marie-Madeleine Damien (2001), incluant les effets potentiellement négatifs du secteur (Blondy, 2011 ; Dehoorne et Petit-Charles, 2011). En 2010, au Québec, les croisiéristes internationaux ont dépensé 85,9 millions de dollars dans les différentes escales du Saint-Laurent et le secteur demeure en croissance. En 2012, 320 000 passagers-escales en croisière internationale sont débarqués dans les ports du Québec, soit une croissance de 86,6 % depuis 2008 (Tourisme Québec, 2012).

8Ensuite, outre les croisières internationales, les croisières-excursions connaissent aussi du succès chez les touristes locaux et étrangers. En 2011, 900 000 passagers, dont 40 % provenaient de l’extérieur du Québec ont pratiqué ces activités (Tourisme Québec, 2012). Cette fréquentation se réalise aussi dans les chiffres recueillis par la société de développement économique du Saint-Laurent (SODES). Le long du Saint-Laurent, environ 80 entreprises de croisières-excursions sur le fleuve génèrent 45 millions de dollars de revenus par an. En plus de la navigation, les richesses naturelles et les paysages attirent, et tout un pan du secteur touristique sur le Saint-Laurent exploite ces aménités.

9Enfin, historiquement, le Québec s’est largement construit autour du fleuve. Les principales villes, qui constituent d’importantes destinations touristiques du Québec, se situent sur le Saint-Laurent. Les expériences de tourisme urbain se font donc majoritairement avec le Saint-Laurent en arrière-plan. Que cela soit dans le Vieux-Port à Montréal ou sur les pentes du Vieux-Québec, la visite des hauts lieux touristiques de la province est indissociable de contacts avec le fleuve. Le Saint-Laurent est donc au cœur même de l’activité touristique du Québec, mais plusieurs des attraits et activités associés à celui-ci seront affectés par les changements climatiques (Hazel, Dorion, Morisset et Pereira, 2006).

Les effets des changements climatiques sur le Saint-Laurent

10Les prévisions climatiques pour les prochaines années affecteront fortement le Saint-Laurent et auront des conséquences sur l’expérience touristique proposée sur le fleuve. Les 250 chercheurs et professionnels du collectif Ouranos ont analysé cette évolution dans un but de prévention et d’adaptation. Parmi eux, des spécialistes du Saint-Laurent ont mené des recherches sur les conséquences du réchauffement climatique sur le fleuve. La diversité des milieux du Saint-Laurent complexifie la synthèse des effets, mais plusieurs d’entre eux devraient avoir une influence sur l’ensemble du fleuve et les activités qui s’y développent.

11Ainsi, les prévisions montrent qu’un réchauffement de 2 °C à 3 °C en été et 3 °C à 4 °C en hiver entraînerait une modification des régimes de précipitation et d’évaporation (Ouranos, 2004). À la hauteur de Sorel, la moyenne pourrait passer de 9500 m3/s à 7000 m3/s. Une diminution de 24 % du débit à l’embouchure du lac Ontario entraînerait sur certaines portions du fleuve une baisse de niveau qui pourrait atteindre 1 m, notamment au niveau de Montréal (Ouranos, 2004). Toutefois, la baisse générale devrait s’accompagner d’une modification de la période et de l’intensité des crues. Au printemps, des précipitations plus importantes, en conjonction avec une débâcle des glaces accélérée par des températures plus élevées, provoqueraient des crues plus puissantes. (Ouranos, 2004). L’augmentation prévue des précipitations, selon les prévisions des groupes de recherche d’Ouranos ou d’Environnement Canada, multiplierait les inondations au printemps. Dans la zone du moyen estuaire et du golfe du Saint-Laurent, la fonte des zones glacières et l’expansion thermique des océans entraîneront une hausse des niveaux d’eau et augmenteront les risques associés à l’érosion et à la submersion marine. Déjà en 1998, Shaw et al. précisaient que dans tout l’Est-du-Québec, une centaine de tronçons de route étaient à risque. En revanche, lors de la saison estivale, les changements climatiques provoqueraient un assèchement des zones aquatiques et des plaines d’inondations. Les périodes d’étiage prolongées et répétées réduiraient la superficie de ces milieux primordiaux pour la reproduction de nombreuses espèces (Berestevoy, 2007).

12Au-delà des écosystèmes, les changements climatiques toucheraient l’aspect socio-économique du Saint-Laurent. La baisse du niveau du fleuve rendra de plus en plus problématiques les approvisionnements en eau pour certaines municipalités. En effet, des prises d’eau ne sont pas assez profondes et sont donc vulnérables aux baisses (Gingras, 2013 : 10). De même, les polluants se dilueraient moins dans un fleuve au débit moins important. Traiter l’eau deviendrait alors plus complexe et coûteux, ou même impossible dans certaines zones. Récemment, la prolifération d’algues bleu-vert dans le lac Érié en Ohio a rendu impropre à la consommation l’eau courante de la ville de Toledo, prouvant que les moyens techniques actuels peuvent être impuissants à filtrer une eau trop polluée. L’abaissement des eaux toucherait également la navigation commerciale et de plaisance. Dans ces conditions, l’exploitation de la voie maritime serait remise en cause et la fermeture de certaines portions du fleuve à des navires trop lourds constituerait l’impact le plus préjudiciable pour l’économie du Saint-Laurent. Par exemple, Montréal, 92e port mondial de conteneurs, reçoit des navires qui ont besoin d’un tirant d’eau important (Containerisation International, 2013). De même, dans certaines zones, les baisses des niveaux d’eau affecteraient l’accès à certaines marinas ou limiteraient les tailles des bateaux pouvant y accoster (Ouranos, 2004).

13La faune du Saint-Laurent mettrait plusieurs années à s’adapter à des modifications du milieu dans lequel elle évolue, mais la croissance de la pollution de l’eau prévue pourrait frapper durement les populations animales les plus fragiles. Par conséquent, la perte de productivité du système toucherait la pêche commerciale ou sportive (Ouranos, 2004), en plus des activités d’observations de mammifères marins, dont le nombre a déjà fortement décliné au cours du 20e siècle.

14L’activité touristique, très développée sur le Saint-Laurent, s’avère vulnérable aux changements climatiques (Québec, 2012). Les multiples formes que le secteur prend sur cet espace sont dépendantes d’un fleuve préservé, mais aussi suffisamment profond pour que des activités telles que les croisières puissent y prendre place. Ces éléments contribuent à faire de la dialectique tourisme – changements climatiques un catalyseur d’enjeux sur un territoire aux dimensions non seulement géographiques, mais aussi sociales et politiques.

Cadre d’analyse et méthodologie : territoire touristique et production de l’espace

15S’intéresser aux questions d’adaptation aux changements climatiques sous l’angle sociogéographique et politique interpelle les approches socioconstructivistes de l’espace, plus précisément celle qui s’intéresse à la production de l’espace. Cette intersection entre les regards géographique et sociologique nous invite à prendre une posture épistémologique où l’espace relève d’une production sociale (Harvey, 1990 ; 1996 ; Lefebvre, 1974). Cette position fait écho au socioconstructivisme, notamment dans le domaine de l’environnement où les enjeux environnementaux relèvent d’une co-construction par les différents acteurs impliqués (Irwin, 2001).

16Pour David Harvey (1990), l’espace ne représente pas seulement une réalité objective mesurable et aisément identifiable à l’aide de cartes et d’autres outils (Harvey, 1990 : 203). Il emprunte une position matérialiste, d’inspiration marxiste, pour postuler que « les conceptions objectives de l’espace sont créées à travers les pratiques matérielles et les processus sociaux nécessaires à la reproduction des sociétés. » (Harvey, 1990 : 204) Selon cet auteur, ce sont les flux de relations entre ces processus sociaux, les lieux et même l’environnement qui produisent l’espace. Pour analyser ces flux de relations, Harvey met l’accent sur ce qu’il appelle l’espace relationnel, soit l’ensemble des relations qui donnent sens à un espace donné pour des acteurs sociaux, relations s’exprimant à travers des représentations de l’espace (Lefebvre, 1974).

17L’espace relationnel provient d’une conceptualisation tripartite de l’espace où ce dernier contient une dimension absolue, relative et relationnelle (Harvey, 2006). L’espace absolu correspond au substrat physique de l’espace, à sa matérialité. Nous situons dans cette catégorie les infrastructures physiques tels les routes, les ports et les bâtiments, mais aussi les éléments physiques de la géographie comme des rivières, des montages et des plaines. C’est aussi l’espace qui est contenu dans la description paysagère et les cartes administratives. L’espace relatif, quant à lui, est associé à la différentiation temporelle de l’espace, à la vélocité et aux frictions. C’est aussi l’espace des mobilités individuelles, collectives et matérielles qui s’exprime à travers des flux d’énergies, de matières, d’individus et de capitaux. Les flux de visiteurs dans les espaces touristiques relèvent de l’espace relatif. L’espace relationnel représente les significations et les différentes valeurs internalisées dans l’espace. Il s’exprime à travers des pratiques matérielles et des manifestations du pouvoir. Les valeurs culturelles des paysages, les sentiments générés par un aménagement, les mécanismes politiques d’aménagement et de contrôle de l’espace sont des manifestations de l’espace relationnel.

18Toutefois, l’espace en lui-même n’est pas à proprement dit seulement absolu ou seulement relatif, il est à la fois chacune de ses parties et les interactions entre celles-ci qui s’alimentent mutuellement. L’analyse peut donc s’attarder à une seule de ses dimensions, aux trois dimensions ou encore aux interactions entre les trois dimensions contenues dans un espace donné. Dans le cadre de cet article, nous serons particulièrement attentifs au rôle de l’acteur étatique dont les représentations de l’espace et de ses fonctions influence celles des autres groupes, conférant ainsi un pouvoir accru à l’État dans la réalisation de ses intérêts, mais non sans être potentiellement remis en question.

  • 2 Les comités ZIP sont acteur central dans la gestion intégrée du fleuve. Sur le site internet du Pla (...)

19Dans cette démarche, les « problèmes d’adaptation aux changements climatiques » et ses effets sur l’industrie touristique dans le Saint-Laurent sont considérés comme le résultat de constructions sociales, dans le sens où « […] les problèmes sont des étiquettes mises sur des accumulations de différences [et] leurs solutions sont créées par les hésitations et contradictions induites par les défenseurs des diverses politiques en concurrence » (Edelman, 1991 : 42-43). Ils sont donc indissociables des acteurs en présence, de leurs intérêts, de leurs ressources et de leurs stratégies qui structurent leur perception des problèmes et des solutions. Pour comprendre cette dynamique à l’œuvre, notre article s’appuie sur des entretiens exploratoires réalisés à l’été 2014 auprès d’acteurs des comités ZIP2. Ces entretiens exploratoires jouent deux rôles dans la recherche: identifier premièrement les sources d’informations pertinentes et, deuxièmement, trianguler les résultats de l’analyse.

20Nous procéderons d’abord à une analyse de contenu manifeste (Deslauriers, 1991 ; Sabourin, 2003) des deux discours étatiques que sont les stratégies de mise en valeur du Saint-Laurent touristique et d’adaptation aux changements climatiques afin d’identifier les éléments de spatialités qui y sont exprimés. Ces deux discours ont été choisis pour leur vocation d’encadrer l’action non seulement de l’État, mais aussi des différents acteurs sociaux œuvrant dans le développement touristique et l’adaptation aux changements climatiques. La grille utilisée pour cette analyse comprenait quatre catégories : les pratiques associées à l’espace, les images et représentations associées à cet espace (linguistique-visuelle-littéraire), les formes de pouvoir à l’œuvre dans cet espace et les acteurs. Par la suite, nous déconstruirons les éléments de discours identifiés pour mieux les reconstruire à travers la division tripartite de l’espace proposée par Harvey (2006). Nous nous attarderons particulièrement aux représentations de l’espace et aux relations de pouvoir exprimées dans les deux discours en nous intéressant à la manière par laquelle les acteurs « problématisent » l’adaptation aux changements climatiques dans les deux stratégies à l’étude, de façon à mieux comprendre les convergences et les divergences d’intérêts, les alliances et les oppositions, en vue d’éclairer les problèmes de mise en œuvre (Akrich, Callon, Latour, 2006 ; Callon 1986). Outre la définition des acteurs qu’elle sous-entend, la problématisation précisera les points d’appui sur lesquels se construira éventuellement l’aménagement du fleuve St-Laurent. Pour y arriver, nous avons précisé le sens donné aux notions d’espaces et de représentations, mais aussi à la mise en valeur touristique et aux changements climatiques. Les sections suivantes de l’article s’efforceront de comprendre comment ces représentations façonnent la mobilisation des acteurs, à partir d’une compréhension des enjeux, des conflits et des négociations qui ont permis à une problématisation – une manière de concevoir les problèmes et les solutions – d’aboutir. Finalement, le cas du projet de terminal pétrolier de Gros Cacouna au Bas-Saint-Laurent servira à illustrer la complexité des jeux d’acteurs et des différentes spatialités à l’œuvre dans la gestion du fleuve Saint-Laurent, mais permettra aussi de présenter la position ambiguë du tourisme qui, face à des usages industriels, devient une alternative vertueuse de développement économique.

Résultats et analyse : Représentation de l’espace et prise en compte des territoires dans les stratégies

La stratégie de mise en valeur du Saint-Laurent touristique

21La Stratégie de mise en valeur du Saint-Laurent touristique 2014-2020 (Québec, 2014) découle d’une réflexion plus large sur le développement de l’industrie touristique au Québec. La mise en valeur du Saint-Laurent étant l’un des quatre axes de développement identifiés dans le Plan de développement de l’industrie touristique du Québec (PDIT), Tourisme Québec a mis en place un groupe de travail mixte spécifiquement pour la mise en valeur du Saint-Laurent. La proposition de stratégie résulte des travaux de ce groupe. Elle repose sur une vision économique où le tourisme est présenté comme secteur névralgique où le Québec possède des avantages comparatifs contribuant à relancer la croissance à court terme (Québec, 2014 : 9).

22La stratégie s’appuie sur une analyse territoriale du Saint-Laurent et une cartographie touristique de celui-ci afin d’illustrer les zones de localisation des éléments touristiques et ainsi procéder à l’identification de pôles et de zones de mise en valeur. L’espace du Saint-Laurent y est donc représenté, segmenté et catégorisé dans la perspective de susciter le développement de l’industrie touristique dans cet espace. L’espace absolu est représenté par le fleuve Saint-Laurent, les 1800 km du Lac-Saint-Pierre à l’Atlantique et ses 4 000 km de littoral (Québec, 2014 : 6). La stratégie découpe cet espace en zone touristique, ce qui nous conduit à l’espace relatif qui y est représenté.

23La Stratégie de mise en valeur du Saint-Laurent touristique 2014-2020 fractionne l’espace du Saint-Laurent en cinq zones touristiques, soient l’ouest du Saint-Laurent, le lac Saint-Pierre, le Centre du Saint-Laurent, le Fjord et Parc marin du Saguenay-Saint-Laurent (PMSSL) et l’est du Saint-Laurent (Québec, 2014 : 16). Ce découpage met en scène la relation entre ces zones et compare leurs attraits. En plus de ces derniers, les zones sont catégorisées selon les flux de voyageurs, croisiéristes et excursionnistes. L’activité touristique y est organisée en circuits qui guident les flux de visiteurs sur les territoires touristiques : « Le Saint-Laurent, c’est bien sûr de formidables circuits de découverte touristique » (Québec, 2014 : 7). Ces découvertes touristiques passent par des relations sociales donnant accès aux communautés, mais aussi par des pratiques matérielles de production d’expériences touristiques : « Les routes et circuits contribuent à la mise en valeur multirégions et multiproduits de l’axe du Saint-Laurent » (Québec, 2014 : 32). Ces circuits, qui transforment l’espace en un produit commercialisable, orientent les flux de visiteurs qui parcourent ainsi la diversité du territoire du Saint-Laurent. La mise en place de ces circuits permet de guider les touristes vers certains espaces, de les produire comme espace touristique, et de les détourner d’autres espaces.

24Ces flux de visiteurs représentent aussi des flux de capitaux où les touristes que l’on veut attirer viennent consommer et dépenser leur budget de vacances dans cet espace en échangeant des services et des biens avec l’économie locale. Les pratiques matérielles de cette industrie touristique locale consistent en une mise en production économique de l’espace physique et symbolique du Saint-Laurent, ces derniers constituant la matière première consommée par le touriste (Urry, 1995). Dans ces conditions, la mise en tourisme de l’espace suggère de transformer celui-ci en espace de désirs et de fantasmes, en y investissant des valeurs symboliques, à travers des représentations, et économiques, à l’aide des infrastructures. Ces transformations interpellent l’espace relationnel, car celui-ci s’exprime à travers les valeurs et le sens que les acteurs, publics et privés, insufflent à l’espace.

25L’espace relationnel produit par la Stratégie de mise en valeur du Saint-Laurent touristique 2014-2020 agit à deux niveaux. D’abord, au niveau des représentations dans l’attribution de valeurs identitaires associées au Saint-Laurent pour interpeller les Québécois et les populations locales en présentant le Saint-Laurent comme un espace fantasmé et désirable pour les visiteurs. Ensuite, au niveau de l’intégration de valeurs économiques à des espaces sous forme de pôles touristiques. D’entrée de jeu, la proposition de stratégie de Tourisme Québec mise sur la force évocatrice du Saint-Laurent : « Le Saint-Laurent constitue la nature même du paysage québécois, de son développement humain et de ses ressources naturelles exceptionnelles » (Québec, 2014 : 3) ainsi que sur sa dimension identitaire : « Historiquement, le Québec fait autant partie du Saint-Laurent que ce dernier évoque le Québec. L’Amérique française a pris naissance sur les rives de ce grand fleuve où vivent encore près de quatre Québécois sur cinq, mais les Amérindiens le fréquentaient bien avant l’arrivée des Européens. Et s’il représente une entité géographique majeure, le Saint-Laurent est avant tout un milieu de vie. » (Québec, 2014 : 6)

26Par la suite, une longue série de postulats les plus évocateurs les uns que les autres vantent la reconnaissance internationale du Vieux-Québec, de Miguasha et de la réserve de biosphère du lac Saint-Pierre, la richesse de la faune du Saint-Laurent particulièrement les mammifères marins et les oiseaux pour finalement terminer par l’énumération d’îles d’importances historiques et culturelles. Toute cette partie contribue à produire le Saint-Laurent comme un espace de désir et de fantasme, tout d’abord en invoquant la fierté et l’identité associées à cet espace pour les populations locales et par la suite en y décrivant ce qui est désirable pour les touristes. Le discours de la stratégie présente la mise en tourisme de cet espace à la jonction de l’identité des populations locales et des désirs des touristes étrangers, où localement la population accepte et contribue à cette mise en tourisme, car elle participe à la reproduction des valeurs identitaires déjà investies dans cet espace.

27L’espace relationnel du Saint-Laurent touristique s’exprime aussi à travers l’identification de pôles, avec des valeurs d’efficacité économique, de valeurs ajoutées et de maximisation des investissements. Ces valeurs sont directement associées à la performance économique, mais aussi, à une exception près, au fait que les villes considérées comme des pôles sont des ports d’escales de croisières. La qualification de ces espaces comme pôles à travers une priorité d’investissements de valeurs économiques disqualifie d’autres espaces touristiques existants, des villes comme Baie-Saint-Paul et Rimouski, en limitant leur capacité à attirer des capitaux. Cette situation de disqualification des espaces non considérés comme des pôles est en partie reconnue par la stratégie comme une volonté de développer des circuits touristiques pour relier les pôles et diffuser les flux touristiques.

28Les circuits ont pour objet de relier entre eux les pôles touristiques par une série de produits et services de qualité à proximité des berges. Ils permettent de mettre en valeur les éléments attractifs du Saint-Laurent et d’intégrer dans une offre organisée les éléments naturels, patrimoniaux et du terroir disséminés sur l’ensemble du territoire (Québec 2014 : 32). Ces circuits offrent le potentiel d’intégrer l’espace relationnel des populations locales par la valorisation du patrimoine et du terroir, mais dans un espace relatif structuré par les flux touristiques et économiques en provenance des pôles, qui eux relèvent de l’espace relatif des flux de croisières. Ce choix de structurer l’espace touristique du Saint-Laurent avec des pôles sélectionnés pour leur capacité d’accueil des croisières et y concentrer les investissements laisse présager une (re)production de ces espaces où les représentations des croisiéristes, promoteurs et touristes, vont devenir de plus en plus importantes, contribuant ainsi à justifier les investissements et les infrastructures en place et à venir. Ce choix ne tient pas compte de la problématique des changements climatiques, car les infrastructures portuaires nécessaires à l’accueil des croisières et au développement soutenu de cette activité touristique devront faire face aux transformations du milieu physique, l’espace absolu, à cause des aléas climatiques et seront donc soumises à un autre ensemble de discours sur la nécessité de s’adapter à ces derniers.

La stratégie d’adaptation aux changements climatiques

29La stratégie gouvernementale d’adaptation aux changements climatiques 2013-2020 (Québec, 2013) a été élaborée en 2013 par le ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs (MDDEP). Elle expose le plan d’ensemble des interventions gouvernementales visant à augmenter la résilience de la société québécoise à l’égard des changements climatiques. Elle définit les grandes orientations stratégiques et les priorités gouvernementales en fonction des principaux risques encourus par les différentes composantes de la société devant les changements climatiques (Québec, 2013 : 1). Celle-ci s’adresse principalement à l’action de l’État en matière d’adaptation et consiste en une définition des champs d’interventions découlant du Plan d’action sur les changements climatiques 2013-2020 (Québec, 2013). Cette stratégie s’adresse moins aux acteurs territoriaux que la Stratégie de mise en valeur du Saint-Laurent touristique 2014-2020 que nous venons de présenter, la question de l’espace et des territoires y est moins centrale, bien qu’elle comporte des éléments de spatialité et des représentations de ceux-ci.

30L’espace absolu présenté dans la stratégie d’adaptation aux changements climatiques est représenté par le Québec dans son ensemble. Celui-ci est divisé de manière plus diffuse que la stratégie de mise en valeur touristique. En effet, les espaces évoqués sont le Québec méridional, le Nord-du-Québec, les zones côtières de l’estuaire et du golfe du Saint-Laurent. L’espace relatif est présenté comme un territoire en transformation où les forces du climat modifient l’espace dans une perspective temporelle rapide :

« (…), La hausse du niveau marin et la diminution du couvert de glace, combinée à des changements dans l’activité cyclonique et à des cycles de gel-dégel plus fréquents, aggraveront les risques associés à l’érosion du littoral, à la submersion marine et aux inondations sur le territoire des municipalités côtières du Québec (Québec, 2013 : 7). »

31Ces aléas climatiques modifieront l’espace absolu ainsi que les flux économiques et ses modifications seront réparties de manière inégale sur le territoire du Québec. Certains milieux, particulièrement les territoires côtiers, seront plus vulnérables et verront non seulement les flux économiques se transformer par la perte de territoire, mais aussi par des transformations dans les mobilités, les flux commerciaux, mais aussi les flux de visiteurs par l’abandon d’usages et d’infrastructures. Le dysfonctionnement des infrastructures menacera éventuellement la sécurité de la population et la stabilité de l’économie locale en limitant la mobilité des personnes et des marchandises, en isolant les communautés ainsi qu’en compromettant l’accès et l’efficacité des services d’urgence (Québec, 2013 : 9).

32Ces espaces seront donc représentés comme des espaces vulnérables et des espaces de risques, posant ainsi la question de l’espace relationnel. La stratégie d’adaptation présente une différenciation des espaces en précisant que les impacts des changements climatiques ne seront pas distribués uniformément sur le territoire, relevant que certaines communautés sont vulnérables (Québec, 2013 : 27). Toutefois, l’adaptation des communautés dépendra des valeurs qui seront attachées à ces espaces. Trois ensembles de valeurs associés aux espaces soumis aux changements climatiques peuvent être identifiés : la valeur des services environnementaux qu’ils offrent, leur valeur comme espace économique et la valeur des usages prenant place dans le marché. Ces trois ensembles de valeurs sont exprimés dans la sélection des enjeux de l’adaptation comme le résume ici la stratégie :

« Il existe en effet des liens étroits et complexes entre les systèmes humains, socioéconomiques et naturels qui sous-tendent ces enjeux. À titre d’exemple, le maintien des services écologiques essentiels contribue au bien-être de la population et des communautés, au même titre d’ailleurs que la prospérité économique (Québec, 2013 : 17). »

33Toutefois, la stratégie fait l’impasse sur l’identité des acteurs et sur les processus sociaux et politiques qui permettront d’identifier les espaces ayant une valeur signifiante en matière de services environnementaux pour justifier les investissements. Elle évoque la nécessité de la concertation, mais ne précise pas les modalités de celle-ci. De plus, on laisse au marché une place importante dans la construction de valeur de ces espaces, par le biais des acteurs privés, justifiant les mesures d’adaptation :

« Alors que la plupart des petites et moyennes entreprises (PME) attendent un retour sur investissement d’environ deux à cinq ans, ces modifications devront s’avérer rentables à court et moyen terme. Leur capacité d’adaptation dépendra donc des incitatifs financiers offerts par le marché (Québec, 2013 : 30). »

34Si nous prenons l’exemple d’entreprises touristiques dont les activités mettent en valeur des espaces symboliques et culturels, le seul marché peut-il suffire à guider les mesures d’adaptations permettant de maintenir leurs activités ? La stratégie nous laisse envisager que les valeurs économiques et écologiques seront celles qui seront évoquées dans la (re)production des espaces soumis aux changements climatiques. L’adaptation ou l’absence d’adaptation dans les espaces dont les valeurs économiques et écologiques qui leur sont reconnues ne seront pas jugées suffisantes et seront (re)produits comme espace de risque, voire même de danger. Ces représentations portées par la stratégie font peu état du rôle social des espaces en cause, mais en plus, elles sont peu spatialisées alors que les enjeux climatiques sont géographiquement fortement différenciés.

Le rôle des acteurs dans la (re)production de l’espace

35L’analyse des deux stratégies suggère que les différents acteurs ayant le Saint-Laurent comme espace relationnel ont des intérêts qui convergent parfois, mais qui divergent souvent. Il existe en effet une tension entre la volonté d’adapter les pratiques pour prévenir les effets des changements climatiques et l’impératif de rentabilité qui sous-tend l’industrie touristique. Même parmi des acteurs qui ont des intérêts convergents, comme la protection de l’environnement du Saint-Laurent, des désaccords apparaissent. Faut-il sanctuariser des parties du fleuve et bloquer toute activité économique ou inviter les utilisateurs à adopter des pratiques durables pour minimiser l’impact de leurs activités ? Ceux qui participent à la mise en tourisme du fleuve n’ont pas forcément les mêmes ressources.

36Nous avons montré combien le fleuve Saint-Laurent est porteur d’une image d’aventure et de nature préservée. Il est aussi le fruit d’enjeux sociaux et politiques qui jalonnent l’histoire du Québec. En atteste l’opposition au projet du port de Gros Cacouna, dans le Bas-Saint-Laurent, sur lequel nous reviendrons. Selon les orientations politiques et les priorités, les discours écologistes et économiques s’affrontent. Ces valeurs et ces positions divergentes participent à la problématisation de l’adaptation aux changements climatiques sur le Saint-Laurent et de la mise en tourisme du fleuve, contribuant à la domination de certains discours sur les problèmes et les solutions associés à ce territoire. Outre le pouvoir régalien que possède le gouvernement du Québec et, par délégation, les municipalités, des acteurs privés ou des associations peuvent influencer les décisions et la mise en place de projets, notamment grâce à leurs ressources financières, leurs connaissances, leurs savoir-faire ou leur influence politique, chacun à partir d’une représentation différente de l’espace-fleuve, parfois même conflictuelle.

37Selon les portions du fleuve, différentes représentations sont en effet priorisées. Tantôt l’accessibilité et sa navigabilité, tantôt la condition des ressources biologiques et l’état des rives. Les territoires riverains, très peuplés et très actifs économiquement, sont soumis à une pression anthropique beaucoup plus forte que ceux qui y sont moins exposés. Des acteurs possédant des ressources économiques importantes détiennent un fort pouvoir d’influence, notamment au niveau des grandes villes comme Montréal et Québec. Pour s’adapter à la diversité des intérêts et des usages, le MDDEP tente de mettre en place un mode de gouvernance contribuant à la convergence des acteurs intervenants dans et avec le fleuve à partir de la décentralisation de certaines responsabilités. À ce titre, dans le cadre du Plan Saint-Laurent 2011-2016, le ministère confie des mandats à des organismes locaux, généralement à des Comités zones d’interventions prioritaires (ZIP), mais aussi à la communauté métropolitaine de Québec, par exemple. Ces mandats visent la mise en place d’une gestion intégrée du Saint-Laurent, incluant les questions de développement touristiques et d’adaptation aux changements climatiques.

38Les différences de représentations issues des deux stratégies que nous avons présentées contribuent toutefois à complexifier la recherche de consensus entre les intervenants économiques et, par exemple, les associations de protection de l’environnement. De plus, il existe un fort déséquilibre entre les ressources financières et les sphères d’influence de ces acteurs. Par exemple, les entreprises de croisières possèdent l’avantage des moyens et l’influence politique associée au nombre d’emplois qu’elles créent. Toutefois, un des ressorts que peuvent tirer les structures associatives se situe dans leur capacité à mobiliser l’opinion publique et les médias. Les problématiques environnementales intéressent de plus en plus les citoyens et la crainte d’une réaction médiatique leur étant défavorable peut mener des acteurs économiques à poser des gestes en faveur de la pérennité des ressources naturelles.

39Dans ce contexte, l’espace relationnel exprimé dans le discours des différents acteurs va diverger : de la rationalité d’un espace favorisant les mouvements de marchandises pour les acteurs économiques à l’espace naturel avec une grande valeur intrinsèque pour les acteurs environnementaux. Les acteurs touristiques quant à eux vont intégrer à la fois les valeurs d’un espace naturel de qualité, qui est l’écrin de leurs produits et à la fois des valeurs de mobilité des personnes et des marchandises pour consolider leurs clientèles et l’accès aux intrants pour leurs entreprises. Ce sont ces trois représentations de l’espace relationnel qui s’affrontent dans l’exemple de mise en valeur du Saint-Laurent autour du port de Gros Cacouna au Bas-Saint-Laurent.

40Le choix de ce cas nous a semblé pertinent, car il met en lumière la difficile gestion des eaux du Saint-Laurent où les intérêts de différentes industries et organismes environnementaux s’opposent. La tentative d’implantation d’un port pétrolier, qui s’est soldée par un refus de cette installation en avril 2015, révèle également les représentations divergentes du Saint-Laurent. Ainsi, l’entreprise canadienne TransCanada à l’origine de ce projet envisage le fleuve comme un axe de transport et loue les effets bénéfiques de ce projet sur l’économie et l’emploi de la municipalité. L’objectif était de construire un terminal pétrolier pour l’exportation du brut albertain. Cet objectif rend secondaires les considérations environnementales et la lutte contre les changements climatiques. Des élus et citoyens de la ville de Cacouna se sont positionnés pour ce projet, dans l’espoir que s’accomplissent les prévisions positives de Transcanada. À l’inverse, groupes environnementalistes, croisiéristes et certains résidents envisagent le fleuve comme lieu, ressource et paysage à préserver. En effet, actuellement, le littoral entre Rivière-du-Loup et l’île Verte se trouve relativement épargné d’activités humaines aux forts impacts environnementaux. Lieu d’habitat, de villégiature et de tourisme, l’installation d’un port maritime pétrolier implique des risques et des impacts difficilement mesurables. Cet antagonisme oppose deux manières de concevoir l’espace Saint-Laurent et a provoqué un débat dans les sphères politiques et sociétales, qui s’est matérialisé par une importante couverture médiatique.

Le projet du terminal pétrolier de Gros Cacouna : de la divergence des représentations à l’affirmation d’oppositions

41Nous avons montré que la pluralité des représentations de l’espace, mais aussi l’inégalité des ressources et la divergence d’intérêts, pouvaient mener à des conflits entre les différents acteurs du Saint-Laurent et, éventuellement, mener à des alliances de circonstances. Au printemps 2014, le projet de construction d’un terminal pétrolier à Cacouna cristallise les dissensions qui touchent le développement du Saint-Laurent. Les objectifs et les intérêts des acteurs diffèrent de façon trop marquée pour éviter l’affrontement. Nous dirons que chaque groupe a tenté de faire valoir sa problématisation du développement du Saint-Laurent à partir de ses représentations.

42Le projet de TransCanada est de créer un terminal pétrolier sur le site du port de Gros Cacouna ainsi qu’une portion d’oléoduc. Ce projet situé dans une zone où l’augmentation de la force des tempêtes et du niveau de l’eau induit par les changements climatiques va perturber l’activité portuaire s’avère aussi fortement émetteur de gaz à effets de serre (GES). De plus, dans ce secteur du Saint-Laurent, les bélugas, mammifère emblématique du fleuve et en voie de disparition, se reproduisent. Le projet, par ces émissions de GES, peut accentuer les effets du changement climatique et avoir un impact majeur sur des espèces vulnérables, ce qui correspond à s’opposer au discours du gouvernement du Québec sur l’adaptation aux changements climatiques. Il est pertinent de rappeler que les intervenants touristiques du milieu louperivien ont essuyé un refus en 2008 à leurs demandes d’aménagement de ces mêmes installations portuaires de Gros Cacouna en port d’escale pour les croisières, ce qui aurait consacré les représentations touristiques de cet espace. Par conséquent, les représentations de TransCanada, du milieu touristique local et des organisations environnementales sont au centre de luttes qui témoignent de la complexité de la problématisation touchant l’exploitation du fleuve.

43Plusieurs associations écologistes, dont la fondation David Suzuki, se sont dressées contre le projet de l’entreprise pétrolière albertaine. Elles soulignent notamment la dangerosité des impacts de cette activité pour les populations de bélugas déjà fragilisées par les impacts des changements climatiques sur leur habitat. Pour le retarder, divers moyens ont été employés. Des manifestations très médiatisées ont permis d’influencer l’opinion publique pour la cause écologiste. Cela montre que les acteurs associés à la protection des ressources ont réussi non seulement à intéresser d’autres groupes à leur problématisation (le Saint-Laurent est un milieu de vie qu’il importe de préserver), mais ils ont aussi mobilisé l’opinion publique dans le sens de leur représentation. Les associations ont aussi mené une injonction pour arrêter le début des travaux. L’intérêt médiatique a permis de soulever le problème à l’Assemblée nationale, où l’opposition a demandé au gouvernement d’agir en vertu des lois de protection de l’environnement, obtenant ainsi la mobilisation d’une partie des acteurs politiques.

44La Stratégie du Saint-Laurent touristique place l’observation des mammifères marins comme un pôle de développement touristique fondamental du fleuve. Les municipalités environnantes qui dépendent du secteur ont exprimé leurs inquiétudes, insistant sur les 400 000 touristes qui visitent les régions de Charlevoix, de la Côte-Nord et du Bas-Saint-Laurent pour les croisières d’observation de mammifères marins, nourrissant ainsi la problématisation écologiste. Au niveau des entrepreneurs touristiques privés, la plus grande entreprise québécoise de ce secteur, croisières AML a communiqué qui exprimait son inquiétude face à ce projet. L’industrie est d’ores et déjà préoccupée de la baisse rapide des populations de mammifères marins. La perspective d’un risque supplémentaire va à l’encontre de leurs intérêts.

45Cet exemple soulève des interrogations quant à la position du gouvernement provincial, qui joue de prudence en ne prenant pas directement position. TransCanada avait assuré que la surveillance de ses activités serait très stricte et qu’elle n’aurait pas d’impact sur l’environnement des bélugas et s’engageait à prendre toutes les mesures nécessaires pour cela. Toutefois, le risque d’un accident pouvait avoir des répercussions désastreuses sur l’écosystème et donc sur l’industrie touristique de la région. On observe que, si le gouvernement détient le pouvoir de trancher, il est demeuré très prudent. Bien que le projet allait manifestement à l’encontre de ses stratégies de développement du tourisme ET d’adaptation aux changements climatiques, ni Tourisme Québec, ni le ministère du Développement durable de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC) n’ont pris position, malgré la pression des différents acteurs impliqués. Toutefois, le refus par le gouvernement d’investir, en 2008, dans la transformation des installations portuaires de Gros Cacouna pour en faire un port d’escale, confine cet espace portuaire à des usages industriels malgré les représentations environnementales sur lesquelles s’appuie la problématisation dominante.

46Cette situation est révélatrice de problématiques très complexes. L’attitude attentiste du gouvernement pouvait s’expliquer de plusieurs manières. Le projet entrait dans la ligne de développement du secteur énergétique canadien conduite par le gouvernement fédéral. De plus, la perspective d’emplois et d’implantations d’une grande entreprise pouvait séduire. Dans un référendum, les habitants de Cacouna s’étaient d’ailleurs prononcés en faveur, à 57 %, d’un projet de port méthanier en 2005, mais ce dernier avait finalement avorté. De fait, selon l’évolution des évènements, il semble que le gouvernement souhaitait que la négociation se fasse sans avoir à s’impliquer directement. Cette situation met en lumière la confrontation des représentations du gouvernement fédéral et des autorités locales. Deux niveaux qui influencent l’applicabilité de la stratégie d’adaptation aux changements climatiques du gouvernement du Québec et où les objectifs de développement touristique n’ont pas été pris en compte ni par les promoteurs du projet et ni par le gouvernement fédéral. Au final, une recommandation du Comité sur la situation des espèces en péril au Canada, qui recommande de reconnaître les bélugas comme une espèce en voie de disparition, met fin au projet en avril 2015.

47Le cas du projet de terminal pétrolier de TransCanada montre bien comment un même espace absolu devient l’enjeu de représentation et d’usages divergents. Le refus d’intégrer cet équipement portuaire au réseau de port d’escale du Saint-Laurent, d’en faire un des pôles du flux touristique des croisiéristes internationaux en procédant à des investissements de valeurs économiques et touristiques sous forme d’infrastructures a laissé la place à des représentations industrielles. Ces dernières visent à intégrer cet espace à l’intérieur du flux économique des produits pétroliers, et ce, en négation des discours de mise en valeurs touristiques et d’adaptation aux changements climatiques.

Conclusion

48L’espace, avec ses représentations et ses usages, résulte d’une production sociale traversée par un ensemble de discours portés par des acteurs en compétition pour l’obtention des ressources disponibles. Cette dynamique est au cœur même du processus de production de l’espace (Lefebvre, 1974) qui représente, segmente, catégorise et administre les différents espaces. C’est donc à partir d’une approche basée sur une conceptualisation tripartite de l’espace où ce dernier contient une dimension absolue, relative et relationnelle (Harvey, 2006) que nous avons analysé les représentations de l’espace de deux discours étatiques que sont la stratégie de mise en valeur du Saint-Laurent touristique et d’adaptation aux changements climatiques ainsi que la manière dont les acteurs « problématisent » l’adaptation aux changements climatiques dans les deux stratégies à l’étude, de façon à mieux comprendre les convergences et les divergences d’intérêts, les alliances et les oppositions.

49Le Saint-Laurent est un espace traversé par de multiples flux et où se superposent plusieurs représentations. Si les deux stratégies présentent le Saint-Laurent comme un espace économique traversé de flux de capitaux, de marchandise et de mobilités humaines, les représentations de l’espace relationnel sont très différentes. Alors que la stratégie de mise en valeur touristique construit une image du Saint-Laurent comme espace de rêves, de désirs et de loisirs structurés en pôles reliés par des circuits, la stratégie d’adaptation aux changements climatiques élabore une représentation du Saint-Laurent comme un espace en transformation qui va générer des risques pour les populations locales.

50La combinaison de ces deux discours laisse présager le renforcement des représentations de rêves et de désirs pour les espaces dont la fréquentation touristique va pouvoir justifier les investissements dans les mesures d’adaptation aux changements climatiques qui peuvent protéger ces représentations. Leur protection renforcera non seulement la vocation touristique, mais aussi la valeur foncière et marchande de ceux-ci. Les autres verront plutôt les représentations d’espace de risque s’accentuer, voir même se transformer en espace de danger, surtout si les valeurs économiques ne peuvent justifier les mesures d’adaptation nécessaires à leur (re)production comme espace touristique. Toutefois, comme nous le montre l’exemple du projet de terminal pétrolier du port de Gros Cacouna, d’autres acteurs, économiques et sociaux, peuvent transcender les discours étatiques en proposant une problématisation concurrente qui s’appuie sur d’autres représentations et usages de l’espace. Ces dernières, dans ce cas-ci des représentations industrielles, seront directement en conflit avec les représentations touristiques et climatiques portées par l’État et les acteurs locaux pour créer un espace de conflit où les acteurs s’affrontent pour faire valoir leurs intérêts.

51Le gouvernement a paradoxalement élaboré deux discours qui coexistent sans forcément s’influencer (surtout dans le sens de l’adaptation de la mise en tourisme aux changements climatiques), mais dont les représentations se conjuguent dans la (re)production de l’espace du Saint-Laurent. L’analyse de ces deux discours montre bien la complexité des représentations du Saint-Laurent qui sont à l’œuvre. Notre article montre aussi que de nombreux acteurs économiques et sociaux, tels que les sociétés pétrolières et les groupes environnementaux, ont leurs propres discours et représentations qui s’ajoutent à ceux de l’État, contribuant à la complexité des arbitrages qui guideront la mise en tourisme du Saint-Laurent et à l’adaptation aux changements climatiques de l’industrie touristique et des collectivités.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Akrich, M., M. Callon et B. Latour, 2006, Sociologie de la traduction. Textes fondateurs, Coll. « Sciences sociales », Paris, Presses des Mines, 304 p.

Berestovoy, P., 2007, L’importance des perceptions et des dynamiques locales dans l’adaptation aux effets des changements climatiques : le cas des Plaisancier des rapides de Lachine, mémoire de maitrise en sciences de l’environnement, sous la direction de Laurent Lepage, Montréal : Université du Québec à Montréal, 138p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Blondy, C., 2011, La croisière dans l’espace polynésien : jeux de lieux et d’acteurs, pratiques, aménagements et enjeux de développement, Études caribéennes, vol. 18, [En ligne] URL : http://etudescaribeennes.revues.org/5143
DOI : 10.4000/etudescaribeennes.5143

Callon, M., 1986, Éléments pour une sociologie de la traduction. La domestication des coquilles Saint-Jacques et des marins-pêcheurs dans la baie de Saint-Brieuc, L’Année sociologique, vol. 36, p. 169-208.

Chouinard, O., 2014, La transition de l’approche disciplinaire-sectorielle à l’approche interdisciplinaire-écosystémique-territorialisée, dans O. Chouinard, J. Batzan et J.-P. Vanderlinden. Zones côtières et changement climatique : Le défi de la gestion intégrée. Québec : PUQ. P. 13-30. 

Contenainerisation International, 2013, Top 100 Ports, Londres : Lloyd’s list, 104p.

Damien M. M., 2001, Le tourisme fluvial. Paris : Presses Universitaires de France, 128p.

Dehoorne, O. et Petit-Charles N., 2011, Tourisme de croisière et industrie de la croisière. Études caribéennes. 18, [En ligne] URL : http://etudescaribeennes.revues.org/5623

Deslauriers, J-P., 1991, Recherche qualitative : Guide pratique. Montréal : Chenelière/McGraw Hill. 142p.

Dewailly, J.-M. et É. Flament, 1993, Géographie du tourisme et des loisirs. Paris, SEDES. 287 p.

Edelman, M., 1991, Pièces et règles du jeu politique. Paris, Éditions du Seuil. 253 p.

Éons, P., 2013) L'adaptation au changement climatique : pour ouvrir la boîte noire. Québec : Presses de l'Université Laval. 123 p.

Gagnon, S., 2003, L'échiquier Touristique Québécois. Ste-Foy, Presses de l'Université Laval. 359 p.

Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), 2007, Bilan 2007 des changements climatiques. Contribution des Groupes de travail I, II et III au quatrième Rapport d’évaluation du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat [Équipe de rédaction principale, Pachauri, R.K. et Reisinger, A. (publié sous la direction de~)]. Genève : GIEC. 103 p.

Gingras, F. P., 2013, Sauvons le Saint-Laurent. L’impact désastreux des changements climatiques. Saint-Sauveur : Marcel Broquet Editeurs, 126p.

Jones, A. et M. Phillips, 2011, Introduction - Disappearing Destinations  : Current Issues, Challenges and Polemics, dans A. Jones & M. Phillips (Eds.), Disappearing Destinations  : Climate Change and Future Challenges for Coastal Tourism. pp. 1–9. Wallingsford : CABI international.

Harvey, D., 1990, The Condition of Post-Modernity. Oxford, Blackwell. 392 p.

Harvey, D., 1996, Justice, Nature and the Geography of Difference. Oxford, Blackwell. 468 p.

Harvey, D., 2006, Space as a keyword, dans Castree N. et D. Gregory. David Harvey : A Critical Reader . P. 270-293. Oxford, Blackwell.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Hazel, F., D. Dorion, J. Morisset et S. Pereira, 2006, La gestion intégrée de la zone côtière au Québec : un regard sur 10 ans de pratique », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement, vol. 7, no 3, décembre, [En ligne] URL : http://vertigo.revues.org/2505
DOI : 10.4000/vertigo.2505

Irwin, A., 2001, Sociology and the Environment : A Critical Introduction to Society, Nature, and Knowledge, Malden, Polity Press, 210p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Lefebvre, H., 1974, éd. 1986, La production de l'espace, Paris, Anthropos, 485 p.
DOI : 10.3406/homso.1974.1855

Lozato-Giotart, J.-P., 2003, Géographie du tourisme : de l'espace consommé à l'espace maîtrisé, Paris : Pearson education, 330 p.

Moscovici, S., 1984, The phenomenon of social representations, dans R. M. Farr and S. Moscovici (eds.), Social Representations, Cambridge : Cambridge University Press.

Ouranos, 2004, S'adapter aux changements climatiques. Québec, Consortium Ouranos, 83p.

Sabourin, P., 2003, L’analyse de contenu, dans B. Gauthier. Recherche sociale : de la problématique à la collecte des données, Québec : PUQ, pp. 357-386

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Shaw, J., R. B. Taylor, D. L. Forbes, M. H. Ruz et S. Solomon, 1998, Sensitivity of the coasts of Canada to sea-level rise. Ottawa : Geological Survey of Canada, 79p.
DOI : 10.4095/210075

Tourisme Québec, 2012, Plan de développement de l'industrie touristique2012-2020 : un itinéraire pour la croissance. Québec : Québec, 59 p.

Québec (Province), 2012, Stratégie gouvernementale d’adaptation aux changements climatiques 2013-2020 : Un effort collectif pour renforcer la résilience de la société québécoise, Québec : Québec. 52 p.

Québec (Province), 2014, Stratégie mise en valeurs du Saint-Laurent touristique 2014-2020 et plan d’action 2014-2017, Québec : Québec, 76 p.

Urry, J., 1995, Consuming Places. London, Routledge, 257 p.

Haut de page

Notes

1 La graphie (re)production est utilisée pour souligner que nous somme devant un phénomène de production de l’espace qui se répète de manière constante à travers les actions et discours des acteurs et non devant une reproduction qui serait une simple répétition de la production initiale.

2 Les comités ZIP sont acteur central dans la gestion intégrée du fleuve. Sur le site internet du Plan d’action Saint-Laurent 2011-2026, ces organismes à but non lucratif sont définis comme des « organismes locaux de concertation et d’action, dont le mandat est de regrouper les principaux usagers du Saint-Laurent d’un territoire et de favoriser leur concertation en vue de résoudre les problèmes locaux et régionaux touchant aux écosystèmes du Saint-Laurent et à leurs usages. » Le MDDECC donne à ces organismes un rôle important dans la planification et la mise en œuvre du plan de gestion intégrée du Saint-Laurent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominic Lapointe, Bruno Sarrasin et Alexis Guillemard, « Changements climatiques et mise en tourisme du fleuve St-Laurent au Québec », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 23 | novembre 2015, mis en ligne le 25 novembre 2015, consulté le 26 août 2016. URL : http://vertigo.revues.org/16575 ; DOI : 10.4000/vertigo.16575

Haut de page

Auteurs

Dominic Lapointe

Département d’études urbaines et touristiques, École des sciences de la gestion, Université du Québec à Montréal, CP 8888, succursale Centre-Ville, Montréal (Québec), H3C 3P8, Canada, courriel : lapointe.dominic@uqam.ca

Bruno Sarrasin

Département d’études urbaines et touristiques, École des sciences de la gestion, Université du Québec à Montréal, CP 8888, succursale Centre-Ville, Montréal (Québec), H3C 3P8, Canada, courriel : sarrasin.bruno@uqam.ca

Articles du même auteur

Alexis Guillemard

Département d’études urbaines et touristiques, École des sciences de la gestion, Université du Québec à Montréal, CP 8888, succursale Centre-Ville, Montréal (Québec), H3C 3P8, Canada, courriel : guillemard.alexis@courrier.uqam.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page