Navigation – Plan du site
2015

Écologie et urbanisme : comment les experts du vivant peuvent-ils contribuer à la conception du cadre urbain ?

Robin Chalot

Résumés

Depuis plus d'un demi-siècle, l'anxiété vis-à-vis de l'érosion de la biodiversité va croissante. Elle s'est traduite par des politiques publiques et des normes législatives visant à réduire l'impact de l'urbanisation. Elle s'accompagne d'une forte demande sociale pour la restauration d'une Nature en ville, exprimée à travers un éventail d'entreprises citoyennes redéfinissant l'espace urbain.

Les interrogations scientifiques sont encore nombreuses concernant la composition des écosystèmes urbains, leurs interactions avec les infrastructures artificielles et leur rôle au sein de la biosphère. Toutefois, de nombreux travaux démontrent des effets bénéfiques du vivant en milieu urbain, par exemple face au changement climatique. Des expériences pratiques tentent désormais de réconcilier ville et nature, mais leur bénéfice réel pour la biodiversité ne fait pas toujours consensus. En cause un manque de pertinence des solutions proposées vis-à-vis du fonctionnement des écosystèmes, qui s'explique notamment par l’absence de formation à l’écologie scientifique des professionnels en charge des projets. Cet article s'interroge sur les intérêts qu'auraient les professionnels de l'aménagement à inclure au sein de leurs structures des compétences en écologie. Une présence en interne de ces savoirs favoriserait une compréhension réciproque entre les disciplines, l'intégration efficace du vivant dans les projets d'urbanisme, et une prise en compte exhaustive des composantes du système urbain. Le traitement au cas par cas est un élément clé pour une démarche qualitative et adaptée aux enjeux modernes. Des formations croisées en écologie et urbanisme pourraient favoriser l'émergence de nouveaux métiers à l'interface de ces disciplines.

Haut de page

Notes de la rédaction

Pour réagir à ce texte, visitez le carnet de recherche de [VertigO] en cliquant ici : http://vertigo.hypotheses.org/2156

Texte intégral

Introduction

1La prise en compte du vivant dans la conception et la gestion du cadre urbain est aujourd'hui une obligation légale en France : l'article L121-1 du Code de l'Urbanisme assigne ainsi aux documents d'urbanisme un rôle de préservation des espaces naturels. La prise en compte du vivant dans l'aménagement du cadre de vie fait aussi l'objet d'une attente forte des usagers. Ce souhait est relayé par les élus et la référence à des critères de qualité environnementale s'est systématisée dans les appels d'offres (Souami, 2008).

2Pourtant l'écologie, « science des relations des organismes avec le monde environnant » (Haeckel, 1866) et des organismes entre eux, n'intervient bien souvent qu'à la marge de ces projets. Principalement invoquée pour des procédures dictées par la loi - état des lieux, études d'impact, évaluation environnementale - ses recommandations sont formulées indépendamment des objectifs fixés par les aménageurs ou leurs commanditaires et peinent à trouver un espace de compatibilité. Contraignantes pour les uns, insatisfaisantes pour les autres, les mesures prises dans ces conditions ne remplissent pas leur rôle de concilier les intérêts des humains et ceux des « non-humains » (Larrère, 2010).

3Des contre-exemples existent qui, par le biais d'une collaboration étroite entre urbanistes et écologues, produisent des formes urbaines répondant effectivement aux multiples enjeux du développement durable. Ces cas de coopération fructueuse témoignent du caractère réaliste de l'idée d'une intégration gagnant-gagnant du vivant en ville. Cet article visera à éclaircir les apports possibles de l'écologie pour la pratique de l'urbanisme, dans l'intention de minimiser son impact sur l'environnement. L'espace urbain étant conçu, en premier lieu, au service des humains, le « vivant » sera entendu dans le cadre de ce texte comme l'ensemble des organismes non-humains, en incluant ceux transformés par l'Homme. Ce choix de langage vise seulement à assurer la clarté du propos, mais ne constitue en rien un positionnement éthique excluant l'humain de la biosphère.

Une collaboration approfondie : condition essentielle pour dépasser les difficultés du travail interdisciplinaire

4L'écologie et l'urbanisme abordent la place du vivant en ville selon des approches différentes : c'est là un premier frein à la bonne interprétation de l'un par l'autre. Les écologues, lorsqu'ils s'intéressent à la « ville », y voient avant tout un milieu au sein duquel se déroule un ensemble de phénomènes physiques, chimiques et biologiques. Ce milieu est caractérisé par les contraintes qu'il impose à l'objet d'étude, le « vivant » ; contraintes qui sont supposées entièrement décrites dans les hypothèses de départ de chaque étude (Souami, 2008). Sous le regard de l'urbaniste, c'est au contraire la « ville » qui devient le centre d'attention, sous la forme d'un système de relations socio-économiques propres à modifier l'organisation du territoire, tant en termes matériels (le bâti) que fonctionnels (mobilités, logement, services...). Le « vivant » fera quant à lui plus souvent partie des conditions externes, résumé à quelques aspects dont les effets sur les phénomènes urbains sont connus : emprise des espaces plantés, qualités esthétiques, contraintes de gestion, risque de dégradation des infrastructures, conflits homme-animal, etc. (Blanc, 1998).

5Dans un cas comme dans l'autre, seul l'objet d'étude propre à la discipline est réellement perçu dans sa diversité. Dès lors, quand il s'agit d'intégrer à l'aménagement urbain la préservation ou la restauration de la biodiversité, chacune de ces approches risque de réduire la composante qu'elle connaît le moins au seul jeu de contraintes qu'elle a l'habitude de prendre en considération. Or il est nécessaire de croiser une connaissance pointue des deux systèmes, urbain et écologique, pour comprendre toute la complexité de leurs interactions (Niemelä, 1999).

6Une difficulté réside plus généralement dans l'usage des termes et les significations qu'ils portent. Le vocabulaire technique peut évidemment être source d'incompréhension : il n'est pas aisé de réaliser qu'une expression que l'on emploie au quotidien dans un contexte professionnel est peu ou mal connue des autres disciplines. Certains termes très englobants, comme « environnement », sont parfois réduits à une partie seulement de leurs composantes (l'énergie, la gestion de l'eau, les déchets...), alors qu'ils devraient être traités de manière intégrée (Godard, 1992 ; Barra et al., 2014). Le vocabulaire courant est lui-même polysémique et la définition donnée à un terme dépend bien souvent de présupposés propres à une discipline. On pensera notamment aux questions d'échelle : le « local » correspond-il à une division administrative ou à l'environnement immédiat de l'écosystème étudié ? Le « long terme » se compte-t-il en générations humaines ou au rythme des grandes extinctions biologiques ?

7Si les travaux de l'écologue et de l'urbaniste se font indépendamment l'un de l'autre, les hypothèses implicites sur la signification des mots ne permettront pas de synthèse commune. En revanche, les avis de l'écologue seront d'autant plus pertinents s'il a été étroitement associé au projet et qu'il en discerne les objectifs et les contraintes. L'urbaniste, quant à lui, pourra demander des précisions sur la façon d'interpréter ces recommandations, pour mieux les intégrer à sa propre réflexion.

L'approche écologique, source d'innovation

8La modicité des interrogations sur lesquelles l'écologue est interpellé limite la prise en compte du vivant dans la conception du milieu urbain. S'il n'est pas intégré à l'équipe en charge du projet, son expertise n'intervient que ponctuellement : état des lieux initial, évaluation des impacts, valorisation des espaces libres. Ces sollicitations sont soumises à l'idée que se fait l'aménageur des interactions du projet avec les écosystèmes : une vision souvent réductrice, tournée essentiellement vers les « espaces verts » (Sandström et al., 2006). L'agenda de ce partenariat est également crucial : lorsque la question de l'intégration du vivant se pose trop tardivement, les recommandations formulées n'interviennent qu'à la marge des décisions déjà arrêtées.

9La présence plus soutenue d'un écologue au cours de l'élaboration peut lui permettre de révéler d'autres moyens de favoriser la biodiversité dans l'agencement des infrastructures, la forme des bâtiments ou encore le choix des matériaux. Parmi les critères de choix encore peu considérés dans les aménagements contemporains : les habitats naturels offerts par certains bâtiments (aspérités permettant l'installation de la flore, cavités et reliefs des façades servant de support pour la nidification) ; les risques et les nuisances pour la faune (collisions contre les baies vitrées, pollution lumineuse) ; les palettes végétales moins exigeantes en termes d'entretien.

10Par ailleurs l'écologie, comme toutes les sciences, comporte un certain degré d'incertitude et ses connaissances évoluent continuellement. La pertinence des outils d'aide à la décision est limitée au contexte dans lequel ils ont été conçus (Laïlle et al., 2013). Ainsi, Alexandre Henry (2011) insiste sur l'impossibilité de proposer des indicateurs universellement valables, en raison de l'extrême diversité des écosystèmes. Par ailleurs, les recommandations générales formulées actuellement seront à l'avenir précisées, complétées, ou réfutées par de prochaines études. Aussi, la collaboration avec des écologues est nécessaire pour assurer une veille scientifique et porter un regard critique sur les critères de choix actuels : les pondérer, les compléter et surtout innover selon chaque contexte, au bénéfice des écosystèmes vivants urbains (Borgström et al., 2006).

Remettre en question les habitudes et développer les alternatives

11L'intégration pleine et entière du vivant dans la conception des villes ne peut se faire sans reconnaître que la majeure partie des services rendus par un écosystème est encore peu connue et indiscernable. Au-delà des principaux services identifiés et attribués à telle ou telle association d'espèces, il existe une multitude d'autres fonctions qui jouent communément un rôle indispensable de support pour l’écosystème dans son ensemble : habitats naturels, chaîne alimentaire, régulations hydrique et chimique, microclimat... (Rankovic et al., 2012) Par ailleurs, les fonctions écologiques sont liées entre elles selon des ramifications complexes, qui permettent des synergies et des co-bénéfices à valoriser. À noter également l'importance des redondances pour le fonctionnement et la résilience des écosystèmes : une même fonction est remplie par différentes espèces, permettant son maintien malgré les perturbations.

12Les sols fournissent une illustration très parlante de ces fonctions et services ignorés. Longtemps délaissés par la recherche en écologie, ils sont désormais reconnus comme ayant une place cruciale dans le « bon » fonctionnement des écosystèmes (Turbé et al., 2010 ; Wardle, 2002). L'imperméabilisation au travers de l'urbanisation est à l'origine de désagréments considérables et persistants, tant sur le plan environnemental que fonctionnel. Certains sont déjà bien identifiés : perte de la capacité à absorber et restituer les surplus d'eau (avec des impacts à la fois sur le risque d'inondation et celui de sécheresse), lessivage de produits polluants et leur concentration dans le milieu naturel, dégradation à long terme des qualités du sol, destruction des habitats naturels souterrains ou de surface... (Downing Day et Dickinson, 2008).

13La connaissance de ces dommages, et plus encore l'existence probable de plusieurs autres, devrait inciter à davantage de précautions vis-à-vis d'aménagements peu ou pas réversibles. Aborder les projets sous l'angle de l'écologie permet d'identifier plus rapidement ces risques et d'imaginer de façon plus systématique les alternatives possibles.

Changer le regard : le vivant comme composante urbaine à part entière

14Les services écosystémiques, définis par le Millenium Ecosystems Assessment comme les bénéfices que les humains retirent des écosystèmes, font l'objet de nombreux inventaires (Henry, 2011 ; Laïlle et al., 2013). Pour autant, rares sont les projets urbanistiques qui font figurer dans leurs objectifs une intention claire de profiter de ces avantages (Obrist et al., 2012). Les intérêts identifiés pour eux-mêmes se limitent généralement aux usages esthétiques, récréatifs, de santé et de bien-être. Ces services ne considèrent qu'une faible portion de la biodiversité, les végétaux, et sont difficiles à corréler à des critères de qualité écologique.

15Si d'autres services sont également évoqués (gestion de l'eau, lutte contre l'effet d'îlot de chaleur urbain, filtration de l'air, épuration des sols...), ils ne sont souvent présentés que comme un moyen de valoriser après coup la « perte » d'une parcelle de terrain au profit d'usages dévalorisés (Emelianoff, 2004). Ce genre d'approche est loin d'optimiser les services octroyés par les écosystèmes urbains, tant en termes de disposition spatiale que de composition.

16Inverser le regard porté sur le vivant en ville et partir du postulat qu'il peut constituer un objet d'aménagement à part entière fourniraient sans doute un terreau fertile à l'émergence de nouveaux usages (Bekessy et al., 2012)⁠. Cela inciterait à étudier de plus près les grands oubliés des services écosystémiques urbains que sont les animaux, pourtant utiles à bien des égards. Ils participent par exemple à la gestion des bio-déchets, que leur action soit supervisée par des humains (poules, pâturage urbain, compostage), ou entièrement spontanée (invertébrés).

Un discours scientifique permettant de mieux justifier les choix de conception écologique

17Malgré un intérêt grandissant des maîtres d’œuvre pour la prise en compte de l'environnement dans les aménagements urbains, les incertitudes scientifiques qui enveloppent ce thème sont source d'une certaine méfiance. Souami (2008) parle ainsi de l'urbanisme durable comme d'un « domaine en cours de formation », n'ayant pas encore formulé de critères objectifs pour estimer la qualité et la pertinence des études censées l'évaluer. Les demandes de contre-expertise sont donc fréquentes de la part des commanditaires.

18Le public est également demandeur d'éclaircissements concernant certains choix de conception ou d'entretien. La gestion écologique de l'espace urbain occasionne des formes de végétation foisonnantes, parfois perçues comme favorisant un cadre de vie « négligé » (Aggeri, 2004). Des installations favorables au vivant, comme l'aménagement de milieux humides, suscitent aussi des inquiétudes plus ou moins fondées (prolifération des moustiques, mauvaises odeurs, danger pour les enfants...).

19Une connaissance fine du sujet est nécessaire pour démontrer aux maîtres d’œuvre et aux habitants les bienfaits d'aménagements compatibles avec le fonctionnement des écosystèmes et les sensibiliser au caractère primordial de ces services pour les sociétés humaines (Cormier, 2011 ; Obrist et al., 2012).

Conclusion

20La prise en compte du vivant étant désormais inscrite dans la loi et largement supportée (même de façon vague) par l'opinion publique, une collaboration fine entre écologues et urbanistes est indispensable pour faciliter leur compréhension réciproque, métisser efficacement leurs approches et amender leur discours vers l'extérieur. La mobilisation de ces compétences dès le début du projet et tout au long de son élaboration peut permettre de mobiliser plus activement les bienfaits des écosystèmes pour le fonctionnement urbain, et ainsi dépasser le simple verdissement.

21Une telle transformation des professions de l'urbanisme et de leurs pratiques sera sans doute difficile sans une évolution des institutions, encore très sectorisées, du système légal et des politiques et aides publiques. De même, une acculturation au sein des formations, d'écologie comme d'urbanisme, serait grandement profitable au rapprochement de ces disciplines. Des offres de spécialisation commencent à apparaître, qui proposent une sensibilisation à la question du vivant en ville, mais les instituts de formation auraient tout intérêt à développer des partenariats plus approfondis. Des passerelles entre parcours ou des cursus mixtes permettraient aux futurs professionnels de développer une ouverture d'esprit et une prise de recul vis-à-vis de leurs propres savoirs.

Remerciements

22Je tiens à remercier tout particulièrement Marc Barra (chargé de mission Économie et biodiversité à Natureparif) pour son soutien dans l'écriture de cet article. Merci également à Jonathan Flandin (Chargé de mission Écologie urbaine à Natureparif), Gilles Lecuir (chef de pôle Forum des acteurs à Natureparif), Nicolas Cornet (Chargé d’Études à l'IAU) et Francis Chalot (Consultant formateur en gestion durable des déchets), pour leur relecture et leurs suggestions avisées. Je remercie enfin Quentin Guignard, Pierre-Antoine Thévenin et Alice Delude pour leurs coups de pouce éclairés.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Aggeri, G., 2004, La nature sauvage et champêtre dans les villes : Origine et construction de la gestion différenciée des espaces verts publics et urbains. Le cas de la ville de Montpellier (thèse), École Nationale du Génie Rural, des Eaux et des Forêts, 323 p.

Arrif, T., N. Blanc et P. Clergeau, 2011, Trame verte urbaine, un rapport Nature – Urbain entre géographie et écologie, Cybergeo : European Journal of Geography, Environnement, Nature, Paysage, document 574, [En ligne] URL : http://cybergeo.revues.org/24862, consulté le 16 août 2014.

Barra, M., L. Hutinet et G. Lecuir, 2014, Économie et biodiversité : Produire et consommer dans les limites de la biosphère, Paris, Victoires, 270 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bekessy, S. A., M. White, A. Gordon, A. Moilanen, M. A. Mccarthy et B. A. Wintle, 2012, Transparent planning for biodiversity and development in the urban fringe, Landscape and Urban Planning, 108, 2-4, pp. 140–149.
DOI : 10.1016/j.landurbplan.2012.09.001

Blanc, N., 1998, 1925-1990 : l’écologie urbaine et le rapport ville-nature, Espace Géographique, 27, 4, pp. 289–299.

Borgström, S. T., T. Elmqvist, P. Angelstam et C. Alfsen-Norodom, 2006, Scale Mismatches in Management of Urban Landscapes, Ecology and Society, 11, 2, 16 [En ligne] URL : http://www.ecologyandsociety.org/vol11/iss2/art16/, consulté le 18 août 2014.

Cormier, L., 2011, Les trames vertes : entre discours et matérialités, quelles réalités  ? (thèse), Université d’Angers - Agrocamus Ouest, 386 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Dauphiné, A. et D. Provitolo, 2007, La résilience : un concept pour la gestion des risques, Annales de Géographie, 654, pp. 115–125.
DOI : 10.3917/ag.654.0115

Downing Day, S. et S. B. Dickinson (Eds.), 2008, Managing Stormwater for Urban Sustainability using Trees and Structural Soils, Blacksburg.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Emelianoff, C., 2004, L’urbanisme durable en Europe : à quel prix  ?, Écologie & Politique, 29, 2, pp. 21-36.
DOI : 10.3917/ecopo.029.0021

Godard, O., 1992, L’environnement, une polysémie sous-exploitée, Sciences de la nature, sciences de la société : Les passeurs de frontières, CNRS Éditions, pp. 337–345.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Grimm, N. B., S. H. Faeth, N. E. Golubiewski, C. L. Redman, J. Wu, X. Bai et J. M. Briggs, 2008, Global change and the ecology of cities, Science, 319, 5864, pp. 756–60.
DOI : 10.1126/science.1150195

Haeckel, E., 1866, Generelle Morphologie der Organisme, G. Reimer, Berlin, 615 p.

Henry, A., 2011, Quels indicateurs pour évaluer la biodiversité en ville  ?, Chaire Paristech Éco-conception des ensembles bâtis et des infrastructures.

Henry, A., J.-R. Estrade et N. Frascaria-Lacoste, 2012, The eco-district concept : effective for promoting urban biodiversity ?, 30 p., dans Henry A., Aménagement des Éco-quartiers et de la Biodiversité (thèse), AgroParisTech, pp. 27-56.

Laïlle, P., D. Provendier et F. Colson, 2013, Les bienfaits du végétal en ville – Synthèse des travaux scientifiques et méthode d’analyse, Plante & Cité, [En ligne] URL : http://www.plante-et-cite.fr/data/pdf_fiches/experimentation/2013_07_EX_ bienfaitsduvegetal.pdf, consulté le 24 août 2014.

Larrère, C., 2010, Du bon usage de la Nature - Entretien avec Catherine Larrère, Wildproject, [En ligne] URL : http://www.wildproject.org/journal/7-bon-usage, consulté le 16 août 2014.

Madeline, A., S. Flon, S. Jannin, P. Moulinié, P. Mérat, L. Boiteux et C. Lacoste, 2014, Les cahiers de la construction durable en Bourgogne - Construction durable et le vivant, Bourgogne Bâtiment Durable, [En ligne] URL : http://www.bourgogne-batiment-durable.fr/fileadmin/user_upload/mediatheque/fichiers_telechargeables/Cahiers/Cahiers_de_BBD_-_N5_-_Construction_durable_et_le_vivant.pdf, consulté le 19 août 2014.

Niemelä, J., 1999, Ecology and urban planning, Biodiversity & Conservation, 8, 1, pp. 119–131.

Obrist M. K., T. Sattler, R. Home, S. Gloor, F. Bontadina, M. Nobis, M., S. Braaker, P. Duelli, N. Bauer, P. Della Bruna, M. Hunziker et M. Moretti, 2012, La biodiversité en ville – pour l’être humain et la nature, Notice Pour Le Praticien, 48, Septembre, 12 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Rankovic A., C. Pacteau et L. Abbadie, 2012, Services écosystémiques et adaptation urbaine interscalaire au changement climatique : un essai d’articulation, 35 p., dans : Adaptation aux changements climatiques et trames vertes : quels enjeux pour la ville  ?, M. Ghezali et A. Michelot, VertigO, Montréal, pp. 29–63.
DOI : 10.4000/vertigo.11851

Sampaolesi, B., 2013, Espaces urbains, de la nature comme hétérotopie à la nature comme technologie  ?, Séminaire “Nature Urbaine en Projets” - Maison de l’Architecture – 07/02/2013, Paris.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Sandström, U. G., P. Angelstam et A. Khakee, 2006, Urban comprehensive planning – identifying barriers for the maintenance of functional habitat networks, Landscape and Urban Planning, 75, 1-2, pp. 43–57.
DOI : 10.1016/j.landurbplan.2004.11.016

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Schäffler, A. et M. Swilling, 2013, Valuing green infrastructure in an urban environment under pressure — The Johannesburg case, Ecological Economics, 86, pp. 246–257.
DOI : 10.1016/j.ecolecon.2012.05.008

Souami, T., 2008, Le développement durable change-t-il le monde des urbanistes  ?, Les Annales de La Recherche Urbaine, 104, pp. 19–27.

Soubeyran, O. et V. Berdoulay, 2002, L’écologie urbaine et l'urbanisme : Aux fondements des enjeux actuels, La Découverte, Paris, 272 p.

Turbé, A., A. De Toni, P. Benito, P. Lavelle, P., Lavelle, N. Ruiz, W. H. Van der Putten, E. Labouze et S. Mudgal, 2010, Soil biodiversity : functions, threats and tools for policy makers, Bio Intelligence Service, IRD, and NIOO, Report for European Commission (DG Environment), 254 p.

Wardle, D. A., 2002, Communities and ecosystems : linking the aboveground and belowground components, Princeton University Press, Princeton, 408 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Robin Chalot, « Écologie et urbanisme : comment les experts du vivant peuvent-ils contribuer à la conception du cadre urbain ? », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Débats et Perspectives, mis en ligne le 18 novembre 2015, consulté le 30 juillet 2016. URL : http://vertigo.revues.org/16561 ; DOI : 10.4000/vertigo.16561

Haut de page

Auteur

Robin Chalot

Ingénieur écologue, urbaniste 91, grande rue 91510 Janville Sur Juine, France, courriel : robin.chalot@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page