Navigation – Plan du site
Enjeux

Regard écologique sur le recul stratégique : atouts et risques pour la diversité végétale péri-urbaine marseillaise

Laurence Affre, Pierre-Jean Dumas, Estelle Dumas, Isabelle Laffont-Schwob et Thierry Tatoni

Résumés

Les notions de vulnérabilité de la diversité végétale sont re-contextualisées vis-à-vis des changements globaux. Le cadre de l’étude se situe sur un territoire d’exception, le littoral rocheux péri-urbain de Marseille (inclus dans le Parc national des Calanques) où se développent des formations végétales remarquables et menacées, nommées les phryganes littorales. La destruction et/ou la dégradation anthropiques des habitats ont engendré une répartition extrêmement restreinte et fragmentée de leurs populations associée à une forte régression démographique locale (quasi-absence du recrutement, faible succès reproducteur, fortes nécroses individuelles du fait des embruns salés/pollués et importante compétition inter- spécifique des plantes co-occurrentes). Face à la vulnérabilité historique et actuelle des phryganes littorales, les questionnements sur les impacts d’une élévation potentielle du niveau de la mer et d’une bande littorale rocheuse déconstruite ou désurbanisée sont abordés avec le regard des écologues, rarement entendu dans les débats concernant le recul stratégique. Les éléments de réponse proposés suggèrent des mesures de gestion in situ et ex situ, mais surtout font émerger de nouvelles questions sur les relations de réciprocité entre système « urbain » et écosystème « naturel » basées sur une nouvelle notion du « vivre ensemble » en vue d’aménagements efficaces du territoire. Ceci permet de rappeler qu’il est crucial de conjuguer les facteurs écologiques, sociaux et économiques pour façonner un dialogue sociétal autour des enjeux de la biodiversité et mettre en œuvre des actions concrètes de préservation des milieux.

Haut de page

Texte intégral

Le littoral, un territoire d’exception

1Le littoral, confluence humaine caractérisée par une variété de paysages et d’usages, est actuellement mentionné comme un espace de transition entre la mer et la terre dont les délimitations varient grandement, ce qui engendre des divergences dans les définitions (Merckelbagh, 2009). Le géomorphologue privilégie l’aspect du mouvement de la côte, la géographie humaine s’intéresse aux usages. Pour le physicien, le vent et les marées forment une succession d’algorithmes déformés à l’approche de la terre. L’écologue attire l’attention sur son exceptionnelle biodiversité et les dangers des nuisances qui convergent vers lui. L’économiste examine les échanges avec le reste du monde qui proviennent du littoral et y aboutissent. Le juriste peut y exercer toute son expertise, car toutes les formes du droit s’y appliquent. Toutes ces définitions n’excluent pas de prendre en compte les composantes écologiques, économiques et sociétales pour arbitrer entre les différents intérêts privés et gérer l’intérêt public (Merckelbagh, 2009). Dans tous les cas, le littoral représente en France une zone complexe car elle est sous forte emprise humaine, de surface relativement restreinte par rapport au territoire national, mais aussi très riche écologiquement (Benoît et Comeau, 2005).

2Occupé et rare, le littoral français connaît d’une part, une densité de population humaine élevée qui est 2,5 supérieures à la densité nationale et, d’autre part, une forte pression d’urbanisation, sous forme de constructions de logements (2,5 fois plus élevée dans les communes littorales) et d’artificialisation des sols (3 fois plus forte dans les communes littorales) (Merckelbagh, 2009). Cette ‘littoralisation’ (tendance à la concentration de la population humaine et de ses activités le long d'une bande côtière de 50 à 100 km de large à l’intérieur des terres et allant jusqu'à 12 miles en mer territoriale) engendre une destruction et une fragmentation accélérées des milieux littoraux au détriment des terres agricoles et des espaces naturels tels que prairie, forêt, garrigue, maquis, lande, plage, marais, tourbière, estuaire (Commissariat général au développement durable, 2011). Rare et riche, ce territoire connaît de nombreux habitats naturels côtiers d’intérêt communautaire, dont 43 en Méditerranée, et des niveaux de protection généralement plus élevés que la moyenne nationale. Près d’un quart des espèces listées dans le livre rouge de la flore menacée en France est présent sur les communes littorales (Commissariat général au développement durable, 2011). Riche et fragile, le littoral est soumis à de nombreuses menaces telles que l’urbanisation, les espèces invasives et les pollutions d’origine anthropique. Les concentrations des contaminants sont variables sur le trait de côte en fonction de leur origine (agriculture, industrie, anciennes carrières, tissu urbain…) et de leur comportement dans l’environnement. Les rejets les plus importants sont localisés dans les zones industrielles portuaires (incluant les Bouches-du-Rhône) et proviennent principalement de la chimie, de la parachimie et du pétrole (Merckelbagh, 2009). Le littoral connaît aussi plusieurs aléas tels que la submersion marine et l’érosion côtière, impliquant la mise en place d’un nombre plus élevé de plans de prévention des risques naturels, surtout sur le pourtour méditerranéen. Le littoral concentre donc de nombreux enjeux environnementaux, socio-économiques et politiques. Notre approche se focalisera sur le littoral rocheux dans la zone péri-urbaine de Marseille.

Particularités du littoral péri-urbain marseillais

3Dans le cadre de ces enjeux environnementaux, socio-économiques et politiques, les espaces naturels du littoral rocheux péri-urbain de l’agglomération marseillaise représentent un modèle paradoxal : (i) ils sont reconnus rares et remarquables (Zones naturelles d’intérêt écologique, faunistique et floristique, sites Natura 2000, sites du Conservatoire du littoral, Réserve naturelle nationale de l’archipel de Riou inclus dans le Parc national des Calanques), (ii) ils sont caractérisés par une typicité des stress abiotiques (vents violents jusqu’à 120 km/h, salinité et xéricité extrêmes, sols peu profonds) et (iii) ils sont soumis à une pression anthropique forte en étant insérés dans un tissu urbain de près de 1,5 million d'habitants dont l'ensemble des eaux usées est traité par la station d'épuration de Marseille. Ainsi, les rejets de cette station d'épuration, des eaux pluviales et des eaux non traitées des fleuves Jarret et Huveaune aux émissaires de Cortiou occasionnent un apport non négligeable de pollutions malgré les récentes améliorations dans le traitement des eaux usées (Syakti et al., 2012; Robert-Peillard, 2013; Oursel et al., 2014). Ces rejets entraînent ainsi un accroissement de la pollution des eaux, des embruns et des sols. Aux polluants organiques, s’ajoutent les effets des polluants inorganiques (éléments traces métalliques) présents dans le sol suite à certaines activités industrielles aujourd’hui disparues. Depuis 1800, se sont en effet succédées sur le littoral péri-marseillais différentes activités industrielles (production d’acide tartrique, fabrique de soude chimique, manufacture de glace, carrière, fours à chaux, usine de traitement du plomb argentifère, usine de soude chimique, raffinerie de soufre, usine d’acide sulfurique et de soude chimique). Le site de l’Escalette a accueilli, de 1851 à 1925, une fonderie de plomb argentifère, à l’abandon depuis environ 90 ans, et se trouve aujourd’hui être une zone très polluée. Les dépôts de scories présents sur le site font de cette friche industrielle une source de pollution par des métaux et métalloïdes principalement Pb, As, Zn, Cu, Sb (Testiati et al., 2013). Depuis le port de la Madrague jusqu’à la calanque de Callelongue, des concentrations de plomb et d’arsenic ont été relevées dans les sédiments marins pouvant atteindre respectivement 1189 et 648 mg/kg de sédiment sec (Lasalle, 2007). Ces multiples pollutions engendrent des risques environnementaux et sanitaires, ainsi que des coûts économiques importants pour la restauration des sites.

Vulnérabilité écologique des phryganes sur le littoral péri-urbain marseillais

4Face aux enjeux environnementaux, socio-économiques et politiques concentrés sur le littoral, que représente la vulnérabilité écologique? La vulnérabilité écologique est définie comme la vraisemblance (ou l'imminence) d'une perte de biodiversité du fait d'une menace précise (Wilson et al., 2005), selon trois dimensions : (i) l’exposition c’est-à-dire la probabilité de présence d’un facteur de risque, d’origine écologique ou anthropique, susceptible d’altérer un milieu et/ou la durée requise par un facteur de risque pour altérer ce dernier, (ii) l’intensité qui inclut des mesures d’amplitude, de fréquence et de durée et (iii) l’impact ou les effets d’un facteur de risque sur les communautés et/ou espèces. La vulnérabilité écologique est donc l'expression d'un risque environnemental conditionnant la biodiversité d'une zone, et doit être utilisée en tant que critère d'aide à la décision en matière d'actions de conservation. Communément, la vulnérabilité est associée à la notion de catastrophe, résultat d’un processus complexe né de l’interaction entre un système social et son environnement naturel (Barrows, 1923). Ainsi, parce que ces deux dynamiques, humaine et naturelle sont interdépendantes, seule l’étude de leurs interactions permettra de mettre en œuvre des mesures qui réduiront efficacement le risque associé à une catastrophe. Dans la perspective de développement durable, cela impose de réfléchir aux adaptations à entreprendre dans nos sociétés et à l’évolution des écosystèmes « naturels », pour ne pas engendrer des situations irréversibles pour les générations présentes et futures. Notre connaissance du risque et de la vulnérabilité dépend donc de la connaissance des évolutions de ces écosystèmes dans le temps et introduit implicitement la notion de résilience. En écologie, le concept de résilience des écosystèmes est apparu dans les années 70 et a été longuement étudié (Holling, 1973). La résilience écologique concerne la capacité d'un écosystème à adapter son fonctionnement après avoir subi une perturbation, c’est-à-dire à surmonter un événement ponctuel changeant par le jeu d’adaptations. La résilience n’indique pas de retour à un état « d’équilibre » ou « initial » du système, simplement sa capacité à intégrer ces changements dans sa dynamique sans entraîner son érosion (Holling, 1973). Réduire le risque nécessite donc d’aborder la question de la vulnérabilité selon une approche transversale/interdisciplinaire et systémique.

5Sur le littoral rocheux péri-marseillais, les phryganes, formation végétale thermo-xérophile ouest-méditerranéenne en coussinets épineux (Astragalo-plantaginetum subulatae ; Molinier, 1934; Habitat Natura 2000; code Corine Européen H5410), représentent un exemple typique de vulnérabilité écologique face à différentes pressions environnementales et anthropiques. Trois plantes rares et protégées, caractéristiques des phryganes littorales, Astragalus tragacantha (Fabaceae), Plantago subulata (Plantaginaceae) et Thymelaea tartonraira (Thymeleaceae), (Figure 1) présentent une répartition très restreinte et morcelée (Cahiers d’habitats Natura 2000 et 2005) le long du cordon littoral péri-urbain (Figure 2). Par exemple, l’effectif national d’Astragalus tragacantha (95 % de l’effectif mondial) est localisé sur le cordon littoral du Parc national des Calanques (il n’existe que deux autres populations à l’échelle mondiale, l’une sur le littoral du Parc national de Cap Creus en Espagne et l’autre dans le sud-ouest du Portugal) en totalisant seulement 6 600 individus.

Figure 1. Photographies (de gauche à droite) d’Astragalus tragacantha, de Plantago subulata et de Thymelaea tartonraira / Photographs (left to right) of Astragalus tragacantha, Plantago subulata and Thymelaea tartonraira

Figure 1. Photographies (de gauche à droite) d’Astragalus tragacantha, de Plantago subulata et de Thymelaea tartonraira / Photographs (left to right) of Astragalus tragacantha, Plantago subulata and Thymelaea tartonraira

Crédit: P-J. Dumas

Figure 2. Schéma de la répartition d’Astragalus tragacantha (en rouge), de Plantago subulata (en orange) et de Thymelaea tartonraira (en vert) sur le littoral péri-urbain marseillais / Distribution of Astragalus tragacantha (red), Plantago subulata (orange) and Thymelaea tartonraira (green) on the suburban coast of Marseille.

Figure 2. Schéma de la répartition d’Astragalus tragacantha (en rouge), de Plantago subulata (en orange) et de Thymelaea tartonraira (en vert) sur le littoral péri-urbain marseillais / Distribution of Astragalus tragacantha (red), Plantago subulata (orange) and Thymelaea tartonraira (green) on the suburban coast of Marseille.

Crédit : P-J. Dumas

6Diverses études in natura de la dynamique de leurs populations mettent à jour des signaux préoccupants de régression démographique (Amm et al., 2005) qui se traduit par (i) un succès reproducteur modéré, (ii) un taux de recrutement faible voire l’absence de régénération et (iii) une augmentation des nécroses individuelles associée à une forte mortalité des individus adultes (Figure 3). Ainsi, les dynamiques populationnelles évaluées sur trois ans régressent (taux de croissance inférieur à 1), particulièrement chez Astragalus tragacantha et Plantago subulata.

Figure 3. Photographies de branchages nécrosés chez Astragalus tragacantha (à gauche) et Thymelaea tartonraira droite) / Photographs of necrotic branches in Astragalus tragacantha (left) and Thymelaea tartonraira (right).

Figure 3. Photographies de branchages nécrosés chez Astragalus tragacantha (à gauche) et Thymelaea tartonraira (à droite) / Photographs of necrotic branches in Astragalus tragacantha (left) and Thymelaea tartonraira (right).

Crédit : P-J. Dumas

7Les réponses des phryganes aux perturbations varient en fonction des types et formes de pollutions. Ainsi, les nécroses individuelles et la mortalité des individus sont fortement liées au stress hydrique et à l’action des embruns salés et pollués pour lesquels les rejets de polluants urbains présentent un effet aggravant. Les polluants organiques contiennent des hydrocarbures rejetés par le trafic maritime et les industries pétrolières ainsi que des tensioactifs anioniques issus des détergents apportés par les eaux usées des agglomérations qui, pour les premiers, dissolvent les cires épidermiques de la cuticule foliaire ainsi que les parties lipidiques des membranes cellulaires et, pour les seconds, augmentent la tension de surface (Richard, 1996; Sigoillot, 1982). Ils favorisent ainsi leur propre passage à l’intérieur des feuilles et celui du sel. Ces trois composés présentent alors une action phytotoxique synergique se traduisant par une nécrose irréversible du feuillage. Cependant, un phénomène de résilience suite à la pollution générée par les activités industrielles qui ont eu lieu le long du littoral du massif de Marseilleveyre jusqu'au début du XXe siècle a été observé pour l'espèce Astragalus tragacantha qui pousse sur des sols pollués en éléments traces métalliques et métalloïdes sans altération de sa croissance (Laffont-Schwob et al., 2011).

8Par ailleurs, la compétition inter-spécifique générée par Brachypodium retusum et Pistacia lentiscus (plantes caractéristiques des garrigues littorales) et Carpobrotus acinaciformis (plante invasive littorale) réduisent la croissance des individus d’Astragalus tragacantha et de Plantago subulata. Ainsi, la répartition restreinte des phryganes littorales le long du cordon littoral peut aussi résulter d’un effet compétiteur avec les plantes de garrigue et les plantes invasives. Enfin, la destruction et la dégradation anthropiques du milieu environnant sous forme de constructions d’habitations, de routes, de chemins et de pistes (Figure 4) ont très fortement amplifié la restriction et le morcellement des phryganes littorales.

9L’exposition à ces différentes menaces environnementales et anthropiques historiques et actuelles engendre une vulnérabilité écologique des phryganes littorales très préoccupante qu'il est nécessaire de prendre en considération dans le cadre de l'étude des conséquences d'une submersion marine et d’un recul stratégique.

Figure 4. Détails photographiques de la répartition d’Astragalus tragacantha (en rouge), Thymelaea tartonraira (en bleu) et Plantago subulata (en jaune) et du développement urbain sur le littoral péri-urbain marseillais / Photographic details of the distribution of Astragalus tragacantha (red), Thymelaea tartonraira (blue) and Plantago subulata (yellow) and urban development on the suburban coast of Marseille.

Figure 4. Détails photographiques de la répartition d’Astragalus tragacantha (en rouge), Thymelaea tartonraira (en bleu) et Plantago subulata (en jaune) et du développement urbain sur le littoral péri-urbain marseillais / Photographic details of the distribution of Astragalus tragacantha (red), Thymelaea tartonraira (blue) and Plantago subulata (yellow) and urban development on the suburban coast of Marseille.

Crédit : P-J. Dumas

La submersion marine : un risque à prendre en considération pour les phryganes

10En raison des dérèglements climatiques, les schémas des précipitations entraînent une augmentation en fréquence des précipitations torrentielles et des évènements d’inondation en Méditerranée (Alpert et al., 2002). « Les modèles prédisent une évation de 20 à 60 cm à l’horizon 2100 dixit A. Lombard » (Grousson, 2007). Face à ces risques de submersion et de recul du rivage, la société peut envisager trois alternatives d’aménagement : (i) tenter de stabiliser la position du rivage par des enrochements et/ou des méthodes dites douces, (ii) laisser faire le recul du rivage sans se soucier des conséquences ou (iii) accepter une zone de recul aussi appelée « repli stratégique » afin de laisser une zone tampon entre le rivage et les activités socio-économiques situées en arrière.

11Après avoir dressé un état des lieux préoccupant vis-à-vis de la persistance des phryganes littorales, il faut considérer que toute perturbation supplémentaire accroîtrait d’autant plus la vulnérabilité écologique de ces formations végétales remarquables. Les effets de l’inondation, étudiés en conditions expérimentales, chez une plante de marais salés méditerranéens, Limonium girardianum (Plumbaginaceae), démontrent une réduction de la croissance, de la production des feuilles et de leur surface foliaire jusqu’à la mort de 50 % des plantules au bout de 10 semaines de submersion (Baumberger et al., 2012). D’autres études (e.g. Abou Jaoudé et al., 2012) soulignent les risques de disparition de Tamarix africana (Tamaricaceae) du fait de variations du niveau de l’eau dans des conditions saline ou non-saline. Même si dans le contexte du littoral rocheux, le risque de submersion marine est moindre que dans le contexte du littoral sableux, 20 % des populations de phryganes littorales (e.g. populations de Callelongue et de Marseilleveyre) serait directement impacté par l’action phytotoxique du sel au travers des inondations, mais aussi de l’amplification des embruns salés et pollués. La perspective d’une submersion marine ou du moins d’une élévation du niveau de la mer pourrait donc amplifier la réduction des populations relictuelles des phryganes littorales. Dans cette perspective, un nouvel effort d’étude a été identifié permettant de cibler les mesures adéquates de protection en fonction de (i) la capacité des espèces des phryganes à recoloniser la nouvelle bande littorale correspondant à leur habitat, (ii) leur compétitivité face aux espèces non affectées par la submersion marine et des (iii) possibilités de translocation (renforcement des populations, réintroduction) de ces espèces si leur maintien naturel ne peut être envisagé.

Le recul stratégique : une alternative à évaluer en prenant en compte la diversité végétale

12L’urbanisation et l’artificialisation du littoral soulèvent un grand nombre de questions liées à la dynamique de la biodiversité, à la gestion/conservation des espaces naturels, aux maladies émergentes, aux risques naturels, aux conflits d’usage et à la gouvernance des territoires (Merckelbagh, 2009; Daviet et Robert, 2012). Face aux risques d’immersion des côtes, il peut être envisagé une zone de recul aussi appelée « repli stratégique » qui consiste donc en un repli de l’urbanisation et des constructions existantes en arrière des zones directement soumises au risque de submersion, derrière une ligne de défense de digues naturelles ou artificialisées. Mais, dans l’optique d’un repli stratégique, une réflexion poussée doit être menée sur le caractère « déconstruction » et « déplacement » de la bande littorale concernant les enjeux écologiques et sociaux-économiques liés au repli.

13D’un côté, le succès d’une restauration écologique est étroitement lié à l’état de dégradation des écosystèmes concernés et à leur résilience (Clewell et Aronson, 2010). Or, les sites qui ont subi des constructions diverses présentent souvent des sols très modifiés avec notamment une activité très faible des microorganismes (Garcia et al., 1997; Requena et al., 2001). Alors que la microbiologie du sol joue un rôle essentiel dans sa formation, son fonctionnement et donc sa fertilité, la présence d’urbanisation nuit gravement à sa biodiversité. Ainsi, il est peu probable de retrouver, après déconstruction, un substrat et une qualité des sols propices au développement d’une flore littorale telle celle des phryganes littorales. De plus, après déconstruction, s’installe un cortège de plantes rudérales et/ou exotiques sans ressemblance avec la flore originelle. Il a été démontré que la proximité de l’agglomération de Marseille est positivement corrélée avec une augmentation des plantes rudérales (marqueurs de dégradation des habitats), ce qui augmente la compétition avec les plantes rares et diminue l’originalité floristique des habitats littoraux. Ainsi, les plantes ayant développé des associations symbiotiques, au niveau racinaire, pour leur croissance, présentent de faibles capacités pour la recolonisation de ces sites en l'absence de leur symbiontes. Celles, comme Astragalus tragacantha caractérisées par de très faibles taux d’établissement et de survie des juvéniles, démontrent aussi de faibles capacités à la recolonisation, même à long terme. De plus, le fait qu’Astragalus tragacantha présente une double symbiose (mycorhizes, nodulations bactériennes) suggère que la réalisation de ces symbioses est une étape-clef de son développement (Laffont-Schwob et al., 2011) et confère donc à la plante une fragilité supplémentaire due à sa dépendance symbiotique. Il semble alors évident qu’un retour vers l’écosystème d’origine sur la bande littorale rocheuse déconstruite ne pourra quasiment jamais être possible. Il faudra alors se questionner sur les attentes socio-écologiques et définir, conjointement avec tous les acteurs de terrain, les objectifs de restauration souhaités. La gestion de la bande littorale déconstruite peut s’envisager selon trois options :

  • un développement léger de ces territoires qui se traduirait uniquement par une interdiction de construction, mais permettrait le maintien d’activités humaines compatibles avec le respect des enjeux de la biodiversité sur les sites modifiés, comme par exemple une gestion dans le cadre des zones Natura 2000;

  • une protection intermédiaire du milieu naturel qui interdirait toute urbanisation, mais permettrait la fréquentation du public, tout en le « canalisant » pour éviter la sur- fréquentation, par exemple, grâce à des aménagements d’accueil spécifiques déjà testés sur d’autres sites remarquables et sensibles du littoral;

  • une protection renforcée de certains sites caractérisés par un fort pourcentage de plantes endémiques, comme dans le cadre d’une réserve intégrale.

14Avec la création du Parc national des Calanques, une protection contre une augmentation de la littoralisation est maintenant maîtrisée, ne laissant à considérer que les terrains déconstruits.

15D’un autre côté, le recul stratégique conduisant à un repli de l’urbanisation sur des sites de l’arrière-pays, ne peut qu’engendrer une dégradation importante des sites plus continentaux (ou rétro-littoral). Or, la loi « littoral », (Loi n° 86-2 du 3 janvier 1986 relative à l'aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral) en rendant inconstructibles la bande littorale des 100 m et les espaces remarquables, a en partie repoussé l’urbanisation vers l’intérieur des terres et renforcé l’artificialisation entre 500 et 2000 m de la côte. Sur le rétro-littoral, se développent des formations végétales du type garrigue littorale et/ou pinède, originales à un niveau plus global caractérisées par un nombre important de plantes rares protégées : par exemple, 384/640 plantes vasculaires des Calanques Marseille/Cassis considérées comme rares et, parmi ces dernières, 23 présentant une protection nationale ou régionale (Véla et al., 2001). Cependant, la dualité entre espèces rares et ordinaires (ou communes) soulève des interrogations vis-à-vis des objectifs pour protéger la biodiversité (Jiguet et Julliard, 2006; Gaston et Fuller, 2007, 2008). La notion de rareté est circonscrite selon trois critères déclinés en sept modalités (Rabinowitz, 1981) : (i) l’aire de répartition, qui peut être large ou restreinte s’il s’agit d’une espèce endémique, (ii) la spécificité de l’habitat, définie par divers habitats ou limitée à quelques sites spécialisés et (iii) la taille des populations locales, qui varie entre de larges populations et de petites populations locales. Parmi ces modalités, les espèces à large répartition géographique, qui occupent de nombreux habitats et composées de grandes populations, caractérisent par le jeu d’exclusion la classe des espèces ordinaires. Ainsi, dans les sites où se concentrent des espèces rares, la législation assure leur protection et conjointement celle des espèces ordinaires (Jiguet et Julliard, 2006). Mais quelles stratégies de protection permettent de préserver des sites dépourvus d’espèces rares? Les espèces ordinaires, qualifiées aussi d’espèces « fondatrices » ou « structurantes », assurent le fonctionnement des biomes terrestres (Ellison et al., 2005) et ont donc une place incontestable dans les moyens mis en œuvre pour protéger la biodiversité (Armbruster et Muchhala, 2009). De plus, la liste des espèces menacées d’extinction (41 % des espèces étudiées; UICN, 2012) incorpore de plus en plus des espèces qui, encore récemment, étaient considérées comme ordinaires. En région péri-urbaine (Marseille), les formations végétales communes, par exemple les pinèdes, à proximité des grands pôles d’emplois ont peu à peu été « investies » par de l’habitat résidentiel éparpillé en sous-bois. Alors que ces formations dominent dans le paysage, elles ne possèdent pas, ou plus, la composition floristique, voire le fonctionnement, d’un système forestier (Thomas et Peeters, 2006). Les formations, actuellement considérées comme ordinaires du fait de la répartition à grande échelle des espèces qui les constituent, peuvent au cours du temps devenir vulnérables si une politique d’occupation des sols systématise le transfert du bâti vers ces types de végétation. Dès lors, comprendre les relations de réciprocité entretenues entre système « urbain » et écosystème « naturel » constitue, d’une part la meilleure façon de prévenir leur vulnérabilité respective et, d’autre part, de fournir des éléments en vue d’aménagements du territoire. Ainsi, la déconstruction du tissu urbain d’une bande littorale rocheuse proposée sur certaines parties du littoral doit aussi s’articuler efficacement avec des mesures de protection du milieu naturel rétro-littoral.

Défis socio-écologiques

« On peut comparer la biodiversité à un jeu de mikado. Enlevez une tige, puis deux : rien ne bouge. Mais un jour, le tas pourrait s’écrouler sur lui-même et l’une des tiges emportées être l’espèce humaine, dixit J. Weber » (Testard-Vaillant, 2006).

16Au vu du regard écologique vis-à-vis de la vulnérabilité globale des phryganes littorales, il est indispensable d’élaborer une stratégie de conservation des espèces-clefs des phryganes sous forme de :

  • Mesure in situ de translocation d’individus : la translocation d’individus (Menges, 2008), c’est-à-dire l’enlèvement volontaire d’individus de populations naturelles dans le but d’établir une nouvelle population (introduction), ré-établir une population disparue (ré-introduction) ou augmenter une population établie (renforcement) est une mesure efficace pour conserver les plantes menacées lorsque leurs habitats favorables sont encore présents et lorsque les effets de la stochasticité démographique, de la consanguinité, de la dérive génétique et de l’effet Allee (Bottin et al., 2007; Deredec et Courchamp, 2007) sont limités pour assurer une persistance de leurs populations. La translocation d’individus sous forme de graines comparativement aux plantules se traduit par un taux de succès extrêmement réduit (Menges, 2008).

  • Mesure conservatoire ex situ : les techniques de conservation des espèces ex situ en dehors de leur habitat naturel sont envisageables faute de pouvoir conserver in situ (Gomez Campo, 1995). Cependant, ce type de conservation ne peut être une fin en soi parce qu’il existe encore de graves lacunes dans la capacité de conservation des espèces ex situ.

17Cependant, il importe aussi de constituer des priorités de préservation de la biodiversité en mettant en place un réseau d’habitats protégés permettant de réconcilier le fonctionnement et la dynamique des écosystèmes avec les activités humaines. Dans ce contexte, les « Trames Vertes et Bleues » (TVB) nationale et régionale (avec une composante verte des milieux terrestres et une composante bleue des milieux aquatiques d’eau douce) consistent à inscrire la préservation, la gestion et/ou la restauration des milieux dans les décisions d’aménagement du territoire. Pour cela, les TVB dépendent de l’existence « de continuités écologiques » sur la base de réservoirs de biodiversité, de corridors écologiques terrestres, des cours d’eau et enfin de zones de transition (Amsallem et al., 2010). Cependant, les TVB ne se résument pas à améliorer la connectivité entre les habitats au travers de réseaux de corridors (« network »); elles se doivent aussi de créer des habitats relativement naturels dispersés dans une matrice fortement artificialisée, de compenser la perte d’habitats en augmentant leurs tailles, tout en procédant à une requalification écologique généralisée d’un territoire (Bergès et al., 2010). Les TVB représentent ainsi un dialogue nouveau pour le développement durable du territoire. Cette démarche structurante peut aussi se finaliser par l’intégration de l’interdépendance et de la coévolution entre les populations humaines et les composantes non humaines de la biodiversité selon le principe désormais reconnu (à défaut d’être véritablement mis en œuvre) de « solidarité écologique » (Mathevet et al., 2010). Une telle éthique du « vivre ensemble » permettra de ne pas aboutir à un littoral bipolaire entre territoires artificialisés et espaces protégés. Il en va ainsi des décisions à prendre face au risque de submersion marine. Il est alors crucial de conjuguer l’ensemble des facteurs écologiques, sociaux et économiques, avec la mobilisation de divers acteurs publics et privés, facteur clé pour arriver à une mise en œuvre concrète des actions de préservation de la biodiversité (Delannoy, 2012). Il reste pour cela à faire naître de véritables médiateurs pour éviter les affrontements d’intérêts spécifiques, à développer des dynamiques nouvelles intégrant les différents acteurs et, au-delà de l’appréhension conjointe des préoccupations sociales et écologiques, à façonner un dialogue sociétal autour des enjeux de la biodiversité.

Remerciements

18Ce projet de recherche a bénéficié du soutien financier du programme national CNRS - PIRVE (Programme interdisciplinaire de recherche ville et environnement – n° contrat 0004939).

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Abou Jaoudé, R., G. de Dato et P. De Angelis, 2012, Photosynthetic and wood response of Tamarix africana Poiret to water level reduction after short-term fresh- and saline-water flooding, Ecological research, 27, pp. 857-866.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Alpert, P., T. Ben-gai, A. Baharad, Y. Benjamin, D. Yekutieli, M. Colacino, L. Diodato, C. Ramis, V. Homar, R. Romero, S. Michaelides et A. Manes, 2002, The paradoxical increase of Mediterranean extreme daily rainfall in spite of decrease in total values, Geophysical Research Letters, 29, pp. 1-4.
DOI : 10.1029/2001GL013554

Altieri, M. A., 1999, The ecological role of biodiversity in agrosystems, Agriculture, Ecosystems and Environment, 74, pp.19-31.

Amm, A., M-L. Boissy, S. Brest, M. Di Liello, P-J. Dumas, L. Affre, A. Baumel, P. Roche, T. Tatoni, F. Torre, J. Delauge et V. Patrick, 2005, The mystery of the spiny Astragalus populations on Marseilles coastline and Frioul archipelago: dead or alive? Colloque international conservation de la flore méditerranéenne dans un environnement changeant, Hyères (Var, France).

Amsallem, J., M. Deshayes et M. Bonnevialle, 2010, Analyse comparative de méthodes d’élaboration de trames vertes et bleues nationales et régionales, Sciences Eaux et Territoires - Politiques publiques et biodiversité, 3, pp. 40-45.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Armbruster, W. S. et N. Muchhala, 2009, Associations between floral specialization and species diversity: cause, effect, or correlation? Evolutionary Ecology, 23, pp. 159-179.
DOI : 10.1007/s10682-008-9259-z

Baumberger, T., F. Mesléard, T. Croze et L. Affre, 2012, Effects of submersion on survival, growth, and biomass allocation according to development stages of the rare halophyte Limonium girardianum, Aquatic Botany, 102, pp. 65-70.

Barbault, R., 1997, Biodiversité. Introduction à la biologie de la conservation, Hachette, Paris, 159p.

Barrows, H. H., 1923, Geography as human ecology, Annals of the Association of American Geographers,13, 1, pp. 1-14.

Benoît, G. et A. Comeau, 2005, La Méditerranée et ses dynamiques de développement, Dans : Méditerranée, Les perspectives du Plan Bleu sur l’environnement et le développement. Pp. 11-68, éditions de l’Aube et Plan Bleu ISBN 2-7526-0157-3.

Bergès, L., P. Roche et C. Avon, 2010, Corridors écologiques et conservation de la biodiversité, intérêts et limites pour la mise en place de la trame verte et bleue, Sciences Eaux et Territoires - Politiques publiques et biodiversité, 3, pp. 34-39.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bottin, L., S. Le Cadre, A. Quilichini, P. Bardin, J. Moret et N. Machon, 2007, Re-establishment trials in endangered plants : A review and the example of Arenaria grandiflora, a species on the brink of extinction in the Parisain region (France), Ecoscience, 14, 4, pp. 410-419.
DOI : 10.2980/1195-6860(2007)14[410:RTIEPA]2.0.CO;2

Clewell, A. F. et J. Aronson, 2010, La restauration écologique : principes, valeurs et structure d’une profession émergente (ed.), Actes Sud. France, 340 p.

Commissariat général au développement durable, 2011, Études et Documents Le littoral : chiffres-clés, Service de l’observation et des statistiques, ministère de l’Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement, 35p.

Daviet, S. et S. Robert, 2012, Faut-il bannir l’industrie des territoires méditerranéens? Dans: Mésini, B. (ed.), Aménagement durable des territoires méditerranéens, Presses universitaires de Provence, Espaces et développement durable, pp. 93-110.

Delannoy, E., 2012, L’économie expliquée aux humains, WildProject, France, 144p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Deredec, A. et F. Courchamp, 2007, Importance of the Allee effect for reintroductions, Ecoscience, 14, 4, pp. 440-451.
DOI : 10.2980/1195-6860(2007)14[440:IOTAEF]2.0.CO;2

Ellison, A. M., M. S. Bank, B. D. Clinton, E. A. Colburn, K. Elliott, C. R. Ford, D. R. Foster, J. D. Kloeppel, G. M. Lovett, J. Mohan, D. A. Orwig, N. L. Rodenhouse, W. V. Sobczak, K. A. Stinson, J. K. Stone, C. M. Swan, J. Thompson, B. Von Holle et J. R. Webster, 2005, Loss of foundation species : consequences for the structure and dynamics of forested ecosystems, Frontiers in Ecology and the Environment, 3, pp.479-486.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Garcia, C., T. Hernandez et F. Costa, 1997, Potential use of dehydrogenase activity as an index of microbial activity in degraded soils, Communications in Soil Science and Plant Analysis, 28, pp. 123-124.
DOI : 10.1080/00103629709369777

Gaston, K. J. et R. A. Fuller, 2007, Biodiversity and Extinction : losing the common and the widespread, Progress in Physical Geography, 31, pp. 213-225.

Gaston, K. J. et R. A. Fuller, 2008, Commonness, population depletion and conservation biology, Trends in Ecology and Evolution, 23, pp. 14-19.

Gomez Campo, C., 1995, Vers un réseau de banques de graines en Méditerranée, Ecologia Mediterranea, 21, 1-2 , pp. 305-307.

Grousson, M., 2007, Homme et littoral : les liaisons houleuses, Journal du CNRS, 210-211, pp. 23-27.

Holling, C. S., 1973, Resilience and stability of ecological systems, Annual Review of Ecology and Systematics 4, pp. 1-23.

Jiguet, F. et R. Julliard, 2006, Inferences from common species communities for selecting conservation areas, Biology and Conservation, 15, pp. 799-815.

Laffont-Schwob, I., P-J. Dumas, A. Pricop, J. Rabier, L. Miché, L. Affre, V. Masotti, P. Prudent et T. Tatoni, 2011, Insights on metal-tolerance and symbionts of the rare species Astragalus tragacantha aiming at phytostabilization of polluted soils and plant conservation, Ecologia Mediterranea, 37, 2, pp. 57-62.

Menges, E. S., 2008, Restoration demography and genetics of plants: when is a translocation successful?, Australian Journal of Botany, 56, pp.187-196.

Lasalle, J. L., 2007, Présence de plomb et d’arsenic sur le littoral sud de Marseille : une étude de santé, INVS Santé Environnement, 41p.

Mathevet, R., J. Thompson, O. Delanoë, M. Cheylan, C. Gil-Fournier et M. Bonnin, 2010, La solidarité écologique : un nouveau concept pour une gestion intégrée des parcs nationaux et des territoires, Natures Sciences Sociétés, 18, pp. 424-433.

Merckelbagh, A., 2009, Et si le littoral allait jusqu’à la mer! La politique du littoral sous la Ve république, Editions Quae, Versailles, 351p.

Molinier, R., 1934, Études phytosociologiques et écologiques en Provence occidentale, Annales du Musée d'Histoire naturelle de Marseille, 27, pp. 1-274.

Oursel, B., C. Garnier, I. Pairaud, D. Omanovi, G. Durrieu, A. D. Syakti, C. Le Poupon, B.

Thouvenin et Y. Lucas, 2014, Behaviour and fate of urban particles in coastal waters: Settling rate, size distribution and metals contamination characterization, Estuarine, Coastal and Shelf Science, 138, pp. 14-26.

Rabinowitz, D., 1981, Seven forms of rarity, Dans : Synge, H. (ed.). The Biological Aspects of Rare Plant Conservation. Riley, Chichester, pp. 205-217.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Requena, N., E. Perez-Solis, C. Azcon-Aguilar, P. Jeffries et J. M. Barea, 2001, Management of indigenous plant–microbe symbioses aids restoration of desertified ecosystems, Applied Environnemental Microbiology, 67, pp. 495-498.
DOI : 10.1128/AEM.67.2.495-498.2001

Richard, B., 1996, Étude des perturbations structurales et chimiques des cires cuticulaires des aiguilles de Pinus halepensis MILL, dépérissants en relation avec lexposition aux embruns marins pollués : implication d’un tensioactif, le dodécylbenzène sulfonate linéaire, Thèse de doctorat, Université Henri Poincarré, Nancy I, 117 p.

Robert-Peillard, F., 2013, Présence et devenir des LAS (Linear Alkylbenzene sulfonates), NPE (Nonyl Phenol Ethoxylates) et métabolites dans la baie de Cortiou (Marseille), Colloque Biodiversité et Pollution des Calanques, Comprendre les risques pour les écosystèmes et l'homme, 11-12 avril 2013, Aix-en-Provence, France, [En ligne] URL : http://www.marseco.imbe.fr.

Sigoillot, J. C., 1982, Les aérosols marins en diterranée : composition et phytotoxicité, Thèse de doctorat, Université des sciences et techniques de Saint-Jérôme, Marseille. 98 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Syakti, A. D., L. Asia, F. Kanzari, H. Umasangadji, L. Malleret, Y. Ternois, G. Mille et P. Doumenq, 2012, Distribution of organochlorine pesticides (OCs) and polychlorinated biphenyls (PCBs) in marine sediments directly exposed to wastewater from Cortiou, Marseille, Environnemental Science and Pollution Research International, 19, 5, pp. 1524-1535.
DOI : 10.1007/s11356-011-0640-z

Testard-Vaillant, P., 2006, Cinq défis pour la biodiversité, Le Journal du CNRS, 196, pp. 18-27.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Testiati, E., J. Parinet, C. Massiani, I. Laffont-Schwob, J. Rabier, H.-R. Pfeifer, V. Lenoble, V. Masotti et P. Prudent, 2013, Trace metal and metalloid contamination levels in soils and in two native plant species of a former industrial site: evaluation of the phytostabilization potential, Journal of Hazardous Material, 248-249, pp. 131-141.
DOI : 10.1016/j.jhazmat.2012.12.039

Thomas, M. et J. Peeters, 2006, Évolution spatio-temporelle des surfaces de pin d’Alep en PACA-AFOCEL, Fiche Informations – Forêt, 730, 6p.

Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), 2012, Catégories et Critères de la Liste rouge de l’UICN : Version 3.1. Deuxième édition. Gland, Suisse et Cambridge, Royaume-Uni : UICN. vi + 32pp.

Véla, E., D. Pavon, R. Giraud, M. Destefano et A. Saatkamp, 2001, Liste des plantes vasculaires du site classé des Calanques (Marseille, Cassis, Bouches-du-Rhône). Bulletin de la Société Linnéenne de Provence, 52, pp. 139-148.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Wilson, K., R. L. Pressey, A. Newton, M. Burgman, H. Possingham et C. Weston, 2005, Measuring and incorporating vulnerability into conservation planning, Environmental management 35, 5, pp. 527-543.
DOI : 10.1007/s00267-004-0095-9

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Photographies (de gauche à droite) d’Astragalus tragacantha, de Plantago subulata et de Thymelaea tartonraira / Photographs (left to right) of Astragalus tragacantha, Plantago subulata and Thymelaea tartonraira
Crédits Crédit: P-J. Dumas
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/15748/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Figure 2. Schéma de la répartition d’Astragalus tragacantha (en rouge), de Plantago subulata (en orange) et de Thymelaea tartonraira (en vert) sur le littoral péri-urbain marseillais / Distribution of Astragalus tragacantha (red), Plantago subulata (orange) and Thymelaea tartonraira (green) on the suburban coast of Marseille.
Crédits Crédit : P-J. Dumas
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/15748/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 3. Photographies de branchages nécrosés chez Astragalus tragacantha (à gauche) et Thymelaea tartonraira (à droite) / Photographs of necrotic branches in Astragalus tragacantha (left) and Thymelaea tartonraira (right).
Crédits Crédit : P-J. Dumas
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/15748/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Figure 4. Détails photographiques de la répartition d’Astragalus tragacantha (en rouge), Thymelaea tartonraira (en bleu) et Plantago subulata (en jaune) et du développement urbain sur le littoral péri-urbain marseillais / Photographic details of the distribution of Astragalus tragacantha (red), Thymelaea tartonraira (blue) and Plantago subulata (yellow) and urban development on the suburban coast of Marseille.
Crédits Crédit : P-J. Dumas
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/15748/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurence Affre, Pierre-Jean Dumas, Estelle Dumas, Isabelle Laffont-Schwob et Thierry Tatoni, « Regard écologique sur le recul stratégique : atouts et risques pour la diversité végétale péri-urbaine marseillaise », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 21 | avril 2015, mis en ligne le 20 février 2015, consulté le 26 juin 2016. URL : http://vertigo.revues.org/15748 ; DOI : 10.4000/vertigo.15748

Haut de page

Auteurs

Laurence Affre

Institut Méditerranéen de Biodiversité et d’Écologie (IMBE) Aix Marseille Université, CNRS, IRD, Avignon Université Avenue Escadrille N. Niémen - 13397 Marseille, France, courriel : laurence.affre@imbe.fr

Pierre-Jean Dumas

Institut Méditerranéen de Biodiversité et d’Écologie (IMBE) Aix Marseille Université, CNRS, IRD, Avignon Université Avenue Escadrille N. Niémen - 13397 Marseille, France, courriel : pierre-jean.dumas@imbe.fr

Estelle Dumas

Institut Méditerranéen de Biodiversité et d’Écologie (IMBE) Aix Marseille Université, CNRS, IRD, Avignon Université Avenue Escadrille N. Niémen - 13397 Marseille, France, courriel : estelle.dumas@imbe.fr

Isabelle Laffont-Schwob

Institut Méditerranéen de Biodiversité et d’Écologie (IMBE) Aix Marseille Université, CNRS, IRD, Avignon Université Avenue Escadrille N. Niémen - 13397 Marseille, France, courriel : isabelle.laffont-schwob@imbe.fr

Thierry Tatoni

Institut Méditerranéen de Biodiversité et d’Écologie (IMBE) Aix Marseille Université, CNRS, IRD, Avignon Université Avenue Escadrille N. Niémen - 13397 Marseille, France, courriel : thierry.tatoni@imbe.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page