Navigation – Plan du site
Enjeux

Les limites de la cartographie des risques littoraux : des perspectives pour la compréhension de tous

Aurélie Arnaud

Résumés

Grâce à l’utilisation d’un langage à la fois figuratif et symbolique, la carte est considérée comme une image qui permet une « lecture globale et instantanée » de l’information (Levy, 2002). La carte offre la possibilité de lire un ensemble de représentations de l’espace. Si son support de lecture répandu est le papier, les écrans (ordinateurs, tablettes et téléphones) deviennent actuellement des interfaces de visualisation privilégiées. Ceux-ci s’accompagnent de deux apports technologiques cruciaux : les logiciels SIG (Système d’information géographique) et les TIC (Technologies de l’information et de la communication), dont la technologie Web. Ces avènements ont permis à la carte de se développer et de devenir un véritable outil de travail, de communication et d’aide à la décision, en facilitant l’observation et l’analyse des phénomènes - interactions entre des processus de l’organisation humaine avec son milieu non humain - sur un espace et dans le temps. Cet ère du numérique associée aux appareils embarqués (portables) révolutionne à la fois la « fabrique de la carte » par/pour les scientifiques, mais également son accès au grand public et aux décideurs. Cependant, l’émergence de cette nouvelle cartographie ne doit pas faire oublier les règles et les méthodes essentielles de sa construction afin de représenter les bonnes dimensions de l’information en fonction de l’utilisateur final et de limiter/éliminer la subjectivité de son concepteur. En 2010, la tempête Xynthia qui a frappé l’ouest de la France marque le développement d’une large production cartographique très contestée (Mercier et al, 2012), imposant un requestionnement des processus de constructions de la carte. Xynthia montre également que la cartographie incarne une technique capable, comme toute autre technique, d’être transgressée pour servir, non pas des intérêts communs, mais particuliers. Afin de mieux comprendre ces phénomènes, nous souhaitons dans cet article expliquer les processus de construction d’une carte tout en analysant les limites qui s’immiscent dans chaque étape, et plus particulièrement dans les cartes appliquées aux risques littoraux. Ceux-ci présentent des enjeux importants - notamment liés à l’économie touristique et marine - et sont soumis à des aléas croissants (fréquence des tempêtes, élévation du niveau des océans, etc.). Par ailleurs, les communes littorales présentent le plus grand nombre d’arrêtés de catastrophe naturelle – Catnat (ONRS, 2011 et BD GASPAR). Fort de ce constat, nous dégageons quelques recommandations dans les domaines de l’adaptation de la carte aux utilisateurs finaux puisqu’elle présente un enjeu majeur dans l’aide à la décision auprès des acteurs locaux et la communication auprès du grand public (habitants comme touristes).

Haut de page

Entrées d’index

Keywords :

map, mapping, risk, coastal, Xynthia

Lieux d'étude :

Europe
Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Définition du ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie : « phénomènes natu (...)
  • 2 À partir des années 30 (congés payés) et toujours aujourd’hui en croissance (Merlin, 2007)
  • 3 Rapport du sénat 2009 : http://www.senat.fr/notice-rapport/2009/r09-554-notice.html
  • 4 Appels à projets de Recherches de l’ANR (Agence Nationale de la Recherche) spécialisés dans les ris (...)
  • 5 Accélération subite de la réalisation de Plan de Prévention des risques naturels littoraux : cf. ar (...)
  • 6 Information disponible sur le Web, mise en ligne à l’initiative de l’État (Prim.net) et ses service (...)

1Les risques littoraux1 existent depuis le début de la suranthropisation2 des côtes océaniques et méditerranéennes françaises. Des constructions de complexes touristiques, de résidences principales ou secondaires, d’espaces gagnés sur la mer (par exemple, l’aéroport de Nice), et la conservation de zones naturelles (zones Natura 2000, etc.) font de ces zones littorales un enjeu économique et naturel important, et de fait, vulnérables aux phénomènes naturels. Près d’un tiers de cette interface terre-mer est soumise à des aléas destructeurs tels que la submersion marine ou l’érosion côtière (METL et MATE, 1997) et les prévisions liées aux changements climatiques sont pessimistes : recul du trait de côte, augmentation du régime de tempêtes, etc. (GIEC, 2007). Ces risques littoraux deviennent une préoccupation nationale depuis 2010, suite à la tempête Xynthia qui frappa l’ouest de la France et causa la mort de 56 personnes et 500 000 sinistrés3. Les mesures de gestion des risques littoraux se renforcent subitement et suscitent actuellement un grand intérêt national dans les domaines de la recherche4, de l’administration5, et de la communication6 auprès des citoyens. Ces trois domaines utilisent un outil indispensable dans le traitement de la problématique liée aux risques littoraux : la carte. Mais qu’est-ce qu’une carte? Quel est son intérêt en général et plus particulièrement dans la problématique de gestion des risques littoraux? Quelles sont ses limites?

  • 7 Carte topographique au 1/25000ème produite par l’IGN : Institut national de l’information géographi (...)
  • 8 La carte est associée à une base de données géolocalisées (tableau de donnée correspondant aux obje (...)
  • 9 La technologie des télécommunications permet la consultation d’une toile d’information multimédia ( (...)
  • 10 Information ayant un x et y (longitude et latitude). Ce qui est représenté sur la carte sont les at (...)
  • 11 Recherches de relations spatiales entre les informations. Le croisement de données attributaires fa (...)
  • 12 Zoom, affichage d’hyperliens multimédias, etc.
  • 13 Attributs qualitatif/quantitatif ou spatial/temporel.

2La carte est considérée comme une image qui permet une « lecture globale et instantanée » de l’information (Levy, 2002), grâce à l’utilisation d’un langage à la fois figuratif (représentation concrète d’objets) et symbolique (couleurs et formes auxquelles l’homme associe un sens, comme l’exemple des pictogrammes). La carte offre la possibilité de lire un ensemble de représentations de l’espace. Son support de lecture répandu est le papier (carte de situation Top 25 de l’IGN7, atlas du Monde diplomatique, atlas du courrier international, atlas de l’atelier de cartographie de SciencePo Paris, etc.). Cependant, les écrans (ordinateurs, tablettes et téléphones) deviennent des interfaces de visualisation privilégiées. En effet, deux grands tournants technologiques ont permis à la carte de se développer et de devenir un véritable outil de travail et de communication : les logiciels SIG (Système d’information géographique)8 et les TIC (Technologies de l’information et de la communication)9. La carte statique sur support papier ou écran, et la carte numérique (uniquement sur un support écran) n’offrent plus le même degré d’information ni la même utilisation. La carte statique représente un certain nombre d’informations géolocalisées10. Les SIG permettent d’organiser cette information et affichent de nouveaux attributs de plus en plus complexes et de plus en plus immédiats tout en permettant de les croiser et de réaliser des analyses spatiales11. Quant aux TIC, elles offrent une navigation virtuelle et très ergonomique12 des territoires. La cartographie sur le papier comme sur l’écran ne doit cependant pas oublier les règles et les méthodes essentielles à sa construction afin de représenter les bonnes dimensions13 de l’information et de dés-imprégner la carte de toute subjectivité de son concepteur.

3Il s’agira ici de montrer les limites des cartes scientifiques ou d’experts, cartes indispensables permettant d’appréhender des phénomènes pluridimensionnels, liant espace, temps et information (partie 1). Ces cartes permettent d’établir des cartes réglementaires (partie 2) qui fixent les règles d’utilisation du sol français (ex. PLU, PPR), non sans heurts. Les cartes scientifiques et réglementaires facilitent la production de cartes destinées à informer le grand public (partie 3), mais celui-ci est-il bien réceptif? Outre ces intérêts, comme l’apport indispensable dans la compréhension et la gestion des espaces littoraux et notamment leur apport en tant qu’outil d’aide à la décision et à la concertation, les cartes comportent des limites du point de vue du réalisateur, mais également du lecteur. Ces limites seront visitées et discutées dans chacune des trois parties.

La délicate mise en évidence de phénomènes pluridimensionnels

  • 14 Aussi nommée carte d’analyse par Buchet (2007) : « Une carte d’analyse doit permettre à son lecteur (...)
  • 15 Hectopascal
  • 16 Cette technologie est une véritable science appelée la géomatique.
  • 17 Le SIG permet de centraliser et de structurer les données afin d’effectuer des analyses spatiales t (...)

4La dénomination de « carte scientifique » est ici employée pour désigner les cartes issues d’un cheminement méthodologique complexe impliquant des mesures, des traçages, des calculs et des croisements judicieux d’informations afin de répondre à des hypothèses14. L’objectif de ces cartes est de révéler des phénomènes qui se décrivent à la fois dans la dimension spatiale (localisation d’une hauteur d’eau en un point), temporelle (à quel moment cette hauteur d’eau a-t-elle été atteinte?) et informationnelle (est-ce que ce niveau d’eau est atteint en ce point et à ce temps t lorsque la pression atmosphérique atteint 1000 hPa15 ?). Ces informations attributaires, qualitatives ou quantitatives (nom d’un cours d’eau, altitude du trait de côte, densité de population), se représentent via des règles sémiologiques classiques. Ces informations demeurent cependant souvent plus complexes (information multimédia) et nécessitent un environnement et des logiciels performants permettant d’optimiser leur visualisation et leur exploitation (TIC et SIG). Il ne s’agit pas d’une simple photographie satellite sur laquelle est ajouté un point, un texte ou une vidéo comme le propose Google Earth, mais bien de données géolocalisées à croiser et explorer16, ce que permettent les SIG ou des logiciels encore plus élaborés pour les analyses exploratoires17.

  • 18 Information géolocalisée

5La carte scientifique présente donc plusieurs niveaux de complexité. Elle peut être simple - des isolignes de pressions atmosphériques mesurées par des capteurs de Météo-France - comme complexe, en ajoutant des informations géolocalisées (localisation du trait de côte), ou encore un temps (heures) et/ou des informations multimédias. Tout réside dans l’art de croiser les bonnes informations cartographiques18 pour répondre aux hypothèses de départ. Les cartes scientifiques permettent d’étudier la problématique des risques littoraux, mais pour réaliser ces cartes, l’étape fondamentale est la production de données. Cette étape est fastidieuse (§ 1.1.), présentant notamment une part d’incertitude et de subjectivité (§ 1.2.) non négligeable qui tend à devenir aujourd’hui transparente dans les réseaux de communication publics.

Observer les risques littoraux : une course après le temps

  • 19 Pour cet article nous acceptons la définition de risque = aléa x vulnérabilité. Cependant, d’autres (...)
  • 20 L’aléa est une probabilité d’occurrence d’un phénomène physique tel que la limite d’un trait de côt (...)
  • 21 La vulnérabilité est une notion qui hérite de très nombreuses définitions, même dans le seul champ (...)
  • 22 Exemple : la représentation du risque de la part des habitants de la côte, leur attitude lors de l’ (...)

6Si l’on considère le risque littoral d’un point de vue du géographe, du courantologue ou encore de l’hydrologue, ces derniers cherchent à croiser, s’ils s’appuient sur la définition de « risque » la plus couramment utilisée19, des informations sur l’aléa20 et/ou sur les vulnérabilités21 à la fois sociales22 et/ou physiques. Ces scientifiques utilisent des informations géolocalisées qui ont des degrés de traitements différents : des données prêtes à être à l’emploi ou des cartes déjà réalisées. Ces informations peuvent ne pas exister et les données seront alors à produire. La réalisation des cartes de risques littoraux se répartit entre les sciences dites « dures » qui cartographient l’aléa et la vulnérabilité physique, et les sciences humaines et sociales qui cartographient la vulnérabilité sociale.

7Les cartes des aléas sont en général produites par des disciplines spécialisées dans l’observation de phénomènes physiques comme par exemple la géomorphologie ou l’hydrologie. Les cartes sont réalisées à partir de photos aériennes anciennes, mais également d’études des roches et des sédiments, ou encore de relevés de terrains, in situ. Certaines cartes peuvent montrer un trait de côte à horizon 100 ans. Ces dernières nécessitent alors l’utilisation de modèles de simulation à deux ou trois dimensions, capables de créer de nouvelles données en croisant divers critères, comme par exemple la puissance des vagues et l’érosion du cordon dunaire. Des opérations telles que l’interpolation entre plusieurs points mesurés (hauteurs d’eau, altitudes d’une falaise) sur le territoire peuvent être nécessaires. L’ajout et le croisement de conditions supplémentaires au système permettent de réaliser des cartes de prévision suggérant une réalité future. La production de ce type de données cartographiées est courante dans le domaine de la météorologie (carte de prévision météorologique de Météo-France). Lorsque le phénomène prédit est hors norme, ces cartes deviennent des cartes d’aléa (carte des plus hautes eaux connues ou hauteurs d’eau pour une période de retour centennale) ou des « cartes de vigilances »23 si le phénomène annoncé est temporaire (une tempête). Le temps de production de ces cartes a tendance à se réduire grâce à des technologies très élaborées de télédétection par exemple, mais ce n’est pas toujours le cas : certains modèles se construisent sur l’observation de phénomènes sur plusieurs années voire quelques décennies. Les cartes qui représentent les vulnérabilités physiques (matériaux des bâtiments) sont souvent produites par les disciplines du génie civil. Dans le cas de production d’une carte de risque représentant des bâtiments inondés lors d’une tempête centennale, les experts produisent des données modélisables grâce à la construction de modèles réduits de type maquettes, et utilisent des données collectées lors de catastrophes passées. Le passage de la donnée modélisée et théorique à la réalité n’est cependant pas dénué de failles et réserve parfois des surprises malheureuses comme par exemple le mur de protection de la centrale nucléaire de Fukushima qui a cédé le 11 mars 2011 à un tsunami.

  • 24 Les cartes d’enjeux représentent les bâtiments stratégiques à la gestion d’une crise : la position (...)
  • 25 État de vigilance réalisé par Météo-France
  • 26 Des projets s’attellent actuellement à la production de ce genre d’information : MobiClimeX (2013-2 (...)
  • 27 http://w3.lisst.univ-tlse2.fr/reseaux_sociaux/resosoc.htm
  • 28 Séminaire organisé par l’université d’Avignon en mars 2015 sur « les Smartphones et les réseaux soc (...)
  • 29 www.limesurvey.org
  • 30 http://www.cybertracker.org/
  • 31 Exemple des projets Prédict et Projet Prédiflood.
  • 32 Données disponibles dans les enquêtes Ménages-Déplacements (CERTU, 2013).

8Quant aux Sciences Humaines et Sociales, notamment les géographes et les sociologues, elles se concentrent sur la représentation de la « vulnérabilité sociale » du risque. Les données utilisées, telles que des données sur la démographie ou la géolocalisation des bâtiments associée à leur fonction, sont collectées auprès d’organismes spécialisés : la base de données carroyée de l’INSEE, l’occupation du sol détaillée du CRIGE-PACA, ou encore la BD-Topo de l’IGN. Les mairies, les intercommunalités, les départements et les régions fournissent également des données. Celles-ci permettent de réaliser des cartes d’enjeux (au sens institutionnel du terme dans la prévision française des risques)24 (cf. Figure 1). Appliqué aux risques littoraux, ce type de cartographie a son importance pour observer la relation qu’entretiennent les populations littorales, en majorité des populations exogènes qui possèdent une faible connaissance du lieu, et l’histoire du territoire qu’elles investissent chaque année, temporairement pour certaines, et à long terme pour d’autres (actifs ou retraités venant s’installer sur la côte). Cependant, certaines données, telles que la densité de population à très grande échelle (maille fine), la représentation des risques de la part des habitants ou encore l’itinéraire emprunté par un automobiliste lors d’une vigilance météorologique rouge25, sont à produire en réalisant des questionnaires qui seront traités puis analysés. Ce genre de méthode est chronophage, autant sur le terrain qu’en terme de traitements statistiques et cartographiques26. Quelques pistes d’améliorations puisées dans les TIC méritent cependant d’être soulignées. Par exemple l’utilisation de données GPS, notamment dans les systèmes embarqués tels que des téléphones portables nouvelle génération. Ces derniers permettent de pointer sur une carte participative le lieu d’un événement (un point inondé par exemple), mais la récupération et le traitement de ce type de données est encore à son balbutiement (Écoles thématiques proposées par Denis Eckert - CNRS27 ; séminaire smartphone28). L’utilisation de téléphones mobiles et tablettes lors de la passation d’enquêtes sociologiques réserve également un avenir certain : grâce à des logiciels spécialisés, ces objets permettent de saisir les données instantanément. Le logiciel LimeSurvey29 est prometteur en la matière, permettant de réaliser un questionnaire en ligne tout en générant des interfaces de saisies instantanées et connectées. Le logiciel CyberTracker30 destiné aux naturalistes pour la saisie d’informations in situ constitue également une source d’avenir en imaginant son adaptation à des problématiques en sciences humaines et sociales. Actuellement, des cartes de comportement des habitants dans leurs déplacements automobiles sont expérimentées31, ou encore des cartes sur les mouvements pendulaires domicile-travail, domicile-loisir et domicile-commerces32, qui dépendent du jour de la semaine et de l’heure dans la journée.

Figure 1. Extrait de la carte des enjeux liés aux risques littoraux de l’île de Noirmoutier.

Figure 1. Extrait de la carte des enjeux liés aux risques littoraux de l’île de Noirmoutier.

Source. Préfecture de la Vendée, 2012 (en ligne : http://www.vendee.gouv.fr/​IMG/​pdf/​Carte_des_enjeux_de_Noimoutier-en-l_ile.pdf)

9Une fois toutes ces informations collectées, numérisées, traitées et centralisées, un logiciel SIG permet de les croiser : par exemple « sélectionner les bâtiments à forts enjeux, soumis à une submersion marine à l’horizon 100 ans », afin de réaliser une carte de risques (cf. Figure 2). Le choix des variables, leur croisement et pondération dépendent directement des caractères intrinsèques du territoire (son milieu naturel, ses activités, ses acteurs et sa société) et de la problématique travaillée par le scientifique. L’ensemble de ces cartes produites localise alors des vulnérabilités sociales ou des facteurs susceptibles de les aggraver. Cependant, ce type de cartes se réalise sur un temps long qui n’est pas synchrone avec notre système de gouvernement qui impose aux scientifiques des réponses rapides suite aux catastrophes, dans une phase d’urgence. Or, utilisées dans le cadre de la prévention, ces cartes constituent un véritable outil de prospective dans le domaine de l’aménagement du territoire, et plus particulièrement de la gestion urbaine des communes en anticipant un éventuel recul de certains bâtiments (exemple du manque d’anticipation de la mairie de Soulac-sur-mer).

10Outre le temps assez long pour produire ce type de cartes, d’autres limites apparaissent : la subjectivité et les incertitudes.

Figure 2. Extrait d’une carte de risque d’érosion. Cartographie de l’aléa érosion et quelques enjeux tels que les zones urbaines et réseaux routiers. Il s’agit d’un morceau du bassin versant du Manjra et d’une production destinée au ministère de l’Agriculture, de l’Environnement et de Ressources hydrauliques, CRDA Zaghouan, 2003.

Figure 2. Extrait d’une carte de risque d’érosion. Cartographie de l’aléa érosion et quelques enjeux tels que les zones urbaines et réseaux routiers. Il s’agit d’un morceau du bassin versant du Manjra et d’une production destinée au ministère de l’Agriculture, de l’Environnement et de Ressources hydrauliques, CRDA Zaghouan, 2003.

Sources. Programme GCP/TUN/028/ITA. © 2004-2005

Entre subjectivité et incertitudes

  • 33 « Il existe un grand nombre de représentations en fonction des hypothèses du concepteur de la carte (...)
  • 34 Par exemple, lors de la discrétisation (création de classes) d’une série de données sur la densité (...)

11La réalisation d’une carte est tout d’abord soumise au point de vue du cartographe (MacEachren et alii, 2005)33. Celui-ci peut faire ressortir, grâce à un jeu de contrastes (Itten, 1967), certains éléments qui lui semblent importants alors qu’ils paraîtraient mineurs pour un autre acteur du territoire. Le cartographe a également le choix d’utiliser une méthode de représentation de données quantitatives favorisant un point de vue particulier34 (cf. Figure 3). Cet ensemble de limites peut s’estomper grâce à un travail de groupe, hélas encore peu pratiqué.

Figure 3. Cartes de la population et densité de population en 2007. Ces cartes représentent la population (cercles proportionnels) en utilisant trois méthodes de transformation. La discrétisation de la densité de population reste la même sur les trois cartes.

Figure 3. Cartes de la population et densité de population en 2007. Ces cartes représentent la population (cercles proportionnels) en utilisant trois méthodes de transformation. La discrétisation de la densité de population reste la même sur les trois cartes.

Sources. Projet Atlas des Andes - Programme ECOSud- 2010-2012. Réalisation des cartes : Aurélie Arnaud.

12Une autre limite se situe au sein même des cours sur les SIG où la proportion de l’enseignement théorique des règles fondamentales de cartographie est très faible comparée au temps consacré aux manipulations techniques. Souvent, les professeurs s’attardent davantage sur les fonctionnalités avancées des logiciels que sur l’emploi de la sémiologie graphique. Or, la sémiologie graphique est universelle, elle permet de lire aisément des quantités et des qualités de plusieurs attributs associés à différents types d’objets sur une même carte. Ce langage graphique a toutefois lui-même des limites : il ne propose pas directement de solution pour représenter certains types d’attributs tels que ceux liés au temps (ex. des périodes de retour, des synchronisations). Cette sémiologie s’applique en effet à des cartes statiques, et non des cartes animées ou dynamiques. Ce langage universel doit alors évoluer et s’étendre, d’une part en revisitant les manuels édictant les règles de base (ex. Bertin, 1967; Cauvin et al, 2007) afin de déceler de nouvelles clefs de représentations, d’autre part en testant de nouvelles propriétés visuelles appliquées aux cartes animées (Ormeling, 1995; l’Hostis, 2003; Cheylan, 2007). Il est alors fréquent de rencontrer des cartes sur le Web difficiles à lire, voire illisibles, et dont le message est contraire à celui du commentaire qui l’accompagne35.

13La construction d’une carte est également soumise à une série d’incertitudes qui se glissent dans chaque étape de sa réalisation : la production des données, leur collecte, leur centralisation, leur traitement et leur analyse. Par exemple, appliquée aux risques littoraux, une production de données sur la température de la mer via un instrument de mesure tel qu’un thermomètre, peut s’altérer si cet instrument est malencontreusement positionné à l’exutoire d’un rejet d’une température plus élevée. Ce même capteur peut subir des aléas tels qu’un dysfonctionnement temporaire créant une production de données non régulière dans l’intervalle de temps étudié. Appliquées à une production de données sociales, notamment lors d’une réalisation d’enquête, des limites apparaissent dans le choix de l’échantillonnage de la population qui doit correspondre à une image de la société (le géographe se sert régulièrement des données de l’INSEE), ce qui n’est pas évident à mettre en pratique. Les données collectées sont également soumises à des biais tels qu’un contexte politique particulier (période électorale), des intempéries, ou autres événements subis juste avant la réalisation des enquêtes. Suite à cette étape de production des données (physiques ou sociales), les données sont saisies de manière automatique (du capteur à l’ordinateur : méthode normalement fiable), ou manuelle (de l’enquête sociale papier vers l’ordinateur). Des logiciels performants permettent aujourd’hui d’automatiser cette étape souvent longue et ingrate. Dans ces deux cas, le cartographe maitrise la production des données, ce qui n’est pas toujours le cas lorsqu’il les collecte directement auprès d’organismes. Se pose ici la question de la fiabilité des sources : l’organisme est-il consciencieux et professionnel? A-t-il utilisé des méthodes adéquates pour produire ses données? Ont-elles la précision requise dans le temps, dans l’espace et dans une unité de mesure, pour une représentation cartographique adéquate? La série de données est-elle continue dans le temps et l’espace étudié? Toutes ces questions font référence à la qualité des données dont doit s’assurer le cartographe. Ces informations sur les sources et conditions de production des données constituent les métadonnées de la future carte.

14Lors de la centralisation des données, des problèmes techniques peuvent encore apparaitre : un transfert de données de mauvaise qualité ou encore un format de données inexploitable par un logiciel récent. Enfin, le traitement et l’exploitation des données qui dépendent respectivement de la compétence de la personne à manipuler des bases de données statistiques et cartographiques, et sa connaissance dans la problématique étudiée sont des paramètres qui compromettent la fiabilité des cartes finales. Par exemple, lors de la construction d’une carte dédiée aux risques littoraux, la position du trait, du point ou de la zone se discute : « cette limite d’élévation du niveau de la mer va-t-elle être réellement atteinte »? La réponse est dans la fiabilité des calculs et des paramètres pris en compte dans les modélisations des experts, qui reste inévitablement soumis à une part d’inconnu, même si ce travail se réalise aujourd’hui en groupe.

  • 36 Coédité avec le SHOM
  • 37 Projet financé par le Ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie entre 2000 (...)

15Toutefois, les scientifiques qui produisent des cartes de risques littoraux peuvent s’appuyer sur des bases de données considérées fiables et objectives produites par l’INSEE, l’IGN (BD Litto3D36) - GeoLittoral37 (BD LITTO_MOS) et le CRIGE (l’OccSol) concernant les données socio-économiques, d’occupation et morphologie du sol. Lorsqu’il s’agit de mesures de phénomènes spécifiques (des courants, les températures d’eau, etc.), les organismes tels que l’IFREMER (BD Quadrige), le CNES (BD Kalideos), le SHOM, ou encore le BRGM (BD BASIS) sont réputés grâce à un travail sérieux des experts en terme de mesures, de rectification et d’interprétation des données.

16Malgré ces nombreuses limites exposées, les cartes scientifiques restent un outil fiable. Il faut cependant, en tant que lecteur responsable, vérifier la source des données cartographiées et la source de production. Outre leur intérêt scientifique, ces cartes servent de support pour la réalisation d’un autre type de cartes : les cartes liées aux documents d’urbanismes et la carte réglementaire du risque, que nous allons aborder dans la partie suivante.

Les dessous contestables des cartes qui imposent

  • 38 Né de la loi Barnier : Loi no 95-101 du 2 février 1995 relative au renforcement de la protection de (...)
  • 39 Par exemple dans le cas d’un bassin versant

17Les cartes scientifiques appliquées aux risques littoraux constituent une véritable aide à l’élaboration d’autres documents tels que des cartes réglementaires d’aménagement et d’urbanisme : par exemple le SCOT (Schémas de cohérence territoriale) qui est un document d’aménagement qui oriente les usages du sol à l’échelle intracommunale. Celui-ci est pris en compte pour la réalisation des PLU (Plan local d’urbanisme), document d’urbanisme qui réglemente l’usage du sol à l’échelle communale. Le PLU contient une carte réglementaire qui s’impose aux tiers, mais ce document ne suffit pas lorsque la commune est soumise à un risque majeur. Le ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie (MEDDE) estime qu’en France, une commune sur deux est concernée par un risque majeur (inondation, séisme, incendie, risques littoraux, technologiques, etc.). Le risque est un élément incontournable dans la gestion de ces communes et plus précisément la maitrise de leur urbanisation. Une politique de prévention est alors exercée en France. Un élément de cette politique est l’application du PPR (Plan de prévention des risques)38, élaboré par l’État, à l’échelle communale ou intercommunale39 et annexé au PLU. Il ajoute des restrictions et des conditions d’usage du sol à travers une carte réglementaire opposable aux tiers. Le PPR interdit par exemple de construire dans certaines zones de la commune ou autorise la construction sous condition (renforcement d’un mur, construction sur pilotis, etc.).

  • 40 PPRL : Plan de prévention des risques littoraux

18La prescription d’un PPR est liée à trois facteurs : l’histoire locale des phénomènes marquant la commune, les caractéristiques de l’aléa (études géomorphologiques, climatologiques, etc.) et l’occurrence d’une catastrophe, comme ça a été le cas suite à la catastrophe provoquée par la tempête Xynthia en 2010, où l’élaboration d’une série de PPRL40 a été accélérée.

  • 41 « Les moyens financiers consacrés par le ministère aux PPR ont augmenté d'une façon considérable au (...)
  • 42 Due à une « érosion naturelle induite par les forces marines ». Elle est également générée par l’ho (...)
  • 43 Due à la rupture ou la destruction d’un cordon dunaire à la suite d’une érosion intensive (METL et (...)
  • 44 Déplacement de dunes de sable côtières vers l’intérieur des terres sous l’effet du vent marin.

19La carte réglementaire du PPR « délimite les zones dans lesquelles sont applicables des interdictions, des prescriptions réglementaires ou des mesures de prévention, de protection et de sauvegarde » (METL et MATE, 1997). Il s’agit d’un outil gouvernemental puissant, mais dont la mise en œuvre prend du temps, notamment à cause d’autres outils concurrents tels que les politiques d’aménagement du littoral dans le cas des PPRL. Aujourd’hui, cette carte est bien connue des communes soumises aux risques. En 2009, près de 8000 communes avaient un PPR approuvé et plus de 4000 prescrits41. La carte réglementaire des PPR aide les acteurs locaux à gérer les risques, mais non sans problèmes. Son application peut parfois être perçue comme un obstacle au développement de la commune plutôt qu’un effet salvateur. Les PPRL s’appliquent aux communes soumises à des phénomènes de recul du trait de côte42, de submersions marines43 et d’avancées dunaires44. L’emprise du PPR doit suivre un bassin de risques littoraux -composé des phénomènes déjà cités qui fonctionnent en système - en tenant compte des zones les plus dangereuses et des enjeux tels que l’urbanisation (METL et MATE, 1997). Cependant, malgré l’importance de ces cartes réglementaires dans l’aménagement des territoires littoraux, elles présentent certaines limites, tant dans leur construction, que dans leur utilisation finale.

La délimitation des zones réglementaires mise à l’épreuve

20La délimitation du zonage fluctue entre la position arbitraire du trait et la négociation de ce trait posant ainsi la question des inégalités territoriales. La cartographie des zones réglementaires est issue d’un croisement entre la carte des enjeux la carte d’aléas. Cette dernière est réalisée par des ingénieurs d’État qui s’appuient sur des travaux et notamment des cartes scientifiques. Les incertitudes évoquées dans la première partie se répercutent alors dans la réalisation de ces cartes d’aléas. La fiabilité des sources, la qualité des données, les modèles de calcul de l’avancement du trait de côte, etc. représentent des incertitudes signalées dans le guide méthodologique des PPRL. D’autres éléments semblent contestables : d’une part l’échelle de la carte (entre 1/10000ème et 1/5000ème) qui impacte inéluctablement la précision du trait qui délimite un aléa fort, moyen ou faible; d’autre part, l’intégration des ouvrages tels que les digues dans l’évaluation de l’aléa. En effet, l’âge de l’ouvrage « protecteur » et son entretient, principaux facteurs de résistance, ne sont pas pris en compte dans l’évaluation de l’aléa. La catastrophe de Xynthia témoigne de cette faille (Verger, 2011 et Vinet et alii, 2012).

21L’échelle de cartographie de la carte réglementaire engendre plusieurs problèmes. Cette échelle varie entre 1/10000ème et 1/5000ème en fonction de la complexité de l’occupation des sols et de la précision nécessaire du tracé des zones réglementaires. Ainsi, un territoire densément peuplé sera cartographié à une échelle très zoomée afin de bien distinguer les bâtiments appartenant à une zone ou à une autre. Cependant, il n’est pas rare que des bâtiments se voient traversés par une limite d’un côté rouge (inconstructible) et de l’autre bleue (constructible sous condition). En effet, la limite du zonage réglementaire peut épouser celle du phénomène, celle de la parcelle, comme celle d’un élément structurant (route, falaise, etc.), en fonction du critère principal à prendre en compte. Ceci est issu d’une décision arbitraire des ingénieurs d’État qui construisent la carte. Or la progression d’un phénomène ne connait pas le tracé administratif des parcelles. Il s’agit bien d’élaborer un compromis entre les éléments naturels peu contrôlables et les limites administratives enracinées dans le territoire. Outre la position du trait réglementaire, son épaisseur pose également un problème de précision. Sur la carte, un trait réglementaire mesure 1mm d’épaisseur voire plus. Or pour une carte au 1/10000ème, ce millimètre représente 10 mètres, s’il fait 2 mm, 20 m, soit une portion d’habitation. Que faire des maisons traversées par ce trait? Que décider d’un terrain dont la constructibilité dépend d’un décalage de trait de 1mm? Des réponses peuvent se trouver lors de l’enquête publique, mais il s’agit d’une étude au cas par cas, pas forcément traitée au moment voulu. Une autre réponse réside dans la manière même d’habiter le bien (réserver un usage non permanent aux parties trop exposées).

  • 45 Chamonix est une commune mondialement connue pour son tourisme de montagne. Elle accueille chaque a (...)
  • 46 La précipitation dans l’application de PPRL a généré une grande incompréhension sociale : des habit (...)

22Pendant l’élaboration des PPR, les autorités locales participent au tracé final des zones réglementaires afin qu’elles demeurent en parfaite adéquation avec les connaissances des phénomènes du territoire (l’aléa) et ses enjeux socio-économiques. Toutefois, dans certains cas, cette concertation se transforme en véritable négociation du tracé réglementaire, où l’intérêt du développement socio-économique de la commune prévaut sur la sécurité publique. Ce cas de figure s’observe beaucoup sur des territoires touristiques où les enjeux économiques quotidiens priment sur le risque exceptionnel. Le cas de la Faute sur Mer et l’Aiguillon sur Mer avant l’événement Xynthia est très révélateur, où les zones rouges qui étaient en voie de lotissement en 2010 afin d’absorber une forte pression foncière, terminent sous deux mètres d’eau pendant la tempête (Vinet et alii, 2012). Quant au cas de la commune de Chamonix, même s’il s’éloigne du littoral, il mérite une attention. Chamonix possède des enjeux économiques forts associés à un lourd poids politique des élus et des moyens financiers et techniques. Ceux-ci permettent à la commune d’engager des contre-expertises avec son propre bureau d’étude afin de produire de nouvelles cartes d’aléas, remettant en question les cartes proposées par l’État45. Le poids des promoteurs et des industriels influence aussi la position du trait (Douvinet et alii, 2011). Le cas opposé existe également, où l’État n’est pas prêt à négocier et l’application du PPR provoque alors l’effet d’un séisme psychologique chez les acteurs locaux, amputant leur territoire de leurs richesses sociales et économiques (exemple de la décision d’expropriation de 1400 habitations suite à la catastrophe Xynthia46). Le danger de cette pratique est la déterritorialisation d’une région.

  • 47 Bien illustré dans la conclusion d’un dossier de Le Bourhis (2007) sur les savoirs cartographiques (...)
  • 48 Observations dans le cadre de travaux de recherche sur la réalisation des PPRT de Martigues et Fos- (...)
  • 49 Loi no 2003-699 du 30 juillet 2003, dite loi Bachelot, relative à la prévention des risques technol (...)

23Cette différence de marge de négociation entre le trait de l’État et les collectivités locales entraine une sorte de « corruption des territoires à risques » où le mieux donnant (la collectivité qui peut financer ses contre-expertises) poursuivra son développement économique. Un juste milieu, entre une application trop stricte ou trop laxiste du zonage, trouvera-t-il sa voie?47 La source du problème serait liée à une concertation insuffisante, mais s’il était autrefois reproché à l’État d’imposer les PPR, aujourd’hui, cette phase de prescription tend à se réaliser à travers une véritable concertation entre les ingénieurs d’État, les scientifiques et les acteurs locaux48. Ainsi, nous percevons une meilleure prise en compte des spécificités territoriales, dès la conception du PPR grâce à une véritable collaboration en amont. Si le PPRL réalisé dans l’urgence suite à Xynthia n’a pas du tout respecté cette ligne du guide méthodologique, l’élaboration des PPR accentue actuellement les efforts dans ce sens, grâce notamment aux respects des prescriptions de la loi Bachelot49. Outre cet aspect, pourquoi la rigueur du trait réglementaire se fait parfois dépasser?

Éléments d’explication de l’irrespect du trait

  • 50 Ces éléments s’ajoutent à ceux décrits dans l’article de Douvinet et alii (2012) : « une absence de (...)
  • 51 Hôpitaux, écoles, maisons de retraite, campings, etc.
  • 52 Centres téléphoniques, centres de secours, etc.
  • 53 À ce sujet de nombreux projets scientifiques travaillent sur des méthodes intégrant des facteurs de (...)

24Ce paragraphe s’attache à expliquer quelques raisons du non-respect du trait réglementaire. Les pistes de l’ignorance de la vulnérabilité sociale, de la non-adaptation des SIG et du manque de communication avec les habitants sont explorées50. Les enjeux font l’objet d’une cartographie (cf. Figure 4). La « carte d’enjeux » prend en compte les populations en danger en cartographiant les ERP (Établissements recevant du Public)51, les équipements sensibles52, les voies de communication susceptibles d’être affectées par un phénomène, et les voies accessibles pour les secours en cas de crise. Malgré la fiabilité de ces sources, les connaissances liées aux aspects socio-économiques sont très peu intégrées, or ils apportent des éléments cruciaux pour évaluer la vulnérabilité d’un territoire : la densité de population, la composition de cette population (retraités, jeunes familles, etc.); ou encore, dans le cas d’entreprises, le type de production, les matériaux utilisés, etc. Pour ce cas précis, la pénétration de l’eau de mer, aux effets corrosifs, à l’intérieur de bâtiments industriels entrainerait l’obsolescence des machines de productions et affecterait durablement une économie locale. De plus, le lessivage des matériaux par la mer est susceptible de provoquer une pollution du rivage. Cette lacune est soulignée depuis plus d’une dizaine d’années par les travaux scientifiques qui insistent sur l’indispensable prise en compte de cette vulnérabilité sociale53 et physique. Des PPR récents intègrent toutefois aux cartes d’enjeux des densités fines de populations. Même très timide, il s’agit d’un premier pas. Rappelons que seuls les éléments exposés physiques (bâtiments publics/privés, etc.) et leur niveau d’enjeux (un service de secours, une route d’évacuation, etc.) sont requis par le guide PPRL. Le trait réglementaire reste alors réducteur du paysage social du territoire.

Figure 4. Carte des enjeux : extrait du PPR inondation par débordement de la Marne, 2002.

Figure 4. Carte des enjeux : extrait du PPR inondation par débordement de la Marne, 2002.

25Pendant sa phase d’élaboration du PPR, le zonage réglementaire se réalise parfois avec l’aide d’un SIG54. L’intégration des données relatives au territoire et aux risques dans ce logiciel permet aux acteurs de réaliser des croisements de couches d’informations, favorisant ainsi l’analyse, l’aide à la concertation, mais également l’aide à la décision. Cependant, même si le SIG demeure très intéressant pour faciliter la compréhension et susciter la discussion, l’interface reste trop complexe pour être accessible aux différents partenaires du territoire. Et même si de nombreuses requêtes sont possibles, l’utilisation de SIG demande une bonne connaissance de l’outil (Zimmermann, 2009). Les TIC pourraient ici prendre le relais pour rendre ces SIG accessibles aux décideurs.

  • 55 Mesures de protection, dont celles relevant de la loi n°86-2 du 3 janvier 1986 relative à l’aménage (...)
  • 56 Les conseils général et régional sont souvent impliqués dans la gestion du littoral, mais aussi les (...)
  • 57 Associations de riverains
  • 58 Prim.net, met en ligne les zonages cartographiques interactifs du règlement PPR : http://cartorisqu (...)

26Une fois la carte réglementaire finalisée (cf. Figure 5) et compatible avec les exigences de protection du littoral55, le PPR est soumis à une phase d’enquête publique où les acteurs locaux sont invités à discuter et donner leur avis : les élus communaux, mais également d’autres acteurs publics56 et privés tels que des acteurs économiques et « associations représentatives »57 alors susceptibles de faire évoluer le trait. Si la phase de concertation antérieure a bien été respectée, il y a peu de surprise. L’objectif est de produire une cartographie du risque acceptable pour l’ensemble des acteurs du territoire. Toutefois, les habitants des communes à risques reprochent souvent que les cartes ne soient pas rendues publiques au bon moment, générant colère et incompréhension. L’enquête publique destinée à présenter le PPR aux habitants est parfois mal communiquée et le PPR reste un outil majoritairement diffusé en mairie sur support papier. L’intégration des TIC, pour l’instant timide, est un réel espoir afin de rendre consultables les cartes lors des enquêtes publiques, voire de créer de véritables cartes participatives. Actuellement, quelques PPR sont en ligne, associant les zonages cartographiques réglementaires et le règlement écrit. La facilité de navigation n’est pas encore conviviale et fluide, mais ces progrès sont prometteurs58.

27

Figure 5. Carte réglementaire du PPR Inondation de l’Aiguillon-sur-Mer.

Figure 5. Carte réglementaire du PPR Inondation de l’Aiguillon-sur-Mer.

Source. DDTM, Vendée, 2012

28Les cartes réglementaires comme les cartes scientifiques doivent à un moment donné côtoyer le monde (le grand public) pour le sensibiliser, sans l’effrayer, tout en le rendant responsable. Est-ce possible? Quelles particularités présentent les cartes rendues publiques? Toutes les cartes sont-elles publiables au grand public? Comment communiquer une information cartographique adaptée à dernier?

Le potentiel des TIC-SIG sous-exploité pour le grand public

29L’utilité et la nécessité des cartes scientifiques et réglementaires ont été exposées, mais également leurs limites dans le monde de la recherche et le monde institutionnel. Ces cartes sont réalisées respectivement dans des buts bien précis d’aide à la compréhension de phénomènes d’une part, et de gestion des territoires en réglementant l’usage du sol, d’autre part. Les lecteurs de ces cartes sont alors des experts, des chercheurs ou les acteurs institutionnels (ingénieurs, techniciens, décideurs et élus), habitués à ces types de cartes. Lorsqu’un élu tente de comprendre la carte des aléas, plusieurs problèmes peuvent se poser : comment la carte a-t-elle été construite? Quels critères ont été retenus et croisés pour positionner le trait? Pourtant, depuis l’explosion des TIC, la carte statique à diffusion limitée a beaucoup évolué. L’association des TIC aux outils SIG est prometteuse dans le domaine de la communication de l’information, de la compréhension des phénomènes et de l’aide à la décision. Cependant, à quel prix les acteurs territoriaux sont-ils prêts à déployer ces apports aux risques littoraux?

30Aujourd’hui, les cartes sont massivement diffusées dans le monde entier, sur la « toile ». Cette extraordinaire avancée technologique du Web permet aux chercheurs, où qu’ils soient, de naviguer sur leurs cartes et d’échanger sur leurs méthodes de travail. Les ingénieurs qui réalisent les cartes d’aléas pour un PPR ont eux aussi la tâche facilitée en ayant la possibilité d’accéder à ces cartes. Quant aux acteurs territoriaux et les citoyens de certaines communes, ils ont la possibilité de consulter leur PPR en ligne. Si l’accès aux cartes scientifiques et réglementaires est facilité, leur visualisation n’est toutefois pas toujours adaptée aux utilisateurs finaux : les ingénieurs, les décideurs ou le grand public. Par exemple, les articles de la revue scientifique Nature sont vulgarisés afin d’être lus et compris par un maximum de lecteurs dans les journaux ou magazines destinés au grand public (ex. science et vie). Dans le domaine de la cartographie, les cartes doivent suivre ce processus de simplification, afin que le public non familiarisé avec la lecture de ce type de document puisse aisément le comprendre. Outre les techniques de simplification des cartes qui consistent à synthétiser l’information et simplifier les représentations, la carte finale prive le lecteur d’informations pourtant probablement intéressantes pour lui. Or les techniques offertes par les TIC n’améliorent pas seulement l’accessibilité aux cartes, elles offrent également la possibilité de les visualiser différemment grâce à des outils de navigation courants (déplacement, zoom, etc.), ou plus élaborés en s’associant aux outils SIG (choix d’affichage de certaines informations par un clic : le trait de côte, le bâti, les zones inondées en 2010, etc.). Les légendes interactives offrent ainsi la possibilité de cliquer sur diverses couches d’informations visualisables les unes après les autres ou les unes avec les autres, tout en jouant avec la translucidité de chacune (cf. Figure 6). L’utilisateur réalise sa propre carte en fonction de l’information qu’il était venu chercher sur le Web. Des sites Internet offrent également une liaison interactive entre la carte et la visualisation de photographies liées à des points géolocalisés. Ces techniques de navigation reconnues pour être pédagogiques permettent à l’utilisateur une lecture progressive et adaptée à ses connaissances. L’interactivité facilite également la participation de tous via la création d’interfaces dédiées. Ainsi, des cartes permettent aux utilisateurs de participer à des actions de gestion du territoire (ex. position d’une décharge ou d’une station d’épuration) ou à l’amélioration des services de gestion de crise (cartes de crise). Ces cartes participatives possèdent un réel avenir, notamment dans la genèse d’un consensus entre les citoyens et les décideurs. Un autre élément très intéressant apporté par les TIC : l’animation. Les objets de la carte peuvent ainsi bouger en fonction de divers paramètres, le plus souvent le temps. Mais ils peuvent également migrer en fonction d’un scénario choisi. Cette visualisation est vraiment intéressante dans le cas d’aide à la décision où l’acteur peut tester des scénarios associés aux informations souhaitées en fonction des priorités de sa collectivité.

Figure 6. Site Internet présentant des cartes interactives sur les risques naturels majeurs à Paris.

Figure 6. Site Internet présentant des cartes interactives sur les risques naturels majeurs à Paris.
  • 59 Intégrant toutes les formes de cartographies en ligne : cartes cliquables, cartes dynamiques, carte (...)

31Nous proposons maintenant de détailler les formes de déploiement des TIC/SIG explorées en France et appliquées à la diffusion d’information géographique sur des risques à destination du grand public. Le paragraphe permet d’identifier les limites et les perspectives de cet assemblage TIC/SIG, entre cartographie classique et cartographie évolutive59.

La cartographie des risques version grand public

32En termes de production cartographique, un certain nombre de cartes est destiné spécifiquement à informer le grand public sur les risques, notamment littoraux, que ce soit sur du papier ou sur le Web. Mais en France, les cartes de risques adaptées au grand public sont initiées par l’État central ou déconcentré, et font partie de la politique de prévention des risques dont les communes sont responsables. L’État, les régions, les départements et les communes financent cette démarche à leur échelle respective. Les territoires sont-ils égaux en termes de quantité d’information diffusée et en termes d’accès ergonomique à cette information (cartes interactives et animées)?

33À l’échelle communale, les villes ont une obligation d’informer leur population sur les risques majeurs, et notamment à travers des DICRIM (Documents d’information communale sur les risques majeurs) qui sont des documents destinés à informer les habitants. Ceux-ci comportent souvent des cartes de risques synthétiques et simples. Ils se présentent sous la forme d’un livret sous format papier distribué dans les boites aux lettres des habitants et disponible en mairie. Son format .pdf est couramment en ligne. Par exemple les communes de Martigues60 (Bouches-du-Rhône) et d’Hyères61 (Var) comportent de véritables cartes synthétiques et claires des risques qui menacent leurs habitants (cf. Figure7). Certaines communes adaptent la version papier au support numérique et profitent des technologies TIC/SIG pour mettre en ligne un DICIRM interactif, voire même dynamique. Par exemple, Saint-Étienne met en ligne une carte interactive de l’historique des événements de la ville liés aux risques62. Elle offre à l’utilisateur la possibilité de choisir son fond de carte, le type d’événements passés, ou encore l’affichage des cours d’eau et des quartiers. Cette information sur l’histoire des événements est d’une grande importance. Aujourd’hui, les sociologues du risque ont prouvé à quel point cette connaissance entre en jeu dans les processus de formation d’une culture du risque (Peretti-Watel, 2001). Cette démarche est donc très intéressante. De plus, les utilisateurs de cette carte interactive peuvent en un clic se positionner sur une adresse de leur choix. Là encore, la possibilité de visualiser « où j’habite » est un atout pour augmenter l’intérêt de l’internaute. Quelques communes informent sur les risques grâce à d’autres outils, comme la ville de Marseille qui a développé un atlas des risques en ligne, interactif et très convivial63.

Figure 7. Extrait de la carte des risques technologiques.

Figure 7. Extrait de la carte des risques technologiques.

Source : DICRIM de Martigues : http://www.bd-dicrim.fr/​uploads/​13056-martigues-23.pdf) et DICRIM de Hyères : http://www.bd-dicrim.fr/​uploads/​83069-hyeres-525.pdf).

  • 64 Ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie et ministère de l'Égalité des ter (...)

34À l’échelle départementale, les DDRM (Documents départementaux sur les risques majeurs) présentent les risques à l’échelle d’un département. Ils sont réalisés par le conseil général et sont destinés à informer les maires. Les DDRM aident ces derniers à réaliser leur DICRIM. Les DDRM contiennent souvent des cartes à petite échelle montrant l’ensemble des communes du département affectées ou non par un seul risque. À cette même échelle, une application cartographique interactive très complète « CARTELIE » a été développée par deux ministères64 et s’applique pour chaque DDTM (Direction départementale des territoires et de la mer) (cf. figure 8). Elle permet de visualiser plusieurs informations concernant le risque : l’aléa avec un tracé précis, mais aussi les enjeux avec la possibilité de visualiser en fond de carte orthophotographique, ou le zonage parcellaire, ou encore la carte topographique de l’IGN au 1/25000ème. Cependant, cet outil est réservé aux seuls agents des services du MEDAD.

35À l’échelle de l’hexagone, l’État possède son site Internet accessible au grand public : cartorisque.prim.net. Celui-ci diffuse de l’information sur les risques, et comporte une application de cartographie interactive. De nombreuses délimitations d’aléas dont les inondations sont représentées, cependant, la précision des emprises est très aléatoire (cf. figure 9).

Figure 9. Extrait de l’outil Cartorisque, 2014.

Figure 9. Extrait de l’outil Cartorisque, 2014.

Source. http://cartorisque.prim.net/​dpt/​06/​06_ip.html.

36Les cartes destinées au grand public sont réalisées parfois à l’échelle du risque (AZI : Atlas des zones inondables) ou à l’échelle de plusieurs risques. Les AZI ont été lancés par l’État au début des années quatre-vingt-dix afin d’inciter à lancer des procédures de PPR Inondation. Ils jouent aujourd’hui un véritable rôle d’information de la population. En ligne, ils sont simples d’emploi et la consultation des cartes est interactive65. Ils sont financés et réalisés à l’échelle d’un bassin versant ou d’une région. Les DREAL mettent également en ligne les TRI (Territoires à risque important d’inondation). Ces derniers sont diffusés au format classique, c’est-à-dire une carte statique, imposant une navigation fastidieuse entre les cartes. Des organismes spécialisés diffusent aussi des cartes pour le grand public, à l’échelle d’un ou plusieurs risques. Dans la région PACA, le CYPRES66 et AIRPACA67 sont actifs. Dans le département de l’Isère, l’IRMA68 est un organisme très dynamique en la matière, produisant des cartes, mais également des films et des reportages photographiques. Dans le domaine des risques littoraux, les cartes destinées spécifiquement au grand public demeurent cependant peu nombreuses. Les DREAL informent, mais n’adaptent pas forcément le message.

37D’autres cartes d’informations liées aux risques sont très intéressantes de par leur utilisation des TIC, même si elles s’éloignent de la thématique stricte des risques :

  • Les cartes participatives (Caquard, 2003) proposent aux habitants un moyen de s’exprimer en choisissant par exemple la position d’un aménagement telle qu’une station d’épuration.

  • Les cartes de vigilance météorologique produites par Météo-France (comme par exemple les cartes d’alertes orange sur les surcotes et les vagues) sont interactives et mises à jour très régulièrement. Elles offrent la possibilité aux citoyens d’adapter leur comportement en anticipant l’heure du retour à son domicile ou en annulant un trajet en voiture.

  • La cartographie des catastrophes en temps réel (Sira, 2010) comme celle d’Haïti (séisme – tsunami de 2010) où des cartes de crise en temps réel ont vu le jour propose aux victimes de localiser via leur smartphone (ou autre système embarqué et connecté) des informations stratégiques permettant aux autorités locales d’optimiser les secours (crisis mapping. cf.§ 2.2.) : localisation d’une personne blessée ou d’une maison inondée, localisation d’une hauteur d’eau, localisation d’une ligne téléphonique endommagée, etc. Dunn et al (2012) ont d’ailleurs prouvé que ces cartes stimulaient l’entre-aide. Par exemple, une personne qui visualise sur la carte son voisin en difficulté est susceptible de lui porter secours.

  • Les cartes de « retour d’expérience » élaborées suite aux grandes catastrophes telles que le séisme-tsunami qui affecta l’Indonésie en 200469, la tempête Katrina (en Nouvelle-Orléans en 2005)70, le séisme-tsunami d’Haïti en 201071 et le séisme-tsunami du Japon en 201172, reconstituent les événements de manière chronologique. Leur particularité est qu’elles sont adaptées au grand public, qu’il s’agisse de cartes statiques ou de cartes utilisant les TIC (interactives, animées et même dynamiques), favorisant ainsi considérablement la compréhension des phénomènes passés.

38Les TIC associées à la technologie SIG sont de plus en plus employées dans la création de ces cartes grand public. Cette association facilite la navigation dans l’information cartographique : l’interactivité permet à l’utilisateur de choisir les couches d’information qu’il souhaite voir se cartographier simultanément, elle facilite également l’affichage d’informations multimédias qui s’affichent de manière synchrone aux objets sélectionnés, enfin, l’animation contrôlable permet de visualiser des phénomènes dans le temps. Ces cartes dynamiques et multimédias sont très appréciées des utilisateurs grand public puisqu’elles facilitent la compréhension : l’utilisateur navigue en fonction de ses propres connaissances, et à son rythme d’assimilation de l’information.

39Statique ou évolutive, la carte qui informe le grand public sur les risques littoraux français utilise-t-elle tout ce potentiel TIC/SIG pour livrer une information « performante », c’est-à-dire adaptée à son récepteur, l’utilisateur final?

Performance de l’information des cartes grand public?

40Les cartes spécialement conçues pour le grand public ne sont finalement pas aussi courantes qu’on aurait pu le penser : lorsqu’un scientifique ou un ingénieur réalise une carte et la diffuse sur le Web, il n’aura pas forcément le temps ni la compétence de la traduire pour un public non averti. La lecture de ces cartes spécialisées peut entrainer de mauvaises interprétations et engendrer des effets de paniques ou à l’inverse, d’indifférence. Or le but est de sensibiliser et améliorer la connaissance des risques chez le citoyen. Les problèmes de performances de la carte sont liés à plusieurs éléments : la forme du message, le cartographe, le degré d’information, et les TIC elles-mêmes.

41Tout d’abord, la forme du message, ici entendue comme la place de la carte sur le site Internet, est importante. Est-ce qu’il s’agit d’un lien hypertexte peu visible positionné en bas d’une page Web? Ou est-ce qu’il s’agit d’un véritable atlas interactif dédié aux risques littoraux où les cartes occupent toute la fenêtre de navigation? Évidemment la seconde solution est beaucoup plus performante pour des raisons que nous avons déjà expliquées. Malheureusement, le Web ne présente pas actuellement d’atlas des risques littoraux pour le grand public. Le seul rencontré dans la toile est destiné aux techniciens. Il s’agit de l’atlas des risques littoraux du département du Morbihan en ligne sur le site de la DDTM73 et dans un format statique 74.

42Ensuite, la finalisation de la carte est l’étape ultime consistant à travailler sur les couleurs et les contrastes utilisés, mais également en profondeur, sur la sémiologie graphique. Bien souvent cette phase est délaissée, et ceci pour plusieurs raisons : le cartographe manque de temps et restitue une carte qui satisfait quand même les utilisateurs finaux, non-experts du « shape » du message cartographique. Ces derniers s’exposent alors à de possibles contresens. La seconde raison est plus grave, le cartographe n’a pas de connaissances liées aux règles sémiologiques et livre des cartes dénuées de sens. Les DICRIM font partie de ce cas. Les DICRIM des communes de Marseille75 et de Toulon76 mettent par exemple en ligne des cartes exemptes des limites des communes voisines, créant ainsi une gêne au bon repérage du lecteur sur la carte. De plus, la mer n’est pas représentée! Sans ajouter que certaines règles sémiologiques sont peu respectées (couleurs pas toujours employées à bon escient) et quelques légendes oubliées.

  • 77 Le DICRIM en ligne de la commune d’Ars-en-Ré présente un document .pdf où en page 4 les cartes extr (...)

43Concernant le degré d’information livré, celui-ci doit correspondre au public visé. Un habitant non spécialiste des risques aura besoin d’une information claire et bien moins détaillée qu’un ingénieur expert en la matière. Là encore, les DICRIM sont parfois réalisés par des non-experts de la carte ou de la communication, livrant au grand public des cartes peu adaptées et difficiles à lire77. D’une manière générale, les cartes des DICRIM présentent trop souvent des cartes extraites du règlement du PPR alors qu’il s’agit d’informer de manière simple sur la localisation de risques. Ce phénomène est fréquent dans le cas des petites communes qui manquent de moyens techniques et financiers. Lorsque les communes ont davantage de moyens, les cartes sont mieux adaptées au grand public, car une personne compétente peut être missionnée à temps plein. La carte, même simplifiée, doit donc être l’affaire de personnes sachant lier des connaissances thématiques, les technologies TIC, les logiciels SIG et les règles de sémiologie cartographiques. Le problème du degré d’information s’observe également au niveau des objets cartographiés. Par exemple, l’atlas des risques majeurs de Marseille, décrit plus haut, présente des polygones correspondant aux différents types de risques sans pour autant préciser la composition de la notion de risque : s’agit-il d’un zonage des cartes d’aléas des PPR, ou d’un zonage synthétique issu du croisement d’aléas et de vulnérabilités?

44Enfin, la performance de l’information peut être endommagée par l’utilisation des TIC, victime de son champ des possibles et de la rapidité de son développement pas toujours maitrisé par les praticiens experts et les utilisateurs finaux. Le cas de la cartographie en temps de crise, exposé plus haut, est un bon exemple pour présenter les limites des TIC. Tout d’abord, pour construire des cartes de crises, les victimes doivent être équipées de dispositifs compétents (un portable ou un ordinateur avec une connexion téléphonique ou Internet, ou un téléphone dernière génération avec un GPS intégré), or ces utilisateurs peuvent avoir endommagé ce matériel lors du phénomène, ou tout simplement ne pas disposer de ces outils. De plus, en temps de crise, les réseaux de télécommunication sont rapidement saturés réduisant l’immédiateté du message (mise à jour des cartes), la netteté du fond de carte pour cartographier les objets (pixellisation d’une photographie satellite) et par conséquent l’utilisation de ces cartes en temps réel. En situation de conflit, il est également impératif que le gouvernement joue le jeu et ne censure pas ces cartes. La gestion de la cartographie de la crise (crisis mapping) est complexe puisqu’elle se construit à travers la volonté des internautes qui peuvent être nombreux (de Blomac, 2012). Une autre limite à cette pratique est la qualité des informations envoyées par la population depuis le terrain, susceptibles d’être déformées du fait du choc traumatique de l’événement.

  • 78 Carte interactive montrant les équipements touristiques et culturels de Pouliguen, zone littorale s (...)

45Ces éléments montrent que l’optimisme du début de cette troisième partie s’assombrit. Au final, la cartographie de l’information sur les risques littoraux et les risques en général, destinée au grand public est, en France, dispersée et inégale. La cartographie des risques ou certains de ses aspects –l’histoire des événements, l’aléa inondation, etc.- se répartit sur plusieurs sites Internet et non un seul qui regrouperait toute cette information. Elle est également inégale d’une région, d’un département ou d’une commune à l’autre. Le développement des cartes évolutives via les TIC/SIG est peu exploité pour le grand public, voire très rare dans le domaine précis des risques littoraux où les acteurs institutionnels (dont l’État et la DREAL) se contentent de diffuser des cartes dans un format statique (.pdf, .jpg). En effet, les outils et la technologie existent, mais encore faut-il financer leur déploiement et leur application sur les risques littoraux. Les exemples de très belles cartes animées et interactives dans d’autres domaines foisonnent pourtant, surtout dans le domaine du tourisme78.

Conclusion

46La carte de risques littoraux est un outil indispensable à la compréhension et la gestion des risques littoraux qu’il s’agisse des aspects phénoménaux (le recul de la côte) comme sociaux (un ensemble d’immeubles, leur densité de population et leurs réseaux menacés). Lorsque la carte se fond dans un environnement TIC, celui-ci ne doit pas seulement servir de vecteur de communication, mais offrir bien plus, notamment dans son association aux SIG. La preuve en est faite avec des applications sur des thématiques à fort pouvoir lucratif : le tourisme. La réalisation de telles cartes évoluées permet alors une véritable réflexion sur le devenir de ces territoires littoraux parfois en pleine mutation liée à l’étau tourisme-protection. La faculté de ces cartes évolutives à aider à la concertation et à la décision auprès des acteurs territoriaux dans leur choix de gestion du risque, d’aménagement et d’urbanisation est prouvée. Quant à son pouvoir pédagogique pour améliorer la connaissance du grand public et le rendre acteur de la gestion du risque, il a été vérifié. Nous avons montré également que la performance de l’information de ces cartes est pleinement liée à l’utilisation du couple TIC – outil SIG. Cependant, appliquée aux risques littoraux dans un enjeu d’urbanisation, la cartographie reste l’affaire d’experts, alors qu’elle doit participer à la communication entre acteurs de l’État et du territoire local dont les citoyens ne doivent pas être écartés. Pour cela, la construction des cartes et leur diffusion demandent une réflexion pointue et plurielle faisant intervenir des spécialistes des phénomènes littoraux (géomorphologues, météorologues, etc.), des spécialistes des enjeux littoraux (juristes, anthropologues, sociologues, économistes, urbanistes, etc.) et des spécialistes de la mise en relation socio-spatiale de ces deux composantes (géographes, etc.). La réalisation de cartes pertinentes ne peut se priver de cartographes, et la qualité de sa diffusion, de géomaticiens. L’association de ces disciplines et domaines améliorerait la pertinence des messages cartographiques (application des règles de sémiologie graphiques, application du message au type de lecteur) et faciliterait leur lecture (grâce à l’utilisation des TIC associées aux SIG).

Haut de page

Bibliographie

Arnaud, A, 2009, Valorisation de l’information dédiée aux événements de territoires à risque, Une application sur la couronne grenobloise, Thèse de doctorat de géographie, [En ligne] URL : http://tel.archives-ouvertes.fr/docs/00/66/46/47/PDF/these_aurelie_arnaud.pdf, Université Joseph Fourier, Grenoble 1, 500p.

BD GASPAR : Base de données Gestion assistée des procédures administratives relatives aux Risques naturels et technologiques de la Direction générale de la prévention des risques (DGPR).

Bertin, J., 1967, La sémiologie graphique, Paris, Gauthiers-Villars, 431 p.

Buchet B., 2007, La carte à la carte sur le Web, CFC n° 193, Septembre 2007, pp. 37-47.

Caquard S., 2003, Evolution cartographique et participation publique, Un prototype de cartes multimédia pour la gestion de l’eau, Revue internationale de géomatique, volume13, n°1, pp. 15-27.

Cauvin C., F. Escobar et A. Serradj, 2007, Cartographie Thématique 1 à 4, Hermes Science, Lavoisier, Paris, 280 p, x 4 volumes.

Centre d’études sur les réseaux, les transports, l’urbanisme et les constructions publiques (CERTU), 2013, Les enquêtes déplacements « standard CERTU », Note de présentation, 15 p.

Cheylan, J-P., 2007, Les processus spatio-temporels : quelques notions et concepts préalables à leur représentation, Les dossiers de Mappemonde « cartographie animée », n° 87, mars 2007, 21 p.

Davoine, P-A., B. Moisuc, J. Gensel et H. Martin, 2006, SIHREN : une plate-forme pour la génération de systèmes d’information spatio-temporelle et multimédia dédiés aux risques naturels, Revue Internationale de Géomatique, numéro spécial “Information géographique et gestion des risques”, vol 16, n° 3-4.

Douvinet, J., A. Anselle, S. Defossez et A.-S. Donolle, 2011, Les maires face aux plans de prévention du risque inondation (Ppri), L'Espace géographique, 2011/1 Tome 40, p. 31-46.

Dunn Cavelty, M. et J. Giroux, 2012, La cartographie de crise : le phénomène et son utilité Humanitaire. Enjeux, pratiques, débats, Dossier « Cartographie humanitaire : nos représentations en question », n° 32.

GIEC, 2007, Bilan 2007 des changements climatiques. Contribution des Groupes de travail I, II et III au quatrième Rapportd’évaluation du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat [Équipe de rédaction principale, R.K Pachauri et A. Reisinger (publié sous la direction de)]. GIEC, Genève, Suisse, 103 pages.

Itten, J., 1967, Art de la couleur, Édition originale en 1961 : Kunst Der Farbe, Traduction en français en 1967, puis 2001, Ed. Dessain et Tolra, 155 p.

Kraak, M-J., 2001, Web cartography : Developments and prospects, [En ligne] URL : http://www.kartografie.nl/webcartography/webbook

L’Hostis, A., 2003, De l’espace contracté à l’espace chiffonné. Apports de l’animation à la cartographie en relief des distances-temps modifiées par les réseaux de transport rapides, Revue internationale de géomatique, vol. 13, n° 1, pp. 69- 80.

Le Bourhis, J-P., 2007, Du savoir cartographique au pouvoir bureaucratique. Les cartes des zones inondables dans la politique des risques (1970-2000), Genèses, 2007/3 n° 68, p. 75-96.

Leroux, B., 2005, Une étude sur les zones inondables : construction d’un objet intermédiaire entre techniciens et élus, Filâtre D., de Terssac G. (coord.) Les dynamiques intermédiaires au cœur de l’action publique, coll. Travail en débats, édition Octarès, 9p.

Levy, J., 2002, Un tournant cartographique? Ces territoires qui se dessinent, Dir. B. Debarbieux et M. Vanier, Édition de l’Aube Datar, bibliothèque des territoires, pp. 129-144.

Mac Eachren, A. et M-J. Kraak, 2001, Research challenges in geovisualisation, Forthcoming in Cartography and Information Sciences, Vol. 28, n° 1, 11p.

Mercier, D. et C. Chadenas, 2012, La tempête Xynthia et la cartographie des « zones noires » sur le littoral français : analyse critique à partir de l'exemple de La Faute-sur-Mer (Vendée), Norois 1/2012, n° 222, p. 45-60

Merlin, P., 2007, Tourisme et aménagements touristiques : des objectifs inconciliables? Paris, la Documentation française, 251 p.

Ministère de l'Aménagement du Territoire et de l'Environnement et ministère de l'Equipement, des Transports et du Logement (METL et MATE) 1997, Plan de prévention des risques littoraux (PPR), Guide méthodologique, La documentation française, Paris, 58 p.

Mouroux, P., B. Le Brun, S. Depinois, E. Bertrand et P. Masure, 2004, Projet européen RISKUE : application à la ville de Nice, Rapport BRGM/RP-53202, 137 p., 43 ill., 3 Annexes.

Observatoire national des risques naturels (ONRS) et Commissariat général au développement durable • Service de l'observation et des statistiques, 2011, les risques naturels et industriels sur le littoral - Chapitre VI, mai 2011, Environnement littoral marin, 20p.

Ormeling, F.J., 1995, Teaching animation cartography, Proceedings of the Seminar on Teaching Animated Cartography, Madrid, Spain

Peretti-Watel, P., 2001, La société du risque, La découverte, collection repères, republié en 2010, 126p.

Propeck-Zimmermann, E., 2009, Nouvelles approches ergonomiques de la cartographie des risques industriels, Mappemonde, n° 96, 4-2009, 18 p.

Sira, C., A. Schlupp et M. Schamong, 2010, SISMOCOM : Données participatives et cartographie en temps réel après un séisme, Le Monde des cartes, n° 206, pp. 13-20.

Verger F., 2011, Digues et polders littoraux : réflexions après la tempête Xynthia, Physio-Géo, Volume 5,

Vinet F., S. Defossez, T. Rey et L. Boissier, 2012, Le processus de production du risque « submersion marine » en zone littorale : l’exemple des territoires « Xynthia » », Norois 222,

VULNERALP, 2007, Évaluation de la vulnérabilité sismique à l’échelle d’une ville de Rhône-Alpes – Application à Grenoble, Programme thématique prioritaire, Rapport de fin de contrat du projet VULNERALP, [en ligne] URL : http://users.isterre.fr/pgueg/VULN, 50 p.

Haut de page

Notes

1 Définition du ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie : « phénomènes naturels susceptibles de menacer les personnes et les biens installés en zone littorale ».

2 À partir des années 30 (congés payés) et toujours aujourd’hui en croissance (Merlin, 2007)

3 Rapport du sénat 2009 : http://www.senat.fr/notice-rapport/2009/r09-554-notice.html

4 Appels à projets de Recherches de l’ANR (Agence Nationale de la Recherche) spécialisés dans les risques littoraux : en 2011 et aujourd’hui dans l’appel à projet 2015 où le changement climatique prend la première place des défis sociétaux.

5 Accélération subite de la réalisation de Plan de Prévention des risques naturels littoraux : cf. article http://www.developpement-durable.gouv.fr/L-acceleration-des-Plans-de.html

6 Information disponible sur le Web, mise en ligne à l’initiative de l’État (Prim.net) et ses services déconcentrés (developpement-durable.gouv.fr)

7 Carte topographique au 1/25000ème produite par l’IGN : Institut national de l’information géographique et forestière, ancien Institut géographique national.

8 La carte est associée à une base de données géolocalisées (tableau de donnée correspondant aux objets et leurs attributs à représenter). Les logiciels les plus courants sont ArcGIS et Map-Info. Également, QuantumGIS qui est un SIG libre dont les fonctionnalités s’étendent de jour en jour permettant de rattraper la performance des logiciels lucratifs.

9 La technologie des télécommunications permet la consultation d’une toile d’information multimédia (multiformat : vidéo, photos, etc.) à l’échelle mondiale (le World Wide Web), diffusée par le réseau Internet et visualisable sur nos écrans d’ordinateur.

10 Information ayant un x et y (longitude et latitude). Ce qui est représenté sur la carte sont les attributs (hauteur, fonction) d’objets (bâti) qualitatifs (fonction du bâtiment = école) ou quantitatifs (hauteur = 15 mètres).

11 Recherches de relations spatiales entre les informations. Le croisement de données attributaires facilite en effet la mise en évidence des phénomènes spatiaux : par exemple, la concentration de population dans des zones à risques, permettant d’anticiper des actions d’évacuations.

12 Zoom, affichage d’hyperliens multimédias, etc.

13 Attributs qualitatif/quantitatif ou spatial/temporel.

14 Aussi nommée carte d’analyse par Buchet (2007) : « Une carte d’analyse doit permettre à son lecteur de faire des hypothèses sur un phénomène et de valider ces hypothèses grâce à une lecture détaillée de propriétés de ce phénomène ».

15 Hectopascal

16 Cette technologie est une véritable science appelée la géomatique.

17 Le SIG permet de centraliser et de structurer les données afin d’effectuer des analyses spatiales tout en facilitant la réalisation de cartes à analyser et de cartes finales à publier (cartes de submersion marine). Si les SIG classiques sont très performants dans l’exploitation des données et la production de cartes statiques et animées (vue en survol, animation d’objet), ils demeurent moins efficaces lors de la production de cartes dynamiques (interactives et animées) et encore moins lorsqu’il s’agit d’intégrer de l’information multimédia. Des logiciels très élaborés existent toutefois depuis quelques années, seulement à l’état de prototypes. Par exemple la plateforme GenGHIS (crée par le LIG - Laboratoire d’Informatique de Grenoble) permet de créer des logiciels spécialisés dans la visualisation orthogonale de l’information : l’utilisateur peut intégrer ses propres données et visualiser à la fois la dimension spatiale à travers une carte, la dimension temporelle à travers une frise chronologique, et la dimension informationnelle à travers une fenêtre multimédia (Davoine et alii, 2006). Une application aux risques naturels de cette plateforme a été réalisée. Elle se nomme SIHREN et est décrite dans le dernier chapitre de la thèse de Arnaud (2009). Ces logiciels novateurs ouvrent aux chercheurs spécialisés, le champ des analyses possibles, au-delà des analyses spatiales : les analyses exploratoires.

18 Information géolocalisée

19 Pour cet article nous acceptons la définition de risque = aléa x vulnérabilité. Cependant, d’autres définitions existent en fonction des disciplines et des contextes étudiés (Arnaud, 2009).

20 L’aléa est une probabilité d’occurrence d’un phénomène physique tel que la limite d’un trait de côte à horizon 100 ans, les forces des vents s’exerçant sur la côte, la hauteur de la mer lors d’une tempête, etc.

21 La vulnérabilité est une notion qui hérite de très nombreuses définitions, même dans le seul champ disciplinaire de la géographie (Arnaud, 2009). Pour cet article, nous définissons la vulnérabilité comme un facteur qui fragilise un élément exposé à un aléa (un bâtiment, une personne). La distinction est faite entre la vulnérabilité sociale (des touristes qui occupent un mobil-home au bord de la mer lors d’une tempête représentent une population vulnérable) et la vulnérabilité physique (une route longeant le littoral construite avec des matériaux solides et adaptés est considérée comme peu vulnérable).

22 Exemple : la représentation du risque de la part des habitants de la côte, leur attitude lors de l’annonce d’une tempête, la densité de la population, les moyennes d’âge, la vocation des bâtiments : écoles, maisons de retraite, etc.

23 Destinées à informer le grand public : cartes de Météo-France Vigicrues (http://www.vigicrues.gouv.fr/)

24 Les cartes d’enjeux représentent les bâtiments stratégiques à la gestion d’une crise : la position de la cellule de crise et les casernes de pompier. Elles positionnent également, d’une couleur différente, les ERP (Etablissements Recevant du Public) dont certains demandent une attention particulière lors de leur évacuation : écoles, maisons de retraites et de repos, etc.

25 État de vigilance réalisé par Météo-France

26 Des projets s’attellent actuellement à la production de ce genre d’information : MobiClimeX (2013-2017)

27 http://w3.lisst.univ-tlse2.fr/reseaux_sociaux/resosoc.htm

28 Séminaire organisé par l’université d’Avignon en mars 2015 sur « les Smartphones et les réseaux sociaux comme outils d'aide à l'alerte face aux inondations : enjeux et perspectives »

29 www.limesurvey.org

30 http://www.cybertracker.org/

31 Exemple des projets Prédict et Projet Prédiflood.

32 Données disponibles dans les enquêtes Ménages-Déplacements (CERTU, 2013).

33 « Il existe un grand nombre de représentations en fonction des hypothèses du concepteur de la carte, en fonction des objectifs, des demandes, des pratiques ou des croyances des utilisateurs finaux de l’information cartographique » (traduit de l’anglais : MacEachren et alii, 2005)

34 Par exemple, lors de la discrétisation (création de classes) d’une série de données sur la densité de population, les bornes peuvent être choisies en fonction de 5 méthodes. Le choix de la valeur de la couleur associée à chacune de ces classes peut également être accentué ou estompé. Une multitude de cartes peut alors être créée avec un même jeu de données. Au cartographe de juger la méthode la plus pertinente et proche de la réalité. Cette réalité est toutefois perçue avec des filtres qui sont intrinsèques à l’individu...

35 Exemple : http://www.agam.org/fr/ressources-et-donnees/atlas-metropolitain/atlas-statistique-numerique.html

36 Coédité avec le SHOM

37 Projet financé par le Ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie entre 2000 et 2006

38 Né de la loi Barnier : Loi no 95-101 du 2 février 1995 relative au renforcement de la protection de l'environnement.

39 Par exemple dans le cas d’un bassin versant

40 PPRL : Plan de prévention des risques littoraux

41 « Les moyens financiers consacrés par le ministère aux PPR ont augmenté d'une façon considérable au cours des dernières années. Ils s'élèvent aujourd'hui à 15 M€ par année, dont la moitié provient du Fonds de prévention des risques naturels majeurs » (Prim.net).

42 Due à une « érosion naturelle induite par les forces marines ». Elle est également générée par l’homme lors de surfréquentation de côtes sableuses (METL et MATE, 1997).

43 Due à la rupture ou la destruction d’un cordon dunaire à la suite d’une érosion intensive (METL et MATE, 1997).

44 Déplacement de dunes de sable côtières vers l’intérieur des terres sous l’effet du vent marin.

45 Chamonix est une commune mondialement connue pour son tourisme de montagne. Elle accueille chaque année toujours plus de touristes. Elle est cependant affectée par de nombreux risques (avalanche, mouvement de terrain, séismes et inondations) qui font, chacun, l’objet de PPR. Encerclée des versants abrupts, l’urbanisation liée au tourisme (maisons secondaires, établissements recevant du public vacancier, etc.) est très vulnérable aux avalanches. L’ancien PER (Plan d’Exposition aux risques) a toutefois été prescrit en 1985 et approuvé en 1992 (sept ans après). La commune a donc pu urbaniser dans l’intervalle sur des zones à risques, entrainant par exemple 12 morts lors de l’avalanche du hameau de Montroc en 1999. Un nouveau PPR a été prescrit en 2000 et approuvé en 2002 puis révisé en 2010.

46 La précipitation dans l’application de PPRL a généré une grande incompréhension sociale : des habitants de zones inondées n’étaient pas expropriés et vice versa. De plus, les zones à exproprier se sont dénommées « noires », tel le néant. L’État a dû revoir sa copie.

47 Bien illustré dans la conclusion d’un dossier de Le Bourhis (2007) sur les savoirs cartographiques et le pouvoir administratif liés aux PPR inondations : « Les communes peuvent faire prendre en compte leur propre vision du risque d’inondation et de la manière de le gérer, en fonction de leurs capacités propres, notamment techniques et financières. L’existence de ces échanges parfois conflictuels explique également le caractère incrémental de l’émergence de la cartographie comme outil de régulation, qui ne peut s’imposer qu’après la formation d’une nouvelle coalition entre pouvoir central et pouvoir public ». L’article de Leroux (2005) décrit également cette difficile conciliation entre la gestion de l’urbanisme à l’échelle locale et la gestion du risque imposé par l’état : « Certaines communes considèrent le zonage du PPRI comme un gel inacceptable de leurs terrains et de leurs possibilités de développement. Les arrangements locaux deviennent alors la condition d’une application effective de ces plans. Ce qui affaiblit encore plus sa portée juridique. En effet, ces arrangements ont conduit par le passé à des disparités entre communes qui compliquent l’application du contentieux ».

48 Observations dans le cadre de travaux de recherche sur la réalisation des PPRT de Martigues et Fos-sur-Mer (Projet CECRI et NID financés par ECCOREV et OHM-BMP). Ce constat est probablement issu du renforcement du volet concertation de la loi Bachelot, 2003.

49 Loi no 2003-699 du 30 juillet 2003, dite loi Bachelot, relative à la prévention des risques technologiques et naturels et à la réparation des dommages.

50 Ces éléments s’ajoutent à ceux décrits dans l’article de Douvinet et alii (2012) : « une absence de contrôle des restrictions », « une culture du risque aux effets limités » et « un système juridique peu lisible pour le justiciable »

51 Hôpitaux, écoles, maisons de retraite, campings, etc.

52 Centres téléphoniques, centres de secours, etc.

53 À ce sujet de nombreux projets scientifiques travaillent sur des méthodes intégrant des facteurs de vulnérabilité sociale qui peuvent être croisés avec les cartes d’aléas : exemple des projets VULNERALP (2007) et RISK-UE (Mouroux et alii, 2004).

54 Utilisation d’un SIG dans le cadre d’un PPRN littoral : http://www.geomatique-aln.fr/IMG/pdf/PPR_cle046d14.pdf

55 Mesures de protection, dont celles relevant de la loi n°86-2 du 3 janvier 1986 relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral.

56 Les conseils général et régional sont souvent impliqués dans la gestion du littoral, mais aussi les EPCI, etc.

57 Associations de riverains

58 Prim.net, met en ligne les zonages cartographiques interactifs du règlement PPR : http://cartorisque.prim.net/, mais toutes les zones ne sont pas encore en ligne. La région ariégeoise propose la même application. Celle-ci est plus conviviale (fond de carte clair, légende interactive et ergonomique) : http://cartelie.application.developpement-durable.gouv.fr

59 Intégrant toutes les formes de cartographies en ligne : cartes cliquables, cartes dynamiques, cartes multimédias, permettant de visualiser les informations spatiales, temporelles et multimédias, associées aux métadonnées (Arnaud, 2009, p.315)

60 http://www.bd-dicrim.fr/uploads/13056-martigues-23.pdf

61 http://www.bd-dicrim.fr/uploads/83069-hyeres-525.pdf

62 https://www.saint-etienne.fr/cadre-vie/risques-majeurs/carto-evenement

63 http://carto.marseille.fr/geoweb/portal.do?Tab=risques&ShowButtons=true

64 Ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie et ministère de l'Égalité des territoires et du Logement

65 http://www.plan-loire.fr/fr/les-plates-formes/prevention-des-inondations/boite-a-outils/azi-du-bassin-de-la-loire/index.html

66 http://www.cypres.org/

67 http://airpaca.org/

68 Institut des risques majeurs : http://www.irma-grenoble.com/

69 http://www-dase.cea.fr/actu/dossiers_scientifiques/2004-12-26/index.html

70 http://www.nola.com/katrina/graphics/flashflood.swf

71 http://www.internetsansfrontieres.com/Haiti-cartes-interactives-et-outils-en-ligne-orientent-les-secours_a69.html

72 http://www.japanquakemap.com/, http://www.targetmap.com/viewer.aspx?reportId=4870, http://mapserver.gis.ttu.edu/japanquake/,

73 Direction départementale des territoires et de la mer

74 http://www.morbihan.gouv.fr/content/download/14085/99687/file/GEOS_Damgan.pdf

75 http://www.bd-dicrim.fr/uploads/13055-marseille-756.pdf

76 http://www.bd-dicrim.fr/uploads/83137-toulon-2020.pdf

77 Le DICRIM en ligne de la commune d’Ars-en-Ré présente un document .pdf où en page 4 les cartes extraites du PPRL, scannées sont illisibles (http://www.arsenre.com/espace/fichier/150_dicrim_ars_en_re.pdf). Ils sont nombreux dans ce cas : celui d’Annecy (http://www.annecy.fr/uploads/Document/a6/WEB_CHEMIN_1922_1235492288.pdf),

78 Carte interactive montrant les équipements touristiques et culturels de Pouliguen, zone littorale soumise aux risques littoraux (PPRL en cours). http://www.lepouliguen.fr/index.php?id_site=1&id_page=7&id_langue=1&option=geomapbasic&action=afficher_contenu

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Extrait de la carte des enjeux liés aux risques littoraux de l’île de Noirmoutier.
Crédits Source. Préfecture de la Vendée, 2012 (en ligne : http://www.vendee.gouv.fr/​IMG/​pdf/​Carte_des_enjeux_de_Noimoutier-en-l_ile.pdf)
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/15743/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Titre Figure 2. Extrait d’une carte de risque d’érosion. Cartographie de l’aléa érosion et quelques enjeux tels que les zones urbaines et réseaux routiers. Il s’agit d’un morceau du bassin versant du Manjra et d’une production destinée au ministère de l’Agriculture, de l’Environnement et de Ressources hydrauliques, CRDA Zaghouan, 2003.
Crédits Sources. Programme GCP/TUN/028/ITA. © 2004-2005
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/15743/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Titre Figure 3. Cartes de la population et densité de population en 2007. Ces cartes représentent la population (cercles proportionnels) en utilisant trois méthodes de transformation. La discrétisation de la densité de population reste la même sur les trois cartes.
Crédits Sources. Projet Atlas des Andes - Programme ECOSud- 2010-2012. Réalisation des cartes : Aurélie Arnaud.
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/15743/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Figure 4. Carte des enjeux : extrait du PPR inondation par débordement de la Marne, 2002.
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/15743/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 5. Carte réglementaire du PPR Inondation de l’Aiguillon-sur-Mer.
Crédits Source. DDTM, Vendée, 2012
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/15743/img-5.png
Fichier image/png, 601k
Titre Figure 6. Site Internet présentant des cartes interactives sur les risques naturels majeurs à Paris.
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/15743/img-6.png
Fichier image/png, 277k
Titre Figure 7. Extrait de la carte des risques technologiques.
Crédits Source : DICRIM de Martigues : http://www.bd-dicrim.fr/​uploads/​13056-martigues-23.pdf) et DICRIM de Hyères : http://www.bd-dicrim.fr/​uploads/​83069-hyeres-525.pdf).
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/15743/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 888k
Titre Figure 8. Extrait de l’atlas interactif CARTELIE.
Crédits Source : http://cartelie.application.developpement-durable.gouv.fr/​cartelie/​voir.do?carte=submersion_marine&service=DDTM_22
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/15743/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 708k
Titre Figure 9. Extrait de l’outil Cartorisque, 2014.
Crédits Source. http://cartorisque.prim.net/​dpt/​06/​06_ip.html.
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/15743/img-9.png
Fichier image/png, 874k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélie Arnaud, « Les limites de la cartographie des risques littoraux : des perspectives pour la compréhension de tous », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 21 | avril 2015, mis en ligne le 20 février 2015, consulté le 26 avril 2017. URL : http://vertigo.revues.org/15743 ; DOI : 10.4000/vertigo.15743

Haut de page

Auteur

Aurélie Arnaud

Aix Marseille Université, LIEU EA 889, 13628, Aix-en-Provence, France, courriel : aurelie.arnaud@univ-amu.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page