Navigation – Plan du site
2014

Penser la gouvernance de la biodiversité à travers l’analyse des dynamiques socio-écologiques

Thinking biodiversity governance through the analysis of social-ecological dynamics
Zina Skandrani et Anne-Caroline Prévot

Résumés

Cet article propose des pistes pour repenser la gouvernance de la nature – notamment dans les espaces urbains à partir de l’étude des différentes représentations de la nature, de leur construction sociale et de la manière dont elles articulent les rapports de force entre acteurs.

En effet, les nouvelles politiques d’aménagement favorables à la biodiversité heurtent les représentations socialement construites pendant ces dernières décennies qui considèrent certains espaces (la ville) comme totalement dédiés aux humains, ce qui conduit souvent à des conflits.

Nous plaidons ici pour l’analyse critique des processus sociétaux menant à ces conceptions conflictuelles de la nature à travers la prise en considération des dynamiques interactives entre les acteurs humains et non-humains du système. Ces recherches pourraient participer à la résolution de conflits socio-écologiques potentiels.

Haut de page

Notes de la rédaction

Pour réagir à ce texte, visitez le carnet de recherche de [VertigO] en cliquant ici : http://vertigo.hypotheses.org/1801

Texte intégral

  • 1 Nous définissons la “biodiversité” ici comme l’ensemble des espèces animales et végétales, en inter (...)

1Dans l’histoire de la biologie de la conservation, plusieurs perspectives sur les relations entre les humains et le reste de la biodiversité1 se sont succédées, pour tenter de limiter les conséquences très négatives de l’augmentation des populations et des activités humaines sur l’environnement (Dunn et al. 2006, Heynen, et al. 2006). Ainsi, les réserves naturelles où les activités humaines néfastes à la biodiversité sont limitées, premier type de mesures mis en place historiquement, sont jugées désormais insuffisantes à la conservation (Miller et Hobbs, 2002). Il est au contraire de plus en plus admis aujourd’hui que les dynamiques de la biodiversité ne sont pas séparées des processus sociaux (Folke, 2006). L’écologie scientifique classique, qui considère les humains comme des facteurs et des forces extérieurs au système étudié (l’écosystème), est ainsi jugée obsolète par un certain nombre d’auteurs (p.ex. Campbell 2010, Grimm et al., 2000) et est remise en question par de nouveaux cadres analytiques. La théorie de la résilience, par exemple, inclut les humains en tant qu’agents du changement environnemental et souligne les liens réciproques entre l’évolution des écosystèmes et les dynamiques sociales (Folke, 2006). Plus généralement, il est désormais commun de parler de socio-écosystèmes (Berkes et Folke, 1998) pour insister sur le concept des  « humains dans la nature ».

  • 2 Nous employons le terme “nature” dans le même sens que celui que nous donnons à “biodiversité”, en (...)

2Penser la nature et les interdépendances humains-nature2 en ces nouveaux termes implique une reconsidération et une réorganisation fondamentales des paysages physiques et mentaux, de même qu’une redéfinition des relations entre la nature et ses composantes humaines et non-humaines (Brownlow, 2000). Les espaces, où les activités humaines sont très présentes (espaces agricoles ou urbains par exemple), sont ainsi présentés de plus en plus comme des lieux devant aussi accueillir de nombreux éléments de biodiversité à côté des humains (écologie de la réconciliation, Rosenzweig, 2003). Ainsi, les villes pourraient accueillir une mixité d’espèces (Francis et Chadwick, 2012), certains auteurs défendant l’idée que les animaux et les plantes urbains soient considérés comme des « habitants urbains » (Gandy, 2006).

  • 3 But stratégique A : « Gérer les causes sous-jacentes de l’appauvrissement de la diversité biologiqu (...)

3En plus de l’accueil de biodiversité dans ces espaces anthropisés, les recommandations actuelles de la communauté internationale et scientifique sont de la réintégrer à la société humaine (Convention sur la diversité biologique : Objectifs d’Aichi3) et d’encourager les connexions et expériences directes avec la biodiversité urbaine (Dunn et al., 2006, Miller, 2005). Ces recommandations, qui sont une réponse à la crise écologique globale, sous-entendent cependant un changement radical dans la conceptualisation des relations humains-nature et rendent nécessaire une révision progressive des valeurs et un ajustement des modes de vie des sociétés, au moins des sociétés occidentales (Maris et Béchet, 2010). Avec des densités de population plus importantes qu’en milieu rural, les milieux urbains sont des espaces où ces transformations et ces problématiques socio-environnementales sont susceptibles d’être vécues de façon la plus vive (Heynen et al., 2006).

  • 4 Le Plan Biodiversité de Paris est un plan d’actions élaboré par la Municipalité parisienne en conce (...)
  • 5 Pour citer un exemple, les conceptions du loup comme animal fondamentalement sauvage et ainsi accep (...)

4En effet, les nouvelles politiques publiques d’accueil de la biodiversité dans les villes (Plans Biodiversité, Label EcoJardin, Certification ISO 140014) ne sont pas toujours accompagnées d’un glissement uniforme des modèles mentaux vers une perspective des « humains dans la nature » par les différents groupes sociaux (Maris et Béchet, 2010). Les citadins sont en effet moins familiers avec la biodiversité qu’il y a 25-30 ans et sont parfois peu tolérants envers les éléments naturels présents dans les villes (Jerolmack, 2008). En effet, le peu de nature dans les espaces urbains rend les possibilités de contact et d’expérience de nature très peu nombreuses pour les citadins, conduisant au phénomène d’extinction de l’expérience de nature (Pyle, 2003, Miller, 2005). Les citadins construisent alors leurs représentations de la nature à partir d’images relayées par différents médias (livres, télévision, cinéma, etc.) et les ‘autres’ non-humains sont souvent perçus comme ‘sauvages’ et distincts des humains (Brownlow, 2000). La nature sauvage présente en ville, particulièrement les animaux, est ainsi fréquemment vécue comme n’étant pas à sa place, comme désordre social (Douglas, 1966) et transgressive dans les espaces urbains, considérés eux comme dévolus aux humains (Skandrani et al., 2014). Ces perspectives peuvent alors entrer en collision avec les efforts institutionnels d’accueil de la nature urbaine, car ceux-ci ont pour conséquences de plus nombreuses occasions de rencontres entre les citadins et les espèces sauvages présentes en ville5.

5De plus, des divergences de conception n’existent pas uniquement entre parties prenantes différentes (citadins et autorités locales), elles peuvent exister également au sein de la communauté des acteurs de conservation (Buijs et al., 2011). En effet, malgré un objectif ultime commun - la conservation de la biodiversité -, les représentations individuelles des chercheurs et des acteurs de conservation s’échelonnent depuis une conception utilitariste de la nature (correspondant à la dichotomie humains-nature précédemment évoquée) vers des perspectives plus holistiques incluant la valeur intrinsèque et non-instrumentale des espèces, des écosystèmes ou des processus écologiques, qui ne sauraient être réduits à satisfaire des besoins humains (Maris et Béchet, 2010). Ainsi, bien que la protection de la nature, des paysages et de la biodiversité soit une thématique importante dans l’opinion publique, il peut parfois y avoir d’intenses résistances à la mise en place de mesures environnementales, lorsque des discours parallèles sur la nature donnent des indications de protection de la biodiversité contradictoires (Buijs et Elands, 2013).

6Le défi actuel majeur est donc de développer des modèles de gouvernance qui rendent possible la gestion de tels changements conceptuels complexes et qui permettent la résolution des conflits, de manière à promouvoir des relations envers la nature et des relations sociales sur la nature apaisées (Folke, 2006) pour entraîner l’action collective vers des chemins de développement plus durable. Les priorités de recherche doivent ainsi prêter attention à la centralité des conceptions sur la nature et des valeurs en jeu (Maris et Béchet, 2010), les deux étant respectivement les dimensions interdépendantes, cognitives et normatives, des représentations sociales de la nature. Or, ces représentations sont rarement interrogées dans les différents cadres d’analyse des systèmes socio-écologiques (par ex. Holling, 1978, Ostrom, 2009).

7En nous référant au pragmatisme environnemental (Minteer et Collins, 2005), à la gestion adaptative (« adjustive management », Maris et Béchet, 2010) et à d’autres approches similaires (Buijs et Elands, 2013), nous soutenons que les modèles de gouvernance de la biodiversité doivent clarifier au préalable les conceptions sous-jacentes des différentes parties prenantes sur la nature. Plus précisément, nous mobilisons la théorie des représentations sociales développée par Moscovici pour souligner l’importance non seulement de révéler les différentes conceptions de la nature, mais également d’analyser de façon critique les discours déterminant l’émergence et l’articulation de celles-ci (Moscovici, 2000). Nous pensons en effet que dévoiler les processus de leurs productions et leurs voies de transmission est crucial pour anticiper en amont la génération de conflits entre représentations de la nature et d’obstacles potentiels à la conservation de la biodiversité. En effet, les représentations et les relations à la nature considérées comme appropriées (c.-à-d. normatives) sont développées dans un contexte social et un espace-temps donné. Elles sont produites à travers la communication et les pratiques sociales, elles dépendent des connaissances, de l’éducation et des groupes sociaux auxquels les personnes adhèrent (Moscovici, 2000).

8Analyser ces processus nécessite de prendre en considération tous les acteurs concernés, de même que leurs interactions et influences réciproques à travers lesquelles ils attribuent du sens aux éléments de nature (Mugerauer, 2010). Dans un socio-écosystème tel que la ville, où les dynamiques sociales et les dynamiques de la biodiversité sont fortement imbriquées (Grimm et al., 2000), nous proposons donc, en adéquation avec la théorie de l’acteur-réseau (Latour, 1993), de prendre compte aussi bien les humains que les non-humains dans cette production de sens : la société civile et les institutions, mais également les éléments de nature concernés. En effet, les représentations de la biodiversité sont contingentes des institutions et de leur pouvoir de législation (Grimm et al., 2000) ; ces institutions sont elles-mêmes constamment redéfinies et réinventées de manière à co-évoluer avec un environnement socio-écologique dynamique, comme le démontre la transition du «gouvernement» vers la «gouvernance» ayant lieu dans plusieurs pays (Duit et al., 2010). Plus important encore, les espèces animales et végétales ne sont pas uniquement un produit, mais des acteurs essentiels, ou «actants» (Latour, 1993), du système socio-écologique, en influençant les comportements et en forçant des adaptations ou des ajustements à l’échelle non pas uniquement de l’individu, mais de villes entières (Robbins, 2007).

9La connaissance des modes de co-construction des conceptions sur la nature ou les éléments de nature, et des relations entre ces éléments de nature et les sociétés permettrait de dépasser les résistances dans le domaine de la conservation. Des modèles de gouvernance reposant sur un tel cadre d’analyse interdisciplinaire pourraient être plus à même de dépasser les barrières à la reconnaissance de tous les acteurs comme co-habitants dans la métropolis écologique hybride (Philo et Wolch, 1998, Haraway, 1991). Malgré son caractère normatif inhérent au paradigme général de conservation de la biodiversité, une telle approche se démarque cependant de processus descendants (« top-down ») par le fait qu’elle considère tous les acteurs et leurs « agency » pour atteindre ses objectifs.

Biographie

10Zina Skandrani est assistante temporaire d’enseignement et de recherche au Centre d’Ecologie et des Sciences de la Conservation du Museum National d’Histoire Naturelle de Paris. Elle a un parcours interdisciplinaire en sciences sociales et une thèse de doctorat en écologie. Ses intérêts de recherche portent sur la gouvernance de la biodiversité en milieux anthropiques, les processus socio-écologiques de constitution des conceptions sur la nature et dans quelle mesure ces conceptions peuvent être à l’origine de réticences sur des problématiques environnementales.

11Anne-Caroline Prévot est chercheure au CNRS et au Muséum national d'histoire naturelle de Paris (France) où elle travaille à l'interface entre la biologie et la psychologie de la conservation. Elle est particulièrement interpellée par les phénomènes d'extinction d'expérience de nature et d'amnésie générationnelle environnementale dans les espaces urbains, et par les conséquences de ceux-ci sur la conservation de la biodiversité et sur les relations entre les acteurs sociaux à ce propos.

Haut de page

Bibliographie

Barbault, R., 1997, Biodiversité. Introduction à la biologie de la conservation. Hachette, Paris.

Berkes, F. et C. Folke (Eds.), 1998, Linking Social and Ecological Systems: Management Practices and Social Mechanisms for Building Resilience, Cambridge University Press, Cambridge, UK.

Brownlow, A., 2000, A wolf in the garden: ideology and change in the Adirondack landscape. In: C. Philo et C. Wilbert, (Eds.), Animal spaces, beastly places: new geographies of human-animal relations, Routledge, London and New York, 143-160.

Buijs, A.E. et B.H.M. Elands, 2013, Does expertise matter? An in-depth understanding of people’s structure of thoughts on nature and its management implications, Biological Conservation, 168, 184–191.

Buijs, A.E., B.J.M. Arts, B.H.M. Elands et J. Lengkeek, 2011, Beyond environmental frames: The social representation and cultural resonance of nature in conflicts over a Dutch woodland, Geoforum, 42, 3, 329-341.

Campbell, M., 2010, An Animal Geography of Avian Foraging Competition on the Sussex Coast of England, Journal of Coastal Research, 261, 44-52.

Douglas, M., 1966, Purity and danger. Penguin: London.

Duit, A., V. Galaza, K. Eckerberg et J. Ebbesson, 2010, Governance, complexity, and resilience, Global Environmental Change, 20, 363–368.

Dunn, R.R., M.C. Gavin, M.C. Sanchez et J.N. Solomon, 2006, The pigeon paradox: dependence of global conservation on urban nature, Conservation Biology, 20, 1814-1816.

Figari, H. et K. Skogen, 2011, Social representations of the wolf, Acta Sociologica, 54, 317–332.

Folke, C., 2006, Resilience: The emergence of a perspective for social–ecological systems analyses, Global Environmental Change, 16, 253–267.

Francis, R.A. et M.A. Chadwick, 2012. What makes a species synurbic? Applied Geography, 32, 514-521.

Gandy, M., 2006, Urban Nature and the Ecological Imaginary. In N. Heynen, M. Kaika et E. Swyngedouw (Eds.), In the Nature of Cities Urban political ecology and the politics of urban metabolism, London& New York, Routledge, 62-72.

Grimm, N.B., J.M. Grove, S.T.A. Pickett et C.L. Redman, 2000. Integrated approaches to long-term studies of urban ecological systems, BioScience, 50, 571-584.

Haraway, D., 1991. Simians, Cyborgs and Women: The Reinvention of Nature. New York, Routledge.

Heynen, N., M. Kaika et E. Swyngedouw, 2006, Urban Political Ecology. Politicising the Production of Urban Natures. In N. Heynen, M. Kaika et Swyngedouw E. (Eds.), In the Nature of Cities Urban political ecology and the politics of urban metabolism, London& New York, Routledge, 1-19.

Holling, C.S. (Ed.), 1978, Adaptive environmental assessment and management, John Wiley & Sons, Chichester, United Kingdom.

Jerolmack, C., 2008, How Pigeons Became Rats: The Cultural-Spatial Logic of Problem Animals, Social Problems, 55, 2, 72-94.

Latour, B., 1993, We Have Never Been Modern, Harvard University Press, Cambridge.

Maris, V. et A. Béchet, 2010, From adaptive management to adjustive management: a pragmatic account of biodiversity values, Conservation biology, 24, 4, 966-73.

Miller, J.R., 2005, Biodiversity conservation and the extinction of experience, Trends in Ecology and Evolution, 20, 430-434.

Miller, J.R. et R.J. Hobbs, 2002, Conservation where people live and work. Conservation Biology 16:330-337.

Minteer, B.A. et J.P. Collins, 2005, Why we need an « ecological ethics ». Frontiers in Ecology and Environment, 3, 6, 332-337.

Moscovici, S., 2000, Social Representations. Explorations in Social Psychology, Polity Press, Cambridge.

Mugerauer, R., 2010, Toward a theory of integrated urban ecology: complementing Pickett et al., Ecology and Society, 15, 4, 31.

Ostrom, E., 2009, A General Framework for Analyzing Sustainability of Social-Ecological Systems, Science, 325, 419-422.

Philo, C. et J. Wolch, 1998, Through the Geographical Looking Glass: Space, Place, and Society-Animal Relations, Society and Animals, 6, 2, 103-118.

Pyle, R.M., 2003, Nature matrix: reconnecting people with nature. Oryx 37, 206-214.

Robbins, P., 2007, Lawn People. How Grasses, Weeds, and Chemicals Made Us Who We Are, Temple University Press, Philadelphia.

Rosenzweig, M.L., 2003, Reconciliation Ecology and the Future of Species Diversity, Oryx, 37, 2, 194–205.

Skandrani, Z., S. Lepetz et A.-C. Prévot-Julliard, 2014, Nuisance Species: beyond the ecological perspective, Ecological Processes, 3, 3, 1-12.

Haut de page

Notes

1 Nous définissons la “biodiversité” ici comme l’ensemble des espèces animales et végétales, en interactions entre elles et avec les composantes biogéophysiques de leur habitat. Cette définition inclut donc tous les êtres vivants de la Terre, l’espèce humaine comprise (Barbault, 1997).

2 Nous employons le terme “nature” dans le même sens que celui que nous donnons à “biodiversité”, en incluant les composantes abiotiques de l’environnement, géologiques, hydrologiques et climatiques (Grimm et al., 2000).

3 But stratégique A : « Gérer les causes sous-jacentes de l’appauvrissement de la diversité biologique en intégrant la diversité biologique dans l’ensemble du gouvernement et de la société. »

Objectif 1 : « D’ici à 2020 au plus tard, les individus sont conscients de la valeur de la diversité biologique et des mesures qu’ils peuvent prendre pour la conserver et l’utiliser de manière durable. » 

4 Le Plan Biodiversité de Paris est un plan d’actions élaboré par la Municipalité parisienne en concertation avec les Parisiens, pour préserver et enrichir la biodiversité, et adopté en Novembre 2011 par le Conseil de Paris. Ce Plan vise, d'ici 2020, à recréer des continuités écologiques intra et extra-muros. Il s’appuie pour cela sur différents partenaires : Les directions de la Ville de Paris, l’Atelier Parisien d’Urbanisme, des structures franciliennes (Natureparif, Observatoire Départemental de la Biodiversité Urbaine (93), Conseils Généraux d’Ile de France), des référents scientifiques (Muséum National d’Histoire Naturelle, Centre National de la Recherche Scientifique, Institut National de la Recherche Agronomique, Fondation pour la Recherche sur la Biodiversité), des associations et des acteurs du secteur, [En ligne] URL : http://www.paris.fr/pratique/paris-au-vert/nature-et-biodiversite/plan-biodiversite/rub_9233_stand_109572_port_22522, consulté le 16/12/2014.

Le label EcoJardin est un outil de communication et de reconnaissance à destination du public, des équipes d'entretien et des élus. Les principes de base du label sont les suivants: 1. Un label par site, qui s’assure toutefois que le gestionnaire du site est bien engagé dans une démarche globale de gestion écologique ; 2. Des audits réalisés par des organismes externes compétents et indépendants et basés sur des grilles d’évaluation communes ; 3. L’engagement dans une démarche d’amélioration continue, [En ligne] URL : http://www.label-ecojardin.fr/label-ecojardin, consulté le 16/12/2014.

La norme ISO 14001 est une norme internationale établie par l'Organisation internationale de normalisation. Elle définit une série d'exigences spécifiques à la mise en place d'un système de management environnemental au sein d'une organisation. L’objectif est d'aider ainsi les entreprises à gérer l'impact de leurs activités sur l'environnement et à démontrer l'efficacité de leur gestion, [En ligne] URL : http://www.iso.org/iso/fr/home/standards/management-standards/iso14000.htm, consulté le 16/12/2014.

5 Pour citer un exemple, les conceptions du loup comme animal fondamentalement sauvage et ainsi acceptable dans les espaces naturels, mais non ruraux ont été expliquées être à l’origine des conflits sociaux autour des loups en milieu rural, bien plus que des attitudes antagonistes envers l’espèce en soi (Figari et Skogen, 2011).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Zina Skandrani et Anne-Caroline Prévot, « Penser la gouvernance de la biodiversité à travers l’analyse des dynamiques socio-écologiques », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Débats et Perspectives, mis en ligne le 30 décembre 2014, consulté le 03 décembre 2016. URL : http://vertigo.revues.org/15227 ; DOI : 10.4000/vertigo.15227

Haut de page

Auteurs

Zina Skandrani

Centre d’Ecologie et des Sciences de la Conservation (CESCO), UMR 7204 CNRS-MNHN-UPMC, Museum National d’Histoire Naturelle, CP 51, 55 rue Buffon, Paris, 75005, France, Courriel: skandrani@mnhn.fr

Anne-Caroline Prévot

Centre d’Ecologie et des Sciences de la Conservation (CESCO), UMR 7204 CNRS-MNHN-UPMC, Museum National d’Histoire Naturelle, CP 51, 55 rue Buffon, Paris, 75005, France, Courriel: acpj@mnhn.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page