Navigation – Plan du site
2014

Déchets ménagers : question d’intégration

Bérengère Hurand

Résumés

Le modèle de l’économie circulaire qui prévaut aujourd’hui dans les pays occidentaux promet de remplacer l’élimination systématique des déchets ménagers par leur récupération et leur valorisation énergétique ou matérielle. Leur prise en charge par une industrie spécialisée est censée réduire leur masse, et par le même mouvement approvisionner la chaîne de production en une ressource disponible, abondante et renouvelable. Ainsi le déchet, d’inutile, devient utile; jusqu’ici synonyme de chose abandonnée, il semble amorcer sa réintégration dans l’économie. Mais qu’en est-il de son intégration politique? On peut soupçonner le traitement industriel des déchets, en favorisant la première, d’avoir empêché la seconde. La situation de monopole de ce système technique efficace à grande échelle semble avoir plutôt encouragé que réduit la production de déchets, et plutôt dépossédé les usagers de leur responsabilité. Une vraie politique des déchets devrait s’affranchir des aspects purement technico-économiques du problème pour penser la qualification de « déchet » à l’aide d’autres définitions que celles que fournit l’industrie. C’est aux usagers de décider quand l’objet devient déchet; et plutôt que de se comporter en simples relais dans la chaîne de production/consommation, il faut qu’ils aient la possibilité technique et la volonté politique de retenir les objets dans la sphère de l’usage, avant de les transmettre à l’industrie qui en fera des matériaux.

Haut de page

Notes de la rédaction

Pour réagir à ce texte, visitez le carnet de recherche de [VertigO] en cliquant ici : http://vertigo.hypotheses.org/1794

Texte intégral

Compter avec les déchets : un défi pour l’écologie politique

  • 1 Bruno Latour, Politiques de la nature, Paris, La Découverte, 1999, p. 93.

1En 1999, dans Politiques de la nature, Bruno Latour dessinait le contexte de naissance de l’écologie politique, la situation critique qui la rend nécessaire : « Les crises écologiques se traduisent le plus souvent par la disparition de tout extérieur au monde humain, de toute réserve pour l’action humaine, de toute décharge où l’on pouvait jusqu’ici, selon le délicieux euphémisme inventé par les économistes, externaliser les actions. […] Le souci de l’environnement commence au moment où il n’y a justement plus d’environnement, cette zone de la réalité où l’on pouvait sans souci se débarrasser des conséquences de la vie politique, industrielle et économique des humains1 ». La crise écologique, c’est quand, tout d’un coup, il n’y a plus d’extérieur : l’environnement arrivé à saturation, tout nous revient comme un boomerang. Les décharges polluent les sols, les émanations industrielles polluent l’air, et les êtres naturels deviennent des êtres hybrides. On est chez nous, le monde est devenu humain : l’écologie politique commence là. Cette analyse de Latour, si elle peut être contestée (dans le sens où elle affirme la fin de la nature sauvage), offre une bonne prise pour l’écologie politique. Il s’agit de penser la constitution d’un monde commun, non plus sur le mode de l’externalisation du non-humain, mais sur le mode de son internalisation. Cela signifie, concrètement, qu’il faut tenir compte du non-humain, de ses intérêts propres, ou plus simplement prendre conscience de son existence et de ses interactions, visibles et invisibles, avec l’humain.

  • 2 « 355 millions de tonnes de déchets produits en France en 2010 », Chiffres et statistiques n° 385, (...)
  • 3 Loi du 13 juillet 1992, art. 1er : « Est ultime au sens de la présente loi un déchet, résultant ou (...)
  • 4 « Il est désormais acquis en droit et dans les faits que les déchets et effluents ne peuvent plus ê (...)
  • 5 Source : Institut de l’Économie Circulaire, [En ligne] URL : http://www.institut-economie-circulair (...)
  • 6 William McDonough et Michael Braungart, Cradle to cradle, Paris, Alternatives, 2002, p. 92. Le conc (...)
  • 7 Source : Conseil National des Déchets (CND).
  • 8 « Une Europe efficace dans l’utilisation des ressources – initiative phare relevant de la stratégie (...)
  • 9 Voir [En ligne] URL : http://www.developpement-durable.gouv.fr/Economie-circulaire.33986.html.

2À cet égard, les déchets, même s’ils n’ont pas d’intérêts propres, sont des non-humains d’autant plus intéressants qu’ils sont paradigmatiques de ce qu’on a tendance à externaliser. Les déchets, ce sont des matières, organiques ou minérales, simples ou complexes, dont la société qui les a produites veut se débarrasser parce qu’elles n’ont pas, ou plus d’utilité pour elle. On le sait, nous produisons trop de déchets (France, 2010 : 355 millions de tonnes2, 15 kg/j/habitant), et jusqu’ici, c’est par l’élimination que nous avons répondu au problème de leurs effets nocifs. Pourtant, il semble que cette situation, qui dure depuis une centaine d’années, soit en train d’amorcer une inversion. En Europe, l’incitation au recyclage, la chasse au gaspillage, la recherche d’une « circularité » de l’économie, sont autant de signes d’une prise de conscience des problèmes que posent les déchets et de la nécessité de les « réintégrer dans le collectif »; c'est-à-dire, non pas de leur donner une voix politique, ce qui n’aurait aucun sens, mais de compter avec eux. Cela passe d’abord par une redéfinition juridique du déchet. Si le code de l’environnement de 1975 appelait déchet « tout bien meuble abandonné ou que son détenteur destine à l’abandon », la loi du 13 juillet 1992 réserve l’abandon au « déchet ultime », celui dont on ne peut rien faire, qui n’est pas valorisable3. L’abandon n’est donc plus le fait de l’arbitraire du propriétaire du déchet : il est décidé par défaut de solution technique. Par opposition, le déchet « ordinaire » est considéré comme une matière gérable qui a un « devenir économique »4 : il peut être recyclé (sa matière peut repartir dans le circuit de production) ou valorisé (incinéré, composté, pour produire de l’énergie ou de la matière organique). La qualification de déchet ne renvoie donc plus l’objet dans le vide juridique de l’abandon; on ne le fait plus systématiquement disparaître, on s’efforce de l’internaliser dans le circuit de production. Autre signe de l’internalisation, l’émergence actuelle d’un concept d’« économie circulaire » qui veut répondre à la raréfaction des ressources et à la profusion des déchets par une optimisation des prélèvements énergétiques et matériels « s’inspirant du fonctionnement des écosystèmes naturels5 ». Le modèle de l’économie circulaire, dont on peut trouver les racines dans le concept Cradle to cradle de McDonough et Braungart6, est un « système de production et d’échanges prenant en compte, dès leur conception, la durabilité et le recyclage des produits ou de leurs composants7. » Ainsi la Responsabilité Elargie du Producteur (REP), élaborée sur le principe du « pollueur payeur », imaginée par l’OCDE dans les années 70 et élargie dans les années 90 à de nombreuses filières industrielles, vise à internaliser les coûts de collecte, de recyclage et de traitement de certains produits tout au long de leur cycle de vie. Réduction à la source et valorisation optimale des déchets deviennent les objectifs de la politique européenne8, et entrent dans les agendas des gouvernements9.

  • 10 « En 2012, 42 % des déchets municipaux traités ont été recyclés ou compostés », Communiqué de press (...)

3Ainsi semble prendre corps la formidable dynamique de la loi de 1992, qui clôt un siècle d’externalisation. Mais on peut se demander à quoi on assiste vraiment. L’internalisation industrielle est-elle la première étape d’une intégration dans le collectif des objets et matières abandonnés? La première étape d’une prise de conscience de l’existence des déchets? Ou bien une nouvelle réponse technique au problème de leur traitement? S’agit-il seulement d’envisager d’autres circuits pour un flux de déchets qui resterait, en lui-même, impensé? On peut se demander, par exemple, si c’est la puissance économique, le niveau de consommation d’un pays qui fait produire des déchets, ou bien, paradoxalement, l’existence d’infrastructures permettant leur traitement. Une étude comparative menée dans l’Europe des 2810 fait en effet apparaître que, pour les déchets municipaux, les pays qui déposent le plus en décharge sont ceux qui produisent le moins de déchets. Si la Roumanie met en décharge 99 % de ses déchets et le Danemark 3 %, le premier pays n’en produit que 389 kg/hab. contre 668 kg/hab. pour le second. Bien sûr, les infrastructures industrielles de traitement coûtent cher, et on comprend que la Roumanie n’en ait pas les moyens. Mais il n’est pas non plus interdit de se demander si l’existence d’infrastructures de traitement insérées dans un tissu industriel ne fait pas, d’une manière ou d’une autre, un appel d’air pour la production des déchets. Et cette question ne concerne pas seulement l’incinération : en France, si on recycle davantage les déchets municipaux en 2012 qu’en 2008 (23 % contre 18), si on les met moins en décharge (28 % contre 36), on ne les fait pas sensiblement diminuer (534 kg/hab. contre 543).

  • 11 Pour ce faire, l’analyse phénoménologique de Dagognet (Des détritus, des déchets, de l’abject, 1997 (...)

4Résumons : l’internalisation est censée renverser l’externalisation, c'est-à-dire l’abandon. Sans abandon, pas de déchets, pas de multiplication des déchets. Or mon hypothèse est que, parce que nous avons laissé l’industrie gérer le flux des déchets, nous sommes engagés durablement dans une impasse politique qui nous empêche encore d’endiguer l’abandon. Bien sûr, il faut trier les ordures; mais on a jeté, on jette toujours, avec bonne conscience encore! On voit mal, de ce point de vue, ce qu’ont de plus vertueux le recyclage, le compostage ou la valorisation énergétique par rapport à l’élimination : l’objet est toujours abandonné par celui qui le jette. L’internalisation industrielle est donc peut-être une autre forme d’externalisation, parce qu’elle s’approprie le gisement des déchets et encourage sa production. Si cette hypothèse se confirme, le plus urgent sera de redéfinir le « déchet », et surtout de se réapproprier cette définition, largement confisquée par l’industrie. La dimension politique du problème a été phagocytée par la dimension technico-économique : à nous de l’en dégager11.

Histoire de l’externalisation des déchets

  • 12 Sabine Barles, L’invention des déchets urbains. France 1790-1970, Seyssel, Champ Vallon 2005.
  • 13 Cyrille Harpet, Du déchet : philosophie des immondices, corps, ville, industrie, Paris, l’Harmattan (...)
  • 14 Sabine Barles, op. cit., p. 234.
  • 15 Ibid., p. 233.
  • 16 « La valorisation des sous-produits est […] une des caractéristiques essentielles de la première in (...)
  • 17 « Le fantasme de la perte, dont on suit le cheminement de Malthus à Pierre Leroux, la volonté d’ass (...)
  • 18 Flaubert, Bouvard et Pécuchet, chap. II. Corbin confirme : « la collecte de l’excrément humain s’im (...)
  • 19 « La désodorisation de l’espace public […] passe désormais par la récupération, la valorisation, l’ (...)

5Qu’est-ce donc qu’un déchet? C’est « ce qu’on abandonne ». Or cette définition a une histoire. Au xviiie, rappellent Sabine Barles12 et Cyrille Harpet13, le mot « déchet » contient seulement l’idée de perte, de diminution d’une matière, d’une marchandise. Au xixe, on lui ajoute le sens de dépréciation, diminution de valeur. Mais jamais il ne renvoie à quelque chose qu’on abandonne. Bien sûr, il y a des matières inutiles; mais « les termes déchet, résidu, voire débris, ne sont pas attachés à cette inutilité14 ». Car si les déchets « sont la chute d’une industrie », ils sont aussi « la matière première ou accessoire d’une autre, ou de l’agriculture15 ». Le xixe siècle est par excellence celui du recyclage : les chiffonniers fournissent de nombreuses matières à la première révolution industrielle (chiffons, ferraille, sous-produits de l’équarrissage et de la tannerie16), et c’est par la réutilisation qu’on répond aux exigences économiques de l’industrie comme aux exigences de salubrité. À titre d’exemple, Alain Corbin rappelle que l’épandage des « eaux-vannes » (eaux usées), déjà tenté sans grand succès dans les années 1720 en région parisienne, revient au goût du jour par la combinaison inédite de l’hygiénisme scientifique et de l’utilitarisme dans les années 183017 : la nécessité de se débarrasser des excréta urbains toujours plus abondants rencontre la demande en engrais des campagnes environnantes; et chacun sait, comme Bouvard et Pécuchet, que le fumier « c’est de l’or! de l’or18 ! ». De manière générale, la valorisation du déchet urbain est érigée en projet social, porté par l’administration publique19, et encouragé par l’industrie qui en profite – ce qui place la ville en amont d’un circuit économique.

  • 20 Sabine Barles (op. cit., p. 212 sq.) note que le chiffonnage, malgré les mises en garde des hygiéni (...)
  • 21 Ibid., p. 244-245.
  • 22 Ibid., p. 246.

6La transition, au tournant des xixe et xxes., entre un traitement artisanal des déchets urbains et un traitement rationalisé à grande échelle, et plus tard la « crise du chiffonnage »20, sont moins dues à l’augmentation en volume des déchets urbains qu’à leur dévalorisation économique. Celle-ci s’explique largement par des mutations industrielles : nouvelles matières synthétiques, ou changement de recettes – par exemple, le bois remplace le chiffon dans la pâte à papier. Ainsi, pour reprendre le cas évoqué plus haut, l’abandon de l’épandage des gadoues au début du xxe s. s’explique par la concurrence avec l’industrie chimique et l’importation du guano, qui rendent les engrais naturels moins rentables et leur recours plus difficile. Devant le flux incessant des eaux usées qui continue de menacer la salubrité, le discours hygiéniste prône alors la désinfection et l’épuration biologique artificielle – qui sera généralisée dans les années 30. L’hygiénisme pousse sur les ruines de la valorisation économique : sans valeur, les déchets deviennent encombrants, et potentiellement dangereux. Il faut donc s’en débarrasser. Sabine Barles montre qu’au début du xxe siècle, les flux monétaires ne vont plus que dans le sens du service : les déchets sortent du circuit économique, on paye pour les éliminer. Le terme de déchet « tend à englober tous les excreta urbains : boue, immondices, ordures, balayures, etc.21 ». « D’état transitoire, le déchet, comme l’eau usée, devient un état final, une externalité urbaine, qui traduit un abandon22 ». On ne parle alors plus d’utilisation, mais de traitement, plus de réutilisation, mais d’élimination, de destruction, de désintégration. L’élimination industrielle succède au recyclage industriel, accueillie par le même enthousiasme de la croyance au progrès.

  • 23 Ibid., p.183.
  • 24 Ibid., p. 186.
  • 25 L’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (ADEME) ne parle plus aujourd’hui de déc (...)
  • 26 Sabine Barles décrit les effets de cet engouement général : à Nice, à Belfort, sont construites des (...)
  • 27 Dans les années 60, la question des déchets « se posait surtout en termes d’élimination. Il fallait (...)
  • 28 Alain Corbin, op. cit., p. 151. Le feu fascine au point que les fumées industrielles mettront très (...)
  • 29 Cyrille Harpet, op. cit., p. 429.

7Les déchets sont dorénavant « ce dont on ne veut pas ». L’industrialisation du traitement des déchets aurait pu continuer à suivre la voie du recyclage, anticipant le tournant des années 90; mais des mécanismes économiques en ont décidé autrement, et entraîné « la séparation » puis « le renoncement » analysés par Sabine Barles. Dans ce contexte, l’incinération apparaît comme une solution miracle. Si des usines existent déjà depuis 189923, « l’incinération officielle débute pour Paris, à Saint-Ouen, en 190724 ». Selon les ingénieurs des Ponts et chaussées et les médecins, l’incinération présente peu d’inconvénients (fumées et odeurs sont négligeables); et dans les années 10, on développe ce qui deviendra son débouché principal : la récupération d’énergie25. En 1929 à Villeurbanne entre en service la première usine d’incinération ayant pour vocation à la fois le traitement des déchets et le chauffage central26. Convergent alors trois intérêts : intérêt public (hygiène), intérêt économique (le service se paie, la valorisation est possible), et intérêt industriel. L’élimination des déchets par voie industrielle devient ainsi une véritable obsession pendant une trentaine d’années27. Ce façonnement des esprits n’a rien d’étonnant : culturellement, le terrain était tout préparé, et c’est un heureux hasard que les circonstances historiques aient permis aux innovations techniques de faire écho à la dimension symbolique archaïque du feu purificateur, désinfectant, neutralisant l’immondice qui corrompt en même temps qu’elle se corrompt28. Dans la maîtrise du feu, il y a quelque chose de prométhéen, de démiurgique, qui fascine depuis longtemps : le feu transforme la matière. Mais l’incinération industrielle semble aussi donner corps au fantasme inverse, celui du retour à l’état initial, de la régénération. L’incinérateur promet de simplifier les matières, dépolluer en neutralisant ce qui contamine, rendre la matière vierge de toute transformation : « la gamme étendue des milliers de formules chimiques différentes, des combinaisons multiples, est ramenée à deux types de molécules simples, l’eau et le dioxyde de carbone29. » Enfin, c’est de manière autrement plus efficace que l’incinération répond au principe d’occultation de l’enfouissement.

De l’externalisation industrielle à l’internalisation industrielle

  • 30 Gestion des déchets : bilan 2009-2012 de la TGAP et des soutiens de l’ADEME, rapport du CGDD, mai 2 (...)
  • 31 Les déchets issus de 7 familles assurent le chauffage et l’eau chaude d’une famille. En 2010, ça re (...)
  • 32 1,87 Mt de compost a été réalisé en 2008 en France, à partir des déchets verts municipaux, boues d’ (...)
  • 33 « Le Traitement Mécano-Biologique des ordures ménagères », Les Avis de l’ADEME, 2012.

8En France, l’option de l’incinération est confirmée par les chiffres les plus récents (2008 : 32 %, 2012 : 33 %), et par le fait que ce traitement, le moins innocent du point de vue environnemental, est encore très épargné par la Taxe générale sur les activités polluantes (TGAP) : seuls 3 % des tonnages incinérés sont soumis au taux plein de la TGAP, avec un niveau moyen de taxation de 2,8 €/t.30. En 2010, le parc français d’usines d’incinération des ordures ménagères (UIOM) était le plus grand d’Europe : 129 usines, dont 114 avec récupération d’énergie. La plus vieille usine en activité date de 1968, révélatrice d’un équipement massif des années 70-80 : 103 UIOM en 1975, 310 en 1989. Les avantages de l’incinération ne sont pas à négliger : elle réduit le volume des déchets de 90 % et sa masse de 70 %; elle les stérilise; et elle fournit de l’énergie de récupération (chauffage urbain et électricité), réduisant ainsi l’utilisation des ressources fossiles31. N’y a-t-il pas là une situation de monopole dans le sens où, parce qu’une solution technique satisfait globalement les besoins et qu’on s’accommode de ses inconvénients, aucune autre solution n’est sérieusement envisagée? L’ADEME et la CGDD ne voient pas le problème. L’incinération doit rester un traitement complémentaire qui, s’il est ajusté aux besoins, n’empêchera pas de développer le compostage aérobie ou anaérobie (méthanisation), avec un digesteur industriel32 ; la valorisation des ordures à fort pouvoir calorifique par le traitement bio-mécanique (TBM)33, pour en faire du combustible à utiliser dans d’autres industries en substitution aux énergies fossiles (c’est une énergie renouvelable, puisque les déchets ne manquent jamais de se renouveler); et surtout, le recyclage. Ce dernier concernait 23 % des déchets ménagers en 2012, contre 18 % en 2008.

  • 34 Voir par exemple Ivan Illich, La convivialité, Paris, Seuil, 1973.
  • 35 Voir H. Haberl, K. Erb et F. Krausmann, « Human appropriation of net primary production (HANPP) », (...)
  • 36 Philippe Bihouix, « Matérialité du productivisme », dans Agnès Sinaï (dir.), Penser la décroissance(...)
  • 37 A cet égard, il faut signaler la contradiction entre la volonté d’ajuster la dimension des UIOM aux (...)

9Mais ces solutions restent industrielles. Or, Illich disait il y a quarante ans34 qu’un système technique monopolistique, même et surtout s’il est efficace, empêche les autres pratiques de se développer, et entraîne une dépendance sociale aux services qu’il rend : il structure la société en fonction de ses propres exigences. C’est là ce qu’Illich appelait la surefficience de l’outil : il y a un effet de seuil au-delà duquel la gestion efficace crée davantage de problèmes qu’elle n’en règle – et pas seulement des « dégâts collatéraux » : les problèmes créés peuvent aussi être ceux-là mêmes qu’on veut régler. Ainsi, la gestion des déchets par voie industrielle risque d’enclencher, si ce n’est déjà fait, une sorte de cercle vicieux à plusieurs entrées. Soit l’incinération, par la magie de la disparition, incite à produire davantage, et à gaspiller d’autant, puisque les processus industriels de production, bien que rationnels, ne sont pas économes en ressources naturelles35. Soit, essayant au contraire d’être économe, on développe la valorisation des déchets, comme le recyclage : mais trois effets en découlent, qui nous incitent à penser que le principe d’économie, s’il est au service du système productif, tend à le renforcer, reculant ainsi l’horizon de l’économie circulaire. Premièrement, le recyclage industriel est lui-même très gourmand en ressources, et producteur de déchets. Philippe Bihouix36 rappelle en effet que « le recyclage comporte presque toujours une perte fonctionnelle, une dégradation de l’usage du produit. Le métal noble finit dans un acier bas de gamme, comme la bouteille plastique finit en chaise de jardin. Rien de très circulaire dans tout cela. » Bien sûr, on peut envisager un progrès des techniques de récupération et de recyclage; mais les objets jetés sont de facture de plus en plus complexe : « on comprend qu’avec trois mille sortes d’alliages au nickel […], la mise en œuvre de solutions plus efficaces sera douloureuse ». Difficile, alors, de parler d’internalisation quand les pertes sont aussi nombreuses : « perte par dispersion (à la source), perte mécanique (la boîte de conserve, l’agrafe et le stylo partis en décharge), perte fonctionnelle (par recyclage inefficace), perte entropique (marginale) : tel est notre destin, le cercle vertueux du recyclage est percé de partout, et, à chaque cycle de consommation, on perd de manière définitive une partie des ressources. » Deuxièmement, même imparfait, le recyclage nourrit le processus industriel en matières et énergie, augmentant de ce fait les déchets. Troisièmement, en amont, le gisement de déchets ne doit pas faire défaut37. L’appétit industriel pour les matériaux, confronté à la raréfaction des ressources naturelles, a entraîné la diversification des sources d’approvisionnement : on peut alors soupçonner le système industriel de vouloir s’assurer le gisement domestique, pour ne jamais manquer de grain à moudre; et pour cela, de façonner le comportement des usagers de telle manière que le gaspillage devienne vertueux.

  • 38 Rémi Barbier, « La fabrique de l’usager. Le cas de la collecte sélective des déchets », Flux 2002/2 (...)
  • 39 Ibid., p. 39.

10L’incinération, par la solution de facilité qu’elle proposait, flattait l’obsession sociale de l’élimination : rien ne se répare, tout est jetable, et puisque l’incinérateur nous assure de la disparition des objets, cela évite bien des questionnements. Bon débarras! Grâce à la loi de 1992, la gestion des années 90 aurait pu apparaître comme l’image inversée de celle des Trente Glorieuses; mais on ne sait pas si elle inverse vraiment la tendance à l’élimination, ou si elle en explore une autre face : car l’élimination et la valorisation ne sont pas exclusives l’une de l’autre. Rémi Barbier a décrit les circonstances qui ont vu naître le tri sélectif des emballages ménagers : la société Eco-Emballages est chargée par les industries concernées par la loi d’organiser la collecte et le tri dans les municipalités. Selon le principe de la REP, le producteur, c’est l’industriel; mais « ce n’est que tardivement qu’une inflexion vers la réduction à la source sera effectivement engagée38 ». C’est d’abord l’usager, en tant que producteur de déchets, qui est responsabilisé. Un discours empreint de morale civique le sensibilise aux vertus du tri et l’encourage à changer ses habitudes; ses pratiques quotidiennes sont analysées, encadrées, normalisées. Mais il ne s’agit pas d’affiner son jugement critique sur ce qu’il jette – et pourrait ne pas jeter. Il s’agit, surtout, d’assurer à l’industrie du recyclage un gisement de déchets prévisible et facile à exploiter. La sensibilisation aide l’usager à se repérer dans ses propres déchets comme un apprenti industriel : « au traditionnel usager sans qualités […], l’impératif de recyclage substitue un producteur-trieur inséré dans une filière industrielle, dont il faut construire et maintenir la performance39 » évaluée en kg/hab./an.

  • 40 Ibid., p. 43.
  • 41 Rémi Barbier et Jean-Yves Trepos : « Humains et non-humains : un bilan d’étape de la sociologie des (...)

11« À l’issue du processus, continue Rémi Barbier, le déchet d’emballage s’est écarté de sa définition traditionnelle de "chose abandonnée" pour accéder au statut de "chose qu’on transmet"40 ». « Des entités singulières accèdent à une "vie publique", elles sont saisies en rapport avec des exigences générales qui vont se traduire en catégorisation41. » Victoire sur l’abandon, socialisation d’un ensemble d’objets : n’est-ce pas là l’introduction des déchets dans le collectif que nous appelions de nos vœux? Non : en s’aidant de la société pour internaliser les déchets-matières dans le processus industriel, on a oublié de les faire entrer dans le champ du politique. L’usager reste indifférent à leur sort, dont les ressorts lui restent étrangers ou abstraits : car en même temps qu’il confie à l’industrie la gestion des déchets, il lui délègue leur définition. C’est en effet l’industrie qui effectue en amont le tri entre ce qui est utile (recyclable) et ce qui ne l’est pas (le déchet « ultime »). Or ce tri dépend de facteurs qui n’ont rien à voir avec l’usage, mais avec les capacités techniques du moment et la rentabilité économique. Dans ce contexte, il paraît déraisonnable de confier aveuglément à l’industrie la définition du déchet. L’économie du déchet est une économie comme une autre, qui n’a pas de vocation politique.

De l’internalisation industrielle à l’intégration politique

12Pourquoi reprocher à l’industrie de rendre le déchet utile, de l’internaliser au lieu de l’éliminer? D’abord, parce qu’elle a le monopole de la définition de l’utilité. Ensuite, parce que sa définition s’appuie sur des critères uniquement techniques et économiques. Enfin, parce que sa manière de rendre le déchet utile échoue à en réduire la production.

  • 42 Cyrille Harpet, « Le mot et la matière », op. cit., p. 167.
  • 43 Mickaël Dupré, « Représentations sociales du tri sélectif et des déchets en fonction des pratiques (...)
  • 44 « Les attentes croissantes portées à la prévention des déchets par leur réduction à la source sont (...)

13Une solution à ces trois problèmes doit pouvoir se trouver dans une modification des pratiques de l’usager producteur de déchets. Il lui faudrait développer un jugement critique sur ce qu’il jette, car c’est avant tout en le jetant qu’on fait d’un objet un déchet. Cet objet qui a perdu son utilité première, qu’a-t-il encore à dire, que peut-il encore apporter? Les déchets ne sont pas tous aussi répugnants ni dangereux; ce ne sont pas tous, à proprement parler, des ordures. Il est vrai que le terme « déchet » est très fort, et opère une homogénéisation sémantique qui rend le jugement dissociatif difficile : « nous plongeons dans l’univers du désordre, de l’informe, de l’indifférencié, du pêle-mêle, du scabreux et du corrompu-corrupteur42 ». Mais il ne faut pas laisser s’accentuer ce trait culturel. Jeté, sale et inutile se confondent toujours dans la poubelle qui déborde; et même si les nouvelles pratiques de tri sélectif nous apprennent progressivement à distinguer le jeté du sale, nous mélangeons encore le jeté et l’inutile. Certes, comme le montre Mickaël Dupré43, la nouvelle gestion domestique a changé le rapport de l’individu au déchet. Il ne s’en débarrasse plus le plus vite possible : il prend le temps de l’analyser, de le trier, et lui réserve à la maison plusieurs espaces de stockage spécifiques. De l’attention portée au déchet, accompagnée d’un sentiment de responsabilité. Un « engagement comportemental » : l’individu s’investit dans la gestion raisonnée des déchets. C’est bien; mais ne l’oublions pas, cela fait quarante ans que nous ne savons plus réparer, réutiliser, donner, composter – et que nous avons pris l’habitude de considérer les objets comme des déchets en puissance, ce qui amoindrit leur valeur et fait dépendre notre confort, non plus de notre prudence, de notre habileté ou de notre savoir-faire, mais d’une industrie toujours d’accord pour remplacer ce que notre grande poubelle accueille généreusement. Pour aller à contre-courant, pour exercer véritablement notre responsabilité, nous devons aussi et surtout nous réapproprier la décision qui fait d’un objet un déchet. Réduire les déchets à la source, et confier cette tâche aux usagers eux-mêmes : ce n’est pas la plus simple des tâches, car elle ajoute des contraintes à la responsabilité du tri. C’est pourtant cela qui donnera du sens à la politique de gestion des déchets44.

  • 45 Voir [En ligne] URL : http://dvo.hypotheses.org/, La deuxième vie des objets, collectif de sociolog (...)
  • 46 France Culture, La Fabrique de l’histoire, 11 mars 2013. [En ligne] URL : http://www.franceculture. (...)
  • 47 Bernard Arru, « Le réemploi à Emmaüs : une approche évolutive des outils de la solidarité », interv (...)

14Cette réappropriation doit pouvoir s’appuyer sur les filières artisanales de la réparation et du réemploi45. Comme le dit Jean Rousseau, président d’Emmaüs, « la question des déchets est une question de bien public, pas une question marchande46». Mais le réseau reste bien fragile, autour d’associations comme Emmaüs, le Relais (textiles), Envie (équipements électriques), ou les Ressourceries. Il peine à se remettre du choix historique de l’incinération, qui a confisqué la « matière première urbaine » à tout un pan économique : la chiffonnerie a été interdite à Paris en 1946. Aujourd’hui, son héritière doit faire avec « les restes de l’industrie47 », c'est-à-dire qu’elle a été obligée de renoncer aux matériaux simples (papier, carton et verre), et de se faire une place au sein du marché des matériaux complexes. C’est toujours d’un métier qu’il s’agit : car le traitement industriel est encore incapable, du moins en Occident, d’assurer la valorisation fine des déchets (le démantèlement complet des appareils ménagers par exemple), ou la réparation en vue du réemploi. Mais la complexité des objets à recycler (le matériel informatique par exemple) oblige les associations à se spécialiser, se professionnaliser, devenir compétitives face aux éco-organismes et aux filières agréées qui privilégient le broyage, ou exportent les objets vers l’Europe de l’Est et l’Asie. La collecte elle-même n’est plus gratuite (les téléphones high-tech ne se donnent plus : ils se rachètent), et la législation oblige les associations à travailler avec les industries, pour que les matières ne quittent pas les circuits agréés. Le réseau associatif, à l’origine non concurrentiel et polyvalent, qui offrait un service à la société en échange de l’insertion des plus pauvres, est ainsi contraint de s’intégrer au réseau industriel; et quand il ne s’agit pas de haute technologie, de se débrouiller avec la piètre qualité des objets (meubles ou textiles) qui en émane… Qui peut réparer un meuble Ikea? Notre société ne reconnaît plus ce métier, seul à même de faire des objets jetés ce « bien public » donc parle Jean Rousseau, seul à pouvoir empêcher la valeur d’usage des objets d’être remplacée par la valeur marchande des matériaux dont ils sont constitués.

15Pour réintégrer ce qui s’échappe du monde commun par notre faute, l’économie circulaire peut être efficace. Mais il faut garder à l’esprit que le pire des modèles est le cycle industriel fermé sur lui-même, où la société ne serait qu’un relais, un maillon docile. L’analogie entre économie naturelle et économie humaine qui sous-tend le principe de l’économie circulaire est intéressante; en consommant des biens et en produisant des déchets, nous ne sommes finalement que des êtres vivants par lesquels transitent des molécules organiques et minérales. Mais si c’est l’industrie qui impose les lois, définit les normes, lisse les comportements, l’analogie devient trompeuse : elle fait passer la merveilleuse mécanique de la production industrielle pour un cycle naturel que nous aurions mauvaise grâce à enrayer par notre retenue. On voit mal, alors, comment la production des déchets pourrait diminuer. L’écologie politique suppose donc la réappropriation, par la société, des questions économiques et techniques : c’est surtout de cette internalisation-là qu’il s’agit.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME), 2001, Méthanisation des déchets ménagers et industriels, Les Avis de l’ADEME, 3 p.

Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME), 2012, L’incinération des déchets ménagers et assimilés, Les Avis de l’ADEME, 6 p.

Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME), 2012, Le Traitement Mécano-Biologique des ordures ménagères, Les Avis de l’ADEME, 4 p.

Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME), 2013, Le savoir-faire français dans le domaine de la gestion des déchets, ADEME, 32 p.

Association Scientifique et Technique pour l’Eau et l’Environnement (ASTEE), 2005, De l’Hygiène à l’Environnement : cent ans d’actions, TSM - Technique, Sciences, Méthodes, numéro hors série édité à l’occasion du centenaire de l’ASTEE, Paris, 352 p.

Barbault, R. et J. Weber, 2010, La vie, quelle entreprise! Pour une révolution écologique de l’économie, Science ouverte, Seuil, Paris

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Barbier, R. et J.-Y. Trepos, 2007, Humains et non-humains : un bilan d’étape de la sociologie des collectifs, Revue d’anthropologie des connaissances, vol 1 n°1, pp. 35- 58
DOI : 10.3917/rac.001.0035

Barbier, R., 2002, La fabrique de l’usager. Le cas de la collecte sélective des déchets, Flux, n°2, pp. 48-49

Barles, S., 2005, L’invention des déchets urbains. France 1790-1970, Seyssel, Champ Vallon, 297 p.

Bihouix, P., 2013, Matérialité du productivisme, dans Agnès Sinaï (dir.), Penser la décroissance. Politiques de l’Anthropocène, Presses de Sciences Po, pp. 95-116

Commissariat général au Développement durable (CGDD) du ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie (MEDDE), 2013, 355 millions de tonnes de déchets produits en France en 2010, Chiffres et statistiques n° 385, 6 p.

Commissariat général au développement durable (CGDD) du ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie (MEDDE), 2013, Gestion des déchets : bilan 2009-2012 de la TGAP et des soutiens de l’ADEME, rapport du CGDD, 74 p.

Corbin, A. et A. Montaigne, 1982, Le miasme et la jonquille, Paris, 334 p.

Dagognet, F., 1997, Des détritus, des déchets, de l’abject, coll. Les Empêcheurs de penser en rond, Institut synthélabo pour le progrès de la connaissance, Le Plessis-Robinson, 230 p.

Dupré, M., 2013, Représentations sociales du tri sélectif et des déchets en fonction des pratiques de tri, Les cahiers internationaux de psychologie sociale, vol 2, n° 98, Presses Universitaires de Liège, pp. 173-210

ETIcs/Université François-Rabelais et Etéicos, 2012, DETRITUS / DEchets, TRI eT Usages Sociaux. Gestion des déchets et tri sélectif en habitat collectif HLM, Etude réalisée pour le compte de l'ADEME, 81 p.

Eurostat, 2014, En 2012, 42 % des déchets municipaux traités ont été recyclés ou compostés, Communiqué de presse du 25 mars 2014, [En ligne] URL : http://epp.eurostat.ec.europa.eu/

Harpet, C., 1998, Du déchet : philosophie des immondices, corps, ville, industrie, Paris, l’Harmattan, 608 p.

Harpet, C., 2005, Le mot et la matière : soubassements philosophiques du traitement des déchets par l’incinération, dans J. Brousse (dir.), Incinération des déchets ménagers : la grande peur, Paris, Cherche-midi, pp. 155-175

Illich, I., 1973, La convivialité, Paris, Seuil, 158 p.

Latour, B., 1999, Politiques de la nature, Paris, La Découverte, 382 p.

McDonough, W. et M. Braungart, 2002, Cradle to cradle, Paris, Alternatives, 240 p.

Ngo, C.et A. Regent, 2003, Déchets, effluents et pollution, Impact sur l’environnement et la santé, Paris, Dunod, 216 p.

Haut de page

Notes

1 Bruno Latour, Politiques de la nature, Paris, La Découverte, 1999, p. 93.

2 « 355 millions de tonnes de déchets produits en France en 2010 », Chiffres et statistiques n° 385, janvier 2013, Commissariat général au Développement durable (CGDD), ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie (MEDDE). Ces chiffres excluent les déchets de la sylviculture et de l’agriculture restant sur l’exploitation (374 Mt), et les déchets nucléaires.

3 Loi du 13 juillet 1992, art. 1er : « Est ultime au sens de la présente loi un déchet, résultant ou non du traitement d’un déchet, qui n’est plus susceptible d’être traité dans les conditions techniques et économiques du moment, notamment par extraction de la part valorisable ou par réduction de son caractère polluant ou dangereux. » Art. 2 : « les installations d’élimination des déchets par stockage ne seront autorisées à accueillir que des déchets ultimes. »

4 « Il est désormais acquis en droit et dans les faits que les déchets et effluents ne peuvent plus être qualifiés par leur propriétaire de matières destinées à l’abandon, ni même de déchets ultimes sans devenir économique viable et organisé. Ce sont des matières, gérables ou non, c'est-à-dire acceptables ou inacceptables », Christian Ngô et Alain Régent, Déchets, effluents et pollution. Impact sur l’environnement et la santé, Paris, Dunod, 2003, p. 94.

5 Source : Institut de l’Économie Circulaire, [En ligne] URL : http://www.institut-economie-circulaire.fr/.

6 William McDonough et Michael Braungart, Cradle to cradle, Paris, Alternatives, 2002, p. 92. Le concept industriel du Cradle to cradle distingue eco-efficiency, éco-efficacité et eco-effectiveness, éco-bénéficience. L’éco-efficacité est comparable à la bonne gestion : on recycle comme on accommode les restes jusqu’à jeter ce qui ne peut plus être recyclé. L’éco-bénéficience, en revanche, résulte de l’utilisation de matières pouvant être recyclées à l’infini, comme le verre. Si elle suit ce guide, l’industrie peut inaugurer un cycle sans fin où les entrants seraient minimes.

7 Source : Conseil National des Déchets (CND).

8 « Une Europe efficace dans l’utilisation des ressources – initiative phare relevant de la stratégie Europe 2020 », COM (2011) 21 final, Communication de la commission européenne, Bruxelles, 26 janvier 2011. Le Parlement européen s’est récemment prononcé en faveur du modèle l’économie circulaire [En ligne] URL : (http://www.europarl.europa.eu/).

9 Voir [En ligne] URL : http://www.developpement-durable.gouv.fr/Economie-circulaire.33986.html.

10 « En 2012, 42 % des déchets municipaux traités ont été recyclés ou compostés », Communiqué de presse du 25 mars 2014, Eurostat : [En ligne] URL : http://epp.eurostat.ec.europa.eu/

11 Pour ce faire, l’analyse phénoménologique de Dagognet (Des détritus, des déchets, de l’abject, 1997) n’est pas suffisante : elle réduit la question à un rapport de soi à soi – de l’homme à sa propre matière. Elle occulte l’arrière-plan politique, économique et social de la question. Or, pour « réhabiliter » (selon le mot de Dagognet) le déchet, il ne faut pas s’attendrir sur la matière produite, mais assurer les conditions économiques de la réintégration du déchet dans la société.

12 Sabine Barles, L’invention des déchets urbains. France 1790-1970, Seyssel, Champ Vallon 2005.

13 Cyrille Harpet, Du déchet : philosophie des immondices, corps, ville, industrie, Paris, l’Harmattan, 1998, p. 47 sq.

14 Sabine Barles, op. cit., p. 234.

15 Ibid., p. 233.

16 « La valorisation des sous-produits est […] une des caractéristiques essentielles de la première industrie chimique », ibid., p. 233.

17 « Le fantasme de la perte, dont on suit le cheminement de Malthus à Pierre Leroux, la volonté d’assurer la bonne marche de la physiologie sociale de l’excrétion, le souci d’enregistrer les hommes et les biens et d’assurer leur circulation forment un tout », Alain Corbin, Le miasme et la jonquille, II, chap. 3, « L’utilitarisme et les odeurs de l’espace public », p. 173.

18 Flaubert, Bouvard et Pécuchet, chap. II. Corbin confirme : « la collecte de l’excrément humain s’impose d’autant plus que sa supériorité apparaît alors incontestée. Liquide ou solide, il constitue le plus riche des engrais. "Chaque kilogramme d’urine équivaut à un kilogramme de froment", affirme Sponi » (ibid.., p. 175).

19 « La désodorisation de l’espace public […] passe désormais par la récupération, la valorisation, l’utilisation du déchet » (ibid.., p. 173). Précisons que les politiques publiques de réutilisation ne concernent que les déchets naturels; les déchets industriels ne font l’objet d’aucun projet, car jusqu’en 1850, on ne les considère pas comme dangereux (ibid., p. 196 sq.).

20 Sabine Barles (op. cit., p. 212 sq.) note que le chiffonnage, malgré les mises en garde des hygiénistes qui voyaient dans cette activité la source de nombreuses infections, a gardé un rôle non négligeable jusque dans les années 20. Le vrai recul de la profession date en fait du début des années 30 : la crise économique qui fait baisser le coût des matières premières, certaines mutations industrielles (comme l’utilisation du bois pour la pâte à papier), les nouvelles poubelles parisiennes mises en service en 1925 et les nouvelles bennes-tasseuses de 1936, tous ces facteurs entravent l’activité.

21 Ibid., p. 244-245.

22 Ibid., p. 246.

23 Ibid., p.183.

24 Ibid., p. 186.

25 L’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (ADEME) ne parle plus aujourd’hui de décharge, mais de stockage, de compostage, mais de valorisation organique, de recyclage, mais de valorisation matérielle, d’incinération, mais de valorisation énergétique (l’énergie de récupération étant « en partie assimilée aux énergies renouvelables dans les règlements européens du fait qu’elle provient pour partie de biomasse et permet de réduire l’utilisation de ressources fossiles. »

26 Sabine Barles décrit les effets de cet engouement général : à Nice, à Belfort, sont construites des usines multifonctionnelles qui assurent à la fois le broyage des ordures, la production de « poudreau », le tri des matières valorisables, et l’incinération du reste, produisant de l’énergie. À Nice en 1923, « un élevage de porcs, poules et canards est adjoint à l’usine, les animaux étant nourris par les résidus alimentaires » [Sabine Barles, op. cit., p. 188]. À Belfort en 1937, « l’installation est voisine d’une station d’épuration, d’un abattoir et d’une piscine, regroupement favorable à la valorisation énergétique » [ibid.., p. 222].

27 Dans les années 60, la question des déchets « se posait surtout en termes d’élimination. Il fallait que le déchet disparaisse le plus vite possible, en sentant le moins mauvais possible », Christian Mettelet [ancien directeur de l’Agence Nationale pour la Récupération et l’Élimination des Déchets – ANRED, fusionnée dans l’ADEME en 1991], France Culture, La Fabrique de l’histoire, 11 mars 2013, [En ligne] URL : http://www.franceculture.fr/emission-la-fabrique-de-l-histoire-histoire-des-dechets-14-2013-03-11.

28 Alain Corbin, op. cit., p. 151. Le feu fascine au point que les fumées industrielles mettront très longtemps à inspirer de la méfiance : au xviiie, « le feu de l’industrie implantée au cœur de la ville pourrait, au dire de certains, corriger les émanations de la foule putride, les vapeurs de l’immondice » [ibid.., p. 100].

29 Cyrille Harpet, op. cit., p. 429.

30 Gestion des déchets : bilan 2009-2012 de la TGAP et des soutiens de l’ADEME, rapport du CGDD, mai 2013. Rappelons que le Plan d’action national déchets [2009-2012] prévoyait la création d’une TGAP sur les incinérateurs de l’ordre de 6,4 €/t en 2012 (« Le savoir-faire français dans le domaine de la gestion des déchets », ADEME, 2013). Voir aussi « L’incinération des déchets ménagers et assimilés », Les Avis de l’ADEME, 2012.

31 Les déchets issus de 7 familles assurent le chauffage et l’eau chaude d’une famille. En 2010, ça représentait 0,6 % de la consommation nationale d’électricité.

32 1,87 Mt de compost a été réalisé en 2008 en France, à partir des déchets verts municipaux, boues d’épuration, et une fraction de déchets ménagers putrescibles. En 2012, 16 % des déchets municipaux ont été compostés (Communiqué de presse du 25 mars 2014, Eurostat : [En ligne] URL : http://epp.eurostat.ec.europa.eu/)

33 « Le Traitement Mécano-Biologique des ordures ménagères », Les Avis de l’ADEME, 2012.

34 Voir par exemple Ivan Illich, La convivialité, Paris, Seuil, 1973.

35 Voir H. Haberl, K. Erb et F. Krausmann, « Human appropriation of net primary production (HANPP) », in E. Neumayer (dir.), Internet Encyclopedia of Ecological Economics, Int. Soc. for Ecological Economics, sept. 2007. Cité par R. Barbault et J. Weber, La vie, quelle entreprise!, Paris, Seuil, 2010, p. 94-95.

36 Philippe Bihouix, « Matérialité du productivisme », dans Agnès Sinaï (dir.), Penser la décroissance. Politiques de l’Anthropocène, Presses de Sciences Po., 2013, p. 95-116.

37 A cet égard, il faut signaler la contradiction entre la volonté d’ajuster la dimension des UIOM aux stricts besoins (Grenelle de l’Environnement, chap. II, art. 46) afin d’éviter la tentation de maximiser des rendements, et le projet « d’augmenter le rendement des installations d’incinération » par le tri effectué par les TBM de ce qui autrement partirait à la décharge (« Le Traitement Mécano-Biologique des ordures ménagères », op. cit.).

38 Rémi Barbier, « La fabrique de l’usager. Le cas de la collecte sélective des déchets », Flux 2002/2 n° 48-49, p. 39.

39 Ibid., p. 39.

40 Ibid., p. 43.

41 Rémi Barbier et Jean-Yves Trepos : « Humains et non-humains : un bilan d’étape de la sociologie des collectifs », Revue d’anthropologie des connaissances 2007/1, n° 1, p. 52.

42 Cyrille Harpet, « Le mot et la matière », op. cit., p. 167.

43 Mickaël Dupré, « Représentations sociales du tri sélectif et des déchets en fonction des pratiques de tri », Les cahiers internationaux de psychologie sociale, 2013/2 (n° 98), Presses Universitaires de Liège. [En ligne] URL : http://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=CIPS_098_0173

44 « Les attentes croissantes portées à la prévention des déchets par leur réduction à la source sont présentées chez les interviewés sur les deux terrains. Mais cette sensibilisation est largement contrebalancée par un sentiment d’impuissance, voire d’absence de responsabilité dans la production de certains déchets. On observe une relative déconnexion entre acte d’achat et sensibilisation au tri des déchets. Même lorsqu’elles sont sensibles à ces questions, les personnes se sentent au moins partiellement déresponsabilisées, d’abord parce qu’elles développent le sentiment de ne pas avoir le choix, ensuite parce que, pour certains, cette absence de marge de manœuvre est compensée par des pratiques de tri. » Gestion des déchets et tri sélectif en habitat collectif HLM, étude réalisée pour le compte de l’ADEME sous la responsabilité scientifique du CETU ETIcS de l’Université François Rabelais de Tours, 2012, synthèse des résultats, p. 9. [En ligne] URL : http://etics.univ-tours.fr/nos-projets/detritus-dechets-tri-et-usages-sociaux-209860.kjsp

45 Voir [En ligne] URL : http://dvo.hypotheses.org/, La deuxième vie des objets, collectif de sociologues qui explorent les nouvelles pratiques de réutilisation, réparation, recyclage.

46 France Culture, La Fabrique de l’histoire, 11 mars 2013. [En ligne] URL : http://www.franceculture.fr/emission-la-fabrique-de-l-histoire-histoire-des-dechets-14-2013-03-11

47 Bernard Arru, « Le réemploi à Emmaüs : une approche évolutive des outils de la solidarité », intervention au colloque Que faire des restes? Le réemploi dans les sociétés d’accumulation, Paris, 12-13 février 2014 (non publié).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bérengère Hurand, « Déchets ménagers : question d’intégration », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Débats et Perspectives, mis en ligne le 09 octobre 2014, consulté le 30 août 2016. URL : http://vertigo.revues.org/15192 ; DOI : 10.4000/vertigo.15192

Haut de page

Auteur

Bérengère Hurand

Professeur de philosophie en classes préparatoires, Académie de Poitiers, 146 av. Parmentier, 75011 Paris, France, courriel : berhurand@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page