Navigation – Plan du site
2014

La prévention des désastres basée sur les écosystèmes : Justifications et limites d’une forme d’adaptation

Patrick Pigeon
Référence(s) :

Renaud, F.,K. Sudmeier-Rieux et M. Estrella, The role of ecosystems in disaster risk reduction, UNU, Tokyo, 2013, 486 p.

Texte intégral

1Ce livre collectif est construit sur un constat que l’on retrouve très fréquemment à la base des travaux de recherche sur la prévention des désastres, comme des programmes internationaux qui espèrent y contribuer. Il s’agit de comprendre l’augmentation des dommages que font ressortir les bases de données internationales, comme EM-DAT alors que l’Humanité n’a jamais autant réfléchi sur les désastres ni autant cherché à les réduire par des politiques spécifiques. Comme le défendaient White et al. dans un article de 2001, abondamment cité et repris depuis : « plus on en sait, et plus on perd ». Sur le fond, les auteurs du livre reprennent ce paradoxe, qui est lu comme un déficit d’adaptation ou comme des limites à cette dernière. Ils supposent que ce déficit devrait pouvoir être réduit par des politiques qui reconnaîtraient plus « les liens entre la gestion environnementale et la gestion des risques de désastres », bien que leur mise en œuvre connaisse aussi des limites (p. 371 ). On en déduit alors la nécessité de mieux comprendre ces décalages multiples. Il s’agit de conférer aux politiques plus d’efficacité supposée, en espérant contrer la tendance préalablement mentionnée, et très paradoxale, à connaître toujours plus de dommages, voire de désastres.

2Le livre collectif permet d’apporter des réponses détaillées, appuyées sur des exemples, mais aussi sur des paragraphes de synthèse, aux questions suivantes. Pourquoi, malgré leur intérêt, ces politiques prévenant les désastres, et s’appuyant sur la gestion des écosystèmes, sont-elles relativement encore peu mises en œuvre aujourd’hui? Quels sont les exemples de ce type de politiques, qui permettent d’illustrer leurs apports, et leurs limites? Plus fondamentalement, comment peut-on comprendre les limites des politiques prévenant les désastres, quelles qu’elles soient? Telles sont les questions de fond que cet ouvrage essaie de creuser.

3Il défend que l’augmentation apparente, statistique, des pertes traduirait, au moins en partie, une trop forte tendance à s’appuyer sur des mesures structurelles, d’ingénierie, pour prévenir les dommages. Ces dernières, comme le démontre amplement la bibliographie, contribuent à réduire les fréquences des événements enregistrés. Mais elles contribuent tout autant à augmenter la vulnérabilité et l’intensité des futurs dommages si elles laissent croire à la disparition du risque (Burby et al., 2001; Pigeon, 2010). Les travaux correctifs contribuent à préparer de futurs désastres si les peuplements ne prennent pas en compte le fait qu’ils ne parviennent pas à éliminer tout dommage. Le premier argument en faveur de « l’adaptation basée sur les écosystèmes » (p. 38) reconnaît simplement les limites des mesures qui portent sur la correction technique de l’aléa, comme les digues, les paravalanches, les épis. De plus, leur coût est élevé, surtout si l’on souligne qu’elles sont majoritairement financées par l’impôt, contribuant alors à l’endettement des collectivités locales (p. 151). On voit alors pointer du doigt l’influence de certains lobbies sur les choix d’aménagement, ce que certains textes nomment « maladaptation ». Les auteurs soulignent également que les mesures écosystémiques sont plus en lien avec les acteurs locaux que les mesures de correction structurelle. Nous retrouvons ici une tendance très anglo-saxonne à valoriser le rôle que pourraient et devraient plus jouer les communautés dans la prévention des désastres à l’échelle locale. Par exemple, la page 450 suppose que l’adaptation par les politiques écosystémiques renforcerait les capacités de réaction des communautés locales, en réduisant alors les possibilités de désastres.

4Pourtant, malgré ses avantages supposés, et comme le livre le mentionne, l’approche écosystémique de la prévention des désastres est encore peu mise en œuvre aujourd’hui. Cela peut venir en contrepoint des arguments qui précèdent, certains lobbies cherchant à conserver les avantages antérieurs. Mais force aussi est de reconnaître la difficulté à évaluer les gains -et d’ailleurs, les gains pour qui?- de ce type de politique : il est particulièrement délicat de recourir aux méthodes Analyses Coûts/Bénéfices ici (p. 35). Lorsque ce type de méthode est envisagé, cela revient d’ailleurs à apparenter les écosystèmes à des mesures structurelles. À la page 333, l’écosystème forestier est alors comparé à un ouvrage d’ingénierie. On vient alors sur des questions à la fois méthodologiques, et fondamentales : comment mesurer les pertes évitées? (p. 437, 453) Ou encore les bénéfices « perdus » en renonçant aux mesures de correction structurelles, comme une digue? (p. 185) Et est-ce qu’un système supposé durable produit nécessairement des bénéfices? (p. 439) Pour qui? Pourquoi existe-t-il autant d’oppositions à ce type de politiques? En effet, circonstance aggravante, les mesures de prévention des désastres s’appuyant sur la gestion des écosystèmes sont politiquement moins visibles, et moins immédiatement valorisables par les élus. Elles tendent parfois à plus favoriser les conflits d’acceptation, ce que le collectif reconnaît et illustre à de nombreuses reprises. La réduction des dommages en passant par une approche écosystémique n’est donc pas une panacée universelle : elle n’est pas garantie (p. 12), elle est souvent contestée (p. 33) et elle est d’ailleurs nécessairement limitée (p. 44).

5Cela justifierait de recourir à une « approche de l’adaptation basée sur les écosystèmes », sans que pour autant les mesures plus structurelles soient remises nécessairement en cause. Comme l’annoncent les auteurs page 16, « les mesures structurelles et celles qui sont basées sur les écosystèmes peuvent être associées de manière complémentaire, et ne s’excluent pas nécessairement ». Ce type de combinaison n’est pas totalement nouveau, et il est promu par les politiques « d’espace de liberté pour les cours d’eau », notamment (Pigeon in Warner et al., 2013, et également page 405 de l’ouvrage). On le retrouve aussi dans d’autres exemples que mobilise ce collectif de chercheurs, avec la prévention des désastres associés au littoral de l’Afrique du Sud (pp. 164-189), ou encore en relation avec le rôle préventif de la forêt dans les Alpes suisses (pp. 321-341).

6Ce n’est donc pas un hasard de voir les exemples proposés ici associer plus ou moins les deux types de politiques. En effet, l’approche que promeut ce livre est nécessairement systémique, ce qui pousse à une lecture des problèmes plus transversale et intégrée que sectorielle et hyper analytique. Il est question ici de systèmes socio-écologiques . Il est étonnant de constater l’absence de référence à un autre groupe de chercheurs, pourtant très proches sur le fond, qui s’est dénommé « résilience alliance » (Gunderson et Holling, 2002). Les deux courants de pensée se recoupent à de nombreuses reprises. Ils admettent de pouvoir réduire les dommages, sans jamais pouvoir totalement les éliminer, en augmentant l’acceptabilité des politiques de prévention des désastres par le plus grand nombre d’acteurs sociaux qu’elles impliquent. Cette tendance suggère de recourir aux systèmes de gestion de la connaissance, une méthode d’identification des tensions et des conflits entre différents acteurs qu’associe la prévention des désastres. Le livre en fournit un exemple particulièrement éclairant qui concerne les risques côtiers à New York et dans le Connecticut (pp. 140-163). Il pourrait avoir été écrit par les chercheurs de résilience alliance, même s’il ne comporte aucune référence explicite à la notion de panarchie que ces derniers essaient de promouvoir. Or, il existe de toute évidence des liens entre la panarchie, qui définit et permet de décrire les coévolutions entre plusieurs systèmes à plusieurs échelles, et les systèmes de gestion de la connaissance : ils associent des représentants de ces systèmes socio-écologiques.

7Au total, ce livre collectif illustre les difficultés de compréhension et de formalisation des problèmes que posent l’évaluation et les limites des politiques qui cherchent à prévenir les désastres. La tendance est bien à la reconnaissance de ces limites, et à la mise en place de politiques de plus en plus hybrides. Ces politiques intègrent une approche écosystémique, en espérant aussi renforcer leur acceptation par le plus grand nombre d’acteurs qu’elles impliquent à différentes échelles. On suppose alors que l’on pourra plus contribuer à contrer la tendance apparente à l’augmentation des désastres, même si les tendances statistiques observées et surtout leurs interprétations ne devraient pas être aussi rapidement acceptées comme valides. Du reste, le livre admet, à la suite de l’UN-ISDR, que la mortalité décline à l’échelle mondiale, en valeur absolue (p. 27). Croiser ces estimations de la mortalité avec les évolutions démographiques suggère alors que les politiques de prévention des désastres sont aussi nécessaires que nécessairement limitées. Comment pourrait-on sinon comprendre une telle baisse de la mortalité relative, même si elle est toujours trop élevée? C’est aussi un moyen de questionner les bases sur lesquelles les raisonnements et les programmes concernant la prévention des désastres sont construits aujourd’hui, et d’attirer l’attention sur leurs conditionnements multiples.

Haut de page

Bibliographie

Burby, R.J., A.C. Nelson, D. Parker et J. Handmer, 2001, « Urban containment policy and exposure to natural hazards: is there a connection?”, Journal of Environmental Planning and Management, vol. 44 (4)

Gunderson, L.H. et C.S. Holling, 2002, Panarchy. Understanding transformations in human and natural systems, Island Press, Washington, 2002, 507 p.

Pigeon, P., 2010, « Catastrophes dites naturelles, risques et développement durable : Utilisations géographiques de la courbe de Farmer ». VertigO, vol. 10(1), Disponible à : http://vertigo.revues.org/9491, Consulté le 13 février 2014

Pigeon, P., 2013, « Flood risk and watershed management conflicts in France: upper catchment management of the river Rhone”, In WARNER, J., VAN BUUREN, A., EDELENBOS, J., Making space for the river. Governance experiences with multifunctional river flood management in the US and Europe, IWA publishing, Londres, chapitre 11 : 149-162, 210 p.

White, G.F., R.W. Kates et I. Burton, 2001, « Knowing better and losing even more: the use of knowledge in hazard management”, Global Environmental Change Part B: Environmental Hazards, vol. 3 (3-4)Image 100002000000000A0000000AFCEC5863.png

Haut de page

Table des illustrations

URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/15013/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Pigeon, « La prévention des désastres basée sur les écosystèmes : Justifications et limites d’une forme d’adaptation », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Lectures, mis en ligne le 04 septembre 2014, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://vertigo.revues.org/15013

Haut de page

Auteur

Patrick Pigeon

Professeur, Centre interdisciplinaire scientifique de la montagne, Université de Savoie, Courriel : Patrick.Pigeon@univ-savoie.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page